Navigation – Plan du site
Editorial

La Caraïbe face aux défis du xxie siècle

The Caribbean Face to the Challenges of the 21st Century
Bernard Yvars

Texte intégral

1Aujourd’hui, l’économie mondiale continue de se construire sur la base des principes d’un système capitaliste libéral qui se traduit en matière d’échanges commerciaux par un libre-échange organisé dans le cadre des négociations multilatérales de l’OMC. Cette institution internationale augmente sans cesse le nombre de ses adhérents qui s’élèvent en 2019 à 164 sur les 197 pays officiellement reconnus par les Nations Unies. L’interdépendance économique entre les États est ainsi devenue de plus en plus forte et concerne à la fois la sphère réelle (production et commerce) et la sphère financière (crédits, dépôts et titres). Les relations entre les agents économiques (ménages, entreprises, États) se sont complexifiées, parfois en se bureaucratisant en raison d’une hyperproduction de textes juridiques (cas de l’Union européenne par exemple). Ce contexte économique international n’est pas nécessairement immuable. En effet, il peut se modifier à la suite, d’une part, de crises systémiques réelles ou financières (telle la crise des subprimes en 2008) dues aux déséquilibres croissants de son fonctionnement (déficits des budgets publics et des balances de transactions courantes) et, d’autre part, de mutations majeures plausibles dans la mondialisation actuelle. Celles-ci concernent principalement les évolutions démographiques (fécondité faible ou forte et vieillissement accéléré ou rajeunissement des populations), le changement climatique (rythme et intensité encore indéterminés à ce jour) et la concentration géographique des activités, notamment la production industrielle dans la zone asiatique. Tous les pays ne sont pas exposés de la même façon à ces risques. Les nations développées occidentales sont les plus vulnérables aux déséquilibres systémiques réels et financiers tout en subissant les effets négatifs du vieillissement démographique et du réchauffement climatique. En ce qui concerne la concentration géographique des activités industrielles, l’Europe -à l’exception de l’Allemagne- et l’Amérique du Nord sont en voie de désindustrialisation par rapport à la zone asiatique développée (Japon, Corée du Sud) ou émergente (Chine). Les pays en développement sont moins concernés par les crises économiques systémiques qu’ils ne déclencheront pas, mais dont ils peuvent avoir à subir les effets négatifs (risque de retrait de capitaux investis par les pays occidentaux). En revanche, disposant de moins de richesses que les pays occidentaux, leur adaptation aux mutations démographiques, climatiques et de concentration des activités sera plus difficile, ce qui est de nature à freiner leur processus de développement économique. La zone caribéenne relève de cette problématique de zone en développement très vulnérable aux risques du futur.

2Le numéro double 43-44 de la revue Etudes caribéennes est consacré à l’analyse de l’économie de l’espace géographique de la Caraïbe dans la période contemporaine et aux défis qu’elle aura à surmonter pour s’inscrire en longue période dans une trajectoire de développement durable. Ce travail a été accompli dans le cadre du programme de recherche fédératif Horizons caribéens de l’Université de Bordeaux et de l’Université Bordeaux Montaigne. Il a mobilisé des chercheurs de plusieurs pays et sa coordination a été assurée par Bernard Yvars, économiste, titulaire de la Chaire Jean Monnet en Intégration régionale comparée. L’ouvrage comprend trois parties traitant des contraintes démographiques et extérieures affectant la Caraïbe, de la situation des économies domestiques très dépendantes des activités de services, notamment touristiques, et de l’insertion de cette zone dans la division internationale du travail par les échanges et les accords régionaux de partenariat économique.

3La première partie analyse les contraintes majeures qui affectent cette zone et qui sont de nature à entraver son développement économique. Il s’agit tout d’abord du contexte démographique de la Caraïbe marqué généralement par une baisse de la fécondité et un accroissement du vieillissement des populations (P. Buléon et F. Turbout, une approche caribéenne d’ensemble et D. Breton et F. Temporal, une analyse des Antilles françaises). D’autres problèmes sont de nature à peser sur les évolutions économiques : il s’agit de facteurs externes liés à la contrainte environnementale (M. Desse et R. Lege, une gestion structurée de l’espace maritime de l’AEC) et à la sécurité des biens et des personnes (J. Aragon Falomir, une étude du crime organisé, notamment au Mexique).

4La seconde partie traite plus spécifiquement de l’économie domestique des pays caribéens. Une étude méthodologique pour rendre compte avec pertinence du climat des affaires est appliquée à l’économie martiniquaise (N. Gobalraja). Plusieurs articles sont ensuite consacrés à l’activité fondamentale de la plupart des pays de l’AEC : le tourisme. Gains et coûts de ce service traditionnel sont abordés. La Caraïbe insulaire peu industrialisée est davantage basée sur ce secteur productif que la Caraïbe continentale plus dense en production manufacturière (Mexique notamment). Cette opposition sectorielle définit un dualisme économique que l’on peut retrouver sous une autre forme lorsque des activités modernes côtoient des activités plus traditionnelles au sein d’un même espace géographique (L. Dupont, un tourisme de développement durable à la Guadeloupe, A. Palafox-Muñoz et A. A. Vilchis-Onofre, une analyse coûts-avantages du tourisme de croisière appliquée à l’île de Cozumel et C. Malbos, une évaluation de la cohabitation entre secteur moderne et traditionnel dans le village mexicain de Mahahual). Le développement économique de la Caraïbe est lié aussi à l’intensité de l’investissement productif domestique et international via les IDE. De ce point de vue, à l’exception du Mexique, le niveau de la FBCF domestique et des apports de capitaux étrangers n’est pas suffisant, notamment dans la Caraïbe insulaire. Pour bénéficier d’économies d’échelle de toute nature, il apparaît pertinent de promouvoir une politique de clusters intercaribéens et d’IDE (B. Yvars, une politique pragmatique de pôles de compétitivité dans l’espace caribéen). Enfin, il n’est pas possible de développer une économie sans une population active bien formée et donc sans une politique volontariste en matière de capital humain. La qualité de la formation est une question essentielle qui n’est pas souvent traitée, considérant à tort que tous les appareils éducatifs sont en mesure de répondre instantanément aux besoins exprimés. La demande de formation est abordée précisément dans le cas concret de la Martinique (G. Joseph, E. Kamwa, S. Mathouraparsad, une analyse des choix d’études des lycéens et étudiants martiniquais).

5Enfin, la troisième partie propose de faire le point sur l’insertion de la Caraïbe dans la division internationale du travail. Une analyse détaillée des échanges commerciaux est proposée à partir des données de l’Observatory of Economic Complexity-OEC- (J. Verny et M. Forriez, une étude du commerce caribéen insulaire des biens). Insérée dans la mondialisation essentiellement par l’importation, la Caraïbe a développé un partenariat économique international assis sur de multiples accords commerciaux dont certains ont été conclus avec l’Union européenne (K. Galy, M. Lesales et J.-M. Salmon, une analyse comparative des effets bénéfiques de la coopération régionale structurée concernant l’Organisation des États de la Caraïbe Orientale -OECO- et la Commission de l’océan Indien -COI- puis M. Lesales et J.-M. Salmon, une évaluation de l’APE Cariforum-Union européenne).

6Ce numéro de la revue Études caribéennes s’achève par un compte-rendu de lecture de deux ouvrages édités par la CEPAL qui concernent, d’une part, l’adaptation de l’Amérique latine aux évolutions actuelles du commerce international marquées par la tentation protectionniste et, d’autre part, l’impact d’une interdépendance financière mondiale accrue sur les économies émergentes ou en développement (B. Yvars).

7Au final, il apparaît que les territoires caribéens sont économiquement disparates, la Caraïbe continentale (avec le Mexique) étant plus développée que la Caraïbe insulaire. Néanmoins, cet espace géographique dispose d’avantages significatifs pour lui permettre d’accroître sa place dans une mondialisation évolutive, mais sans bouleversement de l’ordre économique actuel dominé par les pays de la Triade. Le vieillissement démographique et le changement climatique, s’ils persistent dans le temps, seront les deux principaux écueils structurels que la région devra apprendre à gérer sur une longue période, les différents pays de la zone n’étant pas affectés de la même façon. Carrefour entre les Amériques du Nord et du Sud et l’Union européenne, l’économie caribéenne semble pouvoir être mieux valorisée par une politique active d’investissements intercaribéens et étrangers, notamment en matière de services (tourisme, éducation et culture, numérique, services offshore, etc.). Les pouvoirs publics joueront un rôle-clé dans une telle dynamique entrepreneuriale en soutenant la création de pôles de compétitivité internationaux et en favorisant, par des politiques éducatives appropriées ou par l’immigration, l’émergence d’un nouveau capital humain recouvrant les qualifications nécessaires pour tenter de promouvoir un développement économique durable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Yvars, « La Caraïbe face aux défis du xxie siècle », Études caribéennes [En ligne], 43-44 | Août-Décembre 2019, mis en ligne le 30 octobre 2019, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/16724

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals