Navigation – Plan du site
Dossier

Institutions de la Province Nord de la Nouvelle-Calédonie, touristes, prestataires de tourisme kanak : trois types d’acteurs résilients-réflexifs au service d’une destination touristique en situation de décolonisation négociée

Some Resilient-Reflexive Actors Serving New Caledonia on the Way to Self-Determination: Institutions of the North Province, Tourists and Kanak Tourism Providers
Sarah Bellec

Résumés

Cet article est issu d’un doctorat (en cours) d’anthropologie sociale et culturelle qui s’intéresse à la production des malentendus entre touristes et prestataires de tourisme kanak de Nouvelle-Calédonie. L’enquête ethnographique démontre d’une part que les supposées différences culturelles entre ces acteurs ne sont pas explicatives des malentendus. D’autre part, les capacités de réflexivité et de résilience des acteurs permettent d’affirmer la productivité des malentendus et (ré) interrogent le sens du tourisme, au-delà du seul cas néo-calédonien.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 La Nouvelle-Calédonie est un petit état insulaire sous tutelle française depuis 1853, située dans l (...)
  • 2 Lors du référendum d’autodétermination organisé le 04 novembre 2018, 56,4% de la population s’est p (...)

1 La Nouvelle-Calédonie1 envisage son développement touristique dans les années 1970 lorsque la chute du cours du nickel incite le gouvernement à trouver des stratégies économiques alternatives. L’histoire du tourisme calédonien sera malgré tout chahutée par les évènements des années 1980 opposant les loyalistes calédoniens représentés par l’État français et les indépendantistes kanak. Malgré les accords de paix sociale signés fin des années 1980 et les richesses culturelles et environnementales de la Nouvelle-Calédonie, son développement touristique n’est pas à la hauteur de ses potentialités. La situation de décolonisation négociée avec le référendum d’auto détermination qui a eu lieu en novembre 20182, la défaillance d’une image à l’international, la rude concurrence avec des destinations voisines comme Fidji sont autant de facteurs freinant le développement touristique néo-calédonien.

  • 3 Dans le cadre des accords de Matignon (1988), afin de contrecarrer la bipartition politique et donn (...)

2À une échelle plus microscopique, les rencontres entre touristes métropolitains locaux et prestataires de tourisme kanak qui accueillent en tribu génèrent un certain nombre de malentendus qui ont une incidence négative sur la qualification de l’accueil touristique. Cependant, l’article vise à démontrer d’une part que les touristes et les prestataires de tourisme porteurs d’habitus et de quêtes identitaires hétérogènes font preuve de résilience ou selon de réflexivité pour dépasser les malentendus. De même, la Province nord3 par les actions menées en termes de promotion et de développement touristique participe indirectement au délitement des malentendus qui surviennent entre touristes et prestataires de tourisme en tribu. D’autre part, l’article démontre à partir des matériaux empiriques que les malentendus sont dépassés dans la mesure où l’expérience touristique est perçue par les participants dans une dynamique interrelationnelle. Il s’agira dans un premier temps d’expliciter la démarche de recherche utilisée dans le cadre de la compréhension de la nature et des effets des malentendus sur les prestataires de tourisme et les touristes. Dans un second temps, nous présenterons quelques exemples ethnographiques étayant l’argumentation de la réflexivité et/ou de la résilience des acteurs engagés dans l’expérience touristique.

1. Productivité des malentendus, résilience et réflexivité

1.1. Le constat : l’accueil touristique en Nouvelle-Calédonie jugé non satisfaisant

3Ce qui a attiré notre attention en 2008 lors d’un premier séjour sur l’île était la redondance de critiques négatives sur l’accueil touristique. Il était commun et c’est toujours le cas en 2018, d’entendre que l’accueil des touristes en Nouvelle-Calédonie est de mauvaise qualité, que ce soit au niveau des trois Provinces ou des différentes structures d’hébergement (gîtes ruraux, tribaux, hôtellerie de luxe). Un accueil médiocre, des prestataires de tourisme absents lors de l’arrivée des visiteurs qui avaient préalablement pris le soin de réserver, des activités annulées, une organisation plus que moyenne sont autant d’arguments récurrents dénonçant le tourisme calédonien. Ceci n’est pas uniquement relaté dans la presse, mais ici et là, en Nouvelle-Calédonie, sur les blogs internet des voyageurs, les discours et récits font état de rencontres peu satisfaisantes entre des touristes déçus et des prestataires de tourisme dits peu concernés. Les touristes évoquent une déception plus ou moins marquée quant à l’accueil qui leur est réservé. Des séjours gâchés, des départs anticipés, des récits d’expériences catastrophiques sont relatés ici et là, au détour de conversations informelles de même que dans la presse locale.

« Un joli pays qui m’a laissé de bons souvenirs, mais auquel j’adresse cependant un carton jaune à cause des réservations et de l’accueil dans certains endroits… mardi 17, Hienghène : énorme déconvenue en arrivant au gîte où nous n’avions plus notre bungalow réservé. Départ pour Lifou le 21 janvier : nous n’avions plus notre réservation au gîte. Le 21, départ pour Ouvéa en fin d’après-midi. Ouvéa l’île la plus proche du paradis où c’était le pompon. En arrivant au gîte, un seul des deux bungalows réservés était disponible ! ... Nous demandons un renseignement à un groupe de cinq personnes en bord de route. J’ai été agressé et j’ai reçu un coup de poing au visage » (Les Nouvelles Calédoniennes, 2006).

4Mais l’analyse ethnographique des interactions touristes-prestataires de tourisme dans le cadre de l’accueil chez l’habitant transcende quelque peu les facteurs normatifs selon lesquels les prestataires de tourisme kanak ne maîtrisent pas les bonnes conduites ni même les bonnes pratiques de l’accueil touristique. Le tourisme chez l’habitant n’a que peu à voir avec des formes plus classiques où l’on consomme un produit, une prestation dont la satisfaction ou l’insatisfaction par rapport aux attentes peuvent être davantage objectivables. Au-delà du seul cas néo-calédonien, le tourisme en tribu met en évidence que dans la rencontre, l’appréciation devient très subjective, contextuelle et émotionnelle. Les études qualitatives permettent d’analyser les difficultés tant pour les touristes dans leur quête de découverte d’une autre société que pour les prestataires de tourisme. L’activité touristique a-t-elle un sens pour eux ? Est-elle choisie ou subie ? Les familles voient-elles d’un bon œil les prestations touristiques du clan voisin ? Le projet est-il inscrit dans la collectivité ? La société locale vit-elle des tensions ?

  • 4 Prestataire de tourisme kanak, tribu le Werap, Hienghène, 2006.

« Je n’avais pas imaginé mon activité touristique comme ça. J’ai eu les autorisations coutumières et j’étais content. Mais depuis la mise en place de mon activité, j’ai des problèmes avec certains clans qui ne sont pas satisfaits, car ils trouvent que je ne partage pas assez les bénéfices avec la communauté »4.

1.2. La démarche de recherche élaborée dans la compréhension des malentendus

5L’approche anthropologique de la rencontre touristes-prestataires porte sur les trois composantes de l’interaction touristique : d’une part les touristes (qui sont ces visiteurs ? que viennent-ils chercher ?), d’autre part les prestataires (les raisons pour lesquelles ils ont créé une micro entreprise de tourisme ? Les difficultés qu’ils rencontrent ?) Et le chercheur (ce que sa présence induit dans le déroulement des interactions ?). Le terrain exploratoire qui a eu lieu en 2007-2009 en Province nord de la Nouvelle-Calédonie s’est construit autour de ces questionnements. Nous avions préalablement réfléchi, avant d’enquêter, à la terminologie que nous allions employer pour qualifier la dimension complexe de la rencontre. En effet, nous savions, par l’objet de recherche, que notre intérêt se porterait sur les interactions générant un effet négatif sur la qualification de l’accueil. Est-ce que nous devions parler de mésentente ou de conflit entre les acteurs ? Le premier terme ne semblait pas opérant, car il évoque implicitement que pour ne pas s’entendre, il faut en connaître les raisons. Le second semblait inapproprié, car la disqualification de l’accueil du prestataire par les touristes ne se solde pas forcément par des conflits ici en Nouvelle-Calédonie comme ailleurs. Le terme de malentendu en revanche semblait plus ajusté à notre objet dans la mesure où il évoque une dimension symbolique, des représentations sociales, des décalages de perceptions de la réalité. Le malentendu à l’inverse de la mésentente n’induit pas d’emblée une issue positive ou négative de la rencontre.

6L’hypothèse de départ consistant à considérer que les malentendus sont dus à des univers culturels distincts au sein desquels évoluent touristes et prestataires fut remise en question au terme des six mois d’investigation dans les tribus de Hienghène. Côté terre comme côté mer, la culture n’était pas responsable des malentendus cheminant dans la rencontre touristique. Avant même d’en arriver à ce premier constat d’ailleurs, le concept de culture n’était pas sans poser un certain nombre de difficultés épistémologiques et méthodologiques. Comment fallait-il qualifier la rencontre ? Devions-nous parler d’une rencontre entre porteurs d’une culture différenciée ? Ou encore d’une rencontre interculturelle ? Comment éviter l’amalgame entre culture et essentialisation enfermant parfois les individus dans des habitus si étriqués qu’ils finissent par être catalogués et pensés dans une permanence atemporelle ? L’acception interculturelle, si elle nous semblait moins essentialiste que celle de culture, n’était pas opérante dans le cadre de ces terrains exploratoires. Et si nous avons déconstruit le concept de culture, il n’en demeure pas moins que l’entrée sur le terrain par ce biais a été extrêmement utile à la réflexion autour de l’existence de la culture en tant qu’entité.

7L’ethnographie des dynamiques de communication validait davantage l’inscription des malentendus dans la sphère interpersonnelle (doute et déception de soi chez le prestataire, quête identitaire chez le touriste) que la sphère interculturelle et qui plus est, selon des modalités particulières (silence, non-dit, tabou). Ce qu’enseignait le terrain exploratoire était également que les malentendus s’inscrivaient dans des registres hétérogènes et que l’analyse devait être réduite afin d’éviter une énumération qui n’aurait pas grand intérêt. La dimension transversale contenue dans l’analyse des interactions entre touristes et prestataires (mises en scènes, discontinuités sociales, malentendus) a fait émerger deux autres thématiques à côté de celle de la culture, à savoir d’une part la question de l’économie et du développement local et d’autre part du genre.

8La considération de la question du genre est prépondérante au sein d’une activité touristique fortement féminisée dans le cas néo-calédonien. Nous n’envisageons pas ici la question du genre dans une lecture simplifiée de rapports de domination des hommes sur les femmes, mais nous considérons le tourisme comme révélateur d’une société genrée reflétant les relations entre les sexes et leurs transformations dans le temps et dans l’espace (Pritchard, Morgan, 2000 : 884-905). Ainsi, ce sont les discours des femmes et des hommes qui sont pris en considération dans l’analyse des rapports sociaux de sexe en contexte touristique néo-calédonien. Il s’agit de dépasser les lectures de sens commun selon lesquelles les violences domestiques sont le produit d’un simple rapport de domination des hommes sur les femmes voire la matérialisation d’une violence intrinsèque à la société kanak.

9L’explosion des violences conjugales dans la société calédonienne, quels que soient les groupes socioculturels concernés, est considérée du point de vue politique et institutionnel (associations de lutte contre les violences faites aux femmes, campagnes d’informations réalisées par la ligue des droits de l’homme, données statistiques fournies par l’agence sanitaire et sociale de Nouvelle-Calédonie…). En revanche, les sciences sociales sont peu concernées par cette problématique. Malgré la rareté des études scientifiques sur les violences faites aux femmes, nous rejoignons celles considérant que l’économie de la violence doit être considérée au regard des transformations rapides des rapports sociaux de sexe et des structures familiales que la colonisation a engendrées (Hamelin, Salomon et al., 2010 : 5). D’une part, suite aux entretiens menés avec les femmes kanak, la transformation des structures sociales et familiales par la colonisation n’est pas anodine dans la perpétuation des violences qui leur sont faites. D’autre part, nos enquêtes ethnographiques ont révélé que les femmes se saisissent du tourisme comme un levier pour contourner ces violences en redonnant un statut social via une micro-économie touristique (l’accueil en gîte) à des maris, des frères, des oncles qui ne trouvent plus forcément « leur place » au sein de la tribu et des structures coutumières. Il est alors intéressant d’observer comment la question du genre peut être appréhendée du point de vue de la femme sous la focale d’un rééquilibrage des rapports sociaux de sexe sans que ce dernier ne soit le calque d’un modèle métropolitain. « Ce n’est pas un combat contre l’homme, mais avec l’homme », nous confiait une femme kanak tandis qu’une autre affichait son désarroi quant aux associations de lutte contre les violences faites aux femmes en Nouvelle-Calédonie et qui selon elle, pouvaient délier les liens hommes-femmes plutôt que les réparer.

10La thématique du développement touristique local ne pouvait être occultée pour plusieurs raisons. Tout d’abord, les malentendus se construisent aussi dans les rapports économiques de la relation touristes-prestataires où les uns comme les autres vivent une confusion autour de la monétarisation de la rencontre. Ensuite, les malentendus opèrent, car le prestataire a des difficultés à articuler sphère micro-économique de marché (accueil des touristes) avec économie coutumière (une économie non monétaire, mais qui participe de la stabilité sociale). Le terrain exploratoire a invalidé la responsabilité des différences (inter) culturelles et mis en exergue la dimension (inter) personnelle dans la production des malentendus entre touristes et prestataires. Cette dynamique s’est révélée également pertinente sur les terrains approfondis, mais ces derniers ont aussi mis en avant que les malentendus opèrent dans un cadre où les individus sont porteurs d’un habitus renvoyant à des trajectoires de socialisation, à des représentations collectives. Plus précisément, les malentendus liés aux perceptions de la violence par les touristes en milieu d’accueil touristique ont validé qu’en fonction des types de malentendus, les trajectoires individuelles ou les cadres sociaux sont convoqués. Les perceptions renvoient à des représentations collectives, sociales, normées, instituées, partagées, validées par des touristes qui malgré leurs différences, s’accordent à ne pas accepter ce qu’ils considèrent être des faits de violence perçus, vécus, imaginés en milieu d’accueil touristique kanak. La hiérarchisation des violences en fonction des registres est également partagée. Si la violence exercée dans le registre discursif est tolérée (rhétorique des méfaits de la colonisation française sur la population kanak par exemple), la violence symbolique (perception d’une anomie sociale locale se manifestant par l’image de jeunes hommes alcoolisés réunis à la sortie des magasins) remet en cause l’intérêt touristique pour tous et la violence physique (faite à la nature ou à l’homme) génère des départs anticipés. Les perceptions de faits de violence ne sont pas que l’apanage des touristes à savoir que la population locale d’accueil (prestataire, famille nucléaire, élargie, clan, tribu) se sent aussi symboliquement violentée par les touristes. Ces constats très vite posés dans le cadre de ces nouvelles enquêtes ethnographiques ont validé la nécessité d’ajouter un quatrième niveau d’analyse dans la compréhension de la nature des malentendus.

  • Le déroulement in situ des interactions entre les différents protagonistes ;

  • Le contexte historique, institutionnel et politique néo-calédonien (sortie de l’accord de Nouméa, politiques publiques de développement touristique) ;

  • Les trajectoires individuelles des protagonistes (identification, caractérisation des touristes et des prestataires) ;

  • Le contexte social et sociétal des acteurs (l’échelle du ménage, du clan, de la tribu chez les prestataires, les représentations des touristes sur leur propre société).

1.3. Méthodologie 

11Concernant les individus, touristes et prestataires, puis ultérieurement la prise en considération de leurs trajectoires biographiques dans la production des malentendus, ils ont été choisis selon plusieurs critères. Le premier choix s’est porté sur leur provenance géographique. La conduite d’entretiens de type semi-directif avec les touristes métropolitains résidant en métropole ou sur le territoire calédonien s’est justifiée par les liens qui lient politiquement la Nouvelle-Calédonie à la France. Le premier terrain exploratoire a appuyé ce choix dans la mesure où les prestataires de tourisme kanak rencontrés ont joué pour certains sur la sensibilité des touristes en leur confiant implicitement le rôle d’ambassadeur de la cause kanak indépendantiste de retour chez eux en métropole. La conduite d’entretiens auprès des touristes locaux toutes appartenances socioculturelles confondues s’est justifiée (bien que cette considération ne soit pas centrale dans la recherche) par la prise en considération du tourisme local comme potentialité de déconstruction des stéréotypes négatifs sur le peuple kanak, d’une meilleure interconnaissance entre les habitants des trois Provinces.

  • 5 Les catégories seront déclinées dans la deuxième partie de l’article qui traite de l’ethnographie d (...)

12Au total, 35 prestataires de tourisme, 42 acteurs institutionnels et 106 touristes ont été rencontrés. Les touristes5 ont été catégorisés sous forme idéale typique comme suit :

  • Les quêteurs d’authenticité absolue

  • Les quêteurs de vérité

  • Les quêteurs de sens

  • Les quêteurs de découverte

13Ces entretiens de type semi-directif ont été complétés par la méthode d’observation participante, car l’hypothèse émise était qu’il pouvait y avoir un décalage entre les discours (phénomène de lissage, biais) et l’action (observation des interactions non verbales lors d’activités culturelles en situation d’échanges avec les prestataires).

1.4. Quelques éléments de cadrage théorique

14L’anthropologie de la communication (Winkin, 1996) tient une place importante dans la recherche, car en fonction du socle sur lequel s’appuient les malentendus (cadre socionormatif ou trajectoires individuelles des acteurs), la communication est plus ou moins réparable. Cet effet réparateur valide encore une fois la déconstruction de l’hypothèse culturaliste. Le sens commun attribue à la société kanak un mysticisme basé sur une culture du secret. Il y a même dans cette perception fantasmée d’une forme d’étrangeté un attrait touristique teinté d’exotisme. Les prestataires de tourisme des tribus de la grande Terre revendiquent le droit de ne pas tout dire de ce qu’ils sont aux touristes et cette retenue dans le rapport à l’autre n’est pas une caractéristique intrinsèque aux Kanak, mais semble caractériser l’altérité dans sa globalité. Il n’y a pas de mise en scène du secret, mais des stratégies symboliques de mise à distance du touriste dont les effets sont perçus par les prestataires comme bénéfiques à la construction de leurs propres identités. En revanche, sur les îles Loyauté, nous nous sommes interrogés sur la mise en scène par les prestataires de tourisme d’une transparence où il devient nécessaire de ne rien cacher au touriste. Lorsque les prestataires de tourisme recourent à la symbolique « d’une culture qui se cache est une culture qui se meurt » pour reprendre les termes de l’un d’entre eux, au terme des enquêtes ethnographiques, nous nous sommes demandé dans quelle mesure cette mise en scène n’était pas en partie liée à une idéologie sociale de la transparence véhiculée entre autres par les institutions touristiques. Nous ne pouvons pas dire si et dans quelle proportion l’injonction sociale occidentalisée de la transparence par la voie très en vogue de certaines formes de psychologisation a une incidence sur les discours mobilisés par les prestataires de tourisme des îles Loyauté ? Ce que les résultats de l’enquête ethnographique révèlent en revanche c’est que les modalités de communication au-delà des représentations de sa propre culture (tout dire ou garder un pied dans la case) sont déterminantes dans la construction des malentendus. Les prestataires de la Province nord, à travers leurs difficultés à rétablir une certaine vérité aux touristes (ce que les touristes peuvent faire, ne pas faire, acheter, ne pas acheter par exemple) engendre des malentendus. Ces derniers ne sont pas issus d’un secret culturel, d’une opacité, mais davantage d’une incapacité des différents prestataires comme des touristes, à dire et baliser les contours de leurs relations.

15L’ensemble des terrains approfondis valide le concept de « malentendu productif » (Baré, 1985 : 135). Ces malentendus construits dans l’espace de socialisation touristique sont producteurs de sens (déconstruction des stéréotypes, des préconçus sur l’autre, reconnaissance de ses paradoxes, de ses ambivalences et réinscriptions dans une altérité moins exotique, plus « juste »). Il y a là d’ailleurs, de prime abord, un antagonisme entre l’institution touristique pour qui les malentendus sont contre-productifs au développement de l’activité et les résultats de l’enquête anthropologique. Ces résultats démontrent que réflexivité et/ou résilience des acteurs qu’ils soient touristes ou prestataires de tourisme participent à la productivité des malentendus.

2. Ethnographie de la réflexivité et de la résilience

2.1. Des artisans de la réflexivité : acteurs institutionnels et politiques de la Province nord

16Nous avons choisi d’utiliser le concept de résilience dans son acception psychologique lorsqu’il s’agit de comprendre les trajectoires individuelles des acteurs. Les déceptions vécues dans l’expérience touristique masquent parfois des quêtes identitaires non satisfaites et la majeure partie des touristes comme des prestataires est en capacité de rebondir face aux chocs personnels. Nous avons choisi d’utiliser le concept de réflexivité lorsque nous abordons la rencontre entre les touristes et les prestataires. Plus précisément, le choix du concept s’applique davantage au collectif dans une situation de dialogue, d’interactions. Il s’agit alors de se distancier au regard des normes et valeurs de sa propre société pour (re) considérer celles d’autrui.

17En Province nord, le tourisme local revêt une importance puisqu’il permet de fabriquer du lien social entre des populations que l’histoire a divisées. La mise en place en 2007 des week-ends promouvant les identités touristiques communales dans une démarche de découverte, à l’initiative des acteurs du GIE tourisme Province nord, du maire de la commune de Hienghène, d’élus, d’animateurs communaux va dans ce sens. Les produits terroirs sont promus à travers des opérations évènementielles qui ciblent avant tout les touristes locaux, s’inscrivant dans cette logique de désenclavement provincial et de fabrication de liens sociaux. Outre les actions menées par la direction du développement de l’économie et de l’environnement en faveur d’une meilleure interconnaissance entre les habitants des trois Provinces, le patrimoine joue également un rôle en matière de fabrication de liens sociaux. La direction de la culture de la Province Nord créée en 2009 s’inscrit dans la valorisation du patrimoine des différentes cultures.

« Nous n’oublions pas le patrimoine lié aux autres communautés, ni le patrimoine industriel. Le nord est le berceau de l’activité minière du pays d’où la création du musée de la mine à Tiebaghi, dans le Grand Nord qui est devenu un lieu de pèlerinage pour les descendants de ceux qui ont travaillé sur ce site minier. L’écomusée du café à Vook répond à la même préoccupation. Autant de lieux de partage et d’échanges qui permettent de renouer les liens qui s’étaient peut-être distendus du fait de l’histoire et qui se réactivent entre les descendants de ceux, dont les destins ont été, d’une manière ou d’une autre réunis autour de ces activités économiques, que ce soit la mine ou le café. Le patrimoine est devenu un élément fort du lien identitaire entre les communautés de ce pays » (Sio, 2015 : 31).

18Cette patrimonialisation de la culture comme marqueur d’une reconnaissance identitaire des différents groupes socioculturels qui composent la Nouvelle-Calédonie s’adresse également à ceux qui, pour des raisons professionnelles, parfois à contrecœur, ont dû gagner la capitale et quitter la Province nord. Lors d’un entretien accordé en 2014, monsieur Sio alors responsable de la direction de la culture, mettait en avant que l’objectif de la création de pôles culturels à l’échelle provinciale, était aussi de permettre à ces individus de revenir se ressourcer chez eux, par le biais du patrimoine matériel et immatériel. Ces actions s’inscrivent dans le programme dénommé « patrimoine du pays ».

  • 6 Livret Province nord, Direction de la culture de la Province nord.

« Les orientations générales permettent d’assumer les héritages, en saisir la richesse et la complexité dans tous les domaines du patrimoine kanak et celui de l’histoire récente, de conserver tous les éléments de cette mémoire collective pour pouvoir les transmettre et les valoriser, de créer des conditions de valorisation du patrimoine dans des espaces publics et dans le domaine touristique »6.

19Par ailleurs, malgré les écueils de l’écotourisme et bien qu’invention occidentale d’un nouveau mode de représentation et d’appropriation de la nature, le choix de ce type de développement touristique local pour la Province Nord-est davantage en adéquation avec les réalités sociales et culturelles.

  • 7 Le plan de développement touristique concerté de la Nouvelle-Calédonie (PDTC-NC) signé en 2005 par (...)
  • 8 Plan de développement touristique de la Province nord, 2007-2010.

« Le plan de développement touristique concerté7 ne tient pas suffisamment compte du facteur humain, primordial pour la province nord : rythme d’intégration par les populations locales des faits économique et touristique, difficulté pour les kanak de s’approprier l’espace foncier et de recouvrer à l’emprunt bancaire notamment. La province nord appliquera donc son propre plan en tenant compte de son environnement humain et en s’assurant qu’il s’intègre autant que faire se peut dans le projet global de la Nouvelle-Calédonie »8.

20Les structures hôtelières existantes dépassent quant à elles la quête touristique internationale, s’inscrivant au cœur du développement local.

  • 9 Entretien réalisé avec Jean-Christophe Léonelli, directeur de l’hôtel Tiéti, Poindimié, 2015.

« Nous avons un rôle social à jouer ici et si cet hôtel ne joue pas la carte, qui le fait ? Les prestataires pourront nous rejoindre dans cette démarche. Après avoir contacté les sculpteurs de la tribu, un monsieur venu exposer une case en bois à l’hôtel l’a vendue. Nous ne prenons pas de commission, vous comprenez ? Le but c’est que l’hôtel devienne un moteur pour le développement local à Poindimié »9.

21Ces structures se veulent aussi être l’expression de la culture locale.

  • 10 Maire de la commune de Poindimié et président de la Province nord.
  • 11 Entretien réalisé avec Jean-Christophe Léonelli, directeur de l’hôtel Tiéti, Poindimié, 2015.

« Les directives de monsieur Néaoutyne10 sont de mettre en avant la culture kanak à partir de l’hôtel. C’est pour lui un lieu de rencontres, d’échanges. Je suis en phase avec cette démarche intellectuelle en lien avec les employés, la tribu, la population locale »11.

22Puis, en dehors de la marchandisation de la culture créée par l’opportunité touristique, une démarche identitaire d’interrogation sur soi au regard de l’autre est aussi souhaitée par les acteurs politiques et institutionnels. Échanger avec le touriste permet de se situer en tant qu’individu ou selon, en tant que collectif.

  • 12 Entretien réalisé avec Gilbert Téin, directeur du centre culturel de Hienghène, 2007.

« Le principe c’est d’échanger avec les visiteurs et en tant que directeur du centre culturel de Hienghène, je dois inviter le visiteur à non pas consommer des éléments de culture tels que les objets représentés dans le musée, mais lui transmettre des valeurs, lui dire qui nous sommes dans cette partie du Pacifique Sud. Lui montrer que bien que minoritaires, nous avons une culture, une conception particulière du monde qui nous environne. L’argent n’est pas l’unique préoccupation pour nous autres et nous y accordons de l’importance dans la mesure où il sert à fabriquer de l’argent traditionnel. Je pense que vous comprenez la métaphore. Par argent traditionnel, j’entends la culture locale dans son ensemble. Cela veut dire que le tourisme est une activité qui nous permet de nous construire au jour le jour »12.

2.2. D’autres créateurs de réflexivité et de résilience : touristes et prestataires de tourisme kanak

23Le touriste s’inscrit dans une démarche identitaire et pas uniquement de découverte ou de récréation tout comme le prestataire qui au-delà d’une dimension économique, ouvre la case à l’étranger dans une perspective politique par exemple.

  • 13 Idem.

« C’est sûr que si je peux, je discute avec eux de l’indépendance. Je leur explique pourquoi je suis indépendantiste parce que je pense que les touristes c’est comme les journalistes, les ethnologues comme vous, ils peuvent dénoncer l’injustice qu’on vit au quotidien. C’est comme ça pour moi qu’on peut faire changer les choses. C’est le vieux Jean-Marie qui disait que l’indépendance ne s’obtiendrait pas par le sang. C’est pour ça qu’il nous a conseillé de faire du tourisme. Cela permet de savoir ce que pense le visiteur. Nous savons qu’il est de notre côté s’il vient chez nous. Venir en tribu n’est pas anodin. Jamais, vous ne verrez un Caldoche de Nouméa nous rendre visite. Ce sont les métropolitains qui viennent et qui relaient nos messages en Province sud et en métropole »13.

24Du point de vue du prestataire, le touriste participe à la société kanak à plusieurs titres. Tout d’abord, c’est un acteur qui fait vivre la coutume. C’est un artisan du chemin coutumier.

  • 14 Entretien réalisé avec un homme, 55 ans, tribu de Xodre, Lifou, 2015.

« Chez nous dans le monde kanak, le touriste est l’étranger et il est fondamental dans notre culture d’accueillir l’étranger. Vous verrez, chaque maison a une case destinée en partie à l’étranger qui passe et s’il n’a pas d’endroit où dormir, il peut y rester. J’ai vu beaucoup de touristes et ce que j’ai découvert, c’est qu’ils participent au maintien des liens coutumiers, aux échanges quand l’accueil est collectif. Cela permet de faire travailler les différents clans de la tribu main dans la main et ça donne des alliances »14.

25Il participe par ailleurs à la revitalisation de la culture kanak. La déstructuration du système culturel kanak reposant sur l’école obligatoire imposée par la France, l’avènement d’une culture globale liée au développement d’une économie mondialisée selon des normes occidentales, un manque de temps pour participer aux activités coutumières, une remise en question de la coutume par les plus jeunes (Inghels, 2010), suscite ainsi des stratégies de revalorisation où l’activité touristique a toute sa place.

  • 15 Entretien réalisé avec un prestataire de tourisme, tribu de Tiendanite, Hienghène, 2014.

« Il faut faire briller la culture kanak et pas uniquement la culture française et le tourisme le permet. J’ai un camping, une table d’hôte et j’héberge les touristes qui viennent ici. Le but n’est pas seulement d’avoir des revenus, mais de faire vivre les accords. Et je suis rescapé de l’embuscade de Tiendanite qui a eu lieu il y a 23 ans. C’est ça aussi la culture kanak, c’est l’histoire qui l’a construit avec la colonisation »15.

26Pour les femmes prestataires, le touriste permet d’aider leurs hommes à recouvrer une identité positive, à les intégrer dans une micro-économie chez eux sans qu’ils soient obligés de partir ailleurs pour aller travailler.

  • 16 Entretien réalisé avec une femme, 60 ans, tribu de Pothé, Bourail, 2013.

« Les femmes sont plus impliquées. Les hommes sont en retrait, ils sont là, mais absents en même temps et c’est peut-être à cause de l’évolution aussi. Mais ce n’est pas de leur faute, ils ne sont pas fautifs et nous devons les aider à trouver leur place, leur donner envie de faire des choses pour développer la tribu et qu’ils se sentent utiles »16.

27Par ailleurs, les échanges permis avec les touristes représentent une invitation au voyage et les femmes disent se mettre à distance de ce qu’elles connaissent pour découvrir des mondes inconnus.

  • 17 Entretien réalisé avec une femme, 62 ans, tribu de Napoémien, Poindimié, 2015.

« Quand les touristes arrivent, je suis heureuse, car je sais que je vais voyager dans ma tête. C’est vrai quand ils expliquent comment c’est en métropole parce que je n’y suis jamais allée, j’ai l’impression d’y être. Cela coupe du train-train habituel. Comme quoi on peut partir en voyage en étant chez soi »17.

28Interrelations voire interdépendance entre ces acteurs sont peut-être explicatives de leurs capacités de réflexivité ou selon de résilience malgré les malentendus. Peut-être que si l’expérience se cantonnait à la consommation d’une prestation touristique, les touristes s’en iraient tout simplement déçus sans remettre en question leur propre rapport à la réalité. Le fait qu’ici, en tribu kanak de la Nouvelle-Calédonie, la découverte touristique masque une quête identitaire contribue à cette émergence réflexive et résiliente.

29Par exemple, les prestataires de tourisme kanak sont réflexifs quand ils parviennent à se mettre à distance des touristes en quête de sens et qui projettent sur eux le mythe d’un retour à la nature dans une version passéiste.

30 Et ces mêmes touristes peuvent également faire preuve de réflexivité lorsqu’ils acceptent que leurs représentations fantasmées de la société kanak ne correspondent pas à la réalité.

  • 18 Entretien réalisé avec une femme, 35 ans, « touriste en quête de vérité », résidante en métropole, (...)

« Il faut bien comprendre que nous n’avons pas les mêmes façons de faire. Eh oui, c’est vrai je m’étais imaginé vivre quelque chose de différent, je vois bien que la modernité est là à portée de main, mais ça ne veut sûrement pas dire qu’ils ont abandonné les traditions. Je crois qu’il faut qu’on arrête d’être déçu quand on ne trouve pas ce qu’on était venu chercher. Le mieux c’est sûrement de comprendre pourquoi on s’est fait une fausse idée. Ce n’est pas la peine de condamner ceux qui reçoivent, comme Amandine qui est dépitée et qui a l’impression que tout est folklorique. Je pense que c’est beaucoup plus complexe »18.

31Les touristes peuvent faire preuve de résilience quand leur quête de sens est mise à mal à travers l’expérience touristique. Par exemple, certaines jeunes femmes métropolitaines en poste dans l’administration locale (éducatrices, assistantes sociales, infirmières) à Nouméa décident de s’inscrire dans une démarche touristique considérée comme rassurante pour échanger avec la société kanak et obtenir des réponses à leurs questions. Ces femmes éprouvent le besoin de venir en tribu par elles-mêmes, lassées des discours négatifs qu’elles entendent sur les kanak à Nouméa, se sentant quelque peu coupables de percevoir des salaires indexés. Certaines d’entre elles, après leur venue en tribu, décident de rentrer en métropole, car elles ne veulent pas « cautionner un système inégalitaire » ou bien rester sur le territoire néo-calédonien.

  • 19 Entretien réalisé avec une femme, 30 ans, « touriste en quête de vérité », résidant à Nouméa, de mé (...)

« Cela me travaille depuis un certain temps. Je vis en Calédonie depuis presque trois ans maintenant. Et c’est la première fois que je viens en tribu. Le week-end, on a tendance à rester à Nouméa, entre nous. Un coup les îlots, la plage et tout ça puis la semaine redémarre. Je suis infirmière et je gagne bien ma vie et quand je vois la pauvreté qui existe chez les Mélanésiens de Nouméa, je me dis que ce n’est pas juste. Je profite d’un système qui favorise les blancs et je me sens vraiment coupable. Je me suis donc dit que j’avais un salaire élevé et que je faisais comme si c’était chez moi, mais ce n’est pas chez moi. Il y avait un peuple ici à la base, le peuple kanak et je me dis que la moindre des choses, c’est d’aller vers lui, dans le nord et de partager du temps à ses côtés. C’est cette ignorance qui me dérange. C’est dédaigneux de notre part. Nous n’avons pas le droit de faire ça. Si je n’étais pas venue en tribu pour faire connaissance avec le monde tribal, je serais repartie en métropole. Ma démarche a été difficile parce qu’à Nouméa, on entend parler des viols, de la consommation de cannabis et d’alcool, on dit que c’est dangereux d’y aller »19.

32Les prestataires de tourisme kanak sont aussi résilients dans le sens où le tourisme leur permet de rebondir aux chocs engendrés par des transformations sociétales. Le tourisme devient alors une opportunité pour les hommes de renverser les stéréotypes négatifs qui pèsent sur le monde kanak, de panser les blessures coloniales par l’échange avec le touriste, de véhiculer auprès de ce dernier un message indépendantiste dont il peut être le médiateur, de récupérer des terres foncières qui avaient été confisquées par l’État et redonnées aux colons issus de la colonisation forcée et libre.

33Les touristes sont résilients également quand ils conscientisent le fait que leur recherche d’une nouvelle communauté de pairs n’arrangera rien à leur problématique personnelle en métropole. En effet, certains sont animés par une quête d’altérité rassurante tandis qu’ils vivent ou ont vécu des ruptures biographiques.

  • 20 Entretien réalisé avec un homme, 50 ans, « touriste en quête de sens » skipper, de métropole, Poind (...)

« J’étais notaire avant. Une famille, des enfants et plus vraiment de sens. J’avais toujours été attiré par la mer, depuis petit, mais j’avais suivi le schéma familial. Il y a cinq ans, j’ai pété les plombs, divorcé et passé un diplôme pour devenir skipper à l’école des métiers de la mer. C’était en formation continue. Je viens voir un peu en Calédonie comment ça se passe, car c’est une destination voile, mais j’avais aussi envie de rencontrer cette population parce que je pensais qu’elle me ferait du bien, qu’elle me comprendrait elle qui vit au rythme de la nature. En France, ma famille m’a tourné le dos et le retour va être difficile. Là, je me sens bien, moi-même et j’aime cette population kanak qui m’aide beaucoup à comprendre qui je suis et qui quelque part me fait penser que j’ai fait les bons choix »20.

  • 21 Les touristes affinitaires, des français résidant en métropole sont ceux qui viennent rendre visite (...)

34Pour les touristes affinitaires21, leur capacité de résilience tient au fait de rebondir aux comportements de leurs amis ou de leur famille qu’ils jugent ethnocentrés et discréditant à l’égard des kanak. Leur venue en tribu dans un contexte touristique leur permet de dépasser cette profonde déception en échangeant avec ceux qu’ils considèrent être disqualifiés à tort. Il y a là une démarche thérapeutique visant à dépasser le choc par jeu de rapprochement d’une population selon eux disqualifiée.

Conclusion

35La productivité des malentendus permise par les dispositions des touristes comme des prestataires à faire preuve de réflexivité et/ou de résilience interroge le sens du tourisme au-delà du seul cas néo-calédonien. L’activité touristique peut-elle être uniquement considérée dans une dimension économique dont l’objectif est de satisfaire, à travers diverses formes de mobilité, une quête récréative ? Est-ce exclusivement un produit régi par la loi de l’offre et de la demande dictée par une hyper mondialisation ? La thèse selon laquelle plus la mondialisation avance, plus les sociétés mettent en place des formes de résistance à travers la redéfinition des rapports sociaux, des engagements collectifs (Mafesoli, 2000), ne semble pas déconnectée des espaces de socialisation touristique. Les touristes métropolitains et locaux de Nouvelle-Calédonie sont pour beaucoup dans une quête de sens où la vacance, la récréation n’est pas une fin en soi. La confrontation à l’autre dans la rencontre permet de se (re)positionner dans ses propres trajectoires individuelles en même temps que de réfléchir de manière existentielle au sens des valeurs humaines.

Haut de page

Bibliographie

Baré, J-F. (1985). Les conversions tahitiennes au protestantisme comme malentendu productif 1800-1820, les cahiers de l’ORSTOM, URL : http//www.documentation.ird.fr/hor/Fdi : 24015.

Hamelin C, Salomon, Lert F. (2010). « Les violences sexuelles dans l’enfance chez les femmes kanakes de Nouvelle-Calédonie : vers un abaissement du seuil des violences tolérées », Sciences sociales et santé, URL : https://www.cairn.info/revue-sciences-sociales-et-sante-2010-4-page-5.htm.

Inghels, E. (2010). « Le tourisme, un moyen de sauvegarde et de transmission de la culture kanak ? », Cahiers d’Outre-Mer, URL : http://journals.openedition.org/com/6118 ; DOI : 10.4000/com.6118.

ISEE, institut de la statistique et des études économiques de Nouvelle-Calédonie. Site internet www.isee.nc, rubrique tourisme.

Les Nouvelles Calédoniennes, carton jaune au tourisme calédonien, le 18/02/2006.

Mafesoli, M. (2000). Le temps des tribus, le déclin de l’individualisme dans les sociétés postmodernes, Paris, Ed. La Table ronde.

Pritchard, A et N. Nigel (2000). « Privileging the Male Gaze: Gendered Tourism Landscapes », Annals of Tourism Research, 884-905.

Sio, A. (2015). « Coutume et culture », Mwà véé, 85 : 31.

Winkin, Y. (1996). Anthropologie de la communication. De la théorie au terrain, Bruxelles, Ed De Boeck Université, collection culture et communication.

Haut de page

Notes

1 La Nouvelle-Calédonie est un petit état insulaire sous tutelle française depuis 1853, située dans l’arc mélanésien du Pacifique Sud à environ 17000 kilomètres de la métropole.

2 Lors du référendum d’autodétermination organisé le 04 novembre 2018, 56,4% de la population s’est prononcée en faveur du maintien de la Nouvelle-Calédonie au sein de la République française.

3 Dans le cadre des accords de Matignon (1988), afin de contrecarrer la bipartition politique et donner plus d’autonomie à la population kanak, trois Provinces sont créés : la Province Sud majoritairement loyaliste et les Province nord et îles majoritairement indépendantistes. Le tourisme est de compétence provinciale et chaque Province décide de ses politiques de développement et de communication touristique.

4 Prestataire de tourisme kanak, tribu le Werap, Hienghène, 2006.

5 Les catégories seront déclinées dans la deuxième partie de l’article qui traite de l’ethnographie de la réflexivité et de la résilience.

6 Livret Province nord, Direction de la culture de la Province nord.

7 Le plan de développement touristique concerté de la Nouvelle-Calédonie (PDTC-NC) signé en 2005 par les trois Provinces avait comme objectif de valoriser une politique de développement touristique globale à la Nouvelle-Calédonie.

8 Plan de développement touristique de la Province nord, 2007-2010.

9 Entretien réalisé avec Jean-Christophe Léonelli, directeur de l’hôtel Tiéti, Poindimié, 2015.

10 Maire de la commune de Poindimié et président de la Province nord.

11 Entretien réalisé avec Jean-Christophe Léonelli, directeur de l’hôtel Tiéti, Poindimié, 2015.

12 Entretien réalisé avec Gilbert Téin, directeur du centre culturel de Hienghène, 2007.

13 Idem.

14 Entretien réalisé avec un homme, 55 ans, tribu de Xodre, Lifou, 2015.

15 Entretien réalisé avec un prestataire de tourisme, tribu de Tiendanite, Hienghène, 2014.

16 Entretien réalisé avec une femme, 60 ans, tribu de Pothé, Bourail, 2013.

17 Entretien réalisé avec une femme, 62 ans, tribu de Napoémien, Poindimié, 2015.

18 Entretien réalisé avec une femme, 35 ans, « touriste en quête de vérité », résidante en métropole, Hienghène, 2007.

19 Entretien réalisé avec une femme, 30 ans, « touriste en quête de vérité », résidant à Nouméa, de métropole, Hienghène, 2007.

20 Entretien réalisé avec un homme, 50 ans, « touriste en quête de sens » skipper, de métropole, Poindimié, 2015.

21 Les touristes affinitaires, des français résidant en métropole sont ceux qui viennent rendre visite à leur famille et amis installés en Nouvelle-Calédonie. En 2016, ils représentent 25 844 individus sur 115 676 touristes, arrivant en troisième position des motifs de séjour selon les statistiques de l’ISEE.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sarah Bellec, « Institutions de la Province Nord de la Nouvelle-Calédonie, touristes, prestataires de tourisme kanak : trois types d’acteurs résilients-réflexifs au service d’une destination touristique en situation de décolonisation négociée », Études caribéennes [En ligne], 2 | Novembre 2018, mis en ligne le 15 novembre 2018, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/14030 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.14030

Haut de page

Auteur

Sarah Bellec

Doctorante en anthropologie, EHESS-IAC-IRD, Nouméa, bellecsarah@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals