Navigation – Plan du site
Vulnérabilités et atouts de la Caraïbe contemporaine

L’insertion actuelle de l’Association des États de la Caraïbe (AEC) dans le commerce international

The Current Insertion of the Association of Caribbean States (ACS) in International Trade
Bernard Yvars

Résumés

L’objet de cet article est l’analyse du commerce extérieur et des IDE de la zone naturelle d’échanges caribéenne que peut recouvrir l’Association des Etats de la Caraïbe (AEC). À partir des statistiques postérieures aux années 2000 de la CNUCED et de l’OMC, nous mettons en évidence l’existence de difficultés commerciales de l’AEC sur les marchés extérieurs (davantage pour le trafic de marchandises que pour celui des services), révélant des difficultés de compétitivité-structure de la zone. La rénovation productive de l’AEC pourrait s’appuyer sur des IDE qui apparaissent néanmoins en développement insuffisant dans cet espace (notamment sa région insulaire). L’effort majeur doit aussi porter sur le capital humain pour l’adapter à la mondialisation actuelle et des actions significatives doivent être entreprises pour l’amélioration des transports, la transition énergétique et environnementale, la diminution de l’insécurité des biens et des personnes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 L’AEC est une organisation internationale composée de 25 membres et créée le 24 juillet 1994 à Cart (...)

1La région de la Caraïbe doit être appréhendée économiquement par sa zone d’échanges naturelle qui comprend, outre sa composante insulaire, les territoires continentaux contigus. De ce point de vue, l’Association des Etats de la Caraïbe (AEC) apparaît comme une entité relativement plus pertinente par rapport au CARICOM, par exemple parce qu’elle recouvre davantage l’assise économique et commerciale de la zone caribéenne qui excède largement sa composante insulaire1. Notre propos est d’analyser la situation de l’AEC en termes d’échanges commerciaux et d’IDE dans la mondialisation actuelle afin de dégager les points forts et les insuffisances de cette région dans une mondialisation dynamique et déséquilibrée au désavantage relatif de la zone nord-américaine. Examinons tout d’abord l’évolution des échanges commerciaux de l’AEC avant d’analyser celle des investissements directs étrangers en termes de flux et de stock.

1. Des échanges de biens et services marqués par leur faiblesse relative

2Quelles sont les caractéristiques de la mondialisation commerciale actuelle ? Il apparaît clairement une asymétrie de situation avec une Triade consolidée en évolution relative : trois blocs de production et d’échanges, de consommation et d’investissement avec l’Asie, l’Union européenne et l’Amérique du Nord. En fait, la mondialisation des activités est une régionalisation accentuée de celle-ci et, en termes d’échanges commerciaux, il apparaît une marginalisation de continents entiers dans la division internationale du travail actuelle (Afrique, Amérique latine, centrale et caribéenne).

1.1. Le commerce extérieur appréhendé par grandes régions mondiales

3Le graphique 1 ci-dessous montre sans ambiguïté un schéma tripolaire du commerce international autour de l’Union européenne (première puissance commerciale mondiale en incluant le trafic intracommunautaire), de la zone asiatique avec notamment l’émergence continue de la Chine et l’Amérique du Nord davantage insérée dans la mondialisation par l’importation que par l’exportation (cela résultant principalement du commerce extérieur des États-Unis et moins de celui du Canada).

Graphique 1. Part mondiale des exportations (X) et des importations (M) de marchandises et services commerciaux par grandes régions en 2008 et 2016

Graphique 1. Part mondiale des exportations (X) et des importations (M) de marchandises et services commerciaux par grandes régions en 2008 et 2016

Source : d’après les données de l’OMC

4Le poids du commerce international de l’Afrique et de l’Amérique latine, centrale et caribéenne se situe aux environs de 3 % des échanges mondiaux tant en ce qui concerne le trafic d’importations que d’exportations, la situation la plus détériorée concernant les pays africains. Ces deux zones, certes en développement, mais occupant toujours une part faible des échanges internationaux, ne disposeront pas, dans le cadre de la mondialisation actuelle, d’une puissance économique suffisante pour empêcher des tentatives d’émigration importante de main-d’œuvre (fréquemment illégales) vers des régions plus prospères (Europe notamment).

5La première zone commerciale planétaire demeure l’Union européenne qui, en 2016, représente plus de 34 % des importations et environ 36 % des exportations mondiales. Le poids de l’UE dans les échanges internationaux évolue faiblement à la baisse depuis une dizaine d’années tout en se maintenant à un haut niveau : le marché européen est donc fondamental pour toute économie du Reste du monde. La progression de la zone asiatique (incluant la Chine) dans le commerce mondial est sensible depuis 2006 : elle atteint en 2016 plus de 31 % des importations et 33,5 % des exportations mondiales (la Chine se situant à la même date à presque 10 % des importations et plus de 11 % des exportations mondiales). Enfin, l’Amérique du Nord connaît depuis 2006 une stabilisation de son poids dans les échanges internationaux : en 2016, ses achats en provenance du Reste du monde représentaient 15,5 % des importations mondiales et ses ventes au reste du monde atteignaient presque 13 % des exportations planétaires (chiffre le plus élevé de la période).

6Si l’on examine maintenant la balance commerciale de ces grands ensembles internationaux (graphique 2), des résultats plus contrastés peuvent être énoncés. Il apparaît notamment :

  • un déficit structurel de la balance commerciale de l’Amérique du Nord qui évolue tendanciellement en régression (les États-Unis vivant néanmoins toujours au-dessus de leurs moyens et contribuant ainsi à pérenniser le déficit sans pleurs, énoncé par J. Rueff) ;

  • une balance commerciale de l’Union européenne qui devient excédentaire après 2008, la performance allemande sur les marchés extérieurs expliquant très largement ce résultat positif ;

  • l’Amérique latine, centrale et caribéenne et l’Afrique enregistrent une détérioration de leur balance commerciale qui devient respectivement négative à partir de 2008 et de 2010, la dégradation de cet agrégat étant plus marquée pour les pays africains ;

  • enfin, on notera la montée en puissance de la performance de la Chine sur les marchés internationaux avec une valeur modale de la balance commerciale de ce pays atteinte en 2008. Quant au solde extérieur de l’Asie dans son ensemble, il apparaît plus erratique avec toutefois un chiffre fortement positif en 2017.

Graphique 2. Évolution de la balance commerciale par grandes régions mondiales (2006-2016)

Graphique 2. Évolution de la balance commerciale par grandes régions mondiales (2006-2016)

Source : d’après les données de l’OMC

1.2. Les échanges commerciaux de l’Association des États de la Caraïbe

7Après la crise mondiale de 2008-2009, la région caribéenne a enregistré une croissance économique relativement faible imputable à des déficiences économiques structurelles, notamment en matière industrielle (nécessité d’une diversification du tissu productif par le développement de nouvelles activités). Le lourd fardeau de l’endettement et du service de la dette limite la capacité d’investissement domestique de nombreux États caribéens. Mais le problème le plus grave est l’insuffisante qualification de la population active pour affronter efficacement la mondialisation des activités : autrement dit, le défi est de créer un nouveau capital humain pour fonder une économie numérisée débouchant sur une production et des services de haute valeur ajoutée. Cela permettrait alors d’améliorer la compétitivité extérieure de la Caraïbe, pouvant faciliter le retour à des balances de transactions courantes excédentaires, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Le commerce extérieur de l’AEC montre une situation contrastée par types de produits (marchandises et services) et par pays (pays continentaux et insulaires). Analysons tout d’abord l’évolution du trafic de marchandises.

1.2.1. Le commerce extérieur de marchandises de l’AEC

8À partir des statistiques de l’OMC pour les années 2006 et 2016, on peut mettre en évidence les caractéristiques suivantes des ventes de marchandises aux pays tiers (graphique 3) :

  • la prépondérance du trafic de marchandises de la Caraïbe continentale par rapport à la composante insulaire de l’AEC ;

  • le rôle majeur occupé par le Mexique dans les ventes de marchandises aux pays tiers devant le Venezuela et la Colombie ;

  • au sein de la Caraïbe insulaire, Trinité-et-Tobago et, à un degré moindre, la République dominicaine dominent le trafic d’exportations de marchandises, mais à un niveau relativement modeste par rapport à la Caraïbe continentale, notamment le Mexique.

Graphique 3. Exportations de marchandises de l’AEC 2006 et 2016

Graphique 3. Exportations de marchandises de l’AEC 2006 et 2016

Source : d’après les statistiques de l’OMC

9Si l’on se tourne vers les importations de l’AEC en provenance du Reste du monde (graphique 4), on peut constater qu’une nouvelle fois, le Mexique est l’acheteur de marchandises en provenance des pays tiers le plus important de l’AEC, devant la Colombie et le Venezuela qui réalisent environ 6 fois moins d’importations que le Mexique. La Caraïbe continentale reste globalement plus importatrice que ne l’est la zone insulaire, plus insérée dans la mondialisation par son importation (Cuba, République dominicaine et Trinité-et-Tobago).

Graphique 4. Importations de marchandises de l’AEC en 2006 et 2016

Graphique 4. Importations de marchandises de l’AEC en 2006 et 2016

1.2.2. Le commerce extérieur de services de l’AEC

10À partir des statistiques de l’OMC pour les années 2006 et 2016, on peut mettre en évidence les caractéristiques suivantes des ventes de services aux pays tiers (graphique 5) :

  • la prépondérance du trafic continental de l’AEC avec les exportations mexicaines devançant celles originaires du Panama, du Costa Rica et de la Colombie. Des pays comme le Guatemala, le Honduras le Salvador ou le Venezuela jouent un rôle secondaire dans les ventes destinées aux marchés extérieurs.

  • L’exportation de services en provenance de la Caraïbe insulaire est dominée par Cuba, la République dominicaine, la Jamaïque, les Bahamas et, à un degré moindre, par la Barbade et Trinité-et-Tobago. Les autres îles ont une présence nettement moins affirmée sur les marchés internationaux.

Graphique 5. Exportations de services de l’AEC en 2006 et 2016

Graphique 5. Exportations de services de l’AEC en 2006 et 2016

Source : d’après les statistiques de l’OMC

11Au total, le trafic d’exportations de services fait apparaître un contraste moins net entre les situations de la Caraïbe continentale et insulaire par rapport au trafic de marchandises.

12En ce qui concerne le trafic d’importations de services de l’AEC (graphique 6), les États caribéens continentaux réalisent l’essentiel des achats à l’étranger. Premier importateur de la région, le Mexique devance nettement le Venezuela et la Colombie. Puis viennent le Panama, le Costa Rica, le Guatemala et le Salvador, pays sensiblement moins importateurs de services commerciaux.

Graphique 6. Importations de services 2006 et 2016 dans l’AEC

Graphique 6. Importations de services 2006 et 2016 dans l’AEC

Source : d’après les statistiques de l’OMC

1.2.3. La balance commerciale des marchandises et des services de l’AEC

13Le solde commercial de l’AEC dans la période contemporaine pour l’ensemble marchandises et services montre que très peu de pays de cette région obtiennent un résultat excédentaire dans leurs échanges avec le Reste du monde (graphique 7). Seuls trois États parviennent à dégager un solde net positif sur la période 2008-2016 : Cuba depuis l’année 2010, Trinité-et-Tobago et le Venezuela. La quasi-totalité des autres pays, notamment ceux de la Caraïbe continentale de l’AEC, enregistre un solde négatif de leurs échanges avec l’extérieur. On peut souligner que le Mexique présente le déséquilibre commercial le plus important avec, en 2016, un déficit de près de 29 milliards de dollars.

14Sont-ce les balances commerciales de marchandises ou plutôt celles des services qui expliquent une telle situation ?

Graphique 7. Balance commerciale : marchandises et services commerciaux de l’AEC (2008-2016)

Graphique 7. Balance commerciale : marchandises et services commerciaux de l’AEC (2008-2016)

Source : d’après les statistiques de l’OMC

15Pour la plupart des pays de l’AEC, la balance commerciale en matière de marchandises contribuera négativement au solde extérieur total marchandises plus services (graphique 8), excepté pour le Venezuela et Trinité-et-Tobago. Le fait que ces deux pays soient exportateurs de produits pétroliers et gaziers explique largement leur solde positif en matière de marchandises.

Graphique 8. Balance commerciale marchandises de l’AEC (2008-2016)

Graphique 8. Balance commerciale marchandises de l’AEC (2008-2016)

Source : d’après les statistiques de l’OMC

16L’examen de la balance commerciale des services (graphique 9) montre que celle-ci est généralement positive pour la plupart des pays de l’AEC en raison de l’existence d’un secteur touristique développé. Cependant, cela n’est pas le cas des États de la Caraïbe continentale tels le Venezuela, le Mexique et la Colombie qui enregistrent une balance négative significative des services. Dans la Caraïbe insulaire, le solde net des services est fortement positif pour Cuba et à un degré moindre pour la République dominicaine. Les Bahamas, la Barbade et la Jamaïque, à un niveau relativement plus faible, bénéficient néanmoins d’une contribution nette favorable au solde commercial total de leurs activités de services.

Graphique 9. Balance commerciale des services commerciaux de l’AEC (2008-2016)

Graphique 9. Balance commerciale des services commerciaux de l’AEC (2008-2016)

Source : d’après les statistiques de l’OMC

17Au total, l’AEC occupe une place structurellement faible du commerce international des biens et services, avec une tendance à l’insertion dans la mondialisation plutôt par l’importation. Cela explique que la plupart des balances commerciales de ces pays sont déficitaires (cela est aussi le cas pour leurs balances des transactions courantes). Cependant, leur situation en matière de production et d’échanges de services est plus favorable (bien qu’occupant là aussi une faible part des échanges mondiaux), mais les perspectives de ce type d’activités se présentent sous de meilleurs auspices. Les économies caribéennes, notamment celles de petite taille, fréquemment insulaires, qui souffrent d’un manque d’économies d’échelle en production peuvent tenter de s’insérer dans les chaînes de valeur mondiales à la condition de pouvoir se hisser à un niveau de compétitivité internationale. Le secteur des services (services d’infrastructure ou de processus productif) qui fournit une valeur ajoutée relativement importante dans les exportations de biens manufacturés offre une telle opportunité. Ainsi, un cluster tel que GAT Caraïbes Logistique et Transport, créé en décembre 2012, peut avoir une telle ambition. Il regroupe des acteurs publics et privés de la Grande Caraïbe, de l’industrie du transport, de la logistique, des TIC et du commerce international pour mieux interconnecter localement les activités économiques et s’insérer davantage dans les marchés internationaux, notamment européens. Les flux commerciaux intra - régionaux devraient donc s’accroître : ainsi, une étude récente de la CEPALC a noté que la complémentarité entre producteurs des Belize, Guyana et Suriname et le reste des pays du CARICOM pourrait permettre un tel résultat (McLean et Singh, 2018). Plus précisément, il existe par exemple au sein de l’Organisation des États de la Caraïbe orientale (OECO) un potentiel de complémentarité dans des activités telles que la navigation de plaisance et le tourisme de croisière, la production de certains biens différenciés (équipements médicaux). Plus généralement, la Grande Caraïbe détient des capacités de développement dans l’économie bleue, les industries créatives et les services traditionnels et novateurs (numériques, offshore, financiers, etc.). L’expansion de ces activités nécessite souvent une main-d’œuvre très éduquée, ce qui suppose que soit freinée l’émigration actuelle de travailleurs qualifiés et de diplômés universitaires caribéens (Alleyne et Solan, 2018).

18Qu’en est-il de la problématique des IDE qui sont déterminants pour l’accentuation du développement économique de cette zone ?

2. Un bilan contrasté en matière d’investissements directs étrangers (IDE)

19La question des IDE est fondamentale pour l’avenir économique de la région de la Caraïbe. Sa situation géographique, au carrefour de l’Europe, de l’Amérique du Sud et du Nord, est un atout considérable, insuffisamment exploité aujourd’hui notamment dans le domaine des services (activités numérisées). La participation aux chaînes de valeur mondiales n’exige pas nécessairement l’existence d’un débouché local, condition non remplie par la Caraïbe caractérisée par un marché de consommation d’importance et de pouvoir d’achat limités. En revanche, le niveau élevé de la criminalité et de la violence dans cette région constitue une entrave au développement des affaires et de l’investissement. Un autre problème pourrait dans l’avenir représenter un frein plus redoutable à l’accueil d’IDE dans cette zone : le défi climatique. En effet, la prégnance de ce problème est considérable, car la zone ne résistera pas à une récurrence de reconstructions coûteuses, induites par des cyclones majeurs dévastateurs tel l’épouvantable ouragan Irma en septembre 2017 (risques élevés de migrations climatiques et de désertification économique). Une des dimensions du réchauffement climatique concerne aussi la perspective d’ouverture de nouvelles lignes maritimes, notamment dans la région arctique. En effet, il est vraisemblable que ces nouvelles voies navigables seront opérationnelles plus tôt que prévu en raison d’une non-maîtrise des activités humaines à effet de serre. Le trafic par le canal de Panama et les activités induites dans la zone caribéenne en seraient négativement affectés. Relier Tokyo à Rotterdam par le canal de Suez représente un voyage de 21 200 km et par le canal de Panama un parcours de 23 300 km. En revanche, pour la même liaison maritime, les routes de l’Arctique sont beaucoup plus courtes et, à terme moins coûteuses, avec une distance de 15 900 km (route du Nord-ouest par le Canada) et de 14 100 km (route du Nord-est par la Russie). Il y a là un risque important d’ancrer la région caribéenne dans la périphérie de la mondialisation. Analysons tout d’abord la répartition internationale des IDE en termes de flux et de stocks avant d’évaluer la performance en la matière de l’Association des Etats de la Caraïbe.

2.1. La répartition internationale des IDE dans la période contemporaine

20Cette analyse est menée en termes d’IDE entrants et sortants pour les années 2012, 2014 et 2017 et permet de voir si la structure actuelle de la mondialisation des activités autour des pôles asiatique, européen et nord-américain se consolide ou se recongraphique. Un seul État de l’AEC, Cuba, n’est pas pris en compte dans notre approche basée sur les données de la CNUCED qui ne dispose pas de statistique en la matière pour ce pays. Néanmoins, peu de flux d’IDE entrants concernent cette île en raison notamment de l’embargo américain. Le gouvernement cubain qui aujourd’hui favorise les investissements en technologies avancées ou permettant l’amélioration des infrastructures table dans l’avenir sur des entrées annuelles d’IDE à hauteur de 2,5 milliards de dollars. En raison de la réglementation cubaine rigide, les investisseurs étrangers nouent généralement des joint-ventures avec des entreprises publiques de cette île.

2.1.1. L’analyse en termes de flux d’IDE entrants et sortants

21En ce qui concerne les flux d’investissements directs étrangers, la situation n’est pas globalement plus favorable pour les zones qui sont déjà marginalisées dans l’échange commercial international (graphique 10) : elles ne sont pas privilégiées par les entrepreneurs internationaux. Dans la période contemporaine, on retrouve la prééminence des pays de la Triade avec une progression de la zone asiatique dont l’attractivité croît en termes d’IDE entrants (la Chine augmentant aussi son poids dans les flux d’IDE sortants). Pour l’Union européenne, les évolutions sont plus erratiques avec un tassement des flux d’IDE entrants et des flux d’IDE sortants plutôt dynamiques. Quant à l’Amérique du Nord, ses flux d’IDE entrants et sortants sont vigoureux avec une tendance haussière nettement visible. Enfin, l’Amérique latine et la Caraïbe ainsi que l’Afrique connaissent une évolution plutôt défavorable des flux d’investissements directs étrangers, la situation la plus dégradée apparaissant en Afrique avec un ralentissement des flux entrants ou sortants.

Graphique 10. Évolution des flux d’IDE entrants et sortants par grandes régions du monde (années 2012, 2014 et 2017)

Graphique 10. Évolution des flux d’IDE entrants et sortants par grandes régions du monde (années 2012, 2014 et 2017)

Source : d’après les statistiques de la CNUCED

22En revanche, l’Amérique latine et la Caraïbe reçoivent des flux d’IDE en provenance de l’extérieur d’un niveau supérieur à ceux enregistrés par la Chine : c’est une performance remarquable même si celle-ci s’atténue légèrement au cours de la période étudiée. Qu’en est-il de la situation en termes de stocks d’IDE ?

2.1.2. L’analyse en termes de stock d’IDE entrants et sortants

23De façon plus probante, sur une longue période (2000-2017), les stocks les plus importants d’IDE concernent les pôles majeurs de la mondialisation actuelle avec une Union européenne qui reste l’ensemble mondial dominant en termes de flux et de stocks devant l’Amérique du Nord, ces deux blocs étant de niveau comparable (graphique 11). Puis avec un niveau sensiblement inférieur de stocks d’IDE entrants et sortants vient la zone asiatique qui rattrape néanmoins son retard sur les deux zones précédentes.

Graphique 11. Évolution du stock d’IDE entrants et sortants par grandes régions du monde (années 2000, 2010 et 2017)

Graphique 11. Évolution du stock d’IDE entrants et sortants par grandes régions du monde (années 2000, 2010 et 2017)

Source : d’après les statistiques de la CNUCED

24L’Amérique latine et la Caraïbe ont accueilli depuis les années 2000 davantage d’investissements directs étrangers que le continent africain qui reste la zone la moins attractive avec des stocks d’IDE entrants et sortants mondialement les plus faibles. Détaillons maintenant la situation de l’Association des États de la Caraïbe.

2.2. Une évolution contrastée de l’IDE dans les pays de l’AEC

25L’analyse est conduite pour les IDE entrants et sortants en termes de flux et de stocks pour la période contemporaine. Comme pour les échanges commerciaux, les pays continentaux de la Grande Caraïbe jouent un rôle essentiel dans l’accueil des investissements directs étrangers avec une capacité sensiblement moins élevée d’émission d’IDE tant en termes de flux que de stocks. Elle reçoit un niveau élevé d’investissement direct étranger par rapport au PIB, notamment dans sa composante insulaire où le ratio IDE/PIB dépassait 10 % en 2012. La Caraïbe continentale est le réceptacle de plus d’IDE (flux et stock) que la Caraïbe insulaire, la première étant davantage concernée par des investissements manufacturiers alors que la seconde est surtout l’objet de réalisations dans les activités touristiques. On peut aussi remarquer que les flux d’IDE, notamment dans la Caraïbe insulaire, apparaissent relativement peu rentables, avec des revenus de ces opérations nettement inférieurs à ceux observés en Amérique latine, ceci s’expliquant par la structure sectorielle de ces investissements, fortement orientés vers les services, en particulier le tourisme (De Groot et Pérez Ludeña, 2014).

2.2.1. L’analyse en termes de flux d’IDE entrants et sortants de l’AEC

26Comme le montre le graphique 12 ci-dessous, les pays de l’AEC sont principalement concernés par des flux d’IDE entrants. Deux pays captent l’essentiel de ces investissements directs étrangers : le Mexique et la Colombie. Puis, à des niveaux plus faibles, mais comparables, apparaissent le Venezuela, le Panama, le Costa Rica, la République dominicaine, les Bahamas et la Jamaïque. Le Mexique occupe une place particulière dans l’AEC en raison de son appartenance simultanée à l’ALENA dans laquelle il est une composante significative de la production industrielle régionale (États-Unis), notamment dans les secteurs de l’automobile, de l’électronique et de l’aéronautique. Ces activités sont soumises à d’intenses évolutions technologiques qui, d’une part, conduisent le Mexique à s’élever dans la hiérarchie des avantages comparatifs pour poursuivre sa participation aux chaînes de valeur mondiales et, d’autre part, peuvent accentuer le dualisme productif avec les industries traditionnelles de ce pays. Des IDE ont été réalisés aussi dans les secteurs de l’énergie (énergies renouvelables), de la métallurgie, de l’agroalimentaire, de la chimie, du transport (en particulier, le déploiement d’infrastructures pour l’économie numérique), de la construction, du commerce, etc. Entre 2010 et 2017, le secteur manufacturier a représenté 54 % des entrées d’IDE et 85 % des exportations du Mexique. En Colombie, les secteurs du transport et des télécommunications puis les industries pétrolières et minières se partagent l’essentiel des IDE, notamment en 2017. Malgré l’attractivité du Venezuela, pays pétrolier, riche en ressources naturelles, avec un marché intérieur de taille significative, les flux d’IDE vers ce pays ont baissé ces dernières années en raison de l’instabilité du pays (réformes « bolivariennes » restreignant le droit de propriété privée, instaurant le contrôle des devises, recourant aux nationalisations, etc.). En 2016, les stocks d’IDE disponibles valaient 10 % du PIB, soit le taux le plus bas d’Amérique latine. Au Costa Rica, le secteur manufacturier (notamment les activités d’équipements et dispositifs médicaux) reçoit le plus d’IDE devant le tourisme et le commerce de détail. Ce pays est aussi un important centre d’exportation de services, avec, par exemple, en 2017, l’ouverture par Amazon d’un centre de service clientèle. Le Panama continue de recevoir des flux d’IED croissants, le situant en 2017 au 7e rang des récepteurs d’investissements étrangers de l’ensemble de l’Amérique latine et caribéenne. La plupart des réalisations sont concentrées dans le secteur des services (logistique, transport, commerce, finance). Des investissements étrangers interviennent aussi en matière d’infrastructure (traitement des eaux usées), de réseaux de télécommunications, d’énergies renouvelables.

27Dans la Caraïbe insulaire, la République dominicaine, très attractive en matière d’IDE, bénéficie de réalisations dans le tourisme (et le secteur immobilier qui lui est étroitement lié), la fabrication, les services d’exportation, les secteurs miniers et électriques. Aux Bahamas, les IDE ont légèrement diminué en 2017 avec des opérations réalisées essentiellement dans le tourisme, secteur majeur de l’économie et principal destinataire des investissements en provenance des pays tiers (projets hôteliers, création ou aménagement d’infrastructures portuaires dans le secteur des croisières). La Jamaïque, quant à elle, reçoit des investissements extérieurs dans l’exploitation minière (transformation de la bauxite) et les activités touristiques. On soulignera également l’existence d’IDE dans le domaine de l’énergie (construction de centrale à gaz) pour réduire la dépendance au pétrole et diminuer le prix de l’électricité et le secteur des énergies renouvelables (équipement photovoltaïque). On peut noter aussi que de nombreux pays caribéens ont mis en place des programmes
d’acquisition de la citoyenneté par l’investissement dans lesquels la citoyenneté est octroyée aux étrangers en échange d’investissement, soit dans un fonds national, soit dans des projets spécifiques approuvés par le gouvernement. Des mesures plus traditionnelles d’exemption temporaire de fiscalité pour les IDE sont largement répandues dans l’AEC, conduisant à une concurrence par l’impôt et à un amoindrissement problématique des recettes fiscales quand des États caribéens endettés sont concernés.

Graphique 12. Évolution des flux d’IDE entrants et sortants de l’AEC – Années 2012 et 2017

Graphique 12. Évolution des flux d’IDE entrants et sortants de l’AEC – Années 2012 et 2017

NB : N’ont été retenus dans le graphique que les pays dont les flux d’IDE entrants ou sortants ont atteint au moins une fois le montant de 100 millions de dollars sur la période étudiée.

Source : d’après les statistiques de la CNUCED

28Globalement, on remarque que les flux d’IDE entrants se dirigent plutôt vers la Caraïbe continentale et que les pays qui ont une activité d’investissements à l’étranger relativement significative appartiennent à cette entité (Mexique, Colombie, Venezuela).

2.2.2. L’analyse en termes de stock d’IDE entrant et sortants de l’AEC

29En termes de stocks d’IDE, le contraste est encore plus net entre la Caraïbe insulaire et la Caraïbe continentale de l’AEC (graphique 13).

Graphique 13. Évolution du stock d’IDE entrants et sortants de l’AEC – Années 2000 et 2017

Graphique 13. Évolution du stock d’IDE entrants et sortants de l’AEC – Années 2000 et 2017

NB : N’ont été retenus dans le graphique que les pays dont le stock d’IDE entrants ou sortants a atteint au moins une fois le montant de 1milliard de dollars sur la période étudiée.

Source : d’après les statistiques de la CNUCED

30Le Mexique (près de 490 milliards de dollars de stocks d’IDE entrants en 2017) et, à un degré moindre, la Colombie (180 milliards de dollars de stocks d’IDE entrants en 2017) enregistrent les niveaux de stocks d’IDE les plus élevés de l’AEC. Tous les autres États de cette zone ont des niveaux de stocks d’IDE entrants en 2017 qui sont inférieurs à 50 milliards de dollars. Dans la Caraïbe insulaire, la République dominicaine atteint environ 37 milliards de dollars de stocks d’IDE en 2017, toutes les autres îles se situant sous le niveau des 21 milliards de dollars obtenu par les Bahamas.

31De tels écarts d’investissements directs étrangers révèlent en fait une hétérogénéité des systèmes productifs de l’AEC qui limitent la pertinence de projets d’intégration économique régionale sur le modèle de l’Union européenne ou de la zone euro (expérience elle-même en difficulté en raison de la divergence productive intrazone). Des tentatives d’intégration économique viables sont néanmoins possibles à la condition que l’objectif soit limité à une forme élémentaire d’organisation internationale régionale (accord préférentiel, zone de libre-échange), une forme plus élaborée ne fonctionnant pas ou mal dans les faits (union douanière, union monétaire, etc.).

Conclusion

32En termes de relations commerciales extérieures, les pays caribéens de l’AEC ont une structure de commerce international caractéristique des zones en développement ou émergentes : des exportations de produits agricoles ou minéraux, des biens de faible ou moyenne valeur ajoutée, quelques niches de technologie de pointe (Mexique) et des importations de produits transformés plus élaborés ou de haute technologie. De plus, le commerce intrarégional est faible : alors que dans l’Union européenne, les échanges intracommunautaires s’élèvent à un peu moins de 70 % du commerce total des États membres, pour les pays d’Amérique latine et de la Caraïbe, les échanges intrazone représentent moins de 20 % (situation similaire en Afrique et en Océanie). Une meilleure organisation régionale des activités devient donc aujourd’hui essentielle pour améliorer la performance domestique des économies caribéennes et aboutir à des échanges commerciaux intrazone plus denses. Les acteurs publics et privés locaux sont mobilisés pour atteindre ces objectifs qui permettront de renforcer le rôle international de la Caraïbe et d’attirer davantage d’IDE. La clé de la réussite dépend aussi et surtout de l’adaptation du capital humain caribéen pour le rendre plus compétitif et performant dans la mondialisation (les formations et les structures d’enseignement devant préalablement être évaluées et sans doute réformées).

OMC (2017). Profils commerciaux 2017, Genève.

Haut de page

Bibliographie

Alleyne D. & I. I. Solan (2018). “Leveraging the diaspora for Caribbean development: the role of network effects”, In I. Minto & M. Elo (Eds.), Diaspora Networks in International Business, Springer.

De Groot O. & M. Pérez Ludeña (2014). Foreign direct investment in the Caribbean -Trends, determinants and policies”, Studies and Perspectives 35, Eclac, United Nations, Santiago du Chili.

ECLAC, United Nations (2018). The Caribbean Outlook 2018, Santiago du Chili.

McLean S. & R. Singh (2018). “Monitoring trade agreements: improving export performance and promoting industrialization in the goods-producing economies of the Caribbean”, Studies and Perspectives, n° 65, Eclac, Santiago du Chili.

OMC (2017). L’examen statistique du commerce mondial 2017, Genève.

UNCTAD (2018). World Investment Report 2018. Investment and New Industrial Policies, New York et Genève, United Nations.

Yvars B. (2011). « L’APE Caraïbe peut-il favoriser une meilleure insertion de cette région dans la mondialisation ? », dans E. Dubesset et R. Lucas (dir.), La caraïbe dans la mondialisation : quelles dynamiques régionalistes ?, Paris, L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1 L’AEC est une organisation internationale composée de 25 membres et créée le 24 juillet 1994 à Carthagène en Colombie. Elle est une instance de coopération sans pouvoir coercitif. Dans notre article, nous avons étudié une entité composée des 25 membres de l’AEC à laquelle nous avons ajouté l’île de Montserrat.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Part mondiale des exportations (X) et des importations (M) de marchandises et services commerciaux par grandes régions en 2008 et 2016
Crédits Source : d’après les données de l’OMC
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14850/img-1.png
Fichier image/png, 37k
Titre Graphique 2. Évolution de la balance commerciale par grandes régions mondiales (2006-2016)
Crédits Source : d’après les données de l’OMC
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14850/img-2.png
Fichier image/png, 44k
Titre Graphique 3. Exportations de marchandises de l’AEC 2006 et 2016
Crédits Source : d’après les statistiques de l’OMC
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14850/img-3.png
Fichier image/png, 46k
Titre Graphique 4. Importations de marchandises de l’AEC en 2006 et 2016
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14850/img-4.png
Fichier image/png, 46k
Titre Graphique 5. Exportations de services de l’AEC en 2006 et 2016
Crédits Source : d’après les statistiques de l’OMC
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14850/img-5.png
Fichier image/png, 50k
Titre Graphique 6. Importations de services 2006 et 2016 dans l’AEC
Crédits Source : d’après les statistiques de l’OMC
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14850/img-6.png
Fichier image/png, 63k
Titre Graphique 7. Balance commerciale : marchandises et services commerciaux de l’AEC (2008-2016)
Crédits Source : d’après les statistiques de l’OMC
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14850/img-7.png
Fichier image/png, 52k
Titre Graphique 8. Balance commerciale marchandises de l’AEC (2008-2016)
Crédits Source : d’après les statistiques de l’OMC
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14850/img-8.png
Fichier image/png, 51k
Titre Graphique 9. Balance commerciale des services commerciaux de l’AEC (2008-2016)
Crédits Source : d’après les statistiques de l’OMC
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14850/img-9.png
Fichier image/png, 52k
Titre Graphique 10. Évolution des flux d’IDE entrants et sortants par grandes régions du monde (années 2012, 2014 et 2017)
Crédits Source : d’après les statistiques de la CNUCED
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14850/img-10.png
Fichier image/png, 91k
Titre Graphique 11. Évolution du stock d’IDE entrants et sortants par grandes régions du monde (années 2000, 2010 et 2017)
Crédits Source : d’après les statistiques de la CNUCED
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14850/img-11.png
Fichier image/png, 50k
Titre Graphique 12. Évolution des flux d’IDE entrants et sortants de l’AEC – Années 2012 et 2017
Légende NB : N’ont été retenus dans le graphique que les pays dont les flux d’IDE entrants ou sortants ont atteint au moins une fois le montant de 100 millions de dollars sur la période étudiée.
Crédits Source : d’après les statistiques de la CNUCED
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14850/img-12.png
Fichier image/png, 48k
Titre Graphique 13. Évolution du stock d’IDE entrants et sortants de l’AEC – Années 2000 et 2017
Légende NB : N’ont été retenus dans le graphique que les pays dont le stock d’IDE entrants ou sortants a atteint au moins une fois le montant de 1milliard de dollars sur la période étudiée.
Crédits Source : d’après les statistiques de la CNUCED
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/14850/img-13.png
Fichier image/png, 65k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Yvars, « L’insertion actuelle de l’Association des États de la Caraïbe (AEC) dans le commerce international », Études caribéennes [En ligne], 42 | Avril 2019, mis en ligne le 15 avril 2019, consulté le 24 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/14850 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.14850

Haut de page

Auteur

Bernard Yvars

Économiste, Chaire Jean Monnet en Intégration Régionale Comparée, Équipe Horizons caribéens, Université de Bordeaux

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals