Navigation – Plan du site
Dossier

Le batey en République dominicaine : espace présent d’un temps passé

El batey en la República Dominicana: espacio presente de un tiempo pasado
Inès Da Graça Gaspar

Résumés

Cet article prétend s’intéresser aux sens produits par la structure spatiale des bateyes dominicains. En prenant en considération l’origine historique de ces endroits couplée à la place qui leur est faite au sein du territoire national ainsi qu’à la topologie de leurs éléments structurels, le présent travail cherche à repérer les configurations géographiques qui participent d’une représentation néo-esclavagiste de ces lieux et de leurs habitants. Aussi, dans une analyse qui abordera l’espace comme un discours, nous nous demanderons comment l’agencement du lieu peut-il contribuer à présupposer une situation d’esclavage pourtant abolie ?

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

République dominicaine
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1De nos jours estimés au nombre de 425 et hébergeant plus de 200 000 personnes sur l’ensemble du territoire (Julia Hasbún Martínez, 2014 : 11), les bateyes constituent depuis la fin du 19e siècle le lieu de vie des travailleurs de la canne en République dominicaine. Généralement d’une extrême pauvreté, ces espaces appartiennent aux propriétaires des plantations, dont l’État qui gère les 238 localités lui appartenant (Julia Hasbún Martínez, 2014 : 15) via le Consejo Estatal del Azúcar (CEA) créé en 1966. Les habitants de ces espaces sont des travailleurs saisonniers, dominicains ou étrangers, venant participer ponctuellement à la récolte de la canne, ou des familles d’ouvriers parfois installées depuis plusieurs générations. Éléments essentiels de la culture sucrière, ces espaces sont au centre de la vie économique du pays et illustrent les différentes stratégies migratoires historiquement mises en place pour développer la région. Pourtant, les bateyes semblent figés dans un fonctionnement anachronique et sont souvent comparés, par le reste de la population et par la communauté internationale, à des villages d’esclaves. Dans de nombreux articles et témoignages, l’organisation matérielle de l’espace est explicitement désignée comme une des raisons principales de cette représentation. Parallèlement, différentes enquêtes menées par des institutions étatiques ou des ONG tentent depuis plusieurs décennies d’évaluer les conditions de vie des habitants en se centrant sur la question des infrastructures, du logement et des dispositifs sanitaires, souvent insalubres. Face à ce constat, nous souhaiterions nous interroger sur le lien entre cette conjoncture spatiale des bateyes actuels et les représentations dignes d’un temps passé qui semblent en découler. Plus précisément, il s’agira dans cet article de questionner dans quelle mesure l’espace même des bateyes, ainsi que les représentations qu’ils impliquent, empêchent l’abolition du système néo-esclavagiste qu’ils abritent.

2Sans nous improviser géographe ni nous risquer à utiliser les concepts propres à la discipline, nous nous proposons plutôt d’analyser ici l’organisation spatiale dans sa dimension discursive afin d’en extraire une possible sémantique. Cette approche est en réalité double : il s’agit dans un premier temps d’observer la place, physique et symbolique, laissée au batey au sein de l’espace national avant de nous intéresser à sa structure interne et de déterminer comment ces configurations pourraient participer de l’archaïsme du lieu et de ses représentations.

1. Résurgence d’une structure esclavagiste à l’ère postcoloniale

  • 1 L’historien Gonzalo Fernández de Oviedo y Valdés évoque tout de même dans son Historia General de l (...)
  • 2 La Guerra de Diez Años constitue le premier évènement indépendantiste de Cuba. Elle s’est déroulée (...)

3S’il est aujourd’hui constitutif de la plantation sucrière dominicaine, le batey ne s’est pourtant développé que tardivement dans l’histoire du pays. Avant la colonisation, le terme connaissait d’ailleurs une autre définition et désignait, en langue taïnos, les places généralement centrales des villages amérindiens, lieux de divertissements et de cérémonies rituelles (Emiliano Tejera, 1951 : 55-57). Par extension et après la conquête, le mot « batey » a finalement servi à nommer les lieux de vie des esclaves autochtones, puis africains, sur les plantations des îles espagnoles. Cependant, à l’époque de la colonie, cette structure de village d’esclaves telle que développée à Cuba ou dans les possessions britanniques et françaises était peu présente sur le territoire espagnol de l’île d’Hispaniola ; ou du moins n’était pas systématisée et ne répondait pas à l’organisation qu’elle connaît aujourd’hui1. En effet, l’industrie sucrière qui s’est pourtant inscrite très tôt dans l’histoire coloniale de l’île a rapidement connu de nombreux obstacles ayant empêché son développement à grande échelle. Aussi, sans disparaître complètement, la filière connaît un déclin dès les années 1570. En crise depuis lors, le secteur restera relativement marginal au long de l’histoire coloniale du territoire. Favorisée par les développements techniques et l’immigration d’industriels étrangers, c’est finalement en 1872 que l’industrie connaît un nouvel essor. Des investisseurs cubains et états-uniens – notamment – s’installent alors sur le territoire pour fomenter et exploiter cette nouvelle opportunité économique. Fuyant la Guerra de los Diez Años2, le Cubain Carlos Loynaz est leur précurseur et, s’établissant à Puerto Plata, se spécialise dans la production de canne à sucre (Frank Moya Pons, 2010 : 265). Ainsi, lui et les industriels l’imitant vont venir bousculer le modèle agricole dominicain en implantant de nouvelles sucreries organisées selon des schémas structurels déjà utilisés dans leurs régions d’origine. Les machines à vapeur apparaissent concomitamment aux systèmes capitalistes de production ; les exploitations s’étendent et, avec elles, leur besoin en main-d’œuvre. Pour loger ces nouveaux travailleurs, le batey, héritier du système cubain du même nom ou du « slaves quarter » états-unien, est alors introduit en République dominicaine.

  • 3 L’esclavage à Cuba n’est en effet aboli officiellement qu’en 1886. Lors de leur installation en Rép (...)
  • 4 Patrick Bryan, dans son article de 1985, estime qu’en 1910 la plupart des Dominicains avaient aband (...)
  • 5 Cette population connue sous le nom de « Cocolos » eut une influence culturelle indéniable, introdu (...)

4Le batey dominicain ne s’inscrit donc pas dans la continuité de l’esclavage tel qu’il était pratiqué sur place, mais résulte en partie de l’implantation de structures esclavagistes3 et néo-esclavagistes étrangères. De plus, en majorité désintéressés par les faibles salaires proposés – notamment à partir de 1900, au moment de la chute mondiale du prix du sucre –, les Dominicains refusent généralement de travailler dans ces plantations et sucreries en tant que coupeurs de canne et ouvriers4. Seulement peu d’entre eux habitent donc les bateyes et ce sont d’abord des travailleurs en provenance des Antilles britanniques5 qui occupent ces espaces. Quelques années plus tard encore, face au développement du secteur, l’État dominicain va finalement encourager l’immigration de journaliers haïtiens qui représentent bientôt une majorité de la population de ces espaces. Les bateyes dominicains du début du 20e siècle sont donc des structures importées d’autres pays, ne correspondant ni à l’histoire ni à l’architecture coloniale du pays, et leurs habitants proviennent eux aussi de l’étranger. Une conjoncture rendant d’autant plus difficile l’intégration de ce modèle spatial et social au sein du paysage national. De plus, ce même modèle renvoie systématiquement à l’esclavage : par son architecture, on l’a dit, héritée des « slave quarters », et par son occupation par des travailleurs qui, au contraire de la plupart des Dominicains, sont véritablement et majoritairement descendants d’esclaves coupeurs de cannes.

  • 6 Nom donné aux habitants des bateyes.
  • 7 Sans faire une liste absolument exhaustive des noms de bateyes, nous pouvons tout de même mentionne (...)

5Le batey constitue donc une structure néo-esclavagiste intégrée au sein des plantations grandissantes. Et si ses habitants sont effectivement payés pour leur labeur, même extrêmement modestement, l’organisation spatiale, sa finalité et ses origines, les enferme pourtant dans une représentation anachronique d’esclaves. En ce sens il est d’ailleurs intéressant de s’attarder sur les toponymes attribués à ces bateyes. De plusieurs types, certains font explicitement référence à la conquête de l’île par les Espagnols comme La Isabela, qui renvoie à Isabelle de Castille, reine d’Espagne au moment de la conquête du territoire ; ou encore le batey La Carabela, faisant référence aux navires ayant servi à cette même conquête. Ce genre de toponymes n’est pas rare en République dominicaine, ces derniers étant le résultat de politiques nationalistes ayant voulu mettre en avant les origines espagnoles de la population. Toutefois, dans le cas d’une structure comme le batey qui de par son fonctionnement renvoie déjà à l’exploitation esclavagiste, de tels toponymes renforcent l’idée de lieux marqués du sceau de la colonisation ; comme si l’espace de la plantation ne pouvait finalement se percevoir qu’au travers de ce prisme. D’autres dénominations, elles, lient le lieu et la représentation que nous nous en faisons à l’espace agricole qu’il occupe. On trouve ainsi des bateyes baptisés Los Ciruelos, Les pruniers, Lechugas, Laitues, Sabana Tosa, Savanne de blé, La Jengibre, Le gingembre, Algodón, Coton ou Los Guineos, Les bananes. Cette fois les toponymes viennent rappeler à quel point le batey est indissociable de l’agriculture, l’aliénant presque dans sa propre production, puisque lui en donnant le nom. Dans cet ensemble, Los Guineos, a tout de même un statut particulier puisqu’avant de désigner un type de bananes en espagnol dominicain, il désignait, et désigne encore aujourd’hui, les individus originaires de Guinée. Ainsi, ce terme identifiait, à l’époque de la Traite, les esclaves originaires d’Afrique de l’Ouest. Même si cette dernière acception est aujourd’hui désuète, elle fait tout de même partie de l’histoire sémantique du mot, qui sous une même forme a pu renvoyer tant à l’homme fait esclave, qu’à sa production, créant ainsi une sorte de porosité, voire de confusion, entre les différentes informations sémantiques ; tout comme aujourd’hui les bateyanos6 sont eux aussi, pragmatiquement, réduits aux fruits de leur labeur. Et si Los Guineos peut partiellement renvoyer à l’ancien statut d’esclaves des travailleurs des plantations, Los Morenos, attribue, de fait, par la substantivation de l’adjectif, au pluriel qui plus est, le statut de « Noirs » aux coupeurs de canne, autre représentation directement héritée de l’esclavage7.

2. Le batey au sein de l’espace national : un enclavement anachronique

6Mais l’ancrage de ces représentations d’un autre temps est aussi le résultat d’une marginalisation physique du lieu pourtant au cœur de l’espace national. Nous l’avons mentionné en introduction, la première particularité des bateyes est qu’ils se trouvent systématiquement aux abords directs, voire au sein des plantations et qu’ils n’abritent que des familles d’ouvriers de la canne ; une disposition qui s’était généralisée dans les habitations coloniales dès la fin du 17e siècle. En effet, à cette époque, et selon les législations des différentes métropoles, les maîtres des plantations se devaient de fournir un logement à leurs esclaves. Même si aucun texte ne précisait l’emplacement de ces bâtiments sur la propriété, l’usage prévoyait tout de même de les édifier non loin des champs de cannes. Selon Vaissière, les planteurs préféraient en effet éloigner les quartiers des esclaves de l’habitation pour éviter les odeurs (Pierre de Vaissière, 1909 : 169) et il convenait, dans le même temps, de rapprocher la main-d’œuvre de son lieu d’exploitation. Dans les colonies françaises, cette disposition existait dès l’édification des premières plantations et se retrouvent dans leurs différentes descriptions graphiques et narratives.

7Plus tard dans l’histoire des colonies, et sur les grandes exploitations, les cases des esclaves se situent généralement en contrebas de la maison des maîtres et au sein même des champs de cannes. Sur certaines gravures les représentant, on constate même que le tracé des planches faisant office de murs aux cabanes se confond avec celui des cannes, créant ainsi une impression de fusion des deux éléments renforcée par la position de certains baraquements qui semble littéralement disparaître au milieu des champs.

Figure 1. Cases d’esclaves dans les champs de canne

Figure 1. Cases d’esclaves dans les champs de canne

Source : Jean-Baptiste Labat, Voyages aux Isles de l’Amérique (Antilles) 1693-1705, Tome 1, Paris, Éditions Ducharte, 1931, p. 129.

  • 8 À ce sujet, voir Mary Jane Camejo, Alejandro Miguel Garro, Ellen Zeisler, A troubled Year : Haitian (...)

8Il ne s’agit évidemment que de représentations, mais qui semblent s’être cristallisées et perdurer encore aujourd’hui ; les bateyes dominicains se situant encore au sein des champs, éloignés des bureaux des compagnies qui les possèdent et du reste de la population. D’ailleurs, isolés des communes auxquelles ils sont administrativement rattachés, on y accède par des chemins non-asphaltés et très rarement desservis par les transports en commun. Ils sont aussi généralement entourés de murs, de barrières ou de barbelés permettant de les délimiter strictement et surtout de marquer la frontière physique entre espace extérieur et batey – qui même lorsqu’ils appartiennent à l’État ne peuvent prétendre partager l’espace public – et sont parfois gardés par des agents armés du CEA8.

Figure 2. Les habitations du batey Las papita excentrées et entourées de champs

Figure 2. Les habitations du batey Las papita excentrées et entourées de champs

Source : Amy Bracken, «Blood, sweat and sugar: Trade deal fails Haitian workers on DR plantations» [en ligne], Aljazeera America, 16 juillet 2015.

  • 9 Nous pensons par exemple à la dernière Encuesta Demográfica y de Salud nationale (ENDESA 2013) qui (...)
  • 10 Ce statut apparaît dès la Constitution de 1929 et sera précisé dans le Reglamento n° 279 s’appliqua (...)

9Elément pourtant fondamental de l’économie dominicaine le batey constitue dès lors un espace fermé, emprisonnant, et en marge du reste du territoire. Digne d’un système pourtant révolu, le lieu de vie semble encore se restreindre strictement au lieu de travail et doit encore faire l’objet du contrôle et de la surveillance des propriétaires. De plus, cette marginalisation de l’espace est doublée d’une dimension administrative, les bateyes faisant l’objet de rapports isolés lors des enquêtes nationales9 ou étant supervisés par l’organe pourtant chargé de l’administration du sucre. Les autorités justifient généralement ce traitement « à part » par l’instabilité de la population des bateyes généralement considérée « en transit »10. Seulement, de façon performative, les bateyanos sont ainsi institutionnellement désignés comme ne pouvant pas être intégrés au reste de la population. Une ségrégation qui a d’ailleurs des conséquences dépassant la dimension représentationnelle puisque de nombreux individus nés dans ces espaces arrivent à l’âge adulte sans aucun papier, et donc sans identité officielle. La configuration et la conception de l’espace du batey en relation au reste de l’espace national enferment ainsi les habitants dans un système d’un autre temps où l’identité des individus leur est refusée au-delà de leur statut de travailleurs et de coupeurs de canne.

10La structure générale de ces localités continue aussi de faire écho à ce système. En effet, presque systématiquement les bateyes abritent les mêmes constructions qui répondent à la même disposition et de laquelle sont absentes toutes préoccupations d’hygiène et de confort vis-à-vis des habitants. Partout sur le territoire, ce sont en effet des lieux « pratiques », visant uniquement à loger les travailleurs de la canne et desquels sont très souvent exclues toutes installations ne répondant pas strictement aux besoins vitaux des occupants. Ils sont composés d’un nombre majoritaire de logements, agencés de façon linéaire et parmi lesquels se fondent un ou plusieurs points d’eau venant pallier l’absence d’eau courante au sein des maisons. Un colmado, épicerie appartenant généralement à la compagnie, propose à la vente quelques aliments de base et un centro de atención primaria permet, lorsque le médecin est présent, de recevoir malades et blessés. Ces deux bâtiments permettent l’accès à des denrées et à des soins minimaux malgré l’isolement, mais rappellent aussi le « magasin de vivres » et « l’hôpital pour les nègres malades » obligatoires dans les quartiers d’esclaves selon les différentes législations coloniales et qui visaient à ce que jamais les esclaves n’aient à sortir de l’espace qui leur était assigné. Seules vraies différences structurelles aujourd’hui, les bateyes les plus grands hébergent une école publique et parfois un lieu de culte chrétien.

Figure 3. Centro de atención primaria du batey Angelina

Figure 3. Centro de atención primaria du batey Angelina

Source : Photo de Luís Manuel Álvarez, « ‘Un día en mi batey Angelina’ primer ingenio de la República Dominicana » [en ligne], COCNoticias, 9 avril 2015.

11Les logements, qui constituent les principales constructions des lieux, respectent un alignement strict, avec peu ou pas d’espace entre les habitations. Au sein d’un même batey ils sont presque tous similaires et disposés en rangées parallèles les unes aux autres, formant ainsi des blocs ordonnés dont l’agencement illustre la prégnance du collectif sur l’individuel, du contrôle sur la liberté.

Figure 4. Contrôle et dépersonnalisation des habitations

Figure 4. Contrôle et dépersonnalisation des habitations

Source : Raúl Zecca Castel, Come schiavi in libertà [DVD], Salerno, Arcoiris, 2015.

12Comme nous l’explique Gabriel Debien au sujet des îles françaises, avant 1690 cet ordre n’était pas systématiquement respecté. Au contraire, les cases étaient « installées un peu en désordre. Dans ce qu’on appellera plus tard “la savane” réservée au quartier des esclaves, elles s’install[ai]ent assez librement » (Gabriel Debien, 1966 : 21). Toutefois, les logements des esclaves vont finalement adopter une répartition stricte selon un schéma géométrique et ce, dès la fin du 17e siècle, à l’ère de l’implantation des sucreries. Comme le rapportent de nombreux témoignages (François Girod, 1972 : 140), cette nouvelle configuration permettait une surveillance plus efficace des individus ; de plus en plus nécessaire à mesure que le nombre de travailleurs augmentait en réponse à l’accroissement des champs et des manufactures. Mais comme le rappelle là aussi Gabriel Debien, ce besoin de surveillance n’était pas le seul élément à justifier cette refonte de l’organisation spatiale. Rassembler les esclaves à un même endroit et en évitant les espaces « libres » entre les habitations permettait de réduire l’espace de vie au profit de l’espace agricole (Gabriel Debien, 1966 : 25). Et c’est justement cette configuration qui persiste encore aujourd’hui au sein des bateyes dominicains. Une configuration spatiale en tant qu’agencement des éléments construits mais aussi en tant que rhétorique, traduisant la volonté de contrôler la population, l’effacement de l’individualité et la prégnance de la tâche agricole qui participent de la représentation néo-esclavagiste du batey et de ses habitants ; de leur isolement spatial et représentationnel anachronique.

Figure 5. Concentration des logements et promiscuité

Figure 5. Concentration des logements et promiscuité

Source : Photo de Piet den Blanken prise au Batey Central en 2003.

3. Habiter le batey : ouvriers dans des cases d’esclaves

  • 11 Le Code Noir espagnol de 1784, Troisième partie, Chapitre 31, Loi 9 stipulait ainsi : « Destinarán (...)

13Outils de cette structure rigide, les logements des bateyanos sont, comme au temps de l’esclavage, de deux types : des bohíos, cases, ou des barracones, baraquements. Au début de la colonisation, les esclaves n’étant pas encore nombreux sur les plantations, ce sont d’abord les bohíos qui font leur apparition. Leur apparence pouvait varier d’une habitation à l’autre en fonction des matériaux à disposition, mais la structure restait sensiblement la même : une seule pièce de construction sommaire, sans espace d’hygiène ni de cuisine. François Girod, au 18e siècle expliquait qu’elles étaient généralement faites de « quatre poteaux d’angles et des montants de porte entre lesquels on pose un treillage de lattes bourrées de torchis, remplacé parfois par des troncs de palmistes » (François Girod, 1972 : 141). De nos jours les bohíos des bateyes sont encore souvent construits de façon tout aussi rudimentaire : une seule pièce formées par des poteaux de bois soutenant un treillage de planches, de cannes, ou de tôle d’aluminium, seule trace de modernité. Pour ce qui est du sol, Vaissière écrivait que sous l’Ancien Régime les cases avaient « pour tout plancher, [de] la terre battue » (Pierre de Vaissière, 1909 : 170). Et là encore, la case du batey reproduit régulièrement la structure de celle des ancêtres esclaves. Elle dispose tout de même, dans certains cas, d’un petit jardin palissadé dans lequel ses habitants peuvent planter quelques légumes et élever quelques volailles. Sûrement une pratique héritée elle aussi de l’esclavage, puisque les deux Code Noir, français et espagnols11, avaient fini par obliger les maîtres à mettre en place ces « jardins d’esclaves » que l’on trouvait aussi dans les colonies britanniques d’Amérique du Nord.

Figure 6. Bohío du batey Lucía

Figure 6. Bohío du batey Lucía

Source : Amy Bracken, « Blood, sweat and sugar: Trade deal fails Haitian workers on DR plantations » [en ligne], Aljazeera America, 16 juillet 2015.

14Aussi, la case du batey a-t-elle bien hérité l’architecture de la case d’esclave. Une architecture absolument rudimentaire, qui, comme au temps de la colonie, ne souligne pas seulement la pauvreté de ses habitants, mais aussi le désintéressement du propriétaire, souvent l’État de nos jours, pour le confort de ses ouvriers. Ces bohíos sont actuellement les habitations les plus courantes sur les bateyes, quoiqu’à peine puisqu’ils représentent 56% des logements (Julia Hasbún Martínez, 2014 : p.40), et sont parfois jouxtées, sur les grandes structures notamment, par des barracones. Ce deuxième type de logement a fait son apparition sur les plantations à la fin du 17e siècle avec les débuts de l’industrialisation des matières premières. Les sucreries se sont implantées dans les propriétés et ont demandé chaque fois plus de main d’œuvre, tant dans les champs que dans les manufactures. Apparaissent alors des cases plus longues que les précédentes, séparées en plusieurs pièces pouvant abriter chacune plusieurs esclaves. En 1768, à la caféière Malevrier, on voit ainsi s’ériger « des cases de quarante pieds sur seize. Des cloisons intérieures les divisaient en quatre pièces chacune et chaque chambre pouvait contenir en moyenne une demi-douzaine d’esclaves » (François Girod, 1972 : 141). Le logement s’uniformise alors. Les particularités de construction d’une habitation à l’autre s’effacent et les esclaves ne vivent plus dans des cases familiales, mais se retrouvent à tous partager le même toit. L’introduction et la persistance de ces logements sur les bateyes dominicains d’aujourd’hui s’accompagnent de l’ancrage d’une représentation dépersonnalisée du travailleur. Une représentation d’autant plus forte que ces baraquements sont à 100% fournis par l’employeur qui en reste le propriétaire, contrairement au bohío pouvant être construit par ses occupants. La perpétuation du choix de cette architecture traduit donc le manque de volonté, de la part des propriétaires actuels, de rompre avec les schémas passés. Au contraire, encore aujourd’hui les employeurs semblent considérer les travailleurs comme de simples « outils », entassés dans des espaces tenant plus du dortoir que du foyer. De cette façon, ne pouvant aspirer à son propre espace de vie, toujours uni à ses collègues mêmes dans les moments les plus intimes de son quotidien, le bateyano voit son identité diluée dans celle du collectif, elle-même réduite à la tâche partagée.

Figure 7. Barracones du batey La Siria

Figure 7. Barracones du batey La Siria

Source : Photo de Luís Manuel Álvarez, « Un día en mi batey La Siria del municipio Quisqueya » [en ligne], COCNoticias, 14 avril 2015.

  • 12 L’étude menée en 2014 et dirigée par Julia Hasbún Martínez révèle que seuls 16% des logements visit (...)

15À l’intérieur des logements, cases ou baraquements, le temps semble s’être là aussi figé. Pas d’eau courante, pas d’électricité, ou rarement. Mais surtout, comme au temps de l’esclavage, pas d’espace d’intimité ni de confort. La cuisine se fait encore à l’extérieur, sur un feu alimenté non plus par de la bagasse, mais par du charbon. Pour certains habitants, la toilette, la lessive, les besoins, nécessitant pourtant propreté et intimité, se font eux aussi à l’extérieur, dans la promiscuité et la poussière12.

Figure 8. Douche rudimentaire d’un travailleur journalier

Figure 8. Douche rudimentaire d’un travailleur journalier

Source : Photo de Piet den Blanken prise à Barahona en 2003.

16Cet agencement nous rappelle ici encore celui des quartiers d’esclaves sur les plantations coloniales. Mais, plus encore, il fige l’image du coupeur de canne dans celle d’un travailleur qui, plus de deux siècles après l’abolition de l’esclavage, se voit encore nier, par le propriétaire de la plantation, le confort le plus basique.

Figure 9. Absence de cuisine et d’eau courante au Batey 5

Figure 9. Absence de cuisine et d’eau courante au Batey 5

Source : Photo de Piet den Blanken prise au Batey 5 de Barahona en 2003.

17De plus, de par la pauvreté des habitants, mais aussi à cause du manque d’espace dans les logements, les possessions des bateyanos sont minimales. Girod décrivait, à l’intérieur des cases du 18e siècle, un « mobilier […] rudimentaire : une table de bois mal équarri, un banc, quelques tabourets grossiers et pas d’autre literie que des planches – ou une claie – recouvertes de paille, ou encore une natte posée sur une sorte de longue boîte placée à l’envers… » (François Girod, 1972 : 142). Sur les objets s’y trouvant, il recensait « Dans les coins de la case, des calebasses (les “couis”), des jarres en céramique commune, quelques grands plats de bois ou de terre cuite, des fourchettes et des cuillers en bois dur ou en étain, une grande poêle, un gril, une cafetière, parfois des cruches, un ou plusieurs pots grossiers qui servaient de saladiers » (François Girod, 1972 : 142). Aujourd’hui, certains objets plus modernes sont tout de même venus compléter cet attirail basique. L’enquête de 2014 dirigée par Julia Hasbún Martínez menée sur les bateyes d’Enriquillo et de Yuma/Higuamo, recense même quelques postes de télévision et ventilateurs (Julia Hasbún Martínez, 2014 : p.40). Seulement cette modernisation du mobilier se fait au sein d’un espace qui, on l’a vu, ne s’adapte pas au confort que ces objets sont censés apporter. Comment, par exemple, profiter pleinement d’un ventilateur si l’électricité est difficile d’accès ou régulièrement coupée ?

Figure 10. L’inconfort au cœur des logements

Figure 10. L’inconfort au cœur des logements

Source : Photo de Piet den Blanken prise au Batey 11 en 2003.

Conclusion

18Aussi les bateyes dominicains ne sont-ils pas uniquement des lieux de pauvreté comme il en existe d’autres dans le pays. Ils constituent des répliques presque parfaites des quartiers d’esclaves du temps colonial et sont réservés à une utilisation similaire. Parce que les éléments qui le constituent, leur organisation et fonction proviennent directement de la période esclavagiste, le sens qu’ils produisent est, de fait, lui aussi héritier de ce système. Ce n’est donc pas seulement la structure du lieu qui en fait un espace anachronique, mais le couplage, semi-symbolique, entre la topologie des signes spatiaux et leur étymologie qui implique de se représenter l’endroit et ses habitants depuis un prisme néo-esclavagiste. Ainsi, physiquement et administrativement coupés du reste de la population, littéralement cernés par les champs de cannes et prisonniers d’un espace de vie fusionné à celui de travail selon un modèle colonial, les bateyanos sont aussi enfermés dans les représentations que portent ces différentes configurations. Des représentations d’un temps passé pourtant réactualisées au présent et selon lesquelles les travailleurs de la canne ne peuvent faire partie intégrante de la société civile, ne peuvent pas non plus être considérés dans leur individualité, n’étant toujours que main d’œuvre et membre du groupe au service de l’intérêt de leur propriétaire.

Haut de page

Bibliographie

Álvarez, L.M. (2015). «‘Un día en mi batey Angelina’ primer ingenio de la República Dominicana», COCNoticias, URL: <http://www.cocnoticias.com/2015/04/09/un-dia-en-mi-batey-angelina-primer-ingenio-de-la-republica-dominicana/+&cd=1&hl=fr&ct=clnk&gl=fr&client=firefox-b-ab>, 9 avril.

Álvarez, L.M. (2015). «Un día en mi batey La Siria del municipio Quisqueya», COCNoticias, URL: http://www.cocnoticias.com/2015/04/14/un-dia-en-mi-batey-la-siria-del-municipio-de-quisqueya/+&cd=6&hl=fr&ct=clnk&gl=fr&client=firefox-b-ab>, 14 avril.

Bryan, P. (1985). «The Question of Labor in the Sugar Industry of the Dominican Republic in the Late Nineteenth and Early Twentieth Centuries», In Moreno Fraginals, M., Moya Pons, F. & S. Engerman (éd.), Between Slavery and Free Labor, Baltimore, Johns Hopkins University Press : 235-251.

Bégot, D. et M. Burac (dir.). (2011). L’habitation/plantation. Héritages et mutations Caraïbe – Amérique, Paris, Karthala.

Bracken, A. (2015). «Blood, sweat and sugar: Trade deal fails Haitian workers on DR plantations», Aljazeera America, URL : <http://america.aljazeera.com/multimedia/2015/7/blood-sweat-and-sugar-trade-deal-fails-haitian-workers-in-dr.html>, 16 juillet.

Camejo, M.J., Garro, A.M. & E. Zeisler. (1992). A troubled Year: Haitians in the Dominican Republic, Human Rights Watch.

Centro de Estudios Sociales y Demográficos (CESDEM) & ICF International (2015). Encuesta Sociodemográfica y sobre VIH/SIDA en los Bateyes Estatales de la República Dominicana 2013. Santo Domingo, CESDEM et ICF International.

Debien, G. (1966). « Les cases des esclaves de plantation », Conjonction – Bulletin de l’Institut français de Port-au-Prince, 101 : 19-32.

Fernández de oviedo y valdés, G. (1851). Historia General y Natural de las Indias. Islas y Tierra-firme del mar océano, Madrid, Real Academia de la Historia.

Girod, F. (1972). La vie quotidienne de la société créole : Saint-Domingue au XVIIIe siècle, Paris, Hachette.

Hasbún Martínez, J. (2014). Reporte de Estudio Línea Base. Proyecto Inter-agencial sobre Seguridad Humana en los Bateyes de la República Dominicana, República Dominicana, ACNUR, PNUD et UNICEF.

Labat, J-B. (1931). Voyages aux Isles de l’Amérique (Antilles) 1693-1705, Tome 1, Paris, Éditions Ducharte.

Lucena Salmoral, M. (1995). « El segundo Código negro español, también llamado Carolino, existente en el Archivo de Indias », Estudios de historia social y económica de América, 12 : 267-324.

Martínez, S. (1999). « From Hidden Hand to Heavy Hand: Sugar, the State, and Migrant Labor in Haiti and the Dominican Republic », The Latin American Studies Association, 34 (1) : 57-84.

Moya pons, F. (2010). Historia de la República Dominicana, Historia de las Antillas, vol. 2, Santo Domingo et Madrid, CSIC, Academia Dominicana de la Historia et Doce Calles.

Revuelta, L. (2017). « Azúcar amargo: el ‘apartheid’ dominicano que sustenta la industria de la caña », El Confidencial, URL : < https://www.elconfidencial.com/mundo/2017-07-28/bateyes-republica-dominicana-haiti-inmigracion-racismo-negocio-azucarero_1413985/ >, 28 juillet.

Tejera, E. (1951). Palabras Indijenas de la Isla de Santo Domingo, Ciudad Trujillo, Editora del Caribe.

Riveros, N. (2014). Estado de la cuestión de la población de los bateyes dominicanos en relación a la documentación, Santo Domingo, Observatorio Migrantes del Caribe.

Vaissière de, P. (1909). Saint-Domingue (1629-1789). La société et la vie créoles sous l’Ancien Régime, Paris, Librairie académique Perrin et Cie.

Zecca Castel, R. (2015). Come schiavi in libertà, Salerno, Arcoiris.

Haut de page

Notes

1 L’historien Gonzalo Fernández de Oviedo y Valdés évoque tout de même dans son Historia General de las Indias le chiffre d’une centaine d’esclaves, en moyenne et par plantation, dès les débuts du 16e siècle. Cette conjoncture a cependant été de courte durée comme nous le précisons plus avant.

2 La Guerra de Diez Años constitue le premier évènement indépendantiste de Cuba. Elle s’est déroulée de 1868 à 1878 et opposa l’Ejército Independentista Cubano aux troupes espagnoles.

3 L’esclavage à Cuba n’est en effet aboli officiellement qu’en 1886. Lors de leur installation en République dominicaine, les bateyes sont donc bien conçus comme des lieux de vie d’esclaves.

4 Patrick Bryan, dans son article de 1985, estime qu’en 1910 la plupart des Dominicains avaient abandonné le travail dans les champs de canne.

5 Cette population connue sous le nom de « Cocolos » eut une influence culturelle indéniable, introduisant par exemple les écoles bilingues, le criquet ou le yaniqueque, une galette de farine frite très populaire dont le nom dérive de l’anglais « Johnny cake ».

6 Nom donné aux habitants des bateyes.

7 Sans faire une liste absolument exhaustive des noms de bateyes, nous pouvons tout de même mentionner Los Pelao et La Tumba qui marginalisent à l’extrême les habitants des espaces désignés. En effet, ceux-là sont respectivement qualifiés de « fauchés » et présupposés morts, habitant littéralement « La tombe ». Une marginalisation linguistique performative qui continue de définir les travailleurs de la canne par leur pauvreté extrême et même par leur mort apparemment inéluctable dans le travail ; autres représentations dignes de la période esclavagiste.

8 À ce sujet, voir Mary Jane Camejo, Alejandro Miguel Garro, Ellen Zeisler, A troubled Year : Haitians in the Dominican Republic, Human Rights Watch, 1992, p. 24 ou Laura Revuelta, “Azúcar amargo : el ‘apartheid’ dominicano que sustenta la industria de la caña”, El Confidencial, 28-07-2017 [En ligne sur https://www.elconfidencial.com/].

9 Nous pensons par exemple à la dernière Encuesta Demográfica y de Salud nationale (ENDESA 2013) qui n’a pris en compte les bateyes que dans une enquête considérée comme « additionnelle » et dont les résultats ont été publiés indépendamment de ceux concernant le reste du territoire. De plus, l’étude n’a pu s’intéresser qu’aux bateyes appartenant à l’Etat, les chiffres sur les populations des bateyes privés restant alors inconnus.

10 Ce statut apparaît dès la Constitution de 1929 et sera précisé dans le Reglamento n° 279 s’appliquant à la Ley de Migración n° 95 du 12 mai 1939. Il concerne toute personne passant par le territoire pour accéder à une destination extérieure et empêche l’accession à la nationalité dominicaine par le droit du sol à ses enfants. Même si les travailleurs saisonniers des bateyes ne pouvaient légalement être considérés comme « en transit », de nombreux abus de la part des pouvoirs locaux ont conduits à les définir comme tels et ainsi empêché l’accès à la nationalité dominicaine à leurs enfants depuis sans papiers. De plus, depuis 2004, la législation dominicaine tend à compliquer l’accession à la nationalité aux individus d’origine haïtienne, notamment en considérant dorénavant comme « étranger en transit » toute personne non-résidente (Ley de Migración 285-04 de 2004) et en refusant systématiquement la nationalité aux enfants nés de parents illégalement présents sur le territoire (Sentence du 14 décembre 2005 de la Suprema Corte de Justicia et Constitution du 26 janvier 2010 actuellement en vigueur).

11 Le Code Noir espagnol de 1784, Troisième partie, Chapitre 31, Loi 9 stipulait ainsi : « Destinarán también a cada uno [de los esclavos de las haciendas de campo] una porción corta de tierra, para su cultivo privado en el concepto de peculio, pues el amor a su pequeña propiedad le contendrá de sus emigraciones y fugas, y le apegará más y más a la hacienda de su señor, haciéndole amar, por decirlo así, las mismas cadenas que le sujetan » (Manuel Lucena Salmoral, “El segundo Código negro español, también llamado Carolino, existente en el Archivo de Indias”, 1995 : 311). Pour la France, voir l’Ordonnance du Roi concernant les procureurs et économes gérans des habitations situées aux isles sous le vent du 3 Décembre 1784, Titre 2.

12 L’étude menée en 2014 et dirigée par Julia Hasbún Martínez révèle que seuls 16% des logements visités disposaient de sanitaires au sein du logement (Julia Hasbún Martínez, 2014 : 40).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Cases d’esclaves dans les champs de canne
Crédits Source : Jean-Baptiste Labat, Voyages aux Isles de l’Amérique (Antilles) 1693-1705, Tome 1, Paris, Éditions Ducharte, 1931, p. 129.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/17582/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 2. Les habitations du batey Las papita excentrées et entourées de champs
Crédits Source : Amy Bracken, «Blood, sweat and sugar: Trade deal fails Haitian workers on DR plantations» [en ligne], Aljazeera America, 16 juillet 2015.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/17582/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Figure 3. Centro de atención primaria du batey Angelina
Crédits Source : Photo de Luís Manuel Álvarez, « ‘Un día en mi batey Angelina’ primer ingenio de la República Dominicana » [en ligne], COCNoticias, 9 avril 2015.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/17582/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Figure 4. Contrôle et dépersonnalisation des habitations
Crédits Source : Raúl Zecca Castel, Come schiavi in libertà [DVD], Salerno, Arcoiris, 2015.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/17582/img-4.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Figure 5. Concentration des logements et promiscuité
Crédits Source : Photo de Piet den Blanken prise au Batey Central en 2003.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/17582/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 6. Bohío du batey Lucía
Crédits Source : Amy Bracken, « Blood, sweat and sugar: Trade deal fails Haitian workers on DR plantations » [en ligne], Aljazeera America, 16 juillet 2015.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/17582/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 563k
Titre Figure 7. Barracones du batey La Siria
Crédits Source : Photo de Luís Manuel Álvarez, « Un día en mi batey La Siria del municipio Quisqueya » [en ligne], COCNoticias, 14 avril 2015.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/17582/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Titre Figure 8. Douche rudimentaire d’un travailleur journalier
Crédits Source : Photo de Piet den Blanken prise à Barahona en 2003.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/17582/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Figure 9. Absence de cuisine et d’eau courante au Batey 5
Crédits Source : Photo de Piet den Blanken prise au Batey 5 de Barahona en 2003.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/17582/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Figure 10. L’inconfort au cœur des logements
Crédits Source : Photo de Piet den Blanken prise au Batey 11 en 2003.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/17582/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Inès Da Graça Gaspar, « Le batey en République dominicaine : espace présent d’un temps passé », Études caribéennes [En ligne], 4 | Décembre 2019, mis en ligne le 20 mai 2020, consulté le 03 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/17582 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.17582

Haut de page

Auteur

Inès Da Graça Gaspar

AMERIBER, Poétiques et politiques : pays ibériques et Amérique latine, EA3656, Université Bordeaux-Montaigne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals