Navigation – Plan du site

N° 47, 2020 - Les ouragans : une problématique plurimorphe

Date limite de réception des articles : août 2020

Les ouragans : une problématique plurimorphe

L’objectif de ce numéro thématique est de présenter la complexité qu’il y a à appréhender l’aléa ouragan et ses effets corolaires.

En effet, si les mécanismes physiques sont globalement connus aujourd’hui, la vulnérabilité que génèrent ces phénomènes dépressionnaires est loin d’être maîtrisée, car elle dépend essentiellement des enjeux, sachant que ces derniers résultent majoritairement des modalités d’aménagement de l’espace. À cela il convient d’ajouter le comportement des populations (peu ou pas conscientes du risque), et le fait que le changement climatique majore les effets de l’aléa. À titre d’exemple, les simulations effectuées par Météo-France indiquent que s’il ne faut pas s’attendre à plus d’ouragans au cours des prochaines décennies, ces derniers seront par contre beaucoup plus puissants.

Face à la complexité de cette situation, qui impose naturellement une analyse holistique, le cas de Saint-Martin et des Bahamas devrait nous interpeller. En effet, comment comprendre que sur ces territoires à fleur d’eau, qui ont été balayés par des vents avoisinant ou dépassant 300 km/h, les populations - dont certaines portent encore les stigmates de l’aléa cyclonique – refusent de se soumettre à de simples règles de bon sens : ne plus construire « les pieds dans l’eau » et, plus globalement, dans les secteurs potentiellement submersibles.

L’objectif ici est de décrypter les facteurs qui poussent les populations à ces comportements erratiques. Comment comprendre aussi l’attitude des politiques qui ont en charge la mise en sûreté des populations ?

En définitive, il s’agira de passer au crible tous les mécanismes susceptibles d’expliquer la vulnérabilité des populations côtières, des populations micros insulaires, et ce d’autant que le changement climatique en cours décuplera les impacts des facteurs dépressionnaires. Des propositions de solutions devront être présentées, l’objectif étant la sauvegarde des populations et, dans un second temps, la mise en place de plans de continuation.

Thématiques privilégiées

L’étude des ouragans et de leur vulnérabilité est envisagée sous deux angles :

  • Des espaces à aménager différemment

    • La législation en cours est-elle adaptée et appliquée ? Dans le cas contraire, que faire pour qu’elle le soit ?

    • Est-il encore possible de réaménager les espaces les plus vulnérables ou doit-on les priver de tout aménagement ?

    • Est-il encore possible de se servir du changement climatique comme d’une opportunité, pour impulser chez les riverains des comportements plus responsables ?

    • Comment comprendre la posture des riverains, quand on sait qu’en refusant de quitter la bande côtière ils se condamnent ?

    • La manne financière touristique doit-elle imposer ses diktats ?

  • Les nouvelles méthodes de protection des marges côtières et des populations riveraines

    • Qu’est-il envisagé et envisageable pour réduire la vulnérabilité des populations côtières ?

    • L’État dispose-t-il des moyens techniques et des leviers politiques pour réduire véritablement la vulnérabilité ?

    • Comment comprendre la posture actuelle des Saint-martinois ?

    • La situation est-elle exactement la même aux Bahamas ?

Calendrier

  • 1er septembre 2020 : réception des articles ;

  • Septembre-octobre 2020 : évaluation des textes par le comité scientifique ;

  • Novembre 2020 : finalisation des textes par les auteurs

  • Décembre 2020 : publication du numéro thématique

Contributions

Vous pouvez vous référer aux Instructions aux auteurs et envoyer vos contributions à etudescaribeennes@gmail.com

  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals