Navigation – Plan du site

AccueilNuméros45-46Problématiques urbainesImpact de la gestion foncière sur...

Problématiques urbaines

Impact de la gestion foncière sur les espaces agricoles périurbaine à Madingou (Sud-Ouest du Congo)

Jean Luc Mouthou, Francelet Gildas Kimbatsa, Duck Duvais Miyalou et Létiva Craiche GOMA Mbatchi

Résumés

À Madingou, la question de la gestion foncière se pose avec acuité, car le développement des espaces urbains empiète sur les terres dévolues à l’agriculture périurbaine. Ce phénomène reconnu par les autorités municipales et les populations est à la fois à l’origine de la croissance anarchique de la ville et au rétrécissement préoccupant des superficies agricoles périurbaines. L’objectif de cette étude est d’analyser l’impact de la gestion foncière sur l’agriculture périurbaine à Madingou. Elle est réalisée entre janvier et mars 2017. L’approche méthodologique abordée s’est basée sur la recherche documentaire et les enquêtes de terrain. Au total, 106 ménages ont été enquêtés. Les résultats obtenus de cette étude se caractérisent par une évolution de la superficie bâtie, soit 121 hectares en 1946, 148 hectares en 1959, 329 hectares en 1983 et 929 hectares en 2016. Après l’indépendance du Congo en 1960, l’extension de la ville s’est faite de façon exponentielle, grignotant de larges espaces agricoles. Cette situation a eu pour conséquence, une extension aggravée de l’évolution des espaces bâtis contre une réduction des espaces agricoles. Au regard des opérations de lotissement en cours, l’espace bâti gagnera à nouveau au cours de ces derrières années près de 178 hectares qui auront ainsi été acquis au détriment des espaces agricoles périurbaines obligeant nombre d’activités agricoles à s’éloigner de plus en plus des alentours de la ville pour s’installer dans les villages proches de la communauté urbaine de Madingou.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Congo
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En Afrique, la gestion foncière favorise systématiquement l’urbanisation. Elle se fait au détriment des espaces voués à l’agriculture périurbaine et cette situation est devenue, au cours de ces deux dernières décennies une préoccupation majeure de nombreux gouvernements.

2Au Congo, cette problématique est reconnue dans plusieurs villes du pays en général et à Madingou en particulier, car elle interpelle les autorités municipales et les citadins. Depuis quelques décennies, la croissance urbaine s’est accompagnée de l’occupation « informelle » de vastes zones périphériques et de la formation d’un très grand nombre de quartiers précaires empiétant ainsi les espaces « réservés » à l’agriculture périurbaine. Des mesures ont été adoptées afin d’endiguer ces phénomènes au nombre desquels figure l’interdiction de lotir les terres non immatriculées (Loi n° 21-2018 du 13 juin 2018 fixant les règles d’occupation et d’acquisition des terres et terrains en République du Congo). Cependant, ces dispositions semblent n’avoir eu qu’un impact limité.

3À Madingou, l’occupation anarchique des espaces périphériques de la ville par les populations a pour corollaire l’étalement des habitations vers les zones périphériques. Ceci, au détriment des espaces agricoles, les difficultés d’accès aux plantations, les longues distances à parcourir pour atteindre un champ, la rareté de produits agricoles sur les marchés et les conflits entre propriétaires terriens.

4Par ailleurs, pour mieux cerner l’impact de la gestion foncière sur l’agriculture périurbaine à Madingou, il nous est paru important de nous interroger sur la manière dont s’organise cette gestion qui compromet la pratique de l’agriculture périurbaine à Madingou.

5L’objectif de cette étude est d’analyser l’impact de la gestion foncière sur le développement de l’agriculture périurbaine à Madingou.

1. Présentation de la zone d’étude

6La communauté urbaine de Madingou est située au centre du département de la Bouenza au sud-ouest de la République du Congo. Elle est limitée au nord par la Route Nationale n° 1, au sud, par le village Ngandou en direction de Boko Songho, à l’est, par le Biyoki et Nkiéni, à l’ouest, par Kiniadi et Kingembo. La ville est comprise entre 13°31’ et 13°34’ de longitude Est et entre 4°10’ et 4°37’ de latitude Sud. La superficie de Madingou est actuellement de 88 km².

7La ville de Madingou a un relief plat (300 m) et un climat tropical humide où dominent la forêt, les savanes arbustives et herbeuses, les sols érodés et argilo-calcaires disponibles à une exploitation agricole mécanisée. Son hydrographie est dense, mais ne compte pas un réseau navigable (Miyalou, 2018, p.12). Sa population s’élevait à 36 453 habitants en 2015 (CNSEE, 2015). La communauté urbaine de Madingou est une ville cosmopolite. Elle reçoit les populations qui viennent d’autres localités du pays et compte onze (11) quartiers à savoir : Capable, Dakar, Bacongo, Moukokotadi, Kintamba, Nsatouméya, Mboukoudou, Mandzaou, Loubota, Mpouma et Kimpambou.

Figure 1. Madingou dans le contexte Congolais

Figure 1. Madingou dans le contexte Congolais

Source : CERGEC 93, modifiée par LANDA, 2014

Figure 2. Les limites de l’aire d’étude

Figure 2. Les limites de l’aire d’étude

Source : MIYALOU, 2018

2. Méthodologie de recherche

8Pour réaliser cette étude, nous avons adopté une méthodologie basée sur la recherche documentaire, l’enquête de terrain, le recours à différents matériels de travail, le traitement et l’analyse des données de terrain.

2.1. Recherche documentaire

9La recherche documentaire a été menée dans les différentes bibliothèques de la ville de Brazzaville, de Madingou, sur internet et dans les administrations publiques. Elle a permis d’avoir une vision assez nette sur la manière dont les précédents travaux ont abordé la question de l’impact de la gestion foncière sur l’agriculture périurbaine au Congo et ailleurs et d’en relever les insuffisances.

2.2. Enquête de terrain

10Les travaux de terrain consacrés à analyser l’impact de la gestion foncière sur l’agriculture périurbaine dans le secteur d’étude ont été repartis en deux volets. Le premier volet a consisté à enquêter sur les caractéristiques sociodémographiques, les facteurs d’occupation spatiale, le type d’agriculture pratiquée dans l’aire d’étude. Le deuxième volet s’est intéressé à réaliser une enquête sur l’impact de la gestion foncière sur l’agriculture périurbaine. Une analyse diachronique a été réalisée sur l’étalement du bâti et les rétrécissements des superficies agricoles entre les années 1946 et 2016. D’autres données ont été collectées sur les problèmes d’accès aux plantations, aux distances parcourues par les populations et sur les conflits entre propriétaires fonciers. L’échantillon choisi pour réaliser cette étude était de 106 ménages identifiés de façon aléatoire dans la ville de Madingou.

2.3. Critères de choix de la zone d’étude

11Le choix des quartiers a tenu compte de deux critères à savoir leur position géographique (centrale et périphérique) et la possibilité d’y trouver, outre les agriculteurs, des fonctionnaires et autres catégories socioprofessionnelles pratiquant l’agriculture.

2.4. Matériel de travail

12Pour la collecte, le traitement et l’analyse des données de terrain, la réalisation des graphiques et des cartes, nous avons utilisé un questionnaire d’enquête, un guide d’entretien, un appareil photo numérique, un ordinateur portatif. Outre ces outils, nous avons utilisé les logiciels ArcGIS qui a servi pour le géo référencement des cartes topographiques, Google Earth 5.0 pour obtenir les données géoréférencées de la zone d’étude, Auto CAD 2007 a servi pour illustrer le fond de la ville ainsi que la superposition des différentes cartes produites lors de l’analyse diachronique. Il y a eu aussi Excel pour monter les graphiques et l’Epi Info pour élaborer les tableaux.

3. Résultats et discussion

3.1. Caractéristiques sociodémographiques de la population enquêtée

13Les populations enquêtées dans l’aire d’étude exercent diverses activités formelles et informelles comme cela est le cas dans de nombreuses autres villes du Congo. Selon l’enquête de terrain, la majorité de la population pratique l’agriculture comme activité secondaire pour accroître les revenus de la famille. Sur l’ensemble des enquêtés, les agents de l’État, composés d’enseignants, d’agents de santé, des militaires occupent 35 % des enquêtés. L’âge des agriculteurs adultes est compris entre 40 et 44 ans, soit 22 % de la population enquêtée. Ils sont suivis des agriculteurs ayant un âge compris respectivement entre 25 et 29 ans (16 %), 35 et 39 ans (15 %), 30 et 34 ans (13 %) des personnes interrogées. Les sans-emploi représentent 42 %, contre 23 % des ouvriers.

14Les travailleurs agricoles dans la zone d’étude sont majoritairement de sexe féminin. Ils représentent 57 %, contre 43 % de travailleurs de sexe masculin.

15Les agriculteurs ont un niveau d’étude secondaire (61 %). Ceux qui ont un niveau d’études primaire représentent 23 % des enquêtés, contre 16 % qui ont le niveau supérieur (Figure 3).

Figure 3 : Répartition du niveau d’instructions des agriculteurs enquêtés

Figure 3 : Répartition du niveau d’instructions des agriculteurs enquêtés

Source : Enquête de terrain, janvier et mars 2017

16L’enquête de terrain sur la situation matrimoniale des agriculteurs dans le secteur d’étude fait observer qu’une forte proportion d’agriculteurs vivent en union libre. Ils représentent 52 % des répondants, contre 23 % des mariés, 12 % des célibataires et 10 % des veufs. Il sied de souligner que les agriculteurs vivant en union libre sont les plus nombreux dans la zone d’étude.

17Les agriculteurs enquêtés proviennent en partie du Congo méridional (Tableau 1). Ils représentent 40 % de l’ensemble des enquêtés. Ceux en provenance des villes de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Nkayi et Mossendjo sont 22 % parmi les répondants. À côté de ces villes, s’ajoutent les 36 % des enquêtés qui viennent uniquement des villages du sud Congo. Par ailleurs, une part non négligeable d’agriculteurs vient du Congo septentrional. Elle représente à peine 2 % des enquêtés.

18L’ethnie dominante dans la zone d’étude est Bembe. Sur 106 ménages enquêtés, 32 % sont de l’ethnie Bembe, soit 30 % de l’ensemble des répondants. Suivis des natifs de Madingou, Kamba avec un taux de 19 %, contre 16 % de Dondo, 10 % de Minkengue, 7 % de Teke, 5 % de Yari et 5 % des originaires du Pool. Les Kugni, Mbochi, Soundi, Vili, Yaka, Lali ne pratiquent presque pas l’agriculture, car ces ethnies ne représentent chacune que 1 % des enquêtés.

Tableau 1. Origine géographique des agriculteurs

Origine géographique

Effectif

Pourcentage

Villes

Brazzaville

7

6

Pointe-Noire

4

4

Dolisie

5

5

Nkayi

6

6

Mossendjo

1

1

Communautés urbaines

Nord du pays

2

2

Sud du pays

43

40

Villages du sud du pays

38

36

Total

106

100

Source : Enquête de terrain, janvier et mars 2017

19Les enquêtés pratiquant l’agriculture à Madingou ont plus de trois personnes à leur charge. La part des agriculteurs qui ont en charge plus de deux personnes représente (51 %) des répondants. Ceux qui ont trois personnes à charge sont 49 % des enquêtés. Près du quart (24 %) des agriculteurs ont cinq personnes à charge. Les cultivateurs qui n’ont aucune personne à charge représentent 3 % de l’échantillon. Dans ces ménages, les responsables sont parfois sous logés (9,40 %), locataires (30,20 %) et propriétaires (60,40 %).

3.2. Facteurs d’occupation de l’espace

20À Madingou, le développement rapide et non maîtrisé de la ville a accru les besoins en logements des citadins, compromettant ainsi les réserves foncières vouées à l’agriculture périurbaine. La satisfaction de ce besoin vital passe par l’occupation à un rythme effréné des espaces non aedificandi de la part de certaines populations défavorisées, et à la recherche d’une meilleure qualité de vie. Les quartiers occupés anciennement en sont une parfaite illustration.

21L’enquête de terrain a révélé que les populations de Madingou occupent ces espaces réservés à l’agriculture périurbaine pour trois raisons comme le montrent les données de la figure n° 4.

Figure 4 : Les facteurs d’occupation de l’espace dans la zone d’étude

Figure 4 : Les facteurs d’occupation de l’espace dans la zone d’étude

Source : Enquête de terrain, janvier et mars 2017

22La première raison d’occupation de l’espace est liée à l’importance de l’activité agricole ainsi qu’aux revenus. Cette raison représente 60 % des enquêtés. La deuxième raison est liée à la spéculation foncière par les propriétaires terriens coutumiers et le laxisme de l’État en matière de gestion foncière. Des ménages enquêtés, 35 % d’entre eux, pensent que les agissements et le désordre des terriens coutumiers donne aux populations l’accès facile à un lopin de terre grâce aux prix pratiqués par ces derniers. La responsabilité de l’État est engagée dans la zone d’étude du fait qu’il n’arrive pas à planifier, à aménager et à lotir les terres selon les normes urbanistiques avant toute occupation. Enfin, la troisième raison est liée à l’ensemble des actions menées pendant la municipalisation accélérée du département de la Bouenza ainsi que la construction de la présence de la Route Nationale n° 1 qui ont une valeur ajoutée conséquente à la Communauté urbaine de Madingou en particulier et l’ensemble du département en général. Cette raison est citée par 5 % des enquêtés.

3.3. Les modalités de l’accès à la terre

23Ils sont multiples et à l’origine de nombreux conflits à savoir : l’héritage (c’est la terre qui appartient au lignage), l’achat, l’emprunt/gratuit et la location (Tableau 2).

Tableau 2. Modes d’accès aux terres agricoles

Modes d’accès à la terre

Effectifs

Pourcentage

Achat

6

5,7

Location

1

0,9

Terre du lignage

27

25,5

Prêt/gratuit

56

52,8

Aucune réponse

16

15,1

Total

106

100

Source : Enquête de terrain, janvier et mars 2017

24Il ressort du tableau 2 que parmi les modes d’accès aux terres agricoles, le plus utilisé est celui lié au prêt/gratuit. Il représente 52,8 % comme moyen d’accès à la terre pour de nombreux agriculteurs contre, 25,5 % d’agriculteurs qui eux utilisent la terre du lignage. 5,7 % des agriculteurs achètent la terre cultivable et 0,9 % prennent en location.

3.4. Type d’agriculture pratiquée dans l’aire d’étude

25Le système de culture mis en œuvre dans l’aire d’étude est celui de l’agriculture intégrée. Selon l’enquête de terrain, sur 100 % des exploitations observées, 93,4 % la font contre 6,6 % d’agriculteurs exemptés.

26Dans la pratique, un agriculteur à droit à un ou plusieurs champs. Ce travail se fait, soit en groupements d’entraide, soit en associant la cellule familiale ou soit recourir aux tâcherons (Tableau 3).

Tableau 3. Méthodes utilisées par les populations pour défricher un champ dans la zone d’étude

Méthodes Méthodes

Pourcentages

Groupement d’entraide

11 %

Cellule familiale

43 %

Travail en solitaire

24 %

Recours aux tâcherons

22 %

Total

100 %

Source : Enquête de terrain, janvier et mars 2017

27En effet, les agriculteurs qui préparent les champs en groupements d’entraide représentent 11 % de l’ensemble des enquêtes. Par contre, le type le plus utilisé est celui qui mobilise la cellule familiale (43 %). Dans ce système traditionnel, le champ est aménagé par l’agriculteur avec le soutien de sa famille. Il est suivi des agriculteurs qui travaillent en solitaire (24 %). Les agriculteurs qui font recours aux tâcherons pour préparer leurs champs représentent 22 % des effectifs enquêtés.

28Aussi, il faut noter que, lors des travaux champêtres, les agriculteurs utilisent les techniques de culture simples et profondément ancrées dans les mœurs ; celles-ci sont restées manuelles, avec l’utilisation d’un outillage simple. La technique la plus utilisée est la culture sur brûlis en savane et en forêt. Elle comporte plusieurs opérations dont la succession diffère selon le milieu. En forêt, on procède au défrichage, à l’abattage et au brûlage des abattis, tandis qu’en savane, on effectue le débroussaillage avant le brûlage des herbes séchées. Certains agriculteurs déboursent des moyens financiers importants pour prendre en location occasionnellement un tracteur auprès de la direction départementale de l’agriculture et de l’élevage de la Bouenza. Ceci leur permet d’augmenter la production. Le calendrier agricole pour la mise en culture des champs est tributaire du rythme climatique : les agriculteurs défrichent, abattent les arbres, brûlent, et labourent en saison sèche ; ils procèdent au semis, bouturage et sarclage en saison de pluies. Une proportion de 60 % des agriculteurs a une expérience d’au moins 10 ans, 30 % de ceux qui n’en ont que moins de 10 ans.

29L’enquête de terrain a permis d’identifier plusieurs produits agricoles. Sur 100 % des agriculteurs interrogés, 67 % cultivent le manioc du fait de leur rentabilité et de sa durée de maturation. 13 % des agriculteurs préfèrent l’arachide non seulement pour sa maturation rapide (3 mois), mais aussi de sa rentabilité financière. Il en est de même du maïs et de l’endive qui sont cultivés chacune par 3 % des agriculteurs. Le gingembre, le gombo et la banane sont cultivés chacun par 2 % des exploitants. Par contre, les aubergines, la ciboule, la canne à sucre, le haricot, les ignames et la tomate sont produits chacun par 1 % des agriculteurs. Mais les pois d’angols quant à eux, sont cultivés par 1 % des agriculteurs du fait qu’ils s’adaptent facilement au sol.

30Selon l’enquête de terrain, 45 % des agriculteurs ont des champs de moins d’un hectare de superficie, contre 55 % de ceux qui possèdent une superficie supérieure ou égale à un hectare. Les moindres superficies que les agriculteurs exploitent s’expliquent par le type d’agriculture qu’ils pratiquent (agriculture de substance) et surtout au matériel aratoire rudimentaire (houe, machette et râteau) qu’ils utilisent. À ce problème se greffe l’étalement de la ville sur les superficies agricoles. Cette croissance de la ville et du bâti jusque dans les zones réservées à l’agriculture périurbaine a été également citée comme un frein majeur et préoccupant qui compromet l’exercice de l’activité agricole dans l’aire d’étude. 85 % des agriculteurs ont indiqué ce problème étant à l’origine des petites superficies cultivables et à la faible production, contre 15 % qui pensent que l’étalement de la ville n’a rien à voir avec l’agriculture périurbaine même si la municipalisation accélérée qu’a connue la Communauté urbaine de Madingou en 2016 venait renforcer son attrait.

3.5. Suivi des espaces bâtis et agricoles

3.5.1. Progression des espaces bâtis

31L’extension de la ville de Madingou a engendré la réduction des espaces agricoles (Figure 5). Cette situation nécessite une grande concertation et une bonne gestion de ces espaces afin d’éviter la disparition totale des activités agricoles périurbaines.

Figure 5 : Croissance spatiale de Madingou de 1946 à 2016

Figure 5 : Croissance spatiale de Madingou de 1946 à 2016

Source : Enquête de terrain, janvier et mars 2017

32Entre 1946 et 1959, la croissance urbaine de Madingou était lente et maîtrisée. Les autorités donnaient la priorité au développement des campagnes. Les commerçants et les fonctionnaires d’État constituaient la majorité des citadins. Au cours de cette période, Madingou s’est développé lentement. Sa superficie bâtie est passée de 121 hectares en 1946 à 148 hectares en 1959. Cette extension de l’espace est relativement faible parce qu’en 13 ans, il y a seulement 63 hectares de superficie bâtie, soit environ 5 hectares. Entre 1959 et 1983, cette superficie croit progressivement pour atteindre 329 hectares, soit 181 hectares de plus en 24 ans ou environ 8 hectares par an. Actuellement, environ 121 hectares sont en cours de lotissement. Durant les trente (30) dernières décennies (1983 à 2016), la superficie bâtie a cru de manière très spectaculaire pour atteindre 929 hectares, soit 600 hectares en 33 ans. Il s’agit d’un gain de 18 hectares par an. À cela s’ajoute une superficie de 178 hectares en cours de lotissement.

3.5.2. Réduction des espaces agricoles

33En 1946, l’espace agricole occupait plus de surface que l’espace bâti (figure 6).

Figure 6 : Superficies des espaces bâtis en 2016

Figure 6 : Superficies des espaces bâtis en 2016

Source : Enquête de terrain, janvier et mars 2017

34La figure illustre bien ce phénomène en montrant que les espaces verts ou non bâtis (1947 ha) représentent une superficie très importante comparativement à l’espace bâti (93 ha). Ce qui fait bien qu’en 1946 l’espace non bâti était environ vingt et une fois supérieur à l’espace bâti.

35De 1946 à 1959, la surface agricole est passée de 1947 ha à 1826 ha, soit 121 ha de surface non bâtie réduite en 13 ans ou environ 9 ha de superficie réduite par an. Au cours de cette période, l’urbanisation était maîtrisée, la population n’excédait pas 3900 habitants. Cette surface diminue considérablement avec le temps. C’est pourquoi, en 24 ans, l’aire non bâtie de la communauté urbaine de Madingou a régressé de 318 ha, soit environ 13 ha de réduction par année. Ce phénomène s’observe entre 1959 et 1983.

36Pendant les trente dernières décennies, l’anarchie en matière d’urbanisation commence et prend des proportions inquiétantes dans les grandes villes, mais aussi dans les petites. Les normes de l’urbanisme ne sont plus respectées ; ces villes s’étendent au détriment de l’implantation des équipements et des infrastructures ; les réserves foncières sont occupées anarchiquement. À Madingou, c’est durant cette période que les espaces non bâtis sont phagocytés par les habitations de façon spectaculaire. Ce qui fait que la surface non bâtie régresse de 1065 ha en 33 ans, soit environ 32 ha qui sont perdus chaque année. Cette tendance n’a pas changé et se pérennise jusqu’aujourd’hui.

3.6. Impact de la gestion foncière sur l’agriculture périurbaine

3.6.1. Problèmes d’accessibilité aux champs

37Ce problème est lié aux longues distances parcourues par les agriculteurs. La croissance urbaine, consommatrice d’espace, privilégie l’étalement des habitations au détriment des espaces agricoles. Ce qui pousse les agriculteurs à délocaliser davantage les activités vers les zones lointaines de la ville. Ce rallongement de la distance entre le domicile et le champ ne favorise pas le développement aisé des activités agricoles. Le tableau 4 ci-après montre la répartition des enquêtés selon la distance parcourue entre le domicile et le champ.

Tableau 4. Répartition des enquêtés selon la distance parcourue entre le domicile et le champ

Distance

Effectif

Pourcentage

< 1 km

14

13

1-5 km

52

49

5-10 km

32

30

˃ 10 km

4

4

Aucune réponse

4

4

Total

106

100

Source : Enquête de terrain, janvier et mars 2017

38Ce tableau présente des proportions importantes en termes de distance parcourue par les agriculteurs enquêtés. Selon cette répartition, ceux qui parcourent de 1 à 2 km entre le domicile et le champ représentent 8 % des agriculteurs enquêtés. 40 % des agriculteurs parcourent des longs trajets compris entre 5 et 10 km, 13 % font de courtes distances (inférieures à 1 km) et 52 % se déplacent sur une distance supérieure à 10 km.

39L’enquête sur les agriculteurs qui ont leurs champs dans les villages environnants la ville de Madingou, montre que 83 % d’enquêté ont des champs proches des villages riverains de Madingou contre, 17 % qui les ont dans le périmètre urbain (Figue 7).

Figure 7 : Répartition des agriculteurs selon la localisation du champ

Figure 7 : Répartition des agriculteurs selon la localisation du champ

Source : Enquête de terrain, janvier et mars 2017

3.6.2. Conflits sociaux liés à l’urbanisation anarchique de Madingou

40L’implication accrue de propriétaires fonciers dans la vente des terrains porte un coup fatal à la gestion municipale qui elle se veut orthodoxe. En général, la mairie focalise sa gouvernance urbaine sur la vente de terrains qui génère des apports financiers conséquents. Le fait de concéder une partie du contrôle de l’attribution foncière aux propriétaires terriens coutumiers empêche la mairie de gérer efficacement la croissance spatiale. Aucun texte juridique sur la gestion foncière ne régit la vente de terrains par les propriétaires fonciers. En conséquence, ces propriétaires terriens ne possèdent pas de plan de lotissement pouvant aider la mairie à suivre l’extension, et à condamner l’extension de la ville. Cette croissance spatiale posait déjà des problèmes avant 1986. Elle manquait de possibilité d’extension. L’action des chefs de quartiers, sous le couvert du district, avait déjà fragilisé la gestion foncière parce que six ans après (1992) le transfert de la gestion foncière aux chefs des quartiers, la ville connaissait l’appropriation privée des terres. C’est pourquoi la périphérie subit l’anarchie foncière. On le constate avec les remembrements des quartiers de la ville de Madingou qui sont le reflet de plusieurs années d’amateurisme. Cette anarchie foncière, perpétrée par les acteurs publics dans les quartiers périphériques, ne peut être comparée à celle qui commence après 1991. Elle était circonscrite contrairement à la vente de terrains non contrôlée par les propriétaires fonciers sur plusieurs sites simultanément. En 2007, lorsque près de dix propriétaires fonciers vendent librement des terrains à Madingou ayant habituellement le contrôle du foncier, la surprise se traduit par l’inaction. On estime que les autorités municipales n’ont pas mesuré l’ampleur du défi à relever afin de leur opposer des approches différentes. La mairie désemparée, ces propriétaires fonciers n’ont alors pour interlocuteur que le cadastre, un complice abusé. Cette structure ne se soucie pas réellement de préserver le zonage du plan directeur d’urbanisme (PDU) qui est caduc, certes comme toutes les autres villes, Madingou évolue sans plan de cadrage précis, sans réelles emprises foncières publiques et sans un droit de regard dans le lotissement urbain. C’est une anarchie foncière effarante. La ville évolue et se construit sans tenir compte des besoins en infrastructures et équipements publics dont elle ressentira forcément le besoin dans un avenir plus ou moins proche.

3.7. Types de conflits

41À Madingou comme d’ailleurs à Brazzaville et Pointe-Noire, les propriétaires fonciers vendent des terrains à plusieurs acquéreurs à la fois. Près de la moitié (50 %) de ceux-ci sont concernés par cette situation. La plupart de ces conflits fonciers se règlent au tribunal (30 %). Ces audiences deviennent récurrentes (10 %). Certains chefs de quartiers malhonnêtes outrepassent leurs prérogatives (10 %). Ces cas se sont multipliés avec l’arrivée des propriétaires fonciers. Maillons inférieurs de l’administration publique, les chefs de quartiers qui devraient être des intermédiaires entre l’autorité et le citoyen avilissent l’action publique. Certains propriétaires fonciers sont aussi assignés en justice. Ils vendent des terrains dans des quartiers périphériques alors qu’ils ne sont pas propriétaires terriens.

42À partir de ces actes répréhensibles, les premiers acquéreurs sont souvent lésés et portent plainte contre les deuxièmes acquéreurs lorsqu’ils n’acceptent pas de règlement à l’amiable.

43Les conflits entre acquéreurs se multiplient à Madingou. Le retour au domaine dans les années 2000 exécutées par les entités décentralisées a entraîné d’autres problèmes. Toutes ces affaires conflictuelles démontrent la complicité et le laxisme des chefs de quartiers, des agents municipaux et cadastraux dans le règlement des conflits liés à l’accès à la terre.

44Ces divers problèmes et contentieux fonciers à Madingou occasionnent une anarchie foncière sans précédent qui se traduit par un étalement inexorable de la ville. Les gestionnaires du foncier urbain se trouvent impuissants devant ces « seigneurs » de la terre qui dictent leurs lois et n’ont pour corollaire que l’argent.

4. Discussion

45La présente étude montre que la population de Madingou a évolué au fil du temps. À l’époque coloniale, elle évoluait lentement (soient 938 habitants en 1951, 2 442 h en 1952, 3 321 h en 1953 et à 3686 h en 1954) alors que pendant la période postcoloniale, la ville a connu une croissance rapide et accélérée (4200 habitants en 1965, 6 300 en 1970, 8 716 en 1974, 10 700 en 1980, 10 539 en 1984, 10 505 en 1985, 25 713 en 2007, et 36 453 en 2015). Cette évolution exceptionnelle de la population de Madingou est due à la forte natalité et aux mouvements migratoires. Berton-Ofoueme (1996) a abouti au même constat lorsqu’elle note que l’évolution de la population de Brazzaville qui était timide avant l’indépendance s’est accélérée à partir de 1960.

46L’évolution démographique de Madingou a entrainé l’extension de l’espace urbain vers les villages environnants. Cette extension est due à l’occupation anarchique de l’espace par la population. Dobingar (1994) fait le même constat lorsqu’il note que l’extension spatiale s’est faite au détriment des villages environnants qui voient leurs espaces être phagocytés progressivement.

47En effet, la croissance démographique a favorisé l’étalement urbain de Madingou. Elle a eu un impact sur les espaces agricoles. Ceci engendre le fait que les habitations grignotent les espaces destinés à la pratique de l’agriculture. Auriol et Aboudou (2006) ont abouti aux mêmes résultats dans la ville de Parakou (Benin). Houimli (2008) fait la même observation à Sousse dans le nord de la Tunisie. Ceux-ci ont constaté que le bâti évolue au détriment des espaces agricoles. Mahoungou (2018) a abouti aussi au même résultat lorsqu’elle note que l’extension spatiale de la ville de Brazzaville a fortement contribué à la disparition d’un certain nombre de périmètres maraîchers dont ceux du Plateau des 15 ans, de Moungali, de la Glacière et de la Mfoa au centre-ville.

48L’étalement urbain de Madingou a entraîné la délocalisation des champs. Ceux-ci se situent au-delà de la ville et les agriculteurs sont obligés de parcourir de longues distances pour entreprendre leurs activités. L’allongement des distances pose de véritables problèmes de déplacement, du champ au domicile. Ceci fait que les agriculteurs travaillent plus dans les villages environnants. Ofoueme Berton (op.cit.) fait la même observation à Bacongo et Poto-Poto. La croissance urbaine de Madingou a enclenché des mutations spatiales profondes. Ce qui a conduit à la réduction notable des espaces agricoles au profit des habitations urbaines. À Madingou, l’agriculture se fait désormais sur des espaces non bâtis certes, mais voués ou pas à cette activité. Ainsi, Oura et al. (2017) a abouti au même résultat quand il révèle que la croissance rapide de la ville fait disparaître les espaces agraires dans les villages périphériques sans laisser la possibilité aux populations rurales de poursuivre leurs activités agricoles.

49S’agissant de la gestion foncière, la croissance urbaine de Madingou était lente et maîtrisée à l’époque coloniale, car les textes relatifs au foncier étaient appliqués et permettaient à la ville de croître sans inquiétude. Mais après l’indépendance du Congo en 1960, cette croissance se fait désormais anarchiquement sous la houlette des propriétaires terriens malgré l’existence des textes. Ceci s’explique par l’inapplication de la réglementation foncière traduisant ainsi la mauvaise urbanisation de la ville. Cette observation est aussi faite par Ditengo en 2012 dans la ville de Dolisie. L’auteure rapporte que les propriétaires fonciers agissent dans le désordre et ne possèdent ni titre foncier ni permis d’occuper. Ils se lancent dans la vente des terrains tous azimuts sans tenir compte du plan d’urbanisme qui canalise la politique urbaine. Tous les terrains non bâtis sont vendus y compris les réserves foncières destinées aux infrastructures et équipements publics, tout comme les zones non aedificandi.

Conclusion 

50L’augmentation de la population de Madingou s’est fait régulièrement et de façon constante depuis les indépendances. À l’époque coloniale, elle évoluait lentement (soit 938 habitants en 1951, 2442 en 1952, 3321 en 1953 et à 3686 en 1954) alors que dès 1960, la ville a connu une croissance rapide et accélérée (4200 habitants en 1965, 6300 en 1970, 8716 en 1974, 10 700 en 1980, 10 539 en 1984, 10 505 en 1985, 25 713 en 2007, et 36 453 en 2015). Cette évolution exponentielle de la population de Madingou est due à la forte natalité et aux mouvements migratoires. La croissance urbaine était lente et maîtrisée à l’époque coloniale, car les textes relatifs au foncier étaient appliqués et permettaient à la ville de croître sans inquiétude. Après 1960, elle se fait anarchiquement soutenue par des propriétaires terriens véreux, malgré l’existence des textes réglementaires. Ceci s’explique par l’inapplication de la réglementation foncière traduisant ainsi la mauvaise urbanisation de la ville.

51Les résultats obtenus se caractérisent par une évolution de la superficie bâtie, soit 121 hectares en 1946, 148 hectares en 1959, 329 hectares en 1983 et 929 hectares en 2016. Après l’indépendance, l’extension de la ville se fait de façon exponentielle, grignotant des espaces agricoles. Ce qui a eu pour conséquence une continuité de l’évolution des espaces bâtis. Au regard des opérations de lotissement en cours de 178 hectares au niveau des quartiers périphériques de la ville, l’espace bâti gagnera encore en importance. La croissance démographique a favorisé l’étalement urbain de Madingou. Elle a eu un impact sur les espaces agricoles. Ceci a fait que les habitations grignotent les espaces destinés à la pratique de l’agriculture. L’étalement urbain de Madingou a entrainé la délocalisation des champs. Ceux-ci se situent au-delà de la ville et les agriculteurs sont obligés de parcourir de longues distances pour entreprendre leur activité. L’allongement des distances pose de véritables problèmes de déplacement, du champ au domicile. Ceci fait que les agriculteurs travaillent plus dans les villages environnants.

Haut de page

Bibliographie

Aboudou, R., Joecker et U. Nica (2003). La gestion des espaces agricoles à la périphérie des centres urbains ouest-africains. Le cas de Parakou au Bénin, Programme INCO ECOCITE, LARES & IFEAS, Document de travail n° 21 de l’Institut d’anthropologie et d’études africaines, Mayence, Université Johannes Gutenberg.

Akobi, I. (2003). La marchandisation dans le processus de la transformation des terres agricoles en parcelles d’habitation : le cas de Komi Guéa à la périphérie de Parakou, Rapport de recherche, programme INCO ECOCITE, Parakou, Lares.

Auriole, L. et R. Aboudou (2006). Impact de la croissance urbaine sur la filière agricole de l’Afrique de l’Ouest : cas de l’igname à Parakou (Benin), IFEAS, Lares, document de travail, Ecocité n° 13, www.ecocite.org.

Guy, N. et F-X. Bachabi (2018). « Urbanisation et viabilité de l’activité maraîchère : cas d’une ville à statut particulier au Bénin (Parakou) », URL : https://www.erudit.org/fr/revues/vertigo/2010-v10-n2-vertigo3982/045517ar.pdf

Centre National de la Statistique et des Études économiques (2015) : Résultats Bibliographie 311 provisoires du recensement général de la population et de l’habitation-Congo 2007. Synthèse des résultats, 7 p.

Landa A.W. (2014). Le transport en commun a Brazzaville : organisation de l’espace et effets socio-économiques, thèse de Doctorat unique de Géographie, Université Marien Ngouabi, 331 p.

Direction départementale du Plan, statistique, démographe sociale de La Bouenza, (2017) : Le recensement administratif de la population et de l’habitation de la communauté urbaine de Madingou de 2015 en quelques lignes.

Ditengo C. (2012). Croissance d’une ville du Congo méridionale : cas de la ville de Dolisie, Thèse de doctorat unique, Université Marien NGOUABI, Brazzaville, Congo, 375 p.

Jaglin, S. (1995). Gestion urbaine partagée à Ouagadougou. Pouvoirs et périphéries (1983 – 1991), Paris, éditions Karthala – ORSTOM, 662 p.

Mahoungou, E. (2018). Horticulture intra et périurbaine à Brazzaville, Thèse de doctorat unique, Université Marien NGOUABI, Brazzaville, Congo, 376 p.

Miyalou, D.D. (2018). Impact de la croissance urbaine sur les activités agricoles dans la communauté urbaine de Madingou (Département de la Bouenza, République du Congo), Mémoire pour l’obtention du diplôme de Master, Université Marien NGOUABI, Brazzaville, Congo, 82 p.

Ngoma, P. (2015). Le profil sociodémographie dans le village d’aube-ville dans le district de Madingou (département de la Bouenza, République du Congo), Mémoire de Master, Université Marien NGOUABI, ENS, 96 p.

Oura, K., K.G. Nguessen et K.S. Kra (2017). « L’avancée de la ville et le recul de l’espace agricole dans le périurbain de Daloa (Côte d’Ivoire) », Regardsuds, 2, URL : https://regardsuds.org/1338-2

Vennetier, P. (1980). Évolution des espaces périurbains à Brazzaville (Congo) et Cotonou (Bénin), In : La Périurbanisation dans les pays tropicaux, Talence, CEGET, coll. Espaces Tropicaux n° 31 : 113-158.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Madingou dans le contexte Congolais
Crédits Source : CERGEC 93, modifiée par LANDA, 2014
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/18396/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Titre Figure 2. Les limites de l’aire d’étude
Crédits Source : MIYALOU, 2018
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/18396/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 3 : Répartition du niveau d’instructions des agriculteurs enquêtés
Crédits Source : Enquête de terrain, janvier et mars 2017
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/18396/img-3.png
Fichier image/png, 16k
Titre Figure 4 : Les facteurs d’occupation de l’espace dans la zone d’étude
Crédits Source : Enquête de terrain, janvier et mars 2017
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/18396/img-4.png
Fichier image/png, 13k
Titre Figure 5 : Croissance spatiale de Madingou de 1946 à 2016
Crédits Source : Enquête de terrain, janvier et mars 2017
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/18396/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Titre Figure 6 : Superficies des espaces bâtis en 2016
Crédits Source : Enquête de terrain, janvier et mars 2017
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/18396/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Titre Figure 7 : Répartition des agriculteurs selon la localisation du champ
Crédits Source : Enquête de terrain, janvier et mars 2017
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/18396/img-7.png
Fichier image/png, 10,0k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Luc Mouthou, Francelet Gildas Kimbatsa, Duck Duvais Miyalou et Létiva Craiche GOMA Mbatchi, « Impact de la gestion foncière sur les espaces agricoles périurbaine à Madingou (Sud-Ouest du Congo) », Études caribéennes [En ligne], 45-46 | Avril-Août 2020, mis en ligne le 15 août 2020, consulté le 26 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/18396 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.18396

Haut de page

Auteurs

Jean Luc Mouthou

Maître Assistant-CAMES, Parcours-type Géographie, Faculté des Lettres, Arts et Sciences humaines, Université Marien Ngouabi, Brazzaville, jeanlucmouthou@hotmail.fr

Francelet Gildas Kimbatsa

Chargé des cours, Parcours-type Géographie, Faculté des Lettres, Arts et Sciences humaines, Université Marien Ngouabi, Brazzaville, fkimbatsa@yahoo.com

Duck Duvais Miyalou

Formation doctorale de Géographie, Faculté des Lettres, Arts et Sciences humaines, Université Marien Ngouabi, Brazzaville, miyalouduck@gmail.com

Létiva Craiche GOMA Mbatchi

Parcours-type Géographie, Faculté des Lettres, Arts et Sciences humaines, Université Marien Ngouabi, Brazzaville,

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search