Navigation – Plan du site
Dossier

Empreinte de l’esclavage et destinées de familles coloniales françaises à Cuba

Imprint of slavery and destinies of French colonial families in Cuba
Jacques de Cauna

Résumés

L’empreinte de l’esclavage dans les mentalités coloniales et post-coloniales aux Antilles a été souvent étudiée et est parfois bien visible. Celle laissée dans la métropole l’est moins. On sait que les troubles consécutifs à l’insurrection des esclaves de Saint-Domingue (actuelle Haïti) en 1791 jetèrent en exil dans les îles et terres voisines de la Caraïbe pendant une quinzaine d’années de nombreux Aquitains, Gascons, Basques et Béarnais, qui représentaient le principal groupe régional de l’ancienne colonie antillaise devenue indépendante en 1804. Dans la partie orientale de l’île de Cuba surtout, le courant d’émigration aquitaine, initié par de grands chefs fondateurs, soutenu par de puissants réseaux et alimenté par la tradition, persista durant toute la première moitié du 19e siècle et laissa beaucoup de traces.
Ces Aquitains méconnus dans leur région d’origine restent des personnages majeurs de l’histoire et du patrimoine cubains. D’un autre côté, de belles demeures béarnaises témoignent aussi en retour en Aquitaine de ces fortunes béarnaises réalisées à Cuba dans le café ou le sucre, comme le château de Caumale à Escalans dans l’Armagnac landais, racheté et restauré avec l’argent de ses caféières cubaines par Joseph (José) Delisle, et où sont conservées d’importantes archives. 
Au-delà de l’empreinte matérielle, la plus visible subsiste aussi de part et d’autre de l’Atlantique dans le domaine immatériel des influences plus subtiles qui ont marqué les mentalités, les usages, les situations sociales…

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1 L’empreinte de l’esclavage dans les mentalités coloniales et post-coloniales aux Antilles est un indiscutable postulat de toute étude des populations passées et présentes des îles et de leurs évolutions. Elle marque surtout trois points essentiels qui en font la spécificité à commencer par le plus visible qui est sans doute le poids de ce que l’on appelle pudiquement la « question de couleur », laquelle se traduit immanquablement dans le camp social et économique par de fortes disparités fondées sur la dichotomie noir-blanc et ses conséquences en termes de classes. Derrière la prédominance générale de ce cadre identitaire commun, se distinguent enfin des nuances ou variations locales qui voudraient se constituer parfois en marqueurs d’identités nationales ou projeter à l’extérieur une image personnalisée originale.

2 Comme souvent ici ou ailleurs, c’est l’histoire qui fait le fondement de données qui se traduisent le plus souvent en termes sociologiques. À côté de l’étude de la revendication des ascendances esclaves, très répandue aujourd’hui dans un souci de légitime compensation aux travaux antérieurs menés « du bel étage » comme disait Gabriel Debien, il n’est pas inutile dans le cas cubain de s’interroger a contrario sur les destinées de ces familles que l’opinion européenne désigne volontiers sous le terme « créole » – qui en principe devrait s’appliquer à tous ceux sans autre distinction qui sont nés et élevés aux îles – mais que la vulgate populaire réserve plutôt, avec toutes les connotations qui s’y attachent, à ces riches « Américains de retour des îles » dont l’image somptueuse et colorée se répand au 19e siècle jusqu’au plus profond des campagnes européennes.

3 Les « papiers de famille » chers à Gabriel Debien permettent d’entrer au plus près dans l’histoire de la constitution des sociétés antillaises dont on connaît la grande variété d’origines des composantes et la diversité qui en résulte aujourd’hui. Deux grands lots de ces archives privées, essentiellement constitués de correspondances, mais aussi de pièces d’intérêt généalogique mettant en scène des familles franco-cubaines de colons, les Casamajor et alliés et les Delisle-Duverger, sont ainsi parvenus récemment à ma connaissance par des amis ou parents proches. Le contraste de destinées qu’ils offrent, à partir de points de départ initiaux similaires – l’investissement dans la plantation coloniale esclavagiste – suivis de choix de vies différents, m’a paru suffisamment intéressant et symptomatique pour être présenté tel qu’il apparaît en l’état actuel d’une recherche en cours qui est loin d’être exhaustive.

4 Outre le lien avec Cuba, l’esclavage et la question de couleur, plusieurs points communs rapprochent ces familles au départ : elles sont créoles de Saint-Domingue et originaires de l’extrême Sud-Ouest français, Béarn et Landes de Gascogne en l’occurrence. Et surtout, le passage dans la grande île aura été la source, à travers des destinées contrastées dues à des choix de vie différents, d’évolutions radicales dont le grand point commun est qu’elles les mènent, bien que de manières sensiblement différentes, à de remarquables élévations dans la hiérarchie sociale.

De Labastide d’Armagnac au café des Îles, le rêve américain : les Delisle

  • 1 Archives Delisle, château de Caumale, aimablement communiquées par Geneviève et Pierre Fabre. Vo (...)

5Grâce à une correspondance familiale retrouvée depuis peu dans un vieux château gascon du Gabardan, le château de Caumale à Escalans (40), à la faveur d’une transmission du bien par héritage à des amis proches1, on connaît bien aujourd’hui l’aventure antillaise des Delisle, originaires de Labastide d’Armagnac, aux confins des Landes et du Gers. Ces archives familiales ont été récemment préservées et classées pour la recherche historique. Leur étude est en cours.

  • 2 Ces chiffres sont ceux de l’Etat des propriétés rurales appartenant à des Français dans l’île de (...)

6Pour résumer rapidement, Joseph-Bernard Delisle, le personnage central, créole d’origine gasconne du Mirebalais à Saint-Domingue et propriétaire caféier aux Grands-Bois, chassé par la Révolution, passa fin 1803 dans l’île voisine de Cuba, dans l’Oriente. Il y épousa, à Santiago, une autre créole française, Pauline-Catherine Duverger, d’une riche famille de Jérémie originaire de Bordeaux, dont le grand-père maternel était mort dans le grand massacre des Blancs de 1804. Et, après avoir acquis une première caféière nommée La Romaine à Ninfa, de 200 carreaux et 25 esclaves, puis un peu plus tard une autre, voisine, dite Le Parnasse, de 100 carreaux et 35 esclaves, valant respectivement 20 000 et 26 000 pesos2, il y fit rapidement fortune, contrairement à son frère Joseph-Victor, rentré pauvre en France et laissant un fils, Charles, qui géra les deux caféières de son oncle après le départ de ce dernier en 1824 et avant l’arrivée du fils, Gustave, en 1837. La sœur, Jeanne, s’était, elle aussi, retirée depuis 1775 avec son mari dans le Gers où elle survécut dans la gêne. Rentré en France en 1824, Joseph-Bernard offrit de beaux mariages nobles à ses filles avant de mourir en 1836 châtelain de Caumale en Armagnac ayant ainsi réalisé le vieux rêve de tout colon américain, le retour au pays richissime.

Figure 1. Le château de Caumale à Escalans (Landes), acheté par Joseph-Bernard Delisle en 1828

Figure 1. Le château de Caumale à Escalans (Landes), acheté par Joseph-Bernard Delisle en 1828

Source : Fonds de Jacques de Cauna

  • 3 Jean Lamore, Les Français dans l’Orient cubain, actes du colloque international de Santiago de C (...)

7 On sait que ceux qui avaient, comme lui, rallié l’île voisine après l’insurrection des esclaves en 1791, se sont concentrés surtout dans la province de l’Oriente où ils ont laissé leur empreinte spécifique, notamment dans les célèbres cafetales, en vue des côtes de Saint-Domingue, à Baracoa, Guantanamo et Santiago principalement. Au plus fort de l’exode, à la fin du mois de décembre 1803, on décomptait 18 000 personnes « de toutes les couleurs » arrivées par le seul port de Santiago de Cuba, et, après la proclamation de l’indépendance haïtienne le 1er janvier 1804 et le massacre des derniers Blancs de l’île dans les trois mois qui suivirent, un plus de 1 000 arrivèrent encore par Baracoa3.

8On ne sait quand exactement Joseph-Bernard quitta l’île de Saint-Domingue, faute de documents, assez tard sans doute, peut-être même en passant par La Nouvelle-Orléans. Dans l’état actuel de l’étude, divers recoupements donneraient en effet à penser qu’il s’embarqua sans doute une première fois avant 1800 sur un bateau de Dominique You, parent des célèbres frères flibustiers gascons, les frères Pierre et Jean Laffite. On le voit en effet obtenir le 29 Frimaire an IX [20 décembre 1800] du ministère de la Marine et des Colonies un certificat de non-émigration précisant : « sans que son défaut de présence dans la colonie puisse lui être objecté ». Il habitait alors aux Grands-Bois, paroisse du Mirebalais, sur sa caféière de La Gascogne où sa sœur lui écrit en se réjouissant de son prochain retour annoncé en mai 1801 à Bordeaux. Ils ne se sont pas vus depuis quinze ans, date à laquelle elle a quitté l’île avec son mari. Il apparaît que ce projet ne put se réaliser – où alors qu’il revint très vite avec l’expédition de janvier 1802 – dans la mesure où le 2 mai 1802 le général Rochambeau (Donatien, le fils du héros de l’Indépendance américaine) lui écrit du quartier général du Cap que le capitaine général Leclerc désire le voir « pour y traiter avec lui des intérêts du commerce et de l’agriculture de la colonie », en précisant « vous voudrez bien être exact au rendez-vous », ce qui en cette période de reprise en main équivaut à un ordre de convocation impératif.

  • 4 Arhivo General de Indias [AGI], Cuba, 1540B, n° 1709.
  • 5 Archives Delisle.

9Il dut s’enfuir ensuite avec la déroute française de la fin 1803 car on le trouve le 5 mars 1804 à Santiago chargé de la procuration d’une dame V. Berrier [Berryer sans doute] pour y récupérer des esclaves auprès d’un autre planteur dominguois, J. Augustin, et les lui envoyer à La Havane. Le même Augustin et un autre colon des Grand-Bois, Jean-Baptiste Le Roy, sont ensuite témoins de l’achat qu’il fait de trois autres esclaves auprès d’un autre colon du même quartier, Jean-Janvier Robert (16 mai). On trouve ensuite un reçu de six pesos daté du 9 août 1806 pour la location d’une chambre à Baracoa chez un certain Nicolas Hernandez. Le 23 juillet 1806, Delisle signe, parmi 112 autres Français notables bien implantés, une longue lettre pour remercier Sa Majesté Catholique et les autorités de l’île de la qualité de l’accueil, la prise en charge des malades et des indigents, l’équité de la justice4. Un an plus tard, en 1807, il est qualifié de « citoyen français naturalisé cubain », sous le nom de Don Jose Delisle, et fonde une caféière à Ninfa. Il a comme voisins français à cette époque Causse frères, Belle, Dauger, Despaigne, père et fils, Régnier, Dagnèze, Belfort, Mme de Mafrand (de Jérémie), Jaquemard, Révé, de Ronseray, Canonge5.

10Il avait épousé le 16 mai 1805 dans la cathédrale de Santiago Nuestra Señora de los Dolores, Pauline-Catherine Duverger, autre réfugiée, fille aînée du défunt Paul Duverger, de la Marine Royale, dont les biens autour de Jérémie étaient considérables : quatre « habitations en café, Chèvremont, Du Charmoi, Bellevue », deux magasins au Cap Dame-Marie et la sucrerie Dutruche dans la Plaine des Cayes. Née au Mirebalais le 19 janvier 1780, mais baptisée en 1781 à Dame-Marie, la jeune femme, aînée de quatre sœurs, était devenue prématurément veuve d’un sieur Destang, dont le nom indique l’origine gasconne, mort à Cuba des suites du naufrage qu’ils avaient essuyé au large de la Guadeloupe en 1800 avec le navire qui les amenait de Bordeaux. Elle était en outre mère d’une fille de quatre ans, prénommée Clara, bébé rescapé du naufrage, qui restera avec le nouveau ménage Delisle et ses deux enfants, notamment plus tard en Louisiane et à Paris.

11Deux ans après la naissance à Santiago en 1806 de Jean-Joseph, dit Gustave en famille, c’est le baptême pour la Noël, le 25 décembre 1808, toujours à la cathédrale, de leur fille Catarina [Catherine] – Ygnacia [Ignace] de la Merced Delisle, née le 20 juillet, fille de don José Delisle, avec comme parrain don Ygnacio Caro por el licenciado Don José Sterlin, avogado, un Espagnol et un Dominguois de l’Artibonite naturalisé. Décédée à Tours le 16 janvier 1855 âgée de 46 ans, elle sera connue en France en famille sous le nom de Nathalie et épousera le 5 août 1828 à Paris Joseph-Hyacinthe-Théophile de Cumont, officier aux lanciers de la Garde Royale, ancien Garde du Corps du roi Louis XVIII, propriétaire du château de Cerçay à Villecresnes, avec consentement signé du roi Charles X six mois après.

Figure 2. Portraits de Gustave et Nathalie Delisle

Figure 2. Portraits de Gustave et Nathalie Delisle

Source : Fonds Jacques de Cauna

Correspondance cubaine : Béarnais et Gascons de l’Oriente

  • 6 Gabriel Debien, Les colons de Saint-Domingue réfugiés à Cuba (1793-1815), Revista de Indias, n°  (...)
  • 7 Voir Maria-Elena Orozco : Le Béarnais P. Casamayor et les Aquitains à Santiago de Cuba. Première (...)

12La reprise de la guerre avec l’Espagne, que marquera la journée sanglante du Dos de Mayo popularisée par le célèbre tableau de Goya, provoque en 1809 l’établissement d’un recensement des réfugiés français en vue de leur éventuelle expulsion (ce sera le cas pour la moitié d’entre eux, qui ne s’étaient pas fait naturaliser espagnols. De la foule des noms d’Aquitains propriétaires de cafetales, il en est un qui émerge particulièrement, celui de Prudencio Casamayor, ou plutôt Prudent de Casamajor, ancien gérant de sucreries, puis propriétaire jusqu’en 1793 d’une caféière dans le quartier de Jérémie où il avait fondé avec son frère Paul une maison de commerce à l’anse d’Hainault. On sait qu’il réussit par son activité à devenir l’un des négociants les plus en vue de la place de Santiago et, en quelque sorte, l’agent général, l’homme d’affaires, le conseiller et même le banquier de cette petite colonie de réfugiés dont bon nombre lui étaient apparentés. Après s’être livré à des activités maritimes et de course et de commerce, notamment entre Philadelphie et Baracoa, avant de s’installer définitivement à Santiago en 1797 pour y servir le gouvernement local comme interprète, il avait débuté dans la spéculation en achetant dans les hauteurs de la Sierra Maestra promises plus tard à une certaine célébrité, des terres en friches que l’on pouvait croire incultes, mais qu’il fit prospérer, avec le Gersois Bellegarde son associé, en les revendant ou louant par petits lots de 100 carreaux pour le café ou le coton6. À sa mort à Santiago le 18 mars 1842, naturalisé espagnol sous le nom de Prudencio Casamayor, il fait figure de patriarche révéré et richissime, laissant une nombreuse descendance naturelle d’au moins six enfants de couleur qui se poursuit aujourd’hui aux États-Unis. Sa carrière et son action à Cuba sont aujourd’hui bien connues par les sources cubaines7.

  • 8 Agnès Renault, La communauté française de Santiago de Cuba entre 1791 et 1825, thèse 11 sept. 20 (...)
  • 9 Archives privées aimablement communiquées par M. Pierre de Lestapis, cousin des Casamajor et des (...)

13Mais il y a encore beaucoup à apprendre sur ses liens avec d’autres familles françaises, et notamment béarnaises, comme on le voit dès qu’on entre dans le détail des archives Delisle où son nom apparaît plusieurs fois. On voit ainsi en 1816, un parent des Delisle, Louis de Mons d’Orbigny écrire de Philadelphie à Joseph-Bernard « aux bons soins de M. Casamajor à Santiago [Mr Jh Delisle care of Mr Cazamajor, St-Yago de Cuba ». On voit aussi José Delisle parrainer à Cuba, avec les sœurs de son épouse, des enfants d’Alexandre Lemarié, de Jérémie, et de Susanne Rey dont la sœur Barbara Rey, avait épousé Auguste-Marie-François Girard, avec pour témoin de l’époux, le Nantais d’origine landaise Jean-Baptiste Sallefranque, de Jérémie, époux de Françoise-Sophie Girard, de Jérémie, famille proche parente des Casamajor par les Dufourcq d’Arthez-de-Béarn, mais aussi des Heredia. Et lorsque José teste le 11 décembre 1818, en l’absence de sa femme, tutrice de leurs enfants8, il désigne comme son exécuteur testamentaire Prudencio Casamayor, propriétaire d’une terre voisine à Limones, avec Mousnier et Sillègue, ce dernier, de la famille du célèbre mousquetaire Athos, proche parent des Lestapis (dont une fille naturelle, née à Jérémie, épousera le caféier normand Charles Dranguet), Dufourcq et Nolivos, tous présents dans le même quartier de l’Oriente9.

14Un point très intéressant des lettres en provenance de Cuba dans les archives familiales Delisle du château de Caumale, par exemple, est qu’elles révèlent parfaitement à quel point tous ces « païs », comme on disait alors, Béarnais et Gascons de l’Oriente, créoles exilés loin de leur petite patrie, non seulement se connaissaient très bien et se fréquentaient régulièrement, mais aussi étaient très proches et liés, voisins, amis, parfois employés sur les mêmes caféières et même assez souvent parents… Autrement dit, comment fonctionnait au quotidien le réseau relationnel de la solidarité régionale. Les lettres circulaient d’un bord à l’autre de l’Atlantique par les uns ou les autres à qui on les confiait lors d’un voyage en France. On s’entretenait sur place des nouvelles du pays, on donnait en retour des informations et le bonjour aux membres des mêmes familles qui y étaient restées… On le pressent déjà dans une lettre que Joseph-Bernard écrit le 18 décembre 1810 à son épouse qui s’était retirée à La Nouvelle-Orléans avec les enfants, sans doute pour des raisons tenant au climat. On y trouve non seulement les noms de plusieurs voisins, certains bien connus comme la famille Yvonnet, les Despaigne (tous deux parents des Casamajor), Ozenne, Mme de Maffrand, Daugé (ou plutôt Danger), Portuondo…, d’autres moins, Causse, Régnier, Dagnèze, Belfort, Belle, Mena…, mais aussi ceux des cousins, Gallien Préval et sa mère, Chabaud, Madame Girard…

15On le voit bien encore dans une lettre envoyée de la caféière La Ninfa en 1826 par le neveu, Charles Delisle, qui y est resté comme gérant pour son oncle Joseph-Bernard, lequel vient de rentrer depuis peu en France où il est passé en 1824 après avoir confié ses affaires cubaines à Jean Despaigne, procureur, et à son neveu Charles Delisle, gérant. En moins de dix lignes apparaissent très vite les noms de deux familles régulièrement citées ensemble lorsqu’il s’agit des « Français » de la région de Guantanamo.

16On y découvre d’abord que celui qui a transmis une première lettre de l’oncle est un certain « Dufourg », ou plutôt Dufourcq, en l’occurrence Joseph Dufourcq, d’Arthez-de-Béarn, fils de Gratian-Grégoire de Dufourcq et de Marie-Justine de Casamajor [Fig. 3], et par conséquent neveu de Prudent de Casamajor. Puis c’est au tour de Despaigne, le procureur de l’oncle, en fait Jean Despaigne, qui était associé sur place, ce qui n’est pas un hasard, à Pedro [Pierre] Duverger, autre ancien « habitant » comme lui de Jérémie dans le sud de Saint-Domingue, et parent de Pauline-Catherine Duverger, épouse de Joseph-Bernard. Or, on sait que ces Despaigne sont aussi la famille de la future épouse de José Maria de Heredia (elle n’était pas encore née à cette date) [Fig. 4]. La mère du poète par ailleurs était une Girard, prénommée Louise, parente des Dufourcq, qui avait épousé Domingo de Heredia, lequel était copropriétaire d’une cafetal toute proche avec ses deux beaux-frères béarnais : José Dufourcq, époux d’Euphémie Girard, et Eugène de Ribeaux, originaire d’Orthez (tout près d’Arthez) et époux de Helmina Girard la troisième sœur de cette famille de l’ex notaire de Jérémie, d’origine normande. Ce dernier est sans doute ce « Monsieur Eugène » dont on dit dans la même lettre qu’il viendra plus tard diriger des travaux sur la caféière, étant pour le moment occupé avec ses nègres chez « Monsieur Portuonde [Portuondo] ». Sans doute francs-maçons, les trois beaux-frères avaient baptisé leur caféière du nom doublement significatif de La Fraternidad [Fig. 5].

Figure 3. Jeanne-Justine de Casamajor

Figure 3. Jeanne-Justine de Casamajor

Jeanne-Justine de Casamajor, sœur de Prudent, épouse de Gratian-Grégoire de Dufourcq de Membrède, seigneur de Lescun de Larreule, née le 12 juillet 1759 à Sauveterre-de-Béarn, mariée le 11 février 1783, mère de Joseph Dufourcq marié à Santiago en 1839 avec Euphémie Girard, tante de José-Maria de Heredia.

Source : Fonds Jacques de Cauna

Figure 4. José-Maria de Heredia

Figure 4. José-Maria de Heredia

José-Maria de Heredia, né en 1842 sur la caféière La Fortune, baptisé à Santiago de Cuba, fils de Domingo de Heredia et de Louise Girard (fille d’Auguste et Barbe Rey), époux en 1867 à Paris de Mathilde Despaigne, décédé en 1905.

Source : Fonds Jacques de Cauna

Figure 5. Cafetal La Fraternidad, aux trois beaux-frères, Domingo de Heredia, José Dufourcq et Eugène de Ribeaux, époux des demoiselles Girard

Figure 5. Cafetal La Fraternidad, aux trois beaux-frères, Domingo de Heredia, José Dufourcq et Eugène de Ribeaux, époux des demoiselles Girard

Source : Fonds Jacques de Cauna

  • 10 Archivo General de Indias, AGI, ESTADO, 12, N.22, « Gobernador Cuba sobre expedición del rebelde (...)

17Enfin le porteur à Cuba de la seconde lettre de l’oncle, un certain Sallier, nouveau venu, évoque une troisième famille alliée, les Préval, lorsqu’il dit qu’il a été « très bien accueilli » par Carlite Préval, c’est-à-dire Carlito, alias Don Carlos Préval y Raynal, ou plutôt Charles-François-Elisabeth, cousin germain de Paul-François qui avait épousé à Santiago en 1801 une créole cubaine, Doña Maria Jesus de Landa y Hernandez. On le voit d’ailleurs accusé par une lettre anonyme de septembre 1803 émanant du groupe anti-français de l’archevêque, de piraterie, prévarication, corruption de fonctionnaires, avec Casamayor et deux autres réfugiés. Mais en 1816, au contraire, le capitaine général a toute confiance en lui puisqu’il demande au Roi de l’autoriser à l’envoyer comme espion au « Port-au-Prince français », en Haïti, pour y surveiller les agissements du rebelle Mina et de ses affidés qui s’y étaient réfugiés10.

  • 11 Archivo Historico Provincial de Santiago de Cuba, Livre de mariages des Blancs n° 1, p. 8, n° 16 (...)
  • 12 Archives Delisle, château de Caumale.

18Ces Préval, alliés aux Delisle par la sœur cadette Duverger, Louise-Laurence, anciens propriétaires de grands biens dans l’Artibonite ayant des attaches à Bordeaux, sont l’une des plus importantes familles de Saint-Domingue et aussi l’une des mieux connues, aux alliances prestigieuses dans les grandes familles créoles des marquis de Cocherel, des Le Sénéchal de Kercado et du gouverneur béarnais Ducasse. On les trouve à Cuba en 1807 dans le recensement des caféières de l’île, au district de Candelaria, près de Santiago, en la personne de G. Préval (40 esclaves) et Ch. Préval et Cie (22 esclaves). Le premier est Paul-François Gallien de Préval (d’où le G porté devant son nom), qui épouse sur sa caféière de la Candelaria le 11 mai 1807 Louis-Laurence Duverger11, sœur cadette de Mme Delisle, et que Joseph-Bernard Delisle appelle dans ses lettres son « cher beau-frère »12. Le second est son oncle, Simon-Charles (d’où le Ch), naturalisé la même année avec son épouse, une demoiselle Raynal, veuve de son frère Jean-Louis-Elisabeth. Ils étaient tous deux fils de Jacques-François Gallien de Préval, un notaire royal normand émigré à Saint-Marc, et d’Angélique-Charlotte Bizoton. On voit bien ainsi que c’est donc souvent à Cuba que se créée ou se renforce le lien entre toutes ces familles.

19Charles Deslisle n’oublie pas, bien sûr, ses salutations à la famille encore plus proche, « sa tante », Pauline-Catherine, épouse de l’oncle Joseph, avec laquelle il souhaite « faire la paix », ainsi que « Mlle Pauline », c’est-à-dire la benjamine des quatre sœurs Duverger, Bonne-Hyacinthe-Pauline, et le cousin germain Gustave Delisle, fils de l’oncle Joseph, qui prendra plus tard sa suite comme gérant des caféières en 1836.

Caféières et esclaves

20Ses lettres révèlent également les préoccupations habituelles des colons et de leurs gérants, qui sont avant tout d’ordre économique : état des biens, défrichements (bois-neufs), plantations et récoltes, remises (envois) de café en France, ventes, travaux de réfection des glacis, four à chaux, moulin à grager, « jardins aux nègres » pour la nourriture… Comme à Saint-Domingue – et sans que cela marque une plus ou moins grande attention humanitaire – un passage quasi obligatoire est celui de l’état physique et moral de l’atelier, c’est-à-dire des esclaves, bien moins nombreux et donc mieux connus sans doute que sur les les grandes sucreries : 

« Tout l’atelier se porte bien. Il n’y a que le malheureux Pompée qui vit toujours, mais qui est attaqué d’hydropisie. Le docteur doit lui faire sa ponction quand il sera temps. Depuis votre départ, Valentine et Anne-Marie sont accouchées de deux petits négrillons, et Constance, Caridad, Olympe et Manon, de quatre petites négrillonnes. Les mères et les enfants se portent bien […]

  • 13 Archives Delisle, Charles Delisle à Ninfa (Cuba), à son oncle Joseph Delisle à Paris, 25/12/1825

Tous vos nègres travaillent fort bien et je n’ai qu’à e louer de leur conduite. Je n’ai eu qu’à me plaindre du fameux Marc qui, huit jours après votre départ, dit à plusieurs petits Congos que, son maître étant parti, il ne voulait plus travailler, et les engagea à partir avec lui ; eux-mêmes sont venus me le dire, mais lui était parti. Il fut repris Cuba [la ville de Santiago] par Point du Jour et Jérémie qui me le ramena. Sa correction le conduisit à l’hôpital pendant 4 à 5 semaines. Je dois vous avouer que je suis bien aise que mon Jérémie fût tombé sur lui, car je l’ai fait corriger sans ménagement. Maintenant il travaille bien »13.

21Ce fait de marronnage (fuite de la plantation) et la sévère punition qui a suivi, montrent bien que sur les caféières de l’Oriente, comme sur celles de Saint-Domingue, cette forme de résistance, parmi d’autres, était toujours bien présente, la répression et les sévices aussi. On n’aura pas à s’étonner parallèlement de ces bons sentiments réellement ou prétendument affichés, d’un côté ou de l’autre, maîtres ou esclaves, sur lesquels les gérants aimaient s’attarder dans leurs rapports :

« p.s. : Julie vient d’accoucher dans l’instant d’une petite négrillonne ; je viens de la voir ; toutes les deux se portent bien. L’accoucheuse, la vieille Nanon a l’honneur de vous présenter ses respects ».

22Ou encore : « p.s. : tous vos nègres, ayant appris que je vous écrivais, sont venus à 5 heures me prier de vous dire bonjour en pile ». Ce qui a au moins l’avantage de nous montrer à quel point l’usage du créole dominguois, comme d’ailleurs celui des prénoms français, reste la norme longtemps après, habitude qui est à l’origine de certaines caractéristiques actuelles de l’identité orientale.

23Quant aux nouvelles des caféteries, elles sont généralement bonnes :

« La place est très propre et la bande des grands nègres est occupée depuis quelques jours à tailler et à dégarnir les cafiés [caféiers] qui en ont besoin. Vous avez de ramassé 3470 barils de café, 2919 de la Ninfa et 551 du Parnasse ; il reste peu de café sur les arbres [...] Nous avons abattu comme vous nous en avez laissé l’ordre un bois neuf dans le Sud pour donner des jardins aux nègres qui sont nourris à la cuisine. Le maçon qui est en ville depuis la fin octobre, doit revenir dans une quinzaine pour continuer les glacis du Parnasse. Monsieur Eugène ayant toujours été occupé depuis votre départ chez Monsieur Portuonde, acquéreur de Monsieur Narino, n’a pu encore rien faire sur vos habitations, mais il doit nous mettre incessamment deux de ses nègres pour commencer les bois de la petite Caze derrière la grande, d’une caze nègre, près de celle de la vieille Nanon dont l’exarpage est fini, et monter le poulailler. Le maïs et les pois que nous avions plantés en août dans les bois neufs de la Ninfa et du Parnasse ont tellement souffert des pluies, que nous n’en avons pas retiré la semence. Nous sommes un peu à court de vivres, mais cependant nous n’avons pas besoin d’en acheter.

  • 14 Ibidem, 24/02/1826.

Vous me dites que vous apprendrez avec plaisir que je commence à devenir un peu habitant. J’ose me flatter que lorsque vous reviendrez, vous serez satisfait de l’ordre et de l’état des habitations… »14.

24En réalité, Joseph-Bernard ne reviendra plus à Cuba et ce sera son fils Gustave qui prendra sa suite, après sa mort en 1836, jusqu’en 1852, date de la fin de l’aventure cubaine des Delisle.

25Un brouillon de lettre de Joseph-Bernard à son neveu Charles à Ninfa, de septembre 1829, ouvre une porte sur l’intérêt bien compris d’une bonne politique en matière de population chez le colon absent, et sans doute même, sur un réel attachement à certains « bons sujets » : 

« Quant à l’état de l’atelier, il est vraiment satisfaisant. Les naissances ont excédé les mortalités dans une proportion très avantageuse. Je puis donc sans flatterie vous complimenter sur votre heureuse administration. Néanmoins, j’ai été vivement affecté en apprenant par M. Despaigne la perte de Jannon. C’était un sujet adroit, laborieux, qui doit laisser un vide sur l’habitation ».

26L’oncle José paraît ainsi s’intéresser de près à certaines familles, pour lesquelles l’affranchissement est envisagé :

« Je ne refuse pas à Cascarette la permission qu’il vous a chargé de me demander que sa femme continue à rester sur l’habitation lorsqu’il aura acheté sa liberté, mais c’est avec la condition expresse qu’elle vivra paisiblement, autrement elle ne serait pas supportable. Le mauvais exemple qu’elle donnerait, le désordre qu’elle causerait me seraient trop préjudiciables. J’écrirai à cet égard à Mr Despaigne [le procureur] ».

  • 15 Mathilde-Joséphine de Ribeaux, fille d’Eugène, née à Santiago, avait épousé Marc-Léon-Edouard de (...)

27Ou encore : « Mes amitiés à Eugène et à Joséphine15 ; dîtes leur que j’espère les revoir un jour et que ce jour n’est peut-être pas éloigné. Bien des choses à Cascarette, Marie, Joseph, et à tout le monde ».

28 En 1810 déjà, Joseph-Bernard, écrivant à son épouse réfugiée à La Nouvelle-Orléans avec les enfants, notait déjà : « Marceline vient d’accoucher d’une petite fille dont Cascarette est le père… Tout le monde de la Ninfa se porte bien. Le nègre anglais se conduit parfaitement ».

29 Rien de bien nouveau donc, à travers tout cela, dans ces mentalités de colons dominguois transportés à Cuba. Au contraire, on a la très nette impression que, pour eux, rien n’a changé après la « catastrophe » de Saint-Domingue. Et qu’il n’y a aucune leçon à en tirer.

Nationalité, couleur, identités créoles : des destinées familiales contrastées

30On a évoqué rapidement le retour au pays, fortune faite, de José Delisle, redevenu Joseph-Bernard Delisle, châtelain de Caumale et beau-père du comte de Cumont, Garde du corps du Roi Charles X. Cette réussite sociale du petit émigrant gascon est la concrétisation idéale du rêve de tout colon américain. On le sent bien dans ses dernières correspondances où il évoque avec la plus grande aisance, comme s’il avait toujours vécu sur ce pied, sa nouvelle situation :

  • 16 Archives Delisle, brouillon d’une lettre de septembre 1829 à son neveu Charles à Ninfa.

« Nathalie [sa fille, la comtesse de Cumont] est heureusement accouchée d’un gros garçon le 25 août [le futur marquis Paul-Amédée-Charles de Cumont du Puys, qui épousera une Damas d’Hautefort, son cadet se mariant avec un autre grand nom noble de Saint-Domingue, une Beaumont d’Autichamp]. Elle le nourrit avec succès et j’ai lieu d’espérer qu’elle pourra continuer à pouvoir le faire durant le temps nécessaire. Clara [fille adoptive] ne s’est point mariée comme je vous l’avais annoncé [elle devait épouser le marquis de Vallandon] ; les demoiselle de son age aiment à choisir elles-mêmes leurs époux ; du reste elle est si heureuse dans la maison paternelle que le mariage a pour elle peu d’attraits. Gustave [son fils] continue son droit… il vient de prendre les eaux à Aix en Savoye... »16.

  • 17 Idem, Paul-François Gallien de Préval à Joseph Delisle, La Nouvelle-Orléans, 25/04/1829.

31C’est bien le cas pour son beau-frère Gallien de Préval malheureux « exilé en Louisiane » de le « féliciter sur le sort agréable et la vie aimable que vous menez à Paris. Toute votre famille, tous vos enfants sont avec vous. Rien ne manque à votre bonheur au sein de la plus belle ville du monde, riche ou du moins à même de vous procurer sans fastes tout ce qui peut contribuer au charme de la vie, vous coulez des jours paisibles exempts de troubles et de peines... »17.

  • 18 Le nom est toujours porté à Cuba, notamment par la cantatrice Cristina Delisle.

32La question de la nationalité n’est plus posée après ce retour, comme celle de la couleur qui ne l’a jamais été chez les Delisle, alors que trois hommes de la famille ont longtemps résidé seuls sur leurs plantations cubaines avec immanquablement une « ménagère », comme on disait alors pudiquement18. On ne voit pas trace non plus de présence de domestiques noirs en France, comme cela se pratiquait alors. Et finalement la nostalgie créole se résume à « un bien auquel [il] reste très attaché », alors que le fils Gustave, resté célibataire quasiment jusqu’à sa mort, se plaindra à maintes reprises, lors de multiples allers-retours de ne plus pouvoir se chauffer au doux soleil de Cuba. Le cas est à peu près le même pour les Dufourcq, Lestapis ou autres, redevenus Béarnais dans leurs belles demeures au pays natal.

33La descendance de Prudent de Casamajor, devenu Prudencio Casamayor offre au contraire une expansion bien plus large et complexe. Le nom s’est d’abord perpétué à Cuba ainsi qu’aux États-Unis, à New York (Brooklin), en Floride, Virginie, Illinois, en Californie surtout, et jusqu’à Hawaï... par son troisième fils, Henrique Casamayor, né à Santiago en 1805, légitimé, marié à la demoiselle Félicie-Jeanne-Catherine Saint-Félix Doutre, qui succéda à son père et fut chevalier de l’Ordre d’Isabelle la Catholique en 1837. Issu de la liaison de Prudent de Casamajor avec Madeleine Brun, de la paroisse Saint-Michel (de l’Atalaye, à Saint-Domingue), il eût été en d’autres temps à Saint-Domingue irrémédiablement rejeté dans la « classe intermédiaire » des gens de couleur, les deux sœurs Brun, connues à Cuba pour leur richesse, d’origine bordelaise par leur père, étant soupçonnées d’être nées « de couleur » dans la colonie française, ce qui reste à vérifier. Cette rigidité, entée sur le préjugé, est largement battue en brèche dans la colonie espagnole où l’accession aux registres paroissiaux des Blancs paraît très souple. Le fils d’Henrique, Paul Casamayor, après avoir épousé à Brooklin la fille d’un capitaine de navire britannique marié à une bordelaise, devint un grand chimiste new-yorkais et eut plusieurs enfants dont le nom redevint aux États-Unis Casamajor.

34 Parmi les six autres enfants de Prudent, sa deuxième fille, Justina Casamayor, également née et légitimée à Santiago, épousa un colon français, Henri Lay, se fit religieuse à son veuvage, devint Supérieure du couvent du Sacré-Cœur de La Havane, puis de ceux de New-York et de Detroit, avant de décéder à Albany en 1870. Elle est la seule de la famille dont le portrait a été conservé, ce qui nous permet d’envisager peut-être une certaine empreinte de la couleur originelle supposée de sa mère [Fig. 6]. Sa nièce, Augustine, fille du fils aîné de Prudent, autre Prudencio Casamayor, et de mère inconnue, épousa elle aussi à Santiago en 1844 un colon français, Pierre-Adolphe Verdereau, originaire de La Rochelle et né en 1813 à la Nouvelle-Orléans. D’eux provint Maria Guadalupe Verdereau y Casamayor, née à Santiago, qui, de son mariage en 1866 avec Jacques-Santiago-Charles-Henri Rousseau, autre descendant de colons français de Cuba, copropriétaire avec son beau-frère Dussac de la grande sucrerie l’Union à San Luis, décoré de l’Ordre d’Isabelle la catholique en 1878 et nommé vice-consul de Colombie, dont elle eut une nombreuse postérité cubaine, alliée à plusieurs familles notables de l’île, et au consul de France Michel-Auguste Graillet dont la descendante française a perpétué la mémoire dans un film.

Figure 6. Justine de Casamayor, 1814-1870, épouse d’Henri Lay

Figure 6. Justine de Casamayor, 1814-1870, épouse d’Henri Lay

Source : Fonds Jacques de Cauna

  • 19 Jean Favier, originaire de Saint-Didier-en-Velay, avait épousé au Cap-Français en 1779 Rose-Marg (...)

35Dans un post-scriptum à une lettre à M. Despaigne, Joseph Delisle évoque un autre nom, celui des Favier, venus de Jérémie, dont le premier à apparaître à Santiago de Cuba en 1806 est un J. Favier, naturalisé dès 1804, sans doute le même que Jean-Baptiste Favier, arrivé à Guantanamo, avec deux frères venant de Saint-Domingue19.

« Obligez-moi, mon ami, de faire passer à M. Favier, la lettre ci-jointe : elle m’a été remise à Paris par leur courrier dont je viens de vous parler. Présumant qu’il les entretient des droits qu’ils ont du côté de leur père et qu’il fait monter par les intérêts pendant 40 ans à une somme de 12 000 F., je dois vous dire que cette prétention ne me paraissant pas très claire, en raison du laps de temps qui s’est écoulé depuis la mort du grand-père de M. Favier ; je ne puis débourser de l’argent pour la faire débrouiller.

Néanmoins si M. Marais parvenait à retirer quelque chose de sa succession Cassaignard, alors j’engagerai leur même cousin à faire le voyage de Saint-Etienne, afin de découvrir le débiteur de cette somme qui ne s’élèverait primitivement qu’à 3 000 F. d’après son aveu. Je n’ai pu trouver aux Archives de Saint-Domingue les actes des décès des deux enfants Favier. Veuillez leur communiquer ce paragraphe ».

  • 20 Edouard Clunet, Journal du droit international privé, Paris, Ed. Cosse, Marchal et Billard, 1885 (...)

36Ce sont eux les « consorts Favier » que l’on retrouve dans un procès en France mettant en cause cette famille devenue cubaine à propos d’une question de nationalité qui a dû se poser pour bon nombre de ces Français de Cuba. Ils étaient héritiers légitimes des biens de Jean-Baptiste Duverger, décédé à Cuba le 22 août 1865 « propriétaire de plantations importantes ». Le procès, qui a lieu devant le tribunal civil de Saint-Palais (Basses-Pyrénées) le 19 janvier 1884, les oppose, comme ayants-droit de la dame Favier (née Duverger), sœur du colon, à « la demoiselle Jeanne Duverger », seule survivante de ses trois enfants naturels dont on n’a aucune indication sur la couleur à cette époque, instituée « sa légataire universelle » par son testament du 10 février 1863 passé à Cuba devant Fuente, notaire. Au-delà du partage de la succession, ce qui nous intéresse ici, c’est que le juge, au terme des débats, déclare les consorts Favier « déchus de leur qualité de Français » en vertu de l’article 17 du Code Civil, cette qualité se perdant par tout établissement fait en pays étranger, sans esprit de retour », absence laissée à l’appréciation du juge qui dans les attendus, après avoir noté qu’aucun membre de la famille Favier n’a résidé en France ou fait acte légal de Français « depuis près d’un siècle », considère que même si le fait d’être resté en Haïti jusqu’en 1825 (ce qui est tout à fait improbable, à moins qu’ils n’aient été mulâtres), date de la reconnaissance par la France, n’entre pas en ligne de compte, l’achat et la possession ultérieure à Cuba d’« établissements considérables en immeubles et terrains suffit en l’espèce pour caractériser une volonté bien décidée et un établissement qui soit en quelques quelque sorte incompatible avec l’intention de revoir sa patrie »20.

37C’est là, finalement, une considération à caractère moral, patriotique en l’occurrence, qui, finalement, joue contre ces Français de Cuba, coupables en somme de non amour de la patrie. On peut s’interroger sur cette difficulté d’un grand pays à envisager sereinement son rapport à ses propres émigrés, quitte à occulter tout un pan de son histoire, à l’heure où vient d’être créée (en 2007) une Cité nationale de histoire de l’immigration (et non « des migrations » dans les deux sens, comme le voudrait le simple bon sens), dont l’objectif avoué est de « contribuer ainsi à la reconnaissance des parcours d’intégration des populations immigrées dans la société française et faire évoluer les regards et les mentalités sur l’immigration en France ».

Haut de page

Bibliographie

Archives Delisle, château de Caumale, Escalans (40).

Archives privées de Lestapis, château de Lacq (64).

Archives Diplomatiques France, corr. Consulaire, La Havane, vol. 13, État des propriétés rurales appartenant à des Français dans l’île de Cuba, 1843.

Archivo General de Indias (Espagne), AGI, ESTADO, 12, N.22, « Gobernador Cuba sobre expedición del rebelde Mina », et ESTADO, 12, N.18, « Gobernador Cuba sobre llegada del Consejero Esmangart ».

Archivo Historico Provincial de Santiago de Cuba (Cuba), Livre de mariages des Blancs.

Cauna, Jacques de, L’Eldorado des Aquitains. Gascons, Basques et Béarnais aux Îles d’Amérique, 17e -18e s., Biarritz, Ed. Atlantica, 1998. J. de Cauna,

Cauna, Jacques de, Revue de Pau…, 42, 2015

Debien, Gabriel, Les colons de Saint-Domingue réfugiés à Cuba (1793-1815), Revista de Indias, n° 55-56, mai-juin 1954.

Clunet, Edouard, Journal du droit international privé, Paris, Ed. Cosse, Marchal et Billard, 1885

Devert, abbé Michel, De Labastide d’Armagnac aux Antilles ; des Antilles au Gabardan 1766-1870, ms dactylographié, 1983.

Duharte, Rafael, et Lamore, Jean, La présence française à Santiago de Cuba (1800-1868), L’Harmattan, 1988.

Lamore, Jean, Les Français dans l’Orient cubain, actes du colloque international de Santiago de Cuba, 16-18 avr. 1991, Bordeaux, MPI, 1993.

Lestapis, Arnaud de, Un coin de Béarn d’autrefois, Pau, sd.

Merlin, comtesse de, Souvenirs d’une créole. Souvenirs et mémoires de Madame la comtesse Merlin (1789-1852), Paris, Mercure de France, 2010.

Orozco, Maria-Elena, Le Béarnais P. Casamayor et les Aquitains à Santiago de Cuba. Première moitié du XIXe siècle, dans B. Lavallé, L’émigation aquitaine…, op. cit., p. 45-74.

Renault, Agnès, La communauté française de Santiago de Cuba entre 1791 et 1825, thèse Un. du Havre, dir. Eric Wauters et Alain Yacou, 2007.

Renault, Agnès, Les Normands à Santiago de Cuba (1791-1825), Annales de Normandie, 2007, n°57 II, 654-656.

Yacou, Alain, La présence française dans la partie occidentale de l’île de Cuba au lendemain de la Révolution de Saint-Domingue, Revue Française d’Histoire d’Outre-Mer, n° 275, 1987, p. 149-188. 

Yacou, Alain, Les Français du Sud-Ouest dans la Vuelta-Abajo de Cuba au lendemain de la Révolution de Saint-Domingue, dans Bernard Lavallé, L’émigration aquitaine en Amérique Latine au XIXe siècle, Pessac, Maison des Pays Ibériques, 1995, p. 13-44.

Jean Lamore, Les Français dans l’Orient cubain, actes du colloque international de Santiago de Cuba, 16-18 avr. 1991, Bordeaux, MPI, 1993.

Haut de page

Notes

1 Archives Delisle, château de Caumale, aimablement communiquées par Geneviève et Pierre Fabre. Voir Jacques de Cauna, L’Eldorado des Aquitains. Gascons, Basques et Béarnais aux Îles d’Amérique, 17e -18e s., Biarritz, Ed. Atlantica, 1998, chapitre « Les Delisle…, le rêve américain », p. 265-270. Et l’abbé Michel Devert, curé de Herré par Gabarret : De Labastide d’Armagnac aux Antilles ; des Antilles au Gabardan 1766-1870, dactylo., 1983.

2 Ces chiffres sont ceux de l’Etat des propriétés rurales appartenant à des Français dans l’île de Cuba de 1843 (Archives Diplomatiques, corr. Consulaire, La Havane, vol. 13, P 13688). Elles sont alors aux noms de Théodore Moraien et Simon Le Güin., ce qui tendrait à prouver qu’elles ont été vendues avant 1843.

3 Jean Lamore, Les Français dans l’Orient cubain, actes du colloque international de Santiago de Cuba, 16-18 avr. 1991, Bordeaux, MPI, 1993, Jacques de Cauna, L’Eldorado…, op. cit., 452-453, Rafael Duharte et Jean Lamore, La présence française à Santiago de Cuba (1800-1868), L’Harmattan, 1988, Alain Yacou, La présence française dans la partie occidentale de l’île de Cuba au lendemain de la Révolution de Saint-Domingue, Revue Française d’Histoire d’Outre-Mer, n° 275, 1987, p. 149-188 et Les Français du Sud-Ouest dans la Vuelta-Abajo de Cuba au lendemain de la Révolution de Saint-Domingue, dans Bernard Lavallé, L’émigration aquitaine en Amérique Latine au XIXe siècle, Pessac, Maison des Pays Ibériques, 1995, p. 13-44.

4 Arhivo General de Indias [AGI], Cuba, 1540B, n° 1709.

5 Archives Delisle.

6 Gabriel Debien, Les colons de Saint-Domingue réfugiés à Cuba (1793-1815), Revista de Indias, n° 55-56, mai-juin 1954, p. 559-605, 12-36, Jean Lamore, Les Français dans l’Orient cubain, actes du colloque international de Santiago de Cuba, 16-18 avr. 1991, Bordeaux, MPI, 1993, et Jacques de Cauna, L’Eldorado…, 452-453.

7 Voir Maria-Elena Orozco : Le Béarnais P. Casamayor et les Aquitains à Santiago de Cuba. Première moitié du XIXe siècle, dans B. Lavallé, L’émigation aquitaine…, op. cit., p. 45-74, 64-66.

8 Agnès Renault, La communauté française de Santiago de Cuba entre 1791 et 1825, thèse 11 sept. 2007, Un. du Havre, dir. Eric Wauters et Alain Yacou. Et Les Normands à Santiago de Cuba (1791-1825), Annales de Normandie, 2007, n° 57 II, 654-656, 668.

9 Archives privées aimablement communiquées par M. Pierre de Lestapis, cousin des Casamajor et des Nolivos, d’après Arnaud de Lestapis, Un coin de Béarn d’autrefois, Pau, sd. On trouve à Arthez-de-Béarn, sur la grille du portail d’entrée de la maison dite « le château de Corisande » en souvenir de l’égérie d’Henri IV, seigneuresse du lieu, qui l’avait possédée, un monogramme des ancêtres de la famille de Dufourcq (J. de Cauna, Revue de Pau…, 42, 2015).

10 Archivo General de Indias, AGI, ESTADO, 12, N.22, « Gobernador Cuba sobre expedición del rebelde Mina », et ESTADO, 12, N.18, « Gobernador Cuba sobre llegada del Consejero Esmangart ».

11 Archivo Historico Provincial de Santiago de Cuba, Livre de mariages des Blancs n° 1, p. 8, n° 16, cité par A. Renault dans Les Normands à Santiago… op.cit., p. 27-48, http://www.persee, p. 33.

12 Archives Delisle, château de Caumale.

13 Archives Delisle, Charles Delisle à Ninfa (Cuba), à son oncle Joseph Delisle à Paris, 25/12/1825.

14 Ibidem, 24/02/1826.

15 Mathilde-Joséphine de Ribeaux, fille d’Eugène, née à Santiago, avait épousé Marc-Léon-Edouard de La Terrade (du château voisin de Caumale).

16 Archives Delisle, brouillon d’une lettre de septembre 1829 à son neveu Charles à Ninfa.

17 Idem, Paul-François Gallien de Préval à Joseph Delisle, La Nouvelle-Orléans, 25/04/1829.

18 Le nom est toujours porté à Cuba, notamment par la cantatrice Cristina Delisle.

19 Jean Favier, originaire de Saint-Didier-en-Velay, avait épousé au Cap-Français en 1779 Rose-Marguerite Richard dont la mère était Rose Cassaignard, créole du Haut-du-Cap. Marc Favier, de Jérémie, propriétaire d’une habitation de 286 866 Livres, sans biens déclarés à Santiago, y épouse M.J.A. Poursine. On trouve aussi Jean-Constant, mort en 1819, Jean-Pierre et Eugenio-Armand Favier, mort en 1820, cités par Agnès Renault, op. cit., II, 820. On ne sait si cette famille a un rapport avec celle du colonel Mathieu de Favier cité lors de la campagne espagnole de Napoléon dans les Souvenirs d’une créole. Souvenirs et mémoires de Madame la comtesse Merlin (1789-1852), Paris, Mercure de France, 2010.

20 Edouard Clunet, Journal du droit international privé, Paris, Ed. Cosse, Marchal et Billard, 1885, p. 447.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Le château de Caumale à Escalans (Landes), acheté par Joseph-Bernard Delisle en 1828
Crédits Source : Fonds de Jacques de Cauna
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/17974/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Figure 2. Portraits de Gustave et Nathalie Delisle
Crédits Source : Fonds Jacques de Cauna
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/17974/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 327k
Titre Figure 3. Jeanne-Justine de Casamajor
Légende Jeanne-Justine de Casamajor, sœur de Prudent, épouse de Gratian-Grégoire de Dufourcq de Membrède, seigneur de Lescun de Larreule, née le 12 juillet 1759 à Sauveterre-de-Béarn, mariée le 11 février 1783, mère de Joseph Dufourcq marié à Santiago en 1839 avec Euphémie Girard, tante de José-Maria de Heredia.
Crédits Source : Fonds Jacques de Cauna
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/17974/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Figure 4. José-Maria de Heredia
Légende José-Maria de Heredia, né en 1842 sur la caféière La Fortune, baptisé à Santiago de Cuba, fils de Domingo de Heredia et de Louise Girard (fille d’Auguste et Barbe Rey), époux en 1867 à Paris de Mathilde Despaigne, décédé en 1905.
Crédits Source : Fonds Jacques de Cauna
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/17974/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Titre Figure 5. Cafetal La Fraternidad, aux trois beaux-frères, Domingo de Heredia, José Dufourcq et Eugène de Ribeaux, époux des demoiselles Girard
Crédits Source : Fonds Jacques de Cauna
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/17974/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Figure 6. Justine de Casamayor, 1814-1870, épouse d’Henri Lay
Crédits Source : Fonds Jacques de Cauna
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/17974/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques de Cauna, « Empreinte de l’esclavage et destinées de familles coloniales françaises à Cuba », Études caribéennes [En ligne], 4 | Décembre 2019, mis en ligne le 20 mai 2020, consulté le 03 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/17974 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.17974

Haut de page

Auteur

Jacques de Cauna

docteur d’État, Professeur honoraire Université de Pau et chercheur associé CNRS/CIRESC

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals