Navigation – Plan du site
Un système socio-économique marqué par le dualisme productif

Le tourisme est-il aujourd’hui sur une trajectoire de développement durable à la Guadeloupe ? Nécessité de concilier compétitivité, productivité et durabilité

Is Tourism in Guadeloupe on a Sustainable Path Today? Need to Conciliate Competitiveness, Productivity and Sustainability
Louis Dupont

Résumés

Comment inscrire davantage le tourisme dans la durée et contribuer à la réalisation des objectifs du développement durable reste un problème qui appelle une attention urgente à la Guadeloupe. Le présent document a pour objet de déterminer les principales questions à aborder pour évaluer la durabilité du tourisme dans ce territoire. Dans ce contexte, il cherche à vérifier si cette destination est engagée ou non sur la voie d’un développement durable. Aussi, l’objectif principal de cette étude est de mesurer à partir d’un cadre conceptuel précis, la durabilité ou viabilité de l’activité touristique à la Guadeloupe, en croisant différentes méthodes d’analyse et d’évaluation telles que : le modèle du cycle de vie de Butler, un modèle d’optimisation à objectifs multiples, l’analyse par enveloppement des données, et un modèle d’évaluation de l’indice de la performance durable du tourisme. Les résultats enregistrés sont concordants et témoignent de l’existence en Guadeloupe de relations synergiques fortes entre les concepts de compétitivité, de productivité et de durabilité. Ils révèlent également une durabilité faible de l’activité touristique, une contribution limitée du tourisme à l’économie et à la création d’emplois, et un faible indice d’éco-efficacité face à la contrainte carbone.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le développement durable est un des principaux défis du XXIe siècle et un des paradigmes qui suscite aujourd’hui un grand intérêt parmi les chercheurs. Le 25 septembre 2015, 193 dirigeants de la planète ont adopté dans le cadre de l’ONU, un audacieux et ambitieux programme de développement durable, assorti de 17 objectifs de développement durable (ODD) et leurs 169 cibles (sous-objectifs) qui forment la clé de voûte de l’agenda arrêté pour 2030. L’importance du concept est reconnue depuis plusieurs années par différentes institutions et par de nombreux auteurs, qui admettent que le but principal du développement durable est de parvenir à un ensemble de décisions qui améliore les conditions de vie du présent sans mettre en danger les ressources pour les générations futures. Le tourisme figure en bonne place dans les objectifs 8, 12 et 14 de ce programme, car, il est considéré comme l’un des ressorts de la croissance économique mondiale et représente aujourd’hui selon l’OMT, 1 emploi sur 11 à travers le monde. La contribution du tourisme à la création d’emplois est reconnue dans la cible 89 de l’agenda. Atteindre les objectifs de développement durable en matière de tourisme est par conséquent une ambition noble, portée aujourd’hui par plusieurs organismes tels que le programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) et l’organisation mondiale du tourisme (OMT). Cette dernière (1999) a défini le tourisme durable comme « un tourisme qui tient pleinement compte de ses impacts économiques, sociaux et environnementaux actuels et futurs, en répondant aux besoins des visiteurs, des professionnels, de l’environnement et des communautés d’accueil », Ainsi défini, le tourisme durable, en tant qu’activité transversale, représente un défi d’une importance fondamentale pour tous les acteurs engagés dans ce secteur d’activité. Cependant, cette ambition passe par la nécessité de réaliser de bonnes performances sur le plan de la compétitivité et de la productivité du secteur. Elle passe aussi par la nécessité de livrer une gestion rationnelle des ressources afin de fournir à la clientèle locale et aux visiteurs, des biens et services en quantité, qualité et coûts adéquats (notamment l’hébergement, la restauration, les transports aériens, maritimes et terrestres, les infrastructures de base, l’eau, l’énergie électrique, la collecte et le traitement des déchets ménagers et assimilés, l’environnement et l’hygiène du milieu, les divertissements, les ressources humaines, etc.), c’est à dire par l’obligation (i) de soutenir la concurrence avec les autres destinations et (ii) par celle de rechercher une productivité et efficacité optimales de tous les maillons de la chaîne, car comme le soulignent Marcotte, Bourdeau et Sarrasin « la durabilité ne se résume plus seulement au virage vert ou écologique » (2017). D’autres critères sont désormais pris en considération. L’approche s’est élargie depuis une vingtaine d’années. On y ajoute aujourd’hui, les dimensions politiques ainsi que la volonté d’appliquer les principes du développement durable de façon holistique. Pour certains auteurs, la durabilité s’appuie sur la notion de résilience, et plus particulièrement sur la nécessité de renforcer la résilience du système socio-écologique. Néanmoins, la durabilité dans le secteur du tourisme apparaît comme un concept multidimensionnel complexe dont les objectifs entrent souvent en conflit avec ceux de la croissance : conflit entre la nécessité de maintenir une qualité appréciable de l’environnement, un niveau convenable de l’activité au plan humain, et l’obligation d’atteindre un développement économique régional inclusif. Cependant, ce concept se fait de plus en plus l’écho à la fois de celui de la compétitivité et de celui de la productivité.

2Dans ce contexte, le développement durable du tourisme demeure étroitement lié aux concepts de compétitivité, de productivité et de durabilité. Par conséquent, analyser et évaluer empiriquement et conjointement ces trois notions devient un exercice incontournable avant l’élaboration même de toute stratégie ou schéma de développement du tourisme. Selon Crouch et Ritchie (1999), la compétitivité du tourisme est illusoire sans la durabilité de l’ensemble du secteur, car, développer le tourisme sans se soucier de sa durabilité peut non seulement faire du tort aux sociétés et à l’environnement, mais aussi receler les germes de sa propre destruction. Autrement dit, pour être compétitif, le développement d’une destination doit être durable, non seulement économiquement et écologiquement, mais aussi socialement, culturellement et politiquement. Il n’est donc pas étonnant que, dans le domaine du tourisme, les thèmes de compétitivité, de productivité et de durabilité suscitent de nos jours un grand intérêt et prédominent dans les discussions sur l’aptitude des entreprises en général et de celles du secteur touristique en particulier à soutenir la concurrence sur un marché mondial de plus en plus intégré. Dans ces conditions, il est légitime pour les responsables en charge de ce secteur, de se demander, si oui ou non, le tourisme sur leur territoire se situe, sur un sentier de développement durable. Dans cette optique, les autorités doivent disposer, d’informations fiables sur les impacts du tourisme au plan économique, socioculturel, et environnemental.

3La corrélation ou la convergence des résultats issus de l’évaluation de ces trois concepts est abordée dans le cas de la Guadeloupe. Le tourisme, depuis près de cinq décennies, est considéré dans ce territoire, comme l’un des moteurs majeurs du développement de l’économie locale. Si les nombreuses réflexions qui y ont été menées jusqu’ici, ont permis de dégager des axes de réflexion du secteur, leur mise en œuvre dans les schémas proposés n’a pu être conduite avec efficacité, faute de déclinaison d’un diagnostic pertinent et d’un plan d’actions opérationnel cohérent, car, ce diagnostic s’est appuyé jusqu’ici, principalement sur des indicateurs de fréquentation, de parts de marché et/ou de chiffre d’affaires, basés de surcroît, sur un appareillage statistique déficient. Or, ces données de fréquentation ne contribuent que partiellement à la performance compétitive de la destination et sont fréquemment utilisées par les autorités comme motif de satisfaction lorsque le nombre de visiteurs s’accroît. Ces indicateurs de fréquentation n’offrent qu’une vision limitée de la réalité, car ils négligent la dimension durable du phénomène touristique et passent sous silence les notions de capacité de charge ou de préservation de l’intégrité environnementale du territoire. Faute de mieux, les autorités locales d’aujourd’hui s’appuient sur de tels indicateurs pour fixer un objectif de fréquentation de 1 million de visiteurs à l’horizon 2020 sur un territoire de 1750 km2, peuplé de 400 000 habitants, soit un ratio de 571 touristes au km2, et de 2,5 touristes pour 1 habitant. La réalité est plus complexe. Le poids économique du tourisme en Guadeloupe est faible, puisqu’il ne représentait en 2016, selon le World Travel & Tourism Council (2017), que 2,9 % du PIB régional. De même, toujours selon le WTTC, l’investissement touristique s’élevait la même année, à 5,1 % du total des investissements, et les emplois directs à 3,9 % du total des emplois. De plus, le tourisme dans cette destination est très concentré, plus de la moitié des nuitées touristiques est enregistrée de décembre à mars. L’équilibre entre la valorisation touristique et la préservation de l’environnement est fragile. Dans ces conditions, comment inscrire davantage le tourisme dans la durée et contribuer à la réalisation des objectifs de développement durable ? Comment concilier tourisme et respect de la « capacité de charge » de la destination, confrontée à des arrivées massives sur une courte période ? Comment permettre au plus grand nombre de profiter des retombées de cette activité ? Comment relever le défi de la gouvernance dans un pays où existe un enchevêtrement multiple et inefficace de compétences administratives et politiques ? Voilà brièvement exposées, les problématiques essentielles auxquelles les autorités doivent répondre.

4Pour aborder ces différentes problématiques et suggérer des solutions, nous adoptons dans cette contribution, une approche méthodologique intégrée qui cherche à établir une distinction entre les causes et les effets- et leurs incidences- dans une structure à trois niveaux : (a) le profil touristique de la destination (par exemple l’offre, la demande, la concurrence et l’organisation du marché), (b) les conséquences au plan économique, social et environnemental, et (c) les incidences globales du tourisme sur l’état de durabilité de la destination. Selon Furt et Tafani (2014), « l’avantage principal de cette approche est qu’elle permet de retracer avec précision les moteurs qui sont à l’origine de la séquence cause- effets- conséquences, tout en s’adaptant aux particularités du contexte décisionnaire local (structurel, politique, culturel) ». Cependant, ce travail n’a pas la prétention de l’exhaustivité. Il ne s’agit pas d’un « Master Plan du tourisme » mais d’un document d’orientation. Il a pour ambition de décrire un cadre pour l’élaboration et l’évaluation de politiques de pilotage de l’activité touristique. Il interroge l’opérationnalité économique, sociale et environnementale de la stratégie touristique, et la possibilité pour la destination Guadeloupe de faire de sa valorisation touristique, le support de démarches de développement durable. Ce faisant, il permet de déterminer la combinaison optimale de politique à conduire dans le domaine du tourisme. L’idée directrice consiste à traiter l’activité touristique d’une façon intégrée, en veillant à ce que la destination atteigne encore une fois un développement durable (i) par l’amélioration de la gestion des ressources qui y sont consacrées et donc par la recherche d’une productivité et efficacité optimales (ii) par l’instauration d’un modèle de développement touristique, conformément au modèle de compétitivité et de durabilité préconisé par Crouch et Ritchie, 2003 (modèle détaillé en annexe) et approprié aux caractéristiques et particularités socio-économiques, institutionnelles et environnementales de la Guadeloupe.

5En somme, le développement économique, socioculturel et environnemental de la Guadeloupe par le tourisme constitue un défi qui ne peut être relevé que par la gestion raisonnée des ressources et de l’espace, d’où l’intérêt de chercher à comprendre, à l’aide de modèles et de ratios, la nature des liens qui existe entre les trois concepts énoncés. En d’autres termes, rapprocher les concepts de compétitivité et de productivité de celui de la durabilité du tourisme est un exercice certes complexe, mais indispensable pour toute destination touristique ; il permet ainsi de porter un jugement sur l’efficacité de la politique touristique conduite à ce jour. Aussi, en conciliant les trois concepts, on tentera par un exercice de leur évaluation, de répondre aux trois questions suivantes : (i) existe-t-il en Guadeloupe une relation empirique entre tourisme et compétitivité ; entre tourisme et productivité ; et entre tourisme et durabilité ? (ii) si oui, quels sont la nature de ces relations et le sens de la causalité donné à ces relations ? (iii) existe-t-il une corrélation ou convergence forte entre les trois concepts ? Les réponses fournies à ces interrogations majeures sont importantes dans la perspective d’une planification du secteur. Des modèles ouverts et souples existent pour évaluer la durabilité du développement touristique. Un certain nombre ont été développés par le passé, notamment par Canestrelli et Costa (1991), Pazienza (2004), Crouch et Ritchie (1999, 2003), Fuchs (2004), Craigwell et Whitehall (2005), Dupont et Salzedo (2008), Dupont (2012), Croes (2010), Simone (2015). Notons que des indicateurs de durabilité du tourisme ont été publiés depuis 1995 par l’OMT. Mais les variables utilisées sont souvent jugées trop nombreuses, trop larges ou trop techniques pour être utiles. Cependant, Ko (2005) a évalué la durabilité du tourisme dans plusieurs pays, en utilisant un « baromètre de la durabilité du tourisme » qui combine des indicateurs humains et des indicateurs naturels. Castellani et Sala (2010) ont sur le même chapitre évalué la performance durable du tourisme dans plusieurs régions d’Italie à l’aide d’un indice composite, intégrant une vingtaine d’indicateurs. Cucculelli et Goffi (2016) ont utilisé une analyse en composante principale (ACP), combinée avec un modèle de régression pour tester la relation entre les facteurs de durabilité et le développement durable du tourisme en Italie. Une excellente référence est celle de Cernat et Gourdon (2012) qui ont employé un cadre méthodologique relativement robuste, à l’aide d’un logiciel intitulé « Sustainable Tourism Benchmarking Tool : STBT » qu’ils ont appliqué aux cas de l’Indonésie, de la Malaisie et de la Thaïlande, avec pour objectifs (i) d’évaluer puis de détecter les problèmes de durabilité du tourisme rencontrés dans ces destinations et (ii) permettre aux décideurs de ces pays de prendre les mesures appropriées dans ce domaine. Sept dimensions clés ont été intégrées dans le modèle STBT : les ressources touristiques, l’activité touristique (notamment des indicateurs de fréquentation), les liens du tourisme avec les autres secteurs d’activité, les fuites occasionnées par l’activité, la durabilité environnementale et sociale, les infrastructures, et l’attractivité. Ces indicateurs sont ensuite échelonnés afin de permettre des comparaisons entre destinations, puis sont placés sur un graphique perceptuel, visant à mettre en évidence les problèmes spécifiques abordés dans le modèle. Les résultats ont montré qu’un niveau identique d’activité touristique entre pays peut conduire à des bénéfices économiques différents, et peut avoir des conséquences différentes sur le plan de l’environnement socio-écologique. Enfin, Van Beynen, Akiwumi et Beynen (2018) ont élaboré un indice de durabilité appliqué aux petits états insulaires en développement, avec une application spécifique au cas de Trinidad-et-Tobago. L’objectif est de mesurer les progrès réalisés par ce pays, en vue d’atteindre les objectifs de développement durable (ODD) établis par l’ONU à l’horizon 2030.

6Cet article est articulé comme suit : la deuxième section vise à explorer, à l’aide de la méthode des indices de maturité relative du tourisme et de celle de l’indice de compétitivité, la relation empirique qui existe en Guadeloupe, entre tourisme et compétitivité. La méthodologie d’analyse est alors expliquée et le potentiel touristique ainsi que la performance compétitive de la Guadeloupe sont évalués et comparés à ceux des autres destinations touristiques de la Caraïbe. La troisième section est consacrée à l’étude empirique de la relation entre tourisme et productivité, par le recours à l’analyse par enveloppement des données (DEA). Un classement par scores de productivité et d’efficacité est ainsi établi par rapport aux autres destinations de la Caraïbe. La quatrième section aborde la durabilité proprement dite du tourisme en Guadeloupe, et procède à son évaluation, à l’aide de plusieurs instruments d’analyse tels que : le modèle du cycle de vie de Butler, un modèle d’optimisation à objectifs multiple, et un modèle d’évaluation de l’indice de la performance durable du tourisme (IPDT). Cette section se termine, par l’intégration de la contrainte carbone dans l’analyse de la durabilité du tourisme en Guadeloupe. La cinquième section tire les enseignements et implications politiques issus des résultats. Enfin, la sixième section présente la conclusion générale de l’étude.

1. Détermination de la viabilité du tourisme en Guadeloupe par l’évaluation de la compétitivité, de la productivité et de la durabilité du secteur touristique

7Pour savoir si une destination touristique est sur la voie du développement durable, il est nécessaire de procéder à l’évaluation de la viabilité ou durabilité de son secteur touristique. Il s’agit d’un exercice complexe, car, les objectifs de la durabilité entrent souvent en conflit avec ceux de la croissance. Cependant, cette étude se propose de l’aborder dans le cas de la Guadeloupe, en procédant à une analyse et à une évaluation conjointe des trois concepts clés liés à la notion de viabilité du tourisme que sont : la compétitivité, la productivité et la durabilité du secteur. Pour ce faire, cette contribution fait appel à divers méthodes et ratios d’évaluation. Sur le thème de la compétitivité, elle a recours au modèle d’évaluation des indices de maturité relative du tourisme et à celui de l’indice de compétitivité du tourisme, mais aussi à la méthode d’optimisation du retour sur investissement des infrastructures touristiques et à la comparaison des ressources humaines au regard du positionnement marché. Sur le thème de la productivité, elle prend appui sur une analyse par enveloppement des données, et sur celui de la durabilité, elle utilise plusieurs instruments d’analyse tels que : le modèle du cycle de vie de Butler, un modèle d’optimisation à objectifs multiple visant à déterminer la capacité de charge de la destination, puis l’évaluation par un indice composite de la performance durable du tourisme à la Guadeloupe. Enfin, elle intègre également la contrainte carbone dans l’analyse de la durabilité de l’activité touristique.

8Des politiques actives à conduire dans le domaine du tourisme nécessitent une bonne compréhension des déterminants de la compétitivité. Des indicateurs de base, susceptibles d’orienter l’analyse de la compétitivité du tourisme et de nourrir l’élaboration d’une politique du tourisme sont utilisés et intégrés ci-dessous dans trois méthodes d’évaluation, en vue de mesurer et de comparer le potentiel touristique ainsi que la performance compétitive de la Guadeloupe à ceux des autres destinations touristiques de la Caraïbe. Les approches d’évaluation utilisées sont les suivantes : la méthode des indices de maturité relative du tourisme ; l’optimisation du retour sur investissement des infrastructures touristiques ; et la comparaison des ressources humaines au regard du positionnement marché.

1.1. Approches par la méthode des indices de maturité relative du tourisme et par l’indice de compétitivité du tourisme.

9Cette approche développe le concept de maturité relative du tourisme de même que celui de l’indice de compétitivité du tourisme. Elle fournit un cadre empirique qui facilite la construction d’indices de potentiel touristique relatif et d’indices de compétitivité touristique, permettant ainsi d’évaluer et de comparer à la fois le potentiel touristique et la performance compétitive entre destinations. Analysons tout d’abord la méthode des indices de maturité relative du tourisme. Par cette méthode, on attribue à chaque destination un score, au regard de caractéristiques communes, telles que la pénétration touristique ; la densité touristique ; la variation de la capacité d’accueil ; et l’impact des actions de promotion sur la dépense touristique. Whitehall et Craigwell (2005), deux économistes de la banque centrale de la Barbade ont appliqué cette méthode à 29 destinations de la Caraïbe (y compris la Guadeloupe et la Martinique) afin de déterminer et de comparer leur potentiel touristique. L’idée générale guidant cette approche s’appuie sur le fait que la demande touristique dépend d’une combinaison de facteurs liés au prix et au revenu d’une part, et d’un ensemble d’externalités ou de facteurs non-prix, d’autre part. Les caractéristiques aidant à identifier le potentiel touristique d’une destination sont selon ces auteurs, au nombre de quatre :

  • l’interaction touristique : pour exprimer cette notion, ils ont choisi l’indicateur du ratio de pénétration touristique, qui définit le nombre de visiteurs par rapport à la population résidente ;

  • la capacité de charge : exprimée par le nombre de visiteurs au km2 ;

  • l’intervention touristique : elle exprime le taux de croissance du nombre de chambres dans chaque destination, sur une période de cinq ans ;

  • l’impact des actions de promotion : il exprime le rapport de la dépense des visiteurs à la dépense en promotion effectuée par les organismes nationaux de tourisme.

10Ces caractéristiques, une fois regroupées et mesurées, donnent naissance à un indice qui a pour but d’évaluer le potentiel touristique de chaque destination de l’échantillon, et d’établir leur classement en fonction de l’indice réalisé. Deux méthodes sont utilisées à cet effet : la première consiste à déterminer un indice de potentiel touristique non pondéré, établi comme une simple moyenne de classement des quatre indicateurs préalablement définis. La seconde méthode, calcule un indice pondéré dont les pondérations sont déterminées à l’aide d’une analyse en composantes principales (ACP) dont les résultats pour les 29 destinations de la Caraïbe, figurent dans le tableau 1 ci-dessous. Dans ce tableau, le pays qui présente le ratio de pénétration touristique (interaction) le plus élevé, est considéré comme celui qui réalise pour cette composante, le potentiel touristique le plus faible, il sera donc classé 29e et dernier de l’échantillon. Il en est de même pour le ratio de densité touristique (capacité de charge). Ensuite, la destination qui réalise le taux de croissance de la capacité d’accueil le plus important (intervention) est considérée comme celui qui possède le plus de potentiel pour cette composante, il sera donc classé premier sur les 29. Il en est de même pour l’impact de la promotion touristique sur la dépense effectuée par les visiteurs (promotion).

Tableau 1. Indicateurs de potentiel touristique des 29 destinations de la Caraïbe

Pays

Interaction (1)

Capacité de charge (2)

Intervention (3)

Promotion (4)

Classement en indice pondéré

Haïti

0,02

5,17

1

45

1

Belize

0,78

28,39

1,11

30,26

2

Cuba

0,16

15,99

1,36

46,69

3

République dominicaine

0,4

49,45

1,6

50,38

4

Dominique

0,91

97,87

1,51

30,15

5

Trinidad-et-Tobago

0,31

69,97

1,46

51,68

6

Bahamas

5,23

106,86

1,03

33,61

7

Guyana

0,14

2,08

1,14

118,71

8

Porto Rico

0,88

132,34

1,16

25,04

9

Jamaïque

0,51

115,78

1,13

49,41

10

Montserrat

1,95

101,34

0,37

61,22

11

Bonaire

3,8

178,02

1

20,7

12

St-Vincent-et-les- Grenadines

0,65

175,58

1,49

48,36

13

St-Kitts-et-Nevis

1,81

312,27

1,12

17,97

14

Grenade

1,27

375,2

1,1

22,95

15

Curaçao

1,38

430,74

1,51

24,24

16

Turks-et-Caïcos

9,7

282,01

1,89

130,74

17

Ste-Lucie

1,73

420,47

1,14

40

18

Antigua

3,3

470,16

0,96

47,91

19

Martinique

1,35

496,5

1,21

38,8

20

Anguilla

3,24

481,2

1,12

67,64

21

Guadeloupe

1,91

517,84

1,03

38,64

22

Barbade

2,04

1259,79

1,11

32,14

23

Îles Caïmans

8,66

1517,31

1,5

20,43

24

Îles Vierges américaines

5,59

1666,45

0,97

97,54

25

Îles Vierges britanniques

14,13

1868,63

1,13

76,57

26

Aruba

7,65

3836,3

1,09

46,93

27

Bermudes

5,24

5952,11

0,81

11,72

28

St Maarten

10,12

12 714,47

0,96

95,02

29

(1) Arrivées touristiques divisées par la population résidente

(2) Arrivées touristiques divisées par la superficie du pays récepteur

(3) Croissance du nombre de chambres entre 1995- 2000 (en %)

(4) Rapport de la dépense des visiteurs à la dépense de promotion des destinations

Source : Whitehall et Craigwell (2005)

11Les résultats issus du tableau 1 montrent que sur le plan de la densité touristique, les 10 destinations de la Caraïbe qui affichent le plus haut potentiel sont Haïti, Belize, Cuba, la République dominicaine, Trinidad-et-Tobago, les Bahamas, Guyana, Porto Rico, et la Jamaïque, car, ces destinations sont les plus importantes, en termes de superficie. Elles affichent de ce fait les densités touristiques les plus faibles. En revanche, les petites îles présentent une densité touristique beaucoup plus élevée telles la Barbade, les Îles Caïmans, les Îles Vierges américaines, les Îles Vierges britanniques, Aruba, les Bermudes et St Maarten. Ces résultats suggèrent que les classements sont fortement influencés par la volatilité de la densité touristique et donc par la capacité de charge des destinations. Un regard sur les résultats issus du tableau 2 le confirme, il montre que la première composante principale (PC1) représente 43,2 % de la variance totale, et que les variables qui sont corrélées le plus avec cette composante sont la capacité de charge (0.628) et la promotion (0.401). La première composante principale (interaction) est donc corrélée positivement avec ces deux variables, et plus particulièrement avec la capacité de charge.

Tableau 2 : Analyse des valeurs et vecteurs propres de la matrice de corrélation

Valeur propre

1,7262

1,1415

0,7424

0,3900

Proportion

0,432

0,285

0,186

0,097

Cumulée

0,432

0,717

0,903

1,000

Vecteurs propres

Variable

PC1

PC2

PC3

PC4

Interaction

0,647

0,142

0,318

0,678

capacité de charge

0,628

-0,270

0,279

-0,674

Intervention

-0,161

0,800

0,519

-0,256

Promotion

0,401

0,517

-0,743

-0,141

Source : calculs de l’auteur

12Enfin, sur la période d’analyse, le tableau 1 révèle qu’en moyenne pondérée, la destination Guadeloupe réalise un faible score en termes de potentiel. Elle est sur l’ensemble des quatre composantes, classée 22e sur les 29 destinations de la Caraïbe. Aujourd’hui, ce score a tendance à se dégrader si l’on se réfère au ratio de la capacité de charge. De même, sur le facteur intervention (croissance de la capacité d’accueil), la Guadeloupe a enregistré de l’année 2000 à nos jours, une réduction de plus de 40 % de sa capacité d’accueil, avec notamment la disparition de grands groupes hôteliers comme Accor et le Méridien. Par ailleurs, en termes de promotion et de son impact sur la dépense des visiteurs, on constate que sous l’effet des actions de promotion du comité du tourisme des îles de Guadeloupe (CTIG), le nombre de visiteurs en Guadeloupe augmente, proportionnellement plus rapidement que la dépense touristique. En effet, lorsque le nombre de visiteurs augmente de 1 %, la dépense touristique n’augmente à son tour que de 0,6 %, d’où une inélasticité du nombre de visiteurs par rapport à la dépense touristique.

13Analysons ensuite la méthode de l’indice de compétitivité du tourisme. Cette méthode a été appliquée notamment par Croes (2010) qui a utilisé un modèle dans lequel, il évalue et compare, à l’aide d’un indice, la compétitivité touristique de 16 petites destinations insulaires de la Caraïbe (y compris la Guadeloupe et la Martinique). Pour définir la nature de la compétition touristique entre ces destinations, l’auteur a employé l’indice de Hirschman-Herfindahl (IHH) pour mesurer la concentration du marché touristique (marché des recettes touristiques réelles par habitant). Cette mesure s’obtient en additionnant les carrés des parts de marché des destinations en question. L’auteur montre que l’IHH dans cette partie de la Caraïbe a progressé lentement sur la période d’analyse (1989-2009), puisqu’il s’élève à environ 100 (suivant la convention, on a multiplié 0.01 par 10 000). Cela suggère que ce sous-ensemble représente en matière de tourisme un marché hautement compétitif. Il existe sur ce marché trois pays dominants : les Îles Vierges britanniques, les Îles Vierges américaines, et Aruba. Pour mesurer la performance compétitive de ces destinations, l’auteur a suivi une procédure en deux étapes : la première étape met l’accent sur le choix des variables. Dans ce modèle, trois variables ont été retenues : les recettes touristiques réelles par habitant qui expriment la performance courante de chaque destination, les taux de croissance annuels moyens des recettes touristiques sur la période d’analyse, qui représentent la performance tendancielle, enfin, la valeur ajoutée du tourisme rapportée au PIB qui montre le poids du secteur touristique dans l’économie locale. La seconde procédure consiste à formuler un indice de compétitivité touristique, qui s’exprime comme suit :

où Xci représente l’indice de compétitivité touristique de la destination. C le pays et i la variable. Les valeurs maximales et minimales sont établies en tenant compte de l’échantillon des pays en question ainsi que des trois variables, avec les pondérations suivantes pour chacune d’elles : 40 (0.4) : 30 (0.3) : 30 (0.3) pour tenir compte de l’effet taille des destinations. Les données utilisées couvrent la période 1989- 2009 et sont extraites des statistiques de l’OMT, de la CTO, et du WTTC. Les résultats sont consignés dans le tableau suivant. Ce tableau fournit le classement des 16 destinations avec leur indice de compétitivité, de même que le classement de chaque variable. Les meilleurs « performers » dans une variable ne sont pas nécessairement les mêmes dans les deux autres. Ce qui distingue les cinq meilleurs « performers » des cinq les moins performants est d’une part, leur classement au regard de la dépense touristique réelle par habitant qui exprime la performance structurelle de chaque destination, et d’autre part, le classement au regard de la valeur ajoutée du tourisme par rapport au PIB. Ainsi, la Guadeloupe est classée 16e et dernière pour la part des recettes touristiques par habitant et 11e pour l’importance de la valeur ajoutée du tourisme dans l’économie. Enfin, sur la période 1989- 2009, la position de la Guadeloupe s’est érodée, en raison de la concurrence accrue observée dans la région.

Tableau 3. Performance compétitive de la Guadeloupe par rapport aux autres petites destinations touristiques de la Caraïbe

Pays

Indice de compétitivité du tourisme

Classement

Recette touristique/habitant

Classement

Aruba

0.752

1

10 960 $

3

Îles Vierges britanniques

0.751

2

19 864 $

1

Anguilla

0.639

3

6308 $

7

Îles Vierges américaines

0.623

4

13 573 $

2

Antigua-et-Barbuda

0.442

5

4088 $

8

Îles Caïmans

0.428

6

7060 $

4

Bahamas

0.395

7

6466 $

6

Guadeloupe

0.394

8

553 $

16

Ste-Lucie

0.382

9

2225$

10

Grenade

0.357

10

645 $

15

Dominique

0.329

11

800 $

13

St-Kitts-et-Nevis

0.318

12

2140 $

11

Barbade

0.316

13

2638 $

9

St-Vincent et les Grenadines

0.309

14

892 $

12

Martinique

0.298

15

675 $

14

Les Bermudes

0.136

16

6550 $

5

Pays

Taux de croissance des recettes touristiques

Classement

Valeur ajoutée du tourisme/PIB

Classement

Aruba

0.087

3

0.680

2

Îles Vierges britanniques

0.067

8

0.441

8

Anguilla

0.084

5

0.671

3

Îles Vierges américaines

0.055

11

0.559

4

Antigua-et-Barbuda

0.035

15

0.789

1

Îles Caïmans

0.073

7

0.253

13

Bahamas

0.038

14

0.531

5

Guadeloupe

0.091

1

0.317

11

Ste-Lucie

0.059

10

0.529

6

Grenade

0.086

4

0.276

12

Dominique

0.082

6

0.243

14

St-Kitts-et-Nevis

0.053

12

0.421

9

Barbade

0.046

13

0.457

7

St-Vincent et les Grenadines

0.065

9

0.350

10

Martinique

0.09

2

0.103

16

Les Bermudes

0.017

16

0.130

15

Source : Croes (2010)

1.2. Approche par l’optimisation du retour sur investissement des infrastructures touristiques

14Le ratio du retour sur investissement des infrastructures touristiques est également un bon indicateur pour juger de la performance compétitive des destinations. Avec un retour de 1,3 US $ pour (1) US $ investi (WTTC, 2017), ce ratio apparaît relativement faible pour la Guadeloupe. À l’inverse, la République dominicaine, la Barbade, Aruba, les Bahamas, et la Jamaïque récoltent respectivement 6.2 ; 4.3 ; 4.0 ; 5.0 ; et 4.0 pour 1 dollar investi.

Figure 1. Retour sur investissement des infrastructures touristiques de Guadeloupe

Figure 1. Retour sur investissement des infrastructures touristiques de Guadeloupe

Source : WTTC et calculs de l’auteur

1.3. Approche par la comparaison des ressources humaines au regard du positionnement marché

15Un travail d’analyse des principaux concurrents de la Guadeloupe s’impose également à ce sujet. Pour que la Guadeloupe augmente la contribution du tourisme au développement du pays, elle aura besoin entre autres, d’y consacrer des moyens adaptés, en particulier, les ressources humaines.

16Les ratios observés dans ce domaine, montrent clairement que la Guadeloupe, avec 34 touristes par salarié, génère un faible nombre d’emplois. À l’inverse, la République dominicaine, Aruba, la Barbade, la Jamaïque, Antigua, et les Bahamas bénéficient d’un rapport plus favorable de moins de 24 touristes par salarié du secteur. Dans ces conditions, le service touristique dispensé dans ces destinations apparaît de meilleure qualité qu’en Guadeloupe. Par conséquent, le ratio du nombre de touristes par le nombre de salariés dans l’industrie explique en partie le niveau de qualité des services fournis. En clair, le positionnement de la Guadeloupe sur le marché du tourisme international étant proche du tourisme de masse constaté dans ces destinations, ce positionnement met la Guadeloupe en concurrence frontale avec ces dernières. Le ratio du nombre de touristes par salarié place donc la destination Guadeloupe dans une situation délicate, contribuant à réduire la qualité du service délivré dans le pays, rappelant ainsi le rapport qualité/prix, jugé par certains comme médiocre à la Guadeloupe. Ce ratio est symptomatique d’un coût de main-d’œuvre bien plus élevé en Guadeloupe qu’à la République dominicaine, la Barbade, la Jamaïque, les Bahamas ou Antigua. Il est également révélateur, d’un « syndrome hollandais », observé en Guadeloupe, syndrome provenant d’un secteur public important, qui se traduit par un niveau de prix élevé dans le secteur exposé des biens non-échangeables comme le tourisme par rapport au secteur protégé (administration publique).

Figure 2. Comparaison du nombre de touristes par employé en Guadeloupe par rapport à d’autres destinations de la Caraïbe

Figure 2. Comparaison du nombre de touristes par employé en Guadeloupe par rapport à d’autres destinations de la Caraïbe

Source : WTTC et calculs de l’auteur

17En bref, ces résultats montrent clairement les efforts qui doivent être entrepris à la fois sur l’infrastructure et la chaîne de valeur touristique en Guadeloupe pour améliorer la compétitivité de la destination, et ce, malgré un rebond de la fréquentation touristique observé ces trois dernières années. En outre, le poids du tourisme dans l’économie locale reste faible. Ses effets multiplicateurs sur les autres activités sont limités. Évalué par le WTTC selon la méthode des comptes satellites du tourisme, ce secteur représentait en 2016, 2,9 % du PIB de la Guadeloupe contre 28,6 % à Aruba, 19,8 % aux Bahamas, 12,9 % à la Barbade, et 9,3 % à la Jamaïque.

2. Evaluation de la productivité du tourisme à l’aide de l’analyse par enveloppement des données (DEA)

18L’analyse par enveloppement des données (DEA) est l’outil choisi pour un tel exercice. Il permet de quantifier l’efficience managériale de la destination, à travers des indices ou ratios de productivité, et de déterminer par la même, le niveau ou indice de productivité de la destination étudiée par rapport à d’autres concurrents, le tout dans une approche benchmarking. Il s’agit d’une méthode de programmation linéaire non paramétrique, qui cherche à mesurer la productivité ou l’efficacité de chaque destination par rapport à la meilleure. Cette dernière servant de benchmark. L’indicateur le plus simple à déterminer consiste à évaluer la productivité du tourisme, au moyen d’un ratio output/input. Cette méthode permet de trouver la frontière d’efficience et d’utiliser l’unité de décision (ici la destination) la meilleure, mais aussi les autres unités pour comparer les performances entre-elles. Cette approche permet d’identifier les faiblesses des destinations les moins efficaces, et permet de définir un plan d’amélioration pour ces dernières. Par ce biais, l’analyse des résultats permet aux autorités locales de comprendre les facteurs qui déterminent l’efficacité ou l’inefficacité de leur territoire en matière touristique. Nous avons appliqué et testé cette méthode au cas de 16 destinations de la Caraïbe, en y intégrant la Guadeloupe et la Martinique (Dupont et Salzedo, 2008). Pour ce faire, deux modèles dans la famille de l’analyse par enveloppement des données ont été utilisés pour évaluer la politique touristique en Guadeloupe : le modèle CCR-output oriented (Charnes, Cooper, et Rhodes) et le modèle à variable non-contrôlable.

19À partir des données disponibles, nous avons considéré comme outputs (production), le nombre de nuitées ainsi que le taux d’occupation dans les hôtels homologués de chaque destination. Ensuite, quatre inputs (ressources) ont été identifiés : le premier est constitué par le nombre de chambres offertes dans l’hôtellerie homologuée, le second exprime le nombre d’emplois qui y sont exercés, le troisième prend en compte le budget des organisations nationales et régionales du tourisme. Enfin, le quatrième input représente une variable environnementale, exprimée par le tonnage de déchets ménagers produit et collecté par an, par habitant et par visiteur dans chaque destination. Cette analyse comporte donc quatre inputs et deux outputs et s’applique au secteur touristique de 16 destinations de la Caraïbe, et plus particulièrement aux données relatives à l’hôtellerie classique installée dans ces destinations.

20Quels sont les résultats du modèle DEA appliqué aux destinations de la Caraïbe ? Les résultats obtenus montrent, par application du logiciel DEA-solver, développé par Cooper, Seiford et Tone (2007) que les 16 destinations affichaient à l’époque, un score d’efficacité moyen de 0.92. Les destinations trouvées touristiquement les plus efficaces, c’est à dire, celles ayant atteint le score maximal de 1 étaient : Turks-et-Caicos, Anguille, Aruba, Sainte Lucie, la Barbade, la République dominicaine, les îles vierges britanniques, Bonaire et Curaçao. Sur les 16 destinations analysées, la Guadeloupe se classait au 14e rang avec un score d’efficacité de 0.82 (voir le tableau 4). Ce résultat signifie que la Guadeloupe devait faire une économie de 18 % environ sur l’ensemble des ressources utilisées, dans le sens où elle pouvait simultanément réduire ses inputs (en chambres, emplois hôteliers, budget de promotion, production de déchets ménagers), et augmenter ses outputs (taux d’occupation). Autrement dit, faire plus, avec moins. Cette logique vertueuse qui entend minimiser les ressources utilisées tout en réduisant progressivement les impacts écologiques tout au long du cycle de vie est au centre de la quête d’éco-efficience du secteur. Sur cette base, il est possible de se demander si les infrastructures touristiques en Guadeloupe doivent aujourd’hui être développées, par une augmentation du parc existant (construction) ou par une amélioration du réceptif, à capacité constante. L’analyse par enveloppement des données vient de nous en donner la réponse. Celle qui suit dans la section 3 en fait de même.

Tableau 4. Classement des principales destinations touristiques de la Caraïbe par score de productivité

Classement

Destinations

Score

1

Turks-et-Caicos

1

1

Anguilla

1

1

Aruba

1

1

Ste-Lucie

1

1

Barbade

1

1

République dominicaine

1

1

Îles Vierges britanniques

1

1

Bonaire

1

1

Curaçao

1

10

Jamaïque

0,98

11

Bahamas

0,93

12

Bermudes

0,89

13

Martinique

0,83

14

Guadeloupe

0,82

15

Belize

0,7

16

Îles Caïmans

0,65

Moyenne

0,92

Minimum

0,65

Maximum

1

Source : calculs de l’auteur

3. Analyse et évaluation de la durabilité de l’activité touristique

21Cette analyse s’appuie sur trois modèles pour explorer la relation empirique qui existe, entre tourisme et durabilité en Guadeloupe, à savoir : le modèle du cycle de vie de Butler (1980), un modèle d’optimisation à objectifs multiple, et un modèle d’évaluation de l’indice de la performance durable du tourisme. Enfin, un indice d’éco-efficacité du tourisme est également évalué par rapport à la contrainte carbone.

3.1. Approche par le modèle du cycle de vie de Butler

22Selon ce géographe, toute destination, dès son ouverture au tourisme international, entre dans un cycle de vie : elle grandit, puis vieillit. Il existe cependant des causes susceptibles d’engendrer un vieillissement prématuré de la destination : erreur de positionnement, dégradation du produit, déficience de gouvernance, etc. sont autant de causes de vulnérabilité des destinations touristiques. Ce modèle représente aujourd’hui l’un des cadres conceptuels le plus utilisé, pour comprendre les dynamiques de croissance des destinations touristiques. Il fut appliqué à plus de 30 destinations, avec une grande variété de succès. De Albuquerque et Mc Elroy (1992) l’ont appliqué à 23 petites économies insulaires de la Caraïbe. Selon Butler, une destination, durant sa durée de vie passe par cinq phases de développement :

  • une phase de lancement, pendant laquelle la croissance est limitée ;

  • une phase de développement conséquent, caractérisée par une hausse importante de la fréquentation et une croissance marquée de l’offre (hébergements, services, etc.) ;

  • une phase de consolidation des acquis, durant laquelle le produit entre dans son stade de maturité, caractérisé par un ralentissement de plus en plus évident de la croissance ;

  • logiquement, suite à cette évolution, une phase de déclin s’installe, avec une désaffection de plus en plus visible pour la destination, phase se traduisant par une baisse du nombre des visiteurs et du chiffre d’affaires des structures d’hébergement. Les touristes sont attirés par d’autres produits et d’autres destinations, pour des raisons de prix, de mode, ou de progrès technologiques ;

  • phase de rajeunissement du produit.

23Le graphique suivant, extrait d’une étude de l’IEDOM (2015) affiche comme celui de Butler, une courbe en S, caractéristique d’une destination en phase de stagnation-déclin de son produit touristique, cumulant les causes de vulnérabilité suivantes : (i) vieillissement et non réhabilitation des structures d’hébergement des années 70 ; (ii) dégradation du produit et de l’hygiène du milieu ; (iii) erreur de positionnement, faisant passer la Guadeloupe, d’un positionnement île des années 1970-1980, à un positionnement soleil des années 90, le mettant en concurrence frontale avec des destinations à bas coûts comme la République dominicaine ou Cuba ; (iv) forte dépendance de la Guadeloupe à l’égard de la clientèle française ; (v) négligence des autorités, dans la fourniture régulière de services vitaux comme l’eau, les transports urbains et inter-urbains ainsi que dans la gestion des déchets ménagers ; (vi) climat d’insécurité et de violence au quotidien, résultant d’un environnement économique et social préoccupant. Dans un tel contexte, la destination Guadeloupe évolue dans des conditions particulièrement difficiles, et peine à jouer un rôle de catalyseur de développement économique, et ce, malgré un rebond constaté de la fréquentation touristique durant ces trois dernières années. En résumé, tous ces éléments convergent et mettent en relief le déclin de la destination, et invitent les autorités en charge de ce secteur à s’orienter vers un rajeunissement du produit et vers une gestion raisonnée de l’espace.

Figure 3. Schéma du cycle de vie du tourisme à la Guadeloupe (1990- 2013)

Figure 3. Schéma du cycle de vie du tourisme à la Guadeloupe (1990- 2013)

Source : Guadeloupe Port Caraïbes, Insee

3.2. Approche par un modèle d’optimisation à objectifs multiples

24Le développement et l’application d’indicateurs, capables de mesurer la durabilité d’activités spécifiques comme le tourisme, requièrent une approche multidisciplinaire, permettant d’obtenir des résultats dans une version systémique. L’utilisation de la capacité de charge comme concept prédominant dans la gestion des destinations touristiques offre à cet égard, un outil pertinent. Il suppose l’existence d’une relation directe entre le nombre de visiteurs d’un site et les impacts produits sur l’environnement de ce site (Gunther et al., 2008). Son évaluation implique nécessairement, des aspects liés aux activités productives (production de biens et services), à la construction et la gestion des équipements (structures d’accueil et de loisirs, gestion des déplacements), à la consommation de ressources (énergie, eau, gestion des déchets, etc.), et à l’impact des activités touristiques sur la qualité de vie des résidents. Partant de ce constat, l’OMT a défini la capacité de charge du tourisme comme suit : « le nombre maximum de touristes visitant au même moment un site donné, sans causer à l’environnement aucune destruction d’ordre physique, biologique, économique et socioculturel, ni une inacceptable dégradation du degré de satisfaction des touristes ». Si ce principe n’est pas respecté, l’OMT considère que le déclin de la destination est susceptible d’apparaître, avec des problèmes récurrents, pouvant affecter la durabilité du secteur. Dès lors, la capacité de charge apparaît comme un seuil de fréquentation à ne pas dépasser, seuil au-delà duquel les équipements et infrastructures touristiques de la destination sont saturés (capacité physique), l’environnement dégradé (capacité environnementale), le plaisir du visiteur diminué (capacité psychologique), les bénéfices économiques et sociaux réduits (capacité économique et sociale). En somme, la capacité de charge est une notion qui concrètement touche tous les aspects du tourisme durable, et intègre plusieurs aspects du modèle du cycle de vie de Butler. Elle est un outil qui guide le développement touristique des territoires, qui en dessine les contours et les limites. Dans ces conditions, doit-on décider de quotas pour limiter les accès ? Plusieurs méthodes d’évaluation de la capacité de charge du tourisme ont été proposées dans le passé. Citons en particulier, celle de la gestion d’impact des visiteurs (Visitor Impact Management), élaboré par Graef et Kuss (1990), celle du Visitor Experience and Resource Protection du ministère de l’Intérieur des États-Unis, sans oublier les travaux de l’agence européenne pour l’environnement, qui propose un modèle d’évaluation, intitulé, DPSIR (Drivers, Pressures, State, Impacts, Responses). Ce modèle met l’accent sur les relations causales entre les activités humaines, telles que le tourisme (Drivers), les pressions sur l’environnement (Pressures), les impacts sur les écosystèmes (Impacts), et sur l’état de santé des résidents (State). Cependant, les travaux les plus connus reposent principalement sur l’utilisation de méthodes statistiques et de techniques prévisionnelles qui permettent de déterminer les ratios de pression touristique. Ces ratios présentent l’avantage d’être aisé à élaborer. Le nombre annuel de touristes, rapporté soit à la superficie de la destination, soit à la population totale, sont les deux ratios les plus simples. Si ces ratios sont faciles à calculer, ils ne sont pas pour autant toujours concordants.

25Aussi, dans une récente étude, nous inspirant des travaux de Canastrelli et Costa (1991) et de ceux de Pazienza (2004), nous avons, en 2015 (Dupont, 2015) utilisé un modèle d’optimisation à objectifs multiple, destiné à évaluer la capacité de charge du tourisme à la Guadeloupe. Sa finalité est de développer un instrument de gestion territoriale, un outil permettant de prévenir les risques et de définir les limites de l’exploitation des ressources. Ce modèle se fixe deux objectifs à atteindre : la maximisation de la dépense touristique comme indicateur du développement économique par le tourisme, et la minimisation des déchets produits par l’activité touristique comme indicateur des impacts environnementaux. Il présente 7 contraintes et 10 variables. L’intention est de déterminer le nombre maximum de touristes à accueillir avant qu’une crise liée à la surfréquentation ne se produise. Notre modèle intègre des facteurs économiques, sociaux et environnementaux. La fonction à maximiser est une fonction de revenu générée par les dépenses effectuées sur place par les visiteurs, et basée sur des contraintes physiques, telles que : le nombre de lits dans l’hôtellerie, dans la parahôtellerie, le nombre de parkings disponibles, de repas servis, la production de déchets ménagers et assimilés, la consommation d’eau, et le nombre de véhicules en circulation. En utilisant ce modèle, on cherche à identifier le mix optimal qui garantisse un revenu maximal pour la destination. Les résultats ont été obtenus par application du logiciel POM-QM (Production Operation- Quantitative Methods), ils figurent dans le tableau suivant.

Tableau 5. Synthèse des résultats du modèle d’évaluation de la capacité de charge du tourisme en Guadeloupe

Variable

Status

Value

TH

BASIC

6300

TNH

BASIC

8872.75

TC

BASIC

11554.5

LM

NONBASIC

0

LNH

NONBASIC

0

R

NONBASIC

0

P

NONBASIC

0

E

NONBASIC

0

D

NONBASIC

0

V

BASIC

91918.26

1

NONBASIC

0

2

BASIC

1387.278

3

NONBASIC

0

4

NONBASIC

0

5

BASIC

107770.7

6

BASIC

530787.3

Surplus 7

NONBASIC

0

Optimal value (Z)

2 530 067

LH = disponibilités en lits de l’hôtellerie

LNH = disponibilités en lits de la parahôtellerie

R = nombre de repas servis par jour

P = nombre de places de parking disponibles

E = volume d’eau potable produit par jour

D = déchets ménagers et assimilés produits par jour (en kg/jour)

V = nombre de véhicules en circulation/jour

TC = touristes de croisière

Source : Calculs de l’auteur à partir du logiciel POM-QM

26Les résultats issus du tableau 5 indiquent que le nombre optimal de touristes de séjour que la Guadeloupe peut accueillir est de 14 973 visiteurs par jour (6300 dans la grande hôtellerie : TH) et 8673 dans la parahôtellerie : TNH) et ce, pour une capacité d’accueil évaluée aujourd’hui à 16 360 lits. Autrement dit, la capacité d’accueil de la Guadeloupe paraît actuellement supérieure à sa capacité de charge. La destination se trouve de ce fait dans une situation critique au plan économique et environnemental, car l’équilibre recherché entre les bénéfices attendus du tourisme et les coûts environnementaux qui y sont associés n’est pas atteint.

3.3. Approche par l’évaluation de l’indice de performance durable du tourisme

27Cette approche vise à calculer un indice de performance durable du tourisme à l’aide d’une grille d’indicateurs de tourisme durable, servant à identifier puis à évaluer et comparer les principaux facteurs de décision économique, politique, sociale et environnementale qui affectent le développement durable du tourisme à la Guadeloupe. Ce faisant, elle permet de déterminer comment l’activité touristique influence l’efficience économique, l’équité sociale et la préservation de l’environnement de la région, et donc de comprendre les principales caractéristiques (le profil) de la destination, de situer où se posent les problèmes de durabilité et de proposer des actions possibles pour améliorer le niveau de durabilité de ce secteur. Par conséquent, mesurer le concept de performance durable est indispensable à toute organisation qui aspire à atteindre des niveaux supérieurs d’efficacité et de compétitivité. Un des instruments les plus fréquemment utilisés pour évaluer la performance durable du tourisme est un système d’indicateurs de durabilité du tourisme, qui fournit des signaux clairs sur le succès ou l’échec des initiatives nationales et/ou régionales entreprises dans ce secteur d’activité. Il s’agit donc d’un outil analytique qui permet d’effectuer un diagnostic de l’état de toute destination aussi bien que pour identifier et évaluer les différents aspects qui déterminent le degré de durabilité de l’activité touristique. Par ce procédé, cet outil facilite le processus de planification spatiale de la destination. En bref, l’utilisation de tels indicateurs pour mesurer la durabilité du tourisme nécessite (1) l’évaluation quantitative de l’état courant de l’environnement et des conditions économiques et sociales dans la destination ; (2) la définition d’objectifs quantifiables ; (3) la possibilité de comparer les résultats avec d’autres destinations ; (4) la communication des résultats aux acteurs du secteur. Aussi, l’OMT a défini les indicateurs de durabilité du tourisme comme « des mesures de problèmes courants rencontrés dans une destination donnée, de signaux de difficultés, des mesures de risques et de besoins potentiels d’agir, ainsi que des moyens d’identifier et de mesurer les résultats de nos actions ». Autrement dit, il s’agit d’un ensemble de données qui fournit l’information nécessaire pour mieux comprendre les liens et l’impact du tourisme sur un ensemble de facteurs naturels et culturels sur lesquels reposent fortement les destinations. En clair, la définition et l’utilisation d’indicateurs de durabilité constituent un élément central du processus de planification et de gestion de toute destination.

28Castellani et Sala (2010) ont utilisé un tel système d’indicateurs de durabilité pour déterminer, à l’aide d’un « baromètre de durabilité du tourisme » l’indice de performance durable du tourisme (IPDT) dans plusieurs régions d’Italie. Dans cette étude, nous nous sommes inspirés de leurs travaux pour élaborer dans le cas de la Guadeloupe, un indice de développement durable du tourisme, à l’aide d’une grille d’indicateurs du tourisme durable reconnus, mesurables et compatibles avec une vision holistique et intégrée du développement durable. Cet indice se focalise sur les éléments dominants de la durabilité et sur les causalités spécifiques entre les indicateurs de durabilité et l’activité touristique. Il se concentre donc sur les principaux facteurs qui ont une grande influence sur la durabilité du tourisme. Par ce biais, il permet d’identifier de manière facile et intuitive, les forces et faiblesses qui caractérisent la destination. Il intègre 20 indicateurs comprenant 1) des dynamiques démographiques, 2) les conditions économiques et sociales en vigueur dans les communautés d’accueil, 3) des facteurs environnementaux, et 4) des caractéristiques touristiques des régions en question. Le choix de cette méthode a été effectué, en tenant compte des indicateurs les plus pertinents et les plus représentatifs de la performance durable du tourisme en Guadeloupe. Combinés en un seul indice composite, ces indicateurs de durabilité s’efforcent de synthétiser toutes les dimensions de la performance et de porter un jugement objectif sur la destination Guadeloupe dans son ensemble. Chaque indicateur ou variable présente une valeur comprise entre 0 et 10, valeur qui exprime le niveau de durabilité de la variable (10 étant la valeur la plus élevée, et 0 la plus faible). La valeur moyenne de l’ensemble des indicateurs exprime l’indice de performance durable de la destination. La décision d’agréger des données pour produire un indice de performance est sous-tendue par l’idée que les indicateurs composites peuvent aider à mesurer des concepts multidimensionnels complexes (comme la durabilité) qui ne peuvent être saisis par de simples indicateurs. Aussi, l’agrégation des résultats en un simple score peut aider les décideurs à saisir la performance globale de leur destination et de la comparer à d’autres destinations. Notons que dans leurs travaux sur l’évaluation de la durabilité du tourisme, la plupart des auteurs attribuent une pondération différente à chaque indicateur, et ce, en fonction de la priorité ou de la préférence qu’ils accordent à chacun d’entre eux. D’autres auteurs tels que Wining-Ward et Butler (2002), Castellani et Sala (2010) excluent l’étape de la pondération dans leur méthode d’évaluation. Le choix de la méthode dépend de la nature du problème posé. Cependant, il doit reposer sur la technique qui est la plus inclusive et la plus flexible. Soulignons que les auteurs qui utilisent des coefficients de pondération dans l’évaluation de la durabilité du tourisme, adoptent souvent comme méthode d’évaluation, l’analyse hiérarchique des procédés (AHP : analytic hierarchy process). Il s’agit d’une méthode multicritère d’aide à la décision, développée par Saati dans les années 1970, qui s’appuie sur un découpage du processus de décision en une structure hiérarchique. Tsaur et Wang (2007) ont combiné cette méthode avec la théorie des sous-ensembles flous, développée par Zadeh (1965) pour évaluer la durabilité du tourisme dans l’île de Green Island à Taiwan. D’autres auteurs utilisent la technique intitulée « technique for order preference by similarity to ideal solution- TOPSIS- » développée par Hwang et Yoon en 1981. Cependant, dans notre cas comme dans celui présenté par Castellani et Sala, la même pondération est assignée à chaque indicateur, en partant de l’idée que les indicateurs ont la même priorité ou pertinence. Dans cette hypothèse, il existe une proportion directe entre le critère analysé et la valeur de son indice. Par exemple, si le niveau d’éducation de la population est élevé dans une destination, la performance durable de cet indicateur sera également élevée. En revanche, si le pourcentage de personnes âgées est élevé dans la population, la performance durable de cet indicateur sera faible, et si la valeur ajoutée du tourisme par habitant est faible, l’efficacité économique du tourisme sera également faible dans la destination. La performance durable de chaque indicateur est calculée selon la formule suivante :

Ii = (S - s)/(Vi - vi) * xi

où :

I = indicateur de tourisme durable (ITD)

S = valeur maximale de l’échelle utilisée pour évaluer l’indicateur (10 dans ce cas)

s = valeur minimale de l’échelle utilisée pour évaluer l’indicateur (0 dans ce cas)

V = valeur maximale de l’échelle utilisée pour évaluer le critère analysé

v = valeur minimale de l’échelle utilisée pour évaluer le critère analysé

x = valeur du critère analysé

29Enfin, il convient de préciser que cette méthode d’évaluation de la performance durable du tourisme est flexible et doit impérativement s’adapter aux caractéristiques de chaque destination. Dans notre cas, pour calculer l’indice de la performance durable du tourisme en Guadeloupe, nous avons utilisé les statistiques officielles de l’INSEE et de L’IEDOM, et avons soumis la batterie d’indicateurs en question (comportant des variables numériques et des variables linguistiques) à l’opinion d’un panel d’évaluateurs, composé de professionnels et d’experts du tourisme afin de filtrer les indicateurs et de comparer les résultats enregistrés avec la perception qu’ils ont de la situation locale. Le tableau ci-dessous en fournit le reflet. Il juxtapose les indicateurs à des descripteurs et données brutes où tout simplement à des dires d’experts, là où les données numériques n’existent pas (avec transformation des jugements en valeurs numériques). Ces indicateurs renferment des informations destinées à prévenir ou résoudre les problèmes de durabilité rencontrés dans la destination, ils constituent à cet égard des proxies ou substituts à des facteurs de décision. En ce sens, ils peuvent être considérés comme des outils politiques d’aide à la décision, et comme outil de benchmarking pour comparer la performance durable du tourisme entre destinations.

Tableau 6. Grille d’évaluation de l’indice de la performance durable du tourisme en Guadeloupe

Indicateurs de tourisme durable (ITD) : niveau d’intensité

Évaluation de l’impact des facteurs de décision sur la performance durable du tourisme

Solde migratoire : intensité élevée

2,51 : performance durable faible

(%) de personnes âgées dans la population : intensité élevée

2,51 : performance durable faible

Niveau d’éducation de la population : intensité élevée

7,53 : performance durable louable

Niveau d’accessibilité des étrangers à la propriété : intensité élevée

3,81 : performance durable insatisfaisante

Nombre d’entreprises locales de services : intensité moyenne

6,2 : performance durable acceptable

Qualité des équipements et infrastructures socio-économiques (élevée)

8 : performance durable louable

Nombre de lignes de transport public journellement en activité : intensité faible

2,54 : performance durable faible

Taux d’emploi (faible)

3.3 : performance durable insatisfaisante

Concurrence d’autres destinations : forte

3.3 : performance durable insatisfaisante

Taux de création d’entreprises locales, après 18 mois d’activité : intensité moyenne

5 : performance durable acceptable

Qualité des institutions et pouvoirs de décision des collectivités locales : intensité faible

3,5 : Performance durable insuffisante

Taux de motorisation des ménages : intensité élevée

2,51 : performance durable faible

Taux d’urbanisation : intensité moyenne

5 : performance durable acceptable

Production d’énergie renouvelable : moyenne

5,2 : performance durable acceptable

État écologique de la ressource en eau (faible)

0 : performance durable faible

Pourcentage de déchets collectés (faible)

2.6 : performance durable faible

Superficie agricole exploitée en culture organique : intensité faible

0 : performance durable faible

Nombre de nuitées d’hôtel : intensité moyenne

5 : performance durable acceptable

Nombre de gîtes, meublés et chambres d’hôte/la capacité d’accueil : intensité élevée

8,54 : performance durable louable

Valeur ajoutée du tourisme/habitant (faible)

3.3 : performance durable insatisfaisante

indice de performance durable (IPDT)

80.35

Source : calculs de l’auteur

30Il ressort de ce tableau que la valeur moyenne de l’indice de performance durable du tourisme à la Guadeloupe est de 80.35, ce qui correspond à un score de 4.02 sur 10 en moyenne arithmétique, et de 3,55 en moyenne géométrique. Cet indice permet donc de qualifier la performance touristique globale de la destination à une date précise et d’interpréter les résultats obtenus conformément à un « baromètre de performance » équivalant à une échelle d’évaluation. Dans cette étude, ce baromètre comprend quatre échelles utilisées pour déterminer l’indice de tourisme durable (ITD) de chaque indicateur comme suit : (a) performance faible : correspond à un ITD situé entre 0 et 3 ; (b) performance insatisfaisante : correspond à un ITD situé entre 3 et 5 ; (c) performance acceptable : l’ITD est situé entre 5 et 7, et (d) performance louable : l’ITD est situé entre 7 et 10. Dans l’hypothèse d’une performance louable de l’ITD, on considère que les acteurs de la destination présentent pour cet ITD, une offre qui correspond aux attentes de la clientèle, qui reste satisfaite des prestations offertes par la destination. En bref, avec un indice de performance durable du tourisme (IPDT) qui s’élève à 80.35, la destination Guadeloupe affiche aujourd’hui une performance touristique globale qui apparaît comme médiocre, car, le résultat atteignable le plus élevé est ici de 200 (avec la valeur 10 attribuée à 20 indicateurs). Dans ces conditions, la durabilité de l’activité touristique en Guadeloupe apparaît faible. Enfin, il est important de noter que la valeur de chaque indicateur permet d’effectuer une analyse SWOT (Strengths, Weaknesses, Opportunities, Threats) de la destination (analyse des forces, faiblesses, opportunités et menaces). Les résultats montrent que les principales forces de la destination Guadeloupe résident dans la beauté naturelle et l’attractivité de l’archipel, dans le niveau d’éducation relativement élevé de la population, dans la qualité des équipements et infrastructures socio-économiques, dans le nombre d’entreprises locales de services, et dans le nombre de gîtes, meublés de tourisme et chambres d’hôte par rapport à la capacité d’accueil. En revanche, les principales faiblesses sont : le solde migratoire (les départs tendent à être plus nombreux que les arrivées), le pourcentage élevé de personnes âgées dans la population (le vieillissement de la population s’accélère), le taux de motorisation des ménages et son impact en termes de congestion de trafic et de pollution (la part des actifs utilisant la voiture particulière est passée selon l’IEDOM, de 66 % à 80,5 % entre 1999 et 2010), l’état écologique de la ressource en eau (notamment l’impact négatif des pesticides, en particulier du chlordécone, polluant organique persistant, utilisé dans les plantations de banane, qui contamine depuis plusieurs années les ressources hydrauliques et agricoles du pays, avec ses effets néfastes sur la santé des résidents), l’accès élevé des étrangers à la propriété (exemple : l’achat à la découpe par une population allogène, d’anciens hôtels, de résidences et de propriétés privées), le problème des déchets, celui des transports urbains et interurbains, le faible taux d’emploi, la faible efficacité économique du tourisme (valeur ajoutée par habitant faible), la qualité médiocre des institutions, caractérisée par un enchevêtrement multiple de compétences administratives et politiques, nuisibles à la lisibilité et à l’efficacité de projets et programmes de développement, et le faible pouvoir de décision des collectivités locales face aux grands dossiers engageant l’avenir du pays (pouvoirs d’exécution supérieurs aux pouvoirs de décision) enfin, la concurrence accrue des autres destinations de la région.

31En termes d’opportunités, notons la possibilité d’améliorer les performances du tourisme balnéaire dans les hôtels, en appliquant les systèmes de gestion environnementale afin de réduire la consommation d’eau et d’énergie ainsi que les matériaux d’emballage, de recycler les déchets solides (dimension environnementale), en formant et engageant du personnel local dans les entreprises touristiques (dimension sociale), en enrichissant les produits par de nouvelles activités, en utilisant des produits locaux et en réinvestissant les profits (dimension économique). Ces facteurs sont de nature à contribuer à l’activité économique générale et à l’emploi dans le reste de la société selon la théorie du ruissèlement (trickle down economics). Par ailleurs, la Guadeloupe dispose de dotations naturelles importantes en eaux thermales (l’île aux belles eaux) qui donnent à cette destination, un avantage comparatif pour le développement de programmes spécifiques de santé, de remise en forme et de bien-être pouvant intéresser une clientèle à la fois locale et étrangère. Quant aux menaces, elles viennent principalement de plusieurs pays de la Caraïbe qui disposent vis-à-vis de la Guadeloupe d’un avantage à la fois comparatif et compétitif sur plusieurs segments du tourisme. Elles viennent également d’une stagnation toujours possible de la demande, en raison d’éventuelles crises économiques pouvant intervenir dans les principaux pays émetteurs de touristes.

32 Enfin, tenant compte de ces résultats, les évaluateurs composant notre panel considèrent que parmi les trois indicateurs de performance durable, ceux qui jouent un rôle prépondérant dans le développement durable du tourisme en Guadeloupe sont, par ordre d’importance : l’indicateur de « durabilité physico-écologique » ou environnementale. En second lieu, l’indicateur de performance économique et sociodémographique du pays, et en troisième lieu, la qualité des institutions et le pouvoir de décision des collectivités locales sur les grands dossiers de nature politique, économique et commerciale engageant l’avenir du pays. Ces trois facteurs sont fortement corrélés, se conjuguent et se renforcent pour donner naissance à un indice de performance durable du tourisme, jugé dans son ensemble faible en Guadeloupe (les faiblesses ou inconvénients apparaissent supérieurs aux forces ou avantages).

3.4. Intégration de l’empreinte carbone dans l’analyse de la durabilité du tourisme

33Les destinations lointaines comme la Guadeloupe sont un important sujet de préoccupation sur le tourisme, le changement climatique et la question de la durabilité de ce secteur d’activité, d’où l’intérêt d’intégrer la contrainte carbone dans la problématique de la durabilité du tourisme. En effet, les émissions de gaz à effet de serre (GES) sont selon les spécialistes du GIEC (groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), à l’origine du réchauffement climatique et de l’apparition plus fréquente et plus violente dans certaines destinations insulaires comme la Guadeloupe, d’évènements climatiques extrêmes, tels que : cyclones et tempêtes, « élévation du niveau de la mer, blanchiment des coraux, etc. (exemple des cyclones Irma et Maria en 2017). Ces évènements, par leurs impacts sur les infrastructures de base et sur les atouts naturels du pays sont de nature à affecter l’attractivité de la destination, et à terme sa durabilité même. La Guadeloupe comme la Martinique contribuent de manière significative aux émissions de gaz à effet de serre, car, les marchés émetteurs pour ces territoires sont éloignés or, l’essentiel des émissions de GES est causé par le trajet origine-destination. Ces territoires maintiennent des relations privilégiées avec la France (elle-même éloignée) et l’aviation est le mode de transport quasi exclusif, mode de transport qui représente selon les experts, environ 75 % de toutes les émissions de CO2. Aussi, cette section propose de dresser un état des lieux des émissions de gaz à effet de serre (GES) en Guadeloupe ; de mettre en regard les émissions et l’activité générée, à l’aide d’un indicateur « d’éco- efficacité », qui vise à mettre en rapport la richesse produite avec le dommage écologique lié à la production. Ceron et Dubois ont dans un article daté de 2012, évalué l’indicateur d’éco-efficacité de la Guadeloupe, lié à l’empreinte carbone. Dans leurs travaux, ces auteurs mettent l’accent sur le rapport des émissions de GES (CO2-e) à la valeur ajoutée, mais aussi sur les ratios CO2-e/nuitées touristiques et CO2-e/habitant. Ces différents ratios donnent des angles divers, selon que l’on considère une volonté d’optimiser les retombées économiques de la tonne de carbone (par euro), le bien-être apporté aux touristes (par nuitée), ou l’empreinte carbone du territoire par habitant.

34Le tableau suivant expose les résultats de cette évaluation.

Tableau 7. Eco-efficacité comparée du tourisme et des autres activités en Guadeloupe

Ratios

Tonnes CO2/salarié

Kg CO2/€ de CA

Kg CO2/€ de VA

Kg CO2/habitant

Entreprises

13

0,06

0,3

943

Tourisme

296 (CO2- e)

103 (CO2)

3,44 (CO2- e)

1,72 (CO2)

8,19 (CO2- e)

4,09 (CO2)

1878 (CO2- e)

939 (CO2)

Source : J. P. Ceron et G. Dubois

35Les résultats issus de ce tableau, révèlent que l’activité touristique à la Guadeloupe, génère en moyenne 296 tonnes de GES par salarié du secteur touristique, 3,44 kg de GES pour 1 euro de chiffre d’affaires réalisé dans le tourisme, 8,19 kg de GES pour 1 euro de valeur ajoutée réalisée dans le même secteur, enfin, 1878 kg de CO2 par habitant. Par ces résultats, ces auteurs considèrent que la Guadeloupe affiche une mauvaise éco-efficacité, que cette dernière comme celle de la Martinique est moins bonne que celle des autres régions d’outre-mer. L’éco-efficacité de la Guadeloupe est selon ces mêmes auteurs, compromise par une durée moyenne de séjour courte, par la prédominance des touristes français (hébergés pour beaucoup dans la famille ou chez des amis, et dépensant peu), enfin, par une part faible du tourisme d’affaires (en principe d’une meilleure rentabilité).

4. Principaux enseignements et implications politiques issus des résultats

36Il ressort de tout ce qui précède que les concepts de compétitivité, de productivité et de durabilité du secteur touristique entretiennent en Guadeloupe des relations synergiques fortes, ils se complètent et affichent des résultats concordants. Ils sont donc utiles pour une analyse et une évaluation empirique du niveau de viabilité de l’activité touristique et de son impact sur la destination Guadeloupe, et ce, conformément aux principes du développement durable. Les résultats montrent que dans les trois cas, les facteurs ou variables qui se réfèrent le plus à la notion de durabilité sont ceux qui jouent un rôle important dans la performance globale de la destination. À cet égard, la capacité de charge apparaît comme la variable prédominante. Dans le premier cas (compétitivité), cette variable intervient pour 2/3 dans l’analyse en composantes principales (ACP), destinée à déterminer le potentiel touristique de la Guadeloupe par rapport aux autres destinations de la Caraïbe. Sur ce thème, la destination Guadeloupe se classe 22e sur 29 destinations de la Caraïbe. Dans le deuxième cas (productivité), une analyse par enveloppement des données (DEA) montre que la destination Guadeloupe réalise un faible indice de productivité ou d’éco-efficience vis-à-vis des autres destinations de la Caraïbe. Sur ce thème, la Guadeloupe se classe 14e sur 16 destinations dans la Caraïbe. La capacité de charge joue également un rôle non négligeable dans ce classement. Dans le troisième cas (durabilité), l’application d’un modèle d’optimisation à objectifs multiple, visant à déterminer le nombre de visiteurs que la Guadeloupe peut accueillir, révèle que la capacité de charge de la destination Guadeloupe est inférieure à sa capacité d’accueil. C’est donc le dépassement de cette limite, qui induit en grande partie le déclin de la destination, constaté dans le modèle du cycle de vie de Butler, appliqué à la Guadeloupe. De même, en affichant un faible indice de performance durable du tourisme (IPDT), l’analyse montre que lorsque les performances économiques, sociales et environnementales du tourisme sont faibles, ce dernier n’est pas durable. Tel semble être le cas à la Guadeloupe.

37En résumé, les résultats de cette triple analyse suggèrent que la Guadeloupe apparaît aujourd’hui comme l’exemple vivant d’une gestion touristique non maîtrisée, car, avec un indice de productivité de 0.82, elle gagnerait à réaliser une économie de 18 % environ sur l’ensemble des ressources utilisées. Ces résultats signifient que les autorités en place, ont intérêt à faire plus avec moins, notamment à s’orienter aujourd’hui, vers une amélioration ou réhabilitation des structures d’hébergement actuelles, à capacité constante, plutôt que vers la construction de nouveaux équipements hôteliers. C’est donc sur la base de ces trois concepts, qu’un diagnostic pertinent de toute destination doit s’inscrire, de même que les mesures adéquates qui en découlent. Le diagnostic est sans appel dans le cas de la Guadeloupe. Il montre clairement, qu’après une cinquantaine d’années d’activité, la destination Guadeloupe affiche aujourd’hui des signes de « vieillissement et de fatigue », soulignés dans la quatrième phase du modèle du cycle de vie de Butler, phase caractéristique d’une destination au stade du déclin et ce, malgré un rebond de la fréquentation constaté ces trois dernières années. Mais, force est de constater que durant cette même période, le nombre de visiteurs enregistré, augmente proportionnellement plus vite que la dépense effectuée sur place par les visiteurs, d’où une inélasticité de la croissance des visiteurs par rapport à celle de la dépense touristique. Ce résultat est confirmé dans le tableau 1, relatif au modèle de maturité relative du tourisme, où il est montré que les actions de promotion effectuées par le comité du tourisme des îles de Guadeloupe (CTIG), agissent plus sur le nombre de visiteurs que sur la dépense effectuée sur place par ces derniers. La quantité (nombre de visiteurs) est donc privilégiée par rapport à la qualité (la dépense touristique). Il en résulte, un faible effet multiplicateur de la dépense touristique sur le revenu des autres activités économiques et sur l’emploi, d’où une contribution limitée du tourisme à l’économie locale et à la création d’emplois, alors que la dépense touristique, est considérée comme une forme alternative d’exportation, qui peut contribuer à améliorer la balance commerciale d’un pays, favoriser l’emploi et générer des recettes fiscales supplémentaires. En résumé, et face à ce constat préoccupant, on en déduit qu’un rajeunissement du produit touristique guadeloupéen s’impose ainsi qu’une gestion plus raisonnée des ressources et de l’espace, gestion caractérisée aujourd’hui par l’absence de contrôle des flux, des réglementations contournées, la loi du profit immédiat dans un grand désordre ambiant (Dehoorne et al., 2005), sans oublier un enchevêtrement multiple et inefficace de compétences administratives et politiques. Par conséquent, les réponses à apporter à ces dysfonctionnements relèvent du domaine politique. L’objectif qui doit être visé aujourd’hui, est la mise en œuvre d’un nouveau modèle, qui à l’avenir, incorpore les indicateurs de durabilité dans les structures de gouvernance locale, en privilégiant cette fois, le long terme par rapport au court terme, la qualité par rapport à la quantité, la diversité par rapport à l’uniformité, l’authenticité par rapport à la copie. Il est donc indispensable, d’esquisser sans attendre, les contours de ce nouveau modèle, qui doit impérativement se substituer à celui des 4 S, et qui par analogie, nous appellerons le modèle des 4 E. Ce dernier comprend quatre impératifs : L’équipement (infrastructures diverses), l’encadrement (qualité des ressources humaines), l’évènement (les activités proposées), et l’environnement (les soins apportés à la nature et à l’atmosphère).

Conclusion

38Cette étude s’est fixée pour objectif principal, l’évaluation de la durabilité ou viabilité de l’activité touristique à la Guadeloupe, en ayant recours à plusieurs outils d’analyse tels que : le modèle du cycle de vie de Butler, un modèle d’optimisation à objectifs multiples, l’analyse par enveloppement des données, et un modèle d’évaluation de l’indice de la performance durable du tourisme. Ce faisant, elle s’est attachée à déterminer l’indice de performance durable du tourisme à la Guadeloupe, en évaluant les principaux facteurs de durabilité ou de décision (indicateurs d’alerte) qui entravent le processus de développement durable de la destination au plan économique, environnemental et social, et en formulant les recommandations qui en découlent afin de permettre aux responsables de cette activité d’améliorer les perspectives de développement de ce secteur, conformément aux principes du développement durable, à savoir : un développement touristique économiquement viable, écologiquement soutenable et humainement équitable. Sur ces trois piliers ou objectifs du développement durable, les résultats enregistrés sont concordants et témoignent de l’existence en Guadeloupe de relations symbiotiques fortes entre ces trois objectifs, et de corrélations également fortes entre les concepts de compétitivité, de productivité et de durabilité. Ils montrent qu’en affichant une durabilité modeste, le secteur touristique à la Guadeloupe n’a pas atteint les objectifs ci-dessus énoncés. En multipliant les exonérations de cotisations patronales et les lois de défiscalisation en faveur du secteur, on confond dans ce territoire tourisme et hôtellerie. Il y a donc erreur de diagnostic.

39En conséquence, ces résultats préoccupants constituent une sérieuse alerte pour les autorités en charge de ce secteur, car, après une cinquantaine d’années d’activité, cette destination est arrivée à bout de souffle, elle a atteint aujourd’hui la quatrième phase du modèle du cycle de vie de Butler, phase synonyme d’une destination en déclin. Elle s’est donc écartée de la voie conduisant à un développement touristique durable. Sur le pilier économique, la destination peine à jouer un rôle de catalyseur de développement économique puisque, indépendamment d’un faible retour sur investissement des infrastructures touristiques vis-à-vis des autres destinations de la Caraïbe, on dénote un faible effet multiplicateur de la dépense touristique sur le revenu des autres secteurs d’activité et sur l’emploi, et donc une faible contribution du tourisme à l’économie locale. Sur le pilier écologique (ou préservation de l’environnement), on observe que la contamination durable par les pesticides de la ressource en eau et du sol demeure un problème d’une grande gravité. De même, l’hygiène du milieu mérite un meilleur traitement, ainsi que la collecte et le traitement des déchets ménagers et assimilés, sans oublier les problèmes récurrents rencontrés dans la distribution de l’eau, et dans celui des transports urbains et inter-urbains. Enfin, selon des spécialistes de l’environnement, la Guadeloupe affiche par rapport à la contrainte carbone, une mauvaise éco-efficacité. Cette dernière ainsi que celle de la Martinique sont même jugées moins bonnes que celle des autres régions françaises d’outre-mer. Sur le pilier humain, les résultats révèlent que les emplois créés dans l’industrie touristique, ne représentent que 3,9 % du total des emplois en Guadeloupe, et que l’on enregistre en moyenne, 34 touristes par salarié dans la destination. Dans un tel contexte, la destination Guadeloupe évolue dans des conditions particulièrement difficiles. Des niveaux plus élevés de durabilité et de bien-être pour la population peuvent être atteints par une amélioration conjuguée des paramètres de durabilité. Aussi, face à ces résultats, il convient d’élaborer pour ce territoire, un nouveau modèle de développement touristique, qui désormais devrait incorporer, les indicateurs de durabilité dans les structures de gouvernance locale, et de ce fait devrait privilégier le long terme par rapport au court terme, la qualité par rapport à la quantité, la diversité par rapport à l’uniformité, et l’authenticité par rapport à la copie. Enfin, au plan stratégique, ce modèle devrait avoir comme leitmotiv : accueillir sans se faire envahir, planifier et développer sans se faire déposséder.

Haut de page

Bibliographie

ADEME (2013). Le schéma régional climat air énergie de Guadeloupe. http://www.guadeloupe.developpement-durable.gouv.fr/le-schema-regional-climat-air-energie-de-r104.html

AEE (1999). “Environmental indicators: typology and overview”, Technical report, E. Smeets and R. Weterings (eds), 25(19).

Ahn, B., B. Lee and C. Shafer (2002). “Operationalizing sustainability in regional tourism planning: an application of the limits of acceptable change framework”, Tourism Management 23: 1-15.

Aouni, B. and O. Kettani (2001). “Goal programming model: A glorious history and a promising future”, European Journal of Operational Research 133: 225-231.

Ballestero, E. and C. Romero (1998). Multiple Criteria Decision Making and its Applications to Economic Problems, Kluwer Academic Publishers, Boston.

Benson, H. and D. Lee (1996). “Outcome-based algorithm for optimizing over the efficient set of a bicriteria linear programming problem”, Journal of Optimization Theory and Applications 88: 77- 105.

Blancas, F.J. et al. (2011). “How to use sustainability indicators for tourism planning: the case of rural tourism in Andalusia (Spain)”, Science of the total environment 412-413: 28-45.

Butler, R.W. (1980). The concept of a tourist area cycle of evolution: implications for management of resources, The Canadian Geographer 24: 5-12.

Caballero, R. et al. (1998). Un modelo de programación lineal para el análisis del sector turístico, Actas de la XII Reunión anual ASEPELT-España, Córdoba, Junio 1998.

Candela, G. (2010). “Is there any economics beyond tourism areas?”, Review of economic analysis 2: 256-271.

Canestrelli, E. and P. Costa (1991). Tourist carrying capacity: a fuzzy approach, Annals of Tourism Research 18: 295-311.

Castellani, V. et S. Sala (2010). “Sustainable performance index for tourism policy development”, Tourism management 31(6): 871-880.

Cerina, F. (2007). « Tourism specialization and environmental sustainability in a dynamic economy », Tourism economics 13 (4) : 553-582.

Ceron, J.P. et G. Dubois (2012). « Le tourisme dans l’outre-mer français face à la contrainte carbone », Mondes en développement 1 : 157.

Cernat, L. and J. Gourdon (2012). “Paths to success: benchmarking cross-country sustainable tourism”, Tourism management 33.

Collins, A. (1999). “Tourism development and natural capital”, Annals of Tourism Research 26: 98-109.

Cour des Comptes (2014). Le tourisme en outre-mer : un indispensable sursaut, Rapport public annuel. https://www.fedom.org/wp-content/uploads/2016/04

Craigwell, P. and R. Whitehall (2005). Tourism maturity and a ranking of relative tourism potential in the Caribbean, Central bank of Barbados.

Croes, R. (2010). Small island tourism competitiveness: expanding your destination’s slice of paradise, Rosen College of Hospitality Management.

Croes, R. (2013). “Tourism specialization and economic output in small islands”, Tourism Review 68(4): 34-48.

Crouch, G. I. and J.R.B. Ritchie (1999). Tourism competitiveness and societal prosperity, Journal of business research 44: 137-152.

Crouch, G.I and G.R.B. Ritchie (2003). The competitive destination: a sustainable tourism perspective, CABI.

Cucculelli, M. et G. Goffi (2016). « Does sustainability enhance tourism destination competitiveness? Evidence from Italian destinations of excellence”, Journal of cleaner production 111: 285-54.

David, G. (1999). Application de la notion de capacité de charge au contexte insulaire : mythe ou réalité ?, International journal of island affairs. N° spécial : 7-12.

Dehoorne, O., F. Bragance et P. Saffache (2005). « Pour un tourisme durable dans la grande caraïbe », Études caribéennes 3, URL : https://journals.openedition.org/etudescaribeennes/613

Dupont, L. (2008). « Évaluation de la compétitivité des destinations touristiques : application à la Caraïbe », Espaces tourisme & loisirs 257.

Dupont, L. et A. Salzedo (2011). L’évaluation de la politique touristique en Guadeloupe et de son impact sur l’économie et l’emploi à l’aide de modèles appliqués. Éditions publibook, tome 3.

Dupont, L. (2012). « Analyse empirique de la relation entre tourisme et compétitivité : l’exemple des Antilles françaises », Études caribéennes 23, URL : https://journals.openedition.org/etudescaribeennes/6283

Dupont, L. (2015). « Évaluation de la capacité de charge multidimensionnelle du tourisme en milieu insulaire et son utilité dans la politique d’adaptation au changement climatique : Cas de la Guadeloupe », http://www.tourisme.gouv.fr

Ehrgott, M. (2000). Multicriteria Optimization, Springer Verlag, Berlín.

Evans, G.W. (1984). « An overview of techniques for solving multiobjective mathematical programs », Management Science 30 : 1268- 1282.

Feick, R.D. and G.B Hall (2000). “The application of a spatial decision support system to tourism-based land management in Small Island states”, Journal of Travel Research 39: 163 -171.

Furt, J.M. et C. Tafani (dir.) (2014). Tourisme et insularité. La littoralité e question(s). Éditions Karthala.

Gourija, S. (2007). Tourisme et développement durable : quelles conjugaisons?. Cas du Maroc, Thèse de doctorat : http://www. URL : Memoironline.com/11/07/669/m_tourisme-developpement.

Greiner, A. et al. (2001). “Optimal periodic development of a pollution generating tourism industry”, European Journal of Operational Research 134: 582-591.

Günther R. et al. (2008). Carrying capacity vs acceptable visitor load: semantic or a substantial change in tourism management, Galapagos report: Institutes of Applied Ecology.

Haralambopoulos, N. and A. Pizam (1996). “Perceived impacts of Tourism Research The case of Samos”, Annals of Tourism Research 23: 503-526.

IEDOM (2017). Rapport annuel 2016. http://www.iedom.fr/guadeloupe.

IEDOM (2015). Le tourisme à la Guadeloupe : vers un redémarrage durable du secteur ? Note express.

INSEE (2011). « La Guadeloupe et le tourisme : un sentiment d’inachevé », URL: http://www.insee.fr/fr/insee.regions/guadeloupe/themes/etudes.../diag971_08 .htm

Jorge, J.M. (2005). “A bilinear algorithm for optimizing a linear fonction over the efficient set of a multiple objective linear programming problem”, Journal of Global Optimization to appear 31(1): 1-16.

Kazi, T. (2009). La modélisation des préférences du décideur dans le modèle du goal programming. Thèse de doctorat en sciences de gestion, Université Abou Bekr Belkaïd de Tlemcen, URL : http://dspace.univ-tlemcen.dz/bitstream/112/2874/1/Hassaine-kazi-amel.doc.pdf

Ko, T.G. (2005). “Development of a tourism sustainability assessment procedure: a conceptual approach”, Tourism Management 26: 431-445.

Lin, W.T. (1980). “A survey of goal programming applications”, OMEGA 8: 115- 117.

Lozato-Giotart, J.P. (1992). Geographical rating in tourism development, Tourism Management 113: 141- 144.

Magnan, A. et V. Duvat (2011). Could tourism carrying capacity be a useful tool for adapting to climate change ?, Institut du développement durable et des relations internationales (IDDRI) et littoral environnement et sociétés (LIENS).

Marcotte, P., L. Bourdeau et B. Sarrazin (2017). « Tourisme et développement durable. Un exercice d’adaptation, d’intégration et de conciliation », Téoros 36(1), URL: https://journals.openedition.org/teoros/2979

Mc Elroy, J.L. et K. de Albuquerque (1998). “Tourism penetration index in small Caribbean islands”, Annals of tourism research 25: 145-168.

Mc Elroy, J.L, K. de Albuquerque and A. Dioguardi (1993). “Applying the tourist destination life-cycle model to small Caribbean and Pacific islands”, World Travel and Tourism Review 3: 236-44.

Mc Elroy, J.L. (2006). “Small island tourist economies across the lifecycle”, Asia pacific view point 47(1): 61 -77.

Mathieson, A. and G. Wall (1984). Tourism. Economic, Physical and Social Impacts, Longman, London.

Ocaña, C. and F. Galacho (2002). “Un modelo de aplicación de SIG y evaluación multicriterio, al análisis de la capacidad del territorio en relatión a funciones turísticas », Actas del IV Congreso ''Turismo y Tecnologias de la Información y las Comunicaciones TuriTec.

OMT (1999). Guide à l’intention des autorités locales : Développement durable du tourisme, OMT.

O'reilly, A.M. (1986). « Tourism carrying capacity. Concept and issues”, Tourism Management 7: 254-258.

Pazienza, P. (2004). A multidimensional tourism carrying capacity model: an empirical approach, URL: https://pdfs.semanticscholar.org/25ef/779d697668106be2107c5848df7fd4768ddc.pdf

Perez, V. et al. (2013). “Composite indicator for the assessment of sustainability: the case of cuban nature-based tourism destination”, Ecological indicators 29: 316-324.

Port autonome de la Guadeloupe (2014). Rapport d’activité 2013, URL : http://guadeloupe-portcaraibes.com

Prato, T. (2001). “Modeling carrying capacity for national packs”, Ecological Economics 39: 321-331.

Ringuest, J.L. (1992). Multiobjective optimization: Behavioral and computational configurations, Kluwer Academic Publishers, Boston.

Saveriades, A. (2000). “Establishing the social tourism carriyng capacity for the tourist resorts of the coast of the Republic of Cyprus”, Tourism Management 21: 147- 156.

Scharlig, A. (1985). Décider sur plusieurs critères. Panorama de l’aide à la décision multicritère, Presses polytechniques Romandes, Lausanne.

Seely, R.L., H.J. Iglarsh and D.L. Edgeli (1980). Goal Programming. Planning process of tourism organizations, Annals of Tourism Research 7: 353-365.

Seidl, I. and C.A. Tisdell (1999). “Carrying capacity reconsidered: from Malthus’ population theory to cultural carrying capacity”, Ecological Economics 31: 395-408.

Simone, M (2015). “On the carrying capacity and the optimal number of visitors in tourism destinations”, Tourism economics, URL: https://doi.org/10.5367/te.2015.0535.

Thomas, R.N., B.W. Pigozzi and R.A. Sambrook (2005). “Tourist carrying capacity measures: crowding syndrome in the Caribbean”, The Professional Geographer 57(1): 13-20.

TRAFIKERA (2015). « Trafic en temps réel et information », http://www.trafikera.fr

Tsaur, S.-H. and Wang, C.-H. (2007). “The evaluation of sustainable tourism development by analytic hierarchy process and Fuzzy set theory: an empirical study on the green island in Taiwan”, Asia pacific journal of tourism research 12(2): 127-145.

Uysal, M. and B.S. Martin, (1990). “An examination of the relationship between carrying capacity and the tourism lifecycle: Management and policy implications”, Journal of environmental management 31(4): 327-333.

Van Beynen, P., Akiwumi F.A. and Beynen K.V. (2018). “A sustainability index for small island developing states”, International journal of sustainable development & world ecology 25(2).

Van der Knijff, E. and Oosterhaven, J. (1990). “Optimizing tourist policy: a linear programming approach, Regional Studies 24: 54-64.

Weiss, H. J. (2005). “Quantitative Methods, production and operations Management (POM-QM)”, Software for decision sciences. http://www.prenhall.com

Wetzel, K.R. and Wetzel, J.F. (1995). “Sizing the earth: recognition of economic carrying capacity”, Ecological Economics 12: 13-21.

Wining-Ward, L. and R. Butler (2002). “Implementing STD on a small island: development and use of sustainable tourism development indicators in Samoa”, Journal of sustainable tourism 10 (5): 363-387.

World Travel & Tourism Council (2017). “Travel & tourism economic impact 2017 Guadeloupe”, URL: https://www.wttc.org/-/.../economic-impact...2017/guadeloupe.

Haut de page

Annexe

Modèle conceptuel de la compétitivité et durabilité d’une destination de Ritchie et Crouch. Nous avons choisi d’utiliser l’approche « Ritchie & Crouch » pour décomposer et identifier la compétitivité et la durabilité du tourisme en Guadeloupe. Le modèle ci-dessous souligne que toute destination cherche à avoir du succès par le biais de la création et/ou par le bénéfice de deux types spécifiques d’avantages : avantages comparatifs (dotations en ressources), et avantages compétitifs (déploiement des ressources).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16333/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Titre Figure 1. Retour sur investissement des infrastructures touristiques de Guadeloupe
Crédits Source : WTTC et calculs de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16333/img-2.png
Fichier image/png, 45k
Titre Figure 2. Comparaison du nombre de touristes par employé en Guadeloupe par rapport à d’autres destinations de la Caraïbe
Crédits Source : WTTC et calculs de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16333/img-3.png
Fichier image/png, 51k
Titre Figure 3. Schéma du cycle de vie du tourisme à la Guadeloupe (1990- 2013)
Crédits Source : Guadeloupe Port Caraïbes, Insee
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16333/img-4.png
Fichier image/png, 282k
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16333/img-5.png
Fichier image/png, 892k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis Dupont, « Le tourisme est-il aujourd’hui sur une trajectoire de développement durable à la Guadeloupe ? Nécessité de concilier compétitivité, productivité et durabilité », Études caribéennes [En ligne], 43-44 | Août-Décembre 2019, mis en ligne le 24 novembre 2019, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/16333 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.16333

Haut de page

Auteur

Louis Dupont

The George Washington University, ledupont2@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals