Navigation – Plan du site
Hors-dossier

La Compagnie royale d’Afrique et les commerçants négriers anglais sur la baie de Loango (entre 1650 et 1838)

Royal African Company and Bristh Slaves Traders in the Loango Coast (between 1650 and 1838)
La Compañía Real de África y los traficantes ingleses en la bahía de Loango (entre 1650 y 1838)
Arsène Francoeur Nganga

Résumés

À partir de 1550, le royaume d’Angleterre entre dans le concert du commerce des pièces d’Inde sur les côtes africaines en s’aventurant premièrement sur les côtes de la Sierra Leone et de la Côte de l’Or (Ghana moderne). Un siècle plus tard, les Anglais arrivent sur le littoral du royaume de Loango après une vaine tentative sur les côtes de la colonie de l’Angola accaparée par les Portugais voulant défendre leur monopole contre toute forme de concurrence. La baie de Loango offrait une traite moins coûteuse et de bonne qualité ; elle deviendra un eldorado pour la Compagnie royale d’Afrique et les commerçants négriers britanniques qui furent essentiellement des Anglais. La montée de la Grande-Bretagne en tant que première puissance négrière de l’Europe au XVIIIe siècle n’aurait pu se faire sans leur présence sur la baie de Loango, une structure importante de l’économie britannique du XVIIIe siècle.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La Compagnie royale d’Afrique, créée en 1672, fut le pilier du développement de la traite négrière du Royaume-Uni pour assurer les succès de l’exploitation sucrière et l’économie de plantations dans la Caraïbe. Cette compagnie fut relayée ensuite par des commerçants anglais à partir de 1698, avec le concours du parlement et la bénédiction de la Couronne britannique qui patronnait le lobby des esclavagistes. Les Britanniques sont entrés dans le concert de la traite négrière transatlantique à partir de 1550, à la suite de la France (1520), lorsque l’Espagne et du Portugal, lancés dans ce juteux et odieux commerce du bétail humain depuis le xve siècle commençaient à rencontrer des difficultés pour disposer de suffisamment de produits à échanger contre l’or et les esclaves africains. La révolution industrielle de la région anglaise des Midlands, notamment avec le métal de Birmingham et les textiles de Manchester, va ravitailler l’Afrique pour un coût dérisoire : des couteaux, des armes, des tissus en échange d’esclaves. Cette aventure marchande débute sur les côtes de l’Afrique de l’Ouest jusqu’au golfe du Bénin, pour exploiter l’or de la rivière Gambie et pour extraire les esclaves destinés aux colonies du Nouveau Monde. En descendant le long du Golfe de Guinée, les flottes mercantilistes du Royaume-Uni débarquent sur le littoral de la côte dite d’Angole, notamment celle du royaume de Loango « Baie de Loango », à partir de la seconde moitié du xviie siècle. Les Britanniques étaient attirés par cette traite moins coûteuse et très abondante. Les sites de Loango, Cabinda et Malemba devinrent au xviiie siècle, les ports privilégiés par les navires britanniques en raison de la qualité et du prix des esclaves. À travers les lignes qui vont suivre, nous allons tenter de ressusciter, la présence britannique dans la région de la baie de Loango au cours de cette période où s’accélèrent les déportations destinées à peupler la Caraïbe et l’Amérique du Nord britannique.

2Notre étude va procéder dans un premier temps à la présentation de la baie de Loango. L’accent sera ensuite mis sur les acteurs que sont la Compagnie royale d’Afrique et les commerçants négriers anglais. Enfin nous étudierons la présence de la compagnie royale d’Afrique et des commerçants négriers anglais sur la baie de Loango.

1. Présentation de la baie de Loango

3La baie de Loango désignait le littoral correspondant aux côtes du royaume de Loango situé en Afrique centrale, dans la région du golfe de Guinée (cf. figures 1 et 2). Cette côte n’avait pas retenu l’attention des Portugais qui la découvrirent entre 1473 et 1482, préférant, celle du royaume Kongo, plus riches d’opportunités. La frontière nord de la baie de Loango, signalée par les navigateurs et les compilateurs, était située au Cap sainte Catherine.Olfert Dapper (1686) et les cartes de la collection d’Anville (xviiie siècle) placent la frontière septentrionale du Loango, au Cap sainte Cathérine.Filippo Pigafetta a quant à lui, fait remonter le royaume de Loango, jusqu’au Cap Lopez, dans sa relation de 1591. La tradition orale des populations Nkomi arrivée vers 1650 sur la lagune du FernanVaz, au sud du delta de l’Ogooué à 1° 35’ 33’ Sud, 9° 25’ 45’ Est, dit qu’ils livrèrent bataille avec les Vili, pour prendre possession de la lagune.

Figure 1. Le golfe de Guinée vers 1770

Figure 1. Le golfe de Guinée vers 1770

Source : Par Rigobert Bonne — Ce fichier a été fourni à Wikimedia Commons par Geographicus Rare Antique Maps, marchand spécialisé dans la cartographie d’antiquaire et les cartes historiques du XVe au XVIe siècle, dans le cadre d’un projet de coopération., Domaine public, https://commons.wikimedia.org/​w/​index.php?curid=14675517

Figure 2. Les royaumes de Congo, Angola et Benguela

Figure 2. Les royaumes de Congo, Angola et Benguela

Source : carte de Jacques Bellin (1754), dans L’abbé François Prevost d’Exiles (1761), Histoire Générale des Voyages, Paris, Didot, URL: https://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:Congo_map_1754.jpg

4Notre étude situe la frontière nord de la baie de Loango à partir du Cap Lopez-Gonzalvo (actuel Gabon), notamment à la pointe de l’actuelle île Mandji, dans le delta de l’Ogooué à 0° 37’ 46’ Sud, 8° 42’ 28’ Est. La baie de Loango s’étendait jusqu’au sud, à l’embouchure du fleuve Congo à 6° 03’ Sud, 12° 22’ Est, localisée à Moanda (actuelle République démocratique du Congo). Selon Annie Merlet, « Jusqu’au xixe siècle, les peuples côtiers sont mal connus entre le Cap Lopez et Mayumba. Ce sont surtout les voyages du Français Paul Duchaillu, entre 1858 et 1865, qui permettront de faire véritablement leur connaissance » (1991 : 7-8). La baie de Loango avait plusieurs sites portuaires d’embarquement et de débarquement. Sur la base de la description des établissements de traite des noirs du Commandant Edouard Bouet Willaumez en 1845, nous avons : Cap Lopez, Sangantane, FernanVaz, Sette Cama, Mayumba, Kilonga, Pointe Banda, Bas Kouilou, Loango (non loin de la capitale Bwali), Pointe indienne, Punta negra (aujourd’hui Pointe-Noire), Cabinda, Malemba et Boma.

5Toute la côte au nord du fleuve Congo relevait donc du royaume de Loango qui était situé au nord du royaume Kongo et « À l’intérieur des terres, le royaume s’étendait sous l’équateur vers l’est jusqu’aux extrémités de l’Anzicana, toujours le long des montagnes faisant la séparation d’avec le pays des Anziques au nord (…) », tel que l’ont décrit Pigafetta et Lopes (1591). Olfert Dapper appela, les extrémités de l’Anzicana « la terre de Pombo » à cent cinquante lieux de la capitale Bwali (1686 : 205). La présence des flottes néerlandaise, française et anglaise dans la baie de Loango est le résultat de la richesse et de la puissance commerciale du Loango qui comme un parfum a attiré l’occident à ses portes dès le début du xviie siècle. En effet, le royaume de Loango jouissait d’une prospérité bien avant l’arrivée des Européens. Cette prospérité était établie et fondée sur le commerce de longue distance. P.M. Martin (1972) signale la présence des commerçants du Loango dans les états voisins, notamment dans la province du Nsundi du Kongo, pour trafiquer le cuivre qu’ils vendaient aux Européens sur la baie de Loango. Les habitants du Loango échangeaient le bois rouge avec divers articles, dont la quincaillerie, et ils vendaient également de l’ivoire, des carrés de raphia que les Portugais utilisaient comme monnaie dans l’hinterland angolais.

  • 1 Savary des Brulons, J. (1723-1730). Dictionnaire universel de commerce, Paris : 1069-1070.

6Ce sont les commerçants néerlandais qui furent les premiers à lancer des activités commerciales sur la baie de Loango à partir des années 1580 et 1600. Le néerlandais Pieter Van Den Broeck a fondé le premier comptoir européen à Loango le 8 février 1610 (Nganga, 2017). Ce premier comptoir fut fermé par les autorités de Loango quelques années après, avant de rouvrir la côte pour les navires de toutes les nationalités et prospérer au siècle suivant. Après avoir trafiqué or, ivoire, cuivre, etc., c’est à partir de 1636 que les commerçants néerlandais se lanceront dans le commerce des esclaves. Des commerçants français sont signalés sur la côte du Loango en 1673. Par contre, la Compagnie de l’Assiente fréquente, la baie de Loango, à partir de 17031. Quand les Anglais arrivent sur la baie de Loango dans la seconde moitié du xviie siècle (officiellement en 1650), ils seront principalement actifs sur les sites de Loango, Malemba et Cabinda et Mayumba. La baie de Loango était une zone de commerce libre, ouverte à toute nation européenne désireuse d’y commercer. Le littoral de Loango avait la réputation d’être une zone de traite abondante et de bonne qualité. Le marin français Degranpré (1801) dira que l’on y vendait « La fleur de la traite, que sont les Mayombés et les Bakongo », « des noirs robustes, durs à la fatigue et façonnés à la servitude… »

Photographie 1. Récipient (marchandise de traite) fabriqué à Bristol (Angleterre)

Photographie 1. Récipient (marchandise de traite) fabriqué à Bristol (Angleterre)
  • 2 Entretien avec Joseph Kimfoko Madoungou, à Diosso (Congo), le 3 juin 2017.

Récipient (marchandise de traite) fabriqué à Bristol (Angleterre), utilisé pour échanger contre des esclaves et retrouvé chez un habitant de Diosso2, non loin du site de Loango et exposé dans le musée Maloango de Diosso (République du Congo).

Source : Auteur, le 3 juin 2017, avec l’autorisation du Musée Maloango.

2. De la Compagnie Royale d’Afrique et des commerçants négriers anglais

7À partir du xvie siècle, les États européens commencèrent à créer des compagnies commerciales pour commercer avec l’Afrique. Les contacts entre l’Occident et l’Afrique ont toujours été dictés par les nécessités économiques des pays occidentaux, de l’antiquité à nos jours. Les jumeaux ibériques qui initièrent la traite des Africains seront surpassés, premièrement, par la création de la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales créée par Willem Usselincx (1567-1647) pour commercer avec l’Afrique et établir des colonies dans le Nouveau Monde. Les Français créeront la Compagnie du Sénégal en 1673 à la demande du roi Louis XIV. Cette compagnie française est l’une des nombreuses compagnies coloniales françaises et la seconde des compagnies européennes créée spécifiquement pour la traite négrière. Elle remplace la Compagnie des Indes occidentales, fondée neuf ans plus tôt par Colbert.

8En Angleterre, le capitaine John Hawkins est le pionnier du trafic négrier sur les côtes africaines qui s’engagea dès 1562 pour livrer des esclaves africains aux colonies espagnoles. En1564, John Hawkins effectue sa seconde expédition pour acquérir du bois d’ébène, avec la participation de la reine Elizabeth 1re qui y joignit un navire de 700 tonneaux. En 1567, il monta, en compagnie de son neveu Francis Drake, une expédition vers l’Afrique pour y acheter des esclaves et les revendre dans les colonies du Nouveau Monde.

9Nicholas Crispe, marchand d’esclaves, armateur et député du parlement britannique, créa en 1618 une compagnie de traite négrière, la Guinea Company, consacrée au commerce sur les côtes de l’Afrique. Il en devint en 1625 son principal bénéficiaire, mais le monopole dont il bénéficia de la Couronne lui fut retiré en 1640. Par la suite, des commerçants de Londres créèrent la Royal Adventures of England Trading to Africa, incorporée par une charte royale du 10 janvier 1663. Cette compagnie fut reconstituée, par une nouvelle charte le 27 septembre 1672, avec le nom de Royal African Company of England (la Compagnie royale d’Afrique). Cette compagnie fut créée un an avant la naissance de la Compagnie du Sénégal par la famille royale anglaise « Stuart » ou « Steward », des membres de la famille royale britannique et les commerçants de Londres, lorsque Charles II accède au trône, après la restauration de 1660. L’expansion commerciale tous azimuts est aidée par la Couronne britannique qui négocie les droits commerciaux à l’étranger.

  • 3 Matthew David Mitchell: Legitimate commerce “in the Eighteenth Century: The royal African company o (...)

10La création de la Compagnie royale d’Afrique a entraîné la faillite en 1673 de la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales qui jadis s’était imposée au détriment des Portugais. La bataille du commerce négrier britannique fut menée par Jacques II d’Angleterre, avec le soutien de plusieurs planteurs des colonies nord-américaines. Fait symptomatique, en plus des entrepreneurs et actionnaires royaux de cette compagnie, figuraient parmi ses investisseurs les plus actifs, le « philosophe de la liberté », John Locke, et plus tard le compte de Bath, James Brydges, duc de Chandos, et un groupe d’aristocrates anglais qui lancèrent à partir de 1720 une recapitalisation massive de la Compagnie royale d’Afrique en se tournant vers le commerce des minerais3. Les profits de la Compagnie royale de l’Afrique ont contribué grandement à agrandir la puissance financière de ceux qui contrôlaient Londres (UNESCO, 1992 : 10). La Compagnie royale d’Afrique avait légalement le monopole sur le commerce britannique en Afrique atlantique, du Cap salé (Maroc) jusqu’au Cap de Bonne-Espérance (Afrique du Sud). Ses premiers intérêts étaient l’exploitation de l’or de la rivière Gambie et ensuite le commerce des esclaves africains. Par la suite, le gouvernement britannique constatant que la Compagnie royale d’Afrique n’apportait pas assez de capitaux à l’économie nationale, cette compagnie perdit son monopole en 1698 et finit insolvable en 1750. Ses ports et ses factoreries furent acquis par une autre société, la Company of Merchants Trading to Africa, créée en 1750 et qui exista jusqu’en 1821.

11Quand les compagnies commerciales britanniques perdirent leur monopole avec la fin de la puissance royale durant la glorieuse révolution (Glorious revolution) ou révolution sans effusion de sang, aussi appelée « seconde révolution anglaise » (1688-1689), une loi ouvrit le commerce avec l’Afrique aux commerçants britanniques en 1698. Ce sont les commerçants anglais, de Londres, Exeter, Liverpool et Bristol, qui se lancent dans la traite négrière avec les subventions de la famille royale. Alicia Marie Bertrand (Bertrand, 2011) a parlé de « 1720 » comme l’année du début de l’ascension des commerçants négriers britanniques (principalement des Anglais) qui finirent par suppléer la Compagnie royale d’Afrique. Les commerçants de Liverpool furent les plus puissants dans le commerce des pièces d’Inde jusqu’en 1730. L’ouverture du trafic négrier aux commerçants de Grande-Bretagne se traduit par une recrudescence du nombre des esclaves transportés dans les navires britanniques.

12La Compagnie royale d’Afrique établit des fortifications le long des côtes africaines avec l’aide de l’armée et de la marine royale britannique, pour servir de station de commerce à partir de 1672 sur la côte de Guinée. Elle tente d’évincer les comptoirs français. Ils établissent une série de « forts-ventouses », qui, inlassablement, vont ponctionner les hommes et les femmes les plus jeunes et les plus vigoureux du continent pour les déporter en Amérique. De la Sénégambie au fond du golfe de Guinée, les Européens en général ont bâti une sorte de ligne Maginot discontinue qui leur servait à la fois d’escale économique et de refuge contre les agressions des puissances européennes rivales aussi bien que contre celles des États africains limitrophes. Les Portugais avaient construit un premier fort à Arguin en 1555. Pris par les Hollandais, il devenait français en 1666. Sur la Gambie, les Anglais ont bâti le fort Saint James en 1664 pour commercer directement avec le Galam, le Bambouc et l’ensemble du royaume de Fouta Jallon. Les Français essayeront sans grand succès de les concurrencer en établissant à proximité le petit fort d’Albréda, mais la Gambie resta dans la mouvance anglaise. Cape Coast était le quartier général des Anglais. Mais au-delà des limites de ces forts, on entrait dans les terres sous souveraineté africaine où aucun blanc ne s’aventurait sans autorisation du pouvoir en place.

13La disposition des forts anglais de la côte atlantique de l’Afrique était la suivante :

  • Sénégambie : James fort, Gellifree, Cutcheoforts et Dog Island ;

  • Sierra Leone : Sierra Leone, Sherbrow et Bance Island fort ;

  • Côte d’Or : Cabo-Corso-Castle (Fort de Cape Coast), Komenda, Fort Metal Cross, Fort Sekondi, Anomabu, Fort Charles, Fort Apollonia, Fort Winneba et Fort Vernon ;

  • Baie du Benin : Fort William d’Ouidah et Jakin ;

    • 4 Les Anglais étaient également présents sur le site de Loango mais n’y construisirent aucun fort.

    Baie de Loango : Fort Mayumba, Cabinda et Malemba4

14Instrument de négoce du Royaume-Uni, la Compagnie royale d’Afrique dispose d’agents dans les colonies britanniques des Amériques, de la Caraïbe et en Afrique. En Virginie par exemple, des commerçants londoniens étaient associés avec des résidents de Jamestown impliqué dans la traite. Les agents de la compagnie en Virginie recevaient 7 % de la commission des ventes. Selon Donnan (1930), John Page, Colonel Nathaniel Bacon et William Sherwood furent les plus prééminents contacts de la Compagnie royale d’Afrique en Virginie. Thomas Modyford, William Heysham, Stephen Gascoigne (…) quant à eux, furent des agents de la compagnie à la Barbade.

15En Afrique, les agents de la Compagnie royale d’Afrique étaient pour la plupart des gérants des fortifications, parmi lesquels : Daniel Pepper, David Welsh, Dykes Boucher, Charles Orfeur (…). La traite britannique exercée par la Compagnie royale d’Afrique et les commerçants anglais fut bien régulé dès ses débuts. L’esclavage dans les colonies était approuvé par des lois du parlement à Londres qui avait une attention légale sur cette dernière. Les points de départ du Royaume-Uni vers les côtes africaines pour le commerce négrier furent nombreux : Londres, Liverpool, Bristol, Plymouth, Exeter, Bridgeport, Chester et Poulton.

3. De la Compagnie Royale d’Afrique et des commerçants négriers anglais sur la baie de Loango : 1650-1838

  • 5 Les Français ont osé fréquenter les côtes partant du site de Loango jusqu’à Ambriz

16La Compagnie royale d’Afrique et les commerçants anglais, après avoir débuté le trafic négrier en Afrique de l’Ouest, particulièrement en Sierra Leone et à Calabar, poursuivirent en Afrique centrale. Avant de descendre en Afrique centrale, les Anglais achetaient déjà des captifs originaires de cette région auprès des autres nations impliquées dans le commerce négrier, comme les Néerlandais. En 1642, par exemple, deux commerçants anglais offrirent aux Espagnols, 2000 esclaves acquis des Néerlandais sur la côte d’Angole (Thornton et Heywood, 2007 : 47). Les Néerlandais ont également livré des esclaves de l’Afrique centrale dans la colonie anglaise de Virginie à la fin du xviie siècle, une colonie où l’esclavage avait commencé dès 1619. Richard Ligon qui a visité la colonie anglaise de la Barbade en 1648-1649 a signalé la présence d’une population servile de la colonie d’Angola (Ligon, 1673 ; Myra, 1997). Il disait que les esclaves provenaient aussi bien de « Guinny, Binney, Catechew, Angola, River Gambia ». Les Anglais possédaient déjà des informations sur la qualité de la main-d’œuvre servile, disponible sur les côtes de l’Afrique centrale, avant même d’y arriver. C’est sur les côtes de la colonie de l’Angola que les Britanniques ont commencé à s’approvisionner en bois d’ébène en Afrique centrale. Un commerçant anglais qui trafiquait à Calabar en 1660 déclara que les captifs de Calabar n’étaient pas plus valeureux que ceux de la côte d’Angole (Thornton, Heywood, 2007 : 47). Les Anglais et les Néerlandais acquéraient la plupart de leurs esclaves en Afrique centrale. Les Anglais les obtenaient directement des mains des Néerlandais. Quand les Anglais commencèrent à trafiquer sur la côte de la colonie de l’Angola et du royaume Kongo - à une date mal connue-, ils furent confrontés à de sérieuses difficultés dans cette zone d’influence portugaise5 ; la côte était stratégique pour le peuplement de la colonie du Brésil. En 1659, le gouverneur de la colonie de l’Angola saisit le navire anglais Hopewell et son équipage fut retenu pendant deux ans. Pour l’historien américain John K. Thornton, les Anglais se découragèrent de trafiquer sur les côtes angolaises et débutèrent leur trafic sur la baie de Loango, une zone de traite libre (Thornton et Heywood, 2007 : 47).

  • 6 Des chercheurs comme Annie Merlet, situe le début du trafic négrier anglais sur la baie de Loango, (...)

17Les Britanniques ont débuté la traite sur la baie de Loango en 16506. La Compagnie royale d’Afrique voulut créer une factorerie au Loango en 1680, mais les lois du royaume s’y opposèrent. Au cours de la seconde moitié du xviie siècle, les Anglais ont lancé de nombreuses expéditions sur la baie de Loango, mais ces expéditions sont peu documentées. La prédominance anglaise, mais surtout française sur la baie de Loango, permit d’instaurer le commerce négrier sur la rivière Ogooué à partir de 1700. La traite britannique est très bien documentée sur les côtes du Loango est très bien documentée à partir de cette date. Jean Barbot, un explorateur français employé par la compagnie du Sénégal et la Compagnie royale d’Afrique constata qu’en 1681, la langue anglaise était déjà parlée à Cabinda.

18Les Anglais ont embarqué des esclaves dès le début de l’année 1700 partir du site de Malemba (royaume de Kakongo). Ils s’établirent ensuite sur le site de Loango et, graduellement, redescendirent à Malemba, puis à Cabinda et après 1800, à Boma. Les deux livres (1725, 1726) du capitaine Nathaniel Uring, commerçant et officier de la marine marchande anglaise, qui arriva le site de Loango en 1701, sont une source importante pour l’histoire du début des colonies de Saint-Vincent, Sainte-Lucie, Belize et du royaume de Loango au xviiie siècle. Nathaniel Uring embarqua pour les Antilles à partir du site de Loango, puis il fut le vice-gouverneur de Sainte-Lucie et Saint-Vincent.

19En raison du succès de la traite dans la région, la Couronne britannique y nomma un gouverneur en la personne du capitaine Nurse Hereford, qui quitta l’Angleterre pour le Cabinda avec 9 personnes et 6 soldats en 1721. La compagnie royale d’Afrique y érigea un fort entre 1721 et 1723. Le fort de Cabinda fut attaqué par les Portugais en mai 1723 (Morgan, 2007 : 58). Ces derniers ne voyaient pas d’un bon œil la présence de ces rivaux sur leur zone d’influence. Les Portugais entendaient devenir les véritables maîtres du marché et défendre leur monopole contre toute forme de concurrence. Les Portugais excitaient les populations d’Angola et de la région côtière contre les concurrents européens et accordaient même une prime pour chaque Néerlandais, Français ou Anglais capturé ou tué. Le conflit d’intérêts entre les Européens fut violent. Les marchandises des Français, des Anglais et des Néerlandais qui étaient de qualité supérieure à celles des Portugais circulaient de poche en poche, jusqu’à Luanda (Angola). Pour tenter d’endiguer ce flux, les Portugais construisent, en 1759, le fort de Sao José d’Encoge, non loin d’Ambuila, puis en 1783 celui de Cabinda. En 1784, les Portugais interdirent aux autres nations européennes le droit de commerce sur le site de Cabinda, après avoir extorqué de force un traité qui leur accordait l’exclusivité du commerce. Sans attendre, une escadre française sous le commandement de Bernard de Marigny débarqua à Cabinda en juin 1784 et rasa entièrement les installations portugaises. Les Français rétabliront la liberté de commerce pour toutes les nations. C’est aussi dans le même contexte de lutte pour le contrôle des sources d’approvisionnement en esclaves qu’en août 1641, une invincible armada hollandaise, sous le commandement de l’amiral Cornelis Jol, attaqua et s’empara, du plus grand fort portugais, Sao Paulo de Loanda, sur les côtes de l’Angola, après avoir capturé ceux d’Arguin (1633) et d’Elmina (1637). Les Néerlandais régnèrent en maître absolu à Luanda jusqu’en 1648. Malgré l’attaque portugaise du fort britannique de Cabinda de 1723, les négriers anglais acquéraient le cinquième de leurs esclaves sur la baie de Loango au xviiie siècle.

  • 7 IOR/L/MAR/B/17/H Official Journal of Royal George; /OR/G/32 and /OR/G/35 Administrative records for (...)

20Notons toutefois que la destruction du fort de Cabinda eut de lourdes conséquences. L’historien anglais, Herbert. S. Klein (1972) souligna que : « Cabinda était la troisième zone d’influence de traite négrière des Anglais ». Le fort anglais le plus important pour la traite est celui d’Ouidah (actuel Bénin) qui fut abandonné en 1727 lorsque le royaume d’Agaja l’attaqua. Au xviiie siècle, les esclaves coûtaient moins cher à Loango qu’à Ouidah et sur la Côte d’Or (Littlefield, 1981 : 46). On peut aisément comprendre les écrits du professeur Toyin Falola quand il déclare que : « Au xviiie siècle, en Amérique du Nord et du Sud, et dans la Caraïbe, Loango était devenue une importante source de la main-d’œuvre du Nouveau Monde » (2007 : 226). En octobre 1726, William Boys naviguait à bord du Luxborough Galley à destination de Cabinda où ce navire anglais acquit 600 esclaves destinés à la Jamaïque, mais le tiers de la cargaison périt. En 1743, John Newton (1725-1507), marin négrier anglais, visita les côtes de l’actuel Gabon. Le Royal George, commandé par Nicholas Skottowe, en 1764-1766, se procurait des esclaves à Cabinda, pour l’île de Saint Helena. Il accosta à Cabinda, entre le 26 février et le 29 avril 1765, et acheta 236 esclaves7. En 1770, une expédition envoyée depuis Luanda rapporta qu’il y avait dix-sept navires sur la côte du Loango : neuf français, quatre anglais et quatre néerlandais. En février 1783, le capitaine Charles Wilson, en provenance de Liverpool, accostait sur le site de Loango avec le navire Brig Madampookata qui embarqua 237 esclaves pour les Amériques.

  • 8 Image NMM NEY.D 9666, peint par Henry Need en 1852-1856, reproduit dans l’ouvrage de Hamilton et R. (...)

21Dom Francisco Franque, 1er Boma Zanei-Mvimba, avec le prince José du Ngoyo, que le roi du Portugal avait élevé au rang de baron de Cabinda -parce qu’ils alimentaient le commerce lusitanien en bois d’ébène-, sont deux notables du Ngoyo qui se familiarisèrent avec les commerçants anglais. Ils leur avaient tellement fourni des pièces d’Inde que ces derniers transformèrent leurs noms et leurs personnes en « King Franque » et « King Jack » (Batsikama, 1999 : 133). Les grandes familles du Cabinda, « Nsambo », « Npuna » et « Nkata Kolombo » ont été sponsorisés par la montée des Franque dont la figure dominante fut Francisco Franque, le « Prince Marchand » selon l’expression de P.M. Martin (1977 : 48, 50), qui s’est enrichi à partir de son alliance sur la traite négrière avec les Anglais et les Brésiliens trafiquants d’esclaves. Le prince Vaba de Malemba était un grand ami aux commerçants anglais (Littlefield, 1981 : 44) et dans le musée maritime national de Londres (Angleterre), il y a un portrait d’un certain « Vabia », alias « John Sawyer, Meluca (Mafuka) de Malembo » (Malemba) en compagnie de l’une de ses concubines tenant un enfant. Cette image représente bel et bien le prince Vaba8.

2220 000 esclaves étaient déportés annuellement par les nations européennes annuellement à partir de la baie de Loango. Ils étaient probablement entre 14 000 à 18 000 à partir de 1765 (Hugh, 1997). Entre 1660 et 1793, près d’un million d’esclaves ont été exportés depuis la côte du Loango. Effectivement selon Jan Vansina, entre 1685 et 1705, le site de Loango exportait en moyenne 6000 esclaves/an et leur total chuta à 2000 durant les décennies suivantes. Entre 1775 et 1793, il y a eu une pointe avec 13 500 esclaves/an (Vansina, 1990 : 204). D’autres sources documentaires parlent d’un premier pic sur le site de Loango entre 1685-1705 avec une moyenne de 6 000 esclaves exportés annuellement.

23L’histoire générale de l’Afrique éditée par l’UNESCO à propos des chiffres de la baie de Loango indique 100 esclaves/an dans les années 1639 et 12 500/an durant la période 1762-78, puis 13000-14000/an entre 1780 et 1790 (1992 : 265). Plus d’un demi-million de captifs de la baie de Loango sont partis pour les Amériques en moins de quarante ans. La compétition entre les Anglais, les Français et les Néerlandais sur la baie de Loango se concentrait sur les trois principaux ports : Loango, Malemba et Cabinda. Au xviiie siècle, le trafic négrier était arrivé jusqu’à l’estuaire de l’actuel Gabon. Le père Dieudonné Rinchon relate que le site de Cabinda fut surnommé « Le paradis des esclaves ». Les esclaves transportés dans les navires anglais portaient la lettre « DY » en hommage à son gouverneur, le Duc de York qui succéda à son frère au trône du royaume de Grande-Bretagne en 1685, devenant le roi Jacques II. D’autres esclaves avaient l’initial RAC, du nom de la Royal African Company.

24Le royaume de Grande-Bretagne fut la nation qui emporta le plus grand nombre des esclaves d’Afrique, devenant au xviiie siècle, la première puissance de la traite négrière. La baie de Loango en Afrique centrale, ce fameux « paradis des esclaves » n’est certainement pas étranger au succès des Anglais dans le commerce des pièces d’Inde.

25Les sites de Cabinda, Malemba et Loango, dans la baie de Loango, furent des sources majeures d’approvisionnement des captifs, à côté de Cape Coast (Côte d’Or) et Ouidah (baie du Bénin). Comme le souligne Alicia Marie Bertrand, en 1726, les commerçants anglais déclaraient que « Le grand commerce des esclaves se passait là où la Compagnie royale d’Afrique n’avait plus de forts, comme à Anomabu, Cabinda, Ouidah et Calabar » (2011 : 119).

  • 9 Les commerçants négriers de Londres ont dominé le trafic négrier à partir de la fin du monopole de (...)

26Si nous comparons les chiffres du trafic négrier sur la baie de Loango, déjà cités, avec l’ensemble du trafic négrier anglais sur toute la côte d’Afrique de l’Ouest, nous pouvons dégager la contribution de la baie de Loango. Nous savons que la Royal African Company a transporté 5 000 esclaves/an, le long de l’atlantique. Entre 1672 et 1689, ils sont environ 90 000-100 000 esclaves. Entre 1680 et 1688, elle a organisé 249 voyages en Afrique. De 1676 à 1700, quelque 176 000 esclaves ont été importés dans les îles britanniques des Antilles (Blackburn, 1998). Entre 1700 et 1750, plus de 45 000 Africains furent déportés en Virginie où la population d’esclaves était approximativement de 100 000 au milieu du xviiie siècle. La majorité des captifs de Virginie venaient de l’Afrique selon les documents gardés par la Royal African Company (Rucker, 2006) et à peu près 20 % étaient natifs de l’Afrique centrale. Paul. E. Lovejoy a estimé qu’entre 1701 et 1800 environ 40 % des captifs africains furent transportés par des navires anglais9 et la majorité des captifs arrivés dans le Nouveau Monde après 1720 furent transportés dans des navires anglais. Or, après 1720, c’était la baie de Loango qui était le centre le plus actif avec les négriers français, néerlandais et anglais. L’influence commerciale anglaise pour la traite négrière était ressentie depuis le Sénégal, jusqu’à l’embouchure du fleuve Congo.

27Depuis la baie de Loango, les navires anglais vont transporter les esclaves en Amérique. Un témoignage datant de 1708, du Lieutenant Général Sir Francis Nicholson (Thornton, 1992), gouverneur du Maryland (1694 – 1698), puis de la Virginie (1698 – 1705) et de la Caroline du Sud (1721 – 1725), nous dit que la Royal African Company, transportait des captifs de l’Afrique centrale pour la Jamaïque (Port-Royal et Kingston) et la Barbade (Bridgeport). Des bateaux venaient de la Caroline du Sud, du Maryland et de la Virginie pour acheter des esclaves, puis à partir de 1720, les bateaux négriers anglais arrivent directement en Caroline du Sud, dans les ports de Charleston et de Savannah, puis à Port York, au sud de la Virginie, et plus tard à New York et à Philadelphie (…). Ces itinéraires ont également été confirmés par les travaux de Johnson (2000) et O’Malley (2014).

28Durant la campagne d’abolition de la traite négrière (à partir du 2 mars 1807), surtout à partir du vote de l’Emancipation Act en 1838, les navires britanniques qui sillonnaient les côtes africaines emmèneront des captifs sur des navires clandestins partis de la baie de Loango pour la Casamance, le Liberia, Sainte-Hélène, les Bahamas, la Guyane anglaise et la Jamaïque. Certains esclaves capturés par la British Anty slave Trade Squadron et la British Navy seront recrutés dans l’armée britannique.

29Notre étude situe donc la présence des négriers anglais sur la baie de Loango de 1650, jusqu’au 1er janvier 1838, la date de l’émancipation définitive et généralisée des esclaves dans l’Empire britannique. Les Anglais ne disparaîtront pas avec la fin de la traite négrière sur la baie de Loango, car, en 1814, le capitaine James Kingston Tuckey, officier de la marine britannique, reçut la mission d’examiner les connexions possibles entre le fleuve Congo et le Niger. Tuckey a inauguré la période des « explorations scientifiques » du xixe siècle en Afrique centrale et australe. Thomas Edward Bowdich, un explorateur anglais, a séjourné dans l’estuaire du Gabon et la région de l’Ogooué où il a recueilli des informations géographiques. Il participa à la fondation de la Société de géographie en 1821. Robert Bruce Napoléon Walker a vécu vingt-trois ans au Gabon, à partir des années 1851, où il mena des recherches considérables en ethnographie à l’intérieur des terres de la baie de Loango. Sir Henry Morton Stanley, envoyé en Afrique pour rechercher, l’explorateur britannique David Livingstone, traversa lors de son deuxième voyage, l’Afrique équatoriale, d’est en ouest, il découvrit le cours du Congo et atteignit les berges du fleuve Congo avant le français De Brazza.

30Durant la période coloniale (xixe siècle), parmi les compagnies concessionnaires européennes, il y a eu des compagnies anglaises tels John Holt & Co et Hatton & Cookson de Liverpool qui exploitaient l’huile de palme et le caoutchouc. Les informations sur le voyageur anglais Andrew Battell, resté longtemps en captivité dans la colonie de l’Angola, demeurent à ce jour des sources d’informations primordiales sur l’Afrique centrale précoloniale dont la région de la baie de Loango. Les rapports du parlement britannique sur la traite négrière anglaise en Afrique sont des mines d’informations sur la traite négrière en général.

  • 10 Transcription effectuée par le Royal Museum Greenwich (Musée Maritime national) de Londres (Anglete (...)

Tableau 1. Transcription d’un registre de navire négrier anglais Le Sandown par Samuel Gamble en 1793-179410

Nom du Navire

Commandant

Ville d’enregistrement

No. D’esclaves

Lieu d’embarquement

Acheteur

Union

Captain Thompson

Londres

530

Annamabou

Hibbert & Foster

Elizabeth Anderson

Captain Bowie

Londres

369

Sierra Leone

Taylor Ballatine.

Golden Grove

Captain Proudfoot

Londres

400

Annamabou

Going to Old Harbour

Countes Galvez

Captain Hoskins

Londres

330

Annamabou

Lind & Lemkee

Express

Captain Chaster

Londres

137

Annamabou

Mr Donnald

Spy

Captain Wilson

Londres

400

Angola

Gone to Market

Sandown

Captain Gamble

Londres

212

Rio Nuñez

J & A Kennedy

Hornett

Captain Carson

Bristol

400

Bannas

Taylor B and Company

Robust

Captain Shaw

Liverpool

160

Old Calabar

Linda & Lake

Nancy

Captain Merritt

Londres

328

Angola

Taylor B and Company

Molly

Captain Grier

Londres

418

Angola

Linda & Lake

Diana

Captain Evans

Londres

390

Angola

Aspinall & Mandy

Jimmy

Captain Pearson

Londres

237

Isles de Los

Rainford & Company

Bolton

Captain Lee

Londres

418

Angola

Linda & Lake

Mary & Ann

Captain Lang

Londres

163

Angola

Taylor B and Company

Ranger

Captain Gardner

Londres

181

Angola

Rainford & Company

Bridget

Trefall

Londres

360

Angola

Aspinall & Mandy

Total

 

 

5432

 

 

  • 11 Échanges avec Harriet Braine, Archives assistant, Royal Museum Greenwich (Musée Maritime National) (...)
  • 12 Échanges avec The référence Staff, Rhode Island Historical Society de Providence (RI), États-Unis d (...)
  • 13 http://www.slavevoyages.org/voyages/q4xj2TTi
  • 14 http://www.slavevoyages.org/voyages/NwOBafi5

31Selon Harriet Braine11, les archives du musée maritime national de Londres conservent des registres de navires négriers et plusieurs collections d’objets sur la traite négrière, mais il est difficile de trouver des informations sur une location exacte comme « Cabinda », « Malemba », « Fort Mayumba » et « Loango ». Les indications mentionnent pour la plupart « Angola » « Afrique centrale » ou « Afrique de l’Ouest »… La même préoccupation a également été exprimée par la société historique12 de l’État du Rhode Island qui nous a signalé que les registres des navires de traite négrière indiquent simplement « West Africa », « West Indies », « Coast Wise »… Néanmoins, Braine nous a signalé l’existence d’une carte de la baie de Cabinda établie par J. Kipp à partir de 1732. On trouve également dans ce musée maritime national, une carte néerlandaise de 1704-1726 de la baie de Loango. Braine insiste sur le registre de Samuel Gamble qui est l’une des premières sources sur la traite négrière en Afrique au sein du musée. Le site « slavevoyages.org »13 répertorie près de 152 résultats de recherches identifiant des navires anglais quittant la Grande-Bretagne pour les côtes de l’Afrique centrale entre 1720 et 1806. En utilisant spécifiquement « Cabinda », » Malemba », « Mayumba » et « Loango », comme principal endroit d’achat d’esclaves, il reste 64 résultats14.

Tableau 2. Le nombre d’esclaves embarqués annuellement sur les côtes africaines par la Royal African Company ou Compagnie Royale d’Afrique, entre 1720-1732

  • 15 La côte d’Angole, selon le marin français Degranpré est un terme générique qui servait a désigné le (...)

Années

Gambie

Sierra Leone

Wind Ward Coast

Gold Coast

Baie du Benin

Baie du Biafra

Côte d’Angole15 (y compris la baie de Loango)

Afrique de l’Est

Totaux

1720

169

533

702

1721

378

231

944

500

736

2 789

1722

607

1 326

385

2 318

1723

359

63

632

1 182

620

2 856

1724

503

705

906

414

2 528

1725

42

500

542

1726

50

50

1727

50

50

1728

0

1729

61

121

182

1730

0

1731

331

331

1732

0

Totaux

2 177

336

0

5 092

2 973

0

1 770

0

12 348

Source : Bertrand, A. M. 2011 : 123.

Tableau 3. La somme des esclaves embarqués sur les côtes africaines, par an par les commerçants anglais entre 1720-1732

Années

Sénégambie

Sierra

Leone

Winward

Coast

Gold

Coast

Baie du

Benin

Baie du Biafra

Afrique centrale

Et St Helena

Afrique de l’Est

Reste de l’Afrique

1720

169

6 634

367

1 391

386

674

179

1721

131

3 498

500

933

841

1722

107

3 227

2 192

564

400

1723

494

237

709

3 083

642

2 059

1724

516

354

1 462

2 893

560

2 823

153

1725

610

2 454

1 255

818

2 802

1726

970

399

191

2 376

2 107

2 333

1 366

1 847

1727

605

938

2 346

1 707

272

1 158

412

3 245

1728

993

476

615

2 380

781

865

450

3 486

1729

845

280

163

4 221

1 493

3 883

953

2 841

1730

366

25

5 864

2 939

5 163

6 441

597

2 715

1731

1 974

401

659

4 901

1 271

3 800

3 194

3 833

1732

1 376

240

3 373

1 114

4 422

2 845

3 842

Totaux

9 156

2 519

2 459

43 445

21 701

25 646

24 477

2 974

22 141

Source : Bertrand (2011 : 124).

  • 16 En 1734, le gouverneur coloniste de New York se lamenta de l’importation trop grande de noirs, surt (...)

32La Grande-Bretagne a été l’une des nations au cœur du trafic négrier sur la baie de Loango. Entre 1660 et 1850, la baie de Loango a connu un intense commerce négrier opéré par les Anglais, les Français et les Néerlandais entre 1660 et 1850. Le trafic des années 1700 à 1760 indique l’apogée de la traite sur la côte du Loango. Au xviiie siècle, la Grande-Bretagne devint la première puissance négrière du monde et ses années d’or se situent entre 1730 et 1740, au moment où les Britanniques sont très actifs sur la baie de Loango. La majorité des esclaves arrivés dans le Nouveau Monde à partir des années 1720-1730 furent transportés dans des navires britanniques16. La Grande-Bretagne a connu une prospérité économique réelle avec la traite négrière transatlantique, particulièrement durant la période de leur présence sur les côtes du royaume de Loango.

Conclusion

33La traite négrière a été importante pour le développement de l’économie et des finances britanniques, même les institutions d’assurance ont supporté la traite négrière et beaucoup d’affaires ont été financées par les profits issus du commerce négrier. La famille anglaise Barclays qui possédait des plantations en Jamaïque a accumulé des capitaux qui lui ont permis de construire la Barclays Bank, l’une des premières banques transnationales du xxe siècle. La baie de Loango, aujourd’hui partagée entre l’Angola, la République démocratique du Congo, le Gabon et Congo, a contribué à la prospérité économique du Royaume-Uni de Grande-Bretagne au xviiie siècle, en pleine révolution industrielle.

34En 1944, Éric William affirmait que la traite des noirs aurait été « Une des principales sources de l’accumulation du capital qui en Angleterre, a financé la révolution industrielle » (Solow, 1985). Il semble en effet que des armateurs aient bien avancé de l’argent à James Watt auquel on attribue traditionnellement la paternité de la machine à vapeur. De riches planteurs ont financé des entrepreneurs de la révolution industrielle. Une part importante de capitaux nécessaires au développement de l’industrie cotonnière du Lancashire (Angleterre) provenait de l’activité du port de Liverpool, principal pôle de la traite. Le capital commercial de la région de Glasgow, développé grâce au commerce du tabac, lui-même lié à l’esclavage, trouve un emploi considérable dans l’industrie après 1730. Les armateurs anglais de la traite négrière ont été les acteurs de la révolution industrielle.

35Les profits de la traite ont eu un impact significatif sur le volume de l’investissement industriel. L’avocat français Hilliard d’Auberteuil (1751-1789) ne déclarait-il pas que les esclaves africains furent la source de la prospérité de l’Europe. La baie de Loango a fait partie des enjeux géostratégiques de la révolution industrielle en Angleterre. La baie de Loango doit être considérée comme une structure importante de l’économie britannique du xviiie siècle, au même titre que la baie de Gambie et celle du Benin. Succédant aux Néerlandais et aux Français, les Anglais ont dominé la côte la plus active de la traite négrière transatlantique, qui n’est autre que la baie de Loango. Cette domination anglaise s’est allongé jusqu’en 1800 (Richardson et Dasilva, 2014 : 203), affranchissant 1838 avec la traite illégale, mais surpassée entre 1800 et 1867 par les Portugais – Brésiliens et les Hispano-Cubains. La traite négrière a aussi marqué l’histoire politique du Royaume-Uni de Grande-Bretagne. Jacques II, le duc de York et roi d’Angleterre, est monté sur le trône en 1685 après avoir été la grande figure du lobby esclavagiste du début du commerce négrier britannique.

Haut de page

Bibliographie

Barbot, J. (1732). “A Description of lower Africa”, In: J. Churchill (1732), A Collection of Voyages and Travels 5, London.

Batsikama, R. (1999). L’ancien Royaume du Kongo, Paris, L’Harmattan.

Berlin, I. & L. Harris (2005). Slavery in New York, The new press.

Bertrand, A.M. (2011). The downfall of the royal African company on the Atlantic African coast in the 1720, Memoire de Master, Faculty of Arts and Science, Trent University, Peterborough (Canada).

Birmingham, D. (1981). Central Africa to 1870: Zambezia, Zaire and the south Atlantic, Cambridge University Press.

Blackburn, R. (1998). The making of new world slavery: From the baroque to the modern: 1492–1800, Verso edition.

Bouet-Willaumez, E. (1848). Commerce et traite des noirs aux côtes occidentales d’Afrique, Paris, Nabu Press.

Buxton, T.F. (1895). De la traite des esclaves en Afrique et des moyens d’y remédier, Paris, Chapitre.com.

Churchill, A. (1732). A Collection of Voyages and travels, Vol V, Londres, Awnsham and John Churchill.

Dapper, O. (1686). Description de l’Afrique, Amsterdam, chez Wolfgang, Waesberge, Boom & van Someren (traduit du flamand), URL : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k104385v/

Dapper, O. (1989). Objets interdits. Description de l’Afrique, Paris, Fondation Dapper.

Degranpré, L. (1801). Voyage à la côte occidentale d’Afrique, 2 Vol.

Donnan, E. (1930). Documents illustrative of the History of the slave trade to America: volume I (1441–1700), Washington, D.C, Carnegie institution of Washington.

Falola, T. (2007). Encyclopedia of the middle passage, Greenwood publishing group.

Galenson, D. (1986). Traders, planters and slaves: market behavior in early English America, Cambridge University Press.

Gary, S. (2011). Refinancing the slave trade with the Royal African Company in the Boom Markets of 1720, Document.

Grenoulleau, O. (2004). Les traites négrières. Essai d’histoire globale, Gallimard, coll. « Bibliothèque des Histoires », Paris.

Grey, R. et D. Birmingham (1970). Pre-colonial African trade: Essays on trade in central and eastern Africa before 1900, Oxford University Press.

Hugh T. (1997). The Slave trade: the story of the Atlantic slave trade: 1440–1870, Simon and Schuster.

Hutchinson, M. (1881). A report on the kingdom of Congo and surrounding countries, London, John Murray.

Johnson, D.A. (2000). Port Royal, Jamaica and the slave trade, Master of Art thesis, Texas A & M. University.

Kinlingray, D. (2007). “Kent and the abolition of the slave trade: A County study, 1760s -1807”, Archaelogia cantiana, Vol 127.

Klein, H. (1999). The Atlantic slave trade, Cambridge University press.

Ligon, R. (1673). A true and exact history of the island of Barbadoes, London, Peter Parker edition.

Littlefield, D. (1981). Rice and slaves: ethnicity and the slave trade in colonial South Carolina, University of Illinois Press.

Martin, Ph. M. (1972). The external trade of the Loango Coast (1576–1870), Oxford University Press.

Martin, Ph. M. (1977). "The Cabinda connection: A historical perspective», African affairs, 76:302: 48, 50.

Merlet, A. (1991). Autour du Loango, CCF, Libreville.

Morgan, K. (2007). Slavery and the British Empire: from Africa to America, Oxford University Press.

Myra, J. (1997). "History Beside the Fact: What we learn from a True and Exact History of Barbadoes", In: Ann E. Kaplan & George Levine (eds.), The Politics of Research, New Jersey, Rutgers University Press.

Nganga, A.F. (2017). La traite négrière sur la baie de Loango, pour la colonie du Suriname, CESBC Presses, Evry (France).

O’Malley, G.E. (2014). Final passages: The inter-colonial slave trade of British America,1619–1807, The University of North Carolina press: 123.

Palmié, S. (2008). Africans of the Americas: beyond the search for origins in the study of afro-Atlantic religions, Brill, Leiden.

Pigafetta, F. et D. Lopes (1591). Le royaume de Congo et les contrées environnantes, traduit de l’italien, annoté et présenté par Willy Bal, édition critique révisée et complète, Chandeigne/Editions UNESCO, Paris 2002. Titre original : Relatione del Reame di Congo e delle circonvine Contrade tratta dalli Scritti e ragionamenti di Duarte Lopez portoghese, Roma [1591].

Radburn, N.J. (2009). William Davenport, The slave trade, and Merchant enterprise in eighteenth century Liverpool, University of Wellington (Australie), School of History.

Ravenstein, E.G. (1901). The Strange's adventures of Andrew Battell in Angola and the adjoining regions, London, The Hakluyt Societies.

Rawley, J. A. et S.D. Behrendt (2005). The transatlantic slave trade: A History, University of Nebraska Press.

Richardson, D. & F.R. Dasilva (2014). Network and Transcultural Exchange: Slave trading in the south Atlantic, Brill Edition.

Rinchon, D. (1929). La traite et l’esclavage des Congolais par les Européens, Wellesen, J. de Muster et fils.

Rucker, W.C. (2006). The River Flows on: Black resistance, culture and identity formation in … early America, Louisiana State University Press.

Savary Des Brulons, J. (1723-1730). Dictionnaire universel de commerce, Paris.

Solow, B. (1985). “Caribbean Slavery and British Growth: The Eric Williams Hypothesis”, Journal of Development Economics, 17: 99–115.

Thornton, J.K. & L.M. Heywood (2007). Central Africans, Atlantic creoles and the foundation of the Americas, 1585–1660, Cambridge University Press.

Thornton, J.K. (1998). African and Africa in the making of the Atlantic world, Cambridge University Press.

Tuckey, J.K., C. Smith et A.J.B. Defauconpret (1818). Relation d’une expédition entreprise en 1816, sous les ordres du Capitaine (…), Paris, Libraire Gide Fils.

Tuckey, J.T. (1933). Angola, the land of Blacksmith prince, London-Toronto.

Turner, L.D. (1949). Africanism in the Gullah dialect, The University of Chicago Press.

UNESCO (1992). General History of Africa, TomeV, Abridged edition.

Uring, N. (1725). A relation of the late intended settlement of islands of St Lucia and St Vincent in America (…), London, printed for J. Peele.

Uring, N. (1726). A history of the voyages and travels of Captain Nathaniel Uring (…), London, printed by W. Wilkins, for J. Peele.

Van Zandt, C.J. (2008). Brothers among Nations, the Pursuit of Intercultural Alliances in Early America, 1580–1660, Oxford University Press.

Vansina, J. (1990). Paths in the rainforests: Toward a history of political tradition, University of Wisconsin Press.

Willaumez, E.B. (1845). Commerce et traite des noirs aux côtes occidentales d’Afrique, Paris : 205.

William, E. (1944). Capitalism and Slavery, Chapel Hill, University of North Carolina Press.

Haut de page

Notes

1 Savary des Brulons, J. (1723-1730). Dictionnaire universel de commerce, Paris : 1069-1070.

2 Entretien avec Joseph Kimfoko Madoungou, à Diosso (Congo), le 3 juin 2017.

3 Matthew David Mitchell: Legitimate commerce “in the Eighteenth Century: The royal African company of England under the duke of chandos,1720–1726:https://doi.org/10.1093/es/kht038, consulté le 30 mai 2017

4 Les Anglais étaient également présents sur le site de Loango mais n’y construisirent aucun fort.

5 Les Français ont osé fréquenter les côtes partant du site de Loango jusqu’à Ambriz

6 Des chercheurs comme Annie Merlet, situe le début du trafic négrier anglais sur la baie de Loango, en 1670

7 IOR/L/MAR/B/17/H Official Journal of Royal George; /OR/G/32 and /OR/G/35 Administrative records for St Helena and Fort Marlborough

8 Image NMM NEY.D 9666, peint par Henry Need en 1852-1856, reproduit dans l’ouvrage de Hamilton et R. Blyth (2007), Art, Artifacts and Archives in the collections of National Maritime museum, London, p. 242.

9 Les commerçants négriers de Londres ont dominé le trafic négrier à partir de la fin du monopole de la Compagnie royale d’Afrique jusqu’en 1725. La ville de Londres était le premier centre financier de la traite britannique. L’historien James Rawley pense que le rôle de Londres dans la traite négrière a été sous-estimé. Quant à Liverpool, sa position a été significative : la plupart des bateaux négriers britanniques ont été construits à Liverpool où il a été enregistré 5300 voyages négriers. La suprématie de Liverpool s’explique par la puissance de l’industrie manufacturière de sa région et le développement de l’industrie navale dans la région du Merseyside au xviiie siècle. Bristol a été prééminent pour l’approvisionnement des esclaves africains à Saint-Kitts et à la Barbade qui fut la colonie pionnière du sucre dans la Caraïbe britannique et pour la Virginie (avec les plantations de tabac). L’historiographie britannique de la traite négrière présente les commerçants de Bristol comme très actifs et ayant tissé des contacts solides dans la baie de Loango, en Afrique centrale, particulièrement sur les sites de Loango, Cabinda et Malemba. Les trois villes de Liverpool, Londres et Bristol ont concentré 90 % du commerce négrier britannique.

10 Transcription effectuée par le Royal Museum Greenwich (Musée Maritime national) de Londres (Angleterre) et envoyée par poste électronique à l’auteur le 21 juin 2017

11 Échanges avec Harriet Braine, Archives assistant, Royal Museum Greenwich (Musée Maritime National) de Londres (Angleterre), par poste électronique, le 21 juin 2017.

12 Échanges avec The référence Staff, Rhode Island Historical Society de Providence (RI), États-Unis d’Amérique, par poste électronique le 27 juin 2017.

13 http://www.slavevoyages.org/voyages/q4xj2TTi

14 http://www.slavevoyages.org/voyages/NwOBafi5

15 La côte d’Angole, selon le marin français Degranpré est un terme générique qui servait a désigné le littoral partant du Cap Lopez à Benguela, incluant donc la baie de Loango, celle du Kongo et la colonie de l’Angola. C’est sur la baie de Loango que les Anglais ont le plus opéré. Donc les chiffres suivants sont majoritairement des chiffres du trafic négrier organisé par les Anglais sur la baie de Loango.

16 En 1734, le gouverneur coloniste de New York se lamenta de l’importation trop grande de noirs, surtout à partir de 1740 quand l’activité des Britanniques est à son apogée sur la baie de Loango ; New York devint un grand port d’arrivées des esclaves en provenance de l’Afrique et de la Caraïbe. New York aura la plus large colonie d’esclaves au nord du Maryland. Entre 1732 et 1754, les esclaves africains constitueront plus de 35 % des immigrés arrivés par le port de New York. Dans l’ouvrage collectif sous la direction d’Ira Berlin (2005), il est écrit que « En 1737, ¼ de la population servile de New York était originaire de l’Afrique centrale ». Cynthia Van Zandt (2008) a déclaré que le Kikongo et le Kimbundu furent les dialectes africains les plus parlés dans le New York Colonial, tandis que le dialecte « Ngullah » des Afro-américains de la Caroline du Sud est constitué de 40 % des mots du Kikongo selon les travaux du linguiste Turner (1949).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Le golfe de Guinée vers 1770
Crédits Source : Par Rigobert Bonne — Ce fichier a été fourni à Wikimedia Commons par Geographicus Rare Antique Maps, marchand spécialisé dans la cartographie d’antiquaire et les cartes historiques du XVe au XVIe siècle, dans le cadre d’un projet de coopération., Domaine public, https://commons.wikimedia.org/​w/​index.php?curid=14675517
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/15466/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Figure 2. Les royaumes de Congo, Angola et Benguela
Crédits Source : carte de Jacques Bellin (1754), dans L’abbé François Prevost d’Exiles (1761), Histoire Générale des Voyages, Paris, Didot, URL: https://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:Congo_map_1754.jpg
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/15466/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Photographie 1. Récipient (marchandise de traite) fabriqué à Bristol (Angleterre)
Légende Récipient (marchandise de traite) fabriqué à Bristol (Angleterre), utilisé pour échanger contre des esclaves et retrouvé chez un habitant de Diosso2, non loin du site de Loango et exposé dans le musée Maloango de Diosso (République du Congo).
Crédits Source : Auteur, le 3 juin 2017, avec l’autorisation du Musée Maloango.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/15466/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arsène Francoeur Nganga, « La Compagnie royale d’Afrique et les commerçants négriers anglais sur la baie de Loango (entre 1650 et 1838) », Études caribéennes [En ligne], 42 | Avril 2019, mis en ligne le 15 avril 2019, consulté le 27 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/15466 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.15466

Haut de page

Auteur

Arsène Francoeur Nganga

Enseignant-Chercheur en Histoire ancienne, chercheur associé auprès du CERDOTOLA, consultant en tourisme de mémoire au cabinet du ministre du Tourisme du gouvernement congolais, arcdoree@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals