Navigation – Plan du site
Un système socio-économique marqué par le dualisme productif

L’insertion de la Caraïbe dans la mondialisation par une politique pragmatique de pôles de compétitivité

The Integration of the Caribbean into Globalization through a Pragmatic Policy of Competitiveness Clusters
Bernard Yvars

Résumés

L’insertion de la Caraïbe dans la mondialisation se heurte aujourd’hui à un certain nombre de contraintes internationales et locales. Les activités économiques ont tendance à se concentrer géographiquement (notamment l’industrie dans la zone asiatique) et les accords d’intégration régionale montrent de réelles limites dans leur capacité à être un vecteur efficace d’un développement économique durable. La région caribéenne est aussi soumise à des freins structurels spécifiques tels le vieillissement démographique, l’endettement public ou l’insuffisante sécurité des biens et des personnes. Le changement climatique en cours représente une menace supplémentaire qui impactera l’économie régionale, en particulier celle de la Caraïbe insulaire. Au-delà des politiques nouvelles de construction de l’habitat et de l’appareil productif pour résister aux ouragans majeurs (normalisation plus sévère, enterrement du bâti, etc.), la zone caribéenne doit poursuivre une politique pragmatique de clusters en favorisant les pôles de compétitivité internationaux pour permettre un développement économique qui restera néanmoins limité.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La région de la Caraïbe est composée d’un espace économique dual : la Caraïbe insulaire peu industrialisée et la Caraïbe continentale aux contours géographiques variables (on peut très bien y inclure le Mexique, les États-Unis ou le Brésil) et au poids économique plus important. Le critère de la zone d’échanges naturelle peut être utilisé pour préciser les contours géographiques de cette zone. Dans ce cas, l’Association des États de la Caraïbe (AEC) apparaît comme une entité pertinente regroupant des territoires continentaux et insulaires autour du golfe du Mexique. Elle recouvre davantage l’assise économique et commerciale de la zone caribéenne que la seule Caricom composée d’espaces insulaires. C’est cette aire géographique de l’AEC que nous avons retenue pour construire notre problématique. L’analyse des séries statistiques longues de l’OMC et de la CNUCED en matière d’échanges commerciaux et d’investissements directs étrangers montre clairement l’existence d’une mondialisation productive asymétrique en voie de consolidation, régie par un multilatéralisme ne convenant qu’aux États à excédents structurels de balances des transactions courantes. Il apparaît ainsi des pays gagnants qui sont tous industriels et des pays perdants qui sont tous des pays sans industries ou en voie de désindustrialisation (France ou États-Unis). Par conséquent, la production de biens matériels et des services de haute valeur ajoutée associés sont une condition fondamentale d’une participation avantageuse à la division internationale du travail actuelle. Cette évolution économique s’effectue encore aujourd’hui à l’avantage de la Triade (notamment de la zone asiatique avec la Chine) au détriment de territoires entiers appartenant généralement aux continents africains et latino-américains. Le contexte économique international est déstabilisant pour un certain nombre d’économies, notamment les économies de la Caraïbe qui sont de petite taille (à l’exception du Mexique) et représentent une production et un commerce extérieur très faibles par rapport aux mêmes agrégats des pays de la Triade.

2Dans ces conditions, une réponse économique pragmatique fondée sur une logique néo-fonctionnaliste est sans doute plus adaptée à leur stratégie de développement économique qu’une ouverture naïve à une mondialisation trop libérale ou à un régionalisme qui ne fonctionne que dans des formes élémentaires d’intégration (zones de libre-échange). Une telle politique peut et doit s’articuler, d’une part, sur la constitution de clusters, notamment inter-caribéens, permettant l’émergence d’activités économiques locales structurées et, d’autre part, sur une stratégie de créneaux ciblant une insertion plus accentuée dans les chaînes de valeur mondiales (CVM). Il s’agit donc de privilégier des réalisations sectorielles ou des projets appuyés sur des investissements directs étrangers (IDE) créant des avantages comparatifs locaux, exploitables dans les échanges internationaux. De ce point de vue, des opportunités existent clairement dans les activités agro-alimentaires, les services éducatifs, touristiques, sanitaires, la production de logiciels, etc. Cela étant, les redoutables évolutions climatiques mondiales que l’on ne semble pas véritablement en mesure de contrôler sont de nature à interrompre la dynamique de mondialisation de la production et des échanges vers une relocalisation régionale des activités. Une telle perspective doit désormais être prise en considération dans toute stratégie de développement économique durable. Notre analyse sera conduite en deux parties :

  • les contraintes intangibles de la mondialisation asymétrique actuelle et les limites de l’apport de l’intégration économique régionale en termes d’échanges commerciaux et d’IDE.

  • la voie étroite de l’adaptation de l’économie caribéenne : malgré de fortes contraintes structurelles (démographiques, climatiques, logistiques, éducatives et sécuritaires), une politique pragmatique de pôles de compétitivité semble possible en promouvant les clusters à forte potentialité, c’est-à-dire les clusters inter-caribéens et ceux mobilisant des IDE pouvant permettre une meilleure insertion dans les CVM.

1. Les contraintes de la mondialisation et les limites du régionalisme

3Participer à la mondialisation des activités et/ou privilégier la voie de l’intégration économique régionale représentent deux modalités imparfaites d’insertion d’un pays dans la division internationale du travail (apparition de gagnants et de perdants quelle que soit l’alternative choisie).

1.1. Une mondialisation géographiquement polarisée

4Les pays de la Triade (Asie-Chine, Europe, Amérique du Nord) structurent de façon intangible une mondialisation très matérialiste qu’ils dominent, marginalisant des continents entiers (Afrique, Amérique latine) dans les échanges internationaux (graphique 1).

5Pour y participer de façon avantageuse (être un pays gagnant), il faut être une économie industrielle (Chine, Allemagne). Ainsi, une forte capacité exportatrice va permettre d’engendrer d’importants excédents de balances des transactions courantes. De ce fait, la maîtrise des déficits budgétaires et la régression de la dette publique constitueront des objectifs qui pourront plus facilement être atteints.

Graphique 1. Parts mondiales des importations (M) et des exportations (X) de marchandises et services commerciaux par grandes régions en 2010 et 2017

Graphique 1. Parts mondiales des importations (M) et des exportations (X) de marchandises et services commerciaux par grandes régions en 2010 et 2017

Source : d’après les statistiques de l’OMC

6Les pays en désindustrialisation (baisse de la valeur ajoutée industrielle dans le PIB en deçà de 20 %) connaissent une crise de système productif (par exemple la France ou les États-Unis) et voient leur rôle dans la mondialisation s’étioler. Cela étant, deux évènements structurels majeurs peuvent dans l’avenir modifier la dynamique de la mondialisation actuelle :

  • la contrainte climatique qui rend de plus en plus nécessaire la production au plus près des zones de consommation en raison de l’impact négatif du transport maritime international sur l’environnement ;

  • la reconquête industrielle indispensable à la cohésion sociale dans les pays frappés de désindustrialisation (principalement des pays occidentaux développés).

7Ce double phénomène tend à rendre quelque peu caduque l’exploitation distante d’avantages comparatifs basés sur l’utilisation d’une main-d’œuvre abondante ou/et bon marché dans les processus productifs. Les contraintes environnementales et sociales créent une nouvelle nécessité dont la traduction sera une relocalisation de productions industrielles. Simultanément, la protection des marchés nationaux trouve une nouvelle actualité. La conséquence en est que le commerce international enregistre un ralentissement sensible dans sa progression. En 2017, sa croissance en volume s’était établie à 4,6 % avant de connaître une décrue avec respectivement pour 2018 et 2019, une progression de 3 % et 2,6 %. Cela ne signifie pas encore une remise en cause de la mondialisation actuelle qui favorise l’émergence et la domination économique mondiale de l’Asie, notamment de la Chine. Cependant, la modification rapide et défavorable de la donne climatique rend plausible un retour plus net à la réallocation des productions au plus près des zones de consommation.

1.2. Les résultats ambigus des processus d’intégration économique régionale

8De façon générale, les processus d’intégration régionale centrés sur l’économie et considérés comme aboutis (ou réussis) sont peu nombreux. Il en existe deux :

  • celui de l’unification allemande au xixe siècle (du Zollverein à l’unification politique allemande en 1871), mais il s’agit en vérité de la naissance d’un État-nation ;

  • celui de la CEE de 1957 jusqu’à l’union monétaire actuelle. Mais l’Union européenne s’est figée « au milieu du gué » en n’achevant pas son processus intégrateur économique tant les divergences productives entre États membres sont importantes et non résorbables.

9Les autres expériences de régionalisme dans le monde sont peu approfondies malgré la référence dans leurs traités fondateurs à des formes d’intégration économique telles que l’union douanière, l’union monétaire, etc.

10La seule voie pour l’aboutissement de tels processus est la mise en place de politiques fédérales fortes : budget fédéral pour l’union monétaire, fédéralisme étendu à tous les champs économiques majeurs tels les politiques allocatives de ressources, notamment dans l’industrie. Cette convergence serait ensuite consolidée politiquement par la création d’un État fédéral. À l’heure actuelle, cet objectif est purement utopique, notamment en Europe en raison d’objections d’États membres majeurs tels l’Allemagne.

11Au vu de ces résultats, un constat s’impose : les objectifs de l’intégration économique sont atteints quand le degré d’intégration recherché est élémentaire. Si le processus intégrateur vise un objectif ambitieux d’union économique et monétaire, celui-ci ne sera que partiellement réalisé avec un risque élevé d’éclatement de la zone, les demi-succès ou les demi-échecs ne constituant jamais un résultat pérenne. On remarque aussi des difficultés de réalisation quand le processus intégrateur tente de s’approfondir (passage d’une zone de libre-échange à une union douanière par exemple). En fait, la viabilité de l’intégration par l’économie nécessite des structures fédérales, économiques et politiques, pour pallier les effets désagrégateurs de la concurrence toujours à l’œuvre dans les expériences d’intégration régionale, a fortiori si les États membres possèdent des tissus productifs très disparates.

12À ce jour, il n’existe en réalité que des États-nations fédéraux (Canada, États-Unis, Suisse, etc.), ce qui signifie que l’intégration économique approfondie est plus un mythe qu’une réalité. Il faut donc être très prudent pour faire d’un tel processus une recommandation de politique économique, en particulier pour les économies en voie de développement.

13Le tableau 1 ci-dessous montre clairement que les États sont généralement peu impliqués dans des expériences d’intégration économique régionale approfondie.

Tableau 1. Caractéristiques du degré d’intégration économique des principales expériences de régionalisme de la période contemporaine

Tableau 1. Caractéristiques du degré d’intégration économique des principales expériences de régionalisme de la période contemporaine

Source : Élaboration personnelle

14Et quand ceux-ci se sont engagés dans une telle démarche, ils ont dû préalablement construire un ordre juridique contraignant avec des institutions et un droit communautaire à caractère supranational. Cette condition nécessaire n’est toutefois pas suffisante pour assurer la pleine réussite de l’entreprise si on se réfère à l’expérience actuelle de l’Union européenne. De plus, il faut remarquer que la plupart des États à travers le monde ne souhaitent pas se soumettre à des règles juridiques trop restrictives de leurs prérogatives nationales quand ils adhèrent à une expérience d’intégration régionale. Cette dernière constitue donc un outil d’action économique de portée très limitée.

15Pour la région caribéenne, les tentatives d’intégration régionale existantes sont très élémentaires (zone de libre-échange, objectif final d’union douanière, union monétaire limitée à une unité de compte) et de portée réduite. Plusieurs expériences d’intégration régionale sont conduites : Caricom, OECS, Union monétaire de la Caraïbe orientale, etc. Les économies de cette zone sont de petite taille et représentent une production et un commerce extérieur très faibles par rapport aux mêmes agrégats des pays de la Triade qui structurent aujourd’hui la mondialisation. Les performances économiques obtenues sont plutôt décevantes (le commerce intra-zone demeure très faible, les dettes publiques sont trop importantes pour une union monétaire efficace là où elle existe). Les échanges extérieurs de l’AEC montrent clairement des difficultés d’insertion efficace dans la mondialisation (graphique 2).

Graphique 2. Balance commerciale Marchandises + Services commerciaux de l’AEC – Années 2008, 2014 et 2016

Graphique 2. Balance commerciale Marchandises + Services commerciaux de l’AEC – Années 2008, 2014 et 2016

Source : d’après les statistiques de l’OMG

16En effet, dans la période contemporaine (années 2008, 2014 et 2016), la balance commerciale des pays de l’AEC en matière de marchandises et de services commerciaux n’est significativement excédentaire que pour le Venezuela et Trinidad-et-Tobago en raison de leurs exportations d’énergie (pétrole et gaz). Les économies de cette zone sont insérées dans la mondialisation principalement par l’importation (l’exportation souffrant d’un positionnement de gamme insuffisant). Si l’on excepte le cas du Mexique et à un degré moindre de la Colombie, l’exportation industrielle est assez peu dynamique et les points forts de leur spécialisation se rencontrent dans les services, notamment ceux relevant des activités offshore -numériques, financières, éducatives-, ou de celles du tourisme ou liées à la mer.

17Le secteur tertiaire doit donc être privilégié dans la recherche d’une meilleure insertion de la Caraïbe dans les chaînes de valeur mondiales.

18Comment les territoires caribéens peuvent-ils mieux s’insérer dans une mondialisation pour l’heure incontournable ? Doivent-ils emprunter la voie de l’intégration économique régionale ? Dans ce cas, l’intégration monétaire ne doit-elle pas précéder leur intégration commerciale ? Les expériences d’intégration économique dans le monde et dans le temps (XIXe et XXe siècles) sont toutes spécifiques et ne permettent pas de dégager un modèle intégrateur universel. Comme on l’a dit précédemment, leur bilan est mitigé et souvent décevant (UEMOA, Mercosur, etc.), l’expérience de l’Union européenne restant encore à ce jour la plus aboutie, sa pérennité n’étant pas du tout garantie en l’absence d’un État fédéral européen politique et économique. Pour les territoires caribéens, une réponse économique pragmatique fondée sur une logique néo-fonctionnaliste serait peut-être plus adaptée. Celle-ci pourrait s’articuler, d’une part, sur la constitution régionale de clusters permettant l’émergence d’activités économiques locales structurées et, d’autre part, sur une stratégie de créneaux qui ciblerait une insertion plus accentuée dans les chaînes de valeur mondiales. Il s’agirait donc de privilégier des réalisations sectorielles ou des projets appuyés sur des IDE qui créeraient des avantages comparatifs locaux, exploitables dans les échanges internationaux. Des opportunités existent clairement dans les activités agro-alimentaires, les services touristiques, sanitaires, la production de logiciels, etc.).

2. Quelle(s) voies d’insertion de la Caraïbe dans la mondialisation ?

19Il faut tenir compte des structures économiques de la zone et des goulets d’étranglement impactant sa croissance économique potentielle. Il apparaît qu’une politique régionale de clusters selon différentes modalités (clusters inter-caribéens ou d’IDE) permet de consolider des avantages comparatifs dans le commerce international.

2.1. Les freins à la croissance économique dans la Caraïbe

20Après la crise de 2008, la Caraïbe a enregistré une croissance économique relativement faible. Cela est dû principalement à des déficiences économiques structurelles, notamment en matière industrielle, d’où la nécessité d’une diversification productive par le développement de nouvelles activités. Mais plusieurs obstacles entravent un tel processus. Outre le vieillissement démographique, on peut notamment souligner :

  • l’endettement et le service de la dette qui limitent la capacité d’investissements de nombreux États caribéens ;

  • le niveau élevé de la criminalité et de la violence qui constitue incontestablement une entrave au développement des affaires et de l’investissement ;

  • dans l’avenir, un frein redoutable aux IDE est représenté par le défi climatique. La prégnance du problème est très forte, car la zone ne résistera pas à une récurrence de reconstructions onéreuses, induites par des cyclones dévastateurs tel l’ouragan Irma de 2017 (risques de migrations climatiques et de désertification économique). Bien entendu, la hausse du niveau des mers, les pluies diluviennes et surtout les vents violents risquent de rendre très coûteuses la construction et la maintenance de l’habitat. De la même façon, l’appareil productif sera très exposé aux aléas climatiques et exigera des adaptations nécessitant d’importants investissements (nouvelles normes de construction, développement d’infrastructures et d’activités partiellement ou intégralement souterraines, etc.). Ces mutations devront intervenir très rapidement, car les compagnies d’assurance n’assumeront pas longtemps les coûts exorbitants de reconstructions répétées découlant des effets d’ouragans cataclysmiques. De plus, une des dimensions du réchauffement climatique va se concrétiser par une perspective à très court terme (moins de 50 ans) d’ouverture de nouvelles lignes maritimes dans la zone arctique (nouvelles voies navigables opérationnelles plus tôt que prévu en raison d’une non-maîtrise suffisante des activités humaines à effet de serre). Le trafic par le canal de Panama et les activités induites dans la zone caribéenne en seraient négativement affectés. Relier Tokyo à Rotterdam par le canal de Suez représente un voyage de 21 200 km et par le canal de Panama de 23 300 km. Pour la même liaison maritime, les routes de l’Arctique sont plus courtes et, à terme moins coûteuses, avec une distance de 15 900 km (route du Nord-ouest par le Canada) et de 14 100 km (route du Nord-est par la Russie).

21Cette évolution hautement probable de la structure des voies maritimes pourrait engendrer un détournement de flux de marchandises de la zone caribéenne au profit des routes de l’Arctique et représenter par conséquent un risque important d’ancrer la région caribéenne dans la périphérie de la mondialisation. De plus, la relocalisation des productions au plus près des zones de consommation pour des raisons écologiques liées au réchauffement climatique devrait contribuer à contracter le niveau du commerce international par voie maritime.

2.2. Les effets positifs de la création de clusters

22Sur un plan théorique, une des premières analyses consacrées à la dimension géographique de l’industrie est due à A. Marshall qui en 1920 a indiqué qu’une entreprise bénéficie de trois effets positifs en se localisant près d’autres fîmes du même secteur : des économies de coûts de transport dans la production et la distribution, un marché du travail local spécialisé, efficace et des échanges intenses d’information entre producteurs. Il s’agit d’économies d’échelle localisées. Plus tard, à partir de 1998, Porter a développé la théorie des clusters définissant ceux-ci comme une concentration géographique de firmes et d’institutions dont les activités sont interconnectées et interdépendantes dans un secteur économique particulier. Le succès d’un cluster sera fondé sur la compétitivité résultant de l’interconnexion entre les entreprises et les institutions dans un espace donné. Le secteur concerné devra cependant posséder un ou plusieurs avantages concurrentiels, c’est-à-dire des points forts qui rendent un secteur dominant dans un domaine précis. Quatre déterminants caractérisent cet avantage concurrentiel : les facteurs de production, notamment les facteurs spécifiques, la demande, les industries amont et apparentées, la stratégie et la structure des entreprises. Pour expliquer le développement des clusters, la théorie économique insiste sur le concept d’économies d’échelle ou de rendements croissants, c’est-à-dire l’existence de gains à la concentration de la production sur un espace donné. Il existe un second élément déterminant à toute analyse d’économie géographique qui est l’apparition de coûts de transaction lorsque les agents ne sont pas localisés au même endroit et qu’ils interagissent dans leurs activités économiques pour échanger des biens ou des services. Ces deux conditions sont nécessaires pour expliquer la question de la concentration géographique. C’est donc l’interaction des forces de concentration - l’exploitation d’économies d’échelle localisées - et des coûts de transaction qui permet d’expliquer l’existence de clusters.

23Aujourd’hui, l’analyse de tels clusters doit prendre en compte les évolutions de la concurrence imparfaite induites par la mondialisation des activités qui tend à faire émerger davantage des formes de concurrence monopolistique plutôt qu’oligopolistique. En effet, l’acuité de la compétition entre les firmes, en raison de la mobilité internationale des facteurs et des connaissances, est telle qu’elle conduit toute entreprise à des efforts continus et de plus en plus importants de différenciation des produits. Simultanément, au sein des clusters les plus performants, les firmes pourront bénéficier d’importants effets de spillovers issus notamment d’externalités technologiques et d’interactions sociales (échanges d’informations en matière d’éducation et d’emploi).

24Ce contexte productif nouveau conduit à proposer ci-après une analyse des situations d’équilibre du cluster en situation monopolistique. Dans la mesure où les processus productifs globalisés seront confrontés à une concurrence de plus en plus vive, la différenciation continue des produits sera la règle et inscrira la concurrence monopolistique comme structure de marché dominante. Les activités seront à rendements croissants dans une étape de l’expansion du cluster, celle de la zone d’efficacité du cluster (graphique 3). RM est la recette moyenne des producteurs (ou fonction de demande inverse) et Rm, la recette marginale de ces producteurs. CM et Cm représentent respectivement le coût moyen et le coût marginal des producteurs. En produisant dans la zone d’efficacité du cluster, les firmes optimiseront leur profit (situation d’équilibre Po, Qo). Néanmoins, le cluster se caractérisera par une courbe de coût moyen de longue période en U, même si chaque firme du cluster bénéficie de rendements d’échelle croissants, en raison d’inefficiences initiales dans la phase de croissance du cluster (déséconomies externes dues à sa faible taille) et dans une phase ultérieure, s’il ne parvient pas à éviter les coûts traditionnels de la croissance urbaine, mais aussi ceux de la périphérie.

Graphique 3. Situations d’équilibre du cluster en présence d’économies et de déséconomies externes

Graphique 3. Situations d’équilibre du cluster en présence d’économies et de déséconomies externes

Source : Élaboratin personnelle

25On peut notamment souligner que l’éloignement d’une zone portuaire risque de rendre difficile son insertion dans le commerce international. La zone d’efficacité du cluster permet de faire émerger de nouveaux avantages compétitifs que les firmes pourront exploiter sur les marchés internationaux : il s’agira le plus fréquemment d’activités intenses en recherche-développement et innovation et en travail qualifié. Les politiques de pôles de compétitivité ou de clusters apparaissent aujourd’hui pertinentes pour faire émerger des spécialisations dans un environnement sans cesse plus ouvert où les technologies se diffusent de plus en plus vite. Comment la Caraïbe développe-t-elle une telle politique ?

2.3. La dimension sectorielle des clusters

26L’investissement dans la zone caribéenne peut être le fait d’investisseurs internationaux ou/et d’-acteurs locaux. Cette région enregistre un faible niveau des investissements mesurés par la formation brute de capital fixe. Selon la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) de 2003, les pays les plus pauvres nécessiteraient des taux d’investissement stables -d’environ 20 % du PIB - pour leur permettre une certaine convergence avec les pays développés. Cela dit, dans de nombreux cas, la capacité d’absorption d’une telle masse d’investissements est altérée par des déficits structurels de ces économes en matière de capital humain, d’infrastructures de formation, de commerce, de communication, etc. Dans les pays en développement comme ceux de la zone latino-américaine, le chiffre requis est d’au moins 25 % du PIB. Mais la réalité est toute autre : tous les pays de cette zone ont enregistré une chute des investissements à la suite de la crise financière de 2008, et avant celle-ci, leur niveau d’investissement était plus faible que dans les pays à forte croissance comme la Chine, l’Indonésie, etc. L’investissement est donc un enjeu majeur pour une croissance durable dans cette zone. L’investissement direct étranger est bien entendu une composante essentielle de cette contribution (graphique 4).

Graphique 4. Évolution du stock d’IDE entrants et sortants par grandes régions du Monde – Années 2010 et 2017

Graphique 4. Évolution du stock d’IDE entrants et sortants par grandes régions du Monde – Années 2010 et 2017

Source : d’après les statistiques de la CNUCED

27Le graphique 4 ci-dessus montre qu’en termes de stock d’IDE entrants et sortants, l’Amérique latine et Caraïbe apparaissent faiblement dotées, en particulier la Caraïbe insulaire. Des économies continentales de l’AEC telles le Mexique ou la Colombie représentent davantage d’opportunités pour l’investissement international que les petites économies insulaires caribéennes. L’économie mexicaine dispose d’une infrastructure industrielle, liée à l’appareil productif étasunien et aux chaînes de valeur mondiales (automobile, électronique, aéronautique, etc.) et peu articulée à l’économie caribéenne. Pour les autres pays de la zone, en particulier pour les régions insulaires, une stratégie d’investissements dans des niches productives de biens et/ou de services semble plus porteuse. Elle doit se développer en prenant appui sur une politique de pôles de compétitivité, la puissance publique aidant les firmes à se constituer en réseaux pour bénéficier d’économies d’échelle les plus larges.

28Les travaux de Roberta Rabellotti (2014) ont permis d’identifier une trentaine de clusters prédominant dans le secteur tertiaire et l’exploitation de ressources naturelles avec deux clusters exclusivement spécialisés dans la fabrication (bijoux en or en Guyane et rhum dans la plupart des pays caribéens). Précisons les caractéristiques sectorielles de ces clusters.

2.3.1. Le secteur tertiaire, notamment le tourisme

29Le secteur tertiaire génère de nombreux clusters dans le secteur financier, les services aux entreprises et les services maritimes, mais aussi des clusters dans les industries de la création autour de la musique, des arts visuels et des traditions populaires (carnaval de Trinité-et-Tobago par exemple). En matière de services maritimes, on peut souligner l’existence du cluster GAT Caraïbes Logistique et Transport, créé en décembre 2012. Il regroupe des acteurs publics et privés de la Grande Caraïbe, de l’industrie du transport, de la logistique, des TIC et du commerce international pour mieux interconnecter localement les activités économiques et s’insérer davantage dans les marchés internationaux, notamment européens. Plus précisément, il permet de fédérer l’ensemble des acteurs économiques privés et publics influant sur l’organisation de la Supply Chain en vue d’optimiser les flux de transports et les activités logistiques dans la Grande Caraïbe. Par exemple, il rend possible la réalisation de gains remarquables par l’obtention d’un meilleur taux de remplissage des porte-containers dans le trafic commercial maritime.

30Dans le domaine du tourisme, on assiste à la promotion de créneaux assis sur des atouts locaux : en Guyane, on peut noter l’apparition de clusters d’écotourisme autour de l’observation des oiseaux et de la pêche et à la Grenade, la naissance d’un cluster de géotourisme.

2.3.2. Le domaine des ressources naturelles

31Les ressources agricoles et rurales constituent des domaines pertinents d’activités à promouvoir. Ainsi, on peut relever la constitution de clusters dans les productions agricoles (noix de muscade) à la Grenade, dans l’agro-alimentaire tels l’eau de coco au Guyana ou encore dans les aliments transformés à Trinidad-et-Tobago.

32À noter un cluster de productions forestières en Guyane où des firmes fournissent sur les marchés essentiellement régionaux, des planchers, terrasses, meubles et autres produits en bois.

33De plus, des ressources de la mer sont exploitées dans le cadre de pôles de compétitivité : clusters spécialisés dans l’aquaculture (pisciculture en Guyane et crevettes d’élevage au Belize) et dans les poissons d’ornement en Jamaïque.

34La spécialisation dans les produits manufacturés et élaborés est peu répandue dans la Caraïbe insulaire. Il y existe peu d’opportunités de développement de productions industrielles, l’essentiel de l’activité relevant du tourisme, de l’artisanat et du secteur primaire (agriculture et pêche).

2.4. La dimension géographique des clusters

35La moitié des clusters sont nationaux. La dimension locale est prédominante dans les clusters agricoles et touristiques. Les pôles de compétitivité dans le secteur des services sont essentiellement urbains.

36Quatre clusters sont inter-caribéens, ce qui représente un chiffre faible. Par exemple, une grappe industrielle de production d’eau de coco avec de petits producteurs de Guyana et une grande entreprise agro-alimentaire de Trinidad-et-Tobago. D’autres clusters de ce type existent (rhum, services maritimes, etc.) ou sont possibles et sont donc à promouvoir, par exemple dans les équipements médicaux selon la CEPAL.

37Des clusters d’IDE peuvent aussi être conçus dans l’espace caribéen. Géographiquement, la Caraïbe apparaît comme un hub économique, interface entre l’Europe, les Amériques du Nord et du Sud. De ce point de vue, elle pourrait être le réceptacle d’activités de services concernant ces différents continents. Des clusters de pays tiers, mais localisés dans la Caraïbe insulaire pourraient se développer en matière d’éducation ou de formation professionnelle en s’inspirant de l’exemple étasunien de création d’un cluster médical dans la zone caribéenne. En effet, une activité de formation d’étudiants nord-américains dans des universités médicales offshore (OMU) dans les Caraïbes a commencé dans les années 1970 lorsque les investisseurs étasuniens ont constaté une demande en matière d’éducation médicale qui ne pouvait pas être satisfaite aux États-Unis. Les Caraïbes ont été choisies comme région de l’OMU en raison d’un contrôle réglementaire moins strict de la part des autorités locales. En outre, sa proximité géographique avec les États-Unis, la similarité linguistique et la faiblesse des monnaies nationales (gains de pouvoir d’achat) ont favorisé le choix de la Caraïbe.

Conclusion

38La donne économique mondiale apparaît peu évolutive et consacre la consolidation de l’industrie dans la zone asiatique. Il apparaît ainsi une mondialisation déséquilibrée avec une zone caribéenne en difficulté d’insertion dans le commerce international. Cet espace dispose d’atouts géographiques, mais souffre de fragilités économiques structurelles lourdes (atomicité d’un tissu économique traditionnel et peu innovant, qualification insuffisante de la population active avec démographie vieillissante, incertitudes climatiques, infrastructures de transports sous- dimensionnées). Plutôt que la voie de l’intégration régionale trop idéalisée et aux résultats incertains, il semble plus pertinent de recourir à une politique de pôles de compétitivité régionaux pour renforcer le tissu économique local sans que celui-ci ne soit impacté par des changements de grande ampleur. Néanmoins, cette politique devrait permettre de créer un système productif plus efficace et susceptible d’exploiter des opportunités de meilleure insertion dans les CVM. Cela dit, le capital humain est source d’inquiétude pour les pouvoirs publics locaux caribéens en raison, d’une part, d’un vieillissement démographique réel dans cette zone et, d’autre part, d’une qualification insuffisante de la population active qui implique de favoriser l’émergence d’un nouveau capital humain. Cela suppose une perception exacte des métiers du futur et l’existence d’un appareil éducatif apte à relever ce défi. Les difficultés ne sont donc pas aisées à surmonter…

Haut de page

Bibliographie

Blancheton, B. & Yvars, B. (2010). What trade policy for the developed countries today: Clusters like alternative to protectionism?, In Protectionism: Policies, Arguments For and Against, and World Trends, Ed. Novasciences, New York.

CEPAL (2019). Una mirada a los paises del Proyecto de Integracion y Desarrollo de Mesoamérica, México.

De Groot, O. & M. Pérez Ludeña (2014). “Foreign direct investment in the Caribbean -Trends, determinants and policies”, Studies and Perspectives, n° 35, Eclac, United Nations, Santiago du Chili.

Jaffe, A., Trajtenberg, M. & Henderson, R. (1993). Geographic localization of knowledge spillovers as evidenced by patent citations, Quarterly Journal of Economics, 3:577-598.

Marshall, A. (1920). Principles of Economics, Macmillan 8th ed, London.

Porter, M. E. (1998), Clusters and the New Economics of Competition, Harvard Business Review, 6: 77 - 90.

Porter, M. E. (2000). Location, competition and economic development: local clusters in a global economy, Economic Development Quaterly, 1:15-34.

Rabellotti, R. (2017). “Clusters in the Caribbean: Understanding their Characteristics, Defining Policies for their Development, Inter-American Development Bank”, Discussion Paper, n° 498.

UNCTAD (2018). World Investment Report 2018. Investment and New Industrial Policies, New York et Genève, United Nations.

Yvars, B. (2011). « L’APE Caraïbe peut-il favoriser une meilleure insertion de cette région dans la mondialisation ? », dans E. Dubesset et R. Lucas (dir.), La Caraïbe dans la mondialisation : quelles dynamiques régionalistes ?, Paris, L’Harmattan.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Parts mondiales des importations (M) et des exportations (X) de marchandises et services commerciaux par grandes régions en 2010 et 2017
Crédits Source : d’après les statistiques de l’OMC
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16729/img-1.png
Fichier image/png, 16k
Titre Tableau 1. Caractéristiques du degré d’intégration économique des principales expériences de régionalisme de la période contemporaine
Crédits Source : Élaboration personnelle
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16729/img-2.png
Fichier image/png, 42k
Titre Graphique 2. Balance commerciale Marchandises + Services commerciaux de l’AEC – Années 2008, 2014 et 2016
Crédits Source : d’après les statistiques de l’OMG
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16729/img-3.png
Fichier image/png, 39k
Titre Graphique 3. Situations d’équilibre du cluster en présence d’économies et de déséconomies externes
Crédits Source : Élaboratin personnelle
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16729/img-4.png
Fichier image/png, 31k
Titre Graphique 4. Évolution du stock d’IDE entrants et sortants par grandes régions du Monde – Années 2010 et 2017
Crédits Source : d’après les statistiques de la CNUCED
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16729/img-5.png
Fichier image/png, 26k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Yvars, « L’insertion de la Caraïbe dans la mondialisation par une politique pragmatique de pôles de compétitivité  », Études caribéennes [En ligne], 43-44 | Août-Décembre 2019, mis en ligne le 30 octobre 2019, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/16729 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.16729

Haut de page

Auteur

Bernard Yvars

Économiste, Chaire Jean Monnet en Intégration régionale comparée, Équipe Horizons caribéens Université de Bordeaux, yvars.bernard@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals