Navigation – Plan du site
Un système socio-économique marqué par le dualisme productif

Choix d’études et rapports à la mobilité des lycéens et étudiants martiniquais

Choice of studies and reports on the mobility of high school students and Martiniquan students
Gilles Joseph, Éric Kamwa et Sébastien Mathouraparsad

Résumés

Cet article présente les principaux résultats d’une enquête menée auprès d’étudiants du Campus de Schœlcher (Université des Antilles, Pôle Martinique) et d’élèves du Lycée de Bellevue à Fort-de-France, sur leurs principales motivations à partir faire leurs études hors de Martinique et à ne pas, éventuellement, envisager leur retour une fois celles-ci terminées. Les lycéens et étudiants martiniquais semblent en majorité faiblement satisfaits de la diversité de l’offre de formation dont l’attractivité est jugée moyenne, tout en reconnaissant un environnement d’étude martiniquais attractif. Si les étudiants semblent généralement assez satisfaits de leur expérience, les lycéens paraissent sceptiques quant au degré de reconnaissance par les employeurs des diplômes proposés en Martinique. Ainsi, bien qu’ils n’aient pas majoritairement une mauvaise image de l’enseignement supérieur en Martinique, un seul tiers des lycéens interrogés affirment vouloir poursuivre leurs études en Martinique après le Baccalauréat alors qu’un peu moins de la moitié souhaite partir.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Martinique
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Plusieurs analyses plutôt descriptives ou prospectives ont souligné l’importance du vieillissement démographique dans les DOM et le rôle central que jouent les migrations dans ce phénomène (Goto et al., 2014). Les DOM, en particulier les Antilles et la Réunion, sont confrontés à deux doubles phénomènes remarquables qui peuvent sensiblement impacter la performance de leur marché du travail et au-delà, leur économie tout entière : une baisse du taux de natalité concomitante à un allongement de la durée de vie, et une migration des jeunes vers l’Hexagone accompagnée du retour des retraités natifs des DOM dans leur pays d’origine. Comme le soulignent Cadiou et al., (2002), les effets de l’évolution démographique sur l’activité économique sont largement diffus et parfois insaisissables. Or la compréhension de ces impacts est indispensable à l’orientation des politiques publiques, tant pour l’offre éducative, la régulation du marché du travail, la politique du logement ou encore l’organisation du système de soins. Cadiou et al., (2002) soutiennent que l’action conjuguée de ces différents phénomènes est dans le temps et l’espace assez atypique, ce qui ne permet d’envisager ses conséquences économiques et sociales qu’en s’appuyant sur des hypothèses plus ou moins restrictives quant aux capacités d’adaptation de ces territoires.

2Sur la base des évolutions des DOM et au regard des objectifs de développement de ces régions caractérisées par des taux de chômage jugés indécents, il est permis de se poser un certain nombre de questions relatives au fonctionnement et à l’efficacité de leur marché du travail. Les DOM sont-ils importateurs ou exportateurs nets de main-d’œuvre qualifiée/peu qualifiée ? Y a-t-il un effet d’éviction des migrants par rapport à la population autochtone ? Quels sont les secteurs les plus touchés par l’évolution démographique ? Quels sont les facteurs centripètes et centrifuges déterminant la migration des jeunes ?

3La première partie de l’article se propose de mieux appréhender les enjeux démographiques des DOM en mettant l’accent sur ce qui caractérise ces régions : les migrations et le vieillissement de la population. Dans une deuxième partie, nous cherchons à déterminer dans quelle mesure les Antilles françaises et la Réunion sont impactées par la fuite des cerveaux (Brain drain), phénomène depuis longtemps observé dans les États insulaires de la Caraïbe (Bellemare et Carluer, 2013), mais peu analysé pour les DOM. Afin de mieux appréhender les dessous du phénomène migratoire des jeunes, nous présentons les résultats des travaux réalisés à partir d’une enquête auprès de jeunes martiniquais.

1. Le contexte démographique en Outre-mer

1.1. L’évolution démographique dans les DOM

4L’évolution démographique des différents DOM n’est pas homogène. En Martinique, la population diminue depuis 2008 et est estimée à 378 243 habitants au 1er janvier 2015. Toutefois, cette baisse sensible est de nature transitoire selon les prévisions de l’INSEE.

Tableau 1 : Effectif des populations

1990

1999

2007

2012

2014

Projections en 2040

France hexagonale

56 577 000

58 496 613

61 795 238

63 375 971

63 920 247

70 734 136

Guadeloupe

351 844

385 609

400 584

403 314

403 750

403 774

Guyane

113 351

155 760

213 031

239 648

250 377

573 601

Martinique

358 406

380 863

397 730

388 364

381 326

423 435

La Réunion

597 828

703 820

794 107

833 944

844 994

1 060 835

France (hors Mayotte)

57 998 429

60 122 665

63 600 690

65 241 241

65 800 694

73 195 781

Source : INSEE, Estimations au 1er janvier (résultats 2014 provisoires arrêtés fin 2014) - Omphale 2010

  • 1 Les termes France, Hexagone ou France hexagonale sont utilisés de manière équivalente.

5Jusqu’en 2040, les populations de l’Hexagone et des territoires d’Outre-mer croîtraient à un rythme plus ou moins stable. En Guadeloupe, la population reste stable sur la période 2008-2013. Par la suite, elle diminue légèrement pour atteindre 400 132 habitants au 1er janvier 2015. La Réunion, dont la population est estimée à 843 529 habitants au 1er janvier 2015, voit son dynamisme démographique diminuer depuis quelques années. Ancien département français ayant l’une des croissances démographiques les plus importantes, la Réunion se fait aujourd’hui rattraper par les problématiques du vieillissement. En Guyane, la population était estimée à 254 541 habitants au 1er janvier 2015. Malgré une croissance démographique ralentie depuis 2008, ce département reste tout de même l’un des plus dynamiques de France1 démographiquement.

6La taille d’une population humaine dépend de deux variables quantifiables : la croissance naturelle qui est la différence entre les naissances et les décès et le solde migratoire, différence entre les entrées et les sorties du territoire. Le tableau 2 nous montre que tous les DOM présentent une croissance naturelle supérieure à celle de l’Hexagone. Depuis 1999, aux Antilles et à la Réunion, c’est la croissance naturelle qui demeure le principal moteur de l’accroissement total de la population alors que le solde migratoire est devenu négatif aux Antilles et négligeable à la Réunion. En Guyane, c’est la situation inverse. La migration nette joue un rôle majeur. En 2007, elle a porté l’accroissement total à 40 %, soit un niveau pratiquement dix fois plus élevé que les moyennes nationale et communautaire.

Tableau 2 : Taux de variation annuel moyen de la population (en %)

Guadeloupe

Martinique

Guyane

Réunion

France

Total

 

 

 

 

 

1974-1982 (1)

0,1

0,2

3,9

1,1

0,5

1982-1990

1,4

1,1

5,8

1,9

0,5

1990-1999

1,0

0,7

3,6

1,9

0,4

1999-2006

0,6

0,6

4,1

1,5

0,7

2006-2013

0,2

-0,4

2,8

1,0

0,5

Dû au mouvement naturel

 

 

 

 

 

1974-1982 (1)

1,2

1,1

1,9

2,0

0,4

1982-1990

1,3

1,1

2,3

1,8

0,4

1990-1999

1,2

1,0

2,7

1,6

0,4

1999-2006

1,0

0,7

2,7

1,4

0,4

2006-2013

0,7

0,6

2,5

1,3

0,4

Dû au solde apparent des entrées et des sorties

 

 

 

 

 

1974-1982 (1)

-1,1

-1,0

2,0

-0,9

0,1

1982-1990

0,1

0,0

3,5

0,1

0,1

1990-1999

-0,1

-0,3

0,8

0,3

0,0

1999-2006

-0,4

-0,1

1,4

0,1

0,3

2006-2013

-0,5

-1,0

0,3

-0,3

0,1

(1) : 1975 pour l’Hexagone.

Source : INSEE, recensements de la population 1975 à 1999, état civil (données domiciliées), estimations de population 1999-2013.

7L’amélioration des conditions de vie et sanitaires a entraîné une augmentation progressive de la durée de vie tant en France hexagonale que dans les DOM. Comme le montre la figure 1, l’espérance de vie en France est de 85,4 ans en 2014 pour les femmes et de 79,3 ans pour les hommes. Elle reste du même ordre dans les Antilles françaises, à La Réunion et en Guyane.

Figure 1. Espérance de vie à la naissance dans les DOM en 2014 (en années)

Figure 1. Espérance de vie à la naissance dans les DOM en 2014 (en années)

8La population se répartit de façon assez similaire selon l’âge en France hexagonale, en Martinique et en Guadeloupe (Figure 2). Ainsi, en 2014, la proportion des individus de plus de 60 ans augmente à 24,4 % en France hexagonale (contre 22,8 % en 2010). Elle s’établit à 24,2 % en Martinique et à 21,8 % en Guadeloupe (soit respectivement +3,5 points et +2,7 points en comparaison avec 2010). Cependant, la part des moins de 20 ans s’est réduite à 24,3 % en France hexagonale, 24,6 % en Martinique et à 27,5 % en Guadeloupe, soit respectivement -0,2 points, -2,4 points et -2,0 points par rapport à 2010. La situation s’inverse en Guyane où la part des plus de 60 ans s’établit à 7,6 % en 2014 (+1,1 point par rapport à 2010) alors que la tranche des moins de 20 ans représente 42,5 % (-1,7 point par rapport à 2010). Selon les estimations de l’INSEE, à l’horizon 2040, la Guyane devrait conserver sa dynamique de croissance démographique et pourrait voir sa population multipliée par 2,3. À La Réunion, la proportion des plus de 60 ans correspond à 15,1 % de la population réunionnaise en 2014 (+2,9 points en comparaison avec 2010) ; la part des moins de 20 ans étant de 31,3 % (-2,4 points par rapport à 2010). La transition démographique réunionnaise devrait se poursuivre selon les projections de l’INSEE et la croissance démographique rester encore assez soutenue pour permettre à La Réunion de dépasser le million d’habitants en 2040.

Figure 2 : Répartition de la population par classe d’âge (en %)

Figure 2 : Répartition de la population par classe d’âge (en %)

Source : INSEE

9Selon les projections de l’INSEE, la Martinique devrait ainsi faire partie des régions les plus âgées de France. La proportion des plus de 60 ans y serait multipliée par 1,9 entre 2010 et 2040. Il faudrait alors attendre 2060 pour voir cette dynamique de vieillissement de la population s’estomper.

Tableau 3 : Estimation de la population à l’horizon 2040

Pop. estimée en 2010

Moins de 25 ans

60 ans ou plus

Moins de 25 ans (2040)

60 ans ou plus (2040)

Guadeloupe

401 784

34,8

19,1

26,3

40,3

Martinique

396 308

32,7

20,7

25,6

39,7

Réunion

828 054

40,8

12,3

33,3

25,8

Guyane

230 441

51,5

6,6

47,8

12,3

France

64 647 600

31

22,6

28,3

30,9

Source : INSEE

10L’augmentation du nombre d’individus de plus de 60 ans devrait alors se poursuivre sous l’effet du papy-boom en Martinique et en Guadeloupe, soutenue par l’attractivité de plus en plus grandissante des deux îles pour les personnes en âge d’être à la retraite (tant les natifs âgés de retour sur leurs îles que les retraités étrangers).

1.2. Un vieillissement de la population

11Le vieillissement de la population est un phénomène qui touche aujourd’hui l’ensemble des pays développés. Il peut être observé sous deux angles. D’une part, le vieillissement « par le haut » se traduit par une hausse de l’effectif des seniors due à une augmentation de la durée de vie et au passage aux âges élevés des générations du baby-boom. D’autre part, le vieillissement « par le bas » se manifeste par la baisse du taux de natalité et du nombre de jeunes au sein de la population. La combinaison de ces deux types de vieillissements, présents en Martinique, en Guadeloupe et dans une moindre mesure à la Réunion, donne au vieillissement de la population ultramarine un caractère spécifique et explique la rapidité du vieillissement dans ces territoires. L’impact éventuellement dépressif d’un vieillissement accéléré de la population sur la croissance économique n’est pas encore très documenté sur l’Outre-mer. Goto et al., (2014) illustrent à l’aide de plusieurs scénarios les conséquences économiques et sociales possibles du vieillissement. Ils postulent notamment un scénario tendanciel pour le moins pessimiste. Le vieillissement de la population y entraînerait une dégradation de l’économie en réduisant la population active, la productivité moyenne de l’économie et donc les salaires, ce qui aura un effet à la baisse sur la consommation agrégée. Néanmoins, une augmentation du niveau général de la productivité des travailleurs à partir de politiques de formation et d’investissement adéquates permettrait de contrer ces effets. Ainsi, le recours à des jeunes mieux formés à un coût plus faible pourrait compenser, dans une certaine mesure, la baisse de la productivité des travailleurs plus âgés (Blanchet, 2002). L’augmentation de la durée de formation avant le début de la vie active et les réallocations d’emplois permises par les départs à la retraite des baby-boomers pourraient néanmoins rendre inférieur le nombre de jeunes entrant sur le marché au nombre de seniors quittant le marché. Le taux de chômage se trouverait par conséquent très peu affecté par ces mouvements de main-d’œuvre. Mais, comme le rappellent Cahuc et Zylberberg (2005), il serait erroné de concevoir un nombre d’emplois fixe sur le marché du travail. Devant le départ massif des jeunes, quelques politiques d’aides ont été mises en place, mais ont des effets incertains. Bellemare et Carluer (2013) trouvent que c’est le niveau du PIB plus que l’emploi qui explique la fuite des cerveaux des jeunes dans les Etats insulaires de la Caraïbe. Par ailleurs, le vieillissement aurait également un impact négatif sur la portée de l’innovation et du progrès technique. En effet, le ralentissement de l’entrée des jeunes sur le marché du travail induirait une limitation de l’utilisation de nouvelles connaissances acquises par les jeunes. Il est aussi possible de considérer le vieillissement de la population comme une opportunité de développement. Dans ce scénario ambitieux, Goto et al., (2014) supposent que les chômeurs devenus employables remplacent les départs à la retraite et que les travailleurs âgés augmentent leur productivité au travail. Les enseignements de la littérature économique montrent en effet qu’une augmentation de la population des « seniors » n’a a priori aucune raison de se traduire par une augmentation de l’emploi et/ou une diminution du chômage. Tout dépendra de la capacité de l’économie à ajuster son niveau de capital et à améliorer l’adéquation entre les besoins et les offres de main-d’œuvre.

1.3. Un mouvement migratoire des qualifiés

12Entre vieillissement de la population et chômage de masse, les territoires ultramarins (mis à part la Guyane) font face à une autre problématique : l’émigration des compétences locales. Un accès difficile à l’emploi peut expliquer en partie la fuite des cerveaux dont souffriraient les territoires des DOM (Temporal et al., 2011). Mais cela peut aussi justifier le fait que beaucoup de jeunes ultramarins s’accrochent à l’idée que de meilleures perspectives d’avenir les attendent en dehors de leurs îles natales principalement dans l’Hexagone. C’est en Martinique qu’on décompte le plus grand nombre de départs des jeunes de l’île. La situation est moins alarmante en Guadeloupe, à la Réunion ou en Guyane qui bénéficie encore d’un solde naturel permettant de compenser le solde migratoire. Dans le même temps, le recrutement dans les DOM de travailleurs qualifiés venant de l’Hexagone est aussi observable. Au niveau théorique, ce double phénomène pourrait s’expliquer si la productivité des seconds, qui seraient détenteurs de capital humain spécifique, par rapport aux premiers s’avérait plus élevée. À notre connaissance, cette hypothèse n’a jusqu’à présent pas été testée pour les DOM. Elle devrait aussi se traduire par des salaires plus élevés pour les travailleurs immigrés qualifiés, alors étendus par le jeu syndical aux travailleurs locaux. L’existence de salaires du privé plus élevés dans les DOM qu’en France amène alors à s’interroger sur le rôle de l’immigration qualifiée dans la détermination des salaires d’un marché du travail caractérisé par une sur-rémunération des fonctionnaires et un salaire minimum qui pourrait être jugé trop élevé au regard des forts taux de chômage constatés dans les DOM. Parmi les caractéristiques générales du marché du travail des DOM, les taux d’activité et d’emploi sont nettement inférieurs à ceux de l’Hexagone. On constate aussi que les DOM possèdent des taux de chômage élevés bien supérieurs à la moyenne nationale (Figure 3).

Figure 3. Taux d’activité, d’emploi et de chômage en 2010 et 2013 (en %)

Figure 3. Taux d’activité, d’emploi et de chômage en 2010 et 2013 (en %)

Source : INSEE

13Comme le témoigne la figure 4, les jeunes de moins de 25 ans ont les taux de chômage les plus élevés quel que soit le territoire considéré. Toutefois des disparités inter-territoires existent et la Martinique, déjà affectée par un vieillissement de sa population, est aussi le territoire où les jeunes sont le plus durement touchés par le chômage.

Figure 4. Taux de chômage par classe d’âge en 2010 et 2013 (en %)

Figure 4. Taux de chômage par classe d’âge en 2010 et 2013 (en %)

Source : INSEE

14Dans le même temps, selon Temporal et al., (2011), les natifs des DOM ont un accès à l’emploi plus aisé dans l’Hexagone que dans leur territoire d’origine (Tableau 4). Il semble de plus exister un avantage à s’installer dans l’Hexagone d’autant plus net que le niveau de diplôme est faible, alors que les détenteurs de ces diplômes en emploi sont relativement moins nombreux. Or, pour 100 natifs des DOM de 18 à 34 ans, on retrouve une proportion de diplômés du supérieur en emploi dans l’Hexagone beaucoup plus grande que celle des peu ou pas diplômés, alors que les taux d’emplois des premiers sont sensiblement les mêmes dans les DOM et dans l’Hexagone. Ces résultats amènent alors Temporal et al., (2011) à conclure qu’une véritable sélection selon le diplôme s’opère aux dépens des DOM.

15Tableau 4 : Répartition des natifs des DOM ayant un emploi

Diplôme

Lieu de résidence par niveau de diplôme

Répartition par diplôme

Vit dans un Dom

Vit en France

Ensemble

% vivant en France

Dans les Dom

En France

18-34 ans

Pas ou peu diplômé

29 007

9 685

38 692

25,0

23,2

13,6

CAP/BEP

31426

17 191

48 617

35,4

25,1

24,1

Baccalauréat

33117

20 712

53 829

38,5

26,4

29,0

Diplôme du

supérieur

31662

23 871

55 533

43,0

25,3

33,4

Ensemble

125 212

71459

196 671

36,3

100,0

100,0

35-64 ans

Pas ou peu diplômé

125 204

52 831

178 035

29,7

43,6

36,9

CAP/BEP

71 274

44 004

115 278

38,2

24,8

30,8

Baccalauréat

42 087

19 814

61 901

32,0

14,7

13,9

Diplôme du

supérieur

48 471

26 406

74 877

35,3

16,9

18,5

Ensemble

287 036

143 055

430 091

33,3

100,0

100,0

Source : Temporal et al., (2011)

Tableau 5 : Solde des emplois selon le lieu de naissance, âges 30 ans et plus, sur la période 1999-2007

Emplois

Distribution (%)

 

Total

Dans le DOM

France

Étranger

Dans le DOM

France

Étranger

Guadeloupe

Total

16761

11009

3991

937

65,7

23,8

5,6

Homme

5658

3454

1607

237

61

28,4

4,2

Femmes

11104

7555

2384

700

68

21,5

6,3

Guyane

Total

9567

3822

1794

3425

40

18,8

35,8

Hommes

4709

1876

828

1708

39,8

17,6

36,3

Femmes

4858

1946

967

1716

40,1

19,9

35,3

Martinique

Total

16363

10990

3882

564

67,2

23,7

3,4

Hommes

5422

3378

1516

206

62,3

28

3,8

Femmes

10941

7611

2366

359

69,6

21,6

3,3

Réunion

Total

42552

31392

9271

1144

73,8

21,8

2,7

Hommes

20907

15417

4698

401

73,7

22,5

1,9

Femmes

21645

15975

4573

743

73,8

21,1

3,4

Source : Marie et Rallu, 2012

16D’autre part, afin d’évaluer les effets de l’émigration des natifs, mais aussi de l’immigration sur la composition de l’emploi dans les DOM, Marie et Rallu (2012) ont calculé les soldes des actifs occupés, âgés de 30 ans et plus selon leur lieu de naissance (Tableau 5). Ainsi, en Martinique une majorité des emplois créés bénéficient aux natifs (67 %), contre 24 % aux natifs hexagonaux. En Guadeloupe, la répartition est semblable à la Martinique alors qu’à la Réunion, la proportion des nouveaux emplois occupés par les natifs est un peu plus élevée (70 %), contre 22 % pour les natifs hexagonaux.

17Cet accès à l’emploi apparemment plus favorable aux natifs des DOM masque cependant une certaine disparité si l’on considère les niveaux de diplôme et le poste occupé. En effet, en Guadeloupe, 11 % des Hexagonaux diplômés du 1er cycle universitaire étaient cadres d’entreprises contre seulement 5,3 % des natifs de Guadeloupe de même niveau. Parmi les titulaires du bac général, près de 5 % des Hexagonaux sont cadres contre 1,2 % des natifs. En Guyane, pour les diplômés du supérieur, l’installation dans l’Hexagone des Guyanais diplômés du supérieur semble leur permettre d’accéder plus aisément aux postes de cadres puisque 25 % de ceux restés dans les Dom sont cadres alors qu’ils sont près de 40 % en France.

18Plus généralement, pour Marie et Rallu (2012), « à diplôme égal, un Hexagonal semble avoir un avantage sur le marché du travail et accéder plus facilement qu’un natif à une profession de qualification élevée. Le marché des cadres d’entreprises apparaît leur être particulièrement favorable, notamment à ceux ayant un diplôme qui semble faible pour ce type de professions ». D’un autre côté, Temporal et al., (2011) observent que les natifs des DOM les plus diplômés ont un accès aux qualifications élevées dans l’Hexagone plus facilement que chez eux. Ce qui pourrait révéler un comportement discriminatoire des employeurs dans les DOM à l’encontre des natifs, surtout ceux n’ayant connu aucune période de mobilité. Il est cependant peu probable que les comportements discriminatoires des entreprises expliquent totalement l’émigration des jeunes, en particulier des jeunes qualifiés. Le chômage important des jeunes malgré l’élévation du niveau de leur qualification semble jouer un rôle beaucoup plus important. Bellemare et Carluer (2013) ont tenté d’identifier les facteurs responsables de la fuite de cerveaux de cinq îles de la Caraïbe (Barbade, Jamaïque, Haïti, Grenade, Trinidad et Tobago) en utilisant des tests de causalité en données de panel. Puisque le taux d’émigration des personnes qualifiées est mal connu, ils choisissent comme proxy le taux d’émigration total, en supposant une forte corrélation positive entre les deux taux. Les variables explicatives sont le taux de scolarisation, le niveau des dépenses publiques, le taux de chômage et le PIB. Hormis le taux de dépenses publiques, toutes les variables explicatives sont affectées d’un coefficient positif et significatif. Toutefois, seul le PIB apparaît comme un facteur causal de l’émigration des travailleurs qualifiés.

19On peut se demander si les rémunérations peuvent jouer un rôle dans la décision de migrer. Deux éléments constitutifs de la formation des salaires en outre-mer sont susceptibles d’exercer des rigidités sur le marché du travail. En premier lieu, il y a un salaire public majoré par rapport à ce que perçoivent les fonctionnaires hexagonaux et qui crée une dichotomie entre les territoires ultramarins et la « France ». En deuxième lieu, la loi fixe un salaire minimum en deçà duquel il est interdit d’embaucher un salarié. Longtemps inférieur au salaire minimum appliqué dans l’Hexagone, le salaire minimum dans les DOM fut en 1999 aligné à la hausse. Du fait de l’existence d’un salaire minimum harmonisé sur l’ensemble du territoire français, les rémunérations des travailleurs non qualifiés ne diffèrent pas d’une région à l’autre. La détermination des salaires des qualifiés est par contre beaucoup moins homogène. Dans les DOM, les taux de salaire des travailleurs très qualifiés semblent indépendants du taux de chômage domestique. Comme le montre le tableau 6, à profession et catégorie sociale équivalente, les salaires sont plus élevés en outre-mer qu’en France pour les travailleurs très qualifiés du privé.

Tableau 6 : Salaires dans les DOM par CSP

Cadres

Professions intermédiaires

Employés

Ouvriers

Ensemble

Guadeloupe

48 180

26 420

18 670

17 960

23 080

Martinique

48 250

27 140

18 560

18 070

23 140

Guyane

49 840

29 380

18 830

18 370

24 480

La Réunion

47 200

26 770

18 100

17 970

22 150

Ensemble Dom

48 000

27 040

18 420

18 030

22 820

France hexagonale

47 560

25 730

18 090

18 820

24 980

Champ : France, salariés en EQTP du secteur privé et des entreprises publiques.

Source : INSEE, DADS 2010

20Selon Temporal et al., (2011), on peut noter beaucoup de mouvements de main-d’œuvre des travailleurs très qualifiés avec des effets de vases communicants. Tout se passe comme si la France « gardait » les plus diplômés alors que dans le même temps beaucoup d’Hexagonaux affluaient dans les DOM pour occuper des postes très qualifiés. Schématiquement, les entreprises des DOM auraient tendance à recruter les travailleurs non qualifiés sur le marché local et les travailleurs très qualifiés sur le marché national. Ce comportement de recrutement des entreprises des DOM serait justifié par une insuffisance de travailleurs très qualifiés originaires des DOM poussant les entreprises à recruter alors au niveau national. Cette pénurie de main-d’œuvre qualifiée dans les DOM confère alors aux travailleurs qualifiés de l’Hexagone un pouvoir de négociation des salaires supérieurs à celui obtenu chez eux, ce qui expliquerait les salaires plus élevés.

2. Enquête sur les motivations à la mobilité des jeunes Martiniquais

21Afin d’éclairer les motivations des jeunes à quitter leur île natale, nous avons réalisé une enquête auprès des jeunes lycéens et étudiants restés en Martinique. Cette étude se proposait notamment d’établir les facteurs qui influent sur la motivation des jeunes poursuivant leurs études supérieures en Martinique. Elle souhaitait également déterminer si le choix de poursuivre des études supérieures en Martinique était notamment influencé par des contraintes économiques.

2.1. Les données

22L’enquête a été menée auprès d’étudiants du Campus de Schœlcher (Université des Antilles, Pôle Martinique) par voie électronique et d’élèves du Lycée de Bellevue à Fort-de-France, cette fois en présentiel sur papier. La base de données constituée compte 232 individus (135 étudiants et 97 lycéens). Le pourcentage de femmes parmi les répondants est écrasant par rapport à celui des hommes (surtout dans le cas des étudiants : 83 % de femmes pour 17 % d’hommes). Les étudiants inscrits en Martinique apparaissent très majoritairement nés dans le territoire de la Collectivité territoriale de Martinique (CTM) : 77 %. Ce résultat ne tranche toutefois pas avec celui retrouvé chez les lycéens.

Figure 5. Lieu de naissance

Figure 5. Lieu de naissance

Source : Élaboration à partir des données de l’enquête réalisée par les auteurs

23Alors que la CSP des mères d’étudiants ne permet pas de tirer des conclusions générales à ce stade, celle des pères permet de dégager un résultat intéressant méritant d’être étayé par la conduite d’une enquête plus large. Ainsi, la CSP des pères, assez diverse, se compose en majorité d’employés (20,7 %) et d’ouvriers (13,3 %). Les chefs d’entreprise sont par contre quasiment absents (0,7 %) alors qu’ils sont présents dans des proportions plus significatives chez les lycéens (11,8 %).

Figure 6. CSP du père

Figure 6. CSP du père

Source : Élaboration à partir des données de l’enquête réalisée par les auteurs

Figure 7. CSP de la mère

Figure 7. CSP de la mère

Source : Élaboration à partir des données de l’enquête réalisée par les auteurs

24Chez les mères des étudiants interrogés, la proportion d’employées (34,8 %) et de sans-emploi (25,9 %) domine largement alors que les CSP + apparaissent plus marginales. Là encore, ces proportions ne tranchent toutefois pas fortement avec celles retrouvées chez les lycéens.

Figure 8. Situation scolaire des lycéens (classe et filière)

Figure 8. Situation scolaire des lycéens (classe et filière)

25Les résultats présentés dans cette enquête concernent surtout des lycéens inscrits en première et en terminale. Ils ne prennent en compte les lycéens de seconde que de façon marginale. On retrouve une majorité d’étudiants inscrits à la Faculté de Droit et d’Économie de la Martinique (58,5 %), où les disciplines de droit, d’économie, de gestion et de science politique sont enseignées.

Figure 9. Situation universitaire des étudiants (diplôme et filière)

Figure 9. Situation universitaire des étudiants (diplôme et filière)

Source : Élaboration à partir des données de l’enquête réalisée par les auteurs

26Afin de compléter le profil des étudiants, il leur était demandé s’ils avaient déjà été scolarisés hors de la Martinique et s’ils étaient bénéficiaires d’une bourse d’études. Une grande majorité d’étudiants n’avaient jamais été scolarisés hors de Martinique (70 %) et quand c’était le cas, pour une large part d’entre eux, il s’agissait de la France hexagonale (79,5 %). Enfin, 66,7 % des étudiants interrogés bénéficiaient d’une bourse sur critères sociaux alors que 27,4 % occupaient un emploi parallèlement à leurs études. D’après cette enquête, les lycéens et étudiants martiniquais semblent en majorité faiblement satisfaits de la diversité d’une offre de formation dont l’attractivité est jugée moyenne.

Figure 10. Appréciation de la diversité de l’offre de formation

Figure 10. Appréciation de la diversité de l’offre de formation

Source : Élaboration à partir des données de l’enquête réalisée par les auteurs

27Les uns comme les autres jugent par contre en majorité les établissements supérieurs et les formations qui y sont suivies de qualité moyenne à plutôt bonne.

Figure 11. Appréciation de la qualité de l’offre de formation

Figure 11. Appréciation de la qualité de l’offre de formation

Source : Élaboration à partir des données de l’enquête réalisée par les auteurs

28L’environnement d’étude martiniquais apparaît majoritairement attractif, aussi bien pour les lycéens que pour les étudiants. Si ceux-ci semblent majoritairement assez satisfaits de leur expérience étudiante, les lycéens paraissent sceptiques quant au degré de reconnaissance par les employeurs des diplômes proposés en Martinique.

Figure 12. Appréciation de l’attractivité et de l’environnement d’étude

Figure 12. Appréciation de l’attractivité et de l’environnement d’étude

Source : Élaboration à partir des données de l’enquête réalisée par les auteurs

29Ainsi, bien qu’ils n’aient pas majoritairement une mauvaise image générale de l’enseignement supérieur en Martinique, seuls 29 % des lycéens interrogés affirment vouloir poursuivre leurs études en Martinique après le Bac alors qu’ils sont un peu plus de 46 % à vouloir partir.

Figure 13. Destination d’études après le BAC

Figure 13. Destination d’études après le BAC

Source : Élaboration à partir des données de l’enquête réalisée par les auteurs

30Même si un certain nombre de lycéens et d’étudiants choisissent de rester étudier en Martinique par attachement à leur cadre de vie et pour rester auprès de la famille, et ce, même si l’offre de formation pourrait ne pas correspondre complètement à leurs aspirations, ces motivations ne semblent pas franchement l’emporter. En outre, l’étude montre que le coût de la vie et les conditions climatiques n’influent que de façon marginale dans le choix des lycéens et des étudiants de ne pas étudier en France hexagonale. De même, le poids du racisme, l’insécurité et la crainte de l’isolement ou celle des attentats ne constituent nullement des repoussoirs pour les acteurs interrogés. Par ailleurs, le nombre très réduit d’étudiants ayant des enfants (9,6 %) parmi les interrogés écarte l’idée selon laquelle une majorité d’étudiants choisiraient de poursuivre leurs études en Martinique parce qu’ils y ont des enfants à charge. Par contre, les difficultés pour obtenir un logement pèsent davantage dans la balance, accentuant l’idée que les contraintes matérielles constituent un enjeu prégnant du choix des étudiants martiniquais de poursuivre leurs études dans leur territoire d’origine plutôt qu’ailleurs.

31Ce dernier constat peut être soutenu par le fait qu’environ la moitié des lycéens et des étudiants reconnaissent que l’offre de formation correspond à leurs aspirations.

Figure 14. Offre de formation et aspirations des répondants

Figure 14. Offre de formation et aspirations des répondants

Source : Élaboration à partir des données de l’enquête réalisée par les auteurs

32Cependant, lycéens comme étudiants semblent attirés par l’Ailleurs (56,7 % des premiers et 57,8 % des seconds expriment un désaccord net avec l’affirmation : « Aucune destination hors de Martinique ne m’attire »).

Figure 15. Réponses des lycéens et étudiants à « Aucune destination ne m’attire »

Figure 15. Réponses des lycéens et étudiants à « Aucune destination ne m’attire »

Source : Élaboration à partir des données de l’enquête réalisée par les auteurs

33De plus, ils estiment avoir un intérêt à poursuivre des études supérieures hors de Martinique (77,8 % des premiers et près de 62,2 % des seconds expriment un désaccord net avec l’affirmation : « Je ne vois pas l’intérêt pour moi de poursuivre mes études hors de Martinique »).

Figure 16. Réponses des lycéens et étudiants envisageant de poursuivre leurs études en Martinique puis en France hexagonale

Figure 16. Réponses des lycéens et étudiants envisageant de poursuivre leurs études en Martinique puis en France hexagonale

Source : Élaboration à partir des données de l’enquête réalisée par les auteurs

Figure 17. Réponses des lycéens et étudiants envisageant de poursuivre leurs études en Martinique puis à l’étranger

Figure 17. Réponses des lycéens et étudiants envisageant de poursuivre leurs études en Martinique puis à l’étranger

Source : Élaboration à partir des données de l’enquête réalisée par les auteurs

34Ainsi, la poursuite d’études supérieures en Martinique est souvent considérée comme une étape : lycéens et étudiants envisagent majoritairement d’étudier en France hexagonale dans un second temps. Une telle situation pourrait être liée à l’insuffisance réelle ou supposée de l’offre de Master en Martinique.

  • 2 La somme des pourcentages est ici supérieure à 100 car plusieurs réponses sont possibles. Celles qu (...)

Figure 18. Lieux de résidence envisagés par les lycéens et étudiants2

Figure 18. Lieux de résidence envisagés par les lycéens et étudiants2

Source : Élaboration à partir des données de l’enquête réalisée par les auteurs

35Par ailleurs, les lycéens semblent aspirer, dès les études terminées, à résider en France hexagonale, la Martinique n’arrivant quant à elle qu’en troisième position. Les étudiants expriment en revanche majoritairement le désir de résider dans leur territoire d’études, une fois celles-ci achevées. Le choix des lycéens et des étudiants aspirant à résider hors de Martinique est essentiellement guidé par un désir de découvertes et d’expériences inédites. Par ailleurs, la crainte du chômage constitue un enjeu susceptible d’influer de manière importante sur leur décision de résider hors de Martinique. Ainsi, une grande majorité de lycéens et d’étudiants estime nécessaire de résider hors de Martinique pour accéder à des opportunités d’emploi plus diversifiées.

Figure 19. Les principaux motifs à résider en France hexagonale ou à l’étranger

Figure 19. Les principaux motifs à résider en France hexagonale ou à l’étranger

Source : Élaboration à partir des données de l’enquête réalisée par les auteurs

2.2. Les résultats d’estimation

36Rappelons-le, notre objectif est de déterminer les facteurs qui influencent les possibles décisions prises par les étudiants et par les élèves en termes de mobilité dans le cadre de la poursuite de leur cursus académique. Les décisions que nous traitons ont été modélisées pour représenter des variables dichotomiques, c’est-à-dire qu’on a introduit une variable qui pour chaque individu enquêté, prend la valeur 1 lorsque la décision de l’individu va dans le sens affirmatif du problème étudié et 0 dans le cas contraire. L’administration du questionnaire a permis de recueillir les variables pouvant expliquer les décisions des individus.

37Pour mener notre analyse, nous avons eu recours à des modèles de régression logistique binaire. Les résultats de nos estimations sont fournis dans la suite et nous avons choisi de ne reporter que les variables explicatives significatives à 10 % (*), à 5 % (**) et à 1 % (***). Pour chaque variable explicative, les résultats permettent de comparer les modalités testées avec une modalité de référence pour évaluer la probabilité d’être concerné ou non par l’événement.

2.2.1. Les probabilités de mobilité des étudiants

38Selon le tableau 7, la probabilité pour un étudiant qui choisit de rester en Martinique pour ne pas changer de cadre de vie augmente avec le nombre d’enfants et diminue avec le fait que l’étudiant possède une activité principale. Comparativement à un étudiant né en Martinique, un étudiant né à l’étranger a 8,88 fois plus de chance de rester en Martinique. Comparativement à un étudiant dont un ou plusieurs membres de la famille proche résident actuellement en Martinique, un étudiant dont un ou plusieurs membres de la famille proche résident actuellement en France hexagonale a 2,14 fois moins de rester en Martinique alors qu’un étudiant dont un ou plusieurs membres de la famille élargie résident actuellement en France hexagonale a 2,33 fois plus de chance de rester en Martinique. Comparativement à un étudiant ayant toujours résidé en Martinique, un étudiant résidant depuis plus de dix ans a 4,29 fois moins de chance de rester.

Tableau 7 : Probabilité de rester en Martinique pour ne pas changer de cadre de vie

Coefficient

p. critique

Nombre d’enfants de l’étudiant

2,22566

0,0865

*

Lieu de naissance. - Réf. : Martinique

Étranger

8,8867

0,0791

*

Nombre années de résidence en Martinique. - Réf. : Depuis toujours

Pas depuis toujours, mais depuis plus de 10 ans

−4,29857

0,0390

**

L’étudiant possède-t-il une activité principale ? -Réf. : Non

Oui

−5,89004

0,0126

**

Situation géographique des membres de la famille.

Réf. : Un ou plusieurs membres proches résident actuellement en Martinique

Un ou plusieurs membres de la famille proche (père, mère, sœurs, frères) résident actuellement en France hexagonale

−2,13928

0,0476

**

Un ou plusieurs membres de la famille élargie (oncles, tantes, cousins, etc.) résident actuellement en France hexagonale

2,33366

0,0116

**

Diplôme auquel l’étudiant aspire poursuivre des études jusqu’à obtention. -Réf. : Master

Ne sais pas encore

−3,08201

0,0095

***

Source : Élaboration à partir des données de l’enquête réalisée par les auteurs

39La probabilité de rester en Martinique du fait des raisons financières est impactée - positivement par le nombre d’enfants, la bourse et la qualité de l’environnement d’étude et -négativement par la qualité de la formation actuelle, l’âge de l’étudiant au moment de l’obtention du dernier diplôme et le fait que l’étudiant possède une activité principale. Comparativement à un étudiant ayant toujours résidé en Martinique, un étudiant résidant depuis moins d’un an a 16,89 fois moins de chance d’y rester et un étudiant résidant depuis un à cinq ans a 6,28 fois moins de chance d’y rester.

Tableau 8. Probabilité de rester en Martinique pour des raisons financières

Coefficient

p. critique

Âge de l’étudiant

0,721396

0,0231

**

Âge à l’obtention du dernier diplôme

−0,999331

0,0050

***

Nombre d’enfants de l’étudiant

5,83144

0,0094

***

Qualité de la formation actuellement suivie

−0,98554

0,0271

**

Qualité générale de l’environnement d’étude

1,20888

0,0146

**

Nombre années de résidence en Martinique. - Réf. : Depuis toujours

Depuis moins d’un an

−16,8934

0,0282

**

Entre 1 et 5 ans

−6,28193

0,0570

*

Où réside l’étudiant ? - Réf. : Chez ses parents ou chez d’autres membres de la famille

Résidence universitaire

3,02264

0,0277

**

En couple (avec ou sans enfants), propre logement

−5,90569

0,0063

***

Dernier diplôme obtenu -Réf. : Licence

Bac professionnel

10,8369

0,0756

*

Master

12,1743

0,0782

*

L’étudiant est actuellement inscrit en : -Réf. : Licence

BTS-DUT-CPGE

−8,75257

0,0419

**

Dans quelle filière l’étudiant est-il actuellement inscrit ? -Réf. : Droit-Economie-Sc. Politiques

Art, Lettres, Langues

3,86017

0,0252

**

Sciences humaines et sociales, sciences de l’éducation

3,77845

0,0233

**

L’étudiant bénéficie-t-il d’une bourse ? –Réf. : Non

Oui

3,435

0,0146

**

L’étudiant possède-t-il une activité principale ? -Réf. : Non

Oui

−9,49276

0,0512

*

L’étudiant a-t-il déjà été scolarisé hors de la Martinique ? Si oui où ? –Réf. : Non

France Hexagonale

−11,707

0,0954

*

Durée de scolarisation hors de la Martinique –Réf. : Moins d’un an

Entre 1 et 5 ans

13,4463

0,0799

*

Entre 5 et 10 ans

21,6022

0,0380

**

Plus de 10 ans

13,7589

0,0837

*

Source : Élaboration à partir des données de l’enquête réalisée par les auteurs

40Comparativement à un étudiant résidant chez ses parents, un étudiant résidant dans une résidence étudiante a 3,02 fois plus de chance de rester en Martinique alors qu’un étudiant vivant en couple a 5,9 fois moins de chance d’y rester. Comparativement à un étudiant n’ayant jamais été scolarisé hors de la Martinique, un étudiant ayant été scolarisé en France hexagonale a 11,7 fois moins de chance d’y rester (Tableau 8). Un étudiant ayant été scolarisé pendant au moins 1 an hors de la Martinique a plus de chance d’y rester comparativement à un étudiant ayant été scolarisé pendant moins d’un 1 an. Les étudiants en Lettres, en Sciences humaines ont plus de chance d’y rester comparativement à un étudiant en Droit-Economie-Science Politique. Un étudiant inscrit en BTS a 8,7 moins de chance de rester en Martinique par rapport à un étudiant inscrit en Licence. Un étudiant dont le dernier diplôme obtenu est un Bac-Pro ou un Master a plus de chance d’y rester qu’un étudiant dont le dernier diplôme est la Licence. Le fait de bénéficier d’une bourse augmente la probabilité de rester en Martinique pour être plus près de la famille. Un étudiant aspirant poursuivre ses études jusqu’à une Licence a 2,64 fois moins de chance d’y rester qu’un étudiant aspirant atteindre le Master. Les étudiants en Lettres, en Sciences humaines ont plus de chance de rester en Martinique comparativement à un étudiant en Droit-Economie-Science Politique.

Tableau 9. Probabilité de rester en Martinique pour être plus près de la famille

Coefficient

p. critique

Dernier diplôme obtenu -Réf. : Licence

Bac ES

4,63527

0,0115

**

BTS-DUT-CPGE

5,67582

0,0378

**

Dans quelle filière l’étudiant est-il actuellement inscrit ? -Réf. : Droit-Economie-Sc. Politiques

Art, Lettres, Langues

2,75062

0,0341

**

Sciences humaines et sociales, sciences de l’éducation

3,16546

0,0304

**

L’étudiant bénéficie-t-il d’une bourse ? –Réf. : Non

Oui

1,92255

0,0553

*

Situation géographique des membres de la famille.

Réf. : Un ou plusieurs membres proches résident actuellement en Martinique

Un ou plusieurs membres de la famille proche (père, mère, sœurs, frères) résident actuellement en France hexagonale

−2,66126

0,0584

*

Un ou plusieurs des (demi) frères et (demi) sœurs étudient actuellement en France hexagonale

−3,19658

0,0665

*

Diplôme auquel l’étudiant aspire poursuivre des études jusqu’à obtention. -Réf. : Master

Licence

−2,64392

0,0741

*

Source : Élaboration à partir des données de l’enquête réalisée par les auteurs

41Un étudiant dont le dernier diplôme obtenu est un Bac ES ou un BTS a plus de chance de rester en Martinique qu’un étudiant dont le dernier diplôme est la Licence. Un étudiant dont un ou plusieurs membres de la famille proche résident actuellement en Martinique a plus de chance d’y rester qu’un étudiant dont un ou plusieurs membres de la famille proche résident actuellement en France hexagonale ou dont un ou plusieurs de ses frères et sœurs (demi-frère, demi-sœur), étudie(nt) actuellement en France hexagonale.

Tableau 10. Probabilité de rester en Martinique parce qu’on ne trouve aucun intérêt de poursuivre des études hors de la Martinique

Coefficient

p. critique

Constante

−45,2322

0,0047

***

Âge à l’obtention du dernier diplôme

1,70007

0,0239

**

Diversité des formations proposées en Martinique

1,8028

0,0154

**

Nombre années de résidence en Martinique. - Réf. : Depuis toujours

Depuis plus de 10 ans

9,31451

0,0141

**

Où réside l’étudiant ? - Réf. : Chez ses parents ou chez d’autres membres de la famille

Seul dans son propre logement

6,66711

0,0091

***

En couple (avec ou sans enfants), propre logement

10,6192

0,0790

*

Dernier diplôme obtenu -Réf. : Licence

Bac L

6,43762

0,0645

*

Bac S

4,80629

0,0754

*

Bac ES

6,46226

0,0627

*

BTS-DUT-CPGE

7,88592

0,0510

*

Master

−24,189

0,0092

***

Dans quelle filière l’étudiant est-il actuellement inscrit ? -Réf. : Droit-Economie-Sc. Politiques

Art, Lettres, Langues

4,78336

0,0382

**

Sciences humaines et sociales, sciences de l’éducation

5,46588

0,0205

**

Sciences, Technologies, Santé

5,60776

0,0951

*

L’étudiant bénéficie-t-il d’une bourse ? –Réf. : Non

Oui

4,96429

0,0175

**

Diplôme auquel l’étudiant aspire poursuivre des études jusqu’à obtention. -Réf. : Master

Licence

−4,96251

0,0341

**

Doctorat

−6,82089

0,0181

**

Source : Élaboration à partir des données de l’enquête réalisée par les auteurs

42La diversité des formations et l’âge de l’étudiant au moment de l’obtention du dernier diplôme impactent positivement la probabilité de rester en Martinique. Comparativement à un étudiant en Droit-Economie-Science Politique, les étudiants inscrits dans les autres filières ont plus de chance d’y rester. Un étudiant résidant depuis plus de 10 ans a 9,3 fois plus de chance d’y rester qu’un étudiant ayant toujours résidé en Martinique. Un étudiant aspirant poursuivre ses études jusqu’à une Licence et celui aspirant à un Doctorat ont moins de chance d’y rester qu’un étudiant aspirant atteindre le Master. Comparativement à un étudiant résidant chez ses parents, un étudiant vivant seul a 6,67 fois plus de chance d’y rester et un étudiant vivant en couple a 10,6 fois plus de chance d’y rester. Hormis les étudiants dont le dernier diplôme obtenu est un Bac professionnel ou technologique, les autres ont plus de chance d’y rester qu’un étudiant dont le dernier diplôme est la Licence.

Tableau 11. Probabilité de continuer ses études en Martinique puis de les poursuivre en France hexagonale ensuite

Coefficient

p. critique

Constante

10,5561

0,0062

***

Nombre d’enfants de l’étudiant

2,41312

0,0869

*

Lieu de naissance. - Réf. : Martinique

France

4,90727

0,0268

**

Étranger

6,72285

0,0495

**

Nombre années de résidence en Martinique. - Réf. : Depuis toujours

Depuis moins d’un an

−8,79983

0,0157

**

Pas depuis toujours, mais depuis plus de 10 ans

−3,22033

0,0897

*

Dans quelle filière l’étudiant est-il actuellement inscrit ? -Réf. : Droit-Economie-Sc. Politiques

Art, Lettres, Langues

−3,94541

0,0053

***

Sciences humaines et sociales, sciences de l’éducation

−2,32036

0,0583

*

Durée de scolarisation hors de la Martinique –Réf. : Moins d’un an

Entre 6 mois et 1 an

5,58682

0,0457

**

Situation géographique des membres de la famille.

Réf. : Un ou plusieurs membres proches résident actuellement en Martinique

Un ou plusieurs membres de la famille proche (père, mère, sœurs, frères) ont résidé dans le passé en France hexagonale

−2,182

0,0380

**

Diplôme auquel l’étudiant aspire poursuivre des études jusqu’à obtention. -Réf. : Master

Ne sais pas encore

−2,40669

0,0192

**

BTS/DUT

−5,02966

0,0175

**

Source : Élaboration à partir des données de l’enquête réalisée par les auteurs

43La probabilité de continuer ses études en Martinique puis de les poursuivre en France hexagonale est positivement impactée par le nombre d’enfants. Comparativement à un étudiant ayant toujours résidé en Martinique, un étudiant résidant depuis moins d’un an ou depuis plus de dix ans a moins de chance de poursuivre en France hexagonale. La probabilité est plus élevée pour les étudiants nés en France hexagonale ou à l’étranger que pour ceux nés en Martinique. Un étudiant aspirant poursuivre ses études jusqu’à un BTS/DUT ou qui ne sait pas encore a moins de chance de poursuivre en France hexagonale qu’un étudiant aspirant atteindre le Master. Les étudiants en Lettres, en Sciences humaines ont moins de chance de poursuivre en France hexagonale comparativement à un étudiant en Droit-Economie-Science Politique. Un étudiant dont un ou plusieurs membres de la famille proche a résidé dans le passé en France hexagonale a moins de chance qu’un étudiant dont la famille proche réside actuellement en Martinique.

44La probabilité de continuer ses études en Martinique puis de les poursuivre à l’étranger diminue avec le fait que l’étudiant bénéficie ou non de la bourse sur critères sociaux et avec la perception qu’a l’étudiant sur la qualité de la formation suivie ; elle croît avec le fait d’occuper un « job-étudiant » et avec la perception qu’a l’étudiant sur la qualité de son environnement d’étude. Un étudiant aspirant poursuivre ses études jusqu’à un Doctorat a 3,36 fois plus de chance de poursuivre à l’étranger qu’un étudiant aspirant atteindre le Master. Comparativement à un étudiant résidant chez ses parents, un étudiant résidant dans une résidence universitaire a 2,64 fois plus de chance de poursuivre à l’étranger.

Tableau 12. Probabilité de continuer ses études en Martinique puis de les poursuivre dans un pays étranger

Coefficient

p. critique

Qualité de la formation actuellement suivie

−0,803649

0,0599

*

Qualité générale de l’environnement d’étude

0,889068

0,0270

**

Où réside l’étudiant ? - Réf. : Chez ses parents ou chez d’autres membres de la famille

Résidence universitaire

2,64535

0,0510

*

Dernier diplôme obtenu -Réf. : Licence

Bac technologique

7,20574

0,0043

***

Bac L

4,54125

0,0325

**

Bac S

4,16968

0,0464

**

Bac ES

3,77595

0,0723

*

Autre

11,9936

0,0094

***

L’étudiant est actuellement inscrit en : -Réf. : Licence

Master

3,17122

0,0523

*

L’étudiant bénéficie-t-il d’une bourse ? –Réf. : Non

Oui

−1,67028

0,0928

*

L’étudiant possède-t-il une activité principale ? -Réf. : Non

Oui

3,57192

0,0056

***

L’étudiant a-t-il déjà été scolarisé hors de la Martinique ? Si oui où ? –Réf. : Non

France Hexagonale

−6,29537

0,0502

*

Situation géographique des membres de la famille.

Réf. : Un ou plusieurs membres proches résident actuellement en Martinique

Un ou plusieurs membres de la famille proche (père, mère, sœurs, frères) résident actuellement en France hexagonale

2,28024

0,0746

*

Un ou plusieurs membres de la famille proche (père, mère, sœurs, frères) ont résidé dans le passé en France hexagonale

−2,49327

0,0729

*

Un ou plusieurs membres de la famille proche (père, mère, sœurs, frères) résident actuellement à l’étranger

−5,98978

0,0247

**

Diplôme auquel l’étudiant aspire poursuivre des études jusqu’à obtention. -Réf. : Master

Doctorat

3,36578

0,0683

*

Source : Élaboration à partir des données de l’enquête réalisée par les auteurs

45Comparativement à un étudiant n’ayant jamais été scolarisé hors de la Martinique, un étudiant ayant été scolarisé en France hexagonale a 6,29 fois moins de chance de poursuivre à l’étranger. Un étudiant dont le dernier diplôme obtenu est un Bac technologique, un Bac L, un Bac ES ou un Bac S a plus de chance de poursuivre à l’étranger qu’un étudiant dont le dernier diplôme est la Licence. Un étudiant a 6,9 fois moins de chance qu’une étudiante, de résider en Martinique après ses études (Tableau 13). La probabilité est positivement impactée par le nombre d’enfants, la bourse, l’attractivité des formations et la qualité du suivi. Un étudiant aspirant poursuivre ses études jusqu’à une Licence a 14,26 fois moins de chance de résider en Martinique qu’un étudiant aspirant atteindre le Master. L’âge, le fait d’occuper une activité principale et la diversité des formations ont un effet positif sur la probabilité de résider dans un autre territoire d’outre-mer après ses études (Tableau 14). Cette probabilité décroît avec l’âge au moment de l’obtention du dernier diplôme et l’attractivité des formations. Comparativement à un étudiant résidant chez ses parents, un étudiant résidant dans une résidence étudiante ou tout seul a plus de chance de résider dans un autre territoire d’outre-mer après ses études alors qu’un étudiant en couple à 23,8 fois moins de chance.

Tableau 13. Probabilité de résider en Martinique après ses études

Coefficient

p. critique

Nombre d’enfants de l’étudiant

20,5552

0,0395

**

Attractivité des formations proposées en Martinique

4,57402

0,0556

*

Qualité de la formation actuellement suivie

3,41602

0,0247

**

Sexe. –Réf. : Femme

Homme

−6,90882

0,0465

**

Où réside l’étudiant ? - Réf. : Chez ses parents ou chez d’autres membres de la famille

Résidence universitaire

−8,25431

0,0667

*

Seul dans son propre appartement

10,6207

0,0682

*

En colocation

−7,83991

0,0625

*

Dernier diplôme obtenu -Réf. : Licence

Bac technologique

−10,0768

0,0344

**

Master

−11,7046

0,0579

*

Autre

−21,3046

0,0347

**

Dans quelle filière l’étudiant est-il actuellement inscrit ? -Réf. : Droit-Economie-Sc. Politiques

Art, Lettres, Langues

16,4929

0,0513

*

L’étudiant bénéficie-t-il d’une bourse ? –Réf. : Non

Oui

13,62

0,0353

**

L’étudiant possède-t-il une activité principale ? -Réf. : Non

Oui

−9,97372

0,0706

*

Durée de scolarisation hors de la Martinique –Réf. : Moins d’un an

Entre 1 et 5 ans

40,4707

0,0613

*

Plus de 10 ans

22,4608

0,0898

*

Situation géographique des membres de la famille.

Réf. : Un ou plusieurs membres proches résident actuellement en Martinique

Un ou plusieurs membres de la famille proche (père, mère, sœurs, frères) résident actuellement en France hexagonale

−11,6497

0,0381

**

Un ou plusieurs membres de la famille proche (père, mère, sœurs, frères) ont résidé dans le passé en France hexagonale

8,27214

0,0931

*

Diplôme auquel l’étudiant aspire poursuivre des études jusqu’à obtention. -Réf. : Master

Licence

−14,2592

0,0388

**

Source : Élaboration à partir des données de l’enquête réalisée par les auteurs

Tableau 14. Probabilité de résider dans un autre territoire d’outre-mer après ses études

Coefficient

p. critique

Âge de l’étudiant

1,18159

0,0183

**

Âge à l’obtention du dernier diplôme

−1,4783

0,0141

**

Diversité des formations proposées en Martinique

3,87263

0,0241

**

Attractivité des formations proposées en Martinique

−4,50778

0,0221

**

Nombre années de résidence en Martinique. - Réf. : Depuis toujours

Depuis entre 5 et 10 ans

56,166

0,0492

**

Où réside l’étudiant ? - Réf. : Chez ses parents ou chez d’autres membres de la famille

Résidence universitaire

12,7205

0,0161

**

Seul dans son propre logement

9,33509

0,0276

**

En couple (avec ou sans enfants), propre logement

−23,8

0,0297

**

Dernier diplôme obtenu -Réf. : Licence

Master

16,1119

0,0289

**

Dans quelle filière l’étudiant est-il actuellement inscrit ? -Réf. : Droit-Economie-Sc. Politiques

Sciences humaines et sociales, sciences de l’éducation

10,2672

0,0252

**

L’étudiant possède-t-il une activité principale ? -Réf. : Non

Oui

9,30208

0,0889

*

Durée de scolarisation hors de la Martinique –Réf. : Moins d’un an

Plus de 10 ans

−28,7725

0,0617

*

Situation géographique des membres de la famille.

Réf. : Un ou plusieurs membres proches résident actuellement en Martinique

Un ou plusieurs membres de la famille proche (père, mère, sœurs, frères) ont résidé dans le passé en France hexagonale

17,5665

0,0278

**

Diplôme auquel l’étudiant aspire poursuivre des études jusqu’à obtention. -Réf. : Master

Licence

−7,99444

0,0578

*

Ne sais pas encore

−10,0315

0,0919

*

Source : Élaboration à partir des données de l’enquête réalisée par les auteurs

46Par contre, l’âge diminue la probabilité de résider en France hexagonale après ses études (Tableau 15). Les étudiants en Lettres, en Sciences humaines sont moins enclins à résider en France hexagonale qu’un étudiant en Droit-Economie-Science Politique. Comparativement à un étudiant ayant toujours résidé en Martinique, un étudiant résidant depuis moins d’un an a 13,37 fois moins de chance de résider en France hexagonale après ses études. La probabilité de résider en France hexagonale après les études pour les étudiants vivant seuls ou en résidence étudiante est plus faible que celle des étudiants vivant chez leurs parents. Les étudiants aspirant à une Licence à la fin de leurs études ont 2,5 fois plus de chance de résider en France hexagonale qu’un étudiant aspirant à un Master.

Tableau 15. Probabilité de résider en France hexagonale après ses études

Coefficient

p. critique

Constante

17,6015

0,0146

**

Âge de l’étudiant

−0,578939

0,0796

*

Nombre années de résidence en Martinique. - Réf. : Depuis toujours

Depuis moins d’un an

−13,3759

0,0609

*

Où réside l’étudiant ? - Réf. : Chez ses parents ou chez d’autres membres de la famille

Résidence universitaire

−3,7765

0,0124

**

Seul dans son propre logement

−1,9592

0,0981

*

Dernier diplôme obtenu -Réf. : Licence

Master

10,6849

0,0208

**

Dans quelle filière l’étudiant est-il actuellement inscrit ? -Réf. : Droit-Economie-Sc. Politiques

Art, Lettres, Langues

−4,86214

0,0020

***

Sciences humaines et sociales, sciences de l’éducation

−6,51933

0,0028

***

Situation géographique des membres de la famille.

Réf. : Un ou plusieurs membres proches résident actuellement en Martinique

Un ou plusieurs membres de la famille proche (père, mère, sœurs, frères) ont résidé dans le passé en France hexagonale

−2,67934

0,0751

*

Diplôme auquel l’étudiant aspire poursuivre des études jusqu’à obtention. -Réf. : Master

Licence

2,55525

0,0525

*

Ne sais pas encore

−2,70015

0,0262

**

Source : Élaboration à partir des données de l’enquête réalisée par les auteurs

Tableau 16. Probabilité de résider dans un pays étranger après ses études

Coefficient

p. critique

Constante

11,5052

0,0390

**

Âge de l’étudiant

−0,749129

0,0263

**

Nombre d’enfants de l’étudiant

−10,3165

0,0591

*

Nombre années de résidence en Martinique. - Réf. : Depuis toujours

Depuis entre 1 et 5 ans

7,4837

0,0394

**

Où réside l’étudiant ? - Réf. : Chez ses parents ou chez d’autres membres de la famille

Seul dans son propre logement

−2,67093

0,0666

*

Dernier diplôme obtenu -Réf. : Licence

Autre

12,7638

0,0255

**

Situation géographique des membres de la famille.

Réf. : Un ou plusieurs membres proches résident actuellement en Martinique

Un ou plusieurs membres de la famille proche (père, mère, sœurs, frères) ont résidé dans le passé en France hexagonale

1,85255

0,0961

*

Un ou plusieurs membres de la famille proche (père, mère, sœurs, frères) résident actuellement à l’étranger

4,70169

0,0600

*

Source : Élaboration à partir des données de l’enquête réalisée par les auteurs

47L’âge et le nombre d’enfants diminuent aussi la probabilité de résider dans un pays étranger après ses études. Un étudiant dont un ou plusieurs membres de la famille proche ont résidé dans le passé en France hexagonale ou dont un ou plusieurs membres de la famille proche résident actuellement dans un pays étranger a plus de chance de résider dans un pays étranger après ses études qu’un étudiant dont la famille proche réside en Martinique. Comparativement à un étudiant ayant toujours résidé en Martinique, un étudiant depuis un à cinq ans a 7,48 fois plus de chance de résider dans un pays étranger après ses études. Un étudiant vivant seul a 2,6 fois moins de chance de résider dans un pays étranger qu’un étudiant qui vit chez sa famille.

2.2.2. Les probabilités de mobilité des lycéens

48Les élèves actuellement en Seconde et en Première ont moins de chance qu’un élève de Terminale de continuer en Martinique après leur Bac. Un élève préparant un Bac L a 7,5 fois moins de chance qu’un élève préparant un Bac ES de continuer en Martinique après le Bac. Comparativement à un élève dont au moins l’un des parents est employé, un élève dont au moins l’un des parents est cadre a 4,6 fois plus de chance de continuer en Martinique après le Bac alors qu’un élève dont au moins l’un des parents est retraité a 20,13 fois moins de chance. Comparativement à un élève dont les parents résident en Martinique, un élève dont un ou plusieurs membres de ma famille proche ont résidé dans le passé en France hexagonale ou dont un ou plusieurs membres de ma famille proche résident actuellement dans un pays étranger a moins de chance de continuer en Martinique après le Bac.

Tableau 17. Probabilité de continuer en Martinique après le Bac (n = 87 élèves)

Coefficient

p. critique

Constante

84,8082

0,0591

*

Âge de l’élève

−5,01853

0,0626

*

Diversité des formations proposées en Martinique

4,28426

0,0426

**

Reconnaissance des diplômes par les employeurs

1,60189

0,0665

*

Attractivité générale de l’environnement des études

3,72698

0,0292

**

Qualité des contenus des formations

−5,90065

0,0219

**

Qualité du suivi des élèves par les professeurs

2,62755

0,0401

**

Catégorie socio-professionnelle d’au moins un des parents. –Réf. : Employés

Cadres

4,61878

0,0627

*

Retraités

−20,1253

0,0139

**

Classe dans laquelle l’élève est actuellement inscrit. –Réf. : Terminale

Seconde

−16,1395

0,0454

**

Première

−17,0517

0,0240

**

Type de Bac préparé par l’élève. –Réf. : Bac ES

Bac L

−7,51528

0,0715

*

Situation géographique des membres de la famille.

Réf. : Un ou plusieurs membres proches résident actuellement en Martinique

Un ou plusieurs membres de la famille proche (père, mère, sœurs, frères) résident actuellement en France hexagonale

11,5001

0,0186

**

Un ou plusieurs membres de la famille proche (père, mère, sœurs, frères) ont résidé dans le passé en France hexagonale

−9,90216

0,0409

**

Un ou plusieurs membres de la famille proche (père, mère, sœurs, frères) résident actuellement à l’étranger

−17,7866

0,0177

**

Source : Élaboration à partir des données de l’enquête réalisée par les auteurs

49Un élève a 1,9 fois plus de chance qu’une élève de résider en Martinique à la fin de ses études. Les élèves actuellement en Seconde et en Première ont moins de chance qu’un élève de Terminale de résider en Martinique à la fin de ses études. Un élève dont un ou plusieurs de mes frères et sœurs (demi-frère, demi-sœur), étudie actuellement en France hexagonale a 1,23 fois plus de chance de résider en Martinique à la fin de ses études qu’un élève dont la famille proche réside en Martinique.

Tableau 18. Probabilité de résider en Martinique à la fin de ses études (n = 94 élèves)

Coefficient

p. critique

Sexe. –Réf. : Femme

Homme

1,91068

0,0051

***

Catégorie socio-professionnelle d’au moins un des parents. –Réf. : Employés

Cadre

−1,49655

0,0346

**

Classe dans laquelle l’élève est actuellement inscrit. –Réf. : Terminale

Seconde

−5,83228

0,0139

**

Première

−2,40783

0,0437

**

Situation géographique des membres de la famille.

Réf. : Un ou plusieurs membres proches résident actuellement en Martinique

Un ou plusieurs membres de la famille proche (père, mère, sœurs, frères) étudient actuellement en France hexagonale

1,23326

0,0970

*

Source : Élaboration à partir des données de l’enquête réalisée par les auteurs

50Les élèves arrivés en Martinique depuis au moins 1 an ont plus de chance de continuer à l’étranger qu’un élève ayant toujours vécu en Martinique. Les élèves de Terminale ont plus de chance de continuer à l’étranger qu’un élève de première. Un élève né à l’étranger a 6,59 moins de chance de continuer à l’étranger qu’un élève né en Martinique. Un élève ayant été scolarisé en France hexagonale a 3,56 fois plus de chance de continuer à l’étranger qu’un élève ayant toujours été scolarisé en Martinique.

Tableau 19. Probabilité de résider à l’étranger à la fin de ses études (n = 94 élèves)

Coefficient

p. critique

Lieu de naissance. - Réf. : Martinique

Étranger

−6,55951

0,0076

***

Nombre années de résidence en Martinique. - Réf. : Depuis toujours

Depuis entre 1 et 5 ans

4,3788

0,0297

**

Depuis entre 1 et 5 ans

3,56477

0,0456

**

Pas depuis toujours, mais depuis plus de 10 ans

4,94883

0,0271

**

Classe dans laquelle l’élève est actuellement inscrit. –Réf. : Terminale

1ere

−2,4372

0,0531

*

Type de Bac préparé par l’élève. –Réf. : Bac ES

Bac L

−2,10747

0,0841

*

Bac T

−3,0085

0,0272

**

L’étudiant a-t-il déjà été scolarisé hors de la Martinique ? Si oui où ? –Réf. : Non

France hexagonale

3,56518

0,0713

*

Situation géographique des membres de la famille.

Réf. : Un ou plusieurs membres proches résident actuellement en Martinique

Un ou plusieurs membres de la famille proche (père, mère, sœurs, frères) résident actuellement en France hexagonale

1,24602

0,0922

*

Un ou plusieurs membres de la famille proche (père, mère, sœurs, frères) étudient actuellement en France hexagonale

−2,39487

0,0064

***

Source : Élaboration à partir des données de l’enquête réalisée par les auteurs

Conclusion

51L’existence simultanée d’un fort taux de chômage dans les DOM, d’une population vieillissante et de phénomènes migratoires de type brain drain conduit à s’interroger sur la compréhension du fonctionnement des marchés du travail de ces territoires et, au-delà, de l’ensemble de leur économie. Malgré les nombreuses politiques économiques et sociales mises en place depuis une trentaine d’années dans les DOM, la situation économique de ces territoires reste désastreuse avec des conséquences sociales tout aussi alarmantes (délinquance, comportements addictifs, etc.). Hormis quelques tentatives, l’absence d’évaluation systématique des politiques mises en place empêche toute explication rigoureusement établie des phénomènes observés et toute proposition soutenue de politique adaptée.

52L’exploitation de l’enquête réalisée a montré que les chances de faire des études ou de résider dans le territoire d’origine peuvent varier fortement en fonction des profils des jeunes. Même si certains paramètres se sont avérés statistiquement significatifs, la faible diversification de l’échantillon en termes de filières et d’établissements ne nous a pas permis, d’un point de vue sociologique, d’envisager tous les types d’étudiants ou lycéens (École de commerce, IUT, Lycée professionnel, etc.). De même, il serait intéressant de comparer les profils des lycéens et étudiants des différents DOM qui, en se basant sur les travaux de Temporal et al., (2011), ne devraient pas exprimer les mêmes aspirations à mobilité.

Haut de page

Bibliographie

Bellemare F. et Carluer F. (2013). « La dynamique migratoire : quels facteurs causaux de la fuite des cerveaux ? Une étude dans le contexte économique des territoires insulaires caribéens », Revue d’Économie Régionale et Urbaine, n°5, p. 891-909.

Blanchet D., (2002). « Le vieillissement de la population active : ampleur et incidence ». Économie et statistique, n° 355-356, 123-138.

Cadiou L., Genet J. et Guérin J.-L. (2002). « Évolutions démographiques et marché du travail : des liens complexes parfois contradictoires », Économies et statistiques, n°355-356.

Cahuc, P., Hairault J.-O. et Prost C. (2016). « L’emploi des seniors : un choix à éclairer », Notes du conseil d’analyse économique 2016/5 (n°32), p. 1-12.

Cahuc, P. et Zylberberg, A. (2005). Le chômage, fatalité ou nécessité ? Flammarion.

Goto M., Marie C.-V. et Sudrie O. (2014). « Vieillissement démographique en Martinique, quels impacts socioéconomiques ? » Rapport DME (A paraître dans la collection « Documents de travail » de la recherche de l’AFD).

Marie C.-V et Rallu JL. (2012). Les tendances démographiques et migratoires dans les régions ultrapériphériques : quel impact sur leur cohésion économique, sociale et territoriale ? Rapport commandé par la Commission européenne.

Temporal F., Marie C.-V. et Bernard S. (2011). « Insertion professionnelle des jeunes ultramarins : DOM ou métropole ? ». Populations-F, 66 (3-4), 555-600.

Haut de page

Notes

1 Les termes France, Hexagone ou France hexagonale sont utilisés de manière équivalente.

2 La somme des pourcentages est ici supérieure à 100 car plusieurs réponses sont possibles. Celles qui reviennent le plus souvent donnent une simple indication sur les préférences des interrogés.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Espérance de vie à la naissance dans les DOM en 2014 (en années)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16414/img-1.png
Fichier image/png, 7,8k
Titre Figure 2 : Répartition de la population par classe d’âge (en %)
Crédits Source : INSEE
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16414/img-2.png
Fichier image/png, 13k
Titre Figure 3. Taux d’activité, d’emploi et de chômage en 2010 et 2013 (en %)
Crédits Source : INSEE
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16414/img-3.png
Fichier image/png, 52k
Titre Figure 4. Taux de chômage par classe d’âge en 2010 et 2013 (en %)
Crédits Source : INSEE
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16414/img-4.png
Fichier image/png, 31k
Titre Figure 5. Lieu de naissance
Crédits Source : Élaboration à partir des données de l’enquête réalisée par les auteurs
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16414/img-5.png
Fichier image/png, 41k
Titre Figure 6. CSP du père
Crédits Source : Élaboration à partir des données de l’enquête réalisée par les auteurs
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16414/img-6.png
Fichier image/png, 70k
Titre Figure 7. CSP de la mère
Crédits Source : Élaboration à partir des données de l’enquête réalisée par les auteurs
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16414/img-7.png
Fichier image/png, 62k
Titre Figure 8. Situation scolaire des lycéens (classe et filière)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16414/img-8.png
Fichier image/png, 50k
Titre Figure 9. Situation universitaire des étudiants (diplôme et filière)
Crédits Source : Élaboration à partir des données de l’enquête réalisée par les auteurs
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16414/img-9.png
Fichier image/png, 56k
Titre Figure 10. Appréciation de la diversité de l’offre de formation
Crédits Source : Élaboration à partir des données de l’enquête réalisée par les auteurs
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16414/img-10.png
Fichier image/png, 35k
Titre Figure 11. Appréciation de la qualité de l’offre de formation
Crédits Source : Élaboration à partir des données de l’enquête réalisée par les auteurs
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16414/img-11.png
Fichier image/png, 42k
Titre Figure 12. Appréciation de l’attractivité et de l’environnement d’étude
Crédits Source : Élaboration à partir des données de l’enquête réalisée par les auteurs
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16414/img-12.png
Fichier image/png, 42k
Titre Figure 13. Destination d’études après le BAC
Crédits Source : Élaboration à partir des données de l’enquête réalisée par les auteurs
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16414/img-13.png
Fichier image/png, 16k
Titre Figure 14. Offre de formation et aspirations des répondants
Crédits Source : Élaboration à partir des données de l’enquête réalisée par les auteurs
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16414/img-14.png
Fichier image/png, 46k
Titre Figure 15. Réponses des lycéens et étudiants à « Aucune destination ne m’attire »
Crédits Source : Élaboration à partir des données de l’enquête réalisée par les auteurs
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16414/img-15.png
Fichier image/png, 32k
Titre Figure 16. Réponses des lycéens et étudiants envisageant de poursuivre leurs études en Martinique puis en France hexagonale
Crédits Source : Élaboration à partir des données de l’enquête réalisée par les auteurs
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16414/img-16.png
Fichier image/png, 24k
Titre Figure 17. Réponses des lycéens et étudiants envisageant de poursuivre leurs études en Martinique puis à l’étranger
Crédits Source : Élaboration à partir des données de l’enquête réalisée par les auteurs
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16414/img-17.png
Fichier image/png, 24k
Titre Figure 18. Lieux de résidence envisagés par les lycéens et étudiants2
Crédits Source : Élaboration à partir des données de l’enquête réalisée par les auteurs
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16414/img-18.png
Fichier image/png, 28k
Titre Figure 19. Les principaux motifs à résider en France hexagonale ou à l’étranger
Crédits Source : Élaboration à partir des données de l’enquête réalisée par les auteurs
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16414/img-19.png
Fichier image/png, 59k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Joseph, Éric Kamwa et Sébastien Mathouraparsad, « Choix d’études et rapports à la mobilité des lycéens et étudiants martiniquais », Études caribéennes [En ligne], 43-44 | Août-Décembre 2019, mis en ligne le 30 octobre 2019, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/16414 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.16414

Haut de page

Auteurs

Gilles Joseph

Université des Antilles, Faculté de Droit et d’Économie de la Martinique et LC2S UMR CNRS 8053, gilles.joseph@univ-antilles.fr

Éric Kamwa

Université des Antilles, Faculté de Droit et d’Économie de la Martinique et LC2S UMR CNRS 8053, eric.kamwa@univ-antilles.fr

Sébastien Mathouraparsad

Université des Antilles, UFR des Sciences Juridiques et Économiques de la Guadeloupe et CREDDI EA 4541

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals