Navigation – Plan du site

AccueilNuméros45-46Problématiques urbainesEspaces publics d’Abidjan à l’épr...

Problématiques urbaines

Espaces publics d’Abidjan à l’épreuve dans l’exercice des activités commerciales informelles

Public spaces of Abidjan to the Test in the Exercise of the Abstract Marketing Activities
Aka Assale Félix et Mamoutou Toure

Résumés

L’étude fait l’état du désordre induit par l’exercice du commerce sur le domaine public du District d’Abidjan. Elle s’appuie sur des articles scientifiques, rapports d’experts et récits. La revue est complétée par l’enquête sur le fonctionnement des activités commerciales, la naissance du désordre spatial et le mode de gestion spatiale auprès des services municipaux et des usagers. Les résultats montrent le prolongement des marchés sur les espaces publics contigus aux marchés, faute de places suffisantes pour accueillir le trop-plein de demande non satisfaite. Ainsi en dépit des efforts des pouvoirs publics, les espaces publics sont occupés.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis la fin des années 1950, le développement urbain est l’un des changements les plus marquants de l’histoire des pays d’Afrique subsaharienne et il est en grande partie imputable à la colonisation. Dès leur accession à l’indépendance, les États africains ont poursuivi la construction urbaine dans la continuité des stratégies coloniales ou à travers des programmes de développement (ONU Habitat, 2012). Les capitales africaines furent les reflets d’un essor économique et d’une planification spatiale réussis (Gnamba-Yao, 2014 : 36). Toute comme dans le reste de l’Afrique, l’aménagement des villes en Côte d’Ivoire, s’est fait à l’image de la politique coloniale qui a érigé successivement en capitale Grand-Bassam, Bingerville puis Abidjan (Gnamba-Yao, 2014 : 36). Situé à 5° N et à 4° O, dans le centre du bassin sédimentaire ivoirien le long de l’océan Atlantique, l’aménagement de la ville d’Abidjan est rendu possible grâce au miracle économique ivoirien entre 1960 et 1970.

2Ainsi, l’essor économique de la Côte d’Ivoire a permis un aménagement moderne de la métropole semblable à celles des villes des pays nantis avec des espaces urbains projetés dans le futur. Cette planification sa configuration très particulière réussie de la ville d’Abidjan explique son appellation de « Perle des lagunes » (Gnamba-Yao, 2014 : 36). Le développement de la ville va entamer une croissance démographique très significative.

3Capitale économique de la Côte d’Ivoire, vitrine des pays d’Afrique subsaharienne, Abidjan polarise la majeure partie des activités économiques de la Côte d’Ivoire (la moitié des activités et les trois quarts des rémunérations). Ainsi, cette forte concentration des activités en son sein va favoriser une forte migration androgène et exogène, entraînant ainsi une croissance quasi vertigineuse de sa population. Alors, partie de petits villages d’une centaine d’habitants en 1900, Abidjan est devenue l’une des plus grosses agglomérations d’Afrique noire avec une population qui est passée de 1 929 080 habitants en 1988 à 3 796 677 habitants, soit un triplement en dix ans de l’effectif de la population (RGPH, 1998). Cette population qui était estimée à près de 6 351 086 habitants en 2011, soit 20 % de la population totale de la Côte d’Ivoire (INS, 2011), elle est actuellement à plus de 6 707 000 habitants (RGPH, 2014).

4Avec une économie de base fragile dominée par l’agriculture et les industries extractives, la Côte d’Ivoire, à l’image de la plupart des pays africains, va connaître de séries de crise économique depuis les années 1980 (Yaya et al., 2017 : 249). Ces crises vont mettre en difficulté la poursuite du projet d’urbanisation d’Abidjan. Les conséquences de ces crises sont nombreuses et perceptibles. Il s’agit entre autres l’extrême paupérisation des populations avec moins d’un dollar par jour, la raréfaction de l’emploi, l’élévation du taux de chômage, la délinquance, le vol (etc.). Comme alternative de la paupérisation croissante des populations urbaines, l’initiative privée et l’entrepreneuriat sont encouragés par les décideurs politiques. À travers cette politique d’incitation, plusieurs activités commerciales et métiers informels se sont développés sur des espaces publics. Une crise spatiale publique est alors installée dans le paysage urbain.

5Alors que des efforts ont été fourmis par les collectivités pour une organisation des espaces urbains selon les normes urbanistiques, une autre forme d’appropriation, orchestrée par un système commercial informel, reconfigure ces mêmes espaces urbains. Il n’en demeure pas le moins de voir les servitudes publiques dont les bienfaits sont reconnus au triple plan social, économique et touristique, se dégrader, se transformer en de véritables marchés à ciel ouvert dans des situations plus complexes. De ce fait, les fonctions primaires de ces espaces d’intérêt public disparaissent du paysage urbain dans un contexte abidjanais dominé par l’informélisation des activités commerciales dont l’exercice se pratique sur domaine public (Nassa, 2009 : 73).

6Cette réalité a fait naître une juxtaposition de fonctions urbaines et d’organisation des systèmes formels et informels dans un contexte d’une très forte pression démographique sur les infrastructures socioéconomiques abidjanaises (Étongué et Soumahoro, 2014 : 1).

7La majorité des études sur la question d’aménagement de la ville d’Abidjan s’intéresse davantage aux problèmes de logements et du réseau viaire et de la salubrité qu’aux questions de structures commerciales où des efforts ont été entrepris par les collectivités locales, tant l’idée d’une meilleure couverture infrastructurelle commerciale en ville demeure fortement ancrée dans les esprits. Il est vrai que des efforts ont été faits pour satisfaire les besoins des acteurs commerciaux à travers la construction plusieurs édifices commerciaux dans les différentes communes du district d’Abidjan. Cependant, depuis quelques années, les voiries, à l’échelle d’une autoroute, d’un boulevard, d’une avenue et rue sont les espaces de prédilection du commerce (G. Téré et al., 2016 : 185). Selon l’association écologique Ong Bon Air qui appelle l’État à protéger ces espaces, la quasi-totalité des espaces publics est touchée par le phénomène de dégradation voire de disparition. Les espaces publics d’Abidjan seraient-ils en train de perdre insidieusement leurs fonctions ? Il est pour le moment difficile de répondre à cette question, faute d’études documentées sur la question. Certes, la « rue-marché d’Abidjan » a été l’objet d’état des lieux par plusieurs études dans le cadre des programmes de déguerpissements suivis de réhabilitation (MSEDD, 2017). Aujourd’hui, le District d’Abidjan a engagé une politique de déguerpissement pour lutter le désordre et l’occupation anarchique des espaces publics. Mais on ne dispose pas encore d’un état des lieux précis de la situation. C’est la réponse à ces problématiques qu’aspire cette étude.

1. Méthodes

8La réponse aux problèmes soulevés par l’étude a suscité une recherche documentaire et une enquête de terrain. Comme résultats, la revue sur la question du désordre sur les espaces publics montre une occupation anarchique quotidienne des servitudes publiques de la ville d’Abidjan par les acteurs commerciaux dans l’exercice de leurs activités commerciales informelles.

9Cette étude concerne la ville d’Abidjan bâtie sur une assiette foncière d’une superficie actuelle de 2119 Km² qui se subdivise en 10 communes ; à savoir Abobo, Adjamé, Attécoubé, Cocody, Koumassi, Marcory, Plateau, Port-Bouët, Treichville, Yopougon (cf. figure 1).

Figure 1. Abidjan : les dix communes urbaines

Figure 1. Abidjan : les dix communes urbaines

10Elle porte singulièrement sur les servitudes publiques gérées officiellement par les services étatiques et les partenaires privés qui les accompagnent dans l’aménagement urbain. Ainsi, à l’échelle de la ville, une étude exhaustive des activités commerciales informelle sur les rues populaires et contiguës aux édifices commerciaux de trois communes notamment Adjamé, Yopougon et Treichville a été effective.

11Ainsi, à Adjamé les voies opposées à celle de la SOTRA (Société de Transport Abidjanais) du boulevard Nagui Abrogoua et la voie des 220 logements. Les voies comprises entre la gare Nord et l’Institut National d’Hygiène Publique et celle du Mirador aux 220 logements d’Adjamé ont orientés les recherches (cf. figure 2).

Figure 2. Espaces concernés par l’étude dans la commune d’Adjamé

Figure 2. Espaces concernés par l’étude dans la commune d’Adjamé

12Aussi, à Yopougon, les rues allant du carrefour Sable au carrefour du CHU passant par la pharmacie Siporex, du Carrefour de l’église Saint André passant par le marché de la SICOGI et celle du carrefour Keneya au carrefour Sable passant par la pharmacie Bel-air ont été les espaces d’étude (cf. figure 3).

Figure 3. Espace d’étude dans la commune de Yopougon

Figure 3. Espace d’étude dans la commune de Yopougon

13Enfin, à Treichville, les rues de l’Avenue 12, de la gare de Bassam et celle contiguë au marché de Belle-vie ont été ciblées (cf. Carte 4).

14Le choix de ces espaces tient à plusieurs considérations. Peuplés de petits commerces, des façades des magasins installés sur les trottoirs des boulevards, des avenues, des rues et des ruelles, ces tronçons sont ceux qui se prêtent aux déplacements des automobilistes et de la clientèle. L’inventaire des activités a permis de mettre en évidence la distribution spatiale des commerces informels à travers une analyse multicritère. Les critères de taille, d’organisation et de localisation de l’activité ont permis d’identifier 4537 installations dans la commune d’Adjamé, 2360 installations dans la commune de Yopougon et 1615 installations dans la commune de Treichville qui constituent respectivement la population de base de l’enquête sur le terrain.

15Le tirage de 10 % des installations s’est fait à travers les différentes branches d’activités identifiées et constitue l’échantillon. Ainsi, 453 acteurs à Adjamé, 236 acteurs à Yopougon et 161 acteurs à Treichville ont-ils été interrogés. L’entretien semi-directif avec les commerçants sélectionnés et les chefs de la régie et du service domanial a permis d’analyser l’organisation des activités et les conséquences de leur installation sur le fonctionnement des voiries et la structuration de l’espace.

16Les activités retenues sont les suivantes : le commerce de magasin : 59 % ; les services : 21 % ; le petit commerce informel : 25 % ; le commerce d’accessoires de bâtiment et travaux publics : 3 %. Les propriétaires de ces commerces sont repartis entre 510 femmes pour 340 hommes dont 595 ont un âge inférieur à 30 ans, 200 personnes dont l’âge est compris entre 30 et 40 ans et 50 personnes avec un âge compris entre 40 et 45 ans et 5 personnes avec l’âge supérieur à 50 ans, constituent ainsi la base de cet échantillon. Cette étude a été faite sur 6 mois entre novembre 2018 et avril 2019. Le croisement du nombre de contribuables qui animent l’espace économique urbain, c’est-à-dire non seulement comme une somme d’acteurs ou de services, mais également leur répartition spécifique dans l’espace de la ville et les conditions d’accès à l’espace d’activité est nécessaire. Cette approche permettra de connaître une distribution des petits commerces dans la ville, notamment les acteurs publics et privés de même que l’accès à des lieux préférentiels. À terme, ce travail permettra en plus de l’identification de la politique d’édification des marchés abidjanais dans la ville naissante, de croiser le niveau d’accessibilité des marchés en thème de capacité d’accueil et les causes de l’établissement des petits commerces dans les rues et sur les trottoirs des chaussées.

2. Résultats

2.1. Politique d’édification des marchés abidjanais dans la ville naissante.

17Depuis l’émergence de la ville d’Abidjan, au début du xxe siècle, alors qu’elle n’était qu’un gros village constitué d’un noyau administratif et commercial géré par la colonie française, la dynamique spatiale urbaine suivait le plan d’urbanisme directeur. Actuellement, ville macrocéphale, Abidjan s’illustre par son centre-ville construit à l’image des villes américaines. Cette ville s’est transformée radicalement en rénovant son paysage et en étoffant ses infrastructures équipements et surtout les édifices commerciaux. Cette politique de développement des infrastructures a valu sa position de plateforme commerciale de la Côte d’Ivoire avec d’innombrables infrastructures commerciales à l’image des pays développés. Ainsi, Abidjan est-elle devenue le centre névralgique du commerce et de négoce de l’Afrique occidentale, le siège des banques, des grosses entreprises nationales et multinationales.

18La loi n° 62-253 du 31 juillet 1962 relative aux plans d’urbanisme a renforcé les règlements d’aménagement et les textes applicables à l’aménagement foncier, dans les zones urbaines. Elle définit le mode d’utilisations générales et spécifiques des sols, de la distribution des routes, des voies principales et secondaires urbaines, des zones principales d’intérêt général et espaces ouverts, des fonctions dédiées au service public et espaces ouverts. Elle définit également les clauses de la construction immobilière d’utilité publique, de la création et du développement de quartiers résidentiels, des établissements dangereux et inondables. Par ailleurs, définit-elle les espaces récréatifs, de circulation de travail et d’habitation selon Le Corbusier de la Charte d’Athènes de 1943. Cette politique d’aménagement spatial est révélée indispensable pour le respect des quatre fonctions vitales au bon fonctionnement d’une ville.

19Pour faire d’Abidjan une plateforme commerciale, vitrine économique de la Côte d’Ivoire, un grand intérêt a été accordé à la réalisation infrastructurelle suscitée par une synergie d’action des décideurs politiques dans la fourniture infrastructurelle commerciale organisés autour des différents plans d’urbanisme directeurs et de détail (Yaba, 2007 : 2). Il s’agit notamment le plan Badani (l948-1956), le plan de la Société d’Étude technique d’Aménagements planifiés (SETAP, 1960), le plan d’Étude Socio-Economique de la zone urbaine d’Abidjan (SEMA, 1962-1967) et l’actuel plan d’Actualisation du schéma directeur d’Abidjan (ASDA, 1994). Cette politique d’aménagement a permis l’identification de multiples besoins infrastructurels des communes afin de déterminer au mieux de solutions des plus appropriées pour leur développement. Elle a permis la formalisation, la configuration, la redynamisation et la transformation de l’espace d’Abidjan.

20Dans les espaces communaux de Cocody, du Plateau, de Yopougon, de Tréichville et d’Adjamé, la politique de développement infrastructurel a permis la mise en place d’une armature d’équipements commerciaux modernes de type urbain pour son développement. Ces équipements sont divers, multiformes et admettent une distribution spatiale très particulière. La politique de spatialisation des infrastructures socio-économiques dans ces communes du district d’Abidjan obéit à une modélisation conceptuelle relative à la distribution dans l’espace. Ces infrastructures commerciales sont nées dans les noyaux centraux urbains et à la périphérie des grandes artères (Téré et al., 2016 : 179). Le développement des infrastructures a eu une gloire à partir de la communalisation.

2.2. Développement des infrastructures commerciales à Abidjan

21L’essor véritable des infrastructures commerciales d’Abidjan a été concrétisé à partir de 1970, date à laquelle la Côte d’Ivoire a connu ce que le monde entier a appelé le « miracle ivoirien ». Le développement du pays s’est accéléré, en particulier dans la ville d’Abidjan. L’espace abidjanais s’est accru rapidement pour représenter 70 % de l’espace urbain total, avec la création de nouveaux quartiers (Ymba et Anoh, 2015 : 106). La loi de 1980 relative à l’organisation municipale qui a donné le droit à chaque municipalité, la responsabilité de la mise en œuvre de sa politique de développement économique, social et culturel a boosté le développement des équipements commerciaux amorcé en 1970.

22Le développement des lieux de commerce a mobilisé des énergies considérables et a suscité un grand intérêt auprès des élus locaux. Cet intérêt manifeste part de l’utilité des équipements commerciaux dans la vie économique des villes africaines (POYAU, 2005 : 123). Dès lors, les élus locaux se sont lancés dans la recherche de financements pour leur développement infrastructurel commercial. C’est au prix d’une vaste campagne d’appels d’offres des initiatives privées que les infrastructures socioéconomiques se sont mises en place. Ainsi la politique de développement infrastructurel était-elle basée sur la signature des contrats de baux entre les collectivités et les entreprises immobilières privées composées de sociétés anonymes ou personnelles, d’associations de commerçants, entre autres, pour la construction des espaces marchands, éducatifs, sanitaires et sociaux.

23C’est alors que les communes comme Plateau, Cocody, Treichville, Abobo, Marcory et Adjamé se sont-elles engagées dans le système de contrat BOT (Build Operate Transfert), une forme de financement importée des États-Unis pour le développement de leurs respectives communes. Ainsi, le principe de base du système de contrat BOT consiste sous l’initiative d’un État ou d’une collectivité à confier la conception, le financement et construction d’une infrastructure à un opérateur en vue de son exploitation pendant une durée déterminée pour l’amortissement du capital investi. Cette politique contractuelle a permis au district d’Abidjan de réaliser sa politique infrastructurelle.

24Comme résultats de ces initiatives contractuelles entre les municipalités et les acteurs privés, quelques infrastructures commerciales issues du système BOT sont le forum des marchés d’Adjamé en 2002 (cf. Photographie 1), la marché de la rue 12 de Treichville en 2003, le marché Dabanini d’Adjamé en 2010, le complexe Gouro en 2012, de l’hypermarché de yopougon en 2018, le marché N’gouan Aka de Cocody en 2018 (cf. Photographie 2).

Photographie 1. Le forum des marchés d’Adjamé, une infrastructure commerciale issue de contrat BOT

Photographie 1. Le forum des marchés d’Adjamé, une infrastructure commerciale issue de contrat BOT

Source : Cliché d’AKA Assalé Félix, 2018

Photographie 2. Un hypermarché de yopougon issue de contrat BOT

Photographie 2. Un hypermarché de yopougon issue de contrat BOT

Source : Cliché d’AKA Assalé Félix, 2018

25Ainsi, dans chaque quartier des communes du district sont parsemés de marchés satellites et de boutiques qui ravitaillent les ménages éloignés des marchés centraux.

26Ces marchés regroupent toutes les activités banales jusqu’aux plus rares avec différentes variétés de produits (cf. Photographie 3).

Photographie 3. Mode d’occupation au sein forum des marchés d’Adjamé

Photographie 3. Mode d’occupation au sein forum des marchés d’Adjamé

Source : Cliché d’AKA Assalé Félix, 2018

27Ce qui frappe, c’est l’ampleur et l’animation du marché, car il s’étend de façon tentaculaire dans toutes les rues adjacentes. Le grand marché est fréquenté pour sa large palette de produits et services, ainsi que pour ses prix moins élevés et la possibilité d’acheter en gros. Le centre du marché est occupé par un vaste bâtiment à étage et le pourtour par des étals couverts (Poyau, 2005 : 113). En dépit d’une existence politique de développement des infrastructures commerciales, on note une pression démographique et foncière sur celles-ci.

2.3. Infrastructures commerciales à l’épreuve de la pression démographique et foncière

28La planification des tissus urbains selon les normes d’urbanisme est sous le contrôle de l’État qui est en monopole foncier, créateur spatial et principal aménageur de l’espace urbain. Avec cette position, l’État ivoirien conçoit, oriente et contrôle l’ensemble de la politique urbaine. De ce fait, l’exécution des projets immobiliers, même si elle est réalisée par des entreprises parapubliques ou privées, sous appel d’offres, son contrôle est assuré par l’Etat à travers le ministère de l’Urbanisation et de Construction de l’Habitat. Ce contrôle permet ainsi l’État de tenir compte des besoins fonciers pour l’édification infrastructurelle publique. Ce contrôle de l’État centralisateur et interventionniste, avec le suivi rigoureux et le respect scrupuleux des cahiers de charge des dossiers d’appel d’offres public, dans la période de 1960 à 1970, a permis aux décideurs urbains de réussir un pari : celui de l’élaboration d’un projet d’urbain abidjanais ambitieux aux normes élevées similaires aux villes européennes, avec un aménagement foncier viable des centres-ville des communes de Plateaux, Treichville et de Cocody, planifié à l’équerre et au compas pour l’accueil équipementier commercial urbain. Ces centres urbains, des souches urbaines devenues d'anciens noyaux centraux des différentes communes, portent la marque de cette planification réussie.

Graphique 1. Évolution de la population abidjanaise de 1930 à 2014

Graphique 1. Évolution de la population abidjanaise de 1930 à 2014

Source : compilation de résultats, INS, 1965, RGPH, 1975, 1978, 1998, 2014

29Cependant, depuis les années 1980, l’étude de la dynamique spatiale d’Abidjan met en évidence l’extension spatiale rapide liée à la célérité dans la production d’habitat conséquence de la rapide création des quartiers périphériques sur l’impulsion d’une très forte demande de logements formulée par une population sans cesse croissante. Si l’on se base sur les dernières estimations du taux d’urbanisation de 57 % en 2014, l’appréhension de la dynamique spatiale abidjanaise demande l’étude de certaines variables comme la croissance rapide de l’effectif démographique, la production de masse immobilière, la naissance de quartiers périphériques, la raréfaction et la spéculation foncière.

30Dès lors, un accent particulier est mis sur la construction de l’habitat. Ainsi, des efforts ont-ils été faits par l’État en construisant 6000 logements chaque année depuis 2010 à Abidjan avec l’aide de partenaires parapublics et privés selon le ministère de l’Urbanisation et de la Construction de l’Habitat. Cette politique de promotion immobilière n’est pas sans conséquence sur l’assiette foncière d’Abidjan. Elle a modifié la carte foncière, engendrant ainsi une extension rapide de son espace et la prolifération des quartiers périphériques.

31Comme bilan, plusieurs quartiers périphériques, sur l’impulsion des sociétés immobilières, naissent chaque année sous différents vocables : Salem, Bolly, ADO, Km17, Km35 à Yopougon, Nouveau CHU, Star, Sir, nouveau camp, BECEAO, Impôts à Cocody, Kobakro, Stade olympique, Concorde à Abobo, Aéroport, à Port-Bouët, etc. La célérité dans la naissance de ces quartiers a engendré une extension non contrôlée sans précédente de la ville d’Abidjan (cf. figure 4).

Figure 4. L’évolution spatiale d’Abidjan de 1932 à 2006

Figure 4. L’évolution spatiale d’Abidjan de 1932 à 2006

32Ainsi, au moment où sa population double, l’assiette foncière décuple. La politique immobilière a certes permis à plusieurs ménages d’avoir un logis, cependant l’accent n’a pas été porté sur les réserves foncières utiles aux futures édifications infrastructurelles commerciales au point que la plupart de ces nouveaux quartiers sont déficitaires en édifices commerciaux. Actuellement, les servitudes publiques sont devenues des lieux du commerce informel sous le regard impuissant de l’État dans sa mission régalienne de contrôleur du fait de son laxisme exacerbé lors de la constructions des lotissements fonciers urbains dans un contexte de crise politico-économique, vers la fin de 1993.

2. Espaces publics à l’épreuve, dans un contexte de manque d’infrastructures commerciales

33Si la spécificité des villes est d’être multifonctionnelle, l’appréhension ou la lisibilité de leur fonctionnement transparaît à travers la trame urbaine. La voirie est l’artère assurant la segmentation de la ville et la circulation des personnes et des biens. Lieu d’expression de la vitalité urbaine, la rue est l’articulation de la ville. La rue est inscrite dans la complexité urbaine, elle assure l’extension urbaine et est l’essentielle dans opérations de lotissement urbain. Elle fixe l’implantation de l’habitat et canalise la construction. Ainsi, les mailles formées par les rues constituent la surface à bâtir.

34La classification de la voirie en Côte d’Ivoire est fixée par le décret n° 84-851 du 4 juillet 1984 portant déclaration des voiries, des réseaux divers d’intérêt national et d’urbain dans les limites de la ville. Ce décret permet de classer en trois catégories la voirie urbaine à savoir : les voiries d’intérêt national, urbain et communal. Le district d’Abidjan, il est traversé par ces trois catégories d’infrastructures routières. Ces rues canalisent toutes les formes de résidences et activités urbaines et assurent la desserte d’Abidjan.

35Dans le cadre de planification et de distribution des infrastructures socio-économiques, le réseau viaire occupe une place importante. Il assure la mobilité urbaine, les échanges commerciaux et la circulation, bref la vie urbaine sous toutes ses formes de trafic et du transport. De ce fait, toutes les infrastructures et activités commerciales sur l’espace abidjanais s’organisent autour des voiries. Cette organisation des équipements économiques répond au besoin d’accessibilité des équipements commerciaux, la fluidité des flux commerciaux, la mobilité des hommes et de leurs biens.

36L’étude de la politique de conception des infrastructures commerciales sur l’espace abidjanais a certes montré une édification des infrastructures en bordure des artères populaires, mais aussi dans les anciens noyaux centraux urbains. Cette politique de planification infrastructurelle constitue une problématique à la fonction circulatoire urbaine causée par l’occupation des voiries par effet de débordement des marchés environnants. Le cas de la commune d’Adjamé dont les infrastructures commerciales conçues pour une population permanente de 300 000 habitants reçoivent environ deux à trois millions de personnes quotidiennement dans le cadre de l’exercice de leurs activités est un illustratif (Nassa, 2011 : 3). Dans ce cas, la pression démographique sur les équipements commerciaux s’installe. Cette inadéquation entre offre et demande fait naître l’occupation des rues contiguës par effet de transvasement du trop-plein des commerçants sans place au sein des équipements commerciaux.

37Dans certaines communes comme Plateau, Adjamé, Cocody où quelques infrastructures commerciales existent, les dépôts de garantie ou la caution des places commerciales sont exorbitants, allant de 50 000 à 200 000 pour les box et 2 000 000 à 6 000 000 FCFA pour les magasins. Ce coût élevé conduit certains commerçants dans la rue pour la vente de leurs articles. Ces activités sur les rues ont engendré des bouleversements au niveau de la pratique commerciale, de la production et de l’appropriation de l’espace par des acteurs intervenant dans le commerce (Nassa, 2011 : 1).

38Elles sont nées de la quête perpétuelle humaine exacerbée d’un bien-être social. Même si cette pratique commerciale est une imaginative ingénieuse, la preuve d’une innovation et de créativité remarquable, quoiqu’elle permette d’améliorer les conditions de vie des populations commerçantes, elle occupe exponentiellement les voiries urbaines, transformant ainsi les chaussées, les trottoirs, les carrefours et les échangeurs illégalement en de véritables marchés de rue. Ces activités de rue acquièrent quotidiennement de nouvelles fonctions à travers une mutation totale. Ainsi, d’un espace de circulation, elle devient un espace de travail.

39À Abidjan, les cas d’occupation des abords des voiries par des infrastructures économiques, à l’échelle d’une autoroute, d’un boulevard, d’une avenue, d’une rue ou d’un échangeur sont récurrents. L’occupation des périphéries de ces servitudes est multiforme et diffère d’une commune à une autre. Ainsi, au cœur des quartiers, des principaux édifices économiques et sociaux s’organisent à la lisière des artères les plus essentielles débordant les limites prescrites par les normes du plan d’aménagement.

40Dans les communes comme Abobo, Adjamé, Attécoubé, Koumassi, Port-Bouët et Yopougon, les servitudes publiques sont occupées par les commerçants avec des étals et des containers de fortune. Cependant dans les communes de Cocody, Marcory, Plateau et Treichville les façades des infrastructures commerciales jalonnant le long des autoroutes débordent les limites prescrites. Ces débordements surviennent lors des modifications et des rénovations infrastructures sans cette fois avec l’approbation des organes régulateurs. Et pourtant, la loi n° 2012-1228 du 13 décembre 2012 portant organisation des collectivités, en son article 20 et son alinéa 13, interdit l’occupation précaire, temporaire d’un domaine public de la collectivité territoriale.

41Aussi, le décret n° 64-212 du 26 mai 1964 portant réglementation de l’usage des voies ouvertes à la circulation publique stipule que toute occupation des voies, qu’elles soient publiques ou privées à partir du moment où elles sont ouvertes à la circulation, doit faire l’objet d’une autorisation de l’administration, délivrée à titre précaire et révocable et moyennant le paiement d’une redevance d’usage.

42Par ailleurs, le principe d’urbanisme d’établissement d’une infrastructure proche des grandes artères respecte certaines normes urbanistiques. Naturellement, entre une autoroute et des infrastructures commerciales, une distance de 100 mètres doit être respectée. De même, un boulevard ou une avenue doit être équidistant des infrastructures commerciales de 50 mètres. Par ailleurs, des rues doivent être situées à 30 mètres et des ruelles de 10 mètres des édifices (Bnetd, 1996 : 102).

43Dans le cas d’une voie communale surplombée par une ligne électrique, la distance de l’implantation des édifices doit respecter un recul de 300 par rapport à l’alignement. Dans le cas d’une voie communale non surplombée par une ligne électrique, la distance de l’implantation des édifices doit respecter un recul de 100 mètres. En dépit de l’existence de ces textes réglementaires, l’implantation des édifices en bordure des artères dans l’espace urbain d’Abidjan, ces règles d’aménagements ne sont pas respectées. Des clôtures des établissements économiques partagent des trottoirs des boulevards avec les usagers routiers. L’occupation des abords de ce boulevard, comme des espaces-supports des équipements commerciaux, crée des désordres indescriptibles loin des normes du plan d’urbanisme de détail.

2.1. Similitudes et contrastes dans l’occupation anarchique des espaces publics d’Abidjan

44La caractéristique particulière aux villes est le perpétuel dynamisme spatial. Ces villes présentent certes de paysages aux nombreux attributs similaires, mais aussi des contrastes. Dans les communes du district d’Abidjan, le caractère commun se présente au niveau du mode d’occupation du sol (MOS), tandis que les contrastes se situent au niveau de la densité dans l’occupation spatiale.

45À travers le District d’Abidjan, l’analogie paysagère dans le mode d’occupation du sol est plus observable dans la trame urbaine et encore mieux aux périphéries des artères. Véritablement, l’occupation des proximités de la voirie par des équipements économiques présente une modélisation apparente sur le plan structurelle ou dans la disposition des infrastructures. Par conséquent, les équipements économiques et sociaux s’alignent le long des principales artères et populaires. Ainsi, dans toutes les communes du district, ces aménagements infrastructurels aux alentours des voies de desserte, à l’échelle des boulevards, des avenues, des ruelles, des passerelles, ont une emprise sur les trottoirs.

46À l’analyse du Mode d’Occupation des Sols (MOS) des espaces publics dans ces communes, il ressort que 60,3 % de la superficie totale des trottoirs des rues contiguës aux infrastructures commerciales est utilisé par les activités économiques informelles. Aussi, 30 % des espaces restants sont occupés par les véhicules de la clientèle à défaut de parking de stationnement au sein de ces infrastructures. Ainsi, le cumul montre que plus de 90 % de ces trottoirs sont occupés. En dehors de ces similitudes, l’occupation des abords des infrastructures routières urbaines est contrastée, complexe et diffère d’une commune à une autre au niveau du mode d’occupations des périphéries des artères urbaines, de la densification dans la distribution des espaces-supports de commerce à travers les communes.

47Dans la commune de Cocody, les activités économiques utilisent les abords du boulevard Latrille, la rue des jardins du Vallon, comme support d’exercice. L’usage des trottoirs de ces rues est à la phase embryonnaire et zonale par endroit. C’est l’exemple du marché de la coopérative COCOVICO qui occupe une grande superficie et des voiries avoisinantes. Au sein de Treichville, l’occupation des périmètres des artères s’apparente à celle du paysage d’Adjamé, mais avec une densité relativement faible. De nombreuses rues ont leurs périphéries aménagées pour l’implantation des bureaux, magasins, commerces, hôpitaux, cliniques. Cette similitude dans le mode d’occupation spatiale entre l’espace de Treichville et celui d’Adjamé provient de leur histoire commune qui est une vicissitude coloniale.

48L’aménagement spatial des activités dans la commune d’Adjamé présente un aspect particulier. La spécificité est que les édifices commerciaux occupent les périphéries des principales rues. Le boulevard Nangui Abrogoua, voie principale de la commune et de desserte de la commune du Plateau, est l’espace-support de l’essentiel des équipements commerciaux et services de la commune (dispensaire, centre social, lieux de culte, mairie, etc.).

49Aussi, les voies secondaires, les échangeurs et les passerelles et carrefours sont-ils occupés par les commerces (Photos n° 4 et 5). Selon la DIE (Direction des Infrastructures et l’Équipement) et la SDRA (Sous-direction des Routes et de l’Assainissement), sur les 120 kilomètres de voirie, dont 84 kilomètres revêtus que dispose la commune d’Adjamé, les périphéries de 110 kilomètres sont occupées par les infrastructures et les activités commerciales formelles et informelles (MCLAU et JICA, 2014 : 756).

Photographie4. Occupation anarchique du trottoir de la rue contigüe au marché de SICOGI de Yopougon

Photographie4. Occupation anarchique du trottoir de la rue contigüe au marché de SICOGI de Yopougon

Source :

Photographie5. Occupation anarchique du rond-point du carrefour liberté d’Adjamé

Photographie5. Occupation anarchique du rond-point du carrefour liberté d’Adjamé

Source :

50La particularité et la densification dans l’occupation des affluents des artères à Adjamé par rapport aux autres communes du District font d’elle le cas d’école et de référence d’étude du désordre urbain dans la sous-région ouest-africaine. Dans cette commune, certains trottoirs contigus aux infrastructures socioéconomiques sont privatisés et réservés au stationnement quotidien des véhicules. Ce phénomène est né de la volonté politique et du laxisme des collectivités locales qui prélèvent des taxes auprès de ces occupants illégaux.

51La cause principale du développement du désordre urbain abidjanais est la question de la mobilité la distance entre les lieux de travail et les lieux de résidence. Cette situation entraîne la prolifération des points de vente et l’émergence d’un secteur non structuré qui échappe aux décideurs. À celle-ci, s’ajoute la prolifération des parkings et gares informels facteur de stationnement sur les accotements, d’encombrement embouteillages. Ces formes d’occupation impactent considérablement les espaces publics d’Abidjan.

2.2. Solution à l’occupation anarchique des espaces publics abidjanais, un bilan mitigé

52L’État gère le patrimoine foncier public à travers ses démembrements, le District d’Abidjan et la municipalité d’Adjamé. Comme dans toutes les autres communes, le District s’occupe entièrement de la gestion et de l’entretien de la voirie en régie directe. Cinq tendances se présentent dans la recherche de solution à la problématique de l’occupation du domaine public : l’application des textes réglementaires, les opérations de déguerpissement, la gestion concertée, la gestion intégrée et la gestion psychologique. Ainsi, les textes réglementaires constituent l’ensemble des règles et des lois relatives à la gestion du domaine public. Le respect de ces textes est le gage d’un espace de qualité (Pesavento, 2004 : 12).

53L’application de ces textes exige la répression qui se présente sous forme de déguerpissement. Quant à la gestion concertée, elle est l’ensemble des négociations et des compromis entre les gestionnaires et les occupants pour la réussite de l’ordre spatial. Pour la gestion intégrée, elle est la prise en compte des activités informelles du fait de rôle important dans l’économie et dans la création d’emploi dans l’aménagement des villes africaines (BIT, 1998 ; Union des Maires Africains, 2004). Quant aux adeptes de la gestion psychologique, toute solution de la crise de l’espace doit intégrer la dimension psychologique et sociologique (Koby, 2008 : 4 ; Steck, 2006 : 76). En dépit de l’existence de ces alternatives, seuls les textes administratifs et les opérations de déguerpissement sont utilisés dans la gestion spatiale.

54L’exécution des textes administratifs et des opérations de déguerpissement sont complémentaires dans la gestion spatiale. En matière de gestion administrative de l’espace, plusieurs textes, notamment : la loi n° 2012-1128 du 13 décembre 2012 portant organisation des collectivités territoriales, la loi n° 62-253 du 31 juillet 1962 relative aux plans d’urbanisme, la loi n° 65-248 du 4 août 1985, le décret n° 92-398 du 1er juillet 1992 et l’arrêté n° 1596 du 1er octobre 1983 relative au contrôle de la conformité d’exécution, la loi n° 62-253 du 31 juillet 1962 fixant le cadre normatif de l’aménagement et du développement de l’agglomération, ont été élaborés en Côte d’Ivoire.

55Ainsi, la loi n° 62-253 du 31 juillet 1962 relative aux plans d’urbanisme définit les plans locaux d’urbanisme et des textes des règlements d’aménagement applicables dans leur zone d’urbanisme. Elle définit également le mode d’utilisations générales et spécifiques des sols, de la distribution des routes, des voies principales et secondaires urbaines, des zones principales d’intérêt général et espaces ouverts, des fonctions dédiées aux services publics et espaces ouverts. Elle donne par ailleurs les clauses de la construction immobilière d’utilité publique, de la création et du développement de quartiers résidentiels et des établissements dangereux, insalubres et incommodes.

56Aussi, la loi n° 65-248 du 4 août 1985, décret n° 92-398 du 1er juillet 1992, arrêté n° 1596 du 1er octobre 1983), donne droit de contrôle au Ministère de la Construction et de l’Urbanisme après l’achèvement des travaux d’un édifice bâti. Ce document délivré par l’administration et attestant la conformité aux cahiers de charge du permis de construire et aux règles d’urbanisme. Par ailleurs, la loi n° 62-253 du 31 juillet 1962 fixe le cadre normatif de l’aménagement et du développement de l’agglomération. Il vise à la prévision et la réglementation de l’occupation de l’espace. Les distorsions observées dans le paysage urbain d’Abidjan sont dues au non-respect de ces règlements. En principe la non-conformité aux textes donne obligation de destruction des installations.

57La loi n° 2012-1128 du 13 décembre 2012 portant organisation des collectivités territoriales en son article 196, stipule que la municipalité est chargée de l’exécution des règlements de police municipale pris par le Conseil Municipal dans la limite de ses compétences. L’application de ces textes a fait l’objet de nombreuses, régulières répressions et destructions systématiques des installations anarchiques dans les communes par les autorités publiques (Christian et al., 2014 : 12). Elle est la garante de la salubrité, la tranquillité et la moralité publiques. Aussi, tout ce qui intéresse la sûreté et la commodité du passage dans les rues, quais, places et voies publiques, l’enlèvement des encombrements puisque ces lois obligent les riverains et occupants économiques des immeubles d’entretenir les périphéries jusqu’au caniveau, des voies urbaines non pourvues de trottoir jusqu’à 2 mètres de la façade, sur toute la longueur des façades, que l’immeuble soit ou non bâti. Par ailleurs, ils doivent nettoyer et curer les caniveaux pour les descentes d’eaux pluviales, mais également les tuyaux d’évacuation placés sous trottoir et ceci jusqu’aux caniveaux.

58Selon la Direction de gestion du patrimoine public (2018), les principaux ennemis des espaces publics dans le District d’Abidjan, sont les acteurs commerciaux dans l’exercice des activités informelles. En effet, le District ne dispose pas suffisamment d’infrastructures commerciales d’accueil du trop-plein de commerçants provenant de diverses origines, en dépit des efforts des mairies dans les réalisations faites lors des politiques de développement infrastructurel socioéconomique.

59Les difficultés liées au maintien de l’ordre sur les espaces publics d’Abidjan sont surtout dues selon la direction de gestion du patrimoine public du district au manque de moyen financier et à l’absence d’un code de bonne conduite. Le budget alloué à l’entretien et à la gestion du patrimoine public est insuffisant et presque inexistant. Quant au manque de code de bonnes conduites, et le laxisme dans l’application des lois existantes, ils accentuent l’incivisme des populations. Le manque de la culture d’entretien dans le quotidien des Ivoiriens, selon la direction de gestion du patrimoine public (2018), caractérise le désordre dans les espaces urbains. C’est pour ainsi que certains acteurs commerciaux n’hésitent pas à en faire leurs lieux d’activités en dépit des interdictions. Le manque de comportement républicain est si préjudiciable, qu’il annihile les efforts de gestion spatiale.

60En somme, le bilan dans la gestion du patrimoine public du District d’Abidjan par les règles administratives et les opérations de déguerpissement est mitigé. En dépit de l’existence des règles de gestion des espaces publics, le désordre semble se renforcer dans les communes avec le développement de nouvelles formes d’occupation des espaces. Les causes de ce bilan mitigé sont endogènes. À l’analyse de ces causes, il ressort un laxisme des gestionnaires dans l’application des lois et de la réglementation d’occupation spatiale. Ainsi, certains agents de gestion spatiale font l’objet d’accusation dans l’exercice de leur fonction.

61Les compromissions rendent inefficaces les opérations de déguerpissement des acteurs anarchiquement installés sur un espace (Kouassi et al., 2015 : 223 ; Christian et al., 2014 : 7). À ce niveau, le prélèvement des taxes sur toutes les activités de rues enfreint à ces dispositions réglementaires dans les communes d’Abidjan (Teré et al., 2016 : 188). Aussi, les dispersions des responsabilités et les conflits de compétences au sein des services administratifs en charge de la gestion des villes sont le motif valable des échecs itératifs des projets de lutte contre le désordre urbain et la fébrilité de la politique de préservation environnementale malgré l’existence des structures et agences pour l’environnement. Ainsi, plus les responsabilités sont émiettées, plus naissent les chevauchements dans prise de décision. Une centralisation dans les prises de décision permettrait d’identifier la responsabilité de chacun dans la gestion des villes (N’kenku, 2007 : 15).

62La fébrilité dans la gestion spatiale est corroborée par les autorités ivoiriennes lors du lancement de l’opération ville propre en ces termes : « Les erreurs accumulées pendant des années des actes à poser que nous n’avons pas posés, des décisions à prendre que nous n’avons pas prises expliquent pourquoi Abidjan est devenu un dépotoir géant ». Pour pallier ce déficit, le ministère de l’Urbanisation de l’Assainissement et de la Salubrité (MUAS) a initié un projet de sensibilisation en faveur de l’entretien de l’environnement urbain en novembre 2008.

63Malgré toutes ces difficultés, des efforts sont constatés dans la gestion des espaces urbains par le District. Des opérations de déguerpissement couplées d’aménagement de ces espaces et de l’introduction de la verdure, constituent la vitrine d’esthétique urbaine.

64Le District d’Abidjan s’appuie également sur les communes pour gérer le patrimoine public. L’Etat lui confère cette prérogative à travers la loi d’organisation des collectivités territoriales (loi n° 2012-1128 du 13 décembre, article 182 alinéa 2). À cet égard, le maire est chargé en particulier de veiller à la protection de l’environnement, de prendre en conséquence les mesures propres, d’une part, à empêcher ou à supprimer la pollution et les nuisances, d’autre part, à assurer la protection des espaces verts et, enfin, de contribuer à l’embellissement de la commune (Touré et al., 2017 : 12).

Conclusion

65Dans la logique du développement infrastructurel amorcé à l’aube de l’indépendance de la Côte d’Ivoire, la ville d’Abidjan a bénéficié de la politique d’édification des équipements socioéconomiques contigus aux voiries et intégrés dans les anciennes souches urbaines. Conçus pour répondre aux exigences d’accessibilité et aux besoins des populations résidentes, ces équipements sont soumis à une pression démographique dans un contexte de croissance démographique au-delà des prévisions lors des aménagements. Le surplus des besoins non satisfait, dans un souci d’insertion pour exercer le commerce occupe le patrimoine public au détriment des normes urbanistiques et fonctionnelles. Ainsi, une mutation fonctionnelle et structurelle de ce patrimoine public est-elle entamée. L’État assure la gestion leur gestion à travers le district d’Abidjan et les municipalités. Mais faute de moyens financiers et humains conséquents pour assurer la gestion du patrimoine public conformément aux normes urbaines, l’État assiste, impuissant aux mutations fonctionnelles et structurelles des espaces publics. Ces évolutions observables dans toutes les communes d’Abidjan posent en filigrane la question d’une crise spatiale et de la prospective de développement des marchés.

66Il convient donc de noter que si l’on veut des communes équipées en infrastructures, avec des cadres de vie sains, propres et ordonnés, de mettre à disposition les moyens adéquats aux collectivités qui passent nécessairement par le transfert effectif des compétences aussi bien financières qu’humaines.

Haut de page

Bibliographie

BNETD (1996). Rapport sur les infrastructures et l’équipement d’Abidjan, 1996, Pub de SDIE (Sous-Direction des Infrastructures et l’Équipement) : 125 pages.

Christian, B. et al. (2014). Déguerpir pour reconquérir l’espace public à Abidjan, Espace Politique : 3-15.

Koby, A (2008). Anarchie, désordre, insalubrité à Abidjan : Abidjan, une métropole de plus en plus dégradée et anarchique, URL : www. Pdci-rda.ci.

Kouassi, N. et al. (2014). La problématique du déguerpissement des occupants des rues et des trottoirs des quartiers centraux et périphériques d’Abidjan, Paris, L’Harmattan.

MCLAU et JICA (2014). Le projet de développement du Schéma Directeur d’Urbanisme du Grand Abidjan, Oriental Consultants Co. Ltd. Japan Development Institute International Development Center of Japan Asia, Air Survey Co., Ltd, Résumé du projet de rapport final, vol 1, 2 et 3.

N’kenku, L. (2007). La Gestion et la Gouvernance des déchets dans la Ville province de Kinshasa, TFC, UNIKUN, Gradué en Sciences économiques et de Gestion ; Rapport annuel d’exercice 2006, Commune de Barumbu.

Nassa, D. (2009). « Rue des Jardins et rue du Commerce à l’épreuve de la mondialisation, “Abidjan” », Géographie et cultures, 71 : 73-90.

Nassa, D. (2011). Contribution de la téléphonie mobile à la dynamisation du commerce informel dans la commune d’Adjamé à Abidjan en Côte d’Ivoire, Halshs-00655619 : 1-14.

Onu-Habitat. (2012). La Côte d’Ivoire, profil urbain de Port-Bouët, HS Number : HS/056/12E ISBN Number, (Series) 978-92-1-132023-7.

Pesavento, S. (2004). Crime, violence et société urbaine : « Frontières de l’ordre et du désordre à la fin du xixsiècle au sud du Brésil », Nouveau Monde, 4 : 1-12.

Poyau, A. (2005). « Les récentes mutations des marchés urbains dans la capitale économique ivoirienne », Espace, population, sociétés, 1 : 111-126.

Steck, J.F. (2006). « La rue africaine, territoire de l’informel ? », Métropolis, 10 : 73-86.

Téré, G. et al. (2016). « Activités commerciales de rue et structuration de l’espace dans l’agglomération d’Abidjan : “cas de la commune d’Adjamé” », Revue ivoirienne de Gouvernance et d’Études stratégiques 1 (1) : 175-194.

Yaya, C., F. Kouadio et C. Amadou (2017). « Occupation anarchique du domaine public dans la Commune de Yopougon à Abidjan : une complicité des autorités locales ? », European Scientific Journal, 13(32) : 248-259.

Ymba, M. et P. Anoh (2015). « Expansion urbaine et dynamique de l’offre de soins moderne : “source d’inégalité physique d’accès aux soins à Abidjan (Côte d’Ivoire)” », Géographie tropicale et d’Environnement, 1 : 102-117.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Abidjan : les dix communes urbaines
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/18447/img-1.png
Fichier image/png, 162k
Titre Figure 2. Espaces concernés par l’étude dans la commune d’Adjamé
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/18447/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 289k
Titre Figure 3. Espace d’étude dans la commune de Yopougon
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/18447/img-3.png
Fichier image/png, 632k
Titre Photographie 1. Le forum des marchés d’Adjamé, une infrastructure commerciale issue de contrat BOT
Crédits Source : Cliché d’AKA Assalé Félix, 2018
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/18447/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Photographie 2. Un hypermarché de yopougon issue de contrat BOT
Crédits Source : Cliché d’AKA Assalé Félix, 2018
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/18447/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Photographie 3. Mode d’occupation au sein forum des marchés d’Adjamé
Crédits Source : Cliché d’AKA Assalé Félix, 2018
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/18447/img-6.png
Fichier image/png, 560k
Titre Graphique 1. Évolution de la population abidjanaise de 1930 à 2014
Crédits Source : compilation de résultats, INS, 1965, RGPH, 1975, 1978, 1998, 2014
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/18447/img-7.png
Fichier image/png, 8,2k
Titre Figure 4. L’évolution spatiale d’Abidjan de 1932 à 2006
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/18447/img-8.png
Fichier image/png, 309k
Titre Photographie4. Occupation anarchique du trottoir de la rue contigüe au marché de SICOGI de Yopougon
Crédits Source :
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/18447/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Photographie5. Occupation anarchique du rond-point du carrefour liberté d’Adjamé
Crédits Source :
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/18447/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aka Assale Félix et Mamoutou Toure, « Espaces publics d’Abidjan à l’épreuve dans l’exercice des activités commerciales informelles », Études caribéennes [En ligne], 45-46 | Avril-Août 2020, mis en ligne le 15 août 2020, consulté le 27 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/18447 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.18447

Haut de page

Auteurs

Aka Assale Félix

Enseignant-chercheur en Géographie, Institut de Géographie tropicale, Université Félix Houphouet Boigny d’Abidjan, akafelix81@yahoo.fr

Mamoutou Toure

Maître de Conférences, Institut de Géographie tropicale, Université F. Houphouët-Boigny (Abidjan, Côte d’Ivoire), tourema@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search