Navigation – Plan du site

AccueilNuméros45-46Hors dossierLes territoires du cacao biologiq...

Hors dossier

Les territoires du cacao biologique, alternatives productives et femmes indigènes, Talamanca, Costa Rica

Organic cocoa territories, productive alternatives and indigenous women, Talamanca, Costa Rica
Carine Chavarochette et Tania Rodriguez

Résumés

À partir d’enquêtes de terrains réalisées depuis 2010 auprès de populations vivant dans la zone frontalière de Talamanca au Costa Rica, et plus particulièrement auprès de femmes indigènes Bribri, nous analysons les constructions des identifications bribri, c’est-à-dire la relation entre le rôle de la femme, de l’agricultrice et le territoire (bribri, frontalier, national). Anthropologie et géographie politique permettent ici de comprendre les rapports de pouvoirs et les processus de patrimonialisation qui se mettent en place dans une région où les acteurs ont des représentations territoriales et des intérêts commerciaux et politiques divers.
Plus particulièrement, il s’agit de s’intéresser aux logiques de résistance des organisations de femmes productrices de cacao biologique pour s’opposer à l’expansion des monocultures de bananes. Comment ces organisations résistent et articulent un discours autour de l’importance de protéger la culture traditionnelle de cacao et la protection de l’environnement (PILA) ?

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le canton de Talamanca au Costa Rica (province de Limon) s’étend sur 280 993 km2 dont 55 % correspondent à des aires de conservation. La pression générée sur ces aires protégées par la construction d’hôtels, l’expansion de la frontière agricole et les produits agrochimiques occasionnent de nombreux conflits socio-environnementaux (Llaguno, Solano, Espeleta, Alfaro et Moraga, 2014). Cette région frontalière avec le Panama est certes périphérique et marginale, mais multiethnique – populations métisses, afro-caribéennes et indigènes cohabitent.

  • 1 Le Panama n’ayant obtenu son indépendance qu’en 1904, le processus de délimitation s’est poursuivi (...)

2La construction du canal interocéanique et la présence d’entreprises bananières étasuniennes ont eu un poids déterminant dans la définition de la frontière et dans la formation territoriale de ces deux nations1. Les entreprises bananières comme la UFCO ont ainsi transformé le versant Caraïbe de l’Isthme centraméricain ; elles ont conquis les forêts tropicales, combattu la malaria et la fièvre jaune. Elles ont aménagé le territoire en construisant des chemins de fer, en introduisant l’électricité et en générant des modèles particuliers d’urbanisation et de peuplement et en divisant les villages en districts bananiers. Ces multinationales ont aussi modifié les caractéristiques de peuplement de ces régions en introduisant une main-d’œuvre chinoise et afro-caribéenne (originaire majoritairement des Antilles et de la Jamaïque) pour travailler dans leurs plantations (Hall, Brignoli et Cotter, 2003 ; Boza Villareal, 2014). Les plantations sont ainsi devenues un monde en soi, et elles ont mis en place tout un système de production organisé en « enclave ». Les enclaves étaient des systèmes fermés qui articulaient des villages, des plantations et des comisariatos, magasins des entreprises bananières qui vendaient aux travailleurs de la nourriture et des biens (Hall et al., 2003). Cette activité extractive a reconfiguré territorialement cette région, et a établi des logiques d’exploitation et de dépossession spécifiques.

3Plus particulièrement, dans la région de Talamanca, les entreprises bananières jouissaient d’une totale autonomie et exerçaient leur souveraineté sur ces territoires. Talamanca a été ainsi oubliée et livrée par les différents gouvernements nationaux aux mains des enclaves bananières (Girot et Granados, 1997). Les populations autochtones Bribris et Ngöbes qui habitaient la Vallée de Sixaola, frontalière entre le Costa Rica et le Panama, ont dû se réfugier dans les montagnes de Talamanca pour fuir l’expansion de l’activité bananière (Bourgois, 1994). Le recensement de l’année 2000 stipule que 63 870 personnes indigènes vivent au Costa Rica soit 1,7 % de la population totale du pays et 16 938 personnes se considèrent Bribri (INEC, 2013). Dans les territoires indigènes, les activités productives les plus courantes sont le tourisme, les monocultures de banane et de banane plantain et l’agriculture biologique de cacao.

4À partir d’enquêtes de terrains réalisées depuis 2010 auprès de populations vivant dans cette région frontalière de Talamanca au Costa Rica, et plus particulièrement auprès de femmes indigènes Bribri, nous analysons depuis une approche interdisciplinaire (anthropologie et géographie politique) les relations entre constructions des identifications bribri (le rôle de la femme dans une société matrilinéaire, celui de l’agricultrice dans l’économie familiale et régionale) et le territoire (bribri, frontalier, national). À travers les rapports de pouvoirs et les processus de patrimonialisation qui se mettent en place dans cette région, nous questionnons l’articulation des différents acteurs, acteurs dont les représentations territoriales et les intérêts commerciaux et/ou politiques divergent.

5Nous nous intéressons ici plus particulièrement aux discours mis en place par des organisations de femmes productrices de cacao biologique. Comment ces discours se structurent autour de la protection de l’environnement (PILA), de l’importance de protéger la culture traditionnelle de cacao et du statut des femmes indigènes comme « principales responsables de la protection et diffusion de ce patrimoine culturel, symbolique et naturel » bribri.

6Dans une première partie, nous présenterons un bref historique de la propriété de la terre en zone bribri et la relation que cette société indienne de l’Amérique centrale entretient avec elle. Dans une deuxième partie, nous nous intéresserons aux discours et aux alternatives productives que ces organisations ont développés avant d’analyser dans une dernière partie, la place politique de ces femmes au sein de leur communauté et leurs relations avec l’État costaricien et les organisations internationales.

1. Costa Rica-Panama, frontière indigène, frontière bananière

1.1. Les Bribri une société matrilinéaire

  • 2 Enquête de terrain d’août 2016
  • 3 Enquête de terrain d’août 2016.

7Tout au long de ces derniers siècles, les Bribri ont su sauvegarder leur langue et des formes d’organisation sociales spécifiques, l’organisation par clan matrilinéaire (en moitié complémentaire) est l’une d’elles. Encore aujourd’hui, des groupements de deux à cinq clans (« clanes primos o cuñado ») où les membres établissent entre eux des relations familiales privilégiées fondées notamment sur les liens matrimoniaux régissent les relations sociales bribri (Rojas Conejo, 2009). L’appartenance à ce type de clans permet notamment de développer un système d’entraide (vie quotidienne, cycle rituel et festif, travaux agricoles, etc.), mais aussi de transmettre la langue vernaculaire aux plus jeunes, les récits mythiques, des normes sociales, etc. Dans leur village, le rôle de ces femmes, au-delà de transmettre l’appartenance à un clan à leurs enfants, est de les sensibiliser à la sauvegarde de l’environnement. Pour cela, elles s’appuient sur les cosmogonies bribri2. Selon les entretiens réalisés auprès de plusieurs associations bribri3, des professions sont réservées aux femmes et d’autres aux hommes selon le même principe clanique. Ainsi de nos jours, la tension entre une vision collective de la société bribri et une autre plus « individualisée » en réaction avec l’évolution de la société nationale coexistent.

1.2. Propriété de la terre et territoire bribri

8Au début du xixe siècle, les Bribri et les Cabécar peuplent le sud du Costa Rica, de la région du fleuve Chirripo à la frontière avec le Panama. Plus précisément, les Bribri occupent les terres proches des fleuves Lari, Uren et Yorkin ainsi que celles de la vallée de Talamanca. Après l’Indépendance et à partir des années 1840, les processus de privatisation et d’expulsion des terres communales affectent les populations indigènes du Costa Rica. Quelques groupes réussissent toutefois à conserver de petites parcelles.

  • 4 Historiens et anthropologues divergent sur les causes du départ de la multinationale de la zone. Ce (...)

9À la fin du xixe siècle, la présence politique plus affirmée dans la région de Talamanca des gouvernements issus de l’Indépendance puis l’installation progressive de la multinationale agro-exportatrice United Fruit Company – en expulsant notamment ces populations de leurs terres des vallées de La Estrella et de Sixaola (Boza Villarreal, 2014) – modifient les formes d’organisation politique et sociale des Bribri (Rojas Conejo, 2009). L’introduction de nouvelles formes de pouvoir politique à côté ou avec le caciquisme, le travail salarié, la monétarisation des échanges, les nouvelles religions, sont autant de facteurs qui viennent questionner la société bribri. L’anthropologue Rojas Conejo (2009) précise qu’au moment où la UFCO préparait son installation sur les terres du territoire bribri, les populations vivaient également un processus de décomposition sociale et culturelle – leurs chefs traditionnels étaient d’ailleurs accusés de corruption à la même période. À partir des années 1900, la UFCO s’empare de nombreuses terres bribri sans toutefois employer ces personnes dans ses plantations (à la différence par exemple de la main-d’œuvre maya au Guatemala). Cet élément a sans doute limité l’acculturation des populations bribri. Puis à la fin des années 1920, la multinationale décide de se retirer du territoire bribri, les lignes de chemin de fer sont alors démantelées, les voies d’accès coupées4.

10Plus tard dans les années 1950, l’exploitation de bois et de cacao sur les anciens terrains occupés par la UFCO, puis les explorations pétrolières de PEMEX-RECOPE dans les années 1980 dans la zone modifient à leur tour la configuration du territoire bribri.

  • 5 Les premières réserves indigènes ont été instituées en 1956 au Costa Rica puis les autres à partir (...)

11Au Costa Rica, il n’existe pas vraiment de propriété commune, le régime de la propriété de la terre est le plus souvent privé. La réserve bribri et cabécar créée en 1976 par décret présidentiel (56 829 ha) englobe en fait quasiment toutes les anciennes terres cultivées par la UFCO dans la vallée de Talamanca (terres données par la compagnie à l’État (Bourgois, 1994), des terres sans autonomie politique pour ses populations5. Théoriquement, ces terres ne peuvent être cédées, vendues, dans la pratique des non-Indiens sont toutefois devenus propriétaires de certaines parcelles. Des Bribri peuvent également accaparer des terrains au détriment d’autres Bribri, d’autres vendent leurs parcelles à des non-Indiens pour des raisons financières ou de précarité (Bourgeois, 1994 ; Boza Villarreal, 2014).

12Parallèlement, le Costa Rica a promulgué une Loi indigène en 1977 et 1978. En 1992, l’État ratifie la Convention 169 de l’OIT qui devient ainsi le principal instrument légal pour traiter les questions relatives aux populations indiennes. Depuis cette ratification, plusieurs tentatives pour voter une Loi indigène proche des principes et dispositions véhiculées par l’OIT ont vu le jour. Seul un Projet de loi sur le Développement autonome des Peuples indigènes a été déposé en 2001. Comme pour de nombreuses populations indiennes, la terre (sa possession) est la base de l’existence matérielle, mais aussi de l’identification culturelle des Bribri. Pour pouvoir pleinement profiter de l’accès à la terre et de son droit de propriété, les parcelles doivent être délimitées. La Loi de 1977-1978 définit les territoires indigènes comme des « réserves ». Mais celle-ci n’a pu empêcher les invasions de terrains et les usurpations au fil des ans (propriétaires non indiens, concessions, extraction minière, exploration pétrolière, etc.).

13De manière générale, la présence des compagnies bananières, l’exploitation des ressources naturelles, la persécution comme le décès de caciques, puis l’institutionnalisation et le renforcement de la présence étatique dans la région, ont généré chez les Bribri de nouvelles formes d’identifications culturelles et sociales parfois antinomiques (Rojas Conejo, 2009). Le renforcement de la présence étatique à travers l’installation d’écoles, de postes de police, de dispensaires, de la CONAI (Commission nationale des questions indigènes) comme la présence de l’Église catholique et des nombreuses églises évangéliques, des compagnies minières et plus récemment des ONG sont venues questionner l’organisation sociale bribri, parfois violemment.

14Ainsi, la Convention 169 de l’OIT et les Nations Unies (notamment par la Déclaration des Droits des Peuples indigènes en 2007), ont eu un impact sur les relations entre l’État costaricien et les groupes indigènes. Donc, le principal problème rencontré aujourd’hui par les populations indigènes et bribri est de sécuriser leurs droits de propriété sur la terre. En effet, il est estimé que 50 % des aires protégées dans le monde se situent sur les terres ancestrales des communautés autochtones et indigènes, mais en Amérique latine, ce pourcentage grimpe jusqu’à 80, voire 90 % (Secretaría del CDB, 2004). Ceci est le cas des territoires Bribri, lesquels sont localisés dans le Parc national de la Amistad-Caraïbe qui a été déclaré Patrimoine naturel de l’Humanité par l’UNESCO et Réserve de la Biosphère en 1982.

15Cette pression sur la terre influence directement les méthodes traditionnelles agricoles poussant de nombreux agriculteurs à passer de la polyculture à la monoculture, à des parcelles de culture vivrière à de plus grandes parcelles destinées au commerce.

2. Des logiques de productivité antinomiques

2-1. Le cacao, une production historique

16Cacao du nahuatl cacahuatl, est une plante originaire de l’Amérique latine, cultivée avant l’arrivée des conquistadors espagnols. La production du cacao au Costa Rica a une longue histoire connaissant différents cycles de production et de transformation et a été très étudiée par de nombreux auteurs (Acuña, 2007 ; Guiracocha, Harvey, Somarriba, Krauss et Carrillo, 2001 ; MacLeod, 1996 ; Rosés-Alvarado, 1982).

17Des historiens comme Murdo MacLeod rappellent que le cacao était cultivé par les groupes indigènes de la région de Talamanca avant et pendant la colonisation espagnole. Le cacao a été produit de façon traditionnelle et non commerciale par les populations indigènes jusqu’à l’arrivée de l’United Fruit Company (UFCO) en 1909 (Acuña, 2007). Boza Villarreal signale qu’à la fin du xixe siècle, les populations bribri ne cultivent pas de cacao, au contraire, elles cherchent à échanger leur production de caoutchouc et de zarzaparrilla contre des graines de cacao :

Las semillas que conseguían se utilizaban para hacer una bebida que se consideraba un lujo entre los indígenas, y que por lo menos hasta finales del siglo xix era un privilegio de los indigenas de mayor rango. » (Boza Villarreal, 2014, p. 143.)

18Avec l’arrivée de l’UFCO (1909-1940), un modèle de production d’enclave extractive de banane et de cacao se met en place. Ce modèle a octroyé une valeur commerciale au cacao, auparavant sacré. Dans cette période, la production de cacao est devenue plus technique en incorporant des machines et des produits agrochimiques (Acuña, 2007). Le développement du modèle d’organisation territorial autour de l’enclave a été un mécanisme pour coloniser une nouvelle région non dédiée au café. L’UFCO a aussi permis l’introduction de capitaux étrangers et la promotion d’un nouveau modèle de production agricole, la monoculture (Viales Hurtado, 1998 et 2006). Il convient de préciser que l’État costaricien n’a pas eu un rôle passif dans ce processus. La relation entretenue avec l’UFCO répondait aux intérêts des élites politiques et économiques d’intégrer le Costa Rica dans le marché mondial à travers un modèle agro-exportateur basé sur les monocultures (Bourgois, 1994).

19À partir des années 1920, certaines familles indigènes travaillent comme journalier dans les plantations de cacao des petits agriculteurs afro-antillais, développant ainsi de nouvelles connaissances sur la culture du cacao (Boza Villarreal, 2014). La plupart du temps, les Bribri ont davantage travaillé pour ces petites plantations afro-caribéennes – le travail journalier dans les grandes plantations bananières internationales étant limité voir circonscrit à quelques personnes seulement.

2.2. De la conservation à l’extractivisme

  • 6 Source : VI Recensement national agraire 2014.
  • 7 Actuellement, les entreprises présentent dans ces zones frontières sont la Compagnie Bananière Atla (...)

20À l’instar d’autres régions du continent américain, dans la région de Talamanca cohabitent d’importantes aires de conservation (dont le Parc International La Amistad-Caraïbe), des territoires indigènes et des monocultures d’exportation – notamment de banane et de banane plantain. Lors des entretiens réalisés entre 2012 à 2016, les acteurs interrogés affirment qu’un des principaux conflits socio-environnementaux est lié à l’avancement de la frontière agricole, avancement dû à l’expansion des monocultures (3292,5 ha de banane et 2934,9 ha de banane plantain pour 726,5 ha seulement de cacao6). Ces activités génèrent une importante pollution des sols et des cours d’eau (par les produits chimiques) et une non moins importante déforestation (Rodríguez, 2014). Aujourd’hui, même si l’État exerce sa souveraineté sur cette région frontalière, ces entreprises restent des acteurs incontournables et puissants7. Au côté des entreprises nationales de production (à plus petite échelle) de banane plantain, elles demeurent la principale source d’emploi dans la région.

21C’est ainsi que le canton de Talamanca est particulièrement touché par des activités extractives. L’extractivisme est un type d’activité productive fondé sur l’extraction de ressources naturelles (minière, agricole, etc.) dédiées majoritairement à l’exportation (Gudynas, 2011, 2013).

2.3. Promotion de l’agriculture biologique à Talamanca

22Selon Boza Villareal (Boza Villarreal, 2014), ce n’est qu’à partir des années 1940 – correspondant au départ de la UFCO puis au reboisement et à la promotion de fermes de cacao – que les populations indigènes commencent à cultiver cet arbre à des fins commerciales avant de devenir la principale production agricole commerciale de 1950 à 1990. Un cacao produit sur la côte caraïbe, mais qui est échangé sur la côte pacifique.

  • 8 BCIE-CATIE, Informe de la situacion actual, perspectivas del cultivo e industrializacion del cacao (...)
  • 9 Il se trouve à Turrialba au Costa Rica, mais il met en place des actions dans quatorze pays du cont (...)
  • 10 https://www.icco.org

23C’est à partir de 1976 (période aussi de l’établissement de nouvelles réserves indigènes) que le Centre Agronomique Tropical de Recherche et d’Enseignement (CATIE) avec son Programme d’Amélioration Génétique du Cacao commence à distribuer des graines hybrides, et à former les agriculteurs, deux ans avant l’apparition du champignon monilia. Il forme aussi les cultivateurs à planter du cacao greffé. Parallèlement un système de crédit (par l’intermédiaire de banques costariciennes) se met en place (réhabilitation, rénovation des parcelles et développement des nouvelles cultures hybrides). Dans les années 1980, un rapport établi par la Banque centraméricaine d’intégration économique (BCIE) et le CATIE, financé également par l’Union européenne, dresse le bilan de la culture de cacao dans cette région du Costa Rica (état des sols, des cultures, espèces cultivées, etc.), et signale que la UFCO produit elle aussi ses propres espèces de cacao comme la UF-298. Ce rapport précise qu’aucun herbicide ne doit être pulvérisé sur les feuilles de l’arbre. Selon ce rapport, la meilleure zone pour la culture du cacao se situe du sud de la ville de Limon jusqu’à la frontière avec le Panama, c’est-à-dire canton de Talamanca inclus9. Aujourd’hui le cacao costaricien est considéré par l’Organisation internationale de Cacao (ICCO)10 comme un cacao fin 100 %.

  • 11 Le CATIE réalise des ateliers de formation et encourage des espaces d’échanges pour développer des (...)

24Le CATIE est toujours une entité très présente parmi les populations indigènes de Talamanca. Ainsi, il a mis en place le « Projet Cacao Amérique Centrale binational » (2008-2012) pour développer des systèmes agroforestiers autour de la production de cacao biologique entre des producteurs locaux du Panama, du Costa Rica et d’autres pays centraméricains. Le CATIE travaille avec 1 300 familles productrices de cacao biologique de la région frontalière (entre le Costa Rica et le Panama), avec la Coopérative COCAO au Panama, et celle d’APPTA au Costa Rica et s’appuie sur les relations de coopération existantes entre ces deux organisations pour mettre en place ces actions11.

  • 12 Entretien réalisé en septembre 2012.
  • 13 Terrains de 2012 et de 2016.
  • 14 Entretien réalisé en 2012.

25Cette coopération technique et financière permet de mettre en place des échanges entre les représentants de la coopérative indigène APPTA. Ses membres reconnaissent l’importance de la coopération impulsée par le CATIE et déclarent que ce soutien a facilité le développement des cultures issues de l’agriculture biologique sur leurs parcelles (Rodríguez, 2014). L’appropriation des concepts et méthodologies de l’agriculture biologique par ces acteurs est particulièrement visible dans le discours du directeur de l’Association de Petits Producteurs de Talamanca (APPTA)12. Il affirme que le travail de ces organisations se fait selon une approche agroécologique qui « va plus loin que la question productive », puisque la coopérative propose non seulement la diversification de la production, le refus de l’utilisation de pesticides et des produits chimiques, mais aussi encourage la mise en place de « fermes intégrales », pour un impact social et environnemental. Ce modèle de production s’oppose aux monocultures classiques puisqu’il propose dans un même espace la mise en place de plusieurs cultures, l’élevage d’animaux domestiques et la conservation des forêts. Ce modèle produit selon des normes « équitables et biologiques », en réutilisant les déchets et en intégrant savoirs traditionnels et nouvelles technologies13. Le principe central de ces fermes est la diversification de la production en intercalant la culture de cacao avec des arbres fruitiers et des bananiers. Ces fermes de 1 et 10 ha produisent principalement du cacao, mais aussi du maïs, des bananes, des arbres fruitiers et des plantes médicinales. De plus, cette activité est transfrontalière puisque l’on observe des plantations de cacao à cheval sur cette frontière (Rodríguez, 2014). Enfin, ce modèle est aussi une réponse pour la sécurité alimentaire de ces communautés rurales, « produire sur un même terrain toutes les choses dont on a besoin14 ». Source de richesse pour les villages indigènes, ces fermes participent aussi à des services environnementaux (reboisement des rives du fleuve, entre autres, Rodríguez, 2014).

26Ainsi parallèlement aux activités extractives des grandes plantations, des petites organisations produisent du cacao biologique même s’il n’est pas toujours certifié. Certains auteurs les qualifient d’expériences de résistance vis-à-vis de l’expansion des monocultures. Cependant, il convient de s’interroger sur leur modèle pour savoir si elles mettent réellement en question le modèle agro-exportateur dominant.

Photographie 1. Plantation de cacao, Catarina, Costa Rica, mars 2019

Photographie 1. Plantation de cacao, Catarina, Costa Rica, mars 2019

Photographie 2. Plants de cacao destiné à l’agriculture biologique, Bananito Sur, Costa Rica, mars 2019

Photographie 2. Plants de cacao destiné à l’agriculture biologique, Bananito Sur, Costa Rica, mars 2019
  • 15 Villages côtiers de Talamanca.

27Deux associations sont les principales productrices de cacao biologique du canton de Talamanca : l’Association de Petits Producteurs de Talamanca (APPTA) et l’Association des Femmes Indigènes Bribri de Talamanca (ACOMUITA) (cf. Carte). Récemment une coopérative appelée Coopecacao Afro R.L. a été créée et elle articule majoritairement des populations afro-caribéennes qui habitent plutôt les côtes de Cahuita, Puerto Viejo et Manzanillo15.

28L’Association de Petits Producteurs de Talamanca (APPTA) est une organisation indigène chargée de l’industrialisation et de la commercialisation de cacao majoritairement issue de l’agriculture biologique, mais aussi du cacao dit conventionnel. Localisée à Sand Box à 10 minutes du district Bribri, elle a été fondée en 1987 avec le soutien du CATIE. APPTA regroupe environ 1 200 associés, dont 995 producteurs certifiés biologiques par l’entreprise certificatrice Ecológica. Et selon les entretiens réalisés en 2016, 80 % des associés sont des femmes.

  • 16 Coopérative internationale qui articule 30 coopératives et associations de producteurs biologiques (...)

29Actuellement APPTA n’arrivant plus à répondre à la forte demande internationale de cacao biologique, a dû faire appel à la coopérative panaméenne Coopérative de Cacao (COCAO), avec laquelle ils ont établi un accord de coopération transfrontalière. Aujourd’hui APPTA produit environ 300 tonnes de cacao et exporte ce cacao certifié en Europe à travers la Coopérative sans Frontières16.

30De son côté ACOMUITA est une organisation de femmes indigènes Bribri qui produit du cacao pour le marché national et international. ACOMUITA est née après l’important tremblement de terre de 1991. L’association s’est constituée autour de l’objectif de rassembler les femmes bribri des villages Watsi et Shiroles afin de faire face au désastre. Lors des entretiens avec l’équipe de direction de cette association en août 2016, celle-ci évoquait le besoin à cette époque d’améliorer les conditions de vie des femmes indigènes et de réduire la vulnérabilité de ces villages. ACOMUITA a donc été d’abord une plateforme d’incidence politique qui cherchait à « donner une voix aux femmes » et aux villages Bribri. C’est par la suite avec l’intervention du CATIE, qu’elles se sont organisées pour cultiver leurs terres et les transformer en fermes intégrales. Selon les entretiens réalisés :

Cela n’a pas été très difficile, car elles produisaient déjà de façon traditionnelle sans produits chimiques et en intégrant d’autres cultures (maïs, banane, banane plantain, cacao et plantes médicinales). (Trois dirigeantes de l’ACOMUITA, août 2016.)

31Ainsi, ACOMUITA est devenue un acteur économique clé rassemblant aujourd’hui 89 associées, auxquelles l’association achète le cacao à des prix plus élevés que celui proposé par d’autres entreprises, voire même par APPTA.

Figure 1. Acteurs qui encouragent la production de cacao biologique Talamanca, Limón, Costa Rica, 2016

Figure 1. Acteurs qui encouragent la production de cacao biologique Talamanca, Limón, Costa Rica, 2016

3. Patrimonialisation et territoire

3.1. Patrimonialisation d’une zone naturelle (Amistad)

32Le patrimoine est resté longtemps un concept « entretenant l’ambiguïté entre les différentes acceptions du mot » (Veschambre, 2007). Initialement, ce mot met l’accent sur le patrimoine au sens d’héritage tant naturel que construit. C’est un processus qui met en valeur les identifications ; c’est ainsi un construit social qui prend en compte le sens que les acteurs donnent à un lieu, un bien, entre autres (ibid.). Il peut dans ce sens être matériel ou immatériel, et est en lien avec le territoire.

  • 17 Dans le marécage San San Pond Sak au Panamá, vivent par exemple deux espèces de mammifères inclus d (...)

33Les processus de patrimonialisation de ce territoire ne sont pas récents, depuis les années 1990 sa richesse naturelle a été instrumentalisée pour requalifier ce territoire oublié et marginale en sanctuaire naturel. Talamanca concentre une importante biodiversité biologique et des écosystèmes d’importance mondiale, il s’agit de l’une des rares régions possédant encore d’importantes étendues de bois primaire en Amérique centrale. Dans ce canton, l’on trouve aussi de nombreuses espèces animales menacées de disparition17. Le nombre croissant d’initiatives de coopération visant à mettre en place des projets de conservation et de gestion des écosystèmes partagés existant autour de cette région transfrontalière met en lumière un intérêt international certain pour cette zone. L’intérêt repose ici sur l’importance environnementale de la zone, qui « représente une priorité en matière de conservation » selon la BID (Franklin, 2007 ; Rodriguez, 2013).

34Ainsi la région de Talamanca possède le seul parc binational de l’Isthme centraméricain, le Parc International La Amistad-Caraïbe, classé Réserve de la Biosphère en 1982 et Patrimoine naturel de l’Humanité par l’UNESCO en 1983.

3.2. Empowerment et culture biologique

35Le rôle des femmes indigènes dans la production de cacao biologique est donc fondamental, puisque ces femmes représentent plus de 80 % des producteurs de cacao du canton de Talamanca. De plus, elles sont aujourd’hui très présentes dans les espaces de décisions de leurs organisations. En effet, leur travail ne se limite pas à la production de cacao organique.

Nous voulons aussi protéger notre environnement et prévenir les catastrophes naturelles. (Trois dirigeantes de l’ACOMUITA, août 2016.)

36En s’appuyant sur le clan et ce pouvoir, les femmes Bribri de l’association ACOMUITA ont cherché dans un premier temps à se faire entendre au sein de leurs familles et villages puis petit à petit en développant leur activité économique, en gérant leurs ressources financières, elles ont acquis de nouveaux pouvoirs.

Nous ne nous sommes pas enrichies, mais nous vivons mieux. (Trois dirigeantes de l’ACOMUITA, août 2016)

  • 18 Entretiens août 2016.

37En effet, en commercialisant une production de cacao biologique depuis plusieurs décennies, ces femmes ont non seulement renégocié leur place l’intérieur de la société bribri, mais aussi au sein de la société nationale. Elles ont accueilli la visite du président de la République, négocié avec le ministère de l’Agriculture ou encore sont devenues fournisseur de grands chocolatiers et chefs étoilés reconnus internationalement18. Ces personnes participent aux différentes phases de décision concernant leur production organique, mais aussi à la vente de leurs produits chocolatés grâce à leur marque « Tsirushka, femmes de chocolat » créée en 2003. Aujourd’hui, les agricultrices bribri d’ACOMUITA insistent sur le fait qu’elles maîtrisent toute la chaîne de la production jusqu’à la vente de leurs produits, et ce tant sur le marché national qu’international. Toutefois, selon elles :

Le ministère [de l’Agriculture] ne veut pas qu’une association de femmes prenne des décisions politiques. (Trois dirigeantes de l’ACOMUITA, août 2016.)

38Une autre personne interrogée précise que :

L’État ne connaît pas nos nécessités. Il est présent, mais il ne fait pas ce qu’il devrait faire [pour les populations indigènes]. (Membre de l’association ADITIBRI, août 2016.)

39En effet, elles participent à différents débats qui vont de la loi de paternité responsable jusqu’aux discussions liées à la conservation du Parc national La Amistad-Caraïbe. La présidente d’ACOMUITA, Justa Romero a même été élue présidente de l’autorité indigène du territoire Bribri (ADITIBRI), ce qui témoigne de la légitimité acquise par ces femmes au sein de leur communauté. Elles ont même participé à des mouvements de résistance contre les activités minières et critiquent fortement les interventions du ministère de l’Agriculture. Un ministère qu’elles décrivent comme « machiste » et qui selon elles encourage l’utilisation de produits chimiques et le développement d’une agriculture conventionnelle. Pour elles :

L’État est là, mais il s’impose, il impose un système, leur système, sans nous prendre en compte. (Trois dirigeantes de l’ACOMUITA, août 2016.)

40Donc ACOMUITA est plus qu’une association dédiée à la production de cacao biologique, c’est une organisation qui utilise les ressources de la production de cacao pour générer les conditions nécessaires économiques et politiques pour « avoir une voix dans leurs territoires ». Le cacao a octroyé à ces femmes une légitimité qui leur permet de participer aux débats politiques locaux et nationaux. La question du genre est au cœur de leurs discours puisqu’elles affirment que ACOMUITA :

Participe à protéger l’environnement, mais aussi les droits des femmes en général et plus particulièrement les droits des femmes indigènes. (Trois dirigeantes de l’ACOMUITA, août 2016.)

41Actuellement, elles participent de façon active à un réseau de femmes indigènes créé avec l’appui de l’agence de coopération allemande (GIZ) et de l’Institut National des Femmes (INAMU).

Photographie 3. Variété de barres de chocolat, boutique ACOMUITA, Territoire Bribri, Costa Rica, mars 2019

Photographie 3. Variété de barres de chocolat, boutique ACOMUITA, Territoire Bribri, Costa Rica, mars 2019

Photographie 4. Boutique de vente de chocolat d’ACOMUITA, Territoire Bribri, Costa Rica, mars 2019

Photographie 4. Boutique de vente de chocolat d’ACOMUITA, Territoire Bribri, Costa Rica, mars 2019

3.3. Patrimonialisation et instrumentalisation du cacao, discours international (ONG) et discours des femmes bribri

42De nombreux anthropologues depuis Lévi-Strauss rappellent que le patrimoine est fabriqué par les groupes sociaux, construit pour répondre notamment aux changements politiques, sociaux, économiques, religieux subis (Ciarcia, Givre, Isnart, Losonczy, etc.). Ariel de Vidas précise que la patrimonialisation s’inscrit dans le temps collectif des relations sociales. Ainsi en Amérique latine, depuis plusieurs décennies, la reconnaissance du statut ethnique (indien, afrodescendant) est aussi un moyen d’accéder aux terres collectives, aux aides internationales de développement entre autres (Losonczy, Boyer, etc.).

43Dans le cas du Costa Rica, la propriété de la terre étant souvent privée, le principe de patrimonialisation concerne davantage la production, l’exploitation de la terre. Ainsi la production de cacao biologique par des femmes bribri semble être – en dehors d’une ressource économique – un moyen de sauvegarder un environnement de vie et des pratiques culturelles.

44Même s’il est clair que le cacao est un élément essentiel de la culture Bribri notamment parce qu’il est considéré comme une culture sacrée et qu’il est utilisé dans de nombreuses cérémonies religieuses (Acuña, 2007), il convient d’insister sur le rôle fondamental des organisations comme le CATIE dans le développement de ce type d’initiatives et notamment dans la diffusion d’un discours qui patrimonialise le cacao, d’abord en tant que produit traditionnel, ensuite comme produit issu de l’agriculture biologique. Ce qui mène en 2017 le gouvernement costaricien à reconnaître à travers le décret n° 39230, le cacao comme patrimoine culturel et le 4 juillet comme sa fête nationale.

  • 19 L’expression de communauté épistémique a été introduite à la fin des années 1990 par des auteurs co (...)

45Il est intéressant de constater que les différents projets d’agriculture biologique et de fermes intégrales à Talamanca datent tous de la fin des années 1980. Ils ont été financés par la coopération internationale et par des organisations non gouvernementales qui suivaient un agenda aussi international : améliorer la qualité de vie de ces populations à travers la production agroécologique (Acuña, 2007). C’est ainsi que le CATIE à travers un programme méso-américain appelé « Programme Cacao » a mis en place des processus de formation avec ces organisations indigènes, en introduisant de nombreux concepts et méthodologies de production liés à l’agriculture biologique. Ces organisations indigènes se sont alors approprié les notions de fermes intégrales ou de commerce équitable, des concepts pensés par une communauté épistémique internationale encourageant l’agriculture biologique, dont celle du cacao. Les « communautés épistémiques » regroupent non seulement des organisations comme l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), le CATIE, l’ONU, TNC, entre autres, mais aussi des groupes d’experts19.

46L’incorporation des formes traditionnelles de production est ainsi un élément central dans les projets qui visent à mettre en place une production biologique, c’est ainsi que dans le discours des acteurs interrogés, produire « bio » est une forme de revendication de la production traditionnelle bribri. Dans ce sens, les représentantes d’ACOMUITA évoquaient :

Produire du cacao biologique est un moyen de transmettre notre culture à travers un produit. (Trois dirigeantes de l’ACOMUITA, août 2016.)

47De la même manière, le directeur d’APPTA déclarait que ce que vend son association :

Ce n’est pas un produit, c’est un concept de production, une philosophie ; nous vendons des biens agroécologiques, c’est-à-dire des biens fair-trade, qui donnent des services environnementaux et qui sont biologiques. (Directeur d’APTA, 2012.)

48De plus, plusieurs projets de coopération mis en place dans cette région frontalière ont été portés par l’UICN (Projet Bridge, Alianzas et d’Adaptation aux changements climatiques), la Banque Interaméricaine de Développement, des Alliances Public-Privé (entre l’entreprise Chiquita, le supermarché allemand Rewe et la coopération allemande) afin d’encourager le développement de l’agriculture biologique de cacao (octroi de ressources, formations). APPTA et ACOMUITA sont devenus alors des alliés dans leurs projets.

49Toutes ces coopérations scientifiques ou pour la conservation et le développement ont mis en place des stratégies d’intervention qui ont influencé les discours des acteurs locaux. Elles ont à la fois contribué à la patrimonialisation du cacao, mais aussi à l’insertion de ces associations de producteurs indigènes dans les marchés internationaux.

Photographie 5. Eco Agricola Gaitan del Caribe, S.A., Costa Rica, mars 2019

Photographie 5. Eco Agricola Gaitan del Caribe, S.A., Costa Rica, mars 2019

Conclusion

50La production de cacao issu de l’agriculture biologique à Talamanca est une véritable source d’emplois. Le CATIE est toujours un acteur important dans le développement des productions biologiques de cacao. En effet, les femmes de l’association ACOMUITA et les représentants d’APPTA le mentionnaient de façon systématique lors des entretiens réalisés en 2016. Certainement, cette organisation a contribué à la diffusion d’un discours requalifiant la culture de cacao en patrimoine culturel environnemental et les populations indigènes comme acteurs principaux de l’agriculture biologique. Cette image des populations indiennes garantes et respectueuses de la nature est véhiculée à l’échelle du continent américain par les organisations internationales et les ONG entre autres, et s’articule souvent à la promotion des produits issus de l’agriculture biologique par ces mêmes organisations (Trentavizi, 2011).

51Toutefois, dans le canton de Talamanca, la production de cacao issu de l’agriculture biologique se limite à une petite échelle territoriale et n’inclut pas la grande majorité de la population indigène et afro-caribéenne résidante dans cette région. Plusieurs acteurs interrogés du mouvement environnementaliste en 2016 affirment que ces initiatives « ne mettent pas en risque l’expansion des monocultures ». Au contraire, elles « coexistent pacifiquement avec le modèle agro-exportateur de bananes et d’ananas » dominant au Costa Rica.

52Ainsi, les conflits considérés comme prioritaires par les acteurs locaux, comme l’expansion des monocultures et la propriété de la terre, ne sont pas pris en compte par ces projets. Il y a effectivement un effacement de la conflictualité dans ces projets internationaux. En réalité, le discours officiel porté par ces organisations, d’empowerment et de promotion du biologique, est fondamentalement lié à la formation technique et à la diffusion des variétés de cacao plus résistantes. Ceci n’implique en aucun cas le renforcement de l’organisation locale pour faire face au modèle agricole des monocultures qui dégrade l’environnement dans cette région frontalière.

53Ces projets et les organisations internationales qui les encouragent, rendent techniques des débats qui sont de l’ordre du politique et démobilisent d’autres formes d’actions collectives. Ceci peut s’expliquer par le fait que ces organisations ne sont pas autonomes et dépendent des bailleurs de fonds qui sont souvent des organismes financiers internationaux (Banque Mondiale et BID) et les États du Nord. En analysant les bailleurs de fonds du CATIE nous pouvons identifier non seulement des États et des entreprises, mais des entreprises chocolatières comme Mars, Hershey’s et Nestlé. Ce constat nous oblige à nous interroger sur les agendas et les intérêts de ces acteurs. Quelles sont les raisons qui les mènent à investir dans la production de cacao biologique ?

54Il est intéressant aussi de constater que ces organisations ne s’attaquent pas aux problèmes structurels (modèle de production et propriété de la terre) et qu’elles encouragent plutôt l’adaptation et la résilience face aux problèmes sans aspirer à révolutionner le système ni à reformuler les modes de production. Elles encouragent ainsi la permanence des structures et des relations de pouvoir en vigueur.

55Enfin le rôle de l’État est particulièrement intéressant. Lors des entretiens une phrase revenait souvent : « L’État est là, mais il n’est pas là. » Les personnes interrogées évoquaient une absence sélective de l’État. L’insistance des ministères pour maintenir une agriculture conventionnelle (en finançant la distribution d’engrais chimiques), le rôle central de l’État dans la promotion d’un modèle de développement dépendant de l’investissement étranger et de l’expansion des monocultures, nous permet de conclure que l’État n’est pas absent de ces territoires périphériques, mais que ses agendas ne répondent pas aux véritables problématiques locales.

Haut de page

Bibliographie

Acuña K. (2007). « Tsuru : el cacao en alta Talamanca », Herencia, 20 (1-2).

Bondaz J., Isnart C. et A. Leblon (2012). « Au-delà du consensus patrimonial », Civilisations 61-1, URL : http:// civilisations.revues.org/3113.

Boyer V. (2011). « L’anthropologie des quilombos et la constitution de » nouveaux sujets politiques » », Civilisations, 59-2 : 157-178.

Bourgois P. (1994) Banano, etnia y lucha social en Centro América, San José, DEI.

Boza Villarreal A. (2014). La frontera indigena de la Gran Talamanca, 1840-1930, Cartago, EDUPUC.

FAO et OMS, (2007). Aliments issus de l’agriculture biologique, Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Franklin H. (2007). Costa Rica-Panama, Gestión Integrada de ecosistemas en la Río Sixaola. Documento de Proyecto, Banco Interamericano de Desarrollo.

Girot P. et C. Granados (1997). « La cooperación transfronteriza y los nuevos paradigmas de la integración centroamericana », dans Bovin P. (éd.). Las fronteras del istmo: Fronteras y sociedades entre el sur de México y América Central, Mexico, CEMCA.

Gudynas E. (2011). « Caminos para las transiciones post extractivistas », Transiciones. Post extractivismo y alternativas al extractivismo en el Perú. Pérou, Red Peruana por una globalización con Equidad : 187-216.

(2013). Extracciones, extractivismos y extrahecciones. Un marco conceptual sobre la apropiación de recursos naturales, Centro Latino Americano de Ecología Social, Lima.

Guiracocha G., Harvey C., Somarriba E., Krauss U. et E. Carrillo (2001). « Conservación de la biodiversidad en sistemas agroforestales con cacao y banano en Talamanca », Costa Rica. Agroforestería en las Américas, 8(30).

Haas P. (2013). « Epistemic Communities », The Oxford Companion to Comparative Politics Joel Krieger éd., vol. 1 :351-359, Londres, Oxford University Press.

Hall C., Brignoli Perez H. et V. Cotter John (2003). Historical Atlas of Central America, Oklahoma City, University of Oklahoma Press.

Hilje Matamoros W. (2014). La refiguración cultural indígena en Costa Rica : el caso de los bribri Talamanca, provincia de Limón, Costa Rica.

Llaguno J. J. L., Solano S. M., Espeleta A. L. G., Alfaro P. B. et F. M. Moraga (2014). « Políticas y conflictos socio ambientales: el caso de la tenencia de la tierra y los monocultivos en el Caribe de Costa Rica (2006-2012)  », Revista de Ciencias Sociales, 145 : 81-98.

Losonczy A.-M. (2016). « Fracasos de patrimonializacion en contexto multicultural. Regimenes de historicidad, autrepresentacion y arte entre los Emberà Katio » dans Salcedo D. et Sanchez J. (éd.). Arte en Colombia, Bogota, Éditions Universidad Tadeo Lozano.

MacLeod P. (1996). « Auge y estancamiento de la producción de cacao en Costa Rica 1660-1695 », Anuario de Estudios Centroamericanos, Universidad de Costa Rica, 22-1 : 83-107.

Meyer M. et Molyneux-Hodgson S. (2011). « “Communautés épistémiques” : une notion utile pour théoriser les collectifs en sciences ? », Terrain et Travaux, 18 : 141-154.

Rodriguez T. (2013). « Dynamiques de coopération transfrontalière sur la façade caraïbe du Costa Rica et du Panama : le cas du bassin du fleuve Sixaola », Études caribéennes, 21. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/5747 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.5747

(2014). Gouverner l’environnement dans des régions frontalières. Coopération et conflits dans les bassins du fleuve San Juan (Costa Rica-Nicaragua) et du flueve Sixaola (Costa Rica-Panama), Thèse de doctorat en Géographie, Paris 7 – Diderot, Paris Diderot, Paris 7.

Rojas Conejo D. (2009). Dilema e identidad del pueblo Bribri, San José, Editorial UCR.

Rosés-Alvarado C. (1982). « El ciclo del cacao en la economía colonial de Costa Rica, 1650-1794 », Mesoamérica, 3-4 : 247-278.

Soto G. (2003). Agricultura Orgánica: una herramienta para el desarrollo rural sostenible y la reducción de la pobreza, San José, FIDA-RUTA-CATIE-FAO.

Trentavizi B. (2011). Itinerarios del movimiento indígena americano: la Cumbre de Puno, Guatemala, F&G Editores.

Veschambre V. (2007a). Le processus de patrimonialisation : revalorisation, appropriation et marquage de l’espace, Vox Geographica, Cafés Géographiques.

(2007b). « Patrimoine : un objet révélateur des évolutions de la géographie et de sa place dans les sciences sociales », Annales de géographie, 656 4 : 361-381.

Viales Hurtado R. (1998). Después del enclave : un estudio de la Región Atlántica Costarricense, San José, Editorial de la Universidad de Costa Rica.

(2006). « Más allá del enclave en Centroamérica: aportes para una revisión conceptual a partir del caso de la región Caribe costarricense (1870-1950) », Iberoamericana, 6-23 : 97-111.

Haut de page

Notes

1 Le Panama n’ayant obtenu son indépendance qu’en 1904, le processus de délimitation s’est poursuivi jusqu’en 1935, lorsque le Costa Rica et le Panama se sont engagés à rédiger un nouveau traité frontalier. Le traité Arias-Calderon (noms des présidents signataires) ou Echandi-Jaen (noms des ministres responsables des négociations) a ainsi été signé le 1er mai 1941.

2 Enquête de terrain d’août 2016

3 Enquête de terrain d’août 2016.

4 Historiens et anthropologues divergent sur les causes du départ de la multinationale de la zone. Certains évoquent le rôle des populations indigènes – dont celui des caciques à travers une sorcellerie provoquant le déchaînement des forces naturelles –, d’autres, les conséquences de la déforestation (Bourgois, 1994 ; Boza Villarreal, 2014). Dans les deux cas, des inondations et des glissements de terrains ont bien eu lieu, entraînant des pertes de parcelles et de récoltes et finalement le retrait de l’UFCO.

5 Les premières réserves indigènes ont été instituées en 1956 au Costa Rica puis les autres à partir de 1976 dans la zone étudiée de Talamanca (Boza Villarreal, 2014).

6 Source : VI Recensement national agraire 2014.

7 Actuellement, les entreprises présentent dans ces zones frontières sont la Compagnie Bananière Atlantique subsidiaire de Chiquita Brands International, Banana Development Corporation subsidiaire de Del Monte et la Standard Fruit Company subsidiaire de Dole.

8 BCIE-CATIE, Informe de la situacion actual, perspectivas del cultivo e industrializacion del cacao en Centroamérica, Turrialba-Costa Rica, CATIE, 1982.

9 Il se trouve à Turrialba au Costa Rica, mais il met en place des actions dans quatorze pays du continent américain (l’Amérique centrale, le Mexique, la Caraïbe, la Colombie et la Bolivie). Le CATIE est un organisme international qui fonctionne comme un centre de recherche, d’éducation et de coopération technique pour la gestion intégrée de l’agriculture et des ressources naturelles. Il impulse de nombreux programmes de recherche et de coopération sur différentes thématiques (sécurité alimentaire, bassins transfrontaliers, changement climatique, etc.).

10 https://www.icco.org

11 Le CATIE réalise des ateliers de formation et encourage des espaces d’échanges pour développer des fermes intégrales et renforcer les compétences de ces agriculteurs, leur productivité, notamment en encourageant l’agriculture de variétés CATIE-R4 y CATIE-R6 résistantes à la Monilia.

12 Entretien réalisé en septembre 2012.

13 Terrains de 2012 et de 2016.

14 Entretien réalisé en 2012.

15 Villages côtiers de Talamanca.

16 Coopérative internationale qui articule 30 coopératives et associations de producteurs biologiques et de commerce équitable (Amérique latine et Europe). Elle aide les petits producteurs dans la commercialisation et leur insertion dans le marché européen. http://www.cooperativasinfronteras.net/index.php/que-somos-esp/acerca-de-nosotros-esp

17 Dans le marécage San San Pond Sak au Panamá, vivent par exemple deux espèces de mammifères inclus dans la convention CITES et dans la liste rouge des espèces en danger de l’UICN (Rodríguez, 2014 : 172). De plus, d’après les recherches faites par la BID, on estime qu’il reste dans le bassin du fleuve Sixaola à Talamanca 261 700 hectares de forêt tropicale. Ces forêts sont localisées principalement dans les zones protégées et dans les territoires indigènes. La région montagneuse de ce bassin est considérée comme étant l’un des 200 espaces écologiques prioritaires à échelle mondiale pour le Fonds Mondial de la Nature du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) (Franklin, 2007).

18 Entretiens août 2016.

19 L’expression de communauté épistémique a été introduite à la fin des années 1990 par des auteurs comme Emmanuel Adler et Peter Haas (Meyer et Molyneux-Hodgson, 2011).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie 1. Plantation de cacao, Catarina, Costa Rica, mars 2019
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/18486/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Photographie 2. Plants de cacao destiné à l’agriculture biologique, Bananito Sur, Costa Rica, mars 2019
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/18486/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Figure 1. Acteurs qui encouragent la production de cacao biologique Talamanca, Limón, Costa Rica, 2016
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/18486/img-3.png
Fichier image/png, 138k
Titre Photographie 3. Variété de barres de chocolat, boutique ACOMUITA, Territoire Bribri, Costa Rica, mars 2019
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/18486/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Titre Photographie 4. Boutique de vente de chocolat d’ACOMUITA, Territoire Bribri, Costa Rica, mars 2019
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/18486/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Titre Photographie 5. Eco Agricola Gaitan del Caribe, S.A., Costa Rica, mars 2019
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/18486/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 398k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carine Chavarochette et Tania Rodriguez, « Les territoires du cacao biologique, alternatives productives et femmes indigènes, Talamanca, Costa Rica », Études caribéennes [En ligne], 45-46 | Avril-Août 2020, mis en ligne le 15 août 2020, consulté le 26 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/18486 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.18486

Haut de page

Auteurs

Carine Chavarochette

Chercheur associée au CREDA-CNRS UMR 7227, carinechavarochette@gmail.com

Tania Rodriguez

Enseignant-chercheur Université du Costa Rica, Chercheur associé au Laboratoire ART-DEV UMR 5281, tania.rodriguezechavarria@ucr.ac.cr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search