Navigation – Plan du site
Compte-rendu de lecture

Perspectivas del Comercio Internacional de América Latina y el Caribe. Las tensiones comerciales exigen una mayor integración regional

Bernard Yvars
Référence(s) :

CEPAL (2018). Perspectivas del Comercio Internacional de América Latina y el Caribe. Las tensiones comerciales exigen una mayor integración regional, CEPAL, 188p, ISBN: 9789211219999.

Texte intégral

Estudio Económico de América Latina y el Caribe 2019Afficher l’image
Crédits : CEPAL

1Cet ouvrage de la CEPAL est intéressant parce qu’il fournit la perception d’une instance économique latino-américaine sur l’évolution actuelle de la mondialisation. Celle-ci se caractérise par une prise de conscience de plus en plus large que l’internationalisation de la production et des échanges n’engendre pas que des effets bénéfiques. Autrement dit, le commerce international n’est pas un jeu à somme positive. Il peut y avoir des gagnants, mais aussi des perdants. De ce point de vue, il est difficilement compréhensible que des pays qui enregistrent des déficits structurels de leurs balances des transactions courantes soient d’âpres défenseurs du multilatéralisme alors que la négociation bilatérale leur conviendrait mieux ou encore une pratique de reconquête de marché intérieur avec tarif optimal aux frontières dans le cas d’un grand pays. L’édition 2018 des Perspectives du commerce international de l’Amérique latine et de la Caraïbe comprend trois chapitres.

2Le premier chapitre analyse l’impact de la divergence de la croissance mondiale et des tensions commerciales sur les échanges extérieurs de la zone latino-américaine. L’expansion de l’économie domestique des États et du commerce mondial enregistre un ralentissement en 2018. Néanmoins, les États-Unis, la Chine et l’Inde conservent leur dynamisme productif alors que la zone euro, le Japon et plusieurs pays émergents progressent moins fortement. La plupart des pays développés bénéficient d’une baisse du chômage avec des salaires en stagnation. Les inégalités de revenus persistent voire s’accroissent, ce qui intensifie le mécontentement des populations envers la mondialisation. Des tensions au niveau du commerce extérieur se manifestent notamment entre les États-Unis et la Chine, les déficits importants des premiers s’opposant aux excédents en contraction de la seconde. Ce type de conflits pourrait avoir un impact positif sur les exportations régionales latino-américaines à court terme, mais une escalade protectionniste entraînerait de graves risques pour l’économie mondiale et celle de l’Amérique latine.

3Le second chapitre examine la participation de l’Amérique latine et de la Caraïbe au commerce des minéraux et des métaux. La région dans son ensemble est un exportateur net dans ce secteur. Cependant, leurs expéditions se caractérisent par un faible degré de transformation. La part des matières premières dans les exportations de minéraux et de métaux de la région latino-américaine a presque doublé au cours des vingt dernières années. Cela est dû à l’orientation croissante des expéditions régionales vers la Chine et le reste de l’Asie, dont la demande se concentre sur les matières premières telles que les minerais de fer et de cuivre. Une dépendance à l’égard de l’exportation de produits miniers de base apparaît. Il s’y ajoute un problème de détérioration des termes de l’échange parce que les prix de ces produits évoluent moins fortement à la hausse que ceux des biens élaborés importés. Enfin, il faut prendre en compte le coût des dommages environnementaux résultant de l’exploitation minière. La région latino-américaine possède aussi d’importantes réserves de métaux rares dont certains sont très utiles pour la production des technologies permettant de lutter contre le changement climatique (éoliennes, panneaux photovoltaïques, etc.). Des perspectives favorables de diversification de la production et des exportations de la région existent donc dans ce domaine. Cependant, leur exploitation exige de ne pas se limiter aux effets incitatifs des prix du marché, mais de s’appuyer aussi sur un volontarisme des pouvoirs publics en matière de politiques industrielles et technologiques.

4Le troisième chapitre examine si le commerce électronique transfrontalier est susceptible de stimuler et de permettre de diversifier les exportations de la zone latino-américaine. Il s’agit de transactions entre pays effectuées électroniquement et activées par des plates-formes informatiques ou avec la livraison numérique du produit ou du service. On peut noter que la participation de l’Amérique latine et de la Caraïbe au commerce électronique mondial transfrontalier devrait doubler entre 2014 et 2020 en passant de 2,6 % à 5,3 %. Cette région a rapidement augmenté sa consommation de produits importés via des plates-formes électroniques étrangères, mais on ne retrouve pas le même dynamisme en ce qui concerne son exportation. Pour ce faire, quatre types d’actions doivent être développés afin que les entreprises et les consommateurs de la région soient davantage intégrés au commerce électronique transfrontalier :

  • la promotion du marché numérique régional (conditions juridiques et techniques qui facilitent l’échange électronique de données liées au commerce, amélioration de l’interopérabilité des réglementations numériques entre les pays et accroissement de la cybersécurité et de la protection des consommateurs pour donner davantage confiance aux utilisateurs) ;

  • la numérisation et la simplification du financement du commerce pourraient être encouragées, ce qui comprend un soutien aux fournisseurs de financement alternatifs ;

  • la modernisation des services de douane et postaux pour s’adapter aux besoins du commerce électronique transfrontalier ;

  • la réduction des coûts des paiements transfrontaliers en ligne.

5Le continent latino-américain tente d’exploiter toutes les opportunités d’exportation que permettent actuellement des marchés internationaux qui apparaissent momentanément moins dynamiques. Dans l’avenir, la prégnance des contraintes environnementales pourrait être telle qu’elle rende indispensable la réduction des échanges distants au profit d’un développement durable assis sur une régionalisation plus forte des économies et du commerce. C’est ainsi qu’il faut à notre sens interpréter le sous-titre de l’ouvrage se référant à un souhait d’une intégration régionale accrue. Il ne s’agit pas d’aller dans le sens d’une union économique et monétaire locale dont les exigences sont impossibles à satisfaire tant les économies concernées sont disparates.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Yvars, « Perspectivas del Comercio Internacional de América Latina y el Caribe. Las tensiones comerciales exigen una mayor integración regional », Études caribéennes [En ligne], 43-44 | Août-Décembre 2019, mis en ligne le 30 octobre 2019, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/16378

Haut de page

Auteur

Bernard Yvars

Économiste, Chaire Jean Monnet en Intégration régionale comparée, Équipe Horizons caribéens Université de Bordeaux, yvars.bernard@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals