Navigation – Plan du site
Hors-dossier

Les territoires du nautisme : inscriptions spatiales d’un domaine d’activités ludo-sportives et touristiques

The Territories of Water Sports: Spatial Inscriptions of a Field of Recreational and Tourist Activities
Nicolas Bernard

Résumés

Le développement régulier des pratiques nautiques marque considérablement les espaces et les sociétés contemporaines. Par son historique, son expression territoriale, ses implications économiques, sociales ou environnementales, le nautisme rappelle fortement les processus observés et les concepts mobilisés dans l’analyse des faits touristiques. Cependant, au sein des activités récréatives, il occupe une place très particulière, du fait de son inscription dans l’élément liquide et de sa déclinaison en une multitude de pratiques, de territoires et de cultures. Son étude nécessite une démarche scientifique originale, à différentes échelles.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le nautisme est un terme générique qui désigne un système associant des acteurs, des pratiques, des lieux et des représentations autour d’activités sportives ou récréatives se déroulant sur l’eau au moyen d’un support de navigation, à l’exclusion des croisières touristiques et des promenades embarquées fluviales, lacustres ou maritimes (Bernard, 2016). Sans même le pratiquer, le nautisme est présent dans notre quotidien : paysages, objets, discours, symboles et métaphores nautiques envahissent notre environnement ; il touche directement ou indirectement un très large public.

2Le nautisme est un rapport particulier de l’homme à l’espace et à l’élément liquide ; c’est aussi un rapport particulier aux autres, qui s’exprime à travers des cultures nautiques bien distinctes (sport, loisir, tourisme, art de vivre…), chacune ayant sa traduction spatiale. Pour le géographe, le nautisme constitue une entrée pour questionner les concepts d’espace et de territoire : par son emprise sociale et spatiale, par ses combinaisons riches et subtiles, mêlant passé et présent, ancrage et mobilité, continuités et discontinuités, données matérielles et immatérielles, il rassemble toutes les conditions pour composer un objet d’étude géographique particulièrement stimulant.

3L’objectif de cet article est de montrer précisément l’intérêt de ce champ de recherche pour la discipline, à partir de l’exemple français : comment le nautisme, dans ses diverses expressions, façonne-t-il les territoires où il s’insinue ? En quoi le nautisme participe-t-il aux processus de territorialisation ? Existe-t-il une échelle d’analyse pertinente pour appréhender la question ? Cette contribution rappelle tout d’abord la nécessité d’une analyse multiscalaire de l’objet d’étude. Elle propose ensuite quelques exemples de conceptualisation géographique autour des territoires du nautisme. Enfin, elle présente les évolutions récentes des équipements et pratiques nautiques, leurs implications spatiales, leur rôle dans les processus de déconstruction/reconstruction territoriale.

1. Appréhender les espaces du nautisme par l’analyse multiscalaire

4L’étude des espaces du nautisme nécessite différentes échelles d’analyse, chacune révélant un rapport original au territoire (Bernard et Bouvet, 2008). La France offre ici un espace d’étude privilégié dans la mesure où les activités nautiques y sont diversifiées et largement pratiquées. La dimension océanique qu’apportent notamment les courses au large induit le recours à l’échelle mondiale, qui ne sera pas mobilisée ici, ce domaine ayant déjà fait l’objet d’étude spécifique (Parrain, 2010).

1.1. La France nautique : des lectures différentes

5La France est l’un des pays au monde où les services de l’État et les collectivités territoriales, en partenariat avec les fédérations, ont le plus favorisé et accompagné la promotion et la pratique des sports nautiques par le soutien aux équipements, aux structures institutionnelles et jusque dans l’action sociale et éducative. Comment aborder une géographie du nautisme à l’échelle de la France ? Aucune carte de synthèse n’est envisageable, car la complexité du fait nautique se traduirait par une expression cartographique illisible ou forcément réductrice. Des choix sont donc à opérer ; mais quelles entrées privilégier ? La démarche qui nous a paru la plus appropriée pour restituer cette géographie nautique à l’échelle du pays passe par la sélection de quelques pratiques nautiques, retenues en fonction de leur pouvoir illustratif. Nous nous appuierons sur les données statistiques des fédérations de sports nautiques qui sont régulièrement actualisées et plutôt fiables, mais représentatives d’un seul mode de pratique : le sport encadré. Le critère retenu est celui du nombre de clubs affiliés à la fédération concernée, par département : il s’agit là d’une donnée qui traduit bien la vitalité de l’activité dans l’espace départemental. Deux pratiques ont été choisies en fonction de leur représentativité sportive et spatiale : le surf/paddle et le canoë-kayak (cf. figure 1).

6La carte des clubs de canoë-kayak affiliés à la Fédération française de canoë-kayak montre qu’il s’agit là de la pratique la plus diffusée et la mieux répartie géographiquement. À l’exception très particulière du Territoire de Belfort, tous les départements français sont représentés. Il est vrai que la pratique s’est considérablement développé ces dernières années sur la côte, les cours d’eau et plans d’eau intérieurs, en raison d’une accessibilité relativement aisée à l’activité et des larges possibilités de pratiques, tant ludiques et touristiques que sportives.

7La carte des clubs de surf et paddle affiliés à la Fédération française de surf traduit une tout autre réalité. Le surf réclame des conditions de pratique très particulières que seuls certains secteurs côtiers peuvent offrir. Il s’ensuit une géographie très déséquilibrée ; deux régions se distinguent dans cet ensemble : le Sud-Ouest bien sûr, berceau historique du surf français ; l’Ouest français, de la Vendée au Finistère. Le surf est par contre très peu présent au nord de l’estuaire de la Seine. Les quelques clubs qui apparaissent dans l’intérieur du pays (et dont la présence peut surprendre) sont en fait des clubs proposant des activités de stand up paddle sur des cours d’eau ou des plans d’eau intérieurs.

Figure 1. Répartition des clubs affiliés aux fédérations françaises de surf et de canoë-kayak

Figure 1. Répartition des clubs affiliés aux fédérations françaises de surf et de canoë-kayak

8Si la carte des clubs de surf montre une localisation proche des espaces maritimes, celle des clubs de canoë-kayak prend à contre-pied la vision trop littoraliste que l’on se fait parfois du nautisme.

1.2. L’échelle intermédiaire : le territoire du nautisme

9Entre le national et le local, l’échelle intermédiaire peut offrir un large éventail de spatialités nautiques : celle d’un bassin côtier, celle d’un cours d’eau ou du tracé d’un canal ; c’est aussi celle de la région, envisagée comme espace social, vécu, identitaire ou plus classiquement comme circonscription administrative. La région administrative n’est pas l’échelle la plus pertinente pour analyser les spatialités nautiques, car ses limites ne sont pas forcément celles des réseaux ou des espaces de pratiques. Néanmoins, il s’agit d’un échelon qu’on ne peut négliger, dans la mesure où la politique régionale peut fortement conditionner la géographie nautique de la région concernée et distinguer ainsi cette région d’autres espaces administratifs de même niveau. La part faite au nautisme dans certaines politiques régionales relève d’un choix stratégique de développement qui est alors revendiqué comme tel (« La Bretagne, terre de nautisme »). À l’échelle du département, la problématique est finalement comparable : la politique volontariste d’un conseil départemental en matière de nautisme peut conduire à identifier un département au nautisme ; il en est ainsi de la Vendée. De toutes ces entités spatiales, c’est le territoire (du nautisme) qui semble l’échelon le plus pertinent pour illustrer l’échelle intermédiaire.

10Le processus de fabrication des territoires du nautisme est un mécanisme aux rouages complexes, car fait de rapports humains, dont la mise en œuvre s’inscrit dans le temps long. Le territoire étant une construction humaine, c’est par les acteurs qu’il convient d’appréhender leur élaboration. Il sera ensuite possible d’analyser les conditions de la constitution des territoires du nautisme : usages, identification, matérialisation, appropriation, représentation (Bernard, 2016). Le « territoire du nautisme » répond tout naturellement à cette règle d’organisation spatiale. Il peut se construire à partir des trois éléments constitutifs de l’espace qui sont, pour l’essentiel, le fait même des acteurs : la matérialité, les représentations, les usages. Ils sont tous trois à considérer dans la longue durée, élément essentiel à prendre en considération dans la genèse territoriale : « L’espace a besoin de l’épaisseur du temps, de répétitions silencieuses, de maturations lentes pour devenir territoire » (Marié, 1982). La longue durée favorise en effet la mise en place d’usages répétitifs des lieux qui concrétisent le territoire.

11Un exemple de systémogenèse nautique nous est fourni par le bassin de navigation des Glénan (cf. figure 2) : sur le littoral sud du département du Finistère, entre Loctudy à l’ouest et Concarneau à l’est, s’ouvre une large baie abritée des coups de vent de noroît (nord-ouest) par la péninsule que forme le Pays bigouden. Ce plan d’eau est délimité au nord par la côte formant un amphithéâtre ouvert vers le sud et bordé au large par l’archipel des Glénan. Par sa situation, son orientation et ses dimensions, le bassin des Glénan compose un remarquable bassin de navigation pour la plaisance, dont les qualités ont été appréciées des yachtmen dès le milieu du XIXe siècle, donnant à cet espace de navigation une épaisseur historique. Dans la première moitié du XXe siècle, l’organisation de compétitions répond aux attentes d’institutions nautiques nationales ou internationales. L’affirmation de l’orientation nautique du bassin des Glénan se produit dans les années d’après-guerre : en 1947 est créée, dans l’archipel des Glénan, une structure associative à vocation philanthropique. Cette structure dispose d’une section nautique, baptisée Centre nautique des Glénans en 1957. Ce centre s’oriente dès lors vers un objectif de formation à la navigation de plaisance. Depuis sa création, il a essaimé dans différentes villes littorales de Bretagne et de Méditerranée, et a formé près d’un demi-million de stagiaires.

12L’orientation nautique du bassin des Glénan s’est trouvée renforcée au fil des ans par la réalisation d’infrastructures portuaires de plaisance tout au long de la frange littorale. Le premier site à recevoir des bateaux de plaisance sur pontons est le port de Concarneau, dès 1965. Dans les années 1970 sont réalisés les ports de Port-La-Forêt et de Bénodet, suivis par ceux de Combrit Sainte-Marine (1986) et de Loctudy (1991). Les derniers chantiers concernent l’aménagement de pontons dans les bassins du port de pêche de Lesconil (2009), tandis qu’un projet se dessine au fond du port de pêche du Guilvinec. On remarque ainsi une dynamique est-ouest, qui accompagne d’ailleurs le développement touristique de la région, en direction des ports du Pays bigouden (Loctudy, Lesconil, Le Guilvinec). Cette orientation touristique et nautique récente s’explique par le maintien plus tardif dans ce secteur côtier de l’activité halieutique, qui primait jusqu’aux années 1990 sur la plaisance. Le déclin de la pêche a poussé les acteurs locaux à rechercher des alternatives économiques à cette filière : le tourisme et le nautisme ont répondu en partie à cette attente. La réputation de ce bassin de navigation tient aussi à la présence du remarquable archipel des Glénan, qui offre aux plaisanciers un objectif très accessible pour des sorties en mer à la journée, ainsi qu’à la création en 1995 du pôle « Finistère course au large » à Port-la-Forêt qui rassemble un grand nombre de skippers de renom.

13Cette armature portuaire et les zones de mouillage regroupent l’activité plaisancière. Le reste des activités nautiques se dissémine sur l’ensemble du territoire, soit à partir de petits foyers institutionnels (associations, clubs), soit sur la base de spots où se concentrent les pratiques non organisées. Enfin, pour répondre aux attentes des clientèles de pratiquants des sports et loisirs nautiques, des entreprises spécialisées se sont installées en grand nombre dans les villes portuaires ou dans un périmètre relativement proche des zones de pratique, donnant naissance à une filière économique créatrice de richesse. Il résulte de cet environnement nautique exceptionnel une identité territoriale forte.

  • 1 Remarque : Glénan ne prend un s que lorsqu’il s’agit de l’école de voile

Figure 2. Le territoire nautique du bassin des Glénan1

Figure 2. Le territoire nautique du bassin des Glénan1

1.3. La grande échelle : lieux et hauts lieux du nautisme

14Avec le lieu, nous entrons dans une dimension plus intimiste de la géographique nautique. P. Bourdeau nous rappelle que l’étymologie grecque du mot souligne son caractère à la fois passif (le support) et actif (porteur de sens) (Bourdeau, 2003). Pour nous, il se distingue avant tout par sa valeur d’usage : les lieux du nautisme sont donc des points de l’espace qui se distinguent dans leur environnement par leur orientation spécifiquement nautique : zones de pratique, infrastructures et équipements spécialisés, activités industrielles ou de services, centres d’entraînement ou d’apprentissage en lien avec le nautisme… Ainsi, le port de plaisance, l’école de voile, la zone d’activité nautique (chantiers, commerces…), mais aussi le plan d’eau, le « spot » et la vague sont des lieux du nautisme. Assemblés, mis en réseau, organisés de manière consciente sur un périmètre terrestre ou maritime, ils peuvent prétendre à constituer un territoire du nautisme. Parfois, un seul de ces éléments pourrait revendiquer un autre statut, celui d’un niveau d’échelle supérieur : un port de plaisance sera un lieu du nautisme pour le plaisancier de passage ou pour l’usager du port résidant dans une autre commune. Mais pour ceux qui résident dans le port, a fortiori pour ceux qui habitent dans leur bateau amarré au port, celui-ci est plus qu’un lieu, même plus qu’un lieu de vie, il devient territoire construit, approprié, avec ses propres lieux (les commerces, les quais, la capitainerie…) et ses relations sociales, son voisinage.

15La vague, bien qu’éphémère, peut être aussi un lieu du nautisme (Augustin, 1994). Elle est le théâtre de rapports socio-spatiaux complexes entre pratiquants des divers sports de glisse. Dans l’eau et sur la vague, une organisation se met en place, imperceptible pour l’observateur néophyte, selon le niveau et le type de pratique. Si des règles strictes s’appliquent lors des compétitions, elles perdurent en principe de manière tacite lors des pratiques « libres ». Personne n’a donc pour mission de veiller à la bonne application de ces règles, celles-ci reposant sur le degré de discipline des pratiquants. Bien souvent, dans la pratique, la violation de ces règles trouve sa justification, pour leurs auteurs, dans la légitimité autoproclamée du groupe dominant. Se mettent donc en place des critères discriminants sous-entendus : les bons surfeurs avant les débutants, les locaux avant les étrangers, les « anciens surfeurs » avant la génération plus jeune (Trey, 1994 : 81), ajoutons : « les garçons avant les filles »… Ceci provoque la segmentation de la population des surfeurs en sous-groupes, chacun ayant un usage spécifique du lieu.

16Si le lieu finit par s’imposer au plus grand nombre comme une référence dans un domaine particulier, on adopte volontiers le vocable de « haut lieu » pour le qualifier ; il gagne ainsi en puissance évocatrice. Le haut lieu « exprime symboliquement, au travers de ses représentations et de ses usages, un système de valeurs collectives ou une idéologie » (Beaude, 2013). Par quel processus un lieu du nautisme devient-il un haut lieu du nautisme ? Précisément quand s’impose l’idée que le lieu considéré a dépassé le stade d’une fonctionnalité banale pour devenir un puissant support d’identité, un élément de référence reconnu comme tel par le milieu des initiés, puis un « géosymbole » (Bonnemaison, 1982 : 256) adopté par le grand nombre. Des sites comme Port-Leucate (Aude) pour les sports nautiques de glisse, La Rochelle (Charente-Maritime) pour la plaisance ou Port-la-Forêt (Finistère) pour la course au large peuvent être promus au rang de hauts lieux.

1.4. La très grande échelle : le bateau comme territoire ?

17Le lieu (ou le haut lieu) ne constitue pas forcément la cellule de l’organisme territorial, c’est-à-dire le niveau d’analyse le plus resserré. Il est permis de s’interroger sur l’existence d’un échelon plus réduit encore… Y a-t-il un niveau scalaire au-dessous duquel il n’est plus envisageable de parler de territoire ? J.-J. Bavoux nous apporte un élément de réponse : « (…) la taille pertinente d’un territoire est celle qui est à la mesure de l’individu ou du groupe » (Bavoux, 2009 : 17). Par conséquent, on pourrait concevoir qu’un bateau habitable (voilier ou navire à moteur) soit considéré et vécu par son (ou ses) utilisateur(s) comme un territoire, puisque considéré comme étant à sa (leur) mesure. Nous pouvons également nous référer à G. Bachelard qui, dans son ouvrage La Poétique de l’espace, a envisagé une véritable territorialité de l’habitat, en mettant notamment en évidence un système de relations à la maison (Bachelard, 1957).

18Au sujet de la navigation de plaisance, il convient de distinguer deux choses : le bateau comme portion du territoire national (sens juridique) et le bateau comme territoire « espace de vie » (sens anthropologique et géographique). Le premier cas est à la fois simple et complexe : simple dans son principe (un bateau de plaisance francisé selon la procédure officielle est une portion du territoire français, portant pavillon national, qui suppose certains droits et devoirs à ses occupants) ; complexe dans son application juridique (la situation diffère entre les eaux territoriales et un port étranger, entre la « loi du pavillon » et la « loi territoriale », etc.). La question est donc d’ordre purement juridique, le territoire étant compris dans son acception nationale et politique. Nous ne rentrerons pas ici dans ces considérations. Le second cas nous intéresse davantage, car il relève d’un questionnement propre à la géographie. En quoi, comment, pour qui, le bateau de plaisance fait-il territoire ? S. Josso, dans une thèse d’ethnologie soutenue en 2010, a abordé la question pour le voilier habitable. Elle montre que, dans la vie à bord du voilier, les mécanismes qui régissent cet espace de vie exigu sont identiques à ceux que l’on identifie dans l’analyse d’un territoire « classique » : la place que chacun y tient et le rôle que chacun y joue, les relations entre les personnes qui partagent cet espace si particulier, les représentations qu’elles s’en font, leur manière de se l’approprier, etc. Cette approche anthropologique du bateau de plaisance méritait sans doute d’être mentionnée dans cette analyse des spatialités nautiques.

2. L’inscription spatiale des pratiques nautiques : l’exemple de la navigation de plaisance

19De toutes les pratiques nautiques, la navigation de plaisance est celle qui marque le plus les espaces, en raison du nombre très élevé de pratiquants concernés (estimé à quatre millions en France), des équipements lourds qu’elle réclame, des activités industrielles et commerciales qu’elle engendre. C’est pour cette raison que nous privilégierons ici son étude.

2.1. Conceptualiser un espace de pratique : le bassin de navigation

20Le bassin de navigation (cf. figure 3) correspond à une portion de la mer côtière utilisée de manière préférentielle, voire exclusive, par des plaisanciers qui y ont leur port d’attache. Sa délimitation est toujours difficile à établir de manière rigoureuse puisqu’elle dépend d’un certain nombre de critères subjectifs (représentations mentales de l’espace maritime) ou évolutifs (selon la saison, les conditions météorologiques). Elle s’appuie sur les caractéristiques de l’espace concerné, qu’elles soient physiques (trait de côte, présence d’îles…), nautiques (conditions de navigation, vents dominants, courants), techniques (présence de ports, d’abris). Ce sont ces caractéristiques propres qui définissent le bassin de navigation, lui donnent son unité et le distinguent des autres bassins, contigus ou éloignés. Il ne s’agit pas d’un espace clos, hermétique, même si certaines difficultés nautiques (passages dangereux, secteurs maritimes sans abris côtiers…) composent des discontinuités bien réelles.

21Ces limites sont plutôt celles que le plaisancier se fixe lui-même, selon le bateau dont il dispose, ses aptitudes nautiques, et surtout le trajet qu’il peut parcourir avec son embarcation en une journée, avec retour au port d’attache le soir. Le bassin de navigation est donc un espace familier, rassurant, connu et reconnu, une forme d’espace maritime vécu. En sortir, s’en éloigner, gagner un autre bassin de navigation comme on rejoint un autre domaine skiable après avoir franchi un col difficile n’est pas chose impossible, mais le fait reste rare : seuls quelques plaisanciers pratiquent la croisière côtière qui conduit vers d’autres horizons nautiques. Dans ce cas, la seule limite qui s’impose est celle du temps dont ils disposent et des conditions météorologiques du moment.

Figure 3. Le bassin de plaisance

Figure 3. Le bassin de plaisance

22Et l’arrière-pays, existe-t-il pour la plaisance ? Assurément, car on ne peut ignorer, dans un système complexe comme celui des territorialités nautiques, que le plaisancier vit et travaille à terre. De même, cet arrière-pays plaisancier est le domaine des entreprises, des commerces, des chantiers, des sites d’hivernage, des prestataires de services nautiques qui travaillent pour la plaisance et fondent l’activité plaisancière du bassin. Cet espace terrestre est donc animé de flux de personnes et de biens en relation avec l’espace de navigation, via le port, la zone de mouillage ou la cale de mise à l’eau. Son expansion est encore plus difficile à établir que celle du bassin de navigation puisque ce territoire se prolonge en réseaux interconnectés qui s’étireront sur des distances d’autant plus grandes que le port de plaisance et le bassin de navigation sont réputés et bien desservis sur le plan des communications routières, ferroviaires et aéroportuaires. Des plaisanciers sont prêts à parcourir de longues distances pour rejoindre un port d’attache qui présente pour eux toutes les qualités requises. Le système ainsi formé du bassin de navigation, du port de plaisance et de l’arrière-pays compose le bassin de plaisance (Bernard, 1995), dont la modélisation est proposée dans la figure 3.

23Dans le prolongement de cette approche conceptuelle du bassin de plaisance, il nous a semblé intéressant de souligner le parallèle qui peut être fait entre des équipements à vocation sportive, ludo-sportive et touristique de même génération. La réalisation des stations de ski intégrées des Alpes (stations de troisième génération) est contemporaine de celle des marinas de la façade méditerranéenne. L’édification de ces équipements a marqué pour l’essentiel les années 1960 et le début des années 1970 : alors que l’on conduit dans les Alpes les travaux des stations d’Aime-La Plagne, de Plagne-Village, des Arcs, d’Isola 2000 ou de Flaine, sont entrepris sur la côte méditerranéenne ceux des marinas de Port-Camargue, du Cap d’Agde ou encore de Port-Grimaud. Dans les deux cas, l’objectif est de répondre à une demande croissante en hébergements et en équipements touristiques. Sans développer davantage cette proximité chronologique, arrêtons-nous quelques instants sur la conception de ces équipements et leur intégration à leur environnement propre.

2.2. La dimension comparative : station de ski et station nautique, une organisation socio-spatiale similaire

  • 2 Ce constat est conforté par l’analyse de l’équipe MIT qui considère que les lieux du tourisme ne so (...)
  • 3 Cette comparaison s’appuie sur le schéma d’organisation d’une station de ski intégrée présentée par (...)

24Sur le plan fonctionnel, un grand nombre de points communs peuvent être relevés entre ces équipements qui s’inscrivent pourtant dans des milieux géographiques bien différents : la montagne et le littoral2. Leur réalisation relève du même processus : ampleur des programmes, grandes capacités d’accueil, capitaux et clientèles extérieurs, médiocre intégration voire absence d’intégration au site et au tissu socio-économique local, etc. Leur mode de fonctionnement est tout à fait comparable. La figure 4 en représente l’organisation3 :

  • on accède à ces stations touristiques généralement en voiture, mais on laisse son véhicule sur d’immenses parkings aménagés à distance du cœur de la station, qui reste le domaine du piéton (puis du skieur ou du plaisancier) ;

  • des constructions d’hébergements de grande capacité sont réalisées au plus près de l’activité : pied de piste, pied dans l’eau ; elles dessinent un front bâti conséquent : front de neige, front de port ;

  • les hébergements donnent directement sur des espaces de rassemblement, d’où partent les activités : la grenouillère ou les quais ;

  • des structures d’apprentissage facilitent l’accès à la pratique : écoles de ski, écoles de voile ;

  • la pratique se déroule sur un espace privilégié : le domaine skiable, le bassin de navigation ;

  • pour les plus entreprenants, cet espace est connecté à d’autres espaces similaires : autre domaine skiable, autre bassin de navigation.

25Dans l’un et l’autre cas, c’est la qualité à la fois des hébergements, des services et des espaces de pratique (domaine skiable ou bassin de navigation) qui détermine la réputation de la station et son succès touristique. Une différence notable existe cependant entre ces deux domaines : dans le cas des stations de ski, l’activité se déroule sur le territoire d’une ou de plusieurs communes, et la responsabilité pénale du (ou des) maire(s) est directement engagée en cas de problème. Il en va autrement des pratiques plaisancières, puisque la navigation se fait principalement dans des espaces dont la compétence juridique relève de l’État.

Figure 4. Station de ski « intégrée » et marina : une organisation similaire

Figure 4. Station de ski « intégrée » et marina : une organisation similaire

26Ces équipements sont le reflet d’une époque, de la manière de concevoir l’aménagement du territoire, les rapports à l’environnement et aux sociétés locales. Ils trouvent leurs limites au cours des années 1970, lorsque les décideurs réalisent, spontanément ou suite à diverses pressions, qu’il faut adopter un autre modèle d’aménagement touristique : le Plan Neige et le concept de stations intégrées laissent la place aux stations de la quatrième génération tandis que sur le littoral, le concept de marina, impliquant la privatisation du Domaine public maritime, est abandonné au profit d’une nouvelle génération de structures portuaires.

27Depuis, ces stations des années 1960-1970 ont dû s’adapter aux évolutions du marché et des attentes des nouvelles clientèles : elles ne sont plus focalisées sur une seule pratique (le ski alpin d’un côté, la plaisance de l’autre), mais s’ouvrent à diverses activités (découverte du milieu montagnard ou du milieu marin par exemple) et adoptent un calendrier de fonctionnement élargi (activités plurisaisonnières). Malgré les efforts d’adaptation, ces grands équipements souffrent de maux similaires : vieillissement des infrastructures, concurrence d’autres produits touristiques aux coûts comparables (« destinations soleil » notamment), difficulté accrue de fidéliser les clientèles, image dégradée de ces espaces bétonnés, etc.

28Cette analyse comparative aura permis de souligner que le nautisme n’est pas un domaine d’activités récréatives atypique quant à son organisation spatiale et fonctionnelle. Il répond aux mêmes principes organisationnels que bon nombre d’activités de loisirs sportifs et touristiques.

3. Récréation et recréation : les territoires du nautisme en devenir

29Le nautisme est un agent majeur de la recomposition territoriale : porteur de l’image positive des sports et loisirs de nature, il est au cœur des enjeux de reconversion et de réhabilitation des espaces affectés par les restructurations économiques : bassins portuaires déclassés, friches industrielles, canaux désaffectés… Autre signe des évolutions en cours : de nouveaux concepts apparaissent, permettant aux sports et loisirs nautiques de s’affranchir du cadre naturel, contribuant ainsi à un processus de déterritorialisation de ces activités ludo-sportives.

3.1. Les enjeux de la reconversion d’espaces désaffectés au nautisme

30La reconversion des ports « traditionnels » (pêche, commerce, guerre) à la plaisance, processus largement amorcé, présente des enjeux qui dépassent le seul cadre du nautisme (Bernard, 2000). Ils sont avant tout fonciers, ce qui peut susciter certaines convoitises : compte tenu de la rareté des espaces constructibles au cœur des agglomérations littorales, ces opérations permettent de réaliser des plus-values foncières en lien avec le potentiel de construction. En outre, l’introduction de la plaisance dans les bassins portuaires des centres-villes est un excellent moyen pour régénérer les relations ville-port, car il s’agit d’une activité qui n’impose pas de contraintes réglementaires ou sécuritaires, contrairement aux activités portuaires traditionnelles. La plaisance permet ainsi de retrouver le rôle premier du port : l’interface terre-mer.

31Ceci n’est pas sans conséquence sur le cadre de vie des résidents et sur le potentiel touristique du port. Plus que la rente foncière, c’est l’animation qu’il faut rechercher : la requalification des espaces portuaires doit se traduire par un usage collectif des fronts de mer et des quais, car la vie autour du port génère à long terme plus de valeur que l’orientation immobilière privative. Le spectacle du va-et-vient des bateaux contribue à l’animation du port, qui lui-même s’enrichit de celle des quais environnants par un effet miroir. C’est cette ambiance si particulière que viennent chercher les visiteurs d’un jour, les plaisanciers en escale et les touristes. Le cœur historique de la ville est un cadre privilégié, très apprécié des plaisanciers, même s’ils pâtissent en contrepartie de l’insuffisance des espaces techniques.

32Les enjeux de la reconversion des ports traditionnels à la plaisance sont aussi d’ordre environnemental. Il est toujours préférable de reconvertir des bassins portuaires vacants que de construire de nouveaux ports de plaisance ex nihilo. Le potentiel des bassins reconvertibles est considérable. Il est permis de le déplorer (car cette situation souligne la crise des activités traditionnelles), mais pas de s’y résigner. Avec beaucoup d’imagination, il est toujours possible d’envisager le retour de la fonction portuaire initiale ou l’arrivée d’autres activités productives, mais la plaisance, jusqu’à preuve du contraire, est l’option la plus pertinente. Certes, le chiffre d’affaires généré par les activités nautiques est très inférieur à celui du fret maritime ou de la réparation navale, mais personne n’a trouvé mieux pour combler ce vide. Néanmoins, la réaffectation des espaces portuaires ne doit pas être perçue comme un processus irréversible : c’est une étape dans un enchaînement de cycles et il est bien difficile de prévoir les évolutions de l’économie maritime à moyen et long termes. L’ouverture des ports traditionnels à la plaisance n’est sans doute qu’une étape dans le cheminement long et complexe de la valorisation économique des côtes. C’est la réponse du moment ; d’autres solutions restent à trouver.

33La requalification des ports traditionnels et des friches industrialo-portuaires n’est que l’expression littorale du processus de reconversion des espaces par le nautisme. L’intérieur du pays est également concerné par cette évolution. Les anciens bassins industriels et miniers connaissent eux aussi des transformations majeures dans lesquelles les activités nautiques prennent une large part.

34Il y a une dizaine d’années, J. Scol s’interrogeait déjà devant l’ampleur des requalifications des espaces dans la région Nord–Pas-de-Calais et la multiplication des aménagements récréatifs : « Parlera-t-on un jour de “bassin de loisir” à propos du bassin minier ?» (Scol, 2006 : page 248). La désindustrialisation prononcée du Nord–Pas-de-Calais, l’arrêt de l’extraction charbonnière et l’abandon ou le déclin de certains axes de transports fluviaux ont engendré de nombreuses friches industrialo-minières, donnant une image de région sinistrée. Depuis le début des années 1990, la recherche d’activités de substitution permettant la requalification de ces espaces a conduit à considérer l’intérêt patrimonial et le potentiel récréatif du bassin minier. L’une des caractéristiques de cet ancien bassin industriel et minier est l’omniprésence de l’eau. Les innombrables mares, étangs et zones humides ont de multiples origines : affleurement de la nappe phréatique, remontée des eaux par les anciennes galeries, cours d’eau détournés, lavage du charbon dans les anciens bassins à schlamms, eaux rejetées par le pompage de certaines zones agricoles inondées, ou tout simplement accumulation des eaux de pluie dans les terrains affaissés par l’extraction charbonnière. Tous ces espaces, jadis très pollués, ont désormais une vocation environnementale (zones humides) et récréative. Aujourd’hui, la plupart des sites disposent d’aménagements et d’équipements qui permettent la pratique des sports et loisirs nautiques, offrant ainsi une alternative au manque d’espace de nature pour ces activités (Scol, 2006).

35Ces reconversions de sites industriels ne concernent pas que les départements du Nord et du Pas-de-Calais. On trouve des situations comparables dans les Hautes-Alpes (L’Argentière-la-Bessée), en Meurthe-et-Moselle (Nancy), dans le Tarn (Carmaux), etc. La mutation des espaces industriels vers des espaces récréatifs, où le nautisme occupe une place de premier ordre, est donc largement engagée en France depuis les années 1990. Il en va de même pour les canaux dont l’usage pour le trafic marchand a considérablement reculé ces dernières années. Le déclin du trafic fluvial de marchandises sur certaines portions de ce réseau et le déclassement de plusieurs canaux ont ouvert de larges perspectives aux activités nautiques : l’offre de location de bateaux de plaisance pour emprunter ces canaux et découvrir ainsi les régions françaises connaît depuis une trentaine d’années un succès croissant. De nombreux aménagements ont été réalisés pour offrir un meilleur service aux plaisanciers.

3.2. Du sport de nature au nautisme hors-sol

36Jusqu’à un passé récent, que nous situerons au début des années 1990, les pratiques ludo-sportives dites « de nature » nécessitaient fort logiquement un déplacement hors de la ville. La nature offrait les conditions de la pratique et les usagers s’y adaptaient par la force des choses. Depuis, la volonté de rendre ces activités accessibles au plus grand nombre et le souhait de pouvoir moduler aisément le niveau technique de la pratique ont conduit à la réalisation d’équipements offrant des conditions d’apprentissage et de sécurité optimales ; les murs d’escalade ou les fosses de plongée en sont des exemples. Le complexe ludo-sportif n’a pas remplacé les pratiques de pleine nature, mais il constitue dorénavant une alternative intéressante pour certaines d’entre elles. Ainsi, « les sports de montagne sans montagne ou de nature sans nature sont partiellement devenus réalité » (Mao et al, 2014 : 94). Cette déterritorialisation des activités de nature concerne aussi les pratiques nautiques : un nautisme hors sol a vu le jour, mais il concerne un nombre d’activités encore réduit. Le canoë-kayak et le rafting sont les sports les plus concernés par le phénomène.

37La réalisation des stades d’eau vive (cf. figure 5) répond à un triple objectif : d’une part, pallier la diminution du nombre de cours d’eau se prêtant à la pratique du canoë-kayak, en raison de l’irrégularité croissante de leur débit (variation des précipitations, prélèvements ou retenues d’eau par les services techniques) et de la multiplication des ouvrages hydrauliques (barrages, écluses…) ; d’autre part, proposer aux amateurs de canoë-kayak des conditions de pratique adaptées à tous les niveaux, de l’initiation au sport de haut niveau, grâce à des équipements modulables ; enfin, offrir au cœur des agglomérations ou à leur périphérie immédiate des sites de pratique ne nécessitant pas de longs déplacements. Dans les années 1980, la Fédération française de canoë-kayak impulse une politique en faveur du développement des bassins artificiels d’eau vive. Depuis, ce sont dix-sept stades d’eau vive qui ont été édifiés dans toute la France, à des fins sportive, ludique et touristique. Cette évolution techniciste, très favorable au sport de haut niveau, semble avoir coupé les kayakistes chevronnés des sites naturels de pratique. Ils paraissent moins préoccupés par la sauvegarde des rivières, sujet qui retenait toute leur attention dans les années 1980.

Photographie 1. Le stade d’eau vive de Pau-Pyrénées

Photographie 1. Le stade d’eau vive de Pau-Pyrénées

Source : Communauté d’agglomération de Pau-Pyrénées

38À l’instar des stades d’eau vive, de nouveaux équipements nautiques naissent de la mise au point de technologies permettant de s’affranchir des éléments naturels pour produire artificiellement les conditions de la pratique. Le téléski nautique en constitue un premier exemple. Le principe est simple : remplacer le bateau à moteur, bruyant et polluant, par une traction assurée par un moteur électrique. Le skieur ou le wakeboardeur, débutant ou confirmé, est donc tracté par un câble suspendu à des pylônes selon une vitesse modulable. Le premier téléski a été installé en France en 1971 à Barcarès (Pyrénées-Orientales). Depuis, de nombreux sites proposent cette activité nautique : Saint-Viaud (Loire-Atlantique), Aiguillon-sur-Mer (Vendée), Leucate (Aude), Marseillan (Hérault), etc.

39La production de vagues artificielles, en plein air ou en intérieur, est une autre technologie mise au service des sports nautiques de glisse (surf, bodyboard, longboard, kayak, stand up paddle). Le concept de « parc à vagues » ou « wavepark » s’est ainsi répandu dans le monde pour permettre une diffusion du surf au-delà des littoraux propices à la pratique. Le potentiel est considérable et en France, de nombreuses collectivités se sont montrées intéressées par ce type d’équipement. Le nautisme hors-sol est un marché réellement prometteur…

Conclusion

40La structuration des territoires n’est pas le fait exclusif des activités productives, de leur répartition et de leur dynamisme : elle découle aussi, et de plus en plus, des pratiques ludo-sportives, que ce soit en milieu rural ou urbain, sur le littoral ou dans les zones de montagne. D’ailleurs, l’inscription spatiale de ces activités est parfois plus durable que celle laissée par bien des activités productives, dont les traces peuvent disparaître brutalement dans un contexte économique particulièrement mouvant.

41Sur le plan des enjeux territoriaux, le nautisme ne peut être réduit au potentiel socio-économique que représente la filière ou à la fonction structurante qu’il exerce sur les espaces concernés. Il peut être aussi le socle d’une stratégie de développement local et promu au rang de projet de territoire pour peu que les acteurs locaux prennent conscience de sa capacité à mobiliser les énergies, à promouvoir le territoire par une image valorisante et à lui conférer une identité dans laquelle puisse se reconnaître le plus grand nombre.

42Le nautisme est l’un des agents des nouvelles territorialités. Son étude, englobant celle de ses acteurs, de ses pratiques et de ses représentations, peut se décliner sur différents plans : fonctionnel et organisationnel (structuration, requalification des espaces…), idéel (représentations et identités nautiques), conceptuel (territorialisation, couple continuité-discontinuité…). Ces diverses approches soulignent la richesse de l’objet d’étude qui, en raison de son inscription dans les espaces aquatiques, apporte un éclairage original à l’étude géographique des pratiques touristiques et ludo-sportives.

43Nous avons ambitionné au cours de cette contribution d’en saisir la place dans l’espace français en intégrant la diversité des faits, processus et enjeux, et d’en souligner la dynamique géographique en tant que pratique territorialisée. Le nautisme, comme l’ensemble des sports et loisirs de pleine nature, a débordé la dimension récréative pour s’inscrire dans une dialectique de l’aménagement de l’espace et des enjeux territoriaux, car, outre des équipements, des pratiques, une filière, un marché, il est surtout une façon originale de vivre l’espace en le territorialisant.

Haut de page

Bibliographie

Augustin, J.-P. (dir.) (1994). Surf atlantique, les territoires de l’éphémère, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 272 p.

Bachelard, G. (1957). La poétique de l’espace, PUF, 214 p.

Bavoux, J.-J. (2009). La géographie : objet, méthodes, débats, Paris, A. Colin, coll. U, 2e édition, 309 p.

Beaude, B. (2013). « Haut-lieu », dans J. Lévy et M. Lussault (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin : 490-491.

Bernard, N. (1995). « Ports de plaisance : pour quelle utilisation de l’espace maritime ? », Norois, numéro spécial de géographie de la mer en hommage au professeur André Guilcher (165) : 225-234.

Bernard, N. (2000). Les ports de plaisance, équipements structurants de l’espace littoral, L’Harmattan, 126p.

Bernard, N. (2016). Géographie du nautisme, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 341p.

Bernard, N et Y, Bouvet (2008). Atlas du nautisme, Éditions J.-P. Gisserot, 96p.

Bonnemaison, J. (1981). « Voyage autour du territoire », L’Espace géographique (4) : 249-269.

Bourdeau, P. (2003). Territoires du hors-quotidien : une géographie culturelle du rapport à l’ailleurs dans les sociétés contemporaines. Le cas du tourisme sportif de montagne et de nature, Grenoble, Université Joseph Fourier Grenoble 1, habilitation à diriger des recherches, 247 p.

ÉQUIPE MIT (2005). Tourismes 2, Moments de lieux, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 349 p.

Gay, J.-C. (2004). Les discontinuités spatiales, Paris, Economica, 2e éd., 112 p.

Josso, S. (2010). L’habitation du voilier de plaisance en croisière familiale. Anthropologie d’un espace et des gouvernementalités en jeu, Université de Bretagne occidentale, thèse de doctorat d’ethnologie, 1149 p.

Knafou, R. (1978). Les stations intégrées de sports d’hiver dans les Alpes françaises, Paris, Masson, 319 p.

Mao, P., J. Corneloup et P Bourdeau (2014). « L’indoor, l’underdoor et l’aroundoor. Les sports de nature qui envahissent la ville », dans S. Lefebvre, R. Roult et J.-P. Augustin (dir.), Les nouvelles territorialités du sport dans la ville, Québec, Presses de l’Université du Québec : 81-98.

Marié, M. (1982). Un territoire sans nom. Pour une approche des sociétés locales, Paris, Librairie des Méridiens, 180 p.

Parrain, C. (2010). Territorialisation des espaces océaniques hauturiers : l’apport de la navigation à voile dans l’océan atlantique, Université de La Rochelle, thèse de doctorat de géographie, 492p.

Scol, J. (2006). « Les sports et loisirs nautiques au cœur de la requalification récréative des friches industrialo-minières et des canaux du Nord-Pas de Calais », dans N. Bernard (dir.), Le nautisme : acteurs, pratiques et territoires, Rennes, Presses universitaires de Rennes : 235-249.

Trey, O. (1994). « Les conflits d’appropriation des espaces de pratique en surf », dans J.-P. Augustin (dir.), Surf atlantique, les territoires de l’éphémère, Pessac, éd. de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine : 79-86.

Vigneau, F. (2008). « Le sens du sport : conquête de l’espace, quête du plaisir », Paris, A. Colin, Annales de Géographie 662 (4) : 3-19.

Haut de page

Notes

1 Remarque : Glénan ne prend un s que lorsqu’il s’agit de l’école de voile

2 Ce constat est conforté par l’analyse de l’équipe MIT qui considère que les lieux du tourisme ne sont pas caractérisés par leur localisation géographique (littorale, montagnarde, rurale, urbaine), car « des lieux structurellement assez similaires pouvaient exister dans ces différents milieux » (Équipe MIT, 2005, Tourismes 2. Moments de lieux).

3 Cette comparaison s’appuie sur le schéma d’organisation d’une station de ski intégrée présentée par R. Knafou en 1978 dans son ouvrage Les stations intégrées de sports d’hiver dans les Alpes françaises. Paris, Masson, p. 61.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Répartition des clubs affiliés aux fédérations françaises de surf et de canoë-kayak
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13835/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Figure 2. Le territoire nautique du bassin des Glénan1
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13835/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Figure 3. Le bassin de plaisance
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13835/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Figure 4. Station de ski « intégrée » et marina : une organisation similaire
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13835/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Photographie 1. Le stade d’eau vive de Pau-Pyrénées
Crédits Source : Communauté d’agglomération de Pau-Pyrénées
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13835/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Bernard, « Les territoires du nautisme : inscriptions spatiales d’un domaine d’activités ludo-sportives et touristiques », Études caribéennes [En ligne], 41 | Décembre 2018, mis en ligne le 15 octobre 2018, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/13835 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.13835

Haut de page

Auteur

Nicolas Bernard

Maître de conférences HDR de géographie à l’Université de Bretagne occidentale. Laboratoire Géoarchitecture EA 7462, nicolas.bernard@univ-brest.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals