Navigation – Plan du site
Compte-rendu de lecture

L’art caribéen, le penser pour le dire : réflexions autour de la littérature, des arts visuels, de la musique et de la danse de Patricia Donatien

Rodolphe Solbiac
Référence(s) :

Donatien, P. (2018). L’art caribéen, le penser pour le dire : Réflexions autour de la littérature, des arts visuels, de la musique et de la danse, Éditions L’Harmattan, ISBN : 978-2343127781

Texte intégral

1Dans son ouvrage intitulé L’art caribéen, le penser pour le dire : Réflexions autour de la littérature, des arts visuels, de la musique et de la danse, paru aux éditions L’Harmattan, Patricia Donatien présente le parcours de recherche qui la conduit à proposer la définition d’une esthétique caribéenne. Elle affirme que « la définition d’une esthétique caribéenne est aujourd’hui fondamentale et qu’il est maintenant indispensable de théoriser cette production (…), de l’en-dedans ». Elle ajoute que « les penseurs caribéens doivent définir leur esthétique, ne pas hériter de l’art comme d’une tradition déjà constituée, mais créer à leur tour la leur ».

2Dans cet ouvrage, le discours de Patricia Donatien est organisé en quatre parties, subdivisées en plusieurs chapitres aux titres sous-titres fort signifiants, qui viennent à la suite d’un avant-propos et d’une introduction. Une conclusion intitulée « Vers une esthétique caribéenne », rappelle l’essentiel de ce que l’auteur articule tout en présentant l’orientation de ses travaux à venir. L’ouvrage dispose d’un sommaire et d’une table des matières dont les titres informent très clairement le lecteur sur le propos de l’auteur, tout en offrant à celui-ci la possibilité d’un accès choisi.

3Cet essai propose une bibliographie riche comportant des références qui en font une étude bien documentée. Celle-ci s’organise en plusieurs sections qui témoignent de la pluridisciplinarité de l’élaboration théorique mise en œuvre dans cet ouvrage. L’ouvrage dispose, de plus, d’une table des illustrations qui mettent en relief le propos de l’auteur tout au long du texte.

4L’avant-propos de l’ouvrage présente les rencontres avec les œuvres et les personnes qui ont conduit l’auteure à faire les choix qui ont déterminé sa vie de chercheuse. Patricia Donatien y cite les penseurs et artistes ; Aimé Césaire, Wolé Soyinka, Leroy Clarke, et Jeff Donaldson qui ont joué un rôle déterminant dans son parcours. Elle souligne l’importance de l’école artistique du SERMAC (Service Municipal d’Action Culturelle de la Ville de Fort-de-France). Patricia Donatien souligne l’importance de sa rencontre, à la fin de la décennie 80, avec le groupe de plasticiens noirs américains Africobra qui a présenté, au festival de la ville de Fort-de-France, « une exposition stupéfiante, tant par son aspect inhabituel que par l’audace de son langage esthétique ».

5Après une introduction dans laquelle elle pose avec clarté le cadre théorique de cet essai, Patricia Donatien expose le parcours conceptuel qui la conduit à proposer la définition d’une esthétique caribéenne. Cette théorisation découle de la relation qu’entretient l’artiste caribéen avec la « blès » (ce syndrome qui affecterait, dans la Caraïbe et en Amérique, les populations ayant subi successivement la déportation, l’esclavage et la colonisation) qu’il transforme en énergie créatrice.

6Patricia Donatien consacre la première partie de L’art caribéen, le penser pour le dire aux racines de l’esthétique caribéenne que constituent les discours fondateurs et les postures analytiques et discursives qui émergent dans la zone Caraïbe. À cette fin, elle examine, dans un premier temps, les discours fondateurs de la pensée caribéenne.

7Dans la deuxième partie, Patricia Donatien expose les éléments conceptuels que ses postures analytiques et discursives ont permis de faire émerger, et qu’elle mobilise pour définir les fondements de l’art caribéen. Elle dégage ainsi, les notions-piliers et les lieux communs des arts caribéens : porosité des espaces vivants et vibrants, ambiguïté et métamorphose dans la réalisation du sujet caribéen par la déconstruction des oppositions, pourriture, corruption et déchéance, décentrement, détournement et débridement.

8La troisième partie dessine les contours de la matrice de l’art caribéen. Ainsi présente-t-elle la matrice historique et sociale de l’art caribéen, le parcours-passage des maux de l’histoire aux thématiques créatives, ainsi que les thèmes et structures caractéristiques de l’art caribéen : la folie et le chaos, l’intime et l’extime, l’être et le lieu, le corps (du point de vue de la redéfinition de son image, mais aussi le corps en tant que véhicule narratif).

9La quatrième partie de cet essai dévoile les stratégies de mise en valeur, d’émergence et de dépassement qui caractérisent l’art caribéen. Elle analyse les stratégies de désaliénation et les stratégies édificatrices mises en œuvre par les créateurs, ainsi que la dimension psychanalytique de l’approche originale mise en œuvre par Patricia Donatien. Cette dernière y mobilise les travaux psychanalytiques de Lacan et Fanon pour analyser les procédures au moyen desquelles les créateurs caribéens dépassent la « blès » vernaculaire pour l’élever au rang de symbole.

10Patricia Donatien met en œuvre une démarche de travail sur l’art dans l’« opacité ouverte » de Glissant (Glissant Traité 29). Cette approche prend en compte aussi bien les faits repérables scientifiquement, que les éléments relevant du mythique, du magique et de la sensibilité humaine, pour mettre en évidence la relation étroite qu’entretient l’art avec le magico-religieux, révéler la superposition, voire l’entremêlement de l’art et de la spiritualité. Elle adopte la posture de l’artiste chercheur, observateur observé qui entreprend « la constitution d’un discours hybride ».

11Ce choix d’une hybridité révélatrice mobilise les éléments théoriques et conceptuels de l’observateur observé et de l’autoreprésentation culturelle de Bourdieu et Spivak. Il s’appuie sur les apports des travaux d’Homi Bhabha sur l’hybridité et l’interstice du point de vue des potentialités de désenclavement qu’ils ouvrent, pour articuler que la zone interstitielle constitue fondamentalement l’espace de production culturelle de la Caraïbe. La méthodologie employée par Patricia Donatien se situe aux croisements des champs de la sociologie, de la psychanalyse, de l’anthropologie, de l’histoire et de la philosophie. L’auteure complète les apports d’Homi Bhabha en mobilisant les discours des penseurs et créateurs caribéens, pour une meilleure compréhension de l’esthétique que développent les artistes de la région, affirmant et assumant de la sorte, un choix épistémologique idéologique.

12Partant de ce positionnement théorique, Patricia Donatien entreprend une « analyse synchronique de la littérature, de la musique et des arts visuels caribéens, dans le but de révéler les relations spécifiques qui s’établissent entre l’homme, l’espace, le temps, le corps, dans une structuration langagière et systémique ». Le corpus d’œuvres sélectionnées possède une dimension pan caribéenne qui contribue positivement à la validité des conclusions tirées de son étude.

13Ainsi explore-t-elle, en premier lieu les stratégies narratives mises en œuvre dans les romans d’auteurs comme Jamaica Kincaid, Shani Mootoo, Edwidge Danticat, V.S Naipaul, Zoé Valdès, ou encore dans la poésie d’Aimé Césaire et de Derek Walcott, pour mettre en évidence la manière dont « ces écrivains approchent l’histoire et conçoivent la narration comme une projection de l’intime ou de l’interne vers l’espace public ». Suivant la même démarche, elle passe également en revue les productions de danseurs tels que Erol Josué, et de musiciens tels que Jeff Baillard, Eugène Mona, Omar Sosa et Roberto Fonseca. De même, l’examen des caractères de la création dans le domaine des arts plastiques et visuels fait une place de choix aux travaux de Leroy Clarke, Wilfredo Lam, Manuel Mendive, Henri Guédon, et Habdaphai.

L’articulation théorique

14Patricia Donatien articule la proposition théorique qui définit la « blès » comme concept vernaculaire central d’une esthétique caribéenne. Elle expose les résonances de ce phénomène dans l’art, et démontre également à quel point l’art caribéen est radicalement lié à la matrice qui génère les peuples caribéens et leurs récentes productions artistiques. Elle démontre que « l’art donne une représentation de la matrice des sociétés caribéennes, en isole les caractéristiques telles que la “blès”, et les renforce dans l’élaboration d’un système de signes dont le décryptage permet d’appréhender l’esthétique, mais aussi les fonctionnements sociaux et psychologiques dont elle découle ».

15Elle affirme que « l’observation de l’artiste et de son œuvre permet une meilleure compréhension du passé et à une projection sur le futur » (213). L’analyse qu’elle mène des œuvres de nombreux artistes lui permet d’établir que ces derniers « procèdent à une recréation spatiale dans leurs œuvres qui renvoie à une nécessité de définir un espace esthétique qui n’est déterminé ni par une appartenance raciale, ni par un positionnement culturel tranché, mais plutôt par les contingences et les réalités de leur existence, de leur environnement, de leur histoire » (213). Ainsi, « leurs œuvres explorent le dialogue qui s’instaure de manière continue entre la nécessité de reconstruire l’histoire, donc de s’enraciner, et celle de s’affranchir de tout poids idéologique, religieux ou communautaire, pour s’exprimer librement ». Il existe donc dans l’art caribéen un lien fondamental à la matrice qui se situe entre génération et affranchissement.

16Patricia Donatien articule enfin, qu’en tant qu’art vivant, l’art caribéen, quoique s’inscrivant dans une démarche contemporaine est toujours porteur d’une fonction sémantique continue de retranscription des sensations et des énergies. L’analyse rigoureuse que met en œuvre Patricia Donatien, soutenue par une relation étroite avec le terrain, débouche sur l’articulation tout à fait viable d’une esthétique caribéenne. De plus, la chercheuse caribéenne parvient à allier profondeur de l’analyse, densité, conceptuelle, largeur de la perspective, avec une grande accessibilité.

17L’art caribéen, le penser pour le dire apparaît dans un espace culturel caribéen francophone marqué par une succession de publications qui portent sur l’art et examinent des questions relevant de l’esthétique. Ainsi noterons-nous plusieurs ouvrages du professeur Dominique Berthet ; Pratiques artistiques contemporaines en Martinique, Esthétique de la rencontre 1, en 2013, Fragments d’un discours esthétique, en 2014, suivit de 40 Entretiens d’artistes Martinique, Guadeloupe : tome 2 (2000-2014) : esthétique de la rencontre 2, en 2016. Ce même Dominique Berthet publie également Art et transgressions, en 2017. Il convient également de noter la publication, en 2016, par José Lewest de Les processus de reconfiguration dans l’art caribéen — Guadeloupe, Haïti, Jamaïque, une étude comparée de l’émergence des arts plastiques en Guadeloupe en Jamaïque et en Haïti. De plus, la publication de L’art caribéen, le penser pour le dire coïncide avec la sortie du dernier numéro en date de la revue Recherches en esthétique produite par le CEREAP, sous la direction de Dominique Berthet. L’art caribéen, le penser pour le dire contribue, en la circonstance, à une énonciation collective avec ce volume intitulé « art et action » qui est lui aussi dédié à la création artistique, envisagée à la fois comme pensée et comme acte.

18Cependant, l’orientation théorique développée par Patricia Donatien dans L’art caribéen, le penser pour le dire se situe, plus largement, dans la dynamique des recherches menées à la fois sur le trauma et l’esthétique, dans l’ensemble de la Caraïbe, ainsi que dans d’autres sociétés postcoloniales, tout en poursuivant une réflexion entamée dans les travaux précédents de la chercheuse. En effet, L’art caribéen, le penser pour le dire poursuit le développement du travail théorique sur l’art caribéen mené par Patricia Donatien, durant la décennie 2000, avec des publications telles que « La spiritualité dans l’art contemporain caribéen » (2005), « L’esthétique de la blès » (2006), « Leroy Clarke : The double ritual of poetic and plastic creation, a way to freedom’ (2007). La chercheuse y jette les bases d’une large réflexion qui lui permet ensuite de formuler, dans L’exorcisme de la blès : Jamaica Kincaid Autobiographie de ma mère, son interprétation des invariants de l’expression artistique dans l’espace culturel américano-caraïbe. L’Exorcisme de la blès, Jamaica Kincaid Autobiographie de ma mère publié en 2007 (récipiendaire du Fanon Prize) tirait son originalité du fait qu’il proposait une interprétation du processus de création littéraire dans la perspective d’une cohérence avec l’ensemble des arts caribéens et américains. En exemplifiant la création artistique caribéenne en tant qu’exorcisme de la blès des peuples déportés et dominés dans le “Nouveau Monde”, Patricia Donatien avait ouvert la voie à une réflexion sur la possible conception d’une création artistique orientée vers l’exorcisme collectif des douleurs et traumatismes enfouis dans le psychisme de ces peuples.

19Une telle approche entre en résonance avec l’étude que mène, quelques années plus tard, Carole Boyce Davies sur la question dans l’article intitulé “LeRoy Clarke’s Aesthetic of the Shadow” for LeRoy at 70. The Art, The Poetry, The Man ». Cette démarche trouve, en 2016, un écho dans Amour, sexe, genre et trauma dans la Caraïbe francophone, ouvrage majeur dirigé par Gladys Francis, mettant en œuvre une approche comportant nombre de similarités avec celle qu’articule Patricia Donatien. Cet ouvrage fait, en effet, une place centrale au motif du trauma pour explorer les questions que « notre contemporanéité pose sur le corps en position de trauma, et sur la construction de corporalités en contexte franco-caribéen ». Il s’attache, de plus, à déceler « les répercussions des traumas de l’Histoire sur les sujets postcoloniaux, et à examiner la manière dont ils ressurgissent dans les expressions artistiques et les politiques territoriales ». Il entreprend, également, de saisir, entre autres, les mécanismes et stratégies par lesquels le trauma s’inscrit ou se réinscrit dans la production artistique et culturelle.

20L’orientation théorique développée par Patricia Donatien dans L’art caribéen, le penser pour le dire se situe dans la dynamique des recherches menées sur le trauma dans les sociétés postcoloniales exemplifiée par la publication de Postcolonial Traumas : Memory, Narrative, Resistance (2015), sous la direction d’Abigail Ward. En ce qui concerne l’esthétique, L’art caribéen, le penser pour le dire qui approche le carnaval en tant que performance plastique, est publié dans un contexte qui voit l’émergence d’une approche académique du carnaval en tant que pratique artistique et espace d’expression d’une esthétique, comme en témoigne la publication en 2016 par Claire Tancons et Krista Angelique Thompson de En Mas : Carnival and Performance Art of the Caribbean.

21En raison de sa qualité, L’art caribéen, le penser pour le dire trouve légitimement sa place parmi les publications importantes de la décennie 2010. Il constitue une contribution importante à la pensée caribéenne.

Haut de page

Bibliographie

Berthet, D. (2013). Pratiques artistiques contemporaines en Martinique, Esthétique de la rencontre 1, Paris, L’Harmattan.

Berthet, D. (2016). Entretiens d’artistes Martinique, Guadeloupe : tome 2 (2000-2014) : esthétique de la rencontre 2, Paris, L’Harmattan.

Berthet, D. (2008). André Breton, l’éloge de la rencontre : Antilles, Amérique, Océanie. HC.

Berthet, D. (2017). Art et transgressions, Paris, L’Harmattan.

Berthet, D (2002). Vers une esthétique du métissage ?, Paris, L’Harmattan.

Boyce Davies, C. (2011). LeRoy Clarke’s Aesthetic of the Shadow’ for LeRoy at 70. The Art, The Poetry, The Man, Trinidad and Tobago, UNESCO national Commission.

Chang, A. et al. (2017). Circles and Circuits: Chinese Caribbean Art, Duke University Press Books.

Donatien-Yssa, P. (2006). « L’esthétique de la blès », Synergies Amériques n° 2.

Donatien-Yssa, P. (2005). « La spiritualité dans l’art contemporain caribéen », Cercles en ligne, Editeur Philippe Romanski. 

Donatien-Yssa, P. (2007). « Leroy Clarke: The double Ritual of Poetic and Plastic Creation, a Way to Freedom », Revue LISA/LISA V (2). 

Gosine, A. (2017). ‘Visual Art after Indenture: Authoethnographic Reflections’, South Asian Studies 33(1): 105–112.

Jimenez, M. et D. Berthet (2014). Fragments d’un discours esthétique, Klincksieck.

Tancons, C. and K.A. Thompson (2016). En Mas : Carnival and Performance Art of the Caribbean, Independent Curators International and Contemporary Art Center.

Ward, A. (ed.) (2015). Postcolonial Traumas: Memory, Narrative, Resistance, Springer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rodolphe Solbiac, « L’art caribéen, le penser pour le dire : réflexions autour de la littérature, des arts visuels, de la musique et de la danse de Patricia Donatien », Études caribéennes [En ligne], 41 | Décembre 2018, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/13823

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals