Navigation – Plan du site

AccueilHors-série6Dynamique territoriale et dévelop...

Dynamique territoriale et développement touristique : quelles stratégies environnementales durables à Saly (Petite Côte, Sénégal) ?

Territorial Dynamics and Tourism Development: What Sustainable Environmental Strategies in Saly (Petite Côte, Senegal)?
Mamadou Diombera

Résumés

La présente recherche s’intéresse aux incidences environnementales liées à la dynamique de l’utilisation de l’espace littoral consécutive à l’émergence du tourisme balnéaire international à Saly sur la Petite Côte sénégalaise. Elle vise à cerner et à analyser de façon globale les difficultés strictement liées aux dysfonctionnements en termes d’aménagement et de gestion des territoires touristiques du littoral, d’une part, et d’autre part, elle propose une nouvelle orientation dans la gestion de l’environnement de l’espace littoral à Saly Portudal.
La mise en tourisme de Saly est portée par l’État, et ceci s’accentue de manière considérable. Actuellement, cet espace représente un milieu physiquement et biologiquement instable ; cependant, en tant qu’écosystème à équilibre fragile, celui-ci bénéficie peu de mesures de protection efficace et d’aménagement spécifique durable. En s’appuyant sur des observations qualitatives liées aux pratiques et aux modes de gestion de ces espaces littoraux, des entretiens semi-directifs ont été menés lors de rencontres organisées avec les acteurs territoriaux, à savoir les institutions publiques, les entreprises touristiques, les autorités et communautés locales, les ONG et les touristes. Ces enquêtes ont permis de mieux comprendre pourquoi et comment la question de la préservation et de la conservation des ressources naturelles et l’environnement littoral mérite une étude approfondie et prospective.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le Sénégal, limité à l’ouest par l’Océan Atlantique, est doté d’une façade littorale qui s’étend sur un linéaire d’environ 700 km de long et d’un espace maritime de 198 000 km2. Cet espace littoral est de plus en plus convoité en raison de son potentiel sur le plan écologique et socio-économique. Il fait aujourd’hui l’objet d’une forte sollicitation qui se traduit par une grande concentration humaine, et par le développement de plusieurs activités comme la pêche, le tourisme, l’élevage et le maraîchage (75 % des légumes consommés dans le pays sont cultivés dans les Niayes). C’est la première destination du pays en ce sens qu’il accueille près de 70 % des séjours de vacances, soit plus de 700 000 séjours touristiques (MTTA, 2007).

2Qui plus est, l’espace littoral revêt une importance capitale dans le processus de développement touristique du pays. Cependant, il est devenu le théâtre d’une forte pression foncière et spéculative qui le menace. Ceci est surtout dû à une nouvelle organisation territoriale, qui se traduit par une occupation du front de mer, dans un contexte économique très chargé (Dehoorne et Diagne, 2008), ce qui amplifie la fragilisation du milieu et des dégâts environnementaux de tous ordres (Dehoorne, 2006a). Dans ce contexte, malgré la prise de conscience de changements de paradigmes de la part des acteurs sur la question liée à la sauvegarde de l’environnement littoral, de nombreuses interrogations restent sans réponse, qu’il s’agisse de stratégies institutionnelles, de politiques publiques ou de développement durable. L’état actuel de la zone côtière révèle l’urgence de prendre des mesures susceptibles de garantir la viabilité de l’ensemble du système littoral, à travers l’implication et la collaboration de toutes les parties prenantes (Diombéra, 2010).

  • 1 Elle s’inscrit, notamment dans celles de notre précédente étude

3L’objectif de cette étude, qui s’inscrit dans la poursuite et la continuité de nos travaux sur la mise en tourisme et l’exploitation ludique de cette région du Sénégal (2013, 2017a et 2017b), consiste1 d’abord, à saisir et à comprendre les enjeux majeurs expliquant l’irruption brutale du tourisme de masse à travers les aménagements massifs des côtes et de leurs conséquences sur la vie économique et sur l’environnement des espaces littoraux au Sénégal, plus particulièrement à Saly ; puis à définir les stratégies politiques innovantes susceptibles de les atténuer, à travers une double approche participative et collective des populations locales, en vue de gérer efficacement et durablement les ressources touristiques littorales. À cet effet, nous insisterons d’abord sur les caractéristiques du développement touristique du littoral avec toutes ses implications négatives sur le milieu physique et socio-économique. Cette situation est d’autant plus préoccupante que l’analyse critique de la densification de l’occupation de l’environnement littoral révèle le problème qui se situe à deux niveaux, à savoir le degré d’appropriation du processus de mise en tourisme par les populations, acteurs locaux et porteurs de projets ; et le développement de dynamiques spatiales nées de la conjugaison d’initiatives locales et d’actions de l’État.

4En conséquence, les impacts sur le plan organisationnel et environnemental obligent à tirer la sonnette d’alarme. Le développement urbanistique parfois anarchique, de part et d’autre de la station de Saly, est à l’origine de la destruction insidieuse d’une importante partie de l’organisation spatiale de la zone côtière (Cazes et al., 2001). À cela s’ajoute l’érosion naturelle et anthropique, qui participe substantiellement à la réduction de la superficie et à la destruction des infrastructures touristiques en bord de mer (Corlay, 1995). Autant de préoccupations indispensables auxquelles l’étude tentera d’apporter des réponses, en portant un regard critique et épistémologique sur les implications nécessaires des différents acteurs concernés par une meilleure exploitation de cette zone sensible et fragile (Merlin, 2001).

5Dans ces conditions, la gestion intégrée et durable des ressources apparaît comme un outil de développement territorial en ce sens qu’il permet d’améliorer les indicateurs de la bonne gouvernance participative (Merchadou, 2001). Cette approche permet de mobiliser l’ensemble des forces vives au niveau du territoire en les rendant conscientes de leur identité et de leur environnement. Encore faudrait-il préciser que la forte pression exercée sur des ressources littorales nécessite une nouvelle vision stratégique de gestion du territoire pour éviter sa « mise à mort ». À l’heure actuelle, il n’existe pas de plan de gestion côtière intégrée qui traite de la question du littoral en général. Le constat est que si le potentiel est immense et si la volonté des autorités et des acteurs aux niveaux central et local est forte pour faire du tourisme une activité pouvant aider les populations de ces zones, le succès tarde à venir en raison de dysfonctionnements au niveau local, notamment en termes de modes de gouvernance et de gestion de l’environnement touristique de l’espace littoral (OMT, 2006).

6C’est dans ce sens qu’il devient impératif d’asseoir une véritable politique de protection de la biodiversité et des écosystèmes marins et côtiers de la Petite Côte en vue de faire face à l’ampleur des problèmes environnementaux (Knafou, 1992). Pour cela, il convient de mettre en évidence les dynamiques en cours qui animent le littoral et d’encourager des synergies et des partenariats viables entre différents acteurs en jeux en vue de préserver durablement le patrimoine global, les valeurs culturelles et environnementales du milieu (Dehoorne, 2006a).

7Pour mener à bien cette recherche, le choix s’est porté sur la station de Saly d’une part parce qu’elle connaît une expansion fulgurante de l’occupation anarchique de la frange côtière ; et, d’autre part, à cause de son rôle dans l’attractivité touristique du pays en tant que destination phare. De ce fait, l’activité touristique reste largement dominée par le balnéaire, ce qui a facilité la tenue d’entrevues, ainsi que l’analyse de leur contenu.

8En ce qui concerne spécifiquement la collecte de données de l’enquête, nous avons eu recours à trois outils différents, afin de permettre une analyse triangulée : l’analyse documentaire, l’observation directe et l’entrevue semi-dirigée. D’une manière générale, afin de donner un éclairage historique aux liens entre le tourisme et l’irruption massive du tourisme à Saly, plusieurs ouvrages et articles consacrés à la problématique ont été consultés. De plus, nous avons procédé à une étude de divers documents destinés aux touristes, tels que les guides touristiques promotionnels et des fascicules d’informations concernant les ventes de terrain ou de villas sur les terres traditionnelles situées en bord de mer.

9L’observation directe a été orientée dans deux directions, à savoir l’ampleur de l’occupation des espaces fragiles, et leur mode de gestion. À ce propos, afin de saisir les facteurs de blocage de l’émergence d’un tourisme durable, des échanges entre professionnels publics et privés, touristes et autochtones, autour de la question de la gestion durable de l’environnement et des ressources naturelles, ont fait l’objet d’une étude approfondie.

10Au total, nous avons réalisé vingt-cinq entrevues semi-dirigées. Trois types de cohortes ont été définies en fonction des objectifs de l’enquête : des travailleurs touristiques maîtrisant bien les problèmes liés au foncier ; les touristes de passage ou ayant acheté un terrain ou une villa dans la localité ; et des habitants impactés ou vivants à proximité de Saly. Pour chacune de ces cohortes a été élaborée une grille d’entretien spécifique correspondant aux informations recherchées afin d’atteindre les objectifs de l’étude, qui étaient de recueillir leurs perceptions à l’égard des conflits fonciers récurrents, et de mettre en lumière les enjeux socioéconomiques et socioculturels de la gouvernance actuelle du tourisme littoral, et d’aider à la compréhension de l’étude de la crise environnementale.

11Soulignons enfin que, pour cette recherche, l’approche qualitative inductive a été privilégiée depuis les premières immersions en milieu autochtone jusqu’à l’étude des données. Pour cela, l’analyse s’est appuyée sur un va-et-vient constant d’inférences logiques entre le terrain, les données et les corpus théoriques. Cette démarche a permis de comprendre l’enchaînement des causes et des conséquences des problèmes environnementaux dans les territoires littoraux, et d’esquisser des propositions pour une meilleure gouvernance. Ainsi, l’ampleur de l’occupation et la multiplicité des acteurs expliquent l’importance de la gouvernance collective et de la gestion durable de l’environnement des espaces littoraux (Paskoff, 2007). Il est donc grand temps de mettre en évidence les limites du mégatourisme en vue d’asseoir les bases d’un tourisme durable susceptibles de générer des ressources spécifiques, et d’harmoniser les impératifs économiques avec la sauvegarde des patrimoines naturels et culturels de Saly. D’une manière générale, le milieu littoral n’était pas suffisamment préparé et organisé pour faire face à un afflux important de vacanciers. C’est pourquoi il s’agit d’envisager les mesures à prendre pour allier tourisme et protection des espaces naturels et paysagers dans une perspective durable (Merlin, 2001).

1. L’émergence du tourisme côtier : enjeux et mutations à Saly

12Le Sénégal dispose de nombreuses ressources touristiques liées à des conditions climatiques favorables, c’est-à-dire des températures peu élevées, une pluviométrie limitée et un ensoleillement constant. À ces facteurs climatiques, s’ajoute une grande diversité de potentialités touristiques telles que la proximité des pays émetteurs, l’hospitalité légendaire de la population, l’immensité des plages de sable fin (700 km de côte) et l’importance des réserves de faune et de flore.

13Face à ces différents attraits géographiques, climatiques et humains fondamentaux, le pays a pu développer le produit balnéaire en le combinant aux circuits de découverte du patrimoine historique et culturel sur l’ensemble du territoire national (Diombéra, 2012). De plus, le patrimoine naturel et culturel comme la diversité des cultures vivantes constituent également des attractions touristiques majeures qui nourrissent cette activité. Dans ce cadre, quel est le processus d’occupation de l’espace littoral ?

14On rappellera que c’est aussitôt après l’indépendance, au début des années soixante, que le gouvernement a décidé de faire du tourisme une composante majeure de la croissance économique. Cet intérêt particulier est d’autant plus important qu’il a mis en place des structures chargées de gérer et d’organiser les espaces en faveur de la promotion du développement touristique axée sur des plans stratégiques comme la planification, l’aménagement du territoire et la formation de cadres (OMT, 2003). Du coup, pour répondre au problème de l’aménagement touristique du territoire, l’État a promu le tourisme dans certaines zones où il peut constituer un élément moteur de développement (Violier, 2008). C’est ainsi que furent créés quatre pôles littoraux majeurs, dont deux participant à l’économie urbaine de deux grandes villes du pays, à Dakar et Saint-Louis, et deux en milieu rural, Saly au niveau de la Petite-Côte et le Cap-Skirring en Basse-Casamance, qui sont devenus les deux vitrines majeures du tourisme balnéaire du Sénégal.

15Toujours dans la même dynamique de développement du tourisme balnéaire, l’État a créé en 1975 la Société d’Aménagement de la Petite-Côte (SAPCO), aujourd’hui Société d’Aménagement des Côtes et Zones touristiques du Sénégal (SAPCO/Sénégal), chargée de l’aménagement touristique de la Petite-Côte. Cette volonté manifeste s’est matérialisée par la mise en place du plan d’aménagement de Saly, en transformant le site en station balnéaire à vocation internationale à partir de 1977. Celle-ci accueille aujourd’hui annuellement près de 200 000 touristes internationaux (Faye, 2005 : 18), ce qui représente les deux tiers des arrivées du pays (MTTA, 2007).

Figure 1. Plan d’aménagement de Saly

Figure 1. Plan d’aménagement de Saly

16Saly Portudal représente la station phare du tourisme sénégalais et indéniablement la plus importante station balnéaire de la sous-région tant en termes de superficie que d’installations touristiques comme des hôtels, des résidences secondaires, des cinémas, des centres récréatifs, des infrastructures routières et aéroportuaires. Cette remarquable dynamique touristique s’explique par la conjonction de plusieurs facteurs. Ainsi un modèle de développement dominant a été proposé sur la forme littorale caractérisée par de grandes surfaces où s’érigent de vastes résidences secondaires et des hôtels internationaux (Diop, 1986), ce qui a accentué la pression sur l’environnement. L’évolution progressive de cette pression de ces vingt dernières années est préoccupante, et parfois fort inquiétante au point de faire sentir des signes de saturation. Dans de nombreux domaines, la crise semble s’installer. C’est dans ce contexte qu’il paraît donc indispensable de présenter les structures d’encadrement et politiques de gestion mises en place pour l’exploitation de l’activité touristique et d’analyser en profondeur leur efficacité et leur efficience.

2. Les structures d’encadrement et politiques de gestion de l’activité touristique

17L’un des pays touristiques les plus développés de l’Afrique de l’Ouest, le Sénégal est un exemple que plusieurs pays voisins voudraient imiter, à cause de son secteur touristique qui est essentiellement balnéaire et joue un rôle économique considérable. Le Sénégal a engagé dans cette perspective, une nouvelle politique touristique qui inscrit le tourisme au centre de sa problématique de développement. Cela se voit dans l’engagement de l’État à travers non seulement l’élaboration des politiques touristiques globales et détaillées, mais des politiques environnementales pour promouvoir et encadrer le secteur.

18La politique de gestion du tourisme est marquée par les documents d’orientation et de cadres de planification stratégique comme le Plan d’Orientation pour le Développement économique et social (PODES), la Stratégie de Croissance accélérée (SCA) et la Stratégie de la Réduction de la Pauvreté (SRP). À la lumière du diagnostic et des orientations stratégiques retenues, l’analyse des différents documents permet de mieux comprendre la politique de gestion touristique du Sénégal.

19En effet, le ministère du Tourisme et des Transports aériens est représenté dans les régions par sept services régionaux du tourisme. Ces derniers sont des organismes administratifs chargés de la mise en œuvre des politiques et de la réglementation au niveau régional, de contrôler le développement du tourisme et des produits, d’inspecter les établissements touristiques, de créer des liens entre les acteurs et le gouvernement, et de travailler avec les bureaux touristiques pour promouvoir la région.

20Sur ce plan, le Sénégal a une longue histoire de décentralisation qui date d’avant l’indépendance, ce qui étend la démocratie au niveau local. Cette tradition a connu un nouveau tournant avec les réformes de 1996 qui ont introduit la loi portant administration locale reconnaissant les régions et les communautés rurales comme sièges du gouvernement local. Cette mesure a permis ainsi la collaboration entre les municipalités et les communautés rurales et la création des districts au sein des municipalités. À cet égard, la loi a identifié neuf domaines de compétences à transférer à l’administration locale, à savoir la gestion et l’exploitation des terres nationales, publiques et gouvernementales ; l’environnement et la gestion des ressources naturelles ; la santé ; la population et les affaires sociales ; la jeunesse, les sports et loisirs ; la culture ; l’éducation et la formation professionnelle ; la planification ; l’aménagement du territoire ; ainsi que l’urbanisme et le logement.

21Pourtant, il y a un paradoxe à déplorer, car le tourisme ne figure pas encore sur la liste des compétences dévolues à l’administration locale. Les projets d’aménagements et d’investissements touristiques, la création de stations touristiques demeurent toujours l’affaire de l’administration centrale. Les documents d’urbanisme, les cessions foncières, les aides ou les exonérations d’impôts ou de taxes sont toujours approuvés à l’échelon de l’État. L’aménagement se fait, par conséquent, du haut vers le bas. Ainsi, pour développer son activité touristique, l’administration locale est tenue d’adresser une demande d’assistance aux services régionaux du tourisme. Une telle situation implique des répercussions négatives sur l’environnement (Vlès, 2001). Sur ce plan, il semble important de mener une analyse attentive et critique des conséquences de l’évolution spectaculaire du phénomène de l’invasion touristique littorale dans la recomposition territoriale à Saly. Sans doute, les nuisances sont particulièrement graves et complexes à la fois en matière d’environnement et surtout du point de vue social et humain.

3. Les conséquences de la logique prédatrice et capitalistique : la déstructuration de l’espace littoral ?

22L’émergence du tourisme se situe dans le contexte politique et économique du pays (Ciss, 1983). Le secteur touristique, deuxième pôle économique du Sénégal après la pêche, est un important levier de développement pour le pays (OMT, 2003). Mais cette activité demeure essentiellement concentrée sur le littoral. Ce qui ne peut pas exister sans nuisances environnementales en termes de dégradation des habitats fragiles et des ressources naturelles vitales pour le milieu (Diouf, 1987).

  • 2 Il s’agit en l’occurrence des thèses d’A. Diop (1986). « L’organisation touristique de la Petite-Cô (...)

23Dans cet environnement en plein bouleversement, les pratiques touristiques et récréatives s’accompagnent indéniablement d’effets négatifs sur l’environnement (Violier, 1999). Ainsi, l’ouverture de Saly aux initiatives touristiques a provoqué des risques de saturation de l’espace (Vles, 2001). Ce milieu littoral est le théâtre d’exploitation abusive des ressources naturelles au point que plusieurs chercheurs sénégalais2, au cours de ces dernières décennies, se sont posé avec beaucoup d’acuité la question de sa survie. Il est important d’observer que les pressions sur l’environnement s’accélèrent sous les effets conjugués de la croissance démographique, de l’urbanisation et des nouveaux modes de consommations touristiques (Violier, 2008). De nouvelles constructions et d’infrastructures comme les ports de plaisance et parcs d’attractions en bord de mer se multiplient accentuant encore plus la pression sur l’environnement (Dehoorne, 2006b).

Photographie 1. Restaurant de résidence sur le rivage

Photographie 1. Restaurant de résidence sur le rivage

Source : photo de l’auteur (2013)

24Analyser l’impact du tourisme sur la biodiversité et les moyens de subsistance des populations permet dès lors de noter l’ampleur des dégâts causés. Cette activité comporte des risques socioéconomiques et environnementaux graves. Dans ce contexte, les manifestations les plus visibles se traduisent par le non-respect des cadres référentiels de l’organisation de l’espace qui engendre des effets négatifs notoires telles que de fortes spéculations foncières tant de la part des décideurs politiques, des investisseurs nationaux et étrangers, que des communautés locales (Diombéra, 2010). Ce qui génère, du coup, diverses formes d’occupations anarchiques des rivages avec des constructions mal conçues, de nombreux conflits fonciers aigus et des tensions sociales de tous genres.

25Sous ce rapport, l’activité touristique, quel qu’en soit le type, comme le souligne Knafou (1992), a des répercussions sur de nombreux aspects sociaux, culturels ou encore environnementaux. Le tourisme s’est fortement déployé sans que la population locale en profite réellement. Et il soutient que même le tourisme le plus doux n’est pas sans effet pervers sur l’environnement. Il ajoute qu’il « ne faut pas oublier que le tourisme, grand créateur de richesses, est à la fois une vision du monde […] et une formidable force de subversion de la nature et de la culture, des territoires comme des sociétés. Il ne faut donc pas sous-estimer le caractère potentiellement pernicieux de tous les types de tourisme, y compris de ceux qui se présentent comme respectueux de l’environnement et armés de bons sentiments ».

26De plus, le processus d’occupation du littoral sénégalais, au-delà de l’activité touristique, est un phénomène particulièrement complexe et inquiétant qui s’explique par plusieurs facteurs conjugués, parmi lesquels le facteur économique. Avec l’ouverture économique liée au tourisme, les communautés locales se sont trouvées au centre d’une dynamique économique si active que les emplois les plus marginaux qui y sont liés sont déjà beaucoup plus rentables que les emplois traditionnels (Diouf, 1987). Ainsi, dans la petite communauté littorale, le flux de touristes venus d’un complexe hôtelier désireux d’acheter un souvenir ou de boire une boisson fraîche a totalement modifié l’économie locale, le profit tiré de ces menues activités dépasse rapidement le revenu de la pêche. Malgré l’apport de ce genre d’insertion ponctuelle dans l’économie créé autour du tourisme, les communautés traditionnelles sont toujours dans une situation contrastée. Par conséquent, l’activité touristique n’arrive pas à répondre à certains problèmes notamment celui de la qualité du cadre de vie.

27Aujourd’hui, la profonde mutation de ce milieu au profit du développement touristique qui se matérialise par des implantations touristiques massives a des conséquences fâcheuses au triple plan environnemental, socioculturel et économique (Magnan, 2008). À cet égard, cet espace littoral, très complexe, très diversifié est en perpétuelles transformations physiques, économiques et sociales. D’autant que la préservation des ressources littorales est compromise par la modification accrue des écosystèmes sous l’effet à la fois de contraintes naturelles telles que l’érosion côtière et de nombreuses pressions d’ordre anthropique (PANA, 2005). Le style des nouvelles constructions ne correspond pas à celui de la communauté locale. Ainsi, l’essentiel des établissements touristiques reste largement concentré sur le rivage faisant très rapidement disparaître ou éloigner les nombreuses habitations traditionnelles et effriter l’égalité d’accès à la mer (Dehoorne, 2006a). De plus, les surfaces cultivables se rétrécissent. Et les populations agricoles sont condamnées à un exode vers l’arrière-pays.

Photographie 2. L’érosion côtière à Saly

Photographie 2. L’érosion côtière à Saly

Source : photo de l’auteur (2013)

28Le littoral sénégalais est très convoité aujourd’hui, bien qu’il soit reconnu par tous comme une richesse collective, un patrimoine commun vital et fragile (Merlin, 2001). Il est soumis à la fois à des pressions accrues significatives en termes d’investissements et de flux touristiques entraînant des emprises foncières de toute sorte qui transforment le profil du territoire. En effet, la pratique de ce type d’activité, selon Sacareau et Stock(2003 : 12), « gratte la croûte terrestre », bouscule les territoires en modifiant leur environnement. Dans cette situation, il n’est prêté attention ni à l’environnement et ses composantes biophysiques qui constituent leur cadre de vie, ni au respect pour l’organisation socio-économique locale (Diop, 1986). Ceci pousse les populations autochtones à éprouver un sentiment d’exclusion et d’aliénation concernant les plans de développement dans la zone.

29De surcroît, un tourisme excessif peut de la même manière qu’un tourisme mal géré nuire à l’intégrité physique du milieu à travers la dégradation insidieuse et progressive du riche patrimoine naturel et culturel des communautés d’accueil (Sanakho, 2002). L’exploitation incontrôlée des ressources naturelles conduit immanquablement à leur dégradation, voire leur raréfaction. Les perturbations environnementales sont énormes (Corlay, 1995). Aux facteurs naturels se sont ajoutés les facteurs anthropiques de dégradation qui ont conduit à une exacerbation des déséquilibres environnementaux du milieu. Indubitablement, personne ne veut aller sur des plages polluées ou se promener dans des parcs couverts de déchets.

30La dégradation du cadre de vie est une des répercussions majeures de la dynamique spatiale (Paskoff, 2007). Les décharges informelles sont multiples et posent de sérieux problèmes de santé publique et de protection de l’environnement à Saly. Les impacts sur l’environnement, non gérés, sont nombreux et concernent la pollution des sols, la pollution des eaux, l’éparpillement des déchets par le vent, l’attraction des vermines et les polluants comme les lixiviats qui peuvent s’infiltrer et polluer les nappes phréatiques et les rivières. À cela s’ajoute l’impact sur la santé des populations riveraines et celle des récupérateurs, plus vulnérables, car directement exposés aux déchets.

Photographie 3. Dépôts sauvages autour de la station de Saly Portudal

Photographie 3. Dépôts sauvages autour de la station de Saly Portudal

Source : photo de l’auteur (2013)

31D’emblée, les enjeux de l’humanité sont nombreux, l’environnement littoral est au cœur des débats d’actualité et polarise aujourd’hui toutes les attentions. Sa qualité est tributaire à la fois des pratiques d’exploitation des ressources naturelles et de la concentration des populations. Le Sénégal n’échappe pas à ce problème récurrent, phénomène dont l’ampleur n’avait jusqu’ici jamais été mesurée. La forte augmentation des demandes d’espaces en bordure de mer auxquelles les disponibilités réelles ne peuvent répondre oblige à adopter une approche spécifique permettant la cohabitation entre l’ensemble des activités économiques littorales.

32L’impact de la littoralisation de l’activité touristique est aggravé par un système juridique inefficace et inadapté aux spécificités du littoral, et par l’éparpillement des compétences en plus d’un manque de cohérence des actions. Cela dit, dans certains cas, le gouvernement confisque des terres aux villageois pour installer des zones hôtelières et résidentielles. Car les représentations du littoral prennent la forme d’une plaie béante, menaçant l’intégrité de la société terrienne (Urbain, 1994). Dans ces conditions extrêmes, faute de prendre en compte l’ensemble de ces aspects dans le cadre d’une approche intégrée les logiques ségrégatives s’imposent à travers l’inflation, la privatisation et la fermeture de l’espace. Parallèlement, les divisions liées aux configurations sociospatiales se font alors jour et s’accentuent entre communautés. Ce qui provoque de multiples processus d’enclavement à profil très marqué par leur caractère ethnique, racial ou social (Dehoorne, 2006b).

33Cette dynamique de conquête ou de colonisation spatiales, provoquant de nouvelles configurations territoriales, ne respecte ni l’esthétique du paysage ni les fondements historico-culturels du milieu. Des projets communs sont réalisés quasi sans concertation préalable avec les populations in situ. Cela soulève la question de la durabilité du tourisme sur le littoral. En d’autres termes, comment peut-on concilier la croissance économique du tourisme et la prise en compte de la dimension environnementale et socioculturelle des espaces littoraux dans une démarche de développement durable ? Comment peut-on neutraliser les effets négatifs et accroître sensiblement les impacts positifs du tourisme sur le littoral ? Comment peut-on intégrer le littoral au cœur du modèle d’aménagement touristique ? Le tourisme ne se résume pas seulement aux pratiques des touristes. Il n’est pas un objet isolé. Il implique selon l’expression de Sacareau et Stock d’autres facteurs comme : « Les lieux géographiques où elles se déroulent, les touristes qui les effectuent, les entreprises qui se chargent de la dimension marchande de ces pratiques […] Définir le tourisme par le touriste […] ne saurait aujourd’hui suffire : les territoires et les aménagements, de même que les flux et les impacts économiques font indiscutablement partie de la définition et de l’analyse » (2003 : 31).

34Le développement des activités touristiques et de loisirs exige des équipements lourds et entraîne des conflits dans l’usage du littoral (Magnan, 2008). Alors, la planification du tourisme dans cette zone devient irréversible face à cette intense frénésie en cours (Butler, 1993). Cela suppose que cette situation risque encore de perdurer, car le tourisme au Sénégal est un fait social global très complexe dont le processus de planification est difficile à mettre en œuvre (Bille, 2006). Il met en jeu plusieurs catégories d’acteurs aux intérêts parfois divergents. Il s’agit, entre autres, du ministère chargé du tourisme, du ministère chargé de l’environnement, de celui des Collectivités locales, des multinationales étrangères comme les compagnies aériennes, les tour-opérateurs, les agences de voyages et les chaînes hôtelières, mais aussi des touristes, des Organisations non gouvernementales (ONG), des mouvements associatifs et des populations autochtones. Les interactions débouchent sur des conflits récurrents relatifs à la fois aux rapports entre partenaires et aux rapports au territoire lui-même (Équipe MIT, 2002). Mais, en raison de leur puissance financière, économique et commerciale, les tour-opérateurs et les voyagistes des pays du Nord dominent incontestablement en fixant généralement les règles du jeu en fonction de leurs intérêts.

35Face à la mondialisation, au développement effréné de l’industrie touristique et à l’influence grandissante de ces multinationales dans la commercialisation des destinations touristiques (Foucher, 1991), quelles politiques et actions d’aménagement du territoire faut-il mettre en œuvre sur le littoral sénégalais pour assurer une dimension optimale et durable des activités touristiques ? Comment gérer l’accès à ces espaces sans nuire aux milieux écologiques, sans compromettre certaines activités, sans générer des conflits tout en répondant aux attentes des visiteurs ? Comment évoluer vers un tourisme à vocation durable ?

36Ces questions conduisent à faire le lien entre impacts sociaux et spatiaux (CNDD, 2002), car les lieux changent, bougent et se transforment. Et le tourisme y participe au premier chef. Que risque-t-on finalement d’observer ? Il existe un risque permanent qui pèse sur le développement même du secteur qui peut l’amener à s’autodétruire. Des programmes non planifiés et mal gérés sont à l’origine de graves séquelles sur des habitats écologiques fragiles et leur diversité biologique ainsi que sur le mode de vie des populations locales et leur patrimoine environnemental et culturel (Cabasset-Semedo, 2007). Dès lors, l’accès aux ressources littorales et leurs modalités de consommation et de gestion méritent alors d’être reconsidérés (Bille, 2006). L’urbanisation anarchique des zones côtières, accompagnée de constructions illégales qui s’élèvent à un rythme accéléré autour des sites touristiques, non seulement entraîne la dégradation des équilibres écologiques, biologiques et géomorphologiques, mais aussi accroît le phénomène de pollutions diverses de l’eau de mer, en raison du rejet des eaux usées non traitées et du dépôt de déchets (Metzger, 1994).

37L’activité touristique exerce effectivement une forte pression sur les écosystèmes, raison pour laquelle son encadrement doit être accentué pour une meilleure gestion des ressources touristiques, plus particulièrement à Saly (Diombéra, 2012). Concevoir le développement durable dans cette zone littorale implique de réviser les modes de pensée, les politiques publiques et les configurations de gouvernance en mettant en œuvre de nouvelles méthodes rationnelles pour son exploitation (Merchadou, 2001). Dans cette logique, il faut signaler que, pour la gestion de l’environnement et des ressources naturelles, le Sénégal, outre son dispositif réglementaire et législatif, est signataire de plusieurs conventions environnementales internationales relatives à une meilleure utilisation de l’espace littoral (CNDD, 2002). En dépit de tous ces efforts faits, des contraintes majeures persistent pour endiguer de façon réelle le phénomène de l’exploitation abusive du littoral et freiner sa mise en péril.

4. Les contraintes affectant la gestion durable des ressources touristiques littorales

  • 3 Il s’agit notamment de la Stratégie de Croissance accélérée (SCA), du Documents de Stratégie pour l (...)

38La durabilité est cruciale pour la gouvernance et la gestion touristique au Sénégal et est mentionnée dans tous les documents de politiques élaborés3 depuis plus de vingt ans. La politique touristique est antérieure à la politique d’aménagement du territoire, d’où les difficultés d’intégration et d’articulation du tourisme avec l’aménagement du territoire. Le montage des projets touristiques s’est fait, jusqu’à nos jours, à partir d’approches sectorielles et zonales, alors que l’approche territoriale tarde encore à se développer. Il en résulte des espaces isolés et mal articulés avec leur environnement comme le cas de Saly (Boujrouf, 2005).

39En conséquence, les paramètres de durabilité de ces politiques pour surmonter les difficultés liées à l’exploitation de l’environnement littoral ne sont pas toujours appliqués. Quel paradoxe ? La loi du 2001-01, du 15 janvier 2001, portant Code de l’Environnement place l’accent sur la prévention et la lutte contre les pollutions et nuisances, la protection et la mise en valeur des milieux récepteurs et l’évaluation environnementale (Étude d’impacts). Des obstacles et des contraintes persistent quant au respect des principes édictés par l’Étude d’impacts environnementale.

Photographie 4. Hôtel construit sur le rivage à Saly

Photographie 4. Hôtel construit sur le rivage à Saly

Source : photo de l’auteur (2019)

40Bien que ses exigences soient clairement définies, elles sont souvent ignorées par les promoteurs. Pourtant le Code de l’environnement prévoit désormais que les projets touristiques présentant un risque majeur pour le milieu naturel doivent être soumis à une étude d’impacts environnementale intégrant une audience publique. Et il s’y ajoute que, malgré l’existence de nombreuses études et projets de gestion des déchets dans les zones touristiques, peu d’entre eux ont été efficaces, surtout à cause du manque de ressources financières et humaines, d’engagement ou de coordination entre acteurs (OMT, 2006).

41Si la problématique de la gouvernance et de la gestion demeure une préoccupation critique pour la survie des activités touristiques littorales (Miossec, 1998), les menaces qui pèsent aujourd’hui sur la sécurité de l’environnement constituent également un risque majeur pour le secteur. Sur ce plan, la gestion de l’environnement dans sa globalité laisse à désirer et révèle de nombreuses défaillances. Des visions et des stratégies institutionnelles sont définies dans le cadre d’actions d’aménagement touristique, souvent dépourvues de prolongement sur le terrain. Et il s’y ajoute que, si la gestion intégrée des zones côtières est aujourd’hui reconnue à l’échelle internationale (Cazes et al., 2001), les méthodes de mise en œuvre concrètes sur le littoral sénégalais en général et à Saly en particulier sont encore au stade expérimental.

42La seule façon efficace indiscutablement de rompre avec ce cercle vicieux serait de rendre réellement responsables les populations locales et de les protéger des pressions politiques, comme le garantit la gestion intégrée des zones côtières (OMT, 2006). Autrement dit, il s’agit de conduire la gestion des processus de croissance touristique de manière participative, stratégique et prospective afin d’atténuer les conséquences désastreuses sur l’espace littoral (Bille, 2006). La bonne gouvernance et les processus de gestion saine apparaissent alors comme des préalables essentiels à l’offre de tourisme côtier durable (Miossec, 1998) qui cherche à minimiser les impacts négatifs sur l’environnement et la biodiversité, et à soutenir les moyens de subsistance des communautés locales (Paskoff, 2007). Cette démarche contribue à la prise de conscience que le développement ait affaire au mieux-être des populations, que ce mieux-être passe par la préservation des ressources en biodiversité (Bensahel et Donsimoni, 2006).

43Cependant, malgré tous les efforts déployés au niveau national et local, les stratégies actuelles en matière de gestion des espaces côtiers n’ont pas pu susciter un développement durable. Tout au contraire, les tensions s’accentuent de plus en plus aujourd’hui entre différents acteurs autour de l’aménagement et de la gestion des bioressources. Par exemple, depuis 2001, les entreprises touristiques qui envisagent de lancer des opérations sont obligées de réaliser une Étude d’impact environnemental (EIE), qui doit être approuvée par le ministère de l’Environnement et du Développement durable (OMT, 2006). Or, regrettablement, cet important outil d’évaluation de l’impact social et environnemental, qui constitue un préalable à tout investissement touristique, est, en dépit d’exigences clairement définies, souvent ignoré ou négligé par les promoteurs touristiques.

44Alors que la protection et la conservation de l’intégrité environnementale, y compris la côte et la plage, sont centrales pour l’activité touristique (Merlin, 2001), beaucoup de chemin reste à parcourir. À cet égard, la limite du domaine public maritime, en moyenne d’environ 100 m du rivage de la mer, est très difficile à faire respecter. À l’heure actuelle, cette disposition, qui permet à la fois de protéger des différentes côtes et plages et d’empêcher l’empiétement de cette zone de protection par certains projets touristiques existants (pied dans l’eau), est ouvertement violée (Ciss, 1983), ce qui entraîne la disparition des côtes rocheuses, sableuses (plages) ou des falaises.

45Dès lors, loin d’ignorer les effets socio-économiques positifs des investissements publics et privés de l’activité touristique, plus particulièrement sur le littoral sénégalais, il s’impose de déterminer les paramètres et conditions d’un tourisme durable, dont l’exploitation repose sur un mode de gouvernance et de gestion durable assis la concertation de tous les acteurs afin d’assurer la pérennité des ressources (Cazes et al., 2001). Car, comme le souligne M. Picard, « les populations locales ne sont pas des objets passifs du regard touristique, mais des sujets actifs qui construisent des représentations de leur culture à l’usage des touristes, des représentations fondées à la fois sur leur propre système de référence et sur leur interprétation du désir des touristes » (1995 : 120).

46Bien qu’aucun plan de gestion intégrée du littoral n’existe actuellement, le plan national d’exploitation des terres domaniales fixe des orientations et des règles qui sont applicables dans les zones côtières. Dans ce cadre, la loi du littoral, adoptée en 2003, offre un outil efficace de planification de l’urbanisation, conçu pour parvenir à une approche équilibrée entre la protection du littoral contre les changements climatiques, et l’érosion côtière causée par l’activité humaine et le développement socio-économique. Elle vise à réduire la pauvreté en codifiant légalement un plan intégré de gestion des côtes. Pourtant, on est encore loin des objectifs recherchés, car les préconisations peinent à être appliquées.

47En dépit de l’absence d’un plan intégré, plusieurs organismes sont impliqués dans la gestion des espaces côtiers. Il s’agit des départements ministériels et agences concernés par la planification de l’exploitation des terres, l’environnement et les établissements classés, l’eau et les forêts, le tourisme, la pêche, les ports et la protection civile. La zone côtière comprend sept régions administratives. Plusieurs projets existent, entre autres, la planification de la zone côtière pour le tourisme durable et l’environnement (Cazes et Lanquar, 2001). Mais à ce stade, la planification de la zone côtière nécessite une approche coordonnée, prenant en compte les ressources actuelles, les changements futurs et les besoins des différents secteurs et communautés, en vue de parvenir à leur durabilité économique, sociale et environnementale.

48Les plans touristiques doivent être conformes et intégrés au Plan national d’Aménagement des Terres (PNAT), élaboré par l’Agence Nationale d’Aménagement des Terres (ANAT). Ce plan est un outil d’impulsion du développement économique et social du pays. Il inclut les Plans d’Action générale d’Aménagement des Terres et régionale d’Aménagement des Terres pour les quatorze régions du Sénégal. Le Conseil Interministériel d’Aménagement des Terres (CIAT) évalue et approuve les propositions de planification, y compris les propositions de plans physiques de développement du tourisme.

49Désormais, la gestion environnementale des ressources naturelles est une compétence transférée du niveau national au niveau local, et prévue par les Plans de Développement locaux gérés par les autorités locales (MEPE, 1999). Mais, il est urgent que les différents acteurs travaillent ensemble pour parvenir à un consensus, et mettent en œuvre le plan de gestion de la zone côtière qui définit les actions de gestion, en même qu’ils doivent traiter des problématiques spatiales et orienter le développement dans le cadre d’une économie plurielle.

5. Repenser le tourisme : des ressources littorales à préserver durablement

50Le tourisme est souvent considéré comme une voie rapide pour le développement, véritable moteur de croissance au niveau national et local (Bensahel et Donsimoni, 2006)). Partant de ce constat, le gouvernement du Sénégal a déployé et encouragé cette activité pour favoriser le développement économique et réduire la pauvreté. Dans ces conditions, c’est un truisme de rappeler que les lourdes implantations touristiques à Saly affectent négativement l’un des volets majeurs de l’économie nationale. Il convient alors d’envisager comment les jeux des acteurs entraînent des évolutions hiératiques (Magnan, 2008), et un risque permanent lié au développement de l’activité économique touristique dans cet espace côtier, en provoquant sa propre destruction (Bachimon, 2006). Des programmes insuffisamment planifiés et mal gérés affectent gravement les habitats et les écosystèmes fragiles, la diversité biologique, et le patrimoine environnemental et culturel des populations d’accueil (Cazes et al., 2001).

51La croissance spectaculaire de la population de Saly génère, outre une artificialisation et un mitage des paysages, des pressions sur les ressources en eau et sur les milieux naturels (PANA, 2005). Jusqu’où peut dans ce cas s’étendre la crise ? Pour y répondre, il faut signaler que le tourisme à Saly a certes un impact positif sur l’économie locale (OMT, 2003), mais a entraîné de forts impacts négatifs et de profondes inégalités sociospatiales (Diouf, 1987). Sous cet angle, comment renforcer la politique, ainsi que les modes de gouvernance et de gestion du tourisme dans sa globalité, au Sénégal, pour assurer la durabilité du secteur ?

52Le secteur touristique est très important pour l’économie sénégalaise, particulièrement sur la côte où est située la majorité des destinations (OMT, 2003). L’engagement du gouvernement dans ce secteur prioritaire est affirmé dans les politiques touristiques globales et détaillées élaborées, de même que dans les politiques environnementales liées au tourisme. La durabilité, cruciale pour la gouvernance, est clairement mentionnée dans tous les documents de politiques publiques (OMT, 2006).

53La politique actuelle est élaborée à échéance de cinq ans, au terme desquels elle devra être évaluée et adaptée. Jusqu’à présent, toutefois, le document original n’a pas été mis à jour. Après quatre décennies de développement touristique, la préservation de l’environnement fait face aux fortes préoccupations permanentes des acteurs concernés par la survie de Saly. Au vu des impacts négatifs sur l’environnement, il est capital de changer de paradigmes en remettant en cause les données structurelles. Sur ce plan, le gouvernement, conscient des erreurs passées, entend désormais inscrire sa politique de gestion du tourisme dans une direction nouvelle, qui prenne davantage en considération les communautés locales et préserve de manière durable les ressources naturelles et l’environnement (OMT, 2006).

54On peut en outre accorder une plus grande attention à l’assise de cette nouvelle orientation, figurant dans la Charte sénégalaise du tourisme élaborée en 2003. Ce document de référence, qui constitue un point d’appui des politiques touristiques en vigueur, a été fortement influencé par le Code éthique mondial du Tourisme de l’OMT. Il définit clairement les responsabilités et les missions du ministère en charge du tourisme et celles des organismes du secteur privé, et dispose que les populations locales doivent être impliquées dans les activités touristiques. Il prescrit la création d’un Conseil de haut niveau sur le tourisme, comme organe consultatif chargé de traiter les questions liées au tourisme, et le partage d’informations, de même que des recommandations sur les programmes et activités de recherche dans le secteur.

55La charte sénégalaise du tourisme détermine, par ailleurs, les lignes directrices d’un développement durable et équitable. Elle formule clairement, dès ses premières lignes, une vision commune et partagée, afin d’assurer une meilleure gestion des ressources naturelles, garantissant à la fois un bon fonctionnement et une préservation de l’écosystème du littoral (Butler, 2003). À l’inverse, elle n’intègre pas véritablement la planification de l’urbanisation littorale ni le respect de l’environnement. Par conséquent, pour sortir de ces difficultés, il est indispensable de mettre en place de nouvelles structures d’aménagement touristiques, et de favoriser un partenariat (groupe de planification pour la gestion des ressources naturelles) entre tous les acteurs du développement du territoire, afin de valoriser les bonnes pratiques de développement intégré en définissant clairement les modalités de participation et de prise de décision (Violier, 2008). À ce titre, l’adoption de nouveaux modes de production et de consommation durables, pour répondre aux nouveaux besoins du secteur touristique, est à la fois essentielle et impérative pour le processus d’élaboration des politiques (Violier, 1999). En somme, il s’agit de déterminer le cadre d’action d’aménagement pour le développement touristique durable de la Petite Côte en général, et de Saly en particulier, en prenant en compte la diversité des environnements côtiers (Diombéra, 2010).

56En outre, il est nécessaire de prendre des mesures draconiennes afin d’intensifier la lutte contre la dégradation de l’environnement et des ressources naturelles eu égard aux conventions internationales. Il s’agit, dès lors, de mieux réguler cette activité qui a tendance à échapper à la maîtrise des professionnels et de l’État et à évoluer en dehors de tout cadre réglementaire. À cette fin, il convient d’élaborer une charte nationale d’aménagement du territoire, qui fixe les orientations privilégiées d’un développement à long terme, les compétences respectives des acteurs, et les moyens techniques, juridiques et financiers destinés à les mettre en œuvre (CNDD, 2002).

57De fait, les aspects durables de ces politiques touristiques ne sont pas toujours appliqués. Au vu de ce constat, il est urgent et indispensable de renforcer les capacités institutionnelles et techniques des acteurs qui mettent en œuvre les actions de conservation de l’environnement et des ressources naturelles (Weber et al., 1990). La sauvegarde et le maintien de la productivité et de la biodiversité des écosystèmes particuliers passent par leurs meilleures restauration et gestion, via le reboisement des forêts de mangrove, le développement de réserves de biosphère, l’implantation d’aires protégées, cela en étroite collaboration avec les communautés locales. L’enjeu décisif est en l’occurrence de parvenir à assurer le transfert de responsabilité du développement du tourisme aux autorités locales, et de créer une dynamique locale autour d’elles. To date local development plans can only be formulated through higher levels of administration. À ce jour, les plans de développement ne sont toujours élaborés qu’aux échelons élevés de l’administration. Local authorities that want to support the development of tourism in their area must rely on the Regional Tourism Service. Les autorités locales qui souhaitent soutenir le développement du tourisme dans leur aire de compétence ne peuvent agir qu’avec l’intervention du service régional du tourisme.

58Au cours des investigations de terrain, les acteurs interrogés ont identifié de nombreuses questions en suspens, qui nécessitent d’être réglées. Ainsi, les aspects fondamentaux à prendre en compte au plan national se situent à deux niveaux. Ils concernent, d’une part, l’amélioration de la gouvernance, par le biais de la coordination interministérielle, de l’implication des différentes catégories d’acteurs, et du renforcement du dispositif juridique ; d’autre part, la durabilité du tourisme littoral, à travers la planification des zones côtières, la réglementation et le suivi, la responsabilité environnementale et sociale des entreprises touristiques. Les informations recueillies ont permis de retenir que la planification spatiale apparaît dès lors comme un « nouveau » moyen d’organiser, de façon intégrée et durable, les usages drastiques de l’espace maritime et côtier, et de réguler les conflits d’usages afin d’équilibrer les besoins socioéconomiques et environnementaux.

59Ce sont là autant de facteurs qui, dans le cadre de la dynamique de la gouvernance économique locale, entraînent une meilleure intégration « entreprise-territoire », gage de durabilité de l’implantation des entreprises et de la performance économique pour le territoire (Violier, 1999). Aujourd’hui, en matière de choix des sites de localisation des entreprises, la qualité de l’organisation territoriale est de plus en plus prise en considération par les investisseurs (Vlès, 1996). Les facteurs géographiques, économiques et financiers ne sont pas les seuls qui influencent les décisions d’implantation des entreprises sur un territoire ; il convient de prendre en compte d’autres facteurs territoriaux, de nature institutionnelle ou sociale, qui impactent directement l’attractivité des destinations (Godard, 1999).

Conclusion

60Le littoral sénégalais se caractérise par la diversité de ses activités économiques, où le tourisme occupe une place de choix dans la dynamique socioéconomique et spatiale. D’un côté comme de l’autre, cette activité a joué un rôle fondamental dans son peuplement et sa dynamique territoriale (Diop, 1986). Ceci a fini par accentuer la pression sur l’environnement et les ressources naturelles, avec des pratiques d’aménagements souvent irrationnelles qui aboutissent le plus souvent à une dégradation ou destruction du potentiel des ressources disponibles (Hrubech, 2003).

61Même si le Sénégal ambitionne de promouvoir un tourisme éthique responsable, compétitif et contribuant durablement à son émergence économique (OMT, 2006), l’absence de politique de planification et de gestion touristique intégrée retarde sa relance. Certes, la zone littorale est confrontée à diverses contraintes, résultant de la forte concentration de populations, ainsi qu’à l’intensification d’activités économiques surtout industrielles et touristiques (Violier, 2008). Cette situation est aggravée par la rapidité de la croissance urbaine, qui a entravé une planification urbaine efficiente de l’environnement de l’espace littoral (Sanakho, 2002). C’est dans cette situation sens que se trouve Saly, qui connaît un essor touristique accéléré qui perturbe le cadre de vie traditionnel et l’environnement.

62Dans ce contexte, le retard pris dans la mise en œuvre d’une réelle politique de l’environnement, en général, à Saly en particulier, doit être pallié par la réalisation d’une réelle politique d’aménagement des zones touristiques, par la Sapco, pour pouvoir freiner les dangers dénoncés (Diombéra, 2010). Ceci suppose la mise en œuvre effective et intégrale de la loi littorale. La gestion intégrée du littoral constitue à cet égard l’une de ses principales composantes et, partant, de ses priorités (Bille, 2006).

63Celle-ci s’impose pour intégrer les pratiques touristiques dans les processus de développement durable de Saly (Merlin, 2001). Pour y parvenir, ceci suppose avant tout la participation et l’implication de la population dans les processus en cause. Il convient donc de souligner que la croissance durable du tourisme est possible, et peut jouer un rôle central dans le succès de la station balnéaire de Saly, pour autant que l’on mobilise l’ensemble des acteurs du développement autour d’un objectif commun qui permette de renforcer les impacts économiques du tourisme, tout en garantissant la protection de l’environnement.

64Il est symptomatique, à cet égard, que, très récemment, en janvier 2021, un appel d’offres ait été lancé par l’AID Association internationale du Développement/Banque mondiale), en matière d’assistance technique, aux fins d’appuyer l’exécution du plan d’action pour la mise à niveau environnemental et social et de renforcer les capacités décisionnelles, techniques et opérationnelles des décideurs et du personnel dédié de la SAPCO-Sénégal, en étroite collaboration avec l’expert environnementaliste mis à disposition par le Projet de Développement du Tourisme et des Entreprises (PTDE), dans le double but de déployer une stratégie d’adaptation et de résilience des infrastructures touristiques, mais aussi de positionner la valorisation du capital naturel comme un avantage concurrentiel. Il s’agit en l’occurrence de remettre à niveau les stations balnéaires de Saly Portudal et de Cap Skirring qui sont aujourd’hui confrontées à une baisse de fréquentation à cause des pertes de plages, de la vétusté des infrastructures et des nouvelles tendances touristiques (écotourisme, tourisme responsable, etc.). Cette situation a eu des effets négatifs sur la Destination Sénégal avec des pertes socio-économiques conséquentes, en particulier pour la station de Saly.

65L’aménagement ou la mise en tourisme des nouveaux espaces de diverses natures nécessitent donc une prise en charge spécifique des réalités socio-économiques et écologiques de chaque zone d’intérêt touristique. Cette exigence d’adéquation aménagement touristique/milieu social est une des missions confiées aux six délégations régionales qui ont été créées pour mieux répondre, dans le cadre de la territorialisation des politiques publiques, au besoin de mise en valeur des potentialités touristiques du pays.

Haut de page

Bibliographie

Bachimon P. (2006). « Tourisme et identité : un rapport ambigu », in J-M. Furt et F. Michel (dir.), Tourismes & identités, Paris, L’Harmattan, « Tourismes et sociétés » : 15-26.

Bensahel, L. et M. Donsimoni (dir.) (2006). Le tourisme facteur de développement local, Grenoble, Presses Universitaire de Grenoble.

Bille, R. (2006). « Gestion intégrée des zones côtières : quatre illusions bien ancrées ». Vertigo, 7(3) : 12.

Boujrouf, S. (2005). « Tourisme et aménagement du territoire au Maroc : quels agencements ? », Téoros, 24-1. URL : http:// teoros.revues.org/1490

Butler R. W. (1993). « Tourisme – une perspective évolutive », in JG Nelson, R. Butler et G. mur (Éd.), Tourisme et développement durable : suivi, la planification, la gestion, Département de géographie, publication n° 37, Université de Waterloo, Ontario : 27-43.

Cabasset-Semedo, C. (2007). « Initiatives locales, politique nationale et organisations internationales : les enjeux du tourisme au Timor oriental », Hérodote, 4 (127) : 178-189.

Cazes, G., R. Lanquar et Y. Raynourd (2001). L’aménagement touristique et le développement durable, Paris, PUF, 5e éd., Coll. « Que sais-je ? », 128 p.

Cazes G. (1992). Fondements pour une géographie du tourisme et des loisirs, Paris, Bréal.

Cazes, G. (1992). Tourisme et Tiers-Monde. Bilan controversé, Paris, L’Harmattan, 207 p.

Cazes, G. (1989). Les nouvelles colonies de vacances ? Le tourisme international à la conquête du Tiers Monde, Paris, L’Harmattan.

Ciss, G. (1983). Le développement touristique de la Petite-Côte sénégalaise, Thèse 3e cycle en géographie, Université de Bordeaux III.

Corlay, J.-P. (1995). « Géographie sociale, géographie du littoral ». Norois Vol. 42, n° 165 : 247-265.

CNDD (2002). « Un document de stratégie préparation et participation au Sommet mondial sur le Développement durable », Bruxelles.

Dehoorne, O. et A.K. Diagne (2008). « Tourisme, développement et enjeux politiques : l’exemple de la Petite Côte (Sénégal) », Études caribéennes, 9-10, dossier « Le tourisme dans les îles et littoraux tropicaux et subtropicaux ». URL : http://etudescaribeennes.revues.org/document1172.html

Dehoorne, O. (2006a). « L’avènement du tourisme de masse sous les tropiques. Éléments de réflexion sur les enjeux touristiques dans l’espace caribéen », Études caribéennes, n° 4 : 41-50. DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.733

Dehoorne, O. (2006 b). « Tourisme et accès aux ressources dans les petites îles de la Caraïbe », Études caribéennes, 5. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/275 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.275

Diombéra, M. (2010). Aménagement et gestion touristique durable du littoral sénégalais de la Petite Côte et de la Basse Casamance, Thèse de doctorat en Tourisme, Université Gaston Berger, Saint-Louis (Sénégal).

Diombéra, M. (2012). « Le tourisme sénégalais à la recherche d’une nouvelle identité », Téoros, 31(2) : 21-30.

Diombéra, M. (2013).  « Tourisme et développement local : vers une redéfinition des relations au niveau de la Petite-Côte sénégalaise ? », Études caribéennes, 26. DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.6736

Diombéra, M. (2017a). « Le développement touristique et l’occupation des espaces littoraux : quelles enjeux pour les territoires de la Petite Côte sénégalaise ? », Études caribéennes, 36. DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.10778

Diombéra, M. (2017b). « Le tourisme sénégalais à l’épreuve du développement durable : enjeux et perspectives de l’écotourisme », dans Itinéraires du droit et terres des hommes, Mélanges offerts à J.-M. Breton, Éd. Mare & Martin, Paris : 575-588.

Diop A. (1986). L’organisation touristique de la Petite-Côte sénégalaise et ses rapports avec les autres formes d’occupation de l’espace, Thèse de 3e cycle, Université de Montpellier II.

Diouf, B-S. (1987). Le tourisme international : étude géographique de son impact sur la Petite Côte et en Basse-Casamance (Sénégal), Thèse de 3e cycle, Université Cheikh Anta DIOP.

Équipe MIT (2002). Tourismes 1. Lieux communs, Paris, Belin.

Faye, P. (2005). « Paupérisation des populations locales par le tourisme international de masse : Quelle interaction entre le DSRP et les politiques touristiques au Sénégal », Le Journal, lundi 13 juin, p.18.

Foucher, M. (1991). Fronts et Frontières : Un tour du monde géopolitique, Paris, Fayard, chap. 5, 6 et 7 : 165-244.

Godard, O. (1999). « Sur l’éthique, l’environnement et l’économie. La justification en question », Cahiers du Laboratoire d’économétrie de l’École polytechnique, Paris.

Hrubesch, C. (2003). « L’Écologie face au tourisme », Symposium les 9 et 10 octobre 2002, Aldiana Sénégal

Knafou, R. (1992). « De quelques rapports souvent contradictoires entre tourisme et environnement », Actes du colloque Tourisme et Environnement, Paris, La Documentation Française : 16-23.

Lindberg, K. et R.M. Huber (1993). Économique dans la gestion de l’écotourisme », in K. Lindberg et D. Hawkins (dir.), « Un guide pour les planificateurs et les gestionnaires de Bennington, VT : Ecotourism Society: 82-115.

Magnan, A. (2008). « L’espace littoral a-t-il toujours de la valeur ? Réflexion à partir du cas de l’île de Saint-Martin », Norois, 206(1) : 37-52.

Merchadou, C. (2001). La promotion de la protection de l’environnement et du développement durable en matière de tourisme, Paris, SET.

Merlin, P. (2001). Tourisme et aménagement touristique : des objectifs inconciliables ?, Paris, La Documentation Française.

Metzger, P. (1994). « Contribution à une problématique de l’environnement », Cahiers des Sciences humaines, 30 : 595-619.

Ministère de l’Environnement et de la Protection de l’Environnement (1999). « Stratégie na-tionale de mise en œuvre de la convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques », Dakar, MEPE. http://extwprlegs1.fao.org/docs/pdf/Sen181514.pdf

Ministère du Tourisme et des Transports aériens (2007). Bulletin des statistiques touristiques, Direction des Études et de la Planification, Dakar.

Miossec, A. (1998). Les littoraux entre nature et aménagement, Paris, Sedes.

OMT (2003). « Étude d’impacts du tourisme sur l’Économie sénégalaise », Madrid, Rapport final (SEN 01/002).

OMT (2006). « Mécanismes de gouvernance et de gestion du tourisme durable dans les zones côtières », Madrid, rapport final.

PANA (2005). « Secteurs Ressources en Eau, Agriculture et Zone côtière », Dakar, rapport final.

Paskoff, R. (2007). L’érosion des plages : les causes, les remèdes, Paris, Monaco, Édition de l’Institut océanographique.

Picard, M. (1995). Tourisme culturel et culture touristique à Bali, Paris, L’Harmattan.

Sacareau, I. et L. Vacher (2001). « La mise en tourisme des lieux et des espaces, processus, périodisations et variations régionales », in Actes des 27e journées de la Commission nationale de Géographie du Tourisme et des Loisirs, mai 2000, La Rochelle.

Sacareau, I. et M. Stock (2003). « Qu’est-ce que le tourisme », in M. Stock (dir.), Le tourisme : Acteurs, lieux et enjeux, Paris, Belin.

Sanakho, I. (2002). Évaluation environnementale du tourisme, Dakar.

Urbain, J-D. (1994). Sur la plage, mœurs et coutumes balnéaires (XIXe-XXe siècle), Paris, Payot.

Vles, V. (2001). Service public touristique local et l’aménagement du territoire, Paris, L’Harmattan, Logiques sociales.

Violier, P. (2008). « Dynamiques du tourisme le long des côtes atlantiques », Norois, 206(1) : 7-8.

Violier, P. (1999). « Les acteurs du système touristique et leurs logiques spatiales », in P. Violier (dir.). L’espace local et les acteurs du tourisme, Presses universitaires de Rennes.

Violier, P. (2001). « La mise en tourisme vue par les géographes », in I. Sacareau et L. Vacher L (dir.), La mise en tourisme des lieux et des espaces, processus, périodisations et variations régionales, La Rochelle, LET-OTELO : 15 -22.

Weber, J., J.-M. Betsch et P.Cury (1990). À l’interface Hommes-Nature : les ressources naturelles renouvelables, CNRS Programme Environnement.

Haut de page

Notes

1 Elle s’inscrit, notamment dans celles de notre précédente étude

2 Il s’agit en l’occurrence des thèses d’A. Diop (1986). « L’organisation touristique de la Petite-Côte sénégalaise et ses rapports avec les autres formes d’occupation de l’espace » (Thèse de 3e cycle). Université de Montpellier II, 290 p. ; de G. Ciss (1983). « Le développement touristique de la Petite-Côte sénégalaise » (Thèse de 3e cycle en géographie). Université Bordeaux III ; et de B.S. Diouf (1987). « Le tourisme international : étude géographique de son impact sur la Petite Côte et en Basse-Casamance – Sénégal » (Thèse de 3e cycle). Université Cheikh Anta Diop

3 Il s’agit notamment de la Stratégie de Croissance accélérée (SCA), du Documents de Stratégie pour la Réduction de la Pauvreté I (DSRP I), 2001-2005 et (DSRP II), 2006-2010, du Document de Politique économique et sociale (DPES), 2011-2015, et du Plan Sénégal Emergent (PSE).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Plan d’aménagement de Saly
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/19388/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Titre Photographie 1. Restaurant de résidence sur le rivage
Crédits Source : photo de l’auteur (2013)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/19388/img-2.png
Fichier image/png, 864k
Titre Photographie 2. L’érosion côtière à Saly
Crédits Source : photo de l’auteur (2013)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/19388/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Photographie 3. Dépôts sauvages autour de la station de Saly Portudal
Crédits Source : photo de l’auteur (2013)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/19388/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0M
Titre Photographie 4. Hôtel construit sur le rivage à Saly
Crédits Source : photo de l’auteur (2019)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/19388/img-5.png
Fichier image/png, 640k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mamadou Diombera, « Dynamique territoriale et développement touristique : quelles stratégies environnementales durables à Saly (Petite Côte, Sénégal) ? », Études caribéennes [En ligne], 6 | Décembre 2020, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 09 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/19388 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.19388

Haut de page

Auteur

Mamadou Diombera

Enseignant-Chercheur – Département Tourisme, Université Assane SECK-Ziguinchor (Sénégal), mdiombera@univ-zig.sn

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search