Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels en coursN° 48, 2021 - Villes intelligente...

N° 48, 2021 - Villes intelligentes et destinations intelligentes : Réalités diversifiées et défi commun. Quelle relecture post crise Covid-2019 ?

Date limite de réception des articles : 28 février 2021

Densément peuplée, déconcertante, et de plus en plus technophile, la ville est le champ de toutes les compétitions, les démesures et les controverses. La ville n’est pas un sujet ou un objet comme les autres, encore davantage celui de la « Smart City » dont la révolution technologique récente semble être un facteur fondateur. Le concept de « ville intelligente » est une thématique complexe qui invite à la rencontre peu fréquente de disciplines et de paradigmes pluridisciplinaires. Dans ce concert, chacune des disciplines apporte des explications sur dimensions infrastructurelles et supra-structurelles de la ville.

Le concept de « Smart City » a le vent en poupe malgré l’absence de vision universellement partagée. La rhétorique liée à la « ville intelligente » prône un idéal urbain à travers lequel les villes se sont vues attribuer la connotation positive du terme « intelligent ». Il se veut comme une façon de se saisir de l’urgence des problématiques liées à la ville.

La smart City se présente comme une utopie urbaine tournée vers le numérique généralisé. Elle aussi conçut comme un système, composé d’une multitude de sous-systèmes qui interagissent les uns avec les autres (Rochet, 2014). Toutefois, comme avance Lussault (2007), lorsque le numérique investit le territoire, il ne le fait jamais de façon univoque. Autrement dit, « Digital technologies may produce the best and the worst », selon les dires Rochet (2014). Cependant, devant l’enthousiasme que suscite le digital, un important courant de pensée tente à contrer la vision technocentrée ou le tout numérique sur l’intégration complète des TIC dans le fonctionnement des villes intelligentes (Kitchin, 2015). Et ce, compte tenu des dérives sécuritaires et atteintes à la vie privée.

D’après ce qui précède, il est communément admis que le concept de ville intelligente est indissociable de l’innovation technologique. Cette dernière est reconnue par ses effets d’entraînement et de multiplication d’activistes urbains (Townsend, 2013). Le tourisme fait partie des secteurs les plus impactés par la diffusion omniprésente de la technologie. Raccourcissement des distances, dématérialisation et plateformisation des canaux de distribution des prestations touristiques, redistribution du pouvoir entre les parties prenantes, émergence de nouveaux pôles touristiques et régression des autres… Tels sont quelques éléments symptomatiques des mutations technologiques et organisationnelles engendrées. En fait, le développement des technologies numériques bouleverse les paradigmes économiques et sociétaux dans les destinations, notamment en contexte urbain (Buhalis & Amaranggana, 2014).

Le concept de « destination intelligente » est en vogue. Malgré sa récence du concept, le tourisme intelligent prenne de l’ampleur au point d’occulter d’autres concepts en vogue dans de nombreuses destinations (Gretzel, et al., 2015), et promet de ne pas franchir la période comme tendance éphémère, mais plutôt comme paradigmes qui dessinera le futur du tourisme mondial (OMT, 2017). En effet, depuis le début des années 2000, de nombreuses villes du monde ont entrepris des initiatives pour se positionner comme « villes intelligentes ». Un positionnement, reconnu de plus en plus, comme un moyen d’augmenter l’attractivité des villes et la qualité de vie des citoyens (Boes et al., 2015).

Le concept demeure comme une thématique complexe qui invite à une réflexion intégrative. Cependant, trois composants semblent articuler sa caractérisation : la technologique, le territoire et la gouvernance. En fait, la gouvernance intelligente articulée entre parties prenantes est au cœur de la définition de la destination intelligente (Buhalis et Amaranggana, 2014). Pour Aldebert, Dang et Longhi (2010), l’intelligence de la destination se situe dans la capacité des parties prenantes à travailler ensemble, via une plateforme intégrante et intégrée.

La gouvernance de la smart city et celle de la smart destination sont intrinsèquement liées, et ce malgré les différences de champs d’application, comme l’ont souligné Buhalis et Amaranggana (2014) et Boes et al., (2015), les technologies utilisées dans une destination intelligente sont fondamentalement différentes de ceux utilisés dans une ville intelligente. Par exemple, les auteurs affirment que les touristes utilisent la technologie avant, pendant et après un voyage, alors que la technologie mise en œuvre dans une ville intelligente s’articule dans la ville et pour ses habitants.

La destination devient « intelligente », car elle transforme un grand nombre de données en une information pertinente et créatrice de valeur pour les touristes (Gretzel, et al., 2018). De son côté, le touriste, de plus actif, participatif, apprenant, se saisit du contexte technologique et organisationnel pour satisfaire sa quête d’une expérience, authentique et immersive, optimale. Les destinations tentent bien que mal d’améliorer l’expérience touristique et de renforcer l’engagement du touriste en même temps que d’accroître de la visibilité de la destination sur l’ensemble des plateformes numériques. À ce jour, un grand nombre de destinations se disent ouvertement intelligentes ou envisagent de le devenir. Malgré que parfois, la distorsion peut s’avérer majeure entre l’image qui est projetée, induite par le branding, et la réalité sur le terrain.

Dans la foulée de l’enthousiasme mondial pour les villes et les destinations intelligentes, les secteurs de patrimoine et culture, étroitement liés au tourisme, n’en demeurent pas moins concernés. Ancrés dans le territoire, ces trois secteurs sont souvent envisagés dans une perspective de régénération, de requalification et de restructuration socio-économique urbaine, notamment dans les territoires qui abritaient des secteurs économiques essoufflés ou en transition.

Tourisme, patrimoine et culture présentent un terrain fertile à l’innovation et à l’intelligence territoriale. Ils représentent des enjeux majeurs dans la mesure où la course à l’intelligence entre les villes vise à attirer des visiteurs, des artistes, des créateurs (Florida, 2002), des entreprises, des investisseurs, des résidents, etc.

La crise du Covid-19 est en train de produire un impact jamais vu. Elle crée une rupture sur plusieurs niveaux et d’une ampleur inégalée sur nos sociétés, nos économies et nos moyens de résilience. Elle plonge le tourisme mondial dans une ère incertaine et ouverte sur différentes évolutions. La conception de la ville et celle de la destination intelligentes n’en demeure pas épargnées dans cette mouvance. Quel est et comment cette crise altère les paradigmes et les convictions profondes qui font les destinations d’aujourd’hui et demain. Un simple questionnement qui en cache de nombreuses problématiques.

Ce numéro de la revue Etudes Caribéennes ambitionne d’apporter une vision analytique et prospective du concept de la destination intelligente en lien généalogique avec celui de la ville intelligente. Il est aussi d’acuité de discuter les soubassements conceptuels et théoriques de ces deux concepts et scruter la robustesse face aux défis contemporains.

Les propositions d’articles pourront s’inscrire alors dans l’une ou l’autre des thématiques suivantes (liste non limitative) :

  • Smart city, smart destination : débat conceptuel et théorique

  • Smart City, smart destination et intelligence collective

  • Smart City, smart destination et créativité

  • Smart City et innovation marketing et territoriale

  • Smart City smart destination et entrepreneuriat touristique

  • Smart City smart destination et gouvernance

  • Smart City smart destination et mobilité urbaine

  • Smart Touriste

  • Smart City, smart destination et promotion de la culture

  • Smart City, smart destination et promotion du patrimoine

  • Smart City, smart destination et management territorial

Calendrier

  • 28 février 2021 : réception des articles en version 1.

  • 15 avril 2021 : Notification des auteurs.

  • 30 juin 2021 : acceptation finale.

Contributions

Vous pouvez vous référer aux Instructions aux auteurs et envoyer vos contributions aux etudescaribeennes@gmail.com et smart.city.dt@gmail.com

Références

Aldebert B., Longhi C. Et Dang J.R. (2010). "Innovation in the Tourism Industry: the case of Tourism@Awards", Tourism Management, 32(5): 1204-1213 (CNRS cat. 3 ; AERES rang B).

Buhalis, D., & A. Amaranggana (2014). "Smart tourism destinations", In Z. Xiang, & L.Tussyadiah (Eds.), Information and communication technologies in tourism 2014 (p.377– 389). Switzerland : Springer International Publishing.

Boes, K., D. Buhalis & A. Inversini (2015). "Conceptualising Smart Tourism Destination", In L. Tussyadiah & A. Inversini, Information and Communication Technologies in Tourism 2015. Lugano, Spinger.

Florida, R. (2002). The Rise of the Creative City: And How It’s Transforming Work, Leisure, Community and Everyday Life, Basic Books.

Gretzel, U., Sigala, M., Xiang, Z. et al. (2015). "Smart tourism: foundations and developments", Electron Markets 25, 179–188 (2015)

Kitchin, R. (2015). Making sense of smart cities: addressing present shortcomings, Cambridge Journal of Regions, Ecnomy and Society, 8(1): 131-136.

Lussault, M. et M. Stock (2007). « Tourisme et urbanité », dans Philippe Duhamel et Rémi Knafou (dir.), Mondes urbains du tourisme, Paris, Belin, p. 241‑245.

O.M.T. (2017). Murcie s’apprête à recevoir la première Conférence internationale de l’OMT sur les destinations intelligentes. Madrid, OMT.

Rochet, C. (2014). Les villes intelligentes, enjeux et stratégies pour de nouveaux marchés, Étude réalisée avec le concours de CERGAM, CESAMES et du Service de coordination à l’intelligence économique (Ministère français des Finances et des comptes publics), Conference Paper, Conférence CMDM, Paris, novembre.

Éditeurs invités

Nabil OUARSAFI– institut supérieur des sciences de la santé, Université Hassan 1er – Settat (Maroc)

Shiwei SHEN – Institut conjoint des universités de Ningbo et d’Angers/Institut de la Géographie et du Tourisme, Université de Ningbo (Chine)

Marios SOTIRIADIS – Institut conjoint des universités de Ningbo et d’Angers/ Institut de la Géographie et du Tourisme, Université de Ningbo (Chine)

Larbi SAFAA – École Supérieure de technologie d’Essaouira, Université Cadi Ayyad (Maroc)

  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search