Navigation – Plan du site
Dynamique de population et contraintes extérieures

Décroissance démographique et vieillissement : une exception des Antilles françaises dans l’espace Caraïbes ?

Population Decline and Aging: an Exception from the French West Indies in the Caribbean Area?
Didier Breton et Franck Temporal

Résumés

Comme pour l’ensemble des territoires de l’espace caribéen, les départements de la Guadeloupe et Martinique autrefois marquées par des taux de croissance de leur population très élevés ont connu un fort ralentissement de leur accroissement démographique et même une décroissance ces dernières années ce qui constitue une exception dans l’espace Caraïbes. Les émigrations, plus que la baisse de la fécondité, sont la principale cause de ce phénomène. Au problème du nombre d’individus quittant ces territoires se pose celui de leur profil : ce sont les plus diplômés qui quittent le territoire généralement dans une perspective de long terme. Ce phénomène est particulièrement préoccupant dans ces territoires aux rythmes de vieillissement inédits en France. L’enjeu pour les départements antillais sera de se saisir de la prise en charge du vieillissement comme d’une opportunité.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Comme l’indique Yves Charbit en introduction d’un ouvrage consacré à la Caraïbe, « La région Caraïbes n’est pas aisée à définir géographiquement » (Charbit, 1987). Dans cet article, nous avons fait le choix de ne retenir que l’ensemble des 17 territoires insulaires que les Nations-Unies identifient comme le bassin Caraïbes, auquel appartiennent la Guadeloupe et la Martinique. Cet ensemble « Caraïbes » auquel appartient un groupe hétérogène de territoires est constitué de 11 États souverains (Antigua-et-Barbuda, Bahamas, Barbade, Cuba, République dominicaine, Grenade, Haïti, Jamaïque, Sainte-Lucie, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, Trinidad-et-Tobago) et de 6 dépendances des États-Unis (Porto Rico, îles Vierges des États-Unis), des Pays-Bas (Aruba, Curaçao) et de France (Guadeloupe, Martinique). Cet espace Caraïbes partage le trait commun d’avoir été marqué culturellement par les colonisations et les sociétés esclavagistes. Mis à part Haïti, premier État indépendant dès 1804, les autres pays ayant obtenu leurs indépendances l’ont acquise depuis les années 1960 et 1970. D’après les données des Nations-Unies, cet ensemble de pays comptait quelque 17 millions d’habitants en 1950 et a vu sa population multipliée par 2,5 pour s’établir à 42,4 millions en 2015.

2Dans le premier chapitre de leur ouvrage paru en 1992, Domenach et Picouet retracent l’histoire des pays de l’espace caribéen (Domenach et Picouet, 1992) et soulignent que ces territoires partagent globalement une histoire commune. Leur passé est marqué par le poids des rapports centre/périphérie avec les métropoles et ex-colonies de rattachement.

3Dans le passé, ces pays de la Caraïbe ont d’abord été caractérisés par de forts flux d’immigration de travailleurs pour la mise en valeur de ces territoires (dont l’immigration forcée avec l’esclavage) puis par plusieurs siècles d’économie de plantation sur le modèle de monocultures d’exportation (café, sucre) où les besoins en main-d’œuvre étaient très élevés.

4La transition démographique de ces territoires s’est enclenchée durant les années 1920, avec une diminution forte et rapide de la mortalité et un allongement de l’espérance de vie qui n’a été suivi que plus tardivement par la baisse de la fécondité et de la natalité. Entre-temps, ces pays ont donc dû faire face à des taux de croissance exceptionnels de leurs populations avec des taux d’accroissement annuels proches de 2 % dans les années 1940 et qui ont atteint 3 % à la fin des années 1950 (Domenach et Picouet, 1992). À la fin des années 1960, la jeunesse de la population a entraîné des flux d’émigration de masse, principalement vers les (ex-)métropoles de rattachement qui ont organisé et accompagné ces mouvements de population venant combler les déficits de main-d’œuvre des économies occidentales d’après-guerre (Domenach, 2002 ; Pastor, 1985). En 1984, les taux d’émigration nets étaient proches de -10 p. 1000 dans de nombreux territoires de l’espace Caraïbes : -9 p. 1000 en Martinique, -8 en Guadeloupe, -7 à Porto Rico (Domenach et Picouet, 1992).

5La transition démographique a été particulièrement rapide aux Antilles. Dans leur analyse de l’évolution de la population des départements et régions d’outre-mer (DROM) depuis 1946, Rallu et Diagne indiquent que la fécondité a fortement diminué aux Antilles dans la période d’après-guerre (Rallu et Diagne, 2005). En Martinique comme en Guadeloupe, l’Indice conjoncturel de fécondité (ICF) qui dépassait six enfants par femme à la fin des années 1950 a chuté pour se stabiliser à environ deux enfants par femme dès les années 1980 puis descendre sous la barre des deux enfants dans les années 1990. Charbit et Leridon précisaient, dès 1980, que la plus grande difficulté était, à cette époque, de déterminer, dans le ralentissement démographique, la part résultant de l’émigration et celle provenant de la diminution de l’excédent naturel (Charbit et Leridon, 1980). Cette question est au cœur de cet article pour la période récente. En effet, les territoires des Caraïbes affichent actuellement des taux de croissance démographique très faibles, voire négatifs aux Antilles françaises. L’objectif est ici de mieux décrire les composantes de la croissance démographique aux Antilles et d’en commenter les conséquences économiques et les enjeux de société associés, notamment la question de la dépopulation, du vieillissement, des rapports de dépendance et d’émigration massive des jeunes adultes.

6Dans une première partie, nous analysons les dynamiques démographiques de la Guadeloupe et la Martinique dans une perspective diachronique et comparative avec l’ensemble des territoires de l’espace caribéen. Dans un second temps, nous analysons en détail pour la période plus récente, l’effet des migrations sur la structure par âge et sexe de ces départements ainsi que les conséquences notamment celles liées au vieillissement, en replaçant cette fois les deux départements antillais dans leur espace national.

7Pour cela, nous nous appuyons principalement sur différents jeux de données : celles des Nations unies (Word population prospect Revision 2017) pour les tendances de long terme des territoires caribéens, les fichiers individuels du Recensement rénové de la population (RRP) mené annuellement par l’INSEE dans l’ensemble du territoire français, y compris les Drom et les données de l’enquête Ined-Insee Migrations Famille et Vieillissement (MFV) réalisée dans les 4 départements d’outre-mer historiques en 2009-2010 et plus récemment à Mayotte en 2015-2016.

1. La dynamique démographique des Antilles françaises dans l’ensemble des pays de l’espace caribéen

8Depuis les années 1950, la Guadeloupe et la Martinique, Départements et régions d’outre-mer qui constituent les Antilles françaises ont eu un destin démographique commun. Ces deux territoires ont connu une forte croissance de leur population. En un demi-siècle, la taille de leur population a presque doublé passant de 200 000 habitants en 1950 à près de 400 000 au tournant des années 2000 (Figure 1). Comme la plupart des territoires de la Caraïbe, la croissance de la population était largement positive au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, année de la départementalisation (1946), mais elle s’est considérablement ralentie dans les années les plus récentes (Guzmàn et al., 2006) et a même diminué. D’après les projections de populations des Nations Unies, la décroissance de la population des Antilles françaises devrait se poursuivre pour passer sous la barre des 300 000 habitants en 2050 pour la Martinique et celle des 350 000 en Guadeloupe.

Figure 1. Évolution de la population de la Martinique et de la Guadeloupe de 1954 à 2017

Figure 1. Évolution de la population de la Martinique et de la Guadeloupe de 1954 à 2017

Source : Insee, recensements de la population, 1954 à 2017

1.1. Tendances démographiques des territoires du bassin caribéen durant les 50 dernières années

9Ce ralentissement de la croissance démographique s’observe dans l’ensemble des territoires de l’espace caribéen (Figure 2) et celui-ci a été spectaculaire dans certains d’entre eux. C’est le cas par exemple des Bahamas, de la République dominicaine ou encore des Îles Vierges Américaines dont les taux de croissance annuels moyens dépassaient largement les 3 % à la fin des années 1960 contre environ 1 % voire moins pour la période 2015-2020. À la fin des années 1960, la croissance démographique annuelle était de 1,2 % en Guadeloupe et 0,9 % en Martinique, elle était inférieure à la moyenne de la zone (1,8 %). Cinquante ans plus tard, les Antilles françaises sont devenues une exception dans l’ensemble « Caraïbes » en affichant des taux de croissance démographique négatifs. C’est cette exception et ses conséquences qui seront discutées dans la deuxième partie de cet article.

Figure 2. Taux d’accroissement annuels moyens des territoires de l’espace caribéen (en %) – Périodes 1965-1970 et 2015-2020

Figure 2. Taux d’accroissement annuels moyens des territoires de l’espace caribéen (en %) – Périodes 1965-1970 et 2015-2020

Sources : United Nations, Department of Economic and Social Affairs, Population Division (2017). World Population Prospects : The 2017 Revision, custom data acquired via website.

10Pour mieux comprendre ce ralentissement régional de la croissance, il faut s’intéresser à l’évolution de la dynamique « naturelle » des populations, solde entre le nombre de naissances et le nombre de décès. Le taux d’accroissement naturel était très élevé à la fin des années 1960 dans l’espace caribéen : il était équivalent ou supérieur à 20 p. 1000 dans la plupart des pays de la zone (Figure 3). Aux Antilles, ce taux était proche de 25 p. 1000 et était la principale composante de la forte croissance démographique de ces territoires. Un demi-siècle plus tard, l’accroissement naturel de la population a considérablement et uniformément diminué. Aux Antilles, la baisse a été spectaculaire, l’accroissement a été divisé par 10 en 50 ans (il a été divisé par près de 3 pour l’espace Caraïbes).

Figure 3. Taux d’accroissement naturel des territoires de l’espace caribéen (pour 1000). Périodes 1965-1970 et 2015-2020

Figure 3. Taux d’accroissement naturel des territoires de l’espace caribéen (pour 1000). Périodes 1965-1970 et 2015-2020

Sources : United Nations, Department of Economic and Social Affairs, Population Division (2017). World Population Prospects : The 2017 Revision, custom data acquired via website

11L’accroissement migratoire est l’autre composante de la dynamique de croissance démographique (Figure 4). Dans les années 1960, la majorité des pays de la Caraïbe affichaient des taux de migration nets fortement négatifs (seuls les Bahamas et les Îles Vierges américaines avaient des taux positifs), plus d’individus quittaient ces territoires qu’ils n’en entraient. Comme pour Saint-Vincent et Grenadines, Grenade, la Jamaïque, Sainte-Lucie, Aruba et Trinidad et Tobago, les taux de migrations nets en Martinique et en Guadeloupe étaient inférieurs à – 10 p. 1000. C’est à cette période que les populations des départements d’outre-mer ont fait l’objet d’une politique de mobilité fortement incitative gérée institutionnellement par l’État français sous l’égide du BUMIDOM – Bureau pour le développement des migrations dans les départements d’outre-mer – (Constant, 1987). Les objectifs affichés étaient d’organiser la migration des populations ultramarines vers la France métropolitaine afin tout à la fois de lutter contre la croissance démographique qualifiée alors de « galopante » et contre le chômage naissant dans ces territoires, de maintenir la paix sociale, mais aussi de combler les déficits de main-d’œuvre peu qualifiée dans certains secteurs d’emplois en France métropolitaine (emplois peu qualifiés de la fonction publique ou de l’industrie) (Haddad, 2018 ; Marie, 2014).

Figure 4. Taux de migration nets des territoires de l’espace caribéen (pour 1000). Périodes 1965-1970 et 2015-2020

Sources : United Nations, Department of Economic and Social Affairs, Population Division (2017). World Population Prospects : The 2017 Revision, custom data acquired via website

12Cinquante ans plus tard, la migration reste négative dans la plupart des pays de la zone, mais l’ampleur des migrations s’est considérablement ralenti, les taux de migration nets sont plus faibles et ils n’impactent plus autant la croissance démographique d’ensemble. Aux Antilles, les départs des jeunes adultes qui vont en métropole pour suivre un cycle d’étude et/ou occuper un emploi restent en nombre important (Temporal et al., 2014). Comme pour d’autres territoires caribéens (Byron, 2000), ils sont en partie compensés par les retours de natifs ou les arrivées de métropolitains et d’étrangers. L’émigration qui touche des catégories particulières de la population, comme nous le verrons dans la deuxième partie de cet article, participe cependant à la recomposition sociale de la population restée sur place (Marie et Temporal, 2011).

13La conjugaison d’un accroissement naturel très faible et de soldes migratoires négatifs explique la décroissance des Antilles françaises durant la période la plus récente.

1.2. Évolutions récentes de la fécondité, des migrations et du vieillissement

14Concentrons-nous maintenant sur les vingt dernières années pour l’analyse de l’évolution de la fécondité et de la mortalité aux Antilles et dans les autres territoires caribéens. Aux Antilles les indices de fécondité étaient déjà, au milieu des années 1990, plus faibles que ceux des autres pays de la zone. Ces indices ont légèrement diminué en 20 ans, la Martinique et la Guadeloupe restent parmi les territoires les moins féconds de l’espace Caraïbes avec des niveaux proches de deux enfants par femme (Figure 5). Cette baisse de la fécondité a concerné l’ensemble des territoires, y compris ceux à forte fécondité comme Haïti qui est passé de plus de 4,5 enfants par femme à la fin des années 1990 à moins de 3 pour la période récente. D’un autre côté, des territoires comme Cuba ou encore Trinidad et Tobago restent durablement à des niveaux de basse fécondité autour de 1,7 enfant par femme. Porto Rico et Sainte-Lucie ont les niveaux de fécondité les plus bas avec moins de 1,5 enfant par femme. On observe globalement une diminution de l’amplitude et une plus grande convergence des niveaux de fécondité dans les territoires Caraïbes.

Figure 5. Indices conjoncturels de fécondité (ICF) des territoires caribéens en 1995-2000 et 2015-2020

Figure 5. Indices conjoncturels de fécondité (ICF) des territoires caribéens en 1995-2000 et 2015-2020

Sources : United Nations, Department of Economic and Social Affairs, Population Division (2017). World Population Prospects : The 2017 Revision, custom data acquired via website

15En termes de calendrier, on note que la Guadeloupe et la Martinique se distinguent des autres territoires du bassin caribéen par un âge à la maternité plus tardif (Figure 6). C’est entre 30 et 34 ans que les femmes des Antilles ont les taux de fécondité les plus hauts alors que ce maximum est atteint à des âges plus jeunes dans les autres territoires : par exemple entre 25 et 29 ans pour Haïti et Porto-Rico ou 20-24 ans pour la République Dominicaine. Les départements des Antilles affichent également les taux de maternités précoces (15-19 ans) les plus faibles. Entre 15-19 ans les femmes des Antilles ont des taux de fécondité cinq fois plus faibles qu’en République dominicaine où les taux de fécondité avant 25 ans sont très hauts (Tomkinson et Breton, 2018).

Figure 6. Taux de fécondité par groupes d’âge dans quelques pays de l’espace caribéen en 2015-2020

Figure 6. Taux de fécondité par groupes d’âge dans quelques pays de l’espace caribéen en 2015-2020

Sources : United Nations, Department of Economic and Social Affairs, Population Division (2017). World Population Prospects : The 2017 Revision, custom data acquired via website

16Les comportements migratoires constituent une autre singularité antillaise. Les Antilles affichaient des taux de migration nets parmi les plus élevés de la zone à la fin des années 1990 avec Aruba et Antigua-et-Barbuda. Vingt ans plus tard, ces taux sont devenus négatifs et sont dans la moyenne des autres territoires de l’espace Caraïbes (Figure 7). Globalement, les taux de migrations sont moins fortement négatifs dans l’ensemble Caraïbes passant de -3,2 p. 1000 dans la période 1995-2000 à -2,8 p. 1000 en 2015-2020. Cependant, la corrélation entre les taux de migration des deux périodes est nettement moins forte que pour la fécondité. Seul Aruba a un taux positif sur les deux périodes, quelques pays qui affichaient des taux positifs ont actuellement des taux de migration négatifs (Curaçao, Bahamas, Barbade), la plupart des autres pays ont vu une diminution de l’intensité négative de la migration.

Figure 7. Taux de migrations nets des territoires caribéens en 1995-2000 et 2015-2020 (p. 1000)

Figure 7. Taux de migrations nets des territoires caribéens en 1995-2000 et 2015-2020 (p. 1000)

Sources : United Nations, Department of Economic and Social Affairs, Population Division (2017). World Population Prospects : The 2017 Revision, custom data acquired via website

17Le faible dynamisme démographique des Antilles s’est accompagné d’un vieillissement rapide des populations de la Guadeloupe et de la Martinique en raison des progrès importants qui ont été accomplis dans la baisse de la mortalité. Dans ce contexte, l’espérance de vie des populations n’a cessé de s’allonger pour atteindre un niveau très élevé en comparaison des autres territoires caribéens pour la période la plus récente. L’espérance de vie à 1 an, qui était déjà très élevée en Guadeloupe et Martinique au regard des autres pays du bassin caribéen à la fin des années 1990, l’est toujours actuellement (Figure 8). Les Antilles françaises ont le record de longévité des territoires de la zone avec une durée de vie moyenne à 1 an estimée à plus de 81 ans hommes et femmes confondus. Compte tenu des progrès dans la baisse de la mortalité, l’ensemble des pays de la zone ont vu leur durée de vie moyenne s’allonger, les progrès sont d’autant plus forts que le niveau de départ était bas. C’est le cas d’Haïti qui avec une espérance de vie à un an de 65,5 ans en 2015-2020 a obtenu un gain moyen de 5 ans supplémentaires sur la période. Ce pays reste cependant le dernier de la zone selon ce critère, loin derrière les Antilles.

Figure 8. Espérance de vie à 1 an des hommes et femmes des territoires caribéens en 1995-2000 et 2015-2020 (en années)

Figure 8. Espérance de vie à 1 an des hommes et femmes des territoires caribéens en 1995-2000 et 2015-2020 (en années)

Sources : United Nations, Department of Economic and Social Affairs, Population Division (2017). World Population Prospects : The 2017 Revision, custom data acquired via website

2. La Martinique et la Guadeloupe, deux départements parmi les plus vieillissants de France

18Après avoir analysé les dynamiques démographiques passées, sur un temps long, de la Guadeloupe et la Martinique, en les replaçant dans l’espace caribéen, nous nous attachons dans cette partie aux seuls départements antillais sur la période récente en les resituant dans leur espace national d’appartenance.

19Longtemps moins peuplée que la Martinique, la Guadeloupe devient en 1996 plus peuplée que l’île voisine dont la population n’a jamais et n’atteindra probablement jamais les 400 000 habitants. Depuis 2007 en Martinique et 2011 en Guadeloupe, la population diminue (Figure 1). Ces deux départements sont, depuis 2010, parmi les départements français dont la population diminue le plus, à la fois en valeur relative et en valeur absolue, tout particulièrement en Martinique (2e département français à perdre le plus de population en relatif après la Nièvre et 2e après Paris en absolu – pour respectivement le 7e et 11e rang pour la Guadeloupe).

20Cette décroissance démographique trouve son origine à la fois dans la baisse de la natalité et les flux d’émigration particulièrement sélectifs des jeunes natifs qui partent, notamment vers la métropole. Ces mouvements migratoires déjà étudiés dans le passé (Haddad, 2018 ; Temporal et al., 2011 ; Marie 2014) se poursuivent jusqu’à entraîner aujourd’hui une décroissance de la population totale.

21Les populations de ces deux départements sont très majoritairement composées de natifs de ces îles (plus de 80 % en légère baisse entre 2006 et 2015). Entre 2006 et 2015, seule la population des natifs vivant dans leur département d’origine diminue : celle des natifs vivant ailleurs en France et surtout celle des non-natifs vivant dans les départements antillais augmentent (Tableaux 1 et 1 bis). La croissance de la part des natifs vivant en dehors de leur département de naissance est en réalité un peu plus importante, sachant que certains quittent les départements antillais pour vivre à l’étranger, notamment au Québec et aux États-Unis.

Les recensements dans les Antilles

Il existe en Martinique et en Guadeloupe, comme dans les autres départements, des recensements de la population (1946, 1954, 1967, 1974, 1982, 1990, 1999 et en continu depuis 2004) dont les microdonnées sont disponibles, permettant des analyses croisées de la population des natifs des départements selon leur lieu de vie en France. Les données les plus récentes disponibles sont celles de 2015 (Enquêtes annuelles de recensement 2013 – 2017).

Tableau 1. Évolution de la population entre 2006 et 2015.

Tableau 1. Évolution de la population entre 2006 et 2015.

Source : Insee – Recensement 2006-2015

Tableau 1 (bis). Évolution de la population entre 2006 et 2015.

Tableau 1 (bis). Évolution de la population entre 2006 et 2015.

Source : Insee – Recensement 2006-2015

2.1. Dés émigrations sélectives selon l’âge et le sexe

22Les 266 902 natifs des Antilles qui vivent en dehors de leur département de naissance sont presque exclusivement en France métropolitaine. La proportion de natifs en métropole est nettement plus forte pour les Antillais que pour les autres Drom historiques (Temporal et al., 2011). La proportion des natifs vivant en métropole augmente entre 2006 et 2015 (Figures 9 et 10). Elle varie selon l’âge, le sexe et le territoire ; elle est maximale chez les hommes de 20-40 ans. Près de 50 % des hommes natifs des Antilles âgés de 30 ans vivent en France en dehors de leur département de naissance, c’est le cas de près de 45 % des femmes de 21 ans. Les variations sont dues à des effets d’âge (pour les jeunes actifs), mais aussi à des effets de générations, comme le montre le décalage de 10 ans de la bosse apparaissant sur les courbes à 50 ans en 2006 et 60 ans en 2015. Ces personnes sont des adultes arrivés massivement dans les années 1960 et 1970 en lien avec le BUMIDOM et qui sont restées vivre en métropole.

23Alors qu’en 2006, les proportions de natifs vivant en France en dehors de leur département de naissance étaient plus fortes pour la Guadeloupe que pour la Martinique, ce n’est plus le cas en 2015. L’effet du département de naissance n’existe plus, principalement du fait d’une augmentation plus importante pour la Martinique (Figures 9 et 10). L’effet du sexe pour sa part perdure : les hommes natifs des Antilles sont davantage concernés par les départs que les femmes et cette tendance s’accélère entre 2006 et 2015. L’effet du genre pour les départements d’outre-mer est inverse à celui observé dans les aires urbaines en décroissance, notamment celles au passé industriel (Cauchi et al., 2017). L’émigration différentielle selon le sexe est à l’origine de la dissymétrie atypique des pyramides des âges (Figure 11).

Figure 9. Proportion de natifs vivants en métropole, parmi ceux vivant en France selon le sexe et l’âge – 2006 – 2015

Figure 9. Proportion de natifs vivants en métropole, parmi ceux vivant en France selon le sexe et l’âge – 2006 – 2015

Source : Insee – Recensement 2006-2015

Figure 10. Rapport entre le % de natifs vivant en métropole de 2015 et 2006 – Guadeloupe / Martinique

Figure 10. Rapport entre le % de natifs vivant en métropole de 2015 et 2006 – Guadeloupe / Martinique

Source : Insee – Recensement 2006-2015

2.2. Un vieillissement parmi les plus forts de France

  • 1 Rapport entre les 60 ans et plus et les moins de 20 ans

24Le vieillissement de la population des Antilles est depuis plusieurs années au cœur du débat et des enjeux de ces territoires (Breton et al, 2009). En 2015, la Martinique à un indice de vieillissement1 très proche de celui de la France entière. La Guadeloupe, malgré une convergence amorcée, conserve des indices plus favorables du fait d’une population encore relativement jeune (Tableau 2 et Figure 11). Toutefois, ce sont les deux départements dont l’indice de vieillissement croît le plus fortement entre 1990 et 2015 (+178 % et +168 % contre +8 % au national), mais aussi au cours de la période plus récente, entre 2010 et 2015 (+29 % et +33 % contre +9 % nationalement). À l’horizon de 15 ans, la Guadeloupe, mais surtout la Martinique, compteront parmi les départements les plus vieux de France.

  • 2 Rapport de dépendance des jeunes (moins de 20 ans / 20 – 59 ans), des personnes âgées (60 ans et pl (...)

25Au-delà du vieillissement, les Antilles se démarquent par des variations très importantes des rapports de dépendance2 (Tableau 2). Ce sont dans ces départements que les rapports de dépendance des jeunes diminuent le plus fortement et les rapports de dépendance des personnes âgées augmentent le plus. Au final les deux effets se compensent en partie et le rapport de dépendance totale augmente raisonnablement, c’est la structure de la dépendance qui évolue fortement.

Tableau 2. Indicateurs de vieillissement et de dépendance – Martinique – Guadeloupe – 1990, 2010, 2015

Tableau 2. Indicateurs de vieillissement et de dépendance – Martinique – Guadeloupe – 1990, 2010, 2015

Source : Insee – Recensement 2006-2015

26Si le vieillissement provient en partie de la baisse très rapide de la natalité, l’origine de cette dernière tient depuis au moins 15 ans, davantage aux émigrations des femmes en âges de procréer que de la baisse de la fécondité. En effet, en base 100, l’ICF est quasi stable sur la période 1999 – 2015 alors que les naissances diminuent de 30 % (Figure 12). Les émigrations sont le principal moteur de la baisse de la natalité. Au final, les pyramides des âges de la Martinique et de la Guadeloupe en 2015 sont celles de populations relativement âgées (Figure 11).

Figure 11. Répartition par sexe et âges de la Martinique et la Guadeloupe 1990 – 2015

Figure 11. Répartition par sexe et âges de la Martinique et la Guadeloupe 1990 – 2015

Source : Insee – Recensement 2006-2015

Figure 12. Évolution de la natalité et de la fécondité – Martinique et Guadeloupe – Base 100 en 1999

Figure 12. Évolution de la natalité et de la fécondité – Martinique et Guadeloupe – Base 100 en 1999

Source : Insee – État civil - Recensements

2.3. Des émigrations très sélectionnées selon le niveau d’études des personnes

27La grande majorité des natifs ne vivant pas dans leur département de naissance vivent donc en métropole. Ce fait permet des analyses croisées relativement fines et des comparaisons entre les profils des natifs restant sur leur territoire de naissance et ceux le quittant, soit à partir des enquêtes annuelles de recensement, soit à partir du croisement d’enquêtes spécifiques de l’Ined-Insee comme MFV 2009-2010 ou TeO 2008 (Trajectoires et origines). C’est ce qu’ont fait trois auteurs dans un article publié en 2011, pour des données relatives à la fin des années 2000 (Temporal et al., 2011). Ils montrent alors la dimension sélective des migrations, notamment concernant le niveau d’études et de l’emploi. Ceux qui quittent les Antilles le font avant tout pour faire des études, mais pas seulement. En miroir, ceux restés dans leur département de naissance ont une aspiration forte à le quitter, notamment pour trouver un emploi ; s’ils ne sont pas partis, c’est avant tout pour des raisons économiques et sociales. Les auteurs montrent, à partir des données de MFV 2009-2010, que les aspirations à partir sont particulièrement fortes aux Antilles (tout particulièrement en Martinique) et d’autant plus fortes que les personnes sont diplômées et sans attache familiale au moment de l’enquête. Ainsi, l’enquête MFV révèle que plus des deux tiers des jeunes martiniquais âgés de 18 à 34 ans déclaraient être prêts à quitter leur département si un emploi leur était proposé ailleurs. Qu’en est-il de ce phénomène presque 10 ans après ?

  • 3 Les OR sont calculés à partir des données du tableau 3

28Nous ne conservons maintenant que la population native des Antilles (Martinique et Guadeloupe confondues), âgée de 25 à 34 ans et présente en France en 2015. On exclut la classe d’âge des 18-24 ans, au sein de laquelle les étudiants sont majoritaires, la poursuite d’études dans le supérieur étant une des motivations à la migration. Rien n’empêcherait, a priori, ces natifs de regagner ensuite leur département de naissance. Mais dans la réalité ce n’est pas le cas. Une proportion importante d’entre eux semblent poursuivre leur vie en métropole, respectivement 40,6% des femmes natives et 46,9% des hommes natifs âgés de 25 à 34 ans y vivent en 2015 (Tableau 3). Cette proportion est d’autant plus forte, que le niveau d’études est important (Tableau 3). Si l’effet du diplôme s’observe chez les hommes et les femmes, ces dernières, qu’elles vivent en métropole ou dans leur département de naissance, ont un niveau d’études supérieur. Toutefois, le contraste logistique mesurant l’effet du territoire de vie pour les diplômés est quasiment identique pour les hommes et les femmes (respectivement OR=1,9 et 1,83), tout comme celui mesurant l’effet du sexe dans les différents territoires (respectivement OR=1,9 et 2,0).

Tableau 3. Part des natifs vivant en métropole et répartition selon niveau d’études des natifs des Antilles de 25-34 ans – Année 2015

Tableau 3. Part des natifs vivant en métropole et répartition selon niveau d’études des natifs des Antilles de 25-34 ans – Année 2015

Grille de lecture :

  • 30,8% des hommes natifs des Antilles, âgés de 25 à 34 ans et n’ayant aucun diplôme ou un diplôme inférieur au BEPC, vivent en métropole contre 57,7% de ceux ayant un diplôme du supérieur.

  • 36,9% des hommes natifs des Antilles, âgés de 25 à 34 ans et vivant en métropole ont un diplôme de niveau supérieur contre 23,9% de ceux vivant dans leur département de naissance.

Source : Insee – Recensement 2006-2015

29Si les natifs vivant en métropole sont plus diplômés, ils sont surtout nettement plus souvent actifs occupés et cela quels que soient le sexe et le niveau d’études de la personne (Figure 13). Toutefois, l’effet du lieu de vie, symbolisé par la pente des droites, diminue pour les plus diplômés. Pour les moins diplômés, l’effet du territoire (selon une échelle semi-logistique) est particulièrement important, notamment pour les femmes : elles sont seulement 23% à être actives occupées quand elles vivent dans leur département de naissance contre 51% de celles vivant en métropole, soit plus de deux fois plus. Les proportions sont respectivement de 34% et 59% pour les hommes. L’effet du sexe n’existe pas pour les plus diplômés, qu’ils vivent en métropole ou dans leur département de naissance. Le niveau d’études plus faible et le fait de vivre dans son département de naissance est plus pénalisant sur le marché de l’emploi pour les femmes que pour les hommes. Derrière ce résultat, on pressent une différence de genre concernant le devenir et les trajectoires familiales des moins diplômés, et notamment le « choix » de l’entrée dans la vie reproductive pour les femmes.

Figure 13. Proportion des 25-34 ans actifs occupés selon le niveau d’études, le lieu de vie et le sexe – Année 2015 – natifs de Martinique et Guadeloupe

Figure 13. Proportion des 25-34 ans actifs occupés selon le niveau d’études, le lieu de vie et le sexe – Année 2015 – natifs de Martinique et Guadeloupe

Source : Insee – Recensement 2006-2015

  • 4 Résultats non présentés dans un tableau dans l’article.

30Les personnes qui ne sont pas actives occupées sont majoritairement au chômage. La proportion de chômeurs parmi ceux qui n’occupent pas d’emploi varie selon le niveau d’études, mais peu selon le sexe et le territoire de vie. Elle est plus faible pour les plus diplômés et les moins diplômés (respectivement 66% et 63% contre 76% et 72% pour ceux dont le diplôme maximum est le CAP/BEP et le Baccalauréat4). Mais les natifs resteraient-ils en métropole s’ils avaient l’opportunité d’obtenir un emploi équivalent dans leur département de naissance ? Il est difficile de répondre à cette question. Le taux d’emploi plus favorable de ceux vivant en métropole trouve peut-être son origine dans la nature des diplômes obtenus au sein de chacun des groupes, mais aussi dans l’offre d’emploi et sa structure dans chacun des territoires. Le croisement entre le niveau d’étude et la catégorie socioprofessionnelle des 25-34 ans actifs occupés et diplômés du supérieur livre des informations précieuses (Figure 14). Ainsi, la répartition selon la catégorie socioprofessionnelle varie selon le territoire de vie. Chez les hommes diplômés du supérieur, la proportion de personnes occupant un emploi de cadre est nettement plus faible pour ceux vivant dans leur département de naissance (16%) que ceux vivant en métropole (37%), signe d’un plus fort déclassement. Ce dernier est encore plus fort chez les femmes (elles sont seulement respectivement 16% et 25% à être cadres). La différence s’explique entièrement par la proportion de cadres dans le secteur privé. L’atrophie du secteur privé aux Antilles est probablement la principale cause de la non-attractivité de ces départements pour les natifs les plus diplômés. Le rôle joué par le secteur public, durant la période de « rattrapage » des écarts de développement avec la métropole, qui a offert de nombreuses opportunités aux natifs les plus diplômés dans le secteur public, semble définitivement terminé. Comme si ces territoires qualifiés parfois d’« économies de rente administrative », marquées par une hypertrophie du secteur public au détriment du privé, marquées aussi par des taux de chômage très élevés et des taux d’émigration importants selon le modèle MIRAB (Poirine, 1994) n’avaient pas d’autres choix de stratégies de développement (Dehoorne, 2014).

Figure 14. Répartition des 25-34 ans actifs occupés, ayant un niveau d’études supérieures selon le lieu de vie et le sexe – Année 2015 – natifs de Martinique et Guadeloupe

Figure 14. Répartition des 25-34 ans actifs occupés, ayant un niveau d’études supérieures selon le lieu de vie et le sexe – Année 2015 – natifs de Martinique et Guadeloupe

Source : Insee – Recensement 2006-2015

2.4. Le vieillissement un enjeu de développement économique pour les Antilles dans son espace Caraïbes ?

31Les résultats présentés dans cet article montrent la singularité démographique des Antilles dans l’espace Caraïbes, mais aussi dans l’espace national. Pris entre deux aires culturelles et politiques, les Antilles semblent toutefois s’approcher davantage du modèle national que régional. Après s’être distingués par un dynamisme démographique fort et une transition démographique très rapide, à l’instar de nombreuses îles des Caraïbes, les deux départements antillais se trouvent face à un défi important, difficile à imaginer il y a encore 30 ans, celui d’un vieillissement accéléré. Si les personnes âgées vivent en relative bonne santé aux Antilles, d’un niveau comparable à la métropole (Crouzet, 2018), les émigrations, souvent définitives, viennent fortement réduire le réseau d’aidants potentiels vivant aux côtés des plus âgés. C’est clairement ce que montrent les résultats de l’enquête MFV 2009 – 2010 : 70% des hommes et femmes de 70-79 ans nés et vivants en Martinique et en Guadeloupe avaient au moins un enfant résidant en dehors du département et 15% n’avaient aucun enfant (Beaugendre et al., 2016 ; 2018). Si ces situations existent aussi en métropole, notamment dans les départements ruraux, les distances et les frais de déplacement sont sans comparaison possible. Cette situation s’est probablement accrue depuis 2009-2010 compte tenu de l’accélération des émigrations que nous avons mises en évidence dans cette partie. La prochaine enquête MFV dont la collecte sera réalisée en 2020 aux Antilles devrait permettre de vérifier et d’actualiser ces constats.

32On peut se demander alors en quoi le vieillissement de la population des départements antillais pourrait être un outil de développement économique ? D’abord, en valorisant les structures et les compétences sanitaires liées au vieillissement de la population et en étoffant l’offre de soins, non seulement pour les habitants des Antilles, mais aussi pour ceux de l’espace Caraïbes. Le vieillissement de la population, couplé au rétrécissement du réseau des aidants potentiels est également une opportunité pour la création d’emplois spécifiques dans le domaine de l’aide à domicile et de la prise en charge de la dépendance avec la mise en place de formations adaptées à destination des populations faiblement diplômées et actuellement en sous-emploi. C’est en tout cas les préconisations formulées par de nombreux experts des politiques publiques (Sudrie et al., 2015 ; Marie, 2018).

Conclusion

33Comme pour l’ensemble des territoires de l’espace caribéen, les îles de Guadeloupe et Martinique autrefois marquées par des taux de croissance de leur population très élevés ont connu un fort ralentissement de leur accroissement démographique. Les taux de croissance négatifs qui affectent aujourd’hui les Antilles, synonymes de dépopulation, constituent une exception dans la région Caraïbes. La fécondité a baissé partout au sein de la Caraïbe où le modèle de basse fécondité est largement répandu alors que la mortalité diminue entraînant une hausse de l’espérance de vie qui atteint les niveaux les plus élevés dans les îles françaises. Aux Antilles, les taux de migration négatifs qui affectent principalement les jeunes de moins de 30 ans se situent dans la moyenne des autres territoires de l’espace caribéen, ils contribuent à réduire le nombre de jeunes femmes en âge de procréer et expliquent pour beaucoup la baisse de la natalité. Les effets de la baisse de la natalité, de l’allongement de l’espérance de vie et de l’émigration des jeunes adultes se conjuguent pour accélérer le phénomène de vieillissement des populations antillaises par le bas, le milieu et le haut de la pyramide des âges. Ce phénomène est aujourd’hui très marqué en Martinique qui a des indices de vieillissement comparables à l’ensemble de la France métropolitaine et qui devrait selon les projections figurer parmi les départements les plus vieux de France d’ici 15 ans.

34L’absence de perspectives d’emploi dans ces îles explique pour beaucoup que les jeunes adultes privilégient un départ en métropole pour les études et un travail et s’installent durablement hors de leur département. L’émigration recompose fortement les populations restées sur place en amputant les classes d’âges des jeunes actifs et des plus diplômés. Dans ce contexte de faibles dynamismes démographique et économique, les transferts sociaux constituent un « filet » de sécurité nécessaire pour les plus éloignés du marché du travail et les retraités à faibles revenus et pose la question de la durabilité du modèle de développement de ces territoires. Quelles stratégies et opportunités de développement peuvent soutenir les collectivités publiques ?

35Comme semblent le préconiser quelques experts et responsables locaux, le vieillissement et ses enjeux en termes de prise en charge des personnes âgées et de la dépendance pourraient constituer une opportunité en termes de développement économique et d’emploi si une politique volontariste était mise en place.

Haut de page

Bibliographie

Beaugendre, C., Breton, D. Marie, C. (2016). « Faire famille à distance » chez les natifs des Antilles et de La Réunion. Recherches familiales, 13(1) : 35-52.

Beaugendre, C., Breton, D. Marie, C. (2018). « Lieux de la famille et solidarités intergénérationnelles aux Antilles et à la Réunion », in La famille à distance : mobilités, territoires et liens familiaux, Paris : Ined, chap. 10 : 237-254

Breton, D., Condon, S., Marie, C-V. & Temporal, F. (2009). « Les départements d’Outre-Mer face aux défis du vieillissement démographique et des migrations », Population et sociétés, n° 460, Octobre, 4p.

Byron, M. (2000). Return Migration to the Eastern Caribbean: Comparative Experiences and policy Implications. Social and Economic Studies, 49(4) : 155-188

Cauchi-Duval, N., Cornuau, F., Rudolph, M. (2017). La décroissance urbaine en France : les effets cumulatifs du déclin, Métropolitiques, URL : http://www.metropolitiques.eu/La-decroissance-urbaine-en-France,1093.html

Charbit, Y. (1980). Transition démographique aux Antilles françaises, Population et Sociétés n° 139, INED, 4 p.

Charbit, Y., (1987). Famille et nuptialité dans la Caraïbe, Cahiers n° 114, INED, Paris, 414 p.

Constant, F. (1987). « La politique française de l’immigration antillaise de 1946 à 1987 », Revue européenne des migrations internationales, 3(3) : 9-30.

Crouzet, M. (2018) « Vieillissement et perte d’autonomie aux Antilles et à La Réunion : des situations en outremer contrastées », Espace populations sociétés, mis en ligne le 22 juin 2018, http://journals.openedition.org/eps/7658 ; DOI : 10.4000/eps.7658

Dehoorne, O. (2014). « Les petits territoires insulaires : positionnement et stratégies de développement », Études caribéennes, 27-28 | Avril-Août 2014, mis en ligne le 14 août 2014, consulté le 19 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/7250 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.7250

Domenach, H. (2002). « L’évolution au XXe siècle du système démographique et migratoire caribéen », Hommes et Migrations, n° 1237, Diasporas caribéennes : 13-25

Domenach, H., Picouet, M. (1992). La dimension migratoire aux Antilles. Paris, Economica, 254 p.

Guzmán, J., Rodríguez, J., Martínez, J., Contreras, J. & González, D. (2006). « La démographie de l’Amérique latine et de la Caraïbe depuis 1950 ». Population, vol. 61(5) : 623-733

Haddad, M. (2018) « L’effet d’une politique d’État sur les migrations DOM-métropole. Les enseignements des recensements de 1962 à 1999 ». Population, vol. 73(2) : 191-224.

Leridon, H., Charbit, Y. (1980). Transition démographique et modernisation en Guadeloupe et en Martinique, Cahiers n° 89, Paris, INED, 308 p.

Marie, C-V. (2014). Les DOM à l’Horizon 2030 – Entre migrations, vieillissement et précarité : quel projet de société », Note de travail pour le commissariat général à la stratégie et à la prospective – « Quelle France dans 10 ans ? » – Séminaire outre-mer, 26 p.

Marie, C-V. (2014). « Des “Nés” aux “Originaires” Dom en métropole : les effets de cinquante ans d’une politique publique ininterrompue d’émigration ». Informations sociales, 186(6) : 40-48.

Marie, C-V., Temporal, F. (2011). « Les DOM : terres de migrations », Espace populations sociétés, : 475-491.

Pastor, R. (1985). Migration and development in the Caribbean: the unexplored connection / edited by Robert A. Pastor, Westview Press, 1985 - 455 p

Poirine, B. (1994). “Rent, emigration and unemployment in small islands: The MIRAB model and the French overseas departments and territories”, World Development, Volume 22, Issue 12 : 1997-2009

Rallu, J-L, Diagne, A. (2005). « La population des départements d’outre-mer depuis les années 1950 », in La population de la France : évolutions démographiques depuis 1946, Pessac, Cudep, : 103-125.

Sudrie, O., Marie, C-V., Bernou, B. (2015). Vieillissement de la population en Martinique : Une analyse prospective des enjeux socioéconomiques, Études de l’AFD, n° 1, 78p.

Temporal, F., Marie, C-V & Bernard, S. (2011). « Insertion professionnelle des jeunes ultramarins : DOM ou métropole ? ». Population, vol. 66(3) : 555-599

Tomkinson, J., Breton, D. (2018). « Adolescent childbearing in Martinique and Guadeloupe: An exception in the Caribbean and a resistance to the French fertility model », XXVIIIe Congrès mondial de la population, IUSSP, session 702, long abstract, 4p. – en ligne.

Haut de page

Notes

1 Rapport entre les 60 ans et plus et les moins de 20 ans

2 Rapport de dépendance des jeunes (moins de 20 ans / 20 – 59 ans), des personnes âgées (60 ans et plus / 20-59 ans) et total (somme des deux).

3 Les OR sont calculés à partir des données du tableau 3

4 Résultats non présentés dans un tableau dans l’article.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Évolution de la population de la Martinique et de la Guadeloupe de 1954 à 2017
Crédits Source : Insee, recensements de la population, 1954 à 2017
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16864/img-1.png
Fichier image/png, 73k
Titre Figure 2. Taux d’accroissement annuels moyens des territoires de l’espace caribéen (en %) – Périodes 1965-1970 et 2015-2020
Crédits Sources : United Nations, Department of Economic and Social Affairs, Population Division (2017). World Population Prospects : The 2017 Revision, custom data acquired via website.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16864/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 3. Taux d’accroissement naturel des territoires de l’espace caribéen (pour 1000). Périodes 1965-1970 et 2015-2020
Crédits Sources : United Nations, Department of Economic and Social Affairs, Population Division (2017). World Population Prospects : The 2017 Revision, custom data acquired via website
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16864/img-3.png
Fichier image/png, 43k
Crédits Sources : United Nations, Department of Economic and Social Affairs, Population Division (2017). World Population Prospects : The 2017 Revision, custom data acquired via website
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16864/img-4.png
Fichier image/png, 47k
Titre Figure 5. Indices conjoncturels de fécondité (ICF) des territoires caribéens en 1995-2000 et 2015-2020
Crédits Sources : United Nations, Department of Economic and Social Affairs, Population Division (2017). World Population Prospects : The 2017 Revision, custom data acquired via website
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16864/img-5.png
Fichier image/png, 64k
Titre Figure 6. Taux de fécondité par groupes d’âge dans quelques pays de l’espace caribéen en 2015-2020
Crédits Sources : United Nations, Department of Economic and Social Affairs, Population Division (2017). World Population Prospects : The 2017 Revision, custom data acquired via website
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16864/img-6.png
Fichier image/png, 104k
Titre Figure 7. Taux de migrations nets des territoires caribéens en 1995-2000 et 2015-2020 (p. 1000)
Crédits Sources : United Nations, Department of Economic and Social Affairs, Population Division (2017). World Population Prospects : The 2017 Revision, custom data acquired via website
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16864/img-7.png
Fichier image/png, 71k
Titre Figure 8. Espérance de vie à 1 an des hommes et femmes des territoires caribéens en 1995-2000 et 2015-2020 (en années)
Crédits Sources : United Nations, Department of Economic and Social Affairs, Population Division (2017). World Population Prospects : The 2017 Revision, custom data acquired via website
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16864/img-8.png
Fichier image/png, 70k
Titre Tableau 1. Évolution de la population entre 2006 et 2015.
Crédits Source : Insee – Recensement 2006-2015
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16864/img-9.png
Fichier image/png, 36k
Titre Tableau 1 (bis). Évolution de la population entre 2006 et 2015.
Crédits Source : Insee – Recensement 2006-2015
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16864/img-10.png
Fichier image/png, 28k
Titre Figure 9. Proportion de natifs vivants en métropole, parmi ceux vivant en France selon le sexe et l’âge – 2006 – 2015
Crédits Source : Insee – Recensement 2006-2015
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16864/img-11.png
Fichier image/png, 150k
Titre Figure 10. Rapport entre le % de natifs vivant en métropole de 2015 et 2006 – Guadeloupe / Martinique
Crédits Source : Insee – Recensement 2006-2015
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16864/img-12.png
Fichier image/png, 68k
Titre Tableau 2. Indicateurs de vieillissement et de dépendance – Martinique – Guadeloupe – 1990, 2010, 2015
Crédits Source : Insee – Recensement 2006-2015
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16864/img-13.png
Fichier image/png, 67k
Titre Figure 11. Répartition par sexe et âges de la Martinique et la Guadeloupe 1990 – 2015
Crédits Source : Insee – Recensement 2006-2015
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16864/img-14.png
Fichier image/png, 104k
Titre Figure 12. Évolution de la natalité et de la fécondité – Martinique et Guadeloupe – Base 100 en 1999
Crédits Source : Insee – État civil - Recensements
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16864/img-15.png
Fichier image/png, 63k
Titre Tableau 3. Part des natifs vivant en métropole et répartition selon niveau d’études des natifs des Antilles de 25-34 ans – Année 2015
Légende Grille de lecture :
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16864/img-16.png
Fichier image/png, 40k
Titre Figure 13. Proportion des 25-34 ans actifs occupés selon le niveau d’études, le lieu de vie et le sexe – Année 2015 – natifs de Martinique et Guadeloupe
Crédits Source : Insee – Recensement 2006-2015
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16864/img-17.png
Fichier image/png, 51k
Titre Figure 14. Répartition des 25-34 ans actifs occupés, ayant un niveau d’études supérieures selon le lieu de vie et le sexe – Année 2015 – natifs de Martinique et Guadeloupe
Crédits Source : Insee – Recensement 2006-2015
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16864/img-18.png
Fichier image/png, 53k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Breton et Franck Temporal, « Décroissance démographique et vieillissement : une exception des Antilles françaises dans l’espace Caraïbes ? », Études caribéennes [En ligne], 43-44 | Août-Décembre 2019, mis en ligne le 30 octobre 2019, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/16864 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.16864

Haut de page

Auteurs

Didier Breton

Université de Strasbourg, UMR Sage n° 7363, dbreton@unistra.fr

Franck Temporal

Université Paris Descartes, UMR 196 Ceped, franck.temporal@ceped.org

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals