Navigation – Plan du site

AccueilNuméros45-46DossierAnalyse des pratiques agricoles d...

Dossier

Analyse des pratiques agricoles dans le bassin versant de la rivière Mulet (Roche-à-Bateau, Haïti) et de leur impact sur la dégradation du milieu et les conditions de vie des communautés

Analysis of Agricultural Practices in the Mulet River Watershed (Roche-à-Bateau, Haïti) and Their Impact on Environmental Degradation and the Living Conditions of Communities
Zurcher Mardy, Sebastian Weissenberger et Jean-Philippe Waaub

Résumés

Des pratiques agricoles erronées adoptées par les exploitants pour garantir la production peuvent conduire à des perturbations socio-écologiques au sein de bassins versants. Le bassin versant de la rivière Mulet dans le département Sud en Haïti, a été retenu comme cas d’étude dans l’objectif d’analyser le mode de fonctionnement de ses exploitations agricoles en vue d’identifier les effets que peuvent avoir des pratiques mises en œuvre dans les systèmes de production. À l’effet des pratiques agricoles s’ajoutent les perturbations liées aux conditions climatiques que subit le bassin versant. Nous avons mené une trentaine d’entrevues avec des chefs d’exploitations agricoles ainsi que des entretiens de groupe dans les différents segments du bassin versant (amont, milieu, aval), afin de comprendre les liens existant entre les pratiques agricoles utilisées par les exploitants et la dégradation des ressources naturelles (eau, sol, matière ligneuse). Aussi, des observations directes de terrain ont été réalisées. L’analyse des informations recueillies permet de comprendre que le couplage des pratiques agricoles adoptées par les exploitants et les effets des événements météorologiques extrêmes contribue à la dégradation du bassin versant et, du coup, expose les riverains aux désastres et catastrophes naturelles et à l’insécurité alimentaire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Une exploitation agricole est une entreprise permettant de générer des bénéfices par la combinaison des facteurs de production en adoptant les mêmes démarches que dans l’industrie (Brossier et al., 2003). Dans son fonctionnement productif, une exploitation agricole doit nécessairement regrouper plusieurs éléments (la terre, le travail et les moyens de production) appliqués aux écosystèmes dans lesquels se trouve celle-ci pour pouvoir entreprendre la production végétale et/ou animale (FAMV et GRET, 1990 ; Philippe, 1992). Aussi, le fonctionnement des exploitations agricoles est fonction de leurs environnements physique, économique et social. Ces derniers peuvent être contraignants pour les agriculteurs dans l’atteinte de leurs objectifs ou constituent des facteurs permettant de conduire aux succès. Ainsi, les pratiques agricoles au sein d’une exploitation ont à la fois des dimensions sociale, économique et technique. La dimension sociale se rapporte aux modes d’accès à la terre (mode de faire valoir), l’utilisation de la main-d’œuvre et l’organisation du travail. La dimension économique concerne par exemple les prix appliqués pour les contrats de fermage des terres, la vente de denrées agricoles. La dimension technique correspond à l’adoption des variétés de cultures, des pratiques culturales, etc. (FAMV et GRET, 1990).

2Par ailleurs, en fonction des actions entreprises par les agriculteurs dans leur exploitation agricole, l’agriculture agit sur le façonnement du milieu « en termes d’environnement, de cadre de vie et de dynamique économique locale » (Beuret et Mouchet, 2000 : 36). L’Homme, par ses actions sur le milieu naturel, a toujours été considéré dans la majorité des cas comme un accélérateur du mécanisme de dégradation (Tihay, 1976). Les techniques d’exploitation agricole non appropriées utilisées par les exploitants, associées de nos jours aux effets des phénomènes météorologiques extrêmes entraînent une dégradation ininterrompue du potentiel productif des terres agricoles et de l’environnement d’une façon générale (Nacro et al., 2010). Aussi, les activités agricoles ont de très grandes incidences « sur les conditions naturelles du sol et sur l’équilibre agronomique ». Ainsi, le rapport existant entre les exploitants agricoles et les ressources naturelles notamment sol forme ce qu’on appelle un anthroposystème (Weiss et al., 2005).

3En Haïti, les bassins versants représentent le milieu fondamental à travers lequel des activités agricoles sont entreprises par les exploitants. Ces activités agricoles s’effectuent habituellement dans les endroits à forte déclivité où les mesures de conservation des sols pouvant permettre de contrer le phénomène érosif ne sont pas appliquées (MARNDR, 2019). En plus de la modification du milieu naturel par les activités agricoles, les bassins versants sont soumis, à l’heure actuelle, à une exploitation excessive de leurs ressources ligneuses par les agriculteurs dont les exploitations agricoles sont devenues improductives (MARNDR, 2019). Ainsi, les exploitants agricoles, dans le souci d’augmenter leurs revenus, interviennent au niveau de la couverture arborée en abattant les arbres et arbustes pour procéder à la fabrication du charbon de bois comme une activité économique alternative qui pourrait les aider à subvenir à leurs besoins. Cela a pour conséquence de favoriser le ruissellement et l’érosion des sols (Smolikowski, 1993 ; Saffache, 2001). De leur côté, Roose et al. (2012) soutiennent que le phénomène de dégradation des ressources naturelles peut engendrer des perturbations au niveau social en raison de son incidence sur l’alimentation et l’économie des communautés. Saffache (2006) souligne que cette dégénérescence écologique qui sévit dans le pays s’explique « en raison de la situation générale de la République d’Haïti (son contexte socioéconomique et politique), mais plus encore à cause des pratiques agricoles non viables qui perdurent sur les bassins versants » (Saffache, 2006 : 2).

4La situation du bassin versant de la rivière Mulet (à Roche-à-Bateau) est similaire à celle des autres bassins versants du pays. Aujourd’hui, il peut être classé parmi les bassins versants en état de dégradation très avancé à cause de l’application par les exploitants de pratiques agricoles non viables. Par ailleurs, le bassin versant a été sévèrement touché par l’ouragan Mathieu en octobre 2016. L’ouragan a endommagé des systèmes de production déjà très précaires, ce qui met jusqu’à ce jour, les exploitants agricoles dans une situation très critique ; ils sont particulièrement vulnérables et ne disposent que très peu de moyens pour réamorcer leur exploitation (MPCE, 2016 ; MARNDR, 2019).

5Notre recherche vise à faire une analyse du fonctionnement des exploitations agricoles au niveau du bassin versant de la rivière Mulet, tout en essayant de comprendre les liens existant entre les pratiques agricoles utilisées par les exploitants et la dégradation des ressources naturelles (eau, sol, matière ligneuse), à travers des entrevues individuelles et de groupe menées avec des chefs d’exploitations agricoles, complétées par des observations de terrain.

1. Présentation du bassin versant

6Le bassin versant de la rivière Mulet accuse une superficie de 31 km2 et fait partie des chaînes de montagnes du massif de la Hotte situé à l’ouest de la presqu’île du sud d’Haïti. Il se situe entre les latitudes 18°13'52" et 18°16'0"N et les longitudes 73°58'24" et 74°0'32"W (figure 1). Sur le plan administratif, le territoire du bassin versant englobe une partie des trois communes suivantes : Roche-à-Bateau, Côteaux et Chantal. L’exutoire naturel du bassin versant sert à délimiter la commune de Roche-à-Bateau de celle des Côteaux.

7Le bassin versant de la rivière Mulet jouit d’un climat semi-tropical caractérisé par l’alternance de deux grandes saisons : une saison pluvieuse et une saison sèche. Sa température varie entre 200 C et 300 C. La période de novembre à février est celle accusant au cours de l’année les températures les plus basses. Par contre, les températures les plus élevées s’observent au cours des mois de juin à octobre. L’agriculture est la principale activité économique des habitants du bassin versant ; la majorité de la population la pratique. Ainsi, au niveau du bassin versant, les activités agricoles reposent fondamentalement sur des cultures annuelles sarclées. Concernant la production animale, tous les animaux sont conduits à la corde et leur alimentation est principalement assurée par les résidus de récoltes. Par ailleurs, le bassin versant compte 8140 habitants sur ses 31 km2, ce qui donne une densité de 263 habitants par km2. Ainsi, la plus forte population se trouve surtout concentrée dans les parties milieu et amont du bassin versant (IHSI, 2015).

Figure 1. Localisation du bassin versant

Figure 1. Localisation du bassin versant

2. Méthodologie

2.1. Collecte de données et sélection des participants

8Nous avons mené 30 entrevues individuelles avec des chefs d’exploitations agricoles et deux entretiens de groupe totalisant chacun 10 participants. Les entrevues individuelles se sont réparties à parts égales sur les sections amont, milieu et aval du bassin versant. Les entretiens de groupe ont été menés dans le secteur aval et conjointement dans les secteurs amont et milieu. Les questionnaires d’entretiens individuels et de groupe ont été organisés en prenant en compte les grands points suivants : les systèmes de culture et d’élevage, la terre ou le foncier, les activités extra-agricoles, et les phénomènes météorologiques extrêmes. Les entrevues individuelles et de groupe ont été menées en créole et avaient respectivement une durée de 45 – 60 minutes et de 2 heures. Les participants aux entrevues individuelles et de groupe ont été recrutés avec l’appui de deux associations locales : l’Association Planteurs pour le Développement de Roche-à-Bateau (APDRB) et la Coalition Roche-à-Batelaise pour l’Expansion Locale (CORABEL).

9Par ailleurs, des observations directes de la dégradation des sols ont été réalisées sur les trois sections du bassin versant en suivant deux transects (figure 2). Et finalement, nous avons utilisé les résultats de l’analyse géospatiale effectuée à l’aide des données satellitaires (Landsat du USGS) et des données du Centre National de l’information géospatiale d’Haïti (CNIGS), lesquelles ont été traitées avec le logiciel ArcGIS.

Figure 2. Lieux d’observations directes

Figure 2. Lieux d’observations directes

2.2. Caractéristiques des exploitants agricoles interviewés

10Des 30 exploitants agricoles interviewés, 87% s’adonnent exclusivement aux activités agricoles, le 13% restant pratique d’autres activités qui n’ont aucun lien avec l’agriculture, par exemple le pastorat, la charpenterie, ou l’arpentage. 2 des 30 exploitations agricoles sont dirigées par des femmes. Les chefs d’exploitations à travers les trois parties du bassin versant (amont, milieu, aval) sont relativement âgés, ils ont respectivement en moyenne : 58 ans (écart-type : 12,8), 53 ans (écart-type : 16,8), 59 ans (écart-type : 9,4), ce qui donne pour l’ensemble des exploitants enquêtés un âge moyen de 57 ans (écart-type : 13,1). Ces 30 exploitants agricoles représentent 30 familles ayant 200 enfants, ce qui correspond à une moyenne de 7 enfants par famille (écart-type : 3). Concernant le degré de scolarisation, 67% des exploitants enquêtés ne savent ni lire ni écrire. Le niveau d’éducation de 33% des exploitants va du primaire au secondaire ; 67% n’ont aucune éducation formelle.

3. Résultats

3.1. La terre ou le foncier

3.1.1. La nature des terres

11Les informations sur la nature des terres sont pertinentes pour les exploitants. Elles permettent aux exploitants de prendre des décisions sur les espèces à cultiver (par exemple, choix des espèces végétales s’adaptant aux conditions environnementales du milieu), d’organiser leurs calendriers culturaux et également de limiter les risques de mauvaise récolte (FAMV et GRET, 1990). Au niveau du bassin versant de la rivière Mulet, la nature des terres varie en fonction de la topographie. Ainsi, pour apprécier les caractéristiques des terres, le bassin versant est divisé en trois grandes unités : zone 1, zone 2 et zone 3. Les critères de base qui ont été retenus pour le découpage de ces unités sont le relief, le type de sol et la constitution du couvert végétal.

12Zone 1

Elle est caractérisée par une altitude comprise entre 0 et 150 mètres et par des classes de pentes très faibles (0 - 20%). La lithologie retrouvée est de type colluvionnaire. Ainsi, les caractéristiques topographiques de cet endroit permettent la sédimentation des éléments provenant du sommet des versants. Ces éléments sont généralement riches en matière organique détachée de l’horizon de la partie superficielle du sol. De plus, cette zone peut être mise en culture de façon régulière sans pour autant être soumise au processus de dégradation (Morsli et al., 2013). La végétation de cette zone est particulièrement constituée d’arbres fruitiers.

13Zone 2

Elle se trouve à des altitudes comprises entre 150 et 750 mètres. Les versants sont caractérisés par une diversité de classes de pentes ayant notamment les orientations suivantes : E, O, NE, SE, N. La lithologie est essentiellement constituée de calcaires durs et de roches volcano-sédimentaires. Ainsi, une grande partie de cette zone est occupée par des affleurements de roches et sols nus qui sont surtout liés à la nature des formations lithologiques prédominantes et aux modes de mise en valeur du milieu. Dans les fonds frais et dans les gorges de la plupart des versants, la couverture végétale est plus ou moins maintenue. Comparativement à la première zone, celle-ci est particulièrement formée d’arbres forestiers.

14Zone 3

Dans cette zone, l’élévation est comprise entre 750 et 1086 mètres (avec des pentes très fortes). Sur le plan climatique, elle diffère des deux autres zones. Sa température est plus fraiche. Ainsi, à cause des caractéristiques irrégulières de la topographie, elle compte plusieurs petites unités microclimatiques. Sa lithologie est surtout caractérisée par des calcaires durs. La partie sommitale des versants est marquée par une très faible couverture arborée.

3.1.2. La superficie

  • 1 Un carreau (de terre) (créole. Kawo Tè) = 12 900 m2(1,293 ha). Il s’agit d’une mesure courante des (...)

15La superficie d’une exploitation agricole est une information importante à acquérir lors de la caractérisation et de l’analyse économique de celle-ci (FAMV et GRET, 1990). L’enquête réalisée sur le bassin versant de la rivière Mulet montre que 50% des exploitants disposent des exploitations agricoles ayant des superficies allant de 0,5 à 1 carreau1 (taille minimale), 27% de 1 à 2 carreaux (taille moyenne) et 23% de 2 à 3 carreaux (taille maximale), qui sont réparties dans les différentes unités morphologiques du bassin versant (figure 3). En découpant le bassin versant en trois parties, nous constatons que la dimension des parcelles qui forment les exploitations agricoles varie en fonction de l’endroit où l’on se retrouve (figure 3).

Figure 3. Superficie des exploitations agricoles

Figure 3. Superficie des exploitations agricoles

3.1.3. Le Mode de tenure

16Selon les entrevues individuelles et de groupe, les modes de tenure des terres diffèrent d’un endroit à un autre. En aval, les terres en propriété et en affermage prédominent. Au milieu, nous retrouvons particulièrement des terres ayant les modes de tenure suivantes : propriété (titre), héritage, et affermage. Par contre, en amont, la majorité des exploitants disposent des terres en héritages et métayage. Sur les 30 exploitants agricoles enquêtés, 20% exploitent des terres achetées, 27% travaillent sur des parcelles en héritages, 17% cultivent des parcelles qui sont prises en métayage, et 36% cultivent à la fois des terres en héritage et en affermage (figure 4). Ces données permettent de dire que le mode de faire valoir le plus courant au niveau du bassin versant est celui du faire valoir indirect.

Figure 4. Mode de tenure des parcelles agricoles

Figure 4. Mode de tenure des parcelles agricoles

17Il existe un lien très significatif entre la sécurité foncière et le mode de gestion des parcelles agricoles, en termes de protection des ressources naturelles, notamment les sols et les ressources ligneuses (FAO, 2005). Ainsi, les terres en faire valoir direct (en propriété) sont généralement celles qui sont mises en valeur de manière plus judicieuse, ce qui s’explique par le fait que les droits de propriété de l’exploitant sont assurés. À cet effet, l’exploitant entreprend des actions de bonification au niveau de ses parcelles agricoles, telles que l’utilisation des techniques de conservation des sols et de l’eau et la plantation de cultures pérennes permettant d’éviter l’érosion des terres. En revanche, les terres en faire valoir indirect sont généralement des terres impliquant beaucoup d’incertitudes en ce qui a trait à l’exploitation. Elles présentent une contrainte majeure à des investissements à long terme, du fait que la sécurité foncière de l’exploitant n’est pas garantie. Par conséquent, ces terres sont habituellement soumises au processus du phénomène érosif en raison d’une mauvaise exploitation par les utilisateurs (Bellande et Paul, 1993 ; FAO, 2005).

3.2. Les systèmes de culture et d’élevage

3.2.1. Le système de culture

18Selon Sebillotte (1990, cité par Les Mots de l’agronomie, 2017), un système de culture dans une exploitation agricole est par définition : « l’ensemble des modalités techniques mises en œuvre sur des parcelles cultivées de manière identique. Chaque système se définit par la nature des cultures et leur ordre de succession, les itinéraires techniques appliqués à ces différentes cultures, ce qui inclut le choix des variétés » (Les Mots de l’agronomie, 2017 : 1).

19Selon les observations sur le terrain ainsi que les informations recueillies lors des entrevues individuelles et de groupe, les espèces végétales rencontrées au niveau des parcelles du bassin versant diffèrent selon la topographie et les types de sols (voir section 3.1.1). Dans les piedmonts, les bas-fonds, les plaines et les bordures des berges de la rivière, les agriculteurs cultivent généralement, le bananier (Musa sp), la patate (Ipomea batatas), le haricot (Phaseolus vulgaris), la canne à sucre (Saccharum sp), l’arachide (Arachis hypogaea), la tomate (Solanum lycopersicum), la mazombelle (Colocasia antiquorum) et, l’igname (Dioscorea cayensis). Ces zones du bassin versant sont caractérisées par des sols ayant de très fortes quantités d’éléments minéraux, du fait qu’ils sont constitués de matériaux enlevés de la partie supérieure des sols de l’amont disposant d’une forte proportion de matière organique (Sildor, 2002 ; Morsli et al., 2013). Par contre, sur les versants ensoleillés (endroits où les sols sont généralement peu profonds et vulnérables à l’érosion), les exploitants cultivent habituellement, le maïs (Zea mays), le sorgho (Sorghum sp), le manioc (Manihot esculentum) et, le pois Congo (Cajanus cajen). Ces cultures se font souvent en association et certaines fois en assolement. En fait, les espèces végétales cultivées au niveau des parcelles agricoles dans les trois parties du bassin versant sont généralement des cultures sarclées qui, d’une manière ou d’une autre, impliquent au moment des travaux de désherbage, une désorganisation de la structure de la couche superficielle du sol. Cette intervention dans la couche arable peut conduire à l’érosion et finalement à une baisse de la fertilité des sols. De plus, lors de la mise en place de ces cultures, dans le souci d’étendre les parcelles agricoles, beaucoup d’arbres et d’arbustes sont abattus.

3.2.1.1. Les itinéraires techniques

20L’itinéraire technique consiste à combiner de manière organisée l’ensemble des techniques permettant d’aboutir à une production tout en ayant la maîtrise de l’espace. Il offre la possibilité d’exposer et de comprendre l’attribution des techniques culturales dans le processus opératoire, il peut également mettre en relation, par rapport au facteur temps, des conditions du milieu et de la population végétale (Sebillotte, 1974 et 1978 ; Milleville, 1987). En ce qui concerne le bassin versant sous étude, dans ses différentes unités morphologiques, l’agriculture pratiquée est traditionnelle. Les exploitants agricoles n’utilisent pas de semences améliorées, d’engrais et de pesticides, ou d’outils mécanisés ou motorisés. Les itinéraires techniques habituellement mis en place comprennent les étapes suivantes : préparation de sol (sarclage, brûlis, labourage, buttage, trouaison), plantation ou semis, entretien, récolte. Ainsi, lors de la préparation des sols, la pratique du brûlis est généralement utilisée par les exploitants. Comme le montre la figure 5, sur les 30 exploitants agricoles enquêtés, 33% ont répondu utiliser « souvent » cette pratique, 20% précisent « toujours » brûler les résidus de récoltes au niveau de leurs parcelles, et 47% disent ne faire que « rarement » la pratique du brûlis. La pratique du brûlis est très nocive pour le milieu, lorsqu’on la réalise de façon récurrente, contribuant à une diminution du taux de matière organique du sol et le rendant très exposé aux effets des gouttes de pluie (érosion en splash) (Régis et Roy, 1999).

Figure 5. Pratiques du brûlis

Figure 5. Pratiques du brûlis

3.2.1.2. Les pratiques de conservation des sols

21Comme indiqué dans la figure 6, 80% des exploitants agricoles n’utilisent pas de techniques de conservation des sols au niveau de leurs parcelles parce qu’ils n’ont pas les compétences techniques ni les moyens économiques nécessaires. Le 20% des exploitants agricoles qui applique des mesures antiérosives vient spécifiquement du milieu et de l’amont du bassin versant. Les exploitants n’ont pas eux-mêmes des compétences techniques, mais vu le niveau de dégradation de leurs parcelles, ils ont mis en place à leur niveau des techniques permettant d’éviter le départ de la couche arable des sols. Donc, au lieu de brûler les résidus de récoltes, ils les utilisent de préférence pour ériger des rampes mortes au niveau de leurs parcelles agricoles.

Figure 6. Pratiques de conservation des sols

Figure 6. Pratiques de conservation des sols

3.2.1.3. Les outils

22En ce qui a trait aux outillages agricoles, nous constatons que la machette, la pioche, la houe, la dérapine, la hache et le râteau sont les outils les plus utilisés par les exploitants agricoles du bassin versant. Ils font usage de la hache pour l’abattage de gros arbres, tandis les autres outils sont employés pour le travail du sol. Ainsi, tous les exploitants enquêtés disposent au moins dans leur exploitation agricole d’une machette et d’une houe.

3.2.1.4. La main-d’œuvre

23La main-d’œuvre au niveau des exploitations agricoles du bassin versant est à la fois familiale et externe. Toutefois, la plupart des exploitants questionnés n’utilisent pas la main-d’œuvre externe, car ils ne disposent pas de grands moyens économiques.

3.2.2. Le système d’élevage

24Lhoste (1984) dans ses études sur le diagnostic du système d’élevage a défini un système d’élevage comme « l’ensemble des techniques et des pratiques mises en œuvre par une communauté pour [faire] exploiter, dans un espace donné, les ressources végétales par des animaux [et ainsi obtenir une production animale] dans des conditions compatibles avec ses objectifs et avec les contraintes du milieu » (Lhoste, 1984 : 85). Le rôle de l’élevage est multiple dans les exploitations agricoles. Celui-ci contribue à diversifier des sources de revenus au niveau des exploitations. Il fait aussi partie du capital d’exploitation grâce à sa reproduction directe par la propriété et par le gardiennage. Les animaux peuvent finalement constituer un facteur de production par leur contribution dans le transport, la fertilité des sols et aussi par la valorisation des sous-produits de culture (Bellande et Paul, 1993).

25Selon les informations recueillies, l’élevage de bovins, d’équins, d’ovins, de porcins et de volaille est pratiqué par la majorité des exploitants du bassin versant. La conduite des animaux se fait généralement à la corde sur le bassin versant. En fait, plus de 80% des exploitants enquêtés conduisent leur cheptel vif à la corde. En aval et au milieu du bassin versant, l’élevage des animaux se fait uniquement à la corde. Par contre en amont, dans certaines localités où il n’existe pas de parcelles agricoles, on pratique l’élevage libre pour les petits ruminants (ovins et caprins). Ainsi, les ovins et les caprins se retrouvent un peu partout sur le bassin versant, mais la population est plus élevée particulièrement dans les zones arides et à relief important. Les bovins sont habituellement élevés dans les zones à relief moins accidenté surtout près des berges de la rivière. En ce qui concerne leur alimentation, les ovins, les caprins, les bovins et les équins se nourrissent d’herbes et des résidus de récoltes. Les porcins se nourrissent de résidus de récoltes et de son de blé. Les volailles se nourrissent de grains. Par ailleurs, dans l’aval du bassin versant, la plupart des exploitants pâturent leurs bétails (bovins et équins) directement sur les berges de la rivière. Cette pratique est très néfaste et constitue l’une des causes fondamentales de la dégradation des berges de la rivière. En outre, à cause de l’extension des parcelles agricoles, les superficies dédiées au pâturage des animaux ont fortement régressé, au point que la charge pastorale sur le bassin versant devient importante, d’où son influence sur la dégradation du milieu. De plus, pour l’alimentation en eau des animaux, les exploitants amènent généralement leur troupeau directement dans les cours d’eau. Ainsi, comme le soulignent Wéra-Bussière et al. (2010), le libre accès des animaux dans les cours d’eau peut entraîner une dégradation marquante de la qualité de l’eau (pollution) et également une perturbation de l’écosystème aquatique.

3.3. Les activités extra-agricoles

26Les exploitants du bassin versant mènent parallèlement à leurs activités agricoles plusieurs activités extra-agricoles dans le but de satisfaire d’autres besoins de financement au sein de leur exploitation agricole. Selon les enquêtes de terrain, les activités extra-agricoles pratiquées sur le bassin versant sont le petit commerce, la fabrication du charbon de bois, la fabrication de chaux et l’artisanat (figure 7). De ces dernières, la fabrication de charbon de bois et le petit commerce sont dominants.

Figure 7. Activités extra-agricoles pratiquées

Figure 7. Activités extra-agricoles pratiquées

27Le petit commerce est pratiqué par 37% des exploitants agricoles. Cette activité est surtout assurée par les femmes des chefs d’exploitations agricoles. Généralement, le petit commerce est constitué essentiellement des produits provenant des exploitations agricoles et d’autres articles venant d’ailleurs comme les sucreries, la farine, le kérosène, etc. La fabrication du charbon est exercée par 57% des exploitants agricoles enquêtés. Parfois, l’exploitant peut ne pas être un charbonnier, mais il utilise le service des personnes ayant le savoir-faire dans le domaine pour produire le charbon à partir des ressources ligneuses qui sont issues de son exploitation. Il s’agit d’une activité très profitable, ce qui incite la plupart des exploitants à abattre beaucoup d’arbres au niveau de leur exploitation agricole à cette fin. La fabrication de chaux (3%) et l’artisanat (3%) sont exercés par une faible quantité d’exploitants interviewés. La chaux est un produit dérivé de la fonte des roches calcaires sous l’action de la chaleur. Pour la fabriquer, on utilise une quantité importante de ressources ligneuses composées dans la plupart des cas d’arbres fruitiers et forestiers, en tant que carburant. Au niveau du bassin versant, la chaux est généralement utilisée en maçonnerie en qualité de substance de liaison. L’artisanat, il est moins développé sur le bassin versant. Il existe très peu de personnes qui s’adonnent à cette activité étant donné que la région ne dispose pas vraiment de marché organisé pouvant permettre l’écoulement des produits artisanaux.

3.4. Vulnérabilité par rapport aux effets des changements climatiques

28Les conditions climatiques et météorologiques ont des effets non négligeables sur les moyens de subsistance des exploitants agricoles notamment ruraux (Majias Moreno et Lagana, 2019). Au niveau du bassin versant de la rivière mulet, les phénomènes météorologiques affectant les exploitations agricoles sont particulièrement les sécheresses, les ouragans et les inondations (figure 8). Ainsi, suivant les enquêtes menées, 63% des répondants affirment qu’ils ont l’habitude de faire face au problème de sécheresse. Ce pourcentage est de 80% en aval, 50% au milieu, et 60% en amont. Sur l’ensemble, 37% des exploitants ont déclaré qu’au cours des dix dernières années, leur exploitation agricole fait « toujours » face au problème de sécheresse. En ce qui concerne les ouragans, tous les exploitants du bassin versant font face à ce phénomène et sur les 30 exploitants agricoles interviewés, 53% ont précisé que « souvent » les ouragans posent problème et 47% ont répondu faire « toujours » face au problème d’ouragan. À titre d’exemple, en octobre 2016, un ouragan de catégorie 4 sur l’échelle de Saffir-Simpson a frappé toute la presqu’île du sud d’Haïti et a tout dévasté sur son passage, ce qui a endommagé sévèrement les secteurs productifs. Par ailleurs, vu la topographie du bassin versant (relief très fort), certaines exploitations sont moins concernées ou pas du tout concernées par le problème d’inondations, dépendamment de leur positionnement dans le bassin versant. Habituellement, à chaque grande crue, les résidents en aval – la zone la plus vulnérable aux inondations à cause de sa faible altitude – sont inondés. Au milieu du bassin versant, dans les endroits moins élevés et qui sont proches du cours d’eau, les exploitants peuvent aussi être confrontés au problème d’inondations. Nous avons constaté que 37% des exploitants sont toujours confrontés au problème d’inondations, 30% sont rarement affectés par les inondations, 20% sont souvent touchés par les inondations et 13% n’ont pas l’habitude d’être soumis aux inondations. Les exploitants agricoles interviewés qui sont « souvent et toujours » affectés par les inondations se trouvent spécifiquement en aval et au milieu du bassin versant et représentent 57%. Ainsi, face à cet état de fait, les exploitants agricoles se considèrent très vulnérables sur les plans économique, environnemental et social. En outre, ces derniers dépendent de l’agriculture en tant que principale activité économique liée à l’exploitation des terres et dans la mesure où les conditions climatiques affectent ce secteur, cela peut les conduire à vivre de l’insécurité alimentaire et des situations de pauvreté.

Figure 8. Perturbations hydrométéorologiques

Figure 8. Perturbations hydrométéorologiques

4. Discussion

29Les résultats découlant de l’analyse du système de production mis en œuvre dans les limites du bassin versant permettent de constater que les pratiques agricoles adoptées par les exploitants agricoles ont des impacts significatifs sur les ressources naturelles notamment les sols et les ressources ligneuses. Nous constatons qu’au niveau des parcelles agricoles se trouvant dans les zones de fortes pentes, les exploitants n’ont pas érigé de structures adéquates pour la conservation des sols et de l’eau. D’autre part, nous avons observé que les exploitants agricoles font l’élevage de bétails sur les berges de la rivière et permettent l’accès à ces derniers aux plans d’eau. Cette situation ne fait qu’accentuer le processus de déstabilisation des berges de la rivière ainsi que la dégradation de la qualité de l’eau. Aussi, ils mettent en culture de façon intense leurs lopins de terre avec des successions culturales rapprochées, donc, une forte réduction des périodes de jachères. Ces cultures sont généralement localisées dans les endroits à forte déclivité dans le bassin versant. Ainsi, l’établissement de ce système de cultures est généralement réalisé par des activités de défriches et de brûlis. À cet effet, les arbres fruitiers ou forestiers, ainsi que les arbustes sont détruits. La pratique du brûlis utilisée lors de la préparation des parcelles agricoles par la majorité des exploitants couplée au surpâturage et des périodes de jachères très restreintes constituent les causes premières ayant contribué à la réduction de la couverture végétale de façon irréversible au niveau des exploitations agricoles. Ces pratiques utilisées par les exploitants dans les systèmes de production sont très préjudiciables pour le milieu, elles entraînent une baisse considérable du taux de matière organique du sol. Ainsi, Roose (1994) soutient que l’augmentation de la productivité des terres et du travail nécessitent une bonne gestion de la matière organique et des nutriments. Par ailleurs, les effets négatifs qu’entraîne la dégradation des bassins versants pourraient être atténués si les pratiques d’exploitation des ressources et les procédés de mise en valeur des terres agricoles par les exploitants s’appuyaient a priori sur des normes de conservation et de protection dans une optique de développement durable (Fernandez, 1997 ; Sildor, 2002).

30En outre, les activités extra-agricoles entreprises, notamment la fabrication du charbon de bois et de chaux, contribuent à la dégradation de l’environnement du fait que ces dernières nécessitent des ressources ligneuses considérables ; elles sont rendues nécessaires par les faibles rendements agricoles qui nécessitent un revenu additionnel.

31Les conditions de tenure des parcelles agricoles dans les exploitations agricoles n’incitent pas les exploitants à investir dans des mesures de protection et de gestion des ressources naturelles ; le faire valoir indirect représente le principal mode d’accès aux parcelles agricoles selon nos enquêtes. Or, le degré de sécurité d’un exploitant agricole sur les terres qu’il occupe est étroitement lié aux conditions d’accès à ces dernières. Lorsqu’un exploitant peut profiter de la terre sur une très longue durée, ce qui est généralement le cas des propriétaires ainsi que des fermiers possédant des contrats pour une longue durée, on qualifie la sécurité de tenure satisfaisante. Par contre, quand le temps d’exploitation des parcelles est faible, la sécurité de tenure est jugée incertaine, et à ce moment l’exploitant est enclin à cultiver des espèces ayant de très courts cycles végétatifs, et non pérennes dans le but de rentabiliser à court terme ses investissements, ce qui, en fin de compte, contribue grandement à la dégradation du milieu (FAMV et GRET, 1990 ; FAO, 2005).

32La transformation du milieu par les exploitants agricoles rend le bassin versant très vulnérable au phénomène de dégradation. Sur le plan environnemental, ce processus de dégradation du milieu peut entraîner des dégâts considérables comme des (i) inondations en aval, (ii) des perturbations de l’écosystème aquatique entrainées par le détachement des matériaux provenant de l’amont et par l’accès des animaux dans les cours d’eau. Dans ce contexte, il est à noter que la majorité de la population et les principales infrastructures de la ville de Roche-à-Bateau se trouvent dans la zone inondable. Sur le plan socioéconomique, la détérioration des ressources naturelles a des impacts considérables sur la qualité de vie des exploitants agricoles. Ainsi, ces derniers vivent principalement de l’agriculture et leurs exploitations deviennent moins productives, une fois que la terre est devenue moins fertile en raison de son niveau élevé de dégradation. Cela peut entraîner une limitation de la disponibilité des aliments en quantité suffisante créant aussi de l’insécurité alimentaire, et affectant le niveau de vie des exploitants agricoles et des résidents du bassin versant. Toutefois, pour faire face aux processus de dégradation notamment sur les versants, plusieurs auteurs (Rosse, 1994 ; Régis et Roy, 1999 ; Bigi, 2012) conseillent d’utiliser, au niveau des exploitations agricoles, des techniques conservatoires (maintien de la couverture végétale, jachère, association de cultures, etc.) visant à protéger les ressources naturelles, qui ne sont cependant pas mises en œuvre dans le bassin versant de la rivière Mulet.

Conclusion

33L’étude des systèmes de production agricole dans le bassin versant de la rivière Mulet s’inscrit dans le cadre d’une réflexion sur l’analyse des pratiques agricoles adoptées par les exploitants en vue d’avoir une meilleure compréhension des influences de celles-ci sur les ressources naturelles du milieu notamment sol, eau, matière ligneuse ainsi que sur la qualité de vie des communautés. Les informations recueillies démontrent que les types de pratiques agricoles utilisés par les exploitants dans leurs systèmes de production font partie des éléments concourant à la dégradation du bassin versant. L’agriculture pratiquée traditionnellement ne fait que peu d’usage de techniques de conservation des sols et de l’eau dans toutes les unités morphologiques du bassin versant. Les cultures sarclées prédominent et sont entreprises généralement dans des zones où les pentes sont importantes. Aussi, en raison de l’extension des surfaces agricoles dans le bassin versant, le couvert arboré est abattu et les surfaces consacrées au pâturage, en particulier pour les petits ruminants, sont réduites. Cette extension des surfaces agricoles couplée au surpâturage et aux usages non agricoles de la ressource ligneuse sont à l’origine de la déforestation, ce qui alimente une spirale négative de dégradation des terres (Déry, 1996 ; Frikri Benbrahim et al., 2004). Ainsi, l’empreinte de l’homme sur le milieu influe fortement les facteurs de dégradation d’ordre naturel, ce qui fait qu’il représente l’élément principal à l’origine de la dégradation des ressources naturelles.

Haut de page

Bibliographie

Bellande, A. et J.-L. Paul (dir.) (1993). Paysans, systèmes et crise : Travaux sur l’agraire haïtien, Tome 3 : Dynamique de l’exploitation paysanne. Guadeloupe, S.A.C.A.D et F.A.M.V.

Beuret, J.-E et C. Mouchet (2000). « Pratiques agricoles, systèmes de production et espace rural : quelles causes pour quels effets ? », Cahiers Agricultures 9(1) : 29-37.

Bigi, A. (2012). Guide de référence sur les pratiques de prévention et de la lutte contre l’érosion dans le département Sud d’Haïti. [Guide technique]. Port-au-Prince : MARNDR. URL : http://www.fao.org.proxy.bibliotheques.uqam.ca:2048/3/a-au452f.pdf

Brossier, J., E. Chia, E. Marshall et M. Petit (dir.) (2003). Gestion de l’exploitation agricole familiale. Éléments théoriques et méthodologiques, Dijon, Éducari.

Déry, S. (1996). « Expansion agricole et déforestation : le modèle sud-est asiatique », Cahiers de géographie du Québec 40(109) : 29-48.

Faculté d’agronomie et de médecine vétérinaire et Groupe de recherche et d’échanges technologiques (FAMV et GRET) (1990). Manuel d’agronomie tropicale appliquée à l’agriculture haïtienne, Paris, Gret.

Food and Agriculture Organisation of the United Nations (FAO) (2005). Politiques de développement agricole : concepts et expériences. URL : http://www.fao.org/3/y5673f/Y5673F08.htm

Fiki Benbrahim, K., M. Ismaili, et A. Tribak (2004). « Problèmes de dégradation de l’environnement par la désertification et la déforestation : impact du phénomène au Maroc », Sécheresse 15(4) : 307-20.

Institut haïtien de statistique et d’informatique (IHSI). (2015). Population totale, population de 18 ans et plus ménages et densités estimés en 2015, Port-au-Prince, Ed. IHSI.

Les Mots de l’agronomie. Histoire et critique (2017). Système de culture. URL : http://mots-agronomie.inra.fr/mots-agronomie.fr/index.php/Accueil

Lhoste, P. (1984). « Le diagnostic sur le système d’élevage », Les Cahiers de la Recherche-Développement 1(3 - 4) : 84 - 88.

Mejias Moreno, P. et M.H Lagana (2019). Évaluation de la résilience climatique des petits exploitants agricoles au Mali, Rome, FAO, 52 p.

Ministère de l’Agriculture des ressources naturelles et du développement rural d’Haïti (MARNDR) (2019). Composante aménagement des bassins versants et foresterie. URL : https://agriculture.gouv.ht/

Milleville, P. (1987). « Recherches sur les pratiques des agriculteurs », Les Cahiers de la Recherche Développement 16 : 3-7.

Ministère de la Planification et de la Coopération externe (MPCE) (2016). Évaluation des besoins post catastrophe pour le cyclone Mathieu. Rapport préparé par le Gouvernement de la République d’Haïti. URL : http://www.mpce.gouv.ht

Morsli, B., M. Habi, M. Meddi, M. Baudu, et J.F Blais. (2013). « Dynamique de l’érosion en zone méditerranéenne algérienne : facteurs explicatifs de variation du ruissèlement et de l’érosion sous différentes occupations du sol », Revue des sciences de l’eau 26(2) : 89-105. DOI : 10.7202/1016061ar

Nacro, S., S. Ouedraogo, K. Traore, E. Sankara, C. Karobe et B. Ouattara (2010). « Effets comparés des pratiques paysannes et des bonnes pratiques agricoles de gestion de la fertilité des sols sur les propriétés des sols et les rendements des cultures dans la zone sud soudanienne du Burkina Faso », International Journal of Biological and Chemical Sciences 4(4) :1044-1055.

Philippe, J. (1992). Le diagnostic du milieu rural. De la région à la parcelle. Approche systémique des modes d’exploitation agricole du milieu, Montpellier, CNEARC.

Régis, G., et A.L. Roy (dir.) (1999). Manuel pratique de conservation des sols d’Haïti, Port-au-Prince, L’imprimeur II.

Roose, E., H. Duchaufour et G. De Noni, (2012). Lutte antiérosive, réhabilitation des sols tropicaux et protection contre les pluies exceptionnelles, Marseille, IRD.

Roose, E. (1999). Introduction à la gestion conservatoire de l’eau, de la biomasse et de la fertilité des sols (GCES). Bulletin pédologique de la FAO, Rome, FAO

Saffache, P. (2006). « Le milieu marin haïtien : chronique d’une catastrophe Écologique », Études caribéennes 267(1) : 1-8. DOI : 10.4000/etudescaribeennes.

Saffache, P. (2001). « De la dégradation à la restauration des sols : utilisation de méthodes traditionnelles et modernes en Haïti », Courrier de l’environnement de l’INRA 43(1) : 102-106.

Sebillotte, M. (1978). « Itinéraires techniques et évolution de la pensée agronomique », C.R. Acad. Agric. Fr. 11 : 906-913.

Sildor, E. (dir.) (2002). Aménagement du bassin versant de la Côte des Arcadins. Port-au-Prince, CATESIG.

Sebillotte, M. (1974). « Agronomie et agriculture. Essai d’analyse des tâches de l’agronome », Cah. ORSTOM, sér. Biol. 24 : 3-25.

Smolikowski, B. (1993). « La gestion conservatoire de l’eau, de la biomasse et de la fertilité des sols (GCES) une nouvelle stratégie de lutte antiérosive en Haïti. Cas du transect Petite Rivière de Nippes-Salagnac-Aquin dans le sud d’Haïti », Orstom 28 (2) : 229-252

Tihay, J.-P. (1976). « Dynamique des versants et milieux naturels [dans la vallée de la Soummam (Grande Kabylie, Algérie)] », Annales de Géographie 85(469) : 257-280.

Weiss, K., G. Moser et C. Germann (2005). « Perception de l’environnement, conceptions du métier et pratiques culturales des agriculteurs face au développement durable », Revue européenne de psychologie appliquée 56(2006) : 73-81.

Wéra-Bussière, M., L. Chauvette, et P. Lord (dir.) (2010). Étude et aménagement du bassin versant de la rivière Osgood, Groupe de concertation des bassins versants de la zone Bécancour. Québec, GROBEC.

Haut de page

Notes

1 Un carreau (de terre) (créole. Kawo Tè) = 12 900 m2 (1,293 ha). Il s’agit d’une mesure courante des terres agricoles en Haïti.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Localisation du bassin versant
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/18313/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 2. Lieux d’observations directes
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/18313/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Titre Figure 3. Superficie des exploitations agricoles
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/18313/img-3.png
Fichier image/png, 12k
Titre Figure 4. Mode de tenure des parcelles agricoles
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/18313/img-4.png
Fichier image/png, 10k
Titre Figure 5. Pratiques du brûlis
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/18313/img-5.png
Fichier image/png, 12k
Titre Figure 6. Pratiques de conservation des sols
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/18313/img-6.png
Fichier image/png, 15k
Titre Figure 7. Activités extra-agricoles pratiquées
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/18313/img-7.png
Fichier image/png, 12k
Titre Figure 8. Perturbations hydrométéorologiques
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/18313/img-8.png
Fichier image/png, 11k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Zurcher Mardy, Sebastian Weissenberger et Jean-Philippe Waaub, « Analyse des pratiques agricoles dans le bassin versant de la rivière Mulet (Roche-à-Bateau, Haïti) et de leur impact sur la dégradation du milieu et les conditions de vie des communautés », Études caribéennes [En ligne], 45-46 | Avril-Août 2020, mis en ligne le 15 août 2020, consulté le 26 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/18313 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.18313

Haut de page

Auteurs

Zurcher Mardy

Groupe d’études interdisciplinaires en géographie et environnement régional, département de géographie, Institut des sciences de l’environnement, Faculté des sciences, Université du Québec à Montréal, mardy.zurcher@courrier.uqam.ca

Sebastian Weissenberger

Institut des sciences de l’environnement, Faculté des sciences, Université du Québec à Montréal, Département science et technologie, Université Téluq, weissenberger.sebastian@uqam.ca

Articles du même auteur

Jean-Philippe Waaub

Groupe d’études interdisciplinaires en géographie et environnement régional, département de géographie, Institut des sciences de l’environnement, Faculté des sciences, Université du Québec à Montréal, waaub.jean-philippe@uqam.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search