Navigation – Plan du site
Hors-dossier

L’agriculture vivrière à Madingou (République du Congo) : moyen de subsistance et d’acquisition des revenus

Agriculture Living in Madingou: Means of Subsistence and Acquisition of Income
André Wilfrid Landa et Duck Duvais Miyalou

Résumés

À Madingou, comme dans d’autres petites villes de la République du Congo, pour résoudre le problème d’alimentation et d’acquisition des revenus, la population s’oriente souvent vers la pratique de l’agriculture vivrière. Cette étude vise à analyser le rôle de l’agriculture vivrière dans la survie de la population de Madingou. Elle s’est basée sur la recherche documentaire, les observations sur le terrain, les entretiens avec les personnes-ressources et l’administration du questionnaire, auprès de 106 ménages sélectionnés dans les quartiers Moukokotadi et Mboukoudou, a concerné uniquement les chefs de ménages-producteurs ou leurs conjointes. Cette étude a montré que l’agriculture vivrière à Madingou est une activité essentiellement féminine et elle intéresse les ménages de tout statut socio-professionnel. Elle s’exerce en utilisant des systèmes et techniques de culture rudimentaires ; sa production est destinée à l’autoconsommation puis à la vente. Les revenus issus de la vente permettent à la population de satisfaire ses besoins multiformes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’agriculture vivrière au Congo était autrefois une activité purement féminine. Le travail de la terre, en vue d’alimenter la consommation familiale, était considéré comme dégradant pour l’homme. Celui-ci n’intervenait que dans l’abattage des arbres lorsqu’une plantation nouvelle devrait être faite dans un bosquet ou dans une galerie forestière et le reste du travail incombait à la femme (Vennetier, 1963). Cette agriculture est restée pendant longtemps l’apanage des femmes, sa production destinée exclusivement à l’autoconsommation, et d’autres besoins du ménage étaient satisfaits par le troc. Mais l’introduction de la monnaie dans les échanges a permis à cette activité de prendre une nouvelle orientation : de l’autoconsommation à la commercialisation. Ces mutations font aujourd’hui que l’agriculture vivrière mobilise aussi les hommes. Ainsi, écrit Vennetier (1991) : « les hommes pratiquent les cultures vivrières que dans un but commercial » ; et Mengho (1999) note que « les hommes participent à la production vivrière lorsque celle-ci est destinée à la vente ». Certes, cette activité attire plusieurs personnes, hommes et femmes, de tout statut social, néanmoins il faut préciser que les dimensions des champs exploités demeurent moindres : la taille moyenne nationale est de 0,5 ha (Moundza, 2013) et la production agricole faible (1 372 200 tonnes des produits vivriers en 2009 ; MEPATI, 2011). Ce phénomène est sans doute dû aux systèmes et techniques de culture rudimentaires utilisés (Galley, 1980 ; Douka, 1981 ; Mengho, 1999 ; Olanrewaju et al., 2004 ; Fonds africain de développement, 2008 ; Ngouma, 2012 ; Moundza, 2013). Les cultures vivrières (manioc, banane, légumes et tubercules) occupent 75 % des superficies cultivées ; le reste est voué aux cultures de rente (canne à sucre, huile de palme, café et cacao) (Fonds africain de développement, 2008).

2Quelques études portent sur l’agriculture vivrière en milieu urbain au Congo, mais très peu sont celles consacrées à la ville de Madingou. Nous faisons allusion aux travaux de Moundza (2013), Kinouani (2014) et Sautter (1967). Moundza a laconiquement abordé, dans le cadre du département de la Bouenza, les systèmes et techniques de culture, les modes d’accès à la terre, la production agricole, les modes de vente des produits vivriers et les principales difficultés rencontrées par les producteurs ; Kinouani (2014), sur les petites villes du Congo méridional, a dédié un sous-chapitre à la commercialisation des produits agricoles ; Sautter (1967) a traité des plantes les plus courantes et des systèmes et techniques de culture mis en valeur dans la vallée du Niari.

3Madingou est une ville constituée d’actifs versés dans la pratique des cultures vivrières, tant pour l’alimentation que pour l’acquisition ou la multiplication des revenus, comme c’est le cas dans la majorité des petites villes du Congo où les secteurs secondaire et tertiaire sont peu développés comparativement au secteur primaire. Alors, qui sont les personnes pratiquant l’agriculture vivrière à Madingou ? Comment la pratiquent-elles ? Quelles sont les destinations de la production vivrière ? Si une partie de cette production est vendue, comment se fait-elle ? À quoi servent les revenus issus de cette activité ? Voilà les questions qui constituent l’armature de cette étude. Celle-ci a pour objectif d’analyser le rôle de l’agriculture vivrière dans la survie de la population de cette entité urbaine.

4Après avoir présenté les aspects physiques et humains de Madingou et l’approche méthodologique, cette étude se propose de mettre en évidence le profil socio-démographique des enquêtés, leurs pratiques agricoles, la commercialisation de la production agricole, les revenus issus de cette activité et leurs destinations.

1. Aspects physiques et humains de la zone d’étude

  • 1 Rapport annuelle de la direction départementale du plan et de la statistique de la Bouenza, 2014

5Madingou est le chef-lieu du département de la Bouenza et l’une des petites villes du Congo qui se place à 245 km de Brazzaville et à 270 km de Pointe-Noire par la voie ferrée. Elle se situe dans la vallée du Niari, au centre de la Bouenza et au sud du pays entre 13°31’ et 13°34’ de longitude est et entre 4°10’ et 4°37’ de latitude sud1. Elle est limitée au nord par la nouvelle Route Nationale no1 (RN1) -au sud par les villages Nkiéni, Ngandou et Kinguembo -à l’est par le village Biyoki -à l’ouest par le village Kiniadi (cf. figure 2). Elle est dominée par la plaine et la savane herbeuse (quelques arbustes y sont disséminés, ainsi qu’une infime partie de la forêt), traversée par quelques cours d’eau ; les sols sont riches et la zone est placée sous l’influence climatique du type tropical humide avec des précipitations moyennes annuelles allant de 1000 à 1600 mm (Moundza, 2013).

  • 2 Kamba est un des sous-groupes ethniques de la République du Congo
  • 3 Données obtenues en 2016 à partir du logiciel QGis.

6Autrefois village Kamba2, la ville de Madingou s’est développée rapidement le long du chemin de fer (Madingou Gare) et de l’ancienne RN1 (Madingou Poste) après l’indépendance du pays et passait de 184 ha en 1959 à 929 ha en 20163. Elle compte aujourd’hui 11 quartiers (Capable, Dakar, Bacongo, Moukokotadi, Kintamba, Nsatouméya, Mboukoudou, Mandzaou, Loubota, Mpouma et Kimpambou). Sa population était de 25 713 habitants en 2007 (Recensement général de la population et de l’habitat de 2007) et d’environ 36 453 habitants en 2015 (Recensement administratif de 2015). L’unique et petite usine de broyage de calcaire, l’administration publique et les petits métiers (couture, cordonnerie, coiffure, soudure, commerce, etc.) sont des secteurs qui emploient une partie de cette population. Que ce soit les employés de ces secteurs d’activités ou les désœuvrés, la plupart d’entre eux pratiquent l’agriculture vivrière. La majorité des hommes préfèrent, après le travail, se livrer aux loisirs (football, jeu de dame et de scrabble, suivre la télévision…) que de consacrer le reste de leur temps journalier aux travaux champêtres comme le font d’ailleurs la plupart des femmes. Celles-ci agissent ainsi pour compléter la ration alimentaire quotidienne de leurs petites familles.

Figure 1 : Situation de Madingou dans l’espace congolais

Figure 1 : Situation de Madingou dans l’espace congolais

Source : Fonds de carte CERGEC

Figure 2 : Quartiers enquêtés dans la ville de Madingou

Figure 2 : Quartiers enquêtés dans la ville de Madingou

Réalisation : A. W. Landa, 2018

  • 4 Le « chef de terre » est représenté par un patriarche du clan qui exerce ses fonctions.

7Abordant l’aspect de l’accès à la terre, il faut souligner que le système foncier à Madingou s’appuie sur la propriété du clan. En effet, l’utilisation par un membre du clan et par ses amis d’un lopin de terre (superficie varie selon la capacité de celui qui l’exploite) destiné à la culture est gratuite ; chaque famille cultive ses champs sur une partie de la propriété collective du clan : il suffit que le « chef de terre4 » en soit informé. Mais pour les allogènes, les terres leur sont louées ou vendues. Ceux-ci les exploitent pour une durée d’un an et sont obligés à payer une rente foncière annuelle de 20 000 à 50 000 F CFA par hectare ; ces montants sont revus à la baisse pour les portions de terre de moins d’un hectare. Il est cependant interdit aux allogènes exploitant ces terres, gratuitement ou par location, d’y planter les arbres fruitiers de peur que celles-ci ne deviennent définitivement leur propriété. Les terres qui retournent à l’état de friche sont reversées dans le patrimoine foncier indivis du clan.

  • 5 Couches herbeuses déterrées à la houe sont appelées « massinda » en langue kamba.

8S’agissant du calendrier agricole, il est tributaire du rythme climatique et repose, par conséquent, sur la succession des saisons : la grande saison sèche ou « Kisiwou », souvent nuageuse et fraiche, va de juin à septembre ; c’est la première saison où les agriculteurs défrichent, brûlent et labourent. En juin, ils défrichent les champs de « massinda5 » et en août ceux de l’Imperata (ou « nyanga » en langue kamba) pour être brûlés et labourés en fin septembre ou début octobre avant leur mise en culture en octobre (premier mois de la petite saison des pluies ou « Ntombo » qui va d’octobre à décembre) pour le premier cycle (cf. photographie 1). La petite saison sèche ou « Mwanga », saison au cours de laquelle se fait la préparation du champ (en janvier ou février après la récolte des arachides) pour les semailles du deuxième cycle en fin février ou début mars (premier mois de la grande saison des pluies ou « Ndolo » qui s’achève en mai) (cf. photographie 2).

Photographie 1 : Un champ associé de maïs-arachides-courges dans le périmètre urbain de Madingou

Photographie 1 : Un champ associé de maïs-arachides-courges dans le périmètre urbain de Madingou

Source : D. D. Miyalou, décembre 2016

Photographie 2 : Un champ situé au-delà de la ville de Madingou consacré à la culture d’arachide

Photographie 2 : Un champ situé au-delà de la ville de Madingou consacré à la culture d’arachide

Source : D. D. Miyalou, mars 2017

9Quant à la rotation des cultures, il importe de noter que le type le plus simple pratiqué sur des terres médiocres est la succession arachides-manioc, tout à fait banale au Congo. On l’observe à peu près partout sur les champs de savane, notamment chez les Bacongo. Mais dans la vallée du Niari, le schéma est compliqué par la présence de toute une série de plantes associées parfois aux arachides (haricots rampants, voandzou, pois d’Angole surtout) et plus souvent au manioc (courges, ignames). Parmi les plantes associées aux arachides, plusieurs ont un temps de culture plus long, et coexistent ensuite avec le manioc, même quand celui-ci n’est planté qu’après la récolte des arachides. La culture des arachides est souvent précédée par une culture de pois d’Angole, à cheval sur la fin de la saison des pluies et sur la saison sèche. En comptant 18 mois pour la culture du manioc, 3 mois pour celle des arachides, et 6 mois pour celle des pois, la rotation s’étend alors sur 27 mois ou 2 ans et 3 mois. Une autre culture, faite en début de rotation, est celle des courges-maïs-ignames sur billons écobués. Leur durée de maturation est de 3 mois pour les courges, de 8 mois pour l’igname et de 3 mois pour le maïs ; celle du haricot est de 3 mois, de la patate douce de 4 mois, du gingembre de 12 mois et de la banane plantain de 15 mois.

10D’une façon générale, à Madingou, la durée de la jachère est du même ordre que celle de la rotation des cultures. Elle n’est pas plus longue, si l’on considère le temps réel (qui souvent dépasse deux ans) de l’occupation du sol par le manioc ; les chiffres ont révélé en général 3 à 5 années.

2. Approche méthodologique

11Pour réaliser cette étude, nous avons eu recours à deux méthodes de collecte des données : la recherche documentaire et l’enquête de terrain. La première a permis de consulter des ouvrages ayant trait au sujet, sur internet, dans les bibliothèques et centres de documentation de Brazzaville ; ceci, afin de mieux cerner l’étude.

12L’enquête de terrain, quant à elle, s’est déroulée en trois phases : les observations sur le terrain, les entretiens avec les personnes-ressources et l’administration du questionnaire. Les observations sur le terrain ont permis de voir comment la préparation du champ se fait. À cette occasion, les photos ont été prises afin de rendre compte de certains faits constatés sur le terrain. Les entretiens réalisés auprès des services des directions départementales de l’agriculture et de la statistique de la Bouenza ont aussi permis d’avoir les renseignements respectivement sur les superficies des zones agricoles et la population de la ville de Madingou. L’administration du questionnaire a enfin permis de collecter les informations relatives à l’agriculture vivrière. Les questions formulées ont été de type semi-fermé, car nous avons voulu recueillir les avis des enquêtés en plus des réponses déjà proposées. Ces questions ont porté sur l’âge, le sexe, la situation matrimoniale et socio-professionnelle, le niveau d’instruction, le mode d’accès à la terre, les systèmes et techniques de culture, les superficies des champs cultivés, l’expérience dans l’activité, les motifs de la pratique de l’agriculture vivrière, la production agricole et ses destinations, la commercialisation de la production, les revenus générés et leur utilisation. Celles-ci ont été administrées aux chefs de ménages-producteurs ou à leurs conjointes un dimanche 2017, jour non ouvrable et susceptible de les trouver chez eux.

13Sur 11 quartiers que compte la ville, les quartiers de Moukokotadi et de Mboukoudou ont été retenus pour l’enquête avec un taux de sondage de 1/10e. Le choix de ces deux quartiers a été fait sur la base d’un critère : quartiers ayant plus de ménages que d’autres. Le nombre de ménages total des quartiers Moukokotadi et Mboukoudou s’élevait à 1052 en 2015. Un tirage au 1/10 des 1052 ménages a donné environ 106 ménages formant ainsi l’échantillon de cette étude. Ces ménages ont été enquêtés de façon impartiale et l’administration du questionnaire concernait uniquement les chefs de ménages-producteurs ou leurs conjointes comme nous l’avons dit précédemment.

14Les logiciels Word, Excel, Paint, QGis et Epi Info ont été utilisés pour le traitement des données collectées et la réalisation des illustrations (tableaux et figures) présentées dans ce travail. Deux fonds de carte obtenus au centre de recherche géographique et de production cartographique (CERGEC) ont été de plus utilisés pour faire la carte du Congo et celle de Madingou.

3. Résultats

3.1. Le profil socio-démographique des enquêtés

15Nous l’avons souligné plus haut que très peu d’études sur l’agriculture vivrière sont consacrées à la ville de Madingou (comme c’est le cas des autres petites villes du Congo) et celles qui existent abordent peu d’aspects y relatifs et de façon succincte. C’est pourquoi -par manque de données générales sur l’âge, le sexe, le niveau d’instruction, le statut socio-professionnel et matrimonial des personnes exerçant l’agriculture vivrière à Madingou- nous nous sommes bornés à analyser celles collectées au cours de nos investigations sur le terrain.

3.1.1. Des agriculteurs essentiellement d’âges adultes et de sexe féminin

16L’analyse de la répartition des personnes pratiquant l’agriculture vivrière par âge et par sexe révèle que les adultes de 40 à 44 ans sont les plus nombreux. Ceux-ci représentent 21,7 % du total (tableau 1). Ils sont suivis des adultes de 25 à 29 ans (16,1 %), de 35 à 39 ans (15,1 %), de 30 à 34 ans (13,2 %) et de 45 à 49 ans (13,2 %).

17Ces agriculteurs sont constitués en grande partie des femmes (56,5 %). Les hommes correspondent à 43,5 % de l’ensemble. Ceci s’explique par le fait que les travaux champêtres sont depuis toujours l’apanage des femmes qui doivent alimenter la consommation familiale, mais les hommes n’interviennent qu’accessoirement, surtout lorsqu’il s’agit de la culture commerciale.

Tableau 1 : Répartition des agriculteurs par âge et par sexe

Groupes d’âges

Hommes (%)

Femmes (%)

Total (%)

15­­-19

/

1,9

1,9

20­­-24

0,9

3,8

4,7

25-29

3,8

12,3

16,1

30-34

5,7

7,5

13,2

35­­-39

5,7

9,4

15,1

40-44

14,2

7,5

21,7

45­­-49

7,5

5,7

13,2

50-54

1,9

2,8

4,7

55­­-59

/

2,8

2,8

60-64

3,8

1,9

5,7

65­­ et plus

/

0,9

0,9

Total

43,5

56,5

100

Source : Enquête de terrain, 2017

3.1.2. La situation socio-professionnelle et matrimoniale des enquêtés

18La population active de Madingou exerce une autre activité en dehors de la principale telle que c’est le cas de celle d’autres petites villes du Congo. Ainsi, l’enquête menée auprès des ménages montre que la plupart d’entre eux pratiquent l’agriculture vivrière comme activité secondaire pour renforcer leurs revenus (figure 3).

Figure 3 : Répartition des enquêtés selon leurs activités principales

Figure 3 : Répartition des enquêtés selon leurs activités principales

Source : Enquête de terrain, 2017

19Il ressort de la figure 3 que hormis les « agriculteurs de carrière » (10 %), les retraités (2 %) et les sans-emploi (30 %), d’autres personnes versées dans l’agriculture vivrière ont une activité principale : c’est le cas de celles qui exercent dans le privé (39 %) et la fonction publique (19 %). Ces statistiques laissent constater que les sans-emploi s’intéressent beaucoup à l’agriculture, parce qu’elle permet à ceux-ci d’éviter l’oisiveté et de gagner de l’argent servant à prendre soin de leurs familles. Le faible pourcentage des retraités dans ce domaine peut être dû au simple fait qu’ils ont une pension leur permettant de survivre (variant entre 210 000 et 315 000 F CFA par trimestre), mais surtout vu leur âge, ils n’ont plus assez de force physique pour entreprendre une telle activité. Par ailleurs, la part importante des salariés montre que ceux-ci la pratique pour accroître leurs revenus, car le salaire seul ne suffit pas pour satisfaire tous leurs besoins et épargner, étant donné que celui-ci est généralement maigre.

20Ces agriculteurs vivent en majorité en union libre (figure 4). Ils représentent 52 % du total et sont suivis des mariés (23 %), des célibataires (12 %), des veufs (10 %) et des divorcés (3 %).

Figure 4 : Enquêtés suivant leur statut matrimonial

Figure 4 : Enquêtés suivant leur statut matrimonial

Source : Enquête de terrain, 2017

3.1.3. Le niveau d’études des agriculteurs

21La figure 5 met en exergue le niveau d’instruction des agriculteurs enquêtés à Madingou. Il en résulte que ceux ayant un niveau d’études secondaires sont plus nombreux (47 %) que ceux qui ont un niveau d’études primaire (23 %) et supérieur (16 %). Peu d’agriculteurs sont sans instruction, car ils ne représentent que 14 % de l’ensemble. Ceci brise le mythe de ceux qui pensent, surtout au Congo, que l’activité agricole est l’apanage des analphabètes.

22Le niveau d’études plus ou moins élevé des agriculteurs peut, au lieu qu’ils pérennisent les systèmes et techniques de culture archaïques, leur permettre de maîtriser facilement les mieux adaptés, pour un meilleur rendement, si l’on peut le leur apprendre.

Figure 5 : Répartition des enquêtés par niveau d’instruction

Figure 5 : Répartition des enquêtés par niveau d’instruction

Source : Enquête de terrain, 2017

3.2. Les pratiques agricoles

3.2.1. Les systèmes et techniques de culture

23Par manque de moyens financiers pour louer un tracteur, la plupart des agriculteurs ont mis en place des procédés pour défricher un ou plusieurs champs en faisant usage de la houe, de la hache, de la machette, etc. Ces procédés concernent l’utilisation d’un groupement d’entraide, de la petite cellule familiale et des tâcherons ; à ceux-ci s’ajoutent les travailleurs solitaires. Le tableau 2 indique que 11 % des agriculteurs préparent leurs champs en groupement d’entraide. Ce système de culture est le moins employé, tandis que celui de la petite cellule familiale, le plus utilisé, représente 43 % suivi de 24 % de ceux qui travaillent en solitaire.

24Ces agriculteurs n’utilisent pas de produits chimiques pour empêcher les insectes de détruire leurs cultures et moins encore pour fertiliser les sols, car ceux-ci sont naturellement riches mais ils font usage de la jachère en cas de besoin. Vu leur intention d’étendre les superficies cultivables et leurs occupations multiples, certains d’entre eux ont recours aux tâcherons pour préparer leurs champs. Ceux-ci représentent 22 % du total.

Tableau 2 : Répartition des enquêtés en fonction des systèmes de culture

Rubrique

Effectif

Pourcentage

Entraide

12

11

Petite famille

46

43

Seul

25

24

Tâcherons

23

22

Total

106

100

Source : Enquête de terrain, 2017

  • 6 Billons appelés « makuka » ou « bikuku » en langue kamba et assimilés aussi aux « mamaala » en lang (...)

25En plus, les agriculteurs recourent aux techniques de culture simples profondément ancrées dans les mœurs ; celles-ci sont restées manuelles, avec l’utilisation d’un outillage élémentaire dont les principaux sont la hache, la houe et la machette. Peu d’agriculteurs déboursent aujourd’hui des moyens financiers pour louer un tracteur (à la direction départementale de l’agriculture et de l’élevage de la Bouenza), afin de leur permettre d’augmenter la superficie des champs cultivés et donc la production. La technique la plus employée est la culture sur brûlis en savane comme en forêt ; elle comporte plusieurs opérations dont la succession diffère selon le milieu : en forêt, on procède au défrichage, à l’abattage et au brûlage des abattis, tandis qu’en savane, on effectue le défrichage avant le brûlage des herbes séchées. Autre technique en usage dans la zone est celle de la fertilisation de billons6 distribués régulièrement sur toute l’étendue défrichée en calcinant de la terre. À cela s’ajoute la rotation de cultures. Ainsi, sur 100 % des agriculteurs enquêtés, 93,4 % font la rotation de cultures contre 6,6 % de ceux qui ne le font pas. Ces agriculteurs mènent leur activité sur des terres qu’ils acquièrent de diverses manières : certains exploitent la terre gratuitement et correspondent à 52,8 % du total, tandis que d’autres exercent sur des terres du lignage (25,5 %), des terres achetées (5,7 %) et louées (0,9 %).

3.2.2. Les superficies des champs cultivés

26La superficie des champs cultivés diffère d’un agriculteur à un autre. À Madingou, la majorité des agriculteurs ont de petites parcelles de terre en culture : 46 % de ceux-ci possèdent des champs d’une superficie de moins d’un hectare et 5 % en ont d’une superficie supérieure ou égale à un hectare (tableau 3). Les faibles superficies qu’ils exploitent s’expliquent surtout par le matériel aratoire (hache, machette et houe) rudimentaire utilisé.

Tableau 3 : Répartition des enquêtés selon la taille du champ cultivé

Taille du champ

Effectif

Pourcentage

< 1 hectare

49

46

≥ 1 hectare

5

5

Aucune réponse

52

49

Total

106

100

Source : Enquête de terrain, 2017

3.2.3. L’expérience des agriculteurs dans l’activité

27Cette expérience va de pair avec la durée d’exercice de l’activité. Celle-ci est au moins de dix ans pour la plupart des agriculteurs (tableau 4). Ceux-ci représentent 62 % de l’ensemble et 30 % n’en ont que moins de 10 ans. Le reste n’a donné aucun avis à cette préoccupation, pour des raisons qui lui sont propres.

Tableau 4 : Durée d’exercice de l’activité par les enquêtés

Durée d’exercice de l’activité

Effectif

Pourcentage

< 10 ans

32

30

≥ 10 ans

66

62

Aucune réponse

8

8

Total

106

100

Source : Enquête de terrain, 2017

28Cette expérience soutenue permet d’observer quatre motifs qui incitent les enquêtés à pratiquer l’agriculture vivrière à Madingou, quelle que soit leur situation socio-professionnelle. Ainsi, certains la pratiquent par tradition, d’autres pour multiplier leurs revenus et renforcer leur commerce, d’autres encore comme moyen de subsistance (figure 6).

Figure 6 : Motifs incitant les enquêtés à faire de l’agriculture

Figure 6 : Motifs incitant les enquêtés à faire de l’agriculture

Source : Enquête de terrain, 2017

29Il ressort de l’analyse de cette figure que le moyen de subsistance est le motif fondamental évoqué par la population pratiquant l’agriculture vivrière (83 %). D’autres motifs ont été à peine émis : 0,9 % des enquêtés le font par tradition, 1,9 % pour renforcer leur commerce et 14,2 % pour multiplier leurs revenus.

3.2.4. La production agricole et ses destinations

30La population pratiquant l’agriculture vivrière à Madingou produit des quantités moindres. Celles-ci sont dues, comme cela est supra mentionné, au matériel aratoire précaire et aux systèmes et techniques culturaux simples qu’elle utilise.

31Les résultats du tableau 5 permettent de constater que l’agriculture vivrière exercée par la population enquêtée est une agriculture de subsistance et non d’entreprise, parce qu’elle ne vise que le marché intérieur. Celui-ci est même loin d’être bien ravitaillé, à cause de la faible production. Ainsi, 89 726 kg des vivriers sont produits par cette population dont la part la plus importante concerne le manioc ; celui-ci représente 35 040 kg du total. Puis viennent l’arachide (26 800 kg), le maïs (10 640 kg) et la banane plantain (10 170 kg) ; les pois d’Angole constituent la part la moins prépondérante (96 kg).

Tableau 5 : Production agricole en 2017

Produits

Quantité (kg)

Quantité (tonne)

Manioc

35 040

35, 040

Arachide

26 800

26, 800

Maïs

10 640

10, 640

Pois d’Angole

96

0,096

Haricot

226

0,226

Igname

2960

2,960

Patate douce

770

0,770

Gingembre

3024

3,024

Banane plantain

10 170

10, 170

Total

89 726

89, 726

Source : Enquête de terrain, 2017

32Cette production n’est pas entièrement acheminée à Pointe-Noire, car une partie est vendue sur les marchés locaux et une autre destinée à l’autoconsommation (figure 7).

Figure 7 : Destinations des produits agricoles

Figure 7 : Destinations des produits agricoles

Source : Enquête de terrain, 2017

33La figure 7 montre que la production agricole est affectée aussi bien à l’autoconsommation qu’à la vente. C’est ainsi que 86 % de cette production est vouée à la fois à l’autoconsommation et à la vente, mais 12 % d’elle est exclusivement destinée à l’autoconsommation et 2 % à la vente.

34Cette production est inégalement répartie en fonction de ses destinations (tableau 6), du fait de l’implication notable des femmes qui l’utilisent habituellement pour alimenter la consommation familiale.

Tableau 6 : Répartition de la production agricole selon les destinations (en kg)

Produits

Destinations

Autoconsommation

Vente

Autoconsommation et vente

Total

Manioc

4204,8

700,8

30 134,4

35 040

Arachide

3216

536

23 048

26 800

Maïs

1276,8

212,8

9150,4

10 640

Pois d’Angole

11,52

1,92

82,56

96

Haricot

27,12

4,52

194,36

226

Igname

355,2

59,2

2545,6

2960

Patate douce

92,4

15,4

662,2

770

Gingembre

362,88

60,48

2600,64

3024

Banane plantain

1220,4

203,4

8746,2

10 170

Total

10 767,12

1794,52

77 164,36

89 726

Source : Enquête de terrain, 2017

35Les résultats du tableau 6 témoignent bien que l’agriculture vivrière pratiquée à Madingou est tant pour la subsistance que pour l’acquisition des revenus, car une part de la production est consacrée à l’autoconsommation (10 767,12 kg), une autre à la vente (1794,52 kg) et une autre encore simultanée à l’autoconsommation et la vente (77 164,36 kg).

36Parmi les cultures vivrières mises en valeur dans cette ville, figure, en première position, le manioc qui procure l’aliment de base de sa population et même de celle des autres localités du Congo. Celui-ci est transformé sous forme de farine (ou « foufou ») et de pain (ou « chicouangue »). Il est la culture la plus vendue (700,8 kg) et la plus consommée dans les ménages (4204,8 kg) sous forme de « foufou », de « chicouangue », de tapioca, de bouillie (« gari ») ou de tubercule (racines de manioc épluchées et mangées crues ou cuites). Cette culture est suivie de celle de l’arachide ; le maïs et la banane plantain viennent après les précédentes et occupent une place de choix dans les ménages pour leur utilisation multiforme et sur les marchés parce qu’ils sont rémunérateurs. En effet, l’arachide est consommée crue ou cuite et transformée en pâte utilisée dans certaines sauces alimentaires ; le maïs est quant à lui consommé cuit et transformé en farine (consommée sous forme de bouillie) et en aliment de bétail. Le maïs et le manioc transformés en farine sont aussi employés à la fabrication du vin local alcoolisé couramment appelé « Bounganda » ; la banane plantain est enfin consommée sous plusieurs formes (aliment accompagnant les mets, tapioca, etc.). Ces cultures sont plus autoconsommées (3216 kg pour l’arachide, 1276,8 kg pour le maïs et 1220,4 kg pour la banane plantain) que vendues (536 kg pour l’arachide, 212,8 kg pour le maïs et 203,4 kg pour la banane plantain). Ceci transparaît également dans l’analyse générale de la production vivrière à Madingou où celle-ci est autoconsommée et son surplus vendu.

3.3. La commercialisation de la production et les revenus générés par l’agriculture vivrière et leur utilisation

3.3.1. La commercialisation des produits vivriers

37Les producteurs agricoles enquêtés dans la ville de Madingou vendent en gros les produits issus de leurs champs en utilisant deux circuits : long et moyen. Le premier circuit va des producteurs-grossistes-détaillants aux consommateurs. Tandis que le circuit moyen se fait en deux chaînes : la première va des producteurs-détaillants aux consommateurs et la seconde des producteurs-grossistes aux consommateurs. Cette disposition n’est pas synonyme de l’importance du circuit de commercialisation, mais plutôt de sa longueur du point de vue des intermédiaires. Le circuit moyen (67 % pour la chaîne des producteurs-détaillants-consommateurs et 10 % pour celle des producteurs-grossistes-consommateurs) est le plus utilisé dans la vente de la production comparativement au circuit long (23 %).

3.3.2. Les revenus générés par l’agriculture vivrière et leur utilisation

Les revenus issus de l’agriculture vivrière

38Ces revenus varient d’un agriculteur à un autre. À titre d’illustration, le tableau 7 présente un compte d’exploitation de deux agriculteurs vivant à Madingou. Celui-ci permet de connaître les revenus qu’ils ont réalisés pour l’exploitation d’un champ de 0,5 hectare et celui de 1 hectare dont la production a été vendue sur les marchés urbains, notamment ceux de Pointe-Noire, pendant les périodes de pénurie et d’abondance.

Tableau 7 : Compte d’exploitation de deux agriculteurs vivant à Madingou (2017)

                                            Rubriques                                                                                                    

Investissement en F CFA d’une agricultrice vivant à Moukokotadi (base de calcul : champ de 1/2 ha)

Investissement en F CFA d’un agriculteur habitant Mboukoudou (base de calcul : champ de 1 ha)

Charges

Houe

Machette

Panier

Désherbage

Semence arachide

Semence igname

Semailles

Sarclage

Transport

Taxe sur le lieu de vente

Location de la terre cultivée

Brouette

Semence maïs

Récolte

Total des charges

3 000

4 500

2 000

58 000

35 000

5 000

24 000

24 000

216 000

12 000

15 000

/

/

/

398 500

4 000

3 000

1 500

160 000

25 000

8 000

40 000

70 000

140 000

12 000

/

25 000

500

30 000

519 000

Produits

Vente de 30 sacs de cossettes de manioc (38 000 F/unité)

Vente de 10 sacs d’arachides (45 000 F/unité)

Vente de 6 sacs d’ignames (25 000 F/unité)

Total des produits vendus en ville en période de pénurie

Marge bénéficiaire

1 140 000

450 000

150 000

1 740 000

1 341 500

Vente de 36 sacs de cossettes de manioc (28 000 F/unité)

Vente de 10 sacs d’arachides (25 000 F/unité)

Vente de 6 sacs de maïs (15 000 F/unité)

Vente de 3 sacs d’ignames (15 000 F/unité)

Total des produits vendus en ville en période d’abondance

Marge bénéficiaire

1 008 000

250 000

90 000

45 000

1 393 000

874 000

Source : Enquête de terrain, 2017

39Ce tableau met en évidence les charges effectuées et les marges bénéficiaires réalisées par deux agriculteurs vivant à Madingou (l’un habite le quartier Moukokotadi et l’autre celui de Mboukoudou). La charge la plus importante de l’agricultrice vivant à Moukokotadi est celle liée au transport de produits (cossettes de manioc, arachides et ignames) à Pointe-Noire, car elle représente plus de la moitié des dépenses, soit environ 54 % de l’investissement total. Cela est dû par la rareté des véhicules de transport de marchandises dans la ville de Madingou. Ceux qu’on y utilise viennent souvent de Mouyondzi et de Loutété et desservent le tronçon Mouyondzi ou Loutété-Pointe-Noire en passant par Madingou ; à ceux-ci s’ajoutent les moindres véhicules de transport mixte (personnes et marchandises). Si ces véhicules sont pleins, ils ne peuvent embarquer d’autres marchandises en cours de route et passent outre les localités situées sur ce tronçon. La situation devient flagrante aujourd’hui du fait de la délocalisation de la RN1. En passant au-delà de la ville, cette infrastructure routière ne profite pas à la population et moins encore aux agriculteurs, malgré l’existence des bretelles qui la relient à la ville. La suspension de l’activité du chemin de fer Congo-océan (CFCO), due au conflit armé dans le département du Pool, rend davantage alarmante cette situation.

40Les charges plus ou moins faibles représentent environ 15 % pour le désherbage, 9 % pour l’achat de semence d’arachides, 6 % pour les semailles et 6 % pour le sarclage. Le total des charges fait par cette agricultrice est de 398 500 F CFA pour un ensemble des produits vendus de 1 740 000 F CFA. La marge bénéficiaire qu’elle a obtenue s’élève à 1 341 500 F CFA, soit environ 77 % du montant total des marchandises vendues. Ceci est très important malgré les nombreuses dépenses effectuées, de la préparation du champ à la vente de la récolte à Pointe-Noire.

41En ce qui concerne l’agriculteur vivant à Mboukoudou, celui-ci a pu réaliser un bénéfice substantiel de 874 000 F CFA (soit environ 63 %), en dépit de charges considérables supportées. La situation peut changer en fonction de la superficie du champ, de la production et des prix sur les marchés. Les dépenses totales qu’il a faites s’élèvent à 519 000 F CFA. Le transport, le désherbage, le sarclage, les semailles et la récolte constituent les charges les plus importantes et représentent plus de la moitié de l’investissement total (85 %). Mais les moins coûteuses sont celles relatives à l’achat du matériel aratoire et des semences ; elles représentent 15 % de l’ensemble.

42D’une manière générale, il faut noter que les dépenses les plus importantes se rapportent au transport, aux semailles, au sarclage et au désherbage, quel que soit l’agriculteur considéré. Excepté le transport des produits agricoles, les semailles, le sarclage et le désherbage sont des tâches les plus ardues de cette activité. Celles-ci sont habituellement effectuées par des tâcherons organisés en groupement, surtout lorsqu’il s’agit des champs de grande superficie.

43Ces deux agriculteurs ont leurs champs au-delà du périmètre urbain de Madingou : c’est à Kitélélé (village situé à environ 1 km de la ville, vers l’usine de broyage du calcaire) et à Moukondzi (à environ 11 km de Madingou). Ils parcourent ces distances à pied (mode de déplacement le plus employé) ou à moto.

L’utilisation des revenus générés par l’agriculture vivrière

44Les réponses émises par les enquêtés sont les mêmes concernant l’utilisation des revenus issus de la vente de la production vivrière. Ces revenus sont donc utilisés pour la satisfaction de multiples besoins : alimentation, épargne, achat d’une parcelle, d’une moto ou d’une voiture, construction d’une maison, scolarité des enfants, soins médicaux, équipement de la maison, affaires ; bref, ils permettent aux agriculteurs de se prendre en charge et de prendre soin de leurs familles. La plupart d’entre eux ont entre 1 et 5 personnes à charge (70 % ; 3 % seulement n’en ont pas) et sont propriétaires (60,4 %) ; 30,2 % sont locataires et 9,4 % logés (figure 8). Le taux important des agriculteurs propriétaires peut sans doute s’expliquer par les prix bas d’acquisition d’une portion de terre (ils varient entre 150 000 et 400 000 F CFA (pour un terrain de 400 m2) selon la zone, au centre ou à la périphérie) et d’achat de matériaux de construction (ciment, brique, tôle, etc.) comparativement à d’autres villes comme Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie et N’Kayi.

Figure 8 : Répartition des enquêtés selon leur statut d’occupation des logements

Figure 8 : Répartition des enquêtés selon leur statut d’occupation des logements

Source : Enquête de terrain, 2017

4. Discussion

45La présente étude a montré qu’à Madingou, l’agriculture vivrière est tenue plus par les femmes, faisant tout le travail à la main et utilisant généralement la technique de culture sur brulis (en forêt comme en savane) et l’outillage rudimentaire dont la hache, la machette et la houe en sont les principaux ; ceci est une des caractéristiques de l’agriculture vivrière au Congo. Ces résultats rejoignent les conclusions des travaux de Douka (1981), Hugon (1998), Mengho (1999) et Ngouma (2012). Ceux-ci ont aussi montré que la hache, la machette et la houe sont des outils essentiels employés pour le défrichage, l’abattage des arbres, le désherbage, le labour et le buttage. Moundza (2013) parvient au même constat concernant l’utilisation des outils rudimentaires, car la majorité des producteurs (80 %) se plaint du travail des champs qui est manuel et pénible. Un tel outillage ne favorise pas les exploitations de grandes dimensions, ce qui a un impact prépondérant sur la production agricole. Celle-ci comprend plusieurs cultures dont les plus pratiquées sont le manioc et l’arachide. Ceci rallie les résultats de Sautter (1967) quant à la place privilégiée qu’occupent le manioc et l’arachide dans la vallée du Niari. Pour Kinouani (2014), la production du manioc demeure assez élevée, Moundza (2013) note celle de l’arachide, Kengne Fodouop (1999) celle du taro et du manioc, la FAO (1998) celle du manioc (791 000 tonnes) et de la banane plantain (77 000 tonnes), et le Fonds africain de développement (2008) celle du manioc.

46Au sujet des destinations de la production agricole, l’étude a révélé que les agriculteurs utilisent leur production pour l’autoconsommation et le surplus est affecté à la vente, car le souci premier de ceux-ci est d’approvisionner leurs ménages en produits alimentaires. Ceci se rapproche des résultats de Léon (1983) ; celui-ci, travaillant sur les cultures vivrières et le problème alimentaire de la Côte d’Ivoire, démontre, à partir des taux de commercialisation, que les vivriers sont des produits destinés d’abord à l’autoconsommation et ne sont qu’accessoirement vendus par le producteur. C’est dans le même sens que le Groupe de la banque africaine de développement (2016) souligne que la plus grande partie des produits agricoles cultivés en Afrique sont consommés ; aussi, dit-il que la moitié des travailleurs du continent africain tirent leurs moyens de subsistance de l’agriculture. Vennetier (1991) s’inscrit dans cette logique lorsqu’il relève qu’un tiers de la population active masculine et plus de deux tiers des femmes d’Ibadan (ville du Nigéria) gagnent leur vie grâce à l’agriculture et aux activités qui s’y rattachent. Kinouani (2014), quant à lui, fait remarquer que la plupart des ménages dans les petites villes du Sud-Congo, versés dans les petits métiers, les associent souvent à une activité agricole pour compléter les revenus de la famille. Robineau (2013) relève que les activités agricoles dans et autour des villes sont un moyen de subsistance pour les populations vulnérables.

47La part des cultures vivrières réservée à la commercialisation est vendue en gros sur les marchés locaux (marché de Madingou Poste et celui de Madingou Gare) et urbains (marchés de Brazzaville et de Pointe-Noire, deux principales villes du Congo) suivant deux circuits (long et moyen). Moundza (2013) est arrivé à la conclusion selon laquelle les producteurs agricoles vendent leurs produits en gros et en demi-gros sur les marchés locaux et urbains. Cependant, nous aboutissons au même résultat que Kinouani (2014) à propos de la vente de la production vivrière en gros.

48Les produits vivriers vendus sur les marchés urbains y étaient acheminés par train et par camion. Mais depuis la suspension de l’activité ferroviaire due au conflit armé du Pool, l’unique mode de transport de marchandises demeure le camion. L’irrégularité de celui-ci et les coûts élevés de transport de marchandises rendent davantage difficile la situation. Moundza (2013) s’inscrit dans cette optique lorsqu’il note que l’une des difficultés auxquelles sont confrontés les agriculteurs qui s’engagent à aller vendre eux-mêmes leurs produits sur le marché urbain est celle de la déficience des transports. Hugon (1998) parvient au même constat quand il précise que les transports font partie d’importants problèmes d’approvisionnement au sein des filières agro-alimentaires que connaît l’Afrique. En dépit de cette situation intenable et de dépenses considérables faites, de la préparation du champ à la récolte, les agriculteurs réalisent des revenus substantiels. Ceux-ci leur permettent par exemple d’acheter au moins une parcelle dans laquelle vivent la plupart d’entre eux.

Conclusion

49Il faut retenir de cette étude que l’agriculture vivrière à Madingou joue un rôle prépondérant et indéniable à la survie de la population. Celle-ci acquiert par la pratique de cette activité des produits agricoles destinés à son alimentation et le surplus est vendu sur les marchés locaux et urbains. Les revenus non négligeables issus de la vente du surplus de la production permettent à cette population de subvenir à ses besoins autres que l’alimentation (scolarité, soins médicaux, affaires, épargne, achat de parcelle, construction de maison, équipement de la maison, etc.).

50L’agriculture vivrière est un secteur d’activité secondaire pour les fonctionnaires, les employés de l’usine de broyage du calcaire et ceux versés dans les petits métiers ; cependant, elle est une activité de prédilection pour les désœuvrés et les « agriculteurs de carrière » qui n’ont pas de poste budgétaire certain susceptible de pourvoir à leurs besoins quotidiens. Ceci indique bien que cette activité n’intéresse pas seulement les sans-emplois, mais également les salariés des secteurs public et privé. Dans ce contexte, la place de l’agriculture vivrière dans la survie de la population de Madingou n’est plus à démontrer. Les autorités compétentes devront par conséquent prendre des mesures visant à intégrer cette activité dans les schémas d’aménagement urbain en vue de la sauvegarde de ses espaces intra-urbains. Ces derniers ne cessent de régresser au fil du temps au profit des habitations, signe de l’occupation anarchique de l’espace urbain par la population qui augmente de façon effrénée, car alimentée par une forte natalité et des flux migratoires.

51L’implication considérable des sans-emploi et des employés du secteur privé (quelques salariés de l’unique et petite usine de la ville, et surtout les acteurs des petits métiers) dans l’exercice de l’agriculture vivrière indique aussi son importance économique et inciterait les pouvoirs publics à la recadrer.

Haut de page

Bibliographie

Douka, A. M. (1981). Le développement d’une agriculture vivrière spéculative et ses effets sur l’organisation de l’espace en Côte d’Ivoire, Thèse de 3e cycle, Géographie, Université Paris I, Paris, 464 p.

FAO (1998). Système mondial d’information et d’alerte rapide sur l’alimentation et l’agriculture de la FAO, Programme alimentaire mondial. Rapport spécial, mission FAO/PAM d’évaluation des récoltes et des disponibilités alimentaires en République du Congo, 3 mars 1998, non paginé.

Fonds africain de développement (2008). Étude du secteur agricole, termes de référence. Département de l’agriculture et de l’agro-industrie, République du Congo, 41 p. + annexes.

Galley, Y.-G. (1980). Une agriculture forestière de subsistance face aux cultures commerciales : cas de Wolen N’Tem (Gabon), Thèse de 3e cycle, Géographie, Université de Bordeaux III, Bordeaux, tome I, 474 p. 

Groupe de la banque africaine de développement (2016). Revue sur l’efficacité du développement. Agriculture, 58 p.

Hugon, P. (1998). « L’agriculture en Afrique subsaharienne restituée dans son environnement institutionnel », dans C. Auroi et J-L. Maurer (dir.), Tradition et modernisation des économies rurales : Asie-Afrique-Amérique latine, Mélanges en l’honneur de Gilbert Étienne, Paris, PUF : 205-237.

Kengne Fodouop (1999). « Demande urbaine et évolution de l’agriculture vivrière et maraîchère dans le sud du Cameroun », Cahiers d’Outre-Mer, 52 (207) : 293-322.

Kinouani, R. (2014). Les petites villes du Congo méridional, leur typologie, leur rôle dans l’organisation de l’espace et le développement régional. Thèse de doctorat unique, Géographie, Université Marien NGOUABI, Brazzaville, 383 p.

Léon, Y. (1983). « Les cultures vivrières et le problème alimentaire de la Côte d’Ivoire ». Problèmes internationaux d’économie agricole, Économie rurale, 156 : 41-46.

Mengho, B. M. (1999). « Les transformations de l’agriculture le long de la RN2 au nord de Brazzaville », Les Cahiers d’Outre Mers, 52 (207) : 233-256.

Ministère de l’Économie, du Plan, de l’Aménagement du Territoire et de l’Intégration (MEPATI), Centre National de la Statistique et des Études économiques (2010) : Le recensement général de la population et de l’habitat de 2007 en quelques chiffres, Brazzaville, 23 p.

Ministère de l’Économie, du Plan, de l’Aménagement du Territoire et de l’Intégration, Centre National de la Statistique et des Études Économiques (2011). Annuaire statistique du Congo 2009, Brazzaville, 392 p.

Moundza, P. (2013). Le chemin de fer Congo-océan : Facteur de structuration de l’espace dans le département de la Bouenza, Thèse doctorat unique, Géographie, Université Marien NGOUABI, Brazzaville, 363 p.

Ngouma, D. (2012). L’axe Brazzaville-Gamboma : Le rôle de la route dans l’organisation de l’espace et le développement rural, Thèse de doctorat unique, Géographie, Université Marien NGOUABI, Brazzaville, 359 p.

Olanrewaju, B.S., P. Moustier, L.J.A. Mougeot et A. Fall (2004). Développement durable de l’agriculture urbaine en Afrique francophone. Enjeux, concepts et méthodes. CIRAD CRDI, 173 p. 

Robineau, O. (2013). Vivre de l’agriculture dans la ville africaine. Une géographie des arrangements entre acteurs à BoboDioulasso, Burkina Faso, Thèse de doctorat, Géographie, Université Montpellier Paul Valéry, Montpellier, 365 p.

Sautter, G. (1967). L’agriculture des Bakamba de la vallée du Niari. In quinze ans de travaux et de recherches dans les pays du Niari 1949-1964. Etudes socio-économiques, Ministère de la coopération, ORSTOM : 295-314.

Vennetier, P. (1963). Les hommes et leurs activités dans le nord du Congo-Brazzaville, ORSTOM, Paris, 296 p.

Vennetier, P. (1991). Les villes d’Afrique tropicale. Paris, Masson 2e édition, 192 p.

Yekoka, J. F. (2007). « Droit foncier et retour au domaine dans le « pays de Boko-Songho » (fin XIXe et début XXIe siècles) ». Les Cahiers de l’IGRAC, 2 : 49-59.

Haut de page

Notes

1 Rapport annuelle de la direction départementale du plan et de la statistique de la Bouenza, 2014

2 Kamba est un des sous-groupes ethniques de la République du Congo

3 Données obtenues en 2016 à partir du logiciel QGis.

4 Le « chef de terre » est représenté par un patriarche du clan qui exerce ses fonctions.

5 Couches herbeuses déterrées à la houe sont appelées « massinda » en langue kamba.

6 Billons appelés « makuka » ou « bikuku » en langue kamba et assimilés aussi aux « mamaala » en langue bembé. Ils se font en prenant les herbes défrichées qui sont entassées en matelas épais disposées en forme rectangulaire sur lesquelles on met de la terre ; on met le feu à ces herbes avant la tombée des pluies et la terre se calcine lentement en fumant. Ils prennent après la combustion la coloration rouge.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Situation de Madingou dans l’espace congolais
Crédits Source : Fonds de carte CERGEC
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16596/img-1.png
Fichier image/png, 79k
Titre Figure 2 : Quartiers enquêtés dans la ville de Madingou
Crédits Réalisation : A. W. Landa, 2018
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16596/img-2.png
Fichier image/png, 239k
Titre Photographie 1 : Un champ associé de maïs-arachides-courges dans le périmètre urbain de Madingou
Crédits Source : D. D. Miyalou, décembre 2016
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16596/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Photographie 2 : Un champ situé au-delà de la ville de Madingou consacré à la culture d’arachide
Crédits Source : D. D. Miyalou, mars 2017
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16596/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 3 : Répartition des enquêtés selon leurs activités principales
Crédits Source : Enquête de terrain, 2017
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16596/img-5.png
Fichier image/png, 24k
Titre Figure 4 : Enquêtés suivant leur statut matrimonial
Crédits Source : Enquête de terrain, 2017
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16596/img-6.png
Fichier image/png, 20k
Titre Figure 5 : Répartition des enquêtés par niveau d’instruction
Crédits Source : Enquête de terrain, 2017
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16596/img-7.png
Fichier image/png, 17k
Titre Figure 6 : Motifs incitant les enquêtés à faire de l’agriculture
Crédits Source : Enquête de terrain, 2017
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16596/img-8.png
Fichier image/png, 10k
Titre Figure 7 : Destinations des produits agricoles
Crédits Source : Enquête de terrain, 2017
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16596/img-9.png
Fichier image/png, 18k
Titre Figure 8 : Répartition des enquêtés selon leur statut d’occupation des logements
Crédits Source : Enquête de terrain, 2017
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16596/img-10.png
Fichier image/png, 23k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Wilfrid Landa et Duck Duvais Miyalou, « L’agriculture vivrière à Madingou (République du Congo) : moyen de subsistance et d’acquisition des revenus », Études caribéennes [En ligne], 43-44 | Août-Décembre 2019, mis en ligne le 10 octobre 2019, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/16596 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.16596

Haut de page

Auteurs

André Wilfrid Landa

Parcours-type Géographie, Université Marien NGOUABI (Brazzaville-Congo),landaandre@yahoo.fr

Duck Duvais Miyalou

Parcours-type Géographie, Université Marien NGOUABI (Brazzaville-Congo), duckduvaismiyalou@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals