Navigation – Plan du site

AccueilNuméros45-46EditorialFenêtre ouverte sur la recherche ...

Editorial

Fenêtre ouverte sur la recherche haïtienne

Opened Window on Haitian Research
Ventana abierta en la investigación haitiana
Olivier Dehoorne et Bénédique Paul

Texte intégral

Figure 1. Le cimetière de Port-au-Prince, un véritable quartier populaire

Figure 1. Le cimetière de Port-au-Prince, un véritable quartier populaire

« Le cimetière de Port-au-Prince n’est pas seulement la demeure des morts. Il loge aussi des jeunes et des vieux qui s’accrochent à la vie dans des conditions précaires », un article de Laura Louis (lauréate du « Prix du Jeune Journaliste en Haïti », presse écrite, de l’Organisation internationale de la Francophonie en 2019)1.

Source : Source : capture d’écran d’article de Laura Louis, « Ces Haïtiens qui habitent au cimetière de Port-au-Prince », Photographie : Frantz Cinéus, AyiboPost.

  • 2 Le témoignage de Gérald Bloncourt, son engagement, son exil sous la dictature des Duvalier et le re (...)

« Ce matin-là, il n’y avait que le vide des voix fantômes par les rues de la ville qu’on fusillait en moi, que la veille et les avant-veilles de ce matin de février, que le passé, que des lambeaux de souvenirs. Mon cœur meurtri déchirait en cadence des sentiments brûlés. Le monstre prit son essor et du hublot, œil étonné encore, ouvert sur Port-au-Prince, j’embrassais la rade, la Gonâve, le Morne l’Hôpital. L’horizon bascula quand l’avion prit son cap […]. Le ciel était immense. Je suis venu au monde. J’avais pourtant vingt ans ! Je partais vers ces quarante années de manque-à-vivre sur ma terre natale ».
Gérald Bloncourt, Yeto ou le palmier des neiges, Éd. Deschamps et Arcantère (1991)2

  • 3 Conférence de Presse du 18 décembre 1998 à Paris, du « Comité pour juger Duvalier », intervention d (...)

1La recherche haïtienne et la recherche sur Haïti ne peuvent être introduites sans contextualisation. Les fondements historiques sont singuliers : « Haïti, terre de la première révolution victorieuse des esclaves et des affranchis, Haïti, creuset culturel où se sont brassés, Taïnos, Caraïbes, Espagnols, pirates et flibustiers français, canonniers anglais et plus de trente ethnies venues d’Afrique et déportées dans l’enfer de l’esclavage, ne s’est pas encore remise du désastre d’une des dictatures les plus sanglantes, les plus guignolesques aussi, établie aux vues et aux sus de l’Occident Démocratique et maintenue avec sa complicité et son acceptation »3.

2Une histoire audacieuse, pleine d’utopies, avec son lot de répression et de violences : la dette de l’indépendance comme sanction pour la première République noire indépendante du monde (150 millions de francs-or, une rançon exigée par la France4), des enjeux régionaux, à l’ombre du géant étatsunien (craignant la proximité de Cuba et le risque de contamination communiste à sa frontière méridionale) et sous le regard vigilant de la France (maîtresse des autres territoires francophones de la Caraïbe). Comme le rappelait G. Bloncourt, « c’est encore et toujours la crainte de l’exemple haïtien, première République victorieuse, brisant les fers de l’esclavage, et proclamant son indépendance en 1804, qui a constamment poussé ces deux puissances, au cours de l’Histoire, à réduire Haïti et à la soumettre à leur domination, politique et économique »5.

3Il y a les fondements historiques et la brutalité des évènements récents : Haïti, 10 ans après le tremblement de terre du 12 janvier 2010. La contextualisation est indispensable pour prendre la mesure des paradoxes, de la violence, des répétitions de l’histoire, de l’accaparement du pourvoir par quelques élites soutenues par l’armée, entre dictatures et corruption, entre répression et exil.

4Il y a le cadre historique et ses fondements, le temps long, et la dynamique du processus de configuration (Elias et Scotson, 1997), avec l’entrelacs d’interdépendances, entre interrelations et liens. La catastrophe de 2010 est l’un de ces éléments déclencheurs majeurs qui constituent le point de départ d’un nouveau contexte pour Haïti (Pourtois et Desmet, 2004) ; un évènement fondateur tant par sa violence immédiate que par la laborieuse décennie qui l’accompagne, mettant en exergue toutes les incuries trop familières. Toute une jeunesse grandit dans cette configuration : haïtienne, apatride, expatriée ou transnationale. L’extrême violence du dernier tremblement de terre (2010) et les multiples questionnements sur l’inaction de l’après : l’incompréhension cède la place à une franche lucidité, entre fatalisme et révolte. Ce contexte, très lourd sur le plan émotionnel, n’est pas sans poser de questions sur les conditions d’opérationnalisation de la distanciation, l’extériorité du chercheur par rapport à l’objet étudié (Elias, 2003).

Figure 2: « Kot Kòb Petwo Karibe a ? » (Où est passé l’argent de Petrocaribe ?)

Figure 2: « Kot Kòb Petwo Karibe a ? » (Où est passé l’argent de Petrocaribe ?)

Mobilisation sociale contre le système de corruption à grande échelle mis en place par les élites haïtiennes avec la complicité de la communauté internationale, à la suite de l’affaire Petrocaribe (4,2 milliards de dollars américains). La conscience de la dette qui en résulte pour la jeunesse haïtienne envers le Venezuela.

Source : Capture d’écran AyiboPost, 20 décembre 2018, https://it-it.facebook.com/​ayibopost/​photos/​a.1671578553068320/​2754076314818533/​?type=3&theater

Haïti, 2020, une décennie après

5Plus de 300 000 morts, c’est le chiffre officiel de la catastrophe du 12 janvier 2010, et plus de 1,5 million de sans-abri (soit 15% de la population haïtienne). Dès le mois de mars 2010, le Comité Interministériel d’Aménagement du territoire (CIAT) affichait ses ambitions : « transformer la catastrophe en opportunité », soulignant l’évidence de « l’état d’extrême vulnérabilité d’un territoire qui s’est déstructuré au fil du temps, dans sa dimension urbaine comme dans sa dimension environnementale ». Cette situation inédite devait être l’occasion d’un nouveau départ pour le pays. Les trois objectifs centraux du programme de reconstruction étaient : « 1/réduire les inégalités sociales (éducation, habitat), 2/rééquilibrer le territoire national en diminuant le poids de la région de Port-au-Prince, 3/enrayer le processus de dégradation environnementale pour sortir le pays de son état d’extrême vulnérabilité aux aléas naturels ». Telles étaient les intentions affichées, les promesses du monde d’après. Tous les termes convenus du moment y sont : « concevoir les actions de la reconstruction comme des chaînes vertueuses et non comme une simple addition de logiques sectorielles. À tous les niveaux de l’action territoriale et urbaine, il faudra relier les projets entre eux pour garantir la pérennité des actions entreprises et leur faculté à changer le cours des choses » (CIAT, 2010 : 5). Les fonds internationaux pouvaient donc affluer en toute confiance…

6« Où est passé l’argent de la reconstruction ? C’est la question qui revient sans cesse tant en Haïti qu’à l’étranger » (Joseph, 2020). Le pays a officiellement eu des promesses de dons de plus de 10 milliards de dollars pour la reconstruction. Certes, tout n’a pas été décaissé. Mais le peu de décaissement n’a pas permis de remettre le pays sur la voie de la reconstruction. De plus, la décennie écoulée ne fut pas épargnée par les cyclones (tels Thomas en novembre 2010, Sandy en 2012, Matthew en 2016), mais cette décennie fut aussi marquée par toute une suite de dérives, tant endogènes qu’exogènes.

  • 6 https://www.hrw.org/fr/news/2016/11/29/haiti-des-personnes-devenues-apatrides-sont-prises-au-piege- (...)

7R.T. Joseph (2020) dénonce cette situation : « des milliards de dollars sont dépensés dans le pays le plus pauvre de l’hémisphère américain, et les effets sont loin d’être visibles. Il faut reconnaître que certains bâtiments ont été érigés. Bon nombre de ceux qui doivent héberger les ministères ne sont pas encore finis. Le palais présidentiel n’est pas reconstruit et Haïti offre le spectacle d’un pays qui s’est davantage appauvri ces dix dernières années ». Selon Human Rights Watch, plus de 200 000 enfants en âge de fréquenter l’école primaire ne sont pourtant pas scolarisés dans un pays où 90% des écoles sont gérées par des structures privées avec des coûts onéreux6.

8Les politiciens sont en première ligne. Au cours de la décennie écoulée, Haïti a totalisé 4 présidents, 9 Premiers ministres, 187 ministres et plus de 87 secrétaires d’État ; plus de 150 millions de dollars américains dépensés pour des taux de participations aux élections présidentielles inférieurs à 25%. Comme le synthétise R.T. Joseph (2020), « catastrophes naturelles, corruption, instabilité politique et incurie des politiques. Autant d’ingrédients combinés qui justifient pourquoi Haïti a encore perdu l’occasion de changer de paradigme pendant les dix dernières années ».

  • 7 L’affaire éclata avec l’audit spécifique de gestion du fonds Petro Caribe – Gestion des projets fin (...)

9La décennie fut lourdement marquée par le scandale Petrocaribe, « l’un des plus vastes scandales de corruption de toute l’histoire du pays » et la mobilisation de la société civile « contre le système de corruption à grande échelle mis en place par les élites haïtiennes avec la complicité de la communauté internationale ». « Collusion, favoritisme et détournements de fonds », où est passé l’argent, le pays a connu de vastes manifestations contre la corruption7.

  • 8 Les dépenses de La Croix-Rouge représentaient un tiers du budget, lire « Haïti : pourquoi la Croix- (...)
  • 9 Voir le film documentaire de Raoul Peck, Assistance mortelle (2013), qui analyse l’échec de l’assis (...)
  • 10 Documentaire « Haïti : impasse humanitaire et… politique », de Michel Dumont, Olivier Besson, André (...)

10L’aide internationale est également de la partie. Fin 2011, la Croix-Rouge lançait le programme LAMIKA (un acronyme en créole pour « une meilleure vie dans mon quartier ») de plusieurs millions de dollars au profit du quartier de Campeche (une colline escarpée de la capitale). Elle a reçu près d’un demi-milliard de dollars de dons pour fournir un toit à plus de 130 000 personnes ; dans les faits, moins d’une dizaine furent construits. Manque d’expertises, difficultés de travailler sur le terrain, projets sous-traités, chacun s’est rémunéré8. Ce fut la Croix-Rouge, mais ce sont aussi les donations faites à la Commission Intérimaire pour la Reconstruction d’Haïti (CIRH) dont on ignore ce qu’il est advenu. À sa tête, Bill Clinton et le Premier ministre haïtien d’alors, Jean Max Bellerive. Bien des fonds destinés à la reconstruction remontent ingénieusement à leur source, au profit des pays donateurs9, d’où la remarque de Jean Christophe Rufin (ancien président de Médecins sans Frontière et d’Action contre la Faim) à propos d’Haïti : « on a l’impression que ce pays n’existe que pour permettre aux donateurs de se donner bonne conscience tous les dix ans. On a l’impression que c’est une histoire sans fin »10.

  • 11 https://www.hrw.org/fr/news/2016/11/29/haiti-des-personnes-devenues-apatrides-sont-prises-au-piege- (...)

11Au final, une décennie plus tard, dans le monde d’après, des dizaines de milliers d’Haïtiens ont fui en direction de l’Amérique latine (Brésil, Chili) et de l’Amérique du Nord (États-Unis, Canada). « Des milliers d’Haïtiens vivent aux États-Unis depuis le séisme de 2010 au rythme des renouvellements du TPS (Temporary Protected Status) » (Joseph, 2020). Sans oublier les apatrides, la déportation de quelque 135 000 personnes dominicaines d’origine haïtienne et les travailleurs migrants considérés comme indésirables qui sont refoulés en Haïti entre juillet 2015 et août 201611.

  • 12 Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (2004-2017), mise en place après l’évictio (...)
  • 13 La MINUSTAH a été impliquée dans des histoires qui ont marqué lourdement la population haïtienne, e (...)
  • 14 Mission des Nations unies pour l’appui à la Justice en Haïti (2017-2019).
  • 15 Bureau intégré des Nations Unies en Haïti (2019, un mandat initial de 12 mois).

12R.T. Joseph insiste sur le fait que « la décennie a produit un nombre considérable de crève-la-faim, de laissés-pour-compte, de marginaux, de gangstérisés et d’assassinés. Il y a les victimes des massacres d’État à La Saline et ceux qui meurent sous la terreur des gangs dans les quartiers précaires. Celles qui sont violées et engrossées par les militaires violeurs et pédophiles des Nations Unies. Il y a tous ces bébés de la MINUSTAH12 qui ne connaîtront jamais leurs pères13. Durant la décennie, la mission des Nations Unies en Haïti a connu trois métamorphoses. De MINUSTAH, elle est passée à MINUJUSTH14, puis BINUH15 ». Et Joseph poursuit : « des inconnus comptent les centaines de millions dilapidés dans le trésor public par la mafia politique. Il y a les victimes de violences d’une police politisée. Ceux qui sont morts dans les manifestations pour avoir osé réclamer la justice sociale. Il y a ces cadavres régulièrement trouvés sous les détritus dans la capitale. Il y a des milliers de femmes et de filles victimes de viols. Il y a ceux qui sont morts aux portes de nos hôpitaux faute de soins. Ils sont des milliers qui ont péri et passé à l’oubli à cause de l’incurie et la prévarication de ceux qui dirigent. »

13Accessoirement, pour compléter ce tableau d’ensemble d’une décennie perdue pour Haïti, rappelons que cette décennie fut aussi celle du retour, en 2011, de Jean-Claude Duvalier (dit « Baby-Doc »), mort en 2014, six mois après que la Cour d’appel de Port-au-Prince ait jugé que les crimes contre l’humanité sont imprescriptibles et ait ordonné de continuer l’enquête.

Donner la parole à la recherche haïtienne et à la recherche sur Haïti

14La revue Etudes caribéenne a publié une cinquantaine d’articles abordant Haïti, dont quelque vingt-cinq articles consacrés directement à Haïti. Un premier dossier thématique « Îles en crise », en 2010 (n° 17)16, proposait un volet consacré à Haïti. En 2016, B. Paul a dirigé un numéro consacré aux questions de l’entrepreneuriat en Haïti, mettant d’accent sur le développement des microentreprises soutenues par la microfinance (« Entrepreneuriat : quelle voie pour le développement d’Haïti ? », n° 25)17. Ensuite, en 2018, les problématiques urbaines en Haïti furent développées dans le cadre d’un numéro spécial sur les villes caribéennes (n° 39-40)18.

  • 19 « Osez “décoloniser l’esprit”», Dehoorne et Theng, 2011, d’après Ngugi wa Thiong’o

15Le présent dossier ouvre un nouveau cycle de publications où la diversité et la richesse de la recherche haïtiennes feront l’objet de prochains dossiers thématiques. La revue Etudes caribéenne entend participer pleinement à la reconnaissance des recherches haïtiennes et sur Haïti. Une démarche interdisciplinaire et transnationale avec pour objet d’étude Haïti, dans toute sa complexité, sans se cantonner aux immuables clichés. Les objectifs sont notamment de soutenir des projets de recherche originaux et novateurs, sans pensée conforme, des regards lucides qui transcendent le poids des crises successives, de promouvoir une pensée décolonisée, décomplexée19, salutaire dans une région caribéenne qui reste très imprégnée du poids historique de l’économie des plantations et de ses évolutions contemporaines, laquelle conditionne les modes de représentation du monde ; des représentations construites et actualisées par des métropoles historiques, centralités économiques et politiques, qui dominent cet espace morcelé ; une région où demeurent tant d’anachronismes.

16Le présent dossier s’ouvre sur un cadrage historique, sans concession, où E. Jabouin revisite la construction politique d’Haïti « engluée dans une crise chronique ayant pour toile de fond la corruption […], depuis la fondation de la Première République au début du xixe siècle, happée par la violence et prise en otage par une faction de la société, un petit groupe d’oligarques, avides de pouvoir et de plus en plus portés par la recherche de rente ou par l’appât du gain »20.

17Z. Mardy, S. Weissenberger et J-P. Waaub proposent une étude sur la vulnérabilité des petits exploitants agricoles face aux catastrophes naturelles et posent la question de l’insécurité alimentaire. Les questions de développement, de choix et de stratégie de développement, sont introduites par les trois textes suivants : B. Paul souligne les enjeux autour des associations communautaires de microcrédit et l’accès au crédit, A. Daméus et R. Valcin s’attachent à démontrer la compétitivité de la filière maïs haïtienne face au maïs moulu importé. B. Paul, A.H. Juma’h et F. Dorante analysent la perception de la responsabilité sociale et éthique (RSE) des banques par les entrepreneurs haïtiens, alors que celles-ci affichent une rentabilité élevée et déconnectée de la réalité économie locale.

  • 21 Des orphelins ayant fui la misère et la violence de foyers d’accueil et les enfants domestiques.

18Sans refaire l’histoire du tremblement de terre de 2010 (pour lequel on pourra se reporter au texte de Jabouins, 2010), il est proposé un regard sur la violence sociale exacerbée dans cette décennie post-tremblement de terre, de la violence envers les plus vulnérables, les femmes, les grapyays et les restavèks21, avec les contributions de Damus « la reconquête du corps après le viol »), de Jean-Simon et Tokpa (« la fécondité précoce dans les camps d’hébergement ») et Jean Simon (« la violence subie par les adolescentes enceintes »).

19O. Brillant ouvre la réflexion sur le rôle incontournable des sages-femmes traditionnelles dans les communautés rurales où les femmes accouchent à domicile. « Contrairement au métier d’accoucheuse moderne, il se fonde sur la non-séparation du corps et de l’esprit, du réel et de l’imaginaire, de la culture et de la nature »22. Les matrones sont au carrefour de la santé, de la biodiversité et de la spiritualité.

Le monde d’après en question

20Le monde d’après, une formule très prisée en ce début de XXIe siècle. Mais ce ne peut pas être qu’une simple question d’habillage, de mots ou de postures. Il s’agit bien de changer de paradigme pour que l’histoire ne se répète plus laborieusement, comme le disait Marx, la première fois comme une tragédie puis la seconde fois comme une farce.

21Par cette démarche éditoriale, nous posons une modeste pierre, parmi d’autres, convaincus de la richesse de ce champ d’études émergent, avec le désir de participer à la construction de ce premier socle. Réunir des approches diversifiées, stimuler les convergences, soutenir une recherche, jeune et expérimentée, transnationale, lucide et critique, qui pose un regard décomplexé sur les réalités de nos quotidiens. Cette pierre se veut support d’une recherche qui parfois a parfois du mal à se faire reconnaître dans les revues occidentales, tant le pays a des difficultés à attirer l’attention positive. Pourtant, cette recherche se montre toujours vivace, au moins au niveau local. La décennie qui se ferme est aussi celle qui a vu la création de plusieurs écoles doctorales en Haïti, mais aussi l’offre de formation à et par la recherche tant dans les sciences sociales que dans les sciences pures et appliquées. Au moment de rédiger cet éditorial, le pays s’est doté pour la première fois d’une loi sur l’enseignement supérieur et la recherche.

Haut de page

Bibliographie

Bloncourt, G. (1991). Yeto ou le palmier des neiges, Éd. Deschamps et Arcantère.

Bloncourt, G. (2018). Un homme peau noire peau rouge, un homme de toutes les couleurs, Mémoire d’encrier.

Comité Interministériel d’Aménagement du territoire (2010). Haïti demain. Objectifs et stratégies territoriales pour la reconstruction, 37 p. ; URL : http://www.oas.org/en/ser/dia/docs/HAITI_DEMAIN.pdf

Dehoorne, O. et S. Theng (2011), « Osez “décoloniser l’esprit” : Rencontre autour de l’œuvre de Ngugi wa Thiong’o », Études caribéennes, 18. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/5497

Elias, N. et J.L. Scotson (1997). Logiques de l’exclusion : enquête sociologique au cœur des problèmes d’une communauté, Paris, Fayard.

Elias, N. (2003). La dynamique de l’Occident, Paris, Presses pocket.

Jabouin, E. (2010). « Haïti, en situation post-séisme : quelques effets de la catastrophe du 12 janvier 2010 sur la population locale », Études caribéennes, 17. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/4842 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.4842

Joseph, R.T. (2020). « Plus de 170 ministres et autres chiffres effarants de la dernière décennie », AyiboPost, https://ayibopost.com/plus-de-170-ministres-et-autres-chiffres-effarants-de-la-derniere-decennie/

Louis, L. (2019). « Ces Haïtiens qui habitent au cimetière de Port-au-Prince », AyiboPost. URL : https://ayibopost.com/ces-haitiens-qui-habitent-au-cimetiere-de-port-au-prince/

Ngugi wa Thiong’o (2011). Décoloniser l’esprit, traduction de l’anglais par Sylvain Prudhomme de Decolonising the Mind : The Politics of Language in African Literature, La Fabrique.

Haut de page

Notes

1 https://ayibopost.com/ces-haitiens-qui-habitent-au-cimetiere-de-port-au-prince/

2 Le témoignage de Gérald Bloncourt, son engagement, son exil sous la dictature des Duvalier et le retour au pays. Voir également son dernier ouvrage : Un homme peau noire peau rouge, un homme de toutes les couleurs, Mémoire d’encrier, 2018.
Le site http://www.bloncourt.net/index.html présentent de précieuses coupures de presses sur la dictature des Duvalier –qui contraignirent Gérald Bloncourt à l’exil-, les évènements dits des « 5 glorieuses de janvier 1946 » en Haïti, et introduit les différentes facettes de cet humaniste. Photographe, auteur, peintre, poète, ce « franc-tireur de l’image » qui a traversé le siècle écoulé nous a quittés il y a un peu plus d’un an. Nous garderons un chaleureux souvenir de cet artiste engagé, fidèle à la Martinique –où il fit sa première escale sur le chemin de l’exil, dans l’attente d’un paquebot pour la France-, que nous avions accueilli dans une salle de séminaire d’économie (bien exiguë) pour partager une mémoriale improvisation poétique.

3 Conférence de Presse du 18 décembre 1998 à Paris, du « Comité pour juger Duvalier », intervention de Gérald Bloncourt, https://www.bloncourt.net/index-30.html

4 Après une indépendance gagnée par les armes (1804), la France a déployé, deux décennies plus tard, des navires lourdement armés pour extorquer un dédommagement destinés aux propriétaires français qui avaient perdu leurs domaines et leurs esclaves (le peuple haïtien). L’État haïtien a contracté des emprunts auprès de banques françaises et anglo-américaines, avec des taxes et des intérêts, pour payer cette dette qui s’est achevée en 1947. Selon l’estimation de Thomas Piketty, la France devrait aujourd’hui rembourser à Haïti au minimum l’équivalent de trois années du PIB haïtien actuel, soit plus de 28 milliards de dollars américains, « sans même prendre en compte les intérêts que les banquiers français et anglo-saxons n’ont pas manqué de faire payer jusqu’en 1950 en échange du “refinancement” de cette dette », voir https://lenouvelliste.com/article/211316/au-minimum-la-france-devrait-rembourser-plus-de-28-milliards-de-dollars-americains-a-haiti-aujourdhui-soutient-le-celebre-economiste-francais-thomas-piketty

5 Paris, 21 juin 1999, https://www.bloncourt.net/index-18.html. Rappelons que c’est au départ de Jacmel qu’en 1806 Francisco de Miranda tenta un premier débarquement sur les côtes vénézuéliennes pour libérer le continent des Espagnols.

6 https://www.hrw.org/fr/news/2016/11/29/haiti-des-personnes-devenues-apatrides-sont-prises-au-piege-de-la-pauvrete

7 L’affaire éclata avec l’audit spécifique de gestion du fonds Petro Caribe – Gestion des projets financés par le fonds Petrocaribe – les rapports 1 (291 p.) et 2 (612 p.), voir les deux liens suivants : (1) https://www.haitilibre.com/docs/PETROCARIBE-31-01-2019.pdf ; (2) http://www.cscca.gouv.ht/view.php?download_file=documents/247.pdf
Un dossier complet sur l’utilisation du fonds Petrocaribe peut être consulté sur le site du journal Haïti Liberté : https://www.haitilibre.com/article-26121-haiti-flash-tout-ce-qu-il-faut-savoir-sur-l-utilisation-du-fonds-petrocaribe.html

8 Les dépenses de La Croix-Rouge représentaient un tiers du budget, lire « Haïti : pourquoi la Croix-Rouge américaine n’a construit que 6 maisons avec les 488 millions de dollars collectés », https://www.latribune.fr/economie/international/haiti-la-croix-rouge-americaine-a-recolte-488-milions-de-dollars-et-construit-6-maisons-481378.html ; lire l’enquête complète de Justin Elliott et Laura Sullivan, « Comment la Croix-Rouge a récolté un demi-milliard de dollars pour Haïti — et construit six maisons », https://www.propublica.org/article/la-croix-rouge-haiti

9 Voir le film documentaire de Raoul Peck, Assistance mortelle (2013), qui analyse l’échec de l’assistance de la communauté internationale. « Un “business militaro-humanitaire”, “un mélange de genres mortel”, http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/38155_1#

10 Documentaire « Haïti : impasse humanitaire et… politique », de Michel Dumont, Olivier Besson, André Paultre, ARTE GEIE (2015).

11 https://www.hrw.org/fr/news/2016/11/29/haiti-des-personnes-devenues-apatrides-sont-prises-au-piege-de-la-pauvrete

12 Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (2004-2017), mise en place après l’éviction du président Jean-Bertrand Aristide, sous la pression d’une insurrection armée et d’une révolte populaire.

13 La MINUSTAH a été impliquée dans des histoires qui ont marqué lourdement la population haïtienne, entre violences sexuelles et à l’épidémie de Choléra (9 300 morts et plus de 780 000 personnes contaminées), voir https://www.nytimes.com/2019/12/18/world/americas/haiti-un-peacekeepers.html. Le 1er décembre 2016, lors d’une session spéciale de l’Assemblée générale des Nations Unies, M. Ban Ki-Moon, Secrétaire général, a présenté des excuses au nom de l’ONU : « Nous nous excusons auprès du peuple haïtien. Nous n’avons tout simplement pas fait assez concernant l’épidémie de choléra et sa propagation en Haïti. Nous sommes profondément désolés pour notre rôle ».

14 Mission des Nations unies pour l’appui à la Justice en Haïti (2017-2019).

15 Bureau intégré des Nations Unies en Haïti (2019, un mandat initial de 12 mois).

16 https://journals.openedition.org/etudescaribeennes/4828

17 https://journals.openedition.org/etudescaribeennes/9541

18 https://journals.openedition.org/etudescaribeennes/11373

19 « Osez “décoloniser l’esprit”», Dehoorne et Theng, 2011, d’après Ngugi wa Thiong’o

20 https://journals.openedition.org/etudescaribeennes/18916

21 Des orphelins ayant fui la misère et la violence de foyers d’accueil et les enfants domestiques.

22 https://journals.openedition.org/etudescaribeennes/18967

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Le cimetière de Port-au-Prince, un véritable quartier populaire
Légende « Le cimetière de Port-au-Prince n’est pas seulement la demeure des morts. Il loge aussi des jeunes et des vieux qui s’accrochent à la vie dans des conditions précaires », un article de Laura Louis (lauréate du « Prix du Jeune Journaliste en Haïti », presse écrite, de l’Organisation internationale de la Francophonie en 2019)1.
Crédits Source : Source : capture d’écran d’article de Laura Louis, « Ces Haïtiens qui habitent au cimetière de Port-au-Prince », Photographie : Frantz Cinéus, AyiboPost.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/19113/img-1.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Figure 2: « Kot Kòb Petwo Karibe a ? » (Où est passé l’argent de Petrocaribe ?)
Légende Mobilisation sociale contre le système de corruption à grande échelle mis en place par les élites haïtiennes avec la complicité de la communauté internationale, à la suite de l’affaire Petrocaribe (4,2 milliards de dollars américains). La conscience de la dette qui en résulte pour la jeunesse haïtienne envers le Venezuela.
Crédits Source : Capture d’écran AyiboPost, 20 décembre 2018, https://it-it.facebook.com/​ayibopost/​photos/​a.1671578553068320/​2754076314818533/​?type=3&theater
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/19113/img-2.png
Fichier image/png, 818k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Dehoorne et Bénédique Paul, « Fenêtre ouverte sur la recherche haïtienne », Études caribéennes [En ligne], 45-46 | Avril-Août 2020, mis en ligne le 15 août 2020, consulté le 26 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/19113

Haut de page

Auteurs

Olivier Dehoorne

Maître de Conférences, Université des Antilles, dehoorneo@gmail.com

Articles du même auteur

Bénédique Paul

CREGED & FSAE, Quisqueya University, Haiti ; UMR ART-Dev, Montpellier University, France, benedique.paul@uniq.edu.ht

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search