Navigation – Plan du site
Hors-dossier

Les viols en Haïti : aspects psychologiques et sociologiques des crimes sexuels

The Rapes in Haiti: Psychological and Sociological Aspects of Sexual Crimes
Obrillant Damus

Résumés

Le viol est un évènement qui induit une crise existentielle en exerçant un impact majeur sur le vivre pour soi, le vivre ensemble et le vivre relié. Il est à l’origine de souffrances psychiques, psychologiques et physiques. Même après plusieurs années, la plupart des femmes violées conservent un souvenir traumatique de l’évènement. Les conséquences du viol sur l’altération de l’identité féminine sont indiscutables. L’objectif de cet article est triple : étudier les conséquences du viol sur l’identité des victimes ; décrire les sentiments développés par les victimes pendant et après le viol ; comprendre comment une victime arrive à surmonter le traumatisme du viol.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Haïti vient du mot indien Ayiti, « terre montagneuse, terre haute ». Dèyè mòn gen mòn (« Il y a d’autres montagnes derrière une montagne »), dit un proverbe créole. Haïti, dans les Grandes Antilles, compte une population d’environ 10,5 millions d’habitants, dont 80 à 85 % d’ascendance africaine et 15 à 20 % issus du métissage ou d’origine européenne. On y parle deux langues officielles - le français, depuis l’indépendance en 1804, et le créole, à partir de 1987- et on y pratique la religion des Témoins de Jéhovah, la religion catholique, l’islam, la religion protestante, le vaudou, etc.  

  • 1 D’après un rapport sur les violences contre les femmes haïtiennes publié par l’association dénommée (...)

2Dans cette culture mêlée, les données statistiques officielles sur les violences sexuelles n’existent pas1. À cause des obstacles psychologiques, économiques, sociaux et culturels au développement d’une culture de la dénonciation, il est difficile de savoir le nombre de femmes victimes de viol. Toutefois, on sait que le nombre de victimes a augmenté en 2004, après le départ de l’ex-président Jean-Bertrand Aristide et après le tremblement de terre du 12 janvier 2010 qui a fait des milliers de morts et de sans-abri. La fréquence des viols est liée non seulement à l’analphabétisme, à la vulnérabilité sociale, économique, psychologique et spatiale des femmes les plus modestes, mais encore à la faiblesse du système judiciaire haïtien, qui dissuade les victimes de porter plainte. À cause de la loi ou de la culture du silence, le viol demeure un mal endémique dans la société haïtienne. La culture machiste incite les autorités policières à manifester une attitude judicative envers les victimes. Elle constitue un frein à la judiciarisation des viols subis. Les criminels sexuels échappent aisément à l’application du décret du 6 juillet 2005 définissant le viol comme un crime. Ils peuvent soudoyer les juges et faire effacer les dossiers des victimes, d’après les témoignages recueillis en 2014 auprès des responsables associatives.

3D’une manière générale, les violeurs issus de classes supérieures ou favorisées ne sont pas emprisonnés. Cela s’explique par plusieurs raisons : 1) ils peuvent soudoyer les juges et payer des avocats, 2) ils peuvent obtenir le silence d’une victime et de ses proches en leur offrant de l’argent, 3) Si la victime porte plainte, on lui donnera de l’argent pour la réduire au silence et lui faire abandonner le procès, 4) La peur d’être tuées par balles empêche force victimes de dénoncer les viols commis par les riches ou par les hommes de pouvoir, d’après les témoignages recueillis auprès d’une association, 5) Le capital politique, économique, social et culturel des criminels riches leur permet de bénéficier de la pratique de la déjudiciarisation du viol, 6) les violeurs riches seraient plus protégés par les victimes riches que par les victimes modestes (la peur du scandale et de la stigmatisation empêche les femmes des classes hautes ou supérieures de porter plainte pour viol. Par contraste, les femmes illettrées ou peu cultivées des classes sociales modestes sont plus culottées que les femmes cultivées ou riches des classes supérieures.

4Le viol est un évènement qui induit une « commotion psychique » (Ferenczi, 1934), une crise existentielle en exerçant un impact majeur sur le vivre pour soi, le vivre ensemble et le vivre relié. Il est à l’origine de souffrances psychiques, psychologiques et physiques. Même après plusieurs années, la plupart des femmes violées conservent un souvenir traumatique de l’évènement. Les conséquences du viol sur l’altération de l’identité féminine sont indiscutables. Plusieurs femmes victimes de viol se tournent vers des associations et des églises afin de s’inscrire dans un processus de pacification ou de recréation de soi. L’appropriation d’une nouvelle identité personnelle est un processus de reconstruction et de renaissance de soi. L’identité se définit ici comme un « ensemble organisé de sentiments, de représentations, d’expériences du passé et de projets d’avenir se rapportant à soi » (Malewska-Peyre, 1985). Pour beaucoup de victimes de viol, la religion constitue un terreau pour le développement d’un nouveau processus d’identification et de guérison. Les associations et les religions constituent un champ clinico-thérapeutique et un réseau de solidarités salutaire.

5Que ce soit au sein de sa propre culture ou dans une culture d’accueil (étrangère), une personne fait sans cesse face à un double processus : mourir à soi pour renaître dans une nouvelle identité. Il s’agit bien d’un processus initiatique de mort/renaissance (Eliade, 1959 ; Van Gennep, 1981) qui peut être étudié dans une perspective psychosociologique. Le processus de mort/renaissance commence dès la naissance et se poursuit jusqu’à la mort. Lors d’un évènement polytraumatique comme le viol, ce processus influence la dynamique identitaire qui permet à une personne de donner un sens à son existence ou de s’orienter dans la vie. Quelles sont les conséquences du viol sur l’identité des femmes victimes ? Quels sont les sentiments développés par les victimes pendant et après le viol ? Comment une femme arrive-t-elle à surmonter le traumatisme du viol ?

1. Aspects méthodologiques

  • 2 La majorité de ces crimes sexuels sont des viols collectifs. Les violeurs sont très rarement appréh (...)

6En 2013-2014, nous avons interviewé trente femmes victimes de viol au sein de l’association haïtienne « KOFAVIV » (Komisyon Fanm Viktim pou Viktim), dont le siège social est à Port-au-Prince. Les victimes de ces viols majoritairement commis par des inconnus2 sont âgées de 20 à 60 ans. Les activités commerciales de ces femmes analphabètes ou peu alphabétisées relèvent de l’économie informelle (elles sont des petites vendeuses à la sauvette, des marchandes ambulantes...). Elles sont plus enclines à dénoncer leurs bourreaux que les victimes de viols familiaux, lesquelles sont âgées de 5 à 19 ans. Ces dernières terminaient leurs études universitaires de premier cycle universitaire quand nous les avons rencontrées.

  • 3 La retranscription intégrale des entretiens réalisés en créole haïtien fait 389 pages.

7L’objectif de cette recherche était de décrire les conséquences psychologiques du viol sur la vie de ces femmes. Nous avons utilisé la méthode de l’entretien non directif pour colliger des données qui touchent à l’histoire de vie de ces dernières, ainsi qu’à des descriptions sociodémographiques et socioéconomiques. Les entretiens, d’une durée moyenne de 70 minutes, ont été réalisés dans une salle que l’association a mise à notre disposition. À des fins d’analyse, nous les avons retranscrits intégralement3.

  • 4 Les résultats de cette recherche n’ont pas été exploités de manière exhaustive dans cet article. No (...)
  • 5 La majorité de ces viols sont des viols de voisinage ou de proximité. Les victimes et les criminels (...)

8En janvier 2017, nous avons réalisé une enquête par entretiens auprès d’une vingtaine de violeurs incarcérés à la prison civile de Port-de-Paix (département du Nord-Ouest) afin d’élargir notre compréhension des crimes sexuels4. L’absence d’intimité personnelle dans les cellules constituait un obstacle majeur à la collecte d’informations de qualité sur les viols qu’ils ont commis. La majorité des violeurs, notamment les plus âgés, ont nié les viols individuels et collectifs, ou ont accepté d’en parler à mots couverts. Par contraste, les violeurs les plus jeunes n’ont pas hésité à nous fournir des témoignages assez riches. Contrairement aux victimes de viol que nous avons rencontrées en 2014 à Port-au-Prince, les violeurs de Port-de-Paix se sont brièvement exprimés lors nos rencontres5. La pauvreté lexicale de leurs entretiens peut être expliquée d’une part par la peur d’être stigmatisés et discriminés au sein de leur cellule (dès qu’un homme accepte de passer à l’aveu en présence des autres détenus, il se fait qualifier de « kadejakè », terme péjoratif qui signifie violeur de femme en créole), d’autre part, par la peur de ne pas être réinsérés dans la société, enfin, par les mécanismes de défense de leur moi, etc.

9Pour analyser de façon transversale les entretiens recueillis auprès des femmes victimes de viol, nous avons utilisé la méthode d’analyse de contenu (Bardin, 1993). Plusieurs catégories ont été dégagées du matériel empirique (démarche d’analyse hypothético-inductive). Elles sont des abstractions inductives qui condensent des récurrences ou des saillances sémantiques observées dans les discours des victimes. Nous avons changé le nom de ces dernières afin de conserver leur anonymat.

2. Contexte théorique

10Nous avons essayé de regarder les viols à travers le prisme de la théorie des rites de passage de Van Gennep (1981). Le vécu d’un viol se caractérise par trois moments, à savoir : la séparation, la marge et l’agrégation, auxquelles sont associés des sentiments, des cognitions et des conduites sui generis. Pour compenser les limites de l’apport de cette théorie à la compréhension de l’aspect psychologique du viol, nous avons recouru à plusieurs travaux francophones et anglophones qui relèvent principalement de la psychologie sociale et de la psychopathologie.

3. Résultats

  • 6 L’anthropologue Arnold Van Gennep a inventé ce schéma ternaire, dont la portée méthodologique et th (...)

11Comme les rites de passage classiques, les viols se caractérisent par une structure ternaire6 : la séparation, la marge, l’agrégation.

3.1. La séparation

12Les femmes qui ont acquis contre leur volonté le statut de femme violée sont séparées de celles qui n’ont jamais été violées. Elles ne peuvent pas redevenir comme avant. Leur séparation vis-à-vis des femmes non violées et normales est définitive (la plupart de ces femmes se définissent souvent comme des personnes anormales).

3.2. La période de marge

  • 7 Les viols diminuent les capacités de résilience physiologique et psychologique des victimes et affe (...)
  • 8 Ces processus de détérioration de soi doivent être associés non seulement à l’affaiblissement de la (...)

13À l’issue d’un viol, une femme vit généralement repliée sur elle-même pendant des jours ou des mois. La phase de marge s’explique par les conséquences7 physiques, sociales, économiques et psychologiques du viol, qui peuvent se manifester en même temps. Une femme violée peut rester à la maison parce qu’elle craint d’être perçue comme une victime, parce qu’elle craint de rencontrer la personne qui l’a violée, parce que son argent et ses marchandises ont été volés, parce qu’elle souffre et se soigne à cause des violences physiques subies, parce que, se sentant coupable, elle décide de se retirer du monde (Barrois, 1988), parce qu’elle éprouve un sentiment de honte, etc. Durant la période de marge, certaines victimes essayent de donner un sens à l’évènement chaotique qu’elles ont vécu. D’autres, au contraire, s’abstiennent de se soigner8, de participer aux activités du monde ou d’aider les autres (crise de l’éthique de l’autocare et du care). La période de marge se caractérise par la perte éphémère du sens de la reliance sociale et cosmique. Elle s’explique par le fait que les viols transforment le moi élargi des victimes en un moi réduit ou replié en les séparant du monde social. Ils exercent de graves conséquences sur leur sentiment d’appartenance, leur sentiment d’unité et de cohérence et leur sentiment de continuité temporelle (Mucchielli, 1994).

3.3. La phase d’agrégation

  • 9 Contrairement à elle, la période d’agrégation correspond à des processus de restauration de soi, ou (...)

14Les femmes victimes de viol ne mènent pas constamment une vie recluse. La période9 de réclusion est provisoire. Certaines femmes sont agrégées à la communauté par une association, une église, des proches, des amies… Certains psychologues et sociologues naïfs aident certaines victimes à s’inscrire dans un processus de reconstruction de soi. Souvent, leurs conseils à ces dernières constituent des obstacles au développement d’une culture de la dénonciation du viol (pour banaliser ou dédramatiser le viol, ils disent souvent aux victimes qui leur racontent l’enfer qu’elles ont vécu : « C’est la grande mode du moment ». Ainsi, ils les encouragent à développer une culture de la résignation).

  • 10 On entend par communauté sociolinguistico épistémique, un groupe d’individus qui ont en commun un i (...)

15Les femmes qui n’ont pas été trop appauvries psychologiquement par leur viol peuvent réintégrer leur communauté sociolinguistico épistémique10. En réalité, elles ne peuvent pas se passer de l’aide des autres. Les associations contribuent à écourter la période de marge et à favoriser l’entrée des victimes dans un processus de renaissance, en les incitant à porter plainte pour viol (à sortir de la tombe du silence), à faire des tests de dépistage des maladies infectieuses et vénériennes et à suivre des formations (il s’agit, pensons-nous, de l’éducation à la prévention secondaire du viol).

16Édith Philistin est infirmière, formatrice, technicienne de laboratoire et coordonnatrice de projets au sein d’une association dénommée KOFAVIV (Komisyon Fanm Viktim pou Viktim. Association des femmes victimes pour des victimes). Comme son nom l’indique, cette association a été créée par des femmes victimes de viol. KOFAVIV aide beaucoup de femmes violées à se reconstruire sur le plan médico-social (santé, aide au logement), financier et psychologique. Édith raconte la mission de cette association : « Avant de te parler des activités de KOFAVIV, je dois te dire que je suis infirmière, technicienne de laboratoire au sein de cette association. Je suis formatrice. Je m’occupe de la formation des victimes de viol. J’ai l’habitude d’aller assurer cette formation en dehors de la capitale. Je m’occupe de la sensibilisation des femmes à Martissant, à Cité Soleil, à “Gran Ravin”. Parfois, je vais à Jacmel pour faire le même travail. Je suis assistante, coordonnatrice de projet au sein de KOFAVIV ».

17La mission de KOFAVIV, souligne-t-elle encore, se décline en trois axes : la prévention, l’accompagnement, le plaidoyer.

18Quand une femme victime de viol vient nous voir, un psychologue remonte son moral. On n’abandonne pas les victimes. Nous leur dispensons une formation tous les samedis. Les victimes ont le privilège de parler de tout et de rien. S’il y a quelque chose qui les tourmente, elles peuvent l’exprimer librement. Nous les aidons à trouver une solution à leurs problèmes. Elles suivent une formation sur les maladies sexuellement transmissibles, la santé, l’éducation, bref sur toutes les choses. Lors de la formation, les victimes ont la liberté de dire tout ce qu’elles veulent, car c’est l’occasion d’échanger sur le viol. Toutes les participantes sont des victimes de viol. Les victimes n’éprouvent aucune gêne d’échanger sur le viol. Il n’a pas été facile d’inciter les victimes à parler de leur viol. Auparavant, on n’avait pas de sponsors. On utilisait les moyens du bord. On allait à la rencontre des victimes sur le terrain, puisque l’association n’était pas encore connue. On se rendait dans certaines zones pour s’informer du viol des femmes. Il fallait déployer des stratégies pour porter une victime à parler de son viol. Certaines d’entre elles refusaient de raconter leur viol. Grâce à des campagnes de sensibilisation effectuées par KOFAVIV dans les zones, dans les communautés, les victimes ont appris à sortir de leur silence. Depuis 2004, je participe à ces campagnes de sensibilisation ».

3.4. Les sentiments générés par le viol

19L’analyse de nos entretiens nous a permis de repérer plusieurs types de sentiments vécus par les femmes victimes de viol individuel ou collectif que nous avons rencontrées. Nous allons ici brièvement les présenter. Il s’agit d’une synthèse de l’étude des dizaines de cas de viol.

3.4.1. Le sentiment de destruction

20Les viols sont des violences qui ont un effet disruptif, dans la mesure où elles brisent les victimes ou font éclater l’identité de celles-ci. Quelle que soit la façon dont il a été commis, le viol est un lieu de confrontation avec la mort. C’est un évènement traumatisant et sanglant dans la vie sexuelle de beaucoup de femmes. Les coups sur le visage, les morsures, l’étranglement (ou la tentative d’étranglement), l’arrachage des cheveux, les griffures, la verbalisation des propos orduriers, les gifles, la présence d’une arme à feu ou d’une arme blanche, etc., caractérisent, d’une manière générale, les viols commis par des inconnus. En niant « à une femme sa dignité de sujet libre de consentir à l’entente rituelle de la rencontre entre deux êtres humains » (Jeffrey, 2003), le violeur se comporte comme une personne qui est incapable de ritualiser la séduction et le consentement fondés sur une relation égalitaire. L’objectif de l’agresseur est de détruire sa victime symboliquement ou physiquement. Sibony (1995) avance l’idée que « le but du tortionnaire est de briser l’autre, d’entrer dans ses limites pour le détruire. Lorsque, en plus, le tortionnaire se réclame de la loi, il s’identifie à une loi qui ne supporte pas de limites ; donc à une loi totalitaire ». Le viol provoque une « fissure ontologique » (Mounier, 1946), qui représente la fin du monde chez la victime. Cette dernière peut avoir le sentiment qu’elle n’existe plus, alors qu’elle fait face à l’impératif de donner un sens à sa vie. Elle peut manifester des conduites agressives et autoagressives. Sibony (1995) définit le viol comme « une catastrophe du sexuel qui signale que les fantasmes n’ont plus cours, que la parole n’a plus de valeur, et qu’alors on passe à l’acte ».

21Tous les viols ont une fonction disruptive même si les criminels sexuels et les victimes n’en sont pas toujours conscients. Il y a des viols qui s’apparentent à des tortures. En refusant de rompre le silence, les victimes brisées en morceaux obéissent inconsciemment ou non à la loi totalitaire de leurs agresseurs. Pendant et après leur viol, elles font face à un sentiment de rupture temporelle. Le viol est un évènement qui fait voler en éclats le sentiment d’existence, le sentiment de confiance, le sentiment de valeur et le projet identitaire d’une victime.

22Aurélie, dont nous parlerons plus loin, évoque les conséquences de son viol collectif sur son humanité : « Parfois, j’ai l’impression que je ne suis pas un être humain. J’essaie de me fortifier. En revivant mentalement l’évènement, je sens que je ne suis plus une personne humaine. Je sens que ma place n’est plus dans la société. Je m’exclus de cette dernière ».

23Certaines victimes de viol font face à ce qu’on peut appeler la crise du sentiment d’agentivité, car elles se sentent incapables d’agir dans le monde, de s’orienter dans la vie, de modifier le cours de leur existence. L’intensité de cette crise varie d’une victime à une autre. Les viols sont des évènements qui provoquent la crue du fleuve de l’identité des victimes. On peut comprendre l’identité personnelle comme « le sentiment que l’on a d’être une personne unique, avec son histoire singulière, distincte des autres. Constituée de l’ensemble intégré des connaissances et des croyances relatives à soi, elle est une composante de la personnalité individuelle. Elle donne à l’individu l’impression d’une cohérence stable entre ses conduites, ses cognitions et ses affects. Elle permet aussi de se situer par rapport aux autres » (Guichard et Huteau, 2007).

3.4.2. Le sentiment d’insécurité ontologique

24Toutes les femmes que nous avons rencontrées ont éprouvé un sentiment d’insécurité ontologique à l’issue de leur viol. Ce sentiment est traduit par la peur d’être victimes de représailles de la part de leurs bourreaux, par la peur d’être perçues comme des victimes de viol (le sentiment d’être marquées) et par la peur d’être violées à nouveau. Les deux dernières catégories de peur peuvent être appréhendées dans leur dimension symbolique ou imaginaire : « Au début, les victimes s’imaginent que les personnes rencontrées savent ce qu’elles ont intimement subi, il s’agit d’une nouvelle pénétration, fantasmatique cette fois. Elles peuvent adopter une solution qui consiste à annuler toute relation. Elles se cloîtrent dans un espace clos, et peuvent par exemple percevoir la télévision et les images qu’elle diffuse comme pénétrantes. […] » (Lopez et Filizzola, 1993).

25La peur d’être battue ou tuée par les violeurs constitue un obstacle à la dénonciation et à la judiciarisation du viol si elle n’est pas vaincue par les victimes. Violée par quatre hommes en 2011 sous une tente à Christ-Roi (il faut noter que sa fille de dix ans a été violée par cinq hommes le même jour), la peur de rencontrer son violeur a dissuadé Corinne de porter plainte pour viol : « Je n’ai pas porté plainte pour viol, car je craignais de rencontrer les violeurs. Je n’ai pas de compagnon […] ».

26Les viols sont des accidents de la vie. Les victimes de viol se battent contre des sentiments négatifs (d’incertitude existentielle, de désorientation, de culpabilité, de honte, de vacuité, d’infériorité, etc.). Mais elles luttent également contre des sentiments de peur : la peur d’être perçue comme une victime de viol, la peur d’être infectée par le VIH, la peur des hommes, la peur de la sexualité, la peur d’être revue ou d’être tuée par les violeurs, la peur de sortir de son cocon familial, la peur d’être incapable de satisfaire son partenaire sexuel, la peur de sortir le soir, la peur d’être violée à nouveau, la peur d’être insultée, la peur d’enfanter, la peur d’être aimée, etc.

3.4.3. Le sentiment d’imminence ou de proximité de la mort

27Avant, pendant ou après le viol, certaines femmes ont été l’objet d’une menace de mort qu’elles ont prise au sérieux. D’ailleurs, beaucoup de viols sont commis sous la menace d’une arme à feu. Une femme est non seulement terrifiée par l’agression comme telle, mais aussi par les propos du violeur ou des violeurs. Le viol pousse la victime à penser à la mort en première personne (Jankélévitch, 1966). Au moment du viol, certaines femmes ont perdu connaissance. De nombreuses victimes de viol ont oublié la date et le lieu de l’évènement traumatique. Les violences physiques infligées à une femme peuvent lui faire perdre conscience. Comme en témoigne le port d’une cagoule ou d’un masque noir, la peur d’être reconnu ou identifié par la victime est l’une des raisons qui poussent le criminel sexuel à pratiquer de manière consciente ou non la technique inhumaine de mise à mort symbolique (menace de mort, violences physique, psychologique et psychique ; effraction dans l’appareil psychique de la victime). Le moment du viol est un moment infernal. C’est la fin du monde pour la victime. Certaines femmes violées ont développé une vision négative du monde social (le monde est injuste) qui se manifeste par des syndromes de vengeance et de vulnérabilité.

28Philomène avait peur d’être tuée lors de son viol : « J’ai pensé qu’ils allaient me tuer après qu’ils ont commis leur crime contre moi », dit-elle. J’ai su que mes délires ne les pousseraient pas à avoir pitié de moi. Ces hommes sont impitoyables. Ils m’ont emmenée dans une maison. Ils m’ont mise en joue. L’un d’eux m’a brutalisée. Les violeurs déchiraient mon habit. J’avais l’impression que je trépassais. Je leur ai dit : « j’ai deux enfants. Si vous me tuez, ils vont pleurer. Votre conscience va en pâtir. Il n’y a personne qui m’aide. Je ne bénéficie d’aucune aide ». Celui qui m’a soumise fortement m’a bousculée. Un autre homme a pointé son arme vers moi, tout en articulant : « je te dis de fermer ta gueule. Nous allons te sauter ». Paulette parle de la situation infernale qu’elle a vécue : « C’est un évènement inexplicable, car il est inattendu. Tu as compris ? Quand cela m’est arrivé, j’ai été anesthésiée. C’est une méchanceté. Le pire est que le viol s’est produit en face de mon fils et des autres enfants. Tu as saisi le sens du viol ? »

3.4.4. Le sentiment d’impuissance

  • 11 On peut noter que si le viol (agression sexuelle) se conjugue rarement au féminin, c’est parce que (...)

29Pendant et après leur viol, il apparaît que beaucoup de femmes puissent avoir la certitude d’être des êtres inférieurs ou impuissants. Le viol peut être commis dans la perspective d’inférioriser une femme. Les femmes que nous avons rencontrées n’ont pas résisté à leurs agresseurs sexuels de crainte d’être tuées. Le développement du sentiment d’infériorité chez beaucoup de femmes haïtiennes est lié à la culture sociale, familiale et religieuse (la société, la famille, les religions encouragent les femmes à se soumettre à la volonté des mâles. Il y a encore des femmes qui croient qu’elles sont physiquement plus faibles que les hommes). Les femmes sont considérées comme des objets sexuels ou comme des proies faciles sur lesquelles fondent les hommes prédateurs. Le viol est une agression sexuelle, un moyen qui permet à certains hommes de contrôler les femmes11 (Campbell et Muncer [1994] ; Campbell, Muncer et Gorman [1993] ; Campbell, Muncer et Odber [1997] ; cités par Farzaneh, 2006).

30Philomène vivait sous une tente à Piste. Elle a été violée sous la menace d’une arme par trois hommes le 30 juillet 2012 pendant qu’elle rentrait du carnaval. Elle avait 29 ans au moment des faits. « Quand je suis arrivée, dit-elle, les violeurs m’ont demandé de m’allonger par terre. J’ai pleuré. Je leur ai dit : “Je vous prie de ne pas me faire mal, car j’ai deux enfants. Je suis sortie malgré moi” ». L’un d’entre eux m’a dit : « Ferme ta bouche. Je vais coucher avec toi ». Puis, il continue : « Enlève tes vêtements ». Je me suis dit ce que j’allais faire face à cette situation. L’un d’eux a essayé de déchirer mon vêtement. Un autre homme m’a enlevé le pantalon. Donc, j’ai été obligée de leur obéir. Dès qu’il m’a complètement affaiblie, l’un d’eux a couché avec moi. Pendant qu’il me violait sauvagement, un autre violeur montait la garde. Celui-ci dit à celui-là : « Dépêche-toi de coucher avec elle. C’est mon tour ».

31Certains hommes peuvent violer des femmes pour affirmer leur identité masculine ou leur pouvoir phallocratique. Ou bien ils ont du mal à tolérer les femmes qui ne veulent pas être draguées, ou bien ils ne savent pas comment s’y prendre pour courtiser des femmes. Donc, ils les violent en vue de confirmer leur virilité ou leur puissance. Ils participent à des viols collectifs. Ils ont une très faible estime d’eux-mêmes. Ils considèrent les femmes comme des personnes soumises. D’après les témoignages de quelques victimes, certains viols sont commis par des policiers. Alors qu’ils doivent assurer la sécurité des camps, certains d’entre eux se transforment en agresseurs sexuels.

32Paulette (51 ans) a été violée dans un camp bordélique après le tremblement de terre du 12 janvier 2010 par un policier qui était accompagné de deux complices : « J’ai été violée après le 12 janvier 2010. À cette époque, tout le monde était aux abois. Il n’y avait plus de maisons. Tout le monde était dans la rue. Le monde entier était au courant. Nous sommes allés vivre dans un camp. J’ai habité le camp Akra, qui se situe entre Delmas 30 et Delmas 32. J’ai trois enfants, dont celui de ma sœur. Il y avait beaucoup de personnes dans ce camp. Si l’on avait dû vivre comme des êtres humains, on n’y aurait pas eu du tout sa place. Mais on n’avait pas le choix. On ne pouvait pas aller ailleurs. Je suis une femme très drôle. Dans mon quartier, chaque personne me comprend différemment. Quand je sors de chez moi, je leur dis “bonjour”. Quand je rentre chez moi, je leur dis “bonjour”. Seulement cela, car j’ai des choses à faire. En se comportant ainsi, on frustre certaines personnes à son insu. Des hommes du quartier ont déclaré : “nous aimerions connaître les activités de cette femme. Elle est très élégante. Elle ne parle à personne. Elle n’est jamais disponible. On ne la voit pas blaguer avec des gens sur la terrasse. Pourtant, elle élève trois garçons”. Je ne suis jamais disponible pour les gens. Dans la soirée, il y avait une brigade de vigilance. Les policiers de cette brigade de protection sont des agresseurs. Tu as compris ? S’ils voient que tu es une femme qui ne parle à personne, une femme de valeur, s’ils veulent violer une fille que tu as chez toi, ils préfèrent les violer dans la soirée au lieu de les aborder. Ces policiers se transforment en agresseurs ».

33Amélia a été victime d’un viol collectif en 2012. Elle avait 32 ans au moment des faits. D’après la victime, le viol a été préparé par un prétendant qui a décidé de transgresser les limites du jeu de la séduction. Le viol a été commis avec beaucoup de violence et sous la menace d’une arme de calibre neuf millimètres. Les violeurs ont essayé de la tuer après le viol. Amélia vivait dans un camp situé à l’Aviation. Elle n’a pas pu retenir ses larmes lors de l’interview de recherche :

« Un monsieur me faisait la cour, raconte-t-elle. Je ne lui ai pas donné mon cœur. Un jour, il m’a dit : “quand je te drague, tu ne m’écoutes pas”. Je n’ai pas bronché. J’ai su que je n’avais rien contre lui. Il a eu beau me draguer, je lui ai tenu tête. Un jour, vers minuit, il est rentré dans mon camp. Il a frappé si fort la tente que j’ai pensé qu’il faisait jour. J’ai pensé que c’était un enfant qui faisait cela. De façon inattendue, j’ai été envahie par cinq hommes. Ils m’ont retenue sauvagement et m’ont amenée à l’endroit où m’attendait cet homme (le dragueur). Une force m’a poussée à saisir l’un d’entre eux par le maillot. Un autre homme lui dit : “comme il te tient par le maillot, déchire ton vêtement, fusille-la à l’intérieur de la tente”. Un autre violeur lui a répondu : “ne la tue pas, emmenons-la quelque part”. Alors, ils m’ont transportée dans un autre endroit. Je n’ai pas marché. Je me suis roulée par terre. Ils m’ont traînée, ils m’ont donné un coup de fusil de calibre neuf millimètres, ils m’ont blessée. Ma tête a été fendue. Je me suis dit : “je suis morte”. Je n’ai pas exprimé d’autres choses. Quand je suis arrivée à l’endroit, les cinq hommes m’ont violée. Ils m’ont mise sur le sommet d’une muraille pour tirer sur moi. L’un d’eux lui a demandé : “où est ton poignard ?” Il lui a répondu : “je ne l’ai pas emporté. Je vais le chercher”. Un passant qui nous a entendus parler est allé chercher les Blancs (les soldats de la mission onusienne). Quand ils ont vu ces derniers, ils ont pris la fuite. Alors, je me suis jetée dans une rigole sale comme une chienne ».

3.4.5. Le sentiment d’être un objet sexuel

34Le viol enlève à la sexualité son caractère intime. C’est la raison pour laquelle certaines femmes ne peuvent pas avoir une relation sexuelle normale après un viol individuel ou collectif. Les viols ont de graves conséquences sur la fonction sexuelle des victimes. Certaines d’entre elles ont même décidé d’enterrer leur vie sexuelle une fois pour toutes. À leurs yeux, la sexualité humaine est devenue une pratique horrible. Ces femmes ne se définissent plus comme des sujets sexuels.

35Claudine, une revendeuse de 20 ans, a été violée en mai 2014 dans un camp appelé Boniman. Elle est tombée enceinte après un deuxième viol qui s’est produit en septembre 2014. Elle a décidé d’enterrer sa vie sexuelle de peur d’augmenter ses misères psychologique, sociale, économique, etc. : « Après les viols, il m’est rarement arrivé d’avoir envie de faire le sexe. J’ai fini par comprendre que la situation dans laquelle je me suis retrouvée est due à un homme. Si je prends un homme pendant ma grossesse, il ne restera pas avec moi. Il est probable qu’il reparte après avoir couché avec moi. Il le fera sous prétexte qu’il n’est pas le père de l’enfant. Ainsi, il ne fera qu’augmenter mes misères ou mes peines. Je préfère vivre avec mon enfant quitte à souffrir (je passe mes journées, je dors sans manger ni boire, et je me lève sans espoir). Bon Dieu n’a pas encore pitié de moi ».

36Orpheline de mère, fille d’un père insouciant comme la cigale, Aurélie a été victime d’un viol collectif le 3 avril 2012 dans un camp situé à Gérald Bataille. Elle refoule son désir sexuel, car elle pense qu’il est honteux d’avoir envie de faire l’amour. Elle souhaite que la flamme de son désir sexuel soit complètement éteinte. Elle estime qu’elle avait une sexualité normale avant le viol. L’homme dont elle est l’amante pense qu’elle ne l’aime pas. Il a découvert ses dysfonctionnements sexuels. Il n’est pas au courant du viol. Aurélie manifeste envers lui des comportements bizarres dont elle n’est pas toujours consciente : « Actuellement, j’ai un homme dans ma vie. Je ne le considère pas comme un chéri, car il a une femme et des enfants. Il est marié. Il a déjà fait sa vie. Il se pourrait qu’il m’aime. Il m’aide. J’accepte son aide. Nous faisons l’amour, mais je ne le sens pas. Il a l’habitude de me dire : “Aurélie, tu as un problème, tu ne m’aimes pas, alors que je me suis mis dans ta peau”. Il ne soupçonne pas le vrai problème auquel je fais face. Je lui dis : “Comment je me comporte envers toi ?” Parfois, je manifeste des comportements dont je ne suis pas consciente. C’est lui qui me dit que je fais telle ou telle chose. Je lui dis : “Est-ce vrai ?” Je ne suis pas consciente de ces comportements. Il ne sait pas qu’ils sont liés à mon viol ».

3.4.6. L’auto-exclusion du monde social

37Certaines femmes victimes de viol ne se sentent plus dans le monde à l’issue des faits. Elles s’autoexcluent de certaines pratiques sociales et culturelles en restant dans leur cocon protecteur pendant des jours ou des mois. Cette période d’exclusion de soi s’apparente à la phase de marge qui caractérise les rites de passage classiques (Van Gennep, 1981).

  • 12 La notion de « base » renvoie ici à un groupe d’hommes armés qui s’adonnent à des actions illégales (...)

38Claudine a été contrainte par ses bourreaux de rester chez elle : « Je pense, dit-elle, qu’il s’agit d’un groupe de gangsters, puisqu’ils m’ont dit avant de partir : “je te défie de sortir de chez toi. Tu as affaire avec la base12 117”. Je n’ai pas pu sortir de chez moi pendant trois jours. J’ai été violée par quatre hommes encagoulés. Je ne les connais pas. Mais, ils peuvent me connaître. Ils sont dans le camp toute la sainte journée. J’ai passé trois jours à l’intérieur de l’abri ».

39Josette est une marchande de pain qui a vécu sous une tente à Christ-Roi. Née en 1957, elle a été violée par un inconnu en 2011 sous la menace d’une arme à proximité de sa tente dans la matinée. Après le viol, elle a décidé de rester chez elle pendant une certaine période : « À l’issue de mon viol, je n’avais plus envie de vivre. Alors que je pratiquais l’abstinence sexuelle, on m’a violée. J’ai été forcée à faire le sexe. À cette époque, je ne me sentais pas bien du tout. Je ne sortais plus dans la rue. J’avais cessé d’aller vendre du pain… ».

3.4.7. La mutation ontologique

  • 13 Caenée fut violée par Poséidon (dieu grec de la mer, des océans, des tremblements de terre…). Elle (...)

40Les femmes victimes de viol (s) que nous avons rencontrées ont toutes signalé que le viol est un évènement inoubliable. Elles ont développé une personnalité traumatique (Crocq, 1997, 1999). Leur viol a provoqué ce qu’on pourrait appeler la crise de l’identité transtemporelle (l’identité transtemporelle est la perception d’un soi permanent ou le sentiment de permanence dans le temps et dans l’espace) dans la mesure où ses victimes ne peuvent pas redevenir comme avant. Comme elles le disent, on peut accepter son viol, mais on ne peut pas l’oublier. Le viol a transformé les victimes de façon négative en les forçant à acquérir des statuts non voulus et dévalorisants. Bien qu’elles aient eu jusque-là des rapports sexuels consentis, la plupart des femmes se sont vues forcées d’acquérir le statut de femme violée et/ou dévirginisée (certaines d’entre elles n’ont jamais eu avant les faits de relations sexuelles). Le viol amène certaines victimes à se désidentifier du monde féminin en changeant d’orientation sexuelle (caenéisme13) ou à s’identifier à leurs agresseurs. Du point de vue psychique et psychologique, elles font la navette entre l’antériorité et la postériorité du viol. Elles ont perdu une partie importante de leur Soi. Le viol est un crime contre la dignité humaine, contre le sujet humain ou contre l’être. Chez les victimes qui ont été sauvagement « initiées » par leurs bourreaux à la sexualité (les victimes qui étaient vierges), le viol peut induire deux types de fantasmes (Deutsch, 1994) : le fantasme de parthénogenèse (certaines d’entre elles peuvent penser à mettre au monde un bébé sans aucune aide masculine) et le fantasme de prostitution (« je suis humiliée, je vais me rabaisser »). Beaucoup de prostituées ont été victimes de viol. Le fantasme de parthénogenèse peut être relié à l’érophobie (la peur de l’amour érotique) et à la peur des agresseurs potentiels. Le viol a un impact sur le « sacré de cohésion » dont Caillois (1988) a décrit la fonction en ces termes : « Il soutient et fait durer l’univers profane dont il assure la cohésion, l’unification, la durée. C’est qu’il est facteur de stabilité, de continuité, de permanence ; c’est un principe régulateur de la vie, un principe de rétention qui favorise l’économie et la stagnation, une pesanteur qui retient dans l’existence l’être qui meurt de ne pas mourir ».

41Si le viol est désormais perçu par de nombreuses victimes comme une menace existentielle, c’est parce qu’il constitue une grave atteinte à la conservation de soi, c’est-à-dire au corps comme structure symbolique de significations et de valeurs (Sullivan, Landau, Kay, 2012). Il renforce la croyance que les bonnes et les mauvaises choses arrivent respectivement aux bonnes et mauvaises personnes (Lerner, 1987, 1998).

42Carole a été victime d’un viol collectif qui s’est produit en 2012 à Acacia (Christ-Roi) entre 9h30 et 10h du soir. Elle avait 39 ans. Cette vendeuse de saucisses rôties rentrait chez elle quand quatre inconnus l’ont encerclée pour la violer. Ils l’ont emmenée dans une maison effondrée et abandonnée. Elle a crié pour les dissuader de passer à l’acte. Ils lui ont donné des coups de poing et des gifles. Le viol qu’elle a subi a altéré son identité humaine. Elle ne se sent pas normale comme tout le monde : « Je ne me sens pas normale comme tout le monde depuis que j’ai été violée. Je prends des médicaments. Parfois je prends des décoctions de feuilles afin de redevenir une femme normale. Je souffre toujours du viol ».

3.4.8. Le désir de vengeance

43Certaines femmes sont violées plusieurs fois par an par les mêmes criminels. La sexualité addictive et compulsive de ces derniers est liée au fait qu’ils sont incapables de se désarrimer de la dimension jouissive du viol. La plupart de leurs victimes sont obnubilées par un grand désir de vengeance. Celui-ci peut être nourri non seulement par l’absence d’une procédure d’indemnisation en faveur d’elles, mais encore par le climat d’impunité dont bénéficient les criminels sexuels. Le sentiment de vengeance serait enfanté par un sentiment d’injustice, lequel s’explique par la perte de leur croyance dans un monde juste (Brems et Wagner, 1994 ; Hafer et Bègue, 2005).

44Rosemaine (21 ans, mère d’un garçon de quatre ans) a été violée le 10 août 2012 sous la tente de Jean-Marie Vincent à côté de l’hôpital Chancerelle vers une heure du matin. Sa belle-sœur et elle vivaient sous cette tente. Lors de l’absence de celle-là, deux hommes sont venus violer celle-ci. Elle a été battue et giflée. On lui a volé son argent. Elle souhaite que les victimes de viol tuent leurs violeurs : « Je demande à toutes les femmes victimes de viol de tuer leurs bourreaux. Même s’ils font de la prison, ils n’arrêteront pas de violer des femmes ».

45Aurélie, une victime dont nous avons déjà parlé, exprime son sentiment de vengeance en utilisant des termes imprécatoires : « Moi, j’ai toujours demandé à Dieu de me faire observer la mort des trois jeunes hommes qui m’ont violée. J’ai demandé à Dieu de les tuer. On sait qu’on ne devrait pas souhaiter du mal à quelqu’un. Mais, moi, je leur souhaite toujours du mal. Je prie Dieu. Je suis chrétienne. Je peux distinguer le bien du mal. Dieu sait tout. Moi-même, j’ai toujours souhaité du mal à ces gens. Je veux leur dire pendant qu’ils meurent devant moi : “vous vous rappelez ce que vous m’avez fait ? Vous savez ce qu’est la vie ? Voilà le revers de la médaille…” ».

3.4.9. La dépossession de soi

46Beaucoup de femmes ont perdu connaissance lors du déroulement du viol qu’elles ont subi. Leur appareil psychique tombe en panne. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, le sentiment d’étrangeté ou de perte de conscience de soi éprouvé pendant le viol leur permet de faire face à leur mort probable. Pour avoir la vie sauve, elles se sont laissé violer.

47Lise est une ex-vendeuse ambulante. Elle vendait des chaussures quand elle a été violée en 2004 par trois hommes sous la menace d’une arme. Les faits se sont déroulés dans une vieille maison abandonnée. Ses bourreaux lui ont volé son argent et ses chaussures : « […]. L’un d’eux m’a touchée pendant que les autres regardaient les sandales. Ils m’ont transportée à l’intérieur d’une maison. Ils m’ont battue et m’ont violée. [...]. Les faits se sont déroulés en 2004. J’ai perdu connaissance… ».

48Le sentiment de n’être plus soi-même peut durer des années. Léonise a été violée quand elle avait douze ans par un substitut paternel (un frère adoptif de son père, qui était logé par la mère de Léonise. Le père de celle-ci vit aux États-Unis). À 33 ans, elle exprime encore son sentiment de dépersonnalisation (la cause de son viol serait inscrite dans un mouvement causal centripète. Elle serait née pour être violée. Il y aurait quelque chose en elle qui attire les violeurs) : « Parfois, je me sens sale. Je suis un paquet de péchés. Je suis une chose que tout le monde aime, que tout le monde veut avoir. Je suis un paquet de péchés, un paquet de charmes. J’ai un problème congénital. Si je connaissais la cause de ce dernier, il serait soustrait de moi. Je me dis : Comment puis-je enlever un mal avec lequel je suis née ? Est-ce que je ne serai pas une autre personne si je l’enlève ? Est-ce que je n’enlèverai pas une partie de moi-même ? »

3.4.10. Le sentiment d’inhibition émotionnelle

  • 14 Certains auteurs définissent la culpabilité comme une émotion morale (moral emotion, cf. Haidt, 200 (...)

49Au moment du viol, le criminel sexuel demande à la victime de se taire sous peine d’être tuée par balle ou avec une arme blanche. La menace de mort ne suffit pas toujours à réduire la victime au silence. Pour cette raison, le violeur lui ferme la bouche. La victime est obligée de contenir ses émotions. Après le viol, le bourreau demande à la victime de garder le silence, sinon elle sera tuée ou ne sera pas prise au sérieux. Au moment du viol, le silence de la victime peut donner au violeur l’impression que celle-ci lui a donné son consentement. Il paraît que ce silence est l’une des causes de l’apparition chez la victime du sentiment de culpabilité. En effet, certaines victimes de viol disent qu’elles auraient dû faire du bruit afin de dissuader leur(s) agresseur(s). À cause de la loi du silence, la majorité des viols subis par les femmes peuvent être définis comme des cryptorites (versus phanérorites), c’est-à-dire des rites qui ne sont connus que d’elles-mêmes et de leurs bourreaux. Pour Lopez et Filizzola (1993), le sentiment de culpabilité14 peut aider la victime d’un viol à penser et à surmonter celui-ci, en donnant un sens à son histoire particulière : « La culpabilité va instituer (structurellement) le sujet comme sujet de l’aventure traumatique. La conviction qu’elle est responsable de ce qui lui est arrivé peut la sauver de l’impensable. Elle peut raconter ainsi ce qui va devenir son histoire et accéder ainsi à une dimension symbolique ». Parmi les facteurs explicatifs du silence des victimes de viol (Germain et Langis, 1990), il convient de citer : « la honte, la culpabilité, la crainte de la vengeance de l’agresseur, la peur de ne pas être crue, le désir d’oublier, la difficulté à croire à ce qui vient d’arriver, les appréhensions par rapport au processus légal… ».

50Zabette est née en 1962. Elle est mère de cinq enfants. Elle a été violée par un caïd qui était accompagné de deux complices. Elle vivait sous une tente. Lors du viol, elle a contenu ses émotions sous peine de se faire tuer : « Ces jeunes hommes marchent comme…, raconte-t-elle. Il y en a qui viennent de boire de l’alcool. Ils sont soûls. Ils sont potelés. On ne peut pas se battre contre eux. Si tu cries, ils t’en boucheront un coin. Il faut s’y résigner. Si l’individu te dit qu’il va te donner un coup, celui-ci peut être mortel. Il peut te donner un coup qui bloque ton cœur. Si tu meurs, tes enfants vont être dans la misère. On ne fait qu’obéir à l’agresseur. On n’a pas le choix ».

3.5. Le viol : une arme d’humiliation et de déshumanisation

51Les femmes violées que nous avons rencontrées ont toutes témoigné du pouvoir déshumanisant du viol qu’elles ont subi. La plupart d’entre elles souffrent des troubles de la personnalité (faible estime de soi, idées suicidaires, désir de faire du mal aux autres, irritabilité, haine de soi, impulsivité, etc.). Elles ont été brutalisées, instrumentalisées ou chosifiées par leurs bourreaux. Elles ont acquis un sentiment d’identité non humaine (Darves-Bornoz, 1996), ne serait-ce que provisoirement.

52Le bourreau de Zabette a nié son humanité : « Le viol n’a pas duré beaucoup de temps, puisque le violeur était pressé. Il n’a pas passé beaucoup de temps sur mon ventre. Il m’a traitée comme un animal ».

53Mata (19 ans) a été violée par son « père adoptif » (50 ans) en décembre 2011, lors d’un séjour de huit jours chez celui-ci. Elle ne trouve pas de réponse à la question « pourquoi moi ? » Le violeur avait gagné totalement sa confiance avant de passer à l’acte : « Il m’a toujours montré qu’il m’aimait comme sa fille. Sa femme ne lui a donné que des garçons. Il m’a toujours dit qu’il aimerait avoir une fille comme moi. Après le viol, j’avais le sentiment que je n’étais plus une personne humaine. Je me suis dit : « est-ce que j’ai mérité ce viol ? Pourquoi cela m’est-il arrivé ? Or, cela m’est arrivé ! »

54Les viols sont des rites de violence destinés à humilier les victimes. Le verbe « humilier » et le substantif dérivé « humiliation » sont beaucoup utilisés par les victimes dans leurs productions discursives. En humiliant leurs victimes, les violeurs les amènent à ressentir fortement leur vulnérabilité ontologique. Si l’on sait qu’une femme sur six sera violée dans sa vie par un homme, le viol peut être considéré comme l’expression absolue de la domination masculine. En Haïti, le viol est une épée de Damoclès qui plane sur la tête de toutes les femmes. Les criminels sexuels n’abaissent pas leurs victimes en vue de les élever à la dignité humaine ou féminine. La fonction d’humiliation du viol consiste à abaisser les victimes au rang de femmes soumises et dominées.

  • 15 Le sentiment de honte empêche les victimes de viol commis par des inconnus de sortir de leur cocon (...)

55Carole raconte comment elle a été humiliée : « J’ai été humiliée. Certaines personnes peuvent penser que je suis malade. Après avoir appris que tu as été violée par trois ou quatre hommes, elles t’humilient. Tu es devenue une personne sans valeur, sans dignité. J’avais honte15 de sortir de chez moi. Je suis restée chez moi. Je n’avais pas envie que les gens soient au courant des faits. Je me suis sentie humiliée ».

56Philomène raconte aussi son calvaire : « Je ne me suis pas sentie normale. Je me suis sentie humiliée dans la société. Je ne me suis pas sentie comme une personne. Je ne vois pas où je suis. Bon Dieu m’a permis de me ressaisir. Quand je suis rentrée chez moi, j’ai raconté le viol à ma sœur. Cette dernière ne m’a pas bien accueillie. Elle a arrêté de me parler. J’ai pensé que ma vie était finie. J’avais peur d’être contaminée par les violeurs. Le lendemain, je suis allée à l’hôpital. Grâce à Dieu, j’ai été séronégative ».

3.6. Le viol : un outil au service de l’oppression masculine

  • 16 Certains d’entre eux considèrent le viol commis comme un simple incident qui ne se reproduira plus (...)

57L’attitude de dénégation16 des violeurs que nous avons rencontrés à la prison civile de Port-de-Paix en janvier 2017 est liée non seulement à une mauvaise et une faible conceptualisation du viol, mais encore à la perpétuation de la domination masculine. Pour certains d’entre eux, il n’y a pas de viol sans violence physique : « Selon moi, le mot viol (“kadejak”) signifie : quand on ne sait pas comment s’y prendre pour draguer une fille, on la viole et on la bat », raconte Robert. Pour d’autres violeurs, on commet un viol contre une femme lorsqu’on est pris en flagrant délit en train de la violer. Par exemple, Jacques ne reconnaît pas avoir violé sa voisine parce qu’il n’a pas été pris la main dans le sac : « Pour ma part, dit-il, je suis victime d’un abus. Je suis dans la misère. Je suis condamné sans preuve. Il aurait fallu me prendre en flagrant délit pour pouvoir me condamner. Selon ma conscience, je n’ai pas violé cette fille. »

58Beaucoup de violeurs prétendent que leurs victimes n’étaient pas vierges avant le viol qu’ils ont commis afin de soulager leur conscience. On peut émettre l’hypothèse que pour ces violeurs une femme qui a l’habitude de faire l’amour ou qui est déjà déflorée ne doit pas refuser un rapport sexuel. Paul, qui a violé son ex-petite amie, raconte : « J’ai couché avec elle chez moi. Elle avait déjà eu des rapports sexuels. Beaucoup de personnes le savent. »

59Pierre (19 ans) ne rejette pas son identité de violeur. Mais le sens implicite de ses propos réside dans le fait que son ex-petite amie, une adolescente de 16 ans, n’aurait pas dû porter plainte pour viol puisqu’elle avait déjà perdu sa virginité quand il l’a violée : « Je l’ai violée en décembre, dit Pierre. Le viol s’est produit chez moi. Elle a dit au commissaire que je l’avais déflorée. J’ai fait l’amour avec elle. Mais elle n’était pas vierge ».

60Beaucoup de violeurs prétendent avoir eu une relation amoureuse de quelques mois ou de longue date avec les femmes qu’ils ont violées. De leur avis, une femme ne doit pas refuser un rapport sexuel à son amoureux. Certains violeurs incarcérés ont tenté de dédramatiser ou de minimiser l’acte ineffaçable que représente le viol en mettant l’accent sur la brièveté de sa production (« ça n’a pas duré beaucoup de minutes »).

61Le viol est le lieu de concrétisation de fantasmes sexuels masculins. Le viol est un outil dont se servent beaucoup d’hommes pour soumettre les femmes à leur volonté, les réifier (Daligand, Gonin, 2000), les humilier, etc.

62Contrairement à ce que l’on pense généralement, le viol a aussi des conséquences psychologiques sur la vie des criminels sexuels. Ce ne sont pas des forts inexpugnables face aux effets physiques, psychologiques et psychiques de l’arme de guerre contre la femme que constitue le viol. Ils peuvent éprouver des sentiments de regret, d’humiliation, de honte, d’avilissement, etc., à l’instar des victimes. Wilbert regrette amèrement d’avoir violé son ex-petite amie. Il craint de mourir en prison : « Je n’aurais pas dû commettre ce viol. Quand on est derrière les barreaux, on s’aperçoit de toutes ses erreurs, des erreurs qu’on n’aurait pas dû faire. Pendant que je suis en prison, je vois qu’il y a des femmes faciles dans la rue. Il y en a qui acceptent de coucher avec un homme pour 25 ou 50 gourdes. Je suis incarcéré pour viol. Je ne devrais pas être là. Si je devais m’infliger une peine, je me condamnerais à… Il y a des personnes qui meurent cinq mois avant la fin d’une peine de neuf ans. Je peux mourir dans ma cellule. Il n’y a pas d’activités distractives. Il n’y a pas de moyens… »

3.7. Le viol : un rite de violence essentiellement masculin

63Un rite de violence est un mal social endémique, un fait social itératif et générateur de désordre. Il existe donc dans toutes les sociétés humaines (fait sociogène). Les viols sont des rites de violence physique, psychologique et psychique qui peuvent être pour les violeurs des épreuves initiatiques aux dimensions multiples : symbolique, individuelle et collective. Ce sont des pratiques d’initiation à la sexualité pour beaucoup d’entre eux. Le viol est une expérience subjective, une construction sociale, psychologique et psychique.

64Du point de vue juridique, le viol se définit comme « tout acte de pénétration sexuelle de quelque nature qu’il soit, commis sur la personne d’autrui par violence, contrainte, menace ou surprise ». Il est puni par le Code pénal haïtien :

« Art. 278. (Décret du 6 juillet 2005, art. 2). Quiconque aura commis un crime de viol, ou sera coupable de toute autre agression sexuelle, consommée ou tentée avec violence, menaces, surprise ou pression psychologique contre la personne de l’un ou l’autre sexe, sera puni de dix ans de travaux forcés.

Art. 279.- (Décret du 6 juillet 2008, art. 3). Si le crime a été commis sur la personne d’un enfant au-dessous de l’âge de quinze ans accomplis, la personne coupable sera punie de quinze ans de travaux forcés.

Art. 280. (Décret du 6 juillet 2005, art. 4). La peine sera celle de travaux forcés à perpétuité, si les coupables sont de la classe de ceux qui ont autorité sur la personne envers laquelle ils ont commis l’attentat ou qui abusent de l’autorité que leur confèrent leurs fonctions, ou si la personne coupable, quelle qu’elle soit, a été aidée dans son crime, par une ou plusieurs personnes, ou si la mort s’en est suivie. »

  • 17 En France, de nombreux travaux ont montré que ce sont les criminels pauvres qui se font incarcérer (...)

65Analphabètes ou faiblement scolarisés, les violeurs pauvres appartiennent aux échelons les plus bas de l’échelle sociale et constituent la proportion la plus forte de la clientèle pénale, d’après les observations et les témoignages collectés. Leur pauvreté pécuniaire, leur faible scolarisation ou leur analphabétisme, leur ignorance de la culture juridique17 ou des arcanes de l’appareil judiciaire, la faiblesse de leur capital social et culturel, le fait qu’ils passent plus facilement à l’aveu sous la pression des autres (juges, victimes, proches de victimes, avocats…), etc., expliquent leur enfermement carcéral.

Conclusion

66Les viols que subissent les femmes haïtiennes sont des rites de violence qui sont dus à la vulnérabilité spatiale, sociale et économique de beaucoup d’entre elles. À l’issue de leur viol, les femmes sont devenues plus vulnérables sur le plan psychologique, social et économique. Les femmes violées sont marquées pour la vie. Les viols sont des stigmates physiques, psychiques et psychologiques que le temps n’efface pas facilement. Ils ont des conséquences non seulement sur la vie des victimes, mais encore sur celle des proches de ces dernières. Une femme violée est une femme dont la vie a été volée. Beaucoup de victimes n’arrivent pas à vaincre les peurs, les sentiments et les troubles de comportement consécutifs à leur viol. Les sentiments négatifs engendrés par le viol sont liés les uns aux autres comme nous l’avons montré. Certains d’entre eux sont provisoires. D’autres peuvent durer plusieurs années, voire toute une vie.

67Malgré les conséquences dramatiques du viol, les femmes peuvent se reconstruire ou donner un sens à leur vie. Elles sont atteintes différemment par la dimension disruptive du viol. De même qu’une étoile de mer peut reconstituer un membre brisé, de même certaines victimes de viol parviennent à se reconstruire.

68Pour les violeurs, les viols ont une dimension hédoniste et eudémoniste (ils leur procurent du plaisir et du bonheur). Ils produisent une sensation agréable qui leur permet de faire face à leur frustration (Dollard et al., 1939). Le viol est un crime qui peut être commis par des hommes qui souffrent de la faim d’attention et d’affection. Pour eux, le viol est un lieu de restauration de l’estime de soi ou d’affirmation de l’identité masculine. Les viols commis avec beaucoup de violence peuvent être rangés dans la catégorie de rites ordaliques (Le Breton, 2005). Ce seraient des sports extrêmes (la sexualité est une activité sportive. De nos jours, on parle de performance sexuelle) où les violeurs jouent avec la mort et recherchent de fortes sensations. Un violeur peut se faire tuer par sa victime lors d’un viol. Violer est une conduite à risque (les agresseurs sexuels qui n’utilisent pas de préservatif peuvent être infectés par des victimes malades. Il y a des victimes qui tuent leur violeur pendant ou après le viol). Y a-t-il des sociétés sans viol ? La fin du viol est-elle possible ? La majorité des femmes que nous avons rencontrées ont été violées par des inconnus. Ces derniers sont-ils des psychosociopathes qui violent des femmes afin de se venger d’une vie qui les maltraite ? Les stratégies de défense de leur moi empêchent les violeurs de reconnaître leur crime (Billon, 1984). Le viol est au service de la violence, laquelle est inhérente aux sociétés humaines (Damus et al., 2017). Mais l’éducation à la prévention primaire et secondaire du viol n’est pas impossible. Certains viols peuvent être évités.

69Pour réduire les inégalités entre les violeurs riches et les violeurs pauvres devant le traitement pénal, les victimes de toutes les catégories sociales doivent être incitées à développer une culture de la dénonciation et de la judiciarisation du viol. Les structures éducatives formelles (école, université), familiales et associatives se doivent d’y jouer un rôle de premier plan. La violence judiciaire (Foucault, 1975) n’est pas toujours dissuasive. Il faut donner une deuxième chance à certains violeurs en les soignant et en les aidant à se réintégrer dans la société. N’est-il pas urgent d’élaborer des manuels de prévention du viol à l’intention de nos jeunes et de nos adultes dans le cadre d’un programme d’éducation à la paix, dont l’objectif principal est de réduire les ravages du monstre à mille visages que constitue la violence ? Il faut éduquer nos jeunes à la paix et à l’amour. Il faut leur enseigner les valeurs qui sont au service de la paix (Damus et al., 2017).

Haut de page

Bibliographie

Aubut, J. (2000). Les agresseurs sexuels : théorie, évaluation et traitement, Paris, Maloine.

Bajos, N. et M. Bozon (2008). Enquête sur la sexualité en France, Paris, La découverte.

Bardin, L. (1993). L’analyse de contenu, Paris, Puf.

Balier, C. (1996). Psychanalyse des comportements sexuels violents, Paris, Puf.

Billon, B. (1984). Viol et violeurs, Cahiers sur la femme et la criminalité, Paris, Éditions du Centre National de la Recherche Scientifique.

Barrois, C. (1998). Les névroses traumatiques. Le psychothérapeute face aux détresses des chocs psychiques, Paris, Dunod.

Brison, S. (2003). Après le viol, Paris, Éditions Jacqueline Chambon.

Brems, C. & P. Wagner (1994). Blame of victim and perpetrator in rape versus theft, Journal of Social Psychology, 134: 363–374.

Bourillon, J. (1999). Les criminels sexuels, Paris, L’Harmattan.

Campbell, A., & S. Muncer (1994). “Sex differences in aggression: Social representation and social role”, British Journal of Social Psychology, 33: 233–240.

Campbell, A., S. Muncer, & B. Gorman (1993). “Sex and social representations of aggression: A communal-agentic analysis”, Aggressive Behavior, 19(2): 125–135.

Campbell, A., S. Muncer & J. Odber (1997). “Aggression and testosterone: Testing a bio-social model”, Aggressive Behavior, 23: 229–238.

Cloutier, F. (1966). La santé mentale, Paris, Puf.

Cormon, V. (2004). Viol et renaissance, Paris, Les éditions de l’Archipel.

Crocq, L. (1999). Les traumatismes psychiques de guerre, Paris, Odile Jacob.

Dallayrac, D. (1983). Pulsion de viol. Crime sans cause et causes du crime, Paris, Robert Laffont.

Daligand, L. et D. Gonin (2000). Violence et victime, Lyon, Méditions.

Damiani, C. (1997). Les victimes : violences publiques et crimes privés, Paris, Bayard.

Darves-Bornoz, J-M. (1996). Syndromes traumatiques du viol et de l’inceste, Toulon, Congrès de psychiatrie et de neurologie de langue française.

Damus, O., C. Wulf, J. Saint-Fleur et D. Jeffrey (2017). Pour une éducation à la paix dans un monde violent, Paris, L’Harmattan.

De Mijola, A. et S. De Mijola Mellor (1996). Psychanalyse, Paris, Puf.

Deutsch, H. (1994). Psychanalyse des fonctions sexuelles de la femme, Paris, Puf.

Dollard, J., N.E. Miller, L.W. Doob, O.H. Mowrer, & R.R. Sears (1939). Frustration and aggression, Yale University Press.

Durand, M. V. et D. H Barlow. (2002). Psychopathologie : une perspective multidimensionnelle, Bruxelles, De Boeck.

Éliade, M. (1959). Initiation, rites, sociétés secrètes, Paris, Puf.

Farzaneh, P. (2006). Contribution à l’approche intégrative des comportements agressifs. Note de synthèse en vue de l’habilitation à diriger des recherches, Laboratoire de psychologie sociale de l’Université Paris-5 René Descartes.

Ferenczi, S. (1934). « Réflexions sur le traumatisme », dans S. Ferenczi, Psychanalyse IV, Paris, Payot.

Fredrickson, B. L. (1998). What good are positive emotions? Review of General Psychology”, Journal of Division 1, of the American Psychological Association, 2(3): 300–319.

Fredrickson, B. L. (2001). “The role of positive emotions in positive psychology: The broadenand-build theory of positive emotions”, American Psychologist, 56(3): 218–226.

Fredrickson, B. L. (2013). “Positive emotions broaden and build”, In P. Devine & A. Plant (dir.), Advances in experimental social psychology, San Diego, Academic Press: 47: 1–54.

Freud, A. (1949). Le moi et les mécanismes de défense, Paris, Puf.

Foucault, M. (1975). Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard.

Garnot, B. (2009). Histoire de la justice. France : XVIe -XXIe siècle, Paris, Gallimard.

Germain, B. et P. Langis (1990). La sexualité. Regards actuels, Québec, Éditions Études Vivantes.

Greenberg, J., L. Simon, T. Pyszczynski, S. Solomon & D. Chatel, (1992). “Terror management and tolerance: Does mortality salience always intensify negative reactions to others who threaten one’s worldview?”, Journal of Personality and Social Psychology, 63 (2): 212–220.

Guichard, J., & M. Huteau (2007). Orientation et insertion professionnelle. 75 concepts clés, Paris, Dunod.

Hafer, C. L., & L. Bègue, (2005). “Experimental Research on Just-World Theory: Problems, Developments, and Future Challenges”. Psychological Bulletin, 131(1): 128–167.

Haidt, J. (2003). “The moral emotion”, In R. J. Davidson, K. R. Scherer, & H. H. Goldsmith (eds), Handbook of affective sciences, New York, Oxford University Press: 852–870.

Hite, S. (2002). Le nouveau rapport Hite. L’enquête la plus révolutionnaire jamais menée sur la sexualité féminine, Paris, Robert Laffont.

Jaspard, M. (2011). Les violences contre les femmes, Paris, La découverte.

Jankélévitch, V. (1966). La mort, Paris, Flammarion.

Janoff-Bulman, R. (1979). “Characterological versus behavioral self-blame: inquiries into depression and rape”, Journal of Personality and social Psychology, 37: 1798-809.

Jeffrey, D. (2003). Éloge des rituels, Québec, PUL.

Jeffrey, D., D. Le Breton et J. J. Lévy (2005). Jeunesse à risque. Rite et passage : Québec : Les Presses de l’Université Laval.

Herbert, T. B. & S. Cohen (1993). Depression and immunity: A recta-analytic review”, Psychological Bulletin, 113 : 472–486.

Lacan, J. (1962). L’identification, Séminaire inédit.

Le Goaziou, V. (2011). Le viol, aspects sociologiques d’un crime, Paris, La documentation française.

Lerner, M.J. (1987). “Integrating societal and psychological rules of entitlement: The basic task of each social actor and fundamental problem for the social sciences”, Social Justice Research, 1: 107–125.

Lerner, M. J. (1998). “The two forms of belief in a just world: Some thoughts on why and how people care about justice”, In L. Montada & J. Lerner Melvin (eds.), Responses to victimizations and belief in a just world, New York, Plenum Press: 247–270.

Leyens, J-P. et V. Yzerbyt (1997). Psychologie sociale, Sprimont, Pierre Mardaga éditeur.

Lopez, G. et G. Filizzola (1993). Le viol, Paris, Puf.

Lopez, G., A. Sabouraud-Séguin et al. (1998). Psychothérapie des victimes : le traitement multimodal du psychotraumatisme, Paris, Dunod.

Le nouveau Code pénal haïtien.

Morbois, C. et M-.F. Casalis (2002). L’aide aux victimes de viol, Paris, L’esprit du temps.

Maccoby, E. E., & C. N. Jacklin (1974). The psychology of sex differences, Stanford, Stanford University Press.

Malewska-Peyre, H. (1985). Stratégies de construction de l’identité et d’insertion sociale de la seconde génération, Paris, Centre recherche interdisciplinaire-Vaucresson.

Melman, C. (2003) L’homme sans gravité. Jouir à tout prix, Paris, Denoël.

Mounier, E. (1946). Introduction aux existentialismes, Paris, Gallimard.

Mucchielli, A. (1994). L’identité, Paris, Puf.

Mucchielli, L. (2004). « Les caractéristiques démographiques et sociales des meurtriers et de leurs victimes. Une enquête sur un département de la région parisienne dans les années 1990 », Population, 2(59) : 203-232.

Olweus, Dan et al. (1980). Stability of agressive reaction patterns in males: A review, Psychological Bulletin, 86: 852-75.

Razon, L. (1996). L’énergie de l’inceste, Paris, Denoël.

Sibony, D. (1995). Événements II, psychopathologie du quotidien, Paris, Seuil.

Short, R.J., & R.J. Simeonsson (1986). Social cognition and aggression in delinquent adolescent maleAdolescence, 21 (81): 159–176.

Sullivan, D., M. J. Landau, & A.C. Kay (2012). Toward A Comprehensive Understanding of Existential Threat: lnsights From Paul Tillich, Social Cognition, 30 (6): 734–757.

Solidarite Fanm Ayisyèn-SOFA, Rapport-Bilan XI, Des cas de violence accueillis et accompagnés dans les centres d’accueil de la sofa, année 2010-2011, Port-au-Prince, Haïti.

Stone, A. A., D.S. Cox, H. Valdimarsdottir, L. Jandorf & J. M. Neale, (1987). Evidence that secretory IgA antibody is associated with daily mood”, Journal of Personality and Social Psychology, 52: 988–993.

Tangney, J. P., & Dearing, R. L. (2002). Shame and guilt, New York, Guilford Press.

Thomas, E. (1986). Le viol du silence, Paris, Aubier.

Tisseron, S. (1992). La honte : psychanalyse d’un lien social, Paris, Dunod.

Tugade, M.L., M. Shiota & L. Kirby (dir.) (2014). Handbook of positive emotions, New York, Guilford.

Van Gennep, A. (1981). Les rites de passage, Paris, Éditions A. et J. Picard.

Haut de page

Notes

1 D’après un rapport sur les violences contre les femmes haïtiennes publié par l’association dénommée SOFA (Solidarite Fanm Ayisyèn), 246 femmes ont été victimes de violences sexuelles en 2010-2011 (99 cas de viols dans le département de l’Ouest dont 51 sont des viols sur des mineures ; 40 cas de viols dans le département du Sud-est, dont 34 sur des mineures ; 64 cas de viols dans le département de l’Artibonite, dont 36 sur des mineures. 43 viols ont été commis dans le département de la Grand’Anse, dont 32 sur des mineures). D’après ces données qui ont été recueillies dans les différents centres d’accueil de l’association en question, le phénomène de la pédo-gynocriminalité est inquiétant, car l’immense majorité des victimes sont des bébés femelles, des fillettes et adolescentes âgées de 3 à 17 ans. Mis à part les viols collectifs (14,23 %), les crimes sexuels enregistrés n’ont pas été spécifiés. Ces chiffres ne reflètent pas la réalité des violences sexuelles commises en Haïti. D’une manière générale, que ce soit en Haïti ou ailleurs, les victimes et les criminels sexuels taisent les faits. D’après l’Enquête nationale sur les violences envers les femmes en France (ENVEFF) et l’enquête Contexte de la sexualité en France (CSF), 90 % des femmes victimes de viol ne portent pas plainte.

2 La majorité de ces crimes sexuels sont des viols collectifs. Les violeurs sont très rarement appréhendés par la police. L’un d’eux peut être connu de la victime.

3 La retranscription intégrale des entretiens réalisés en créole haïtien fait 389 pages.

4 Les résultats de cette recherche n’ont pas été exploités de manière exhaustive dans cet article. Notre attention s’est principalement focalisée sur les faits recueillis auprès des victimes de viol (perspective psychovictimologique).

5 La majorité de ces viols sont des viols de voisinage ou de proximité. Les victimes et les criminels sexuels sont issus de milieux populaires et de familles nombreuses.

6 L’anthropologue Arnold Van Gennep a inventé ce schéma ternaire, dont la portée méthodologique et théorique est universelle, en vue de décrire et d’expliquer des rites de passage comme la naissance, la mort, le mariage, les fiançailles, etc. Cette structure pluripartite correspond parfaitement aux viols commis par des inconnus. Elle s’applique également aux autres types de viol. Mais le sens accordé au vécu de ces trois périodes varie d’une victime à l’autre.

7 Les viols diminuent les capacités de résilience physiologique et psychologique des victimes et affectent leur système immunitaire à cause des affects négatifs qu’ils engendrent (Stone et al., 1993). À en croire nos observations et les discours de certaines victimes, il y a un lien entre les sentiments négatifs causés par les viols et l’apparition des troubles du rythme cardiaque et de la respiration. Après avoir été violées par des inconnus, beaucoup de victimes perçoivent le viol comme une menace future, comme quelque chose qui pourra se reproduire. D’où leur anxiété chronique (Durand et Barlow, 2002).

8 Ces processus de détérioration de soi doivent être associés non seulement à l’affaiblissement de la résilience physio-psychologique des victimes, mais encore à leur incapacité temporaire de gérer la terreur existentielle (Greenberg et al., 1992). En effet, elles se perçoivent comme des mortes-vivantes durant cette période. Ces processus de détérioration de soi se manifestent sous diverses formes : refus de manger et de boire, conduites autoagressives, abus d’alcool, de médicaments autoadministrés, etc.

9 Contrairement à elle, la période d’agrégation correspond à des processus de restauration de soi, ou des ressources psychologiques (estime de soi, confiance en soi, illusion du contrôle de soi, etc.) qui permettent aux victimes de « survivre » à leur viol en développant des stratégies de coping. Grâce à l’expression d’émotions positives (Fredrickson, 1998, 2001, 2013 ; Tugade et al., 2014), les victimes sont capables d’interagir avec elles-mêmes et avec les autres (interactions intra et interindividuelles), ce qui constitue un humus pour le développement de leur pouvoir d’agir (empowerment). Elles acceptent de regarder leur viol en face pour pouvoir redonner un sens à leur vie individuelle et sociale. Elles se retranchent derrière des attributions défensives pour protéger leur estime de soi. « Le viol est la résultante de négligences qui ne se reproduiront plus. Illusion, mais illusion réconfortante… » (Leyens, Yzerbyt, 1997). Il paraît que cette autoflagellation (behavioral self-blame, cf. Janoff-Bulman, 1979) facilite la réactivation de l’illusion positive du contrôle de soi ou de son destin.

10 On entend par communauté sociolinguistico épistémique, un groupe d’individus qui ont en commun un instrument de communication communément appelé langue, un ensemble de savoirs, de valeurs, de croyances, de visions et de conceptions du monde.

11 On peut noter que si le viol (agression sexuelle) se conjugue rarement au féminin, c’est parce que chez les femmes l’agression est associée à une perte de contrôle de soi et à un sentiment de culpabilité. Les hommes sont plus agressifs que les femmes (Short et Simeonsson, 1986 ; Olweus et al., 1980 ; Maccoby et Jacklin, 1974). Le viol se conjugue essentiellement au masculin. 97 % des agresseurs sont des hommes (Statistiques du ministère de l’Intérieur, France).

12 La notion de « base » renvoie ici à un groupe d’hommes armés qui s’adonnent à des actions illégales (vols, viols, assassinats, enlèvements, trafic de stupéfiants, etc.) dans les quartiers populaires.

13 Caenée fut violée par Poséidon (dieu grec de la mer, des océans, des tremblements de terre…). Elle lui demanda de la transformer en homme afin d’éviter un nouveau viol. Sa demande fut exaucée immédiatement.

14 Certains auteurs définissent la culpabilité comme une émotion morale (moral emotion, cf. Haidt, 2003). Si la victime peut s’en débarrasser, c’est parce qu’elle ne concerne pas ses valeurs personnelles ou ses caractéristiques intrinsèques. Elle blâme un comportement qualifié d’imprudent a posteriori (« Je n’aurais pas dû aller au carnaval… » plutôt que de remettre en question ses caractéristiques personnelles.

15 Le sentiment de honte empêche les victimes de viol commis par des inconnus de sortir de leur cocon familial durant la période de marge. Leur estime de soi est gravement touchée par cet affect négatif (Tangney et Dearing, 2002). Elles ont le sentiment d’être devenues transparentes. Le monde est perçu comme une chose pénétrante.

16 Certains d’entre eux considèrent le viol commis comme un simple incident qui ne se reproduira plus à l’avenir. Il s’agit d’une attribution défensive qui leur permet de protéger leur estime de soi. La fuite est un autre mécanisme de défense qu’on a constaté chez les violeurs. Ils peuvent consommer, par exemple, de l’alcool de manière abusive pour ne pas regarder en face leurs crimes sexuels.

17 En France, de nombreux travaux ont montré que ce sont les criminels pauvres qui se font incarcérer (Le Goaziou, 2011 ; Garnot, 2009, Mucchielli, 2004).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Obrillant Damus, « Les viols en Haïti : aspects psychologiques et sociologiques des crimes sexuels », Études caribéennes [En ligne], 42 | Avril 2019, mis en ligne le 15 avril 2019, consulté le 24 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/15478 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.15478

Haut de page

Auteur

Obrillant Damus

Universités d’État d’Haïti (Institut supérieur d’études et de recherches en sciences sociales) et Quisqueya (Faculté des sciences de l’éducation), oobrillant@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals