Navigation – Plan du site
Dossier

Aires protégées et écotourisme de vision de la grande faune : développement d’une approche méthodologique pour évaluer les circuits et application au complexe Oti-Kéran-Mandouri au Togo (Afrique de l’Ouest)

Protected areas and ecotourism of wildlife vision: Development of a methodological Approach to Assess the Circuits and Application to the Oti-Kéran-Mandouri Complex of Togo (West Africa)
Dabitora Koumantiga, Kpérkouma Wala, Madjouma Kanda, Marra Dourma et Koffi Akpagana

Résumés

Le tourisme de vision dans les aires protégées est l’une des activités de valorisation et de gestion de ces écosystèmes. Cependant le tourisme d’observation de la grande faune peut contribuer à ternir l’image de l’aire protégée dans la mesure où les circuits proposés à la clientèle ne comblent pas ses attentes. Ainsi, des outils scientifiques permettant de disposer des informations fiables sur circuits touristiques d’une aire protégée peuvent contribuer à la planification fiable des activités écotouristiques dans ces écosystèmes protégés. À cet effet, le présent article présente une approche méthodologique d’évaluation des capacités des circuits écotouristiques d’une aire protégée, à répondre aux attentes des écotouristes par rapport aux observations des grands et moyens mammifères sauvages qui s’y trouvent. Dans cette approche, les paramètres essentiels à considérer dans l’évaluation des circuits seront présentés. Il s’agit principalement de la probabilité d’observation, la diversité d’observation et la récurrence d’observation. L’application de cette approche méthodologique dans le complexe Oti-Kéran-Mandouri (OKM) a permis de constater que l’état actuel de ce complexe est faiblement adapté pour la promotion du tourisme de vision des grands et moyens mammifères.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Togo
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La conservation de la diversité biologique constitue aujourd’hui l’un des grands défis à relever au niveau mondial. Dans cet objet, les aires protégées instaurées dans plusieurs États requièrent de plus en plus l’attention de l’ensemble des acteurs impliqués dans la gestion durable des ressources naturelles. Cependant, les écosystèmes, qui sont des greniers de ressources génétiques, subissent de nos jours, diverses formes de pressions humaines (Doumenge et al., 2003 ; Dimobe et al, 2012 ; Folega et al., 2012 ; Wala et al., 2012) qui impactent négativement leurs capacités à jouer leurs rôles écologique et socio-économique.

2Pour réduire les menaces de l’homme sur les aires protégées, plusieurs solutions sont prônées à l’instar de l’écotourisme, reconnu depuis longtemps par plusieurs auteurs comme vecteur de conservation et de gestion durable des ressources naturelles (Budowski, 1976 ; Lequin, 2001 ; Lemelin, 2012 ; Koumantiga et al., 2012 ; Sarrasin et al., 2016). Ainsi, il est reconnu que l’utilisation rationnelle des ressources naturelles, la recherche et la valorisation contrôlée de produits forestiers non ligneux à travers l’écotourisme devraient permettre de mieux intégrer la valeur de la conservation dans les besoins du développement local et national (Doumenge et al., 2001).

3L’observation de la grande faune sauvage fait partie des principales attentes de la clientèle de l’écotourisme dans les aires protégées (Roger, 2005). C’est pratiquement le seul produit d’attraction pour les professionnels du tourisme des parcs ouest-africains. Malheureusement cette faune sauvage, surtout les grands et moyens mammifères, devient de plus en plus difficile à observer (UICN, 2010). Ceci compromet le développement des activités écotouristiques qui devraient soutenir la gestion durable de ces aires protégées. Malgré les diverses propositions d’amélioration suggérées, notamment la mise en place d’un guidage de qualité sur tout ce qui est visible comme les fleurs et les fruits, les traces animales, les avifaunes (Roger et al., 2006), l’observation des grands et moyens mammifères demeure la curiosité essentielle des écotouristes. Dans ce contexte, les touristes qui visitent les aires protégées repartent le plus souvent déçus des circuits empruntés, car leur curiosité en matière d’observations des grands et moyens mammifères n’est pas satisfaite.

4L’UICN (2010) souligne que les séjours orientés principalement vers le thème de la vision de la grande faune contribuent à ternir l’image de l’aire protégée, puisque la majorité des aires protégées n’a ni le potentiel faunique pour satisfaire cette clientèle ni un réseau de pistes suffisamment entretenu pour cela. Les clients ne peuvent que repartir déçus de leur séjour « vision » payé au prix fort pour un résultat bien médiocre. Au regard des difficultés d’observation des grands et moyens mammifères au gré des circuits écotouristiques, la promotion du tourisme de vision dans les aires protégées doit reposer sur l’évaluation préalable des différents circuits.

5Dans ces conditions, il s’avère indispensable de développer des outils scientifiques qui permettent de disposer d’informations fiables sur les différents circuits touristiques d’une aire protégée, et de mieux planifier et orienter des activités touristiques dans ces espaces. Dans ce cadre, la présente étude propose une nouvelle approche méthodologique d’évaluation des capacités des circuits écotouristiques, afin de répondre aux exigences de la clientèle du tourisme de vision des grands et moyens mammifères dans une aire protégée. Cette approche méthodologique a été appliquée au complexe d’aires protégées Oti-Kéran-Mandouri au Togo.

1. Méthodologie d’évaluations des circuits écotouristiques par rapport au tourisme de vision des grands et moyens mammifères

1.1. Présentation de la méthodologie

6Elle est conçue pour réaliser des inventaires fauniques des grands et moyens mammifères dans l’optique de promouvoir le tourisme de vision dans une aire protégée. Cependant, il ne s’agit pas d’une méthode d’inventaire pédestre systématique, qui aboutit le plus souvent aux résultats présentant, les indices de diversité et les densités des populations animales dans une aire protégée. Il s’agit d’une méthode d’évaluation des capacités des circuits touristiques d’une aire protégée à satisfaire ce type de tourisme. Elle s’articule sur quatre étapes essentielles : la technique de parcours des circuits identifiés, la technique de collecte des informations le long des circuits, les analyses des données collectées, et la présentation des résultats.

1.2. Technique de parcours des circuits

7Tous les circuits de l’aire protégée à évaluer ont été identifiés et cartographiés. Ces circuits identifiés sont parcourus lors de sorties programmées. Chaque circuit doit être parcouru au moins une dizaine de fois. Ces parcours se font suivant les différentes périodes de la journée et de l’année. Les périodes de l’année sont définies de manière à couvrir toutes les saisons climatiques de la zone de l’aire protégée. Il est également indispensable de tenir compte des saisons touristiques du pays, car leur variabilité permet de prendre en compte dans l’analyse les périodes de l’année propices au développement des activités écotouristiques suivant les circuits.

8Dans la journée, les temps de parcours sont définis suivant les heures. Ils permettent d’apprécier les moments de la journée propices aux activités touristiques orientés sur la vision des différentes espèces animales. Trois périodes - matin, midi et après midi - ont été retenues pour le parcours des circuits. Parfois, il n’en a été retenu que deux : matin et après-midi. Le nombre total de parcours doit se répartir de façon équitable suivant les différents moments de la journée et de l’année.

1.3. Technique de collecte de données

9La technique de collecte des informations le long des circuits est semblable à celle des inventaires systématiques par sondage effectués le long des transects linéaires ou la méthode du line transect (Buckland et al., 1993). Elle est basée sur des observations directes et indirectes des animaux notamment leurs indices de présence. Cependant, il faut relever que le vrai concept de line transect, fondé sur l’échantillonnage d’animaux détectés le long d’un parcours linéaire en considérant leur distance d’éloignement par rapport à la ligne parcourue n’est pas prise en compte dans cette approche. Dans le cas présent, la technique a consisté à circuler le long des circuits pas forcément linéaires et sans prendre en compte la notion d’azimut.

10Lors des parcours, des notes de tous les grands ou moyens mammifères détectés sont prises par contact visuel du touriste, dans son champ d’observation. Celui-ci est défini comme la zone où tout grand animal, en mouvement, debout ou couché, peut être aisément vu par un observateur se déplaçant au long d’un circuit déterminé. Mis à part les contacts visuels, les indices de présence très récents datant de moins de trois heures sont aussi collectés et considérés comme des contacts visuels. Cependant, ces indices frais sont relevés dans un rayon d’un mètre de part et d’autre de l’axe de circulation. Le champ d’observation du touriste est, lui, de 100 mètres, soit 50 mètres de part et d’autre de cet axe (cf. figure 1).

11À chaque observation, les données collectées sont : les coordonnées géographiques du point d’observation sur le circuit, l’espèce animale ou l’indice récent rencontré, et l’effectif des individus de l’espèce. Les précautions élémentaires à respecter lors de la collecte des données sont : faire le moins de bruit possible lors du déplacement, avancer à une vitesse constante se situant autour de 5 à 7 km/h, et enfin rester éveillé et attentif pour mieux observer dans toutes les directions.

Figure 1 : Schéma de la zone de collecte d’informations sur un circuit

Figure 1 : Schéma de la zone de collecte d’informations sur un circuit

Source : Auteurs, 2016

1.4. Traitement et analyse de données

12Les données collectées le long des différents circuits lors des parcours ont été saisies dans une maquette conçue (Tableur Microsoft Excel). Celle-ci a été soumise à des analyses variées permettant de calculer la probabilité d’observations (Pobs), la diversité d’observations (Dobs), et la récurrence d’observations (Robs). Ces trois paramètres sont essentiels pour évaluer les capacités d’un circuit à répondre à un tourisme de vision des grands et moyens mammifères.

1.4.1. Probabilité d’observation (Pobs)

13La probabilité d’observation pour un circuit est définie comme la chance de faire au moins une observation sur ledit circuit lorsqu’on l’emprunte. Elle se calcule en établissant le rapport entre le nombre de parcours du circuit avec au moins une observation (Nv) et le nombre total de parcours dudit circuit (Np).

14La valeur de cette probabilité sera toujours comprise entre 0 et 100 % ou soit 0 et 1. Plus sa valeur est grande, plus le circuit est favorable à l’observation de la grande faune.

1.4.2. Diversité d’observation (Dobs)

15La diversité d’observation est la variabilité des espèces à observer le long d’un circuit. C’est le rapport entre le nombre d’espèces rencontrées sur un circuit donné (Nec) et le nombre total d’espèces recensées sur tous les circuits définis et parcourus dans l’aire protégée (Net).

16La valeur de la diversité d’observation sera toujours comprise entre 0 et 100 %. Plus sa valeur est élevée, plus la diversité des espèces à observer sur le circuit est élevée. Lorsque sa valeur pour un circuit est faible, mais différente de 0, on déduit que ce circuit est mono spécifique. Est considérée comme circuit mono spécifique, un circuit sur lequel on observe exclusivement 5 à 10 % des espèces de la grande faune observables sur l’ensemble des circuits de l’aire protégée.

1.4.3. Récurrence d’observation (Robs)

17La récurrence d’observation traduit la fréquence des contacts visuels des espèces sur un circuit. Par définition, c’est le minimum de fois qu’on peut faire d’observations sur un circuit écotouristique donné lorsqu’on l’emprunte. Pour calculer la récurrence d’observation d’un circuit, on détermine d’abord le nombre de contacts visuels durant tous les parcours dudit circuit (Nvc). Ce nombre est la somme des contacts visuels effectués sur le circuit pour l’ensemble des parcours réalisés sur ledit circuit. Si Vcpi est le nombre de contacts visuels effectué durant un seul parcours sur le circuit, Nvc se calcule par la formule suivante :

18Connaissant le nombre total de parcours (Np) effectués sur le circuit on détermine la récurrence d’observation par la formule suivante :

19La valeur de la récurrence d’observation d’un circuit commence par 0 et n’a de limite supérieure. Cependant, lorsqu’elle est inférieure à 1, cela signifie que le circuit peut être parcouru sans aucune observation.

1.5. Présentation des résultats

20Il n’y a pas une forme standard de présentation des résultats. Cependant, selon la méthode retenue, et pour une meilleure visibilité des résultats, les différents paramètres calculés sont présentés sous forme tabulée ou graphique, accompagnés de cartes thématiques. Sur celles-ci, les symboles des différents circuits doivent se présenter graduellement suivant le paramètre pris en compte. Il est indiqué de commencer les résultats par la présentation de la situation générale dans l’aire protégée notamment, la diversité des animaux observés, la fréquence d’observation de chaque espèce et les taux d’observations des espèces suivant les circuits.

21La fréquence (Fe) d’une espèce correspond au rapport entre le nombre de fois que l’espèce a été rencontrée (ni) et le nombre total des rencontres (No).

22Enfin, les résultats doivent être appréciés au regard des moments des observations des espèces phares de l’aire protégée.

2. Application de la méthodologie au complexe Oti-Kéran-Mandouri au Togo

2.1. Présentation de la zone d’étude

23Situé au nord du Togo, à cheval entre les préfectures de l’Oti, de Kpendjal et de la Kéran, le complexe Oti-Kéran-Mandouri (OKM) fait partie intégrante de la plaine de l’Oti (cf. figure 2). Le climat qui y règne est de type tropical soudanien à deux saisons. Le complexe Oti-Kéran-Mandouri est l’ensemble formé par deux aires protégées du nord Togo que sont le parc national Oti-Kéran et la réserve de faune de l’Oti-Mandouri. Dans les années 1980, la superficie du complexe OKM était de 327 390 ha, dont 179 550 ha pour le parc Oti-Kéran et 147 840 ha pour la réserve de faune d’Oti-Mandouri. À la suite des troubles sociopolitiques qu’a connus le Togo dans les années 1990, ces deux aires protégées ont été envahies par les populations riveraines entraînant la destruction des habitats de la faune.

24Dans les années 2000, un processus de réhabilitation des aires protégées du pays a conduit à la révision des limites des aires protégées du complexe OKM en 2005. Ainsi, les superficies du parc Oti-Kéran et de la réserve de faune de l’Oti-Mandouri ont été respectivement réduites à 69 000 ha et 110 000 ha, soit un total de 179 000 ha pour l’ensemble du complexe. Le complexe OKM comprend donc deux blocs. Un bloc septentrional ou bloc Oti-Mandouri, correspond à la partie supérieure de la latitude 10° 20’Nord. La partie inférieure à cette latitude correspond à celui du sud ou bloc Oti-Kéran (cf. figure 2).

25Classé site Ramsar en 2007, le complexe Oti-Kéran-Mandouri est reconnu comme réserve de Biosphère par la commission MAB de l’UNESCO en 2011. Il est localisé dans la zone écologique I (Ern, 1979) qui correspond aux plaines du nord couvertes principalement de savanes sèches. Sur le plan phytogéographique, il est situé dans le centre régional d’endémisme soudanien (White, 1986).

Figure 2 : Localisation du complexe Oti-Kéran-Mandouri dans le nord du Togo

Figure 2 : Localisation du complexe Oti-Kéran-Mandouri dans le nord du Togo

Source : Auteurs, 2018

2.2. Méthodologie

26La méthodologie présentée ci-dessus a été appliquée dans le complexe Oti-Kéran-Mandouri durant trois années (2013, 2014 et 2015). Au total 21 circuits ont été identifiés en fonction des pistes disponibles dans le complexe (cf. figure 3). Suivant les cycles saisonniers de la zone du complexe OKM, deux périodes de l’année sont retenues dans le cadre de cette étude. La première période va de décembre à juin et la seconde s’étend de juillet à novembre. Trois temps de parcours ont été retenus. Le premier temps est fixé de 6 h à 10 h (matin), le second de 11 h à 14 h (midi) et le troisième de 15 h à 18 h (après-midi).

27Les espèces de la grande faune considérées dans cette étude regroupent, les grands et moyens mammifères et les grands reptiles aquatiques notamment les crocodiles et les caïmans. Ces grands reptiles sont pris en compte dans cette étude du fait que le complexe OKM est un site Ramsar et la majorité de ses circuits traversent les cours d’eau, les mares ou marais.

Figure 3 : Présentation des circuits identifiés dans le complexe Oti-Kéran-Mandouri (nord du Togo)

Figure 3 : Présentation des circuits identifiés dans le complexe Oti-Kéran-Mandouri (nord du Togo)

Source : Auteurs, 2015

2.3. Présentation des résultats pour le complexe Oti-Kéran-Mandouri

2.3.1. Diversité faunique pour un tourisme de vision

28Les contacts visuels et les traces d’activités récentes relevés lors des différents parcours des circuits révèlent la présence des grands et moyens mammifères et de grands reptiles dans le complexe Oti-Kéran-Mandouri. Au total 65 contacts visuels, correspondant à 12 espèces de grands et moyens mammifères, ont été enregistrés. Ces espèces se répartissent dans quatre (4) ordres et neuf (9) familles. L’ordre des Artiodactyles est majoritaire avec sept (7) espèces réparties dans six (6) familles. L’ordre des Primates est moyennent représenté avec un total de trois (3) espèces appartenant à la même famille. Les autres ordres sont faiblement représentés avec une espèce chacun. Il s’agit des ordres des proboscidiens et des crocodilia (cf. tableau 1).

Tableau 1 : Composition spécifique des espèces animales rencontrées

Ordre

Famille

Nom scientifique

Nom commun

Artiodactyles

Reduncinae

Kobus Kob

Cob de Buffon

Kobus defassa

Cob de fassa

Cephalophinae

Sylvicapra grimmia

Céphalophe de Grimm

Hyppotamidae

Hyppopotamus amphibus

hippopotame

Bovinae

Syncerus cafer

Buffle

Hippotraginae

Hippotragus equinus

Hippotrague rouanne

Suidae

Phacochoerus africanus

Phacochère

Primates

Cercopithecidae

Papio anubis

Babouin

Erythrocebus patas

Patas

Chlorocebus aethiops

Vervet

Proboscidiens

Elephantidae

Loxodonta africana

Eléphant

Crocodilia

Crocodylidae

Crocodilus nilotica

Crocodile

Source : Auteurs, 2017

29En considérant la distribution des espèces suivant les 21 circuits définis, il apparaît qu’aucune espèce ne se retrouve sur plus de 7 circuits. Ainsi, 3 espèces ne sont observables que sur un seul circuit, 4 espèces se retrouvent sur deux circuits, et une espèce est présente sur trois circuits. Le nombre des espèces observables sur plus de trois circuits s’élève à 4. Ces espèces observables sur un grand nombre de circuits sont constituées essentiellement de cobs de Buffon, de céphalophes de Grimm, d’hippopotames et de babouins (cf. figure 4).

Figure 4 : Répartition des espèces suivant le nombre de circuits fréquentés

Figure 4 : Répartition des espèces suivant le nombre de circuits fréquentés

Source : Auteurs, 2017

2.3.2. Périodes d’observations des différentes espèces identifiées

30Dans l’ensemble, 68 % des observations sont effectuées dans la matinée, et 29 % dans l’après-midi. Seuls 3 % des observations le sont à midi ; le taux de ces dernières demeure très faible pour chacune des espèces identifiées.

31Par rapport aux différentes espèces, il ressort que les primates notamment Papio anubis (babouins), Erythrocebus patas (patas) et Chlorocebus aethiops (vervets) sont rencontrés aussi bien les matins que les soirs. Les espèces comme Sylvicapra grimmia (céphalophe de Grimm) et Kobus Kob (Kob de Buffon) sont majoritairement observables les matins. Par ailleurs, six (6) espèces à savoir Hyppopotamus amphibus (hippopotame), Kobus defassa (Kob defassa), Syncerus caffer aequicionalis (buffle), Crocodilus nilotica (crocodile), Hippotragus equinus (hippotrague rouanne) et Phacochoerus africanus (phacochère) ont été observées uniquement le matin (cf. figure 5).

32Par rapport aux saisons d’observations, les résultats relèvent que 66 % sont faites dans les périodes sèches, correspondant aux mois de décembre à juin, contre 34 % pendant les périodes pluvieuses. Il en résulte que la saison sèche est la plus propice au tourisme de vision des grands et moyens mammifères.

Figure 5 : Période d’observation des différentes espèces animales

Figure 5 : Période d’observation des différentes espèces animales

Source : Auteurs, 2017

33Loxodonta africana africana (éléphant) n’a été aperçu que le soir, lors d’une de ses incursions dans le complexe (cf. photographie 1). Ainsi, de décembre 2012 à décembre 2015, au total 15 incursions de cette espèce emblématique ont été enregistrées dans le complexe Oti-Kéran-Mandouri et les localités riveraines.

Photographie 1 : Loxodonta africana africana, observé dans le complexe Oti-Kéran-Mandouri (nord du Togo)

Photographie 1 : Loxodonta africana africana, observé dans le complexe Oti-Kéran-Mandouri (nord du Togo)

Source : Auteurs, 2016

2.3.3. Probabilité d’observation des espèces suivant les circuits définis

34De l’analyse des informations collectées, il ressort que la chance de faire au moins une observation des déférentes espèces identifiées sur un seul circuit est de 13 % pour l’ensemble du complexe Oti-Kéran-Mandouri. Cependant, sur trois circuits la probabilité de faire au moins une observation s’évalue à près de 0,30. Elle s’élève à 0,20 et 0,10 sur respectivement 4 circuits et 9 circuits. Par ailleurs, sur 5 circuits, on n’a aucune chance de faire une observation (cf. figure. 6).

Figure 6 : Probabilité d’observation des espèces suivant les circuits

Figure 6 : Probabilité d’observation des espèces suivant les circuits

Source : Auteurs, 2017

35L’analyse spatiale indique que la probabilité de faire des observations est plus élevée sur les circuits de la partie Oti-Kéran du complexe. En effet, dans cette partie, on note des circuits qui ont une probabilité d’observation comprise entre 20 % et 30 %, et des circuits dont la probabilité d’observation est comprise entre 10 % et 20 %. À l’inverse, pour les circuits de la partie Oti-Mandouri correspondants au bloc nord du complexe, la probabilité d’observations est quasi nulle pour certains circuits, et ne dépasse pas 10 % pour d’autres (cf. figure. 7).

36Il apparaît que, dans l’ensemble, les grands et moyens mammifères sont certes présents dans le complexe Oti-Kéran-Mandouri ; mais la chance de les observer dans le cadre des activités touristiques orientées vers leur observation est de toute évidence minime. Cependant, le bloc Oti-Kéran de ce complexe est plus favorable à ces types d’activités que le bloc Oti-Mandouri.

Figure 7 : Carte de la probabilité d’observation des espèces animales suivant les circuits

Figure 7 : Carte de la probabilité d’observation des espèces animales suivant les circuits

Source : Auteurs, 2016

2.3.4. Récurrence d’observations des espèces suivant les circuits définis

37Dans le complexe Oti-Kéran-Mandouri, le minimum d’observations que l’on peut effectuer sur un circuit écotouristique lors d’un parcours est de l’ordre de 0,3. L’analyse des différents circuits concernés révèle que seuls 2 sur les 21 ont une récurrence d’observations légèrement supérieure à l’unité (1,09 et 1,1). Trois circuits présentent des récurrences d’observations comprises entre 0,5 et 1. Le reste des circuits présente un minimum d’observations des espèces animales inférieur à 0,5 (cf. figure. 8).

Figure 8 : Récurrence d’observation des espèces suivant les circuits

Figure 8 : Récurrence d’observation des espèces suivant les circuits

Source : Auteurs, 2016

38Une analyse spatiale de la récurrence d’observations montre que le minimum des observations probables lors du parcours d’un circuit est faible dans la partie Oti-Mandouri et relativement élevé dans la partie Oti-Kéran (cf. figure 9).

39Dans ce dernier, on enregistre, deux circuits qui présentent une récurrence d’observations comprise entre 0,5 et 1. Pour ceux-ci, il faut faire au moins deux parcours avant de faire une observation. Un seul circuit dans ce bloc donne une récurrence d’observations supérieure à 1, ce qui signifie qu’une seule observation peut être effectuée par parcours. Ces valeurs faibles de récurrence d’observations montrent que, au stade actuel, les circuits du complexe Oti-Kéran-Mandouri ne sont pas très favorables à la promotion du tourisme de vision de la grande faune.

Figure 9 : Carte de la récurrence d’observations des espèces animales suivant les circuits

Figure 9 : Carte de la récurrence d’observations des espèces animales suivant les circuits

Source : Auteurs, 2016

2.3.5. Diversité d’observation (Dobs) des espèces suivant les circuits

40L’étude de la diversité des espèces à observer suivant les différents circuits proposés montre que 50 % des espèces recensées sur l’ensemble des circuits sont observables sur deux d’entre eux, et que près 35 % de ces espèces peuvent être vues sur un circuit. Quatre circuits offrent la possibilité de rencontrer 25 % des espèces animales identifiées. Cependant, le nombre de circuits sur lesquels on peut découvrir 20 % des espèces recensées est élevé. Par ailleurs, 5 circuits présentent une diversité d’observations nulle (cf. figure.10).

Figure 10 : Diversité d’observation des espèces suivant les circuits

Figure 10 : Diversité d’observation des espèces suivant les circuits

Source : Auteurs, 2017

41La spatialisation de la diversité d’observation suivant les circuits du complexe révèle que, dans le bloc septentrional, les circuits présentent une diversité d’observation très faible. Cependant, les analyses spatiales montrent une variabilité relativement élevée des espèces observées sur les circuits du bloc Oti-Kéran (cf. figure. 11).

42Dans ce dernier, plus de 5 différentes espèces peuvent être observées sur deux circuits. Trois circuits offrent la possibilité de voir 4 à 5 espèces dans le cadre d’un tourisme de vision. Il ressort de cette analyse que la plupart des circuits du complexe Oti-Kéran-Mandouri sont mono spécifiques par rapport à l’observation de la grande faune.

Figure 11 : Carte de la diversité d’observations des espèces animales suivant les circuits

Figure 11 : Carte de la diversité d’observations des espèces animales suivant les circuits

Source : Auteurs, 2016

3. Discussion

3.1. Analyse et portée de la démarche méthodologique mise en œuvre

43Le développement des activités touristiques dans les aires protégées est aujourd’hui un objectif partagé de nombreux acteurs impliqués dans la sauvegarde de la biodiversité. Dans le monde, et surtout en Afrique, le tourisme de nature est dominant dans les parcs et réserves. L’UICN (2010) reconnaît que le potentiel faunique existe en Afrique de l’Ouest, et est présent encore dans les parcs et réserves où la densité faunique n’est pas négligeable. Cependant, le tourisme de vision reste faible dans les aires ouest-africaines, puisque l’observation des grands animaux sur les circuits proposés n’est pas effective par rapport aux attentes des visiteurs ou écotouristes. Payen (2012) relève que le potentiel faunique est important dans les aires protégées, mais que les observations sont aléatoires et difficiles.

44Ceci traduit une carence importante dans l’offre touristique, quantitativement et qualitativement (UICN, 2010). À cet égard, le risque de déception des visiteurs d’une aire protégée dans le but d’observer les animaux est élevé, puisqu’ils parcourent plusieurs circuits pour peu d’observations. Cette situation se traduit par une baisse accrue des arrivées d’écotouristes, dont résulte un déficit de recettes pouvant financer les activités de conservation et de gestion durable de ces écosystèmes.

45L’évaluation des capacités touristiques d’une aire protégée à satisfaire un tourisme de vision des grands et moyens mammifères apparaît comme le moyen le plus adapté pour générer les fonds et contribuer à la gestion efficiente des aires protégées. En effet, la probabilité d’observation calculée dans cette approche est un paramètre clé qui permet de sérier des circuits au long desquels des écotouristes ont une forte chance d’observer des animaux sauvages pour satisfaire leurs curiosités. L’observation de la grande faune sauvage figure en effet parmi les principales attentes de la clientèle du tourisme de vision dans une aire protégée (Roger, 2005).

46La diversité des observations permet pour sa part de fournir aux écotouristes des informations concrètes sur la variabilité des espèces. Elle permet de faire un classement des circuits par rapport à la spécificité des espèces et d’en dégager des circuits mono spécifiques qui sont des circuits sur lesquels on rencontre essentiellement une espèce donnée.

47Dans une aire protégée, les gestionnaires doivent aussi pouvoir disposer d’informations sur le nombre d’observation ou de rencontres des animaux que les écotouristes peuvent faire sur un circuit. À cet effet, la détermination de la récurrence d’observation définie dans cette méthodologie s’avère utile. Elle permet de proposer aux visiteurs des circuits avec l’assurance qu’ils feront au moins un minimum de rencontre en un seul parcours.

48Les différents paramètres définis dans cette méthodologie contribuent donc à mieux planifier les activités de tourisme de vision dans une aire protégée. Associés à ceux des saisons et des périodes d’observations, ils permettront de faire des offres de circuits fiables et adaptés aux besoins de chaque visiteur suivant les différentes périodes de l’année.

49Il va de soi que, dans le cadre d’un tourisme de vision, celui-là souhaite satisfaire sa curiosité essentiellement sur trois plans. Le premier est la chance de faire des observations, le second tient au désir d’observer différentes espèces animales, et le dernier se résume à l’aspiration de faire le plus de rencontres possibles. Dans ce contexte, la méthodologie présentée ici est indispensable pour la valorisation d’une aire protégée par un tourisme de vision qui réponde à ces attentes essentielles des écotouristes.

3.2. Résultats d’évaluation des circuits d’une aire protégée : quelles interprétations pour le complexe Oti-Kéran-Mandouri ?

50Le potentiel faunistique du complexe Oti-Kéran-Mandouri est relativement élevé avec la présence effective des espèces animales phares de l’écotourisme. Cependant, les paramètres établis, notamment la probabilité d’observations, la récurrence d’observations et la diversité d’observations au niveau des circuits créés dans le complexe, sont moins satisfaisants pour la promotion du tourisme de vision de la grande faune. Dans une aire protégée, la probabilité d’observations pour répondre efficacement aux attentes des touristes doit être supérieure à 0,70. Ainsi, les résultats obtenus sur les circuits du complexe OKM, démontrent que le tourisme axé sur la vision des mammifères est loin de combler les attentes de la clientèle de ce complexe.

51Par ailleurs, la récurrence d’observations dans le complexe Oti-Kéran-Mandouri est de 0,3. De cette faible valeur, il découle qu’il faut parcourir en général 3,3 fois (i.e. près de 4 fois) un circuit avant de faire une observation. Pour tout le complexe, la valeur de la récurrence d’observations la plus forte est de 1,1 soit une seule observation par parcours. Cependant, le nombre de circuits présentant une récurrence d’observations relativement « élevée » est aussi faible. Sur la base des informations recueillies auprès touristes, nous estimons que pour satisfaire les passionnés par la grande faune, la récurrence d’observations d’un circuit d’environ cinq kilomètres doit être comprise entre 6 à 10 observations par parcours.

52Au regard de la diversité d’observations, les circuits quasi mono spécifiques, c’est-à-dire les circuits où l’on ne rencontre qu’une à deux espèces animales, sont dominants. Ceci montre que dans ce complexe il faut parcourir plusieurs circuits avant de pouvoir y observer deux à trois espèces différentes. La diversité des observations est un paramètre primordial pour orienter les touristes vers les circuits suivant la préférence des animaux qu’ils veulent observer.

53En outre, il convient de noter que la fiabilité des valeurs qui relèvent l’abondance des circuits mono spécifiques dans le complexe ne peut être soutenue que par l’analyse de l’état de conservation des ressources dans l’aire protégée. À titre d’exemple, dans une aire protégée bien gérée et bien conservée, la valeur de la diversité d’observations permettra de déterminer de manière plus fiable les circuits monospécifiques, que dans une aire protégée mal gérée subissant une forte pression anthropique. Dans le cas du complexe OKM, qui connaît une telle situation, on ne saurait définir avec exactitudes les circuits mono spécifiques, étant donné que ces pressions ont un impact négatif sur sa diversité biologique.

54Bien que la diversité faunique soit difficilement observable, la végétation et la flore du complexe OKM offrent des potentialités pouvant contribuer à la promotion de l’écotourisme. Ainsi, l’attractivité des formations forestières (cf. photographie 2), la découverte et valorisation des espèces végétales à haute valeur socioculturelle (cf. photographie 3), les valeurs esthétiques de certaines espèces locales, les architectures racinaires, etc., constituent autant d’éléments de la diversité végétale pouvant servir de support à la promotion de l’écotourisme dans le complexe OKM.

Photographie 2 : Forêt claire à Anogeissus leiocarpa (Bouleau d’Afrique), formation végétale propice à une promenade ou une récréation en forêt dans le complexe Oti-Kéran-Mandouri (nord du Togo)

Photographie 2 : Forêt claire à Anogeissus leiocarpa (Bouleau d’Afrique), formation végétale propice à une promenade ou une récréation en forêt dans le complexe Oti-Kéran-Mandouri (nord du Togo)

Source : Auteurs, 2014

Photographie 3 : Parkia Biglobosa (Néré) portant des fruits à maturité, une espèce multi-usage, à haute valeur socio culturelle pour les communautés locales du complexe Oti-Kéran-Mandouri (nord du Togo)

Photographie 3 : Parkia Biglobosa (Néré) portant des fruits à maturité, une espèce multi-usage, à haute valeur socio culturelle pour les communautés locales du complexe Oti-Kéran-Mandouri (nord du Togo)

Source : Auteurs, 2018

3.3. Résultats d’évaluation des circuits du complexe Oti-Kéran-Mandouri : quelles informations sur l’état de conservation de la biodiversité dans une aire protégée ?

55Les très faibles probabilité et récurrence d’observations posent avec acuité le problème de l’effectif ou de la densité des différentes espèces rencontrées, en même temps que celui du comportement des animaux face aux humains. Les recherches ont relevé que le complexe Oti-Kéran-Mandouri subit une forte présence humaine qui impacte négativement les habitats et l’effectif des espèces (Dimobe et al., 2012 ; Polo-Akpisso et al., 2016). Ces pressions ont rendu les animaux très craintifs, car, grâce à leur flair, ils évitent tout contact avec les humains.

56Si le taux de braconnage est élevé dans la zone où la chasse est officiellement interdite, on peut s’attendre à ce que la faune soit plus méfiante. Par conséquent, son comportement face à l’homme pourrait être le même que si l’on se trouvait dans une zone où la chasse est pratiquée (Fesselet, 2006). La forte représentation des primates explique les pressions anthropiques grandissantes dans le complexe à travers l’installation des cultures vivrières très appréciées par ces espèces. Delvingt (2001) souligne pour sa part que les primates constituent également un indicateur de l’importance et de l’impact de la chasse, puisqu’ils ne sont généralement chassés que pour pallier une insuffisance de captures d’autres animaux.

57Les ressources naturelles et surtout les ressources fauniques du complexe Oti-Kéran-Mandouri sont fortement menacées par diverses actions humaines. Ce complexe a été envahi à la fois par des communautés sédentaires dont la présence a entraîné la désagrégation des habitats, et par des transhumants qui détruisent les habitats tout en perturbant le mode de vie de la faune. Le degré de braconnage très élevé explique sans doute la diminution des effectifs des animaux dont résultent les faibles taux de probabilité et de récurrence d’observations sur les différents circuits.

58Les analyses spatiales des paramètres spécifiques calculés au niveau de ceux-ci permettent de distinguer deux grandes zones d’activités des animaux, notamment une aire de forte probabilité et de forte récurrence d’observations dans le bloc Oti-Kéran. Elle est aussi marquée par une diversité d’observations élevée, et se situe dans une zone de 10 km autour de la brigade forestière de Naboulgou. La seconde est une zone de faible fréquentation d’animaux sur les circuits ; elle concerne les autres parties du complexe plus ou moins éloignées de la brigade forestière.

59Cette répartition montre que la surveillance dans le complexe n’est intense que dans les environs de la brigade. Les animaux fortement menacés dans le complexe se sentent en sécurité dans les environs de la brigade. Il en ressort que la gestion actuelle du complexe OKM n’est pas satisfaisante pour promouvoir un tourisme de vision, ce que confirme l’évaluation de l’UICN (2013), pour laquelle la gestion des aires protégées du complexe OKM est en effet déficiente.

60Si la gestion de ce complexe ne répond pas aux attentes, une importante biodiversité d’importance régionale et mondiale est en péril. En effet, le complexe OKM est connecté au complexe WAP, constitué de la réserve de biosphère transfrontalière et du parc régional du W (Bénin, Burkina Faso, Niger), de la réserve de biosphère et du parc national de la Pendjari (Bénin), et du parc national d’Arly (Burkina Faso). Leur intégration forme un important ensemble homogène d’écosystèmes terrestres et de zones humides, pour la conservation in situ des espèces endémiques, vulnérables et/ou menacées, dans toute la sous-région d’Afrique occidentale. Ainsi la faune, lors de sa migration du WAP relativement mieux conservé vers le complexe OKM, est exposée aux multiples dangers liés à la dégradation ou fragmentation des habitats.

61Cependant, l’étude montre que l’éléphant, espèce emblématique pour le tourisme, est présent dans le complexe à l’occasion d’incursions temporaires, dont la répétition dans le complexe OKM révèle que ce dernier présente un potentiel de réhabilitation des habitats et de la faune.

62Dès lors, il revient aux autorités en charge des aires protégées de revoir leurs stratégies de gestion en vue de restituer à ces écosystèmes compétents leurs fonctions écologique et économique. Il s’agit de développer des stratégies de gestion durable de ces écosystèmes en vue d’augmenter la présence des animaux, notamment des grands et moyens mammifères. Dans ces stratégies, l’écotourisme doit être privilégié, car, à condition d’être dûment planifié et bien géré, il permet souvent de contribuer durablement au financement de la gestion des aires protégées, facilite la reconnaissance de leur valeur, et contribue par là à améliorer leur protection (Williamson, 2006).

63Par ailleurs, au-delà de ces atouts de conservation des écosystèmes, l’écotourisme favorisera le développement de nouvelles opportunités économiques, participant ainsi à la réduction de la pauvreté dans laquelle vivent la majorité des populations riveraines des aires protégées des pays en développement. En ce sens, Dehoorne et al. (2013), dans leurs investigations portant sur le tourisme et la lutte contre la pauvreté, soulignent que le champ des possibles ouvert par le développement du tourisme ne peut pas être négligé.

Conclusion

64La démarche méthodologique présentée ci-dessus a été mise au point après trois années d’étude et de validation dans le complexe Oti-Kéran-Mandouri. Elle est destinée à l’usage des gestionnaires des aires protégées, des chercheurs, et des acteurs du tourisme. L’objectif en est d’amener les promoteurs du tourisme de vision dans les aires protégées à mettre à la disposition de leur clientèle des informations fiables sur les différents circuits proposés suivant les saisons. Ainsi, un touriste qui achète un circuit dont la capacité a été évaluée par la présente méthode est par avance informé sur ses chances de faire des observations, sur la diversité des espèces observables, ainsi que sur le nombre de rencontres qu’il peut faire. De même, les promoteurs et gestionnaires du tourisme disposeront aussi d’outils concrets pour mieux planifier et vendre les différents circuits touristiques dans une aire protégée.

65Dans une autre mesure, cette approche permet d’analyser l’état de conservation des ressources fauniques dans les aires protégées. La méthode a été appliquée dans le complexe Oti-Kéran-Mandouri, où les pressions anthropiques sur les ressources faunistiques sont très fortes. Il revient alors aux chercheurs de l’expérimenter dans plusieurs zones en vue de l’améliorer.

66Les résultats obtenus dans le cas des aires protégées du complexe Oti-Kéran-Mandouri permettent toutefois de constater que le tourisme de vision y est loin de satisfaire sa clientèle. Cette carence peut s’expliquer par une déficience dans la gestion de ces aires protégées qui tient aux fortes pressions dénoncées ci-dessus.

Haut de page

Bibliographie

Buckland, S.T. & D.A. Elston (1993). “Empirical Models for the Spatial Distribution of Wildlife”, Journal of applied Ecology 478-495.

Budowski, G. (1976). “Tourism and Environment Conservation: Conflict, Coexistence or Symbiosis?”, Environment Conservation 31(1): 27-31.

Dehoorne, O., C. Tatar et S. Theng (2013). « Tourisme et pauvreté : le champ des possibles », Études caribéennes, 24-25, URL : <https://journals.openedition.org/etudescaribeennes/6578>.

Delvingt, W. (2001). « La forêt des hommes : Terroirs villageois en forêt tropicale africaine, Presses agronomiques de Gembloux, 280 p.

Dimobe, K., K. Wala, K. Batawila, M. Dourma, Y.A. Woegan et K. Akpagana (2012). « Analyse spatiale des différentes formes de pressions anthropiques dans la réserve de faune de l’Oti-Mandouri (Togo) », VertigO, HS 14 : DOI : 10.4000/vertigo.12423.

Doumenge, C., J.E. Garcia Yuste, S. Gartlan, O. Langrand et A. Ndinga (2001). « Conservation de la biodiversité forestière en Afrique centrale atlantique : le réseau d’aires protégées est-il adéquat ? », Bois et forêts des tropiques 268 : 5-28.

Doumenge, C., A. Ndinga, T. Fomete Nembot, Z. Tchanou, V. Micha Hondo, N. Ona Nze et A. Ngoye (2003). « Conservation de la biodiversité forestière en Afrique centrale atlantique. II. Identification d’un réseau de sites critiques », Bois et forêts des tropiques 276 : 43-57.

Ern, H. (1979). « Die Vegetation Togo », Gliederrung, Gefährdung, Erhaltung. Willdenowia, 9 : 295-312.

Fesselet, M. (2006). Tourisme de chasse et tourisme de vision : complémentarité ou compétition ? Étude comparative des impacts économiques et écologiques entre le Katavi National Park et Mlele Game Controlled Area, Mémoire d’ingénieur, École d’Ingénieurs de Lullier, 155p.

Folega, F., M. Dourma, K. Wala, K. Batawila, C.Y. Zhang, X.H. Zhao, K. Akpagana (2012). “Assessment and impact of anthropogenic disturbances in protected areas of northern Togo”, For. Stud. China 14: 216-223.

Koumantiga, D., K. Wala, K. Batawila et K. Akpagana (2012). « Les potentialités écotouristiques dans la préfecture de Doufelgou (Togo, Afrique de l’Ouest) », Études caribéennes, 23, URL : <https://journals.openedition.org/etudescaribeennes/6326>.

Lemelin, R. (2012). « L’aire protégée transfrontalière Torngat-Koroc : gouvernance, tourisme et retombées économiques potentielles dans les territoires du Nunatsivut », Téoros, URL : <https://journals.openedition.org/teoros/2173>

Lequin, M. (2001). Écotourisme et gouvernance participative, Sainte-Foy, Québec, Presses universitaires du Québec, 254 p.

Payen, A. (2012). Tourisme communautaire dans les sud : quelle implication des populations locales dans les aires protégées ? Cas du parc national de Loango, Gabon, Mémoire de master, Univ. Paris 1 -Panthéon Sorbonne, 104 p.

Polo-Akpisso, A., Wala K., Ouattara S., Foléga F., Tano Y. (2016). Changes in Land Cover Categories within Oti-Kéran-Mandouri (OKM) Complex in Togo (West Africa) between 1987 and 2013”, In W. Leal Filho, K. Adamson, R.M. Dunk, U.M. Azeitero, S. Illingworth & F. Alves (eds.). Implementing Climate Change Adaptation in Cities and Communities: Integrating Strategies and Educational Approaches, Springer.

Roger, A. (2005). Parc national des plateaux Batéké : Évaluation du potentiel écotouristique, Mémoire de Master, Univ. Paul Valéry, Montpellier III. 123 p.

Roger, A., R. Calaque et C. Doumenge (2006). « Une évaluation du potentiel écotouristique du parc national des plateaux Batéké », Bois et forêts des tropiques 290 (4).

Sarrasin, B., O. Dehoorne et A. Augier (2016). « Tourisme et ressources naturelles, Prendre la mesure du défi », Études caribéennes 33-34, URL : <https://journals.openedition.org/etudescaribeennes/9489>.

UICN (2010). Le tourisme dans les aires protégées d’Afrique de l’Ouest : Quelle contribution à la conservation ?, Rapport étude PACO n° 6. Ouagadougou, BF : UICN/PACO, 110 p.

UICN (2013). Évaluation de l’efficacité de la gestion d’Oti-Kéran et Oti-Mandouri (Togo), Rapport technique. 69 p.

Wala, K., A.Y. Woegan, W. Borozi, M. Dourma, A. Atato, K. Batawila, K. Akpagana (2012). “Assessment of vegetation structure and human impacts in the protected area of Alédjo (Togo)”, African J. Ecol. 50: 355-366.

White, F. (1986). La végétation d’Afrique. Mémoire, carte de la végétation d’Afrique, UNESCO/Aetfa/Unso, 383 p.

Williamson, D. (2006). “Ecotourism and protected areas: making the most of the opportunities”, Bois et forêts des tropiques 290 (4).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Schéma de la zone de collecte d’informations sur un circuit
Crédits Source : Auteurs, 2016
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13801/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13801/img-2.png
Fichier image/png, 2,4k
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13801/img-3.png
Fichier image/png, 2,4k
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13801/img-4.png
Fichier image/png, 2,1k
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13801/img-5.png
Fichier image/png, 2,0k
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13801/img-6.png
Fichier image/png, 1,8k
Titre Figure 2 : Localisation du complexe Oti-Kéran-Mandouri dans le nord du Togo
Crédits Source : Auteurs, 2018
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13801/img-7.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Figure 3 : Présentation des circuits identifiés dans le complexe Oti-Kéran-Mandouri (nord du Togo)
Crédits Source : Auteurs, 2015
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13801/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Figure 4 : Répartition des espèces suivant le nombre de circuits fréquentés
Crédits Source : Auteurs, 2017
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13801/img-9.png
Fichier image/png, 140k
Titre Figure 5 : Période d’observation des différentes espèces animales
Crédits Source : Auteurs, 2017
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13801/img-10.png
Fichier image/png, 45k
Titre Photographie 1 : Loxodonta africana africana, observé dans le complexe Oti-Kéran-Mandouri (nord du Togo)
Crédits Source : Auteurs, 2016
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13801/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Figure 6 : Probabilité d’observation des espèces suivant les circuits
Crédits Source : Auteurs, 2017
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13801/img-12.png
Fichier image/png, 147k
Titre Figure 7 : Carte de la probabilité d’observation des espèces animales suivant les circuits
Crédits Source : Auteurs, 2016
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13801/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Figure 8 : Récurrence d’observation des espèces suivant les circuits
Crédits Source : Auteurs, 2016
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13801/img-14.png
Fichier image/png, 122k
Titre Figure 9 : Carte de la récurrence d’observations des espèces animales suivant les circuits
Crédits Source : Auteurs, 2016
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13801/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Figure 10 : Diversité d’observation des espèces suivant les circuits
Crédits Source : Auteurs, 2017
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13801/img-16.png
Fichier image/png, 152k
Titre Figure 11 : Carte de la diversité d’observations des espèces animales suivant les circuits
Crédits Source : Auteurs, 2016
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13801/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Titre Photographie 2 : Forêt claire à Anogeissus leiocarpa (Bouleau d’Afrique), formation végétale propice à une promenade ou une récréation en forêt dans le complexe Oti-Kéran-Mandouri (nord du Togo)
Crédits Source : Auteurs, 2014
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13801/img-18.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Photographie 3 : Parkia Biglobosa (Néré) portant des fruits à maturité, une espèce multi-usage, à haute valeur socio culturelle pour les communautés locales du complexe Oti-Kéran-Mandouri (nord du Togo)
Crédits Source : Auteurs, 2018
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13801/img-19.png
Fichier image/png, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dabitora Koumantiga, Kpérkouma Wala, Madjouma Kanda, Marra Dourma et Koffi Akpagana, « Aires protégées et écotourisme de vision de la grande faune : développement d’une approche méthodologique pour évaluer les circuits et application au complexe Oti-Kéran-Mandouri au Togo (Afrique de l’Ouest) », Études caribéennes [En ligne], 41 | Décembre 2018, mis en ligne le 15 octobre 2018, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/13801 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.13801

Haut de page

Auteurs

Dabitora Koumantiga

Docteur, Chercheur associé, Laboratoire de botanique et écologie végétale (LBEV), Faculté des Sciences, Université de Lomé, Centre de Recherche et Ingénieries en Gestion de l’Environnement et du Territoire- Consulting & Services (CRIGET-CS), dabitora2004@yahoo.fr

Articles du même auteur

Kpérkouma Wala

Maître de Conférences, Enseignant chercheur, Laboratoire de botanique et écologie végétale (LBEV), Université de Lomé, kpwala75@yahoo.fr

Articles du même auteur

Madjouma Kanda

Maître Assistant, Enseignant chercheur, Laboratoire de botanique et écologie végétale (LBEV), Université de Lomé, kmadjouma@yahoo.fr

Marra Dourma

Maître de Conférences, Enseignant chercheur, Laboratoire de botanique et écologie végétale (LBEV), Université de Lomé, dourmamarra@yahoo.fr

Koffi Akpagana

Professeur, Enseignant chercheur, Laboratoire de botanique et écologie végétale (LBEV), Université de Lomé, koffi2100@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals