Navigation – Plan du site
Dossier

La coprésence des touristes et des habitants au cœur de la résilience du tourisme urbain. Une analyse du marché de Noël des Champs Elysées à partir de données d’enquêtes et des téléphones mobiles

Marie Delaplace, Emmanuelle Gautherat et Leila Kebir
Traduction(s) :
The Copresence of Tourists and Residents as Central to the Resilience of Urban Tourism. An Analysis of the Champs Elysées Christmas Market Based on Survey and Mobile Phone Data

Résumés

Coprésents dans les destinations touristiques, touristes et habitants sont tout à la fois en conflit et complémentaires. L’objectif de cet article est de questionner cette coprésence et cette complémentarité au prisme de la résilience du tourisme urbain dans le cadre d’un évènement urbain. Nous souhaitons vérifier si la coprésence de différents types de touristes et d’habitants lors de cet évènement est un facteur de résilience de la destination. L’analyse est illustrée par une enquête réalisée sur le marché de Noël des Champs Elysées du 7 décembre au 10 janvier 2015, juste après les attentats de novembre 2015 à Paris. Ces données sont mises en perspective avec les données issues des téléphones mobiles (flux vision Orange) obtenues sur ce même marché de Noël en 2016. Si la résilience de la destination semble effective en volume, la structure de la fréquentation est cependant affectée. La sensibilité des touristes face aux attaques terroristes varie selon leur provenance. En outre la présence continue des résidents, mais également de certains touristes français sur le marché, dans la période suivant l’attentat, a permis d’absorber en partie le choc dû à la diminution forte de la fréquentation touristique étrangère, le temps que cette fréquentation se redresse. Toutefois les usages et les pratiques du marché par les résidents et les touristes sont en partie différents, questionnant alors la capacité d’adaptation de l’offre.

Haut de page

Texte intégral

Remerciement
Les auteurs tiennent à remercier le Labex Futurs Urbains d’UPE, l’UPEM, l’EIVP et le CNRS qui ont financé cette recherche ainsi que les étudiants de l’EIVP qui ont administré l’enquête en 2015 et Daniel Nguessan, stagiaire au Lab’Urba du Master SEP de l’URCA, qui a commencé à travailler sur la base de données.

Introduction

1Touristes et habitants sont parfois en conflit dans les destinations touristiques ; la mise en tourisme de ces destinations pouvant induire des conflits d’usage concernant le foncier et l’immobilier ou encore les transports. Mes touristes et habitants sont aussi complémentaires. C’est le cas en matière d’hébergement ou de restauration. Les touristes côtoient les habitants travaillant dans certains restaurants ou y prenant leur repas et les seconds hébergent parfois les premiers. De même, dans certains cas, l’évènementiel et le tourisme sportif donnent lieu à des manifestations dont bénéficient également les habitants. Par ailleurs, en contribuant à accroître la demande de biens et de services sur un territoire donné, le tourisme permet de rendre viables des activités qui ne le seraient pas ou plus difficilement sans lui.

  • 1 L’enquête de 2015 a été initiée avant ces attentats, la question de la résilience n’était donc pas (...)

2L’objectif de cet article est de montrer que la coprésence de différents types de touristes et d’habitants est un facteur de résilience des villes concernées, en tant que destination touristique. L’analyse sera illustrée par une enquête réalisée sur le marché de Noël des Champs-Élysées du 7 décembre 2015 au 10 janvier 2016, juste après les attentats de novembre 2015 à Paris. Ces données seront mises en perspective avec les données issues des téléphones mobiles (flux vision) collectées lors du marché de Noël de 20161.

3Dans une première partie nous questionnerons la résilience en nous focalisant sur le tourisme urbain, puis dans un second temps, l’analyse sera illustrée par l’enquête réalisée sur le marché de Noël des Champs-Élysées en 2015 et par l’analyse des données issues des terminaux de téléphonie mobile de la société de télécommunication Orange collectées de fin novembre à mi-janvier 2017. 

1. La résilience du Tourisme urbain : éléments de conceptualisation

4La résilience vient du mot latin resilire qui signifie rebondir ; terme qu’utilisera pour la première Francis Bacon en 1626 (Kurtz, 2014 : 1057). Depuis la résilience est convoquée dans de nombreux domaines.

1.1. La multiplicité des définitions associées à la résilience

  • 2 Traduction des auteures
  • 3 C.M. Hall (2016) http://www.academia.edu/29700035/Resilience_and_Tourism
  • 4 Traduction des auteures

5La résilience est tout d’abord apparue dans les sciences de l’ingénieur et celle des matériaux. Elle s’est ensuite développée dans le champ des sciences écologiques. Holling la définit comme « la persistance des relations au sein d’un système ; elle constitue une mesure de la capacité de ces systèmes à absorber les changements de variables d’état, de pilotage et de paramètres, tout en persistant »2 (Holling, 1973 : 17). Elle s’est ensuite élargie vers d’autres sciences et d’autres domaines conduisant à une multiplication des définitions variant en fonction des cadres disciplinaires : psychologie, mais aussi urbanisme, aménagement et plus récemment en tourisme. La résilience peut ainsi caractériser un produit, un individu, une organisation, une communauté, une destination, une région, un système, etc. Ainsi dans une analyse, réalisée en 20163, des occurrences du terme résilience dans les titres, résumés et mots-clefs de journaux académiques, C.M. Hall met en évidence le développement important et pluridisciplinaire de son usage dans de nombreux domaines (médecine, informatique, ingénierie, etc.). Elle se développe cependant plus tardivement dans les sciences sociales. Hall (2016) y identifie seulement deux occurrences avant 1960 sur les 51 identifiées à cette date toutes disciplines confondues. La résilience d’une société, d’un groupe humain sera empruntée à l’écologie et définie comme « la capacité des groupes ou des communautés à faire face à des situations de stress et des perturbations externes, tout en maintenant leurs caractéristiques fonctionnelles et leur identité » 4 (Adger, 2000, cité par Biggs, 2012 : 646).

6Cette multiplicité de domaines d’application induit des difficultés de définition. Ces difficultés sont d’autant plus grandes que la résilience est tout à la fois une capacité, un processus et un résultat. Par exemple, Boschma (2010) définit la résilience comme la capacité d’une région non seulement à s’adapter suite à des chocs, mais également à développer de nouveaux chemins de croissance. La résilience renvoie à la capacité à se renouveler suite à la survenue de risques. Résilience et stabilité sont donc différentes, dans la mesure où résilience ne signifie pas revenir à la situation initiale.

1.2. Résilience et tourisme

  • 5 Traduction des auteures

7Les associations résilience et tourisme n’émergent cependant de façon significative qu’à partir des années 2000-2004 avec 18 occurrences (cf. introduction de ce numéro spécial). Biggs et al., (2012 : 647) définissent une entreprise du tourisme résiliente comme une entreprise « capable de rester dans un état stable, en maintenant ou en augmentant ses revenus et son nombre d’employés malgré des perturbations »5.

8Par extension, nous définirons la résilience d’une destination touristique comme la capacité de cette destination à s’adapter à un choc qu’il soit externe ou interne et à continuer à attirer des touristes. La résilience touristique peut être une des composantes de la résilience d’une ville, qui peut être définie comme la capacité de cette ville de se maintenir ou de croître, et ce quelles que soient les activités qui la composent. Mais une ville peut être résiliente sans que la destination touristique le soit, en développant d’autres activités.

  • 6 Traduction des auteures
  • 7 Nous ne rentrerons pas dans les débats relatifs au fait de savoir si le terrorisme aujourd’hui a de (...)

9Dans cet article, nous proposons d’analyser une forme de choc, le terrorisme, qui peut être défini comme « la réalisation d’actes criminels, généralement violents, visant des civils ou violant les conventions de guerre lorsqu’ils visent des militaires, et ce au moins partiellement à des fins sociales, politiques ou religieuses »6 (Agnew, 2010 : 132)7. Plus précisément encore nous nous limiterons au terrorisme de masse (par opposition aux actes terroristes affectant une personne en particulier).

  • 8 Traduction des auteures

10Le terrorisme est en effet différent d’autres chocs. C’est un évènement ponctuel, mais reproductible, qui affecte possiblement toutes les destinations touristiques. En effet, les regroupements de touristes internationaux fournissent une certaine forme de camouflage aux terroristes tout en offrant de nombreuses cibles. « Les terroristes peuvent se mouvoir parmi les voyageurs et effectuer des transactions financières en devises sans éveiller les soupçons8 (Richter and Waugh, 1986) » -(Sonmez et al., 1999 : 14). Par ailleurs, lorsqu’ils affectent des touristes de différentes nationalités, les attentats commis dans les destinations touristiques bénéficient d’une publicité à une large échelle (Weimann & Winn 1994: 143, cité par Sonmez et al., 1999). Enfin les touristes peuvent être une cible en raison des valeurs et les comportements qu’ils véhiculent.

  • 9 Traduction des auteures

11Ce terrorisme a des effets sur l’image de la destination - mais aussi des destinations proches géographiquement et symboliquement, qui sont susceptibles de conduire les touristes à opter pour d’autres destinations. « Lorsque le tourisme cesse d’être agréable en raison de risques réels ou perçus, les touristes exercent leur liberté et leur pouvoir pour éviter les situations ou les destinations à risque. » 9 (Sönmez et al., 1999 : 13).

1.3. Quelle résilience pour les destinations touristiques urbaines

12Comme toute destination touristique, les villes touristiques peuvent être affectées par des risques terroristes comme en attestent les attentats récents de Berlin, Istanbul, Londres, Marrakech, New York, Nice, Paris, Tunis, etc. Les plus grandes villes le sont d’autant plus que l’objectif des terroristes est de créer de nombreuses victimes tant parmi la population que parmi les touristes. Les villes touristiques, en ce qu’elles concentrent des populations importantes sont ainsi des cibles privilégiées. La question de la capacité du tourisme urbain à se renouveler, à faire face à la survenue de tels risques pose la question de sa résilience.

  • 10 http://www.academia.edu/29700035/Resilience_and_Tourism

13Dans son analyse des occurrences du terme « résilience » dans le champ du tourisme10, Hall met en évidence qu’après le tourisme de montagne, le tourisme urbain est la forme de tourisme pour laquelle le nombre d’occurrences est le plus faible. Autrement dit, peu d’analyses existent quant à la résilience de cette forme de tourisme.

14L’hypothèse que nous souhaiterions développer est que le tourisme urbain présente des caractéristiques autorisant une certaine forme de résilience.

  • 11 Traduction des auteures

15Premièrement, le tourisme urbain s’est développé de façon significative à la fin du XXe siècle et fait l’objet d’écrits depuis la fin des années 1980 (Law, 1992). Mais il est resté longtemps assez mal défini bien que les villes soient les lieux privilégiés du tourisme. Les chercheurs se sont focalisés soit sur le tourisme, soit sur les villes, mais n’ont pas réussi à lier les deux. « Faire précéder l’adjectif urbain au terme tourisme confère à cette activité un contexte spatial, mais ne la définit pas en elle-même ni ne l’explique »11 (Ashworth, 2012 : 1). La diversité des richesses de ces dernières induit une diversité des motivations de fréquentation et par conséquent une diversité des formes de tourisme. Tout au plus peut-on avancer que le tourisme urbain est « l’ensemble des ressources et activités touristiques implantées en ville, stations mises à part, et proposées aux visiteurs extérieurs (…) à des fins de loisirs, d’affaires et autres motifs » (Vighetti, 1994). Il regroupe des activités diverses (visites de musées, de monuments, gastronomie, shopping, événementiel, etc.). « La ville n’est pas un bien de consommation classique » (Cazes et Potier, 1996 : 38). Sa consommation génère des utilités différentes selon les individus et les motifs pour lesquels ils s’y rendent.

16Deuxièmement, et excepté les villes musées, les villes ne sont que rarement dépendantes de la seule activité touristique. D’autres types d’activités s’y déploient. Ainsi, si Paris est une destination touristique importante, elle concentre également de nombreux sièges sociaux et des administrations centrales. Ainsi les villes sont des lieux de travail. Mais elles sont aussi des lieux de loisirs et de vie pour les résidents. Les destinations de tourisme urbain sont aussi des « destinations » pour les habitants de ces villes. En outre, d’autres activités ou équipements dédiés aux touristes peuvent ensuite être reconvertis en activités ou équipements à destination des habitants. Ainsi le stade de France construit pour la coupe du monde de football en 1998 a accueilli de nombreux touristes sportifs, mais il a également été converti en station balnéaire en été. De même, les Jeux olympiques qui se dérouleront à Paris en 2024 devraient être pensés en termes d’héritage laissé aux populations résidentes.

17Troisièmement ce qui caractérise le tourisme urbain, c’est par définition le fait que les touristes y côtoient des résidents de ces villes. Plus précisément ceux-ci participent souvent de la production de l’évènementiel urbain qui de surcroît, n’est pas seulement destinée aux touristes. Les évènements culturels sont ainsi un outil permettant d’attirer les touristes tout en bénéficiant aux populations locales. Festivals et autres manifestations attirent les touristes, mais également des résidents. Ces derniers sont présents même si les premiers désertent momentanément la destination.

  • 12 Par exemple, une étude réalisée sur l’observance des traitements anti-paludisme montre que le degré (...)

18Enfin, les destinations urbaines sont caractérisées par des courts séjours (Vighetti, 1994) dont la durée diminue de surcroît. Ainsi la durée des séjours en France était de 6,5 jours en moyenne en 1990 contre 8,7 pour la montagne, 9,2 pour la campagne, 9,5 pour le tourisme de circuit et 10 pour le tourisme littoral (Cazes et Potier, 1996). Elle est aujourd’hui de 3,8 jours contre 4,5 pour le rural, 6,7 pour les stations de ski, 5,3 pour la montagne hors station (DGE, 2016). Or cette durée plus faible peut réduire la perception que les touristes ont du caractère risqué de leur séjour dans une destination12.

19Ces différentes caractéristiques conféreraient au tourisme urbain une certaine forme de résilience.

2. La résilience du tourisme urbain : Le cas du marché de Noël des Champs-Élysées

2.1. Localisation et fonctionnement du marché de Noël

20Le marché de Noël des Champs-Élysées qui a été créé en 2009 est localisé sur l’avenue éponyme dans le 8e arrondissement de Paris. En 2016 comme 2015 il s’est déroulé du Rond-Point des Champs-Élysées -Marcel-Dassault (métro Franklin Roosevelt) à la place de la Concorde et ce des deux côtés (cf. figure 1).

Figure 1. Localisation et composantes du marché de Noël

Figure 1. Localisation et composantes du marché de Noël

Source : à partir de Google Earth

  • 13 http://www.lefigaro.fr/conso/2016/11/11/20010-20161111ARTFIG00009-les-marches-de-noel-les-plus-freq (...)

21Le marché des Champs-Élysées est une attraction au sein de l’attraction touristique que constituent les Champs-Élysées, elle-même au cœur de la destination parisienne. Selon les médias, cet évènement accueillerait plus de 15 millions de visiteurs13. Il n’existe cependant aucune donnée officielle permettant de confirmer ou d’infirmer ce chiffre. La mesure de la fréquentation d’un tel évènement ouvert et gratuit est en effet complexe.

22En 2015, il a eu lieu du 13 novembre 2015 au 10 janvier 2016 avec une interruption du 14 au 19 novembre suite aux attentats du vendredi 13 novembre 2015. Il a réouvert le 20 novembre. De même, initialement prévu jusqu’au 3 janvier, il a été prolongé pour compenser la semaine difficile suite aux attentats, et a ainsi fermé ses portes le 10 janvier 2016. Il était ouvert de 12 h à 1 h du matin les vendredis et samedis et de 12 h à minuit du dimanche au jeudi.

23Depuis sa création il est organisé par un entrepreneur forain, Marcel Campion, en relation étroite avec la Mairie de Paris. Depuis 2015, cette attribution se déroule selon une procédure d’appel d’offres. Le marché de Noël fait, dans ce cadre, l’objet d’une Convention d’Occupation du Domaine Public (CODP) pour deux ans et renouvelable deux fois. L’organisateur verse une redevance de 700 000 € par an à la ville de Paris. L’ouverture du marché est autorisée par une commission de sécurité qui valide les actions mises en place par l’organisateur pour répondre aux préconisations demandées par le préfet de police. Les commerces implantés sont proposés par l’organisateur et validés par la Ville de Paris.

24Comme nombre de marchés de Noël, il est composé de chalets commerçants (180 en 2015 soit 30 de plus qu’en 2014) offrant la possibilité de se restaurer, d’acheter des produits gastronomiques, artisanaux, festifs ou encore des souvenirs. Il est également doté de manèges, d’un village des associations caritatives et de diverses attractions (petit train, patinoire, forêt magique).

25En 2016 il a ouvert le 11 novembre et était initialement prévu jusqu’au 8 janvier, il s’est finalement terminé le 3 janvier 2017 au soir. En 2017 le marché de Noël des Champs-Élysées n’a pas eu lieu, la Mairie ayant dénoncé la convention avec Marcel Campion, organisateur du marché. En 2018, il ne pourra non plus se tenir.

26Paris a été frappée en 2015 par les attentats en novembre qui ont affecté de façon significative les arrivées en Île-de-France et par là, la fréquentation du marché.

2.2. Des arrivées en Île-de-France dans les hôtels en baisse pendant presque toute l’année 2016

27Les arrivées internationales dans les hôtels en Île-de-France ont diminué de près 1,38 million en 2016 alors que les arrivées françaises ne se sont rétractées que de 138 000 (cf. figure 2).

28Sur la totalité de l’année 2016, la destination Paris Île-de-France accueille presque 31 millions d’arrivées hôtelières. Elle est en baisse de 4,7 % par rapport à 2015 en raison d’une chute des clientèles internationales (-8,8 %). Sur la même période, le nombre de touristes français ne diminue que légèrement (-0,8 %).

29Alors qu’il avait cru de façon importante depuis 2011, le nombre de visiteurs internationaux dans le cadre du tourisme d’affaires a également chuté de 5,2 % en 2015 (par rapport à 2013) tandis que le nombre de visiteurs français diminuait seulement de - 3,8 % (CCIP, 2016). En revanche, il connaît de nouveau une forte croissance dès 2016 (OTCP, 2017). Selon la CCIP (2016), « l’impact économique des attentats est évalué à 62 millions d’euros, dont 48 millions d’euros pour les transports, l’hôtellerie, la restauration et les grands magasins ».

Figure 2. Les arrivées dans les hôtels en Île-de-France (en milliers)

Figure 2. Les arrivées dans les hôtels en Île-de-France (en milliers)

Source : les auteurs d’après les données de l’INSEE

30L’analyse de l’évolution mensuelle de 2014 à 2016 (cf. figure 3) montre une chute importante des arrivées fin 2015 se traduisant par une inversion de la tendance à la croissance des années précédentes, tendance qui se poursuit en 2016.

Figure 3. L’évolution des arrivées étrangères et françaises dans les hôtels par mois en Île-de-France (en milliers)

Figure 3. L’évolution des arrivées étrangères et françaises dans les hôtels par mois en Île-de-France (en milliers)

Source : les auteures à partir des données OTCP

31Ainsi en novembre 2015, le nombre d’arrivées internationales diminue de 4,9 % par rapport à novembre 2014 pour tomber à 944 000. Mais en décembre 2015, la diminution est très importante (-22,6 %) pour tomber à 904 000 arrivées contre 1 168 000 en décembre 2014 et 1 174 000 en décembre 2013. Et en janvier, les arrivées internationales continuent de diminuer puisqu’elles ne sont que de 762 000. Il faut revenir en 2010 pour trouver des chiffres aussi faibles. Il faut également attendre novembre 2016 pour que les arrivées hôtelières étrangères recommencent à croître même si en décembre on n’est pas encore revenu aux valeurs d’avant 2015.

32Quant aux arrivées françaises, si elles diminuent plus fortement en novembre (- 7,4 %) passant à 1 313 000 arrivées françaises en novembre 2015 contre 1 418 000 en 2014, la diminution est également de 7,4 % en décembre 2015. Cette décroissance se ralentit très vite et la croissance par rapport au même mois de 2015 repart dès octobre 2016. Les nuitées hôtelières notamment françaises en Île-de-France connaissent ainsi un fort rebond au dernier trimestre 2016 (INSEE, 2017). Enfin depuis novembre 2016, l’Office du Tourisme et des Congrès de Paris note une reprise de l’activité touristique revenant au niveau de 2014. Ainsi les arrivées hôtelières ont augmenté de 12,5 % en novembre-décembre 2016 comparé à la même période en 2015. C’est ainsi 581 000 arrivées de plus qu’en 2015 et 60 000 touristes en plus par rapport 2014 (OTCP, 2017).

33La destination touristique Paris - Île-de-France semble ainsi relativement résiliente à la fois à très court terme concernant les touristes français et à court terme pour les visiteurs internationaux. Qu’en est-il du marché de Noël des Champs-Élysées ?

2.3. Méthodologie d’analyse des bases de données concernant le marché de Noël

34Pour analyser la fréquentation sur le marché de noël et son évolution, deux bases de données ont été constituées : l’une est issue d’une enquête en face à face réalisée sur le Marché de noël en 2015 (BEMN) et l’autre est composée des données de la base téléphones mobiles de l’opérateur Orange en 2016 (BTM).

2.3.1. La base issue de l’enquête en face à face réalisée en 2015-2016 et ses limites

35Une première enquête a été réalisée pendant 5 semaines du 7 décembre 2015 au 10 janvier 2016 afin d’identifier les types de visiteurs présents sur ce marché (touristes français et internationaux, résidents parisiens et franciliens, excursionnistes, etc.) ainsi que leurs pratiques. L’objectif était de connaître leurs usages des lieux (achats, ballade, ambiance), la nature de leurs dépenses et, pour les touristes, le type d’hébergement et les moyens de transport choisis pour se rendre sur le marché (TGV, voiture, autocars, train, métro, etc..). Les trois premières semaines du marché de Noël n’ont donc pas été couvertes.

  • 14 Excepté les 9 et 10, 24, 25, 26 et 29 décembre et les 4 et 5 janvier.

36Les questionnaires ont été administrés à différents moments de la journée et dans une moindre mesure le soir jusque 21 h et parfois 23 h, et ce, tous les jours14, y compris le week-end. Les enquêteurs se sont positionnés à deux endroits précis, localisés sur chaque côté du marché (cf. figure 1). Les personnes ont été enquêtées de façon aléatoire sans critère d’âge, de sexe, de catégorie sociale, ni de nationalité. L’administration de l’enquête durait approximativement 5 min par personne interrogée, une fois le questionnaire renseigné, toute personne passant devant l’enquêteur était interrogée. 800 questionnaires ont ainsi été collectés dans la base d’enquête du marché de Noël (BEMN).

37Comme c’est le cas de toutes les enquêtes en face à face, la base BEMN sous-estime vraisemblablement les visiteurs internationaux. En effet, ces derniers et notamment les Asiatiques, dans un contexte difficile à Paris, sont peu enclins à répondre à un questionnaire. Ainsi, le nombre de visiteurs internationaux est sans doute plus important.

38En outre, des entretiens ont également été conduits avec des commerçants et l’organisateur du marché.

2.3.2. La base issue des données « flux vision » issues des connexions de téléphones mobiles d’Orange et ses limites

39En 2016-2017, nous avons recueilli les données « flux vision » (Base terminale mobile [Btm]) qui permettent d’obtenir le nombre de visiteurs uniques sur 1 jour, 2 jours, etc.. La période couverte étant la période du 20 novembre jusqu’au 15 janvier. Ces données ont été recueillies sur des zones préalablement définies (cf. figure 4) avec de gauche à droite l’Arc de triomphe (violet), l’avenue Georges 5 (rose), le Grand Palais (pourpre) et la Concorde (orange) sur les bornes orange puis estimées tous opérateurs confondus (y compris en roaming pour les opérateurs internationaux), compte tenu de la part de marché de l’opérateur orange.

40Nous avons restreint l’étude des données de la Btm sur la zone d’implantation du marché de Noël, i.e. la zone du Grand Palais en pourpre (la deuxième en partant de la droite).

  • 15 Il s’agit de lieux de culture comme le Grand Palais bien sûr, mais encore le Palais de la découvert (...)

41Mais, cette zone déborde encore largement celle du seul marché de Noël et englobe des lieux très fréquentés en eux-mêmes,15 et ce sans rapport a priori avec le marché de Noël. Ainsi, un grand nombre des bâtiments le long des axes principaux (Avenue des Champs-Élysées, Avenue Montaigne, Avenue de Marigny) sont occupés par des bureaux. Le reste des immeubles des rues adjacentes est principalement occupé par des ménages et des hôtels. Par conséquent, les téléphones mobiles se connectant à l’antenne de la zone du grand Palais sont comptabilisés dans la base Btm sans que l’on soit sûr que les personnes concernées soient venues sur le marché de Noël. Ce bruit de fond est plus ou moins marqué selon les jours de la semaine, et ce, de manière différenciée selon la catégorie de visiteur. Il a donc été impossible de le retirer.

Figure 4. Les zones couvertes par Flux vision orange

Figure 4. Les zones couvertes par Flux vision orange

42Par ailleurs les données Btm identifient les visiteurs selon les renseignements fournis par le payeur de l’abonnement. Est donc exclu l’ensemble des abonnements professionnels. En outre, aucun jeune de moins de 18 ans ne peut être identifié. Les données de cette base sous-estiment donc cette tranche d’âge ; en corollaire les payeurs des abonnements des plus jeunes (parents de la tranche d’âge des 35 – 60 ans) sont sur représentés. C’est le cas également des jeunes gens (majeurs, mais encore jeunes comme par exemple les étudiants) qui massivement peuvent avoir leur forfait téléphonique pris en charge par leurs parents. La sous-représentation des jeunes est donc aussi valable pour les jeunes majeurs et la surreprésentation de leurs parents aussi. À l’inverse, les individus utilisant leur téléphone mobile professionnel seulement ne seront pas perçus dans l’enquête Btm. On peut supposer que ces personnes sont concentrées sur la population active de plus de 30 ans. Cette tranche d’âge est donc sous-représentée dans l’enquête Btm. Cependant, nous pouvons considérer d’une part que la plupart des individus avec téléphone professionnel ont également un téléphone personnel et que d’autre part le nombre de personnes pour qui ce n’est pas le cas est faible. On suppose également négligeables les personnes avec plusieurs téléphones mobiles avec forfait individuel.

43Pour résumer, 1/ les mineurs sont exclus de l’enquête Btm et 2/ les jeunes majeurs sont sous-estimés dans cette enquête ; les parents de ces deux catégories sont eux surreprésentés ; 2/ les biais dus à l’absence du recueil des données des téléphones mobiles professionnels sont négligés.

2.4. Les principaux résultats

  • 16 En 2015 aucun comptage systématique n’a été fait, interdisant de fait toute comparaison.

44Les données flux vision d’Orange collectées en 201616 permettent d’estimer la fréquentation du marché, et ce de deux façons.

2.4.1. La fréquentation totale

  • 17 Les données étant disponibles au maximum sur un mois, nous avons dû reconstituer deux sous-périodes (...)

45Premièrement il est possible de calculer le nombre total de visiteurs uniques sur l’ensemble de la période sur la zone. Un visiteur ne sera compté qu’une fois si son téléphone mobile se connecte plusieurs fois durant la même période. Les données fluxvision permettent en effet de fournir un total de visiteurs uniques sur les 15 jours ou 1 mois précédant une date donnée. Nous avons reconstitué l’ensemble de la période, mais en deux sous-périodes. Au total,  on estime au plus à 3 024 066 le nombre de personnes s’étant rendu au moins une fois sur la zone du marché de Noël 2016-2017, dont 625 872 Parisiens, 1 122 201 Franciliens hors Paris, 601 777 touristes et excursionnistes français hors Île-de-France et 674 223 touristes et excursionnistes internationaux. Ce chiffre est surévalué dans la mesure où toutes les personnes présentes sur la zone sont comptabilisées y compris les travailleurs et les habitants et les personnes venues faire du shopping, et certaines le sont deux fois.17 En revanche, il est minoré par l’impossibilité de prendre en compte les personnes n’ayant pas de téléphone portable ou uniquement un téléphone professionnel.

46Deuxièmement, il est possible de comptabiliser les personnes présentes sur la zone chaque jour. Les données ont été collectées sur la période du dimanche 20 novembre au 3 janvier. Pour évaluer les présents du 11 novembre au 20 novembre, nous avons utilisé les données journalières du dimanche 27 novembre au samedi 3 décembre (une période relativement identique), et ce pour les trois catégories de visiteurs (résidents parisiens, touristes français et touristes internationaux). Cette projection indique un total de 6 399 693 résidents sur l’ensemble du marché, 12 695 708 touristes français et 7 001 626 de touristes internationaux, soit un total de 26 097 027 présents.

47Ce chiffre est une limite haute puisqu’il prend en considération tous les présents par jour. Une personne peut être comptée plusieurs fois si son téléphone se connecte plusieurs jours de suite à la borne Orange dans la zone.

48Ainsi les deux estimations aboutissent à des résultats extrêmement différents et également différents de la fréquentation qui est communiquée officiellement (15 millions).

49Qu’en est-il à présent des types de présents ?

2.4.2. L’évolution des types de présents entre le marché de Noël 2015-2016 et celui de2016-2017

50L’analyse des deux bases qui sont de nature différente comporte des biais qui ont exigé un calage temporel ainsi qu’une redéfinition des catégories de visiteurs.

2.4.2.1. Le calage temporel

  • 18 Nous aurions dû arrêter les données dans la base btm le mardi 5 janvier 2016, mais comme il n’y a p (...)

51Afin de rendre comparable les périodes relatives aux deux bases, nous avons restreint le début de l’étude des données de la base téléphones mobiles (Btm) au lundi 5 décembre 2017. Par ailleurs, le marché ayant été fermé le mardi 3 janvier 2017, nous avons restreint les données issues de la base de l’enquête Marché de Noël (Bemn) de 2015-2016 à la période du lundi 7 décembre 2015 au mercredi 6 janvier18. Nous disposons donc de données sur une période de 4 semaines et demie. Cette restriction permet de faire abstraction d’un éventuel effet « ouverture » et « fermeture » du marché.

2.4.2.2. Le reclassement des visiteurs

  • 19 Une personne passe la nuit dans une zone lorsqu’elle est présente dans cette zone entre 00H et 06H (...)
  • 20 Mais ce n’est pas toujours le cas. Certaines données n’ont donc pu être re-codifiées, mais elles n’ (...)

52Les deux sources de données utilisent parfois le même vocabulaire pour désigner des visiteurs de nature différente. En particulier, les distinctions en termes de résident, excursionniste et touriste ne coïncident pas toujours. Les bases Btm considèrent comme résidents les visiteurs dont l’adresse de facturation est « Paris ». Ceux donc l’adresse de facturation est française et différente de Paris sont considérés comme des touristes français s’ils passent une nuit avant ou après la date de présence analysée ; comme des excursionnistes s’ils ne restent à Paris ni la nuit d’avant et ni la nuit suivante19. Lorsque l’adresse de facturation est hors de France, il s’agit de touristes (s’ils passent au moins une nuit) ou d’excursionnistes internationaux. Cette définition adoptée pour les résidents pose problème puisque les personnes résidant en Île-de-France et travaillant chaque jour à Paris sont considérées comme des excursionnistes français. Sur certains fichiers fournis par l’opérateur, les départements de facturation sont connus. Il est donc possible de redéfinir ces dénominations en étendant la notion de résident aux individus dont l’adresse de facturation est en Île-de-France20.

53Ces précisions posées, plusieurs résultats peuvent néanmoins être dégagés de l’analyse des deux bases.

2.4.2.3. Une présence relative plus importante en 2015 des Franciliens, des Parisiens et des touristes français

54Situé sur les Champs-Élysées, ce marché nous semblait attirer davantage les touristes, ce n’est pas le cas. L’enquête en face à face (Bemn) a permis de révéler une présence importante des résidents, dans un contexte certes difficile et inattendu de la période post-attentat de novembre 2015 (497 soit 69,3 % des visiteurs, dont 30,4 % résidant à Paris et 38,9 % résidant en Île-de-France) contre 7,6 % de touristes et d’excursionnistes internationaux (respectivement 52 et 2) et 23,2 % de touristes et d’excursionnistes français (respectivement 126 et 40) (cf. figure 5).

Figure 5. Les différents types de présents sur le marché (en %)

Figure 5. Les différents types de présents sur le marché (en %)
  • 21 Verbatim d’un commerçant sur le marché.

55Les entretiens réalisés révèlent également que selon des commerçants, en 2015 « Il y a vraiment eu une baisse de fréquentation au niveau touristique et… pourtant ce qui est bizarre, c’est que ça a baissé en fréquentation touristique et je pense qu’il y a eu plus de français »21.

56Selon un autre forain restaurateur, habituellement la proportion est de 40 % d’internationaux, quelle que soit la période du marché (journée-WE). Mais cette année, ils sont moins nombreux (20 % d’internationaux). Il indique qu’il a perdu 40 % de son chiffre d’affaires - moins de clients et surtout plus de visiteurs locaux qui ont la possibilité de manger chez eux avant ou après. Enfin, selon l’organisateur, « Alors, on a eu une baisse de touristes internationaux. On avait des touristes français, mais on a eu 25 % de touristes en moins par rapport aux années antérieures ».

57En revanche, les données issues de la base BTM en 2016-2017, sur une période équivalente montre que les résidents à Paris représentent 23,69 % des personnes ayant fréquenté la zone couverte par l’antenne du grand Palais, les résidents en Île-de-France hors Paris, 34,2 % soit un total de 57,9 % soit un pourcentage inférieur à celui de 2015-2016. Les touristes et les excursionnistes internationaux représentent respectivement 17,36 % et 7,46 % de cette population, soit un % beaucoup plus important que celui de 2015 (7,6 %). Les excursionnistes français et les touristes français représentent quant à eux respectivement 4,88 % et 11,81 %, soit un pourcentage plus faible que celui de 2015-2016 (23,2 %).

  • 22 N’ayant pas réalisé une comptabilisation du nombre de personnes présentes sur le marché, nous ne po (...)

58Ainsi en 2015, juste après les attentats, on a une surreprésentation relative des résidents et des habitants en Île-de-France ainsi que des touristes français22. En 2016, en revanche les touristes et excursionnistes internationaux sont revenus tandis que les touristes français et dans une moindre mesure les résidents et les habitants en Île-de-France sont relativement moins présents (en %). Ainsi la présence des résidents, des Franciliens et des touristes français semble attester d’une certaine forme de résilience du marché de Noël après les attentats. Leur présence sur ce marché a en partie compensé l’absence relative des touristes et excursionnistes internationaux.

59L’analyse par département d’Ile-de-France montre qu’en 2015 les départements les plus représentés sont les Hauts-de-Seine, l’Essonne et la Seine Saint-Denis alors qu’en 2016, si les habitants des Hauts-de-Seine sont toujours les plus nombreux, en revanche ceux de l’Essonne sont nettement moins représentés avec ensuite, par ordre décroissant, les départements de Seine-Saint-Denis, du Val-de-Marne puis des Yvelines. Le mode de recueil des données en 2016 qui ne permet pas de distinguer les individus connectés à l’antenne, mais présents pour le travail l’explique sans doute.

60Par ailleurs, si l’on raisonne en termes de région, des écarts notables apparaissent notamment concernant la Basse-Normandie, la Bretagne et Midi-Pyrénées dont les résidents étaient très représentés en 2015, mais moins en 2016 (figure 6). La présence relative des touristes de ces régions est ainsi plus importante en 2015. La région de provenance des touristes affecterait ainsi la résilience à très court terme de Paris face à des attentats terroristes.

Figure 6. Les touristes et les excursionnistes français par région (en %)

Figure 6. Les touristes et les excursionnistes français par région (en %)

61Par ailleurs, l’analyse du tourisme et de l’excursionnisme international met en évidence des évolutions très différentes laissant penser que la résilience de la destination varierait selon la provenance des visiteurs. Ainsi les enquêtes en face à face montrent une très forte présence de visiteurs provenant de Belgique, du Royaume-Uni et d’Allemagne tandis que les données issues des terminaux mobiles soulignent une plus forte de visiteurs provenant d’Italie, des États-Unis et des Pays-Bas (cf. figure 7).

  • 23 Et ce n’est pas lié à une restriction des visas accordés aux personnes de nationalité algérienne pu (...)

62Des pays comme la Belgique, l’Algérie23, la Suisse, le Royaume-Uni, le Luxembourg et dans une moindre mesure l’Allemagne, l’Espagne, l’Australie, l’Autriche, la Grèce et les Émirats arabes unis voient diminuer leur présence relative sur le marché en 2016 tandis que des pays comme l’Italie, les Pays-Bas, les pays asiatiques, mais aussi les États-Unis sont caractérisés par une présence relative accrue en 2016. Ainsi on peut faire l’hypothèse que les visiteurs de certains pays seraient moins enclins à très court terme à venir dans les pays dans lesquels viennent de se dérouler des actes de terrorisme, mais y viennent cependant assez rapidement. Des touristes venant d’autres pays en revanche tiendraient à venir quand même après des évènements terroristes.

Figure 7. Les touristes et les excursionnistes internationaux par pays (en %)

Figure 7. Les touristes et les excursionnistes internationaux par pays (en %)

63Ainsi touristes français et internationaux présenteraient des comportements différenciés en fonction de leur origine régionale et nationale face à des évènements terroristes. Les analyses conduites ne permettent cependant pas de l’expliquer, mais la solidarité vis-à-vis des résidents des villes affectées par ces évènements est une hypothèse envisageable.

64Si les biais associés à l’enquête en face à face peuvent en partie expliquer la surreprésentation notamment des touristes belges (qui sont nombreux à parler français), les données collectées par l’OTCP quant aux arrivées internationales dans les hôtels à l’échelle de l’Île-de-France montrent également des formes de résilience différenciées (cf. figure 8). Les touristes belges en particulier semblent présents de façon quasi équivalente en 2015 et 2016.

Figure 8. Les arrivées internationales hôtelières en Île-de-France par pays (en milliers)

Figure 8. Les arrivées internationales hôtelières en Île-de-France par pays (en milliers)

65L’analyse de la figure 8 montre très clairement que les arrivées internationales dans les hôtels de l’agglomération parisienne varient de façon sensible d’une année sur l’autre, et ce de façon différenciée selon les pays.

66En 2016 et par rapport à 2015, les plus fortes diminutions concernent les visiteurs italiens, russes, japonais et australiens, les Italiens semblent être plus représentés en 2016 sur le marché de Noël qu’ils ne l’étaient en 2015 (cf. figure 7). À l’inverse, le nombre de visiteurs provenant du Moyen-Orient et d’Afrique a montré une diminution moins importante que la diminution globale voire une croissance.

67Toutefois, la présence n’est pas le seul élément à prendre en considération pour évaluer la résilience d’une destination.

2.4.2.4. L’impact sur les dépenses de la résilience différenciée selon la provenance des visiteurs

68Les fluctuations observées de la provenance des visiteurs ne sont pas neutres du point de vue des dépenses effectuées sur le marché. En effet, les budgets de dépenses des uns et des autres ne sont pas identiques (cf. figure 9). Dans l’ensemble, les dépenses prévues des touristes sont plus importantes que celles des résidents parisiens et franciliens.

Figure 9. La répartition des budgets prévus par types de visiteurs

Figure 9. La répartition des budgets prévus par types de visiteurs

Source : les auteurs à partir de la base de données (BEMN)

6920 % des résidents envisagent de ne rien dépenser et 35 % envisagent des dépenses comprises entre 0 et 20 euros tandis que 30 % des touristes français et 34 % des touristes internationaux envisagent des dépenses comprises entre 21 et 50 euros et respectivement 21 % et 24 % des dépenses comprises entre 51 et 100 euros. Enfin seuls quelques touristes français et internationaux envisagent des dépenses supérieures à 200 euros.

70Ainsi si la destination attire des résidents et des touristes français, la question est alors d’identifier si des résidents plus nombreux avec des dépenses plus faibles représentent autant de dépenses que des touristes internationaux moins nombreux avec des budgets anticipés plus importants…

71De surcroît, le type de dépenses effectuées par les uns et les autres est également différencié.

72Si environ 50 % des résidents et des différents types de touristes dépensent tout d’abord dans la restauration (cf. figure 10), un pourcentage plus important de touristes et excursionnistes internationaux (respectivement 29,7 % et 100 %) et français (respectivement 33,6 % et 34,9 %) dépense dans l’artisanat, les souvenirs et les achats de produits régionaux tandis que les résidents ne sont que 13,10 % à dépenser dans l’artisanat et 9,4 % dans les souvenirs. Ainsi, la résilience du marché de Noël est également vraisemblablement dépendante de la capacité des exposants à faire face à une dégradation de la demande qui les concerne.

73Si les chalets consacrés à la restauration semblent moins souffrir d’une baisse de la fréquentation internationale, ce n’est pas le cas des chalets consacrés à la vente de produits d’artisanat, de souvenirs et les achats de produits alimentaires.

Figure 10. La répartition des visiteurs selon le type de dépenses prévu (distinction résidents/ non-résidents)

Figure 10. La répartition des visiteurs selon le type de dépenses prévu (distinction résidents/ non-résidents)

Source les auteurs à partir de la base de données (BEMN)

74Ainsi résidents et touristes ont des comportements en partie similaires et en partie différenciés sur le marché de Noël qui doivent aussi être pris en compte dans l’analyse de la résilience de la destination.

Conclusion

  • 24 Traduction des auteures

75Dans cet article nous avons questionné la capacité de résilience du tourisme urbain face à des évènements terroristes en analysant les présences relatives des touristes et des résidents sur le marché de Noël des Champs-Élysées. Ainsi si Liu et Pratt (2017) dans un article paru dans Tourism Management indiquent que globalement « il n’y a pas d’effet à long terme du terrorisme sur le tourisme international ; l’effet du terrorisme à court terme sur le tourisme international est assez faible (...) le tourisme international est résilient face au terrorisme »24 nos premiers résultats tendent à montrer que si cette résilience semble effective en termes du flux touristique entrant dans la destination, elle n’est cependant pas sans effets sur la structure de la fréquentation et ce notamment pour des raisons de pratiques et d’usage. En effet, l’analyse du cas parisien met en évidence que la sensibilité des touristes face au risque terroriste varie selon leur provenance. Ainsi la structure de la demande après l’évènement est différente, ce qui peut avoir un effet sur l’offre (évolution des formes d’accueil, usages et pratiques, etc.). Cette résilience repose sur la complémentarité des usages résidents/touristes. En effet, la présence continue des résidents, mais également de certains touristes français sur le marché, dans la période suivant l’attentat, permet d’absorber en partie le choc dû à la diminution forte de la fréquentation touristique étrangère, le temps que cette fréquentation se redresse. Cependant, les usages et les pratiques du marché par les résidents et les touristes peuvent être différents, notamment en termes de dépenses (préférence pour certains stands et montants dépensés globalement moins élevés), ce qui provoque une onde-choc au détriment de certains segments de l’offre. 

76Pour conclure, la recherche effectuée met en évidence la nécessité de prendre en compte dans l’analyse de la résilience des espaces touristiques, les usages des lieux et notamment les effets de complémentarité entre résidents et touristes. Elle invite également à considérer les pratiques différenciées des touristes selon leur provenance et leur sensibilité face au risque terroriste.

Haut de page

Bibliographie

Agnew, R. (2010). “A general strain theory of terrorism”, Theoretical Criminology 14(2): 131-153.

Ashworth, G. J. (2012). Do we Understand Urban Tourism?, Journal of Tourism & Hospitality (1):4

Biggs, D., C.M. Hall & N. Stoeckl (2012). The resilience of formal and informal tourism enterprises to disasters: reef tourism in Phuket, Thailand”, Journal of Sustainable Tourism, 20(5): 645–665.

Boschma, R. (2015). Towards an evolutionary perspective on regional resilience, Regional Studies 49(5): 733–751.

Cazes G. et F. Potier (1996). Le tourisme urbain, PUF, Que sais-je ?

CCI (2016). Tourisme D’affaires (rencontres et évènements d’affaires à Paris Île-De-France), Édition 2016.

Dambry, M. (2009). Étude qualitative de repérage de critères de non-observance de la chimioprophylaxie antipaludique, Thèse de doctorat en médecine, Université Paris VII Denis Diderot.

DGE (2016). « Le tourisme des Français en 2015 : les destinations françaises et l’hébergement marchand résistent », Études économiques 57.

Hall, M.C., S. Malinen, R. Vosslamber & R. Wordsworth (2016). Business and Post-disaster Management: Business, Organisational and Consumer Resilience and the Christchurch Earthquakes, Routledge.

Holling, C. S. (1973). “Resilience and stability of ecological systems, Annual Review of Ecology and Systematics (4): 1–23.

INSEE (2017). Informations rapides, 07 février, 35.

Kurtz, J-P. (2014). Dictionnaire étymologique des Anglicismes et des Américanismes, Volume 3, 508 pages.

Law, C. M. (1992). “Urban Tourism and its Contribution to Economic Regeneration”, Urban Studies 29(3–4): 599–618.

Liu, A. & S. Pratt (2017). “Tourism’s vulnerability and resilience to terrorism, Tourism Management, 60, 404-417.

OTCP (2017). Bilan de l’année touristique (2016), Paris.

Sönmez, S., Y. Apostolopoulos & P. Tarlow (1999). “Tourism in Crisis: Managing the Effects of Terrorism, Journal of Travel Research, 38, August, 13–18

Spencer, A., 2006, “Questioning the Concept of New Terrorism”, Peace Conflict & Development, Issue 8, January

Vighetti JB., 1994, « Qu’est-ce que le tourisme urbain ? », Cahier Espaces, Espaces tourisme & loisirs, 39, 31-35.

Haut de page

Notes

1 L’enquête de 2015 a été initiée avant ces attentats, la question de la résilience n’était donc pas dans nos problématiques initiales.

2 Traduction des auteures

3 C.M. Hall (2016) http://www.academia.edu/29700035/Resilience_and_Tourism

4 Traduction des auteures

5 Traduction des auteures

6 Traduction des auteures

7 Nous ne rentrerons pas dans les débats relatifs au fait de savoir si le terrorisme aujourd’hui a des formes spécifiques qui conduisent à l’appeler « nouveau terrorisme » ou pas (cf. Spencer, 2004).

8 Traduction des auteures

9 Traduction des auteures

10 http://www.academia.edu/29700035/Resilience_and_Tourism

11 Traduction des auteures

12 Par exemple, une étude réalisée sur l’observance des traitements anti-paludisme montre que le degré d’observance (i.e. le degré d’application des prescriptions médicales par un patient) est inversement corrélé à la durée du séjour (Dambry, 2009).

13 http://www.lefigaro.fr/conso/2016/11/11/20010-20161111ARTFIG00009-les-marches-de-noel-les-plus-frequentes-de-france.php.

14 Excepté les 9 et 10, 24, 25, 26 et 29 décembre et les 4 et 5 janvier.

15 Il s’agit de lieux de culture comme le Grand Palais bien sûr, mais encore le Palais de la découverte, le Petit Palais, Le Théâtre de la Ville –Espace Pierre Cardin, Le théâtre Marigny, le théâtre du rond-point etc. ; des espaces professionnels de médias - Studio Gabriel, RTL - ; de lieux de restauration de luxe ou haut de gamme essentiellement - Pavillon Ledoyen-Yannick Alléno, le studio Gabriel, restaurant Laurent, restaurant Lasserre, Le Clarence, etc. ; de lieux d’hébergements, également haut de gamme – Hôtel d’Argenson, La réserve Hôtel & Spa Paris, etc. - ; de lieux de vente de vêtements de luxe prêt à porter, de haut de gamme ou de marque populaire très demandée – Zadig & Voltaire, Adidas, Gucci, Elie Saab, ST Dupont, Dolce & Gabana, Loewe, Marni, Céline, Chanel, Dior, Versace etc. – ; de lieux familiaux avec le jardin du petit palais et celui des Champs-Élysées et son théâtre de guignol toujours très fréquenté.

16 En 2015 aucun comptage systématique n’a été fait, interdisant de fait toute comparaison.

17 Les données étant disponibles au maximum sur un mois, nous avons dû reconstituer deux sous-périodes, ce qui peut conduire à une double comptabilisation en particulier des résidents.

18 Nous aurions dû arrêter les données dans la base btm le mardi 5 janvier 2016, mais comme il n’y a pas eu d’enquête menée le 4 et 5 janvier, nous avons prolongé jusqu’au 6 janvier pour avoir des périodes comparables en termes de structure. En effet les effets temporels (rythme de la semaine et des heures de la journée sont tels qu’il est apparu pertinent de faire coïncider le nombre de semaine et les jours de celles-ci).

19 Une personne passe la nuit dans une zone lorsqu’elle est présente dans cette zone entre 00H et 06H et qu’elle n’a pas été présente durant cette même période dans une autre zone.

20 Mais ce n’est pas toujours le cas. Certaines données n’ont donc pu être re-codifiées, mais elles n’ont pas été mobilisées ici.

21 Verbatim d’un commerçant sur le marché.

22 N’ayant pas réalisé une comptabilisation du nombre de personnes présentes sur le marché, nous ne pouvons fournir des données brutes pour 2015 et les comparer avec celles de 2016.

23 Et ce n’est pas lié à une restriction des visas accordés aux personnes de nationalité algérienne puisque ceux-ci ont augmenté, passant de 364 000 en 2015 à 410 000 en 2016 (Ambassade de France en Algérie).

24 Traduction des auteures

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Localisation et composantes du marché de Noël
Crédits Source : à partir de Google Earth
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14301/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 2. Les arrivées dans les hôtels en Île-de-France (en milliers)
Crédits Source : les auteurs d’après les données de l’INSEE
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14301/img-2.png
Fichier image/png, 18k
Titre Figure 3. L’évolution des arrivées étrangères et françaises dans les hôtels par mois en Île-de-France (en milliers)
Crédits Source : les auteures à partir des données OTCP
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14301/img-3.png
Fichier image/png, 30k
Titre Figure 4. Les zones couvertes par Flux vision orange
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14301/img-4.png
Fichier image/png, 635k
Titre Figure 5. Les différents types de présents sur le marché (en %)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14301/img-5.png
Fichier image/png, 10k
Titre Figure 6. Les touristes et les excursionnistes français par région (en %)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14301/img-6.png
Fichier image/png, 30k
Titre Figure 7. Les touristes et les excursionnistes internationaux par pays (en %)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14301/img-7.png
Fichier image/png, 21k
Titre Figure 8. Les arrivées internationales hôtelières en Île-de-France par pays (en milliers)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14301/img-8.png
Fichier image/png, 20k
Titre Figure 9. La répartition des budgets prévus par types de visiteurs
Crédits Source : les auteurs à partir de la base de données (BEMN)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14301/img-9.png
Fichier image/png, 39k
Titre Figure 10. La répartition des visiteurs selon le type de dépenses prévu (distinction résidents/ non-résidents)
Crédits Source les auteurs à partir de la base de données (BEMN)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14301/img-10.png
Fichier image/png, 16k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Delaplace, Emmanuelle Gautherat et Leila Kebir, « La coprésence des touristes et des habitants au cœur de la résilience du tourisme urbain. Une analyse du marché de Noël des Champs Elysées à partir de données d’enquêtes et des téléphones mobiles », Études caribéennes [En ligne], 2 | Novembre 2018, mis en ligne le 15 novembre 2018, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/14301 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.14301

Haut de page

Auteurs

Marie Delaplace

Université de Paris Est Marne-la-Vallée, Lab’Urba – EUP, marie.delaplace@u-pem.fr

Articles du même auteur

Emmanuelle Gautherat

Regards, Université de Reims Champagne-Ardenne, emmanuelle.gautherat@gmail.com

Leila Kebir

EIVP, Lab’Urba, leila.kebir@unil.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals