Navigation – Plan du site
Hors-dossier

L’hôpital Aziza Othmana (Tunisie) : de l’évolution d’un espace hospitalier dans un cadre d’exigences

Aziza Othmana Hospital (Tunisia): The Evolution of a Hospital Space in a Framework of Requirements
Najet Hamzaoui Oueslati

Résumés

L’hôpital Aziza Othmana est le plus ancien des hôpitaux tunisiens encore en exercice. Ceci et les services qu’il a rendus, surtout lorsque le pays était peu équipé en services de santé, lui ont valu une dimension historique. Celle-ci est renforcée par une valeur patrimoniale liée au site, l’hôpital étant situé dans la Médina qui constitue la partie la plus ancienne de la ville et son premier noyau a été hébergé dans un bâtiment à valeur historique.
Un tel cadre et une telle évolution ont donné à l’hôpital une importance historique et patrimoniale. Mais ils n’ont pas eu que des avantages. L’hôpital a parfois même semblé victime d’un tel prestige. À différentes reprises, il s’est trouvé obligé de composer avec des contraintes variées dans un contexte où il fallait concilier entre les exigences du site d’une part et celles de l’accomplissement d’une mission nécessitant un environnement de travail spécifique d’autre part. La situation a été, en plus, compliquée par une gestion de l’espace par des approches et des objectifs différents d’une période à l’autre.
Au cours des premières décennies, l’un des soucis principaux était d’étendre l’emprise de l’hôpital pour fournir des locaux et des services de soins permettant de satisfaire une demande croissante de la population. L’extension de l’espace de travail s’est plutôt faite par à-coups et sans plan d’aménagement préétabli. Ce qui n’a pas préparé aux exigences actuelles d’une fonctionnalité permettant l’exercice d’une médecine moderne. Le site commence, en plus, à vivre de nouvelles contraintes liées à l’accessibilité, à la densification de l’espace bâti de la ville et son extension ainsi qu’au développement du parc automobile.
Ce papier tente de revenir sur les spécificités de cet hôpital et l’importance des services rendus surtout à ses débuts. L’objectif est aussi, et surtout, d’essayer de comprendre l’évolution déroulée depuis la création de cette institution, notamment au niveau de l’espace bâti et son organisation ainsi que la dualité entre les exigences de la fonctionnalité des lieux et l’accomplissement de la mission de soins d’une part et celles imposées par un cadre à valeur historique et à intérêt patrimonial.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Tunisie
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le plus ancien des hôpitaux aujourd’hui en activité, dans l’agglomération tunisoise, l’hôpital Aziza Othmana a été créé du temps des ottomans. Le premier noyau de son local actuel remonte à la deuxième moitié du xixe siècle et a été choisi pour accueillir les activités du maristane d’El Azzafine. Ce dernier, fondé par le Sultan Hammouda Pacha en 1662, était devenu incapable de répondre à la demande d’une population de plus en plus nombreuse.

2Cet hôpital se distingue aussi par son site et son cadre, puisque situé dans la Médina, la partie la plus ancienne du tissu urbain de la ville de Tunis, et au contact de divers monuments historiques dont les plus proches sont ceux de la place de la Kasbah qui a constitué, sur plusieurs siècles de suite, le lieu du pouvoir central. Mais c’est aussi un hôpital qui de par cet environnement ainsi que des circonstances au cours desquelles il a été créé, devait répondre à différentes exigences, voire des pressions et contraintes.

  • 1 Il s’agit du maristane d’El Azzafine. Le maristane est l’abrégé du bimaristan qui est un terme pers (...)

3D’une part, les attentes étaient grandes. L’hôpital devait répondre à une demande croissante et augmentée par la mission sociale qui lui fut donnée relayant un maristane1 qui offrait des services, gratuitement, aux plus démunis de la société. Il a été, en plus, créé pour une catégorie bien déterminée de la population, constitué essentiellement par les musulmans tunisiens. Ce qui le met face à d’autres exigences, culturelles et religieuses.

4D’autre part, création nouvelle par la fonction, cet hôpital ne l’a pas été par son espace de travail. Il a été hébergé dans des bâtiments d’une ancienne caserne et donc dans un milieu dont les caractéristiques et l’organisation spatiale n’ont pas été, à l’origine, conçues pour les activités d’une telle institution. De plus, l’espace bâti environnant, appartenant au vieux noyau de la ville, ne permet pas toujours, par sa dimension historique ou patrimoniale, des interventions faciles en cas de besoin en espace pour l’extension.

5Cette contribution tente de rappeler les spécificités de cet hôpital ainsi que l’importance de la mission qu’il a pu accomplir, surtout lors des décennies au cours desquelles il n’était pas épaulé par d’autres grandes institutions hospitalières. Mais l’attention sera portée davantage sur les traces matérielles, les plus apparentes, de l’évolution déroulée depuis son inauguration. L’espace bâti est le plus expressif de ce point de vue. Nous tenterons de dégager les principales étapes de sa mise en place et ses facteurs ainsi que ses conséquences sur le paysage et l’évolution actuels. Une place importante sera, dans le travail de lecture de l’évolution de la situation, accordée à l’exploitation de textes anciens évoquant cet hôpital ou qui lui ont été consacrés. Ces textes ont été rencontrés dans des références variées allant des journaux aux rapports officiels, mémoires et publications scientifiques.

Figure 1. Localisation de l’hôpital Aziza Othmana à Tunis

Figure 1. Localisation de l’hôpital Aziza Othmana à Tunis

Légende : l’hôpital Aziza Othmana (étoile), la Médina (M) et ses deux faubourgs nord (F.N) et sud (F.S.).

1. De la dimension historique et patrimoniale de l’établissement et de son site

1.1. Le plus ancien hôpital encore en exercice à Tunis

  • 2 Le maristane d’El Azzafine a été créé au début de l’arrivée des Ottomans en Tunisie, sous le règne (...)

6L’un des rares établissements de santé de la veille de l’instauration du protectorat français, l’hôpital Aziza Othmana a remplacé le maristane d’El Azzafine construit sous la domination turque au xviie siècle,2 mais devenu incapable de répondre à la demande et dont l’espace a été jugé trop exigu (Ladame, 1897 ; Falgas, 2007). Le transfert vers le nouveau site, remonte à 1879, en vertu d’un décret du bey de l’époque (Sadok Bey) comportant 41 articles pour fixer le règlement intérieur (Bachrouch, 2008). L’inauguration a eu lieu, par le même Bey, en 1880 (Dépêche tunisienne, 1896 ; Chandet, 1935).

7Le nom actuel de l’hôpital ne date que des années 1960 et lui a été donné en hommage à une princesse beylicale, Aziza Othmana, en reconnaissance du rôle qu’elle a joué à travers ses biens habous (M.A.E, 1924 ; Bachrouch, 1999 ; Kassab et al., 2010). Le financement était en effet, assuré, au cours de la première partie de son histoire, « pour la plus grande partie, par la djemaïa des habous ». Ce qui n’était pas le cas pour les autres hôpitaux dont « les frais de traitement des médecins de colonisation et les indemnités attribuées à ces derniers pour les tournées périodiques dans les centres indigènes sont supportés directement par le budget de l’État » (Pichon, 1912).

8Avant 1960, l’hôpital a été désigné par des noms différents. Le plus utilisé de ces derniers est celui de « l’hôpital Sadiki », en référence au bey précité (Sadok Bey) qui l’a inauguré. Reviennent aussi les appellations de « l’hôpital musulman », « l’hôpital indigène » ou même une composition de ces appellations comme « l’hôpital indigène Sadiki » (Office central des œuvres charitables, 1896 ; Association française pour l’avancement des sciences, 1913). Car, même si le règlement n’exige pas, pour l’admission des malades, la qualité de musulman (De Boulard, 1908), l’hôpital était réservé principalement aux patients issus de la population locale musulmane (Adolphe, 1905 ; Revolon, 1910). Les autres communautés s’adressaient à d’autres hôpitaux. En effet, d’après un rapport de la Commission des finances pour l’exercice de l’année 1912 (Pichon, 1912), les soins médicaux et hospitaliers étaient donnés, en 1909, dans la ville de Tunis, par quatre établissements principaux. Il s’agit, en plus de l’hôpital Sadiki, de l’hôpital civil français destiné aux Français et Européens, de l’hôpital israélite et de l’hôpital italien administré sous la surveillance du consul général d’Italie (Pichon, 1912). Une telle séparation est expliquée par les spécificités, notamment celles relatives à la religion, de ces communautés. Dans le même rapport de 1912, on lit qu’il « ne paraît pas possible, en effet, de grouper les malades indigènes et européens. Les premiers, aussi bien les musulmans que les israélites réclament un régime alimentaire différent de celui des Européens ; ils sont soumis en ce qui concerne la nourriture, à des prescriptions religieuses auxquelles ils tiennent par-dessus tout. La viande et la graisse de porc leur sont interdites ; les viandes dont ils font usage doivent provenir d’animaux égorgés dans des conditions rituelles toutes particulières, suivant qu’elles sont destinées à des musulmans ou à des israélites» (Pichon, 1912).

9Mais de tous ces établissements, contemporains du début de la période coloniale, seul l’hôpital de Aziza Othmana, qui en est le plus ancien, va continuer à exister jusqu’à nos jours, dans son site de la veille du protectorat français. Ceci lui donne déjà une dimension historique que n’ont pas les autres hôpitaux de la ville.

1.2. Des services et des éloges

10À la valeur historique de l’hôpital s’ajoute une contribution par la recherche scientifique ainsi que par les services rendus, surtout du temps où le pays était peu équipé en matière de santé. L’écho d’une telle contribution se rencontre dans une bibliographie variée.

11Aussi, apprend-on par exemple, que l’hôpital avait un apport dans les recherches menées par l’Institut Pasteur, une référence scientifique des plus importantes à l’époque. Dans l’un des textes des archives de cet Institut, datant de 1930, on lit que « la liaison constante entre les services de l’Hôpital Sadiki et l’Institut Pasteur de Tunis a permis, à maintes reprises, de dépister et de suivre, entre autres affections relevant de la parasitologie, de nombreux cas de mycoses » (Anderson et al., 1930). Non moins significatif est le fait que l’hôpital ait été pionnier dans des pratiques qui ont contribué à l’évolution de la perception du domaine de la santé par la société, surtout en ce qui concerne le rapport de la femme avec la médecine moderne. C’est en son sein par exemple que furent pratiqués les premiers accouchements. Car, jusque-là, la musulmane redoutait le séjour dans l’hôpital (Lebihan, 1909). Elle n’y venait « que contrainte et forcée après un long travail infructueux de 4 et même 6 jours sans avoir été vue la plupart du temps ni par un médecin, ni par une sage-femme diplômée » (Scemla, 1935).

12De leur côté, les passages bibliographiques relatifs aux services rendus par l’hôpital ne manquent pas et figurent dans des références qui remontent parfois aux premières années consécutives à son inauguration. C’est par exemple, que dans le rapport de la Commission des finances du ministère des Affaires étrangères de 1912, évoquant l’institution et son personnel, on peut lire que « l’expérience au cours des épidémies de typhus et de choléra qui ont sévi sur la Tunisie, a permis de constater le courage et le dévouement de ce personnel qui a rendu de très grands services sans se laisser décourager par la maladie qui souvent le frappait dans l’accomplissement de son devoir ».

  • 3 Revue Algérienne et Tunisienne de législation et de jurisprudence (1911).

13Il est important aussi de préciser que l’hôpital s’est distingué par l’importance de sa dimension sociale. L’article 1er du décret du bey, datant du1er février 1910, réglementant le fonctionnement de l’établissement, stipule que « l’hôpital Sadiki est affecté aux malades musulmans tunisiens. La gratuité est réservée aux indigents d’entre eux 3». Ses services n’étaient donc pas payants pour une partie importante des patients et l’idée de la gratuité revient d’ailleurs dans différentes références. D’après le rapport du ministère des Affaires étrangères au Président de la République sur la situation de la Tunisie en 1900 par exemple, on trouve que « le nombre de journées de malades indigènes traités en 1900 à l’hôpital Sadiki s’est élevé à 59 343, dont 739 journées de malades payants ». En 1904, Chailley-Bert écrit qu’en « 1903, y sont entrés 2750 malades dont 2512 sont sortis guéris, les décès ayant principalement porté sur les tuberculeux, 588 opérations ont été faites dont 14 seulement sans succès ; 6476 consultations gratuites ont été données ». En 1910, Stéphane Revolon rapporte que l’Hôpital Sadiki « a reçu 2345 entrées en 1908 et opéré 1266 malades ; 36 569 consultations gratuites ont été données ; 18 750 doses de vaccination ont été distribuées par les caïdats et 52 100 par les contrôles civils ». En 1911, le nombre des consultations gratuites a été de 20 542 (ministère des Affaires étrangères, 1912).

14La dimension sociale a été soulignée à différentes occasions avec parfois une reconnaissance évidente et un rappel des services rendus par le personnel passé par l’établissement. C’est par exemple, qu’à l’occasion du décès de l’un des directeurs de l’hôpital, le quotidien L’Écho d’Alger donne, dans son édition du lundi 23 septembre 1940, l’information dans ces termes : « Ce matin est décédé, après une longue maladie, le docteur Brun, directeur de l’hôpital Sadiki, qui accomplit dans le domaine social une œuvre considérable. Chirurgien de grande habileté, le docteur Brun était officier de la Légion d’honneur depuis 1930 ».

15Aussi, l’hôpital semble avoir bénéficié d’une renommée importante dès les premières années de son existence. Il a souvent même constitué l’un des points de visite dans le programme des grands responsables et personnalités politiques qui se rendaient en Tunisie y compris le Président de la République (Millerand en 1922 et Doumergue en 1931). Ses contributions, notamment à l’occasion des épidémies, lui ont valu différentes distinctions non sans signification, même si la situation semble avoir été parfois exploitée pour des fins politiques. « Le mercredi, 1er juin, le résident général s’est rendu à l’hôpital civil français et à l’hôpital Sadiki, pour remettre les distinctions honorifiques accordées par le Gouvernement de la République à l’occasion des récentes épidémies » ; lit-on dans le journal La Paix Sociale du jeudi 9 juin 1910. De son côté, le journal Les Annales coloniales rapporte, dans son édition du 3 décembre 1925, que « M. Lucien Saint, résident, s’est rendu à l’hôpital Sadiki pour remettre la croix de la Légion d’honneur à un auxiliaire médical, M. Sadok ben Amar, et pour montrer quel intérêt il porte à l’œuvre admirable et si précieuse pour l’influence française, entreprise par le personnel de l’établissement ». Mais c’est, sans doute, le texte par lequel le Président de la République Gaston Doumergue a annoté le registre de l’établissement à la fin de la visite qu’il lui a rendue en 1931, qui demeure le plus expressif. Repris par différents journaux de l’époque comme le Matin (N° 17189 du 12 avril 1931), le Ric et Rac (N° 110 du 18 avril 1931) ou le Chantecler (N° 6 du 18 mai 1931), il est venu dans ces termes : « Nom : Gaston Doumergue. Entré le 11 avril 1931. Sorti le même jour -Guéri par le docteur Brun ».

1.3. Des atouts par le site et le contenu architectural 

16Outre son rôle et les services qu’il a rendus à une époque où les équipements en matière de santé publique étaient limités, l’hôpital Aziza Othmana jouit d’une dimension patrimoniale liée aussi bien à l’architecture de certains de ses locaux qu’à son site.

17De fait, le premier noyau de l’établissement, même s’il occupe le bâtiment d’une ancienne caserne, s’inscrit, par sa structure et son style architectural, dans la continuité de la Médina. Il s’organise autour de deux patios rectangulaires dont le plus grand est entouré par une galerie reposant sur des colonnes et chapiteaux hafsides ; architecture qui a même parfois permis de parler d’un monument d’un puissant effet décoratif (Berch, 1922). Son importance patrimoniale a, en tout cas, été bien certifiée par des spécialistes en la matière. L’association de sauvegarde de la médina de Tunis y voit un intérêt architectural et historique, mais aussi l’un des derniers témoignages de la typologie de caserne construite à l’époque Hussénite (Municipalité de Tunis et al., 1996).

18Quant au site, il tire déjà son importance du fait qu’il se trouve au contact de bâtiments et d’espaces prestigieux par leur histoire ou par leur valeur symbolique pour la ville. Aussi, côtoie-t-il la place de la Kasbah et la Place du gouvernement et leurs bâtiments qui ont abrité depuis le temps des beys le pouvoir central. Il est également situé à seulement quelque 170 m de la mosquée Zitouna, l’un des lieux les plus prestigieux de la Médina et qui a constitué, à un moment donné de l’histoire de cette dernière, un repère important et parfois déterminant dans la structuration de son espace et la répartition spatiale des activités. Celles-ci étaient d’autant plus proches de la mosquée qu’elles n’étaient pas polluantes. Autour de cette dernière s’est formé le noyau économique central de la Médina avec ses souks de l’artisanat dit noble (Oueslati-Hammami, 2010). À tout cela s’ajoute la proximité d’un grand nombre de palais et de bâtiments importants par leur valeur culturelle et religieuse (Revault, 1967) (figure 2).

19Mais le site doit aussi sa valeur historique et patrimoniale à certaines des fonctions qu’il a abritées par le passé et dont les traces ont disparu ou n’ont plus, aujourd’hui, une expression directe sur le terrain. Car, on sait qu’en plus des bâtiments d’une caserne, le terrain occupé actuellement par l’hôpital a abrité le plus ancien lieu de sépulture connu dans l’enceinte de Tunis, à savoir le cimetière al-Silsila. Des inscriptions khorassanides, hafsides et ottomanes découvertes à différentes reprises le confirment. Ce fut notamment le cas à l’occasion de fouilles archéologiques ou à l’occasion de travaux de construction menés au cours des années 1980 (Aoudi, 2004). L’emplacement d’un tel cimetière a été cédé à l’hôpital en vertu d’une convention entre la Commission administrative de ce dernier et la Municipalité de Tunis pour permettre la construction d’une morgue et de nouvelles salles (ministère des Affaires étrangères, 1913). Enfin, des fouilles récentes ont permis de révéler que le site a connu une présence humaine encore plus ancienne puisque parmi les trouvailles figurent des vestiges rapportés à l’Antiquité (Aoudi, 2004).

Figure 2. Importance et variété des éléments du patrimoine culturel au voisinage de l’hôpital Aziza Othmana

Figure 2. Importance et variété des éléments du patrimoine culturel au voisinage de l’hôpital Aziza Othmana

1- Mosquée Zitouna ; 2- Autre mosquée importante ; 3- Dar El Bey (occupée par l’actuel siège de la présidence du gouvernement) et palais occupés par des ministères ; 4- autres palais et demeures (Dars) ; 5- Madersa et Torba ; 6- Collège Sadiki ; 7- Mausolée de Farhat Hached.

2. Le poids de l’héritage des interventions des premières décennies du xxe siècle

20Logé dans un espace qui servait pour une fonction que rien ne rapprochait de celle qu’exige un établissement de santé et héritier d’un maristane abandonné à cause de son exiguïté (Falgas, 2007) et de son incapacité à répondre à la demande de la population, l’hôpital devait faire face, dès l’origine, à différents défis. La documentation consultée indique, comme on le montrera dans les passages suivants, que ces derniers ont été, d’abord et notamment, d’ordre spatial, financier et organisationnel.

21L’importance des attentes et de la demande imposait à l’hôpital de jouer, relativement vite, un rôle important. Ceci a, en particulier, donné lieu à des interventions au niveau du bâti qui va connaître une extension importante au cours des premières décennies qui ont suivi l’inauguration par le Bey. Mais ceci semble avoir été réalisé, du fait de l’urgence et de la nature du site, anciennement occupé et à valeur patrimoniale, par à-coups et parfois avec une certaine précipitation en fonction des opportunités. Rien, dans la documentation, n’indique qu’il a été précédé par une planification ou que les travaux ont été exécutés selon un calendrier clair. Ceci ne va pas permettre, on le verra, de préparer aux exigences des temps qui vont suivre.

2.1. Un état encore rudimentaire et une situation matérielle contraignante au début du xxe siècle

22Les problèmes auxquels a été confronté l’hôpital au cours de sa période de démarrage et qui reviennent le plus dans la bibliographie ont trait à l’état des locaux et surtout à l’exiguïté des lieux ou au manque d’espaces permettant le bon déroulement des activités.

23Des travaux d’extension et de restauration ont été entrepris dès l’année de la fondation (1879) et au cours des années 1890. Ce qui avait permis de considérer l’hôpital, pour l’époque, comme un grand complexe sanitaire (Falgas, 2007). On a même écrit à son propos qu’il s’agit d’un établissement « très proprement tenu et fort bien aménagé » et qui « admet et soigne toutes les maladies » (Ladame, 1897). En fait, il s’agit là d’une évaluation par comparaison avec ce qui prévalait avant les travaux précités. Car, la situation ne s’améliorera de façon pouvant satisfaire les gens du métier que bien plus tard. Dans un rapport présenté lors d’un congrès tenu à Paris en 1908, le Dr Brunswic-Lebihan, alors Médecin-chef de l’Hôpital Sadiki, dresse un tableau fort expressif d’un état des lieux encore marqué par de nombreuses insuffisances jusqu’au tout début du XXe siècle. Évoquant l’amélioration de la situation depuis son arrivée, ce médecin indique qu’il a trouvé « en 1902, l’hôpital Sadiki dans un état fort rudimentaire » (Lebihan, 1909). D’ailleurs, l’achèvement de « l’hôpital Sadiki, encore insuffisant » était l’un des vœux adoptés par le congrès (Depincé, 1909). Un autre texte, datant de 1904, donne une description qui va dans le même sens. On y lit que « les salles du rez-de-chaussée, mal aérées, doivent être forcément humides. Il est évident que cet hôpital, situé au milieu d’un quartier populeux, et sans pavillons d’isolement, est loin de remplir dans l’ensemble les conditions d’hygiène que réalisent nos hôpitaux de France et à Tunis même, l’hôpital civil français » (Chailley-Bert, 1904).

24La situation ne manquait pas aussi de difficultés à cause d’insuffisances au niveau des moyens financiers nécessités par les besoins croissants de l’hôpital et pouvant permettre une évolution sensible. La subvention accordée par l’administration des habous devenait insuffisante, et ce, malgré un accroissement indéniable puisqu’elle a atteint 220 000 francs en 1911 (Pichon, 1912) contre la somme moyenne de 100 000 francs pour des années précédentes (Ladame, (1897 ; Chailley-Bert, 1904). De son côté, l’État n’était pas disposé à assurer le complément nécessaire. Plus préoccupante, la situation était vue, malgré tout, comme acceptable par certains. D’après Lebihan, « l’Administration des habous qui préside, souveraine, aux destinées de l’hôpital Sadiki, trouve que tout est fort bien, et qu’au surplus, l’établissement lui coûte déjà beaucoup trop cher... ». Il ajoute que « chaque fois que nous demandons de l’argent, aux habous, ils nous répondent par un non-possumus ; le gouvernement tunisien, lui, déclare : cela regarde les habous ».

25Lebihan précise toutefois qu’une amélioration de la situation a eu lieu au cours de la période comprise entre la date (1902) de son arrivée et la date (1909) de la présentation de son rapport. Des photos datant des premières décennies du XXe siècle viennent appuyer un tel avis et révèlent un bâtiment plutôt bien tenu (photographies 1 et 2). En réalité, l’évolution la plus significative n’aura lieu qu’après 1910, date à laquelle l’hôpital fut doté de la personnalité civile et placé sous le contrôle d’une commission administrative dirigée par un médecin français. Le développement acquis par les différents services a poussé l’administration à augmenter la subvention inscrite sur le budget de l’État et à dégager progressivement la Djemaia des habous qui avait l’exclusivité dans l’alimentation du budget de l’hôpital. En 1923, une telle subvention était de 325 000 francs (ministère des Affaires étrangères, 1924). De plus, d’importantes décisions vont être prises, à d’autres niveaux et à des moments privilégiés, en vue de permettre de répondre aux besoins de l’établissement. Ceci fut le cas en 1931, à l’occasion du cinquième anniversaire du traité du Bardo, lorsque le Parlement français a voté, en faveur de l’hôpital, un crédit exceptionnel d’environ 9 millions de francs, dans une décision jugée comme la meilleure commémoration de l’acte qui a uni la Tunisie à la France puisqu’il consisterait à soulager des malades musulmans tunisiens (Mehedeb, 1931).

  • 4 Sans date ; mais elle remonterait aux premières décennies du vingtième siècle, la nationalisation d (...)

Photographie 1. L’état du bâti dans le noyau le plus ancien de l’hôpital au tout début du XXe siècle (Atlas Chemins de fer Paris – Lyon – Méditerranée4)

Photographie 1. L’état du bâti dans le noyau le plus ancien de l’hôpital au tout début du XXe siècle (Atlas Chemins de fer Paris – Lyon – Méditerranée4)

Photographie 2. Hôpital Sadiki ; une galerie (Launoy, 1930)

Photographie 2. Hôpital Sadiki ; une galerie (Launoy, 1930)

2.2. Une évolution qui laissera d’importantes traces notamment au niveau du bâti

26Les différentes mesures évoquées plus haut ont permis l’amélioration des conditions de travail et la diversification des services. Ceci se dégage, entre autres, de l’évolution du nombre de patients et du mouvement de la population hospitalisée. L’un des indicateurs les plus significatifs est l’augmentation du nombre des opérés qui s’est rapproché de 5000 au début des années 1920 contre une moyenne située autour de 1000 à 1500 au cours de la première décennie du siècle (figure 3). Ce nombre était bien inférieur à 600 en 1903 (Chailley-Bert, 1904). Il va dépasser les 7500 vers la fin des années 1920. En 1929, dans un article publié par le journal L’Afrique du Nord Illustrée, à l’occasion d’une visite du Résident général, on lit que « de 3 467 en 1919, le nombre des opérations effectuées à l’Hôpital Sadiki s’est élevé à 7 591 en 1928, et ce dernier chiffre est largement dépassé pour l’année en cours ».

Figure 3. Évolution du nombre des patients opérés au cours des deux premières décennies XXe siècle dans l’hôpital Sadiki (d’après les rapports du ministère des Affaires étrangères pour les années mentionnées)

Figure 3. Évolution du nombre des patients opérés au cours des deux premières décennies XXe siècle dans l’hôpital Sadiki (d’après les rapports du ministère des Affaires étrangères pour les années mentionnées)

27Les traces matérielles les plus importantes d’une telle évolution et avec lesquelles va composer un programme récent de restructuration, présenté plus loin, sont dans le bâti. Car, ce dernier a fait l’objet de nombreuses transformations dès les premières décennies, l’une des préoccupations majeures ayant été celle de l’extension de l’établissement afin de répondre à la demande croissante de la population et d’offrir des locaux pour les nouveaux services à créer. Les chiffres disponibles sont souvent parlants quant à l’importance de la demande à laquelle faisait face l’hôpital. Les statistiques du ministère des Affaires étrangères indiquent que le nombre de journées de malades indigènes traités à l’hôpital Sadiki avait, déjà en 1900, atteint 59 343 (ministère des Affaires étrangères, 1901). D’après une autre référence, les valeurs relatives au nombre des journées d’hospitalisation, aux consultations et aux interventions chirurgicales ont été, respectivement, en 1924, de 89 047, de 82 716 et de 3996 (Terrier, 1925). Or, à cette époque et selon le recensement de 1926 (Bertrand, 1927), la population de la ville de Tunis ne comptait que 185 996 habitants, dont 79 136 Européens. Les musulmans comptaient 82 729 habitants. En leur ajoutant les israélites (24 131) qui pouvaient fréquenter l’hôpital, l’effectif total de la population urbaine concernée par les services de ce dernier était au grand maximum de 106 860 hab. À la même date, toujours selon le même recensement, la population de l’ensemble du territoire tunisien n’était que de 2 159 708 habitants.

  • 5 Ce lazaret correspond aux anciens locaux de l’actuel hôpital de la Rabta et servait pour mettre en (...)

28La pression fut particulièrement importante à l’occasion de certaines épidémies, comme au milieu des années 1920 ; ce qui avait imposait le déplacement des services de médecine vers le Lazaret de la Rabta5. Ce dernier va d’ailleurs, devenir, en 1930, à l’issue d’un tel transfert d’activités, l’hôpital des contagieux (l’actuel hôpital de la Rabta) tout en demeurant annexé à l’hôpital Sadiki (Zitouna, 1997 ; Gaumer, 2005). La documentation, surtout celle remontant aux premières décennies du xxe siècle, renferme des textes expressifs quant au besoin insistant en locaux, au manque de terrain et au travail mené en vue de remédier à une telle situation. Nous nous limiterons à en rappeler quelques-uns, qui nous ont paru les plus directs et expressifs.

29Dans le rapport du ministère des Affaires étrangères, sur la situation de la Tunisie en 1912, on trouve qu’« un pavillon a été construit pour le logement des auxiliaires médicaux, qui, jusqu’à présent, logeaient en ville. Il a été procédé à la réfection de la façade, ainsi qu’à l’agrandissement des magasins, dortoirs, buanderies, bains et réfectoires ». De son côté, le journal L’Afrique du Nord illustrée rapporte qu’à l’occasion de la visite du Résident général, en 1929, fut prise la décision de créer de nouveaux pavillons. Dans le même article, et toujours à propos du même hôpital, on lit que « son importance est devenue telle, les divers services de médecine générale et de chirurgie ont pris un tel développement, que l’on a dû envisager la nécessité de scinder ces services et d’affecter à la chirurgie de nouveaux pavillons ». Ces derniers seront en fait, édifiés à la Rabta. Le même texte précise que « le Résident général visita également les nouveaux pavillons, spacieux et clairs, affectés aux services de chirurgie de l’Hôpital Sadiki. La constitution de cette annexe du grand hôpital musulman de Tunis va permettre de donner l’extension nécessaire au principal établissement qui, par sa situation à la place de la Kasbah, ne pouvait se développer utilement faute de terrain disponible ».

30Les attentes ont continué à être importantes vers la fin du premier tiers du siècle. C’est ce qui se dégage par exemple, des commentaires qui ont suivi le vote, par le Parlement, du crédit, évoqué plus haut, en faveur de l’établissement. Aussi, peut-on lire dans un article du journal L’Africain : « on va procéder incessamment aux travaux d’agrandissement de l’hôpital indigène Sadiki à Tunis. Un crédit exceptionnel d’environ 9 millions a été voté à cet effet par le Parlement français… L’hôpital Sadiki exclusivement réservé aux indigènes des deux sexes va donc être considérablement agrandi » (Mehedeb, 1931). Un autre texte rapporte que l’argent servira « à la construction de nouveaux pavillons et à la modernisation de l’hôpital indigène « Sadiki ». Cet hôpital passera, de 400 lits à 750 (Guelfi, 1931). Enfin, le journal Afrique du Nord illustrée ajoute, dans son numéro 673 du 25 mars 1934, qu’on a édifié « avec une partie des fonds alloués par la France pour la commémoration du Cinquantenaire du Protectorat, un hôpital réservé aux musulmans et qui servira d’annexe à l’hôpital Sadiki, dont les différents services sont souvent débordés ».

  • 6 Sidi Zaied, Sidi Ben Zaied et Sidi Ben Ziad renvoient à la même rue ; la différence est liée à la t (...)

31On comprend que dans un tel contexte les réalisations en matière de développement du bâti et d’agrandissement de l’emprise de l’hôpital n’ont pas été toujours menées selon un plan d’aménagement préétabli ou une stratégie cohérente. Elles ont semblé plutôt être le fruit d’interventions discontinues et par à-coups, en fonction des occasions qui se présentaient. De plus, l’extension s’est en partie faite aux dépens de l’espace bâti voisin. Ce qui n’avait pas été, d’ailleurs, sans retardements et résistances. Dans le numéro 921 du 28 août 1934, du Journal général des travaux publics et bâtiments, on lit que « … l’entreprise tunisienne suit avec intérêt le vieux projet des travaux d’agrandissement de l’hôpital Sadiki dont l’exécution a été très longtemps retardée… On apprend de source sûre que ces travaux seront prochainement mis en adjudication. Un décret promulgué le 13 mars dernier expropriera les immeubles destinés à permettre cet agrandissement ». On y lit aussi que des travaux de démolition étaient déjà en cours au niveau des oukalas (caravanserail) en bordure du souk el Sakagine et qu’ils permettront la surface la plus grande qui sera amalgamée à l’hôpital. Le même texte précise que d’autres démolitions sont prévues aux dépens de l’impasse de Sidi Zaied6 (figure 1) où la procédure d’expropriation du pâté de maisons appelées à disparaître est terminée. Ceci n’a d’ailleurs pas été sans déclencher un mouvement de résistance et des protestations. « Les habitants de l’impasse et de la rue Sidi-ben-Ziad ont remis une pétition au directeur de l’Intérieur pour lui faire observer que si le décret concernant l’agrandissement de l’hôpital Sadiki est exécuté, ils seront jetés à la rue et les commerçants du souk-des-étoffes, réduits à la misère » (Géniaux, 1930). Les travaux d’extension et de construction vont en fait, rester encore en projet jusqu’à la veille des années 1940. Dans son numéro 1793 de l’année 1939, le bulletin des Travaux nord-africains annonce, dans « la rubrique réalisations », la construction du pavillon des consultations externes (2 390 000 francs), de la salle de radiologie (250 000 francs) de la maternité musulmane (1 000 000 francs).

32Pour la période qui va suivre, on ne dispose malheureusement pas de documents significatifs et illustrés. Il semble que pour différentes circonstances, dont sans doute la période de la Deuxième Guerre mondiale et celle des instabilités liées à la lutte pour l’indépendance du pays, les travaux d’extension n’ont pas continué. On s’est plutôt contenté d’exploiter le bâti acquis jusque-là ; ce qui expliquerait, au moins en partie, la dégradation vers laquelle va évoluer ce dernier, comme on le verra plus loin.

3. L’évolution actuelle : entre exigences de la pratique d’une médecine moderne et préservation du patrimoine

33Si elle lui a permis de développer ses activités et d’étendre son espace de travail, l’évolution décrite plus haut a conduit, parce que n’ayant pas toujours répondu à un plan d’aménagement préétabli et en grande partie faite aux dépens d’un bâti préexistant, à l’apparition de différents bâtiments collés au noyau ancien ou isolé et montrant différentes architectures. Ceci n’a pas préparé l’hôpital pour répondre aux conditions exigées par son nouveau statut d’Établissement public de santé auquel il a été promu en 1993 dans le cadre d’une réforme hospitalière à l’échelle du pays et qui compte parmi ses objectifs l’aménagement des locaux administratifs et d’accueil des malades (ministère de la Santé publique, 2014). La situation a été davantage compliquée par l’état du bâti dont une partie indéniable montrait, le jour d’une telle promotion, différentes formes de dégradation.

34Jugée inadaptée au nouveau statut, la situation a imposé le recours à un important programme de mise à niveau dont les principales actions ont été définies par le ministère de la Santé publique (1988). Avant la mise en application de ce programme, une évaluation de la situation a été effectuée par la Municipalité de Tunis impliquant l’association de la sauvegarde de la médina (1996), son organe veillant sur le patrimoine. Le document produit se présente sous la forme d’un rapport interne et n’a pas été encore exploité dans le cadre d’un travail scientifique. Or, son contenu nous paraît important à au moins deux égards. D’une part, il permet d’avoir une idée sur l’état des lieux à un moment donné de l’histoire de l’hôpital. D’autre part, la confrontation de son contenu avec ce qui a été effectivement réalisé depuis offre une occasion intéressante pour une analyse des rapports entre les exigences de fonctionnalité d’un établissement sanitaire se modernisant et celles que peut imposer la dimension patrimoniale des lieux.

3.1. L’état des lieux au milieu des années 1990 et les recommandations du rapport de la Municipalité et de l’association de sauvegarde de la médina de Tunis

3.1.1. Un état préoccupant

35Au milieu des années 1990, le bâti de l’hôpital comportait au moins deux ensembles bien distincts tant par leur âge que par leur structure et architecture. Le premier, correspondant au noyau central (bâtiments de l’ancienne caserne), abrite une partie importante des services, répartis sur un Rez-de-chaussée (administration, archives, bureau des entrées, unité de Kinésithérapie, magasin central et salle de consultation du planning familial et de gynécologie) et un étage (laboratoires, banque de sang, archives médicales et une partie du service des brûlés). Le deuxième ensemble est constitué de constructions plus récentes, ajoutées avec le temps. On y trouve une unité des brûlés dont le bâtiment a constitué au départ le bloc opératoire de l’établissement construit sur le terrain de l’ancien cimetière al-Silsila et dont une partie du rez-de-chaussée abrite la pharmacie. Ce deuxième ensemble comporte aussi, la consultation externe de chirurgie, l’accueil des urgences, la morgue, le service d’hématologie ainsi que les services généraux : la cuisine, les ateliers et les locaux de l’internat.

36À tout cela, s’ajoute une unité particulière, à savoir la Medersa Youssoufia. Car, elle comporte à la fois des éléments pouvant être attribués au premier ensemble et d’autres, ajoutés plus récemment, et qui sont donc à classer avec le deuxième ensemble. En effet, cette Madersa, édifiée au xviie siècle par Youssef Dey, a été annexée à l’hôpital dès son installation et a subi plusieurs transformations dont notamment la construction d’un étage pour abriter les salles d’hospitalisation du service de la chirurgie orthopédique. Le rez-de-chaussée a été occupé par un dispensaire.

37Le rapport en question ne manque pas aussi de préciser que les problèmes viennent aussi du fait que le bâti n’est pas le résultat d’un plan d’aménagement bien défini au départ. Il ajoute que différentes interventions de réparation ou d’extension ont plutôt généré des problèmes puisqu’elles ont « altéré le bon fonctionnement de certains services (mauvaise implantation des locaux, mauvaise exploitation de certains espaces, difficultés d’accès aux différents services, au parking, aux ateliers…) ».

  • 7 Construction avec poutres ou poutrelles en acier.

38Quant à l’état du bâti, le rapport le montre par un album photo expressif et indique, à part dans les bâtiments construits tardivement comme le service d’hématologie, l’existence de formes de dégradations variées. Ces dernières sont sérieuses dans les locaux construits en I.P.N7, mais importantes aussi dans les autres types de constructions y compris celles du noyau ancien, pourtant caractérisé, comme dans le bâti de la Médina, par l’importante épaisseur de ses murs (photographies 3 et 4). Une telle situation a été expliquée par le vieillissement des matériaux de construction et l’humidité qui caractérise l’environnement local. Mais une part de responsabilité a été portée sur le manque d’entretien et le dysfonctionnement de locaux ajoutés au noyau ancien. Un passage nous a interpellés de façon particulière dans la description de ce noyau et nous a paru témoigner d’un état de laisser-aller évident qui a dû durer pour un certain temps. On y lit : « …, l’implantation dans le patio d’un grand bac en béton au milieu duquel un figuier a poussé et les racines de celui-ci peuvent toucher les structures porteuses du bâtiment ».

Photographie 3. Exemple d’état de délabrement du bâti dans le noyau ancien

Photographie 3. Exemple d’état de délabrement du bâti dans le noyau ancien

Source : MT-ASM, 1996

Photographie 4. Exemple d’état de délabrement dans le bâti ajouté au cours de l’époque coloniale

Photographie 4. Exemple d’état de délabrement dans le bâti ajouté au cours de l’époque coloniale

Source : MT-ASM, 1996

3.1.2. Des recommandations en faveur de la dimension patrimoniale

39Le rapport de la Municipalité de Tunis et de l’association de sauvegarde de la médina (1996) propose un aménagement d’ensemble de l’espace situé à l’intérieur de l’enceinte de l’hôpital par une meilleure restructuration (révision des lots techniques, aménagement d’espaces verts et de parkings, réfection de réseaux d’assainissement…). Mais une place importante est consacrée aux recommandations, à l’état des constructions et à leur valeur patrimoniale et architecturale. Trois types d’interventions sont proposés, à savoir la restauration, la réhabilitation et la démolition (figure 4). La première concerne la partie la plus importante par son intérêt historique et architectural, en l’occurrence le noyau ancien constitué par la caserne et le rez-de-chaussée de la Madersa. Les travaux se limiteront à une remise à l’état d’origine avec une amélioration et consolidation de l’état des structures. La seconde doit permettre « une remise en état du bâti conformément aux normes d’habitabilité et de salubrité ». Elle concerne différents services, pour la plupart situés au contact direct du noyau central. Les travaux les plus importants, ou lourds, sont toutefois recommandés pour le service des brûlés, le planning familial, l’atelier de maintenance, la pharmacie, la morgue, le hall du secrétariat de la maternité, la passerelle attenante au service opératoire et la passerelle reliant le service des brûlés au service de la chirurgie. Ils se rapportent aussi bien aux structures (réfection de planchers, consolidation des structures porteuses ou de murs…) qu’aux réseaux (eaux pluviales et eaux usées), aux états de surface (peinture, étanchéité, sol…) et à la menuiserie. Les travaux désignés par « la réhabilitation légère » concernent la maternité, le service de chirurgie, la médecine dentaire et le pavillon d’urgence. Ils se limitent à un entretien général avec parfois une consolidation de planchers et de réaménagements de certains locaux.

40Enfin, la démolition concerne des constructions fortement dégradées. Une telle solution, qui a déjà eu lieu au cours des années 1980 (photographie 2), est recommandée principalement pour des constructions, souvent en I.P.N, ajoutées dans le cadre d’extensions pour des tâches techniques (garage mécanique et local des peintres). Elle est également recommandée, toujours d’après le même rapport, pour la cafétéria, l’internat et l’étage construit sur la Madersa.

3.2. Le programme de mise à niveau du bâti et ses réalisations : des décalages par rapport à ce qui était prévu et aux attentes d’ordre patrimonial

  • 8 Communication orale de M. Kamel Gomri, Directeur général à la Municipalité de Tunis qui a assisté à (...)

41La décision de l’exécution de ce programme a été prise en 1996, lors d’un conseil ministériel restreint (El Aoudi, 2004). Elle a été précédée par une étude de diagnostic par le ministère de la Santé publique et le ministère de l’Équipement et de l’Habitat (1988). Son contenu montre d’importants recoupements avec celui du rapport de la Municipalité de Tunis et de l’association de la sauvegarde de la médina (1996). En fait, ce dernier, datant de la même époque, a été consulté ; des réunions ont même été tenues en présence des différentes parties8.

42Les interventions retenues peuvent être classées dans deux catégories ; les unes sont d’ordre technique, les autres revêtent un caractère aussi bien fonctionnel qu’architectural. De plus, comme pour le rapport de la Municipalité de Tunis et de l’association de sauvegarde de la médina, l’accent a été mis sur les locaux greffés au noyau ancien et vu comme en manque d’intégration avec ce dernier tant au niveau de la relation entre les services (cas de la cuisine avec le service d’hématologie, de la morgue avec les trois blocs d’hospitalisation...) qu’au niveau architectural (notamment le bâtiment d’hématologie). En fait, il s’agit principalement d’une partie de l’héritage de la phase d’extension qui a caractérisé les premières décennies du xxe siècle, évoquée plus haut.

43Les actions doivent consister, selon les cas, en des opérations de restauration, de réhabilitation, de rénovation, d’aménagement (intérieur et extérieur) et de démolition ou de construction. Les deux premiers types d’opérations ont été proposés pour les bâtiments du noyau ancien. Les autres concernent les locaux relativement récents et qui doivent être maintenus (ceux de l’urgence, de la chirurgie, de l’hématologie et de la maternité). Certains des locaux de cette deuxième catégorie sont également concernés par les opérations de réhabilitation. Quant à la démolition, elle a été proposée pour les bâtiments dégradés et aux rajouts jugés sans valeur historique (la pharmacie, le hall des brûlés, l’internat, les locaux de maintenance, les locaux du planning familial, le local des peintures, la morgue et le logement de fonction) (figure 5). Elle concerne également l’étage ajouté à la Madersa, et ce, dans le but d’alléger les structures porteuses du rez-de-chaussée. Pour ce qui est des travaux de construction ont été programmés des locaux considérés nécessaires pour le fonctionnement de l’hôpital. Il s’agit d’une cuisine, d’une buanderie, d’une unité de maintenance, d’une morgue et d’un logement de fonction. Ont été également programmées des interventions visant à faciliter l’accès à l’hôpital, et ce, par l’ouverture d’un nouvel accès du côté du boulevard Bab Mnara. Enfin, une recommandation est faite en vue de profiter des espaces libres, existants ou ceux que procureraient les destructions proposées, pour l’aménagement d’espaces verts et de parkings (ministère de la Santé publique et al., 1988).

  • 9 Communication orale du chef de projet : pour la 2e tranche dont les travaux devaient porter sur la (...)

44Un tel programme était conçu pour être réalisé sur trois tranches. Mais les travaux, commencés en 1998, ont été arrêtés en 2005 pour ne couvrir que la première tranche et, très partiellement, la deuxième. L’arrêt, venu à la suite d’un changement à la tête du ministère de la Santé publique, a été justifié par le coût très élevé des travaux9.

Figure 4. Schéma d’intervention dans l’hôpital Aziza Othmana proposé par la Municipalité de Tunis et l’association de sauvegarde de la médina.

Figure 4. Schéma d’intervention dans l’hôpital Aziza Othmana proposé par la Municipalité de Tunis et l’association de sauvegarde de la médina.

1-à conserver ; 2-à restaurer ; 3-à réhabiliter ; 4-à démolir ; 5-démoli et reconstruit en 1980 ; 6-espace libre à restructurer

Figure 5. L’hôpital Aziza Othmana à la veille du programme de 1998 et l’état de la réalisation des interventions

Figure 5. L’hôpital Aziza Othmana à la veille du programme de 1998 et l’état de la réalisation des interventions

1-groupe de locaux démolis et reconstruits avec restructuration et réaffectation
2-local démolis et reconstruits
3-local démoli et reconstruit dans un nouvel emplacement (le sous-sol du service de l’hématologie)
4- local démoli et non remplacé
5-ancien noyau : restauration et réhabilitation (partiellement réalisé)
6- ancien noyau : restauration et réhabilitation (non réalisé)
7- réhabilitation, rénovation et aménagement (réalisé)
8- réhabilitation et rénovation (partiellement réalisé) 
9- réhabilitation, rénovation et aménagement (non réalisé)
10-rénovation en cours

  • 10 Je remercie M. Abdelkrim Ben Fraj, responsable de la sous-direction de la Maintenance qui a bien vo (...)

45La comparaison du plan portant les recommandations de l’association de sauvegarde de la médine (figure 4) et celui représentant les interventions réalisées (figure 5)10, tout en permettant d’apprécier l’évolution la plus récente et ses tendances, révèle l’écart entre les deux orientations. Il est clair que le critère de la fonctionnalité des lieux a primé dans bien des décisions. Aussi, relève-t-on par exemple que le secteur pour lequel l’association a recommandé la conservation et la réhabilitation a été démoli et reconstruit avec restructuration et réaffectation (planning familial, atelier de maintenance, morgue). De même, certains secteurs recommandés pour être réhabilités ont été démolis et non remplacés (service des brûlés). Des secteurs pour lesquels a été recommandé un travail de restauration ne l’ont été que partiellement. On peut noter aussi que, dans l’ensemble, les réalisations les plus importantes sont en rapport avec des travaux de démolition et de création de nouvelles constructions. La recherche de réponses à des contraintes d’espace et sans doute aussi pour répondre aux conditions qu’exige la pratique d’une médecine moderne semble avoir tenu une place décisive. La dimension patrimoniale a parfois été reléguée au second plan. D’ailleurs, l’arrêt de la concrétisation du programme au niveau de sa deuxième tranche n’a pas empêché une continuation des interventions plus tard. Des travaux viennent d’être engagés grâce à un financement par le ministère de tutelle. Ils se rapportent surtout à de nouvelles extensions ainsi qu’à la rénovation de locaux anciens. C’est que, même si les conditions ne sont plus les mêmes, l’hôpital est resté confronté au problème de l’exiguïté spatiale et du besoin en locaux adaptés. Il a d’ailleurs dû recourir à l’abandon d’une partie de son activité. Ce fut le cas en 2008 lorsque le service de l’orthopédie a été délocalisé vers la Rabta et vers le Centre de Ben Arous (figure 1). Vers ce dernier a été également déplacée l’unité de traumatologie et de grands brûlés (Hamzaoui, 2017). Une telle solution n’est pas nouvelle et a été déjà utilisée dans un autre contexte. Suite à la forte demande due aux épidémies des années 1920, des services de médecine ont été, on l’a vu, déplacés vers le Lazaret de la Rabta.

46Notons enfin que les travaux réalisés, notamment au niveau du bâti, peuvent appeler quelques réserves, du moins au niveau architectural et paysager. L’observation directe permet certes de noter, à l’intérieur de l’hôpital, l’écho d’un effort d’intégration de motifs ou de formes pouvant rappeler le cadre général de la Médina (photographie 5). Mais certaines des constructions ajoutées ou édifiées pour remplacer celles démolies montrent aussi un grand décalage par rapport aux spécificités de l’architecture de départ de la bâtisse. Ceci est, dans l’ensemble, d’autant plus prononcé que les constructions sont récentes. Si bien qu’aujourd’hui, le visiteur traverse, en passant d’un service à l’autre, un vrai amalgame d’architectures ; le changement est parfois brutal et le contraste frappant. De l’extérieur, on peut ne pas noter de changement particulier. En réalité, certaines parties du bâti qui ont gagné en hauteur, même si ce gain est encore relativement limité, ont parfois fini par couper la vue sur des panoramas intéressants pour le paysage d’ensemble et pour la valorisation de certains aspects caractéristiques de l’espace environnant ou pour la répartition d’éléments significatifs pour l’histoire et le patrimoine locaux. Le facteur paysage, qui doit avoir une valeur particulière dans un site aussi chargé en histoire, ne semble pas avoir occupé la place qu’il mérite. C’est ainsi par exemple, que le panorama qui permettait de joindre visuellement, depuis la rue Sidi Ben Zaied, le couple des minarets des mosquées de Youssef Dey et de La Kasbah a été brutalement rompu suite au développement vertical de la partie de l’hôpital située au niveau de l’une de ses portes principales et du service de la médecine dentaire (photographie 5).

Photographie 5. Nouvelles constructions dans la zone « espace libre à restructurer » et dans la partie nord de la zone « à réhabiliter » de la figure 4

Photographie 5. Nouvelles constructions dans la zone « espace libre à restructurer » et dans la partie nord de la zone « à réhabiliter » de la figure 4

La forme des fenêtres et les motifs au niveau des arcades indiquent un effort de considération des spécificités de l’architecture du noyau central et du bâti environnant de la Médina

Sour : N. Hamzaoui, 2018

Photographie 6. De l’impact paysager de l’évolution récente : vue sur l’hôpital Aziza Othmana depuis la Rue Ben Zaied, au début du vingtième siècle (Saladin, 1908) et aujourd’hui

Photographie 6. De l’impact paysager de l’évolution récente : vue sur l’hôpital Aziza Othmana depuis la Rue Ben Zaied, au début du vingtième siècle (Saladin, 1908) et aujourd’hui

Source : N. Hamzaoui, 2018

47Le minaret de la mosquée de la Kasbah (indiquée par une flèche continue) ne se voit plus à cause du développement vertical du bâti de l’hôpital (flèche discontinue). L’ancien paysage n’a pas manqué de retenir l’attention puisqu’on le retrouve dans des cartes postales du début du XXe siècle dont certaines sont datées de 1901. On le retrouve également dans un tableau réalisé au sol au début du siècle dans un atlas publié par les Chemins de fer Paris-Lyon-Méditerranée ainsi que sur une carte publicitaire pour la Tunisie, réalisée par Hugo d’Alési (1849-1906)11.

Conclusion

48L’hôpital Aziza Othmana a une valeur historique et patrimoniale sûre. Ceci il le doit à bien des facteurs dont notamment : le fait d’appartenir à un site chargé d’histoire et portant un cachet architectural précis, le fait d’être l’institution hospitalière la plus ancienne encore en exercice, dans son site de départ, à Tunis, et le fait d’avoir joué un rôle soutenu sur le plan médical et social surtout au cours de certaines circonstances particulières comme lors des épidémies du début du XXe siècle.

49Mais cela n’a pas donné lieu qu’à des avantages. Il a été aussi à l’origine de différentes exigences et a parfois même semblé constituer un obstacle à l’évolution nécessitée par le développement des activités d’un hôpital se modernisant. Deux périodes ont pu se détacher de façon particulière.

50La première période s’étend sur les débuts de l’hôpital et couvre les premières décennies du xxe siècle. Ce dernier s’est trouvé confronté à un manque en locaux qui fut, en partie, résolu par le recours à un transfert de certains services vers d’autres lieux (La Rabta) et surtout par une extension de son espace de travail. Mais cette dernière, réalisée plutôt par à-coup dans un cadre d’urgence et de pression liées à la demande et aux attentes, a produit un bâti qui n’a pas toujours considéré les exigences des spécificités du site, qui n’a pas été réalisé dans le cadre d’un plan d’aménagement cohérent de manière à servir les phases ultérieures et qui n’a pas, plus tard, toujours bénéficié de l’entretien indispensable.

51La deuxième période importante a débuté avec la promotion de l’hôpital, au début des années 1990, au statut d’Établissement public de santé. De nouveau, le problème de manque d’espace va se poser. La solution par le recours au transfert de certaines fonctions est cette fois aussi utilisée. Mais la situation se complique par l’apparition de nouvelles exigences, celles liées aux nouvelles pratiques dans le domaine de la médecine moderne et auxquelles ne peut répondre le bâti hérité de la période précédente, ni par son organisation ni par son état. Au contraire, cet héritage va constituer une contrainte supplémentaire.

52Des interventions variées et parfois lourdes ont été jugées nécessaires, mais, cette fois, selon un programme préétabli. Tout ne sera cependant pas conduit jusqu’à sa fin. L’explication par des contraintes budgétaires est avancée. En fait, il semble aussi qu’une forme de tiraillement a existé entre les exigences de la dimension patrimoniale de la bâtisse et celles de la fonctionnalité dans le cadre de la modernité. La prépondérance a été plutôt, surtout si on se réfère au bâti récemment ajouté, en faveur de la deuxième approche.

53Aussi, s’agit-il d’une institution qui, tout en bénéficiant d’un poids historique et patrimonial important, n’a pas cessé de vivre des pressions et contraintes. Une partie de ces dernières est liée aux exigences mêmes d’un tel prestige qui semble devenir pénalisant. Des solutions avec des essais de formes d’adaptation ont pu jusqu’ici avoir lieu ; mais non sans coûts et dégâts, parfois importants.

54Aujourd’hui, une nouvelle contrainte commence à s’ajouter à la liste et pourrait avoir des effets décisifs. Elle est en rapport avec la question de l’accessibilité. L’hôpital qui était à la périphérie de l’espace urbain lors de son installation apparaît désormais localisé dans un milieu à rues étroites au milieu d’une ville qui a connu une extension remarquable de son espace bâti et un développement fulgurant de son parc automobile. Le problème s’est remarquablement accentué depuis la révolution de janvier 2011. D’importantes mesures et restrictions ont été imposées à la circulation, pour des raisons sécuritaires au niveau des différents départements du pouvoir exécutif que l’hôpital jouxte. Ce dernier rend certes un rôle important à la population riveraine ; mais ceci lui permettra-t-il de continuer à résister et à se développer ?

Haut de page

Bibliographie

Adolphe, J. (1905). Tunis et ses environs, Paris, Hachette & Cie, 140 p.

Anderson, Ch., J. Colas-Belcour et R. Broc (1930). « Sur un nouveau cas de blastomycose, observé en Tunisie », Archives de l’Institut Pasteur de Tunis, première partie, travaux de recherche, T. XIX, n° 3, Gallica BnF : 316-322.

A.N.I. (1929). « Le Résident général visite l’Hôpital Sadiki et la Rabta à Tunis », Afrique du Nord illustrée (Nouvelle Série), n° 673, 24e année, Gallica BnF : 8-9.

A.N.I. (1934). « Le Résident général visite des hôpitaux et des dispensaires », Afrique du Nord illustrée (Nouvelle Série), n° 673, 29e année, Gallica BnF : 12-13.

Association française pour l’avancement des sciences (1913). Bulletin mensuel de l’Association, n° 29 (Nouvelle Série), Gallica BnF, 27 p.

Bachrouch, T. (1999) (en arabe). L’encyclopédie de la ville de Tunis, CERES, Tunis, 486 p.

Berch, P. (1922). « M. Millerand en Tunisie », Afrique du Nord illustrée, n° 53, Gallica BnF : 6-7.

Bertrand, A. (1927). « Le recensement de 1926 dans l’Afrique du Nord », Annales de Géographie, n° 200, XXXVIe année, Gallica BnF : 136-142.

Boulard (De), H. (1908). « Excursion en Algérie et en Tunisie », Bulletin de la Société de géographie de Lille, Gallica BnF : 148-183.

Chailley-Bert, J. (1904). « Le congrès de géographie en Tunisie », La Quinzaine coloniale, Tome XV, n° 169, Gallica BnF : 275-277.

Chandet, H. (1935). « La Culture française aux Colonies », L’Avenir Français ; Publications de l’Union Nationale pour le Vote des Femmes, Gallica BnF : 182-195.

Chemins de fer Paris-Lyon-Méditerranée (sans date). La Tunisie, Atlas PLM, J. Barreau éd., Paris, Gallica BnF : 16 p.

Depincé, Ch. (1909). « Vœux adoptés par le congrès », Congrès de l’Afrique du Nord, tenu à Paris, du 6 au 10 octobre 1908, Gallica BnF : 117-120.

El Aoudin, R. (2004). « Découvertes fortuites au sein de l’hôpital Aziza Othmana », Revue Africa, Série Séances Scientifiques II : 39-172.

Gaumer, B. (2005). « Regard d’observateurs médicaux sur l’état sanitaire de la Tunisie sous le Protectorat français (1881–1956) », Canadian Bulletin of Medical History Spring, Gallica BnF, 22(1): 83-102.

Géniaux, C. et Ch. Géniaux (1930). « L’urbanisme en pays musulman », Comœdia, n° 6312, Gallica BnF : 1.

Guelfi, D-A. (1931). « Chronique tunisienne », Annales africaines, Revue de l’Afrique du Nord, n° 10, Gallica BnF : 155 et 159.

Hamzaoui, N. (2017). « Représentation et pratique territoriale des services hospitaliers en Tunisie : le cas du centre de traumatologie et des grands brûlés de Ben Arous », Rev. Tun. Géogr., 48 : 47-76.

J.G.T.P.B. (1934). « On va entreprendre d’importants travaux à l’hôpital Sadiki de Tunis », Journal général des Travaux Publics et Bâtiment, n° 921 du 28 août 1934, Gallica BnF : 1.

Kassab A., A. Ounaies, R. Ben Achour-Abdelkefi, A. Louati, Ch. Mosbah et M. Sakli (2010). Histoire générale de la Tunisie ; tome I V ; L’Époque contemporaine, Tunis, 588 p.

Ladame, P. (1897). « En Tunisie : Le Bardo-Carthage-Bizerte. Races historiques, temps antiques et temps modernes », Le Globe, Journal géographique, T. XXXVI, Gallica BnF : 151-170.

Launoy, L. (1930). « Un fléau qui s’en va », Les Annales coloniales, avril, Gallica BnF : 13-15.

Lebihan, B. (1909). « L’assistance médicale des indigènes en Tunisie », Congrès de l’Afrique du Nord, tenu à Paris, du 6 au 10 octobre 1908, T. II, éd. Depincé CH., Gallica BnF : 423-440.

Le Bihan, B. (1909). « L’hygiène et l’assistance médicale des indigènes en Tunisie », Congrès de l’Afrique du Nord, tenu à Paris, du 6 au 10 octobre 1908, T. II, éd. Depincé CH. : 86-92.

Mehedeb (1931). « Chronique tunisienne », L’Africain, Gallica BnF : 3.

Ministère des Affaires étrangères (1901). Rapport au Président de la République sur la situation de la Tunisie en 1900, Impr. A. Guenard, Tunis, Gallica BnF : 437 p. 

Ministère des Affaires étrangères (1913). Rapport au Président de la République sur la situation de la Tunisie en 1912, Tunis, Gallica BnF : 333 p.

Ministère des Affaire étrangères (1924). Rapport au Président de la République sur la situation de la Tunisie en 1923, Imprimerie Guenard et Franchi, Tunis, Gallica BnF : 309 p.

Ministère de la Santé publique et ministère de l’Équipement et de l’Habitat (1988). Réhabilitation et rénovation de l’hôpital Aziza Othmana, Rapport interne, 39 p.

Ministère de la Santé publique (2014). Dialogue sociétal sur les politiques, les stratégies, et les plans nationaux de santé, Santé en Tunisie, État des lieux, Comité technique du dialogue Sociétal, Tunis, 194 p.

Municipalité de Tunis et Association de Sauvegarde de la Médina (1996). Hôpital Aziza Othmana ; diagnostic et propositions d’interventions, Rapport interne, 24 p.

Office central des œuvres charitables (1896). La France charitable et prévoyante ; tableau des œuvres et institutions de la Tunisie, Paris.

Oueslati-Hammami, I. (2010). Les centralités du grand Tunis : acteurs, représentations et pratiques urbaines, Thèse doctorat Géographie, Université Toulouse le Mirail – Toulouse II.

Pichon, S. (1912). Rapport fait au nom de la Commission des finances sur la situation des protectorats (Annexe au Rapport sur le budget du ministère des Affaires étrangères. – Exercice 1912.), Gallica BnF, Gallica BnF : 123 p.

Revault, J. (1967). Palais et demeures de Tunis (XVIe et XVIIe siècles), Centre National de la Recherche Scientifique, (Études d’antiquités africaines), Paris, 542 p.

Revolon, S. (1910). Œuvre des Français en Tunisie, Tunis, imprimerie centrale (Georges Guinle & Cie), Gallica BnF, Gallica BnF : 14 p.

Revue Algérienne et Tunisienne de législation et de jurisprudence (1911). Décret du bey réglementant le fonctionnement de l’hôpital Sadiki, T. XXVIe année 1910, Gallica BnF : 137-140.

Saladin, H. (1908). Tunis et Kairouan, éd. H. Laurens, Paris, Gallica BnF, 144 p.

Sasportas, L. (1934). « L’hôpital franco-musulman de Paris », Hygiène Sociale, n° 129 : 2938-2940.

Scemla, J. (1935). « À propos du mouvement de la Maternité de l’Hôpital Sadiki de Tunis », Rev. L’Algérie médicale, n°. 91 : 925-926.

Terrier, A. (1925). « Les œuvres françaises », Bull. mensuel du Comité de l’Afrique française et du Comité du Maroc : 417-428.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit du maristane d’El Azzafine. Le maristane est l’abrégé du bimaristan qui est un terme persan signifiant l’hôpital

2 Le maristane d’El Azzafine a été créé au début de l’arrivée des Ottomans en Tunisie, sous le règne du Sultan Hammouda Pacha « le Mouradite ».

3 Revue Algérienne et Tunisienne de législation et de jurisprudence (1911).

4 Sans date ; mais elle remonterait aux premières décennies du vingtième siècle, la nationalisation de cette compagnie ayant eu lieu en 1938 avec la création de la SNCF.

5 Ce lazaret correspond aux anciens locaux de l’actuel hôpital de la Rabta et servait pour mettre en quarantaine les malades contagieux (Zitouna, 1997). L’hôpital de la Rabta est situé en dehors de l’aire de la Médina, mais à seulement un peu plus de 1 km (à vol d’oiseau) à l’Ouest du site de l’hôpital Sadiki.

6 Sidi Zaied, Sidi Ben Zaied et Sidi Ben Ziad renvoient à la même rue ; la différence est liée à la transcription qui a varié selon les auteurs.

7 Construction avec poutres ou poutrelles en acier.

8 Communication orale de M. Kamel Gomri, Directeur général à la Municipalité de Tunis qui a assisté à certaines de ces réunions, que je tiens à remercier.

9 Communication orale du chef de projet : pour la 2e tranche dont les travaux devaient porter sur la restauration du noyau central, on a seulement commencé à mettre des piliers en acier dans un début de travail de renforcement et de restauration resté inachevé.

10 Je remercie M. Abdelkrim Ben Fraj, responsable de la sous-direction de la Maintenance qui a bien voulu me présenter la situation sur les lieux et réviser ce plan.

11 Voir le lien suivant : http://www.yannlemouel.com/html/fiche.jsp?id=5622554&np=&lng=fr&npp=150&ordre=&aff=&r=.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Localisation de l’hôpital Aziza Othmana à Tunis
Légende Légende : l’hôpital Aziza Othmana (étoile), la Médina (M) et ses deux faubourgs nord (F.N) et sud (F.S.).
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/15519/img-1.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Figure 2. Importance et variété des éléments du patrimoine culturel au voisinage de l’hôpital Aziza Othmana
Légende 1- Mosquée Zitouna ; 2- Autre mosquée importante ; 3- Dar El Bey (occupée par l’actuel siège de la présidence du gouvernement) et palais occupés par des ministères ; 4- autres palais et demeures (Dars) ; 5- Madersa et Torba ; 6- Collège Sadiki ; 7- Mausolée de Farhat Hached.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/15519/img-2.png
Fichier image/png, 308k
Titre Photographie 1. L’état du bâti dans le noyau le plus ancien de l’hôpital au tout début du XXe siècle (Atlas Chemins de fer Paris – Lyon – Méditerranée4)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/15519/img-3.png
Fichier image/png, 141k
Titre Photographie 2. Hôpital Sadiki ; une galerie (Launoy, 1930)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/15519/img-4.png
Fichier image/png, 625k
Titre Figure 3. Évolution du nombre des patients opérés au cours des deux premières décennies XXe siècle dans l’hôpital Sadiki (d’après les rapports du ministère des Affaires étrangères pour les années mentionnées)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/15519/img-5.png
Fichier image/png, 14k
Titre Photographie 3. Exemple d’état de délabrement du bâti dans le noyau ancien
Crédits Source : MT-ASM, 1996
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/15519/img-6.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Photographie 4. Exemple d’état de délabrement dans le bâti ajouté au cours de l’époque coloniale
Crédits Source : MT-ASM, 1996
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/15519/img-7.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Figure 4. Schéma d’intervention dans l’hôpital Aziza Othmana proposé par la Municipalité de Tunis et l’association de sauvegarde de la médina.
Légende 1-à conserver ; 2-à restaurer ; 3-à réhabiliter ; 4-à démolir ; 5-démoli et reconstruit en 1980 ; 6-espace libre à restructurer
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/15519/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 5. L’hôpital Aziza Othmana à la veille du programme de 1998 et l’état de la réalisation des interventions
Légende 1-groupe de locaux démolis et reconstruits avec restructuration et réaffectation2-local démolis et reconstruits3-local démoli et reconstruit dans un nouvel emplacement (le sous-sol du service de l’hématologie)4- local démoli et non remplacé 5-ancien noyau : restauration et réhabilitation (partiellement réalisé)6- ancien noyau : restauration et réhabilitation (non réalisé)7- réhabilitation, rénovation et aménagement (réalisé)8- réhabilitation et rénovation (partiellement réalisé) 9- réhabilitation, rénovation et aménagement (non réalisé)10-rénovation en cours
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/15519/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Photographie 5. Nouvelles constructions dans la zone « espace libre à restructurer » et dans la partie nord de la zone « à réhabiliter » de la figure 4
Légende La forme des fenêtres et les motifs au niveau des arcades indiquent un effort de considération des spécificités de l’architecture du noyau central et du bâti environnant de la Médina
Crédits Sour : N. Hamzaoui, 2018
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/15519/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Photographie 6. De l’impact paysager de l’évolution récente : vue sur l’hôpital Aziza Othmana depuis la Rue Ben Zaied, au début du vingtième siècle (Saladin, 1908) et aujourd’hui
Crédits Source : N. Hamzaoui, 2018
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/15519/img-11.png
Fichier image/png, 642k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Najet Hamzaoui Oueslati, « L’hôpital Aziza Othmana (Tunisie) : de l’évolution d’un espace hospitalier dans un cadre d’exigences », Études caribéennes [En ligne], 42 | Avril 2019, mis en ligne le 15 avril 2019, consulté le 23 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/15519 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.15519

Haut de page

Auteur

Najet Hamzaoui Oueslati

Enseignant chercheur en Géographie urbaine, Université de Tunis, Faculté des Sciences humaines et sociales, hamzaouinajet84@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals