Navigation – Plan du site
Compte-rendu de lecture

Estudio Económico de América Latina y el Caribe 2019. El nuevo contexto financiero mundial: efectos y mecanismos de transmisión en la región

Bernard Yvars
Référence(s) :

CEPAL (2019). Estudio Económico de América Latina y el Caribe 2019. El nuevo contexto financiero mundial: efectos y mecanismos de transmisión en la región, CEPAL, 243p, ISBN: 9789211220193.

Texte intégral

Estudio Económico de América Latina y el Caribe 2019Afficher l’image
Crédits : CEPAL

1L’Étude économique de l’Amérique latine et de la Caraïbe pour l’année 2019 analyse principalement comment l’évolution des conditions financières internationales peut affecter cette zone dans un contexte où de nombreuses économies latino-américaines sont endettées et recourent aux marchés pour se refinancer. L’ouvrage comprend trois parties.

2La première partie examine d’un point de vue macro-économique les performances de l’économie régionale en 2018 et son évolution au cours des premiers mois de 2019. Des perspectives sont proposées pour l’ensemble de l’année. Les facteurs externes et internes qui ont influencé la performance économique de la région sont analysés et les caractéristiques de la croissance économique sont abordées en recourant aux variables traditionnelles que sont les évolutions des prix et du marché du travail. Les politiques macroéconomiques sont évaluées dans un contexte de faible croissance et d’incertitude élevée sur les modifications du contexte international.

3La deuxième partie de l’étude économique est consacrée aux changements intervenus dans le système financier international après la crise mondiale de 2008, c’est-à-dire les difficultés induites par la crise étasunienne des subprimes. Les modifications observées résultent de l’impact de cette crise sur la structure et le fonctionnement du système financier mondial, mais aussi des politiques d’expansion quantitative mises en œuvre dans les pays développés pour faire face aux effets de la crise économique. Les conditions d’intermédiation bancaire ont évolué, ce qui entraîne une modification des mécanismes de transmission des impulsions financières des pays développés vers les économies en développement, y compris celles d’Amérique latine et de la Caraïbe.

4La troisième partie de l’étude contient les notes sur les performances économiques des pays de l’Amérique latine et de la Caraïbe en 2018 et au premier semestre de 2019 ainsi que leurs annexes statistiques respectives.

5L’ouvrage souligne que les indicateurs macroéconomiques traditionnels pourraient ne pas suffire pour évaluer les éventuelles fragilités financières extérieures auxquelles la région est exposée. Il est ainsi suggéré de réexaminer les indicateurs de vulnérabilité en allant au-delà des postes de la balance des paiements et de la position extérieure globale nette. Il convient également de prendre en compte la structure de marché dans laquelle les différents acteurs évoluent.

6Cela dit, le diagnostic sur la crise économique internationale actuelle qui n’en est qu’à ses débuts n’est peut-être pas complet. On accorde une importance considérable aux questions monétaires, financières parce qu’elles concernent l’épargne des agents économiques, le financement des retraites dans les systèmes de capitalisation, l’investissement dans les activités économiques. Les dettes privées et publiques en croissance dans de nombreux pays font l’objet d’une attention continue et légitime sans que ces pays s’opposent sérieusement à leur progression. En fait, le problème majeur de nos sociétés n’est pas monétaire : il s’agit d’une crise profonde de système productif et d’emploi. La réalité est que la croissance du PIB mondial est limitée par une rareté de plus en plus nette des ressources en dépit des apports d’un progrès technique dont la pérennité est d’ailleurs incertaine. Ce déséquilibre sera vraisemblablement aggravé par les évolutions démographiques mondiales qui ne sont pas soutenables. En clair, la terre qui a des difficultés à faire vivre décemment 7,7 milliards d’individus aujourd’hui en aura encore plus à faire vivre 11 milliards à l’horizon 2100 ! Pourquoi donne-t-on alors la primauté à l’action monétaire ? Celle-ci permet une fuite en avant dans la dette pour le financement de tout type de projet lié à la consommation, l’investissement, l’épargne, etc. Ainsi, on ne porte pas atteinte à court terme au niveau de vie des populations et on peut retarder éventuellement les adaptations économiques nécessaires dans la mesure où celles-ci sont possibles. A l’heure actuelle, ce qui est inquiétant, c’est la généralisation des politiques d’abondance monétaire (Chine, États-Unis, zone euro) qui révèle des difficultés internationales étendues, ce qui va créer progressivement un déséquilibre financier majeur. Il faut donc s’attendre à un ajustement brutal qui sera subi par les détenteurs d’actifs financiers, c’est-à-dire les actionnaires, les créanciers et les épargnants. Un phénomène de credit crunch pourrait en résulter et serait défavorable en premier lieu aux pays en développement et émergents dotés de structures de financement étroites et fragiles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Yvars, « Estudio Económico de América Latina y el Caribe 2019. El nuevo contexto financiero mundial: efectos y mecanismos de transmisión en la región », Études caribéennes [En ligne], 43-44 | Août-Décembre 2019, mis en ligne le 30 octobre 2019, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/16392

Haut de page

Auteur

Bernard Yvars

Économiste, Chaire Jean Monnet en Intégration régionale comparée, Équipe Horizons caribéens Université de Bordeaux, yvars.bernard@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals