Navigation – Plan du site
Dossier

La mise en tourisme de la ville : de la transformation de l’espace à la résilience de la destination

The Setting in Tourism of the City: From the Transformation of Space to the Resilience of the Destination
Boualem Kadri, Cyril Martin et Benoit Duguay

Résumés

La mise en tourisme constitue aujourd’hui un mode de développement recherché aux plans politique et professionnel, mais encore peu analysé au sein de la communauté scientifique. Les villes, dont plusieurs sont des destinations importantes, sont notamment soumises à une dynamique de transformations multiples (architecturale, sociales et capitalistiques), et de ce fait seraient perçues comme un objet et un modèle de compréhension des enjeux de la société actuelle, dont la capacité de résilience fait face à divers phénomènes (climatiques, épidémiologiques, sociopolitiques). L’activité touristique à travers la mise en tourisme des territoires devient alors un objet d’observation et d’analyse de la résilience de cette destination. Comment appréhender le processus de mise en tourisme pour les villes et métropoles soumises à une adaptation continue, notamment en tant que destination touristique ? La mise en tourisme, dans le cas d’une ville/métropole, passerait d’une perspective centrée sur la transformation de l’espace à celle d’une dynamique de projet, de renouvellement et donc de résilience de la destination. Le processus de mise en tourisme sera approché selon deux perspectives : une première plus conceptuelle et sémantique du concept de mise en tourisme utilisé par divers auteurs ; une seconde, plus appliquée, examinera les actions et les représentations d’acteurs engagés dans le processus de la mise en tourisme, selon trois cas d’études.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La mise en tourisme constitue aujourd’hui un mode de développement recherché dans le monde, ayant permis à de nombreux pays développés d’enrichir leur économie et d’assurer une plus grande attractivité internationale de leurs territoires. Une pratique ancienne, dans ses dimensions de modernité et d’élitisme (XIXe siècle), mais révélant aujourd’hui des réalités nouvelles liées à sa diffusion mondialisée et aux divers problèmes rencontrés (urbanisation accélérée, risques climatiques, conflits armés, etc.). Pour les villes et métropoles, ces aspects nous conviennent d’une part, à considérer leur adaptabilité et leur résilience et d’autre part, à nous pencher sur le processus de la mise en tourisme longtemps soumis au diktat de pratiques économiques (forces du marché) et politiques (actions des pouvoirs publics). Les villes et métropoles, dont plusieurs sont des destinations importantes, se trouvent dans un contexte de dynamique de transformations que l’on peut observer selon trois ordres (Kadri et Pilette, 2017 : 2-4) : « l’audace architecturale, la consommation et la mise en tourisme » (villes comme lieux de démesure et de séduction), « les transformations sociales et les mutations capitalistes » (ubérisation du système capitaliste, économie virtuelle), « les risques, l’insécurité et la résilience urbaine » (risques multiples et nécessité d’adaptabilité). Les villes constituent un objet et un modèle de compréhension des enjeux de la société actuelle, du fait qu’elles sont à la fois vulnérables, productrices de changements climatiques, mais initiatrices d’innovations (Rudolf : 2016 : 4), montrant ainsi leur capacité de résilience face à divers phénomènes. De ce fait, l’activité touristique à travers la mise en tourisme des territoires devient un objet d’observation et d’analyse de la résilience de cette destination.

2Comment appréhender le processus de mise en tourisme pour les métropoles soumises à une adaptation continue, notamment en tant que destination touristique ? Comment est perçu ce processus par divers acteurs de la métropole ? La mise en tourisme, dans le cas d’une ville/métropole, passe d’une perspective centrée sur la transformation de l’espace à celle d’une dynamique de projet, de renouvellement et donc de résilience de la destination.

1. La méthodologie

3La mise en tourisme sera approchée selon deux perspectives : l’une conceptuelle et sémantique, à travers la compréhension du concept selon divers auteurs ; la seconde perspective est l’analyse du processus de mise en tourisme de la ville à partir de trois cas de métropoles, selon leur développement touristique ; Paris (une ville touristique ancienne), Marrakech (une ville touristique depuis le XXe siècle), Alger (une ville souhaitant renouer avec le tourisme) -, sur la base d’entrevues de divers acteurs liés à l’université, la ville, l’entreprise, l’organisation touristique (promotionnel, territorial). Dans le cadre de cette recherche, l’analyse des entretiens semi-dirigés avec les différents acteurs touristiques de trois destinations sera réalisée à partir du logiciel Nvivo ; celui-ci permet de trouver des contenus signifiants dans des données non structurées provenant entre autres d’entretiens, de réponses à des questions ouvertes dans une enquête ou d’autres sources tels les médias sociaux, des articles de presse ou même des vidéos. Nous avons analysé les termes les plus souvent utilisés dans les entretiens pour l’ensemble des répondants toutes destinations confondues (les questions 1 et 2, relatives à la dimension Représentation). Les résultats sont présentés sous forme de tableaux indiquant les fréquences des mots-clés, et de graphiques présentant des nuages de mots-clés regroupés en grappes.

4Les entretiens réalisés sont au nombre de 11, y figurent des acteurs divers liés à l’université, la ville, l’entreprise, l’organisme touristique (promotionnel, territorial) : Paris, quatre entrevues : l’université, la ville, l’organisme touristique, l’entreprise ; Marrakech trois entrevues : l’université, la ville, l’entreprise touristique), Alger quatre entrevues : l’université, la ville, l’organisme de tourisme (développement), l’entreprise touristique). Cette seconde analyse sera faite sur la base des interviews d’acteurs répondant à la question 1 de la dimension Représentation : « selon vous, comment définir la mise en tourisme de la ville ? La seconde question est : « Considérez- vous la mise en tourisme comme un projet politique, économique, ou comme un projet sociétal (ensemble de projets) ? ». L’analyse sera présentée selon trois étapes : 1) la première phase portera sur les grappes de mots des trois destinations (Paris, Marrakech, Alger) ; 2) la deuxième phase s’appliquera à présenter une synthèse de la représentation de la mise en tourisme, selon les trois destinations et ce, en établissant des catégories d’analyse du processus de mise en tourisme ;

2. L’analyse de la mise en tourisme

5Au plan historique, la mise en tourisme est identifiée d’abord à travers ses dimensions idéologique et politique, que l’on observe aux XIXe et XXe siècles (développement de lieux réservés à des élites, appropriation de territoires, invention de pratiques dans les territoires colonisés, expositions universelles comme événement urbain dans les métropoles). L’appréhension scientifique de la mise en tourisme demeure une démarche très récente, mettant en évidence diverses interprétations qui montrent la complexité du phénomène jusqu’alors réduite à l’action de quelques acteurs (marchés, institutions). À quoi renvoie la notion de mise en tourisme ?

6À partir de l’outil lexical du CNRS-CNTRL, on observe que c’est sur la catégorie lexicale de « mise en… » que s’est construite l’expression de mise en tourisme. La catégorie renvoie à « l’action d’établir ou de modifier quelque chose ou quelqu’un dans son état, sa fonction, sa situation, sa forme extérieure, ses propriétés », faisant ainsi référence à la transformation d’un lieu par le tourisme, et que les géographes vont développer selon un processus. Cazes (1992), observera d’abord « une subversion de l’espace », liée néanmoins à une transformation multiple (spatiale, symbolique, environnementale, culturelle, économique, politique), mais sans utiliser l’expression mise en tourisme, qui le sera toutefois lorsqu’il s’agira d’étudier le rapport entre le tourisme et la ville (1996, 2002). Dewailly et Flament (1993) font usage du terme touristification plutôt que celui de mise en tourisme. Ce dernier optera pour cette expression, terme plus approprié selon lui, dont la teneur exprimerait la planification et le rôle des acteurs par rapport à celui de touristification, qui renvoie à des démarches moins institutionnalisées, et donc à un processus moins planifié (Dewailly, 2005). L’auteur partage avec l’Équipe M.I.T (2002) l’intérêt d’utiliser l’expression mise en tourisme et de mettre en valeur un processus dynamique. À ce titre, l’équipe M.I.T (2001, 2002, 2011), qui s’est investie dans l’appréhension du concept de mise en tourisme, prônant une perspective de constructivisme social, a finalement maintenu en dernier ressort une vision de type fonctionnaliste, faisant une part importante au touriste et à ses pratiques, ses désirs et ses besoins. Cette expression reste entourée de flou et d’imprécision comme l’observaient ces auteurs, notamment en ce qui concerne la dynamique qui donne plus d’importance au touriste et à l’espace d’attraction, qu’à la société d’une manière globale. À ce titre, Salazar (2009), ethnologue anglo-saxon, étudiant la société Massai en Tanzanie, mettra l’accent sur l’effet du tourisme sur la culture et la société en utilisant le terme tourismification plutôt que celui de touristification, davantage lié aux populations touristiques.

7L’idée de dépasser la vision réductrice portée par la transformation spatiale (le lieu touristique) prend de l’importance, notamment pour la ville. Avec Dewailly (2004), la ville européenne et chargée d’histoire peut connaître un processus de mise en tourisme, comme celui observé pour la ville de Lyon, et s’adapter à l’internationalisation ainsi que la dynamique de métropolisation. Ainsi cette ville évolue d’une destination axée sur un mode classique de tourisme urbain (centralité historique et culturelle), à celui d’un processus de métropolisation nécessitant une dynamique de résilience. Dewailly (2004) y relève trois phases : « la cristallisation » ou concentration des flux sur l’espace historique ; « la diffusion et la valorisation » les nouveaux espaces touristiques autres que centraux, « la mise en réseau », l’offre thématique des lieux (l’histoire des quartiers), mettant ainsi en valeur des territoires et des populations.

8Le processus de mise en tourisme devient un objet complexe ne pouvant être réduit à la transformation de l’espace pour le touriste : « la complexité des modes de mise en tourisme et des pratiques de tourisme en milieu urbain constitue un véritable laboratoire pour les chercheurs. » (Dewailly, 2004). Nous pensons que la mise en tourisme prend en charge la complexité et la diversité de la métropole ainsi que les contextes interne et externe dans lesquels elle évolue (désindustrialisation, compétition internationale), nécessitant alors une adaptabilité voire une résilience.

9Selon une terminologie des Nations unies, la résilience constitue une dynamique propre « d’un système, une communauté ou une société exposée aux risques de résister, d’absorber, d’accueillir et de corriger les effets d’un danger, en temps opportun et de manière efficace, notamment par la préservation et la restauration de ses structures essentielles et de ses fonctions de base » (UNISDR, 2009). D’une manière globale, le système doit non seulement se maintenir par la restauration de ses fonctions, mais notamment « d’intégrer la perturbation à son fonctionnement » (Gobin, 2013 : 539-540).

10La résilience, terme transversal à plusieurs disciplines comme la physique (résistance des matériaux), l’écologie (retour d’équilibre suite à un désastre), la psychologie (reconstruction après une crise), fait intervenir la notion de risque et par voie de conséquence la vulnérabilité (Ionescu, 2016 : 11). Le risque caractérise la société moderne (Beck, 2000) ainsi que les villes et les métropoles (Ascher, 2001) (risques climatique, terroriste, épidémiologique, technologique).

11Dans le cas des projets d’aménagement et d’architecture, Terrin (201 : 54-62) décrit les villes face à la récession urbaine et sommée de trouver des solutions, montrant ainsi deux postures ou stratégies de sortie de crise : l’une tournée vers l’interne, celle de la résilience comme « tentation de repli » (résister aux chocs, absorber les perturbations, se réorganiser en conservant son identité, apprendre et s’adapter), et l’autre vers l’externe (« pouvoir de l’attractivité »), comme celle de la compétitivité internationale (événements et attractions pour attirer touristes et entreprises). De ce point de vue, la résilience ne devrait pas être perçue en opposition au besoin d’attractivité-compétitivité ou comme solution à choisir pour aborder un changement et des crises, mais bien comme un élément de base, car il s’agit de « définir une société urbaine durable » (Terrin, 2014 : 54).

12La résilience, celle d’une destination par exemple, est-elle questionnée sur l’idée de réagir à une perturbation ou plutôt à évaluer sa vulnérabilité (et la réduire) et anticiper la perturbation à venir ? La ville, la destination, est inscrite dans un territoire et sa résilience est autant territoriale que dynamique (Hamdouch et al., 2012 : 4), ou la résilience est alors le fruit de deux formes : « la résilience territoriale » (capacités de résistance, maintien de sa spécificité) et « la résilience dynamique » (capacités d’invention de nouvelles ressources ou valeurs en contexte de changement). La mise en tourisme de la destination doit nécessairement intégrer cette dimension de « la résilience dynamique ». Comment observer le phénomène de mise en tourisme de la ville et de résilience du tourisme ?

3. L’analyse des résultats

3.1. Analyse de grappes de mots des trois destinations (Paris, Marrakech, Alger) et fréquence des mots-clés des 3 métropoles

13Grâce au logiciel d’analyse de données qualitatives NVivo, il est possible d’établir au moyen des verbatim provenant des différents acteurs interrogés, plusieurs tableaux de fréquences de mots. Le tableau des fréquences de mots (tableau 1) permet d’observer certains regroupements de mots. Ces derniers sont regroupés selon des groupes plus ou moins affiliés selon le discours de l’intervenant, plus un mot sera proche contextuellement du mot thème abordé, plus il sera « collé ». L’espace entre ces mots, détermine la pertinence de la vision de l’acteur interrogé, vis-à-vis du thème ou des thèmes centraux abordés :

  • le regroupement 1, de 60-70 : les deux mots, tourisme et mise en tourisme, sont les plus utilisés lors des interviews. L’expression mise en tourisme est saisie plusieurs fois, permettant au répondant d’identifier et de s’approprier le processus tout au long de l’interview. Bien sûr, la question surprend au départ, de par son renvoi à une dynamique complexe (diverses dimensions).

  • Les regroupements 2 et 3, 30-40 et 10-20 : hormis les mots touristique (45) et touriste (30), ce sont ceux de projet (46) et politique (31), qui préfigureraient la dynamique d’un processus renforcée par la présence des mots destination (26) et économique (24), mais aussi par ceux de développement (15) et global (15). Si le mot résilience n’est pas prononcé lors des entretiens, celui de projet cristalliserait la dynamique d’adaptabilité du territoire et des acteurs selon leurs intentionnalités et intérêts.

Tableau 1. Récurrence de mots pour les 3 destinations

Tableau 1. Récurrence de mots pour les 3 destinations

Figure 1. Grappe des trois destinations

Figure 1. Grappe des trois destinations

14Le graphique toutes destinations confondues, confirme la présence d’une grappe formée par les regroupements 1 et 2, et un mot du regroupement 3 (global) (cf. figure 1)

15Afin de parfaire notre compréhension de la perception de la mise en tourisme de la ville par les répondants des trois villes à l’étude, nous avons soumis les verbatim des entrevues (chaque métropole) à des analyses textuelles à l’aide du logiciel NVivo.

3.2. L’analyse des mots-clés utilisés par les répondants de chaque métropole

3.2.1. Paris

16On observe que les termes touriste et projet sont répertoriés parmi les cinq premiers termes les plus utilisés (cf. tableau 2). Tel n’est pas le cas en partie pour Marrakech, et notamment pour Alger. Ceci pourrait attester de l’interprétation différente de la notion de projet entre chaque destination. Le Paris historique étant une destination touristique de premier plan, et les répondants considérant unanimement que la mise en tourisme de Paris intra-muros est chose faite, les acteurs considéreraient le touriste comme une pièce maîtresse du projet touristique, et donc d’une nouvelle forme de mise en tourisme, au-delà du centre historique.

Tableau 2. Récurrence de mots pour la ville de Paris

Tableau 2. Récurrence de mots pour la ville de Paris

17Dans le graphique de Paris (cf. figure 2), les différents éléments sont regroupés en trois grappes. Tout d’abord, la grappe principale regroupant les termes « tourisme », « mise en tourisme », « économique », « politique », « projet » et « global », « touristique » et « touriste ». Cela illustre la notion de mise en tourisme en tant que projet global, allant au-delà de ce qui existe déjà, regroupant les acteurs de tous les domaines, qu’ils soient professionnels ou politiques. Cet extrait d’une entrevue illustre cette vision : « À mon sens, c’est un projet évidemment, car c’est une ambition donc, ça fait partie d’un projet ; mais surtout c’est un projet, qui à mon sens, est global, car ça concerne les mobilités, les mobilités douces de plus en plus pédestres, si on est en ville » (répondant université).

18L’exclusion des termes « destination » ainsi que ceux de « territoire », « population » et « mobilité » appuient l’interprétation que Paris est perçue avant tout comme une destination touristique.

Figure 2. Grappe de la ville de Paris

Figure 2. Grappe de la ville de Paris

19Dans la deuxième grappe (vision-administrative-centre), le lien entre les trois termes s’expliquerait par le fait que, selon les répondants, les touristes ont une vision élargie du tourisme à Paris, contrairement à une vision administrative plus limitée d’un Paris se limitant à son centre historique, comme l’illustre cet extrait d’entrevue : « […] on se rend compte que les touristes, toutes ces limites, ils s’en moquent, heureusement, que pour eux, la destination ce n’est pas ça du tout, la destination Paris, ce n’est pas ce qu’il y a en périphérie… et du coup ils ont [les touristes]… bien avant nous une vision métropolitaine du tourisme à Paris » (répondant organisme touristique).

20Enfin, pour la troisième grappe (limites-quartier), le lien entre les deux termes peut s’expliquer dans le même sens que la première grappe, soit le fait que, selon les répondants, les touristes veulent aller au-delà de ces limites administratives et historiques, ne pas se sentir comme dans une enclave. Il y a un désir de développer la mise en tourisme en dehors de ce centre : « Les quartiers touristiques sont dans le centre, l’hypercentre. Après, il y a aussi… Versailles et Disney, qui sont 2 points, est et ouest, mais sinon c’est un tout petit centre [...] les touristes ont beaucoup à nous apprendre dans leur regard aussi sur nous-mêmes, alors qu’on est enfermé nous dans nos limites administratives... » (répondant organisme touristique).

3.2.2. Marrakech

21Pour Marrakech, les termes projet et économique sont répertoriés parmi les cinq premiers termes les plus employés (cf. tableau 3). La prédominance de ces termes montre une vision selon laquelle la mise en tourisme de Marrakech est accomplie, et la nécessité dorénavant de se concentrer sur l’investissement de nouvelles infrastructures. Les différents éléments sont regroupés en quatre grappes.

Tableau 3. Récurrence de mots pour la ville de Marrakech

Tableau 3. Récurrence de mots pour la ville de Marrakech

22Tout d’abord, dans la grappe principale (cf. figure 3), on y retrouve six termes qui sont dans une configuration similaire à Paris, avec les termes « tourisme », « mise en tourisme », « économique », « politique », « projet » et « touristique ». Cela nous fait observer la notion de mise en tourisme en tant que projet global aux yeux des différents acteurs. Ce projet global est encore en cours de construction. On peut constater que les termes « projet » et « économique » sont intrinsèquement connecté au sein de cette grappe, confirmant la préoccupation des répondants, à l’effet de devoir se concentrer sur l’investissement de nouvelles infrastructures, comme indiqué dans le tableau de Marrakech avec les termes « activité » ou « capacité », faisant penser à l’hôtellerie. Cet extrait d’entretien illustre ce propos : « Donc je pense que ça commence par ça, ça commence par une infrastructure, ça commence par un capital humain compétent et par les lieux publics » (répondant entreprise touristique).

23Pour Marrakech, les termes « touriste », « destination » et « global » sont excentrés du nœud principal, portant à croire que la destination en tant que projet global est en cours de construction et n’est pas encore complètement assimilée aux yeux des acteurs. « destination » et « global » forment une grappe qui renforce la perspective d’une prédominance économique du tourisme, mais en cours de globalité, comme le laisse à penser cet extrait d’entretien : « Je pense que c’est plutôt un projet plus global. La mise en tourisme c’est à la fois un processus économique, dans la mesure où l’ensemble des acteurs s’attendent à tirer profit de l’implantation d’une activité touristique. Le tourisme c’est avant tout un levier économique qui doit créer des retombés d’une part, aussi il ne faut pas oublier l’aspect social du tourisme » (répondant université).

24La troisième grappe (activité-aspect) peut renforcer la perspective de cette recherche du projet global en cours de construction ; même si la mise en tourisme de Marrakech est faite, elle est quand même toujours en évolution selon un répondant (répondant ville).

25Enfin, dans la quatrième grappe « traits-acteurs », le lien entre les deux termes peut s’expliquer tout d’abord du fait que, selon les répondants, la mise en tourisme de Marrakech nécessite une collaboration accrue entre les acteurs des différents secteurs d’activité, comme soulignée précédemment. Par ailleurs, le lien entre les termes met en évidence la nécessité de mettre en valeur différents traits (ou attraits) d’un territoire pour en faire une destination touristique recherchée. : « […] la création d’une destination touristique nécessite la mise en valeur des différents traits, que ce soit les traits culturels, des traits historiques, des traits naturels, au travers de la création d’un projet de territoire, dans lequel tous les acteurs y ont leur place » (répondant entreprise).

Figure 3. Grappes de la ville de Marrakech

Figure 3. Grappes de la ville de Marrakech

3.2.3. Alger

26Pour Alger, le terme « projet » est répertorié parmi les six premiers mots-clés (cf. tableau 4). Mais il est devancé par celui de celui de « secteur ». Ce dernier terme confirme la vision du tourisme comme un secteur économique en devenir par la totalité des répondants, mais la mise en tourisme n’ayant pas encore été fait à Alger. En outre, la présence du terme « projet » reflète la nécessité de réunir tous les acteurs et de faire la promotion de la ville. Les éléments sont beaucoup plus dispersés que dans les graphiques de Paris et Marrakech soulignant l’aspect embryonnaire de la mise en tourisme de cette ville. Les différents éléments sont regroupés en six grappes qui peuvent suggérer comment et avec qui la mise en tourisme doit se faire.

Tableau 4. Récurrence de mots pour la ville d’Alger

Tableau 4. Récurrence de mots pour la ville d’Alger

27On peut observer que la grappe centrale est composée d’un seul terme, « volonté » (cf. figure 4). Autour de ce terme gravitent trois grappes, telle celle formée des éléments « mise en tourisme », « projet » et « destination ». D’autres termes forts ne formant pas de grappes sont également présents, telles « action », « secteur » et « stratégie ». Ces termes « satellites » refléteraient le désir des acteurs de mettre en tourisme la ville d’Alger ; en outre, on pourrait y voir le fait que cette mise en tourisme est seulement à ses débuts, soulevant des questionnements sur les moyens à prendre, dont la nature même du projet. Cet extrait d’entretien résumerait cet aspect : « […] il s’agit de mettre autour d’une table, tous les intervenants dans le secteur du tourisme, et là je n’invente rien… Donc il s’agit de les mettre autour d’une table et de concrétiser réellement l’engagement, que ça ne reste pas un vœu pieux, écrit sur du papier. Je m’explique, nous devons décider de diriger la ville d’Alger comme destination touristique, disons viable, il s’agit de mettre sur scène tous les acteurs et qu’ils s’impliquent » (répondant entreprise touristique).

28La deuxième grappe réunit les termes « tourisme », « touristique » et « mise en tourisme ». Le lien entre ces trois mots exprime la représentation de la mise en tourisme comme base de la nouvelle attractivité touristique d’Alger. Une base qui se cherche une place cohérente : « À l’instant où je vous parle, je pense qu’il [le secteur touristique] n’a pas encore sa place, il est en train, j’ai envie de vous dire, de s’organiser pour reprendre sa véritable place en tant que secteur économique, qui allait, j’allais dire, ramener tous les secteurs » (répondant ville).

29La troisième grappe composée des termes « politique » « projet » et « global » corrobore la prédominance de l’appareil politico-institutionnel pour donner une trajectoire à la mise en tourisme et en faire un projet global. Ceci est mentionné dans cet extrait d’entretien : « Moi, je pense que c’est beaucoup plus global, il y a l’aspect un peu plus politique qui doit être mis plus en valeur, qui doit donner un peu cet aspect pour mettre un peu tout le monde dans cette voie. Il y a un rôle important de l’aspect politique pour sensibiliser, pour la promotion, etc. » (répondant organisme de développement touristique).

30La quatrième grappe qui regroupe « schéma » « destination » et « incompréhension » confirme cette recherche d’une vision et d’un projet clairs. La prédominance politique montre l’établissement de schémas directeurs pour faire d’Alger une destination touristique. Néanmoins, trop de schémas risquent d’apporter plus de confusion que de clarté : « Donc c’est tout un enchaînement de tâches, mais la première tâche qui est la plus importante, c’est mettre la mise en tourisme, ou bien la destination Alger. Cette destination, ou bien toute cette stratégie, elle est mise en place par des schémas directeurs de chaque wilaya (région). Et Alger ne fait pas exception, elle est concernée par ce schéma directeur qui est en cours, je crois » (répondant ville).

31La cinquième grappe, formée des termes « développement », « économique » et « valeur », montre clairement la valeur économique du tourisme en tant que secteur en développement à forte valeur ajoutée et comme secteur économique prometteur : « Ces priorités sont développées selon une conjoncture internationale, par une bonne volonté de prévoir une économie hors hydrocarbures, donc c’est une volonté qui se justifie et s’impose en elle-même » (répondant organisme de développement touristique).

32La sixième grappe, formée des termes « population », « attrait » et « espace », renforce le questionnement visant la façon de mettre à l’avant-plan les atouts d’Alger et de bonifier son espace pour assurer une mise en tourisme de la ville, et la rendre bénéfique pour sa population : « la mise en tourisme d’un espace, c’est la détermination de ces attraits naturels et culturels et leur mise en valeur, leur valorisation, de telle sorte qu’ils puissent drainer des flux touristiques, après comment on les met en valeur, c’est le grand débat aujourd’hui » (répondant université).

Figure 4. Grappe de la ville d’Alger

Figure 4. Grappe de la ville d’Alger

3.3. La synthèse de la représentation de la mise en tourisme selon les trois destinations (Paris, Marrakech, Alger)

33Le tableau 5 synthétise les trois métropoles dont sont issus les différents acteurs de l’étude, Paris, Marrakech et Alger. Ce tableau est construit à partir de la question « selon vous, comment définir la mise en tourisme de la ville ? », en décomposant le discours des répondants à travers diverses catégories (la métropole de provenance, la catégorie socioprofessionnelle des acteurs interrogés). Cela nous permet de mettre en évidence les points de vue des répondants, quant à la représentation de la mise en tourisme dans la métropole. Une analyse des verbatim nous permet de constater l’existence de cinq catégories quant à la définition du concept de mise en tourisme de la ville - politique- institutionnelle ; économique-managériale ; sociale ; culturelle-historique ; enjeux urbains de la mise en tourisme.

Tableau 5. Caractéristiques de la mise en tourisme selon les acteurs des trois métropoles Paris, Marrakech, Alger

Caractéristiques

de la MET

Paris

Université

Ville

Organisme de promotion

Organisme territorial

Politique -

Institutionnel

Une ville pour tous (touristes-résidents)

Volonté politique, administration de l’accueil

Interventions politiques et institutionnelles

Limites administratives inopérantes pour le tourisme-touriste

Économique-managérial

 Fonction touristique dans l’économie

Tourisme est une richesse nécessitant une régulation

-

Développement de l’offre non circonscrite au centre seulement

Social

Intégrer des acteurs divers

Augmentation du pouvoir d’achat et des congés payés

Attractivité et risques pour la MET (nuisances)

Collaboration avec divers acteurs (université, organisme, ville, etc.)

Historique-Culturel

-

Processus

historique et régulation

Préservation des lieux

Communication centrée sur le centre historique

Enjeux urbains de la mise en tourisme

Ville mobile, connectée ; facilités pour les touristes

Facilitations des territoires attractifs

Enjeu de diffusion des touristes en dehors du centre

Tourisme est un vecteur métropolitain ;

Apprendre des touristiques qui circulent

Caractéristiques

de la MET

Marrakech

Université

Ville

Entreprise

Politique -

Institutionnel

Participation de tous les acteurs

Vision politique et universitaire du tourisme

 -

Économique-managérial

Services hétéroclites

Économie touristique prépondérante pour la ville 

Infrastructures hôtelières

Social

Projet de territoire

Le tourisme est ancré dans la ville et au sein de la population

Mise en tourisme est liée à l’accueil (capital humain)

Historique-Culturel

Valorisation des attraits culturels et naturels

Hospitalité de la population reconnue historiquement

-

Enjeux urbains de la mise en tourisme

Revoir le modèle classique de mise en tourisme

La ville, symbole du pays, est déjà mise en tourisme

Investir dans l’accueil et les commodités publiques

Caractéristiques

de la MET

Alger

Organisme de développement

Ville

Université

Entreprise

Politique -

Institutionnel

Action de l’État pour développer la destination

Réinsérer le secteur touristique dans le développement

Encadrement du processus

Diriger la destination touristique par les acteurs ; développer une gouvernance  touristique

Économique-managérial

Mise en œuvre économique selon un plan étatique

Effets d’entraînement du tourisme dans l’économie

Développer des indicateurs de mesure

Tourisme est vecteur de promotion de l’image de la ville

Social

Implication de tous les acteurs ; réhabiliter les lieux, aménager avec les populations.

La mise en tourisme en tant que projet social

 

Impliquer la population locale ;

Amélioration du cadre de vie

Historique-Culturel

Valorisation des atouts

-

La culture comme vecteur du tourisme ;

Esthétique du lieu

Réhabiliter le patrimoine en assainissant l’environnement ambiant

Enjeux urbains de la mise en tourisme

Mise en œuvre des schémas directeurs

Reconsidérer la mise en tourisme à la faveur du développement national

Encadrement fiable du processus de la MET ;

Durabilité et éthique du processus.

Améliorer le cadre de vie ;

Réhabiliter l’existant

3.3.1. Paris

34Pour les acteurs parisiens interrogés dans le cadre de cette étude (quatre), la mise en tourisme de la ville de Paris se distingue avant tout par une vision d’hypercentralité urbaine. Pour les répondants, si la mise en tourisme de Paris, soit le Paris historique, est faite depuis fort longtemps, le renouvellement du tourisme urbain passe par la dimension métropolitaine : la métropole doit maintenant être promue et « être connectée et mobile ». La mise en tourisme va au-delà du centre historique traditionnellement représentée comme le lieu de concentration des lieux emblématiques. La vision sociale rejoint la vision urbaine par l’intégration de tous les acteurs et de la population. Pour trois répondants sur quatre, l’intégration et la collaboration des populations sont importantes. Cette mise en tourisme nécessite aussi l’appui du pouvoir politique. Trois répondants sur quatre évoquent la volonté politique (étatique, régionale et locale) comme moteur de la mise en tourisme. Les politiques sont alors des acteurs qui soutiennent l’ensemble des acteurs touristiques. En sa qualité de métropole d’envergure mondiale, Paris voit au-delà de ses atouts historiques qui ont fait sa renommée. Une mise en tourisme renouvelée de Paris serait axée sur la mobilité et la ville connectée, et se faire dans une perspective d’intégration des populations, des touristes et des professionnels du milieu, avec l’appui du pouvoir politique. D’une manière globale, la mise en tourisme est reconnue comme un processus où l’enjeu est de permettre l’appropriation du territoire pour tous, « une sorte d’alchimie qui permet l’usage des territoires pour tous » (répondant université).

35L’idée d’introduire la vision métropolitaine pour observer l’activité touristique insère la dynamique de renouvellement urbain (adaptabilité et résilience).

3.3.2. Marrakech

36À Marrakech comme à Paris intra-muros, la mise en tourisme est perçue comme déjà faite. Deux aspects sont mis en valeur par les répondants : 1) la question urbaine de la métropole se concentre sur l’investissement de nouvelles infrastructures et, comme à Paris, sur la création d’un nouveau projet de territoire allant au-delà du cœur historique de la ville. La vision urbaine par le développement des infrastructures touristiques est imbriquée dans une vision économique et managériale. Le tourisme représente un élément vital de l’économie de la ville et de l’ensemble du Maroc, et ce développement touristique doit capitaliser sur des ressources humaines compétentes et une expansion intégrée de services actuellement hétéroclites ; 2) l’appui politique et institutionnel est alors indispensable concernant la mise en œuvre de schémas directeurs favorisant le développement économique et urbain de la destination. Pour deux répondants sur trois (université, ville), les pouvoirs politiques existants doivent collaborer avec les acteurs du tourisme, selon une vision commune et une gouvernance efficiente et efficace, sous l’égide du pouvoir royal. La mise en tourisme de Marrakech étant considérée comme acquise, les répondants estiment que les enjeux sont liés au développement d’infrastructures variées, tels les complexes hôteliers, les aéroports. Malgré l’histoire plusieurs fois millénaire de la ville et du pays, les visions sociales, culturelles et historiques sont peu abordées par les répondants ; cela semble renvoyer à la perception que la mise en tourisme de Marrakech est déjà faite,

37Les répondants soulignent l’importance de la culture comme élément d’attractivité de la destination, avec une population chaleureuse et accueillante, mais sans véritable solution pour le mettre en place.

3.3.3. Alger

38Contrairement aux deux autres destinations, à Alger la totalité des répondants (quatre) affirme que la mise en tourisme de la ville est à construire. La vision économique et managériale de la mise en tourisme domine, et la totalité des répondants voit le tourisme comme un secteur économique en devenir, avec la nécessité de réunir tous les acteurs et de faire la promotion de la ville de façon éthique. Selon eux, le tourisme devra jouer un rôle de premier plan dans les années à venir afin de pallier la diminution de revenus attribuables à la chute des revenus principalement liés aux hydrocarbures.

39Pour réaliser la mise en tourisme d’Alger, le pouvoir politique devra jouer un rôle prépondérant. Pour trois répondants sur quatre, c’est la vision politique et institutionnelle d’une mise en tourisme qui prédomine actuellement, à travers l’État central qui établit les règles et les schémas directeurs.

40Pour attirer un plus grand nombre de touristes, une vision culturelle et historique devra être reconnue. Trois répondants sur quatre insistent sur la nécessité de valoriser l’histoire de la ville et l’esthétisme lié à sa culture, afin de rendre justice à son histoire millénaire. Ces mêmes répondants mettent en parallèle la vision culturelle et historique et celle urbaine. Mettre en valeur ses atouts historiques, c’est les transformer en attraits touristiques à travers des schémas directeurs établis au niveau de l’État, et assurer un investissement dans les infrastructures touristiques. Pour deux répondants sur quatre, la mise en tourisme d’Alger doit se faire en impliquant la population directement dans le processus, pour, à terme, améliorer le cadre de vie urbain.

41Alger n’est qu’au début de son processus de mise en tourisme, et l’État demeure omniprésent quant à la conduite à adopter au travers de divers schémas de développement touristique. Toutefois, un répondant (entreprise touristique) sur quatre évoque la gouvernance touristique comme nécessaire à la mise en tourisme de la ville, faisant référence à l’image de la ville, qui devra être assurée aussi bien pour un usage interne qu’externe.

42Malgré la prédominance de la vision économique et managériale du tourisme, en tant que source de revenus, les autres visions sont bien représentées dans la conception des intervenants de la mise en tourisme. Ceci met en lumière l’importance du travail que doivent accomplir tous les acteurs du tourisme dans une perspective sociétale, et pour faire d’Alger une destination touristique et réinsérer le tourisme comme élément du développement économique national : « La mise en tourisme, c’est de replacer le secteur du tourisme, si vous voulez, dans sa vraie place, c’est à dire, actuellement il n’a pas sa place par rapport, je dirai, aux autres secteurs pour le développement économique du pays » (répondant ville). Mais un répondant (entreprise touristique) pense qu’il faudrait aller plus loin, et « décider de diriger la ville d’Alger comme une destination touristique » (répondant entreprise). Diriger une ville comme une destination, qui est un ensemble de projets intégrés (Kadri et al., 2011), nécessite une gouvernance particulière se fondant sur une dynamique de renouvellement et de résilience.

Conclusion

43L’analyse du processus de la mise en tourisme d’une métropole a été observée à travers trois cas (Paris, Marrakech et Alger), en soumettant divers acteurs (11) engagés dans la mise en tourisme de la ville (ville, organisme touristique, université, entreprise). Il s’agissait de comprendre comment est perçu ce processus par divers acteurs de la métropole. Comprendre la mise en tourisme à travers une métropole est important, dans la mesure où cette dernière est dans une situation spécifique (diversification-spécialisation des activités, mise en réseau, intégration sociale et exigence de coordination), imposant une adaptation continue et par la même la nécessité de renouvellement et de résilience. De cette analyse, l’on peut retenir deux aspects importants :

  1. La représentation d’un projet global. Cette idée est observée à travers les grappes et récurrences de mots des trois destinations, mettant en évidence une dynamique orientée vers un projet global rassemblant divers acteurs dans le projet d’une destination, et non la transformation d’un lieu, qui est une perspective traditionnelle de la mise en tourisme. Le processus de mise en tourisme demeure toutefois complexe, et son appropriation est inégale entre les divers acteurs de la métropole. D’autre part, la dynamique de projet (collaboration des divers acteurs, surveillance du processus, nécessité de renouvellement des stratégies, etc.) semble alors bien ancrée dans le discours, mais sa construction se fait à un rythme différent dans les différentes métropoles. La complexité de la dynamique s’exprimera à travers la nécessité de construire une représentation propre de la mise en tourisme à chaque métropole, notamment au cours de l’entretien. Ce dernier devient un espace important pour un tel objectif. L’utilisation très fréquente de l’expression mise en tourisme semble être liée à la formation de cette représentation. Pour Paris, la mise en tourisme est un projet global, associé à celui d’une destination en évolution, passant d’une vision de centralité urbano-touristique à une perspective métropolitaine du tourisme. Pour Marrakech, la représentation d’un projet global est exprimée, mais sa construction est en cours, et les acteurs sont réunis autour de ce projet (liens forts entre la ville et l’université). Alger, destination phare au XIXe siècle et début du XXe, tente de renouer au XXIe siècle avec le tourisme. Néanmoins, le projet de tourisme oscille depuis longtemps entre discours et réalités, et sa reconnaissance réapparaît lors des crises économiques (baisse des revenus pétroliers), mettant en évidence la lenteur de la réinsertion de la fonction économique dans le développement national. La représentation d’une mise en tourisme en tant que projet est tributaire d’une « volonté » de tous les acteurs de s’engager dans la concrétisation de cette réinsertion.

  2. Les défis d’une reconsidération de la dynamique de la mise en tourisme et l’importance d’une résilience urbaine et touristique. Ceci est assez prégnant pour les acteurs des trois métropoles, en engageant des stratégies différentes. Pour Paris, on considérera alors que la vision d’une centralité touristique ferait place à la nécessité d’ouverture vers des territoires en dehors du centre, rompant ainsi avec la vision d’une mise en tourisme traditionnelle (le centre historique). Fagnoni et Aymard (2002 : 11), rappelaient déjà cette problématique d’une attractivité liée aux deux pôles patrimoine et modernité, et dont la politique touristique devrait s’en saisir pour une nouvelle offre : « Cette démarche est à la charnière entre ce que l’on pourrait appeler “mémoire”, qui assure la reproduction, et “projet”, qui fixe des ambitions, des finalités et assure la production ». Marrakech, à travers l’acteur universitaire présente aussi la nécessité de revoir « le modèle classique de la mise en tourisme », mais la convergence des acteurs est primordiale en ce sens. Cet acteur jouant un rôle de veille touristique insiste sur la nécessité de miser sur les atouts historiques, culturels, écologiques et durables, en révisant le modèle de mise en tourisme. Alger à son tour montre des acteurs autrement plus éclatés, attendant un rassemblement autour du politique, et notamment la définition d’un modèle de mise en tourisme, qui tarde à émerger.

44La mise en tourisme constitue aujourd’hui un sujet d’un grand intérêt tant au niveau de la pratique économique qu’au niveau scientifique. Si la dimension économique et professionnelle a été tout d’abord prégnante (forces du marché), la dimension scientifique de compréhension du processus de mise en tourisme a été peu développée, notamment réduite à l’aspect de transformation d’un lieu ou d’un territoire, selon des perspectives géographiques et d’aménagement. En effet, à l’échelle d’une métropole, le processus de mise en tourisme est confronté à de multiples aspects (diversité et complexité des fonctions, urbanisations accélérées, développements durables, enjeux d’adaptabilité et vulnérabilité face aux risques). Les trois cas présentés permettent d’entrevoir la dynamique d’un processus non figé à la transformation d’un territoire, mais plutôt inscrit dans les possibilités d’adaptabilité et donc de résilience de ce territoire comme destination. La dimension de la résilience introduite au sein du processus de la mise en tourisme (Kadri et Pilette, 2017) vient renforcer la durabilité inscrite de plus en plus dans le développement urbain, et assure à la destination une inscription plus forte dans ce processus global.

45La recherche de « la ville résiliente » (Thomas et Da Cunha, 2017) s’observe en grande partie à travers les problématiques liées aux changements climatiques (urbanisme, veille sur les changements climatiques) ainsi que sur les capacités de résilience face à ces changements. Toutefois, l’importance d’impliquer divers acteurs, à travers « les projets urbains adaptatifs » (Thomas et Da Cunha, 2017 : 298), montre l’importance de comprendre la ville comme une construction collective. La destination urbaine n’est pas un objet inséré dans une démarche de cycle de vie, et sa mise en tourisme est à observer à travers la vision de projets intégrés : un projet anthropologique (vision des leaders), un projet économique (marché, produit touristique), un projet d’aménagement (développement de territoires touristiques), un projet de gestion (régulation et gouvernance), un projet urbain (projet sociétal) (Kadri et al., 2011).

46L’observation de ce processus de mise en tourisme de la métropole devra être poursuivie par une multiplication d’autres destinations d’envergure différentes, notamment au niveau d’autres aires culturelles.

Haut de page

Bibliographie

Ascher, F. (2001). Les nouveaux principes de l’urbanisme : la fin des villes n’est pas à l’ordre du jour, La Tour d’Aigues, L’Aube.

Beck, U. (2001). La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Paris, Aubier.

Cazes, G. (2002). Le rôle des grands événements dans la « mise en tourisme » des villes, Paris, Université de Paris I, Universidad de AlmerÎa.

Cazes, G. (1992). Fondements pour une géographie du tourisme et des loisirs, Levallois-Perret, Bréal.

Centre National des Ressources Textuelles et Linguistiques CNRTL (2012). « Présentation », Outils et ressources pour un traitement optimisé de la langue, Nancy, CNRTL, <http://www.cnrtl.fr>, consulté en septembre 2016.

Dewailly, J.-M. (2004). « Tourisme : Lyon pourrait mettre en avant son patrimoine religieux » [entretien], Millénaire 3, <http://www.millenaire3.com/interview/2004/tourisme-lyon-pourrait-mettre-en-avant-son-patrimoine-religieux >, consulté en janvier 2017.

Dewailly, J.-M. (2005). « Mise en tourisme et touristification », dans R. Amirou, F. Bachimon, J.-M. Dewailly et J. Malezieux (dir.), Tourisme et souci de l’autre, Paris, L’Harmattan : 30-31.

Dewailly, J.-M. et É. Flament (1993). Géographie du tourisme et des loisirs, Paris, SEDES.

Équipe MIT (2002). Tourismes 1 – Lieux communs, Paris, Belin.

Équipe MIT (2005). Tourismes 2 – Moments de lieux, Paris, Belin.

Fagnoni, E. et C. Aymard (2002). « Entre inertie et dynamisme touristique. Le cas parisien », Téoros 21(1) : 4-11.

Hamdouch A., M.H. Depret et C. Tanguy (2012). Mondialisation et résilience des territoires : trajectoires, dynamiques d’acteurs et expériences, Presses de l’Université du Québec.

Ionescu, S. (2016). Résiliences- Ressemblances dans la diversité. Paris, Odile Jacob,

Kadri B. et D. Pilette (2017). Le tourisme métropolitain renouvelé, Presses de l’Université du Québec.

Kadri, B, R.M Khomsi et M. Bondarenko (2011). « Le concept de destination : diversité sémantique et réalité organisationnelle », L’Excellence des destinations/Ciné-tourisme 30(1) : 12-24.

Terrin, J-J. (2014). Le projet du projet : concevoir la ville contemporaine, Marseille, Éditions Parenthèses.

Rudolph. F. (dir.) (2016). Les villes à la croisée des stratégies globales et locales des enjeux climatiques, Introduction. Presses de l’Université Laval.

Salazar, N.B. (2009). Imaged or imagined? Cultural representations and the ‘tourismification’ of peoples and places , Cahiers d’études africaines (193-194) : 49-72, URL : <http://www.cairn.info/revue-cahiers-d-etudes-africaines-2009-1-page-49.htm#no2>

Thomas, I. et D.A. Cunha (2017). La ville résiliente. Comment la construire ?, Montréal, Presses de l’Université de Montréal.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Récurrence de mots pour les 3 destinations
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13959/img-1.png
Fichier image/png, 18k
Titre Figure 1. Grappe des trois destinations
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13959/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Tableau 2. Récurrence de mots pour la ville de Paris
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13959/img-3.png
Fichier image/png, 19k
Titre Figure 2. Grappe de la ville de Paris
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13959/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Tableau 3. Récurrence de mots pour la ville de Marrakech
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13959/img-5.png
Fichier image/png, 22k
Titre Figure 3. Grappes de la ville de Marrakech
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13959/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Tableau 4. Récurrence de mots pour la ville d’Alger
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13959/img-7.png
Fichier image/png, 23k
Titre Figure 4. Grappe de la ville d’Alger
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/13959/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Boualem Kadri, Cyril Martin et Benoit Duguay, « La mise en tourisme de la ville : de la transformation de l’espace à la résilience de la destination  », Études caribéennes [En ligne], 2 | Novembre 2018, mis en ligne le 15 novembre 2018, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/13959 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.13959

Haut de page

Auteurs

Boualem Kadri

Université du Québec à Montréal, kadri.boualem@uqam.ca

Articles du même auteur

Cyril Martin

doctorant en études urbaines, département d’études urbaines et touristiques, École des sciences de la gestion, Université du Québec à Montréal ; martin.cyril@courrier.uqam.ca

Benoit Duguay

professeur, département d’études urbaines et touristiques, École des sciences de la gestion, Université du Québec à Montréal ; duguay.benoit@uqam.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals