Navigation – Plan du site

AccueilNuméros45-46Problématiques urbainesCorps et activités sportives dans...

Problématiques urbaines

Corps et activités sportives dans l’espace urbain. Le cas du street workout à Bordeaux. Une approche socio-anthropologique de l’éducation physique

The Body and Sporting Activities in the Urban Space. The Case of Street Workout in Bordeaux. A Socio-Anthropological Approach to Physical Education
Lechby François et Luc Robène

Résumés

Cet article propose d’étudier la construction du corps et plus largement d’appréhender les liens sociaux attachés à la pratique de nouveaux usages du corps dans la ville (Bordeaux), à travers la pratique du street workout. Cette activité physique essentiellement pratiquée en Occident depuis deux décennies, utilise comme agrès le mobilier urbain ou des matériels spécifiques dans le but de pratiquer des exercices physiques à visées hygiénistes. Cette manière de faire ensemble dans la ville est source de nouveaux rapports sociaux permettant de nouer d’autres liens à l’environnement. Comment analyser ce corps ainsi « urbanisé » et que nous apprend cette nouvelle pratique collective dans la Cité ? Quelle(s) forme(s) de socialisation(s) [culture, éducation] implique le street workout ? Cette étude s’adosse à un important travail de terrain : deux cents heures d’observation et douze entretiens semi-directifs. Elle montre comment des communautés de pratiquants se saisissent de l’environnement urbain pour le rendre éducatif et comment des sociabilités spécifiques émergent, et définissent des typologies de relations : personnelles, interpersonnelles et environnementales. Ainsi, un spot de street workout est un espace de socialisation dans la ville qui permet aux habitants de vivre leurs corps et de construire de nouveaux rapports aux autres et à l’espace urbain.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Blessisin718. (Consulté en 2020). Titre de la vidéo : Hannibal For King. Lien : https://www.youtube (...)

1Le street workout émerge et se développe dans les années 1990-2000. Il est porté par quelques pionniers comme Hannibal For King qui devient une des figures emblématiques de la pratique. Comme le montre Alain Muller dans une approche historique du phénomène en 2011, il est difficile de mettre en lumière les origines de la pratique en amont de cette période. Le street workout commence à s’imposer en Occident, comme en témoignent les infrastructures que l’on trouve aux Etats-Unis d’Amérique et en Europe. La vidéo1 d’Hannibal publiée sur les réseaux sociaux en 2008 constitue un moment emblématique de cette histoire qui va alimenter l’effervescence de la pratique. Cela a sans doute participé au processus d’institutionnalisation un peu partout à travers le monde.

2Ainsi, le street workout, ayant pour synonyme fitness urbain (Muller, 2016 : 47-48), est une activité physique qui s’exerce dans l’espace urbain au moyen d’éléments de l’environnement immédiat pour travailler le corps. Le pratiquant peut utiliser des équipements dont il détourne l’usage principal, comme les espaces de jeux pour enfants, ou des dispositifs ad hoc comme les spots de quartiers connus sous le nom de parcours sportifs de santé. Toutefois, le dénominateur commun des pratiques urbaines reste la volonté de se dépasser et la quête de nouveauté en milieu ouvert.

Photographie 1. Hannibal For King à la barre

Photographie 1. Hannibal For King à la barre

Cette image montre Hannibal For King exécutant des tractions et muscle-up en L-sit sur une barre.

Source : capture d’écran Youtube.

Photographie 2. Hannibal For King

Photographie 2. Hannibal For King

Hannibal For King réalise une figure qu’on appelle le front lever. Il ajoute les battements des pieds et rend l’exercice beaucoup plus complexe.

Source : capture d’écran Youtube, Czech Workout Official - XiOne and Lada

Photographie 3. Hannibal For King et la figure du drapeau

Hannibal For King réalise un drapeau (flag). Une simple barrière ou un arbre peuvent également servir de support. Source : capture d’écran Youtube

3Loin de vouloir embrasser de manière exhaustive l’ensemble des champs dans lesquels intervient le corps (en action), cet article esquisse une approche scientifique du corps s’exerçant de manière nouvelle et originale dans l’espace urbain. Notre étude s’appuie principalement sur les travaux de recherche en sociologie, en anthropologie et en sciences de l’éducation que nous avons conduits en 2017, durant une année complète de terrain. Cette perspective socio-anthropologique de l’éducation physique permet d’appréhender sous divers angles les enjeux liés à la pratique. La dimension sociologique permet d’interroger le « corps socialisé » et l’espace de socialisation (l’espace urbain). Celle-ci aborde l’organisation et le déroulement du street workout. Puis, vient le versant anthropologique qui questionne davantage la culture physique et les représentations qui lui sont liées ; celles qui renvoient le corps à des formes d’idéal-type, pour reprendre une expression de Max Weber. Le street workout ainsi abordé permet également de mettre en lumière le caractère éducatif, de cette activité physique et sportive dont il s’agit également d’interroger la dynamique actuelle d’institutionnalisation. Ce pan éducatif consiste à éclairer les mécanismes de transmission et les échanges (partages) qui s’opèrent dans la pratique de cette activité physique urbaine.

  • 2 C’est ainsi que va naître l’association Street Workout Bordeaux (SWB).

4Dans cette étude nous utilisons une démarche qualitative basée sur des observations participantes et des entretiens semi-directifs. Quatre spots ont été observés à Bordeaux : le premier est celui de Saige qui est un parcours sportif de santé situé à l’entrée de Pessac (ville de la banlieue bordelaise), dans une zone dominée par les grands ensembles collectifs. Entre un terrain de basket, un terrain de rugby, un plateau de skateboard se trouvent une barre de traction, deux bancs, une échelle, un rameur et quelques autres machines, le tout fixé dans le sol pour qu’étudiants et riverains viennent travailler leurs corps. Le second est le spot de la Cité du Grand Parc, à la périphérie de Bordeaux ; c’est également un parcours sportif, mais il se différencie de ceux de Saige et de Cenon par le fait que les agrès sont plus récents et attirent davantage de pratiquants de haut niveau. Le troisième spot est celui de Cenon. Il ne s’agit pas du parcours sportif de Cenon (ville de la banlieue bordelaise) qui d’ailleurs est peu fréquenté par les pratiquants de street workout, mais d’un spot privé édifié par un particulier, adepte de cette nouvelle pratique. Celui-ci dispose d’une barre de traction, deux barres parallèles et toute une série de matériels mobiles pour s’entraîner avec ses amis, quand il ne va pas lui-même sur d’autres spots pratiquer dans l’espace urbain.2 Le quatrième spot est celui du quartier des Queyries ; il est différent des autres spots, car il est homologué. Autrement dit, il y a beaucoup de structures faites pour supporter les effets de la pratique de street workout. Pour comprendre ce nouveau culte dédié au corps, ayant pour temple l’espace urbain, nous avons mené une douzaine d’entretiens semi-directifs avec les acteurs concernés : sponsors, organisateurs, sportifs ou non, etc.

Photographie 4. Échelle permettant de réaliser les tractions

Photographie 4. Échelle permettant de réaliser les tractions

Cette échelle posée à l’horizontale est l’une des structures permettant de réaliser les tractions. Le revêtement synthétique permet de travailler au sol après la pluie en toute sécurité.

Source : François, Grand-Parc, 2017

5Cette approche inductive et compréhensive permet d’interroger la volonté des pratiquants de mobiliser essentiellement le poids de leur corps en utilisant les structures et le mobilier de l’espace urbain. Mais, en matière d’objectivité, elle problématise également la position interne du « chercheur-expérimentateur », lui-même pratiquant et observateur des usages du corps et de l’espace qu’il participe à configurer et auxquels il donne sens. Notre posture envisage la recherche dans une perspective dynamique et réflexive : tout chercheur est en lien avec son objet étude, surtout lorsqu’il s’agit d’une activité qui se fait par « corps ».

6Cette démarche méthodologique fait référence aux travaux de Loïc Wacquant qui, dans son ouvrage de 2002, illustre la pertinence du croisement de l’observation participante et des entretiens, et de Marie-Madeleine Bertucci qui place la posture scientifique dans un contexte d’écriture dialogique : « soutenir qu’il y a une neutralité de l’écriture scientifique revient à reconnaître la part de créativité, qui revient au chercheur, et tout particulièrement lorsqu’il s’agit de décrire un terrain ». (2007 : 115-117). Campenhoudt, Marquet et Quivyne voient pas la proximité avec le terrain comme une fatalité, mais comme un atout qu’il faut exploiter avec intelligibilité (2017 : 12). Notre proximité avec le street workout offre donc des avantages, facilitant la construction des réseaux et la discussion, ouvrant sur une intégration recherchée (le chercheur se fond dans l’espace) afin d’accéder aux coulisses des pratiques.

7Cette recherche part du principe que le street workout dans l’espace urbain génère de nouveaux rapports sociaux. Car, chaque rendez-vous ou chaque croisement, même fortuit, s’explique en fonction d’un contexte. Ainsi, cette étude dépasse les idées reçues de l’environnement urbain souvent représenté comme un espace de violence, de délinquance, en cherchant à éclairer des relations individuelles et interindividuelles médiées par le corps dans un environnement spécifique, et par les aspects symboliques attachés à la pratique. Dans cette perspective, la problématique s’organise autour de deux questions principales. Que peut-on déduire de cette nouvelle manière de faire ensemble dans la ville et quelle forme de socialisation (culture et éducation) implique-t-elle ? Pour parvenir à y répondre, l’enquête définit un terrain de recherche autour des pratiques d’hommes et de femmes (organisés en team, sans team), âgés de 12 à 66 ans. Elle mobilise douze entretiens, auxquels s’ajoutent près de deux cents heures d’observations de terrain, témoignages et discussions informelles.

8Notre travail s’ouvre sur une réflexion méthodologique et épistémologique, questionnant la construction de l’objet à partir d’une première entrée : la place du street workout en sciences humaines et sociales. Notre réflexion propose ensuite un questionnement sur les liens entre corps et éducation avant d’éclairer, à partir du terrain le sens des pratiques, les formes de socialisation, les mutations observables, notamment autour de la question du genre, nous amenant à présenter plus largement les principaux résultats de notre recherche.

1. Street workout : activités physiques et sportives (urbaines) en sciences humaines et sociales

9La démarche épistémologique adoptée fait écho à la sociologie de la traduction autour de la théorie de l’acteur-réseau (Akrich, Callon et Latour, 2006). Elle insiste sur l’importance symétrique de l’humain et du non-humain (acteurs et actants) dans les processus sociaux et leurs environnements. Dans ce cadre, l’intelligibilité des phénomènes sociaux implique la mobilisation d’un réseau hétérogène d’actants dans l’espace et en contexte. Une position qui se rapproche de celle de Pierre Bourdieu qui sous-entend dans « La misère du monde » (1993) que la compréhension d’un lieu dépend du quotidien et de la réalité. Autrement dit, les pratiques sociales ne s’expliquent pas toujours d’elles-mêmes. Elles ont des raisons sociales desquelles les manières de faire découlent et prennent forme à travers l’humain. C’est le cas du street workout avec les agrès de l’espace urbain qu’on ne peut comprendre qu’en contexte.

10Le corps constitue une entrée essentielle en sciences humaines et sociales et principalement dans le champ de l’éducation. Il est un élément central de la culture, comme l’a montré Marcel Mauss en 1934 dans son article publié sur « Les techniques du corps », et, sur lequel est exercé l’acte éducatif. Le corps anthropo-éducatif est visible également dans les travaux de Loïc Wacquant (2002) qui, notamment dans « Corps et âme : carnets ethnographiques d’un apprenti boxeur », souligne sa place comme étant un élément d’ascension sociale. Ainsi, notre recherche rejoint ces travaux notamment sur la question de l’apprentissage par corps. Elle s’accorde également avec ceux de l’anthropologue Alain Muller sur le street workout qui aborde ces exercices du corps comme une pratique particulièrement distincte (dissonante) des usages sportifs désormais classiques dans laquelle les gens sont dehors, « sans machines » construites spécifiquement pour elle, et développent cependant un « esprit de corps ». Ces valeurs qui soudent cette communauté de fait peuvent conduire jusqu’à une opposition frontale avec les autres pratiques culturistes traditionnelles. Cet élément tend à éloigner le street workout des objectifs traditionnels de la musculation pour marquer son originalité. Par exemple, un pratiquant peut insister sur le caractère esthétique d’une figure, plutôt que sur l’efficacité anabolique d’un mouvement. Finalement, c’est intrigué par la richesse et l’étrangeté de cette activité que s’est définie notre position de chercheur-expérimentateur auprès des pratiquants, en vue d’un travail scientifique destiné à étudier cette nouvelle manière d’entretenir le corps, nous engageant à faire littéralement corps avec les « Frères de Barres » (expression imagée issue d’une discussion informelle sur le site du Grand Parc et qui fait écho au nom d’une team : Bar brothers). Ce choix conscient de l’engagement physique dans la recherche, par les enjeux épistémologiques qui en découlent, ne pouvait que motiver et nourrir le regard curieux que le scientifique porte sur l’engagement du corps dans les activités physiques et sportives urbaines (APSU).

  • 3 Ils pratiquent la glisse dans la ville. Par conséquent, les usagers font partie des obstacles à évi (...)
  • 4 C’est une activité sportive urbaine qui consiste à tracer son propre chemin dans l’espace urbain. P (...)

11Les APS (Activités Physiques et Sportives) dans l’espace urbain représentent une nébuleuse, un écosystème dont le véritable ancrage et champ d’action est le spot, à l’image d’autres pratiques urbaines comme le skateboard3, le parkour, 4etc. (Glauser, 2010 ; Lebreton, 2010). Ces écosystèmes forment une culture écologique urbaine dans la mesure où le street workout développe de nouvelles manières d’appréhender et d’utiliser le mobilier existant ; sans en créer d’autres ni endommager l’environnement. Donc, un espace écologique et culturel (Ogbu et Simons, 1998) qui incite à pousser encore plus loin le questionnement à propos du milieu urbain et des activités qu’il contribue à générer. Ce milieu spécifique semble en effet toucher profondément le corps, les usages du corps et ses représentations, inscrivant le street workout dans un grand ensemble plus vaste dans lequel il commence à trouver sa place.

  • 5 Dans la même période, des pratiques nouvelles se développent dans les quartiers populaires comme le (...)

12Pour comprendre ce qui anime l’activation du corps dans la ville, Florian Lebreton en 2010 propose une lecture du système de fonctionnement de ce qu’il appelle l’» urbanité ludique » (Lebreton 2010). L’ensemble des structures urbaines est concerné par cette quête de nouveau « soi ». Les pratiquants s’amusent en s’exerçant sur des éléments comme les trottoirs, les murs, les grillages, la rue, les réseaux de canalisation, les parcours sportifs de santé… Or, les diverses activités physiques pratiquées dans la ville ne sont pas liées à un manque de loisirs, mais à un jeu de création5. C’est un nouveau rapport avec l’environnement qui apporte des éléments de connaissance. Dans le cadre du street workout, on peut se poser la question : s’agit-il d’une volonté de jouer avec les interdits ou d’une forme de contestation de certaines formes de pratique (sportive) sociale ? Gasparini et Nuytens (2005) soutiennent que « la pratique sportive auto-organisée, urbaine ou en pleine nature, n’est pas forcément la traduction en acte sportif d’une contestation du système sportif et social ». Pour Le Breton (2010), c’est « … une réelle fonction sociale où culmine le goût de vivre ensemble dans le “don d’un rien” qui fait toute la valeur de l’existence individuelle et collective ».

  • 6 L’humain se fortifie tant physiquement que dans la confiance qu’il gagne dans l’estime de sa person (...)

13Le « sport » qui, jadis était utilisé pour résoudre des problèmes, risque d’en créer de nouveaux puisque les éléments de l’espace urbain utilisés (par exemple : le lampadaire pour les pratiquants de street workout) sont situés à la « limite » du système de contrôle social. Car, si les citoyens font la ville, alors doit-on leur interdire de faire ce qui n’y est pas proscrit par la loi ? D’autant plus que ceux qui font la ville regardent et observent les spectacles, qui, parfois, comportent quelques risques. Dans ce contexte, l’espace urbain ne relève plus seulement des usages « ordinaires ». C’est aussi un terrain de jeu (sportif et de compétition informelle et formelle), un endroit où l’on se fortifie6 au moyen d’une pratique physique. Dans ce cas, que représentent les acteurs (l’humain) et leurs actions connectées aux actants (le non-humain) dans la ville ? Et quel sens donner à cette reconfiguration ludo-sportive de l’espace urbain dans le cadre original du street workout ? Pour tenter de comprendre ces dimensions, une lecture du volet éducatif de l’activité est importante.

2. Street workout ou le développement d’une nouvelle culture physico-éducative dans l’espace urbain

  • 7 Intervention du professeur Luc Robène. D’où vient l’éducation par le sport ? Forum « prospective » (...)

14Sur l’éducation par le sport, l’historien Luc Robène lors d’une conférence en 2010 a évoqué l’héritage de Pierre de Coubertin qui prônait un sport vertueux qui insère, apprend le respect, etc. Cette intervention met en exergue les enjeux potentiellement éducatifs du sport, donc, du corps dans l’acte « éducatif ». « Le sport, c’est ce qu’on veut bien en faire »7, dit-il. En prenant en compte ce discours et en considérant l’objet de cet article, il devient possible de considérer la dimension éducative du street workout qui participerait dans la nouvelle forme d’éducation physique, adaptée aux usages du temps et de la société dans laquelle elle s’insère, en particulier dans ses dimensions personnelles, et libre de toutes contraintes, si ce n’est celles que les individus se donnent à eux-mêmes en mobilisant de manière innovante le cadre urbain. La pensée durkheimienne de l’éducation rappelle également deux éléments importants à propos de l’éducation : l’aspect physique et mental.

15Le développement de ces éléments implique la culture qui, elle-même, engendre les « identités » des pratiquants d’APS dans l’espace urbain. L’identité est un construit culturel et social, un élément culturel instable, mouvant, irrationnel, qui comme le montre Nathalie Heinich en 1995, implique un modèle ternaire : identité pour soi, pour les autres, sous le regard des autres. Elle est comprise comme un allant de soi, par celles et ceux à qui elle est liée sous la forme des manières de faire, d’être et de vivre d’un individu ou d’un groupe. Dans ce schéma de pensée, Renaud Sainsaulieu note que « prévoir l’autre, le partenaire de relations, dans toute la complexité de sa personnalité n’est pas un phénomène simple, car cela suppose que l’on soit capable de reconnaître et d’accepter sa différence. Or, c’est à ce point clé de l’activité perceptive d’un sujet que s’impose tout l’écran des relations sociales. » (2014 : 401) En effet, entre des conceptions différentes Rachid Amadouche soutient que l’identité constitue donc un facteur essentiel dans la question du lien social (Ferréol, 2018 : 113). Le street workout mobilise l’espace urbain dans lequel s’exerce le corps, avec les autres, sous le regard des autres, pour soi ; il constitue un catalyseur très intéressant pour observer ce jeu d’éléments, non-neutres, à la fois subjectifs et objectifs, qui participent à la construction des identités. Il peut être comparé à une forme d’institution (un corps social) au sens où celui-ci a ses règles de fonctionnement ou tout simplement, une vision du monde avec des manières de faire : goût du risque, jouer avec la limite de l’interdit, création d’un nouveau soi, etc.

  • 8 D’où notre préférence pour l’APSSU : Activités Physico-Sportives, Spirituelles et Urbaines, de mani (...)

16Ainsi, le street workout, comme toute activité, a ses codes découlant des normes et valeurs issus du système social. Cette pratique s’inscrit à la fois dans une dynamique physico-sportive et spirituelle8 qui rejoint la conception initiale de l’éducation chez Emile Durkheim. Les observations que nous avons menées sur le terrain, confirment cette dimension éducative du street workout qui devient le temps et le lieu d’échanges, générant également une sociabilité spécifique. Il s’agit par exemple de partager son eau, sa nourriture, s’inviter à prendre un verre, ramener quelqu’un en voiture, tourner autour de la barre en réalisant des exercices, échanger des connaissances autour de la réalisation ou de l’intérêt de telle ou telle figure, mais également de raconter sa journée de travail, de parler de la culture, du déroulement de son voyage, etc. L’entraide qui se manifeste fréquemment et spontanément au cœur de la pratique constitue un autre exemple de lien social construit dans ces échanges. Par ailleurs, cette convivialité observée est une « convivialité conditionnelle et conditionnée par l’esprit workout ». Ce « don contre don », pour reprendre la désignation de Marcel Mauss (1925) est comme tous les échanges de la vie courante qui ne sont pas nécessairement sans intérêt, l’un des piliers de la vie sociale qui s’organise au fil des engagements physiques observés. Il y a une forme de « feedback » que celui qui donne, cherche à avoir ou à savoir dans la pratique ou ailleurs.

  • 9 Intervention du professeur Dominique Bodin. Le sport peut-il être naturellement éducatif ? Forum «  (...)

17Le lieu de la pratique est, temporairement ou définitivement, une interface où nouer l’amitié. Et cela peut entraîner une relation « hors-spot ». Pour rejoindre Dominique Bodin : « le sport n’est ni bon par nature ni insérant par nature ni éducatif par nature, […] il va falloir chercher autre chose. »9 Le street workout génère donc des conditions spécifiques propices au développement d’une vie sociale originale amenant spontanément des individus qui ne se connaissent pas nécessairement à échanger sur le site de l’activité, durant et à cause de la pratique, articulant le social et l’altérité. Le street workout est éducatif, comme toute activité physique par la dimension culturelle et le mélange social qui le facilitent, par l’échange, et par l’usage partagé qui est fait du spot. Ce processus éducatif peut être visible lors de l’intégration d’un nouveau pratiquant.

  • 10 Cela peut survenir lors d’un passage près d’un spot ou en s’informant sur internet via les vidéos d (...)

18Ce processus proche d’une pédagogie peut être résumé autour des quatre points suivant. Au préalable, rappelons que devenir pratiquant de street workout est une quête de nouvelles manières de faire et/ou de changement. C’est une démarche personnelle attachée au système de partage en réseau10.

    • 11 Un enquêté l’appelle : petit moment de solitude. (Cf. entretien, 2017)

    Tout d’abord, le contact avec les agrès ou le premier entrainement, fait très souvent l’objet d’un temps d’observation. C’est le temps d’une première impression11. Puis, viennent des questions, ensuite l’essai pour faire corps avec les barres. Cette ambiance s’instaure au début du processus d’échange et/ou de changement : physique, mental, etc. À partir de là, l’individu s’informe pour (in ou se) former : il mime, essaie, réfléchit… C’est le processus d’(auto) inscription dans la pratique et dans l’espace.

    • 12 La raison peut paraître évidente, mais les exercices de street workout sollicitent des muscles inha (...)

    Une fois informé, s’enclenche le projet physico-sportif via la fixation des objectifs (même partiellement) atteignables ou pas. Cette démarche qui repose sur la motivation et essentiellement l’auto-motivation, passe par le stade du renforcement musculaire. Un stade non négligeable pour débuter le street workout.12

    • 13 Par cette phrase, j’entrevois : « La réussite est dans l’effort ». Même s’il est possible d’adopter (...)

    En ce sens, motivation et constance dans l’entrainement laissent apparaître des résultats. C’est le cas d’un pratiquant qui s’est fracturé un bras lors de l’inauguration d’un spot. Par la suite, il s’est tatoué la phrase suivante : « No pain no gain. »13 Donc, tout compte pour se motiver, s’identifier, y compris les formes de relations développées « au spot » et avec autrui.

  • En dernier lieu, il faut noter que le fait de ne pas être musclé ou ne pas savoir réussir un exercice n’empêche pas de commenter, de donner son avis. Même si l’expérience basée sur l’ancienneté compte pour beaucoup dans la hiérarchie des valeurs d’un discours sur l’activité ou l’exercice en question.

19Le temps de cette première impression permet de choisir, son style dans la pratique de street workout, son projet dans l’activité, etc. entre les deux modèles : « set & rep » et « freestyle », ou un mix des deux. Le tableau 1 résume cette façon de faire ensemble, avec la possibilité de mixer ou non les deux tendances et les dispositifs associés.

Tableau 1. Le street workout entre deux modèles : « set & rep » et « freestyle »

Tableau 1. Le street workout entre deux modèles : « set & rep » et « freestyle »
14 »
  • 15 Le discours dans la pratique varie beaucoup. Il y a les « blagues-insultes » qui servent de motivat (...)
  • 16 Propos d’un pratiquant lors d’un entretien en 2017.
  • 17 Pour convaincre quelqu’un d’intégrer l’activité, le pratiquant se donne à fond pour l’épater, mais (...)

20Tout cela ne se passe pas sans une touche d’ironie, parfois excessive. Mais de manière générale, les plaisanteries15 commencent en prenant de l’assurance. Par exemple : au moment où l’individu vient de rater son exercice, son enchainement ou son passage, on lui dit : « ça c’était quoi ? ». Et même des mots comme « Bravo ! » et « Allez ! », peuvent être polysémiques. Ainsi, le street workout développe aussi un langage : il y a les mots, les gestes et les mimes. Toutefois, ces mêmes mots peuvent être très sincères. Notamment, quand quelqu’un réussit un mouvement qu’il a longtemps travaillé ; le groupe vient congratuler le pratiquant. D’une certaine façon, on vit le succès de l’autre dans la pratique. C’est une certaine unité, un sentiment d’appartenance qui rassure et favorise l’intégration d’un débutant. C’est le paradoxe du street workout : une activité « individuellement collective »16. En effet, une fois que les pratiquants se fondent dans la masse, tout dépend du niveau ; ceux qui le souhaitent, se préparent pour d’éventuelles compétitions (on entre alors dans une phase d’institutionnalisation de la pratique), mais avec le soutien des collègues qui s’entrainent ou pas en conséquence. C’est aussi un processus d’apprentissage en spirale.17

21Dès lors, comment fait-on pour identifier quelqu’un qui sait ? Quel que soit le résultat d’un individu lors des compétitions, c’est un compétiteur qui a déjà un long parcours. Ses expériences légitiment ses conseils même si beaucoup d’autres facteurs sont à considérer. Plus on pratique, plus on connaît et découvre son corps, plus son réseau social se développe et s’étend pour donner une visibilité et générer une notoriété dans le domaine. Et, plus les pratiquants participent aux évènements (training, inauguration, compétition…) plus leur réseau s’agrandit et donne une légitimité : l’individu devient une référence dans la pratique. Voilà en quelque sorte un schéma décrivant le processus de socialisation, au sens de l’éducation, qui construit l’individu dans l’espace de réalisation du street workout à Bordeaux.

Photographie 5. Des pratiquants qui « pompent » de manière synchronique

Photographie 5. Des pratiquants qui « pompent » de manière synchronique

Cette image est une illustration des pratiquants qui « pompent » de manière synchronique. Par la même occasion, l’on peut voir la façon dont les corps s’entrelacent pour l’exécution de l’exercice.

Source : François, Queyries 2017

3. Street workout, la pratique d’une nouveauté : passage du lifestyle ou au way of life ?

  • 18 Quand on dit compétition, on voit jury. Ce dernier est la représentation de l’institution (pour le (...)

22Comme toute pratique humaine, le street workout évolue sans perdre son ossature. Cela est visible lors des entrainements et durant la majeure partie des compétitions18. Plusieurs profils se dessinent : ceux qui privilégient l’entretien physique et sont en quête de bien-être et ceux qui, à force de progresser, peuvent se permettre de participer à des compétitions. Donc, le projet des « workouters » peut varier dans le temps (et) en fonction des projets physico-sportifs.

  • 19 En résumé, ce sont eux qui font spécialement un maximum d’exercices de traction et muscle-up en var (...)

23Lors d’un entretien sur le spot des Queyries (Bordeaux) en 2017, un pratiquant soutient l’idée que le street workout peut devenir un sport à part entière ; à condition d’ajouter l’aspect compétitif dans son intégralité. Certes, cette dimension « sportive » est même présente dans l’activité, mais elle nécessiterait quelques structurations du point de vue de la réglementation. Selon ce pratiquant en effet, les règles vont de « tout à rien ». L’intention, également, participe de cet esprit sportif : lors des entrainements, tout se passe comme si l’on se préparait pour « des compétitions ». Mais cette dimension compétitive se heurte à la plasticité des règles et à la logique des défis et des performances. Car, dans une compétition, un puller 19 peut être dans l’obligation d’atteindre la barre en la touchant avec le menton. A la prochaine, on peut lui demander d’arriver au niveau des pectoraux ou d’aller toucher un fil placé à une certaine hauteur.

Photographie 6 : Cette image montre un des exercices de freestyle appelé » 360 »

Photographie 6 : Cette image montre un des exercices de freestyle appelé » 360 »

Le pratiquant doit se propulser dans l’air et faire un tour complet (360°) sur lui-même avant de rattraper la barre.

Source : François, Cenon 2016

Photographie 7. Le pratiquant réalise un muscle-up

Photographie 7. Le pratiquant réalise un muscle-up

Il fait une grande traction et ajuste synchroniquement ses poignets de sorte que le haut du corps vienne se positionner au-dessus de la barre pour la réalisation d’un dip (une pulsion).

Source : François, Saige 2017

24Entre bien-être et compétition, à l’intérieur du street workout, il existe deux tendances ou parcours définissant deux styles de pratique : le set & rep et le freestyle. Dans le set & rep, il s’agit de s’entrainer à faire le maximum de répétitions d’un exercice autour d’une norme donnée, par exemple, réaliser le maximum de tractions proprement en touchant la barre avec les pectoraux. Or, les enjeux du freestyle concernent essentiellement l’originalité, la créativité, la gestion du temps et le nombre d’exercices enchainés dans un temps limité. La perfection ou l’excellence d’une performance est jugée par les collègues lors des entrainements et par un jury en cas de compétition.

  • 20 Quant aux styles et leurs rayonnements, on n’est jamais très loin de la dichotomie entre l’anciens (...)
  • 21 Ceux qui font spécialement des exercices de pulsion. Par exemple : pompes.

25Cependant, les deux tendances se complètent : « la traditionnelle » qui fait référence au set & rep et « la nouvelle » qui se rattache au free style peuvent faire l’objet de mixage par le pratiquant qui adopte les deux tendances.20 En effet, la tendance freestyle est plus spectaculaire et les jeunes s’y investissent davantage. Toutefois, quelle que soit la tendance adoptée, une bonne préparation physique est recommandée si l’on souhaite améliorer ses performances. Le renforcement, via le set & sep, consolide les muscles afin de diminuer les risques de blessures lors des acrobaties en free style. Parallèlement à cette idée d’attraction pour le free style, la performance d’un « pusher »21 ou d’un « puller » laisse apprécier l’esthétisation de l’effort, l’endurance et la virilité.

  • 22 Certains acteurs du monde économique ont des partenariats avec les organisateurs des événements urb (...)
  • 23 David Le Breton dans un ouvrage collectif titré « Corps en formes » publié en 2013. Au chapitre Amo (...)
  • 24 En 2017, la Mairie de Bordeaux participe à l’organisation des événements de street workout à Queyri (...)

26Dans cette dynamique, le street-workout est désormais, une APS urbaine en pleine effervescence à Bordeaux. Il acquiert plus de visibilité, car la pratique gagne en intensité dans les parcours sportifs de santé et d’autres lieux publics. Autant dire que c’est un phénomène social. Les personnes manifestent le besoin de se voir (et se montrer) autrement dans leurs corps et dans l’espace. D’où cette demande de transformation de et/ou dans l’environnement urbain où l’on pratique une activité qui est accessible, gratuite et conviviale. Cette trilogie explique la base de « l’esprit workout », voire « l’éthique workout ». Toutefois, l’influence du capitalisme22 conditionne cette « éthique » et engendre des stratégies pour rendre l’activité rentable économiquement.23 Toujours dans cette même lignée, les pouvoirs publics exercent plus ou moins directement un contrôle car ce sont eux qui aménagent et contrôlent l’espace urbain.24 Dans cette dynamique, beaucoup de personnes commencent à vivre la pratique comme une forme d’engagement pour leur liberté à s’approprier leur cadre de vie. Cela ne s’arrête donc pas seulement à un phénomène de mode, mais devient pour certains, un mode de vie. Dès lors, si, le street workout, peut apparaître comme une activité physique à la mode, celle-ci ne se résume pas seulement à l’idéal typique du corps sculpté ou musclé. Il y a aussi le fait de vivre dans un corps en mouvement, un corps dynamique. Un véritable état d’esprit se développe dans l’espace urbain de Bordeaux et un peu partout en France.

  • 25 Exercice consistant à positionner son corps à l’horizontale comme le drapeau. On peut y voir un cor (...)

27La construction de l’estime de soi est également un aspect fondamental. Que l’individu soit compétiteur ou non, savoir impressionner ou capter l’attention d’autrui au moyen de belles figures et d’exécutions parfaites, comme la maîtrise d’un « drapeau »25 par exemple, constitue un ressort fondamental de l’activité. Cette capacité n’est pas à la portée de tous. Elle fait naître un autre aspect de sa personne et ne s’arrête pas seulement à la puissance et sa virilité. C’est également de l’estime de soi et des autres qu’il est question. Le street workout offre donc de nouvelles opportunités de se construire, physiquement et mentalement. Il apporte du nouveau dans la vie des pratiquants. Mais quels modes de regroupement implique-t-il ?

28On peut observer deux types de regroupement : informel et formel. Généralement, l’informel regroupe ceux qui vivent le street workout en dehors d’une association. On pratique pour sa santé (le bienfait physique, mental) et pour rencontrer du monde. Souvent, les pratiquants concernés ne sont pas membres d’une association et n’envisagent pas de s’engager dans des compétitions. Ils pratiquent entre amis et parfois avec des membres d’associations. En revanche, la pratique en association est formelle puisque l’individu fait partie d’un groupe auquel il peut s’identifier. En cela, il y a le port de la marque de l’association qui promeut une sorte d’identité collective et identifie la pratique à un groupe délimité. Ce mode de regroupement associatif renvoie les nouveaux arrivants (et les institutions) à une légitimité plus immédiatement perceptible puisqu’inscrite dans une officialisation (association, but, objet, etc.) gravée dans la loi (1901).

29Cette distinction est importante car elle souligne l’appartenance à des formes différenciées de pratique et le lien complémentaire, mais distinct des deux tendances workout. Le fait d’intégrer la pratique formelle ou informelle influence d’une manière ou d’une autre, la conception que l’individu se fait de la pratique. Pour ceux qui vivent le workout comme un life style : c’est une nouvelle tendance sportive, une nouvelle manière de prendre soin de soi, de faire ensemble, de se découvrir ou d’appréhender la ville, voire de rejeter l’ancien… Ainsi, l’effet groupe alimente la conception de la mode. Il en va de même pour ceux qui le définissent comme un way of life. Mais ces derniers, peu importe la météo, consacrent un temps plus important au street workout car ils préparent des compétitions d’envergure (nationale et internationale). L’engagement n’est pas le même, ils ne peuvent pas se passer d’une séance. Ils vivent le street workout comme étant sportif de haut niveau.

30En somme, l’adepte du way of life, dans le cadre d’une pratique informelle, finira par intégrer une pratique formelle au moyen d’un regroupement quelconque, s’il aspire à s’imposer lors d’une compétition nationale et/ou internationale. Car, à ce stade, la concurrence est rude. Donc, il lui faudra un meilleur encadrement pour mieux vivre sa pratique.

31Ainsi, dans ce schéma d’activité physique urbaine à la fois informelle et formelle du street workout, se croisent des pratiquants en quête de la forme et des formes. À partir de ce phénomène de mixage de plusieurs modèles d’appréhension de la culture physique, se développe un espace de partage, de changement et d’apprentissage qui opère dans le temps et agit sur les pratiquants. C’est une réinvention qui se vit de deux manières, à la fois comme un phénomène de mode et comme un mode de vie.

4. Street workout, un sport genré?

32Le street workout, par son originalité dans la réalisation des exercices, est une activité physique et sportive à part entière. Sa manifestation dans l’espace urbain de Bordeaux donne une bonne lecture de la pratique qui suscite une remise en question. Par exemple, sur le plan identitaire notamment via la question du genre : s’il s’agit d’une pratique nouvelle en milieu ouvert et dotée d’une certaine accessibilité, comment expliquer la prépondérance du genre masculin dans l’espace ?

33En effet, le street workout est une activité qui attire plus d’hommes que de femmes. Cela est visible lors des séances d’entrainement ou de tout rassemblement workout. Par exemple, pendant les activités workout, il y a en réalité, dans le cercle immédiat de l’activité, plus de joggeuses que de pratiquantes réelles de street workout. Pour expliquer ce phénomène, on peut émettre l’hypothèse que l’éducation est l’une des raisons fondamentales. Car, dès l’enfance, on naturalise l’effort physique intensif beaucoup plus dans l’éducation des hommes que celle des femmes. Or, le street workout est une activité qui sollicite beaucoup d’efforts physiques, valorisant le culte de la force et de l’agilité. Un autre paramètre entre en jeu : le milieu dans lequel s’exerce l’activité physique. Ceci est déterminant dans la construction des masculinités et des féminités. Ainsi, on peut questionner la place et la position voire le rôle des femmes dans des milieux (et des activités) réputés « virils », dominés de fait par les hommes. S’interroger de cette manière laisse entrevoir l’existence d’une sorte de délimitation de l’espace de la pratique, parfois inconsciente, liée au genre qui varie en fonction des activités physiques. Le street workout serait en ce sens un territoire éminemment masculin. Christine Mennesson (2005) montre qu’une pratique physique dite masculine n’est pas sans conséquence dans cette situation. Alain Mueller (2016)abonde en ce sens à propos de la construction identitaire des femmes dans le street workout, en particulier lorsqu’on s’attache à étudier le regard et les encouragements des hommes lorsqu’une femme est à l’œuvre ; par exemple, une femme qui réalise des tractions impressionne déjà, et attire l’attention du public qui l’entoure dans l’espace workout. La traction est un des exercices réputés difficiles pour les femmes, donc celles qui parviennent à faire des muscle-up ont un très bon niveau.

34Un autre élément à considérer est l’implantation de la pratique. Le street workout est une pratique qui fait souvent référence à la rue et aux quartiers difficiles. Dans ces endroits où se concentrent les populations défavorisées, les stéréotypes attachés au culte de la force et du corps habile renvoient davantage au genre masculin. Or, on y rencontre pourtant des personnes de genres et d’origines sociales différents. Quant à la question de la diversité sociale culturelle, elle nécessite un regard particulier. Car, hommes/femmes, riches/pauvres, en quête de forme physique parfois utopique, vont faire du corps un élément important à façonner dans cet espace commun.

35In fine, des grandes tendances sont repérables. Elles permettent de modéliser la pratique du street workout dans la ville de Bordeaux. Tout d’abord, les pratiquants de street workout sont des individus qui sont à la recherche d’un dépassement de soi, que ce soit en termes de dépense physique ou de (re) découverte de son propre corps. Ensuite, cette (re) découverte est suivie par l’envie d’une nouveauté dans l’activité physique : des personnes qui sont en quête de changement et qui veulent une sorte de rupture avec l’ancien. Ces individus, principalement des hommes, sont à la recherche de nouvelles formes de connaissances, de nouvelles manières de s’intégrer. Puis, viennent ceux qui estiment que la pratique physique en milieu ouvert permet d’agrandir son réseau social. Ils s’engagent « corps et âmes » dans une pratique « sportive » originale de l’espace urbain dans le but de rencontrer de nouveaux amis, de découvrir de nouvelles manières d’être amis, etc. Il s’agit pour eux de développer de nouveaux liens sociaux : « les frères de barre ». Cette appellation représente tout un état d’esprit, une autre façon de faire famille. Enfin, par cette activité, l’individu appréhende l’espace urbain différemment, c’est-à-dire en inventant ou en réinventant le réel. Il appréhende une nouvelle forme de connaissance dans (et à partir de) l’espace urbain. C’est aussi une façon de profiter de sa liberté en se mesurant aux règles sociales, environnementales et spirituelles. Plus pragmatiquement, ce choix est aussi économique et réfléchi. Nombreux sont ceux qui envisagent la gratuité de l’activité, l’accessibilité en tout temps et en tout lieu, pour un résultat souvent bien meilleur ou égal à ce que l’on peut obtenir dans un club ou dans une salle, en payant un coach pour éduquer ou redresser son corps.

36Ces cinq tendances repérées dans le cadre de notre recherche consacrée au street workout à Bordeaux, illustrent une forme de développement en spirale d’un corps activé dans l’espace de la ville, insistant sur l’importance des identités forgées autour de la convivialité et d’un savoir-faire urbain. Les pratiquants rencontrés au cours de cette recherche insistent tous sur le fait que le street workout conduit à un état de bien-être où souvent l’individu semble vivre dans un corps fortifié. Dans tous les cas : c’est un véritable apprentissage par corps.

En guise de conclusion

37Le street workout constitue une forme de pratique physique originale implantée au cœur de la ville, qui mobilise l’espace urbain et son mobilier pour développer des compétences physiques lesquelles ouvrent sur la construction de liens sociaux spécifiques. Trois types de relation se développent autour de cette activité. La première est une relation personnelle, dans la mesure où l’acteur s’exerce pour son bien-être ou pour sa forme (mais qui n’a de sens qu’aux yeux des autres). Ensuite, la seconde est la relation interpersonnelle, c’est le lien qui existe entre pratiquants, voir la notion de convivialité conditionnelle. Enfin, la troisième relation est celle à l’espace de pratique qui crée un sentiment de liberté et d’appartenance qui se manifeste chez les pratiquants et qui génère plus largement une éthique workout, favorisant ce que les pratiquants décrivent comme une liberté nouvelle gagnée dans l’espace public. Le street workout est un vecteur d’apprentissage et une source d’éducation importante en fonction de la façon dont il est abordé dans l’espace. Les workouters créent des relations exceptionnelles avec l’espace pour dresser leurs corps. Dans ce processus, ils vivent en quelque sorte « la ville dans leurs corps » sous la forme d’un corps prolongé par et dans l’espace. Ainsi, l’individu se réévalue, se ré-estime, s’attribue un nouveau soi. Ce renouveau urbain du corps tend à s’incarner au-delà des exercices physiques dans une relation et des échanges spécifiques avec les autres pratiquants.

38Cette manière de vivre l’environnement ne change pas selon que l’on soit membre ou non d’une association, mais ce que vit un « professionnel de street workout » est différent de ce que peut vivre un simple amateur. Les enjeux ne sont pas les mêmes. Les personnes qui vivent le workout de manière engagée participent à rendre prégnants les enjeux économiques. De fait, la construction de spots homologués montre que les pouvoirs publics prennent la mesure de l’importance du street workout au moment où le bien-être physique et mental sous toutes ses formes devient de manière plus évidente un enjeu de société.

  • 26 La gratuité, l’accessibilité, la convivialité autour d’un corps qui appréhende les agrès de la vill (...)

39Enfin le street workout manifeste un autre rapport des citoyens à la Cité. Cette nouvelle pratique physique donne une autre vie à l’espace urbain à travers l’utilisation de plusieurs types de matériels. Bancs, trottoirs et autres accessoires du mobilier urbain, sont détournés des usages premiers par les workouters. Le street workout devient la forme manifeste d’une libéralisation26 de l’activité physique et sportive. Cette manière de faire ensemble dans la ville autour des idéaux sociaux fait également apparaître des normes corporelles nouvelles que manifeste l’agencement d’une pédagogie collective et implicite ouvrant sur la libération des corps ou tout au moins sur la libération des manières d’agir sur son propre corps. Les personnes se cultivent et témoignent d’une volonté manifeste de (re) nouer une relation avec la nature : profiter de l’air naturel (fut-il idéalisé dans le cadre des villes polluées), agir en toute liberté, entreprendre par soi-même, avec les autres dans un cadre familier ou tout, pourtant, reste à inventer.

Haut de page

Bibliographie

Akrich, M., M. Callon et B. Latour (2006). Sociologie de la traduction, Paris, Presse des Mines.

Bertucci, M.-B. (2007). « Le chercheur et son terrain : Peut-on parler d’un “objet de recherche” en sciences humaines et sociales ? », Le français aujourd’hui, 159 : 113-118.

Bourdieu, P. (1993). La misère du monde, Paris, Éditions du Seuil.

Campenhoudt, L.V., J. Marquet et R. Quivy (2017). Manuel de recherche en Sciences Sociales, Paris, Dunod.

Durkheim, E. (1922). Éducation et sociologie, Paris, PUF.

François, L. (2016-2017). Une nouvelle génération d’activités physiques et sportives urbaines : cas du street workout à Bordeaux, Bordeaux, Mémoire de Master 2, Collège Sciences de l’homme, Université de Bordeaux.

Gasparini, W. et W. Nuytens (2005). Sports et Identités, Paris, L’Harmattan.

Glauser, J. (2010). « L’image d’une ville, regard sur la pratique du skate à Tokyo », Ethnographiques.org, 20 : 1-23.

Heinich, N. (1995). « Façons d’“être” écrivain. L’identité professionnelle en régime de singularité », Revue française de sociologie, 36 (3) : 499-524.

Koebel, M. (2010). « L’intégration par le sport : une croyance durable », Empan, 79 : 28-39.

Lebreton, F. (2010). Cultures urbaines et sportives « alternatives » : socio-anthropologie de l’urbanité ludique. Socio-anthropologie de l’urbanité ludique, Paris, L’Harmattan.

Mauss, M. (1925/2012). Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques, Paris, PUF.

Mauss, M. (1934). « Les techniques du corps », Journal de psychologie, XXXII : 271-293.

Menesson, C. (2005). Être une femme dans le monde des hommes : Socialisation sportive et construction du genre, Paris, L’Harmattan.

Mueller, A. (2016). « Construire le street workout, faire le genre : snapshot ethnographiques sur le bricolage identitaire engagé par les pratiquant-e-s de “fitness des rues” ». Sciences sociales et sport, 1 (9) : 42-82.

Ogbu, J.U. & H.D. Simons (1998). ‘Voluntary and Involuntary Minorities: A Cultural-Ecological Theory of School, Performance with Some Implications for education’, Anthropology & Education Quarterly: 155-188.

Sainsaulieu, R. (2014). L’identité au travail. Les effets culturels de l’organisation, Paris, Les presses de Sciences Po.

Wacquant, L. (2002). Corps et âmes : carnet ethnographique d’un apprenti boxeur, Marseille, Seconde édition, Agone.

Haut de page

Notes

1 Blessisin718. (Consulté en 2020). Titre de la vidéo : Hannibal For King. Lien : https://www.youtube.com/watch?v=A8vWV3J0QNc.

2 C’est ainsi que va naître l’association Street Workout Bordeaux (SWB).

3 Ils pratiquent la glisse dans la ville. Par conséquent, les usagers font partie des obstacles à éviter.

4 C’est une activité sportive urbaine qui consiste à tracer son propre chemin dans l’espace urbain. Parfois, on les appelle « traceur ». Et dans un esprit libre, ils dépassent les contraintes liées à la ville pour tracer leurs chemins.

5 Dans la même période, des pratiques nouvelles se développent dans les quartiers populaires comme le hip-hop (qui fait son apparition en France dès les années 1980). (Koebel, 2010).

6 L’humain se fortifie tant physiquement que dans la confiance qu’il gagne dans l’estime de sa personne.

7 Intervention du professeur Luc Robène. D’où vient l’éducation par le sport ? Forum « prospective » du CESER de Bretagne. Novembre 2010 – Rennes. https://www.dailymotion.com/video/xibsns

8 D’où notre préférence pour l’APSSU : Activités Physico-Sportives, Spirituelles et Urbaines, de manière à saisir le corps dans sa globalité.

9 Intervention du professeur Dominique Bodin. Le sport peut-il être naturellement éducatif ? Forum « prospective » du CESER de Bretagne. Novembre 2010 – Rennes. https://www.dailymotion.com/video/xibtk8

10 Cela peut survenir lors d’un passage près d’un spot ou en s’informant sur internet via les vidéos diffusées en ligne, ou du moins au moyen d’échanges oraux.

11 Un enquêté l’appelle : petit moment de solitude. (Cf. entretien, 2017)

12 La raison peut paraître évidente, mais les exercices de street workout sollicitent des muscles inhabituels. Dans ce cas, il faut les préparer en conséquence si l’on veut obtenir de meilleurs résultats.

13 Par cette phrase, j’entrevois : « La réussite est dans l’effort ». Même s’il est possible d’adopter d’autres points de vue comme : « Il faut souffrir pour être belle ou beau ». Dans tous les cas, il faut noter la détermination.

14 Être en banane : en langage workout, cela signifie que le corps est cambré. Alors qu’il devrait être bien droit.

15 Le discours dans la pratique varie beaucoup. Il y a les « blagues-insultes » qui servent de motivation. Il est possible d’entendre : « “Pédé” t’es en banane redresse toi ! Là t’es droit, ben voilà ! T’es un vrai homme. » L’autre peut répondre « Ta gueule, je sais ! ». Le caractère homophobe de ces propos renvoie à la construction genrée très particulière de l'activité autour d'un modèle de masculinité hégémonique (voir infra) et doit également être interprété dans son contexte spécifique. Souvent quand on entend ces discours, il s’agit de pratiquants qui se connaissent. L’insulte est une forme de rappel à la virilité et au guerrier qui est en soi pour donner le meilleur lors d’une performance (soit la dernière substance de force ou d’énergie qui reste). Il y a aussi l’autre version : « Vas-y mon pote tu vas y arriver ! Et la réponse, c’est : “Tu sais que je peux ou je ne peux pas. - Et là ? - Je n’ai plus de jus.” Dans tous les cas, à les voir en entrainement, rien de bien méchant. Cependant, tout le monde ne parle pas de cette manière et encore moins à ceux qu’on ne connaît pas. (Observation, 2017)

16 Propos d’un pratiquant lors d’un entretien en 2017.

17 Pour convaincre quelqu’un d’intégrer l’activité, le pratiquant se donne à fond pour l’épater, mais pas trop non plus pour ne pas le chasser. Quand un individu trouve que c’est difficile, il peut avoir l’avis d’une personne expérimentée avec des exemples concrets. Un grand compétiteur de street workout reste, pour l’instant, assez accessible lors de la pratique.

18 Quand on dit compétition, on voit jury. Ce dernier est la représentation de l’institution (pour le moins organisatrice) qui valide une performance.

19 En résumé, ce sont eux qui font spécialement un maximum d’exercices de traction et muscle-up en variant les prises : prise d’une main, prise (serrée, croisée, large ou très large)...

20 Quant aux styles et leurs rayonnements, on n’est jamais très loin de la dichotomie entre l’anciens et modernes avec l’ancien continent : l’Europe avec la gymnastique ; -le nouveau continent avec l’Amérique via le style d’Hannibal For King développé aux Etats-Unis, la musculation au poids du corps. Dans tous les cas, avec le street workout, on est essentiellement dans le culturisme et le “street art”.

21 Ceux qui font spécialement des exercices de pulsion. Par exemple : pompes.

22 Certains acteurs du monde économique ont des partenariats avec les organisateurs des événements urbains.

23 David Le Breton dans un ouvrage collectif titré « Corps en formes » publié en 2013. Au chapitre Amour de soi, amour de soins, il avance que : « Le souci de soi et la volonté de travailler son corps pour l’embellir touchent l’ensemble des classes d’âges en amont et en aval ». En touchant toutes les classes d’âges, le corps implique des investissements, notamment économiques. »

24 En 2017, la Mairie de Bordeaux participe à l’organisation des événements de street workout à Queyries en fournissant des matériels facilitant le bon déroulement de la Cub-Cup (compétition de workout organisée dans la Communauté Urbaine de Bordeaux [CUB] et CUP = coupe en anglais).

25 Exercice consistant à positionner son corps à l’horizontale comme le drapeau. On peut y voir un corps qui défie les lois de la nature. Un corps qui se chosifie, se fusionne dans l’espace urbain au même titre que les autres objets, par exemple un drapeau soufflé par le vent.

26 La gratuité, l’accessibilité, la convivialité autour d’un corps qui appréhende les agrès de la ville.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie 1. Hannibal For King à la barre
Légende Cette image montre Hannibal For King exécutant des tractions et muscle-up en L-sit sur une barre.
Crédits Source : capture d’écran Youtube.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/18646/img-1.png
Fichier image/png, 588k
Titre Photographie 2. Hannibal For King
Légende Hannibal For King réalise une figure qu’on appelle le front lever. Il ajoute les battements des pieds et rend l’exercice beaucoup plus complexe.
Crédits Source : capture d’écran Youtube, Czech Workout Official - XiOne and Lada
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/18646/img-2.png
Fichier image/png, 737k
Crédits Hannibal For King réalise un drapeau (flag). Une simple barrière ou un arbre peuvent également servir de support. Source : capture d’écran Youtube
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/18646/img-3.png
Fichier image/png, 451k
Titre Photographie 4. Échelle permettant de réaliser les tractions
Légende Cette échelle posée à l’horizontale est l’une des structures permettant de réaliser les tractions. Le revêtement synthétique permet de travailler au sol après la pluie en toute sécurité.
Crédits Source : François, Grand-Parc, 2017
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/18646/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre Tableau 1. Le street workout entre deux modèles : « set & rep » et « freestyle »
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/18646/img-5.png
Fichier image/png, 45k
Titre Photographie 5. Des pratiquants qui « pompent » de manière synchronique
Légende Cette image est une illustration des pratiquants qui « pompent » de manière synchronique. Par la même occasion, l’on peut voir la façon dont les corps s’entrelacent pour l’exécution de l’exercice.
Crédits Source : François, Queyries 2017
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/18646/img-6.png
Fichier image/png, 294k
Titre Photographie 6 : Cette image montre un des exercices de freestyle appelé » 360 »
Légende Le pratiquant doit se propulser dans l’air et faire un tour complet (360°) sur lui-même avant de rattraper la barre.
Crédits Source : François, Cenon 2016
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/18646/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Photographie 7. Le pratiquant réalise un muscle-up
Légende Il fait une grande traction et ajuste synchroniquement ses poignets de sorte que le haut du corps vienne se positionner au-dessus de la barre pour la réalisation d’un dip (une pulsion).
Crédits Source : François, Saige 2017
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/18646/img-8.png
Fichier image/png, 478k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lechby François et Luc Robène, « Corps et activités sportives dans l’espace urbain. Le cas du street workout à Bordeaux. Une approche socio-anthropologique de l’éducation physique », Études caribéennes [En ligne], 45-46 | Avril-Août 2020, mis en ligne le , consulté le 21 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/18646 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.18646

Haut de page

Auteurs

Lechby François

Université de Guyane, felllby@gmail.com

Luc Robène

Université de Bordeaux, luc.robene@u-bordeaux.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search