Navigation – Plan du site

AccueilNuméros45-46DossierLa violence subie par les adolesc...

Dossier

La violence subie par les adolescentes enceintes à Haïti

Violence against Pregnant Adolescents in Haiti
David Jean Simon

Résumés

Après le séisme du 12 janvier 2010 à Haïti, la fécondité précoce a considérablement augmenté dans le pays et particulièrement dans l’Aire Métropolitaine de Port-au-Prince (AMPAP). Observé dans un contexte de pauvreté généralisée, ce phénomène est mal perçu par la société. Selon le rapport de l’EDS (2012), les adolescentes mères font face à tous types de violences de la part de leur entourage durant leur grossesse. D’où l’objectif de cet article : analyser le vécu de la grossesse précoce dans l’AMPAP à l’aide de données découlant d’entretiens semi-dirigés auprès des jeunes filles.
Considérées comme déviantes par la société ou leur entourage, certaines adolescentes enceintes ainsi que leurs enfants sont victimes de stigmatisations et de violences verbales impactant leur santé mentale et psychique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La maternité précoce dans le monde est élevée et contribue à l’augmentation de la mortalité maternelle (Hofferth et al., 1987 ; Singh, 1998). Selon les données de l’Organisation mondiale de la Santé (2018), plus de 20 millions de jeunes filles âgées de 15 à 19 ans tombent enceintes chaque année et près de 800 000 âgées de moins de 15 ans mettent au monde des enfants dans les pays en développement. Bien qu’il soit en baisse, il convient de souligner que le taux de fécondité des adolescentes diffère d’une région à une autre. D’après les estimations réalisées par la Banque Mondiale en 2019, les taux de maternité pour les femmes appartenant au groupe d’âge 15-19 ans étaient évalués à moins de 5‰ pour des pays comme la Suisse, la Slovénie et le Canada alors que dans des pays comme le Congo, le Mali, le Madagascar, ils étaient supérieurs à 100‰ (Banque Mondiale, 2019).

  • 1 Administrativement, le pays est divisé en 10 départements subdivisés en 41 arrondissements, 140 com (...)

2Comme ces pays africains, la République d’Haïti est caractérisée une fécondité précoce relativement élevée. Se rapportant aux résultats de l’EDS (2012), après le tremblement de terre du 12 janvier 2010 qui avait fait plus de 300 000 morts dans le pays, le taux de maternité des adolescentes était estimé à 66‰. Désagrégées par zones de résidence, les données montrent des différences accrues : dans le Nord-Ouest, le taux de fécondité des 15-19 ans était de 41‰ ; dans les milieux ruraux et dans l’Aire Métropolitaine de Port-au-Prince1, ils étaient à 77‰ et 81‰ respectivement. Beaucoup plus interpellant, parmi les adolescentes mariées ou en union au moment de l’enquête, plus de 55% (56,6%) d’entre elles avaient des besoins non satisfaits en matière de planification familiale.

3Ce phénomène agit considérablement sur la population haïtienne et les conséquences sont multiples. En effet, les complications de la grossesse et de l’accouchement sont l’une des principales causes de décès pour les adolescentes à Haïti (Beaugé, 2016 ; Gilbert et Gilbert, 2017). De surcroît, les bébés nés de mères de moins de 20 ans, quant à eux, sont exposés à un risque accru de faible poids de naissance (Singh, 1998).

4La maternité précoce soulève d’autres préoccupations (Delaunay, 1994). À Haïti, notamment dans les zones urbaines, lorsque les adolescentes tombent enceintes, elles sont très souvent exclues du système scolaire (Mathieu, 2014 ; Beaugé, 2016), ce qui met fin à leurs ambitions sociales et économiques (Boislard Pépin, 2010).

5À tout cela s’ajoute le regard moral de la société. Et, c’est l’une des raisons pour lesquelles cet événement n’enchante pas certains parents haïtiens/partenaires. Offusqués, bien souvent ils utilisent la violence pour exprimer leur forte désapprobation à la maternité et/ou à la grossesse de leurs filles ou partenaires. Selon un travail mené par Mathieu (2014) auprès des adolescentes enceintes à Haïti, il ressort qu’elles sont souvent victimes de violences (physiques, verbales, psychologiques) de la part de leurs parents/partenaires durant leur période de grossesse, ce qui a des conséquences néfastes sur leur santé (physique, psychique et mentale) et sur celle de leurs enfants (Beaugé, 2016). 

6Puisque peu de travaux de recherche ont été publiés à ce sujet, cet article veut rendre compte du vécu de la grossesse précoce par les adolescentes enceintes/mères à Haïti. Cependant, par la complexité dont revêt un tel sujet nous avons décidé de limiter notre terrain à l’Aire Métropolitaine de Port-au-Prince.

1. Méthodologie

7Pour le recueil de données, la méthode d’entretien individuel semi-directif a été privilégiée pour plusieurs raisons. Premièrement, les questions autour du vécu de la grossesse à un âge jugé inopportun par la société sont très sensibles et peuvent rappeler des moments douloureux, de ce fait, il paraît très inconfortable pour les jeunes filles de s’exprimer en présence des proches ou d’inconnus. Deuxièmement, elle garantit la spontanéité et offre aux interlocuteurs une certaine liberté sans être contraints par des questions fermées (Imbert, 2010).

8Dans ce travail de recherche, le groupe social mobilisé est constitué de jeunes filles qui avaient été enceintes à l’adolescence après le séisme et qui vivaient dans l’AMPAP. Par ailleurs, en vue d’avoir un public assez varié, un ensemble de critères tels que : commune de résidence, niveau d’éducation, religion, niveau économique, a été défini pour la sélection des interviewées (cf. tableau 1).

1.1. Réalisation des entretiens

9Le recueil des informations était programmé du 20 février au 14 avril 2017 et la grande majorité des entretiens était réalisée après 14 heures à cause de la disponibilité des jeunes filles. Les matins étaient consacrés aux observations.

10Même si la question éthique a été introduite lors des négociations avec les jeunes filles, elle fut systématiquement reprise avant les entretiens. L’intérêt d’un tel travail leur a été expliqué. Nous pouvions faire des pauses, même des reports et des interruptions si nécessaires. L’idée était de faire en sorte que toutes nos interlocutrices soient à l’aise afin de tirer le maximum d’information. D’ailleurs, elles savaient que leurs noms seraient remplacés par des noms fictifs.

11Tout au long des entretiens, il fallait essayer de gagner davantage la confiance des interlocutrices afin qu’elles se laissent guider. Certaines fois, il fallait essayer de recadrer, avec politesse, la discussion quand elles prenaient le dessus et sortaient du cadre de la discussion. Tandis que d’autres fois, il n’était pas nécessaire de faire trop de relances, car elles pouvaient trouver cela impoli de ma part. En sus, il fallait essayer de déjouer l’image de la « bonne réponse » ; une question pouvait être posée à plusieurs reprises sous différentes formulations lorsque les propos de l’interlocutrice laissaient des doutes.

1.2. Les observations : des entretiens informels négociés aux heures des observations

  • 2 La J/P Haitian Relief Organization (J/P HRO) est une organisation non gouvernementale de développem (...)

12L’idée était d’observer le comportement de l’entourage des jeunes filles et aussi celui des services de santé. Malheureusement, il fut difficile de tirer des informations substantielles de ces observations de l’entourage à l’exception de quelques échanges tendus entre une des enquêtées et sa voisine pour un problème extérieur à ma recherche. Quant aux observations des services de santé, c’était tout à fait le contraire. Des observations furent faites dans le service de J/P Haitian Relief Organization2 à Christ-Roi qui prend en charge les adolescentes enceintes ainsi qu’au service de maternité Isaïe Jeanty de l’Hôpital général. Ces entretiens ont été menés de façon alternée avec ces observations.

  • 3 J’ai écarté des entretiens parce qu’ils n’étaient pas clairs. Des jeunes filles ne pouvaient pas do (...)

13En somme, sept journées d’observation, plus d’une quinzaine d’entretiens informels et 12 entretiens formels ont été dénombrés. Des 12 entretiens avec les jeunes filles, 5 ont été écartés en raison d’abandons et de refus3. Nous proposons ci-dessous un tableau avec les caractéristiques sociodémographiques de nos interlocutrices.

Tableau 1. Caractéristiques sociodémographiques des jeunes filles

  • 4 1 dollar haïtien vaut 5 gourdes. La gourde est le nom donné à la monnaie haïtienne.
  • 5 Célibataire à risque : Si l’individu a un petit copain ou une petite copine. Vivavèk (« Vivre avec  (...)

Nom

Âge

Commune de résidence pendant la grossesse

Religion (avant/après grossesse)

Statut matrimonial (avant/après grossesse)

Revenu ménage4

Mamoune

24

Carrefour

Vodouisante/Vodouisante

Célibataire (à risque)/Vivavèk5

$1000-$3000 HT

Esther

23

Tabarre

Pentecôtiste/pentecôtiste

Célibataire (à risque)/Mariée

$1000-$3000 HT

Tite

25

Cité Soleil

Catholique/Catholique

Célibataire (à risque)/Placée

<$1000 HT

Magalie

23

Croix-des-Bouquets

Sans religion/Sans religion

Célibataire (à risque)/Vivavèk

$1000-$3000 HT

Ti Marie

22

Delmas (Camps)

Pentecôtiste/Baptiste

Célibataire (à risque)/Placée

<$1000 HT

Carline

25

Pétion-Ville

Catholique/Catholique

Célibataire (à risque)/Mariée

>$10 000 HT

Nathalie

23

Port-au-Prince

Baptiste/Catholique

Célibataire (à risque)/Vivavèk

$1000-$3000 HT

2. Résultats

2.1. La grossesse survenue à l’adolescence : accident ou projet ?

14Selon Rose Esther Sincimat Fleurant, directrice du ministère de la Condition féminine et des Droits des Femmes à Haïti de 2012 à 2015, la grossesse d’une adolescente ne peut être résumée à « un signe de dépravation des jeunes ni à la manifestation d’un désir naturel. Elle est plutôt un problème beaucoup plus complexe qui ne marche jamais seul ». Se fondant sur cette déclaration, cette partie abordera l’ambiance familiale, les connaissances des jeunes filles sur les méthodes contraceptives, etc.

2.1.1. Ambiance familiale avant la grossesse : marge de liberté d’action limitée

15Le climat régnant dans les familles joue un rôle extrêmement important sur l’état physique et psychique d’un adolescent et sur son comportement dans la société. Quand les adolescents établissent de bonnes relations avec leurs parents, ils sont moins vulnérables et prennent de meilleures décisions dans leur quotidien (Le Breton, 2005).

16Quoiqu’assez bonne pour l’ensemble des jeunes filles interviewées dans l’AMPAP, la relation existante entre les parents et les adolescentes est très tumultueuse et très conflictuelle au sein de certaines familles/ménages.

« Entre moi et mes parents, c’était toujours la guerre. On ne s’entendait sur rien. Ils voulaient tout m’imposer et quand je désobéissais, ils me frappaient » (Esther, 23 ans, 7e secondaire).

17Pour de nombreux psychologues de l’enfance (Le Breton, 2005), la naissance de ces conflits résulte pour partie du comportement des adolescents qui commencent à questionner leur entourage et à imposer leurs idées. À ce stade, ils attendent de leurs parents des soutiens. Un non-accompagnement et une non-compréhension de leurs projets sont source d’antagonismes.

18L’on ne peut faire abstraction de la représentation qu’ont certains parents de prendre soin d’un enfant. À Haïti, nombreux sont ceux qui le réduisent au simple fait de « donner à manger et à boire à l’enfant » (Clément, 1979). Ce qui limite la place et la marge d’action des adolescent(e)s.

19La cause des conflits peut être également attribuée au statut qu’occupe un enfant ou un adolescent. Ti Marie, l’une de nos interlocutrices est un « rèstavèk ».

  • 6 Les mots « oncle », « tante » sont utilisés par les «rèstavèks » pour désigner les personnes à cha (...)

« Ma mère m’a envoyé à Port-au-Prince pour les aider [...]. C’est moi le chef de la maison, je fais tout. Les enfants de cette maison sont des princes. Parfois, quand je suis trop fatiguée et je fais la sourde, ma tante6 me frappe […]. Je n’ai pas le droit d’être fatiguée » (Esther, 23 ans).

20D’après l’Institut Psychosocial de la Famille (IPSOFA), cette appellation se réfère généralement à « un enfant de sexe féminin issu d’une famille pauvre en milieu rural ou orpheline qui vient habiter avec une famille dans les régions urbaines. Il est soumis généralement à de longues journées de travail sans rémunération et vit dans des conditions inférieures à celles de la famille naturelle. L’enfant rèstavèk accomplit tout service requis sous la menace constante de mauvais traitements physiques et d’injures, souvent infligés par les membres de la famille d’accueil ». Dans de pareilles circonstances, l’enfant ne se sentant pas aimer peut se rebeller et fuguer (Drouilleau et al., 2009).

2.1.2. Éducation sexuelle des adolescentes

21En dépit de nombreuses campagnes de sensibilisation de l’OMS, la sexualité reste jusqu’à aujourd’hui un sujet tabou (Le Pennec, 2013). Dans une société comme celle d’Haïti en butte à une forte crise économique et marquée par le maintien de faibles taux d’instruction, ne pas aborder des sujets à caractères sexuels avec les enfants est synonyme de bonne éducation pour certains parents. Parfois, lorsqu’ils sont interrogés par les enfants, ils mettent en évidence les inconvénients (de la sexualité). Une façon de rendre saillante leur interdiction.

« Mes parents me disaient que les enfants dont les parents parlent de la sexualité avec eux ne reçoivent pas une bonne éducation. La sexualité est mauvaise » (Mamoune, 24 ans, 8e AF).

22Selon la famille, l’enfant est sujet à de sévères punitions et peut être même giflé. Le questionnement sur un sujet interdit est un signe d’irrespect et non un besoin pour l’enfant de parler de sa vie sentimentale ou d’acquérir des connaissances sur le corps humain.

« Les discussions sur la sexualité, on n’en faisait pas […]. Mon père m’avait traité de fille de joie et m’avait giflé parce qu’une fois je l’avais dit à quoi sert le pénis ? » (Esther, 23 ans, 7e AF)

23Néanmoins, le fait d’avoir un membre de la famille qui avait connu la maternité précoce peut motiver un parent à éduquer l’enfant sur le plan sexuel pour lui éviter de reproduire les mêmes erreurs. Reste à savoir maintenant, la qualité de l’éducation sexuelle reçue par l’enfant.

« Ma sœur ne voulait pas que je répète la même erreur qu’elle. Elle me parlait de la sexualité » (Nathalie, 23 ans, 9e).

24La fuite des questions ou l’obstination des parents à garder le silence sur un sujet aussi important préoccupe les psychologues Carel (1992) et MacDougall (1978). D’ailleurs, ils le (silence) qualifient d’insupportable. Au lieu de préserver les adolescentes de certains dangers, il risque de fragiliser leur sexualité en se tournant vers d’autres sources (internet, amis...) pour percer ce mystère.

« […] Mes parents ne voulaient pas m’en parler de la sexualité. À l’école, j’avais une amie qui avait un portable. Nous avions l’habitude de surfer sur internet cherchant des informations sur le sexe » (Esther, 23 ans, 7e AF).

25Un fait bien connu en tout cas : dans un monde réputé « hypersexualisé », l’adolescent, très curieux et exposé à de multitudes informations, pourrait se retrouver avec une image déformée de la sexualité basée sur la performance (Moyano, 2006).

2.1.3. Vie sexuelle des jeunes filles avant leur grossesse : inversion de certaines réalités

26Au fur et à mesure que l’enfant grandit, le désir d’expérimenter une relation sexuelle s’amplifie. En 2016, l’âge moyen des premiers rapports était estimé à 17 ans dans le monde (Maillochon et al., 2016). Et parallèlement aux générations précédentes, les adolescents d’aujourd’hui s’engagent de plus en plus tôt, et ceci même à Haïti (Bessin, 2009 ; EDS, 2012 ; Gilbert et Gilbert, 2017).

27À l’exception de Ti Marie qui se faisait toucher par son oncle pendant son sommeil en vue de tester sa virginité – ce qu’elle considérait comme une atteinte à l’intimité –, les autres jeunes filles avaient déjà eu des relations sexuelles avant leur 16e anniversaire. Le besoin d’appartenir à un groupe ou de se conformer à des attentes extérieures, les transformations sociales et l’inversion de certaines réalités qui se sont produites ces dernières décennies ne sont pas sans effets pervers (Bajos, 2009). Si au XXe siècle, la virginité avait une valeur symbolique et était signe de fierté pour la famille de la jeune fille et pour son partenaire, aujourd’hui elle ne l’est pas ou elle l’est moins. Dévoilant sa virginité, la femme peut être étiquetée de « Viergina », « Vierge Marie ». À certains endroits de l’AMPAP, au-delà de 30 ans, elle est une anomalie et la femme peut être assimilée à une femme frigide ne dotant d’aucune capacité à charmer un homme (Mathieu, 2014).

2.1.4. Nombre de partenaires et fréquence des rapports sexuels

28Pour la plupart exploratrices de relations sexuelles comme le postule Maillochon (2016), les adolescentes en parlent : le manque d’affection de la part des parents, le manque de repères en matière de relation amoureuse et la tendance « l’homme est de nature infidèle » sont les raisons les plus évoquées par elles pour expliciter le choix du nombre de partenaires et les fréquences des rapports sexuels.

« Mon père n’était pas affectueux et moi j’aime ça. Mon partenaire est tellement affectueux…enfin !!! J’avais l’habitude de le faire 3 à 4 fois dans un mois » (Tite, 25 ans, 6e AF).

« Les garçons n’ont jamais une seule femme… moi aussi je ne peux pas avoir un seul homme dans ma vie […] Presque toutes mes amies ont 2 partenaires » (Mamoune, 24 ans, 8e AF).

29La peur de se retrouver seule d’un moment à l’autre est aussi exposée.

  • 7 Si on traduit Ti Zanmi en français de façon littérale cela fait « Petit ami ». En Haïti, avoir un c (...)

« Je ne peux pas vivre seule [...] Oui, j’avais un Ti Zanmi7 aussi » (Nathalie, 23 ans, 9e AF).

30Selon Huerre et al. (1997), cette peur n’est qu’une phobie et les partenaires deviennent pour elles des objets « contraphobiques » leur permettant de vaincre les craintes et les inquiétudes. En leurs compagnies, les angoisses disparaissent.

31Contrairement à Nathalie, Mamoune et Tite, si Carline n’a pas été plus active sexuellement, c’est parce qu’elle a été inhibée par des normes religieuses.

« J’étais rentrée en relation sexuelle avec mon partenaire à peine 2 fois […] On ne pouvait pas s’amuser à le faire souvent. C’est un péché quand on n’est pas marié » (Carline, 25 ans, catholique).

32Très strict, dans l’enseignement de l’église catholique (ou chrétienne en général) le mariage signe le début des relations sexuelles. Toute relation en dehors de ce lien sacré est dénommée fornication : un acte sévèrement puni par Dieu dans la bible au même titre que la calomnie.

2.1.5. Utilisation des méthodes contraceptives : violence structurelle modelée par des institutions et des idéologies

33L’utilisation des méthodes contraceptives est un précieux moyen de prévention contre les MST et les grossesses prématurées et non planifiées. Cependant, bien qu’elles soient gratuites dans les centres de dépistage de l’AMPAP, la crainte de représailles et de stigmatisation émanant de la société prohibe des adolescentes à leurs récupérations.

« J’avais peur d’aller demander des pilules au centre de dépistage chez moi [...] Les gens peuvent dire qu’est-ce que je vais faire avec […] » (Mamoune).

34Si pour quelques-unes les expressions « gâtée », « ne profite pas assez du moment » et « habitude » font parfois surface dans leur discours pour justifier la non-utilisation de la contraception, pour d’autres, elles se heurtent à la vive résistance des croyances religieuses.

« La première fois que j’ai eu mes rapports sexuels était sans préservatifs. Je suis gâtée. À chaque fois que mon copain l’utilise, je ne profite pas assez du moment » (Mamoune, 24 ans, 8e).

« Le pasteur disait toujours que si les fidèles de l’église utilisent des préservatifs, leurs vagins seront infectés […] J’utilisais la méthode du retrait » (Esther, 23 ans, pentecôtiste).

35Dans les assemblées chrétiennes dans les pays en voie de développement, il est souvent entendu que les préservatifs et les pilules sont des objets anticonceptionnels, démoniaques pouvant conduire à la stérilité des femmes (Moingt, ‎2011). Beaucoup plus interpellant, à Haïti, dans un protestantisme où beaucoup de prédicateurs n’ont pas été à une école de théologie sanctionnant leurs connaissances, des chrétiens relaient qu’il leur a été inculqué que s’ils font usage de ces objets ils n’échapperont pas à l’enfer s’ils meurent sans demander pardon à Dieu. Des clichés qui constituent de véritables obstacles à une meilleure vulgarisation des méthodes contraceptives (Mathieu, 2014).

2.1.6. … Et aussi des partenaires

36Pour ce qui est des partenaires, des problèmes d’éjaculation et d’impuissance sont relevés. Un refus de la jeune fille d’avoir des relations sexuelles sans se protéger peut être interprété à de la méfiance à leurs égards. Très souvent, pour rétablir le sentiment de confiance dans le couple, une obligation de satisfaire les besoins des partenaires s’impose.

« Il essayait toujours de me convaincre en me disant à chaque fois qu’il l’utilise il perd en puissance et il n’arrive pas à éjaculer […] Quand je dis non, il me dit que je ne lui fais pas confiance […] Que devrais-je faire ?... J’accepte » (Tite, 25 ans).

2.1.7. Venue de la grossesse : causes multifactorielles

37Pour parler de l’apparition de leur grossesse, les aspects « accidentel » et « inattendu » sont très prisés par certaines jeunes filles. Pourtant, si on regarde de très près le fil de leurs discours, on peut réfuter sans ambages ces deux logiques et lier la grossesse à une prise de risque.

« C’était un accident. C’était dû à une éjaculation précoce » (Esther, 23 ans, 7e AF).

« Ma grossesse ? [….] Le préservatif a craqué » (Tite, 25 ans, 6e AF).

38Les jeunes filles détenaient des informations sur les moyens conduisant à éviter une grossesse précoce pour autant elles ne les utilisaient pas puisque pressurées soit par la religion soit par le partenaire. Comme articule Le Van (2002 : 397) : « Bien souvent le défaut de contraception est invoqué pour rationaliser une conduite qui procède d’un désir plus ou moins conscient de grossesse ou d’enfant. Dans ce cas, il apparaît comme moyen à destination d’une fin, et non comme la cause première de la grossesse. Dès lors, les difficultés à l’égard de la contraception font figure de prétexte pour se déresponsabiliser ».

39La vulnérabilité dans laquelle vivent des adolescentes et les soutiens d’ordre économique de leurs partenaires provoquent aussi des grossesses. En elles, germent parfois des sentiments de redevance les mettant dans un état où leur volonté n’est autre que celle des partenaires et où la manifestation de leurs volontés compromettrait les privilèges dont elles jouissent (Rossier, 2013).

  • 8 Un revenu de 1000-3000 $ HT (entre 100 et 300 euros) pour une famille de 3 personnes est faible car (...)

« Mon partenaire travaillait dans une ONG qui participait dans la distribution des dons dans le quartier où j’habite. Il me donnait plusieurs cartes pour prendre des dons. Il m’avait dit qu’il m’aimait [...]. Il m’avait invité à sortir. Il m’avait emmené chez lui et puis on avait fait l’amour sans préservatif. Ça avait passé dans ma tête de le dire de mettre des condoms […] mais… » (Nathalie, 23 ans, revenu 1000-3000 $ HT8).

40Selon Ilinigumugabo et ses collaborateurs (1996), ces conditions les empêcheraient de s’affirmer pleinement ou de s’exprimer ouvertement dans la relation.

2.2. Le regard de la société : violences, stigmatisations, déviance, marginalisation

41Le vécu d’une expérience est aussi lié à la dimension cognitive (Jodelet, 1984). Dans cette partie, le focus est porté sur le comportement des différents groupes de la société (famille, entourage, institutions) vis-à-vis des jeunes filles enceintes.

2.2.1. La Famille

42L’annonce de la grossesse à ses parents est un moment particulièrement délicat pour une adolescente. Si elle est facile pour certaines dépendamment du degré d’intimité partagé avec ses proches, pour d’autres, elle se fait avec difficultés. Quelquefois cachée par l’adolescente, la grossesse se dévoile via des comportements inhabituels signifiant un événement qui n’était pas attendu par la famille.

« Ma sœur savait qu’on sortait ensemble […] Quand j’avais su que j’étais enceinte, je lui avais dit ça […] » (Nathalie, 23 ans, 9e AF).

« Je portais toujours une ceinture abdominale pour cacher ma grossesse [...]. Une fois, mon père m’a ordonné de l’enlever [...] J’ai enlevé la ceinture et il a vu que j’étais enceinte » (Carline, 25 ans, rhéto ou 1re).

43Les parents apprennent aussi la grossesse de leurs filles à travers d’autres indices que les signes sympathiques. À titre illustratif, la belle-sœur de Magalie a découvert dans le frigo un remède fait à base de sang de tortue que son partenaire lui avait donné. D’après Renande, une sage-femme rencontrée sur le terrain, ce remède est très amer. On y met des racines de verveine, de campêche, etc. Une fois préparée, la composition doit être gardée au frais comme quoi elle n’aura pas l’effet escompté. Très puissante et très dangereuse, si les indications sont respectées par l’adolescente, la potion rongera l’utérus et détruira l’embryon en peu de temps.

44Ces différentes stratégies dénotent un profond regret et un profond désir d’interrompre la grossesse par tous les moyens. Du même coup, elles indiquent que les protagonistes ont pleinement conscience qu’une grossesse à l’adolescence est une transgression de norme.

2.2.2. Attitudes des parents : violences verbales et physiques et bouleversements familiaux

45Dans l’Aire Métropolitaine de Port-au-Prince, pour avoir un enfant ou un partenaire, la fille doit être « Femme ». Et pour « être Femme », certaines conditions sont requises par les parents : terminer les études, avoir un métier et être économiquement indépendante. Sans quoi, c’est une dérogation à la norme, car la jeune fille n’est pas prête à rentrer dans la parentalité.

« Ma mère me disait que je ne suis pas une femme, que je n’ai pas terminé mes études, et que je n’ai pas d’argent […] » (Esther, 23 ans, 7e AF).

46À cet effet, la grossesse à l’adolescence peut être une « augmentation de misères » pour certaines familles présentant de faibles revenus et dont les adolescentes dépendent d’elles. L’enfant, un nouvel élément de prise en charge, est à incorporer dans leur budget. Par ailleurs, loin d’être seulement financière, cette misère peut être aussi sociale.

« […] Ma belle-mère me disait que je viens d’augmenter ses misères… Qu’est-ce qu’elle va faire avec les voisins » (Tite, 25 ans, 6e AF).

2.2.3. Le début de péripéties

47Se référant aux propos des adolescentes, la grossesse marque le début d’un ensemble de péripéties et la fin des projections que leurs parents avaient pour elles. Pour Carline, c’est comme un virus qui vient déstabiliser tout un système construit pour assurer son bien-être.

« Mon père m’a dit que j’étais une honte pour la famille. Il m’a traitée de cochonne, de vomissures [...] Il m’avait dit qu’entre moi et lui c’est fini […] qu’il ne fera plus rien pour moi » (Carline, 25 ans, 1re).

48Pour de nombreuses familles, la grossesse à cette période de la vie est un crime. Par voie de conséquence, l’adolescente serait sujette à des punitions réservées aux criminels (coups de bâton, gifles, etc.) dans l’environnement dans lequel elle évolue.

« Elle (ma mère) m’a giflé, elle m’a donné des coups de bâton. Elle m’a mordu et a marché sur moi. Elle m’a appelé pute, criminelle. [……] » (Esther, 23 ans, 7e AF).

49De surcroît, les objets rappelant la grossesse sont détruits par les parents et proches parce que sources d’angoisse.

« Mon frère a déchiré mes vêtements. Il me donnait des coups dans mon vagin. Il m’avait dit qu’il va le mettre en pièces parce que c’est mon vagin qui me rend aussi chaude » (Magalie, 23 ans, 8e AF).

50Comme la psychologue Isabelle Carmoin (2015 : 1) nous le rapporte : « Parfois, la seule vue ou le simple fait de penser aux objets qui rappellent l’événement (douloureux) est insupportable ». Dans un geste de « survie », on peut céder au besoin de s’en défaire au plus tôt dans le but d’atténuer la douleur. La destruction de ces objets est une sorte de « calme douleur ».

51Il est aussi infligé des punitions à des adolescentes visant à les assimiler à des animaux : « mettre l’assiette de nourriture par terre pour l’adolescente (Esther) » la confère une étiquette de chien. D’autres sont victimes d’insultes aussi de la part de leurs parents blessant leur soi : « Ti fini : rejet (Carline) », « dejwe : déviante » ou de « mangue pourrie (Tite) ».

52Au-delà des rêves brisés et des déceptions, la perte de confiance peut troubler l’équilibre familial. Ayant du mal à digérer la nouvelle, les parents peuvent avoir tendance à jeter la faute les uns sur les autres.

« Mon père était en colère contre ma mère. Il lui a dit que c’est parce qu’elle n’a pas fait son boulot que je suis tombée enceinte » (Carline, 25 ans, 1re).

53Pour le psychiatre et psychanalyste Robert Neuburger, le fait de jeter entièrement la faute sur quelqu’un, est une manière de ne pas endosser sa responsabilité et de ne pas se rendre fragile à ses yeux. L’endosser « bouleverse le sentiment d’identité ». Donc, il est préférable que ce soit l’autre : un comportement appelé « économie de pensées douloureuses » par Gavard (2008) et Gandy (2013).

54Le rejet de la faute sur la mère à Carline pourrait être aussi renvoyé au rôle de la femme dans la société haïtienne. Dans bons nombres de familles, c’est à la femme qu’incombent l’éducation et la surveillance des enfants. Les pères sont le plus souvent là pour apporter de l’argent à la maison. Un modèle qu’adoptaient aussi les grands-parents (transmission).

2.2.4. Les partenaires face à la prise de conscience de la grossesse : assumer ou avorter

55D’habitude, les partenaires sont les premiers à savoir la grossesse de leurs partenaires car ils sont les premiers concernés par cet événement (la venue de la grossesse). Cependant après une telle annonce, beaucoup de couples ne sont plus les mêmes.

56Il y a des partenaires qui assument leurs actes. En ce sens, il a été constaté dans les discussions avec nos interlocutrices en question une continuité de couple qui place leur partenaire dans une position de parents plus qu’une simple histoire de « copains, copines ». En revanche, il y en a qui n’assument pas et pour ne pas confronter cette réalité, ils accusent les adolescentes d’avoir plusieurs partenaires et/ou les demandent d’avorter. Ce qui sous-tend un sentiment d’irresponsabilité de leurs côtés.

« […..] Il m’avait dit que je dois avorter parce qu’avoir un enfant n’est pas dans sa tête pour l’instant…C’est son étude [….] (Tite, 25 ans, 6e) ».

« [….] Oh ses parents ne seront pas d’accord que je dois enlever l’enfant et si je ne le fais pas, il ne va pas le reconnaitre […] Il m’avait même frappé (Mamoune, 24 ans, 8e secondaire) ».

57Le fait d’être étudiant est le premier élément qui explique la position du partenaire de Tite. Il ne peut pas concilier étude et enfant. Une famille qui décide d’investir dans l’éducation d’un enfant (à Haïti) a consenti à de nombreux sacrifices. Par conséquent, ils n’attendent que le diplôme et non une grossesse. Ce qui serait impossible pour lui de rattacher l’enfant à un projet (Boltanski, 2004).

58Le partenaire de Nathalie – marié et père de 2 enfants -, lui, a cessé tout contact avec elle depuis l’annonce de la grossesse.

 « Je savais qu’il était marié et qu’il avait des enfants […]. Je lui avais envoyé un message pour l’annoncer ma grossesse parce que je savais qu’il était au bureau. Il m’a répondu on parlera de ça ce soir après le boulot. Il était déjà 20 heures. J’ai constaté qu’il ne m’a pas appelé. J’ai essayé de le joindre à nouveau, une messagerie vocale m’a dit que je ne peux plus rentrer en contact avec ce numéro. J’ai essayé de le rejoindre par messenger (Facebook), il m’avait bloqué aussi (Nathalie, 23 ans, 9e) ».

59Son statut d’homme marié expliciterait cela. Par crainte de fragiliser son foyer et vivre loin de ses enfants et de sa femme, la solution idéale, selon lui, serait la fuite.

2.2.5. Relations entre parents et partenaires : enjeux du mariage ?

60Les jeunes filles ne sont pas toujours les seules à être blâmées. Les partenaires sont aussi pointés du doigt. Leur manque de responsabilité en se vouant à l’acte sexuel sans se protéger prouve à certains parents que leurs sentiments envers leurs filles n’étaient pas sincères.

« [...] Mon père avait dit à mon partenaire qu’il est un menteur. S’il m’aimait vraiment, il allait me protéger » (Carline, 25 ans, 1re).

61En plus de la grossesse, le profil social du partenaire peut aggraver l’état des choses. Pour la mère d’Esther, un homme qui porte des tresses est un « vagabond » et n’est pas le bienvenu dans sa demeure.

« J’étais venue avec mon partenaire chez moi. Il avait les cheveux tressés […] Ma mère avait dit d’où je sortais avec ce “sang sale, vagabond, gangster” […] » (Esther, 23 ans, 7e AF).

62Sa réaction n’est pas sans fondement. Durant la période 2003-2004, sous la présidence d’Aristide, les bandits qui terrorisaient la population dans l’Aire Métropolitaine de Port-au-Prince portaient des tresses. À la vue de ces gens, la peur s’emparait de la population qui les surnommait de « Rat pa kaka : Gangster » et de « chimères : bandits ».

63Ainsi, face à cette tension entre certains parents et partenaires, seul le mariage peut calmer le climat. Il vient légitimer le couple et réparer les dégâts causés (mariage réparateur par Bettoli ; 2003).

« C’est quand mon partenaire avait décidé de se marier avec moi que ma mère et lui étaient devenus proches » (Esther, 23 ans, 7e AF).

2.2.6. L’entourage de l’adolescente : stigmatisations et étiquetage

64Par la visibilité de la grossesse, les regards inquisiteurs de la société mettent certaines adolescentes dans de mauvaises postures tout en limitant leurs droits. À certaines zones de l’AMPAP, elles sont vues comme des « adultes-précoces ». Une façon de les ironiser et leur faire comprendre qu’elles ont « brûlé des étapes ». Outre cela, la société peut les défendre de s’estimer être une femme ou une bonne éducatrice. Ce qui insinue inéluctablement leur possible immaturité.

« Des voisines dans le quartier quand elles me voient, elles disent est-ce que ça c’est une femme. D’où je peux élever un enfant […]… Une m’avait dit Granmoun-Timoun (adulte-précoce)… » (Magalie, 23 ans, 8e AF).

65Un conflit entre ce qui est biologique et ce qui est social peut être aussi généré à l’apparition de la grossesse : le statut de mère peut être refusé à l’adolescente même après son accouchement.

« Je me disputais avec une voisine […] Elle m’avait dit ce n’est pas parce que j’ai un enfant que je suis mère pour autant… […] » (Magalie, 23 ans, 8e AF).

66Aussi, sa grossesse peut être un contre-exemple pour servir à maintenir une norme.

« Un voisin avait dit à sa fille est-ce qu’elle veut être comme moi… […] Il avait appris qu’elle avait un copain » (Tite, 25 ans, 6e AF).

67Il est aussi courant que la grossesse de l’adolescente et son enfant quoique pas encore né soient dénigrés à Haïti.

« […] Quand j’ai appelé une cousine pour lui dire que j’étais enceinte. Elle m’a répondu pour qui je suis “Gwòs”… Pour qui je suis “Plenn” ? » (Ti Marie, 22 ans)

68Dans le discours populaire haïtien, le mot « enceinte » est réservé pour les femmes qui sont mariées légalement et/ou qui ont de la maturité. Quant au mot « Plenn », il est utilisé le plus souvent pour désigner la grossesse des animaux. Et, les enfants nés de cette « Gwòs » ou de ce « Plenn » sont appelés parfois « kokorat ou kaka san savon », ce qui signifie des bâtards.

2.2.7. Quand les lois sociales l’emportent sur les lois institutionnelles

69Les institutions s’adonnant à la prise en charge des adolescentes enceintes ont pour rôle de les accompagner, les former et de diminuer la grossesse précoce (OMS, 2016). Par contre, ce n’est pas toujours le cas :

« À chaque fois que je venais à l’hôpital, il y avait une infirmière qui me regardait toujours mal. Elle regardait mon ventre... […] Elle me regardait de la tête au pied. Elle me parlait toujours sur un ton dur. Elle me méprisait parfois pour parler à ses collègues pendant que j’étais devant elle [...] Je pense qu’elle avait plus de 50 ans » (Esther, 23 ans, 7e AF).

70Les propos rapportés par Esther montrent à quel niveau les représentations sociales de la grossesse précoce peuvent contrecarrer un projet institutionnel.

71Par ailleurs, son manque de professionnalisme et son âge ne seraient pas anodins dans l’explication de son comportement vis-à-vis d’Esther. Lors de nos observations dans le service de maternité d’Isaïe Jeanty à Port-au-Prince (Haïti), nous avions assisté à des disputes entre adolescentes et infirmières âgées. Peut-être qu’en voyant les adolescentes enceintes, leur instinct maternel émerge, oubliant leurs responsabilités au sein de l’institution.

Conclusion

72L’analyse des données recueillies a été conduite à deux niveaux. Le premier niveau d’analyse était axé sur la survenue de la grossesse de ces jeunes filles et au deuxième niveau l’accent était mis sur le regard moral de la société face à ces jeunes filles quand elles étaient enceintes. Les résultats émanant de ces deux parties ont fait ressortir d’une part que les adolescentes enceintes dans l’Aire Métropolitaine de Port-au-Prince sont considérées comme des déviantes et d’autre part nous ont poussés à nous poser la question sur la problématique du « Care ».

73En ce xxie siècle, certains résultats de ce travail ne sont pas encourageants à savoir :

  1. Des adolescentes sexuellement actives n’utilisent pas des méthodes contraceptives en raison de représentations que leur religion véhicule de ces objets.

  2. Des adolescentes enceintes se font stigmatiser par leurs proches ou les personnels de santé qui devraient avoir pour devoir de prendre soin d’elles.

74Nous ne disposons pas de beaucoup de points de comparaison dans le temps permettant de mesurer le chemin parcouru par les institutions, les autorités en matière d’éducation sexuelle à cause de la rareté de données en Haïti, mais nous espérons une amélioration dans les années à venir.

75Malgré les efforts consentis au niveau de la méthodologie en ce qui a trait à la planification et à l’analyse de données, nous gardons à l’esprit que ce travail n’est pas exempt de tous reproches et qu’il présente des limites. L’une des limites réside dans le fait que les résultats de ce travail ne peuvent pas être extrapolés puisqu’ils ne sont pas représentatifs. Par ailleurs, ce travail a été réalisé seulement sur des jeunes filles qui résidaient dans l’Aire Métropolitaine de Port-au-Prince (AMPAP). Il n’a pas tenu compte des adolescentes dans les milieux ruraux. Un travail sur des adolescentes enceintes vivant dans les milieux ruraux pourrait faire ressortir d’autres éléments importants. D’autres limites résident aussi dans le fait que les interviews ont été faites en Créole et traduites en Français. Donc, lors de la traduction il y a beaucoup de pertes de données. Il y a des mots en créole qui n’ont pas d’équivalents en français. Ce qui constitue un biais. Toutefois malgré ces limites, ce travail de recherche reste profitable aux autorités étatiques, à la communauté scientifique et aux institutions (OMS, USAID, FNUAP, UNICEF…) œuvrant dans le champ de la maternité précoce.

Haut de page

Bibliographie

Bajos, N. (2009). « Sexualité, contraception, prévention et rapports de genre », La santé des femmes en France, DREES, La Documentation française : 43-53.

Banque Mondiale (2019). « Taux de fertilité chez les adolescentes ». https://donnees.banquemondiale.org/indicator/SP.ADO.TFRT?name_desc=true.

Beaugé, M. (2016). Vécu de la maternité chez des jeunes mères d’origine haïtienne, Université du Québec à Montréal, mémoire de maîtrise en travail social, https://archipel.uqam.ca/8947/1/M14497.pdf

Bessin, M. (2009). « Les âges de la sexualité : Entretien avec Michel Bozon », Mouvements 59(3) : 123-132.

Bettoli, L. (2003). « Parents mineurs : la grossesse, facteur de maturation pour les jeunes parents ? Quels risques comporte-t-elle ? Quel accompagnement à Genève ? », Thérapie familiale 24(2) : 179-191.

Boislard Pépin, M. (2010). Précocité sexuelle et comportements sexuels à risque à l’adolescence, Université du Québec à Montréal, thèse de doctorat en psychologie, 249 p.

Boltanski, L. (2004). La condition fœtale. Une sociologie de l’engendrement et de l’avortement, Gallimard Essais, 420 p.

Carel, A. (1992). « L’intime, le privé et le public », Gruppo 8 : 23-38.

Carmoin, I. (2015). Que faire des affaires de l’être cher ? Les principales erreurs à éviter, Les mots du deuil, 3 p.

Clément, J. (1979). « History of Education in Haiti: 1804-1915 », Revista de Historia de América 88 : 33-74.

Delaunay, V. (1994). « Entrée en vie féconde », Les Études du CEPED, n° 7, Paris : Centre français sur la population et le développement.

Deschamps, J. (1976). Grossesse et maternité chez l’adolescente, Paris, Éd. Centurion.

Drouilleau F., A. Fine, M. Jacquemin et I. Puech (2009). « Domestiques d’ici et d’ailleurs », Travail, genre et sociétés 22(2) : 25-30.

Gandy, G. (2013). La Culpabilité, l’émotion qui tue, Éd Le courrier du Livre.

Gavard, M. (2008). 60 réponses pour être heureux, Éd Odile Jacob.

Gilbert, G. et S. Gilbert (2017). « Exploration de l’expérience de la maternité chez des jeunes femmes haïtiennes issues du milieu rural : enjeux économiques, culturels et affectifs », Alterstice 7(2) : 91-104.

Huerre, P., M. Pagan-Reymond et I. Reymond (1997). L’adolescence n’existe pas, Paris, Odile Jacob.

Hofferth, S.L., J.R. Kahn et W. Baldwin (1987). « Premarital sexual activity among U.S. teenage women over the past three decades », Family Planning Perspectives 19(2): 47-53.

Ilinigumugabo, A. et al. (1996). “Causes and consequences of adolescent pregnancy in Cameroon”, Center for African Families Studies, 98 p.

Imbert, G. (2010). « L’entretien semi-directif : à la frontière de la santé publique et de l’anthropologie », Recherche en soins infirmiers 102(3) : 23-34.

Institut Haïtien de l’Enfance, ORC MACRO, Measure DHS+, Ministère de la Santé publique et de la Population (2012). Enquête Mortalité, Morbidité et Utilisation des Services, Haïti, EMMUS-V.

Institut Haïtien de Statistique et d’Informatique (2012). Enquête sur les Conditions de Vie des Ménages Après le Séisme, Port-au-Prince.

Jodelet, D. (1984). « Représentations sociales : phénomènes, concept et théorie », dans S. Moscovici (dir.), Psychologie sociale, Paris, PUF, p. 357-378.

Le Breton, D. (2005). « La scène adolescente : les signes d’identité », Adolescence 53(3) : 587-602.

Le Pennec, A. (2013). « Santé sexuelle, la définition de l’OMS », L’école des parents 602(3) : 37-37.

Le Van, C. (2002), « La grossesse à l’adolescence : une singularité plurielle », dans J. Salvador et D. Le Gall (dir.), Conditions et genres de vie. Chroniques d’une autre France, Paris, L’Harmattan : 395-406.

Maillochon, F., V. Ehlinger et E. Godeau (2016). « L’âge “normal” au premier rapport sexuel : Perceptions et pratiques des adolescents en 2014 », Agora débats/jeunesses, hors-série (4) : 37-56.

Mathieu, H. (2014). La grossesse survenue à l’adolescence chez les jeunes femmes vivant dans un camp d’hébergement suite au séisme du 12 janvier de 2010 en Haïti, Université du Québec à Montréal, mémoire de maîtrise en travail social, https://archipel.uqam.ca/6506/1/M13442.pdf

McDougall, J. (1978). Création et déviation sexuelle, in Plaidoyer pour une certaine anormalité, Paris, Gallimard.

Mignot, C. (1999). « La grossesse chez l’adolescente. Enfants et sociétés », Journal de Pédiatrie et de Puériculture 12 : 353-8.

Moingt, J. (2011). « Les femmes et l’avenir de l’Église », Études 414(1) : 67-76.

Moyano, O. (2006). « Fausse allégation d’agression sexuelle à l’adolescence : à propos d’un cas clinique », Bulletin de psychologie, numéro 485(5), 505-513. doi:10.3917/bupsy.485.0505.

OMS. (2018). La grossesse chez les adolescentes. https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/adolescent-pregnancy.

Quivy, R. et L. Van Campenhoudt (1995). Manuel de recherche en sciences sociales, Paris, Dunod.

Rossier C., N. Sawadogo et A. Soubeiga (2013). « Sexualités prénuptiales, rapports de genre et grossesses non prévues à Ouagadougou », Population 68(1) : 97-122.

Singh, S. (1998). “Adolescent childbearing in developing countries: a global review”, Studies in Family Planning 29(2):117-136.

Trusell J. et J. Menken (1978). « Early Childbearing and Subsequent Fertility », International Family Planning Perspectives 10(4): 209-218.

Haut de page

Notes

1 Administrativement, le pays est divisé en 10 départements subdivisés en 41 arrondissements, 140 communes et 570 sections communales (IHSI, 2016). Les dix départements sont : l’Artibonite, le Centre, le Nord, le Nord-Est, le Nord-Ouest, les Nippes, l’Ouest, le Sud, le Sud-Est et la Grande-Anse. La capitale du pays est Port-au-Prince et c’est la plus grande ville du pays du point de vue démographique (942 194 habitants en 2012 selon l’Institut Haïtien de Statistique et d’Informatique [IHSI]). Elle appartient au département de l’Ouest avec les communes Port-au-Prince, Pétion-Ville, Delmas, Carrefour, Tabarre, Cité-Soleil etc. Les zones urbaines de ces communes du département de l’Ouest précitées forment l’Aire Métropolitaine de Port-au-Prince (AMPAP).

2 La J/P Haitian Relief Organization (J/P HRO) est une organisation non gouvernementale de développement et de secours d’urgence fondée suite au tremblement de terre de 2010. (https://www.cliohaiti.org/spip.php?article338).

3 J’ai écarté des entretiens parce qu’ils n’étaient pas clairs. Des jeunes filles ne pouvaient pas donner leur âge, une avait avoué qu’elle était enceinte avant le tremblement de terre, une autre avait décidé d’interrompre l’entretien à cause d’un malaise (elle avait ses règles), enfin, une dernière avait perdu son bébé et ne voulait plus participer (raisons personnelles).

4 1 dollar haïtien vaut 5 gourdes. La gourde est le nom donné à la monnaie haïtienne.

5 Célibataire à risque : Si l’individu a un petit copain ou une petite copine. Vivavèk (« Vivre avec » en Français) : Si l’individu entretient une relation régulière avec un partenaire qui s’occupe (économiquement) de lui comme s’ils vivaient sous le même toit mais ne le sont pas.

6 Les mots « oncle », « tante » sont utilisés par les «rèstavèks » pour désigner les personnes à charge

7 Si on traduit Ti Zanmi en français de façon littérale cela fait « Petit ami ». En Haïti, avoir un copain et avoir un « Ti Zanmi » sont différents. Un copain, c’est le partenaire que la femme ou la jeune fille reconnait comme tel. Il est souvent connu par l’entourage et/ou par les proches de la femme. Un « Ti Zanmi », lui, c’est tout autre partenaire qui rentre en relation sexuelle avec la jeune fille pendant qu’il a un copain. Le plus souvent, les femmes ont des Ti Zanmi pour des raisons sexuelles et/ou économiques.

8 Un revenu de 1000-3000 $ HT (entre 100 et 300 euros) pour une famille de 3 personnes est faible car le coût de la vie est élevé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Jean Simon, « La violence subie par les adolescentes enceintes à Haïti », Études caribéennes [En ligne], 45-46 | Avril-Août 2020, mis en ligne le 15 août 2020, consulté le 26 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/19062 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.19062

Haut de page

Auteur

David Jean Simon

Centre de Recherche de l’Institut de Démographie à l’Université Paris 1-Sorbonne, djeansimon90@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search