Navigation – Plan du site

AccueilHors-série6Introduction à la relation du tou...

Introduction à la relation du tourisme et de l’environnement en Afrique francophone

Introduction to the relationship between Tourism and the Environment in francophone Africa
Introducción a la relación entre el turismo y el medio ambiente en el África francófona
Jean-Marie Breton

Résumés

L’équation complexe et la problématique opérationnelle de la relation du tourisme à l’environnement est consubstantielle, en Afrique francophone, de l’émergence et de la montée en puissance d’un tourisme qui y constitue une incontestable source de richesses, susceptibles d’être affectées au développement local, mais qui sont encore loin de faire l’objet de politiques déterminées et efficientes en faveur de la promotion et de l’ancrage d’un tourisme au service d’un développement durable et soutenable.
En exergue d’études spécifiques de terrain, apportant des contributions utiles au débat sous-jacent, il n’est pas inutile de rappeler et de situer succinctement certains paramètres caractéristiques des contextes de toute nature qui affectent et déterminent la mise en tourisme des ressources naturelles et patrimoniales concernées, au regard des attentes, des objectifs, des enjeux et des perspectives d’un secteur d’activités qui ne figure pas toujours, de loin s’en faut, parmi les priorités des autorités en charge du devenir des pays concernés.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La triple question du développement et de l’encadrement du tourisme, de la protection et de la valorisation de l’environnement, et de la construction de politiques publiques favorables à l’ancrage d’un tourisme durable, compatible avec la préservation de l’environnement tout en tirant profit de celui-ci se pose sur le continent africain. Elle est au cœur de la dialectique complexe, mais fondamentale (fondatrice ?) de la relation existante ou en devenir entre tourisme et environnement. C’est le cas dans les États dont le potentiel touristique est encore largement inexploité et ignore les contraintes environnementales.

2Vaste question qui ne saurait être traitée en quelques lignes ni illustrée par quelques exemples ponctuels. Les analyses présentées ci-après contribuent à alimenter utilement le débat. En dépendent en grande partie le sort des politiques et le devenir des pratiques afférentes à deux réalités qui se révèlent paradoxalement à la fois exclusives, dans leur approche classique, et consubstantielle, dans leur dynamique fonctionnelle.

3On se bornera pour cela à n’en évoquer ci-après, à titre indicatif, que les paramètres, les particularités et les enjeux, à partir des situations étudiées et des expériences rapportées. On ne saurait prétendre pour autant en présenter la synthèse, qui ne pourrait être que partielle et succincte. Ceci tient à la dichotomie que traduit à cet égard la situation des États d’Afrique anglophone, aux ressources patrimoniales et de biodiversité largement et depuis longtemps « mises en tourisme », face à celle des États francophones, du Maghreb, mais surtout d’Afrique subsaharienne, actuellement très en deçà de l’exploitation touristique, aussi bien des sites antiques libyens, éthiopiens et égyptiens, que des parcs et réserves du Kenya, de Tanzanie, d’Afrique du Sud ou du Botswana.

  • 1 Également, outre les contributions ci-après, entre autres : B. El Fasskaoui, « La mise en tourisme (...)

4On verra donc, dans les contributions proposées1, l’introduction à une réflexion plus large, plus approfondie et plus systématique, dont il est souhaitable que les juristes comme les géographes, les économistes comme les sociologues, les politologues comme les gestionnaires, s’emparent, approfondissent et enrichissent, au double plan conceptuel et opérationnel. Pour la partie du continent concernée, l’enjeu réside dans la valorisation, au service de son développement et au profit de ses populations, de ressources susceptibles d’alimenter l’offre comme la demande touristique, encore largement négligées, mal exploitées ou inexploitées,

1. Problématique(s)

5L’équation du tourisme et de l’environnement relève en Afrique, outre sa nouveauté et, partant, son analyse encore limitée, de problématiques particulières, qui reposent sur des paramètres multiples et diversifiés, dont émergent trois considérations a priori déterminantes.

6Elle est en effet conjointement tributaire : de la place des politiques publiques du tourisme et du régime des activités y afférentes ; de celle des politiques publiques de l’environnement, largo sensu, et du droit de sa protection, de sa conservation et de valorisation ; enfin, de l’appréhension et de la régulation des rapports du tourisme à l’environnement, à travers une causalité croisée qui met en cause des présupposés, des enjeux, des objectifs, des conditionnalités et des processus dont le traitement relève autant d’approches conceptuelles que de pratiques contextuelles.

7Sur le premier point, on sait que le tourisme est encore embryonnaire dans toute une partie de l’Afrique, francophone en l’occurrence, noire en particulier, sans aucune mesure avec la place qu’il occupe en Afrique anglophone, du sud comme de l’est. Il y connaît certes un développement qui est loin d’être négligeable, mais reste limité, en raison de potentialités incontestables, mais encore largement sous-exploitées. Il s’y heurte à de nombreux obstacles et difficultés, de toute nature, sans faire l’objet de politiques prioritaires ni toujours déterminées.

8Sur le second, la prise de conscience, tant par les autorités publiques que par les populations, des contraintes environnementales s’avère la plupart du temps limitée, même si les mentalités et les comportements évoluent lentement, dans un sens positif, tout en ne plaçant pas encore l’environnement au premier rang de l’échelle des priorités, a fortiori si, contrairement au tourisme, sa protection et sa conservation ne sont pas porteuses d’enjeux économiques significatifs.

9La mise en cohérence du tourisme et de l’environnement, i.e. l’élaboration d’offres et d’activités touristiques assises sur l’exploitation d’atouts naturels et patrimoniaux, doit se faire, elle, en faveur d’un développement local durable, intégrant la prise en compte de l’environnement, via des convergences dynamiques qui appellent des changements de mentalités, de comportements et de stratégies. Cette nécessaire cohérence s’impose, car elle ne doit pas être considérée comme relevant d’un « luxe » réservé à quelques happy few, pas plus que le tourisme doit demeurer une niche ne profitant qu’à un noyau de privilégiés nationaux et étrangers.

10Il s’agit au contraire, en fonction du lieu, du moment et des paramètres contextuels, de favoriser ab initio l’intégration de l’environnement dans la démarche touristique, dès son émergence, sans attendre qu’un fossé se creuse entre les deux politiques. Il convient, contrairement à ce qui s’est produit à l’origine dans les pays développés, d’éviter l’indifférence ou l’ignorance du tourisme pour l’environnement, tourisme non maîtrisé, destructeur des ressources naturelles et des cadres de vie, au détriment d’un développement réellement durable dont l’essence et la conditionnalité supposent l’intégration opérationnelle du tourisme et de l’environnement.

2. Paramètres, caractéristiques et présupposés

11Un certain nombre de facteurs structurels et contextuels, souvent spécifiques et originaux, caractérisent la situation des pays africains au regard de la double démarche touristique et environnementale. Conjointement politiques, économiques, sociologiques et culturels, ces facteurs conditionnent dans une large mesure leur appréhension et leur traitement par l’État et les pouvoirs publics comme par les individus et les populations. On les passera rapidement en revue, en conservant à l’esprit le fait que, dans ces différents domaines et à chacun de ces niveaux, s’exprime une diversité qui interdit toute généralisation, au plan continental. L’Afrique se caractérise par une hétérogénéité naturelle et humaine qui en détermine l’être comme le devenir. La logique et le réalisme appelleraient à cet égard la conduite d’études nationales, sinon régionales, avant toute esquisse de rapprochements signifiants, a fortiori de généralisation hâtive ou de synthèse crédible, fondées sur des convergences, voire sur des invariants, significatifs.

  • 2 Ce que traduit étymologiquement et fondamentalement l’origine latine et l’ambivalence sémiologique (...)

12Au-delà des impacts multiples (qui restent à identifier et à systématiser) d’une mondialisation et d’une globalisation auxquelles ne sauraient échapper les politiques nationales, l’observation révèle des oppositions, sinon des contradictions, souvent essentielles, qui sont incontournables dans le décryptage et la compréhension de la dialectique qui y caractérise la relation du tourisme à l’environnement. Oppositions, voire conflits (au-delà des particularismes géographiques, historiques, culturels et religieux), en même temps que conciliation indispensable, entre authenticité et modernité, tradition et libéralisme, identité et dilution socioculturelle, conservation et valorisation, endogamie et extranéité, ruralité et urbanisation, productions indigènes d’autosubsistance et économies de rente extravertie, protection de la nature et des écosystèmes et dilapidation des richesses naturelles. Mais aussi antagonismes et contradictions en forme de dilemmes entre craintes du changement et attentes envers le progrès, protection et exploitation de la nature et de la biodiversité, accueil du touriste et méfiance devant l’étranger2, comportements des visiteurs et attitudes des populations hôtes.

13Un autre constat tient à ce que le développement du tourisme a été – et est – considéré en Afrique, comme dans d’autres pays en retard ou en voie de développement, comme un outil performant de lutte contre la pauvreté. Affirmation ou conviction, il s’agit d’un débat récurrent qui alimente des polémiques sans fin, au motif des impacts déstructurants et destructeurs, aux plans sociétal et culturel, de l’irruption incontrôlée et non maîtrisée de cohortes de touristes et de visiteurs étrangers, sans pour autant que les retombées de l’activité touristique profitent effectivement aux populations concernées. S’y ajoutent souvent l’indifférence égoïste et la méconnaissance endémique de la société internationale et des pays riches envers les contextes et problèmes locaux, lorsqu’ils ne s’inscrivent pas dans une démarche économique et spéculative à l’aune de la globalisation des intérêts et de la mondialisation des échanges.

14C’est la vision sinon la doctrine d’un tourisme « moteur de développement » qui est remise en cause, inévitablement relativisée, de même que la compréhension et le traitement des enjeux de l’exploitation touristique de certaines ressources (biodiversité, paysages, espaces naturels, etc.) au profit d’un développement durable et soutenable. L’inadaptation et l’essoufflement des modèles classiques de développement touristique, auraient-ils fait florès dans d’autres continents, doivent dès lors être dûment réévalués et repensés, en faveur de la conception et de l’émergence d’autres modèles conformes aux potentialités et aux aspirations des divers pays africains, dont l’offre de tourisme doit se démarquer par son originalité, tout en se nourrissant de sa diversité.

  • 3 À l’instar de celles qui, dans une démarche pionnière, ont été conduites en Casamance, au Sénégal, (...)

15Dans le même esprit, il convient, lorsqu’il s’agit de l’activité essentiellement commerciale qu’est le tourisme, de (ré)concilier durabilité et rentabilité, en mettant la promotion et l’exploitation d’un tourisme local conçu comme durable au service de la durabilité et de la soutenabilité d’un développement général et multiforme. Le contexte des sociétés africaines, dans le cadre géographique retenu, conduit à penser que l’offre locale de tourisme gagnerait le plus souvent à s’appuyer sur une forme de tourisme rural intégré, assis sur des expériences communautaires3 (infra).

  • 4 Nord-Cameroun (Réserve de Waza, rives du Logone), avec Boko Haram ; nord et est du Mali (Gao, Tombo (...)

16Il importe dans tous les cas de figure de réduire sinon de résorber le déséquilibre qui a jusqu’à une époque récente caractérisé structurellement la corrélation des volets économiques et environnementaux des politiques de développement durable, dans le secteur du tourisme en particulier. Ceci suppose l’ajustement situé et circonstancié des modes de gouvernance concernés. Les ressources environnementales constituent souvent, là où le patrimoine architectural et bâti est moins fourni et dense que dans des pays où l’histoire en a favorisé l’édification et la conservation, une composante essentielle de l’attractivité de l’offre de tourisme, sans préjudice des impacts souvent négatifs dus à l’action des populations sur les sites et sur les ressources environnementales, et à celle des touristes sur l’environnement naturel aussi bien que culturel. S’y ajoutent des paramètres extérieurs, sur lesquels ni les uns ni les autres n’ont prise. Ils affectent plus ou moins gravement et durablement l’offre et la demande de tourisme (tel le terrorisme), réduisant significativement les activités touristiques, a minima, jusqu’à en exclure, a maxima, pour des durées plus ou moins longues, des régions et des territoires entiers4.

3. Obstacles, difficultés et pesanteurs

17Le développement et la rentabilisation du tourisme dans les pays concernés, via la protection de l’environnement et la valorisation de ses ressources, se heurtent in situ à de nombreux obstacles, et doivent faire face à des difficultés tenant à des situations ou à des comportements endémiques, ainsi qu’à des paramètres structurels qui opposent une résistance à l’innovation et au changement. En matière de développement, auquel le tourisme peut apporter une contribution non négligeable bien qu’encore souvent limitée, la hiérarchisation des priorités des politiques publiques doit prendre en compte l’échelle des besoins des populations.

18Ceux-ci s’expriment souvent en termes de subsistance primaire, alimentaire notamment, prenant alors le pas sur le souci de protection et de conservation environnementales. Un exemple est fourni par la question du partage des ressources, touristiques en l’occurrence, produites et exploitées dans un espace d’écodéveloppement, partage qui peut, s’il n’est pas dûment pensé et réglé, affecter la sécurité alimentaire, générant de graves conflits d’intérêts et, partant, suscitant rejet d’une activité (touristique) dont les fruits ne seraient pas également et justement répartis.

19Il convient cependant de garder à l’esprit le fait qu’en Afrique la terre, au-delà de sa seule fonction « alimentaire », est chargée de connotations symboliques et mythiques multiples, pour les exploitants, individuels ou collectifs, ce que traduit souvent l’exclusion de toute propriété privée au profit d’une détention communautaire.

20Il en va de même de la dimension mercantiliste, a fortiori spéculative, de la mise en tourisme des ressources naturelles et environnementales, au détriment de ces dernières. Si elle prive les populations de la valorisation des atouts et des produits de leurs terroirs, ou si elle conduit à leur surexploitation, à leur épuisement et à leur disparition, elle peut conduire à des dérives et produire des effets tout aussi négatifs.

21La démarche touristique n’est pas non plus dépourvue d’ambivalences ni d’ambiguïtés, notamment dans la relation du tourisme au patrimoine culturel (comme en pays Bassari, au Sénégal). La mise en tourisme d’événements ou de cérémonies traditionnelles (danses, cérémonies initiatiques, célébrations festives, artisanat et artefacts, etc.) peut en effet les dévoyer, lorsqu’ils ne sont pas proposés aux touristes dans leur expression originaire et authentique, mais délibérément mis en scène afin d’alimenter l’offre touristique. Ceci entraîne leur inévitable altération, et la perte de leur connotation identitaire autant que de leur valeur patrimoniale. À la limite, même si ces manifestations s’efforcent de conserver leur légitimité et leur sincérité, les seuls présence et « regard » de touristes suffisent à entraîner une telle dénaturation.

22Dans le même ordre d’idées, on soulignera le caractère parfois ambigu et potentiellement négatif de la labellisation systématique de certains biens du patrimoine matériel et immatériel, soit au plan national (par les opérateurs, pour en renforcer l’attractivité, ou par les touristes, à travers leurs partages d’expériences), soit au titre de la liste mondiale de l’UNESCO. Ceci peut dans certains cas, par leur médiatisation multidimensionnelle et excessive, susciter un engouement tel qu’il entraîne la surfréquentation des sites ou des manifestations considérés, au risque de leur dégradation, de leur aliénation, ou de leur destruction.

  • 5 Le cas de Saly, sur la Petite Côte, au Sénégal, est significatif à cet égard. Au-delà de celui-ci, (...)

23L’Afrique francophone y a heureusement jusqu’à présent échappé (ce à quoi ont contribué les difficultés récentes des déplacements internationaux, aériens notamment, en raison de la pandémie de Covid-19), car elle n’a pas encore eu à connaître ni à subir des phénomènes et des situations de « surtourisme » pouvant aller jusqu’à provoquer le rejet par les populations, agressif mais non dépourvu de justifications, d’une présence touristique excessive et insupportable, destructrice de leurs cadres et modes de vie5.

24On aura garde d’occulter ou de minimiser les conflits d’usages et d’intérêts (déjà évoqués), qui tiennent en particulier à la cohabitation, sur un même territoire, d’activités domestiques et marchandes avec des offres et des activités touristiques peu compatibles, ou leur portant préjudice, de même qu’entre les populations elles-mêmes et la protection, en vue de leur exploitation à des fins touristiques, de ressources naturelles ou de biodiversité telles que celles de faune, s’agissant des grands mammifères (éléphants, gorilles, notamment), dont la vision peut alimenter un tourisme à forte valeur ajoutée. Un certain nombre de situations montrent en effet que l’exploitation agricole ou forestière, la culture des champs villageois, la coexistence de l’agriculture et du pastoralisme, s’avèrent parfois difficilement conciliables avec la préservation de ces ressources, et rend délicate leur acceptation par les populations concernées, a fortiori l’implication de celles-ci dans leur mise en tourisme.

25Ce type de conflits est accentué aux abords ou au sein des aires protégées (parcs, réserves) qui constituent un important gisement de tourisme. Souvent créées et implantées sur des territoires faisant de longue date l’objet d’une appropriation et d’une exploitation traditionnelles, elles peuvent entraîner des déguerpissements autoritaires, assortis de sentiments de spoliation, ou à tout le moins la limitation drastique des cultures de subsistance (plantations vivrières) ou de productions marchandes (bois de chauffage, viande de chasse, etc.).

26Conflits d’usages dans l’utilisation et le partage des territoires et des ressources, mais également conflits d’intérêts dans le partage et la répartition des ressources issues du tourisme. L’implication et la responsabilisation des populations, villageoises en particulier, dans la démarche touristique est inévitablement à la mesure de leur équité et donc de leur acceptabilité. Ceci rend d’autant plus indispensable l’élaboration et la mise en place d’une politique concertée d’exploitation desdites ressources par l’ensemble des acteurs concernés par leur valorisation et leur pérennisation, bénéficiaires locaux des produits touristiques en premier lieu. La mise en tourisme doit alors s’accompagner de la mise en place de procédures adéquates et efficaces de conciliation et de résolution, ainsi que de prévention, des conflits potentiels ou effectifs. Faute d’y satisfaire, on s’expose à des comportements opposant des obstacles dirimants à la conservation et à l’exploitation (entre autres) des ressources faunistiques, ou en traînant la remise en cause et l’annihilation des efforts réalisés et des résultats acquis dans les projets touristiques déjà réalisés.

27Dans des sociétés fortement marquées par la tradition, où le legs patrimonial est consubstantiel de l’être des populations et garant de leur identité, à l’endroit de la terre en particulier, la sauvegarde de l’héritage du passé, quelque utilisation puisse-t-il en être faite, constitue un paramètre que le développement moderne ne peut ignorer à peine d’échouer. Le tourisme, qui relève d’une dimension ludique de la modernité, ne peut y être indifférent et doit au contraire s’y appuyer.

28L’Afrique, confrontée à la pauvreté, à la corruption, au changement climatique, à l’explosion démographique, au terrorisme, à la marginalisation par l’empire financier international, au niveau de développement très différencié, à l’irruption de la mondialisation dans sa difficile quête (faute d’unification crédible) de construction régionale, doit s’écarter de modèles inadaptés parce qu’extravertis. Il lui appartient, via de nouveaux modes de gouvernance, de mettre en question un tourisme bâti depuis plus d’un siècle dans des contextes en grande partie irréductibles à sa situation, et d’en « inventer » des formes originales aptes à apporter des réponses adéquates et cohérentes aux problèmes et difficultés évoqués ci-dessus, tourisme procédant d’un équilibre entre libéralisme bouleversant et traditionalisme rassurant, et de l’identification de ses handicaps au profit de la valorisation de ses atouts.

29Dans la construction d’un projet touristique, et l’élaboration d’une offre conséquente, l’opposition entre particularisme (localisme) et globalisation, entre intérêts particuliers (ou communautaires) et intérêt général, ne procède pas d’une équation impossible. Elle doit au contraire être envisagée dans une perspective à la fois réaliste, constructive et fonctionnelle.

4. Dynamiques, régulations et synergies

30Les besoins en financements du secteur du tourisme sont considérables, en Afrique subsaharienne principalement, dans des pays où non seulement les budgets sont chroniquement déficitaires et ne peuvent être équilibrés que via des subventions extérieures, à l’exception des pays bénéficiant de production de rente (pétrole, métaux rares, cultures quasi monopolistiques). Face à l’insuffisance des capitaux destinés à financer des investissements (aménagements, infrastructures, transports, hébergements, emplois, etc.) en faveur du tourisme, qui la plupart du temps ne compte pas au nombre des priorités prises en comptes dans l’affectation des crédits budgétaires, l’appel indispensable au capital étranger ne se fait pas sans contreparties ni « contrôle » de la part des bailleurs de fonds, privés en particulier, parmi lesquels figurent les opérateurs et les grandes entreprises mondiaux du secteur.

31Le risque d’« aliénation » financière s’ajoute alors à celui d’aliénation culturelle. Les aides éventuelles apportées par les touristes eux-mêmes (dans le cadre d’associations, de fondations, de dons personnels en argent ou en nature, etc.) ne sont pas toujours, elles non plus, sans contreparties plus ou moins équivoques ou négatives pour les populations, les communautés ou les groupes récepteurs.

32Le déficit, ou même l’absence d’encadrement, de régulation et de réglementation du secteur par les pouvoirs publics, pour ce qui ne relève pas de la liberté contractuelle et de la législation y relative (contrats de voyage et de séjour, de transports, d’hôtellerie, de travail, de mandat, de partenariat, etc.) révèlent un vide juridique préjudiciable, a fortiori dans le dispositif applicable à la prise en compte de l’environnement par le tourisme, quasi inexistant. C’est en particulier le cas lorsqu’il s’agit d’imposer les conditions et modalités d’un tourisme dont la durabilité suppose et exige la prise en compte effective et efficiente du premier par le second, en termes de conciliation et de cohérence.

  • 6 Droit et codes de l’environnement, pas du tourisme
  • 7 V.. J.-M. Breton, « La place de l’environnement dans les constitutions d’Afrique Noire francophone  (...)

33Quel que soit le degré de libéralisme ou à l’inverse de dirigisme que caractérisent le régime et la politique considérés, l’État, relayé plus ou moins efficacement par les collectivités locales, reste en toute circonstance le garant de l’intérêt général, de l’ordre public, de la police des loisirs, de l’intégrité des sites et des patrimoines, de la protection et de la conservation de la nature et de la biodiversité, de la sécurité des populations et des touristes, de la régularité des transactions, voire de la solvabilité et de la responsabilité des intervenants. Le constat est dans la majorité des cas celui d’un vide juridique manifeste6, aux plans législatif et réglementaire, sauf interventions et dispositions ponctuelles insusceptibles de constituer le corpus normatif indispensable en la matière, a fortiori de conduire à la codification de dispositifs applicables à la régulation du tourisme, alors que des avancées significatives, seraient-elles insuffisantes, ont été réalisées dans celui de l’environnement7.

  • 8 L’occupation, la densification et l’utilisation des espaces littoraux en fournissent un exemple sig (...)
  • 9 Sur les tourismes « alternatifs », J.-M. Breton, Droit et politique du tourisme, JurisEditions-Dall (...)
  • 10 Espaces

34En termes des synergies, locales en particulier, mettant en cause les acteurs locaux du tourisme, populations et communautés hôtes en l’occurrence, en milieu rural notamment, mais pas uniquement, on retrouve dans les pays africains, avec peut-être plus d’acuité encore que sur d’autres continents, l’équation complexe et récurrente de l’appropriation/réappropriation (dont le degré et l’étendue varient en fonction du contexte, i.e. de l’objet, du lieu et du moment) des ressources naturelles et matérielles, patrimoniales et culturelles principalement, susceptibles d’être mises en tourisme et d’alimenter concrètement et efficacement la demande de tourisme, domestique autant qu’internationale8. Un tourisme durable, parce qu’intégré, solidaire, communautaire et responsable9, porteur d’humanité et soucieux d’écologie10, postule que la parole soit (re)donnée aux acteurs locaux du tourisme et aux détenteurs et gestionnaires traditionnels (souvent collectifs) des ressources et des biens qui l’alimentent. Plus qu’ailleurs, peut-être, la séquence opérationnelle information-sensibilisation-implication-responsabilisation, assise sur des processus interactionnels entre habitants et touristes, revêt ici toute sa signification et toute sa portée.

  • 11 L’offre dérivée, au regard de la démarche touristique directe et principale, est en effet souvent s (...)

35En amont de la démarche de conception et d’élaboration des projets touristiques, la perception du tourisme et des touristes par les populations est fondamentale et incontournable, qu’elle soit spontanée ou acquise via des formations/informations ad hoc. Elle doit être ressentie et comprise comme utile, en termes d’image et de notoriété, de recettes et d’emplois, de création et de promotion d’activités connexes11, d’échanges et de culture. En dépendant la qualité de l’accueil et l’authenticité de l’hospitalité, et la préservation comme la valorisation des ressources mobilisées et exploitées à cet effet, et, partant, la pérennisation de l’activité touristique au profit d’un développement local à la fois quantitatif (croissance économique) et qualitatif (amélioration des conditions de vie). La mise en place d’une véritable politique d’aménagement des espaces et des zones concernées est un outil indispensable à l’intégration des pratiques touristiques dans un processus de développement durable et soutenable à la fois local et national.

  • 12 Marketing mix, ou théorie des 4 P, qui intègre les facteurs production, prix, promotion et place (l (...)
  • 13 Sur les aspects liés à la gestion économique du tourisme, v. D. Mbaye, « Marketing touristique en A (...)

36L’État et les gouvernants, appuyés par des experts spécialisés et éclairés par des best experiences de référence, doivent parvenir à une nouvelle approche, et concevoir de nouvelles méthodologies, de valorisation et de mise en tourisme de leurs potentiels et de leurs ressources, à partir de l’identification des facteurs, des enjeux, des attentes et des objectifs, manifestes ou sous-jacents, identifiés, reconnus et pris en compte comme tel. Les procédés à inventer, les stratégies à déterminer, les synergies à favoriser, doivent reposer sur et mettre en œuvre des partenariats spécifiques et efficients, dûment identifiés, structurés et formatés, entre pouvoirs et collectivités publics et opérateurs économiques, États et organisations internationales, gestionnaires et bailleurs de fonds, autorités locales et populations, hôtes et visiteurs. Ces partenariats doivent constituer l’ossature de « plans de marchéage »12 repensés et adaptés au contexte considéré, destinés à encourager les synergies issues des dynamiques identifiées, et à optimiser la rentabilité attendue de la mise en tourisme, intégrant la mise en valeur des ressources naturelles et la protection pérenne et intergénérationnelle de l’environnement13.

  • 14 Associations, ONG, établissements publics et parapublics (gestionnaires des parcs et réserves en pa (...)
  • 15 Qui ne sauraient être sacrifiées à la quête d’horizons mythiques artificialisés, ou à la recherche (...)

37Ceci suppose, de manière nécessairement différenciée selon le cadre et le contexte, l’élaboration ou la refonte, et l’actualisation, conjointes de politiques de tourisme et de l’environnement, en faveur du tourisme domestique (dont il convient de ne pas méconnaître ni de sous-estimer l’importance) aussi bien qu’international. Ceci exige l’implication de l’ensemble des autorités et organismes intéressés14, au niveau interministériel, et l’exécution coordonnée de ces politiques au plan territorial. Celles-ci doivent susciter et soutenir des projets collectifs de développement intégré fondé sur le partage de l’ensemble des ressources patrimoniales. Les retombées attendues placent au premier plan, dans les espaces ruraux caractérisés par une pauvreté endémique, la sécurisation de l’accès aux ressources naturelles et l’acquisition de la sécurité alimentaire15.

38Toute politique publique suppose des choix, qui en déterminent les objectifs, le contenu et la portée. Une politique de tourisme compatible avec l’environnement, à plus forte raison activement respectueuse de celui-ci, repose sur la considération que le souci de rentabilité économique de l’activité touristique ne prenne pas le pas sur la préservation de l’environnement. La seule mise en tourisme d’un site ou de ressources patrimoniales n’y suffit pas, si elle n’exprime pas une volonté déterminée et sans équivoque en ce sens, et ne se traduit pas concrètement, dans les projets et aménagements considérés, au-delà des pétitions de principe destinées à leur seule légitimation afin d’obtenir les meilleures performances économiques attendues du marché du tourisme.

39La compétition pour les ressources naturelles, résultant de la cohabitation sur un même territoire ou dans un même habitat, peut également interférer dans l’objectif imparti à la mise en tourisme de cet espace ou de ces ressources. La finalité implicite de celle-ci peut à cet effet ne pas être dépourvue d’ambiguïté, au détriment de la valorisation du projet pour les populations, et des retombées et gratifications qu’elles pourraient en attendre.

  • 16 Sans oublier pour autant que le choix d’une destination dépend également pour une part non négligea (...)

40Les stratégies à dominante économique et spéculative ne garantissent en rien, in se, la préservation de l’environnement par l’exploitation des ressources à des fins touristiques, alors que la dégradation et la destruction de celui-ci ont des impacts sur l’image, sur la demande16 et donc sur la fréquentation. L’irruption massive d’un tourisme non maîtrisé ou guidé par les seuls intérêts financiers extérieurs, et d’aménagements et d’infrastructures touristiques tout aussi massifs, indifférents à la fragilité et à la vulnérabilité de l’environnement local, a quasi inévitablement des effets négatifs sur les paysages et les écosystèmes. Il en va de même de l’inflation résultant de l’augmentation et de la pression de la demande pour les produits locaux, si elle n’est pas compensée, au plan collectif ou communautaire, par le solde positif attendu de la croissance et de la diversification des emplois liés au tourisme.

41L’insertion du tourisme dans les problématiques démocratiques pose la question, déjà évoquée, de la bonne gouvernance, dans ce secteur en particulier, apte à intégrer les paramètres et réalités multiples propres au contexte national et local. Il appartient à l’État de réguler les activités de ce secteur, par « l’invention » d’une nouvelle gouvernance, au service d’une politique innovante, adaptée aux enjeux et aux objectifs du tourisme, plus que de jouer un rôle d’aménageur du tourisme, qui doit être laissé aux professionnels et aux opérateurs dans le cadre ainsi préalablement défini. La gestion intégrée et durable des ressources susceptibles d’alimenter (surtout si elle est en crise) une offre de tourisme réaliste et originale constitue un outil essentiel de développement territorial en faveur de l’optimisation d’une telle gouvernance.

42L’identification et l’évaluation, en amont, puis la réduction et l’élimination des difficultés et des dysfonctionnements rencontrés dans l’aménagement du territoire doivent permettre d’y réorienter la gestion, ou la cogestion, des activités dans ses différentes parties, en priorité dans les zones privilégiées pour y promouvoir et y développer une offre de tourisme mettant en valeur les capacités et répondant aux besoins locaux. Elles doivent pour ce faire s’appuyer sur les dynamiques spatiales spécifiques, issues de la conjonction des initiatives locales et des interventions de l’État, soutenues par un capital financier et humain aptes à y répondre, et valorisant les valeurs patrimoniales et environnementales à partir d’un partage équitable et rentable des ressources d’un espace d’écodéveloppement dédié. Ce modèle, de portée générale et quelque peu « utopique », a néanmoins vocation a s’appliquer pour autant qu’il parte d’une appréciation lucide des réalités de terrain, et y soit concrètement et précisément adapté.

Enjeux, risques et perspectives

43Dès lors que l’un des principaux enjeux de la promotion et du tourisme dans les pays africains concernés met en cause la dimension identitaire de la rencontre et des relations entre populations et visiteurs, le risque d’aliénation culturelle est fort et très présent, du fait de l’irruption d’une culture et de valeurs dominantes en raison du déséquilibre qui résulte des intérêts économiques et financiers « extérieurs » que représentent, explicitement ou implicitement, les touristes. L’information et l’éducation des populations et des communautés réceptrices sont déterminantes pour leur permettre de ne pas céder à une perception faussée des modèles dont ceux-ci sont porteurs.

44Les pratiques touristiques, qui relèvent de la « modernité », en raison du contexte socio-économique dans lequel elles sont apparues puis se sont développées dans les pays riches, favorisées par la mondialisation des voyages et le brassage des cultures, ne sont pas à de nombreux égards (acculturation, déstructuration sociétale, développement anarchique extraverti, etc.) sans effets destructeurs, manifestes ou insidieux, sur les sociétés hôtes, quant à leur identité et à leurs modes de vie.

45Les formes de tourisme alternatif semblent les mieux adaptées au contexte, aux attentes et aux besoins des pays africains en retard de développement touristique. D’abord, parce qu’ils permettent d’éviter ab initio les écueils et les dérives d’un tourisme de masse mal ou non maîtrisé, essentiellement extraverti, excluant de ce fait les populations locales de ses bénéfices ; ensuite, parce ce qu’ils peuvent fournir, dans le cas de l’écotourisme en particulier, des moyens et des outils performants adaptés à la préservation des ressources patrimoniales, de biodiversité notamment, tout en favorisant l’implication effective des différentes catégories d’acteurs.

46Afin de valoriser les cultures et les patrimoines, les traditions et les modes de vie, les ressources et les productions, les visites et séjours des touristes doivent être dûment accompagnés, en tant que de besoin, par des guides locaux, bénévoles ou professionnels, formés et compétents pour apporter une dimension pédagogique à la découverte et à la connaissance des cadres et des modes de vie, et de mieux percevoir la signification et la portée des modèles communautaires, des dynamiques collectives, des structures familiales, des représentations sociales, etc., au profit d’échanges enrichis par la connaissance réciproque des hôtes et des visiteurs.

47Sans prétendre proposer ici de « recettes » particulières, ce qui n’est pas le propos, il s’avère néanmoins souhaitable et profitable (dans tous les sens du terme) que soient élaborés, à partir de méthodes appropriées prenant en compte les spécificités locales, des modèles originaux d’offres et de développement touristiques. Ceux-ci devront être assis sur des partenariats élargis et multiformes, aussi bien en amont, au stade de leur conception et de leur élaboration, après inventaire des ressources de tous ordres (naturelles, humaines, techniques et financières) susceptibles d’être mobilisées à l’appui des projets envisagés ; qu’en aval, à celui de leur mise en œuvre, de leur évaluation et de leur pérennisation.

48Face à l’essoufflement susmentionné de modèles de développent d’importation, en grande partie inadaptés, il convient de limiter à leurs aspects positifs leur transposition éventuelle, car ils procèdent souvent d’expertises déconnectées des réalités de terrain, sources d’ingérences, et de dépendances mal acceptées et contre-productives. Mais il est en tout état de cause indispensable, si l’on entend véritablement et durablement concilier tourisme et environnement, d’affecter une partie des bénéfices issus du tourisme à la protection de la nature et des ressources, en particulier à la conservation de la biodiversité et des écosystèmes.

Haut de page

Notes

1 Également, outre les contributions ci-après, entre autres : B. El Fasskaoui, « La mise en tourisme du patrimoine architectural en terre dans le Sud-est marocain. Quelle authenticité pour quel tourisme ? », dans J.-M. Breton (dir.), Patrimoine, tourisme, environnement et développement durable, Karthala-CREJETA, Paris, 2010 : 241-270 ; M. Hillali, « Patrimoine immatériel et développement du tourisme. Le cas de la gastronomie », ibid. : 311-327 ; F. El Bekri, « Tourisme, développement et durabilité en Tunisie », dans J.-M. Breton (dir.), Tourisme durable et patrimoines. Une dialectique développementale ?, Karhala-CREJETA, Paris, 2011 : 183-198 ; T. Lopez Guzman, « Une analyse du tourisme international. Le cas du Cap-Vert », dans J.-M. Breton (dir.), Tourisme et insularité. La littoralité en question(s), Kartahala-LISA, Paris, 2014 : 73-86 ; B. Sarrasin, « L’écotourisme Madagascar. Les conditions d’un blocage annoncé », ibid. : 221-236 ; etc. ; ainsi que celles publiées dans de précédents numéros d’Études caribéennes (cf.)

2 Ce que traduit étymologiquement et fondamentalement l’origine latine et l’ambivalence sémiologique du mot, le terme hostis désignant aussi bien l’hôte auquel on ouvre sans restriction sa demeure et on offre sans réserve l’hospitalité, que l’étranger dont on redoute la menace et auquel on ferme sa porte, car supposé hostile et porteur de dangers (de » même qu’en grec xénos désigne aussi bien l’étranger bienvenu, que l’inconnu suscitant la xénophobie et le rejet).

3 À l’instar de celles qui, dans une démarche pionnière, ont été conduites en Casamance, au Sénégal, il y a plusieurs décennies de cela (cf.)

4 Nord-Cameroun (Réserve de Waza, rives du Logone), avec Boko Haram ; nord et est du Mali (Gao, Tombouctou, pays Dogon), avec l’Akmi ; Niger, frange sud-saharienne, etc., partout où règne une insécurité chronique due à l’implantation et à l’extension des mouvements terroristes ou de contestation violente du pouvoir en place. Les effets, bien réels, n’en ont été jusqu’à présent, pour des raisons aisément compréhensibles, que peu étudiés.

5 Le cas de Saly, sur la Petite Côte, au Sénégal, est significatif à cet égard. Au-delà de celui-ci, la corruption des décideurs n’est souvent pas étrangère à l’implantation unilatérale et indifférente de complexes touristiques exclusivement motivés par la recherche systématique de bénéfices maximisés, avant, une fois ceux-ci réalisés, de cesser leur activité en laissant derrière eux des territoires détériorés ou dévastés, et des populations désemparées. Sur cette question, voir les études de O. Dehoorne et A.K. Diagne (2007) : « Tourisme, développement et enjeux politiques : l’exemple de la Petite Côte (Sénégal) », Études caribéennes, 9-10, DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.1172, et de M. Diombera (2017) : « Le développement touristique et l’occupation des espaces littoraux : quelles enjeux pour les territoires de la Petite Côte sénégalaise ? », Études caribéennes, 36, DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.10778

6 Droit et codes de l’environnement, pas du tourisme

7 V.. J.-M. Breton, « La place de l’environnement dans les constitutions d’Afrique Noire francophone », dans Mélanges offerts au professeur Demba Sy, PU Toulouse, 2020 (à paraître). En Amérique latine, en comparaison, seul le Costa Rica s’est doté d’une législation spécifique à l’écotourisme.

8 L’occupation, la densification et l’utilisation des espaces littoraux en fournissent un exemple significatif, s’agissant en particulier de la superposition et de la coexistence, souvent difficile et conflictuelle, des activités économiques (hors tourisme) et ludiques

9 Sur les tourismes « alternatifs », J.-M. Breton, Droit et politique du tourisme, JurisEditions-Dalloz, Paris, 2016, n° 2.109 et s.

10 Espaces

11 L’offre dérivée, au regard de la démarche touristique directe et principale, est en effet souvent sous-exploitée

12 Marketing mix, ou théorie des 4 P, qui intègre les facteurs production, prix, promotion et place (les items pris en compte peuvent aller jusqu’à 8/cf.)

13 Sur les aspects liés à la gestion économique du tourisme, v. D. Mbaye, « Marketing touristique en Afrique : analyse économique et implications », Juristourisme n° 233/2020, p.29

14 Associations, ONG, établissements publics et parapublics (gestionnaires des parcs et réserves en particulier), agences spécialisées, etc.

15 Qui ne sauraient être sacrifiées à la quête d’horizons mythiques artificialisés, ou à la recherche d’un exotisme « construit », de la part des touristes moins soucieux de découvertes de sociétés et de cultures « autres » et de rencontres authentiques, voire d’un pseudo écotourisme abusivement qualifié de tel dans les offres proposées par les États et les opérateurs, que d’un ethnotourisme porteur d’un voyeurisme équivoque, délétère et dévalorisant pour les populations visitées

16 Sans oublier pour autant que le choix d’une destination dépend également pour une part non négligeable de facteurs (économiques, sociologiques, économiques, etc.) tenant au touriste lui-même, en dehors des attraits et handicaps intrinsèques de celle-ci

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marie Breton, « Introduction à la relation du tourisme et de l’environnement en Afrique francophone », Études caribéennes [En ligne], 6 | Décembre 2020, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 09 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/19292 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.19292

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Breton

Professeur émérite à l’Université des Antilles (Guadeloupe), Membre de l’Académie des Sciences d’Outre-Mer (Paris)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search