Navigation – Plan du site

AccueilHors-série6Le caractère ambivalent de la rel...

Le caractère ambivalent de la relation entre tourisme et patrimoine en pays Bassari (Sénégal)

The Ambivalent Nature of the Relationship between Tourism and Heritage in Bassari Country (Senegal)
El carácter ambivalente de la relación entre turismo y patrimonio en el país Bassari (Senegal)
Aliou Gaye

Résumés

Le pays Bassari bénéficie de ressources patrimoniales exceptionnelles, notamment les manifestations culturelles, les cérémonies rituelles, les architectures, les objets traditionnels et le savoir-faire artisanal. Classé au patrimoine mondial de l’humanité depuis 2012 en tant que paysage culturel, ce territoire traverse aujourd’hui une étape charnière de son histoire, parce qu’il est appelé à accueillir de nombreux touristes et des populations étrangères, pouvant déstabiliser les modes de vie traditionnels des habitants locaux. Après y avoir réalisé des enquêtes, des entretiens et des observations participantes pendant des mois, notre article propose d’analyser ses potentiels de développement touristique, dans lesquels différentes formes de tourisme sont développées : le tourisme culturel, l’écotourisme et le tourisme rural intégré. Ces pratiques touristiques s’inscrivent dans une dynamique de développement local, permettant de conserver, protéger et valoriser les biens naturels et culturels, au profit de l’ensemble de leurs acteurs, même s’il faut tenir compte de leurs effets néfastes.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Sénégal
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Aux sources de la plénitude sur les plaines du Fouta Djalon se trouvent les minorités ethniques du pays Bassari, notamment les Bassari, les Bédik, les Coniagui et les Djallonké, protégées par le cadastre des collines et les esprits surnaturels (Girard, 1984). Ces ethnies et leurs paysages naturels attirent de nombreux chercheurs, parmi lesquels figurent des anthropologues, des ethnologues, des linguistes, des géographes, des historiens et des sociologues. Mais ils ne sont pas les seuls : des touristes en quête d’authenticité et de partage avec les populations locales visitent également ce territoire. Des porteurs de projet y sont aussi présents, dans le but de créer des emplois au profit des habitants. Cette présence est ambivalente ; elle engendre des pratiques touristiques qui ne sont pas sans conséquence sur le développement local. Elle crée à la fois des opportunités et des menaces sur les modes de vie des sociétés réceptrices.

2Le pays Bassari est situé à l’extrême sud-est du Sénégal, aux frontières de la Gambie, du Mali et de la Guinée Conakry, dans la région de Kédougou. Cette dernière est née du découpage administratif de la région de Tambacounda. Elle a été créée par la loi 2008-14 du 18 mars 2008, modifiant la loi 72-02 du premier février 1972 portant sur l’organisation de l’administration territoriale. La région de Kédougou couvre une superficie de 16 896 km2, avec, en 2013, une population estimée à 151 357 habitants et une densité de 9 habitants/km2 selon l’Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie (ANSD, 2014). Ce territoire ne représente que 1,1 % de la population du Sénégal, et occupe la dernière place du point de vue démographique et économique par rapport aux autres régions du pays, malgré la richesse de ses ressources patrimoniales (or, uranium, fer, lithium, étain, dolérite, chrome, kaolin, molybdène, cuivre, nickel).

Figure 1. Les paysages culturels bassari, bédik et peul

Figure 1. Les paysages culturels bassari, bédik et peul

Source : Auteur

  • 1 Cette thèse est dirigée par Dominique Chevalier, Maîtresse de conférences-HDR en géographie à l’Uni (...)

3Cet article s’inscrit dans le cadre de notre thèse de doctorat portant sur les paradigmes du rapport entre tourisme et patrimoine culturel en pays Bassari. Pour analyser les dynamiques de développement local à travers le tourisme, nous avons donc privilégié des observations de terrain, au cours de deux séjours en 2016 et 20171. Notre méthodologie a été plurielle. Nous sommes tout d’abord allés à la rencontre de plusieurs acteurs (populations locales, artistes, touristes) avec lesquels nous avons échangé à partir d’un questionnaire non directif (40 questions pour un échantillon de 100 personnes). Nous avons également interrogé, à travers un guide d’entretien ouvert préétabli, des acteurs publics, des représentants de l’UNESCO en pays Bassari, des chefs coutumiers, des professionnels du tourisme et des experts du patrimoine (88 questions pour un échantillon de 50 personnes). Enfin, nous avons choisi de loger chez l’habitant puisqu’il s’agissait d’étudier les pratiques touristiques et culturelles dont la population locale représente l’élément essentiel. L’objectif de ces enquêtes a été de collecter des données fiables, mesurables et quantifiables, pouvant nous aider à analyser les pratiques touristiques et leurs conséquences sur les sociétés réceptrices.

4Ce travail tente d’examiner le caractère ambivalent de la relation tourisme/patrimoine en pays Bassari, où les populations locales vivent dans un contexte de pauvreté, le tourisme faisant souvent ombrage à leurs modes de vie traditionnels, et parfois hypothéquer leur présent et leur avenir. Nous nous sommes proposé d’analyser les pratiques touristiques qui y sont développées, notamment le tourisme culturel, l’écotourisme et le tourisme rural intégré. Ces pratiques engendrent une dynamique de développement local, pouvant être appréhendées comme un processus par lequel les acteurs notamment les populations locales, les partenaires privés, les agents de l’État et éventuellement les institutions internationales mettent en œuvre un projet collectif intégrant les diverses composantes culturelles, sociales, environnementales, juridiques, politiques et économiques des ressources patrimoniales du territoire (Vernier, 2012). Mais, elles doivent également être adaptées aux réalités culturelles des populations locales et aux conditions naturelles de l’environnement, dans un espace où les biens patrimoniaux sont menacés par l’urbanisation, l’exode rural et les effets contrastés de la mondialisation.

1. Le tourisme culturel comme outil de mise en valeur des ressources patrimoniales

5Le tourisme culturel réside dans un système de valeurs sociales et culturelles (Origet du Cluzeau, 2013), susceptibles d’orienter les besoins des visiteurs et les comportements des individus vers les communautés d’accueil. L’ICOMOS (1999) le définit « comme toute activité qui permet aux visiteurs de partager l’expérience, d’une part, d’autres modes de vie, de coutumes, de traditions, de l’environnement physique ou des idées, et d’autre part, de découvrir des lieux reconnus pour leur valeur architecturale, historique, archéologique ou toute autre valeur culturelle.2 » Cette forme de tourisme peut être appréhendée comme l’ensemble des pratiques culturelles et des normes sociales, engendrant les déplacements des individus de leurs lieux de résidences habituelles aux lieux de découverte, et contribuant à l’économie du territoire et à la construction des échanges interculturels. Ce contact crée ainsi les imaginaires sociaux et les expériences touristiques (Lévy et Lussault, 2003 ; Gravari-Barbas et Graburn, 2012), résultant de la recherche d’authenticité et de la créativité des individus.

6Le tourisme culturel est considéré comme une pratique alternative du tourisme balnéaire, défini comme un déplacement en masse. Il désigne également le tourisme durable, pouvant garantir la protection des ressources culturelles. « La politique de tourisme culturel se présente comme une manière d’allier développement économique et visites du patrimoine, pratiques et échanges culturels, marché de biens et de services » (Cousin, 2008 : 42). Dans cette pratique touristique, les collectivités territoriales du pays Bassari cherchent à établir une offre culturelle, fondée sur les valeurs locales. Leur objectif est de promouvoir leur richesse patrimoniale et leur destination afin de développer l’activité touristique. Cette offre constitue la marque et le label du territoire : c’est le marquage culturel et territorial (Fagnoni, 2013). Le marquage consiste ici à positionner l’offre culturelle sur le marché du tourisme international, dans un univers où la concurrence est exacerbée, où tout devient patrimoine (Coëffé et Morice, 2017) et où tout devient tourisme (Lazzarotti, 2000).

  • 3 Ce pourcentage s’appuie sur nos enquêtes de terrain et les données de l’inspection régionale du tou (...)

7Le tourisme culturel3 représente 65 % des pratiques touristiques dans le pays Bassari. Dans ce territoire, les Espagnols constituent la plus forte demande, avec 75 % de la clientèle touristique. Le taux de fréquentation de ces touristes s’explique du fait de la présence de la coopération espagnole au Sénégal. Cette institution publique finance et pilote de nombreux projets et formations dans cette région. Ces programmes s’inscrivent dans le cadre de la valorisation des ressources patrimoniales, à travers la mise en œuvre des plans d’action, liés à l’éducation, l’économie, l’environnement, l’agriculture et la culture. Le nombre important d’Espagnols se justifie peut-être par une relative quiétude vis-à-vis des conditions climatiques. Ces dernières, avec les fortes canicules et les pluies abondantes, peuvent sans doute parfois effaroucher des personnes qui ne sont pas habituées à ces contraintes.

  • 4 Extrait de notre entretien avec un responsable de la Direction du Patrimoine Culturel, le 23 janvie (...)

8D’ailleurs, le projet espagnol MDG-F (Master Data Governance for Financials) s’inscrit dans cette dynamique de mise en valeur des biens naturels et culturels. Il est financé par la coopération espagnole et est conjointement exécuté par les agences du système des Nations Unies : UNESCO, PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement), OMT (Organisation mondiale du Tourisme), ONUDI (Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel) et UNFPA (United Nations Fund for Population Activities), à hauteur d’un montant de 3 milliards de francs CFA, soit 4 573 449 €4, pour la construction d’un village communautaire à Bandafassi. Cette structure touristique et culturelle est dotée d’un centre multimédia et d’une radio communautaire. Cette dernière a pour mission de promouvoir les cultures et les langues locales à l’échelle nationale. L’un des objectifs de ce projet est de générer des retombées économiques au profit des habitants.

  • 5 Extrait de notre entretien avec un de nos interlocuteurs dans le village de Égatch, le 5 février 20 (...)

9En outre, des réseaux tels que l’Association des Minorités ethniques et l’Initiative des Femmes pour le Développement se sont développés pour répondre à cette démarche. Cela a permis de créer les radios communautaires de Kédougou et de Saraya, afin de valoriser les cultures et les langues locales à l’échelle nationale et internationale. À travers ces pratiques, les liens sociaux entre touristes et populations aboutissent parfois à des aides ponctuelles qui peuvent durer plus ou moins longtemps. Certains touristes font ainsi des dons de médicaments, de fournitures scolaires et de matériel informatique aux habitants, comme en témoignent les propos de notre interlocuteur : « J’ai rencontré un couple français, en 2014, lors du Festival des Minorités ethniques de Bandafassi, et chaque année, il m’envoie des fournitures scolaires pour mes enfants, ainsi que de l’argent pour les frais d’inscription à l’école. Le couple m’a envoyé aussi un ordinateur et un téléphone portable neufs, même si le réseau téléphonique n’est pas stable dans la zone5 ». Ces aides sont très fréquentes dans la région, car beaucoup de touristes et d’organisations internationales participent aux financements de projets touristiques comme, par exemple la création de campements d’hébergement touristique et de salles multimédias. Cette question de dons, si elle se comprend fort bien d’un point de vue humain, reste sans doute à interroger d’un point de vue éthique. Vouloir lutter contre l’asymétrie des relations d’un point de vue économique peut parfois se révéler contre-productif.

10Cependant, les guides professionnels locaux jouent un rôle important dans les visites enchantées des touristes, au cœur des modes de vie des sociétés réceptrices en milieu rural. Ils établissent leurs propres circuits touristiques, suivant un certain nombre d’itinéraires de visite des concessions villageoises, des habitants dans les champs agricoles, des élèves dans les écoles, des lieux de culte, des marchés hebdomadaires et des places publiques où les classes d’âge et les notables du village se retrouvent. Les concessions sont choisies en fonction du caractère de l’habitat traditionnel (cases en banco, en pierres et en toit de chaume), et de la rusticité des modes de vie des populations locales, notamment l’absence d’électricité, d’eau potable et de dispensaire (Quashie, 2009). Cette mise en scène patrimoniale tend à fasciner les touristes occidentaux, parce que les guides estiment que ces derniers cherchent à découvrir les modes de vie des populations locales dans leurs profondeurs.

11Avant d’entrer dans les villages, les guides professionnels demandent souvent aux touristes d’acheter des produits (fournitures scolaires, savons, colas, bonbons) pour les offrir aux habitants à la fin de la visite, justement pour les remercier de leur accueil chaleureux. Ils sollicitent également les populations locales afin de bien accueillir les touristes. « Les habitants des concessions villageoises acceptent en général ces visites, bien qu’aucun ne connaisse véritablement les liens économiques qui existent entre ces guides, leurs groupes et les voyagistes. Une fois les salutations effectuées, les guides expliquent aux visiteurs quelle est l’ethnie à laquelle appartiennent les habitants » (Quashie, 2009 : 6). Cette relation économique ambivalente entre guides et touristes, entraîne souvent des illusions, parce que les habitants hôtes accusent parfois les guides professionnels de freiner les intentions d’aides des touristes envers les populations.

12« Ce modèle de visites et les représentations sociales primitivistes qu’ils véhiculent ont inspiré d’autres voyagistes qui, pourtant, n’inscrivent et n’associent pas leur politique touristique à celle du “tourisme de masse”. Ils n’empruntent pas non plus les mêmes réseaux d’acteurs, mais leurs discours marketing diffusent des idées reçues identiques, voire davantage stéréotypées » (Quashie, 2009 : 7). Les touristes interrogés sont souvent satisfaits des visites organisées en milieu rural. Certains nous ont dit qu’ils étaient émus de voir la manière dont les sociétés locales habitent dans leur petit village situé aux confins de la modernité. Ils estiment que ces peuples doivent continuer à vivre dans cette rusticité (sans électricité, eau potable, route goudronnée, dispensaire) afin de nourrir le tourisme culturel, comme si les habitants étaient voués à rester dans une sorte de « zoo ».

Photographie 1. Visites touristiques au village de Dindéfélo

Photographie 1. Visites touristiques au village de Dindéfélo

Source : auteur, février 2017

13« Le succès grandissant de ces différentes pratiques de “tourisme culturel” au Sénégal s’appuie sur une éthique de la connaissance de l’Autre, qui fétichise ce dernier au sein d’un environnement rural présenté comme “reculé” et éloigné de toute “civilisation” » (Quashie, 2009 : 16). Les discours recueillis auprès des touristes occidentaux ne sont pas construits autour des stéréotypes des peuples africains, notamment la sauvagerie, la non-civilisation et l’agressivité. Ils alimentent les imaginaires sociaux occidentaux sur les modes de vie des habitants en milieu rural traditionnel. « Ces imaginaires touristiques, qui constituent le moteur du déplacement, prennent parfois la forme de stéréotypes standardisés circulant à l’échelle planétaire et encouragent la naissance de pratiques touristiques visant à exhiber les signes de l’authenticité des cultures africaines » (Chabloz et Raout, 2009 : 10).

14Les touristes jouent également, en effet, un rôle important dans la mise en valeur touristique des ressources culturelles. La présence régulière de touristes internationaux en pays Bassari est un vecteur d’échange, de rencontre et d’expérience. « La rencontre avec la population locale est de toute manière problématique : le touriste est toujours quelqu’un qui n’a pas de raison fonctionnelle d’être là, même si le fait touristique est réapproprié par la vie locale parce qu’il crée du travail et amène des équipements » (Rémy, 1994 : 75). Cette rencontre peut se révéler bénéfique pour chacun des acteurs, même si le profit diffère dans les deux sens. Pour les touristes, c’est la valeur socioculturelle du patrimoine qui les intéresse, alors que pour les populations locales, c’est surtout la valeur économique qui les préoccupe.

15En pays Bassari, la rencontre touristes/habitants locaux prend forme à travers un processus interactionnel dont le résultat peut être une expérience réciproque. Chacun se construit un récit d’imaginaire et d’expérience touristiques à travers lequel il cherche à connaître l’Autre (Amirou, 1995). Les touristes s’accommodent alors des mouvements de la vie socioculturelle réelle des habitants d’accueil. Ils représentent les facteurs de la mondialisation et de la transformation des cultures (Tardif, 2008). Ces acteurs et amateurs du tourisme partagent leurs expériences et leurs émotions touristiques (Bachimon et al., 2016) à travers divers témoignages sur des sites de voyages en ligne, et dans des publications d’articles ou d’ouvrages. Ils transforment les lieux patrimoniaux en espaces touristiques, devenus aujourd’hui des villages planétaires.

16Par ailleurs, la mise en tourisme des ressources patrimoniales pourrait déstabiliser les us et coutumes des populations locales, notamment quant à certains rituels sacrés qui deviennent banals au regard des étrangers et des visiteurs. À ce titre, la folklorisation des masques tels que Lukuta (diable), Kartes (dieu) et Couyé (esprit des ancêtres) (Ferry, 2003 ; Smith, 1984) à des fins touristiques, pourrait anéantir le caractère sacré de ces personnages. Ces derniers représentent les figures symboliques chez les Bassari et les Bédik, car ils incarnent les forces de la nature et les génies protecteurs de l’écosystème patrimonial. Les masques sortaient uniquement pendant les événements majeurs, tels que la circoncision, la présence d’une épidémie, le début et la fin des travaux champêtres (Bouttiaux, 2013). Aujourd’hui, ces génies font leur apparition à tout moment pour satisfaire une clientèle touristique. Ce phénomène est aussi présent en Casamance chez les peuples Mandingues et Diolas. Dans ces territoires, les masques, tels que le Kankourang et le Koumpo, font l’objet d’une folklorisation touristique. Du fait de cette banalisation, ces personnages mystiques ont perdu leur sacralité. Leur secret mystique et leur profondeur tendent à disparaître du fait des pratiques touristiques. Ces dernières impactent donc la fragilité des biens patrimoniaux. Elles participent à la destruction des modes de vie des sociétés réceptrices, vivant souvent sous le seuil de la pauvreté, même si le tourisme contribue au développement économique du pays Bassari.

17« En tant qu’outil de communication mondial, le tourisme culturel doit devenir un agent de développement durable et s’appliquer aux valeurs fondamentales que sont l’éducation, le respect de nos différences, l’authenticité de nos projets et la protection de notre patrimoine.6 » Il représente l’un des leviers de croissance économique, permettant de créer des emplois directs et indirects au profit des habitants. S’articulant sur les mobilités internationales, il participe activement à la construction du Monde contemporain (Lazzarotti, 2010). À ce titre, le développement du tourisme et la mise en valeur des biens patrimoniaux nécessitent la coordination de l’ensemble des acteurs du tourisme et du patrimoine, avec la participation active de la population locale. Il s’agit là d’un véritable dilemme ; préserver l’originalité et la spécificité de ces divers groupes, respecter leurs modes de vie, mais en même temps leur permettre de s’insérer dans un monde plus globalisé pour enrayer l’exode rural et la pauvreté.

2. L’écotourisme, un moyen de préserver la biodiversité

18Dans les pays en voie de développement comme le Sénégal, la valorisation touristique des ressources naturelles est considérée comme l’une des stratégies les plus adaptées au développement du tourisme, surtout en milieu rural. « La conservation intégrée, à laquelle adhèrent la plupart des projets d’écotourisme, met principalement l’accent sur deux aspects, qui prennent la forme de valeurs prioritaires d’un modèle de représentations et d’actions de protection des ressources naturelles. Le premier est la dimension locale du politique ; on y trouve une volonté, réelle ou simulée, d’impliquer directement les communautés dans la gestion et le partage des bénéfices qui découlent des projets de conservation. Le second est la marchandisation de la nature ou valorisation économique de la biodiversité qui permet de privatiser en partie la gestion des aires protégées, et de rallier les populations locales au projet de conservation en fournissant des incitatifs économiques (Rodary et Castellanet, 2003) » (cité par Tardif et Sarrasin, 2018 : 3). Cette mise en valeur est confrontée à la fois aux problématiques liées à la création d’emploi, aux menaces de l’écosystème et à l’usage durable de la biodiversité.

19L’écotourisme apparaît comme l’une des pratiques touristiques la plus adéquate de cette stratégie de mise en valeur des ressources naturelles. Force est de constater que « la raison d’un tel engouement est probablement liée du fait que l’analyse économique de l’écotourisme cristallise l’ensemble de la problématique de la valorisation, de la biodiversité et, plus généralement, du développement durable dans les pays en développement » (Chaboud et al., 2004 : 11). Quelle est la place de l’écotourisme dans les politiques touristiques et environnementales en pays Bassari ?

20L’écotourisme suscite un intérêt majeur, non seulement sur les valeurs environnementales, sociales, culturelles et économiques sur lesquelles reposent les stratégies de valorisation touristique des ressources naturelles, mais aussi sur la diversité des acteurs impliqués à l’échelle locale, nationale et internationale. Il peut être défini comme une pratique touristique, nécessitant un déplacement, dont l’objectif est d’étudier la biodiversité, de découvrir les paysages et de partager les modes de vie culturels des populations d’accueil, moyennant une somme d’argent ou une aide, permettant in fine de contribuer à la protection et à la mise en valeur des ressources naturelles et culturelles du territoire. À ce titre, « le rôle de l’écotourisme, dans la conciliation entre la conservation et le développement, a gagné en importance à l’échelle internationale au cours des dernières années » (Tardif et Sarrasin, 2018 : 1). Le Sénégal s’est tardivement lancé dans les politiques écotouristiques. C’est à partir de 1996 que l’État s’est réellement engagé avec l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature) pour développer l’écotourisme dans le parc des oiseaux de Djoudj, classé au patrimoine mondial de l’humanité depuis 1981. Depuis lors, des projets de développement écotouristique ont été mis en place dans certaines zones telles que le Delta du Sine-Saloum, la Casamance et le pays Bassari.

21Dans les régions de Tambacounda et de Kédougou se trouve le parc animalier de Niokolo Koba, créé en 1954, qui s’étend sur 913 ha de forêt guinéenne et de savane soudanienne. Il est arrosé par les fleuves Niokolo Koba, Gambie et Koulountou, lieux de vie pour les espèces végétales, animales et aquatiques. Ce bien naturel est inscrit sur la Liste du patrimoine mondial depuis 1980, et constitue une réserve de biosphère de l’UNESCO. Le territoire abrite un écosystème riche et varié, dans lequel on retrouve une grande diversité d’espèces sauvages. Cette biodiversité est due à la richesse du sol, au climat tropical et à l’abondance des pluies.

22Cet environnement naturel favorable à la pratique de l’écotourisme attire beaucoup les professionnels du tourisme. Il incite l’État et les collectivités territoriales à élaborer des projets écotouristiques, afin de préserver la faune et la flore. La biodiversité est cependant menacée par les nombreux feux de brousse, les braconnages, la chasse illicite et les trafics de bois. C’est dans ce contexte que le gouvernement a mis en place le projet de valorisation des potentiels culturels et écotouristiques du pays Bassari, piloté par le ministère du Tourisme depuis 2015. L’un des objectifs de ce programme est de sensibiliser les populations locales aux enjeux environnementaux, au profit d’une meilleure protection des espèces animales, végétales et aquatiques, et de créer des emplois à leur profit.

23Par ailleurs, « le concept d’écotourisme, synonyme de produits contrôlés localement, d’investissements moindres et d’implication des communautés locales, intéresse particulièrement les instances internationales (NU, Banque mondiale) : l’écotourisme pourrait être en mesure d’impulser au sein de régions défavorisées une dynamique de développement que le tourisme international, aux mains des grands tour-opérateurs internationaux, n’est pas en mesure d’apporter » (Dehoorne et Transler, 2007 : 1). Par exemple, en pays Bassari, la Banque Mondiale et l’USAID (United States Agency for International Development) ont financé la réserve naturelle communautaire de Dindéfélo. Leur objectif a été de protéger les espèces végétales et animales en voie de disparition dans la zone, ainsi que les cascades, les rivières, les marigots et les fleuves. La réserve a été créée en 2007, à l’initiative de la commune de Dindéfélo, qui s’inquiétait des diverses menaces pesant sur la vie des espèces fragilisées. Elle est gérée par les populations locales, bénéficiant de la formation des guides touristiques et des agents d’écoparc, pilotée par les ministères chargés du tourisme et de l’environnement. D’autres institutions internationales telles que l’UNESCO, l’UICN, l’OMT, le MDG-F, l’USAID et la Banque Mondiale contribuent également à sa gestion.

Figure 2. La réserve naturelle communautaire de Dindéfélo

Figure 2. La réserve naturelle communautaire de Dindéfélo

Source : site de la réserve

  • 7 Extrait de notre entretien avec un des responsables de la réserve naturelle communautaire de Dindéf (...)

24L’écotourisme représente la principale ressource financière de cette réserve naturelle. Le permis d’entrée est fixé à 3 000 francs CFA par personne, celui de la visite de la cascade de Dindéfélo s’élève à 5 000 francs CFA, et les autres itinéraires sont à hauteur de 10 000 francs CFA. « Il est obligatoire d’être accompagné par un guide touristique professionnel originaire de la commune. Les guides touristiques sont mis en place par le comité de gestion de la réserve qui travaille avec le ministère du Tourisme. Ces guides ont bénéficié de formations professionnelles organisées par le ministère du Tourisme. Ils possèdent des cartes de guide professionnel, reconnues par l’État, et sont accrédités par le comité technique de la réserve7 ». Les guides ont également des connaissances et des expériences sur la faune et la flore ; leurs langues de communication sont principalement le français, l’anglais, l’espagnol et les langues locales du pays.

  • 8 Extrait de notre entretien avec un des responsables de la réserve naturelle communautaire de Dindéf (...)

25Les recettes de l’écotourisme sont utilisées pour le financement de projets pouvant créer des emplois au profit des habitants, comme en témoignent les propos d’un responsable de la réserve : « Les retombées économiques de l’écotourisme permettent d’entretenir la réserve, de payer les salaires des agents, des guides touristiques et des femmes de ménage du centre d’accueil. Elles contribuent également au financement de la construction de cases de santé, de centres de formation, et de salles de classe pour les élèves.8 » Les responsables de la réserve soulignent que les habitants sont fortement impliqués dans la gestion des ressources naturelles et se mobilisent davantage dans la lutte contre la chasse illicite, le trafic de bois et le braconnage. La réserve regroupe 15 villages et abrite 6 campements touristiques, dont 2 sont gérés par la communauté. Ces hébergements sont construits à base de matériaux locaux, inspirés de l’architecture traditionnelle, en respectant les normes environnementales.

26À cet égard, « les revenus générés par le tourisme durable peuvent être d’un grand soutien pour la conservation de la nature comme pour le développement économique. En outre, le tourisme durable peut aider à sensibiliser les touristes et les communautés locales à l’importance de la biodiversité dans notre quotidien.9 » Cette sensibilisation implique davantage non seulement les autorités locales et les sociétés réceptrices qui habitent les lieux patrimoniaux, mais aussi la communauté internationale qui subventionne les projets collectifs et les touristes qui visitent les espaces touristiques. Elle permet à ces acteurs de mieux prendre conscience de la protection de l’environnement, devenue un objectif pour l’humanité en raison des changements climatiques qui inquiètent le monde.

27L’écotourisme peut alors être considéré comme un outil de préservation de la biodiversité. Il « est donc une forme de tourisme de faibles impacts sur les milieux et sociétés d’accueil. Ses revenus participent au financement de la protection des milieux naturels considérés et les pratiques touristiques, qui relèvent de groupes de visiteurs restreints, sont faiblement consommatrices de ressources naturelles. Une attention particulière est accordée à la nature de leurs consommations et au principe de recyclage » (Dehoorne et Transler, 2007 : 4). Cette pratique touristique répond parfaitement aux besoins de la protection de l’environnement, surtout dans un monde où la transition écologique est devenue une préoccupation majeure des sociétés. Elle contribue au développement local du pays Bassari à travers la diversification de ses activités économiques.

3. Le tourisme rural intégré : une expérience communautaire

28Le tourisme rural intégré est une pratique touristique favorisant le contact entre touristes et populations d’accueil. L’un de ses objectifs principaux est de redistribuer l’intégralité des retombées économiques générées par l’activité d’hébergement communautaire. Cette forme de tourisme est née au Sénégal, en Casamance notamment, dans les années 1970. « Le “tourisme rural intégré” consiste dès le départ à mettre en place des campements touristiques intégrés dans les villages existant en Basse-Casamance, habités par l’ethnie diola (ou Joola) originaire de l’Empire du Mali, mais contrainte de venir dans la région de Casamance suite à l’avancée des Malinkés conquérants aux xiiie et xive siècles » (Principaud, 2010 : 91). Il a été expérimenté pour la première fois par le sociologue français Christian Saglio, et le fonctionnaire sénégalais Adama Goudiaby, en 1973.

29Le tourisme rural intégré est né dans un contexte où le Club Méditerranée a ouvert son village de vacances dans la station balnéaire de Cap-Skiring, au sud de la Casamance en 1973. Selon une stratégie bien établie, les voyages du Club-Med sont organisés en forfait, les touristes restant dans l’enceinte de l’établissement, profitant de la plage et du soleil, y compris des services offerts. Ch. Saglio et A. Goudiaby ont déploré ces pratiques touristiques, et dénoncé le fait que « les touristes restaient cantonnés dans leurs luxueux hôtels bordant la plage sans aucun contact avec l’intérieur des terres. Les rares excursions étaient toujours concentrées sur quelques villages diolas “pittoresques” qui entraînaient une lassitude croissante de la population ainsi qu’un phénomène d’acculturation latente avec une dégradation des structures sociales du village perçu comme archaïque. Les aspects culturels du riche patrimoine casamançais se limitaient à quelques danses folkloriques au bord de la piscine des hôtels touristiques grand standing du Cap-Skiring ».10

  • 11 Extrait de notre entretien avec un cuisinier du Club Med., le 25 décembre 2016 au Cap-Skiring
  • 12 Extrait de notre entretien avec un jeune du village de Diembéring, le 23 décembre 2016 à Diembéring
  • 13 Extrait de notre entretien avec les habitants (commerçants, artistes, guides professionnels) de la (...)

30Le Club Med a mis en place un système permettant aux touristes de consommer les produits sur place, sans le moindre contact avec les populations d’accueil. Même certains fruits et légumes sont importés de l’étranger11. Il invite les groupements de jeunes et de femmes des villages environnants à montrer leurs danses traditionnelles, moyennant des sommes faibles (20 000 à 30 000 francs CFA12, soit 30,50 à 45,74 €), pour faire plaisir à sa clientèle touristique. Les populations locales13 déplorent souvent le manque de contact entre touristes et habitants, créant parfois des conflits lorsque les clients sortent de leur établissement pour découvrir les paysages. Cette pratique touristique n’est évidemment pas adaptée aux besoins et modes de vie des sociétés réceptrices. C’est pour cette raison que Saglio et Goudiaby ont eu l’initiative de développer une autre forme de tourisme, plus fondée sur le partage et les échanges interculturels, à travers la mise en place d’un nouveau type d’hébergement touristique : les campements villageois.

31À la suite de son succès en Casamance, le tourisme rural intégré s’est développé dans le reste du Sénégal, précisément en pays Bassari. Il est aussi répandu dans la sous-région ouest-africaine, notamment au Mali, au Burkina Faso, au Togo et au Bénin (Ciss et Principaud, 2002), ainsi qu’en Amérique latine et en Inde. Ce tourisme novateur a ainsi favorisé la naissance du tourisme solidaire, du tourisme responsable, du tourisme équitable et du tourisme éthique, considérés comme modèles de développement durable.

  • 14 Extrait de notre entretien avec un des responsables du campement villageois de Dindéfélo, le 20 jan (...)

32En effet, les campements villageois sont animés et gérés par les populations locales. Les retombées économiques générées par ceux-ci sont gérées par ces dernières. Elles sont réparties comme suit : 45 % des bénéfices sont alloués à la rémunération du personnel, et 55 % servent à financer les manifestations traditionnelles (Saglio, 1985 ; Mané, 2001). Celles-ci peuvent être la circoncision, la lutte traditionnelle et les rituels. Les revenus touristiques permettent également de construire des infrastructures locales, telles que cases de santé, centres de formation et salles de classe, comme en témoignent les propos d’un responsable du campement villageois de Dindéfélo : « Les recettes du campement ont permis de construire deux salles de classe pour l’école primaire. Elles servent aussi de sales soins si un membre d’une famille démunie est gravement malade. Ces revenus contribuent également au financement de certains rituels, comme, par exemple le début de la saison des pluies, la fin des récoltes et les cérémonies pour lutter contre les maladies épidémiques ou contre la présence des criquets pèlerins pendant les travaux champêtres. »14

  • 15 Extrait de notre entretien avec un des responsables du campement villageois de Dindéfélo, le 20 jan (...)
  • 16 Extrait de notre entretien avec un membre du ministère sénégalais du Tourisme, le 27 janvier 2017 à (...)

33En pays Bassari, la Banque Mondiale, le Ministère sénégalais du Tourisme, le Conseil Général de l’Isère, le Ministère français des Affaires étrangères et l’Association Tétraktys ont financé le projet de tourisme rural intégré à hauteur de 300 M de francs CFA15, soit 457 352 €. Cet argent est utilisé pour la construction de deux campements villageois. L’objectif de ces aménagements touristiques est de créer des emplois, mais aussi permettre à la population locale de gérer elle-même les ressources économiques du tourisme. « Mais sur les deux campements prévus, un seul a été réalisé dans le village de Dindéfello, car la moitié de l’argent a été détournée par les autorités locales. »16

34La malversation reste en effet un des problèmes majeurs des campements villageois. À ce titre, le détournement des recettes touristiques crée des conflits entre les populations locales, les élus locaux et les gestionnaires du patrimoine. « La formation des acteurs locaux apparaît comme un enjeu crucial, car l’amateurisme domine dans ces campements alors qu’il s’agit d’une niche de clientèle très sensible à cette formule de “contre-modèle” du tourisme de masse » (Principaud, 2010 : 98). Ces établissements touristiques tombent souvent en faillite, en raison du manque de transparence au niveau de la gestion par les responsables, et ne sont pas encore viables malgré leur adaptation aux réalités socioculturelles des populations locales.

35Dans ce contexte, « il apparaît très difficile de maintenir l’esprit du “tourisme rural intégré” sans la mise en place d’une politique concertée avec le respect des engagements de la Fédération des campements villageois. Il n’y a pas à ce jour une charte élaborée pour défendre la transparence, la démarche qualité, le respect des patrimoines locaux » (Principaud, 2010 : 98). En Casamance, les premiers campements villageois sont actuellement tous en faillite, et certains n’existent plus en raison de ces problèmes de gestion. Celui de Dindéfélo était dans la même situation, mais il a été réhabilité et équipé de panneaux solaires grâce au soutien de la Banque Mondiale depuis 2014. Il reste à voir si ses recettes seront bien gérées par les responsables locaux.

Conclusion

36Le tourisme représente l’un des moteurs du développement local des territoires, surtout en milieu rural, parce que son potentiel économique est un frein au chômage et à l’exode rural. Il « est sans doute l’activité économique qui peut le mieux contribuer à la protection, à la valorisation et à l’aménagement des ressources » (Merasli, 2004 : 4). Il peut générer des retombées économiques au profit des populations locales, mais peut vite aboutir à des phénomènes de déstructuration des modes de vie des sociétés locales, de revendications territoriales et de fuite des revenus touristiques. Ici, la menace se fait sentir par les effets de mode, c’est-à-dire le fait d’imiter les pratiques extérieures telles que l’accoutrement, l’éducation, la langue et les plats. « En d’autres termes, le tourisme est en train de développer une acculturation et une “européanisation” des masses rurales. Beaucoup de jeunes imitent non seulement les tenues vestimentaires des Européens, mais aussi leur genre de vie » (Dehoorne et Diagne, 2008 : 11).

37Face à ce paradoxe, le travail des collectivités territoriales du pays Bassari, de l’État et de l’UNESCO consiste à mobiliser les ressources patrimoniales du territoire. Cette démarche doit favoriser la participation active de l’ensemble des acteurs du tourisme et du patrimoine, et l’optimisation des retombées du tourisme. Il s’agit d’intégrer et de responsabiliser les populations locales dans les projets de développement local, afin d’éviter les litiges et les malversations financières dans la gestion des ressources patrimoniales auxquels le tourisme est confronté.

Haut de page

Bibliographie

Amirou, R. (1995), Imaginaire touristique et sociabilité du voyage, Paris, PUF, coll. « Le sociologue »

Bachimon, P., J-M. Decroly et R. Knafou (2016), « Expériences touristiques et trajectoires de vie. Rapports à la nostalgie », Via Tourism Review, 10 : 1-20, URL: http://journals.openedition.org/viatourism/1336

Bouttiaux, A-M. (dir.) (2013), La Dynamique des masques en Afrique occidentale. Dynamics of masks in West Africa, Tervuren, Royal Museum for Central Africa, coll., « Studies in social sciences and humanities ».

Breton, J.-M. (dir.) (2004), Tourisme, environnement et aires protégées (dir.), Série « Îles et pays d’Outre-Mer », vol. 3, Paris, Karthala.

Breton, J.-M. (dir.), (2009), Patrimoine culturel et tourisme alternatif (dir.), Série « Îles et pays d’Outre-Mer », vol. 6, Paris, Karthala.

Breton, J.-M. (dir.) (2010), Patrimoine, tourisme, environnement et développement durable (dir.), Série « Îles et pays d’Outre-Mer », vol. 7, Paris, Karthala.

Breton, J.-M. (dir.) (2011), Tourisme durable et patrimoines. Une dialectique développementale ? (dir.), Série « Îles et pays d’Outre-Mer », vol. 8, Paris, Karthala.

Breton, J.-M. (2016), « Patrimoine culturel, tourisme alternatif et développement local durable (enjeux problématiques et gestion opérationnelle) », dans Mélanges offerts à J. de Malafosse ; Paris, Lexis-Nexis.

Chaboud, C., P. Méral et D. Andrianambinina (2004), « Le modèle vertueux de l’écotourisme : mythe ou réalité ? L’exemple d’Anakao et Ifaty-Mangily à Madagascar », Mondes en développement, 125 : 11-32.

Ciss, G. et J-P. Principaud (2002), « Le tourisme international dans les États de l’Afrique guinéenne : état des lieux et perspectives », Historiens & Géographes, 379 : 193-204.

Coëffé, V. et J-R. Morice (2017), « Patrimoine sans limites ? La mondialisation du tourisme comme opérateur d’un “tout-patrimoine” », L’Information géographique, 2 : 32-54.

Cousin, S. (2008), « L’UNESCO et la doctrine du tourisme culturel. Généalogie d’un “bon” tourisme », Civilisations, 57 : 41-56, URL : http://journals.openedition.org/civilisations/1541

Dehoorne, O. et A-K. Diagne (2008), « Tourisme, développement et enjeux politiques : l’exemple de la Petite Côte (Sénégal) », Études caribéennes, 9-10 ; URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/1172

Dehoorne, O. et A-L. Transler (2007), « Autour du paradigme d’écotourisme », Études caribéennes, 6 ; URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/414

Fagnoni, É. (2013). « La dialectique patrimoine/modernité, support de la ressource territoriale », Bulletin de l’Association de Géographes Français, 117-126, URL : http://journals.openedition.org/bagf/2267, n° 90.

Ferry, M-P. (2003). « Masques, initiation et fêtes des femmes chez les Bedik du Sénégal oriental », Journal des Africanistes, n° 73, 111-126.

Girard, J. (1984). Les Bassari du Sénégal Fils du Caméléon. Dynamique d’une culture troglodytique, Paris, L’Harmattan.

Gravari-Barbas, M. et N. Graburn (2012), « Imaginaires touristiques », Via Tourism Review, 1; URL : http://journals.openedition.org/viatourism/1178

Lazzarotti, O. (2010). « Tourisme culturel et patrimoine : quelques analyses pour un Monde habitable », Articulo, 1-14, URL : http://journals.openedition.org/articulo/1509.

Lazzarotti, O. (2000). « Patrimoine et Tourisme : un couple de la mondialisation », Mappemonde, 1 : 12-16.

Lévy, J. et M. Lussault (2003). Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin.

Mané, M-A. (2001). Le tourisme rural intégré : un exemple de projet de développement communautaire en Basse-Casamance, thèse de doctorat en géographie, Université Cheikh Anta Diop, Dakar, 125 p.

Merasli, S. (2004), « La qualité dans l’industrie du tourisme : un impératif majeur pour un tourisme durable », Téoros, 2 : 10-15, URL : http://journals.openedition.org/teoros/634

Origet du Cluzeau, C. (2013). Le tourisme culturel : dynamique et prospective d’une passion durable, Bruxelles, De Boeck, coll. « Tourisme Compétences & Métiers »

Principaud, J-P. (2010), « De la difficulté de développer le tourisme solidaire en Afrique subsaharienne. L’exemple (déjà ancien) du “tourisme rural intégré” en Basse-Casa-mance », Téoros, 1 : 90-99.

Quashie, H. (2009) « Désillusions et stigmates de l’exotisme. Quotidiens d’immersion culturelle et touristique au Sénégal », Cahiers d’Études africaines, 193-194 : 525-549.

Raout, J. et N. Chabloz (2009). « Corps et âmes. Conversions touristiques à l’africanité », Cahiers d’Études Africaines, 193-194 : 7-26.

Remy, J. (1994). « L’implication paradoxale dans l’expérience touristique », Recherches sociologiques, 2 : 61-78.

Saglio, C. (1985). « Un autre tourisme – Sénégal : tourisme rural intégré en Basse-Casa-mance », Revue Espaces, 76 : 29-32.

Smith, P. (1984). « Le “Mystère” et ses masques chez les Bedik », L’Homme, 3-4 : 5-33.

Tardif, J. et B. Sarrasin (2018). « Biodiversité et conservation néolibérale au Québec : la place de l’écotourisme », Études caribéennes, 41 ; URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/13142

Tardif, J. (2008). « Mondialisation et culture : un nouvel écosystème symbolique », Questions de communication, 197-223 ; URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/1764, n° 13.

Vernières, M. (2012), « La contribution du patrimoine au développement local : enjeux et limites de sa mesure », Actes du colloque international sur La mesure du développement, Paris, 1-2-3 février 2012, 1-11.

Haut de page

Notes

1 Cette thèse est dirigée par Dominique Chevalier, Maîtresse de conférences-HDR en géographie à l’Université Claude Bernard Lyon 1 – ESPE de Lyon. Nous avons effectué une étude de terrain de 4 mois (mars à mai et décembre 2016) et une autre de 5 mois (janvier à mai 2017) en pays Bassari.

2 Source : https://www.icomos.org/charters/tourism_f.pdf, consulté le 18 novembre 2018

3 Ce pourcentage s’appuie sur nos enquêtes de terrain et les données de l’inspection régionale du tourisme de la région de Tambacounda qui couvre le pays Bassari, donc il est relatif

4 Extrait de notre entretien avec un responsable de la Direction du Patrimoine Culturel, le 23 janvier 2017 à Kédougou

5 Extrait de notre entretien avec un de nos interlocuteurs dans le village de Égatch, le 5 février 2017.

6 Source : http://www2.gnb.ca/content/dam/gnb/Departments/thc-tpc/pdf/Culture/CHT_Francais_final.pdf, consulté le 15 novembre 2017.

7 Extrait de notre entretien avec un des responsables de la réserve naturelle communautaire de Dindéfélo, le 23 janvier 2017 à Affia

8 Extrait de notre entretien avec un des responsables de la réserve naturelle communautaire de Dindéfélo, le 20 janvier 2017 à Dindéfélo

9 Source : http://cf.cdn.unwto.org/sites/all/files/docpdf/letourismeetlabiodiversite.pdf, consulté le 25 août 2018

10 Source : http://blog.bastina.fr/le-tourisme-rural-integre-en-casamance/, consulté le 19 novembre 2017

11 Extrait de notre entretien avec un cuisinier du Club Med., le 25 décembre 2016 au Cap-Skiring

12 Extrait de notre entretien avec un jeune du village de Diembéring, le 23 décembre 2016 à Diembéring

13 Extrait de notre entretien avec les habitants (commerçants, artistes, guides professionnels) de la commune de Diembéring, du 15 au 25 décembre 2016

14 Extrait de notre entretien avec un des responsables du campement villageois de Dindéfélo, le 20 janvier 2017 à Dandé

15 Extrait de notre entretien avec un des responsables du campement villageois de Dindéfélo, le 20 janvier 2017 à Dindéfélo

16 Extrait de notre entretien avec un membre du ministère sénégalais du Tourisme, le 27 janvier 2017 à Kédougou

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les paysages culturels bassari, bédik et peul
Crédits Source : Auteur
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/19243/img-1.png
Fichier image/png, 77k
Titre Photographie 1. Visites touristiques au village de Dindéfélo
Crédits Source : auteur, février 2017
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/19243/img-2.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Figure 2. La réserve naturelle communautaire de Dindéfélo
Crédits Source : site de la réserve
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/19243/img-3.png
Fichier image/png, 194k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aliou Gaye, « Le caractère ambivalent de la relation entre tourisme et patrimoine en pays Bassari (Sénégal) », Études caribéennes [En ligne], 6 | Décembre 2020, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 09 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/19243 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.19243

Haut de page

Auteur

Aliou Gaye

Doctorant en Géographie, Laboratoire Environnement Ville Société, UMR-5600, CNRS, Université Lumière Lyon 2, aliou.gaye@univ-lyon2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search