Navigation – Plan du site
Dossier

La résilience territoriale comme facteur d’émergence d’une destination touristique durable. Cas du barrage de Taksebt (Tizi-Ouzou, Algérie)

Territorial resilience as a factor in the emergence of a sustainable Tourist Destination. Case of the Taksebt Dam (Tizi-Ouzou, Algeria)
Amina Smadi et Bélaid Abrika

Résumés

L’article s’intéresse à la construction d’un processus apte à valoriser une destination touristique dans un contexte d’un développement durable local. Il relève les pratiques néfastes des visiteurs tout en proposant des alternatives les atténuant et capables de produire des déclics sur l’image promotionnelle du barrage Taksebt de la région de Tizi-Ouzou. Il met en avant l’opportunité des résiliences des acteurs locaux dans la transformation de ce territoire en une destination touristique attractive. La question de la patrimonialisation de ce site dans une logique d’un développement touristique durable soulève les mesures de protection à adopter dans le cadre des projets de mise en tourisme. En conclusion, l’élaboration du diagnostic territorial du cas d’étude à partir de nos observations et de nos enquêtes auprès de multiples acteurs envisage la gouvernance par l’intercommunalité comme facteur d’émergence d’une nouvelle destination touristique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La création d’une nouvelle destination touristique ne peut se faire sans une combinaison harmonieuse entre plusieurs facteurs naturels, économiques, culturels et historiques. Une destination touristique est un produit global qui représente un système complexe impliquant les différents acteurs d’un territoire (résidents). Ce système d’acteurs fonctionne avec une certaine interdépendance entre ses différentes composantes. Pour transformer un territoire en une destination touristique, le diagnostic territorial révélant ses potentialités est nécessaire afin de le rendre attractif. L’attractivité touristique intègre essentiellement trois ressources : économique, patrimoniale et humaine. Les acteurs d’un territoire peuvent agir distinctement sur ces différentes composantes pour créer et développer son attractivité.

2Le retour à la nature, la ruralité, le tourisme solidaire, la proximité des territoires constituent les nouvelles formes des attentes des touristes face à la saturation de certaines destinations et à la dégradation d’autres. La question de sa pérennité dans l’optique de la préservation de l’environnement se pose avec acuité. Le paysage, ressource touristique, prisé par les touristes, est un espace territorial d’échange et de convivialité à travers l’image de la destination véhiculée par la promotion touristique (Devanne et Fortin, 2011).

3Nous visons dans notre cas d’étude une approche par la résilience, favorisant l’émergence d’une nouvelle destination touristique, à travers trois dimensions : institutionnelle et non institutionnelle de la société civile ; sociale (résidents/population : acteurs et/ou bénéficiaires) ; et territoriale (potentialité et durabilité). Cette multiplicité d’acteurs concernés par la construction d’une destination touristique renvoie à une coordination, sous forme d’intercommunalité, qui permet de développer cette résilience territoriale. Cette dernière est considérée par l’intercommunalité comme outil de gouvernance communautaire impliquant tous les acteurs par leur participation dans la réduction de la vulnérabilité dont souffre cet ouvrage d’art. Les dynamiques porteuses de projets touristiques requièrent l’établissement d’un diagnostic et d’une « étude de l’impact environnemental et social du projet, de son potentiel économique en faveur des habitants, notamment en matière de création d’emploi, et de bénéfices prévus en termes de santé et d’éducation » (Leroux et Pupion, 2014 : 72). La complexifié de l’utilisation des ressources naturelles apparaît lors de leurs affectations et du choix des objectifs marchands et non marchands. À cet effet, notre recherche aborde les questions inhérentes aux politiques à mettre en place, aux aménagements possibles et aux types d’activités à développer, en exploitant rationnellement le barrage.

4Le cadrage théorique a nécessité la mobilisation d’une multitude de concepts : résilience territoriale, durabilité, mise en tourisme d’une destination et intercommunalité. Après un prologue sur cet ouvrage d’art, l’approche empirique est articulée sur deux axes. Dans un premier temps, il est question d’élaborer un diagnostic territorial notamment en matière de gouvernance, en faisant un état des lieux, en relevant particulièrement l’impact sur l’environnement et l’inexistence d’aménagement causant le développement d’activités illicites et informelles générant les vulnérabilités territoriales. Dans un second temps, elle consiste à montrer comment ce type d’aménagement cité précédemment pourrait servir de point d’ancrage à l’élaboration d’un projet touristique durable structurant, donnant lieu à une double résilience communautaire et territoriale. D’un point de vue méthodologique pour traiter le premier axe nous nous sommes basés sur nos observations et l’analyse des documents existants : la convention de coopération établie par la société civile avec l’Assemblée populaire de Wilaya (APW) et les études lancées par les pouvoirs publics. Par contre, pour compléter notre étude dans le second axe nous avons mené une enquête qualitative auprès d’acteurs concernés et des usagers.

1. Cadre conceptuel de la résilience territoriale d’une destination touristique durable

5Chaque territoire a ses atouts, ressources spécifiques, qui constituent son « fonds de commerce touristique » (Vlès, 2005 : 116). Un construit qui peut être révélé par l’aménagement touristique de ce dernier. Le tourisme entretient des liens particuliers à la forme de l’aménagement territorial qui fait « l’objet même de la consommation touristique » (Vlès, 2005 : 114). Le défi majeur pour le développement d’une dynamique durable autour du barrage réside dans la capacité de mise en œuvre d’un projet respectueux des hommes, de l’environnement et des ressources naturelles et surtout des héritages culturels des populations autochtones. L’aménagement touristique diversifié aspire à atteindre une large clientèle tout en proposant des produits valorisant l’identité locale et stimulant l’équilibre entre les différents secteurs d’activités. Les principaux enjeux qui découlent des vulnérabilités territoriales peuvent entraîner de multiples risques. L’image des a priori sécuritaires et de catastrophes naturelles, ainsi, que les appréhensions de l’attitude culturelle des populations locales entretenant les résiliences territoriales affectent naturellement la durabilité de la destination touristique.

1.1. La résilience territoriale durable

6La résilience se définit par rapport à une certaine dynamique et/ou souplesse entre deux situations à la fois complémentaires et contradictoires dans la recherche d’un équilibre. La résilience territoriale constitue un processus de transformation dans le temps d’une situation caractérisée par un dysfonctionnement en une autre plus profitable au territoire. Elle fait référence à une mobilité (variation) opportuniste dans une perspective d’un développement territorial. Comprendre et analyser la résilience nécessite la jonction de deux problématiques différentes, enchevêtrées et complexes. Elle fait référence à la fois à un construit social et à la participation à la réalisation sociale (Kouamékan, 2014 : 2).

7La résilience territoriale durable consiste à conserver la qualité de l’environnement naturel selon l’approche développée par le système socioécologique qui ne résulte pas d’après Marcotte, Bourdeau et al. (2017), qui citent Berkes et al. (2003), de l’élimination des changements et des perturbations, car pour eux la « variabilité et la diversité contribuent à la vitalité d’un système ». Il s’agit de la résilience évolutive Davoudi (2012) qui fait face aux changements. Pour Lew, Ng et al. (2016), ce type de système socioécologique est synonyme de durabilité sociale, écologique et économique. En effet, une certaine littérature assimile la durabilité à une sorte d’adaptation aux effets caractérisant la résilience (Redman, 2014). Des similitudes qui les apparentent dans la perception du mode d’action à les considérer dans la perspective d’une adaptation aux changements et/ou d’un retour aux équilibres. Dans ce contexte de rapprochement des concepts de durabilité et de résilience Marcotte, Bourdeau et al. (2017), qui citent Hall et Lew (1998) en pensant au développement du tourisme durable, « proposent l’application des principes de durabilité au développement du tourisme ».

1.2. Tourisme durable : définitions et origines

8Les chercheurs, les gouvernements, les universitaires et l’ensemble des associations se préoccupent de la question du développement durable. L’objectif est « d’améliorer le bien-être social ici et maintenant, mais aussi ailleurs et demain » (Leroux, 2010 : 235). La durabilité est limitée aux principes de l’interdépendance et de l’équité (Laganier, Villalba et al., 2002). Talbot (2006 : 7) évoque les principes « de participation, de durabilité, de prévention/précaution, la santé et de qualité de vie, d’accès au savoir, d’économies des ressources, d’efficacité économique, etc. ».

9Le concept d’écotourisme voit le jour pour avertir sur les dégâts causés, au milieu des années 1980, par la fréquentation massive des espaces naturels ; puis suivi par celui du tourisme durable au sommet de Rio en 1992 fixant des exigences aux opérateurs touristiques (Francois-Lecompte et Prim-Allaz, 2010 : 5). Les principes du tourisme durable sont définis comme « la forme de développement, aménagement ou activité touristique qui respecte et préserve à long terme les ressources naturelles, culturelles et sociales » (Vlès, 2005 : 21). Leroux et Pupion (2014) ajoutent la nécessité de l’implication des parties prenantes des communautés locales pour les projections futures.

10La multiplicité d’acteurs et des centres des décisions mêlant des enjeux et des intérêts divergents de ces parties prenantes « dont chacune possède des objectifs différents, parfois contradictoires, sinon conflictuels » (Marcotte, Bourdeau et al., 2017) ont arboré la pertinence de l’émergence de la gouvernance comme nouveau pilier de la durabilité. Ce constat est valable dans la gestion des sites touristiques que nous illustrons par le cas de Taksebt. La gouvernance est considérée comme un facteur clé de réussite en matière de conception de mise en œuvre des politiques dans le domaine du tourisme durable (Marcotte, Bourdeau et al., 2017).

1.3. La résilience territoriale facteur de mise en tourisme des destinations1

  • 1 L’analyse sémantique du concept de destination renvoie selon Kadri et al. (2011) à cinq projets : a (...)

11La résilience territoriale des destinations touristiques est perceptible à travers les multiples mutations qui s’opèrent sur un site donné. Un processus métamorphosant les dysfonctionnements caractérisant à un certain moment le territoire et générant des dynamiques de mise tourisme d’une destination. La gouvernance de la mise en tourisme durable est un système complexe et un processus long notamment dans sa mise en valeur et sa restauration en interprétant son image authentique. Ce processus est décomposé par Kadri et Pilette (2017 : 64) en quatre dimensions : « la représentation », « la réalisation », « la régulation », et « la résilience ». Ils les assimilent à « un processus circulaire » ; la dimension de la résilience comprend les « effets des résultats de la régulation/coordination ». Cette dernière est projetée dans le sens de la gestion des « dysfonctionnements et crises rencontrés (terrorisme, tremblement de terre, etc.) ».

12Le consensus autour du concept de destination n’est pas établi malgré son usage intensif par les chercheurs dans le domaine du tourisme. Kullala (2007) a sélectionné dans le tableau 1 une chronologie des définitions qui caractérisent le contenu du concept de la destination de quelques chercheurs. Ces derniers font référence à l’attractivité, à l’accessibilité, à l’image, aux coûts, aux multiples attributs, aux éléments clés de l’espace touristique, aux prestations offertes, aux fonctions et aux ressources touristiques.

13Les spécificités des destinations touristiques s’appuient sur les dimensions de l’authenticité territoriale de l’offre touristique durable. La promotion de l’authenticité de la destination touristique articulée autour d’éléments d’attractivité est associée aux actions de valorisation des parties prenantes, en particulier par les acteurs de la société locale.

Tableau 1. Sélection de définitions de la destination

Auteurs

Définitions

Middleton

(1988)

La destination touristique se compose de cinq composantes : 1) les attractions naturelles d’un site ; 2) Les facilités et les services ; 3) la facilité d’accès pour ce site ; 4) l’image construite afin d’attirer les touristes vers ce site ; 5) le coût total de vacances.

Hu & Ritchie

(1993)

Comme tout autre produit de consommation, la destination touristique est l’emballage des services touristiques. Elle est composée d’un nombre d’attributs multidimensionnels.

Laws (1995)

La destination touristique est la place où les individus passent leurs vacances. Les trois éléments clés sont : la place, les personnes et les vacances.

Seaton &
Bennett (1996)

Les individus veulent visiter une autre place où on leur offre le transport, l’hébergement, la nourriture ainsi que le divertissement.

Cooper,
Fletcher,
Gilbert &
Wanhill (1998)

L’ensemble des services qui peuvent satisfaire les besoins des touristes. La destination inclut la demande, le transport, la distribution, et le
marketing.

Murphy,
Pritchard &
Smith (2000)

Des produits et des opportunités d’expériences combinés afin de former l’expérience finale de l’endroit visité.

Deng, King &
Bauer (2002)

Les attractions naturelles de la destination qui consistent à : 1) les ressources touristiques incluant les ressources naturelles et les ressources culturelles ; 2) les facilités offertes aux touristes et qui sont subdivisées en infrastructure, loisirs, et l’éducation ; 3) l’accessibilité d’une destination ; et 4) les communautés locales et les attractions.

Source : Kullada. (2007, 24), traduction de Klouj (2012)

14L’authenticité est un facteur de valorisation d’une destination touristique et de préservation des « richesses locales, qu’elles soient géographiques ou liées au savoir-faire » (Marcotte, Bourdeau et al., 2017). Le choix d’une attractivité par des touristes est porté sur « une entité reconnue par sa marque, par son image » (Bédard, 2011) et le risque zéro « corrélé à une exigence de sécurité » (Gillet, 2011). L’image de la destination touristique évolue en fonction des perceptions, des comportements et attitudes des usagers du tourisme. Pour Devanne et Fortin (2011 : 62) « sous l’impulsion de phénomènes variés (industrialisation, changement climatique) les paysages peuvent connaître des conversions. Des changements qui peuvent entraîner des problèmes au niveau environnemental, économique, social et de gestion de la destination rendant la perspective du développement d’un tourisme durable « souhaitable et nécessaire » (Dodds, 2012). Par ailleurs, Marcotte, Bourdeau et al. (2017) envisagent le développement des destinations touristiques durables dans le cadre d’une « approche globale du tourisme durable».

  • 2 L’équipe de MIT (2000) a retenu trois variables pour mesurer la mise en tourisme : « le taux de fon (...)

15La promotion de l’image de la destination touristique durable qui constitue le point de jonction et d’intersection de plusieurs projets passe par une stratégie globale décomposée en plusieurs séquences correspondant à la mise en tourisme. Cette notion perçue par Kadri et Pilette (2017 : 63) comme « un système global, faisant alors appel à diverses étapes». Il s’agit d’un processus de changement (modifications à apporter pour l’intensification touristique) ou de création (une nouvelle offre) des lieux touristiques à partir des ressources territoriales tangibles et intangibles. Cela correspond à l’ensemble des dynamiques territoriales, transformant l’espace, élaborées dans le cadre des stratégies de mise en tourisme d’une destination. Les travaux de l’équipe MIT (2000) considèrent la mise en tourisme comme un « outil de diagnostic » qui ne présage pas systématiquement des résultats2 positifs en termes d’impacts escomptés. Elle dépend aussi pour eux des capacités d’ouverture et du niveau de communicabilité de la société d’accueil. Dans ce cas, les étapes de la mise en tourisme impliquent les recommandations des parties prenantes en amont et en aval découlant d’abord de diagnostic (études préalables) puis du suivi des actions et de leur mise en œuvre. Elle peut désigner selon Dewailly (2005 : 30-31) « le processus et l’état qui en résulte d’un développement plus planifié, plus volontariste, contrôlé, sinon maîtrisé s’appliquant aux mêmes objets ». L’usage antérieur du concept de touristification par Dewailly, qu’il perçoit comme étant « complémentaire » à la mise en tourisme, se distingue par l’implication minime des acteurs institutionnels arborant le développement non planifié du tourisme. L’approche par la résilience territoriale durable facteur de mise en tourisme des destinations, surpassant les dysfonctionnements, telle que décrite dans le point précédent traduit le degré de fonctionnalité du site. Néanmoins, la mise en tourisme est une source de conflits sociaux, mettant en contradictions les différents acteurs sur les types de tourismes et leurs impacts sur les populations locales, des frictions qui nourrissent les hostilités aux changements projetés. Dans ce sens, le bien-être social des populations environnantes est essentiel dans l’élaboration de l’aménagement du barrage de Taksebt. Autrement dit, la durabilité sur le plan social peut être assurée par le choix d’opportunités contribuant à l’amélioration de leurs conditions de vie. La valorisation permettra le développement et la protection du barrage, en améliorant le cadre de vie des populations locales. « Elle peut nécessiter la création d’activités artisanales (de l’emploi et de l’économie donc), elle va accroître l’attractivité du territoire, générer un flux touristique (voire plus), donc apporter de l’argent » (Ludovic, 2010 : 139). Cette étude porte sur les dynamiques entrepreneuriales locales vectrices du tourisme durable autour du barrage, à partir d’un potentiel non exploité qui peut servir ou être un moteur au développement local de la wilaya de Tizi-Ouzou, avec laquelle il sera possible de créer un climat économique vivant. L’objectif est de développer ce site à partir de nouvelles activités qui feront de ce dernier un territoire attractif spécifique dans la perspective d’« atteindre une notoriété exceptionnelle » (Debarbieux, 1995 : 26).

2. Cas d’étude : le barrage de Taksebt

16Les barrages et les retenues collinaires constituent un espace d’animation et d’attractivité. En plus des prestations fournies, par la distribution de l’eau aux multiples usages, ils développent des activités touristiques et de loisirs rendant vivant les territoires. Ils sont porteurs de dynamiques territoriales économiques sociales et environnementales complémentaires ou substitutives aux industries traditionnelles. L’expansion et l’intégration des activités touristiques dans les politiques d’aménagement du territoire, conçues dans le cadre de la gouvernance territoriale durable, lui confèrent le statut de levier en faveur du développement local durable. Dès lors que les acteurs locaux sont en mesure de mieux gérer leur environnement, ce qui peut générer des retombées socio-économiques sur le territoire et sa population en général et sur l’environnement en particulier. Autrement dit, ce dernier peut être une source de richesse pour l’économie locale. Par conséquent, l’intensification peut mener à la dégradation des ressources. Dans ce sens, le territoire qui accueille le barrage de Taksebt, très attractif de par ses potentialités, ne peut supporter un grand aménagement touristique. La valorisation de cet espace naturel par un aménagement touristique durable peut générer des emplois et des revenus pour les populations autochtones. Au-delà des achats que les touristes effectuent sur place, ils contribuent à la stimulation des ventes des produits agricoles, artisanaux et industriels du terroir à la fin de leur séjour. Parfois, ils participent eux-mêmes à la promotion de façon efficiente de ces produits qu’ils viennent d’acheter.

2.1. Présentation de l’ouvrage

  • 3 L’Agence Nationale des Barrages et Transferts en sa qualité de maître d’ouvrage délégué sous la tut (...)
  • 4 Consulté le 24/03/2017 sur http://www.snclavalin.com/fr/projects/taksebt-water-transfer-project.asp

17Taksebt est un barrage hydraulique qui s’étend sur la rivière de Takhoukhth et qui se prolonge sur la rivière de Ait Aïssi dite Oued Aissi, entre Aït Iraten et Ait Aïssi, dans la wilaya de Tizi-Ouzou (cf. figure 1). D’une capacité de 180 millions de mètres cubes (volume du réservoir), d’une superficie (surface du réservoir) de 550 ha et d’une hauteur de 82 mètres. Il se trouve à 10 km à l’est de la ville de Tizi-Ouzou. Il a été mis en service le 5 juillet 2007 avec un financement d’environ 540 millions d’euros. Composé d’une station de traitement, une autre de pompage et des tunnels, duquel une canalisation de 95 km permettant le transfert de 150 millions de m3 par an. Avec une capacité de stockage de 175 millions de m3, le barrage Taksebt a grandement contribué à l’amélioration de l’AEP à raison de 73 millions de m3 annuellement rien que pour la wilaya de Tizi-Ouzou l’équivalent de 20 000 m3/jour, ainsi que les autres bassins irrigués, Alger, Blida et Boumerdès (cf. figure  2). Doté d’une station de traitement des eaux d’une capacité de 605 000 mètres cubes par jour comprenant une station de pompage principale avec environ 37 800 m3 d’eau traitée à la sortie et un réseau de transfert d’environ 80 kmqui arrive à plus de 173 hm3 de transfert annuel moyen. Ce barrage a permis d’améliorer la qualité de vie à environ quatre millions de personnes en leur procurant de l’eau potable3. Ces dernières vivent majoritairement en milieu rural et n’avaient accès à l’eau potable que quelques jours par semaine et pendant quelques heures limitées. La construction du barrage a fait profiter la population autochtone et a eu des retombées socio-économiques considérables4.

Figure 1. Localisation du barrage de Taksebt (wilaya de Tizi-Ouzou, Algérie)

Figure 1. Localisation du barrage de Taksebt (wilaya de Tizi-Ouzou, Algérie)

Source : direction du tourisme de la wilaya de Tizi-Ouzou

Figure 2. L’affectation des ressources en eau dans la wilaya de Tizi-Ouzou

Figure 2. L’affectation des ressources en eau dans la wilaya de Tizi-Ouzou

Source : direction du tourisme de la wilaya de Tizi-Ouzou

  • 5 Une longueur de 18,3 km allant du chef-lieu de wilaya par la RN12 au niveau de l’intersection d’Oue (...)
  • 6 Débute de Oued-Aissi en passant par Irdjen, Larbaa-Nath-Irathen, Ain-El-Hammam, Abi-Youcef et Iferh (...)

18Le barrage est accessible grâce à deux routes nationales, à savoir la RN30A5et la RN156, et à deux chemins de wilaya qui sont le CW n° 1 et le CW n° 100. En plus des autres routes secondaires telles que les chemins communaux rendant les différents villages avoisinants accessibles.

2.2. Les potentialités

19Situé dans une zone humide potentielle, le barrage a une capacité de produire et alimenter la faune et la flore y vivant aux alentours jouant ainsi le rôle d’une réserve de la biodiversité. Le couvert végétal est constitué de forêts composées de chêne liège, chêne zen, eucalyptus, l’olivier et pin, et des plantes médicinales et aromatiques comme, la lavande, l’arbousier et l’oléastre, etc. L’agriculture est riche et diversifiée puisque le barrage offre un climat favorable à certaines activités agricoles, le climat humide atteint un taux d’humidité de plus de 60 %, un sol argileux et une pluviométrie supérieure à 600 mm/an. Concernant les productions animales, les communes limitrophes se sont plus développées dans l’apiculture et l’aviculture. Pour l’agriculture, elles sont plus marquées par des productions végétales, d’agrumes, de maraîchages notamment pommes de terre, de pastèque, melon, haricot... etc. Étant un atout incontournable de la wilaya de Tizi-Ouzou, le barrage constitue une destination touristique par excellence. L’activité touristique ne peut en effet subsister que si elle est encouragée par les moyens mis en place, et des sites d’accueil adéquats tels que les infrastructures d’accueil et d’hébergement, les hôtels et les auberges. La région propose un panorama et des vues exceptionnelles et l’implantation du barrage de Taksebt profite aux visiteurs.

20La Kabylie se distingue par sa richesse liée à son héritage séculaire valorisé par une production artistique et artisanale. La production artisanale kabyle est riche de par sa diversité, son originalité et sa qualité. Elle recouvre, selon la chambre des métiers et de l’artisanat de Tizi-Ouzou, une panoplie de métiers portés par un important effectif d’artisans hautement qualifiés. Un énorme potentiel de développement d’activités artisanales où chaque village a ses propres fabrications artisanales. Certaines productions artisanales comme la poterie, la vannerie, la sellerie étaient depuis toujours aussi importantes que l’activité métallurgique ou le tissage, les nombreuses autres activités n’étaient pas négligeables : fabrication de savon, de tamis, tuilerie, plâtrerie et le travail de l’alfa Smadi (2014 : 40), en plus des différents produits de terroir que recèle la région : figues fraîches et sèches, l’olive, l’huile d’olive, le miel…

2.3. Un ouvrage abandonné et livré à l’informel

21L’absence de projets empêche le développement et la promotion d’une image positive de cette destination. Les promoteurs du tourisme sont appelés à mener des actions dans deux directions principales. D’abord celle de corriger voir d’effacer les images négatives, puis de mettre en place une stratégie porteuse de nouvelles images de la destination Taksebt.

2.3.1. Activités illicites

22Le barrage de Taksebt est devenu une zone de repos, un véritable lieu de villégiature. Un lieu qui attire incontestablement beaucoup de monde, des visiteurs de la région en général et des villages avoisinants des deux bassins versants en particulier. Si durant la journée les alentours sont presque déserts pour cause de manque d’infrastructures ou d’un minimum d’aménagement aux abords du barrage les soirées sont par contre très vivantes où les visiteurs convoitent le site pour se procurer quelques moments d’évasion. En revanche, ce lieu à vocation touristique ne profite pas aux familles par manque de sécurité et d’organisation.

23Malgré ces manques, la beauté et le plaisir qu’offre le site attirent des jeunes qui viennent pour se détendre pour certains et faire du commerce illicite pour d’autres. Tels que, les vendeurs de boissons alcoolisées, les petits restaurateurs ambulants préparant soit de la sardine grillée ou même des cailles à la braise.

24Les quelques activités exercées autour du barrage génèrent des revenus moyens qui peuvent être beaucoup plus élevés s’ils étaient dans une situation plus régulière. En effet, ce petit commerce participe indirectement à soutenir davantage la pauvreté. Ajoutant à cela les mauvaises conditions de travail, l’absence de protection sociale et surtout l’absence de cadre réglementaire qui encourage les activités informelles à se développer davantage. Ces dernières l’affectent négativement.

2.3.2. La pollution

25La situation du barrage de Taksebt est très inquiétante. En effet, la concentration de polluants, des eaux usées et des déchets, a fait de cet espace naturel un dépôt d’ordures. Le barrage de Taksebt reçoit quotidiennement des rejets et d’eaux usées, essentiellement au niveau de la partie sud et est du bassin versant. Autrement dit, les eaux usées provenant des habitations d’une cinquantaine de villages relevant de plus de cinq communes y sont déversées quotidiennement. Face au risque de pollution du barrage de Taksebt, il est préconisé de réaliser des stations d’épuration en amont de cette infrastructure hydraulique.

26Le bord de la route offre un spectacle désespérant à cause des sachets en plastique, des canettes de bière et des bouteilles d’eau couvrant le bord du barrage. Des pollutions importantes entre dépôts de déchets ménagers et bouteilles en verre ou en plastique. Même les espaces verts et les forêts sont en effet menacés de disparaître faisant face aux incendies, aux ordures et décharges sauvages. Des sachets en plastique commencent à polluer doucement, mais irréversiblement la surface. Chaque pluie apporte son lot d’objets flottants non dégradables.

3. La problématique de l’aménagement dans le cadre d’un tourisme durable

  • 7 Le contraste que cette direction établie indique les potentialités et les enjeux d’un constat alarm (...)

27L’aménagement du barrage Taksebt est confronté à plusieurs contraintes d’ordre institutionnel posant la problématique du tutorat, de fonctionnalité du site, d’instruments et d’acteurs à impliquer. Les retards des études prospectives menées par le ministère du Tourisme ont affecté négativement l’aménagement des sites touristiques autour du barrage Taksebt. Dans le même sillage, l’appel d’offres lancé par la direction du tourisme et de l’artisanat de la wilaya de Tizi-Ouzou pour la réalisation des projets de l’étude d’aménagement des sites autour du barrage peine à séduire les entrepreneurs du tourisme7.

3.1. Prémices d’une coopération décentralisée avortée autour du barrage Taksebt

  • 8 Convention de partenariat de l’APW de Tizi-Ouzou impliquant l’association Touiza Solidarité, l’asso (...)

28Un projet pilote de deux années (2010/2011) de développement économique local durable portant sur l’ensemble du bassin versant de Taksebt, regroupant dix-neuf communes rurales a été mené dans le cadre d’une coopération autour d’un transfert des savoirs des expériences existantes en France. Cette coopération était conçue de manière participative avec l’ensemble des acteurs socio-économiques du territoire (les ministères algériens et leurs représentants locaux, l’assemblée populaire de la wilaya de Tizi-Ouzou, les élus des communes bénéficiaires, les comités de villages, les représentants des associations locales, les chambres consulaires, les universitaires). Il visait la création d’emplois et la génération de revenus en zone rurale pour les jeunes et les femmes par le biais d’activités de valorisation des ressources locales, en particulier des ressources agricoles, artisanales et touristiques et par des activités de formation pour le renforcement des capacités des acteurs locaux8.

  • 9 Idem

29Cette coopération a coûté 130 405 euros pour la première année et 139 288 euros pour la deuxième année. Le plan d’action du projet est structuré autour de six grandes activités : « l’organisation des instances de concertation et de pilotage ; appui à la création d’activités génératrices de revenus ; renforcement des capacités de gestion et de développement économique du territoire ; création d’outils (évaluer, capitaliser et diffuser l’expérience) ; appui à la structuration du mouvement associatif algérien en France œuvrant pour le développement solidaire en Algérie ; renforcement des liens entre la diaspora de France et la société civile algériennes »9. Un plan prometteur, eu égard à l’ambition ciblant 500 à 600 personnes (jeunes, femmes, élus, migrants…) qui devaient bénéficier directement de projets divers. L’échec de ce projet est lié à la question de la gouvernance qui se pose en termes de pilotage causé par les divergences politiques des élus des collectivités locales prétextant l’absence durant cette période d’institutions intercommunales et surtout au non-aboutissement de l’accord de coopération décentralisée non approuvée par le ministère de l’Intérieur depuis 2013. En effet, ce programme de coopération est conçu en deux phases. La première décrite précédemment qui est arrivée à terme devait être suivie par la seconde consacrée à la matérialisation des projets inscrits. Cette dernière est incluse justement dans le projet de coopération décentralisée entre l’APW de Tizi-Ouzou et le syndicat mixte d’aménagement et de développement de Serre-Ponçon qui est resté sans suite (Abrika, 2016).

3.2. Des propositions pour un aménagement touristique

30Le tourisme dans une région montagneuse, telle que la wilaya de Tizi-Ouzou, présente des handicaps dus essentiellement aux coûts d’investissements élevés. À elle seule l’attractivité territoriale naturelle ne suffit pas, parce que « les motivations touristiques ne se limitent pas au seul attrait du paysage » (Debarbieux, 1995 : 9). La différentiation par les prestations que fournissent les opérateurs du tourisme accroît l’attractivité touristique. Les projets futurs des espaces du barrage Taksebt requerraient de privilégier la mise en tourisme en tenant compte de la variable de durabilité notamment par la réalisation d’installations légères qui consistent en :

  • la création d’espaces de loisir, de détente et des aires de repos adaptés au paysage et à l’environnement du site ;

  • l’aménagement d’un terrain de camping avec des hébergements de plein air et d’une zone récréative de loisir pour les jeux d’enfants et des aires de piqueniques ;

  • l’accueil des campings pour mieux gérer le stationnement des visiteurs, la commercialisation de l’offre d’hébergement et d’ouverture d’établissements de restauration gastronomique locale ;

  • la réservation d’espaces commerciaux pour les artisans locaux afin de présenter et de vendre leurs produits ;

  • l’élargissement et la modernisation de la base nautique en réservant un espace de cours destinés aux sports nautiques : voile, ski nautique, canoë-kayak, pédalo, jet ski et l’aviron ;

  • la valorisation les produits de terroir, artistiques et artisanaux, ainsi, que l’exploitation des plantes médicinales de façon à ne pas endommager les écosystèmes pour en créer une petite industrie pharmaceutique ;

  • la mise en place d’une petite plage aménagée et surveillée ; la création d’une maison de pêche et d’activités liées à la production dans l’eau.

31La gouvernance du barrage de Taksebt tiendra compte non seulement de la protection de l’environnement (espace et paysages), mais aussi de la gestion des déchets polluants, des eaux usées et des activités informelles autour de ce dernier. Pour la gestion des déchets, la création des stations d’épurations, la réalisation des bassins de décantation pour chaque village est souhaitée. Aussi, les projets à réaliser prendront en considération les dangers du site notamment les glissements de terrain, en procédant à la sécurisation du périmètre du barrage par une surveillance vidéo sur le long de la route.

3.3. Les acteurs et les instruments de l’aménagement touristique

32La valorisation touristique d’un territoire est fondée sur la cohésion sociale du système récepteur (Vlès, 2005 : 454). Le tourisme durable local vise manifestement à changer les anciennes pratiques des politiques d’aménagement touristique en proposant une vision locale des processus de développement tout en s’appuyant sur les potentialités territoriales (Vlès, 2005 : 455). L’ensemble des acteurs locaux doivent se consolider pour développer cet espace naturel, non exploité encore, qui a besoin de passer à l’action.

33L’occupation d’un même territoire, par les populations locales, nécessite une participation à sa construction et à son développement. Le regroupement dans le cadre de l’intercommunalité entraîne « un certain nombre d’interventions sur le territoire et améliorent la cohérence des politiques publiques locales au sein d’un même bassin de vie » (Ludovic, 2010 : 17). En Algérie, la notion d’intercommunalité telle que définie par la loi n° 11-10 du 22 juin 2011 relative à la commune permet à deux ou plusieurs communes de s’associer pour aménager ou développer en commun leurs territoires et gérer ou assurer ensemble des services publics de proximité. L’intercommunalité permet aux communes de mutualiser leurs moyens et de créer des services et établissements publics communs. Selon l’Art. 215. « Deux ou plusieurs communes limitrophes peuvent s’associer pour aménager ou développer en commun leurs territoires et/ou gérer ou assurer des services publics de proximité ». Dans le cas du barrage de Taksebt l’intercommunalité villageoise des territoires avoisinants semble plus appropriée pour son épanouissement, sa protection et la durabilité de son développement.

Conclusion

34Les concepts mobilisés dans le cadrage théorique circonscrivent des suggestions en matière d’aménagements possibles et d’activités adéquates du barrage de Taksebt capables d’enclencher un saut qualitatif dans un processus transformant les vulnérabilités produisant des résiliences sur ce site. En effet, le diagnostic dresse un état des lieux mettant en cause l’absence d’initiatives porteuses de la part des pouvoirs publics qui se traduit par l’inexistence d’instance de gouvernance. Pour dépasser l’image négative de l’ouvrage marquée par l’informalité, les propositions d’aménagement visent l’émergence d’une nouvelle destination touristique durable à travers une double résilience communautaire et territoriale.

35Les orientations du diagnostic territorial relevant les potentialités touristiques de cet ouvrage d’art ne semblent pas être une des priorités des gouvernants pour enclencher le processus et les programmes transformant le territoire en une destination touristique durable. Le blocage du projet de la coopération décentralisée menée par l’APW de Tizi-Ouzou illustre ce constat. Même si les pouvoirs publics ont lancé des études et des propositions pour valoriser et développer des activités autour du barrage, leur objectif majeur était et reste l’usage ordinaire de ce barrage pour la seule alimentation en eau potable de la région et des différents bassins irrigués par ce dernier.

36Les acteurs territoriaux sont appelés à forger ensemble dans le futur un cadre de concertation et de gouvernance commun pensé dans une démarche stratégique globale impliquant toutes les collectivités locales dans la perspective du développement d’une logique basée sur l’usage multiple des lieux touristiques de l’ouvrage. Il s’agit d’une approche par la résilience encourageant l’émergence d’une nouvelle destination touristique en activant les trois dimensions visées par notre étude : institutionnelle et non institutionnelle ; sociale ; et territoriale. Dans le même sillage, la mise en tourisme du barrage de Taqsebt ne peut se faire en occultant la protection du patrimoine dans le cadre du processus de la mise en place de projets touristiques durables.

37Une fois entretenus et aménagés, les barrages constituent un attrait paysager indéniable et favorisent l’activité touristique autour et sur ce dernier. Il s’agit dans le cas de cet ouvrage d’art d’arrêter les différentes mesures qui permettraient de réduire les quantités de déchets. À ce titre, nous privilégierons une approche plus « intégrée » à l’échelle du territoire, et il pourra être question ici de la gestion de l’ensemble des catégories des déchets.

38Dans ce sens, l’ensemble des actions collectives concertées qui intègrent la société civile et les pouvoirs publics peuvent améliorer à la fois, la situation préoccupante du barrage, créer une attractivité touristique pour la région et améliorer les conditions socio-économiques de la population locale avec toutes les retombées positives durables qu’il peut entraîner.

  • 10 L’ex-maire de la commune d’Irdjen avait introduit un dossier auprès du ministère de l’Intérieur pou (...)

39La gouvernance dans le cadre de la l’intercommunalité inter-villageoise (entités situées directement autour du barrage de Taksebt) ne peut que conjuguer les efforts de réflexion et de vision commune de ce territoire apte à produire des avantages profitables sur plusieurs plans économique et social aux populations locales à travers le développement des projets touristiques locaux durables. La mise en synergie des acteurs des collectivités locales propulsera l’émergence d’actions communes capables de renflouer leurs budgets, l’imposition sur la consommation de l’eau est un exemple de proposition à fouiner10.

Haut de page

Bibliographie

Abrika, B. (2016). « La coopération décentralisée, un levier pour le développement économique territorialisé. Exemples de projets de coopération franco-algérienne, les Wilayate de Bejaia et Tizi-Ouzou », Mondes en Développement 44/3(175).

Bédard, F. (2011). « L’excellence des destinations », Téoros 30 - 1, URL : <http://teoros.revues.org/1225>.

Convention de partenariat Touiza Solidarité - l’association pour la jeunesse innovatrice et l’environnement (AJIE). Programme de développement durable : préservation de l’environnement de bassins versants de Taksebt, programme cofinancé par la wilaya de Tizi-Ouzou, le PNUD, et OIM.

Davoudi, S. (2012). “Resilience: A Bridging Concept or a Dead End?, Planning Theory and Practice 13(2):299–333.

Debarbieux, B. (1995). Tourisme et montagne, Édition Economica, Paris.

Devanne, A-S. et M-J. Fortin (2011). « Construire l’image d’une destination touristique dans un paysage en changement : défi d’articulation autour de l’éolien en Gaspésie (Canada) », Mondes du Tourisme 4 : 61-76.

Dewailly, J-M. (2005). « Mise en tourisme et touristification », In R. Amirou (dir.), Tourisme et souci de l’autre. En hommage à Georges Cazes, Paris, L’Harmattan, Collection « Tourismes et sociétés ».

Dodds, R. (2012). « Présentation : innovations en tourisme durable », Téoros 31(3), URL : <http://teoros.revues.org/1964>

Francois-Lecompte, A. et I. Prim-Allaz (2010). « Tourisme durable : quelles représentations en ont les consommateurs français ? », International Conference on Marketing Trends, Venice, Italy, CD Rom, <halshs-00470569>.

Gillet, C. (2011). « Risque et excellence d’une destination touristique : l’exploration de la relation entre deux concepts antinomiques », Téoros 30(1), URL : <http://teoros.revues.org/1258>.

Kadri, B. et D. Pilette (2017). Le tourisme métropolitain renouvelé, Presse de l’Université du Québec.

Klouj, R. (2012). L’impact de la qualité expérientielle perçue d’une destination sur la satisfaction et la fidélité des touristes cas du tourisme saharien tunisien élaboré, Master de recherche en marketing, Institut Supérieur de gestion de Tunis. <https://www.memoireonline.com/04/15/9112/m_L-impact-de-la-qualite-experientielle-perue-d-une-destination-touristique-sur-la-satisfaction-et1.html>.

Kouamékan, J.M.K. (2014). « Résilience et sociétés : concepts et applications », Section spéciale résiliences et sociétés. CREUM - Revue Ethique et Economique 11(1) : 1-15.

Kullada, P. (2007). Application of the theory of planned behavior to select a destination after a crisis: a case study of Phuket, Thailand, ProQuest Information and Learning Company, URL: <http://digital.library.okstate.edu/etd/umi-okstate-2027.pdf>.

Laganier, R., B. Villalba et B. Zuindeau (2002). « Le développement durable face au territoire : éléments pour une recherche pluridisciplinaire », Revue Développement Durable et Territoires 1.

Leroux, E. et P-C. Pupion (2014). Management du tourisme et des loisirs, Éditions Vuibert.

Lew AA., Ng T., N. Chin-Cheng & W. Tsung-Chiung (2016). “Community Sustainability and Resilience. Similarities, Differences and Indicators”, Tourism Geographies 18 (1): 18–27.

Ludovic, S. (2010). Le développement durable et territorial, Saint-Denis, éditions Afnor.

Marcotte, P., L. Bourdeau et B. Sarrasin (2017). « Tourisme et développement durable. Un exercice d’adaptation, d’intégration et de conciliation », Téoros 36(1), URL : <http://teoros.revues.org/2979>.

Redman, C-L. (2014). “Should Sustainability and Resilience Be Combined or Remain Distinct Pursuits?”, Ecology and Society 19(2): 37.

Smadi, A. (2014). Valorisation des savoir-faire et leur impact sur le développement local : illustré par les activités de menuiserie ébénisterie d’Ath-Zmenzer, mémoire de master, UMMTO.

Talbot, D. (2006). « La gouvernance locale, une forme de développement local et durable ? Une illustration par les pays », Développement durable et territoires, Dossier 7, URL : <http://developpementdurable.revues.org/2666>.

Vlès, V. (2005). L’aménagement touristique durable du territoire, Université de Pau et des Pays de l’Adour - U.M.R. C.N.R.S. n° 5603 « Société, Environnement, Territoire ».

Haut de page

Notes

1 L’analyse sémantique du concept de destination renvoie selon Kadri et al. (2011) à cinq projets : anthropologique, économique, aménagement, gestion et urbain.

2 L’équipe de MIT (2000) a retenu trois variables pour mesurer la mise en tourisme : « le taux de fonction touristique ; la fréquentation touristique ; et la présence de résidences secondaires ».

3 L’Agence Nationale des Barrages et Transferts en sa qualité de maître d’ouvrage délégué sous la tutelle du ministère des Ressources en eau est chargée de la mise en œuvre des programmes nationaux de mobilisation et de transfert des eaux superficielles.

4 Consulté le 24/03/2017 sur http://www.snclavalin.com/fr/projects/taksebt-water-transfer-project.aspx

5 Une longueur de 18,3 km allant du chef-lieu de wilaya par la RN12 au niveau de l’intersection d’Oued-Aissi et débouchant sur la RN30 au niveau du pont de Takhoukht, passant par Ait Mahmoud, Ait-Douala, Ait-Aissi et Tizi-Ouzou.

6 Débute de Oued-Aissi en passant par Irdjen, Larbaa-Nath-Irathen, Ain-El-Hammam, Abi-Youcef et Iferhounene pour arriver jusqu’à la wilaya de Bouira.

7 Le contraste que cette direction établie indique les potentialités et les enjeux d’un constat alarmant dans lequel évolue le barrage de Taksebt. L’étude réalisée délimite sept zones à aménager constituées d’espaces de stationnement, d’accueil, de récréation, de consommation, de culture, d’exposition, d’activités ludiques…

8 Convention de partenariat de l’APW de Tizi-Ouzou impliquant l’association Touiza Solidarité, l’association pour la jeunesse innovatrice et l’environnement portant- sur le programme de développement durable, préservation de l’environnement des bassins versants de Taksebt.

9 Idem

10 L’ex-maire de la commune d’Irdjen avait introduit un dossier auprès du ministère de l’Intérieur pour l’institution d’une imposition à l’algérienne des eaux qui gère cette ressource territoriale.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Localisation du barrage de Taksebt (wilaya de Tizi-Ouzou, Algérie)
Crédits Source : direction du tourisme de la wilaya de Tizi-Ouzou
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14590/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 2. L’affectation des ressources en eau dans la wilaya de Tizi-Ouzou
Crédits Source : direction du tourisme de la wilaya de Tizi-Ouzou
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14590/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amina Smadi et Bélaid Abrika, « La résilience territoriale comme facteur d’émergence d’une destination touristique durable. Cas du barrage de Taksebt (Tizi-Ouzou, Algérie) », Études caribéennes [En ligne], 2 | Novembre 2018, mis en ligne le 15 novembre 2018, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/14590 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.14590

Haut de page

Auteurs

Amina Smadi

Docteur en sciences économiques à l’Université Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou, Algérie, smadi.amina@yahoo.fr

Bélaid Abrika

Maître de Conférences HDR à l’Université Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou, Algérie et chercheur associé au CEMOTEV (UVSQ, Paris, France), abrikamazigh@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals