Navigation – Plan du site
La Caraïbe face aux changements sur la scène internationale

Rendre compte de la politique étrangère américaine à l’ère de Trump : le cas des relations avec l’Amérique centrale et la Caraïbe

Accounting for American Foreign Policy in the Trump Era: the Case of the Relations with Central America and the Caribbean.
Eric Rouby et Adrien Schu

Résumés

Cet article développe une typologie des considérations guidant la prise de décision de l’administration Trump en termes de politique étrangère et entreprend d’appliquer cette grille d’analyse au cas plus spécifique des relations avec l’Amérique centrale et la Caraïbe. Nous nous intéressons successivement aux trois grandes priorités de la politique étrangère trumpienne vis-à-vis de cette région, à savoir : la lutte contre l’immigration, la remise en cause du rapprochement avec Cuba engagé par Barack Obama, et enfin la réaffirmation de la doctrine Monroe et la désignation d’un nouvel « axe du mal ». Pour chacune de ces thématiques, nous présentons les actions entreprises par l’administration Trump puis montrons dans quelle mesure il est possible de les expliquer à l’aune de notre grille d’analyse.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Cet article se propose de tester une grille d’analyse des déterminants de la politique étrangère de Donald Trump, développée par les co-auteurs, en l’appliquant au cas spécifique de la politique de l’administration Trump vis-à-vis de l’Amérique centrale et de la Caraïbe. Il s’agira donc de voir dans quelle mesure notre grille d’analyse parvient à rendre compte des grandes orientations de la politique étrangère de Donald Trump vis-à-vis de cette région. La politique étrangère de Donald Trump est généralement décrite comme le fruit d’un processus chaotique, improvisé et fortement centralisé. Elle serait le fait d’un président impulsif, qui gouverne à l’instinct avec peu de consultations préalables. Elle serait en conséquence déstructurée voire contradictoire, caractérisée par des revirements spectaculaires tels que celui vis-à-vis du dirigeant nord-coréen Kim Jung-un, d’abord insulté et menacé puis accueilli à bras ouverts pour un sommet bilatéral avec le président des États-Unis. Pour autant, derrière cette apparence de chaos et d’incohérence, il nous semble possible de déceler l’influence récurrente de plusieurs considérations qui guident la prise de décision de l’administration Trump en termes de politique étrangère.

2Premièrement, quand bien même Donald Trump n’a pas engagé de démarche intellectuelle de formulation d’une doctrine de politique étrangère, il n’est pas pour autant dépourvu d’une vision du monde et de la place des États-Unis sur la scène internationale. Bien au contraire, ainsi que l’avait déjà souligné Thomas Wright pendant la campagne présidentielle de 2016, « une lecture attentive de certaines déclarations de Trump au cours des trois dernières décennies révèle qu’il dispose d’une vision du monde remarquablement cohérente et constante » (Wright, 2016). La vision que défend Donald Trump est celle d’une Amérique qui est affaiblie, qui ne gagne plus, qui n’est plus tout à fait souveraine (car ses frontières sont ouvertes et car elle subit l’activisme d’organisations internationales) ; une Amérique qui n’est plus respectée et dont les autres États profitent ; une Amérique qui se laisse piller et qui est devenue la risée du monde. Ce discours général s’incarne plus spécifiquement dans une dénonciation des grands accords de libre-échange, perçus comme défavorables aux États-Unis. Dès son entrée en fonction, Donald Trump a d’ailleurs retiré les États-Unis de l’accord de partenariat transpacifique (négocié par douze pays, des deux côtés de l’océan Pacifique), avant d’exiger par la suite une renégociation de l’accord de libre-échange nord-américain (qui lie les États-Unis, le Canada et le Mexique). De même, un autre aspect marquant de la vision trumpienne du monde est l’idée selon laquelle les États-Unis ne seraient pas suffisamment bien compensés pour leurs efforts et leur aide à travers le monde. Depuis les années 1980, Donald Trump n’a eu de cesse de critiquer les alliés américains, au premier rang desquels l’Allemagne et le Japon, accusés de ne pas payer assez pour la protection que leur fournissent les États-Unis. Enfin, sur le plan militaire, Donald Trump dépeint une armée américaine en crise, qui aurait été négligée pendant des années, et dont l’efficacité sur le champ de bataille serait réduite du fait de l’emprise du « politiquement correct ».

3Deuxièmement, la prise de décision de Donald Trump en termes de politique étrangère répond bien souvent à des considérations liées à des enjeux de politique interne. Alors qu’il a d’ores et déjà annoncé qu’il entendait être candidat à un second mandat en 2020, un certain nombre de ses initiatives semble ainsi conçu avant tout pour satisfaire sa base électorale ou un segment bien précis de l’électorat. La décision de transférer l’ambassade américaine en Israël à Jérusalem et, plus récemment, celle de reconnaître l’annexion par le gouvernement Netanyahu du plateau du Golan constituent de bons exemples de cette diplomatie électorale. Dans les deux cas, il s’agit de consolider le soutien dont il bénéficie auprès de la droite religieuse américaine, tout en essayant de rallier des électeurs juifs à sa cause.

4Enfin, troisièmement, il convient de relever l’influence de considérations liées à la personnalité de Donald Trump. La mégalomanie et l’égocentrisme du président américain jouent à n’en pas douter un rôle dans le processus de prise de décision. Par exemple, le choix de Donald Trump de rencontrer le dictateur nord-coréen Kim Jung-un découle tout autant de sa volonté de marquer l’histoire que de sa conviction qu’il dispose des talents de négociateurs nécessaires pour résoudre seul une crise que personne avant lui n’avait réussi à résoudre. Cet épisode met également en lumière l’absence totale de nuance et de subtilité chez un Donald Trump qui bascule des insultes (Kim Jung-un est qualifié de « petit et gros ») aux déclarations emphatiques (« nous sommes tombés amoureux »). L’égocentrisme de Donald Trump le rend par ailleurs influençable : il est facile de le séduire, dès lors que l’on flatte son ego (les exemples ne manquent pas : du Premier ministre japonais Shinzo Abe qui lui offre un club de golf en or, à Emmanuel Macron qui l’invite à assister au défilé militaire du 14 juillet, en passant par le président polonais Andrzej Duda qui cherche à le convaincre d’ouvrir une base militaire américaine permanente en Pologne en proposant de baptiser celle-ci « Fort Trump »…). L’importance que Donald Trump accorde aux relations interpersonnelles et sa volonté d’attirer l’attention sur lui expliquent de même sa préférence pour les approches bilatérales par rapport aux forums multilatéraux. Par exemple, premier président américain à ne pas s’être rendu au Sommet des Amériques, il reçoit néanmoins en tête à tête les présidents du Brésil, Panama, Colombie et Pérou, en parallèle à son voyage à New York pour l’assemblée générale des Nations Unies. Enfin, pour clore cette liste loin d’être exhaustive, remarquons avec Eliot A. Cohen (2019 : 142) que Donald Trump, engagé dans un « culte de sa propre masculinité », semble avoir du mal à nouer de bonnes relations avec les femmes dirigeantes qu’il côtoie (la Première ministre britannique Theresa May, la chancelière allemande Angela Merkel ou encore la ministre des affaires étrangères canadienne Chrystia Freeland).

5Dans quelle mesure ces trois grandes considérations permettent-elles d’expliquer la politique étrangère de Donald Trump vis-à-vis de l’Amérique centrale et de la Caraïbe ? Nous nous proposons de répondre à cette question en étudiant successivement les trois grands marqueurs de la politique de l’administration Trump vis-à-vis de cette région (à savoir, la lutte contre l’immigration, la remise en cause du rapprochement avec Cuba et la renaissance de la doctrine Monroe), et en montrant de quelle manière ils découlent d’une combinaison des déterminants que nous venons d’identifier. Nous procéderons pour chaque thématique en présentant dans un premier temps les actions entreprises par l’administration Trump, avant de passer ensuite à une phase explicative faisant appel aux éléments de notre grille d’analyse.

1. La lutte contre l’immigration

1.1. Les actions de Trump

6Dès les premiers moments de sa campagne électorale, la lutte contre l’immigration illégale a pris une place centrale pour Donald Trump. Lors de l’annonce de sa candidature à l’élection présidentielle, il alertait son auditoire de la situation à la frontière mexicaine et des conséquences sociales et économiques qu’elle pouvait avoir. Quelques mois plus tard, sa première publicité de campagne faisait, sur fond d’images anxiogènes, de la politique migratoire américaine l’une des principales responsables des maux de l’Amérique. En réponse à ce constat, Donald Trump a formulé une proposition iconique : la construction d’un mur, qui séparerait physiquement les États-Unis de l’Amérique latine. Bien que l’idée d’un mur ne soit pas née avec Trump et que la construction d’une barrière le long de la frontière avec le Mexique ait commencé en 1993 sous la présidence de Bill Clinton, le « Mur » s’est rapidement imposé comme le thème central de sa campagne. Initialement suggérée par Roger Stone en 2014 (Green, 2017), l’idée est évoquée dès son premier discours de campagne en 2015 dans lequel il précise « être le meilleur pour bâtir des murs […] les construire pour très peu cher » et affirmant qu’il ferait en sorte que « le Mexique [paie] pour le mur » (Trump, 2015). Dans son discours, le mur est censé régler, de manière quasi magique, les problèmes qu’il associe à l’immigration. Depuis son élection, Donald Trump traite la construction de ce mur comme une priorité et a été jusqu’à provoquer la fermeture partielle du gouvernement fédéral (« shutdown ») pour forcer – en vain – les démocrates à accepter de la financer. Finalement, pour contourner l’opposition de la Chambre des Représentants, contrôlée depuis janvier 2019 par les démocrates, Donald Trump a signé, le 15 février 2019, une déclaration d’urgence nationale dans le but de débloquer des fonds spéciaux sans avoir besoin de l’accord du Congrès.

7Si la construction du Mur est la proposition qui retient le plus l’attention, l’administration Trump a pris d’autres initiatives pour lutter contre l’immigration, qui touchent tout particulièrement les pays d’Amérique centrale. Tout d’abord, Donald Trump a menacé à plusieurs reprises de réduire voire d’annuler l’aide américaine aux trois pays du « triangle du nord », le Honduras, le Guatemala et le Salvador (Mills Rodrigo, 2018). En mai 2018, il réfléchissait à voix haute à un mécanisme qui verrait, pour chaque migrant venant d’un pays donné, une baisse de l’aide américaine à ce pays. En juillet puis en octobre 2018, il s’en prend par tweets interposés aux pays d’Amérique centrale, leur reprochant de ne pas stopper les migrants. En décembre 2018, une nouvelle volée de tweets accuse ces pays de profiter de l’aide américaine sans rien donner en retour. Enfin en mars 2019, Donald Trump va plus loin : affirmant que le Honduras, le Guatemala et le Salvador ont accepté pendant des années l’argent américain sans rien faire, il promet de suspendre l’aide à ces trois pays. Quelques jours plus tard, le Département d’État américain confirme qu’il a reçu l’ordre de Trump de cesser d’octroyer des fonds aux pays du Triangle d’or (Frazin, 2019). Ces menaces sont souvent accompagnées de propos dérogatoires, comme lorsque le président avait suggéré que ces États poussaient volontairement les citoyens « dont ils ne [voulaient] pas » à rejoindre les États-Unis illégalement pour faire baisser leur taux de criminalité (Da Silva, 2018).

8Autre élément de la lutte anti-migratoire de l’administration Trump, la remise en question du Temporary Protected Status (TPS), un statut spécial créé en 1990 et permettant aux immigrés de pays ayant subi une catastrophe naturelle ou un conflit armé de vivre et de travailler légalement aux États-Unis. Peu après le début de la présidence Trump, le département de Sécurité intérieure, avec à sa tête John Kelly, a souhaité réduire la liste des pays dont les citoyens pouvaient profiter du statut, retirant à ces derniers le droit de rester aux États-Unis et les exposant de fait à un risque d’expulsion. Au cours de l’année 2017, 90 % des bénéficiaires se retrouvèrent ainsi confrontés à la possibilité de se voir expulser des États-Unis suite aux modifications du programme apportées par l’administration Trump (Abramsky, 2019). Les critiques ont alors souligné à l’époque le manque d’humanité de ces décisions, puisque, d’un côté, les enfants nés aux États-Unis (et qui sont donc de facto citoyens américains) seraient séparés de leur famille et, de l’autre, des documents officiels du département d’État exprimaient des inquiétudes sur les menaces persistantes dans ces pays. En conséquence, le département avertissait qu’une vague d’immigration illégale était à prévoir puisque les personnes expulsées essaieraient de revenir aux États-Unis. La décision de suspendre le Temporaray Protected Status pour certains pays fait actuellement l’objet d’une bataille juridique. Si l’administration venait à l’emporter, pas moins de 58 000 Haïtiens, 260 000 Salvadoriens et 86 000 Honduriens pourraient en subir les conséquences et être exposés au risque d’une expulsion (Sullivan, Beittel et al., 2019). Le retour dans leurs pays d’origine d’un nombre aussi important de personnes serait profondément déstabilisateur d’une part, car ces pays, connaissant déjà de difficiles conditions économiques et sécuritaires, ne disposent probablement pas de la capacité d’accueillir autant de gens, et d’autre part, car l’économie de ces pays dépend en grande partie (à hauteur de presque 20 % du PIB) des flux d’argents venant de la diaspora.

1.2. Explications

9Trois éléments nous permettent de faire la lumière sur les décisions de l’administration concernant la question migratoire.

10Premièrement, il convient de noter l’influence de la vision du monde de Donald Trump. Pour le président américain, la porosité de sa frontière avec le Mexique signifierait que l’Amérique ne serait plus tout à fait souveraine. L’ouverture des frontières pose selon lui un problème à l’idée même d’État. Il répète ainsi à l’envi qu’un « pays sans frontière n’est pas un pays du tout » (Liptak, 2018). Qui plus est, il estime que les États-Unis doivent être capables de contrôler dans les moindres détails ce qui entre et ce qui sort de leur territoire qu’il s’agisse de population ou de marchandise. « Contrôler » signifie ici, et pour Trump, maîtriser l’impact pour les États-Unis. S’il s’agit de marchandises, ils doivent pouvoir en maîtriser le prix (généralement au travers des politiques protectionnistes comme les droits de douane) pour qu’il n’ait pas un impact négatif pour les produits américains. S’il s’agit de personnes, elles sont vues comme de potentiels agents perturbateurs sur le plan économique et sur le plan culturel. Le président américain est guidé par une vision conservatrice et nationaliste qui perçoit l’immigration comme une menace potentielle au mode de vie américain. Ainsi, insiste-t-il régulièrement sur le lien entre immigration et crime, drogue, viol et chômage. De plus, l’on peut penser que la politique anti-migratoire de l’administration Trump est au moins partiellement motivée par des sentiments racistes. La perte de souveraineté serait alors due au sentiment de « ne plus être chez soi », de subir un changement culturel progressif qui ne correspond plus à l’image que se fait Trump de l’Amérique. Quoiqu’il en soi, l’idée sous-jacente à cette perte de souveraineté est celle d’une perte de contrôle politique, économique et culturel des Américains sur leur territoire.

11Le deuxième élément explicatif de notre grille d’analyse a trait à la personnalité de Donald Trump. Le président attend des contreparties concrètes et immédiates à l’aide américaine fournie aux États d’Amérique latine. Le « retour sur investissement » doit être aussi rapide que possible, visible de tous et lui permettre d’être mis en valeur. L’on pourrait penser que cette exigence découle du caractère de businessman de l’ancien magnat de l’immobilier, du fait qu’il appréhende les relations entre États comme il appréhende la concurrence entre firmes. Mais les États ne sont pas altruistes par nature, ils attendent toujours une rétribution aux aides qu’ils distribuent. L’espoir d’un gain futur existe toujours, même s’il n’est que symbolique. La spécificité de l’action de Trump n’est donc pas dans ce calcul. Ce qui fait sa spécificité est la nature de la rétribution attendue. En effet, c’est l’insistance sur un retour immédiat, direct et « palpable » et la non-prise en compte de facteurs plus abstraits comme l’influence, la réputation ou le développement des pays étrangers qui donnent aux actions de l’administration Trump leur caractère inédit. Dans la grande majorité des cas, les aides accordées par les États-Unis aux pays émergents visent justement à contribuer à y améliorer les conditions de vie (à travers le développement économique, social, l’éducation et la sécurité), avec comme postulat sous-jacent que de meilleures conditions de vie inciteront les ressortissants de ces pays à y rester. Autrement dit, les aides aux pays d’Amérique centrale que Trump souhaite fortement diminuer en réponse à l’afflux de migrants aux États-Unis ont été créées précisément pour que, à terme, ce phénomène d’immigration illégale ne se produise plus – elles visent à s’attaquer non pas aux symptômes, mais à la racine du problème. Dans cette optique, les politiques proposées par l’administration Trump semblent contre-productives en ce qu’elles ignorent les causes premières de ces aides et leur utilité sur le temps long (Hofstetter, 2018). Mais puisque les États-Unis ne tirent pas immédiatement profit de ces aides, mesurées en termes de baisse observable du nombre de migrants, elles sont jugées inefficaces. Cette inefficacité perçue vient alimenter le discours trumpien dépeignant des États-Unis incapables de voir que les autres États profitent d’eux, au point d’être devenus la risée du monde. Enfin, de façon plus générale, remarquons que Donald Trump semble faire preuve d’une étonnante déconsidération pour tout ce qui est immatériel, c’est-à-dire pour ce qui ne contribue pas visuellement et de manière quantifiable – voire physique – à la puissance et à la sécurité américaine. La proposition de budget de l’administration Trump pour l’année fiscale 2020 est à ce titre révélatrice : elle prévoit une réduction de 30 % du budget du département d’État et une augmentation du budget du ministère de la Défense (pourtant déjà plus de vingt fois supérieur). De même, elle recommande de réduire de 25 % l’aide pour l’Amérique centrale tout en prévoyant d’allouer plus de huit milliards de dollars (vingt-deux fois le total de l’aide pour l’Amérique centrale) pour la construction du mur à la frontière avec le Mexique (Isacson et Hite, 2019).

12Enfin, dernier élément qui nous permet de caractériser la politique migratoire de Donald Trump, son exploitation électoraliste. La question du mur constitue, nous l’avons dit, un enjeu politique vital pour le président américain. Il s’agit, en effet, d’une des propositions centrales de sa campagne et d’un des piliers du soutien dont il bénéficie vis-à-vis de sa base électorale. Dans l’optique de sa réélection en 2020, il estime qu’il lui faut montrer des progrès sur ce front, sous peine de voir son image écornée auprès de sa propre base. Par ailleurs, Donald Trump a placé l’immigration au cœur de la campagne des élections de mi-mandat de 2018, cherchant ainsi à mobiliser ses fidèles. Le président américain n’a pas hésité à grossir le trait et à adopter une rhétorique anxiogène. Il a par exemple suggéré que les migrants d’Amérique latine qui cherchent à entrer aux États-Unis sont affiliés de près ou de loin avec le gang Mara Salvatrucha. Il a de même monté en épingle la menace que représentait la « caravane de migrants », partie d’Amérique centrale, énonçant sans preuve sur Twitter que, parmi les milliers de personnes qui la composaient, se trouvaient « des criminels et des personnes non identifiées provenant du Moyen-Orient ». Il a été jusqu’à dépeindre cette caravane comme une « invasion », décidant en réponse de déployer plusieurs milliers de troupes militaires à la frontière avec le Mexique. Une fois les élections passées – et la défaite des républicains actée – la menace que représenterait la « caravane de migrants » a disparu aussi rapidement qu’elle était apparue dans le discours présidentiel. La suspension de l’aide américaine aux pays du « triangle du nord » s’inscrit partiellement dans cette logique électoraliste : elle vise à montrer un président actif, qui prend des mesures concrètes pour lutter contre l’immigration. Donald Trump privilégie ici une approche court-termiste à même de satisfaire son électorat, à une approche à long terme, patiente et discrète, qu’il est difficile de valoriser auprès d’une base impatiente et radicalisée.

2. La remise en cause du rapprochement avec Cuba

2.1. Les actions de Trump

13Pendant la campagne présidentielle de 2016, Donald Trump a d’abord adopté une position conciliante vis-à-vis de la politique d’ouverture engagée par Barack Obama. S’il ne peut s’empêcher de critiquer le président démocrate, il s’exprime néanmoins positivement sur le principe d’un rapprochement avec le régime cubain. Pour autant, une rupture intervient en septembre 2016, à quelques semaines des élections présidentielles. Ainsi, lors d’un discours à Miami, en Floride, Donald Trump annonce finalement que, s’il était élu, il reviendrait sur l’accord négocié par Obama (Piccone, 2018).

14Une fois au pouvoir, le nouveau président ne se lance pas immédiatement dans le détricotage de cet accord, mais engage un processus d’évaluation de la politique d’ouverture prônée par son prédécesseur. Les différents services consultés se rejoignent en exprimant une opinion positive des effets du rapprochement avec Cuba. Donald Trump ignore cependant l’avis de la bureaucratie fédérale et confie à deux élus républicains de Floride, tous les deux fils d’immigrés cubains et réputés pour leur défense d’une ligne dure vis-à-vis du régime castriste – le sénateur Marco Rubio et le représentant Mario Díaz-Balart – la tâche de déconstruire la politique d’ouverture vers Cuba (LeoGrande, 2017).

15En juin 2017, Donald Trump se rend à Miami pour annoncer une réorientation de la politique cubaine des États-Unis. Ce discours, particulièrement virulent, acte un retour en arrière tant sur le plan de la rhétorique que sur le plan des actions. Pour autant, les mesures présentées par Donald Trump s’avèrent alors relativement limitées et ne constituent qu’un détricotage partiel de la politique d’ouverture d’Obama (LeoGrande, 2017). Certes, l’administration Trump impose une restriction des transactions avec certaines des sociétés liées au régime (une liste de sociétés avec lesquelles il est interdit de commercer sera publiée peu après) et introduit de nouvelles règles plus strictes concernant les voyages vers Cuba. Néanmoins, le gouvernement américain ne va pas jusqu’à prohiber toute forme de voyages vers l’île et n’interdit pas l’envoi d’argent des États-Unis vers Cuba. De même, l’évolution de la politique américaine ne prend pas la forme d’une rupture des relations diplomatiques avec le régime cubain ni d’une désignation du régime comme État sponsor du terrorisme. Enfin, l’administration Trump continue à ce moment-là de suspendre l’application du titre III de la loi Helms-Burton de 1996 (qui autoriserait des Américains à porter plainte contre quiconque « profiterait » de biens qui ont été nationalisés ou confisqués après la révolution de 1959).

16Depuis, l’administration Trump a poursuivi sa politique de déconstruction du rapprochement engagé par Barack Obama. Un nouveau tournant est intervenu en avril 2019 (Gámez Torres, 2019). John Bolton, le conseiller à la sécurité nationale du président Trump, a annoncé lors d’un discours à Miami que les États-Unis imposeraient désormais un plafond de 1000 dollars par personne tous les trois mois pour les transferts d’argent de résidents américains vers Cuba (l’administration Obama n’avait pas fixé de limite). De même, de nouvelles restrictions relatives aux voyages à Cuba seront mises en œuvre dans l’objectif de lutter contre ce que John Bolton a désigné comme le « tourisme voilé » (le détail de ces nouvelles restrictions n’avait pas été clarifié au moment de la rédaction de cet article, mais il semblerait que seuls les voyages pour raison familiale pourraient être épargnés). Par ailleurs, le secrétaire d’État américain aux affaires étrangères, Mike Pompeo, a annoncé que l’administration Trump avait finalement décidé de ne plus suspendre l’application du titre III de la loi Helms-Burton (Daugherty et Wilner, 2019). Il s’agit là d’une rupture symboliquement très forte : depuis 1996, l’ensemble des présidents américains – démocrates comme républicains – avait bloqué l’entrée en vigueur de cette disposition. À partir de mai 2019, il sera désormais possible pour les citoyens américains d’origine cubaine de porter plainte contre toute entreprise dont les activités impliquent l’usage de biens qui ont été nationalisés ou confisqués par le régime cubain après 1959. Sont surtout concernées des sociétés européennes et canadiennes, qui n’étaient pas soumises au blocus américain de l’île et qui ont donc pu nouer des relations commerciales avec des sociétés cubaines. L’Union européenne a d’ailleurs réagi avec véhémence, dénonçant le caractère extraterritorial de la législation américaine (c’est-à-dire le fait qu’elle vise à réguler l’activité à l’étranger d’entreprises étrangères). Il est probable que la décision américaine suscite en réponse une plainte devant l’organisation mondiale du commerce, voire l’adoption par l’UE de contre-mesures.

2.2. Explications

17La remise en cause du rapprochement avec Cuba peut s’expliquer par deux facteurs complémentaires, ayant trait à la personnalité de Trump ainsi qu’à des considérations électorales.

  • 1 En anglais : « There’s the Obama Doctrine, and the ‘Fuck Obama’ Doctrine. We’re the ‘Fuck Obama’ Do (...)

18Premièrement, en ce qui concerne la personnalité de Donald Trump, celui-ci apparaît porté par une véritable haine à l’égard de Barack Obama, qui le pousse à faire le contraire de son prédécesseur. Avant même d’atteindre la fonction suprême, Donald Trump s’était fait remarquer en défendant ouvertement la théorie complotiste – et non dénuée de racisme – selon laquelle Barack Obama ne serait pas né à Hawaï et n’avait donc pas le droit d’être candidat à la présidence. Depuis sa prise de fonction, Donald Trump a entrepris de déconstruire l’héritage de Barack Obama, en s’attaquant à ses principaux succès, tant en termes de politique interne que de politique externe. Trump a par exemple sorti les États-Unis des accords de Vienne sur le nucléaire iranien et de Paris sur le climat, a aboli certaines régulations pro-environnementales adoptées par l’administration Obama, et a cherché à défaire la grande réforme de l’assurance-santé surnommée « Obamacare ». Cette vendetta anti-Obama est assumée comme telle par des proches de Donald Trump. Un ami du président républicain expliquait ainsi à Jeffrey Goldberg (2018), qu’en politique étrangère, « il y a la doctrine Obama et la doctrine “j’emmerde Obama”. Nous sommes la doctrine “j’emmerde Obama”1 ». La politique de Donald Trump vis-à-vis de Cuba s’inscrit indéniablement dans cette logique : elle entend revenir et inverser ce qui avait été l’un des actes forts de la présidence Obama.

19Deuxièmement, la remise en cause de la normalisation des relations avec Cuba par Donald Trump découle également de considérations électorales. Nous l’avons dit, la position du président républicain sur cette question a évolué et il est symbolique que le pivot soit non seulement intervenu à quelques semaines des élections présidentielles, mais aussi qu’il ait été annoncé lors d’un discours à Miami en Floride. La Floride est en effet un État clé dans la course à la présidence. Le système électoral américain, particulièrement complexe, ne prévoit pas l’élection du président au suffrage universel direct, mais au suffrage indirect. Les citoyens élisent en fait de grands électeurs qui désignent ensuite le président. L’élection de ces grands électeurs se fait au niveau de chacun des États fédérés, dont la Floride. Cette dernière rapporte beaucoup de grands électeurs et s’avère particulièrement compétitive (elle bascule régulièrement soit du côté démocrate, soit du côté républicain). À ce titre, la Floride est l’un des plus importants « États pivots » – ce que l’on appelle en anglais un « swing state » (États où se joue véritablement le résultat de l’élection présidentielle).

20La Floride dispose d’une forte population hispanique et tout particulièrement d’origine cubaine. Obtenir le soutien de cette frange de l’électorat peut s’avérer décisif pour remporter l’État et la présidence. En cela, il est clair que le discours de Donald Trump en septembre 2016 à Miami, dans lequel il annonça son intention de revenir sur la politique d’ouverture d’Obama, s’adressait directement aux électeurs locaux d’origine cubaine, avec l’objectif de les rallier à sa candidature. Ces électeurs qui, eux-mêmes ou dont les ancêtres, ont bien souvent fui Cuba à la suite de la révolution castriste, défendent généralement une ligne dure face au régime actuel.

3. Le retour de la doctrine Monroe et la désignation d’un nouvel « axe du mal »

3.1. Les actions de Trump

21L’administration Trump a ravivé deux des concepts les plus décriés de la politique étrangère américaine, faisant renaître de ses cendres la doctrine Monroe et regroupant Cuba, le Nicaragua et le Venezuela sous l’épithète de la « troïka de la tyrannie », qui rappelle bien sûr la notion d’« axe du mal » qu’avait développée l’administration de George W. Bush.

22La doctrine Monroe, du nom du cinquième président des États-Unis, James Monroe, date de 1823 et a initialement été conçue pour préserver le continent américain des luttes d’influence entre puissances européennes (avec en contrepartie, la non-intervention de Washington dans les affaires européennes). Néanmoins, la doctrine Monroe a progressivement été réinterprétée et s’est finalement transformée, notamment avec le « corollaire Roosevelt » de 1904, pour recouvrir un droit à l’intervention des États-Unis dans les affaires internes des pays d’Amérique latine. D’un mécanisme de protection contre le colonialisme européen, elle devient de fait le symbole d’un impérialisme américain qui se matérialise tout au long du XXe siècle par une série d’interventions, armées ou non, publiques ou secrètes, de Washington dans les affaires domestiques de ses voisins du sud. La doctrine Monroe avait finalement été abandonnée officiellement par l’administration Obama, le ministre des Affaires étrangères de l’époque, John Kerry, déclarant en 2013 : « L’ère de la doctrine Monroe est révolue ».

23L’administration Trump l’a ressuscitée. En février 2018, le nouveau secrétaire d’État aux Affaires étrangères américain, Rex Tillerson énonce ainsi, à la veille d’un déplacement en Amérique latine : « Je pense qu’elle est aussi pertinente aujourd’hui que le jour où elle a été écrite ». À sa décharge, Rex Tillerson mobilise alors la doctrine Monroe pour mettre en garde contre les tentatives de la Chine et de la Russie de prendre pied en Amérique latine : il fait donc référence au sens originel de la doctrine Monroe (la lutte contre les ingérences de puissances étrangères dans le continent américain) – même s’il démontre au passage une méconnaissance flagrante de l’histoire de la doctrine et de ce qu’elle représente pour les pays latino-américains (Gramer et Johnson, 2018).

24Toute subtilité de la part de l’administration Trump sur ce sujet vole en éclat avec l’arrivée de John Bolton au poste de conseiller à la sécurité nationale du président. Bolton embrasse ouvertement la doctrine Monroe dans tout ce qu’elle recouvre d’unilatéralisme et d’arrogance américains. Dans une interview à la télévision au début du mois de mars 2019, il déclare ainsi, pour justifier l’implication de Washington dans la crise politique au Venezuela : « Dans cette administration, nous n’avons pas peur d’utiliser [l’expression] “doctrine Monroe”. C’est un pays qui est dans notre hémisphère » (Jativa, 2019. Nous soulignons). De même, le 17 avril 2019, le jour anniversaire de l’invasion ratée de la baie des cochons, John Bolton livre un discours à Miami devant des vétérans de cette opération, lors duquel il affirme : « Aujourd’hui, nous proclamons fièrement pour que chacun puisse l’entendre : la doctrine Monroe est vivante et en pleine forme » (Bolton, 2019).

25À la renaissance de la doctrine Monroe vient s’ajouter la désignation d’un nouvel « axe du mal », ciblant trois pays d’Amérique latine : Cuba, le Nicaragua et le Venezuela. C’est dans un discours à Miami, quelques jours avant les élections de mi-mandat de novembre 2018, que John Bolton a remis au goût du jour cette notion, dénonçant une « troïka de la tyrannie, un triangle de la terreur » et s’en prenant aux « forces destructrices de l’oppression, du socialisme et du totalitarisme » (Bolton, 2018). Le conseiller à la sécurité nationale du président Trump y défend la vision d’un continent entièrement libre, c’est-à-dire non seulement démocratique, mais, surtout, débarrassé du « socialisme ». Ne craignant pas les envolées lyriques, John Bolton dresse le tableau d’une opposition radicale entre le « socialisme » d’un côté et le rêve américain et la liberté de l’autre, duquel il déduit la nécessité morale pour les États-Unis de soutenir le changement de régime et la démocratisation à Cuba, au Nicaragua et au Venezuela. John Bolton a poursuivi dans cette voie lors de son discours du 17 avril 2019 devant les vétérans de la baie des cochons dont il veut « honorer le courage […] en confrontant vigoureusement les horreurs du socialisme et du communisme dans cet hémisphère » (Bolton, 2019). Donald Trump lui-même a tenu un discours similaire, toujours à Miami, en février 2019. S’adressant à la communauté américaine d’origine vénézuélienne, il s’était alors lancé dans une diatribe contre le régime de Nicolas Maduro et plus généralement contre le socialisme, une « idéologie triste et discréditée » (le terme « socialisme » apparaît à 29 reprises dans son discours ; Trump, 2019).

  • 2 En anglais : “Under this administration, we don’t throw dictator lifelines. We take them away”.

26Certains propos de John Bolton peuvent surprendre quand on les confronte à la réalité de la politique étrangère américaine sous Donald Trump. Il en va notamment ainsi quand il affirme que, « sous cette administration, nous [n’aidons] pas les dictateurs. Nous les renversons2 » (Bolton, 2019) ; ou encore quand il énonce que « ce président, et toute son administration se tiendront aux côtés des combattants pour la liberté » (Bolton, 2018). Ces déclarations sont en effet difficilement réconciliables avec la réaffirmation du soutien de Washington au régime saoudien après l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, dans des conditions particulièrement horribles, en Turquie, de même qu’avec les éloges de Donald Trump envers le dictateur nord-coréen Kim Jung-un. L’administration Trump ne s’est pas convertie sur le tard à la défense des droits de l’homme et de la démocratie. Donald Trump a toujours été très clair sur la nécessité de privilégier la défense de l’intérêt national américain plutôt que la promotion des valeurs américaines. Pour Barry Posen, le président Trump se distingue d’ailleurs de ses prédécesseurs en cela qu’il aurait renoncé au rôle de leader moral, de représentant du « monde libre » qu’incarnent depuis 1945 les États-Unis, et aurait donné un tournant illibéral à la politique étrangère américaine (Posen, 2018). En cela, le nouvel « axe du mal » qu’a introduit l’administration Trump ne répond pas à un simple effort de promotion de la démocratie.

3.2. Explications

27La renaissance de la doctrine Monroe et le retour de la lutte contre le socialisme en Amérique latine trouvent leur origine à la fois dans la vision du monde portée par Donald Trump et dans des considérations électorales.

28Premièrement, pour faire face à sa représentation d’une Amérique qui ne gagne plus et qui n’est plus respectée, Donald Trump défend la nécessité de « rendre l’Amérique grande de nouveau ! » (« Make America great again! »). Il veut donc imposer l’idée d’une Amérique de retour, souveraine, ferme, prête à défendre ses intérêts, et qui ne s’excuse pas. L’Amérique de Donald Trump est une Amérique qui ne se laisse pas faire et qui s’assume comme la grande puissance qu’elle est. Dans son article sur la politique étrangère de Trump, Jeffrey Goldberg (2018) rapporte que plusieurs conseillers du président républicain ont décrit en des termes similaires l’approche de Donald Trump. Le plus percutant d’entre eux énonçant ainsi : « Il existe assurément une doctrine Trump. La doctrine Trump est “We’re America, Bitch” ». Et ce conseiller d’enchaîner : Donald Trump « n’a pas l’impression qu’il a à s’excuser pour quoi que ce soit que l’Amérique fasse ».

29Dans ce contexte, la renaissance de la doctrine Monroe prend tout son sens : elle participe de cette vision trumpienne d’une Amérique qui ne regrette rien, convaincue de son bon droit, et qui a enfin le courage de réaffirmer son emprise sur « son » hémisphère. La désignation d’un nouvel axe du mal s’inscrit dans cette même logique : l’Amérique de Donald Trump ne tolère pas la double insulte que représente le maintien de régimes antiaméricains et socialistes dans « son » hémisphère. L’apaisement et la négociation qu’avait poursuivis Barack Obama sont pour elle un signe de faiblesse. L’Amérique de Donald Trump ne se laissera pas bousculer et critiquer par quelques dictateurs latino-américains. Elle attend le respect docile que mérite à ses yeux le fait qu’elle est l’Amérique. À ce titre, l’approche de Donald Trump apparaît profondément arrogante et immature : elle consiste à rouler des mécaniques et à faire ce que bon lui semble, sans considération pour les autres, simplement parce qu’elle le peut. Comme l’écrit Jeffrey Goldberg (2018), la doctrine s’apparente à « un doigt d’honneur dirigé à un monde froid et injuste, un monde qui ne respecte plus la puissance et les privilèges américains ».

30À cette première dimension, s’ajoutent des considérations électorales. En plaçant au cœur de sa stratégie pour l’Amérique latine la lutte contre le socialisme, Donald Trump cherche à établir une continuité entre politique externe et politique interne. Alors que le terme de « socialisme » a longtemps été tabou aux États-Unis, il est depuis peu assumé par certaines figures démocrates, telles que le sénateur Bernie Sanders (candidat à l’investiture démocrate pour l’élection présidentielle de 2020) ou la représentante Alexandria Ocasio-Cortez. Pour autant, il demeure un chiffon rouge pour une bonne partie de l’électorat conservateur. En s’inscrivant ouvertement dans un combat contre le socialisme, Donald Trump espère ainsi faire de cette question l’un des marqueurs forts de sa campagne pour sa réélection de 2020. Il cherche à replacer au cœur du débat partisan américain la notion de socialisme, estimant qu’elle permettra de rallier autour de sa candidature les conservateurs hésitants. Cette dimension de politique interne transparaît dans les discours de John Bolton et Donald Trump évoqués ci-dessus. Ainsi, le conseiller à la sécurité nationale espérait mettre fin « à la glorification du socialisme et du communisme », et énonçait que « nous devons rejeter toutes les forces du communisme et du socialisme dans cet hémisphère – et dans ce pays » (Bolton, 2019. Nous soulignons). De son côté, Donald Trump affirmait : « Et pour ceux qui voudraient essayer d’imposer le socialisme aux États-Unis, nous délivrons de nouveau un message très simple : l’Amérique ne sera jamais un pays socialiste » (Trump, 2019).

Conclusion

31Il ressort de cette étude que la politique étrangère de l’administration Trump vis-à-vis de l’Amérique centrale et de la Caraïbe est fortement marquée par la personnalité du président américain. Elle découle en effet à la fois de la vision du monde singulière que défend Donald Trump, d’un pragmatisme – pour ne pas dire d’un opportunisme – électoraliste, et d’un certain nombre de traits de caractère propre à ce personnage atypique. Cette hyperpersonnalisation de la politique étrangère américaine pourrait laisser penser – et certains diraient espérer – que nous avons affaire à une simple parenthèse dans la diplomatie états-unienne qui se refermera avec le départ de Donald Trump de la présidence. Nous n’en sommes pas si sûrs. Que Donald Trump imprègne de sa marque sa politique étrangère est évident, mais il serait erroné de croire qu’il impose systématiquement son point de vue à des conseillers récalcitrants. La réorientation de la politique cubaine des États-Unis est portée depuis des années par une frange importante de l’électorat et de l’establishment républicain, dont l’influent sénateur de Floride Marco Rubio. La lutte contre les régimes socialistes en Amérique latine n’est pas qu’une lubie du président et de son conseiller à la sécurité nationale John Bolton : elle bénéficie d’un large soutien parmi les élus républicains et s’inscrit d’ailleurs dans la continuité des pratiques américaines tout au long du 20e siècle. En cela, la conclusion – peut-être décourageante – à laquelle nous parvenons est que, au moins vis-à-vis de l’Amérique centrale et de la Caraïbe, la politique étrangère américaine actuelle est probablement tout aussi trumpienne que républicaine…

Haut de page

Bibliographie

Abramsky, S. (2019). “Why Does Trump Want to Terminate Temporary Protected Status?”, The Nation, URL : <https://www.thenation.com/article/tps-immigration-trump-family-separation/>

Bolton, J. (2018). “Remarks by National Security Advisor Ambassador John R. Bolton on the Administration’s Policies in Latin America”, discours prononcé à Miami le 2 novembre 2018, URL: https://www.whitehouse.gov/briefings-statements/remarks-national-security-advisor-ambassador-john-r-bolton-administrations-policies-latin-america/

Bolton, J. (2019). “Ambassador Bolton Bay of Pigs Veterans Association-Brigade 2506”, discours prononcé à Miami le 17 avril 2019, URL : <https://cu.usembassy.gov/ambassador-bolton-bay-of-pigs-veterans-association-brigade-2506/>

Cohen, E.A. (2019). “America’s Long Goodbye”, Foreign Affairs, 98 (1): 138–146.

Da Silva, C. (2018). “Trump Threatens to Cut off Foreign Aid to Illegal Immigration at U.S. Border”, Newsweek, URL : <https://www.newsweek.com/trump-threatens-cut-foreign-aid-stop-illegal-immigration-us-border-943330>

Daugherty, A. & M. Wilner (2019). “Trump will allow Cuban Americans to Sue for Confiscated Property in Cuba”, Miami Herald, URL: <https://www.miamiherald.com/news/nation-world/world/americas/cuba/article229321599.html>.

Frazin, R. (2019). “US halting aid to El Salvador, Guatemala and Honduras”, The Hill, URL : <https://thehill.com/latino/436579-us-halting-aid-to-el-salvador-guatemala-and-honduras>

Gámez Torres, N. (2019). “U.S. restricts travel, remittances to Cuba as part of a new policy under Trump”, Miami Herald, URL: <https://www.miamiherald.com/news/nation-world/world/americas/cuba/article229341009.html>.

Goldberg, J. (2018). “A Senior White House Official Defines the Trump Doctrine: ‘We’re America, Bitch’”, The Atlantic, URL: <https://www.theatlantic.com/politics/archive/2018/06/a-senior-white-house-official-defines-the-trump-doctrine-were-america-bitch/562511/>.

Gramer, R. et K. Johnson (2018). “Tillerson Praises Monroe Doctrine, Warns Latin America of ‘Imperial’ Chinese Ambitions”, Foreign Policy, URL: <https://foreignpolicy.com/2018/02/02/tillerson-praises-monroe-doctrine-warns-latin-america-off-imperial-chinese-ambitions-mexico-south-america-nafta-diplomacy-trump-trade-venezuela-maduro/>.

Green, J. (2017). Devil’s Bargain: Steve Bannon, Donald Trump, and the Nationalist Uprising, New York, Penguin Books.

Hofstetter, J. (2018). “The Underlying Flaw in the Trump Administration’s Approach to Central American Aid”, Lawfare, URL: <https://www.lawfareblog.com/underlying-flaw-trump-administrations-approach-central-american-aid>.

Isacson A. et A. Hite (2019). “President Trump’s 2020 Budget Request Proposes a Dark but Unlikely Future for Aid to Latin America”, WOLA, URL: <https://www.wola.org/analysis/president-trump-2020-budget-request-proposes-dark-unlikely-future-assistance-latin-america/>.

Jativa, D. (2019). “John Bolton: ‘We're not afraid to use the word Monroe Doctrine’”, The Washington Examiner, URL: <https://www.washingtonexaminer.com/news/john-bolton-were-not-afraid-to-use-the-word-monroe-doctrine>.

LeoGrande, W.M. (2017). “Reversing the Irreversible: President Donald J. Trump’s Cuba Policy”, IdeAs, URL : <http://journals.openedition.org/ideas/2258>, n° 10.

Liptak, K. (2018). “Trump: ‘A country without borders is not a country at all’”, CNN, URL: <https://edition.cnn.com/politics/live-news/immigration-border-children-separation/h_ad6ca98110f97e9c621dd700ea938057>.

Mills Rodrigo, C. (2018). “Trump threatens to cut aid to Honduras, Guatemala and El Salvador”, The Hill, URL: <https://thehill.com/latino/423089-trump-threatens-to-cut-aid-to-honduras-guatemala-and-el-salvador>.

Piccone, T. (2018). “U.S.-Cuban relations are about to get worse”, Order from Chaos (Brookings), URL: <https://www.brookings.edu/blog/order-from-chaos/2018/04/16/u-s-cuban-relations-are-about-to-get-worse/>.

Posen, B.R. (2018). “The Rise of Illiberal Hegemony: Trump’s Surprising Grand Strategy”, Foreign Affairs, 97 (2): 20–27.

Sullivan, M.P., J.S. Beittel, N.F. De Bruyne, P.J. Meyer, C.R. Seelke, M. Taft-Morales & M.A. Villareal (2019). “Latin America and the Caribbean: Issues in the 115th Congress”, Congressional Research Service Report.

Trump, D.J. (2015). “Donald Trump’s Presidential Announcement Speech”, à New York, le 16 juin 2015, URL: <http://time.com/3923128/donald-trump-announcement-speech/>

Trump, D.J. (2019). “Remarks by President Trump to the Venezuelan American Community”, discours prononcé à Miami le 18 février 2019, URL : <https://www.whitehouse.gov/briefings-statements/remarks-president-trump-venezuelan-american-community/>

Wright, T. (2016). “Trump’s 19th-century Foreign Policy”, Politico, URL: <https://www.politico.com/magazine/story/2016/01/donald-trump-foreign-policy-213546>.

Haut de page

Notes

1 En anglais : « There’s the Obama Doctrine, and the ‘Fuck Obama’ Doctrine. We’re the ‘Fuck Obama’ Doctrine »

2 En anglais : “Under this administration, we don’t throw dictator lifelines. We take them away”.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Rouby et Adrien Schu, « Rendre compte de la politique étrangère américaine à l’ère de Trump : le cas des relations avec l’Amérique centrale et la Caraïbe », Études caribéennes [En ligne], 42 | Avril 2019, mis en ligne le 15 avril 2019, consulté le 12 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/15908

Haut de page

Auteurs

Eric Rouby

Docteur en science politique, Attaché Temporaire d’Enseignement et de Recherche (ATER), Centre Montesquieu de Recherches Politiques de l’Institut de Recherche Montesquieu (CMRP-IRM), Université de Bordeaux, eric.rouby@gmail.com

Adrien Schu

Maître de conférences en science politique, Centre Montesquieu de Recherches Politiques de l’Institut de Recherche Montesquieu (CMRP-IRM), Université de Bordeaux, adrien.schu@u-bordeaux.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals