Navigation – Plan du site
Dynamique de population et contraintes extérieures

Vieillissement de la population caribéenne, une mosaïque de situations, un enjeu pour demain

Ageing of Caribbean Population, a Mosaic of Situations, a Challenge for Tomorrow
El envejecimiento de la población caribeña, un mosaico de situaciones, un reto para el futuro
Pascal Buléon et Frédérique Turbout

Résumés

Longtemps perçue comme une région démographiquement jeune et dynamique, la Caraïbe connaît depuis une dizaine d’années les premiers signes de vieillissement de sa population.
Cette évolution s’est faite progressivement, au fur et à mesure de l’amélioration des conditions sanitaires, sociales et du niveau de vie des populations. Cette tendance au vieillissement des structures démographiques est le fruit d’une évolution somme toute classique des populations, liée à la transition démographique. Cette transition se traduit par une modification des comportements des sociétés en matière de natalité et de fécondité et une amélioration des conditions engendrant une baisse de la mortalité, et particulièrement de la mortalité infantile. Les pays de la Caraïbe confrontés depuis dix ans à ces différentes étapes de la transition démographiques connaissent aujourd’hui des stades plus ou moins avancés dans le vieillissement de leur population. Il s’agit donc d’établir un état des lieux de ces situations en qualifiant les stades d’évolution de chaque état composant la Caraïbe tout en s’appuyant sur quelques exemples emblématiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1 Nuances variées de populations, d’histoires, de cultures, de traditions et d’économies, la Caraïbe est faite de cela. Longtemps perçue comme une région jeune et dynamique, la Caraïbe a, au fil du temps et au gré des progrès socio-économiques, évolué vers des comportements démographiques jusque là réservés aux régions d’Europe de l’Ouest. Elle connaît en réalité, depuis une dizaine d’années, les premiers signes de vieillissement de sa population.

2Cette évolution s’est faite progressivement, sur le temps long, et signifie une amélioration majeure des conditions de vie, une évolution positive des sociétés. Cependant, à plus longues échéances, cette évolution nommée « transition démographique » engendre un vieillissement quasi inéluctable de la population. Cette transition se traduit par un changement des comportements sociaux en matière de naissances alors même qu’une amélioration des conditions de vie engendre un recul de la mortalité. Le processus se décline communément en quatre grandes étapes qui permettent d’identifier différents stades d’évolution, la dernière étape conduisant immanquablement au vieillissement de la population.

3 Les pays de la Caraïbe confrontés depuis dix ans à ces différentes phases de la transition démographique connaissent aujourd’hui des stades plus ou moins avancés dans le vieillissement de leur population. Établir un état des lieux de ces situations en qualifiant les stades d’évolution des États caribéens tout en s’appuyant sur quelques exemples représentatifs peut permettre une meilleure prise en compte des possibles futurs et des enjeux du vieillissement dans des sociétés peu préparées à de telles évolutions, tant économiquement que socialement.

4En 2000, l’UNESCO alertait sur la situation à venir en annonçant que « (…) le vieillissement sera spectaculaire dans le monde en développement, des pays comme le Brésil, le Mexique verront leur population de personnes âgées se multiplier par 15 (…). »

5 C’est là tout l’enjeu du vieillissement dans cette zone, tout l’intérêt de prendre la mesure de ces évolutions, d’autant que nombre de ces pays deviennent des destinations privilégiées de jeunes retraités. Comment gérer ce vieillissement structurel et ce vieillissement lié aux migrations ? Comment anticiper les enjeux économiques de telles évolutions ? Le vieillissement sera-t-il une nouvelle source de tensions entre États, à l’origine de nouveaux flux migratoires entre pays ? Pour toutes ces questions, il convient avant tout de poser le diagnostic de l’état démographique de la zone et des perspectives à moyen terme.

1. Un vieillissement à plusieurs vitesses

6Une population ne vieillit pas instantanément. Ce processus est le fruit d’une évolution longue, établie sur plusieurs générations qui conduit immanquablement à la modification des structures démographiques d’un pays, d’une région, d’une île et qui est le résultat d’une amélioration louable des conditions et du niveau de vie des sociétés.

7La Caraïbe s’inscrit dans ce processus. L’amélioration des conditions de vie, du niveau sanitaire, des politiques sociales, des réseaux d’échanges, de l’autosuffisance alimentaire et de la lutte contre les maladies endémiques a conduit les différents pays de la zone à entamer leur transition dans la décennie 1970. Ces processus ont été plus tardifs qu’en Europe, mais ils se sont produits à des rythmes plus accélérés tout en concernant des volumes de population moindres, particulièrement dans les espaces insulaires. On parvient aujourd’hui à identifier des ensembles de pays qui correspondent aux positionnements démographiques de chaque État ou entité dans les quatre phases que compte la transition démographique.

1.1. La transition démographique, un catalyseur du vieillissement ?

8Avant de poursuive plus avant dans l’analyse des différentes situations démographiques présentes dans la Caraïbe et de leurs possibles évolutions, il est nécessaire de rappeler la relation étroite qui existe entre transition démographique et vieillissement de la population.

9La transition démographique, sous l’effet de leviers sociaux, sanitaires et économiques permet à un pays de restreindre le nombre de ses naissances et de ses décès, particulièrement en bas âge et le fait passer ainsi d’un régime qualifié de haut - où la natalité, la fécondité et la mortalité se situent à des niveaux élevés - à un régime bas, conduisant à une réduction du nombre des naissances, à une baisse notable de la mortalité et à un accroissement faible, voire une évolution négative de sa population. Cette phase conduit irrémédiablement au vieillissement de la population. Ces étapes de la transition démographique (Fig. n° 1) mises en lumière par le démographe théoricien Alfred Sauvy ont trouvé leur expression dans les évolutions démographiques des pays européens depuis la Seconde Guerre mondiale. Gérard-François Dumont (G. F. Dumont, 1992) expliquait ainsi le processus : « Tout pays qui suit le schéma de la transition démographique, après une première baisse conséquente de sa mortalité, voit dans une seconde étape baisser sa natalité qui finit par atteindre de bas niveaux. Toute baisse notable et durable de la natalité engendre le processus de vieillissement, ainsi tout pays qui traverse la transition démographique finit par enclencher dans la fin de la seconde étape un processus de vieillissement. »

10Condamnés au vieillissement, les pays qui entrent dans la transition démographique le font à des rythmes différents. Les stades d’évolution sont propres à chaque État de la Caraïbe, tous les pays ne sont pas concernés dans les mêmes proportions et aux mêmes échéances.

Figure n° 1 : Schéma de la transition démographique

Figure n° 1 : Schéma de la transition démographique

Auteur : F. Turbout, MRSH Université de Caen Normandie, 2018.

1.2. Une mosaïque de situations, reflet de la transition démographique

11Si la transition a débuté en Europe, et plus particulièrement en France, dès la fin du XVIIIe siècle, la région Caraïbe devra attendre deux siècles pour que les premiers processus se mettent en œuvre. Ils sont le fruit d’une évolution des comportements en matière de natalité et de fécondité qui tendent à se calquer sur les modèles comportementaux des métropoles outre-Atlantique favorisés en partie par une forte émigration des Antillais vers l’Europe et par des évolutions propres aux sociétés locales. Les naissances baissent peu à peu dans des États tels que Cuba, Barbade, Anguilla ou les Antilles néerlandaises et plus globalement dans l’ensemble des Petites Antilles.

12Dans le même temps, les deux décennies 1950 et 1960 verront reculer rapidement la mortalité, particulièrement celle qui frappe les plus jeunes ; les programmes de vaccination, le suivi périnatal et l’accès aux antibiotiques encourageant cette baisse. À la fin du XIXe siècle, la mortalité infantile était très élevée, un enfant sur trois n’atteignait pas l’âge de 5 ans. L’espérance de vie était faible, un Caribéen sur trois mourait avant 60 ans. Aujourd’hui l’espérance de vie atteint 73 ans dans la zone et devrait gagner 5 ans d’ici à 2050. Les progrès en matière de santé sont indéniables. Certains États de la zone s’illustrent particulièrement dans ce domaine tel Cuba qui dispose d’un personnel soignant en nombre (59 médecins pour 10 000 habitants). À titre de comparaison, la France possède 34 médecins pour 10 000 habitants, et les États-Unis, seulement 26. Les pathologies dominantes évoluent et se calquent sur les grands fléaux mondiaux que sont les maladies cardio-vasculaires. Le sida fait encore des ravages dans quelques pays de la zone, particulièrement dans le Guyana, le Suriname, Haïti et la République dominicaine. Malgré tout, les efforts de lutte contre les maladies se poursuivent encore aujourd’hui et ont un impact direct sur le niveau de mortalité et l’allongement de l’espérance de vie. L’urbanisation a également joué un rôle majeur dans l’évolution des conditions de vie et des comportements. L’attrait qu’ont suscité les villes et l’exode rural massif des années 1950-60 ont entraîné le développement rapide d’une urbanisation parfois anarchique. Aux côtés d’autres effets négatifs, ces arrivées de populations dans les villes permettent la diffusion de certains progrès. L’accès aux soins est facilité, les comportements sanitaires évoluent. L’accès à la scolarisation et à l’éducation fait reculer l’âge au mariage et encourage la diffusion des méthodes de contraception, alors même que les comportements maritaux se modifient.

13Tous les ingrédients sont alors réunis pour permettre l’entrée dans le processus de transition démographique.

1.2.1. Le stade premier de la transition devient une exception dans la Caraïbe

14Lorsque débute la transition démographique, les indicateurs de natalité et de mortalité évoluent à des rythmes différents, se répondant en quelque sorte l’un à l’autre. C’est avant tout la mortalité qui s’abaisse, et plus particulièrement la mortalité infantile. Durant cette phase de décroissance, fruit d’une amélioration des conditions sanitaires et sociales, le nombre moyen de naissances se maintient à un rythme soutenu, l’excédent naturel dégagé est donc élevé. Dans la Caraïbe, seul un pays se situe à ce stade de la transition démographique aujourd’hui ; il s’agit d’Haïti (Tableau n° 1).

15Tous les indicateurs, natalité, mortalité ou accroissement naturel sont très élevés par rapport au profil démographique de l’ensemble de la zone. Le taux de natalité est établi entre 2010 et 2015 à 23,3 ‰ alors que le taux de mortalité est encore de 8,9 ‰ et que l’accroissement naturel dépasse 16 % (Tableau n° 1). Les naissances restent donc très élevées tout comme les décès témoignant d’un pays entrant tout juste dans la phase 2 du processus de transition démographique, même si sur les vingt dernières années, on observe une baisse de tous ces indicateurs. Leurs niveaux restent supérieurs à la moyenne de la zone. Les grandes fragilités économiques et sociales d’Haïti expliquent en grande partie de tels résultats, renforcés par des accidents climatiques et tectoniques à répétition, des problèmes sanitaires aigus et des difficultés politiques et sociales majeures.

Tableau 1. Indicateurs démographiques - stade 2

Pays

Taux de natalité (‰)

Taux de mortalité (‰)

Taux d’accroissement naturel (%)

Haïti

25,5

8,9

16,6

Rappel : moyenne Caraïbe

17,8

7,6

10,2

Sources : Cepalstat 2018, ONU, Division de la population, World population prospects, 2018.

16 Seul cet État est encore au stade 2 de la transition. On peut espérer qu’une amélioration des conditions économiques et sociales puisse lui permettre de franchir cette étape et de parvenir au stade suivant de la transition démographique, celle où natalité et mortalité entament une baisse marquée sur des temps plus ou moins longs, selon les pays. C’est cette variabilité temporelle qui engendre les différences de positions dans la troisième et quatrième phase de la transition démographique. Il est important de souligner à ce stade de l’analyse que tous les pays ne partent pas avec le même degré de handicap. Les niveaux de naissances et de décès sont variables d’une entité à une autre et c’est cette variabilité qui donne à la Caraïbe, cette image de mosaïque démographique.

1.2.2. Le stade intermédiaire, mosaïque de situations reflet d’une variété de comportements

17L’essentiel des pays de la zone Caraïbe se situe en phase d’achèvement de leur transition démographique (phase 3 et 4). La variété des trajectoires démographiques empruntées par les différents États et entités du bassin caribéen aboutit à une mosaïque de situations et de stades d’avancement, tous les pays n’étant pas entrés en même temps dans la transition démographique, avec des niveaux identiques de naissances et de décès, des rythmes similaires et des accidents semblables. On peut néanmoins tenter de situer plus précisément les entités observées en matière de comportements démographiques sur une période allant de 2010 à 2015. Les regroupements proposés dans la suite de ce propos et qui tiennent compte du niveau atteint par les taux de natalité, de mortalité et d’accroissement naturel de chacun des États de la Caraïbe, permettent de mettre en lumière 3 groupes différents (G1, G2, G3). Les différents États ont été regroupés en répartissant les trois variables citées précédemment (naissances, décès, accroissement naturel) autour de la moyenne globale de l’ensemble de la zone.

18 Le premier de ces ensembles (G1) compte le Guatemala, le Honduras et la Guyane française. Dans ces pays, la natalité est élevée, comprise entre 21,8 ‰ et 26,6 ‰. Le taux d’accroissement naturel est également très fort, compris entre 15,5 et 22,7 %. Par contre, la mortalité est très faible, moins de 5,2 ‰, parmi les taux de mortalité les plus faibles enregistrés dans la zone Caraïbe sur la période 2010-2015. Cette situation démographique est typique de pays entrant dans la troisième phase de la transition, c’est-à-dire celle qui se caractérise par une chute de la mortalité alors même que les indicateurs de naissances restent très élevés. L’excédent naturel dégagé (différence entre naissances et décès) est donc très important et assure une croissance forte de la population. Ainsi entre 2005 et 2015, le Guatemala a gagné près de 3,1 millions d’habitants, soit une hausse de près de 24,7 % de sa population, et le Honduras suit la même tendance avec une croissance de quelque 20 % de sa population sur la même période (Tableau n° 2).

19 Le second groupe de pays (G2) regroupe plusieurs variantes. Le Guyana, le Suriname et l’île de Grenade présentent des trajectoires d’indicateurs qui suivent encore une courbe élevée, le nombre des naissances pour 1 000 habitants variant entre 17 et 22, le taux de mortalité est encore élevé (ce qui le différencie du groupe 1) même s’il commence à s’abaisser et le taux d’accroissement naturel est lui aussi dans le haut de la courbe, entre 10,8 et 15,5 %. Il s’agit de pays qui entrent dans la troisième phase de la transition démographique. Très proches de ce stade, le Salvador, le Venezuela et la République dominicaine ne se distinguent que par un taux de mortalité plus à la baisse, entre 5,2 et 6,7 ‰ dans la moyenne de l’ensemble de la zone. Le Mexique, le Nicaragua et le Panama présentent des profils similaires, mais le nombre de décès pour mille habitants est au niveau le plus bas de l’ensemble des États composant la Caraïbe, soit entre 3,1 et 5,2 ‰. Enfin, les Bahamas, le Costa Rica et la Colombie affichent des taux de mortalité situés dans la moyenne de la zone caribéenne. L’accroissement naturel permet encore d’assurer une croissance de la population et même si comme le sous-groupe précédent, ces pays sont en cours d’achèvement de leur transition démographique, ils se destinent dans les prochaines décennies à entamer une stabilisation de leurs naissances et de leurs décès, conduisant peu à peu au vieillissement de leurs structures démographiques.

20 Le troisième groupe de pays (G3) est celui qui se situe à la charnière entre stabilisation des indicateurs démographiques (phase 4 - post-transitionnelle) et basculement dans la phase 5 caractérisée par une entrée dans le vieillissement. La Jamaïque, Saint-Vincent-et-Les-Grenadines et les Îles Vierges américaines affichent des indicateurs « moyens », tant en matière de natalité que de mortalité. Ils présentent cependant une particularité notable : ils connaissent tous depuis une vingtaine d’années, une hausse de leurs taux de mortalité. Ce niveau élevé annonce les signes avant-coureurs du vieillissement. La population âgée plus nombreuse, dont la propension au décès est potentiellement plus élevée que les classes d’âge plus jeunes, influence le taux de mortalité. Dans ces îles, l’accroissement annuel de la population est faible, voire négatif, comme dans les Îles Vierges américaines où il se situe à - 0,22 % en 2016.

Tableau 2. Indicateurs démographiques - stades 3 et 4

Groupes

Pays

Taux de natalité

(‰)

Taux de mortalité (‰)

Taux d’accroissement naturel (%)

G1

Guatemala

26,6

5,0

21,7

Honduras

23,0

4,8

18,2

Guyane française

25,8

3,1

22,7

G2

Guyana

21,1

8,1

13,0

Suriname

19,0

7,1

11,9

Grenade

19,4

7,2

12,1

El Salvador

19,1

6,6

12,4

Venezuela

20,1

5,5

14,6

République dominicaine

21,4

6,0

15,3

Mexique

19,4

4,8

14,6

Nicaragua

21,0

4,8

14,6

Panama

20,6

5,0

15,7

Bahamas

14,8

6,0

8,7

Costa Rica

15,1

4,7

10,4

Colombie

16,2

5,8

10,4

G3

Jamaïque

17,2

6,8

10,4

Saint-Vincent-et-les-Grenadines

16,4

7,0

9,4

Îles Vierges américaines

14,0

7,7

6,3

Rappel : moyenne Caraïbe

17,8

7,6

10,2

Sources : Cepalstat 2018, ONU, Division de la population, World population prospects, 2018.

21 Cette évolution démographique liée directement à la transition aboutit majoritairement à un vieillissement de la population et un ralentissement, voire un arrêt de la croissance démographique.

22Pour lors, les situations restent encore en devenir et seulement 8 États sur les quelques 30 États considérés dans cette étude et pour lesquels nous disposions de données, affichent aujourd’hui des signes certains de vieillissement de leur population.

1.2.3. Le stade 5 : vers un vieillissement de la population à marche forcée

23En 2015, Cuba, Barbade, la Martinique, la Guadeloupe, Aruba, Curaçao, Sainte-Lucie et Porto Rico présentent des taux de natalité bas, moins de 13,7 ‰, alors même que les taux de mortalité se situent entre 6 et 10 ‰, soit en légère hausse par rapport aux décennies précédentes. La situation de ces indicateurs caractérise des pays ayant achevé leur transition démographique. Les taux de natalité restent faibles, le nombre moyen d’enfants par femme ne permet plus d’assurer le renouvellement des générations, il est compris entre 1,5 et 1,9 enfant par femme pour l’ensemble des entités citées précédemment. Le distinguo entre ces pays peut se faire sur l’indice de mortalité dont le taux est moyennement élevé ou très élevé, alors même que les autres indicateurs restent au plus bas. Ainsi, Cuba, la Guadeloupe, Porto Rico et Sainte-Lucie sont-ils dans le groupe des pays dont la mortalité peut être qualifiée de moyennement élevée, entre 6,7 et 7,9 ‰. Dans le groupe proche, on retrouve deux îles des Antilles néerlandaises, Aruba et Curaçao, ainsi que Barbade et la Martinique (Tableau n° 3).

Tableau 3. Indicateurs démographiques - stade 5

Pays

Taux de natalité (‰)

Taux de mortalité (‰)

Taux d’accroissement naturel (%)

Cuba

11,2

7,6

3,5

Guadeloupe

11,9

7,6

4,3

Porto Rico

11,2

7,9

3,3

Sainte-Lucie

12,6

7,4

5,2

Aruba

11,1

8,3

2,8

Barbade

12,2

10,5

1,8

Curaçao

12,9

8,2

4,7

Martinique

12,0

8,1

3,9

Rappel : moyenne Caraïbe

17,8

7,6

10,2

Sources : Cepalstat 2018, ONU, Division de la population, World population prospect, 2018.

24 La propension au décès d’une population âgée plus nombreuse conduit à une reprise de la mortalité et une hausse du nombre de décès pour mille habitants. On peut parler de cinquième phase de la transition démographique, celle qui marque un vieillissement avancé de la population. Aussi, le rapport entre jeunes et personnes âgées s’inverse-t-il. Les plus jeunes (moins de 15 ans) sont proportionnellement moins importants que les plus âgés dont les effectifs sont gonflés par l’arrivée à la retraite des enfants du baby-boom et confortés par des soldes migratoires négatifs qui concernent avant tout les jeunes générations. Ces facteurs cumulés conduisent à une croissance démographique faible, voire négative, accentuant ainsi l’effet de vieillissement d’une population qui ne se renouvelle pas ou plus. Paul Paillat, démographe, spécialiste du vieillissement explique ainsi que « tout pays sous quel que régime que ce soit qui réduit pendant une longue période sa natalité de façon continue ne peut que vieillir ».

25Si cette situation est bien connue des Européens occidentaux, elle ne semblait pas jusqu’alors concerner les pays de la Caraïbe, or en réalité, les premiers signes du vieillissement sont d’ores et déjà visibles.

2. Les premiers signes visibles du vieillissement

26Alors qu’en 2005, date de l’étude que nous avions précédemment réalisée sur l’ensemble de la zone, les signaux du vieillissement démographique étaient encore très faibles, la résonance du phénomène est tout autre une décennie plus tard.

2.1. Une accentuation rapide du vieillissement

  • 1 L’indice de vieillissement (IDV) de la population est le nombre de personnes âgées de 65 ans et plu (...)

27En 2005, seuls quelques pays de la zone Caraïbe présentaient des signes de vieillissement. Le rapport entre la part des plus jeunes (moins de 14 ans) et celle des plus âgés (plus de 65 ans) exprimé par l’indice de vieillissement1 ne dépassait pas 63 pour la Martinique. Les pays présentant des signes avancés sont bien évidemment ceux que l’on retrouve vieillis aujourd’hui, même si l’ordre s’est quelque peu modifié. Ainsi, Barbade, la Martinique, Cuba et Curaçao affichaient un indice de vieillissement supérieur à 50 en 2005 (Fig. n° 2).

Figure 2. Le vieillissement dans la Caraïbe en 2005

Figure 2. Le vieillissement dans la Caraïbe en 2005

Source : F. Turbout, MRSH, Université de Caen Normandie, 2018.

28 Une décennie plus tard, si ces pays sont toujours en tête, le phénomène s’est accentué. Quelques États se sont également ajoutés à la liste ; 8 États dépassent en 2015 le seuil de 50 et 5 d’entre eux, Cuba, Curaçao, la Guadeloupe et la Martinique ainsi que les Îles Vierges américaines affichent un indice de vieillissement supérieur à 80. Porto Rico proche de ce seuil atteint quant à lui, 77,7.

29 Ce qui interpelle avant tout, c’est l’extrême rapidité des progressions en seulement dix ans. Cette évolution est le résultat de l’effet baby-boom d’après-guerre qui concerne également ces pays de la zone caribéenne et qui se traduit par un nombre croissant de personnes arrivant dans la classe d’âge des plus de 65 ans. Cela couplé à une amélioration des conditions sanitaires et sociales, un allongement de la durée de vie, particulièrement aux grands âges, et à une courbe des naissances faible et stabilisée depuis plusieurs années, accentue le vieillissement de la population (Fig. n° 3).

Figure 3. Le vieillissement dans la Caraïbe en 2015

Figure 3. Le vieillissement dans la Caraïbe en 2015

Source : F. Turbout, MRSH, Université de Caen Normandie, 2018.

30Les gains de progression (Tableau n° 4) en points entre 2005 et 2015 concernant les indices de vieillissement (IDV) sont les suivants :

Tableau 4. Accentuation du vieillissement en chiffres (2005-2015)

Pays

IDV 2005

IDV 2015

Evolution 2005-2015 (en points)

Barbade

56,1

74,5

+ 18,4

Cuba

56,0

85,1

+ 29,1

Curaçao

53,6

86,7

+ 33,1

Guadeloupe

49,0

84,1

+ 35,1

Îles Vierges américaines

45,8

85,7

+ 39,9

Martinique

63,1

97,2

+ 34,1

Porto Rico

54,5

77,7

+ 23,2

Sources : Cepalstat 2018, ONU, Division de la population, World population prospects, 2018.

31 Ce vieillissement rapide de la population de certaines îles antillaises est à mettre en relation avec l’arrivée à l’âge de la retraite des enfants du baby-boom. Les changements de comportements démographiques qui se calquent sur ceux observés en Europe occidentale et en Amérique du Nord impactent directement le vieillissement de la population. Il convient également d’y adjoindre les effets des migrations, d’une part les départs parfois importants des plus jeunes pour se former ou travailler, mais aussi l’arrivée de retraités en provenance d’Europe ou d’Amérique du Nord.

2.2. Quelques exemples de vieillissement accentué de la population caribéenne

32Si l’on considère le cas des Îles Vierges américaines, elles enregistrent la plus forte progression, gagnant presque 40 points en dix ans et plus de 60 points depuis 1995. Alors qu’en 2005 les îles comptaient près de 10,2 % de personnes âgées de plus de 65 ans pour 22,2 % de jeunes âgés de moins de 15 ans, en 2015, la part des plus jeunes atteint 20 % alors que celle des plus âgés atteint les 17,1 %. Entre 2005 et 2015, le nombre de personnes âgées a augmenté de plus de 7 000 individus. Dans le même temps, le nombre de migrants de plus de 65 ans entrants enregistrés dans ces îles est de 4 400 individus. Toujours durant cette même période, l’île a perdu plus de 3 000 habitants, l’accroissement de la population est en constante baisse, passant ainsi de 9,8 % de croissance annuelle en 1995 à 2,3 % en 2015. La croissance de la population et plus encore de la classe d’âge des plus âgés est assurée en grande partie par les migrations. Il s’agit pour majeure partie de retraités fortunés, souvent américains, qui font le choix de se retirer dans cet archipel.

33 Les Antilles néerlandaises connaissent une évolution identique aux Îles Vierges américaines ; parmi elles, Curaçao s’illustre très nettement. Alors que les plus jeunes représentaient 21,7 % de la population totale en 2005, ils ne comptent plus que pour 19 % de la population en 2015. Dans le même temps, la proportion de personnes plus âgées s’est accrue, passant de 11,6 % à 16,5 % de la population totale, soit un indice de vieillissement qui a gagné près de 33 points en dix ans, passant de 53,6 à 86,7. Curaçao, comme nous l’avons vu précédemment, appartient à ce groupe de pays qui dans la zone Caraïbe, a adopté un comportement démographique correspondant à la cinquième phase de la transition démographique. L’accroissement de la population est faible, autour de 2,6 % par an, les naissances sont limitées et les décès reprennent une courbe ascendante. Cette évolution est renforcée par les migrations de personnes âgées, plus de 10 % entre 2010 et 2015.

34Nombre d’îles de la zone caraïbe sont ainsi concernées par ce phénomène. Héliotropisme, balnéotropisme et revenus confortables ouvrent de nouvelles perspectives aux retraités américains, mais également européens.

35 L’exemple de la Martinique est représentatif de ces nouveaux courants migratoires qui accentuent des situations de vieillissement démographique, particulièrement dans ces îles perçues comme paradisiaques. Cette région insulaire française est depuis 1995, avec Barbade, l’île qui a le plus vieilli dans le Bassin caribéen. Elle sera également celle qui sera la plus vieillie en 2025, non seulement dans la zone, mais aussi parmi l’ensemble des régions françaises.

36En 2015, la Martinique comptait 380 877 habitants soit 13 296 de moins qu’en 2010. La baisse de la population martiniquaise s’explique par un solde migratoire qui est négatif depuis 1990. Les jeunes actifs quittent la région, le nombre de femmes en âge de procréer s’abaisse et influe sur le nombre de naissances. Par voie de conséquence, le solde naturel baisse même s’il reste encore très légèrement positif (+0,4 % en 2015). Une commune sur trois en Martinique voit sa population diminuer. Face à ces comportements, les personnes âgées se trouvent être proportionnellement plus nombreuses que les plus jeunes. En 2005, la région comptait 13,4 % de personnes âgées de plus de 65 ans, elles sont 17,9 % en 2015 et leur part va continuer à s’accroître dans les prochaines années, les comportements en matière de naissance et de migrations se poursuivant. Si les soldes migratoires aux classes d’âges les plus jeunes sont déficitaires, ce n’est pas le cas dès que l’on considère les classes d’âge les plus âgées. Ainsi entre 2005 et 2015, la région a accueilli 822 migrants âgés de plus de 65 ans, soit 17,5 % des 4 697 migrants enregistrés sur la même période. Si on ajoute aux migrants la classe d’âge des 60-65 ans qui ont migré durant cette période, la proportion de retraités migrants grimpe à 34,2 %. Un migrant sur trois arrivé en Martinique entre 2005 et 2015 est une personne âgée de plus de 60 ans. Ils viennent alimenter une situation démographique déjà tendue et amplifient le vieillissement de la population martiniquaise. En 2005, l’indice de vieillissement s’établissait à 63,1, il est d’ores et déjà à 97,2 en 2015. À partir de 2023, selon les prévisions de l’INSEE, les naissances ne compenseront plus les décès et ce jusqu’en 2030. 40 % de la population martiniquaise aura alors plus de 60 ans, plaçant l’île en tête des régions françaises les plus vieillies.

37Ces quelques exemples illustrent les enjeux et les perspectives qui se dessinent d’ores et déjà dans cette partie du monde. Le vieillissement de la population a une implication directe sur la pyramide des âges dont la forme tend à s’inverser, et des implications dans l’ensemble de la société et de l’économie.

3. Perspectives et enjeux

38Les perspectives et estimations établies par les différents organismes statistiques nationaux et internationaux laissent présager une accentuation du vieillissement de la population dans cette région du monde. Il est évident que nombre de pays qui se situent en 2015 dans la phase 2 et 3 de la transition démographique parviendront à plus ou moins long terme à l’achèvement des processus de transition, leurs indicateurs de natalité et de mortalité se stabiliseront, ils entreront alors dans la dernière phase de la transition qui conduit au vieillissement de la population. Les volumes de population concernés seront importants.

39 Vers 2030, la Caraïbe atteindra dans sa totalité le stade 5 de la transition. Les naissances et les décès seront alors à un niveau identique, ne permettant plus d’assurer la croissance de la population. Cette évolution se traduira également par une amélioration de l’espérance de vie alors même que le ratio entre les populations jeunes et plus âgées va continuer à se réduire. Selon les estimations, 5 États devraient voir leur indice de vieillissement atteindre le seuil de 100 ou plus, la Martinique se détachant nettement, avec une proportion de personnes âgées dépassant 21 % de la population totale, alors même que la part des plus jeunes devrait atteindre 16,4 % (Tableau 5).

Tableau 5 : Indice de vieillissement dépassant 100 en 2025

Pays

Part des moins de 15 ans

Part des plus de 65 ans

Indice de vieillissement

Cuba

14,7

18,1

123,1

Curaçao

18,3

18,3

100,0

Guadeloupe

16,8

19,6

116,4

Îles Vierges américaines

19,0

19,0

100,0

Martinique

16,4

21,4

131,1

Sources : Cepalstat 2018, ONU, Division de la population, World population prospects, 2018.

40 Le vieillissement de la population caribéenne sera rapide et massif, particulièrement dans les îles des petites et grandes Antilles (Fig. n° 4).

41Plus que le rapport entre jeunes et âgés, ce qui posera problème sera le ratio entre population âgée et population active. Cette dernière devra supporter le poids économique de ce vieillissement, sans pour autant en avoir nécessairement la capacité. Ce taux de dépendance sera ainsi multiplié par 2 en 25 ans. Dans certains États, le rapport pourrait atteindre près de 35, soit 3 actifs pour une personne âgée. Il se situe aujourd’hui autour de 4 à 4,5 actifs pour un retraité.

42Se pose ainsi la question des enjeux que vont susciter de telles évolutions, tant d’un point de vue économique que sanitaire ou social.

Figure 4. Le vieillissement dans la Caraïbe en 2025

Figure 4. Le vieillissement dans la Caraïbe en 2025

Source : F. Turbout, MRSH, Université de Caen Normandie, 2018.

43 La question du financement des pensions se pose bien évidemment, d’autant que les systèmes de protection sociale des pays de la zone ne sont pas tous basés sur la répartition. En 2005, selon un rapport du Cepal, seul un tiers des pays de la région versent des pensions, pour les autres, ce sont les familles qui assument la charge des personnes âgées. Le risque est bien évidemment une accentuation de la pauvreté aux grands âges et une charge de plus en plus lourde à supporter pour les ménages actifs.

44La question sanitaire est également essentielle. Le vieillissement de la population s’accompagnera d’un allongement de la durée de vie et consécutivement de la question de la dépendance au grand âge. Le vieillissement de la population très âgée, au-delà de 80 ans, sera renforcé par l’arrivée dans cette classe d’âge, des enfants du baby-boom. Les estimations de la division population-prospective des Nations Unies font apparaître qu’entre 2015 et 2050, le nombre de personnes âgées de 80 à 89 ans augmenterait de 230 % et celles de plus de 90 ans, de près de 280 % ! La disponibilité en structures médicalisées adaptées à la prise en charge de la dépendance fera partie des grands enjeux de demain pour l’ensemble de la zone.

45Prenons l’exemple de la Martinique. Face au vieillissement important attendu dans les prochaines décennies, l’offre de structures d’hébergement est bien inférieure aux besoins réels de la population. En 2017, 30 maisons de retraite, Ephad ou foyers-logement sont présents en Martinique dont les 4/5 des places disponibles dans les communes de Sud et du Centre. Les taux d’hébergement des plus de 75 ans hors Ephad n’atteignent pas 10 % (contre plus de 27 % en métropole) et moins de 40 % en Ephad contre 95 % en France métropolitaine.

46Ce manque de structures d’accueil est un enjeu majeur dans cette île. Le taux d’équipement pour 1 000 personnes âgées de plus de 75 ans ou plus atteint seulement 63 ‰, soit deux fois moins que la moyenne française. Le nombre de places dépassait à peine 2 000 en 2015, dont 150 places seulement en soins de longue durée et 56 en foyers-logement. Ce déficit d’équipements, de structures d’accueil adaptées à la dépendance reste un problème majeur de ce territoire ultramarin et risque de devenir un enjeu essentiel des politiques publiques et du développement du territoire martiniquais dans les prochaines années. Cependant, cette situation est nettement plus optimiste dans cette île que dans d’autres îles voisines, dont l’accès au système de santé dépend du niveau de revenus des individus. Ce ne sont pas les riches retraités migrants qui poseront problème, mais bien les populations autochtones dont les niveaux de vie sont souvent nettement plus faibles et pour qui l’accès aux soins et plus encore à des structures médicalisées ou semi-médicalisées posera problème. La prise en compte de la dépendance est une question que nombre d’îles n’envisagent pas encore ; la gestion de l’accès aux soins, le maintien à domicile, le coût même du vieillissement sont encore peu pris en compte dans les politiques publiques.

47Le vieillissement de la population caribéenne est aujourd’hui une forte réalité. La progression du phénomène est rapide et s’accélérera dans les vingt prochaines années. Les petites et grandes Antilles sont en première position de ce mouvement sur l’échiquier démographique de la zone. Les positions varient, mais le résultat sera identique : un vieillissement massif de la population. Il était annoncé dès la fin des années 1990 par les différents organismes statistiques et relayés par les Nations Unies et l’UNESCO, Il est largement engagé. Les enjeux sont à la taille des défis qui seront à relever par ces États : défis économiques dont le financement des pensions de retraite, défis sociaux quand la jeunesse tend à migrer en nombre hors de la Caraïbe, à la recherche d’emplois qualifiés, de formations supérieures, défis sanitaires dans des pays ou les structures d’accueil des plus âgés, ou les soins aux grands âges sont bien souvent insuffisants, et ce dès aujourd’hui.

48Mosaïque de situations, nuances de cultures, de sociétés insulaires ou continentales complexifient la lecture même de ces évolutions démographiques en marche. Pourtant il serait nécessaire d’anticiper des situations quasi inéluctablement qui vont survenir pour y répondre au bénéfice des populations. Des facteurs extérieurs peuvent nuancer ces évolutions, risques naturels impactant les populations les plus faibles, changements climatiques et questions environnementales modifiant les flux migratoires et donnant lieu à des déplacements massifs de population ; cela peut apporter quelques inflexions, retards ou accélérations dans les processus en cours, mais n’en changeront pas le cours : sans nul doute possible, le vieillissement de la population caribéenne sera un enjeu majeur des prochaines décennies dans cette partie du monde.

Haut de page

Bibliographie

Dumont G-F. (1992). Analyse des populations et démographie économique, Paris, Dunod.

Guzmán, J. M. et al. (2006). « La démographie de l’Amérique latine et de la Caraïbe depuis 1950 », Population 61(5) : 623-733.

Jones F. (2016). “Ageing in the Caribbean and the human rights of older persons, Twin imperatives for action”, Studies and perspectives, United Nations publication: 11-20.

Marcelle J.R. (2016). « Seniors en Martinique, un enjeu économique », INSEE Analyses n°10, pp1-5.

Paillat P. (1982). Vieillissement et vieillesse, Paris, PUF, Coll. QSJ.

Turbout F. (2009). « Vieillissement de la population (2005-2020) ». Atlas Caraïbe, URL : < https://atlas-caraibe.certic.unicaen.fr>.

Sites internet

Atlas Caraïbe : http : // atlas-caraibe.certic.unicaen.fr

CEPALSTAT : http://estadisticas.cepal.org/cepalstat/Portada.html

ONU : http://www.un.org/en/development/desa/population/publications/database/index.shtml

Haut de page

Notes

1 L’indice de vieillissement (IDV) de la population est le nombre de personnes âgées de 65 ans et plus pour 100 personnes âgées de moins de 15 ans. Il permet de mesurer le degré de vieillissement de la population. Plus l’indice est élevé, proche de 100, plus le vieillissement est important.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure n° 1 : Schéma de la transition démographique
Crédits Auteur : F. Turbout, MRSH Université de Caen Normandie, 2018.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16908/img-1.png
Fichier image/png, 45k
Titre Figure 2. Le vieillissement dans la Caraïbe en 2005
Crédits Source : F. Turbout, MRSH, Université de Caen Normandie, 2018.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16908/img-2.png
Fichier image/png, 180k
Titre Figure 3. Le vieillissement dans la Caraïbe en 2015
Crédits Source : F. Turbout, MRSH, Université de Caen Normandie, 2018.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16908/img-3.png
Fichier image/png, 182k
Titre Figure 4. Le vieillissement dans la Caraïbe en 2025
Crédits Source : F. Turbout, MRSH, Université de Caen Normandie, 2018.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16908/img-4.png
Fichier image/png, 184k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Buléon et Frédérique Turbout, « Vieillissement de la population caribéenne, une mosaïque de situations, un enjeu pour demain », Études caribéennes [En ligne], 43-44 | Août-Décembre 2019, mis en ligne le 30 octobre 2019, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/16908 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.16908

Haut de page

Auteurs

Pascal Buléon

DR CNRS UMR ESO 6590, Maison de la Recherche en Sciences humaines de Caen, Université de Caen Normandie

Frédérique Turbout

IR, Maison de la Recherche en Sciences humaines de Caen, Université de Caen Normandie

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals