Navigation – Plan du site
La Caraïbe dans la division internationale du travail

L’impact des échanges de biens de 1995 à 2014 sur l’organisation régionale des territoires insulaires caribéens

The Impact of Freight Flows from 1995 to 2014 on the Regional Organisation for the Caribbean Insular Territories
Jérôme Verny et Maxime Forriez

Résumés

L’institut de recherche MOBIS – NEOMA BS étudie depuis deux ans1 les importations et les exportations des îles dans le monde, et particulièrement celles situées dans la zone caribéenne. Son étude a révélé l’impact du processus de la mondialisation et de la régionalisation sur les échanges caribéens. Elle montre que, entre 1995 et 2014, les échanges de biens au sein des Caraïbes ont considérablement changé, et ce quel que soit le type de produits. D’abord, ils ont changé au niveau des partenaires commerciaux. On est passé d’un marché « néocolonial » à un marché beaucoup plus régional et intégré, et parallèlement très ouvert sur le monde, à de rares exceptions près. Ensuite, leur valeur numéraire, donc indirectement leur volume, a profondément été impactée en triplant pendant la période considérée. Enfin, le type de marchandises a été, lui aussi, modifié. L’article présentera ces évolutions majeures pour les vingt-quatre territoires dont les données sont disponibles.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’analyse présentée au sein de cet article se fonde sur les données de l’Observatory of economic complexity (O.E.C.) (https://atlas.media.mit.edu/​). Il s’agit d’un organisme dépendant du Massachusetts Institute of Technology (M.I.T.), créé en 2010. Il met à disposition les données détaillées provenant des bases de données du Centre d’études prospectives et d’informations internationales (C.E.P.I.I.) et de COMTRADE en les recalibrant quelque peu (Feenstra et al., 2005 ; Gaulier et Zignago, 2010). Son contenu est relativement simple. Chaque ligne contient la date du mouvement, le territoire d’étude, le partenaire commercial, le nom du produit type échangé et son code de référence, et le volume en dollars U.S. courants des importations et des exportations. Ces informations permettent, d’une part, l’étude des échanges de biens en milieu insulaire, et, d’autre part, l’estimation indirecte des flux logistiques (Reitel, 1993).

2À l’aide de données sur les flux internationaux disponibles depuis 1995 et jusqu’en 2014, il est possible de caractériser les flux de marchandises, selon les origines et destinations et par grandes familles de produits. Pour les données territoriales, elles concernent aussi bien les territoires étatiques que les territoires autonomes. L’espace insulaire caribéen étudié est restreint aux îles ou archipels, indépendants, ou autonomes mais rattachés à une métropole proche (États-Unis) ou lointaine (en Europe). De fait, les îles sans souveraineté appartenant à un État continental sont exclues de l’étude. Néanmoins, pour des raisons géopolitiques, certains territoires autonomes peuvent être rattachés directement à leurs métropoles. Par exemple, la Guadeloupe (glp) et la Martinique (mtq) ont leurs données agrégées à celles de la France métropolitaine (fra). Par ailleurs, les territoires de Saint-Martin (partie française) (maf) et de Saint-Barthélemy (blm) restent, malgré leur changement de statut entre 2007 et 2010, statistiquement rattachés à la Guadeloupe. De même, Porto Rico (pri) et les Îles Vierges états-uniennes (vir) sont statistiquement rattachés aux États-Unis (usa). Notre étude devra par conséquent s’effectuer sans eux.

  • 2 Aruba (abw), Anguilla (aia), Antilles néerlandaises (ant), Antigua-et-Barbuda (atg), Bahamas (bhs), (...)
  • 3 Aruba (abw), Anguilla (aia), Antigua-et-Barbuda (atg), Bonaire, Saint-Eustache et Saba (bes), Baham (...)

3Il faut également souligner qu’à partir de 2010, les statistiques internationales ont évolué pour les Antilles néerlandaises (ant), lesquelles furent désagrégées en trois territoires : Bonaire, Saint-Eustache et Saba (bes), Curação (cuw), et Sint Maarten (sxm). De fait, notre étude se concentre sur vingt-et-un territoires entre 1995 et 20102 et sur vingt-trois territoires entre 2011 et 20143, soit un total de vingt-quatre territoires entre 1995 et 2014.

4Ce travail de recherche vise à proposer une évaluation des processus de mondialisation et de régionalisation, c’est-à-dire à constater l’impact qu’a pu avoir l’accroissement considérable des échanges mondiaux au sein de l’espace insulaire caribéen.

5Pour mesurer puis comprendre l’impact des flux de marchandises sur l’organisation territoriale caribéenne, un panorama des économies insulaires sera dressé à partir des données sur les importations et les exportations de produits (sont exclus ici les services). Cette première étape permettra de proposer une analyse de proximité afin de comprendre l’évolution de l’économie caribéenne dans la mondialisation de l’économie, et son corollaire, dans l’internationalisation des échanges.

1. Économies insulaires caribéennes : panorama territorial

6À partir d’un important travail de traitement statistique sur nos bases de données, il est possible d’opérer trois grandes approches : une approche globale, une approche territoriale, et une approche détaillée. D’abord, l’approche globale est aterritoriale et atemporelle, c’est-à-dire que les données de tous les territoires représentés, et ce quelle que soit leur année, sont mélangées dans une approche statistique globale. Ensuite, l’approche territoriale est diachronique. Elle étudie l’évolution de variables (cumulée ou moyennée) entre 1995 et 2014 pour chacun des territoires insulaires caribéens spécifiques parmi les vingt-quatre étudiables. L’approche détaillée est territoriale et annuelle. Elle permet l’étude extrêmement détaillée d’une variable pour un territoire donné en fonction d’une année précise. L’étude présentée a pris en compte ces trois approches qui seront invoquées lors des analyses.

1.1. Les importations et les exportations : approche globale et territoriale

7Les importations et les exportations sont des variables qui s’étudient dans un cadre territorial. Cela étant, préalablement, l’approche globale a permis de montrer que la distribution statistique de chacune des deux variables était gaussienne. Il est ainsi possible d’en dresser des moyennes arithmétiques synthétisant la période considérée et ayant un sens, aux barres d’erreur près. Chacun des vingt-quatre territoires disposent de ces deux valeurs qui peuvent se reporter dans un diagramme dans lequel les importations sont en abscisses, et les exportations, en ordonnées (figures 1 et 2). La droite tracée correspond à une économie dont le solde commercial est nul. De fait, tout territoire situé au-dessus est globalement excédentaire, et tout territoire situé en dessous est globalement déficitaire.

Figure 1. Diagramme des importations et des exportations moyennes des territoires insulaires caribéens de 1995 à 2014

Figure 1. Diagramme des importations et des exportations moyennes des territoires insulaires caribéens de 1995 à 2014

Source : Auteurs

8Quatre territoires, aux barres d’erreur près, sont excédentaires. Trinité-et-Tobago (tto), territoire ayant des gisements de pétrole, est le plus significatif. Aruba (abw) et Curação (cuw) sont situés au niveau de la ligne d’équilibre. Par contre, la position de Bonaire, Saint-Eustache et Saba (bes) sur le diagramme constitue un biais, dû à un nombre important de données censurées entre 2011 et 2012. Cette situation est également valable pour Sint Maarten (sxm), mais ce territoire est bien localisé dans la zone déficitaire avec les dix-neuf autres territoires insulaires caribéens. Sans entrer dans les détails, aucune distinction territoriale liée à la taille ne ressort clairement. À ce stade, il n’existe aucune différence entre une petite et une grande île.

9Ce résultat a été observé à maintes reprises : soldes commerciaux et taux de couverture annuels sont fortement dégradés (Easterly et Kraay, 2000). Cette situation économique est souvent expliquée par la petite taille des territoires insulaires caribéens en termes de surface ou par rapport au nombre d’habitants (Poirine, 1995) qui offre un marché limité dans lequel il est difficile, voire impossible, d’opérer des économies d’échelle, moteur du commerce international mondialisé. Par exemple, les coûts de transport sont très élevés pour livrer ou expédier des marchandises en comparaison avec le nombre d’habitants permanents, ce qui explique le faible volume de marchandises échangé. Ceci étant, comme le montrent les figures 1 et 2, sur une moyenne de vingt ans, les grandes îles (Haïti (hti), République dominicaine (dom), Cuba (cub) et la Jamaïque (jam)) ne se détachent pas clairement des petites. Si la petite taille avait une influence sur le développement de ces îles, le diagramme devrait regrouper les grandes entre elles, et les petites entre elles, or le confetti que représente Trinité-et-Tobago (tto) fait mieux que les grandes îles. Sans nier que la superficie de l’ile compte, elle est fortement relativisée par d’autres éléments, comme la présence de matières premières recherchées à l’échelle internationale (pétrole dans le cas de Trinité-et-Tobago).

Figure 2. Diagramme des importations et des exportations moyennes des territoires insulaires caribéens faiblement dynamiques de 1995 à 2014

Figure 2. Diagramme des importations et des exportations moyennes des territoires insulaires caribéens faiblement dynamiques de 1995 à 2014

Source : Auteurs

10Les moyennes établies semblent montrer que rien n’a changé. La mondialisation et la régionalisation des Caraïbes qui en découle semblent, en utilisant les indicateurs macroéconomiques, n’avoir eu aucun impact sur les économies insulaires caribéennes étudiées. Cette situation est paradoxale puisqu’il a été constaté que la plupart des îles étaient dépendantes de leurs importations, du moins depuis l’arrivée des Européens, pour simplement vivre, survivre, (du Luart, 2003 ; Seetanah, 2011). Par ailleurs, il est établi également que les économies insulaires sont particulièrement sensibles aux chocs économiques (Atkins et al., 2000 ; Briguglio, 1995). Comment la mondialisation ne pourrait-elle pas y avoir un impact ? En effet, les îles connaissent une internationalisation avancée au sein du processus de mondialisation (Maillard, 2006). Notre analyse propose une description détaillée de ses impacts sur les vingt-quatre territoires insulaires caribéens à compter de 1995, date de création de l’Organisation mondiale du commerce (O.M.C.) qui est le symbole par excellence de ce processus. Nous allons démontrer que le processus de mondialisation a fortement fait évoluer les échanges entre ces territoires insulaires et le reste de la planète. Ils ont développé de nouveaux accords bilatéraux favorisant les échanges, surtout lorsqu’ils sont accompagnés de concessions commerciales (Easterly et Kraay, 2000). Certains territoires ont multiplié par deux, voire par trois leur nombre de partenaires commerciaux entre 1995 et 2014. Ce constat permet de relativiser fortement leur dépendance constatée dans les années 1990 vis-à-vis des États-Unis et de l’Europe (Taglioni, 1997).

11Si l’on considère désormais le point de vue géopolitique, la mondialisation a eu pour effet de structurer ou de redynamiser différentes organisations régionales au sein des Caraïbes favorisant les échanges [Fabry, 2005], telles que la Communauté caribéenne (Cari.Com.), l’Association des États de la Caraïbe (A.E.C.), l’Organisation des États de la Caraïbe orientale (O.E.C.O.), ou encore la Banque de développement caribéenne (B.D.C.). Ces organisations spécifiquement caribéennes sont souvent décriées, mais il demeure difficile d’évaluer leur efficacité. Par ailleurs, les économies insulaires dépendent souvent de leur ancienne, ou actuelle, métropole (Bertram, 2003 ; McElroy et Mahoney, 2000) qui poursuit ses échanges avec ses anciennes colonies, ou ses dépendances territoriales plus ou moins autonomes. Dans les territoires insulaires caribéens, le nombre de chaque catégorie est à peu près égal entre les États souverains et les territoires rattachés à une métropole proche (États-Unis) ou lointaine (France, Royaume-Uni, Pays-Bas). Dans le cas des métropoles lointaines, il est à noter qu’il s’agit d’exception à la « loi » des distances qui montre que l’on échange davantage avec ses voisins qu’avec le reste du monde (Borgatti, 2007 ; Dasque, 2011).

12Tout ce début de l’analyse mérite d’être approfondi. Ainsi entre en scène l’approche détaillée des produits.

1.2. Les importations et les exportations : approche détaillée par produits

13L’approche détaillée peut être envisagée à un double niveau : celui des produits échangés et celui des partenaires. La première fera l’objet d’un résumé afin de présenter les résultats les plus marquants. La seconde sera envisagée par une analyse de proximité.

14Pour commencer, nous avons fait le choix d’agréger les importations et exportations des partenaires commerciaux. Cela permet d’obtenir des couples entre un territoire insulaire caribéen et ses partenaires commerciaux connus entre 1995 et 2014. Chaque couple dispose d’une distance inter-centroïde propre, de la valeur totale des importations et des exportations en dollars les concernant, et, pour simplifier les calculs, le nombre d’échanges total de produits types, puis le nombre d’échanges en distinguant les importations et les exportations, et pour finir le nombre d’échanges en fonction des vingt-et-un produits types retenus. L’étude détaillée de ces variables par rapport à la distance montre que, quel que soit le produit type, les territoires insulaires caribéens tendent soit à développer un marché local au détriment de l’Europe, soit à la dépasser spatialement en important ou en exportant notamment en Asie. Aucun produit type n’est épargné. Les quelques exceptions concernent des produits rares (comme les métaux) ou spécifiques (comme les armes ou les objets d’art). Ce resserrement au niveau de leur espace commercial « naturel » pose de nombreuses questions, et particulièrement le poids que peuvent y représenter les États-Unis. Seule une analyse de proximité permettra de proposer une réponse en approfondissant l’étude des partenariats commerciaux.

2. Analyse de proximité des échanges observables

15L’analyse de proximité peut s’opérer soit de manière quantitative, par l’intermédiaire d’une distance, soit de manière qualitative, par l’intermédiaire de regroupements en fonction de grandes zones définies géographiquement.

2.1. L’impact de la mondialisation sur les échanges : essai de quantification

16L’analyse de proximité est possible grâce à l’introduction d’une distance terrestre à vol d’oiseau. À partir d’un système d’information géographique (S.I.G.) (Global Administrative areas – G.Adm.), une distance inter-centroïde a été estimée entre chacun des territoires insulaires caribéens et leurs territoires partenaires respectifs. Elle est mesurée en kilomètres. La méthodologie du calcul garantit que la distance mesurée possède un minimum de sens en corrigeant les biais introduits par une configuration spatiale spécifique [Verny & Forriez, 2019].

17De nombreuses analyses ont été opérées, et ce à un niveau de détail extrêmement fin. Il est difficile de toutes les présenter. Pour illustrer l’impact de la mondialisation sur les échanges des territoires insulaires caribéens, la distance moyenne annuelle a été retenue dans le cadre d’une approche globale. Elle se calcule de la manière suivante : chacun des territoires insulaires caribéens possède un certain nombre de partenaires commerciaux par année, formant un couple au sens mathématique. Pour chaque année, chaque couple observable peut être représenté par une distance inter-centroïde à vol d’oiseau qu’il est possible de moyenner (figure 3). La variation annuelle des distances moyennes entre 1995 et 2014 fournit une indication remarquable sur l’impact du processus de mondialisation dans l’espace d’étude considéré. En effet, plus la distance moyenne est élevée, plus les territoires insulaires caribéens échangent des biens avec des partenaires lointains, dont l’accès a été rendu possible grâce à la mondialisation. De manière générale, c’est bien ce que l’on observe pour l’ensemble des territoires étudiés. Il est toutefois regrettable de ne pas connaître le détail, même agrégé, de ces partenaires. Ce manque sera étudié avec l’approche qualitative.

Figure 3. Évolution des distances moyennes pour chaque territoire

Figure 3. Évolution des distances moyennes pour chaque territoire

Source : Auteurs

18Les trois approches mettent en avant un même phénomène au niveau de la distribution statistique des distances inter-centroïdes. Pour l’illustrer, il est plus simple de choisir la distribution des probabilités des distances observées par l’approche globale (figure 4). Contrairement à ce que l’on attend, la distribution n’est ni exponentielle ni puissance (Borgatti, 2007). Elle présente deux pics de probabilité : l’un normal au sens statistique, centré sur la moyenne, entre 7 000 et 9 000 km (pic 2), l’autre « anormal », centré autour de 500 et 2 500 km (pic 1). Il est facile de comprendre que le pic 1 correspond aux échanges ayant lieu sur le marché caribéen, et que le pic 2 correspond à ceux ayant lieu avec le marché européen. Ce diagramme établit statistiquement la distinction entre les partenaires commerciaux de proximité et les partenaires historiques lointains.

Figure 4. Distribution statistique des distances inter-centroïdes entre les partenaires commerciaux et l’un des territoires insulaires caribéens de 1995 à 2014

Figure 4. Distribution statistique des distances inter-centroïdes entre les partenaires commerciaux et l’un des territoires insulaires caribéens de 1995 à 2014

Source : Auteurs

19Les approches territoriales et détaillées présentent exactement les mêmes distributions. Cela étant, il existe de nombreuses exceptions : le pic 1 seul, le pic 2 seul, apparition d’un troisième pic, etc. Chaque anomalie par rapport au diagramme de référence (figure 4) peut être explicitée en croisant la distance préalablement normée par les écarts interclasses des distributions statistiques correspondantes avec les importations, les exportations, le nombre d’échanges de produits types, etc. À de rares exceptions près telles que Bonaire, Saint-Eustache et Saba, ou Sint Maarten, l’ensemble de ces croisements tend à montrer un déclin des échanges entre les territoires insulaires caribéens et l’Europe au profit de partenaires beaucoup plus lointains. Simultanément, un renforcement du marché caribéen s’est opéré. Cela étant, les diagrammes présentent des états distincts entre les importations et les exportations. Les premières se sont considérablement diversifiées. Les secondes semblent avoir peu évolué entre 1995 et 2014. En résumé, les territoires insulaires caribéens peinent toujours à trouver des débouchés pour leurs exportations auprès de leurs partenaires.

20Au final, les distributions de probabilité permettent d’établir un grand changement entre 1995 et 2014 qu’une approche qualitative va tenter d’éclairer.

2.2. La relativisation des partenaires historiques : approche qualitative

21Un autre impact non négligeable de la mondialisation sur les territoires insulaires caribéens est une réelle mutation au niveau de leurs partenariats qui témoigne d’une relativisation des partenaires « historiques ».

22Les Caraïbes furent colonisées par les Européens aux XVIe et XVIIe siècles, puis par les Américains eux-mêmes, suite à la défaite de l’Espagne face aux États-Unis en 1898. Économiquement, cette colonisation se traduisit principalement par le système de l’Exclusif. Dans ce système, les îles devaient approvisionner leur métropole respective en produits exotiques, dont la production se faisait au détriment des autres. En contrepartie, ces produits disparus étaient approvisionnés, garantis, par leur métropole (Gay, 2008). Ils constituent un groupe de partenaires que l’on peut qualifier d’historiques. En effet, lorsque ces territoires prirent leur indépendance tout au long du XXe siècle, ce lien particulier resta, comme le prouve l’existence de la convention, ou des accords, entre l’Union européenne et les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (A.C.P.).

23Par ailleurs, avec le processus de mondialisation, une régionalisation des échanges au sein des Caraïbes fut menée. Son objectif consiste à mutualiser les ressources entre les différents territoires, insulaires ou continentaux limitrophes de la Caraïbe, afin d’éviter les échanges lointains avec l’Europe, ou l’Asie orientale.

  • 4 Liste des territoires insulaires : Anguilla, Antilles néerlandaises (1995-2010), Antigua-et-Barbuda (...)

24Avant d’opérer une approche analytique, il convient d’expliciter la méthode de dénombrement retenu afin de comparer les origines et les destinations des produits importés ou exportés par l’ensemble des territoires insulaires caribéens considérés. Elle consiste en la définition de cinq grands ensembles géographiques : les Caraïbes, les États-Unis, le reste de l’Amérique, l’Europe, et les autres territoires. Le marché caribéen peut être défini par les trois grandes organisations régionales impliquant les territoires insulaires caribéens, à savoir l’Association des États caribéens (A.E.C.), l’Organisation des États de la Caraïbe orientale (O.E.C.O.) et la Communauté caribéenne (Cari.Com). En croisant les listes des territoires appartenant respectivement à ces organisations, l’ensemble des territoires caribéens, qu’ils soient insulaires ou continentaux, recouvre la totalité des États du pourtour de la mer des Caraïbes4, à l’exception des États-Unis. De fait, ces derniers constituent une catégorie à part entière, puisqu’ils possèdent une large façade maritime ouverte sur les Caraïbes. Tous les territoires exclus des zones caribéenne et états-unienne sont qualifiés simplement d’américain. Pour finir, il est possible d’établir une liste des territoires européens au sens géographique en excluant la Russie et la Turquie. Ces dernières sont incluses dans une catégorie « reste du monde » regroupant les territoires asiatiques, africains, océaniens et antarctiques. La méthode permet ainsi d’estimer simultanément le poids des États-Unis, de l’Europe, des Caraïbes et du reste du monde. Pour finir, il est important de noter qu’une sixième catégorie « non territoire » a été ajoutée afin d’identifier les échanges entre un territoire et une structure non étatique. Leur nombre d’échanges et leur valeur sont négligeables, ils ne modifient pas la structure globale observable. Ceci précisé, cette catégorie fait partie intégrante de la description obtenue et doit de fait y figurer.

25Le dénombrement des produits types échangés établit les liens entre les différents partenaires des territoires insulaires caribéens. Globalement, entre 1995 et 2014, leur nombre a doublé en passant de 120 789 produits types échangés à 220 001. L’évolution entre 1995 et 2014 permet d’établir une relative constance entre les parts américaines (figure 5). En 1995, la part européenne était de 38 % contre 11 % pour les autres territoires. Vingt ans plus tard, en 2014, la part européenne était de 31 % contre 20 % pour les autres territoires. Ainsi, le grand changement est le déclin relatif des partenaires européens au profit des pays émergents. Les territoires insulaires n’hésitent plus à aller chercher leurs marchandises à l’autre bout de la planète, comme l’avait établi l’étude des distances moyennes (figure 3).

Figure 5. Évolution du nombre d’échanges total entre 1995 et 2014

Figure 5. Évolution du nombre d’échanges total entre 1995 et 2014

Source : Auteurs

26Après avoir vu le dénombrement des produits types échangés, il est possible de distinguer le nombre de produits correspondant à une importation ou à une exportation. Il est important de comprendre que le dénombrement des produits types échangés total peut inclure soit une importation et une exportation d’un même produit, soit une importation seule dans le cas où il n’y a aucune exportation, soit une exportation seule dans le cas où il n’y a aucune importation. Ainsi, le nombre total obtenu pour chacun des trois dénombrements est différent du fait de ces inclusions.

27Au niveau des importations, le dénombrement des produits types échangés a doublé entre 1995 et 2014 en passant de 102 830 à 193 323. Au niveau de la répartition, le dénombrement des produits types échangés est constant au niveau des parts américaines (figure 6). En 1995, la part européenne était de 41 % contre 12 % pour les autres territoires. Vingt ans plus tard, en 2014, la part européenne était de 33 % contre 21 % pour les autres territoires. Les territoires insulaires caribéens ont diversifié leurs partenaires commerciaux au niveau de leurs importations de manière régionale et de manière lointaine (figure 3). C’est l’introduction de ces nouveaux partenaires commerciaux exportant vers les Caraïbes qui conduit à une relativisation des partenaires historiques. Désormais, les territoires insulaires caribéens disposent d’une grande gamme de produits provenant de la planète entière. Au niveau des valeurs échangées, il est intéressant de constater que les territoires insulaires caribéens ont tendance à s’affranchir de leur dépendance par rapport à l’Europe et aux États-Unis (figure 7). Ils ont renforcé leurs liens avec le reste de l’Amérique, mais surtout avec le reste du monde. Les importations entre ceux-ci et le pourtour des Caraïbes (États-Unis exclus) ont faiblement évolué en passant de 15 % à 18 %. À côté, la part des importations en provenance du reste de l’Amérique (Caraïbes et États-Unis exclus) a doublé en passant de 7 % à 11 %. Par contre, la part entre les États-Unis est en déclin en passant de 40 % à 30 %. Il en est de même avec l’Europe, dont la part a été divisée par deux en passant de 28 % à 16 %. Le déclin du poids des États-Unis et de l’Europe est à nuancer par rapport à la définition de l’espace d’étude. Tout échange entre Saint-Barthélemy, Saint-Martin, la Guadeloupe ou la Martinique avec un territoire insulaire caribéen est comptabilisé au sein de la valeur portée par la France (métropolitaine), de même, pour Porto Rico ou les Îles Vierges états-uniennes, dénombrés au sein de la valeur portée par les États-Unis. Ceci précisé, l’évolution la plus notable est celle des autres territoires, dont la valeur a été multipliée par 2,5 en passant de 10 % à 24 %. Cette évolution est d’autant plus impressionnante que la valeur des biens échangés a été multipliée par quatre en passant de 16,7 Md U.S.D. à 67,4 Md U.S.D.

28Au niveau des exportations, le dénombrement des produits types échangés a doublé entre 1995 et 2014 en passant de 22 809 à 41 720. Le déficit entre les valeurs des importations et des exportations attendu pour une économie insulaire est largement vérifiable (U.N.E.P., 1998 ; Bertram, 1986 ; Armstrong et Read, 1995, 1998, 2002, 2003 ; Poirine, 1993, 1995, 1996, 1999 ; Read, 2002, 2004). Au niveau de la répartition, le dénombrement des produits types échangés est constant au niveau des parts caribéennes (figure 8). La part des échanges des territoires insulaires caribéens entre eux et avec les États-Unis reste à peu près constante avec respectivement 49 % et 12 % en 1995, puis 47 % et 14 % en 2014. La part du reste de l’Amérique diminue légèrement en restant dans le même ordre de grandeur en passant de 8 % à 6 %. Il en est de même pour la part européenne en passant de 22 % à 19 %. Une nouvelle fois, l’évolution la plus notable concerne la catégorie du reste du monde qui double entre 1995 et 2014 en passant de 6 % à 14 %. De fait, la diversification des partenaires est beaucoup moins marquée que pour les importations. Le marché du pourtour caribéen semble avoir peu évolué. La diversification se joue entre les partenaires européens et le reste du monde, expliquant une nouvelle fois l’accroissement de la distance moyenne observée (figure 3). Si le poids des États-Unis n’est pas remis en question, celui de l’Europe l’a été considérablement, ce qui, sans être aussi marqué que pour les importations, correspond à une relativisation des partenaires commerciaux historiques des territoires insulaires caribéens. Leur ouverture au monde reste timide, mais réelle. Au niveau des valeurs des biens échangés, elle a été multipliée par trois et demi en passant de 11,6 Md U.S.D. à 40,6 Md U.S.D. La tendance observée pour les importations est confirmée : les territoires insulaires caribéens ont tendance à s’affranchir de leur dépendance par rapport à l’Europe et aux États-Unis (figure 9). Par contre, ils ont plutôt renforcé leur lien avec des partenaires américains (Caraïbes et États-Unis exclus) par rapport au reste du monde. La valeur des exportations entre les territoires insulaires caribéens et leurs partenaires a été multipliée par 2,3 en passant de 9 % à 20 %. La part entre les territoires insulaires caribéens et le reste du monde n’en reste pas moins importante puisqu’elle est passée de 6 % à 13 %, c’est-à-dire qu’elle a plus que doublé. La part entre les territoires insulaires caribéens et les territoires caribéens (États-Unis exclus) a été multipliée par 1,7, ce qui semble prouver que, malgré toutes leurs imperfections, les organisations régionales jouent leur rôle. Leur part est passée de 12 % à 19 %. Par contre, la part entre les États-Unis est en net déclin en passant de 49 % à 19 %. L’Europe s’en sort mieux en ne perdant que six points en passant de 24 % à 18 %. Une nouvelle fois, la remarque concernant les territoires d’outre-mer de la France et des États-Unis s’applique. Cela étant, elle n’enlève rien au fait que les exportations des territoires insulaires caribéens se concentrent sur les mêmes partenaires pendant toute la période considérée. Les partenaires historiques suivent des trajectoires différentes. Les États-Unis conservent leur poids, tandis que celui de l’Europe décline.

Figure 6. Évolution du nombre d’échanges au niveau des importations entre 1995 et 2014

Figure 6. Évolution du nombre d’échanges au niveau des importations entre 1995 et 2014

Source : Auteurs

Figure 7. Évolution de la valeur des importations entre 1995 et 2014

Figure 7. Évolution de la valeur des importations entre 1995 et 2014

Source : Auteurs

Figure 8. Évolution du nombre d’échanges au niveau des exportations entre 1995 et 2014

Figure 8. Évolution du nombre d’échanges au niveau des exportations entre 1995 et 2014

Source : Auteurs

29Les résultats étant encourageants, il est possible d’effectuer une analyse plus fine en introduisant les organisations régionales (A.E.C., O.E.C.O. et Cari.Com.), l’Union européenne, et les détails du « reste du monde ».

30Au niveau des Caraïbes, deux analyses peuvent être conduites : l’une concerne les échanges au sein des trois organisations internationales par rapport au reste du monde, l’autre concerne les échanges en distinguant au sein des trois organisations les espaces insulaires et les espaces continentaux. Afin de permettre la comparaison avec les résultats précédents, les parts calculées le sont par rapport à la totalité des échanges de l’année citée que ce soit en termes de nombre d’échanges ou de volumes (importations et exportations). Les Caraïbes ont vu leur marché se développer grâce à leurs organisations régionales. Au niveau du nombre d’échanges opérés par les territoires insulaires caribéens, 21 % s’opèrent au sein de l’A.E.C. en 1995, contre 21 % en 2014. L’O.E.C.O. et la Cari.Com. voient leur part respective diminuée en passant de 6 % en 1995 à 3 % en 2014 pour la première, et de 13 % à 10 % pour la seconde. Toutefois, ces chiffres doivent être nuancés par la valeur numéraire de ces échanges. Au niveau des importations, l’A.E.C. passe de 15 % en 1995 à 18 % en 2014, avec un pic notable de 29 % en 2008. Pour l’O.E.C.O., la tendance est à la baisse en passant de 0,4 % en 1995 à 0,2 % en 2014. Par contre, la part de la Cari.Com. reste à peu quasi-constante : 4,3 % en 1995 et 4,4 % en 2014. Au niveau des exportations, les tendances observées suivent les mêmes variations. L’A.E.C. passe de 11 % à 18 %, et l’O.E.C.O., de 1,9 % en 1995 à 1 % en 2014. Par contre, la Cari.Com. double sa part en passant de 6 % en 1995 à 11 % en 2014. Si l’O.E.C.O. semble être un échec, l’A.E.C. et la Cari.Com. connaissent un relatif succès qui doit lui-même être relativisé par le poids des territoires continentaux membres de ces organisations.

Figure 9. Évolution de la valeur des exportations entre 1995 et 2014

Figure 9. Évolution de la valeur des exportations entre 1995 et 2014

Source : Auteurs

31En distinguant les espaces insulaires des espaces continentaux, la part des échanges observés pour la zone caribéenne se décline en 12 % du nombre d’échanges total en 1995 pour les premiers, contre 9 % pour les seconds. En 2014, la part des premiers s’évalue à 12 %, contre 10 % pour les seconds. Il y a ainsi plus d’échanges entre les îles entre elles qu’entre les îles et le pourtour caribéen (États-Unis exclus). Par contre, en termes de valeurs, en 1995, les importations pour les premiers représentent 4 % contre 11 % pour les seconds. En 2014, pour les premiers, on est passé à 7 % contre 12 % pour les seconds. Au niveau des exportations, les premiers représentent 6 % contre 6 % pour les seconds en 1995. La situation évolue en faveur des premiers avec 11 % contre 9 % en 2014. Ainsi, en vingt ans, les îles échangent beaucoup plus de produits types entre elles.

32Entre 1995 et 2014, les évolutions structurelles à l’échelle de la planète sont très lentes, mais les organisations régionales caribéennes tendent à jouer leur rôle en termes de développement des échanges.

33Au niveau des échanges entre les territoires insulaires caribéens et l’Union européenne, l’évolution observée pour l’ensemble de l’Europe se confirme. L’Union européenne de 1995, c’est-à-dire à quinze, représente 35 % du nombre d’échanges avec les territoires insulaires caribéens contre 29 % avec l’Union européenne de 2014, c’est-à-dire à vingt-sept. En termes de volumes, au niveau des importations, l’Union européenne représentait 25 % en 1995 des importations des territoires insulaires caribéens contre 14 % en 2014. Au niveau des exportations, l’Union européenne représentait 22 % des exportations des territoires insulaires caribéens en 1995 contre 15 % en 2014. Cela traduit bien le recul de l’Union européenne dans les échanges caribéens à l’instar des États-Unis.

34Pour finir, il faut détailler la catégorie « reste du monde ». Les territoires insulaires caribéens échangent peu avec l’Afrique, l’Océanie et l’Antarctique de 1995 à 2014 ; les taux variant pour l’ensemble de 3 à 4 %. La grande évolution concerne les échanges entre les territoires insulaires caribéens et l’Asie qui sont passés de 7 % en 1995 à 17 % en 2014 du point de vue du nombre d’échanges avec les territoires insulaires caribéens. Tout en étant fortement déséquilibré entre elles, les importations et les exportations en dollars croissent de 1995 à 2014. Les premières passent de 6 % en 1995 à 20 % en 2014 ; les secondes, de 3 % en 1995 à 8 % en 2014. L’essentiel est porté par la croissance de la Chine. En 1995, les importations entre les territoires insulaires caribéens et la Chine étaient de 2 %, contre 8 % en 2014. En 1995, les exportations entre les territoires insulaires caribéens et la Chine étaient de 1,7 %, contre 2,3 % en 2014. En 2014, la Chine prend ainsi peu à peu la place qu’occupaient l’Europe et les États-Unis en 1995.

35Entre 1995 et 2014, les territoires insulaires caribéens ont ainsi diversifié leurs fournisseurs, mais peinent à trouver de nouveaux clients, mis à part eux-mêmes via leurs organisations régionales. Toutefois, leur affranchissement par rapport à l’Europe au profit d’autres partenaires plus lointains est réel. En revanche, ces territoires conservent leur dépendance économique, à de rares exceptions près comme Trinité-et-Tobago, mais ils ne sont pas non plus tombés dans une néo-colonisation états-unienne, malgré le poids important que les États-Unis conservent sur ces territoires au niveau des échanges de biens.

Conclusion

36L’économie insulaire caribéenne s’est considérablement complexifiée avec le processus de mondialisation. D’un côté, les grandes caractéristiques des économies insulaires sont vérifiées, mais, de l’autre, les éléments explicatifs de cet archétype ont changé. Ce double constat met en avant un fait : la mondialisation, porteuse d’espoir pour les espaces insulaires selon les travaux des années 1990, n’a pas été à la hauteur de ceux-ci. Les indicateurs globaux (solde commercial, taux de couverture, etc.) demeurent « catastrophiques » pour des territoires indépendants ou autonomes. Aussi, ce travail de recherche ne met pas en avant les bienfaits hypothétiques de la mondialisation des échanges, mais les efforts effectués par ces territoires insulaires caribéens pour s’y insérer dans les échanges internationaux de marchandises. Malgré tout, leur état de dépendance ne s’est guère amélioré. C’est le résultat fondamental de cette étude. Bien qu’ils se soient ouverts au monde, les territoires insulaires caribéens n’ont guère vu de grands changements. Au contraire, leur dépendance s’en est retrouvée accrue. Les taux de couverture restent très bas, et de nouveaux partenaires, autres que les États-Unis ou les territoires européens, qu’ils soient américains ou asiatiques, ne changent rien à cet état de fait. Désormais, les territoires insulaires caribéens ont le choix des territoires qui exerceront sur eux une domination économique, mais ils demeurent très loin de leur indépendance économique. Cela conduit à une question légitime. Le modèle mondialisé est-il pertinent pour les territoires insulaires caribéens, et plus généralement pour les espaces insulaires ? Une tentative de relocalisation des biens importés sur ces territoires, notamment les marchandises agricoles, ne serait-elle pas plus pertinente, afin de réduire leur dépendance extérieure ? Les organisations régionales ont montré une intégration plutôt efficace, même si elle est loin d’être parfaite, mais les liens inter-insulaires ne valent pas les liens économiques îles-territoires continentaux. Serait-il possible de renforcer les premiers au détriment des seconds ?

Haut de page

Bibliographie

Armstrong, H. W. & Read, R. (1995). “Western European microstates and EU autonomous regions. The advantage of size and sovereignty”, World Development, 23(8):1229–1245.

Armstrong, H. W. & Read, R. (1998). “Trade and growth in small states: the impact of global trade liberalization”, World Economy Global trade policy, 21(4): 563–585.

Armstrong, H. W. & Read, R. (2002). “The phantom of liberty? Economic growth and the vulnerability of small states”, Journal of International Development, 14(4): 435–458.

Armstrong, H. W. & Read, R. (2003). “Small states and small island states: implications of size, location and isolation for prosperity”, In J. Poot, On the edge of the global economy: implications of economic geography for small and medium-sized economies at peripheral locations, Cheltenham, Edward Elgar.

Atkins, J., Mazzi, S. & Easter, C. D. (2000). A Commonwealth vulnerability index for developing countries: The position of small states, London, The Commonwealth Secretariat.

Bertram, G. (1986). “Sustainable development in Pacific microeconomies”, World Development, 14(7): 809–822.

Bertram, G. (2003). “On the convergence of small island economies with their metropolitan patrons”, World Development, 32(2): 343–364.

Borgatti, L. (2007). “Pacific islands’ bilateral trade. The role of remoteness and of transport costs” Research Paper (21).

Briguglio, L. P. (1995). “Small island developing states and their economic vulnerabilities”, World Development, 23(9): 1615–1632.

Dasque, J.-M. (2011). « Les États insulaires du pacifique sud, entre unité et diversité », Questions internationales : 10.

Doumenge, F. (1985). « Les Îles et les micro-États insulaires », Hérodote (37-38): 297–327.

du Luart, R. (2003). Rapport pour le Sénat sur le projet de loi de programme pour l’Outre-mer, Paris, Sénat.

Easterly, W. & A. Kraay (2000). “Small states, small problems? Income, growth, and volatility in small states”, World development, 28(11): 2013–2027.

Fabry, V. (2005). “L’outre-mer dans les ensembles régionaux », Pouvoirs (113):137–151.

Gay, J.-C. (2008). L’outre-mer français. Un espace singulier, Paris, Belin. 2e édition augmentée.

Maillard, J.-C. (2006). « Économie maritime et insularité : le cas des îles tropicales », Les cahiers d’Outre-mer (234):167–198.

McElroy, J. L. & M. Mahoney (2000). “The propensity for dependence in island microstates”, Insula, 9(1): 32–35.

Poirine, B. (1993). « Rente géo-stratégique et avantage comparatif des petites économies insulaires », Revue française d’économie (4): 87–119.

Poirine, B. (1995). Les petites économies insulaires : théorie et stratégies de développement, Paris, L’Harmattan.

Poirine, B. (1996). « La contribution de la substitution d’importation à la croissance dans les D.O.M.-T.O.M. (1977-1989) », Revue française d’économie (11): 167–192.

Poirine, B. (1999). « A theory of aid as trade with special reference to small islands”, Economic Development and Cultural Change, 47(4): 831–852.

Read, R. (2002). “Growth, economic development and structural transition in small vulnerable states”, In S. M. Murshed, Globalization, marginalization and development, London, Routledge: 171–184.

Read, R. (2004). “The implications of increasing globalization and regionalism for the economic growth of small island states”, World Development, 32(2): 365–378.

Reitel, B. (1993). Logiques de desserte d’un espace d’archipels : l’exemple des transports dans le Pacifique insulaire, 2 volumes, Thèse de doctorat, Strasbourg, Université Louis Pasteur de Strasbourg.

Seetanah, B. (2011). “Assessing the dynamic economic impact of tourism for island economies”, Annals of tourism research, 38(1): 291–308.

Taglioni, F. (1997). « Géopolitique et insularité : l’exemple des Petites Antilles », dans A.-L. Sanguin, Vivre dans une île. Une géopolitique des insularités, Paris, L’Harmattan : 175–189.

U.N.E.P. (1998). Report of the Secretary-General on the Development of a Vulnerability Index for Small Island Developing States to Economic and Social Council. http://www.islands.unep.ch/Reports to the 6th CSD.

Verny, J. & Forriez, M. (2019). « Le couple continu-discontinu. Exemple des échanges dans l’espace insulaire caribéen », dans Penser avec les discontinuités en géographie, Arras, Presses universitaires de l’Artois [soumis].

Haut de page

Notes

1 Ce travail est réalisé dans le cadre du projet de recherche collaboratif et pluridisciplinaire CLASSE, avec les soutiens de l’Union européenne et de la région Normandie.

2 Aruba (abw), Anguilla (aia), Antilles néerlandaises (ant), Antigua-et-Barbuda (atg), Bahamas (bhs), Bermudes (bmu), Barbade (brb), Cuba (cub), Caïmans (cym), Dominique (dma), République dominicaine (dom), Grenade (grd), Haïti (hti), Jamaïque (jam), Saint-Christophe-et-Niévès (kna), Sainte-Lucie (lca), Montserrat (msr), Turques-et-Caïques (tca), Trinité-et-Tobago (tto), Saint-Vincent-et-les Grenadines (vct) et Îles Vierges britanniques (vgb)

3 Aruba (abw), Anguilla (aia), Antigua-et-Barbuda (atg), Bonaire, Saint-Eustache et Saba (bes), Bahamas (bhs), Bermudes (bmu), Barbade (brb), Cuba (cub), Curação (cuw), Caïmans (cym), Dominique (dma), République dominicaine (dom), Grenade (grd), Haïti (hti), Jamaïque (jam), Saint-Christophe-et-Niévès (kna), Sainte-Lucie (lca), Montserrat (msr), Sint Maarten (sxm), Turques-et-Caïques (tca), Trinité-et-Tobago (tto), Saint-Vincent-et-les Grenadines (vct) et Îles Vierges britanniques (vgb)

4 Liste des territoires insulaires : Anguilla, Antilles néerlandaises (1995-2010), Antigua-et-Barbuda, Aruba, Bahamas, Barbade, Bermudes, Bonaire, Saint-Eustache et Saba (2011-2014), Caïmans, Cuba, Curação (2011-2014), Dominique, République dominicaine, Guadeloupe, Grenade, Haïti, Jamaïque, Martinique, Montserrat, Saint-Barthélemy, Saint-Christophe-et-Niévès, Saint-Martin, Saint-Vincent-et-les Grenadines, Sainte-Lucie, Sint Maarten (2011-2014), Trinité-et-Tobago, Turques-et-Caïques et Îles Vierges états-uniennes
Liste des territoires continentaux : Belize, Colombie, Costa Rica, El Salvador, Guatemala, Guyana,
Guyane française, Honduras, Mexique, Nicaragua, Panama, Suriname et Venezuela

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Diagramme des importations et des exportations moyennes des territoires insulaires caribéens de 1995 à 2014
Crédits Source : Auteurs
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16976/img-1.png
Fichier image/png, 26k
Titre Figure 2. Diagramme des importations et des exportations moyennes des territoires insulaires caribéens faiblement dynamiques de 1995 à 2014
Crédits Source : Auteurs
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16976/img-2.png
Fichier image/png, 22k
Titre Figure 3. Évolution des distances moyennes pour chaque territoire
Crédits Source : Auteurs
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16976/img-3.png
Fichier image/png, 160k
Titre Figure 4. Distribution statistique des distances inter-centroïdes entre les partenaires commerciaux et l’un des territoires insulaires caribéens de 1995 à 2014
Crédits Source : Auteurs
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16976/img-4.png
Fichier image/png, 17k
Titre Figure 5. Évolution du nombre d’échanges total entre 1995 et 2014
Crédits Source : Auteurs
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16976/img-5.png
Fichier image/png, 49k
Titre Figure 6. Évolution du nombre d’échanges au niveau des importations entre 1995 et 2014
Crédits Source : Auteurs
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16976/img-6.png
Fichier image/png, 47k
Titre Figure 7. Évolution de la valeur des importations entre 1995 et 2014
Crédits Source : Auteurs
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16976/img-7.png
Fichier image/png, 50k
Titre Figure 8. Évolution du nombre d’échanges au niveau des exportations entre 1995 et 2014
Crédits Source : Auteurs
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16976/img-8.png
Fichier image/png, 46k
Titre Figure 9. Évolution de la valeur des exportations entre 1995 et 2014
Crédits Source : Auteurs
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/16976/img-9.png
Fichier image/png, 49k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Verny et Maxime Forriez, « L’impact des échanges de biens de 1995 à 2014 sur l’organisation régionale des territoires insulaires caribéens  », Études caribéennes [En ligne], 43-44 | Août-Décembre 2019, mis en ligne le 30 octobre 2019, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/16976 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.16976

Haut de page

Auteurs

Jérôme Verny

Directeur de l’institut de recherche MOBIS – NEOMA Business School, 1, rue du maréchal Juin, 76 160 Mont-Saint-Aignan, jerome.verny@free.fr

Maxime Forriez

Chercheur, HIGHFI – HF-LAB, 41, boulevard des Capucines, 75 002 Paris, maxime.forriez@highfi.net

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals