Navigation – Plan du site

AccueilHors-série2DossierEffets de l’onde d’insécurité sur...

Dossier

Effets de l’onde d’insécurité sur les activités touristiques d’une région située à l’abri des attentats terroristes : Mogodé et ses environs dans l’Extrême-Nord (Cameroun)

Effects of Wave of Insecurity on Touristic Activities in a Region Located Off Terrorist Threats: the Case of Mogode and Its Neighbourhoods in Far North Cameroon
Jacqueline Djabba et Jean Noël Ngapgue

Résumés

La région de l’Extrême-Nord du Cameroun est une importante destination touristique. Jusqu’à une date récente, l’activité a assuré l’essentiel des revenus d’une importante partie de la population, mais le climat d’insécurité qui règne de nos jours dans la région a porté un coup dur à la marche des affaires. Si les effets de cette insécurité se font ressentir sur les activités économiques des zones de plaines régulièrement frappées par les attaques de Boko Haram, il convient aussi de dresser l’état des lieux des pôles d’attraction touristique comme Mogodé, situés en altitude donc épargnés des escarmouches terroristes.
Une série d’enquêtes faites auprès des populations, des touristes et du personnel impliqué dans le fonctionnement des infrastructures touristiques révèle que la possession d’un potentiel touristique varié dans Mogodé a fortement contribué au développement de l’activité touristique dans la localité et ses environs. Aujourd’hui, le site touristique n’est plus fréquenté par les visiteurs ; les infrastructures et les équipements touristiques sont quasi abandonnés ou tournent au ralenti. Tout concourt à élucider que malgré sa situation à l’abri des assauts répétés des terroristes de la secte islamique Boko Haram, on note une chute drastique des activités touristiques dans Mogodé et sa région. C’est la théorie de la prospective de Kahneman D et Tversky A (1979) qui stipule que le risque est le facteur fondamental qui guide la prise de décisions des touristes qui trouve ici toute son application.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Vaste de 776 km², la région a une population de 128 739 (données du Recensement général de la popul (...)

1La région de l’Extrême-Nord du Cameroun regorge de nombreuses potentialités touristiques dont la mise en valeur, bien que partielle, a fortement contribué au rayonnement national et international de la région. Dans cette partie du territoire camerounais, Mogodé et sa zone de dépendance administrative (cf. figure 1)1 constituent l’une des destinations touristiques les plus fréquentées par les touristes.

Figure 1. Localisation de Mogodé et sa région

Figure 1. Localisation de Mogodé et sa région

Source : cartes Institut National de Cartographie du Cameroun (1992) Références spatiales : Projections WGS84 UTM zone 33N

2Le développement du tourisme a fait de la ville le pôle de développement économique et social du pays kapsiki. Jusqu’en 2010, le climat d’insécurité permanente entretenu par les coupeurs de route, la criminalité transfrontalière, le braconnage observé dans la partie septentrionale du pays n’a pas pu porter atteinte à la bonne santé touristique de Mogodé et sa région. Mais aujourd’hui lorsqu’on y arrive, on est surpris de constater que la place, pourtant située sur les hauteurs des monts Mandaras, est désertée par les étrangers. Les campements d’hébergement et les hôtels qui étaient toujours remplis par les touristes sont presque vides, certains restaurants ont même fermé leurs portes. La zone qui était restée jusqu’alors un îlot de paix dans le nord du pays est subitement abandonnée par les touristes et on ne sait pourquoi.

3De fait, avec la nouvelle forme d’insécurité apparue en 2012 par les faits de la secte islamique Boko Haram, plusieurs formes d’attentats et d’enlèvements sont perpétrées dans les zones environnantes. Toutefois pour sauvegarder la sécurité des lieux, la population de la ville et ses environs a pris des mesures de protection et de contrôle exceptionnelles pour filtrer les arrivées des personnes sur le territoire au point que Mogodé dépiste chaque jour les personnes de moralité douteuse susceptibles de nuire à la sécurité du site. Avec toutes les mesures d’autodéfense mises sur pied, Mogodé est à l’abri des multiples assauts des terroristes. Mais on est surpris de constater la chute des activités touristiques ; c'est-à-dire que l’aggravation de l’insécurité qui sévit dans la partie septentrionale du pays a répandu le doute sur la fréquentation de cette région déjà diminuée par les problèmes d’infrastructures sociales de base et d’extrême pauvreté ?

  • 2 Principale ville camerounaise attaquée par Boko Haram

4À une centaine de kilomètres de Kolofata2 (cf. figure 3), située un peu plus au Nord en zone de plaine, elle est sans être attaquée par les milices de la secte islamiste évitée par les touristes qui vont au Nord Cameroun. C’est dire que la situation sécuritaire peut avoir un impact très significatif sur la bonne santé du tourisme dans Mogodé et ses environs immédiats.

5En effet, il existe une relation qui lie le tourisme au sentiment d’insécurité. Secteur d’activité fragile, le tourisme réagit particulièrement aux différentes manifestations de la terreur (Talles et Lartigue, 2010). Par l’émotion qu’elle crée, la terreur joue un rôle important dans les décisions des consommateurs de fréquenter un lieu ; elle plonge ainsi le monde des voyages dans une crise sans précédent (Denécé et Mey, 2006).

6Si les faits observés dans les zones considérées comme les épicentres des crises ont de sérieuses conséquences sur le fonctionnement de leurs activités économiques et sociales, des études montrent que les localités touristiques environnantes, bien qu’elles soient épargnées des attentats terroristes peuvent voir leurs activités fortement entamées. Depuis 2002, les attaques des coupeurs de route près de Betroka et les agressions des bandits (les dahalos) sur l’axe sud, le circuit le plus fréquenté de Madagascar, font que tout le sud du pays en proie à l’insécurité est déconseillé aux touristes. En 2010, c’est la bande sahélienne, territoire immense à cheval sur la Mauritanie, l’Algérie, le Mali, le Niger, la Libye et le Tchad qui est classée zone « rouge » (les déplacements « formellement déconseillés ») ou zone « orange » (les trajets limités à « des raisons professionnelles ») (Talles et Lartigue, 2010). De fait, les touristes ont ainsi fui bon nombre de régions dans le monde à cause des attentats terroristes (Chateau, 2016).

  • 3 Environ 1,09 million de touristes ont visité le Kenya en 2013 contre 1,23 million en 2012. Dans le (...)

7Les conséquences sur le fonctionnement des activités touristiques sont variées, mais le recul des chiffres d’affaires des établissements d’hébergement (Laimé, 2015) attestent l’annulation des voyages et l’adoption de nouvelles destinations par les touristes qui ne renoncent pas de voyager (Durand, 2016). On a ainsi relevé qu’après les attentats du 11 septembre 2001, l’activité touristique a connu une baisse de 0,6% en moins d’arrivées internationales aux États unis. En septembre 2013, suite à l’attaque du centre commercial Westgate de Nairobi par un commando islamiste, les touristes potentiels se sont tournés vers des destinations offrant des produits similaires3.

8Les présentes lignes partent de la question qu’est-ce qui explique le frein des activités touristiques dans les zones collées aux localités frappées par les attaques terroristes pour poser l’hypothèse que le sentiment de la terreur amène les touristes à fuir les zones touchées par les incursions des milices terroristes et les régions environnantes autrement dit les attentats terroristes constituent un frein au développement du tourisme non seulement dans les épicentres frappés par les attaques des terroristes, mais encore dans les régions environnantes.

9Les attentats et autres évènements tragiques ont des effets qui dépassent la seule destination. Le risque qui en découle se révèle comme le facteur fondamental qui guide la prise de décision des touristes, ceci peut être vérifié avec la théorie de la prospective élaborée par Kahneman et Tversky (1979). Proche de la théorie de l’utilité, elle stipule que les individus perçoivent souvent les options qui se présentent à eux en termes d’avantages ou de pertes. Dans ce contexte, lorsque survient un risque, les individus se penchent plus à évaluer les risques que les gains. Nous allons ainsi montrer comment la région de Mogodé située à l’abri des attentats terroristes connaît une paralysie de ses activités touristiques du fait du climat d’insécurité qui touche la population avoisinante.

1. Methodologie

10Malgré le contexte d’insécurité qui prévaut dans la grande partie de la région de l’Extrême-Nord nous avons opté pour une méthodologie qui combine l’investigation documentaire et les enquêtes de terrain.

11La phase de revue de littérature est celle pendant laquelle nous avons consulté les documents qui existent sur l’insécurité et le tourisme afin d’identifier les sites frappés par les terroristes et de relever l’impact de la terreur et du sentiment qui en découle sur le fonctionnement des activités touristiques dans le nord Cameroun, en Afrique et dans le reste du monde. Les données utilisées dans le cadre du présent travail ont été recueillies dans les bibliothèques des universités de Yaoundé I et de Dschang, les centres de documentation des délégations départementales du tourisme et de la sécurité nationale de Mokolo (le chef-lieu du département du Mayo Tsanaga) et les publications sur Internet.

  • 4 Ces personnes ressources sont : le délégué départemental du Ministère du Tourisme du Mayo-Tsanaga, (...)
  • 5 Sur les 28 touristes présents sur le site au moment de notre passage

12L’interview des personnes ressources4 et des touristes faite dans la ville de Mogodé et dans les villages de Rhumsiki, de Tchamatché, de Amsa et de Kova a permis de rassembler les avis de 51,04% des autorités traditionnelles et administratives locales et de 77,45% des touristes5 (présents sur le site lors de notre passage) sur le potentiel touristique de la région, les raisons de fréquentation de Mogodé dans cette région marquée par l’insécurité, les voies d’accès à Mogodé en ces temps de crise, le fonctionnement des activités touristiques et les mesures prises pour assurer la sécurité des personnes et des biens dans Mogodé et sa région.

  • 6 La formation du Focus Group a été faite avec la complicité du chef du quartier et ses proches colla (...)

13Pour évaluer l’impact de l’insécurité sur les activités touristiques une enquête par questionnaire adressée aux gérants de tous les centres d’hébergement et autres infrastructures touristiques ouverts dans Mogodé et aux délégués régionaux et départementaux du Tourisme pour l’Extrême-nord et le département du Mayo Tsanaga a révélé les arrivées des touristes et montré les recettes des établissements d’accueil et de restauration avant et pendant la période critique de l’insécurité. La population groupée « focus group » dans tous les six quartiers de la ville, chaque focus group comportant outre le chef de quartier, deux collaborateurs du chef, les chefs de blocs, quatre à cinq personnes impliquées dans l’autodéfense du quartier, cinq à six habitants du quartier, a exposé les retombées socioéconomiques du tourisme et le manque à gagner causé par l’état d’insécurité dans la ville et son arrière-pays6. Elle a également décrit la situation sécuritaire de Mogodé par rapport aux zones fréquemment touchées par les attentats terroristes et expliqué les mesures par elle prises pour que la localité et ses environs restent hors du danger et des attaques des « milices » de la secte Boko Haram.

14Les données collectées et traitées par SPSS selon la méthode directe ont permis de présenter Mogodé comme une destination touristique, d’analyser la situation sécuritaire de Mogodé dans la partie septentrionale au Cameroun et de relever l’impact de l’insécurité sur le fonctionnement des activités touristiques dans la localité.

2. Mogodé, une destination touristique convoitée par une diversité de touristes

15De la beauté des paysages à la diversité culturelle, la région de Mogodé offre une richesse touristique variée qui fait d’elle l’un des grands sites touristiques des monts Mandara.

2.1. Potentialités touristiques naturelles

  • 7 Cas des espèces pâturées par les troupeaux des éleveurs des villages voisins sans payer de redevanc (...)

16Sur les monts Mandaras, Mogodé se présente comme un plateau hérissé de massifs aux formes tourmentées et étranges. Pics et montagnes (mont Rhumsiki 1224 mètres, mont Ziver 900 mètres, mont Goudal, etc.) ceinturent des plaines d’inégales étendues ; les cols comme celui d’Amsa, comptent parmi les traits physiques les plus attractifs de l’Extrême-Nord du Cameroun. La ligne d’horizon est, de n’importe quel côté que l’on regarde, entrecoupée par des aiguilles rocheuses aux parois presque lisses (cf. photographies 1 et 2). Le sol est tapissé de petites touffes d’herbes qui sèchent rapidement sous l’effet de la chaleur et du vent (cf. photographie 3). Les espèces dominantes ici sont : l’Anogeisusleiocarpus, l’Adansoniadigitata, l’Acacia albida, le Parkiabiglobosa, le Balanites eagyptiaca, le Ziziphus, le Celtisintegrifolia, le Cassia siamea, le Daniella olivera, le Khayasenegalensis, le Tamarin dusindica, le Terminaliabrownii, l’Acacia nilotica, l’Acacia seyal, l’Acacia atxacanta, etc. Certaines de ces espèces font l’objet d’une exploitation abusive et illégale7 entretenue par les éleveurs.

Photographies 1 et 2. Les formes de relief du plateau kapsiki à Mogodé

Photographies 1 et 2. Les formes de relief du plateau kapsiki à Mogodé

Source : Djabba J, avril 2016

Photographie 3. Les espèces fauniques de Bariki dans la région de Mogodé

Photographie 3. Les espèces fauniques de Bariki dans la région de Mogodé

Source : Djabba J, avril 2016

2.2. Sites touristiques et manifestations culturelles

17Haut-lieu du tourisme camerounais, Mogodé dispose de nombreux sites touristiques comme le montre le tableau 1.

Tableau 1. Sites touristiques de la région de Mogodé avec leurs principales attractivités

Sites touristiques

Attractivités

Rhumsiki

- sorciers aux crabes, aiguilles rocheuses, tisserands, maisons traditionnelles, grottes, hébergement dans les Boukarous

Tchamatché

- cases traditionnelles aux toits coniques et cultures sur terrasses

Sir

- poterie en argile

Roufta

- danse traditionnelle

Kova

- personnes vêtues de peaux de bêtes lors de la fête de récolte

Kila

- vue panoramique

Mogodé

- pics, marché

Amsa

- forgerons d’œuvres d’art en cuivre, chefferie traditionnelle

Gamba

- sites de repos, église construite en pierre

Gouria

- oiseaux

Source : enquêtes de terrain avril 2016.

18Rhumsiki apparaît comme le plus grand site touristique de la zone. Village perdu dans un décor grandiose, le « Campement » qu’il abrite offre un hébergement au confort rustique, mais efficace. Autonome en eau et en électricité, la structure offre avec ses 26 chambres en boukarou (cf. photographie 4), la plus grande capacité d’accueil du pays kapsiki.

  • 8 Concession composée de plusieurs cases entourées de murs de pierres

19Zone de montagnes, Mogodé et ses environs sont aussi propices au trekking. Les hommes y ont développé un mode de vie original transformant les pentes entières des montagnes en paysages de terrasses (cf. photographie 5) sur lesquelles ils pratiquent une agriculture raisonnée. Vues de loin, les cases aux toits coniques sont comme « accrochées » sur les flancs des collines. De nombreuses grottes creusées dans les pitons volcaniques rappellent aux visiteurs les refuges stratégiques de défense des populations locales contre les ennemis d’autrefois. Tous les touristes qui arrivent se précipitent à visiter un « saré » traditionnel8.

20Le visiteur peut également admirer le sorcier aux crabes qui vous prédit l’avenir (cf. photographie 6), les artisans et les forgerons qui occupent une place à part dans la société. Il existe d’autres sites moins connus, mais qui ne sont pas moins captivants. Non aménagés et difficilement accessibles, ils sont pour la plupart des lieux sacrés interdits aux étrangers et aux non-initiés : le site de Houpou, la montagne de Ziver (900 mètres d’altitude) et le mont Goudal. Autant d’éléments révélateurs de la culture et du mode de vie des populations du pays Kapsiki.

Photographie 4. Le campement « boukarou » de Rhumsiki

Photographie 4. Le campement « boukarou » de Rhumsiki

Source : Djabba J, avril 2016

Photographie 5. L’habitat de terrasses sur les flancs du mont Ziver

Photographie 5. L’habitat de terrasses sur les flancs du mont Ziver

Source : Djabba J, avril 2016

Photographie 6. Le sorcier aux crabes, une curiosité touristique locale

Photographie 6. Le sorcier aux crabes, une curiosité touristique locale

Source : Djabba J, avril 2016

21Les visiteurs interrogés trouvent que « du milieu naturel au patrimoine culturel, tout est potentialité touristique à Mogodé », ce qui justifie sa convoitise par bon nombre de touristes étrangers.

2.3. Convoitise de Mogodé par une diversité de touristes

22L’enquête faite auprès des gérants des six structures d’hébergement de Mogodé avec un taux de réponse de 100% des enquêtés nous a permis de connaître l’évolution du nombre de touristes qui ont fréquenté Mogodé et sa région au cours de ces sept dernières années.

23Jusqu’en 2011, la région reçoit chaque année une moyenne de 520 touristes ; en 2012, 880 étrangers sont enregistrés dans les documents des centres d’hébergement soit les 34,71% de l’ensemble des touristes qui ont visité le pays entre 2009 et 2015. Après une période faste, le nombre de touristes chute progressivement d’une année sur l’autre passant de 186 touristes en 2012 à 75 en 2015, ce qui est fort étonnant.

24Malgré la diminution en nombre, la zone continue de recevoir les touristes de toutes les régions du monde, mais ce sont surtout les Européens qui sont fréquemment enregistrés avec en première place les Français (21,84%) et les Allemands (20,30%) (Tableau 2).

Tableau 2. Arrivées des touristes dans les établissements d’hébergement (de 2009 à 2015)

Pays/régions d’origine

2009

2010

2011

2012

2013

2014

2015

Total

%

Afrique centrale

11

9

23

7

11

2

4

67

02,67

Afrique de l’Ouest

5

6

14

14

11

5

3

58

02,29

Amérique du Nord

47

31

25

11

19

7

5

145

05,72

Asie

9

15

47

8

17

11

6

113

04,47

Belgique

8

11

5

3

5

2

3

37

01,46

Suède

4

3

13

2

9

5

2

38

01,50

Royaume-Uni

27

12

41

7

5

11

7

110

04,34

France

143

164

159

41

32

8

6

553

21,85

Allemagne

145

129

161

24

33

10

12

514

20,30

Russie

6

4

31

3

4

7

5

60

02,38

Hollande

21

33

33

6

11

9

3

116

04,59

Suisse

7

12

49

2

2

0

2

74

02,92

Moyen-Orient

3

6

23

5

3

4

0

44

01,73

Autres

83

97

256

53

75

21

17

602

23,78

Total

519

532

880

186

237

102

75

2531

100

Part (en %)

20,50

21,13

34,71

07,34

09,36

04,30

02,96

100

Source : enquêtes de terrain (avril 2016).

25Les touristes interrogés affirment qu’ils viennent à Mogodé ces derniers temps pour le calme qui y règne (54,5%), le beau paysage naturel (67,5%), la diversité de sa culture (26,46%) et la beauté du paysage agraire (12,06%) ; ce qui est bien différent de ce qu’on observe dans les zones situées au pied de la montagne.

26Jusqu’en 2011, la région reçoit chaque année une moyenne de 520 touristes ; en 2012, 880 étrangers sont enregistrés dans les documents des centres d’hébergement soit les 34,71% de l’ensemble des touristes qui ont visité le pays entre 2009 et 2015. Après une période faste, le nombre de touristes chute progressivement d’une année sur l’autre passant de 186 touristes en 2012 à 75 en 2015, ce qui est fort étonnant.

27Malgré la diminution en nombre, la zone continue de recevoir les touristes de toutes les régions du monde, mais ce sont surtout les Européens qui sont fréquemment enregistrés avec en première place les Français (21,84%) et les Allemands (20,30%).

28De fait, dans la partie septentrionale du Cameroun où la plaine se déroule à perte de vue, le relief volcanique des Kapsikis aux formes tourmentées vient rompre la monotonie du paysage ; le mode de vie des agriculteurs-montagnards et leur culture différente aussi de ceux des peuples-éleveurs des yaérés.

2.4. Place du tourisme dans le développement de Mogodé

29Les résultats d’enquête montrent que le tourisme joue un rôle majeur dans le développement de Mogodé. Les impacts les plus visibles s’observent dans les infrastructures, les emplois et les revenus collés au tourisme.

30S’agissant des infrastructures, le tableau 3 présente les différents établissements d’hébergement de Mogodé classés selon le confort, la prestation des services et la capacité d’accueil.

Tableau 3. Les établissements d’hébergement de Mogodé classés par catégorie et selon la capacité d’accueil

Désignation

localisation

Nombre de chambres

Nombre de lits

Catégorie

Prestations

Campement Rhumsiki

Rhumsiki

26

32

1

H.B.R.

Auberge Petit Paris

Rhumsiki

15

18

N.C

H.B.

Auberge Maison de l’Amitié

Rhumsiki

4

8

N.C.

H

Auberge Casserole

Rhumsiki

6

6

N.C.

H.B.

Safari kapsiki

Rhumsiki

7

7

N.C.

H.B.

Tour d’argent

Rhumsiki

22

22

N.C.

H.B.R.

Total

-

80

93

-

-

NB : N.C (non classé) ; H.B.R (hébergement, bar, restaurant) ; H.B (hébergement, bar) ; H (hébergement).

Source : rapport d’activité de la Délégation départementale du Tourisme du Mayo-Tsanaga (mai 2016).

31Les emplois dans le domaine du tourisme sont nombreux et touchent les activités allant des transports aux animations culturelles en passant par l’hébergement, la restauration, la commercialisation, le guidage, etc. D’une façon générale, on distingue les métiers collés aux branches d’activités exclusivement touristiques, les métiers des branches d’activités partielles du tourisme et les métiers relevant des activités des aires protégées. La pratique des activités touristiques qui occupe une part non négligeable de la population a ainsi permis d’améliorer le niveau de vie des populations. Forts de ce constat, les jeunes des contrées environnantes abandonnent régulièrement les travaux de la terre pour venir chercher à Rhumsiki et à Mogodé de « l’argent facile ». Cette ruée vers les centres touristiques très importante pendant la saison touristique (qui va de novembre à mars) est à l’origine de la dévitalisation des zones rurales avoisinantes. Ces dernières années le tourisme qui fournit 40 à 60% environ des recettes de la commune de Mogodé traverse avec la crise des moments difficiles et la collectivité territoriale ne parvient plus à réaliser certains de ses projets.

32Les touristes interrogés affirment que les efforts constatés sont limités, car certains obstacles, dont l’absence d’aménagement sur les sites susceptibles de recevoir des touristes, l’insuffisance de capacités hôtelières, les problèmes de sécurité, etc. (cf. figure 2), freinent le développement des activités touristiques dans la région de Mogodé.

Figure 2. La perception des touristes sur les principales contraintes au développement du tourisme dans Mogodé

Figure 2. La perception des touristes sur les principales contraintes au développement du tourisme dans Mogodé

Source : Enquête de terrain (mai 2016).

33Ces griefs ne sont pas uniquement propres à Mogodé, mais aussi à l’ensemble des régions touristiques du Cameroun. Les mesures pour y faire face ne manquent pas, prises à la hâte pour résoudre une situation posée, elles ne donnent pas une solution définitive au problème. Pourtant, le souci déclaré par les autorités locales, l’État du Cameroun et les partenaires au développement est celui de sortir définitivement le tourisme de l’ornière et d’en faire une véritable activité économique, créatrice d’emplois et génératrice de revenus plus importants en vue d’une croissance économique durable.

34Somme toute, les populations et la commune de Mogodé devraient tirer de larges bénéfices des activités touristiques pratiquées dans leur région. Toutefois, Mogodé peine à jouir pleinement de son potentiel touristique du fait de l’insécurité qui sévit dans la partie septentrionale du Cameroun.

3. Situation sécuritaire et fragilité sociale dans la partie septentrionale du Cameroun

3.1. Anciennes et nouvelles formes d’insécurité

35La région de Mogodé est située dans la partie septentrionale du Cameroun où l’autorité de l’État peine depuis le milieu des années 1980 à s’imposer du fait de la prolifération des bandes armées, des rebelles, des trafiquants divers et des bandits de grand chemin. Ils usent et abusent de la porosité des frontières et des solidarités transfrontalières pour perpétrer des incursions sur le sol camerounais. Pourtant jusqu’au début des années 2010, la situation d’insécurité n’a jamais été aussi inquiétante au point de devenir un obstacle au développement des activités touristiques.

36La situation va complètement s’inverser en 2012 : on passe des actions conduites par les « coupeurs de route » aux « prises d’otages » et les moyens d’attaque connaissent d’importantes transformations. Aux fusils de fabrication artisanale, flèches et arbalètes se succèdent les armes modernes de guerre (genre kalachnikov). À partir de juillet 2013, les attaques perpétrées par la secte islamiste Boko Haram dans les régions du Nord et de l’Extrême-Nord du Cameroun aggravent la situation sécuritaire.

  • 9 Voir tableau des localités touchées par les attaques de Boko Haram en annexe
  • 10 Près de 100 à 200kms en profondeur sur le territoire camerounais

37L’enquête montre que les exactions de la secte islamiste incluent entre autres les enlèvements d’enfants, d’hommes et de femmes ; les tueries de personnes ; la destruction des biens ; les incendies des champs et des villages (cf. photographie 7). Entre février 2013 et septembre 2016, la secte a mené plus d’une trentaine d’incursions9 tuant quelque 1 200 personnes dans une vingtaine de localités. De la frontière avec le Nigéria à l’ouest jusqu’au fleuve Logone à l’est10 aucune zone n’est épargnée.

  • 11 Ce décompte n’est pas exhaustif. Depuis lors les attaques des milices de Boko Haram se sont multipl (...)

38Localisés le long de la frontière avec le Nigéria, les incursions et les raids des terroristes sont beaucoup plus observés dans les villages des zones de plaine, les pistes de pénétration ouvertes sur terrain plat autorisent un déplacement facile des troupes motorisées. Les villages fréquemment frappés par la secte islamiste sont Fotokol, Amchidé, Djakana, Kolofata. Des attaques sont aussi perpétrées dans les brigades, dans les mosquées, les chapelles et les églises (Mayo-Moskota, Mora, Maroua). Aux affrontements avec les forces de sécurité camerounaises (Fotokol, Kousséri, etc.) viennent s’ajouter des opérations kamikazes (cf. photographie 8) commises dans les villes et villages (Maroua, Mora, Fotokol, Kouyapé, etc.) (cf. figure 3)11.

Figure 3. Les sites touchés par la secte Boko Haram par rapport à Mogodé (entre 2013-2016)

Figure 3. Les sites touchés par la secte Boko Haram par rapport à Mogodé (entre 2013-2016)

Source. Enquêtes de terrain (avril et octobre 2016)

39Par moment ce sont des troupeaux de bœufs qui sont séquestrés, des convois de camions transportant des centaines de sacs de vivre qui sont arrachés par les milices de la secte Boko Haram.

Photographie 7. Une rue de Fotokol, la ville martyre le lendemain de l’attaque de Boko Haram.

Photographie 7. Une rue de Fotokol, la ville martyre le lendemain de l’attaque de Boko Haram.

Source : Pius Utomi EKPEI/AFP 28/7/2014

Photographie 8. Un attentat-suicide attribué à Boko Haram à Kouyapé

Photographie 8. Un attentat-suicide attribué à Boko Haram à Kouyapé

Source : Koaci.com, 13/01/2016

3.2. Boko Haram : une menace régionale

40Les enquêtes révèlent que le mouvement est né d’une contestation des jeunes du Nigéria qui réclament un emploi avec les diplômes de formation obtenus dans les grandes écoles de la place et de l’Occident. Cet appel avait juste pour but l’écoute et la reconnaissance de leur réclamation. Malheureusement cette demande a été brutalement réprimée par la force. Ces jeunes firent brûler leurs diplômes en taxant l’éducation occidentale de péché « Haram », d’où son appellation. Comme quoi « Boko Haram » n’a pas seulement une origine politico-religieuse, mais également socio-économique. Ainsi, en dehors des conditions de vie intenables et insupportables qui sont imposées aux communautés, il s’y ajoute que la sécurité est en ce moment mise à rude épreuve, par le développement de plusieurs foyers d’insécurité à travers les frontières du nord et de l’extrême-nord du Cameroun et du Nigéria et le long du lac Tchad où se sont retranchés les éléments de cette secte.

  • 12 Exemples des jeunes filles enlevées dans un lycée au Nigéria

41Malgré les dispositions des forces armées nationales (environ 3000 soldats équipés) et un déploiement récent d’une force multinationale d’environ 2600 hommes de troupe dans les frontières, l’État camerounais et ses alliés n’arrivent toujours pas à agir avec fermeté pour endiguer cette criminalité ignoble. Tous les jours les milices de la secte Boko Haram complexifient les stratégies de lutte. L’enquête révèle que Boko Haram recrute ses jeunes milices parmi les enfants des écoles coraniques dans les villages du Cameroun et du Nigéria moyennant de fortes sommes ; certains parents sont forcés à sacrifier leurs progénitures pour la cause d’Allah. Suite à un lavage de cerveau, ces enfants dont certains sont quelquefois enlevés12 constituent des bombes humaines dans les opérations kamikazes. Au Cameroun, au Nigéria, au Tchad comme au Niger les terroristes de Boko Haram imposent une guerre asymétrique.

3.3. Fragilité sociale au nord Cameroun et plan d’urgence gouvernemental

42La détérioration de la situation sécuritaire a eu un impact considérable sur la vie quotidienne des communautés locales. L’agriculture, le commerce transfrontalier, la pêche dans le Lac Tchad et autres activités ont été perturbées. Les activités militaires empêchent les civils de se déplacer librement. La présence des mines et des islamistes de Boko Haram dans certaines zones (Fotokol, Mayo-Moskota et Kolofata) rend difficile l’accès aux agents humanitaires et les populations locales vident les villages. Les études montrent que la région de l’Extrême-Nord a connu en 2015 un déficit céréalier de 132 000 tonnes sur 770 300 tonnes escomptées. Plus d’une centaine d’écoles ont également été fermées à cause des risques élevés d’enlèvements et les élèves se sont déplacés vers des écoles plus sécurisées, mais qui n’ont malheureusement pas de grandes capacités d’accueil. En 2016 la population totale déplacée dans les seuls départements de Mayo-Tsanaga et du Logone-et-Chari a été estimée à 81 693 personnes.

  • 13 Le seuil de pauvreté est « le niveau de revenu au-dessous duquel il est impossible de s’offrir le p (...)
  • 14 La population vivant en dessous du seuil de pauvreté est de 5,4 à Yaoundé et 4,2 à Douala la capita (...)

43Une étude faite par l’Institut National de la Statistique du Cameroun (INS) révèle que l’Extrême-Nord du Cameroun a connu en 2014-2015 la plus haute proportion de la population vivant en dessous du seuil de pauvreté soit « 74,3% »13. Cette région est suivie par celle du nord, elle aussi frontalière avec le Nigeria, avec un taux de « 67,9% »14. Dans sa conclusion l’étude relève que si le taux de pauvreté a baissé partout ailleurs au Cameroun au cours de l’année 2014, il est en « nette augmentation » dans l’Extrême-Nord, région camerounaise en proie aux exactions de Boko Haram.

44Fort de tout ceci, le gouvernement camerounais a lancé en 2015 un plan d’urgence pour la construction de diverses infrastructures sociales dans l’Extrême-Nord notamment des salles de classe, des cantines scolaires, des branchements électriques ou encore des forages d’eau potable. Un programme de relance du secteur agricole a également été défini. Sur le plan sécuritaire, la mobilisation d’une force multinationale mixte pour lutter contre le groupe armé fait penser à des lendemains meilleurs. Malgré tout, le terrorisme a déjà porté un sérieux coup à la vie économique et sociale et aux efforts de développement de l’Extrême-Nord en général et de Mogodé en particulier.

4. Mogodé : un îlot de paix ?

4.1. Avantage de la situation géographique ?

  • 15 Une vaste surface relativement plate parsemée de yaérés qui s’incline en pentes douces de 550 à 280 (...)

45Lorsqu’on recense les localités touchées par les attentats et les incursions de la secte Boko Haram dans la région septentrionale du Cameroun, on constate que Mogodé est exempt, et pourtant la région n’est pas éloignée des sites régulièrement frappés par la secte islamiste en terre camerounaise. Les sites attaqués par les terroristes sont à 66,45% situés sur la frontière nigéro-camerounaise (cf. figure 3). La grande majorité de ces sites (89,56%) est en zone de plaine précisément dans la plaine du Tchad15. Sur cette zone de plaine Kolofata, Fotokol, Amchidé sont devenues des villes martyres, car ouvertes au Nigéria par des routes de praticabilité permanente ce qui facilite le déplacement des milices de Boko Haram qui attaquent très souvent par surprise et dans la nuit.

46Le modèle numérique de terrain (cf. figure 4) et la présentation de la situation de la région de Mogodé (cf. figure 5) montrent très bien que les monts Mandaras où se trouvent Mogodé et sa région surplombent ces basses terres tropicales. Formés à la suite du soulèvement d’un morceau du socle lors de l’effondrement de la cuvette de la Bénoué, ils dominent avec ses 750 m d’altitude moyenne la plaine par une dénivellation de 300 à 400 mètres.

Figure 4. Modèle numérique de terrain de Mogodé et ses environs

Figure 4. Modèle numérique de terrain de Mogodé et ses environs

Source : Images STRM 30 mètres de résolution, données de terrain et Archives INC 2011

Figure 5. Situation de Mogodé dans les monts Mandaras

Figure 5. Situation de Mogodé dans les monts Mandaras

Source : Images STRM 30 mètres de résolution, données de terrain et Archives INC 2011

47Malgré les nombreux accidents de relief, plusieurs voies ont été ouvertes pour atteindre le site : la route du nord qui part de Kolofata via Mokolo et les routes du Sud qui passent par Hina ou Bourrha. Les touristes interrogés affirment «  éviter la route du Nord qui passe par la plaine du Tchad parce qu’elle traverse les villes de Maroua et de Mokolo, des zones à risque » (cf. figures 1 et 5). Les visiteurs empruntent à 95,78% de cas, la route de Bourrha bien qu’elle comporte des tronçons défectueux.

48L’avantage sur le plan orographique fait qu’en l’état actuel des choses où les attaques de Boko Haram sont souvent foudroyantes la localité reste encore épargnée. Les habitants de Mogodé disent qu’à partir des aiguilles péléennes ils ont une vue panoramique des localités voisines et même des villages du Nigéria frontalier. Ils affirment également que de leurs montagnes, hommes, femmes et enfants guettent l’arrivée des étrangers suspects ce qui permet de prendre des mesures de défense qui s’imposent. De fait, ils sont protégés de Boko Haram parce que les habitants du pays kapsiki identifient facilement les étrangers parmi eux.

49Le relief élevé du pays du pays Kapsiki joue ainsi un rôle essentiel dans la protection des habitants de Mogodé. Par le passé, les hommes ont su utiliser ce « site de montagnes » pour contrecarrer les assauts des prédateurs wandala du nord et des chasseurs d’esclaves peuls.

4.2. Organisation des comités de vigilance par la population

50Pour certains membres du comité de vigilance, « une bonne partie des agresseurs s’infiltrent dans les localités attaquées, se faisant passer pour des commerçants. Ayant réussi à s’infiltrer au sein de la population, ce groupe facilite l’entrée d’une autre vague de membres de Boko Haram dans la nuit ».

51Situé à la frontière avec le Nigéria, le poste de police de Mogodé est incapable de veiller sur la sécurité des populations de la ville et ses environs. Fort de ce constat, celles-ci ont décidé de mettre sur pied des comités de vigilance. L’idée émise dès le début des escarmouches militaires a fortement réussi compte tenu du fait que ce sont à 35,56% de cas les mêmes familles qui se retrouvent de part et d’autre de la frontière Cameroun-Nigéria. Les populations des deux villages frontaliers ont constitué dès le début des troubles des comités de vigilance. Jour comme nuit un groupe d’autodéfense formé des fils du village assure la surveillance, contrôle les entrées et veille sur la sécurité des biens et des personnes

52On dénombre 30 habitants de Mogodé pour la partie camerounaise et 30 habitants de Cubunawa pour la partie nigériane. Tous les membres de ces comités de vigilance ayant en principe la même consanguinité, il devient dès lors très difficile aux terroristes de déjouer ce dispositif. Contrairement aux contrées où on dépiste certains membres de Boko Haram infiltrés dans la population, les habitants de Mogode unis autour de leur chef font bloc pour que la ville et sa région ne puissent pas contenir des personnes de moralité douteuse.

53Conséquence, Mogodé n’a jamais été frappé par les attentats terroristes. Il se raconte même au sein de la population qu’une tentative d’infiltration de 16 membres de la secte terroriste aurait été déjouée dans la localité et que les suspects auraient été amenés nuitamment dans la partie nigériane pour être exécutés. Avec ces mesures, la population a fait de Mogodé un îlot de paix dans la partie septentrionale du Cameroun ce qui devrait sans doute favoriser le « bon fonctionnement » des activités touristiques dans la localité.

5. Influence de l’insécurité sur les activités touristiques de Mogodé

5.1. Analyse de l’attractivité touristique de 2009 à 2015

54L’interprétation correcte de la situation concrète vécue sur le terrain montre que les sites touristiques de la région de Mogodé connaissent depuis bientôt sept ans une baisse du nombre de visiteurs ainsi que l’atteste la figure 6.

Figure 6. Niveau de fréquentation des sites touristiques de Mogodé de 2009 à 2015 par rapport aux autres sites du Mayo-Tsanaga

Figure 6. Niveau de fréquentation des sites touristiques de Mogodé de 2009 à 2015 par rapport aux autres sites du Mayo-Tsanaga

Source : Rapports d’activité de la Délégation régionale du Tourisme de l’Extrême-Nord et enquêtes de terrain (2016)

55Il apparaît clairement que certains sites ont attiré bon nombre de visiteurs entre 2009 et 2011 ; parmi ces sites le village Rhumsiki est le plus fréquenté ; il attire d’une année sur l’autre des centaines de touristes et devient sur ces entrefaites le haut lieu du tourisme du pays kapsiki. À partir de 2012, le nombre d’arrivées cumulées des touristes dans les établissements d’hébergement de Mogodé commence à chuter. De 519 visiteurs enregistrés dans tous les sites en 2009, on passe à 532 en 2010 et à 880 en 2011, en 2012 ils ne sont plus que 186 pour tomber à 102 en 2014 et à 75 en 2015.

56Le premier semestre de 2013 est marqué par un semblant de reprise quand soudain les prises d’otages et les incursions de Boko Haram dans les villages viennent encore détériorer la situation sécuritaire. Cette dégradation du climat sécuritaire dans le bassin du lac Tchad amène les chancelleries occidentales à décourager leurs compatriotes à effectuer des déplacements au nord Cameroun. La chute de fréquentation des touristes français est de 95,12%, celle des touristes allemands 92,54%, etc.

57De fait le circuit touristique a beaucoup changé. Par le passé, la zone recevait beaucoup plus de touristes qui venaient visiter toute la partie septentrionale du pays. Après un séjour sur la plaine où ils admiraient les animaux dans les parcs de Waza et de BoubaDjidda, découvrant en passant la fantasia et les cases en obus sur la plaine du Tchad, ils visitaient sur les hauteurs le paysage pittoresque du pays Kapsiki.

58Aujourd’hui 75,67% de visiteurs viennent directement à Mogodé sans passer par la plaine, ceux que nous avons rencontrés sur les lieux trouvent que la région de Mogodé est un véritable eldorado touristique à découvrir et à redécouvrir : « la nature est fortement dominée par la présence des nombreux necks volcaniques ; en milieu rural, l’homme a su dominer les contraintes du milieu en construisant des cases de pierre sur les terrasses ». Mais ces dernières années, la chute du nombre de visiteurs va decrescendo ; cette baisse du flux de visiteurs impacte les activités économiques collées au tourisme.

5.2. Fonctionnement des activités socio-économiques collées au tourisme local

59Avant la montée en puissance de la menace terroriste, le tourisme faisait recette à Mogodé. Les bénéfices des principaux établissements touristiques étaient reluisants à l’image de la prospérité du tourisme. Mais depuis 2012, les recettes brutes des établissements d’hébergement de Mogodé ont fortement chuté (tableau 4).

  • 16 Sur ce tableau, les recettes de 2009 sont aussi faibles que celles de 2013. Ceci est dû au fait que (...)

Tableau 4. Évolution des recettes brutes des principaux établissements d’hébergement de Mogodé en francs CFA (2009-2015)16

Campement Rhumsiki

%

Auberge la casserole

%

Petit Paris

%

Total

%

2009

9780 000

12,41

441 000

18,86

107 700

01,15

10 328 700

11,42

2010

26 122 430

33,16

821 290

35,12

578 500

06,22

27 522 220

30,44

2011

33 160 350

42,09

177 900

07,60

707 300

07,60

34 045 550

37,65

2012

NC

-

140 590

06,01

5 571 750

59,94

5 712 340

06,31

2013

9 567 295

12,14

NC

-

2 190 950

23,57

11 758 245

13,00

2014

139 300

01,76

715 105

30,58

NC

-

854 405

09,45

2015

NC

-

42 000

01,79

139 250

01,49

181 250

02,00

Total

78 769 375

2 337 885

9 295 450

90 402 710

100

%

87,14

02,58

10,28

100

Source : Enquêtes de terrain (avril 2016)

60Les recettes cumulées des principaux établissements d’hébergement qui atteignent un pic remarquable en 2011 chutent à partir de 2012. La dégradation des infrastructures n’est qu’une partie visible de l’iceberg. En réalité, le tourisme est en crise et les effets se font de plus en plus sentir sur les conditions de vie des populations.

61À Mogodé les emplois d’un jour comme celui du guide touristique sont devenus rares. Les petits artisans, les forgerons, les tisserands et tout autre domaine d’activité qui fonctionnaient avec la fréquentation des visiteurs sont fortement touchés. Faute de clientèle, les établissements de loisirs et les structures d’hébergement ferment boutique (cf. photographie 9). Faute d’entretien et de maintenance, les infrastructures tombent en ruine les unes après les autres (cf. photographie 10).

62L’insécurité ayant entraîné une volatilité de la demande touristique et par ricochet une baisse des recettes, les promoteurs des établissements touristiques en panne de bénéfice ont licencié une partie de leurs employés, notamment les agents d’entretien. Bien souvent, d’autres employés, faute de rémunération sur plusieurs mois consécutifs, démissionnent de la structure pour se mettre à leur propre compte ou pour se reconvertir à d’autres activités (cf. photographie 11).

Photographie 9. Restaurant fermé de « Tour d’argent »

Photographie 9. Restaurant fermé de « Tour d’argent »

Source : Djabba J, avril 2015

Photographie 10. Piscine abandonnée du « Campement Rumsiki »

Photographie 10. Piscine abandonnée du « Campement Rumsiki »

Source : Djabba J, avril 2015

Photographie 11. Un employé d’hôtel reconverti en blanchisseur

Photographie 11. Un employé d’hôtel reconverti en blanchisseur

Source : Djabba J, avril 2015

63Toutes ces images démontrent comment l’activité touristique est en berne de nos jours suite à la montée fulgurante des actes d’insécurité. La paupérisation de la population est inquiétante et le nombre de réfugiés de guerre ne fait que s’accroître ce qui occasionne une pression inqualifiable sur le milieu et les ressources.

Conclusion

64La partie septentrionale du Cameroun est une grande destination touristique. Le développement de l’activité a contribué à la prospérité de la région, mais l’insécurité transfrontalière entretenue par les islamistes de Boko Haram est un mal qui paralyse le tourisme dans cette partie du territoire camerounais. L’objet de cet article a consisté à montrer que cette insécurité peut entraîner une baisse des activités touristiques sur l’ensemble de la région en prenant pour exemple la localité de Mogodé, épargnée des escarmouches des terroristes.

65L’exploitation des documents et des entretiens révèle que malgré sa situation en altitude par rapport aux sites frappés par les terroristes, l’influence de l’image que les hommes se font du sentiment d’insécurité dans la partie septentrionale du Cameroun marque grandement la perception des destinations chez les voyageurs et la ville de Mogodé n’est pas épargnée. Ces dernières années le centre touristique a vu le nombre de touristes baisser de 80,43 à 91,47% entre 2011 et 2015 ; les recettes des établissements de restauration et d’hébergement chuter de 85,65 à 92,3%. Ce mauvais fonctionnement des services et des infrastructures touristiques est dû à la présence des islamistes de Boko Haram qui sèment la terreur dans la région.

66Malgré l’opiniâtreté de ces islamistes, il convient de sauver l’économie et le social dans cette partie du territoire camerounais. Le plan d’urgence pour l’Extrême-Nord mis en place par le gouvernement constitue un début de solution à certains problèmes prioritaires des populations. Mais tout laisse croire que le développement de cette mesure gouvernementale associée à celle de la population locale ne peut constituer une solution durable si on ne trouve pas une issue définitive au problème d’insécurité dans tout le bassin du lac Tchad.

Haut de page

Bibliographie

Balencie, J.M. (2004). « Les mille et un visages du terrorisme contemporain », Questions internationales : 6-7.

Baldé, A. (2012), « Madagascar : le tourisme menacé par l’insécurité », Afrik Com, URL : <http://www.afrik.com/article27070.html>.

Bensimon, C. (2015). « Le Cameroun frappé à son tour par Boko Haram », Le monde.

Talles, O. et A. Lartigue (2010). « L’insécurité, un frein au tourisme et à l’action humanitaire », Lacroix, URL : <http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/L-insecurite-un-frein-au-tourisme-et-a-l-action-humanitaire-_NG_-2010-07-26-554809>.

Château, P. (2016). « Ces pays que les touristes fuient à cause des risques d’attentats », Le Figaro, URL : <http://www.lefigaro.fr/economie/le-scan-eco/2016/03/18/29001-20160318ARTFIG00083-ces-pays-que-les-touristes-fuient-a-cause-des-risques-dattentats.php>.

Denecé, E. et S. Meyer (2016). Tourisme et terrorisme : Des vacances de rêve aux voyages à risque, Paris, éditions-ellipses, ISBN 978-2-7298-2845-5

Durand, A.A. (2016). « Sept conséquences du terrorisme sur le tourisme mondial », Le monde, URL : <http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/07/01/sept-consequences-du-terrorisme-sur-le-tourisme-mondial_4962238_4355770.html>.

Essono, A. (2000). Le Tourisme au Cameroun : régions et pôles de développement, Yaoundé-Cameroun, les Presses offset de l’imprimerie Saint Paul (Première édition).

Frank, M. (2004). « Tourisme et terrorisme ou l’ère du voyage à risque », Téoros 23 : 5-11.

Gartner, W.C. (1993). “Image Formation Process”, Journal of Travel and Tourism Marketing 2 : 191-215.

Kantor, A. (2013). « Mémoire sur la théorie prospective », Des mondes, des vies, URL : <http://desmondes-desvies.blogspot.com/2013/09/memoire-sur-la-theorie-prospective.html>.

Koffi, F et J. Kouagou (2015). « Boko Haram fait 100 000 déplacés », L’Œil du Sahel (665), 17 septembre : 3.

Laborde, J.P. (2014). « On ne peut pas lutter contre le terrorisme avec les seules forces militaires », Le monde, URL : <http://www.lemonde.fr/international/article/2014/10/08/jean-paul-laborde-on-ne-peut-jamais-lutter-contre-le-terrorisme-seulement-avec-des-forces-militaires_4502540_3210.html>.

Lainé, J.B. (2015). « Le tourisme, premier secteur économique touché par les attentats », Radio France, URL : <http://www.francetvinfo.fr/replay-radio/le-mot-de-l-eco/le-tourisme-premier-secteur-economique-touche-par-les-attentats_1790399.html>.

Laleix, G. (2016). « Cameroun : relancer le tourisme sinistré par l’insécurité », Afrique Économie, 22 septembre 2016.

Lawali, D. et al. (2014). « Insécurité et crises politiques généralisées : Un défi pour le développement touristique dans la région du massif de l’Aïr (Niger) », Journal of Alpine Research/Revue de géographie alpine 102(1), URL : <http://rga.revues.org/2341>.

Martinez, F. (2010). « L’individu face au risque : l’apport de Kahneman et Tversky », Idées économiques et sociales, 3(161) : 15-23.

Morisset, L.K., B. Sarrasin et G. Ethier (2012). Épistémologie des études touristiques. Québec, Presses de l’Université du Québec.

Nader, S. (2009). Tourisme et terrorisme la sensibilité des voyageurs au marketing mix. Le cas de la consommation de produits balnéaires par les Montréalais, Mémoire présenté comme exigence partielle de la maîtrise en loisir, culture et tourisme, Université du Québec.

Nelly, G. (2014). Tourisme, risque et sécurité. Master tourisme et hôtellerie, Université de Toulouse II- Le Mirail, institut Supérieur du tourisme, de l’hôtellerie et de l’alimentation.

Oliver, R. (2015). « Cameroun, la terreur aux frontières, principales batailles entre Boko Haram et l’armée camerounaise », RFI, URL : <http://webdoc.rfi.fr/cameroun-boko-haram-nigeria-terreur-frontieres-jihadistes/chrono-cameroun/index.html>.

Rivo, S. (2017). « Tourisme à Madagascar : L’insécurité freine les touristes », Economie, URL : <http://www.laverite.mg/economie/item/4088-tourisme-Ã%C2%A0-madagascar-l’insécurité-freine-les-touristes.htm>.

Seignobos, C. (2011). « Le phénomène zargina dans le nord du Cameroun. Coupeurs de route et prises d’otages, la crise des sociétés pastorales mbororo », Afrique contemporaine 3(239) : 35-59.

Talles, O.L.A. (2010). « L’insécurité, un frein au tourisme et à l’action humanitaire », La Croix du 26/07/2010

Tan. V.T. (2006). « Le temps des risques. Une démarche de marketing d’une destination touristique face au nouveau contexte touristique mondial », La Revue des Sciences de Gestion 6(222) : 35-45, URL : <http://www.cairn.info/>.

Wandji, B.C. (2010). Sous-équipement urbain et insécurité dans l’arrondissement de Yaoundé 1er, Mémoire de master en géographie, septembre 2010, université de Yaoundé I, 130p.

Haut de page

Notes

1 Vaste de 776 km², la région a une population de 128 739 (données du Recensement général de la population et de l’habitat de 2005)

2 Principale ville camerounaise attaquée par Boko Haram

3 Environ 1,09 million de touristes ont visité le Kenya en 2013 contre 1,23 million en 2012. Dans le même temps, les recettes liées au secteur ont baissé de plus de 2%, passant de 786 millions d’Euros en 2012 à 769 millions d’Euros en 2013.

4 Ces personnes ressources sont : le délégué départemental du Ministère du Tourisme du Mayo-Tsanaga, le chef traditionnel de Rhoumzou, les gendarmes du poste de gendarmerie de Mogodé, le maire de la commune de Mogodé.

5 Sur les 28 touristes présents sur le site au moment de notre passage

6 La formation du Focus Group a été faite avec la complicité du chef du quartier et ses proches collaborateurs, ces derniers se chargeant de toucher les autres personnes avant la rencontre.

7 Cas des espèces pâturées par les troupeaux des éleveurs des villages voisins sans payer de redevances au village

8 Concession composée de plusieurs cases entourées de murs de pierres

9 Voir tableau des localités touchées par les attaques de Boko Haram en annexe

10 Près de 100 à 200kms en profondeur sur le territoire camerounais

11 Ce décompte n’est pas exhaustif. Depuis lors les attaques des milices de Boko Haram se sont multipliées. Ce sont beaucoup plus les opérations kamikazes qui sont observées sur le territoire camerounais.

12 Exemples des jeunes filles enlevées dans un lycée au Nigéria

13 Le seuil de pauvreté est « le niveau de revenu au-dessous duquel il est impossible de s’offrir le panier minimum de consommation » ne permet pas à l’individu d’avoir une alimentation journalière adaptée du point de vue nutritionnel et de pouvoir satisfaire ses besoins de base non alimentaires.

14 La population vivant en dessous du seuil de pauvreté est de 5,4 à Yaoundé et 4,2 à Douala la capitale économique.

15 Une vaste surface relativement plate parsemée de yaérés qui s’incline en pentes douces de 550 à 280 m des Mandaras au Logone

16 Sur ce tableau, les recettes de 2009 sont aussi faibles que celles de 2013. Ceci est dû au fait que les recettes de l’année 2009 que nous présentons ici ne couvrent pas entièrement tous les mois des années comptabilisées. Bien plus certains établissements nous ont fourni des informations partielles. C’est aussi le cas pour les recettes de l’année 2012.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Localisation de Mogodé et sa région
Crédits Source : cartes Institut National de Cartographie du Cameroun (1992) Références spatiales : Projections WGS84 UTM zone 33N
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14195/img-1.png
Fichier image/png, 342k
Titre Photographies 1 et 2. Les formes de relief du plateau kapsiki à Mogodé
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14195/img-2.png
Fichier image/png, 58k
Crédits Source : Djabba J, avril 2016
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14195/img-3.png
Fichier image/png, 43k
Titre Photographie 3. Les espèces fauniques de Bariki dans la région de Mogodé
Crédits Source : Djabba J, avril 2016
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14195/img-4.png
Fichier image/png, 52k
Titre Photographie 4. Le campement « boukarou » de Rhumsiki
Crédits Source : Djabba J, avril 2016
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14195/img-5.png
Fichier image/png, 72k
Titre Photographie 5. L’habitat de terrasses sur les flancs du mont Ziver
Crédits Source : Djabba J, avril 2016
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14195/img-6.png
Fichier image/png, 34k
Titre Photographie 6. Le sorcier aux crabes, une curiosité touristique locale
Crédits Source : Djabba J, avril 2016
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14195/img-7.png
Fichier image/png, 10k
Titre Figure 2. La perception des touristes sur les principales contraintes au développement du tourisme dans Mogodé
Crédits Source : Enquête de terrain (mai 2016).
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14195/img-8.png
Fichier image/png, 44k
Titre Figure 3. Les sites touchés par la secte Boko Haram par rapport à Mogodé (entre 2013-2016)
Crédits Source. Enquêtes de terrain (avril et octobre 2016)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14195/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Photographie 7. Une rue de Fotokol, la ville martyre le lendemain de l’attaque de Boko Haram.
Crédits Source : Pius Utomi EKPEI/AFP 28/7/2014
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14195/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Photographie 8. Un attentat-suicide attribué à Boko Haram à Kouyapé
Crédits Source : Koaci.com, 13/01/2016
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14195/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 4. Modèle numérique de terrain de Mogodé et ses environs
Crédits Source : Images STRM 30 mètres de résolution, données de terrain et Archives INC 2011
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14195/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 5. Situation de Mogodé dans les monts Mandaras
Crédits Source : Images STRM 30 mètres de résolution, données de terrain et Archives INC 2011
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14195/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 6. Niveau de fréquentation des sites touristiques de Mogodé de 2009 à 2015 par rapport aux autres sites du Mayo-Tsanaga
Crédits Source : Rapports d’activité de la Délégation régionale du Tourisme de l’Extrême-Nord et enquêtes de terrain (2016)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14195/img-14.png
Fichier image/png, 73k
Titre Photographie 9. Restaurant fermé de « Tour d’argent »
Crédits Source : Djabba J, avril 2015
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14195/img-15.png
Fichier image/png, 74k
Titre Photographie 10. Piscine abandonnée du « Campement Rumsiki »
Crédits Source : Djabba J, avril 2015
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14195/img-16.png
Fichier image/png, 63k
Titre Photographie 11. Un employé d’hôtel reconverti en blanchisseur
Crédits Source : Djabba J, avril 2015
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14195/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacqueline Djabba et Jean Noël Ngapgue, « Effets de l’onde d’insécurité sur les activités touristiques d’une région située à l’abri des attentats terroristes : Mogodé et ses environs dans l’Extrême-Nord (Cameroun) », Études caribéennes [En ligne], 2 | Novembre 2018, mis en ligne le 15 novembre 2018, consulté le 14 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/14195 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.14195

Haut de page

Auteurs

Jacqueline Djabba

Professeur d’histoire, géographie, ECM au lycée classique et moderne de Kaélé, jakydjabba@gmail.com

Jean Noël Ngapgue

Maître de Conférences en Géographe, École Normale Supérieure de Yaoundé, Université de Yaoundé I, ngapguejn@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search