Navigation – Plan du site
Hors-dossier

Côte d’Ivoire : les aires protégées entre politique de conservation contrastée et réinterprétation sociale

Ivory Coast: Protected Areas between Contrasting Conservation Policy and Social Reinterpretation
Walter Kouamé Kra

Résumés

La dégradation des aires protégées en Côte d’Ivoire est analysée dans ce papier sous l’angle des logiques d’intérêts contradictoires des parties prenantes à leur exploitation. Dans une démarche qualitative ayant privilégié la théorisation ancrée et des entrevues individuelles approfondies complétées par des données secondaires, l’article met en relief les contradictions de la politique de gestion des aires protégées. Ces contradictions sont opportunément réinterprétées par les occupants illégaux comme une prime tacite à la colonisation de ces milieux naturels pour la culture du cacao dont la Côte d’Ivoire reste le premier producteur mondial. Elles mettent ainsi en relief toute la socialité du désastre écologique en cours dans le pays, dépassant la thèse qui attribue, dans la littérature, les causes de cette dégradation essentiellement à l’urbanisation et à la pression anthropique d’ordre existentiel.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis plusieurs décennies, les aires protégées ivoiriennes subissent une dégradation continue. Plusieurs travaux le confirment (Lauginie, 1995 ; Lauginie, 2007 ; N’da, 2008 ; Eugène, 2009 ; Bi, 2013 ; Kadjo, 2014 ; Kra, 2016). En face, les autorités ivoiriennes affichent une volonté politique pour la relance de leur conservation. Lors d’une conférence de presse tenue en février 2015 à Abidjan, le ministre ivoirien des eaux et forêts affirmait : « La forêt ivoirienne vit une tragédie. La faune, la flore ainsi que nos eaux sont en danger. La forêt ivoirienne se meurt. Elle est en voie de disparition simplement. (…) Au vu des désastres, le gouvernement a décidé de prendre des mesures en vue de protéger la forêt et la faune ». Notre article analyse la dynamique de la dégradation, qui semble irréversible malgré cette volonté politique. D’où la question : comment et pourquoi les aires protégées ivoiriennes se dégradent-elles continuellement nonobstant la volonté des pouvoirs publics d’y mettre un terme ?

2La littérature sur les aires protégées en présente deux principaux facteurs de dégradation. D’abord, il y a l’urbanisation en tant que processus d’aménagement (Meyer, 2007) et de transformation des comportements (Breton, 2004). Ensuite, il y a la pression anthropique des populations riveraines en quête des besoins vitaux (Sambou et al., 1994 ; Weber 1995 ; Wardell et Lund, 2004 ; Houndagba et al., 2007 ; Mbayngone et Thiombiano, 2011 ; Hamidou et al., 2012 ; Amani et Touré, 2015). Pour contenir la dégradation et assurer une conservation optimum des aires protégées, des réponses techniques ont été formulées sous forme d’outils de planification (Thomas, 2011), d’outils de gestion (Tarchiani et al., 2008 ; Abid, 2008 ; Triplet, 2009) et d’outils de surveillance spatiale (Demaze et Fotsing, 2006 ; Mayaux et al., 2007). En plus des réponses techniques, il existe des réponses institutionnelles (Agbényo, 2007 ; Ona, 2008 ; Dudley, 2008 ; Chatelard et Paris 2011) et programmatiques (Lorng, 2000 ; Binot et Joiris 2007 ; Honloukou, 2007 ; Yaméogo, 2010 ; Koffi, 2013). D’autres auteurs ont travaillé sur l’évaluation de ces réponses en proposant des outils de mesure (Pomeroy et al., 2006 ; Hockings, 2008).

3Les facteurs anthropiques de dégradation des aires protégées ne mettent pas suffisamment l’accent sur les processus interactifs et les jeux d’acteurs. Pourtant les parties prenantes qui gèrent ou exploitent ces milieux naturels, interagissent selon des logiques d’intérêts opposés voire conflictuels. Ce sont ces interactions contrastées que nous questionnons dans ce papier. Étudier, en effet, les aires protégées comme des champs d’intérêts contradictoires permettront de comprendre davantage les facteurs de la dégradation. Les résultats de la recherche pourraient inspirer des réponses plus globales qui intègrent efficacement les réponses techniques, institutionnelles et programmatiques. Nous entendons par « aires protégées », des espaces géographiques clairement définis, reconnus, dédiés et gérés, par des moyens légaux ou autres, afin de favoriser la conservation à long terme de la nature, des services écosystémiques et des valeurs culturelles qui y sont liés (source : Union internationale pour la conservation de la nature, en abrégé UICN). Au regard de cette définition, notre objet d’étude inclut les parcs nationaux, les réserves naturelles, les forêts classées et les espaces forestiers sans statut officiel de conservation, mais reconnus pour leur importance écologique avérée et défendus par des structures spécialisées. À l’intérieur de ces espaces, nous nous intéressons aux logiques d’acteurs contradictoires qui agissent comme des catalyseurs de la dégradation.

4La démarche méthodologique de l’étude est qualitative et privilégie l’approche par la théorisation ancrée. Des entretiens individuels ont été menés sur le terrain, auprès des gestionnaires, des occupants et des communautés riveraines des aires protégées. Ils ont porté sur la dynamique de la dégradation et les intérêts qui la sous-tendent. Les entretiens ont été complétés par une recherche documentaire auprès des structures en charge de la conservation et par une revue de la presse locale et internationale sur la question du couvert forestier ivoirien. Guidé par les principes de la triangulation et du seuil de saturation, nous avons constitué un corpus de données primaires et un corpus de données secondaires. Ils ont fait l’objet d’une analyse de contenu thématique qui a conduit à des résultats structurés autour de trois points :

  1. Le premier point traite de la dégradation des aires protégées ivoiriennes en mettant l’accent, d’un côté sur l’ampleur du phénomène et de l’autre sur les contradictions de la politique de conservation.

  2. Dans le deuxième point, nous analysons la réinterprétation de ces contradictions qui, tout en traduisant l’ambiguïté de la politique de conservation, suscitent chez les occupants des aires protégées, des perceptions et des pratiques d’exploitation subséquentes.

  3. Le troisième point enfin porte sur la complexité de l’occupation humaine des aires protégées, un phénomène à la fois porteur de transformations sociales et de conflits d’intérêts qui en fondent son caractère probablement irréversible.

1. La dégradation des aires protégées sur fond de contradictions

5La dégradation des aires protégées ivoiriennes est un phénomène sociohistorique qui a commencé timidement dans les années 1960 et s’est accentué au fil des décennies. La décennie 2002-2011 marque une étape importante dans cette dynamique destructrice en raison de la guerre et des zones de « non-droit » qu’elle a générées.

1.1. Des milieux naturels en voie de disparition

  • 1 Il s’agit de la liste des zones humides d’importance internationale. L’objectif de la Convention de (...)
  • 2 La Sodefor (Société de développement des forêts) est une société d’État créée en 1966 et chargée de (...)
  • 3 L’Oipr (Office ivoirien des parcs et réserves) est une structure étatique créée en 2002 dont la mis (...)

6La Côte d’Ivoire compte un réseau de 13 parcs nationaux et réserves naturelles qui s’étendent sur 21 038 km2, soit 6,53 % du territoire national estimé à 322 463 km2 (Lauginie, 2007). Trois, parmi, ces aires protégées figurent sur la liste des sites du patrimoine mondial de l’UNESCO. Il s’agit du parc national de la Comoé (le plus grand d’Afrique de l’Ouest, au nord-est), du parc national de Taï (au sud-ouest) et de la réserve intégrale du Mont Nimba (à l’ouest). Deux autres milieux naturels sont inscrits sur la liste de Ramsar1 (le parc national d’Azagny et celui des îles Ehotilé au sud). En plus des parcs nationaux et réserves naturelles, l’on dénombre 231 forêts classées qui couvrent plus de 4 millions d’hectares. Après plusieurs décennies de pression anthropique, le couvert forestier en général et celui des espaces protégés en particulier ont été considérablement réduits. De 16,5 millions d’hectares de forêt en 1960, la Côte d’Ivoire compte aujourd’hui environ 2 millions d’hectares, soit 13 % du territoire national contre le minimum de 20 % requis par la norme internationale. Cette disparition du couvert forestier s’est effectuée à un rythme de 300 000 hectares par an (Source : Sodefor2). Environ 50 % de la superficie totale couverte par l’ensemble des forêts classées du pays a été illégalement occupée et colonisée par des activités agricoles (source : idem). De même, la quasi-totalité des 13 parcs nationaux et réserves naturelles ont subi des infiltrations à plus ou moins grande échelle (source : Oipr3).

7La dégradation des milieux naturels s’est opérée dans un contexte sociohistorique favorable. La politique économique mise en place au lendemain de l’indépendance du pays en 1960 était essentiellement axée sur le binôme café-cacao, des cultures forestières par excellence, et dans une moindre mesure, sur l’exploitation du bois d’œuvre. Ce choix économique a fortement incité à la déforestation et à la culture du cacao, sous le leadership d’Houphouët-Boigny, premier président de la Côte d’Ivoire indépendante. Il se définissait lui-même comme planteur et ardent défendeur de la célèbre formule : « la terre (ou la forêt) appartient à celui qui la met en valeur ». Indistinctement, le couvert forestier a été pris d’assaut dans le centre-ouest, l’ouest et le sud-ouest en grande partie par les populations allochtones du centre et du nord de la Côte d’Ivoire (Baoulé, Senoufo, Lobi, Koulango, etc.). Ce fut le début des premières infiltrations des aires protégées, un phénomène qui s’est installé dans la durée. La production cacaoyère émanant de ces milieux naturels était reversée dans la production nationale et générait, de facto, des revenus pour les caisses de l’État.

8La colonisation des aires protégées s’est accentuée à la faveur de la décennie de crise 2002-2011 avec des flux d’infiltrations d’allogènes Burkinabés. Cette crise a affaibli les capacités de gestion et de contrôle de ces milieux naturels, ce qui en a favorisé l’infiltration massive. Tout de même, les retombées financières du cacao au niveau national restaient, en partie, imputables à la production des fèves en provenance de ces habitats naturels. De plus, même après la réunification du pays et le redéploiement du dispositif de gestion desdits habitats, les implantations humaines se sont poursuivies avec, à la clé, une production cacaoyère toujours en hausse.

9En somme, la dégradation des aires protégées a été favorisée par une pression anthropique qui mettait en danger l’équilibre écologique. Mais cette pression a contribué à maintenir la Côte d’Ivoire au premier rang mondial des producteurs de cacao. Elle a également généré des revenus importants pour ce pays dont « le succès repose sur l’agriculture [un autre célèbre slogan d’Houphouët-Boigny repris en boucle sur la chaîne de télévision nationale pendant plusieurs années] ». Selon les statistiques officielles, l’agriculture dont le binôme café-cacao constitue le pilier central, assure plus de 30 % du produit intérieur brut, 70 % des recettes d’exportation et occupe plus de 60 % de la population active (source : Ministère de l’Agriculture de Côte d’Ivoire). Malgré les risques liés à la disparition effrénée des aires protégées, la production cacaoyère qui en est issue constitue une réelle opportunité stratégique. Lauginie (2007) a qualifié cette situation de laxisme, estimant que la législation en matière de protection de ces espaces constituait une base solide. Il suffirait de la faire appliquer par « (…) l’abandon du véritable laxisme qui s’est installé à beaucoup de niveaux et l’octroi d’un budget autre que symbolique à l’administration concernée [allusion aux instances administratives en charge de cette protection] » (Lauginie, 2007 : 31). Dans les lignes qui suivent, nous tenterons de scruter ce « laxisme » à travers les contradictions qui ont miné et minent encore aujourd’hui la politique de gestion des aires protégées.

1.2. Les contradictions de la politique de gestion des aires protégées

10Ces contradictions renvoient à des pratiques ou à des mesures paradoxales que des structures gouvernementales cautionnent, au moins passivement, dans la gestion des aires protégées. L’État, en tant qu’entité de gestion et de contrôle des ressources forestières, est en contradiction avec lui-même. Les contradictions se caractérisent par la « tolérance » de ces pratiques, au lieu d’être interdites, voire réprimées conformément aux règles en vigueur édictées par le même État. En d’autres termes, comme cela nous a été moult fois répété sur le terrain, « les gens [allusion aux acteurs étatiques directement impliqués dans la gestion des aires protégées] voient, mais ne disent rien ». Il y a donc une sorte d’omerta, passivement entretenue autour de l’exploitation illégale des espaces protégés.

  • 4 Il existe, par exemple, des coopératives d’achat de fèves de cacao issues, pour l’essentiel du parc (...)
  • 5 C’est le cas, par exemple, des élèves de CM2 de l’école primaire du parc national de la Marahoué (r (...)
  • 6 Le parc national de la Marahoué offre régulièrement ce scénario pendant les élections locales et pr (...)

11Les contradictions existent sous deux formes principalement. Il y a d’abord les contradictions liées aux pratiques relevant de tutelles ministérielles différentes impliquées dans la problématique des aires protégées. La commercialisation des fèves de cacao issues de ces espaces et reversées dans la production nationale par le fait des opérateurs agréés (acheteurs, coopératives, exportateurs)4 s’effectue sous la houlette du Conseil du Café-Cacao dont la tutelle technique est assurée par le Ministère de l’Agriculture. Ceci, alors que dans le même temps, la culture du cacao est interdite dans les aires protégées par le ministère des Eaux et forêts dont la Sodefor et l’Oipr sont appelées à faire respecter les mesures d’interdiction. En outre, l’arrimage des systèmes scolaires des aires protégées au système scolaire national est opéré par des structures locales de l’enseignement primaire relevant de la tutelle du ministère de l’Éducation nationale5. Bien qu’obéissant au droit de l’enfant à être scolarisé, cet arrimage sonne comme une prime à la sédentarisation des occupants dans les aires protégées. Ce registre de justification au nom du droit à l’école ou à la santé est également utilisé pour « tolérer » les activités sanitaires (sensibilisation, vaccination, etc.) menées dans les espaces protégés. Ces faits sont en discordance avec la politique de déguerpissement décidée par l’État ; politique mise en œuvre par le ministère des Eaux et forêts à travers l’action de la Sodefor (menée dans les forêts classées) et de l’Oipr (menée dans les parcs nationaux et réserves naturelles). Il en va ainsi pour les opérations de vote menées, pendant les joutes électorales, dans des aires protégées à l’initiative de structures dépendant du ministère de l’Intérieur contrairement à la logique d’expulsion en cours6.

12Il y a ensuite les contradictions liées aux pratiques observées au sein même du ministère en charge des aires protégées. Il s’agit, en règle générale, d’agents indélicats de surveillance qui acceptent de se faire soudoyer pour « fermer les yeux » sur les infiltrations ou l’exploitation clandestine de ces ressources naturelles. Cette pratique s’observe pour les activités agricoles réalisées dans les aires protégées contre la réglementation en vigueur, mais également pour d’autres types d’activités (braconnage, sciage, orpaillage). Une restauratrice rencontrée à Biankouma, localité abritant le parc national du mont Sangbé, nous a rapporté avoir plusieurs fois donné des pots-de-vin (argent espèce, cadeau en nature) à des agents en charge de la lutte contre le braconnage. En retour, elle dit avoir obtenu leur silence sur la commercialisation du gibier provenant de cette aire protégée. Les contradictions marquent du sceau de l’ambiguïté la politique de gestion des aires protégées. Elles sont révélatrices d’une politique de l’autruche que résument les propos de cet infiltré interviewé dans le parc national de la Marahoué : « Ils ne nous ont jamais dit de rester. Ils ne nous ont pas dit également de continuer à faire des plantations. Ils viennent nous chasser des plantations, puis disparaissent. Ensuite, ils reviennent nous dire de ne pas dépasser la ligne [allusion à une limite à ne pas franchir à l’intérieur du parc], puis disparaissent à nouveau… »

13Le phénomène de gestion ambiguë des espaces naturels protégés a été également observé au Ghana (Wardell et Lund, 2004). Dans ce pays, les aires protégées en tant que patrimoines fonciers appartiennent aux autochtones, mais leur sont strictement interdites d’accès par l’État. Cette situation a favorisé l’émergence de pratiques de gestion de ces espaces qui, dans le nord du pays, diffèrent des politiques affichées. Des arrangements subtils permettent, en effet, une colonisation agraire des forêts classées. Ce phénomène est « toléré » par les autorités administratives et politiques, ce qui rend complexe la gestion de ces milieux naturels. Des similitudes existent donc entre le cas ghanéen et le cas ivoirien, tous deux faisant état de contradictions qui traversent la politique de gestion des aires protégées. Mais à la différence que ces contradictions se nourrissent, côté ghanéen, de la réinterprétation du statut juridique de ces patrimoines écologiques qui sont la propriété des autochtones sans vraiment leur appartenir. Côté ivoirien, elles font plutôt le lit de la réinterprétation de la politique ambiguë de gestion des aires protégées.

2. La réinterprétation de l’ambiguïté comme un feu vert tacite

14La politique ambiguë de gestion des aires protégées est vécue par les occupants comme une prime à la poursuite de l’exploitation illégale de ces espaces qui, somme toute, produisent « une bonne partie du cacao ivoirien ». Cette réinterprétation génère, d’une part, des perceptions des milieux naturels défavorables à l’équilibre écologique et, d’autre part, des pratiques tout aussi destructrices qui découlent de ces perceptions.

2.1. Les perceptions des aires protégées chez les occupants

15Les occupants perçoivent, avant tout, les aires protégées comme une opportunité socio-économique qui s’offre à qui peut et sait la saisir. Elles sont, en effet, considérées comme des forêts destinées à être cultivées comme toutes les autres forêts ordinaires, en vue d’en tirer les revenus nécessaires à la satisfaction des besoins existentiels. Cette perception trouve une origine profonde dans un principe clé de la politique agricole des années 1980. Selon ce principe « la forêt appartient à celui qui la met en valeur ». Les agriculteurs, y compris ceux qui occupaient déjà les aires protégées, l’ont compris comme une invite à coloniser les forêts, sans exception. La perception des aires protégées comme une opportunité socio-économique s’est confortée au travers d’expériences de forte ascension sociale de personnes ayant évolué dans ces espaces écologiques. Du parc national de la Marahoué au parc national du mont Péko en passant par celui du mont Sangbé, il nous a été souvent raconté des expériences d’occupants partis de rien pour se retrouver, en quelques années d’exploitation, détenteurs d’un patrimoine agricole pesant jusqu’à 50 hectares de cacao. De même, il nous a été rapporté les cas de hauts responsables administratifs ou politiques ayant fait leurs études primaires dans les aires protégées. Les propos de cet occupant sexagénaire du parc national de la Marahoué en témoignent : « Des hauts cadres [allusion aux fonctionnaires de haut rang] ont passé leur enfance et adolescence dans le parc où ils ont leurs parents. C’est de là qu’ils sont allés à l’école, ensuite au collège et à l’université ».

16Les occupants perçoivent également les aires protégées comme des espaces sociaux d’expression de solidarité interethnique ou parentale. Des occupants que nous avons rencontrés dans le parc national du Mont Sangbé ont affirmé l’avoir d’abord infiltré seuls avant de faire venir leurs proches (frères, oncles, neveux, épouses). Ces faits montrent que le projet d’occupation se construit, avant tout, autour d’une valeur essentielle : la solidarité familiale, communautaire ou ethnique. Cette solidarité consiste, pour un membre de la famille ou de la communauté d’origine, à infiltrer l’aire protégée, dans un premier temps en guise d’exploration et à y prendre pied. Dans un deuxième temps, il favorise, au moyen des premiers revenus gagnés grâce aux activités agricoles, l’arrivée d’autres membres de la famille ou de la communauté. Ces derniers servent de main-d’œuvre pour étendre la parcelle initiale et, au fil du temps, le premier arrivant les aide à acquérir leurs propres parcelles. Selon le même principe de solidarité, certains des expulsés du parc national du Mont Péko, évacué sur décision gouvernementale en juillet 2016, ont migré vers les forêts classées du Goin-Debé, de Scio et de Cavally (toujours à l’ouest) où leur infiltration a été facilitée par des liens parentaux ou affinitaires.

  • 7 La Forêt des Marais Tanoé-Ehy (FMTE) a été identifiée par le Centre Suisse de Recherches Scientifiq (...)
  • 8 Cette structure, dont nous taisons volontairement le nom par principe éthique, est spécialisée dans (...)
  • 9 Source : Extrait d’un article en ligne publié par Jeune Afrique, 18 mars 2009, URL : http://www.jeu (...)

17En outre, il existe une perception messianique de l’exploitation des milieux naturels, notamment chez les entreprises agro-industrielles. En effet, des entreprises agro-industrielles construisent leur droit d’exploiter des aires protégées sur la légitimité que leur confèrent, dans le cadre d’un projet d’exploitation, l’implantation d’infrastructures socio-économiques et la création d’emplois subséquents, deux rôles prioritairement dévolus à l’État, mais insuffisamment remplis dans le contexte ivoirien. Ce phénomène se reconnaît à des situations où l’entreprise agro-industrielle, nonobstant les résistances à la réalisation d’un projet susceptible de mettre à mal l’équilibre écologique, persiste à le réaliser. Dans cette dynamique, est mise en avant la rhétorique des retombées socio-économiques du projet pour les communautés environnantes. Le discours légitimateur des responsables d’une société agro-industrielle pour justifier la réalisation d’un projet de création d’une plantation industrielle dans la forêt des marais de Tanoé7 (sud-est de la Côte d’Ivoire, dans le département de Tiapoum) en est une illustration. L’un d’eux, répondant par voie de presse à une structure spécialisée8, opposée au projet pour son caractère potentiellement destructeur, a dit ceci : « Faux ! Ce projet est viable. Nous avons demandé une étude à impact environnemental. [Ce projet permettra de] construire des infrastructures et va générer des revenus aux planteurs ».9

2.2. Les pratiques d’agression des aires protégées

  • 10 Source : Extrait d’un article en ligne publié par Jeune Afrique, 1er août 2016, URL : http://www.je (...)

18Trois pratiques découlent principalement des perceptions des milieux naturels chez les occupants ou exploitants. Il y a d’abord la pratique du « déguerpi sans être parti » ou la réinfiltration sporadique de la même aire protégée. C’est une pratique qui consiste, pour les occupants, à s’inscrire dans la dynamique du déguerpissement en acceptant d’être expulsés des aires protégées, pour s’établir, en règle générale, dans les villages environnants. Mais de là, ils retournent, ponctuellement voire fréquemment et de façon clandestine, dans leurs parcelles à l’intérieur desdites aires pour cultiver les champs, effectuer des récoltes ou replanter. Ceux qui s’adonnent à cette pratique sont des occupants officiellement expulsés, mais de fait ils ne sont pas vraiment partis. Ce mouvement de va-et-vient incessant des ex-occupants entre les aires protégées déguerpies et leurs nouveaux lieux de vie, est confirmé, dans le cas du parc national du Mont Péko, par le porte-parole des Burkinabés dudit parc, dans les colonnes de Jeune Afrique : « Tous les occupants sont sortis du parc et ont trouvé refuge dans des villages environnants, tout en continuant d’aller visiter leurs plantations qui attendent d’être récoltées en octobre »10.

19Il y a ensuite la pratique du « nomadisme vert » ou la réinfiltration d’une autre aire protégée. Elle consiste à infiltrer une autre aire protégée après avoir été déguerpie d’une première. Il s’agit d’un comportement de récidiviste comme dans la pratique du « déguerpi sans être parti » ; mais à la différence que la récidive s’effectue sur une autre aire protégée. L’exemple des déguerpis du Mont Péko qui ont réinfiltré les forêts classées du Goin-Debé, de Scio et de Cavally dans la même zone géographique comme mentionné plus haut, s’inscrit dans cette pratique. Il arrive que les déguerpis réinfiltrent des aires protégées beaucoup plus éloignées de l’aire protégée d’origine. Dans un cas (réinfiltration dans une aire protégée géographiquement proche de celle déguerpie) comme dans l’autre (réinfiltration dans une aire protégée plus éloignée), le choix de la nouvelle aire protégée de réinfiltration est fonction du capital social existant. En effet, des liens sociaux (parenté, affinité ethnique ou communautaire) servent de substrat à la mobilité et à la réinfiltration.

20Dans les deux formes de réinfiltration (« déguerpi sans être parti » et « nomadisme vert »), il s’agit d’une pratique guidée par la quête des denrées de subsistance pour le ménage ou des ressources économiques pour les besoins de la famille. Les statistiques officielles sur le Mont Péko soulignent, par exemple, que le parc comptait, selon un recensement réalisé en 2014 par le ministère ivoirien en charge de la famille, 20 622 occupants, dont 7 993 hommes, 3 959 femmes, 4 691 enfants garçons et 3 979 enfants filles, répartis dans 6 397 ménages.

21L’on note, enfin, la pratique d’exploitation clandestine du bois sur fond de solidarité active. Cette pratique met en scène un réseau d’acteurs interconnectés qui constitue un circuit clandestin d’exploitation et de commercialisation du bois en provenance des aires protégées. Un lien social s’est tissé entre les membres de ce réseau qui se compose de cinq catégories d’acteurs. La première catégorie est celle des locataires de parcelles qui comprend les leaders des occupants ou « patrons » des aires protégées. Leur rôle est de céder ponctuellement une superficie aux scieurs clandestins qui en font la demande en échange d’un montant forfaitaire. La deuxième catégorie est composée des scieurs clandestins où on retrouve des ex-combattants de la rébellion armée de 2002, ceux de la crise post-électorale de 2011 et des membres des communautés riveraines. Travaillant souvent par équipe de deux, trois personnes ou plus, ils pénètrent dans la parcelle clandestinement louée, par des voies détournées, abattent et scient le bois à l’aide de tronçonneuses avant de les charger sur des camions de type grumier ou dans des véhicules de type benne. Dans la troisième catégorie, il y a les acheteurs constitués des scieries industrielles basées, pour l’essentiel, à l’ouest et au sud-ouest du pays. Elles achètent le bois clandestinement acquis, le blanchissent en le traitant dans des lots de bois légalement acquis avant de l’exporter. La quatrième catégorie est celle des agents indélicats des structures en charge de la surveillance et de la sécurisation des aires protégées. Ils « ferment les yeux » sur l’activité des scieurs clandestins moyennant des pots-de-vin. Enfin, la cinquième et dernière catégorie composée des occupants ordinaires profite de l’abattage des arbres comme opportunité du premier défrichement dans le processus de planting du cacao. Ces cinq catégories d’acteurs agissent par solidarité et entraide, des valeurs qui fondent le socle du réseau et alimentent ainsi la pérennité du trafic.

22Les pratiques d’agression des milieux naturels protégés avaient déjà fait l’objet d’études ayant mis en relief leur exploitation pour les besoins vitaux de la population environnante issue à la fois des milieux urbain et rural (Sambou et al., 1994 ; Houndagba et al., 2007) ou des populations autochtones riveraines (Mbayngone et Thiombiano, 2011 ; Hamidou et al., 2012). Mais ces pratiques d’agression tranchent avec celles qui, en Côte d’Ivoire, sont l’œuvre d’allochtones et d’allogènes venus d’ailleurs et ne faisant pas partie, à l’origine, des populations riveraines des aires protégées. Ici, sont donc à l’œuvre de nouvelles catégories d’acteurs n’ayant aucun lien historique avec les aires protégées. De plus, ces occupants s’adonnent à des cultures de rente et non pas seulement à des agressions de subsistance (exploitation de bois de carbonisation et de chauffage, de plantes médicinales, etc.) comme c’est le cas dans les écrits sus-cités. Les dimensions « allochtone » et « allogène » (« gens venus d’ailleurs ») de l’implantation humaine dans les habitats naturels de même que leur exploitation à des fins rentières sont confirmées dans l’étude de Amani et Touré (2015) sur la forêt classée des Rapides Grah dans le Sud-Ouest ivoirien.

23Tiraillées entre une politique de gestion empreinte de contradictions et une réinterprétation « avantageuse » de ces contradictions par les acteurs en jeu, les aires protégées sont finalement devenues des espaces sociaux complexes.

3. L’occupation humaine des aires protégées : un phénomène complexe

24La complexité de l’occupation des milieux naturels se situe à deux niveaux. Le premier niveau a trait aux transformations sociales qui se sont produites dans la foulée des infiltrations. Entamées depuis les années 1960, celles-ci se sont accélérées à partir de 2002 à la faveur de la crise militaro-politique. Le second niveau est relatif aux logiques d’intérêts qui se sont construites autour de l’occupation de ces espaces. Désormais, plusieurs catégories d’acteurs à la quête, chacune, de sa « part du gâteau », s’y meuvent.

3.1. De la dégradation des aires protégées aux transformations sociales

25En Côte d’Ivoire, la dégradation des aires protégées est doublement favorisée par une politique de gestion contrastée et par une réinterprétation sociale de ce contraste. C’est un phénomène répandu, observé dans une grande partie des habitats naturels protégés. Le social (pris au sens large) sert de ressource de dégradation écologique ; une sorte de désastre éco-social où la dégradation allie une triple dimension écologique, politique et sociale. La dimension écologique renvoie à la destruction des pans entiers d’aires protégées pour cultiver le cacao et mener d’autres activités agricoles ou agro-forestières. La dimension politique réside dans les contradictions inhérentes à la politique de gestion de ces espaces protégés. Ces contradictions favorisent cette destruction en raison de l’ambiguïté qu’elles nourrissent. La dimension sociale a trait à la réinterprétation de cette ambiguïté, aux perceptions et interactions sociales qui en découlent et qui, en définitive, boostent la destruction.

26Ce phénomène de dégradation continue des aires protégées en a généré deux autres. Le premier concerne le développement de zones urbaines autour desdites aires. En effet, des espaces urbains se sont développés en liaison étroite avec l’activité clandestine d’exploitation des milieux naturels. L’exemple le plus probant est celui de la localité de Bonon, une ville connexe au parc national de la Marahoué. La triangulation des informations collectées sur le terrain montre que des investissements socio-économiques majeurs (construction de logements, érection d’infrastructures socio-éducatives privées, installations de commerces, etc.) ayant structuré l’urbanisation de la ville sont l’œuvre d’occupants dont la fortune est issue du cacao clandestinement cultivé dans le parc. Le Vieux B. (initial de son prénom volontairement rendu anonyme par souci éthique), un octogénaire considéré comme le premier infiltré du parc nous a confié, au cours d’un entretien, que : « La ville de Bonon s’est construite avec l’argent du cacao cultivé dans le parc ».

27Le lien entre l’urbanisation et les aires protégées a fait l’objet de réflexions antérieures où la première est présentée comme une menace pour les secondes. Meyer (2007) a, en effet, montré que les différents types de végétations naturelles protégées (littorale, forestière, d’altitude) sont gravement menacés, entre autres, par l’urbanisation et les grands travaux d’aménagement. En d’autres termes, pour réaliser le projet urbain, il faut détruire le milieu naturel. Breton (2004) pensait déjà, trois ans auparavant, que la valorisation touristique des aires protégées pouvait constituer un facteur de dégradation de celles-ci sans une bonne maîtrise des flux de touristes, des activités récréatives et des comportements typiquement urbains. Nos résultats donnent lieu à une lecture inverse de ce lien. Ici, c’est l’aire protégée en tant que ressource abusivement exploitée qui nourrit le projet urbain. Celui-ci ne se construit pas sur les ruines des milieux naturels détruits, mais parallèlement, à partir des ressources tirées de son exploitation incontrôlée.

28Le second phénomène consécutif à l’exploitation illégale des aires protégées réside dans l’inversion des rapports de pouvoirs entre les occupants (allochtones et allogènes) et les riverains (autochtones). Les retombées financières de cette exploitation confèrent aux occupants du pouvoir économique et une certaine capacité de nuisance (acquisition d’armes à feu, financement de représailles, etc.). Ils surfent sur ces atouts pour s’imposer aux autochtones dans les rapports interpersonnels (intimidations ou menaces de répression contre les velléités de dénonciation). Ils s’introduisent même dans l’organisation sociopolitique des villages riverains et influencent, directement ou indirectement, les prises de décision. Amadé Ouérémi, ex-leader emblématique des occupants du parc national du Mont Péko qui avait le pouvoir, selon plusieurs sources concordantes, de défaire et d’installer des chefs des villages environnants, en est une illustration.

29Les travaux de Chatelard et Paris (2011) attestent que des transformations sociales peuvent survenir dans la dynamique de gestion des aires protégées. Ils montrent, en effet, qu’il y a eu une reconfiguration des relations entre acteurs publics et associatifs dans le champ de la protection de la biodiversité sous l’influence du nouveau paradigme de développement durable introduit dans les années 1990. Ces transformations sont analysées à une échelle internationale. Au contraire, nous les analysons à une échelle locale. Sources de ces transformations, les interactions entre occupants, entreprises agro-industrielles, communautés riveraines et acteurs urbains donnent finalement lieu à des jeux d’acteurs et à une confrontation de logiques d’intérêts.

3.2. Les habitats naturels occupés : un champ de confrontation de logiques d’intérêts

30L’ambiguïté de la politique de conservation et sa réinterprétation ont conduit au développement d’un jeu d’acteurs complexe dans le champ socio-écologique des aires protégées. Ce jeu d’acteurs est empreint d’un faisceau d’intérêts économiques, sociaux et politiques au fondement des contradictions qui minent la politique de gestion de ces milieux naturels. Ces intérêts poussent, en effet, les acteurs en jeu à cautionner, au moins passivement, les pratiques qui contrastent avec la politique de protection, de reconquête et de conservation des aires protégées. Sur le plan économique, le constat est que les aires protégées colonisées par la cacaoculture contribuent, pour une part importante, à la production nationale des fèves de cacao dont la Côte d’Ivoire est le premier producteur mondial. La « tolérance » observée autour de la production du cacao dans les aires protégées contribue, d’une certaine façon, à maintenir cette performance. De ce point de vue, l’État a intérêt au statu quo, c’est-à-dire la poursuite de la production cacaoyère dans les espaces protégés. Le discours officiel rompant avec ces « pratiques illicites » et les opérations de déguerpissement à l’image de celui du parc national du Mont Péko n’occultent pas cet intérêt.

31Sur le plan social, il nous a été rapporté que de nombreux nationaux parmi les occupants partagent des affinités biologiques, sociales ou communautaires avec des « personnes haut placées » dans l’administration publique. Celles-ci mobilisent leurs réseaux d’influence au sein de l’appareil étatique pour « tolérer » la présence des occupants dans certaines aires protégées. Une pratique qui permet à leurs « parents » d’avoir la quiétude nécessaire pour continuer leurs activités agricoles. De même, « l’on ferme les yeux » sur les écoles primaires ouvertes dans les aires protégées occupées. Les élèves, une fois au CM2, sont reversés, moyennant des pots de vin, dans des établissements scolaires autorisés pour passer l’examen de l’entrée en 6e. La rhétorique mise en avant pour soutenir une telle pratique stipule de « ne pas pénaliser les enfants qui vivent dans ces espaces écologiques ». Les propos de cet inspecteur d’enseignement primaire, interviewé dans une localité abritant une aire protégée, confirme cet état d’esprit : « J’ai été moi-même obligé de demander pardon à un chef d’établissement pour recevoir les enfants inscrits dans un établissement scolaire non autorisé pour ne pas les pénaliser et compromettre leur avenir ».

32Sur le plan politique, la « tolérance » de l’occupation clandestine des milieux naturels tient au fait que les occupants nationaux constituent un « bétail électoral ». Les politiques y surfent à chaque joute électorale. Ainsi, dans certains milieux naturels comme celui du parc national de la Marahoué, ils sont recensés et inscrits sur des listes électorales pour ceux qui ont l’âge de voter (18 ans au moins). Des bureaux de vote y sont installés et la trame des promesses de campagne pour les représentants des candidats qui se succèdent est : « Si vous votez pour nous, vous restez ». La taille de la population électorale dans cet habitat naturel laisse penser que les votants peuvent faire basculer le résultat de la circonscription électorale en faveur d’un candidat. Ce d’autant qu’ils font bloc, en général, autour du candidat à même, selon eux, de défendre leur intérêt commun : demeurer dans le parc. En conséquence, bien qu’étant en situation de clandestinité, ils sont dotés d’un certain pouvoir sociopolitique dont ils sont conscients : celui de faire élire un candidat aux élections régionales, législatives ou municipales ou d’accroître significativement le score d’un candidat à l’élection présidentielle dans la circonscription dont relève l’espace protégé. Ils sont donc ménagés, voire courtisés.

  • 11 Dans le cas du parc national du Mont Péko, bien que déguerpis, les ex-occupants ont été, pendant un (...)

33Il existe enfin chez certaines catégories d’acteurs des agendas individuels qui traduisent des logiques d’intérêts particuliers. Ces agendas sont tenus par certains agents en charge de la surveillance et de la sécurisation des aires protégées soumises à un processus de déguerpissement. Leur mission officielle consiste à prévenir de nouvelles infiltrations ou de nouveaux défrichements pour permettre au processus de déguerpissement d’aller à son terme. Ces agents, qui appartiennent à des corps militaires diversifiés, profitent des périodes de récoltes autorisées11 pour mettre en place un système de racket ponctuel en direction des producteurs (ex-occupants) pendant l’écoulement de leurs produits. Un leader de la communauté autochtone riveraine du parc national du Mont Péko a attesté cette pratique en ces termes : « Il existe des barrages des agents [allusion aux agents de surveillance et de sécurisation du parc] où les paysans versent de l’argent pour chaque camion de cacao qui passe ».

34Ces agendas sont aussi tenus par des autochtones des communautés riveraines qui, profitant de l’ambiguïté de la politique de protection des aires protégées, nouent des deals avec des allochtones ou des allogènes pour faciliter leur infiltration. Un responsable de la surveillance du parc national de la Marahoué a confirmé ce constat : « Les autochtones Gouros cèdent des parcelles aux nouveaux arrivants dans le parc, en se disant que ces derniers se feront chasser par le gouvernement. Après 5 ans ou 10 ans, ils se rendent compte que les occupants qu’ils espéraient gruger sont encore là et ont étendu leurs parcelles au-delà des superficies qui leur ont été vendues ».

35La confrontation des logiques d’intérêts des acteurs en jeu dans la gestion ou l’exploitation des aires protégées n’est pas un phénomène typiquement ivoirien. Il existe dans d’autres pays africains. Ona (2008) l’a montré dans son analyse sur la gestion domaniale des terres rurales et des aires protégées au sud Kivu en République Démocratique du Congo (RDC). L’auteur a conclu, en effet, à un écart entre les intérêts de la population autochtone et la politique de conservation de l’environnement ; un écart qui constitue une source de conflits. De même, Yaméogo (2010), à travers l’examen de la gestion des aires protégées de Gonsé et de la Comoé-Léraba (Burkina Faso), a montré que le mode de gestion participatif des aires protégées impliquant les populations riveraines ou autochtones peut connaître un échec. Cet échec survient si la gestion participative est sous-tendue par des agendas ou des intérêts individuels divergents. Longtemps avant eux, diagnostiquant les relations entre les acteurs de la conservation des aires protégées à Madagascar (occupants, riverains, agents de conservation, etc.), Weber (1995) a admis que ceux-ci ont à la fois des représentations et des intérêts différents. Dans le cas ivoirien, les divergences de représentations et d’intérêts autour des aires protégées s’installent dans la durée et laissent entrevoir une probable irréversibilité de leur dégradation.

3.3. La dégradation des aires protégées ivoiriennes : un processus irréversible ?

36L’étude a montré, avant tout, que les règles en vigueur pour la gestion des aires protégées ivoiriennes ne sont pas réellement appliquées. Du moins, la politique de conservation de ces habitats naturels est entachée de contradictions et d’ambiguïtés. Face à une telle situation, les acteurs de la transgression auront toujours tendance à redéfinir les règles de gestion à leur avantage pour continuer à exploiter « illégalement » ces milieux naturels. C’est dans ce sens qu’il faut comprendre, chez les occupants, la réinvention répétée de subterfuges ou de stratégies pour écouler et commercialiser le cacao produit dans les aires protégées, pour contourner les patrouilles occasionnelles des agents de surveillance de ces espaces, ou encore pour replanter le cacao ou récolter les fèves, même lorsqu’ils sont officiellement déguerpis. C’est également dans ce sens qu’il faut comprendre les ruses que les occupants développent parallèlement aux actions de déguerpissement (accepter d’évacuer une aire protégée en sachant que cette évacuation constitue, en réalité, une occasion de réinfiltration ou une étape transitoire vers un autre espace naturel protégé). Avec ces ruses, il s’agit pour eux d’aller vers un autre modèle de comportement qui consistera moins à opposer de la résistance face aux opérations de déguerpissement qu’à affiner des stratégies de réinfiltration habiles.

37Inversement, si la redéfinition pratique des règles de gestion et d’exploitation des aires protégées, en plus de profiter aux acteurs clandestins, procure des revenus à l’État et concourt à son rayonnement économique, alors la politique de gestion aura tendance, au moins passivement, à en cautionner l’exploitation clandestine. Cette thèse est confortée par le recours à la déclassification de certaines aires protégées, proposé par certaines autorités administratives comme solution à la problématique de l’infiltration. Ces autorités que nous avons rencontrées sur le terrain ont mis en avant le caractère massif des infiltrations et les revenus tirés de la production cacaoyère « illicite » pour alimenter les caisses de l’État. La contractualisation promue dans le nouveau Code forestier de 2014 (adopté, mais non rendu exécutoire) semble proche de cette solution. C’est un dispositif qui autorise les occupants à exploiter leurs parcelles pendant une quinzaine d’années, à condition de laisser les autorités y introduire des essences forestières. L’idée officielle derrière cette approche est de reconstituer le couvert forestier dans les milieux naturels dégradés. Mais le non-dit semble être qu’à travers une telle alternative, les activités agricoles (notamment la culture du cacao) se poursuivraient et continueraient de générer des revenus substantiels à l’État.

38En outre, les occupants perçoivent les aires protégées comme une opportunité socio-économique qui s’offre à qui peut et sait la saisir. En conséquence, ils seront toujours enclins à mobiliser toutes les ressources nécessaires pour les investir et les exploiter. Ici la notion de ressources est à prendre au sens large et se rapporte aux ressources sociales (liens familiaux, affinités ethniques ou communautaires), aux ressources asymétriques (relations de pouvoir ou d’influence, par exemple entre occupants ou candidats à l’infiltration et populations riveraines), et aux ressources en termes de capacité de nuisance (recours à la violence, à la force). Si avant 2002 (année du déclenchement de la crise armée) les infiltrations s’appuyaient sur les ressources sociales, après cette date, ce sont plutôt les ressources asymétriques et la violence qui ont servi d’atouts à la pression anthropique. L’histoire des infiltrations des milieux naturels protégés en général et celle du parc national du Mont Péko en particulier illustre cette position. Le règne d’Amadé Ouérémi sur ce parc après avoir vaincu un certain Bakary présenté dans les entrevues comme son farouche concurrent, et réduit au silence les populations riveraines au moyen de la peur que lui et ses hommes inspiraient, en est un élément de preuve. De même, les campements créés après 2002 dans le parc national de la Marahoué (Maroc, Zamlanmangbê, etc.) sont réputés si dangereux que les agents de surveillance n’osent pas s’y aventurer. Les occupants de ces campements auraient menacé de tuer le premier agent de surveillance qui oserait s’y hasarder.

39Enfin, les cinq catégories d’acteurs mentionnés plus haut exploitent clandestinement et avec succès le bois sur fond d’une solidarité active. Partant, ils seront amenés à coaliser leurs ressources (toujours au sens large) ou leurs capacités de nuisance pour se soustraire des sanctions et autres procédures judiciaires, voire s’opposer aux éventuelles actions de reconquête des aires protégées et de relance de leur conservation. En témoignent les cas de scieurs clandestins arrêtés puis relâchés suite à « un coup de fil » en lieu et place d’une instruction judiciaire. En témoignent également les cas où des éléments des forces de l’ordre dissuadent les agents de surveillance des aires protégées de patrouiller, au risque de mettre la main sur des scieurs clandestins bénéficiant de la complicité desdits éléments. En témoignent enfin les cas où des grumiers, sans marquage, en provenance des aires protégées, sont saisis, avec une charge de bois, par l’autorité compétente qui lance la procédure administrative en vigueur (PV de saisie, etc.), mais où, contre toute attente, l’exploitant est autorisé, par une autre autorité administrative, à repartir avec son camion.

40Le processus de dégradation des aires protégées ivoiriennes est-il pour autant irréversible, empreint du sceau de la fatalité ? Oui s’il n’y a guère d’action concrète qui matérialise la volonté politique actuelle de stopper ce processus et inverser la tendance dans le sens d’une reprise en main de la conservation. Non, si cette volonté politique se traduit par une action collective soutenue et cohérente. Cette cohérence est appelée à se nourrir de la planification de l’action (Thomas, 2011) et de sa gestion selon des outils appropriés (Dudley, 2008 ; Abid, 2008 ; Triplet, 2009). L’action de reprise en main des aires protégées impliquera, en outre, un contrôle et une surveillance de pointe des espaces protégés pour optimiser la gestion (Tabopda et al., 2006 ; Mayaux et al., 2007), de même qu’une évaluation de son efficacité au moyen d’indicateurs pertinents (Pomeroy et al., 2006 ; Hockings, 2008). Dans le cas spécifique de la Côte d’Ivoire, toute politique réelle de reprise en main devra tirer les leçons des stratégies antérieures de conservation dont les résultats sont mitigés, ou des études déjà menées localement sur la question. Une expérience de co-gestion des forêts classées avec les populations locales a été, en effet, initiée par la Sodefor dans le cadre de sa politique d’aménagement intégré du domaine forestier permanent de l’État. Mais elle s’est heurtée aux conflits entre populations et forestiers et à la recrudescence des défrichements en forêts classées (Lorng, 2000). De même, une analyse des systèmes de production agrosylvicoles en Côte d’Ivoire a conclu à l’importance des variables de capabilités (le revenu et le capital social), comme leviers potentiels d’implication des populations locales dans la mise en œuvre des projets forestiers participatifs (Koffi, 2013).

Conclusion

41L’étude a consisté à analyser, dans une approche qualitative, la dynamique de dégradation des aires protégées ivoiriennes. Nous avons questionné les interactions et les intérêts des parties prenantes à la problématique de la gestion et de la conservation de ces milieux naturels. Il ressort que cette dégradation, en apparence irréversible, émane des contradictions de la gestion qui tranchent avec la volonté politique affichée de relance de la conservation. Ces contradictions nourrissent, chez les occupants, la propension à l’exploitation illégale avec, en toile de fond, un enjeu de taille : la constitution de richesses personnelles, notamment à travers la production cacaoyère issue des aires protégées. L’autre enjeu, c’est la répercussion de cette production sur la production nationale et son incidence financière sur les caisses de l’État.

42En conséquence, les habitats naturels sont devenus des espaces à la fois écologiques et sociaux où s’observent des jeux d’acteurs, sur fond d’intérêts spécifiques, qui alimentent leur dégradation. Les facteurs de la dégradation des milieux naturels protégés ne se limitent donc pas au phénomène urbain ou à la seule pression anthropique comme indiqué dans la littérature. Ils résident surtout dans ce jeu d’acteurs intéressés dont la pression anthropique n’est qu’une forme d’expression ; un jeu d’acteurs qui traduit, du reste, toute la socialité du désastre écologique en cours dans les parcs nationaux, les forêts classées et les réserves naturelles de Côte d’Ivoire. Dans ces conditions, l’impact de la dégradation des aires protégées sur l’équilibre écologique est bien réel (Dao et al., 2008).

43Cette situation complexe pose, entre autres, la question de l’autorité de l’État dans la gestion du couvert forestier ivoirien. Cette autorité semble en crise au regard de l’infiltration continue des aires protégées et de la dialectique déguerpissement/réinfiltration observée à travers l’expérience de l’évacuation du parc national du Mont Péko. Une recherche future pourrait tenter de franchir cette limite en questionnant l’autorité de l’État dans la gestion du patrimoine forestier ivoirien, à travers l’exemple des aires protégées interdites d’accès, mais constamment occupées. L’idée sera de scruter les liens possibles de cause à effet entre le vécu de cette autorité par les représentants de l’État et la perception que les occupants en ont d’une part, et la dynamique de dégradation de ces milieux naturels d’autre part. Pour l’heure, l’atténuation ou l’arrêt du processus irréversible dans lequel semble s’être inscrite la dégradation des aires protégées est assujettie à une politique de conservation cohérente et soutenue, qui nécessite la franche et courageuse implication des parties prenantes à la gestion et à la conservation de ce patrimoine écologique.

Haut de page

Bibliographie

Abid, H. (2008). Aménagement et gestion des aires protégées en Tunisie, http://agris.fao.org/agris-search/search.do?recordID=TN2011101308

Agbényo, D. (2007). La réglementation, un outil de gestion des aires protégées mal maîtrisé : cas du Togo, http://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/divers15-04/010044723.pdf.

Amani, Y. C. et A. Touré (2015). Implantations humaines et dégradation des forêts classées du sud-ouest de la Côte d’Ivoire : cas des Rapides Grah, établi le 19 avril 2015, http://www.taloha.info/document.php?id=1397&format=print

Bi, Z. G., D. Kouame, I. Kone et C-A. Yao (2013). « Diversité végétale et valeur de conservation pour la Biodiversité du Parc national du Mont Péko, une aire protégée, menacée de disparition en Côte d’Ivoire », Journal of Applied Biosciences71(1) : 5753-5762.

Binot, A. et D-V. Joiris (2007). « Règles d’accès et gestion des ressources pour les acteurs des périphéries d’aires protégées. Foncier et conservation de la faune en Afrique subtropicale », VertigO-la revue électronique en sciences de l’environnement (Hors-série 4).

Breton, E. (2004). « Fréquentation de loisirs et gestion des aires littorales protégées de la France de l’Ouest (Leisure activities and management of natural sites on western shorelines of France) », Bulletin de l’Association de géographes français81(3) : 275-287.

Chatelard, G., et Paris, K. (2011). ONG environnementales arabes et gestion des aires protégées : des acteurs entre histoires nationales et paradigmes mondialisés, http://www.academia.edu/543101/ONG_environnementales_arabes_et_gestion_des_aires_prot%C3%A9g%C3%A9es_des_acteurs_entre_histoires_nationales_et_paradigmes_mondialis%C3%A9s

Dao, B., G. Hendrickx, I. Sidibé, A-M. Belem et S. De La Rocque (2008). « Impact de la sécheresse et de la dégradation des aires protégées sur la répartition des trypanosomoses bovines et de leurs vecteurs dans le bassin versant de l’Oti au nord du Togo, Revue d’élevage et de médecine vétérinaire des pays tropicaux61(3-4) : 153-160.

Tabopda, G-W., M-T. Demaze et J-M. Fotsing (2006). L’information spatialisée comme support d’aide à la gestion des aires protégées au Cameroun : application à la réserve forestière de Laf-Madjam, http://s3.amazonaws.com/academia.edu.documents/32286712/PO_WAFO-TABOPDA.pdf?AWSAccessKeyId=AKIAIWOWYYGZ2Y53UL3A&Expires=1498087663&Signature=mWwGz6UBj2Gq%2FWqHCeMPQxeHHZs%3D&response-content-disposition=inline%3B%20filename%3DInteractions_Nature-Societe.pdf.

UICN (2008). Lignes directrices pour l’application des catégories de gestion aux aires protégées, https://portals.iucn.org/library/sites/library/files/documents/PAPS-016-Fr.pdf

Eugène, K. K. (2009). Diagnostic-analyse de l’environnement humain du parc national de la marahoué, http://www.revue-geotrope.com/update/root_revue/20090630/1-Konan-Kouadio-3-11.pdf

UICN (2008). Évaluation de l’efficacité : un cadre pour l’évaluation de l’efficacité de la gestion des aires protégées, https://portals.iucn.org/library/efiles/documents/pag-014-fr.pdf

Houndagba, C-J., A-B-H. Tente et R. Guédou (2007). Dynamique des forêts classées dans le cours moyen de l’Ouémé au Bénin : Kétou, Dogo et Ouémé-Boukou, http://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/divers15-04/010044708.pdf

Kadjo, B., A. Debe, L. Tsague et A. Gomse (2014). “État des lieux des populations d’hippopotames et autres grands mammifères du Parc national de la Marahoué”, Agronomie Africaine26(2) : 89-102.

Koffi, K-J. (2013). Gestion participative, capabilités et résilience dans les forêts classées de Côte d’Ivoire, https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/bitstream/handle/1866/9030/Koffi%2010%281%29.pdf?sequence=1&isAllowed=y

Lauginie, F. (1995). Problèmes liés à la conservation de la grande faune en Afrique. L’exemple des grands mammifères du Parc national de la Comoé (Côte d’Ivoire). Approche populationnelle et génétique (Doctoral dissertation), http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=175641

Lauginie F. (2007). Conservation de la nature et aires protégées en Côte d’Ivoire, Abidjan, CEDA/NEI.

Lorng, J-P. (2000). Bilan de la politique de cogestion des forêts classées avec les populations rurales en Côte d’Ivoire : le cas de la Société de développement des forêtsActes de L’atelier International Sur la Foresterie Communautaire en Afrique, http://www.fao.org/3/a-x7760b/X7760B46.pdf

Mayaux, P., H. Eva, A. Fournier, L. Sawadogo, I. Palumbo et J-M. Grégoire (2007). Apport des techniques spatiales pour la gestion des aires protégées en Afrique de l’Ouest, http://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/divers15-04/010044704.pdf

Mbayngone, E. et A. Thiombiano (2011). “Dégradation des aires protégées par l’exploitation des ressources végétales : cas de la réserve partielle de faune de Pama, Burkina Faso (Afrique de l’Ouest)”, Fruits66(3) : 187-202.

Meyer, J-Y. (2007). “Conservation des forêts naturelles et gestion des aires protégées en Polynésie française”, Bois et forêts des tropiques, (291) : 25-40.

N’Da, H-D., E.K. N’Guessan, M.E. Wajda et K. Affian (2008). “Apport de la télédétection au suivi de la déforestation dans le Parc national de la Marahoué (Côte d’Ivoire)”, Bulletin-Société Française de Photogrammétrie et de Télédétection8(1) : 17-34.

Ona, I-U. (2008). “La gestion domainiale des terres rurales et des aires protégées au Sud Kivu : Aspects juridiques et pratiques d’acteurs”, L’Afrique des Grands Lacs, Annuaire 2007-2008 : 415-442.

Pomeroy, R-S., J-E. Parks et L-M. Watson (2006). Comment va votre AMP ? Guide sur les indicateurs naturels et sociaux destinés à évaluer l’efficacité de la gestion des aires marines protégées, http://ifrecor-doc.fr/items/show/1263

Sambou, B., A. Goudiaby, J-E. Madsen et A-T. Ba (1994). “Etude comparative des modifications de la flore et de la végétation ligneuses dans les forêts classées de Koutal et de l’Île Kouyong (centre-ouest du Sénégal)”, Journal d’agriculture traditionnelle et de botanique appliquée36(1) : 87-100.

Tarchiani, V., A. Di Vecchia, G. Pini, A.M. Laminou, Z. Toudjani et G. Maman (2008). “Approches méthodologiques et outils opérationnels pour la gestion des forêts classées en Afrique de l’Ouest : le cas du Niger”, Science et changements planétaires/Sécheresse19(4) : 261-267.

UICN (2011). Lignes directrices pour la planification de la gestion des aires protégées, https://portals.iucn.org/library/efiles/documents/pag-010-fr.pdf

Triplet, P. (2009). Manuel de gestion des aires protégées d’Afrique francophone, https://hal.archives-ouvertes.fr/file/index/docid/669157/filename/manuel_gestion_afrique.pdf

Wardell, D. A. et C. Lund (2004). “En marge de la loi et au cœur de la politique locale. Colonisation agraire des forêts classées au nord Ghana”, Autrepart, (2) : 117-134.

Weber, J. (1995). “L’occupation humaine des aires protégées à Madagascar : diagnostic et éléments pour une gestion viable”, Natures sciences sociétés3(2) : 157-164.

Yaméogo, L. (2010). “Diversité d’appropriation des approches participatives dans la gestion des aires protégées de Gonsé et de la Comoé-Léraba (Burkina Faso)”, Cahiers du CERLESHS25(35) : 45-69.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit de la liste des zones humides d’importance internationale. L’objectif de la Convention de Ramsar (ratifiée en 1971 à Ramsar en Iran) est d’enrayer la tendance à la disparition des zones humides, de favoriser leur conservation, ainsi que celle de leur flore et de leur faune, et de promouvoir et favoriser leur utilisation rationnelle (source : https://www.actu-environnement.com)

2 La Sodefor (Société de développement des forêts) est une société d’État créée en 1966 et chargée de la gestion des forêts classées.

3 L’Oipr (Office ivoirien des parcs et réserves) est une structure étatique créée en 2002 dont la mission est la gestion des parcs nationaux et des réserves naturelles.

4 Il existe, par exemple, des coopératives d’achat de fèves de cacao issues, pour l’essentiel du parc national du Mont Péko, installées dans la sous-préfecture de Bagohouo mitoyenne du parc.

5 C’est le cas, par exemple, des élèves de CM2 de l’école primaire du parc national de la Marahoué (région de Bouaflé au centre-ouest) qui, pour passer l’examen de l’entrée en 6e, sont inscrits sur des listes de candidats issus d’autres établissements scolaires légaux de la ville de Bouaflé dont ressort ledit parc. Dans le système scolaire ivoirien, le CM2 est la dernière classe du cycle primaire qui, sanctionnée par un examen (l’entrée en 6e), donne accès au cycle secondaire.

6 Le parc national de la Marahoué offre régulièrement ce scénario pendant les élections locales et présidentielles.

7 La Forêt des Marais Tanoé-Ehy (FMTE) a été identifiée par le Centre Suisse de Recherches Scientifiques en Côte d’Ivoire (CSRS) comme étant un site hautement prioritaire pour la conservation des primates en Afrique de l’Ouest (Zadou et al., 2011). Toutefois, elle ne bénéficie d’aucun statut officiel en matière de conservation.

8 Cette structure, dont nous taisons volontairement le nom par principe éthique, est spécialisée dans la sauvegarde des primates.

9 Source : Extrait d’un article en ligne publié par Jeune Afrique, 18 mars 2009, URL : http://www.jeuneafrique.com/depeches/120395/politique/cote-divoire-mobilisation-inedite-pour-sauvegarder-une-foret-et-ses-singes/

10 Source : Extrait d’un article en ligne publié par Jeune Afrique, 1er août 2016, URL : http://www.jeuneafrique.com/346015/politique/avenir-milliers-de-burkinabe-installes-forets-classees-de-cote-divoire-liberia/

11 Dans le cas du parc national du Mont Péko, bien que déguerpis, les ex-occupants ont été, pendant une période, autorisés à récolter le cacao, en attendant la phase d’opérationnalisation de la relance de la conservation marquée, entre autres, par la destruction des plantations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Walter Kouamé Kra, « Côte d’Ivoire : les aires protégées entre politique de conservation contrastée et réinterprétation sociale », Études caribéennes [En ligne], 43-44 | Août-Décembre 2019, mis en ligne le 30 octobre 2019, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/17124 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.17124

Haut de page

Auteur

Walter Kouamé Kra

Université Alassane Ouattara (Côte d’Ivoire), walterkra@uao.edu.ci

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals