Navigation – Plan du site
Un système socio-économique marqué par le dualisme productif

Développement touristique dans la péninsule du Yucatan : Mahahual, un village de pêcheurs en pleine mutation

Tourism Development in the Yucatan Peninsula: Mahahual, a Fishing Village Undergoing a Transformation
Desarrollo turístico en la península del Yucatán: Mahahual un pueblo de pescadores en pleno cambio
Clara Malbos

Résumés

Cet article se base sur une enquête ethnographique effectuée à Mahahual dans l’État du Quintana Roo dans le sud de la Péninsule du Yucatan au Mexique entre février et juin 2018.
Mahahual est un village de pêcheurs en pleine mutation due à l’implantation du port Costa Maya dans les années 2000. On assiste à une modification des occupations des habitants : les familles pionnières de pêcheurs du village se reconvertissent dans le secteur tertiaire pour exercer une activité dans le domaine du tourisme. Cette modification a pour conséquence de modifier le paysage économique de cette zone côtière. Cet article veut alors mettre en lumière la relation économique que les habitants entretiennent avec les touristes en se posant la question suivante : comment la présence du port Costa Maya, et donc des touristes, vient-elle modifier les occupations des habitants en transformant l’économie de Mahahual ?
Le développement du tourisme de masse à Mahahual et son influence économique sur les habitants et sur le village constituent le premier point que nous développerons. Le bateau de croisière qui correspond aux critères du tourisme de masse est une des composantes motrices de la globalisation. Le port Costa Maya crée une forme de « tourisme express » qui favorise une consommation importante et rapide des différentes prestations que le village a à offrir (des activités nautiques aux restaurants à volonté).
De plus, on observera de quelle manière le commerce du poisson offre un rayonnement national et international à la communauté de pêcheurs. Les touristes du port entretiennent cette économie en participant à des activités de pêche et en consommant des produits locaux. Ainsi, la production, la distribution et la consommation du poisson nous permettent de comprendre l’importance des activités de pêche pour le développement du tourisme.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Mahahual est un village de pêcheurs niché dans le sud de la péninsule du Yucatan au Mexique. Il y a environ une centaine d’années, l’économie du village fonctionnait en grande majorité grâce à cette activité ; les familles pionnières du village y sont arrivées il y a environ cent ans pour pratiquer la pêche (activité de subsistance et économique). À cette époque, le bord de mer était recouvert de végétation et il était rare de voir des touristes s’y aventurer. Les années 2000 ont marqué un grand changement pour le village. La construction du port Costa Maya en 2001 (Santillán, 2004) a modifié le paysage socio-économique de Mahahual. Il peut aujourd’hui accueillir jusqu’à trois bateaux par jour qui contiennent 3 000 passagers par embarcation, ce qui correspond à 12 000 touristes par jour. Ainsi, la présence du port a modifié les occupations des habitants et le secteur tertiaire devient leur première activité économique. Les familles de pêcheurs se reconvertissent dans le tourisme. Si ces derniers sont toujours en mer, ils ne pêchent presque plus et certains sont devenus guides de pêche récréative ou capitaines d’embarcations pour les centres de plongée des alentours.

2Afin de comprendre la corrélation entre le secteur tertiaire et les activités de pêche, il est pertinent, dans un premier temps, de définir le tourisme. Selon Naomi Leite et Nelson Graburn, « le terme “tourisme” peut renvoyer à : une catégorie d’expérience, différenciée de la vie quotidienne ; une industrie locale, nationale ou globale ; une opportunité d’emploi ; la cause de la présence d’étrangers chez soi ; une force de changement social ; une forme de représentation et de médiation culturelle ; un emblème et un média de la globalisation » (Leite et Graburn 2010 : 18).

3Dans le cadre de cette enquête, nous allons étudier le tourisme comme une industrie locale à portée nationale et internationale qui a une influence sur les habitants et l’environnement d’un lieu précis. La globalisation étant un phénomène qui touche différentes sphères sociales, on essayera de comprendre en quoi elle a un impact direct sur les différentes formes de tourismes présentes à Mahahual comme le tourisme de masse qui se développe de différentes manières dans cette zone.

4On s’interrogera sur la dualité et les complémentarités qui existent entre les activités de pêche et les activités touristiques du village avec la question suivante : comment la présence du port Costa Maya vient modifier les occupations des habitants en transformant l’économie de cette zone côtière ?

5Le tourisme de masse qui est né aux États-Unis dans les années 1950 (Hernaux, 2007) tient aujourd’hui une place centrale dans l’économie du village et constituera un premier point que nous aborderons ici. Cependant, la pêche reste une activité importante à Mahahual fonctionnant en majorité grâce au secteur tertiaire. Le commerce de la pêche s’intensifie de manière importante et on observera ici son rayonnement global, national et également international. Ainsi, la production, la distribution et la consommation de poisson feront l’objet d’une analyse approfondie.

6Cet article, qui s’inscrit dans le courant de la recherche qualitative et de l’anthropologie collaborative, se base sur un terrain de recherche ethnographique effectué à Mahahual entre le 1er février 2018 et le 10 juin 2018. Différents outils propres à l’enquête ethnographique ont été utilisés tels que l’observation participante et les entretiens semi-dirigés (40 au total, 11 avec des pêcheurs et 28 avec des propriétaires d’hôtels ou de restaurants du village). La recherche qualitative employée ici « s’appuie sur le discours de ses acteurs, leurs intentions (…), les modalités de leurs actions, et de leurs interactions » (Dumez, 2013 : 29). De plus, l’anthropologie collaborative, développée entre autres par l’École de Chicago et Lassiter (2005) a été essentielle à cette recherche. Ainsi, la totalité de cette enquête a été réalisée en collaboration avec l’ONG Takata et d’autres organismes et acteurs locaux.

1. Le tourisme de masse : activité économique principale de Mahahual

  • 1 Les « tout-inclus » sont des voyages proposés aux touristes à des prix très abordables dans les pay (...)

7Le tourisme de masse est apparu au Mexique il y a environ une cinquantaine d’années et nous permet de classer ce pays à la huitième place des récepteurs de touristes internationaux (UWTO, 2017). La péninsule du Yucatan est une région du Mexique avec une forte densité touristique. Des endroits comme Cancún, Playa del Carmen ou encore Cozumel accueillent chaque année un nombre significatif de touristes qui restent le temps de quelques jours dans des complexes hôteliers de très grande taille (les « tout-inclus »1). Ce mode de fonctionnement est finalement le même d’une ville à l’autre, d’un pays à l’autre, d’un continent à l’autre.

8Si le tourisme de Mahahual n’échappe pas à ce modèle de tourisme de masse, on ne rencontre pas d’hôtel « tout-inclus » et les infrastructures touristiques, même si elles sont nombreuses pour la taille du village, bénéficient d’une capacité d’accueil relativement modérée. Cependant, la présence du port Costa Maya et ses bateaux de croisière correspondent aux critères du tourisme de masse qui est un des acteurs essentiels de la globalisation. Ici, le paquebot ne doit pas être vu comme un simple moyen de transport proposant des escales (dont celle à Mahahual), mais plutôt comme partie intégrante du voyage ; il est au cœur de l’expérience du touriste (Dehoorne, 2011). Finalement, « l’essor du tourisme de croisière repose sur une remarquable stratégie économique qui joue sur le « désir d’Ailleurs » (Said, 1980 ; Michel, 2000 ; Amirou, 2000) plus ou moins lointain, confortable, sécurisé, entre soi, frôlant l’altérité sans y être exposé excessivement (Augé, 1992) dans un univers festif » (Dehoorne, 2011 : 2). Cette définition du désir d’ailleurs est en lien direct avec l’imaginaire créé par le touriste avant son départ. Le port Costa Maya se doit alors d’aménager ses infrastructures pour qu’elles soient en accord avec ces images. De ce fait, à l’intérieur du Port, la monnaie d’usage est le dollar américain (la plupart des croisiéristes viennent des États-Unis) et on retrouve des enseignes internationales telles que Starbuck coffee. L’entrée dans le port est contrôlée et seuls les employés, les prestataires ou les touristes des paquebots peuvent y accéder. Ainsi la sécurité est de mise et les voyageurs ont certains repères culturels rassurants.

9Le port Costa Maya propose diverses activités telles que des tours de snorkel (plongée avec masque et tuba), des visites en bus ou à vélo de Mahahual et ses alentours, un club de plage réservé aux membres des bateaux et un parc d’attractions aquatiques. En plus de ces activités, différents tours sont proposés comme de la plongée, des visites guidées, etc. Pour ceux qui décident de sortir du port et qui n’ont rien réservé, Mahahual constitue alors une attraction en soi. Entre baignades dans l’eau turquoise, dégustation de langoustes et de margaritas, le bord de mer du village contient tous les éléments nécessaires pour faire vivre l’expérience des Caraïbes attendue par les visiteurs. Ainsi, entre environ 11 heures du matin et 16 heures de l’après-midi - les jours de bateaux -, les dizaines de restaurants affichent complet et le bord de mer devient difficile d’accès.

10Pour répondre à la demande croissante des touristes, l’offre en matière d’activités a augmenté tout comme la pêche qui s’est intensifiée considérablement pour pouvoir nourrir plus de 10 000 personnes par jour. Le développement du tourisme a alors une influence directe sur les activités de pêche du village. On observe que la pêche à des fins de consommation personnelle a diminué tandis que la pêche commerciale a considérablement augmenté.

2. La pêche : une activité qui évolue avec le développement du village

11Il peut être intéressant d’analyser la pêche comme un fait social total (Mauss, 1925). On va se pencher sur les trois phases essentielles de cette activité économique qui sont la production, la distribution et la consommation. La production correspond aux techniques de pêche utilisées. La distribution nous permet de comprendre l’importance de ce commerce à une échelle locale, nationale et également internationale. La consommation, quant à elle, est étudiée afin d’observer les habitudes alimentaires des touristes et donc leur mode de vie et de consommation.

2.1 Les différentes modalités de production du poisson

12C’est pendant cette phase qu’un produit est fabriqué. À Mahahual, c’est le poisson qui est pêché. Sa production varie suivant les catégories de pêcheurs qui ont des organisations de travail différentes. Il a été recensé quatre groupes de pêcheurs :

  • Les pêcheurs des coopératives. Il y a deux coopératives de pêcheurs à Mahahual : celle de Banco Chinchoro (créée entre 1984 et 1989) et celle de Langosta del Caribe (créée en 1991). Dans les deux cas, les pêcheurs sont soumis à une législation bien particulière qu’ils doivent respecter (type et taille des espèces, date de pêche, permis de pêche, etc.). Ils sont en moyenne quatre par embarcation. Une fois de retour, les espèces pêchées sont inspectées pour vérifier qu’elles répondent bien aux normes des coopératives.

  • Les pêcheurs libres. On rencontre deux types de pêcheurs libres à Mahahual : ceux qui pêchent dans le but de faire du profit par la vente des espèces attrapées et ceux qui pêchent uniquement pour leur consommation personnelle. Dans les deux cas, les pêcheurs n’ont pas de permis de pêche. La plupart sont au courant des espèces protégées et des dates de pêche, mais ne les respectent pas. Selon l’enquête, cette catégorie représente la plus importante des pêcheurs à Mahahual et contient des profils très différents… en passant du pêcheur qui va en mer quelques heures par semaine pour une capture destinée à sa famille jusqu’à celui qui passe 8 heures quotidiennement sur l’océan pour une prise pouvant atteindre 250 kg de poissons par jour.

  • Les guides de pêche. Les centres de plongée et guides particuliers proposent des tours de pêche. Différents types de pêche sont offerts aux touristes. Par exemple, un tour s’appelle Du poisson à l’assiette. Dans cette formule, les touristes mangent le poisson qu’ils pêchent dans la journée. S’il y en a plus que nécessaire, le guide ou le capitaine du bateau le garde pour sa consommation personnelle. Il existe également une autre forme de tourisme de pêche populaire à Mahahual appelé fly fishing. Cette pêche de libération peut se pratiquer directement dans la lagune contrairement aux autres types de pêche. Il s’agit d’une technique particulière se pratiquant à pied, sans embarcation, avec une canne à pêche et un hameçon de forme bien particulière qui est censée ne pas abimer les espèces attrapées pour pouvoir ensuite les libérer. Les guides de pêche doivent également obtenir des permis spéciaux pour exercer leur activité. En revanche, il a été observé qu’une partie de ces guides ne bénéficiaient pas de permis et exerçaient néanmoins leur métier ainsi depuis plusieurs années.

  • Les pachucheros. Ce groupe de pêcheurs furtifs est décrit par les autres pêcheurs et les habitants de Mahahual comme un groupe dangereux. Ils vivent au sud de Mahahual, près d’un autre village qui s’appelle XCalak (à 6,5 km de Mahahual), et vendent leur marchandise sur le marché noir.

13Les techniques de pêche varient en fonction des types de pêcheurs. Les guides de pêche pratiquent la pêche à la mouche et les pêcheurs libres peuvent aussi bien pêcher à la canne à pêche, sur un bateau ou au harpon en plongeant. Cette technique - qui se pratique en apnée -permet de descendre jusqu’à quarante mètres sous l’eau et donc d’attraper des espèces qui ne sont pas atteignables avec une simple canne à pêche. Les filets de pêche sont également utilisés par les pêcheurs libres. Contrairement à la pêche au harpon, qui est sélective, cette technique permet d’attraper de grande quantité sans sélectionner les espèces.

14Les modes de production varient alors en fonction de la catégorie de pêcheurs à laquelle on fait référence. Les contraintes légales restreignent la production d’un certain type de pêcheurs (ceux des coopératives), car ils ont droit à une quantité maximum par jour et par embarcation. En revanche, les bateaux sont entretenus par les coopératives. Ainsi, les pêcheurs n’ont pas à se soucier de leur entretien contrairement aux pêcheurs libres qui sont seuls responsables de leur embarcation et des coûts éventuels que cela implique (réparation, essence, etc.).

15Les deux conditions de production de la pêche sont donc les conditions techniques - qui permettent de recenser les engins de pêche - et les conditions sociales d’accès aux moyens de production des territoires de pêche (Faye, 1994). En effet, on peut voir ici de quelles manières les mouvements migratoires influencent les différentes techniques de pêche : les guides de pêche à la mouche sont en grande partie des expatriés alors que les pêcheurs libres - ainsi que ceux des coopératives - font partie des familles pionnières du village ou alors viennent de régions avoisinantes. Ainsi, on observe « des stratégies différentes selon le groupe considéré. Ces stratégies déterminent l’intensité et les modalités de la pratique halieutique du groupe » (Faye, 1994 : 882). Selon les entrevues effectuées, les guides de pêche vendent en moyenne 100 dollars leur activité de trois heures from fish to dish et les coopératives vendent en moyenne 140 pesos le kilo de poisson. Sachant qu’un bateau peut contenir jusqu’à 70 kg de poisson par jours, cela revient à 2 450 pesos par jour et par personne (environ 120 euro). Le problème est que ce chiffre représente le montant gagné par la coopérative et non par les pêcheurs. On imagine alors que les pêcheurs perçoivent une somme plus faible. Ainsi, pour une durée d’activité plus longue, les pêcheurs des coopératives semblent avoir un rendement économique plus bas que les guides de pêche. Même si les deux types de pêche existent grâce à l’industrie touristique, l’un semble être nettement plus avantagé que l’autre. En revanche, ils dépendent tous des touristes du port Costa Maya. Les guides de pêche de manière directe, car si les touristes ne sont pas là, ils n’ont pas de client ! Les pêcheurs des coopératives de manière indirecte, car si les touristes ne sont pas là, alors les restaurants ne vont pas acheter de poisson aux coopératives !

2.2 La distribution : un commerce local, national et international

16On observe - dans tout phénomène économique - des circuits où transitent des biens et des services avec des échanges et des redistributions. Dans ce cas précis, la circulation du poisson passe du producteur au consommateur (du pêcheur au touriste) avec, comme intermédiaire, les restaurants. Ces derniers sont à la fois consommateurs (pour les pêcheurs) et producteurs (pour les touristes). Leur rôle est alors double. La distribution est essentielle pour analyser les problèmes socio-économiques d’une zone donnée. Analyser les flux commerciaux permet de comprendre l’impact de la pêche aussi bien au niveau local, national qu’international. Grâce aux entrevues effectuées, on peut constituer ce schéma qui représente les différents flux commerciaux du poisson vendu et consommé à Mahahual (Graphique 1).

Graphique 1. Le commerce de la pêche à Mahahual

Graphique 1. Le commerce de la pêche à Mahahual

Source : Flux commerciaux du poisson pêché à Mahahual, C.Malbos, 2018 : 71

17Pour s’approvisionner en poissons, les hôtels et les restaurants ont un choix relativement large de vendeurs. À Mahahual, les pêcheurs libres ainsi que les coopératives constituent une part importante de leur approvisionnement. En revanche, les crevettes et le poulpe sont systématiquement importés de Campeche ou Mérida, deux villes dans les États voisins du Quintana Roo dans la péninsule du Yucatan. Chetumal - ville portuaire à moins de deux heures de route de Mahahual - semble également être un point de vente où les hôtels et restaurants vont se fournir. Le port de Chetumal reçoit du poisson de plusieurs endroits du monde dont du tilapia venu d’Asie. Les hôtels et les restaurants peuvent se fournir à l’extérieur de Mahahual, mais les pêcheurs vendent également en dehors de cette zone. On remarque par exemple que les coopératives vendent ce qu’elles ont péché à Cancún ou à Playa del Carmen. Cette vente est ensuite exportée à l’internationale, entre autres à Hong Kong.

18La pêche touristique n’influence pas le marché direct de vente de poissons et de produits de mer à Mahahual. En effet, les activités de pêche touristiques ont un impact minime sur le récif et sur le commerce du poisson, car le niveau de consommation est relativement faible par rapport à celui des hôtels et restaurants (certains restaurants peuvent vendre jusqu’à 400 kilos de poissons par semaine).

19Les pachucheros semblent se concentrer sur la vente d’escargots de mer de Mahahual/XCalak à Chetumal, mais leur activité étant hautement illégale, nous manquons de données sur leur fonctionnement.

20Ce schéma nous montre clairement l’influence de la globalisation sur le commerce de la pêche, et donc par extension sur Mahahual. La globalisation peut être entendue comme “a matter of increasing long-distance interconnectedness, at least across national boundaries, preferably between continents as well. That interconnectedness has a great many aspects. We have ways of meddling with other people’s environment, from the destruction of rain forests and the intercontinental dumping of toxic wastes to global warming; and with their bodies, as in a growing transnational trade in human organs for transplants. The goods we but may come from far away” (Hannerz, 1996 : 18). Dans cette définition anthropologique de la globalisation, Hannertz met l’accent sur les échanges de biens transnationaux. De cette manière, le commerce de la pêche à Mahahual inclut une marchandise locale qui s’exporte dans un premier temps au niveau régional et dans un deuxième temps au niveau international. De plus, on retrouve également une marchandise internationale qui est importée directement par le port de Chetumal pour ensuite être achetée par les hôtels et restaurants de Mahahual.

21Les effets de la globalisation ont modifié le commerce du poisson à Mahahual, mais également les occupations de ses habitants. L’anthropologue Ángeles A. López Santillán remarque le même changement des occupations que celui que nous avons évoqué plus haut. Elle explique ainsi que Mahahual « de ser una localidad netamente pesquera todavía en 1998, pasó a ser una población dependiente del turismo de cruceros. El POET (2000) registró en 1998 a un 65% de la población económicamente activa como pescadores libres. En el 2000, 33% trabajaban en la pesca y 55% en el sector terciario; para 2004, el 67% de la población se dedicaba al sector turismo (Barret, 2004 : 59-61). Así que la mayoría de los pescadores se han quitado del mar para convertirseen pequeños o diminutos empresarios, como restauranteros o comerciantes de artesanías” (Santillán, 2004 : 121). Ces derniers chiffres ont maintenant presque quinze ans et on observe que la tendance ne va pas en diminuant. En revanche, ces mêmes bateaux qui ont modifié les occupations des habitants ont également créé un nombre d’emplois significatif dans le secteur formel et informel du village.

2.3 La consommation du poisson : le reflet des pratiques sociales d’un groupe

22On retrouve trois types de consommateurs de poisson à Mahahual. Comme le schéma l’indique, les hôtels et les restaurants sont les consommateurs principaux et les familles de pêcheurs et les touristes qui pratiquent la pêche à la mouche sont les consommateurs secondaires.

23Il est important de rappeler que les comportements et les choix des consommateurs « sont le reflet d’une civilisation et d’une époque conditionnée par des facteurs économiques nombreux (Rottier, 1961 : 208). Le niveau de vie des consommateurs et donc les catégories sociales auxquelles ils appartiennent aident à la compréhension du développement économique d’une zone précise. Les touristes qui arrivent directement des États-Unis et qui arrivent par bateaux de croisière n’ont pas le même type de consommation que des familles de pêcheurs mexicains.

24La technique de l’observation participante, propre à la discipline anthropologique, a été très utile dans le cadre de cette étude pour comprendre les habitudes de consommation des touristes. L’immersion totale dans le terrain permet de comprendre plus en profondeur certains phénomènes. Ainsi, il est intéressant de comparer le pourcentage des quantités de nourriture commandées avec celui des quantités réellement mangées. On note que les clients commandent une grande quantité de produits comparativement à ce qu’ils consomment réellement. On peut estimer à 50 % les boissons et les plats qui reviennent à moitié pleins. On peut expliquer ce phénomène, en raison de l’offre « à volonté » que cette journée représente pour les touristes. Ce comportement semble typique des sociétés de consommation et donc, du tourisme de masse. La consommation peut être définie comme étant « la réponse à un besoin afin d’atteindre un état de satisfaction » (Mermet, 2013 : 4). Le besoin étant la nécessité de se nourrir et la satisfaction, la sensation ressentie une fois nourrie. En revanche, on remarque ici que les touristes semblent aller au-delà de ce besoin. Ils sont à la recherche d’une autre satisfaction. Peut-être que le seul fait de consommer devient en soi un besoin et que pour répondre à celui-ci, commander des plats et des boissons en abondance est une manière pour eux d’être satisfaits. De plus, un des arguments qui freine les touristes à consommer en grande quantité est le coût que cela représente. Une fois cet argument éliminé plus rien ne les retient. Selon les informations recueillies auprès des croisiéristes, la majorité de ces bateaux détiennent également des restaurants qui proposent des buffets à volonté. Les clients sont donc déjà habitués à ce mode de consommation et ils ne font que reproduire les habitus qu’ils ont à bord une fois sur la terre ferme. Ce besoin de consommer semble avoir une grande importance pour eux quand on observe qu’environ 30 % des clients commandent plus de deux plats par personne sans en finir aucun.

25Ces chiffres sont l’estimation d’un seul restaurant sur une courte période (4 mois), mais restent symptomatiques d’un mode de consommation typique du tourisme de masse. Il est également important de préciser que plus de la majorité des plats commandés par les touristes dans ce restaurant comprennent du poisson acheté au préalable aux coopératives ou aux pêcheurs libres. Ainsi consommation, distribution et production sont trois facteurs intrinsèquement liés. En ce qui concerne les modes de consommation des familles de pêcheurs, ils n’ont pas été étudiés en détail, mais on peut constater, comme le décrit Fischler (1990), que la manière de manger est essentiellement culturelle. Manger, ce n’est pas seulement incorporer des nutriments, mais c’est aussi incorporer un imaginaire (Fischler, 1990). Ainsi, quand les touristes consomment du poisson « à volonté », c’est à l’image de leur façon de voyager.

Conclusion

26Dans cet article, j’ai tenté de mettre en lumière les différents facteurs économiques qui permettent d’expliquer comment la présence du port Costa Maya - et donc des touristes - vient modifier les occupations des habitants du village de Mahahual. La construction du premier hôtel en 1995 (Santillán, 2004 : 120) et la création du port en 2001 marquent le point de départ du développement touristique du village. Cet extrait de mon journal de bord décrit en détail la situation économique du village avant la construction du port Costa Maya : « Miguel nous explique qu’avant la construction du port qui accueille les bateaux de croisière, cette zone n’était qu’un petit village de pêcheurs. Quand il a commencé à pêcher en plongeant en 1972, il capturait la langouste avec un lasso et l’amenait vivante jusqu’au Belize. Miguel nous explique qu’à cette époque-là, le seul endroit aux alentours où pouvaient se commercialiser le poisson et la langouste se trouvait au Belize. D’ailleurs, Miguel y a vécu pendant deux ans, car sa compagne de l’époque y vivait. De retour à Mahahual, il a pu observer les différents changements de technique de pêche » (Malbos, 2018 : 44).

27Aujourd’hui, la pêche à Mahahual reste une activité importante pour le développement économique des habitants. En revanche, le tourisme de masse entraîne de nouveaux modes de production, de distribution et de consommation pour le commerce du poisson. Les différents types de pêcheurs qui ont pu être identifiés (pêcheurs de coopératives, pêcheurs libres, guide de pêche et pachucheros) utilisent des techniques de production qui varient en fonction de la demande à laquelle ils répondent (activités de subsistance, ventes aux restaurants et hôtels, etc.).

28Le tourisme de masse - qui s’inscrit dans les fondements de la globalisation - entraîne avec lui un nouveau mode de distribution et de consommation du poisson à Mahahual. Cette analyse macroéconomique est à mettre en perspective avec les flux commerciaux nationaux et internationaux du poisson. La pêche comme activité de subsistante se fait de plus en plus rare et le secteur tertiaire tient une place de plus en plus importante. Tout porte à croire que Mahahual se destine à ressembler aux autres stations balnéaires de la péninsule du Yucatan telles que Cancún ou Playa del Carmen.

29Par ailleurs, on remarque la présence d’organismes ou associations qui luttent contre ce tourisme de masse et qui encouragent des pratiques dites écoresponsables. Est-il alors possible pour un village tel que Mahahual de continuer sur sa pente ascendante économique en préservant son environnement ? Le tourisme durable est aujourd’hui une problématique centrale sur la scène internationale et peut devenir une réelle plus-value économique pour des régions telles que Mahahual.

Haut de page

Bibliographie

Dehoorne, O. et N. Petit-Charles (2011). « Tourisme de croisière et industrie de la croisière », Études Caribéennes, n°18, URL : <https://etudescaribeennes.revues.org/5623>.

Dumez, H. (2013). « Qu’est-ce que la recherche qualitative ? Problèmes épistémologiques, méthodologiques et de théorisation », Annales des Mines - Gérer et comprendre, n° 112 : 29-42.

Fay, C. (1991). « La production de pêche dans le Delta Central du Niger (Mali) : système de perception et d’appropriation des territoires », La recherche face à la pêche artisanale, 2 : 881-888.

Fischer, C. (1990). L’Homnivore, le goût, la cuisine et le corps, Paris, Éditions Odile Jacob.

Hannerz, U. (1996). Transnational Connections, New York, Routledge.

Hiernaux, D. (2007). « Le tourisme de masse au Mexique : un virage ? », Téoros, n°26, URL : <http://journals.openedition.org/teoros/1587>.

Lassiter, L-E. (2005). The Chicago guide to collaborative ethnography. Chicago, University of Chicago Press.

Leite, N. et N. Graburn, (2010). « L’anthropologie pour étudier le tourisme », Mondes du Tourisme URL : < http:// tourisme.revues.org/316>, n°1.

Malbos, C. (2018). La perception sociale de l’environnement dans un village de la péninsule du Yucatan : Mahahual, entre pêche et tourisme, Paris, Université Paris Descartes.

Mauss, M. (1925). Essai sur le don, Paris, Édition La république des lettres.

Mermet, A-C. (2005). « Redéfinir la consommation pour repenser les espaces de consommation», Géographie et cultures, n° 77, URL : <http://journals.openedition.org/gc/710>.

Rottier, G. (1961). « L’économie de la consommation », Revue économique, 12 : 208-228.

Santillan, A-L. (2012). « Capitulo 4 Desarollo turistico e inequidad : el caso de Mahahual en costa Maya, Quintana Roo », dans Marin, G., Garcia A. et M. Daltabuit (dir.) Turismo, globalizacion y sociedades locales en la peninsula de Yucatan, Mexico, Ed. La Laguna : 109-137.

UNWTO, (2017). Organisation mondiale du Tourisme, Faits saillants, OMT.

Haut de page

Notes

1 Les « tout-inclus » sont des voyages proposés aux touristes à des prix très abordables dans les pays du Sud incluant le vol, l’hôtel et la pension complète. Ce tourisme de masse a permis à la classe moyenne occidentale de s’offrir des vacances dans les destinations du Sud.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Le commerce de la pêche à Mahahual
Crédits Source : Flux commerciaux du poisson pêché à Mahahual, C.Malbos, 2018 : 71
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16457/img-1.png
Fichier image/png, 81k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clara Malbos, « Développement touristique dans la péninsule du Yucatan : Mahahual, un village de pêcheurs en pleine mutation », Études caribéennes [En ligne], 43-44 | Août-Décembre 2019, mis en ligne le 10 octobre 2019, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/16457 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.16457

Haut de page

Auteur

Clara Malbos

Université Paris Descartes, étudiante en Master 2 Anthropologie et Ethnologie ; clara.malbos@etu.parisdescartes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals