Navigation – Plan du site

AccueilHors-série2DossierLe tourisme en Tunisie : menaces ...

Dossier

Le tourisme en Tunisie : menaces anthropiques majeures versus capacité de résilience

Tourism in Tunisia: Anthropogenic Major Threats versus Capacity of Resilience
Wadie Othmani et Najem Dhaher

Résumés

Le présent papier aborde la question de la résilience du secteur touristique tunisien en analysant sa réactivité face aux plus grands événements qui l’ont impacté. Cette analyse rétrospective met en évidence le comportement du pays face aux défis menaçant son secteur touristique, le potentiel mobilisé pour y faire face et les limites de la résilience d’une destination touristique. En distinguant l’origine des crises (interne ou externe), nous montrons que les crises liées à des facteurs internes sont plus difficiles à surmonter. Pour résoudre les difficultés de la destination Tunisie, il apparaît nécessaire de travailler au changement de l’image touristique classique du pays.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les enjeux et les perspectives relatifs à l’identité et à l’attractivité des territoires en tant que destinations touristiques sont confrontés aux logiques de développement et aux pratiques de gestion. Les éléments qui impactent les destinations touristiques appartiennent généralement à deux familles : des événements anthropiques ou naturels.

2Les événements anthropiques peuvent être causés par le système international (guerre, embargo, terrorisme, concurrence avec d’autres destinations, événement politique, social, culturel ou sportif qui marquent la scène internationale, etc.) ou peuvent être expliqués par la politique nationale d’un pays, en l’occurrence touristique (absence d’une vision futuriste du secteur, manque de diversification et de diffusion du produit touristique, dégradation de l’image touristique du pays, mouvements sociaux, etc.).

  • 1 Selon une estimation de la banque mondiale après les tremblements de terre de 2015 au Népal. http:/ (...)

3Les événements naturels comme le séisme d’Haïti en 2010 suivi de l’ouragan Matthew en 2016 et le séisme du Népal en 2015sont imprévisibles et génèrent des destructions massives. « L’évaluation (du séisme au Népal) chiffre les dégâts à 5,15 milliards de dollars, les pertes à 1,9 milliard de dollars et les besoins de redressement à 6,6 milliards de dollars, ce qui représente près du tiers de l’économie du pays »1. Et pourtant cela reste infime par rapport aux dégâts causés par les menaces anthropiques : selon la Banque Mondiale, la guerre en Syrie aurait coûté plus de 140 milliards de dollars jusqu’à aujourd’hui, soit 170 % du PIB syrien (Syrian Centre for Policy Research, 2016) avec des pertes irremplaçables en vies humaines (470 000 morts), mais également en patrimoine unique dans le monde (la cité de Palmyre, la Grande Mosquée des Omeyyades à Damas, etc.). Selon la même source, le secteur touristique représentait six milliards de dollars soit 10 % du PIB avant le conflit.

4Le tourisme est donc une ressource qui soutient et développe l’économie d’un pays. Cependant cette ressource est fragile.

  • 2 Pour plus de détails, cf. Othmani, W. et Rejeb, H. (2016) « Positionnement/repositionnement des des (...)

5Cette fragilité de la destination touristique est avérée dans le cas tunisien. Cela serait dû principalement aux menaces anthropiques nationales (Népotisme de la famille Ben Ali, président déchu de la République tunisienne (1987-2011) et internationales 2(guerre en Libye qui côtoie le Sud tunisien et à quelques kilomètres de l’une des régions les plus touristiques du pays à savoir l’île de Djerba, etc.).

6Et pourtant le tourisme en Tunisie reste un secteur indispensable pour l’économie tunisienne. Il a constitué 12,1 % du PIB national en 2016 selon le Conseil Mondial du Voyage et du Tourisme (WTTC). Cette contribution à l’économie nationale varie cependant depuis la révolution tunisienne de 2011. Alors comment le pays s’est-il comporté face à ces menaces ? Quelles sont les ressources de la Tunisie pour y faire face ? Et comment construire une destination résiliente ?

1. Lecture de la capacité de résilience du pays

1.1. Définition de la résilience touristique

7Holling (1973 : 17) a défini la résilience comme étant un ensemble de caractéristiques, la capacité d’un système à résister à une perturbation tout en conservant ses fonctions de base, la capacité à s’auto-organiser, à apprendre, s’adapter. Nous adoptons cette définition pour expliquer ce qu’est une résilience touristique, en précisant toutefois les formes de la « résistance ». La capacité de survie d’une destination touristique après des perturbations majeures ou bien à réaliser des profits déclinant peu par rapport à ceux réalisés dans une situation normale pour le cas des perturbations mineures, sont les deux formes possibles qui expriment cette résistance.

8Dans le domaine touristique, cette définition dépend d’un certain nombre de facteurs qui influencent la relation consommateur (touriste) et le pays (destination touristique). Selon Alain Decrop (2010), ces facteurs appartiennent à trois familles : les facteurs d’influences personnelles, les facteurs d’influences interpersonnelles et les facteurs d’influences environnementales. Le premier groupe résume les caractéristiques démographiques du touriste en soi, sa personnalité, ses sentiments, ses ressources, etc. Le deuxième groupe représente la/les relations et influences que subit le touriste dans son environnement humain rapproché (famille, amis, etc.). Le troisième groupe englobe des éléments exogènes de nature macro tels que les facteurs géographiques, les facteurs politiques, les facteurs économiques ainsi que les facteurs socioculturels.

  • 3 Par exemple, les couscous tunisiens diffèrent des couscous marocains ou algériens. Une des variétés (...)

9Nous pouvons analyser et traiter l’ensemble de ces facteurs selon deux approches différentes, mais complémentaires. D’un côté une approche touriste qui comprend le premier et le deuxième groupe ; de l’autre, l’approche destination qui couvre le troisième groupe. L’approche touriste se nourrit et contribue à la diffusion de l’image d’une destination. Par exemple, l’image qu’a un touriste français lambda qui s’apprête à faire son premier voyage vers une destination maghrébine est globale. Elle ne tient pas compte de la spécificité de chaque pays constituant le Maghreb. Elle peut être le résultat du vécu que le touriste a eu dans son quartier ou dans sa ville, là où la diaspora maghrébine constitue une seule communauté. Pour le touriste, elle représente donc la même culture et les mêmes traditions. De ce fait, peu importe le pays visité : Tunisie, Algérie ou Maroc, le produit culinaire typique est le couscous sans distinguer les spécificités3. Cette image est généralisée dans l’imaginaire occidental par la diaspora maghrébine (Jamid et Caquel, 2013).

  • 4 La France a connu en 2015 des attentats dans différents lieux : au stade de France, proches des ter (...)
  • 5 Données de la banque mondiale.
  • 6 Traduction personnelle : « Il est probable que le comportement [du touriste] est aussi limité par l (...)

10L’approche destination, quant à elle, repose notamment sur la réaction des acteurs responsables de la construction de l’image de la destination touristique par rapport à des événements : positifs en les valorisant ou négatifs en les atténuant. Même si les lieux visés n’étaient pas de même nature (touristique pour la Tunisie et de loisirs pour la France) et la période était différente, les attentats perpétrés en France et en Tunisie en 2015 en sont une bonne illustration. La France a connu six attentats et la Tunisie trois4. Malgré ce cataclysme, le nombre d’arrivées des touristes internationaux a crû de 0,89 % en 2015 par rapport à 2014 en France. Tandis que la Tunisie a connu une baisse de son attractivité touristique internationale de 0,37 % par rapport à la même année (2014)5. Ces deux exemples liés au terrorisme sont totalement contradictoires (résultats) et expliquent l’attitude et la réactivité de chaque pays par rapport à la gestion des crises. À premier abord la cible des attentats (touristes dans le cas de la Tunisie et citadins pour la France) laisse penser que les deux situations ne sont pas comparables. Dans ce cas de figure, la lecture que nous venons de proposer serait fausse. Cependant, « it is likely that behavior [of tourist] is as constrained by perceived risk as it is by actual risk »6 (Sönmez et Graefe, 1998 : 138). Pour cette raison, un attentat perpétré dans un pays concerne nécessairement le tourisme même si les touristes n’en sont pas physiquement la cible.

  • 7 Nous considérons comme évolution normale, celle qui suit une courbe de croissance formant une traje (...)

11De ce fait, l’étude de la résilience touristique d’un pays ne peut être seulement étudiée dans son propre microcosme. Elle doit aussi prendre en compte des éléments exogènes comme la géopolitique. La résilience est donc un paramètre à étudier en fonction du temps par rapport à une évolution « normale »7 de l’attractivité touristique d’une destination.

1.2. Une lecture diachronique de l’évolution du secteur touristique en Tunisie

12Dans cette partie nous proposons une lecture de la résilience du secteur touristique tunisien depuis son établissement et jusqu’à 2015.

13Pour analyser l’évolution de l’attractivité touristique de la Tunisie nous avons choisi d’utiliser trois paramètres essentiels : les recettes touristiques, les nuitées globales et les entrées aux frontières :

  • Les recettes touristiques donnent une idée générale sur l’évolution du secteur touristique en Tunisie.

  • Les nuitées hôtelières globales couvrent à la fois les nuitées touristiques des étrangers et celles des résidents.

  • Les entrées aux frontières mettent en relief l’évolution de l’attractivité internationale du pays.

14Il est nécessaire de rappeler que si ces trois paramètres représentent les statistiques officielles du secteur touristique ils négligent les chiffres enregistrés par les marchés touristiques parallèles et clandestins (De Cantis et al., 2015 : 2-3 ; Violier et Giffon, 2015 : 18-22).

  • 8 Tendance linéaire au point : Remplace les valeurs manquantes par la tendance linéaire de ce point. (...)

15Étant donné le manque de certaines statistiques concernant les recettes touristiques entre 2003 et 2005, les nuitées touristiques globales entre 2003 et 2007 et les arrivées aux frontières entre 2003 et 2009 ; nous avons procédé à un remplacement des valeurs manquantes par la méthode « tendance linéaire au point » via le logiciel SPSS8.

Figure1. L’évolution des recettes touristiques, des nuitées hôtelières globales en Tunisie et des entrées au territoire entre 1975 et 2015

Figure1. L’évolution des recettes touristiques, des nuitées hôtelières globales en Tunisie et des entrées au territoire entre 1975 et 2015

16Une fois les trois graphiques en nuage de points dressés, nous avons constaté deux grandes familles de tendance d’évolution du secteur touristique en Tunisie : une première qui représente une tendance en croissance linéaire entre 1975 et 2010 et une seconde avec une tendance de croissance quadratique entre 2011 et 2015.

  • 9 À ce stade d’interprétation nous nous n’intéressons pas à une analyse statistique très poussée qui (...)

17Pour avoir une meilleure lecture de cette dispersion statistique, nous choisissons d’interpréter et d’expliquer chaque grande tendance indépendamment. Ce choix est basé sur un coefficient de corrélation significatif9 comme le montrent le graphique 3 et le tableau 1.

Tableau 1. Tableau de corrélation entre les recettes, les nuitées et les entrées entre 1975 et 2015

TREND (Recettes)

TREND (Nuitées)

TREND (entrées)

TREND (Recettes)

Corrélation de Pearson

1

, 857**

, 950**

Sig. (bilatérale)

, 000

, 000

N

41

41

41

TREND (Nuitées)

Corrélation de Pearson

, 857**

1

, 912**

Sig. (bilatérale)

, 000

, 000

N

41

41

41

TREND (entrées)

Corrélation de Pearson

, 950**

, 912**

1

Sig. (bilatérale)

, 000

, 000

N

41

41

41

**. La corrélation est significative au niveau 0,01 (bilatéral).

Source : Wadie OTHMANI 2017

1.2.1. Évolution entre 1975 et 2010 

18Cette période arrêtée à 2010, juste avant la révolution de 2011, est marquée globalement par une évolution linéaire suivant la formule y = a x+b. Dans cette évolution linéaire croissante, nous constatons trois types de troubles qui ont eu des impacts sur l’évolution « normale » de la croissance du secteur touristique tunisien :

Figure 2. Évolution des recettes touristiques, des nuitées hôtelières globales et des entrées au territoire entre 1975 et 2010

Figure 2. Évolution des recettes touristiques, des nuitées hôtelières globales et des entrées au territoire entre 1975 et 2010

1.2.2. Facteur politique

19Il s’agit d’une période de crise politique qu’a connue la Tunisie dans les années 1980 pendant lesquelles le pouvoir est caractérisé par le népotisme bourguibien. Une crise qui atteignit son paroxysme par le putsch organisé par Ben Ali, qui a eu pour conséquence, la confiscation du pouvoir à Bourguiba.

20Nous la considérons comme la première sérieuse crise connue dans le secteur touristique tunisien questionnant la résilience du secteur pour la première fois dans son histoire. Les résultats du mécanisme de résilience se sont matérialisés l’année suivant le coup d’État en 1987. Par exemple, les recettes touristiques ont enregistré une croissance de 96 % soit de 550,2 MD en 1987 à 1080 MD en 1988, reflétant l’impact positif de ce changement politique radical, mais aussi la capacité du secteur à cette époque à absorber un tel choc.

21La nouvelle image touristique de l’époque, celle de la commercialisation des oasis et des villes du désert tunisien à l’exemple de Tozeur et Douz, est introduite dans le milieu des années 80 suite à une politique touristique visant la diversification du produit. Cela a contribué à cette résilience.

22Cette dernière résulte également de la logique de l’État pendant cette époque où s’allient la politique touristique du pays et celle de l’aménagement du territoire par la création d’un ministère de l’aménagement du territoire et du tourisme (Dhaher, 2010 : 3).

1.2.3. Facteur géopolitique

  • 10 Binaire est utilisé à la fois pour les touristes et pour les TO dans le sens de simpliste (un pays (...)

23Il s’agit du déclenchement de la seconde guerre du Golfe en 1991. Cette guerre est très distante géographiquement de la Tunisie pourtant elle l’a impacté comme tous les autres pays arabes. La décision du touriste qui s’auto-organise et celle des acteurs qui organisent leurs déplacements comme les T.O suivent un raisonnement binaire10 (basé essentiellement sur l’image de la destination touristique (Sönmez et Graefe, 1998 ; Drakos et Kutan, 2003 ; Mallet, 2007) qui sera la même chez un touriste occidental pour tous les pays arabes du golfe Persique jusqu’à l’Atlantique.

24Le tourisme est un secteur très sensible à tout changement brusque (positif ou négatif). Il a été impacté par cette crise. Les recettes touristiques entre 1990 et 1991 ont chuté de 24 %, les nuitées globales ont reculé de 31 %.

25Mais le secteur touristique tunisien s’est bien adapté. En seulement un an, les trois paramètres qui indiquent l’état de santé du secteur touristique ont connu une croissance : les recettes touristiques de 50 %, les nuitées globales hôtelières 57 % et les entrées aux frontières 10 %.

1.2.4. Facteur structurel

26Il s’agit de la période qui marque la saturation du modèle touristique actuel. L’an 2002 fut critique. Par rapport à 2001 les recettes touristiques ont baissé de 14 %, les nuitées hôtelières globales de 19 % et les entrées aux frontières de 6 %. Une régression qui s’explique par le non-renouvellement de l’offre touristique et par un marketing territorial caduc.

27Les deux premiers facteurs, politique et géopolitique, ont eu des impacts sérieux sur le secteur touristique, mais la résilience face au facteur géopolitique a été très forte. Ce secteur a pu absorber rapidement ces chocs. En revanche face au facteur structurel, la résilience a été plus faible parce que les problèmes s’accumulent année après année. La capacité de résistance du secteur touristique s’affaiblit au cours du temps.

28Ainsi on peut faire l’hypothèse que le secteur touristique est un système très résistant aux menaces qui viennent de l’extérieur ; mais lorsque les problèmes atteignent son fonctionnement interne, cette résistance est plus faible.

1.2.5. Évolution entre 2011 et 2015

29L’évolution dans cette période très instable et imprévisible s’approche d’une courbe quadratique.

Figure 3. Évolution des recettes touristiques, des nuitées hôtelières globales, des entrées au territoire et évolution moyenne de la croissance de la destination touristique tunisienne entre 2011 et 2015

Figure 3. Évolution des recettes touristiques, des nuitées hôtelières globales, des entrées au territoire et évolution moyenne de la croissance de la destination touristique tunisienne entre 2011 et 2015

30Cette instabilité et cette fluctuation sont visibles dans les différentes courbes et s’expliquent par :

  • Une année 2011 marquée par la révolution tunisienne avec les manques de stabilité politique, de visibilité économique et sécuritaire engendrés. Entre 2010 et 2011 les recettes touristiques et les arrivées aux frontières ont régressé chacune de plus de 30 % et les nuitées globales en hôtels ont affiché un recul de presque 50 %.

  • En 2012 et 2013 la croissance a commencé à se redresser malgré des évolutions politique et sécuritaire très critiques liées aux affrontements armés en 2012 et en 2013.

  • Cette observation vient confirmer notre hypothèse concernant la résilience du secteur touristique entre 1975 et 2010.

    • 11 Selon les statistiques officielles de l’Office National du Tourisme Tunisien (1975-2015)
    • 12 Il y a certainement d’autres critères, directs et indirects, qui ont amélioré les recettes touristi (...)

    En 2014 malgré un recul par rapport à 2010 (année de référence pour le tourisme tunisien) des nuitées hôtelières globales de l’ordre de 18 % et une baisse de l’attractivité internationale de la destination touristique Tunisie (entrées aux frontières) de 12 %, une augmentation notable des recettes touristiques qui ont dépassé celles enregistrées en 2010 de plus de 103 MDT, peut être constatée. Ainsi les recettes touristiques enregistrées en 2014 représentent le meilleur chiffre enregistré depuis l’origine du secteur touristique tunisien11 avec 3625,60 MDT. Ce fait s’explique par l’organisation de l’événement « Les Dunes Electroniques » au Sud tunisien entre le 21 et le 24 février, un événement organisé au début de l’année. Cela a provoqué un effet boule de neige positif sur l’ensemble de l’année : une décroissance en nombre de nuitées en hôtels et en nombre d’entrées aux frontières nationales, avec en contrepartie, une évolution positive de la recette touristique. Cette contradiction apparente reflète la capacité de diversification en termes de produit touristique : le produit à caractère culturel12 permet de s’éloigner du modèle low cost caractérisant le tourisme tunisien.

31Ainsi le tourisme national ou domestique est l’acteur principal qui a permis cette année-là de redynamiser le tourisme.

2. Quelle résilience face aux faiblesses et menaces de la post-révolution : le rôle essentiel de l’État

2.1. Faiblesses et menaces d’ordre anthropique

32Les faiblesses et menaces d’ordre anthropique qui s’accumulent depuis le début des années 2000 sont d’origines et de natures différentes

2.1.1. Les faiblesses structurelles

33Il s’agit d’une offre mal structurée et peu diversifiée. La politique touristique marginalise la commercialisation d’un immense territoire du pays qui s’étend sur 83 765 km2, soit 51 % de la superficie du territoire national. Ce territoire comprend 13 des 24 gouvernorats que totalise le pays, à savoir [Béja, Bizerte, Gabès, Gafsa, Jendouba (excepté la délégation de Tabarka et un peu moins celle d’Ain Drahem), Kasserine, Le Kef, Kébili, Médenine (exceptée l’île de Djerba), Sfax, Sidi Bouzid, Siliana et Zaghouan].

34De plus le personnel hôtelier est de moins en moins qualifié, car les hôteliers recherchent déraisonnablement à optimiser leurs profits. Bernard (2002) affirme que les personnes travaillant dans l’hôtellerie possèdent un niveau de formation secondaire. Khlif (2006 : 384) ajoute que le personnel d’accueil manque de compétences communicationnelles et informationnelles. « En fait, plusieurs hôteliers, à court de personnels qualifiés, recourent aux travailleurs présents sur le chantier de l’hôtel afin de démarrer leur exploitation. Ainsi, bon nombre de serveurs ou de réceptionnistes sont des anciens maçons ou des ex-électriciens formés sur le tas ». Laporte (2003) évoque aussi le manque de professionnalisme du personnel associé au monde touristique, à l’exemple des guides qui abusent de leur fonction pour tenter de séduire des touristes.

2.1.2. Les menaces structurelles

35Une concurrence de plus en plus rude venant des marchés turcs, égyptiens, marocains et autres qui proposent le même produit avec des prix et services plus compétitifs. C’est ce qu’ont évoqué plusieurs études prospectives notamment celle de la Banque Mondiale (Stratégie de développement touristique en Tunisie, 2002, 4 phases) et celle de l’Agence japonaise de coopération internationale (2001) qui ont recommandé d’innover en termes de produit, de les diversifier et de les diffuser sur l’ensemble du territoire pour renforcer la compétitivité du pays.

2.1.3. Les menaces géopolitiques

36Dans son rapport annuel de 2015, la banque centrale tunisienne (BCT) affirme que parmi les cinq principaux problèmes qui ont impacté lourdement l’environnement économique et financier du pays, trois sont de l’ordre géopolitique à savoir : « la résurgence du terrorisme et son corollaire immédiat, le choc sur le tourisme [...] l’enlisement de la crise libyenne ». La même source énonce que l’ensemble de ses facteurs a engendré une croissance située à 0,8 % en 2015 contre 2,3 % en 2014. Elle assure aussi que les retombées des chocs sécuritaires ont coûté à l’État une croissance économique globale de -0,2 % en 2014 et de -12 % en 2015.

37« Ainsi, les deux attaques, au début et en pleine saison touristique, ont engendré un repli des entrées de touristes étrangers de 30,8 %. Cette régression a concerné, principalement, les touristes européens (-53,6 %), notamment les Français (-35,5 %), les Allemands (-48,7 %), les Anglais (-51 %) et les Italiens (-67 %). Pour leur part, les flux de touristes maghrébins ont clôturé l’année en baisse de 10,9 %, suite au recul des entrées des Libyens (-30,9 %) atténués, toutefois, par la hausse du nombre de touristes algériens de 15,4 %.

38De même, les nuitées touristiques globales se sont inscrites en baisse de 44,4 %, par rapport à 2014, se situant à 16,2 millions d’unités. Une contraction qui a concerné toutes les zones touristiques. Dans ce contexte, les recettes touristiques ont été touchées de plein fouet avec une chute de 33,4 %, en comparaison avec leur niveau de 2014, pour revenir à environ 2 415 MDT, soit leur niveau le plus bas durant la dernière décennie » (BCT, 2015 : 30).

39Ci-après un témoignage de l’administration tunisienne qui évoque avec détails l’impact des attentats sur le secteur touristique.

  • 13 Riadh Dkhil, 2016, Directeur des marchés touristiques au sein de l’ONTT, entrevue réalisée à Tunis, (...)

Encadré 1. Conséquences des attentats du musée de Bardo et de Sousse sur le secteur touristique tunisien13

« Si on prend les attentats un par un pour voir leurs conséquences sur le tourisme en Tunisie, on trouve que l’attentat du 18 mars qui était juste avant Pâques, a provoqué une forte annulation de réservation. Après, on a eu l’attentat du 25 juin. Qu’est-ce-que veut dire le 25 juin ?!...C’est le démarrage de la saison. Et nous, on comptait beaucoup qu’après le 18 mars les gens oublient un petit peu les événements, et on comptait beaucoup sur les réservations de “last minute”, ce qu’on appelle “VDM” : ventes de dernières minutes. Jusqu’au 25 juin, il y a eu une baisse, tous marchés confondus. Sauf que cette baisse a été un tout petit peu atténuée. Mais avec l’arrivée du coup du 25 juin… c’est le KO ! C’est-à-dire on a eu une grande baisse qui a eu lieu l’année dernière sur tous les marchés. Pour des pays il y a eu carrément une interdiction de voyage. C’est-à-dire les tours opérateurs dans ces pays comme l’Angleterre, la Belgique ou la Hollande n’ont plus le droit de programmer la Tunisie. Et il y a d’autres pays comme la France notamment là où il y a eu une restriction de voyage qui est sévère. »

  • 14 C’est vrai que le tourisme tunisien a connu ces plus grandes recettes touristiques en 2007 et 2008. (...)

40Ainsi les menaces d’ordre géopolitique ont pesé et continuent d’influencer le secteur touristique, notamment l’économie nationale14 en général, mais les faiblesses et menaces d’ordre structurel pèsent davantage.

2.2. Les modalités de lutte contre les dégâts causés par les attentats de 2015

41La communication touristique tunisienne est passée d’une image de tourisme hédoniste (Gleyse, 1997 : 4,5 ; Le Pogam, 1997 : 4 ; Decrop, 2010, 2011 : 10 ; Ben Mahmoud et Massiera, 2012 : 96) d’une destination de soleil tout au long de l’année, de plages sablonneuses à perte de vue, un peuple accueillant et sympathique et une histoire très ancienne à une image médiatisée sous l’angle d’une destination dangereuse, voire insécurisée, pour les médias « solidaires », suite aux événements qui ont suivi la révolution tunisienne.

42En réalité, l’évaluation des risques et leur impact dans le choix de la destination touristique préoccupent surtout celles et ceux qui vivent essentiellement du tourisme. Le développement d’une stratégie de résilience et d’adaptation s’avère nécessaire.  

2.2.1. Mesures instantanées prises par l’État

43Il s’agit de mesures de réactions prises par la ministre du Tourisme en 2015 pour faire face à l’impact des attentats perpétrés. Elles sont traduites sur le plan économique, directement sous forme de rééchelonnement des créances fiscales et d’octroi de nouveaux crédits remboursables sur longue durée et indirectement par la réduction du taux de TVA de 12 % à 8 % et de rééchelonnement des factures d’eau et d’électricité.

44L’État a aussi pris en charge les charges sociales des employés travaillant pour des entreprises touristiques.

  • 15 L’équivalent de 14,75 dollars américains en 2016.

45Le timbre fiscal (de valeur de 30 TND15) imposé aux étrangers lors de leur départ du territoire a également été annulé.

46Le visa d’entrée sur le territoire tunisien a aussi été supprimé pour l’Angola, le Burkina Faso, le Botswana, la Biélorussie, le Kazakhstan et le Chypre ainsi que l’octroi de visas électroniques pour la Chine, l’Inde, l’Iran et la Jordanie. Cette mesure devait permettre d’ouvrir la destination à de nouveaux marchés touristiques.

  • 16 Selon l’office national du tourisme tunisien (ONTT) le nombre de nuitées globales en hôtels fait pa (...)

47Les Tunisiens résidents à l’étranger participent aussi à la résilience touristique16. Ils ont été encouragés à revenir au pays par une réduction de 30 % sur les tarifs de transport aérien et maritime.

48Ces mesures ont généré une certaine croissance pour un secteur frappé juste au moment du démarrage de la haute saison touristique de 2015 (mois de juin). Par exemple la recette touristique de 2015 en juillet a chuté de - 49 % par rapport à 2014 et de - 58 % par rapport à 2010, année de référence pour le tourisme tunisien par rapport à la période post-révolution. Suite à ces mesures prises, la courbe de recette s’est inversée en 2016 pour afficher une augmentation de 75 % (cf. figure 4, la période s’étalant de juin jusqu’à septembre avec un pic en août entre 2016 et 2015).

Figure 4. Évolution des recettes touristiques tunisiennes après les mesures politiques prises en 2015 pour revitaliser le secteur

Figure 4. Évolution des recettes touristiques tunisiennes après les mesures politiques prises en 2015 pour revitaliser le secteur

49

50L’évolution des nuitées en hôtels en 2015 a été quasi-semblable à celle de la recette touristique concernant la période qui a suivi les attentats. Ce sont aussi ces mesures exceptionnelles qui ont amorti le choc. Au mois de juillet 2015 par exemple, les nuitées en hôtels ont chuté de - 65 % par rapport à 2014 et de -77 % par rapport à 2010. La courbe s’est inversée en 2016 pour afficher une augmentation de 13 % (cf. figure 5).

Figure 5. Évolution du nombre des nuitées touristiques globales en Tunisie après les mesures politiques prises en 2015 pour revitaliser le secteur

Figure 5. Évolution du nombre des nuitées touristiques globales en Tunisie après les mesures politiques prises en 2015 pour revitaliser le secteur
  • 17 Site internet de la banque centrale tunisienne, consulté le 25/03/2018.

51Malgré cette situation critique du tourisme en Tunisie, le secteur montre une certaine résilience qui lui permet d’attirer encore des touristes. Ce secteur profite et se nourrit de la dépréciation de la monnaie nationale. « Le taux de change du dinar a enregistré, sur le marché interbancaire [marché des changes], en 2016 une dépréciation de 13,1 % vis-à-vis du dollar américain, de 8,7 % vis-à-vis de l’euro »17.

Figure 6. Évolution du budget annuel du ministère du Tourisme tunisien en millions de dinars (2011-2017)

Figure 6. Évolution du budget annuel du ministère du Tourisme tunisien en millions de dinars (2011-2017)

52La caisse de protection des zones touristiques et la caisse de développement du secteur touristique sont les deux sources de financement qui appuient les mesures de résilience déjà évoquées. Leurs taux d’accroissement annuels moyens respectifs entre 2011 et 2017 sont de 13 % et de 63 %. Une évolution expliquée par l’augmentation de l’absence d’intention d’investissement dans le secteur et un développement inquiétant de l’économie nationale. Ces aléas impactent directement et/ou indirectement l’attractivité du pays.

2.2.2. Une réflexion stratégique ?

  • 18 Ryad Dkhil, Directeur des marchés touristiques au sein de l’ONTT, mars 2016.
  • 19 Durant tout l’entretien ce responsable administratif a souligné un lien très fort entre l’évolution (...)

53Ces mesures annoncées le 29 juin 2015, c’est-à-dire à peine 3 jours après l’attentat de Sousse reflètent une bonne réactivité du gouvernement tunisien. Malgré la rapidité avec laquelle elles semblent avoir été prises, ces mesures semblent avoir été pensées à l’avance par l’État via une étude de faisabilité des marchés. La décision souveraine d’attribution d’un visa automatique pour l’entrée sur le territoire tunisien à des touristes (liste des pays évoquée précédemment) dès l’arrivée à l’aéroport ne pourrait être qu’une décision préméditée. Lors d’un entretien effectué au mois de mars 2016, Riadh DKHIL18 confirme cette orientation de la stratégie touristique du pays qui vise une ouverture vers de nouvelles destinations telles que la Chine et le Canada via le Québec. Cela passe par une étude préalable du marché touristique, mais aussi par une étude de rentabilité pour le transporteur aérien national TUNISAIR19.

Encadré 2. Stratégie d’ouverture de la Tunisie sur de nouveaux marchés touristiques

  • 20 Riadh Dkhil, op. cit.

« On est en train de s’ouvrir par exemple sur la Chine, on s’attend que les Chinois qui viennent en Tunisie se doublent […] il y a le Canada et l’Amérique du Nord, sachant que Tunisair a pris deux gros porteurs A 330. Donc Tunisair va lancer deux vols directs vers Montréal. Donc c’est l’occasion ou jamais de promouvoir la Tunisie […] »20.

3. Les moyens mis en place pour alimenter la résilience

3.1. Une stratégie de communication mieux élaborée 

54Certes, la Tunisie a été impactée par des incidents terroristes, mais elle n’était pas la seule. Des pays comme la Turquie, la Grèce, le Maroc et même les plus grandes destinations touristiques : la France, les États-Unis, l’Espagne et l’Angleterre ont été victimes d’attentats meurtriers. Grâce à des stratégies de communication intégrées, des plans médiatiques adaptés et des campagnes de promotions créatives, beaucoup de pays ont su rebondir.

  • 21 Lors de l’émission de divertissement française « Touche pas à mon poste », diffusée le 13 octobre 2 (...)

55L’ONTT a développé sa stratégie de communication en ajoutant aux éléments ordinaires (participation aux salons internationaux de tourisme, compagnes publicitaires classiques, etc.) des éléments nouveaux et novateurs qui intègrent la notion de « buzz »21 comme élément de communication. Ainsi l’opération de communication introduite lors de l’émission « Touche pas à mon poste » est le résultat d’une coopération volontaire et réfléchie entre les différents intervenants de l’administration tunisienne. En effet l’annonce de la nouvelle via Facebook par l’ambassade de la Tunisie en France a été faite avant même le démarrage de l’émission.

  • 22 Tunisie : comment faire (re)venir les touristes ? (2017, mars 29). Consulté 30 mars 2018, à l’adres (...)

56Cette nouvelle stratégie de communication s’appuie aussi sur le numérique : « En octobre 2016, le ministère tunisien du Tourisme annonçait le lancement du nouveau portail “Discover Tunisia”, traduit en six langues – bientôt neuf, informe l’Office national du tourisme tunisien (ONTT) –. L’organisme avait aussi mené une campagne originale en juin 2016 sous le hashtag #True Tunisia, avec la diffusion d’images de la Tunisie en temps réel sur des écrans d’abribus connectés, à Paris, Berlin, Milan, Bruxelles et Londres »22.

  • 23 Le nombre d’abonnés évoqué est celui sur la plateforme Instagram

57Les Youtubeurs et blogueurs étrangers ont également pris part dans cette stratégie. En mars 2017, cinq de ces « influenceurs Web » à l’exemple de Yellowillow, canadien avec 86,5 k abonnés, ou bien Vittto, français avec 85k abonnés23, ont été invités en Tunisie pour en devenir des ambassadeurs sur la toile. Ils ont relayé leur périple tunisien sur les réseaux sociaux dans le cadre de la deuxième édition de la campagne « #RiseTunisia ».

Figure 7. Exemple de compagne de communication prise du compte Instagram d’un influenceur Web

Figure 7. Exemple de compagne de communication prise du compte Instagram d’un influenceur Web

Source : https://www.instagram.com/​p/​BR57kKblkSv/​?hl=fr&taken-by=vittto

  • 24 Il s’agit ici de rappeler la politique touristique du pays basée essentiellement sur le tourisme ba (...)

58En outre, Google a lancé en 2017 en Tunisie le « Street view » sur google maps. Seule La Tunisie était concernée au Maghreb. Cela permet à n’importe qui de réaliser des visites virtuelles dans quatorze villes tunisiennes en plus de l’île de Djerba via des vues à 360°. Il s’agit de : Tunis, Bizerte, El Jem, Kairouan, Sousse, Ben Arous, Gabès, Sfax, Agareb, Mahdia, Monastir, Nabeul, Hammamet et Yasmine Hammamet dont une seule ville (Kairouan) appartenant à un gouvernorat de l’intérieur24 du pays.

59Les applications mobiles ont aussi trouvé part dans cette stratégie via la création de « Tunisie Passion », conçue par de jeunes Tunisiens du « Orange Developer Center », qui a lancé par la suite « Artisans d’art » pour mettre en avant le travail artisanal tunisien. La réussite de ces deux applications semble prendre de l’ampleur puisque les deux affichent plus de dix mille téléchargements.

60Les éléments ordinaires de communication connaissent, eux aussi, un net développement comme c’est le cas pour la participation tunisienne dans le Salon du Tourisme international de Berlin de 2017 (ITB Berlin) dans laquelle elle a eu le prix du meilleur stand sur le continent africain.

3.2. Un traitement sécuritaire mieux soigné

  • 25 Propos d’Anis Souissi, directeur commercial de l’hôtel Le Royal à Yasmine-Hammamet Propos récoltés (...)

« Avant, nous vendions le soleil et les plages. Aujourd’hui, nous vendons le soleil, les plages et la sécurité »25.

61Depuis les attentats de Bardo et de Sousse, la communication se fait aussi sur la capacité de la destination Tunisie à offrir de la sécurité à sa clientèle : une sécurité présente dans le pays, dans la zone touristique et surtout dans les enceintes des hôtels choisis.

62Pour faire face à cette procédure, le ministère du Tourisme a imposé aux hôteliers de mettre un dispositif sécuritaire complémentaire (portails de détections d’objets métalliques, des équipes de sécurité formées par le ministère de l’Intérieur aidées par des agents de sûreté armés du ministère, un dispositif de caméras de surveillance, etc.) avec cela des patrouilles composées de l’armée nationale, de la garde nationale et de la police nationale.

  • 26 Propos de Selma Elloumi Rekik, ministre du Tourisme tunisien pour le journal le monde. Article publ (...)

« En 2015, nous avons réalisé 12 000 opérations d’inspection avec l’office du tourisme et nos inspecteurs, sur environ 500 sites touristiques. 2500 opérations techniques pures ont été menées par la police. Si des établissements ne respectent pas les normes sécuritaires, les sanctions sont appliquées. Un avertissement d’abord, puis la fermeture pure et simple si le problème persiste »26.

4. Les limites d’une destination résiliente

63La résilience d’une destination touristique n’est pas seulement sa capacité de résistance face à des risques, c’est aussi sa réactivité après que ces risques soient survenus.

  • 27 Nous entendons par « état normal d’une destination touristique » son état juste avant la perpétrati (...)

64Une destination touristique possède une forte capacité d’élasticité et de rebondissement suite à des événements de nature politique, géopolitique et même d’ordre terroriste, ce qui atteste d’une certaine forme de résilience. Nous avons pu le constater à Paris suite aux multiples attentats de 2015, 2016 et de 2017, surtout celui de l’Avenue des Champs Élysées, lieu phare du tourisme en France. Cette constatation résulte de la volonté du touriste de revivre l’« état normal d’une destination »27. Une volonté qui reflète la courte mémoire du touriste (Nkoghe, 2008 ; Gensburger, 2016).

65Mais cette résilience dépend aussi de l’image de la destination. Ainsi Chewet Jahari (2014) en explorant les intentions de retour des touristes chinois au Japon après le séisme de l’Est japonais en 2011, montrent que l’image de la destination jouait un rôle intermédiaire entre les risques perçus et l’intention de retour pour les touristes récurrents dans le cas d’une destination à risque.

66Dans le cas tunisien, l’analyse conduite montre que le rebondissement du secteur touristique se fait juste après l’année qui suit celle durant laquelle l’accident est enregistré ou bien dans d’autres cas, peu d’années après. Cela souligne une certaine capacité des touristes à « oublier » ou à surpasser un accident même si la médiatisation internationale de l’accident impacte négativement l’image de la destination touristique en question. Le travail en amont d’une saison touristique, effectué par les différents acteurs de la destination touristique concernée (travail de lobbying auprès des tours opérateurs et des pays émetteurs, campagne de communication, stratégie de vente, organisation d’événements, travail sur l’image touristique du pays, etc.) est aussi un gage d’atténuation des risques et de rebondissement rapide. En outre, ces acteurs doivent motiver la consommation de la destination touristique en maîtrisant les quatre paramètres suivants : surmonter les barrières prix, offrir des récompenses, augmenter le risque perçu, augmenter la curiosité des consommateurs (Decrop, 2010)

67La résilience d’une destination touristique dépend aussi de la diversité et de la richesse des ressources dont disposent les destinations (ressources naturelles et climatiques, architecturales, culturelles, etc.). Les équipements et infrastructures, dont dispose cette destination, sont également d’une importance cruciale. Par contre si le système que constitue une destination touristique dysfonctionne, alors sa capacité de résilience se dégrade et le temps de traitement des problèmes engendrés suite à une crise se prolonge. Dans de telles conditions, on parle d’une destruction structurelle et cumulative du secteur touristique.

68Enfin la Tunisie a eu recours à un autre élément pour réanimer son secteur touristique. Le tourisme national et le tourisme maghrébin ont permis de compenser les diminutions des autres touristes. Entre 2010 et 2014 (dernières statistiques officielles publiées) le nombre de touristes maghrébins a augmenté de 1,8 %, celui des Tunisiens résidents à l’étranger de presque le double et celui des résidents de 26 %. En revanche les touristes d’autres nationalités dont la majorité est européenne ont diminué de -26 %.

  • 28 Elle a cependant été retardée plusieurs fois par crainte que la compagnie Tunis air perde ses moyen (...)

69Pour l’année 2017, les responsables du secteur touristique estiment une croissance du nombre global des touristes qui vont venir en Tunisie de l’ordre de 6,5 millions. Cette tendance résulte de la suppression de l’interdiction par certains pays de voyager vers la destination Tunisie. C’est le cas pour la Belgique qui a autorisé ces T.O à réintégrer la destination Tunisie dans leurs brochures. Dans ce sens, TUI et Thomas Cook ont enregistré le 7 avril 2017 leurs premiers voyages en Tunisie après plus d’un an et demi de rupture. L’Open Sky est aussi promu par la Tunisie dans la stratégie de développement de son secteur touristique. De ce fait, l’ouverture des ciels tunisiens est annoncée depuis des années28.

Conclusion

70Le secteur touristique - en Tunisie comme ailleurs - connaît des fluctuations causées par des paramètres endogènes (atouts, risques) et d’autres exogènes (opportunités, menaces) en relation avec aussi bien le système socio-économique du pays qu’avec les stratégies touristiques adoptées, mais également son système touristique. Ces derniers sont les plus problématiques, car ils paralysent le système de l’intérieur. Ils enfreignent sa capacité à se renouveler et se développer. Ainsi le système touristique tunisien est en crise depuis le début des années 2000. Par ailleurs, le manque de visibilité dans le secteur touristique pour les investisseurs dans la période post-révolution et le fléau du terrorisme qui a suivi sont deux paramètres supplémentaires qui alourdissent une situation déjà critique. Pour relancer le système, il est crucial de travailler sur le changement de l’image touristique classique du pays.

Sönmez, S.F. & A.R. Graefe (1998). “Influence of terrorism risk on foreign tourism decisions”, Annals of Tourism Research 1.

Haut de page

Bibliographie

Armatte, M. (2012). « Mathématiques et sciences humaines - Mathematics and social sciences », Mathématiques et sciences humaines. Mathematics and social sciences 200.

Avraham, E. (2015). “Destination image repair during crisis: Attracting tourism during the Arab Spring uprisings”, Tourism Management 47.

Barthou, É. (2014). « Les jeunes d’origine marocaine », Hommes & Migrations 1303.

Ben Mahmoud, I. et B. Massiera (2012). « L’attractivité d’un événement sportif, entre accomplissement personnel et enchantement touristique : le cas du marathon Nice-Cannes », Téoros. Revue de recherche en tourisme 2.

Bernard, É. (2002). « Djerba, tourisme international et nouvelles logiques migratoires », Revue européenne des migrations internationales 18 (1).

Bernardo, E. (2016). « Accord mets/vins : Que boire avec... un couscous de légumes ? », Le Figaro.fr.

Biggs, D., C. M. Hall & N. Stoeckl (2012). “The resilience of formal and informal tourism enterprises to disasters: reef tourism in Phuket, Thailand”, Journal of Sustainable Tourism 5.

Chew, E. Y. T., et S. A. Jahari (2014). “Destination image as a mediator between perceived risks and revisit intention: A case of post-disaster Japan”, Tourism Management 40: 382–393, URL : <https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0261517713001404>.

De Cantis, S., A. M. Parroco, M. Ferrante & F. Vaccina (2015). “Unobserved tourism”, Annals of Tourism Research 50:1–18, URL: <https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0160738314001182>.

Decrop, A. (2010). Le touriste consommateur. Comprendre les comportements pour améliorer son efficacité marketing, Bruxelles, De Boeck.

Decrop, A. (2011). « Le touriste consommateur : un caméléon… », Mondes du Tourisme, 3.

Dhaher, N. (2010). « L’aménagement du territoire tunisien : 50 ans de politiques à l’épreuve de la mondialisation », EchoGéo 13, URL : <http://echogeo.revues.org/12055>.

Dkhil, R. (2016). Directeur des marchés touristiques au sein de l’ONTT, entrevue réalisée à Tunis, le 28 mars.

Drakos, K., et A. M. Kutan (2003). “Regional Effects of Terrorism on Tourism in Three Mediterranean Countries”, Journal of Conflict Resolution 5.

Gensburger, S. (2017). Mémoire vive. Chroniques d’un quartier, Bataclan 2015-2016, Paris, Anamosa.

Gleyse, J. (1997). « Hédonisme philosophique matérialiste et philosophie du goût et de l’odorat », Corps et culture 2, URL : <http://corpsetculture.revues.org/374>.

Holling, C. S. (1973). “Resilience and Stability of Ecological Systems”, Annual Review of Ecology and Systematics 1.

Jamid, H., et M. Caquel (2013). « Du couscous au foie gras », Hommes et migrations, 1303.

Kadri, B., M. R. Khomsi et M. Bondarenko (2011). « Le concept de destination », Téoros 1.

Khlif, W. (2006). « L’hôtellerie tunisienne : radioscopie d’un secteur en crise », L’Année du Maghreb I.

Laporte, S. (2003). « Jeunes femmes en voyage : une expérience tunisienne », Téoros 22(1).

Le Pogam, Y. (1997). « Corporéisme et individualisme hédoniste », Corps et culture 2, URL : <http://corpsetculture.revues.org/388>.

Li, F., J. Wen et T. Ying (2017). “The influence of crisis on tourists perceived destination image and revisit intention: An exploratory study of Chinese tourists to North Korea”, Journal of Destination Marketing & Management, URL: <http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2212571X16302098>,

Nkoghe, S. (2008). La psychologie du tourisme, Paris, L’Harmattan.

Office national du tourisme tunisien (1978). Le tourisme tunisien en chiffres, Tunis.

Poussel, S. (2012). Noirs au Maghreb : enjeux identitaires, Paris, Karthala.

Prayag, G. (2018). “ Symbiotic relationship or not? Understanding resilience and crisis management in tourism”, Tourism Management Perspectives, URL: <https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2211973617301265>.

Sayari, N., et H. Rejeb (2009). « Origine du paysage andalou dans le Nord-ouest tunisien », Cahiers de la Méditerranée 79.

Toubin, M., S. Lhomme, Y. Diab, D. Serre et R. Laganier (2012). « La Résilience urbaine : un nouveau concept opérationnel vecteur de durabilité urbaine ? », Développement durable et territoires. Économie, géographie, politique, droit, sociologie 1, URL : http://developpementdurable.revues.org/9208.

Violier, P. (2010). « Katia Boissevain (dir.), Nouveaux usages touristiques de la culture religieuse. Socio-anthropologie de l’image au Maghreb », Mondes du Tourisme 2.

Haut de page

Notes

1 Selon une estimation de la banque mondiale après les tremblements de terre de 2015 au Népal. http://www.banquemondiale.org/fr/news/feature/2015/04/29/fact-sheet-world-bank-doing-nepal-after-earthquake

2 Pour plus de détails, cf. Othmani, W. et Rejeb, H. (2016) « Positionnement/repositionnement des destinations touristiques dans le monde arabe », papier présenté dans le cadre du colloque international sur « Le tourisme dans le monde arabe », Agadir, Maroc, les 26 et 27 octobre.

3 Par exemple, les couscous tunisiens diffèrent des couscous marocains ou algériens. Une des variétés de couscous qui caractérise la Tunisie est le couscous de poisson qu’on ne retrouve pas dans les autres pays du Maghreb.

4 La France a connu en 2015 des attentats dans différents lieux : au stade de France, proches des terrasses de cafés et restaurants et dans plusieurs rues des 10e et 11e arrondissements ainsi que celui du Bataclan le 13 novembre. Elle a aussi connu la même année l’assaut de « Charlie Hebdo » et la prise d’otages à l’Hyper Cacher les 7-9 janvier. Quant à la Tunisie, elle a subi l’attentat de Sousse le 26 juin, l’attentat du musée du Bardo le 18 mars et l’attentat du bus de la garde présidentielle le 24 novembre.

5 Données de la banque mondiale.

6 Traduction personnelle : « Il est probable que le comportement [du touriste] est aussi limité par le risque perçu que par le risque réel ».

7 Nous considérons comme évolution normale, celle qui suit une courbe de croissance formant une trajectoire linéaire. Et qui n’est pas impactée par des événements négatifs. Nous faisons le parallèle avec les propriétés de la méthode de calcul des probabilités en partant sur la notion d’espérance comme forme linéaire (Armatte, 2012).

8 Tendance linéaire au point : Remplace les valeurs manquantes par la tendance linéaire de ce point. Une régression est effectuée sur la série existante selon une variable d’index d’une échelle de 1 à n. Les valeurs manquantes sont remplacées par les prévisions correspondantes.

9 À ce stade d’interprétation nous nous n’intéressons pas à une analyse statistique très poussée qui fera appel à une analyse des résidus.

10 Binaire est utilisé à la fois pour les touristes et pour les TO dans le sens de simpliste (un pays arabe en état d’insécurité signifie que tous les autres pays arabes sont dans la même situation. Cette généralisation concerne les droits de femmes, la culture, les traditions, l’histoire, la compréhension et la pratique de la religion, etc.). Selon les tendances de réservations du site Opodo pour les vacances de Pâques et les ponts du mois de mai : « à la suite des récents événements meurtriers de Tunis, le Maroc et la Tunisie sortent de ce classement avec un recul des réservations respectivement de 36 % et 39 % par rapport à l’an dernier ». [(2015) Baromètre Opodo : le Maroc et la Tunisie en net recul pour les vacances de Pâques. https://www.tourhebdo.com/actualites/economie/barometre-opodo-le-maroc-et-la-tunisie-en-net-recul-pour-les-vacances-de-paques-447919.php/ (consulté le 05/10/2018)].

11 Selon les statistiques officielles de l’Office National du Tourisme Tunisien (1975-2015)

12 Il y a certainement d’autres critères, directs et indirects, qui ont amélioré les recettes touristiques comme la dépréciation de la monnaie nationale entre 2010 (1 TND = 0,69 USD) et 2014 (1 TND = 0,54 USD). Cependant cet événement de musique électronique, premier dans son genre en Tunisie avec une participation de 7 000 personnes a dynamisé le tourisme national autant qu’international. [(2015) Sable et électro : 10 000 personnes attendues en Tunisie pour les « Dunes électroniques ». JeuneAfrique.com.http://www.jeuneafrique.com/225861/culture/sable-et-lectro-10-000-personnes-attendues-en-tunisie-pour-les-dunes-lectroniques/ (consulté le 01/03/2018)].

13 Riadh Dkhil, 2016, Directeur des marchés touristiques au sein de l’ONTT, entrevue réalisée à Tunis, le 28 mars.

14 C’est vrai que le tourisme tunisien a connu ces plus grandes recettes touristiques en 2007 et 2008. En revanche, il a perdu sa place comme première destination touristique dans la région du Maghreb au profit du Maroc qui depuis l’an 2000 a dépassé les recettes touristiques enregistrées par le tourisme tunisien. Pendant cette période des années 2000, le modèle low cost qui se base essentiellement sur la dépréciation des prix comme argument de concurrence a atteint un niveau très critique. « La demi-pension en basse saison s’est vendue à 4,5 dinars tunisiens, l’équivalent de 3 euros » (Khlif, 2006).

15 L’équivalent de 14,75 dollars américains en 2016.

16 Selon l’office national du tourisme tunisien (ONTT) le nombre de nuitées globales en hôtels fait par les Tunisiens résidents à l’étranger entre 2014 et 2015 a connu une augmentation de 14,9 %.

17 Site internet de la banque centrale tunisienne, consulté le 25/03/2018.

18 Ryad Dkhil, Directeur des marchés touristiques au sein de l’ONTT, mars 2016.

19 Durant tout l’entretien ce responsable administratif a souligné un lien très fort entre l’évolution de la stratégie touristique du pays et la stratégie d’évolution des lignes du transporteur aérien national « TUNISAIR ».

20 Riadh Dkhil, op. cit.

21 Lors de l’émission de divertissement française « Touche pas à mon poste », diffusée le 13 octobre 2016, l’animateur annonça un séjour touristique gratuit à tout le public de l’émission. Une annonce évoquée dans une ambiance folklorique tunisienne.

22 Tunisie : comment faire (re)venir les touristes ? (2017, mars 29). Consulté 30 mars 2018, à l’adresse http://www.jeuneafrique.com/421965/societe/tunisie-faire-revenir-touristes/

23 Le nombre d’abonnés évoqué est celui sur la plateforme Instagram

24 Il s’agit ici de rappeler la politique touristique du pays basée essentiellement sur le tourisme balnéaire.

25 Propos d’Anis Souissi, directeur commercial de l’hôtel Le Royal à Yasmine-Hammamet Propos récoltés par l’AFP et publiés dans un article de presse dans le site internet de sudinfo.be le samedi 25 juin 2016 à 10 h 42. Article consulté le 15/03/2017 via le lien : http://www.sudinfo.be/1607969/article/2016-06-25/pour-relancer-le-tourisme-la-tunisie-met-en-avant-soleil-mer-et-securite

26 Propos de Selma Elloumi Rekik, ministre du Tourisme tunisien pour le journal le monde. Article publié le 28 avril 2016. Consulté le 17/01/2017 sur Europress.com

27 Nous entendons par « état normal d’une destination touristique » son état juste avant la perpétration d’un attentat par exemple.

28 Elle a cependant été retardée plusieurs fois par crainte que la compagnie Tunis air perde ses moyens face à la rude concurrence internationale. La dernière programmation date de juin 2018 (cf. Khémaies Krimi, 2018, Open Sky : les craintes et les espoirs de la Tunisie. kapitalis.com, February 22). http://kapitalis.com/tunisie/2018/02/22/open-sky-craintes-espoirs-de-tunisie/, accessed March 31, 2018.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure1. L’évolution des recettes touristiques, des nuitées hôtelières globales en Tunisie et des entrées au territoire entre 1975 et 2015
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14098/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 2. Évolution des recettes touristiques, des nuitées hôtelières globales et des entrées au territoire entre 1975 et 2010
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14098/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 3. Évolution des recettes touristiques, des nuitées hôtelières globales, des entrées au territoire et évolution moyenne de la croissance de la destination touristique tunisienne entre 2011 et 2015
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14098/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 4. Évolution des recettes touristiques tunisiennes après les mesures politiques prises en 2015 pour revitaliser le secteur
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14098/img-4.png
Fichier image/png, 20k
Titre Figure 5. Évolution du nombre des nuitées touristiques globales en Tunisie après les mesures politiques prises en 2015 pour revitaliser le secteur
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14098/img-5.png
Fichier image/png, 42k
Titre Figure 6. Évolution du budget annuel du ministère du Tourisme tunisien en millions de dinars (2011-2017)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14098/img-6.png
Fichier image/png, 32k
Titre Figure 7. Exemple de compagne de communication prise du compte Instagram d’un influenceur Web
Crédits Source : https://www.instagram.com/​p/​BR57kKblkSv/​?hl=fr&taken-by=vittto
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14098/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 285k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Wadie Othmani et Najem Dhaher, « Le tourisme en Tunisie : menaces anthropiques majeures versus capacité de résilience  », Études caribéennes [En ligne], 2 | Novembre 2018, mis en ligne le 15 novembre 2018, consulté le 21 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/14098 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.14098

Haut de page

Auteurs

Wadie Othmani

Doctorant en cotutelle internationale entre l’Université d’Angers (France) et l’Université de Sousse (Tunisie), ATER à l’UFR Temps et Territoires de l’Université Lyon 2, affilié à l’UMR CNRS 6590 ESO- site Angers (Université d’Angers) et à l’UR « Horticulture, Paysage, Environnement » (Université de Sousse), Wadiia078@hotmail.fr

Najem Dhaher

Dr. Hdr, Maître de conférences en urbanisme et aménagement, École nationale d’architecture et d’urbanisme de Tunis, Ur Vad-Enau, Université de Carthage, Rue El Kodes - Sidi Bou Saïd - 2026, La Marsa, Tunis, najem_dhaher@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search