Navigation – Plan du site
La Caraïbe face aux changements sur la scène internationale

La Chine dans la politique extérieure de Cuba (1959-2019)

China en la política exterior de Cuba
Éric Dubesset

Résumés

Comme en témoignent les vicissitudes diplomatiques entre les deux Etats socialistes au cours des soixante dernières années, les relations éminemment politiques entre Pékin et La Havane tendent à s’intensifier aujourd’hui. Elles revêtent en outre un caractère stratégique, mutuellement bénéfique, de nature à défier la puissance états-unienne voisine dans son glacis sécuritaire.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Cuba, Chine, Caribe, Amérique latine

Palabras claves :

política exterior, diplomacia
Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Ce texte est une version augmentée et actualisée de notre article paru dans Diplomatie (n° 97, mars (...)

1Les relations bilatérales entre Cuba et la Chine populaire constituent un domaine encore peu exploré de la politique extérieure cubaine. Pourtant, depuis 1959, le caractère hautement politique qu’elles revêtent, en raison notamment du rôle clé des partis communistes cubains et chinois, les distingue sensiblement des liens prioritairement basés sur le développement économique et commercial qu’entretiennent la plupart des autres pays d’Amérique latine et de la Caraïbe avec le géant asiatique. Aussi, pour parvenir à saisir, à grands traits, cette particularité des relations bilatérales de ces deux États socialistes situées aux antipodes, un détour historique sur soixante années de vicissitudes diplomatiques sera ici privilégié et articulé autour de quatre phases successives : les prémices du rapprochement diplomatique (1959-1963) ; les revirements diplomatiques (1963-1989) ; la relance du dialogue politique (1990-2005) ; l’ouverture des espaces de coopération politique (2006-2019)1.

1. Les prémices du rapprochement diplomatique (1959-1963)

1.1. Des liens culturels anciens

  • 2 Terme utilisé pour désigner les Asiatiques qui s’engageaient comme travailleurs dans une colonie.
  • 3 Cité par ENG MENENDEZ Yrmina Gloria, (2013), “La vigencia de las comunidades chinas en las nuevas r (...)
  • 4 Soit environ la moitié du total des entrées de Chinois en Amérique latine.
  • 5 En 1878, la maison Han Tay Lon et compagnie fut ouverte au numéro 116 de la rue Galiano de La Havan (...)

2La présence chinoise à Cuba est ancienne. L’île a connu deux vagues migratoires successives : la première se caractérise par l’arrivée à La Havane, en juin 1847, d’environ deux cents coolies2. Ces travailleurs sous contrat employés comme cultivateurs dans l’agriculture ou comme artisans dans les villes sont rejoints, en février 1853, par 678 compatriotes recrutés, pour la plupart, dans la province chinoise de Guangdong. Cinq ans plus tard, les premiers logements et commerces tenus par cette main-d’œuvre bon marché éclosent à La Havane, formant peu à peu le barrio chino (Chuffat Latour, 1927)3. Ce quartier s’agrandit rapidement avec l’arrivée de milliers d’immigrés fuyant les Lois d’exclusion des Chinois en vigueur en Californie (Lew-Williams, 2018). Au total, ce sont ainsi plus de 150 000 Chinois qui affluent dans le pays4 pour travailler dans l’agriculture, le bâtiment ou le commerce (Perez de La Riva, 1975 : 479). En 1878, la fondation de la première maison importatrice de produits asiatiques5, par les banquiers Lay Weng, Yong Shan et Lam Tong, marque le début de l’expansion des activités clandestines comme le jeu, la prostitution et le trafic de drogue (Chuffat Latour, 1927). Au tournant du siècle, près de deux cents institutions communautaires de type associatif sont créées dans les domaines artistique, sportif et même politique. Dès les années 1915, Cuba connaît une nouvelle vague migratoire chinoise. Dans un contexte d’expansion de la production sucrière, quelque vingt-cinq mille migrants, majoritairement des hommes, s’établissent dans l’île, dont environ 10 000 dans le quartier chinois de La Havane. Ils se spécialisent avant tout dans les secteurs de la production horticole, du petit commerce et de la gastronomie. Bien que les unions mixtes avec des femmes noires, mulâtresses ou blanches, aient produit une descendance métisse, des éléments de leur culture originelle (langue, musique, danse, théâtre, opéra, coutumes, traditions, etc.) restent vivaces dans plusieurs villes cubaines comme La Havane ou Matanzas (Baltar Rodriguez, 1996).

Photographie 1. Porte d’entrée du quartier chinois de La Havane

Photographie 1. Porte d’entrée du quartier chinois de La Havane

Source : :  https://www.todocuba.org/​tan-popular-barrio-chino-la-habana/​

1.2. L’amorce du rapprochement diplomatique

  • 6 En 1960, une délégation de la Confédération des Travailleurs de Cuba menée par Juan José Pellón et (...)

3Les premières relations diplomatiques sino-cubaines se tissent au début du XXe siècle. Dès sa fondation le 20 mai 1902, la République de Cuba noue des liens officiels avec l’Empire de Chine, puis avec la République de Chine lors de sa naissance en 1912. Le rapprochement de la Cuba révolutionnaire avec la République Populaire de Chine (RPC) survient quelques décennies plus tard, dans un climat de tensions politiques entre Pékin et Taipei. Dans son bras de fer avec la RPC, le régime taiwanais reconnaît le nouveau gouvernement cubain le 6 janvier 1959, puis s’emploie tout au long de l’année à enrayer toute tentative de rapprochement de son rival avec les nouveaux dirigeants cubains. Cependant, malgré les efforts de Taïwan et les déclarations critiques de Fidel Castro à l’ONU le 22 avril 1959, au cours desquelles il dénonce l’intervention militaire chinoise au Tibet, Cuba tente de se rapprocher de la Chine populaire dont elle partage les valeurs d’indépendance et de souveraineté nationale. En octobre 1959, c’est particulièrement la participation de l’intellectuel Nicolas Guillén au dixième anniversaire du triomphe de la révolution chinoise qui ouvre la voie au dialogue avec la RPC.6 Sur fond de montée des tensions diplomatiques et économiques entre les États-Unis et Cuba conduisant Fidel Castro à se tourner vers d’autres partenaires politiques et commerciaux, les affinités idéologiques de Che Guevara avec la Chine maoïste catalysent ce rapprochement (Pereira Hernandez, 2013 : 388).

  • 7 Les propos de Fidel Castro sont recueillis dans un document connu comme la « Première Déclaration d (...)
  • 8 En septembre 1962, l’URSS livre à Cuba des fusées nucléaires. Lorsque les États-Unis en découvrent (...)
  • 9 Le partenaire chinois représente 20 % des importations cubaines et 12 % de ses exportations.

4La volonté du gouvernement cubain d’instaurer des relations diplomatiques avec la RPC, et par voie de conséquence, de rompre les liens avec Taïwan, est annoncée publiquement par le Líder Máximo, sur la Plaza Cívica (actuelle Place de la Révolution) le 2 septembre 1960. Dès lors, les deux pays entreprennent des négociations qui aboutissent à l’établissement de relations officielles le 28 septembre 19607. Dans les Amériques, Cuba devient ainsi le premier État reconnaissant la RPC. Bien que le régime de Pékin ne soit pas encore disposé à considérer son nouvel allié comme un pays socialiste, leur coopération revêt d’emblée un caractère politico-idéologique. C’est tout naturellement le Che, mué en ambassadeur de la jeune révolution, qui est envoyé à la tête de la première délégation cubaine en Chine en novembre 1960. Les Cubains veulent conclure avec les Chinois des accords pour s’assurer des débouchés commerciaux pour leur production sucrière et obtenir des crédits. La coopération s’étend rapidement aux secteurs militaire, éducatif et économique. La RPC fournit du matériel d’armement (canons, bazoukas, batteries, etc.) et participe à l’entraînement d’officiers des forces aériennes cubaines. De son côté, Cuba lui envoie des techniciens, ingénieurs et enseignants (Pereira Hernandez, 2013 : 392). L’apogée de la solidarité chinoise est atteinte, au lendemain de la crise des missiles d’octobre 1962, lorsque Mao Tsé-toung critique ouvertement la négociation de sortie de crise entre Khrouchtchev et Kennedy8. En témoignage de son soutien au régime et au peuple cubains, le dirigeant chinois intensifie les échanges économiques, son pays devenant ainsi le troisième partenaire commercial de l’île9.

2. Les revirements diplomatiques (1963-1989)

2.1. La montée des tensions diplomatiques

  • 10 Pour les autorités chinoises, l’URSS cherchait à lancer une Conférence Internationale des Partis co (...)
  • 11 Che Guevara rencontre Deng Xiaoping et la direction du Parti communiste chinois.
  • 12 Discours prononcé le 13 mars 1966 par Fidel Castro à l’occasion de la commémoration du IXe annivers (...)

5La lune de miel est pourtant de courte durée. Des tensions surgissent rapidement entre les deux nations. Dans le cadre du schisme idéologique sino-soviétique, Mao perçoit l’assujettissement économique de Cuba à l’URSS comme une capitulation. Pour lui, les déplacements du Líder Máximo en Union soviétique, en juin 1963, puis en décembre 1964, sont un geste inamical. Considérant que la réunion des partis communistes latino-américains, en décembre 1964, à La Havane, appelant à l’unité du mouvement socialiste mondial, fait le jeu des Soviétiques10, il reproche à Cuba sa pusillanimité face à l’impérialisme. Peu après, il refuse de recevoir Ernesto Che Guevara, dirigeant du Parti Uni de la Révolution Socialiste de Cuba (PURSC), lors de sa seconde visite officielle à Pékin en 196511. Malgré l’importance des échanges commerciaux qui atteignent leur climax cette même année, les relations diplomatiques se détériorent brutalement lorsque Cuba condamne les tentatives chinoises de noyautage du Parti et de ses forces armées. En 1966, l’abîme entre les deux pays se creuse encore davantage. Pékin renonce à apporter son soutien à la création de l’Organisation de Solidarité des Peuples d’Afrique, d’Asie et d’Amérique Latine (OSPAAAL) et suspend l’échange de sucre contre du riz. En réaction, Fidel Castro dresse un réquisitoire contre la politique du dirigeant chinois12. La rupture est consommée, mais leurs ambassades respectives continuent de fonctionner.

2.2. Le relâchement des tensions

6Après une quinzaine d’années de relations distendues, les deux États entrent dans une phase de relâchement des tensions. Les changements doctrinaux, en matière de désidéologisation notamment, de la politique extérieure chinoise adoptés en 1982, lors du XIIe Congrès du Parti communiste, favorisent le dégel des relations de la RPC avec les pays du bloc socialiste, y compris Cuba. En 1983, le déplacement à Pékin du ministre cubain du Commerce, Ricardo Cabrisas, met un coup d’arrêt aux tensions diplomatiques, et annonce le début du processus de recomposition des liens bilatéraux, la négociation prenant le pas sur les face-à-face tendus des années précédentes. Dès lors, les flux d’échanges commerciaux repartent à la hausse et la coopération est encouragée dans les domaines de la santé publique, de l’agriculture, des sciences et technologies et du transport. En 1988, La Havane et Pékin fondent la Commission Intergouvernementale Chine-Cuba pour les Relations Economiques et Commerciales (CICChREC). L’année suivante, la Commission Intergouvernementale pour la Coopération Scientifique et Technique (CICCT) voit le jour (Dubesset, 2014).

3. La relance du dialogue politique (1990-2005)

7Le rétablissement intégral du dialogue politique sino-cubain ne devient effectif qu’à partir des années 1990. Deux évènements internationaux de grande ampleur y concourent. D’une part, les manifestations de la place Tian’anmen à Pékin au printemps 1989 offrent à La Havane l’occasion d’exprimer son soutien au régime chinois. D’autre part, l’effondrement de l’URSS affecte, de manière brutale, l’économie cubaine, poussant ses dirigeants à rechercher de nouveaux alliés. Pour gérer les graves pénuries alimentaires et de médicaments, Fidel Castro annonce, en mars 1990, une « Période spéciale en temps de paix » marquée par l’adoption d’un train de mesures internes et la mise en place d’une politique de diversification des partenariats, en direction notamment des pays caribéens et latino-américains comme le Venezuela, le Brésil ou le Mexique. Aggravée par le renforcement de l’embargo états-unien en 1992 (loi Torricelli), puis en 1996 (loi Helms-Burton), cette phase récessive impose au gouvernement une accélération des réformes économiques et un renforcement de l’activité diplomatique à un niveau plus global (Dubesset, 2017 : 62). La relance des relations avec la RPC s’inscrit dans cette offensive diplomatique multidirectionnelle fondée sur les nécessités économiques du pays et la survie du régime castriste.

8Dès lors, les rencontres au plus haut niveau de l’appareil politique se multiplient, Cuba devenant l’un des pays latino-américains les plus visités par les délégations chinoises. En se rendant dans la capitale de l’île en 1993 (puis en 2001), le nouveau président de la RPC, Jiang Zemin, envoie un signal fort au reste du monde. Il entend soutenir la révolution socialiste de Cuba et renforcer la présence de son pays en Amérique latine et dans la Caraïbe, historiquement sous influence de l’Europe, et plus encore, des États-Unis. Deux ans plus tard, le Chef de l’État cubain effectue son premier voyage officiel dans l’Empire du Milieu à dessein de sceller définitivement leur réconciliation politique. Pour avancer vers la consolidation des liens de coopération, son frère Raul Castro, en sa qualité de second secrétaire du Parti et ministre des forces armées, s’y rend à son tour en 1997. Les visites réciproques de membres du Comité Permanent et du Bureau politique des Partis communistes chinois (PCCH) et cubain (PCC) contribuent à affirmer le caractère fondamentalement politique de leurs relations.

9Ces réunions sont également l’occasion d’établir les termes des nouveaux accords économiques et commerciaux. Les attentes cubaines sont de plusieurs ordres : approvisionnement en matériel d’équipement ; mise en œuvre de programmes prioritaires dans les domaines de l’énergie, du transport, des télécommunications, de l’éducation et de la santé ; obtention de crédits à des conditions avantageuses et accès au plus grand marché émergent du monde. Pour sa part, le géant asiatique accorde à son partenaire caribéen des financements pour soutenir le commerce réciproque et assurer la livraison de ses exportations. Il lui concède également des facilités de paiement pour le remboursement de la dette, ainsi que des avantages financiers : report de dix ans, sans intérêts, du paiement des crédits alloués au cours de la période 1990-1994 ; octroi, en 1995, d’un nouveau prêt à faible taux d’intérêt destiné à couvrir le déficit de sa balance commerciale à long terme. Les accords bilatéraux conclus, au tournant des années 1990-2000, donnent lieu à une intensification inédite des échanges économiques et à la création d’organismes sino-cubains de coopération auxquelles le nouveau dirigeant chinois, Hu Jintao, donne, à compter de 2003, une forte impulsion (Dubesset, 2014).

4. Succession politique et ouverture des espaces de coopération politique (2006-2019)

4.1. Raul Castro et l’actualisation pragmatique de la politique extérieure cubaine

  • 13 Pour plus de précisions sur les résultats économiques de cette coopération, nous renvoyons le lecte (...)

10Une nouvelle étape du processus de rapprochement sino-cubain s’amorce à la suite du transfert en douceur des charges du pouvoir de Fidel Castro à son frère cadet Raul en juillet 2006. Dans le cadre de la politique dite « d’actualisation du modèle » destinée à corriger les blocages institutionnels et les déséquilibres budgétaires, le nouveau président des Conseils d’État et des ministres lance, sur le plan extérieur, après son élection officielle en février 2008, une politique d’ouverture, à l’échelle régionale et globale, plus pragmatique que jamais (Dubesset, 2017 : 65). Dans cette stratégie de diversification des partenariats tous azimuts, la RPC occupe une place prépondérante, tant elle apparaît comme l’un des alliés les plus prometteurs pour relever les nouveaux défis économiques auxquels l’île est confrontée. En moins d’une décennie, elle parvient ainsi à se hisser, au deuxième rang, et même au premier rang, après le Venezuela, à partir de 2016, pour les exportations et les importations cubaines. L’île importe principalement du riz, des équipements mécaniques (bus, voitures, matériels agricoles et de construction), des appareils électriques, électroménagers et informatiques, des produits chimiques, ainsi que du mobilier et des produits d’habillement (chaussures, tissus). En retour, elle exporte essentiellement du nickel, des aliments (sucre, fruits de mer), du tabac, du rhum, des produits biotechnologiques et des médicaments13.

  • 14 AFP, « Hu Jintao veut renforcer les liens avec "un pays frère" », France 24, 18 novembre 2008. (www (...)

11Sur le plan politique, les hauts dirigeants des deux nations partagent des valeurs communes que les rencontres officielles régulières ne manquent pas de rappeler. Les déplacements du Chef du secrétariat général du Parti communiste de Cuba (PCC) et de celui de Chine (PCCH), ou des membres du Comité permanent du Bureau politique de leur Comité central respectif sont toujours l’occasion de célébrer leurs affinités et aspirations politiques. Lors de sa venue à La Havane en novembre 2008, le président Hu Jintao évoque le renforcement des liens politiques et partisans avec « un pays frère »14. Facteur de cohésion et garants de l’autonomie politique, le PCCH et le PCC jouent un rôle clé dans le raffermissement des liens de solidarité, sinon fraternels, au moins amicaux, entre les deux Etats, sur la base du respect des orientations de chacun. Les membres de la haute hiérarchie des deux partis reconnaissent la pluralité et l’autonomie des expériences politiques et économiques chinoises et cubaines comme une nécessité pour parvenir à l’édification de modèles propres, à distance du socialisme réel appliqué par les pays du bloc de l’Est et l’Union soviétique. À partir de 2008, Salvador Valdés Mesa, membre du Bureau politique du Comité central du PCC, a la haute main sur les relations avec la Chine et le Vietnam. Pendant dix ans, il effectue plusieurs visites en Asie pour rencontrer ses homologues.

12Bien qu’elles ne soient pas systématiques, les prises de positions des partis communistes des deux pays concordent souvent sur les principaux dossiers internationaux. PCCH et PCC partagent la vision d’un monde multipolaire régi par la force du droit international et la résolution pacifique des conflits. Farouchement attachés à la souveraineté nationale et au principe de non-ingérence, ils dénoncent l’unilatéralisme des États-Unis et s’accordent sur la nécessité d’une réforme des institutions multilatérales. Sur le front de l’environnement, ils soutiennent le principe de « responsabilités communes, mais différenciées » qui implique, pour les pays développés, un effort supérieur dans la lutte contre le réchauffement climatique de la planète. Enfin, sur la question sensible des Droits de l’homme, le PCCH considère que Cuba constitue un avantage comparatif crucial, et un allié fidèle dans ses revendications concernant le Tibet et Taïwan, La Havane soutenant le principe d'"une seule Chine". De son côté, le PCC estime que la Chine est un partenaire puissant, garant de la continuité du projet socialiste, et un soutien précieux dans la condamnation de la politique washingtonienne à l’égard de Cuba, Pékin ayant toujours dénoncé les sanctions économiques dont l’île est victime depuis près de soixante ans.

4.2. Xi Jinping et l’affermissement des liens politiques

  • 15   Peraza Forte Iramsy « Les relations entre Cuba et la Chine » Granma, 6 octobre 2017 (http://fr.gr (...)
  • 16 « La Chine et le Cuba s'engagent à approfondir leurs relations militaires », News.cn (http://french (...)

13À la suite de la venue du Président Xi Jinping dans l’île en juillet 2014, les liens politiques étroits entre les deux partis communistes se poursuivent et se diversifient. Les deux organisations partisanes échangent régulièrement sur leurs processus respectifs de construction d’un socialisme prospère et durable. Leur confiance mutuelle ouvre de nouveaux espaces de coopération politique dans des secteurs stratégiques. Bien que la discrétion en la matière soit de mise, les autorités cubaines et chinoises n’hésitent pas à évoquer leurs liens dans les domaines militaire et sécuritaire : intelligence, formation professionnelle du personnel des armées, acquisition de matériels et technologies militaires. Entre 2015 et 2018, plusieurs visites de hautes délégations militaires sont organisées, sous la conduite du parti communiste, pour intensifier la coopération bilatérale et l’échange d’expériences et d’informations15. Le géant asiatique souhaite apprendre de Cuba la manière dont elle a pu résister à l’hostilité du voisin états-unien, pendant près de six décennies, et profiter de son réseau de contacts en Amérique latine et dans le reste du monde. Lors de son entretien, en novembre 2018, avec Leopoldo Cintra Frías, ministre cubain des Forces armées révolutionnaires, le Conseiller d'État et ministre de la Défense nationale de la Chine, Wei Fenghe, a déclaré que son pays est prêt à travailler avec Cuba pour continuer à bâtir une confiance stratégique mutuelle entre les armées et une coopération pragmatique, afin de contribuer à la construction d'une communauté de destin pour l'humanité, ainsi qu'au maintien de la paix16.

  • 17 D’après la déclaration du président chinois Xi Jinping, lors du 19e Congrès du Parti communiste chi (...)
  • 18 Ambassade de France à Cuba, Service économique, Brèves économiques du 15 novembre au 1er décembre 2 (...)

14Lors de sa première tournée internationale, en Europe et en Asie (Russie, Chine, Corée du Nord, Vietnam et Laos), en novembre 2018, le nouveau Président cubain entré en fonction en avril 2018, Miguel Diaz Canel, s’entretient avec son homologue chinois à Pékin. Ce déplacement présidentiel, dans un contexte de fragilisation de son partenaire vénézuélien, revêt un caractère éminemment politique. Il est l’occasion d’indiquer que les relations entre les deux pays ont certes atteint leur pleine maturité, mais qu’il convient de continuer à les renforcer, d’une part, en entretenant des échanges et un dialogue politique de haut niveau, et d’autre part, en intensifiant la communication et la coordination dans les affaires internationales. De son côté, Xi Jinping déclare que les deux pays socialistes, dont les relations ont résisté à l’épreuve du temps et au gré des mutations internationales, doivent parvenir à affermir leur confiance et leur soutien politiques réciproques, et à stimuler la coopération bénéfique sur une base gagnant-gagnant. Il appelle les deux parties à continuer à se soutenir mutuellement sur des questions liées à leurs intérêts fondamentaux et à leurs préoccupations majeures, ajoutant que la Chine soutient résolument Cuba dans la sauvegarde de sa souveraineté nationale et dans la voie socialiste adaptée à sa situation. Après leur réunion au Grand Palais du Peuple, les deux chefs d’État procèdent à la signature d'une série de documents de coopération visant le renforcement des interactions dans les domaines éducatif, culturel commercial et économique, avec notamment la participation de Cuba au projet des « nouvelles Routes de la soie »17, et la mise à disposition de lignes de crédits chinoises : 124 millions de dollars seront destinés au développement du secteur touristique ; 40 millions de dollars au secteur énergétique, ainsi qu’un don de 129 millions de dollars pour financer des projets de cybersécurité18. Des échanges mutuels sont également envisagés dans les domaines de la biotechnologie, des sources d'énergie renouvelables, de la formation des ressources humaines et de la lutte anticorruption.

Conclusion

15L’examen de six décennies de politique extérieure de Cuba révèle le caractère erratique, mais hautement politique, de ses relations bilatérales avec la Chine populaire. Depuis 1959, leur évolution au rythme des inflexions géopolitiques a ouvert la voie, sous la conduite des partis communistes des deux pays, à un rapprochement, en matière de coopération technique dans des domaines considérés comme stratégiques. Depuis son retour sur la scène internationale au début des années 2000 et l’arrivée de Xi Jinping aux affaires, la RPC figure, au premier plan, dans l’agenda de la politique extérieure cubaine. Sur fond de reconfiguration des équilibres géopolitiques mondiaux, l’intérêt stratégique grandissant que représente Pékin pour La Havane offre, en retour, d’intéressantes opportunités au géant asiatique lancé, plus que jamais, dans une course au leadership économique mondial. Au demeurant, bien que sa présence croissante, à quelques encablures des États-Unis, ne soit évidemment pas du goût de l’Administration de Donald Trump, l’Empire du Milieu donne peut-être aussi, à l’Europe, à l’Amérique latine et à la Caraïbe, l’occasion d’instaurer, sur de nouvelles bases, une relation triangulaire mutuellement bénéfique.

Photographie 2. Le président chinois Xi Jinping et son homologue cubain Miguel Diaz-Canel, le 8 novembre 2018 à Pékin

Photographie 2. Le président chinois Xi Jinping et son homologue cubain Miguel Diaz-Canel, le 8 novembre 2018 à Pékin

Source : « La Chine et Cuba signent des protocoles d'accord pour promouvoir la coopération économique », Le courrier du Vietnam, 07/12/2018. Crédit : Xinhua/VNA/CVN

Haut de page

Bibliographie

Baltar Rodriguez, J. (1996). “La sociedad-clan y el proceso de asimilación étnica de los chinos en Cuba”, Temas La Habana, n° 7 : 13-27.

Chuffat Latour, A. (1927). Apunte histórico de los chinos en Cuba, La Habana, Molina y Cia.

Córdoba, T.M. & S. Paladini (2017). “Desafío de una coexistencia pacífica: relaciones entre China y Taiwán”, in J. I. Martínez Cortés (coord.), América Latina y el Caribe y China. Relaciones políticas e internacionales : 365-382.

Cruse, R. (2014). « La diffusion de la présence économique chinoise dans la Caraïbe insulaire : modalités et enjeux pratiques et théoriques », Cahiers de géographie du Québec 58(163).

Dubesset, E. (2019). « Les relations politiques Cuba-Chine : vicissitudes diplomatiques et approfondissement stratégique », Diplomatie, Revue d’Affaires stratégiques et de relations internationales, n° 97, mars-avril : 35-40.

Dubesset, E. (2017). « Continuité et changements dans la politique extérieure de Cuba », Questions internationales, La Documentation française, n° 84, Cuba après Fidel, mars-avril : 58-69.

Dubesset, E. (2014). La politique extérieure de Cuba au début du XXIe siècle. Orientations politico-économiques et coopération sud-sud avec la CARICOM et la Chine, Mémoire de Recherche d’Habilitation à Diriger des Recherches (HDR), Pau, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Dubesset, E., C. Quenan et V. Sukup (coord.) (2014). « La présence de la Chine dans la Caraïbe », Institut des Amériques (IDA)/Agence Française de Développement (AFD).

Dubesset, E. (2013). « Réformes à Cuba : la persistance dans le changement », Diplomatie, Revue d’Affaires stratégiques et de relations internationales, n°64, septembre-octobre : 22-25.

Eng Menendez Yrmina, G. (2013). “La vigencia de las comunidades chinas en las nuevas relaciones económicas y políticas bilaterales: el proyecto del Barrio Chino de La Habana en los 90 del siglo XX”, in J. I. Martínez Cortés (coord.), América Latina y El Caribe – China. Relaciones políticas e internacionales, México.

Gutiérrez, G. (2017). “La Ruta de la Seda y América Latina”, in J. I. Martínez Cortés (coord.), América Latina y el Caribe y China. Relaciones políticas e internacionales: 97-109.

Lew-Williams, B. (2018). The Chinese Must GoViolence, Exclusion, and the Making of the Alien in America, Harvard University Press.

Ng Báez, R. (2017). “Experiencias recientes en la relación entre China y República Dominicana: desafíos y perspectivas”, in J. I. Martínez Cortés (coord.), América Latina y el Caribe y China. Relaciones políticas e internacionales: 113-124.

Pereira Hernandez, O. (2013). “Cuba-China: una relación política estratégica en ascenso”, in J. I. Martínez Cortés (coord.), América Latina y El Caribe – China. Relaciones políticas e internacionales, México, p. 387-409.

Perez de La Riva, J. (1975), “Demografía de los culíes chinos en Cuba (1853-1874), in El Barracón y otros ensayos, La Habana, Ed. De Ciencias Sociales.

Rocha Pino, M. de J. (2017). “La política exterior de China y el concepto ‘Ruta de la Seda (1994-2015)’”, in J. I. Martínez Cortés (coord.), América Latina y el Caribe y China. Relaciones políticas e internacionales: 345-362.

Haut de page

Notes

1 Ce texte est une version augmentée et actualisée de notre article paru dans Diplomatie (n° 97, mars-avril 2019), sous le titre « Les relations politiques Cuba-Chine : vicissitudes diplomatiques et approfondissement stratégique ».

2 Terme utilisé pour désigner les Asiatiques qui s’engageaient comme travailleurs dans une colonie.

3 Cité par ENG MENENDEZ Yrmina Gloria, (2013), “La vigencia de las comunidades chinas en las nuevas relaciones económicas y políticas bilaterales: el proyecto del Barrio Chino de La Habana en los 90 del siglo XX”, in Martinez Cortés, J.I. (coord.), América Latina y El Caribe – China. Relaciones políticas e internacionales, México, p.510.

4 Soit environ la moitié du total des entrées de Chinois en Amérique latine.

5 En 1878, la maison Han Tay Lon et compagnie fut ouverte au numéro 116 de la rue Galiano de La Havane. Elle était spécialisée dans l’importation d’opium et des accessoires utilisés pour sa consommation.

6 En 1960, une délégation de la Confédération des Travailleurs de Cuba menée par Juan José Pellón et une délégation militaire conduite par le commandant William Gálvez sont reçues par Mao à Pékin. Cette même année, Raul Castro et Vilma Espín offrent un déjeuner à des membres de l’Opéra de Pékin en tournée à Cuba.

7 Les propos de Fidel Castro sont recueillis dans un document connu comme la « Première Déclaration de La Havane ».

8 En septembre 1962, l’URSS livre à Cuba des fusées nucléaires. Lorsque les États-Unis en découvrent l’existence, le monde est au bord d’un conflit nucléaire. Finalement, Khrouchtchev accepte le retrait des missiles en échange de la promesse de Kennedy de ne plus tenter d’envahir Cuba.

9 Le partenaire chinois représente 20 % des importations cubaines et 12 % de ses exportations.

10 Pour les autorités chinoises, l’URSS cherchait à lancer une Conférence Internationale des Partis communistes à son seul profit.

11 Che Guevara rencontre Deng Xiaoping et la direction du Parti communiste chinois.

12 Discours prononcé le 13 mars 1966 par Fidel Castro à l’occasion de la commémoration du IXe anniversaire de l’assaut du palais présidentiel.

13 Pour plus de précisions sur les résultats économiques de cette coopération, nous renvoyons le lecteur à l’étude publiée par l’Agence Française de Développement (en partenariat avec l’Institut des Amériques), La présence de la Chine dans la Caraïbe, Étude et Recherches, février 2015, n° 144, dont nous sommes l’un des porteurs et auteurs.

14 AFP, « Hu Jintao veut renforcer les liens avec "un pays frère" », France 24, 18 novembre 2008. (www.france24.com/fr)

15   Peraza Forte Iramsy « Les relations entre Cuba et la Chine » Granma, 6 octobre 2017 (http://fr.granma.cu/mundo/2017-10-06/les-relations-entre-cuba-et-la-chine)

16 « La Chine et le Cuba s'engagent à approfondir leurs relations militaires », News.cn (http://french.xinhuanet.com) 2018-11-24

17 D’après la déclaration du président chinois Xi Jinping, lors du 19e Congrès du Parti communiste chinois, le 19 octobre 2017, ce gigantesque projet chinois représente bien plus que la construction de voies ferroviaires à travers l’Europe et l’Asie ou la mise en place de liaisons maritimes. Il donne aussi l’occasion à la Chine de construire des alliances avec les 68 pays dans lesquels elle investit afin qu’elle se hisse d’ici à 2050 au premier rang du monde en termes de puissance globale et de rayonnement international.

18 Ambassade de France à Cuba, Service économique, Brèves économiques du 15 novembre au 1er décembre 2018, La Havane, 6 décembre 2018.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie 1. Porte d’entrée du quartier chinois de La Havane
Crédits Source : :  https://www.todocuba.org/​tan-popular-barrio-chino-la-habana/​
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/15836/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Photographie 2. Le président chinois Xi Jinping et son homologue cubain Miguel Diaz-Canel, le 8 novembre 2018 à Pékin
Crédits Source : « La Chine et Cuba signent des protocoles d'accord pour promouvoir la coopération économique », Le courrier du Vietnam, 07/12/2018. Crédit : Xinhua/VNA/CVN
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/15836/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Dubesset, « La Chine dans la politique extérieure de Cuba (1959-2019) », Études caribéennes [En ligne], 42 | Avril 2019, mis en ligne le 15 avril 2019, consulté le 27 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/15836 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.15836

Haut de page

Auteur

Éric Dubesset

Professeur des Universités, Institut de Recherches Montesquieu, Centre Montesquieu de Recherches Politiques, Université de Bordeaux, eric.dubesset-pascual@u-bordeaux.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals