Navigation – Plan du site

AccueilHors-série6Du tourisme et de l’environnement...

Du tourisme et de l’environnement en Afrique : mariage de raison ou relation d’intérêt ?

Tourism and the Environment in Africa: Marriage of Convenience or Relationship of Interest?
Turismo y medio ambiente en África: matrimonio de conveniencia o relación de intereses?
Mimoun Hillali

Résumés

L’Afrique est perçue comme un continent à la fois riche et pauvre, ou plutôt appauvri. Or, du fait de l’amélioration de l’économie de certains pays, elle commence à intéresser chercheurs, économistes, hommes d’affaires et investisseurs touristiques. Y voient-ils un futur Eldorado ou juste un filon juteux ? À l’évidence, un bon nombre de courtisans de ce continent prometteur, mus par des intérêts mercantiles en majorité, ne voient dans ce progrès annoncé que son côté matériel : des terres riches occupées par des populations pauvres. Pourtant, au-delà des apparences perçues lors d’un séjour touristique éclair, ce berceau de l’humanité est intrinsèquement riche par sa dimension humaine, sa diversité culturelle, sa biodiversité exceptionnelle et, enfin, par la richesse de son sous-sol qui suscite les convoitises des grandes puissances. Mais il est vrai aussi que cette partie du monde est relativement pauvre du point de vue économique, technologique et infrastructurel ; d’où la cohabitation entre un immense héritage séculaire et une modernité naissante, mal assimilée. Ce dualisme « exotique » a fait naître deux courants de pensée : les adeptes de la sauvegarde des legs du passé, et les partisans du développement moderne.
Qu’en est-il du tourisme ? Recherché pour ses apports et craints pour ses impacts, il peine à se faire une place au soleil de l’Afrique

Haut de page

Texte intégral

Introduction

Mangez avec le riche et allez jouer avec le pauvre qui est capable de joie.
L. P. Smith (1865-1946)

1Le tourisme a entamé son décollage après la Seconde Guerre mondiale et connaît un essor soutenu. Une consultation rapide des statistiques de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) laisse croire qu’il a connu une évolution sans entraves. Mais en prenant le temps nécessaire pour les analyser, on constate que celles-ci révèlent une série de crises périodiques plus ou moins graves, inaugurées par le choc pétrolier de 1973. Cette dernière a été aggravée par des tensions géopolitiques dues en grande partie à la guerre froide. Des heurts, des complots et des conflits entre l’Est et l’Ouest, attisés par les États-Unis et l’Union soviétique à l’époque, ont impliqué les pays du Sud, par procuration, dans des rivalités qui ne les concernaient pas.

  • 0 Au risque de choquer, il est nécessaire de faire une distinction entre le terrorisme informel (grou (...)

2Après la chute du Mur de Berlin, en 1989, l’alternance des guerres et des attentats terroristes0 a donné un goût amer au triomphe de la mondialisation. Malgré tout, celle-ci s’est avérée propice au tourisme. En dépit de quelques périodes difficiles, il se montre résilient et s’internationalise ; il passe de 50 millions de touristes en 1960 à 1,4 milliard en 2018.

3Historiquement, l’industrie des voyages a connu de façon cyclique quelques époques maigres et des périodes fastes inaugurées par les Trente glorieuses (1946-1975). À la fin du siècle dernier, les progrès de la technologie, à commencer par le digital et la téléphonie, ont permis au tourisme de se hisser au rang des activités mondiales les plus en vue. On peut dire, à quelques exceptions près, que les pays africains n’ont pas profité de ces progrès pour soutenir le rythme imposé à la planète par la mondialisation, dans ce qui ressemble à une marche forcée. L’Afrique est la région qui a le plus souffert des secousses dues à la guerre et au terrorisme, sans pour autant profiter des avantages dispensés par les périodes de répit et d’abondance favorables aux autres continents. Par ailleurs, du point de vue économique et technologique, la situation du continent africain contredit les nombreuses promesses d’aide au développement et de transfert de technologie faites par les grandes puissances aux pays en développement au lendemain des indépendances.

4Mouvement social et sociétal par excellence, le tourisme a contribué à l’amélioration des économies, à la réorganisation des espaces, et surtout à la transformation des cultures de nombreux pays du monde. Bonnes ou mauvaises, ces mutations ont agi sur les comportements dans les pays émetteurs (société de consommation) et sur les cultures dans les pays récepteurs pauvres (effet d’imitation). Mais à dire vrai, le tourisme n’est pas le seul responsable de ces changements, même s’il y a joué un grand rôle là où la mode (besoin de paraître) ou la frustration (mimétisme valorisant) ont fait la part belle aux apparences.

5Aujourd’hui, la remise en question d’une partie de ces comportements, en Afrique, sous l’égide de la religion, de la culture et/ou de l’identité, s’exprime par des revendications floues, diverses et hétéroclites. Le malaise aidant, cette remise en question gagne du terrain à cause des inégalités flagrantes, dues en grande partie à la mauvaise gouvernance (dictature), à l’instabilité politique (coups d’État), à la rivalité insensée (guerres intestines) et récemment au terrorisme. C’est sûrement la somme de tous les espoirs déçus qui fait, de nos jours, une place démesurée aux regrets qui s’expriment périodiquement par la colère.

6Alors, de quelle sauvegarde le tourisme est-il capable à l’ère de l’intelligence artificielle et de la mondialisation galopante ?

1. Éléments de problématique générale : l’Afrique séduit, mais elle fait peur !

  • 0 Les jeunes Africains se plaisent à dire aux touristes pressés : « Vous avez l’heure, nous avons le (...)

7Des cinq continents, l’Afrique est sûrement celui qui évoque, pour tout voyageur passionné de découverte et de dépaysement, un cocktail de perceptions et d’images sensationnelles. Mais, derrière ce foisonnement de représentations de rêves, qui invitent au voyage, se profilent d’autres sentiments qui découlent, eux, des réalités du terrain faites de besoins, d’épidémies, de conflits, etc. Cet amalgame de charmes attrayants et de discrédits répulsifs évoque, pour l’étranger, un mélange d’admiration, de désolation et d’appréhension qui finissent par refroidir l’enthousiasme du touriste potentiel. C’est que les avis et les impressions que suggère la simple évocation de l’Afrique renvoient à l’image d’un continent à facettes multiples où tout est possible, mais où rien n’est sûr ! Pour toutes ces considérations, il est nécessaire, en ce temps de grands fléaux, de débattre des atouts et des contraintes de ce merveilleux continent où chacun voit midi à sa porte, sans se soucier de la véritable notion des temps0 qui courent. Et la question récurrente revient avec insistance : quel tourisme pour quelle Afrique ?

1.1. Une offre originelle et un potentiel exceptionnel

8Avant de tenter de répondre à cette question, il convient de rappeler brièvement les raisons d’une grande admiration derrière laquelle se cache une crainte latente. Pour ce qui est de l’admiration, on peut citer au moins deux bonnes raisons :

    • 0 Cf. Lucy, découverte en Éthiopie en 1974, et Toumaï, découvert au Tchad en 2001.
    • 0 « L’évolution de l’homme (sur la trace des primates et des premiers hominidés) », in L’encyclopédie (...)
    • 0 Slogan publicitaire du tourisme en Éthiopie : « Espace ou Terre des origines »
    • 0 « La colonisation est plus que la domination d’un individu par un autre, d’un peuple par un autre, (...)
    • 0 J.-P. Garnier, loc. cit., p. 22

    Il y a d’abord une certaine fascination par et pour cette terre mythique qui s’est avérée sur le tard, preuves scientifiques à l’appui, être le berceau de l’humanité ; autrement dit, le foyer qui a vu naître les tout premiers êtres humains, il y a environ 7 millions d’années0. « Les preuves fossiles, génétiques et archéologiques indiquent que l’Afrique est la terre natale de notre espèce0. » Terre d’apparition des premiers ancêtres de l’Homme (cf. Land of origins0), avant d’essaimer et de peupler la planète, cette particularité exceptionnelle constitue un événement digne d’une grande considération ou du moins d’un légitime respect en hommage à la terre mère. Mais c’est plutôt le contraire qui s’est produit tout au long des cinq derniers siècles : esclavage, colonisation et terrorisme. Plus près de nous, le colonialisme a fait preuve, avec conscience, d’une grande barbarie au nom de la civilisation0. « C’était, en effet, encore la belle époque des expositions et des expéditions coloniales, où les plumitifs chargés de couvrir la “mission civilisatrice de l’Occident” pouvaient évoquer sans complexe les séductions exotiques de ces contrées lointaines, que les armées s’employaient à pacifier de la manière que l’on sait. Et chacun de rivaliser en complaisances esthétisantes pour imprimer un cachet “artistique” aux particularités des lieux qui servaient de décor, et surtout d’écran, à la sordide réalité de la “présence” de la puissance tutélaire0. » C’est aussi à cette époque que les premiers « touristes » (explorateurs scientifiques, éclaireurs coloniaux, voyageurs mercantiles…) ont arpenté le sol africain en long et en large, en mettant leurs pas dans les traces encore fraîches des négriers guidés par l’instinct de prédation.

  • Outre la terre natale originelle, il y a aussi la fascination et l’enthousiasme que suscite la qualité de la biodiversité (faune, flore, paysage). Ce qui a fait dire à certains observateurs, au début du boom touristique des années 1960, que l’Afrique constitue pour le tourisme un repère existentiel, à la fois socioculturel et biologique de plein air, libre d’accès, en référence à ses infrastructures et aménagements embryonnaires. Mais pour d’autres, ce potentiel, bien protégé par l’enclavement du continent, est une réserve de biosphère pour la planète au même titre que l’Amazonie, les pôles, et les montagnes de l’Himalaya. Cet immense legs naturel est agrémenté par la diversité de patrimoines, de cultures, de coutumes et d’us, qualifiés à l’époque d’« art primaire ». Il semble qu’à cette époque une poignée de pseudo-scientifiques ne faisaient pas la différence entre l’Africain et « l’animal », le « sauvage » de la période coloniale, « le primitif » des explorateurs du temps des grandes découvertes.

9C’est pour ces raisons que ceux qui connaissent la réalité du continent attirent l’attention sur un autre problème dû, lui, à l’impact néfaste de la pauvreté sur la population et l’environnement ; c’est notamment le cas de la chasse clandestine et du braconnage intensif : trafic d’ivoire, de cornes de rhinocéros, d’oiseaux exotiques, de pierres précieuses et de certains reptiles. Suite à l’explosion démographique et au retard économique, l’Afrique risque de dilapider ses richesses sans se développer. Ces cris d’alarme renvoient dos à dos les protecteurs de la nature et les défenseurs du capital, en rappelant les dangers de l’immobilisme protecteur, mais stérile, et ceux d’une mise en tourisme motivée par la recherche du gain facile ou de la rentabilité à tout prix.

1.2. L’originalité de l’Afrique à l’épreuve de la géopolitique

10Les expériences du passé ont prouvé à tous les intervenants et acteurs du tourisme que, malgré la richesse et la variété d’un patrimoine séculaire, le tourisme africain n’a jamais atteint les objectifs escomptés, en dépit des promesses des années d’euphorie (1960-1970). Toujours à la traîne depuis un demi-siècle, le continent n’a reçu que 67 millions de touristes en 2018, soit 5 % seulement des flux mondiaux qui, eux, s’élèvent à plus de 1,4 milliard de touristes (statistiques OMT). Quant aux recettes, elles s’élèvent à peine à 38 milliards US$, ce qui représente un résultat médiocre.

  • 0 Pour de plus amples informations, voir les cartes de l’OMT à propos de l’Afrique et du Moyen-Orient (...)

11Il n’en demeure pas moins que ces chiffres, déjà dérisoires au regard d’un continent très vaste (30 millions de km²), ne reflètent pas la réalité géographique d’une Afrique en mal d’unité ; ne serait-ce qu’au niveau du principe, ces données nécessitent une mise à jour sereine et objective pour les débarrasser des résidus géopolitiques hérités du début du xxe siècle (1916-1922) et de la guerre froide (1947-1989). Où se situe alors le problème ? Il est dans le découpage du monde en régions et sous-régions touristiques, conçu par l’OMT et fondé sur une approche dépassée du monde actuel. Par une sorte d’amputation géospatiale, l’Égypte (11,34 millions de touristes et 11,61 US$ de recettes en 2018) et la Libye (qui connaît sa dixième année blanche en matière de tourisme), sont « éjectées » de l’Afrique et rattachées au Moyen-Orient0.

12Et, comme par miracle, le Soudan, limitrophe de la mer Rouge, est venu renforcer les pays du Maghreb, pour une raison qui échappe à la réalité africaine. Autre « miracle », l’État d’Israël (4,12 M de touristes et 7,24 milliards US$ de recettes en 2018), bien situé, lui, au cœur de ce fameux Moyen-Orient, est rattaché à l’Europe !

13Après cette mise au point, nécessaire à la durabilité de l’intégrité géographique de l’Afrique, revenons à notre sujet.

2. Il était une fois, le tourisme en Afrique… Quand le rêve se heurte à la réalité

  • 0 E. Lumobozo-Ronco, Exotisme tout confort. LMD, août 1980, p. 22, in Dossier Le tourisme dans le tie (...)
  • 0 F. Ascher, « Dans la logique de l’intégration mondiale », LMD, 08.1980, p. 22

14Les propos alléchants des promoteurs et des acteurs du tourisme des années 1960 ont suscité beaucoup d’espoir dans les pays du Sud. Nombre d’écrits rappellent par leur enthousiasme l’épopée de la conquête de l’Amérique… autrement, pacifiquement. « “La route des alizés, le tour du monde et les mers du Sud, les royaumes de l’Himalaya, l’île de Pâques et l’Amérique latine, Hongkong, Bali”… : ces circuits touristiques proposent à la fois “l’insolite, l’original, l’authentique et la qualité”. Exotisme et évasion, mais dans le confort et la sécurité0. » D’autres éloges excessifs ne reflètent pas la réalité, à croire que certains slogans ont été suggérés aux annonceurs par les pouvoirs en place afin de donner des gages au nationalisme hérité de la lutte pour l’indépendance. Des écrits osés, très rares c’est vrai, sont allés jusqu’à célébrer les bienfaits d’un certain retard qui protégerait les merveilles du patrimoine naturel et culturel africain. Il faudrait en conséquence saisir l’occasion pour se demander à qui profite le sous-développement des peuples qui marchent pieds nus sur des terres gorgées de pierres précieuses. « Aux pays riches de fournir les investissements et les clients nécessaires : il semblait naturel et logique que ceux-là mêmes qui profitent de l’inégale répartition des richesses contribuent à financer, dans ce domaine également, la lutte contre la misère. Une autre présentation idyllique voulait que les voyages ainsi multipliés facilitent le rapprochement entre les peuples. Espoirs démesurés sans doute. Encore une fois, les déséquilibres hérités du passé, au Sud, ont raison de la rhétorique utilisée au Nord0. » 

  • 0 M. Berriane, Tourisme national et migrations de loisirs au Maroc. Université. Mohamed V. Publ. Fac. (...)

15Les pays africains « libéraux » ont commencé à développer le tourisme au milieu des années 1960. N’ayant pas d’expérience dans ce domaine, ils ont fait appel à des bureaux d’études étrangers ou à des coopérants, experts grassement rémunérés. Il faut dire qu’à l’époque, la recherche en tourisme était marginale, voire inexistante. À l’absence d’expériences s’ajoute donc la rareté des informations crédibles, des documents fiables et des sources dignes de foi. « Si le tourisme, en tant que sujet d’étude, a été longtemps considéré par les géographes français comme un sujet “frivole”, ne suscitant que réserve et méfiance, il a été pour nous encore plus difficile de faire admettre l’utilité de ce thème au sein de la communauté géographique marocaine0. » Il ne reste alors qu’à forcer la main au destin en sollicitant l’aide et l’assistance étrangère :

  • les organismes financiers, notamment la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI) ont fourni une assistance technique et financière à la majorité des pays du Sud, pionniers du tourisme ;

  • les aménagements des stations balnéaires des pays latins d’Europe (Costa del Sol, Côte d’Azur, Riviera italienne, etc.) ont servi de modèles de type « prêts-à-imiter » ;

  • le vide juridique et le retard économique ont fourni de sérieux prétextes aux capitaux étrangers pour prêter techniquement et financièrement main-forte aux gouvernements en difficulté afin de sauver les investissements et les capitaux en peine.

  • 0 Suite au choc pétrolier de 1973, le transport aérien (cf. gros porteurs de type jumbo-jet) a réduit (...)

16En Afrique du Nord, le boom touristique des stations balnéaires de la Costa del Sol, célèbre pour ses hôtels dits « les pieds dans l’eau », a séduit le Maroc et la Tunisie. Dans les pays subsahariens, le tourisme itinérant, notamment les safaris, a contribué au lancement des voyages axés sur la nature (Kenya, Tanzanie, Namibie, Afrique du Sud...). À la fin des années 1970, d’autres pays africains à économie libérale, mais enclavés, ont tenté de rejoindre le peloton de tête, encouragés par le développement du transport aérien0. La chute du Mur de Berlin a aidé à assouplir la politique des pays socialistes africains, à leur faire ouvrir leurs frontières et à se lancer dans l’industrie des voyages. Or, un tiers de siècle plus tard, ces tentatives et expériences timides ou biaisées font que l’ensemble de l’Afrique n’a reçu que 70 millions de touristes en 2018 (en y intégrant l’Égypte), pour des recettes insignifiantes de l’ordre de 40 milliards des États-Unis. De fait, le continent paraît faire du surplace.

Tableau 1. Tourisme émetteur par région génératrice selon l’OMT (en millions)

Régions

1990

1995

2000

2005

2010

2015

2016

2017

2018

Monde

438,0

531,0

680,0

809,0

952,0

1195,0

1241,0

1320,0

1401,0

Europe

254,8

308,1

396,4

450,7

490,8

581,7

592,8

636,6

672,3

Asie/Pacifique

58,7

86,2

113,8

152,9

206,3

293,6

314,4

337,6

368,7

Amériques

99,4

108,2

130,6

136,5

155,5

200,2

211,6

227,3

235,0

Afrique

9,8

11,5

14,9

19,4

28,3

36,0

39,6

42,5

45,5

Moyen-Orient*

7,6

8,7

12,0

28,4

38,3

44,3

46,4

47,9

48,9

Source : Faits saillants de l’OMT, p. 16. (* : l’Égypte et la Libye en font partie)

17Une rapide analyse des flux touristiques à destination de l’Afrique laisse penser qu’on peut les classer en trois catégories :

  • les touristes « craintifs » se renseignent d’abord sur la fiabilité du pays à visiter, au plan sécuritaire et sanitaire, avant de voyager. Ordinairement, ils s’adressent à leur agence de voyages pour faire partie d’un voyage organisé, basé sur des itinéraires prédéfinis et des visites guidées ;

  • les touristes « précautionneux » préparent leur voyage longtemps à l’avance par eux-mêmes en s’aidant de documents spécialisés avant de recourir aux serveurs et aux agences en ligne pour des réservations sûres (transport, hébergement, restauration et accompagnement). Généralement, ils voyagent entre amis ou en famille (visites encadrées) ;

  • les « aventuriers », eux, sont de deux types : les bourlingueurs, amateurs de risques mesurés, préfèrent s’orienter au jour le jour sur place pour profiter des effets de surprise au gré des événements du moment (rites coutumiers, fêtes locales, célébrations particulières) et les touristes amateurs de pratiques marginales ou illicites (chasse, sexe, drogue, etc.), qui ont leurs réseaux particuliers et savent se faire discrets sur la toile et sur le terrain.

  • 0 « L’impérialisme économique se double, cette fois, d’une pénétration culturelle directe devant laqu (...)
  • 0 Le jour du dépassement de la Terre marque la date où l’humanité a consommé toutes les ressources qu (...)

18Tout porte à croire que les politiques hyper libérales basées sur le « toujours plus » ont contribué à la dégradation de l’environnement, en connaissance de cause, pour satisfaire la boulimie d’une minorité d’acteurs qui souffrent du syndrome de la cupidité0. En ce temps de pandémie planétaire, la paralysie des activités économiques mondiales a démontré la gravité des atteintes à l’environnement. Pendant ce repos écobiologique imprévu, la planète a pu panser ses blessures, à commencer par la plaie béante de l’ozone ! La pollution de l’air dans les grandes villes a baissé et la régénération de la biodiversité a connu une légère amélioration. « Le jour de dépassement de la Terre0 » a reculé de trois semaines en juillet 2020, ce qui est une première. On comprend alors que sous le vernis des labels des établissements industriels, commerciaux, agricoles et touristiques certifiés se cache un leurre doublé d’un appel purement commercial destiné à rassurer les esprits pour mieux les exploiter en surfant sur les inquiétudes que suscite l’environnement.

19Finalement, cette année blanche pour le tourisme mondial, et surtout pour les voyages en avion, a fait mieux que tous les défenseurs de l’environnement : organismes internationaux, mouvements des verts, associations et organisations non gouvernementales…

3. Le tourisme en Afrique : réducteur de pauvreté ou cache-misère ?

20Sur le plan social et économique, les pays africains occupent les derniers rangs du classement mondial de l’Indice de développement humain (IDH). À qui la faute ? À l’histoire, diraient les bénéficiaires de ce retard.

3.1. Aux origines des « retards » de l’Afrique

  • 0 A. Bourgeot (in Sahel, terres des conflits) pense que les causes de ces échecs sont dues aux plans (...)

21Un demi-siècle après les indépendances, il n’est plus acceptable de continuer à justifier les malheurs, les revers et les misères de l’Afrique par les seules conséquences de l’esclavage ou de la colonisation. Qu’il s’agisse de l’agriculture, de l’industrie, du commerce ou du tourisme, tout comme de l’éducation et de la santé, les causes de l’échec ou du retard sont en majorité la conséquence des politiques ambiguës de la période postindépendance. Dans les États en formation, elles sont aussi le résultat des ingérences imposées par des pays ou des organismes puissants. À titre d’exemple, on peut citer « les plans d’ajustement structurel dont les premiers programmes débutent en 1982 et dont les conditionnalités s’exercent, entre autres, sur les deux piliers majeurs des sociétés “l’enseignement et la santé” 0».

22Comment admettre que des multinationales s’enrichissent à vue d’œil dans une Afrique pauvre en s’appuyant sur une « armée du salut » fidélisée et disciplinée par le besoin ? D’un autre côté, comment expliquer que les défenseurs des ressources séculaires soient réticents au développement des activités créatrices de richesses dans un continent qui gémit sous le poids de la pauvreté, de la famine et de la maladie ? Les réponses (ou les faux-fuyants) à ces questions ne manquent pas, on l’a rappelé plus haut. Entre les moyens locaux dispersés ou limités et les capitaux étrangers prolifiques et avides, le raisonnement tend à s’enliser ; et c’est le cercle vicieux.

23Par souci de clarté, posons la question autrement : peut-on maintenir un continent et sa population de 1,3 milliard d’habitants à l’écart de la mondialisation à l’heure où la fièvre du numérique et le culte de la vitesse agitent le monde ? La logique conseillerait de laisser les peuples choisir leur mode de développement et, par conséquent, leur avenir. Or, aux dires des politiciens, la logique n’est pas synonyme d’objectivité, surtout lorsqu’il s’agit de choix socioéconomiques en rapport avec l’avenir. Que demander aux peuples démunis, souvent illettrés et privés de libertés essentielles, allant de la liberté d’expression à celle de la circulation en passant par le droit à l’éducation ? Des peuples habitués au suivisme par des pouvoirs inamovibles qui n’ont de pouvoirs en réalité que le nom en raison des ingérences de puissances étrangères ! L’approche est on ne peut plus claire : comme le dit un adage arabe, « Affame ton chien, il te suivra. » Dès lors, on comprend le recours au nationalisme, à l’identité, à la spiritualité, etc., qui servent de garde-fous face aux contagions révolutionnaires consécutives à la secousse due au « Printemps arabe » et à la chute des prix des matières premières. C’est pourquoi de nombreux responsables font encore semblant de rêver du mythique miracle du tourisme. C’est aussi un domaine où les traditions « figées », notamment celles d’un passé révolu, sont prisées. Certains dirigeants de pays en mal de développement s’en enorgueillissent en faisant du retard social et économique un atout touristique particulier ! Pourtant, ils sont conscients de la réalité du monde animé par une économie en perpétuelle mutation. Et malgré cette évidence, de surcroît très médiatisée, ils s’obstinent à récuser tout changement qui menace leur situation, sous couvert d’authenticité. Cette obstination tend à creuser l’écart, déjà abyssal, entre les pauvres et les riches.

  • 0 « Ainsi, ce qui apparaît immémorial s’évapore-t-il comme la brume des champs à la chaleur de midi. (...)

24Depuis la chute du Mur de Berlin, en 1989, et le triomphe de la mondialisation, les militants de la préservation de la nature et de la culture voient dans l’Afrique, creuset du patrimoine humain, une chance de conserver la mémoire de l’Humanité. Malgré la complexité de leur tâche, ils s’obstinent à vouloir défier le sort dans l’espoir de freiner la course d’un système colossal lancé à grande vitesse ; il en est même des groupes, soutenus par des partis politiques et des associations non gouvernementales (ONG) du Nord, qui rêvent carrément d’enclencher la marche arrière dudit système. Ont-ils conscience de la réalité du monde et de son évolution vertigineuse0 ?

25Il est vrai que le rouleau compresseur de la globalisation a besoin, dans beaucoup de cas, de détruire pour reconstruire à sa guise, à commencer par les mentalités et les croyances séculaires. Or, celles-ci constituent la source d’inspiration qui alimente les valeurs sociales africaines (traditions de partage, solidarités ancestrales, soutiens familiaux), sans oublier l’efficacité de laborieux réseaux informels, simples et rôdés, qui aident à faire vivre de nombreuses familles grâce à la débrouille. S’il y a un héritage précieux à sauvegarder d’urgence, en Afrique, c’est avant tout (ou surtout) la spontanéité des élans de solidarité séculaires. Ces empathies originales subsistent grâce à la persistance de la tradition, et on dira même, au risque de heurter un certain amour-propre, à cause des enclavements protecteurs, ce qui constitue un autre dilemme, qui ne constitue pas pour autant une raison valable pour rester les bras croisés et maudire le sort.

3.2. De l’euphorie postindépendance à la désillusion du présent

  • 0 C. Larrère, Un sanctuaire inviolable in Philosophie du réchauffement climatique, in Philosophie Mag (...)

26De nos jours, les antagonistes sont de plus en plus confrontés à l’inévitable question qui persiste depuis l’aube des indépendances : comment enrayer la pauvreté criarde en Afrique, sans détruire, ou du moins, sans altérer son vaste et exceptionnel legs naturel et culturel ? Cette question récurrente ramène toujours le débat à la case départ : que protéger en priorité, la population ou l’environnement ? La réponse habituelle est évidente : les deux ! Et pourtant, c’est ce que prétendent faire les régimes actuels, sans résultats. Alors, ne faut-il pas chercher à se développer d’abord et à se préoccuper de l’environnement ensuite ? Non, disent les inconditionnels de l’écologie : l’environnement africain est exceptionnel tout comme la forêt amazonienne, et, une fois détruit, il sera perdu à jamais. En attendant de trouver la ou les bonne(s) solution(s), qui tarde(nt) malheureusement à venir, les populations africaines souffrent et l’environnement se dégrade. « Bien entendu, il existe quelques fanatiques qui vouent un culte à la nature. Mais l’écologie n’est pas un dogme, c’est d’abord une science. Cela ne veut pas dire pour autant qu’il faille exclure les approches spirituelles de l’écologie, comme le font bon nombre de penseurs0. » 

27C’est à la lumière de ces constats contradictoires qu’un développement équilibré, productif et progressif, s’avère à la fois incontournable et urgent. La protection tous azimuts paraît à l’heure actuelle un luxe coûteux humainement et matériellement. Le choix d’une approche intégrée dans le cadre d’un développement structurant de l’espace et de l’économie est nécessaire pour garantir le minimum vital d’une vie décente à la majorité des Africains. C’est dans cette perspective pragmatique que le tourisme écologique a un rôle à jouer dans le respect de la nature et de la culture. Comment le doser, sachant qu’en cas de grande réussite, d’autres problèmes vont apparaître ? Dans ce cas, qui oserait freiner l’ascension d’un secteur « qui marche » dans des régions où l’économie est en panne ? Cette éventualité ne tardera pas à susciter des lobbies, qui jouissent du soutien des populations surexploitées, ravies d’avoir des emplois et des gains gratifiants. Et c’est tout le problème des politiques économiques qui dispensent des miettes, prenant en otage des populations laminées par la pauvreté dans un continent riche.

  • 0 C’est le cas des usines de grandes marques délocalisées et implantées dans le Sud, et qui exploiten (...)

28À l’évidence, entre l’inaction qui prétend protéger les biens matériels antiques, certes exceptionnels, et l’amélioration de l’économie sociale qui bouscule l’existant pour créer des richesses et répondre au minimum vital des besoins locaux, le choix est vite fait pour des raisons qui sautent aux yeux en Afrique0. Rares sont les revenus touristiques, du moins pour les petites entreprises, qui répondent à grande échelle aux besoins de première nécessité, tout en paraissant « altruistes » au regard des nombreuses attentes des peuples.

4. Du « Pourquoi ? » au « Comment ? », le développement touristique en question 

29Dans tous les cas, l’opportunité d’un développement approprié et équilibré existe, si toutefois les appétits boulimiques des uns et les réticences protectrices des autres se décident à lâcher prise et à libérer les voies qui mènent à la démocratie véritable.

4.1. Entre libéralisme bouleversant et traditionalisme rassurant : que choisir ?

30Si, dans les pays avancés, la problématique économique consiste à débattre du modèle de développement adéquat, donc à privilégier dans le cadre d’instances parlementaires élues démocratiquement, en Afrique le principal obstacle au changement est lié à la domination d’élites inamovibles, préfabriquées. Ladite opportunité consiste à déblayer le terrain politique afin de reconstruire sur des bases solides. Ceci revient à mettre au centre de l’équation l’Homme africain, à l’instar des pays scandinaves qui occupent les premiers rangs du classement mondial par pays en matière de développement humain (IDH). Or, des 35 pays qui figurent à la fin de la liste mondiale de l’IDH, dans la catégorie « développement humain faible », 33 sont africains (seuls le Yémen et la Syrie, respectivement 178e et 156e rang, viennent déranger ce regrettable nivellement).

Figure 2. Valeurs de l’indice de développement humain par groupe de pays, 1990-2017

Figure 2. Valeurs de l’indice de développement humain par groupe de pays, 1990-2017

Source : Bureau du Rapport sur le développement humain

31Étant donné le contexte particulier de l’Afrique, du point de vue historique, géographique et socioculturel, il n’est nullement question ici d’importation de modèles nordiques, mais plutôt de s’en inspirer sur le plan de la gouvernance et de la démocratie. À n’en pas douter, c’est par la mise en valeur du capital humain (gouvernance, démocratie, éducation, santé, justice, égalité) que l’Afrique aurait suffisamment de chance de s’en sortir et d’espérer un avenir meilleur au niveau continental (économie) et stable au plan international (géopolitique). Sans une stabilité exemplaire, les meilleurs plans faits par les meilleurs experts ne serviraient à rien. D’ailleurs, après un demi-siècle les coopérations « classiques » se sont avérées vaines et sans effets.

  • 0 Dans la plupart des conflits ou hostilités, les frontières créées de toutes pièces, héritées de la (...)

32Reste à savoir comment opérer sur des terrains minés par des décennies de pouvoirs forts et de régimes militaires issus de coups d’État, parfois « téléguidés » de l’extérieur (pays voisins ou hors d’Afrique). Ces batailles entre frères ennemis ont fait beaucoup de dégâts. De nos jours, ils constituent encore le principal obstacle à l’émergence de nouvelles élites jeunes et instruites qui rêvent de changer le cours de l’histoire dans un continent où la majorité des États font des hostilités envers le ou les voisins0 le fondement d’un nationalisme primaire, mais populaire et unificateur. Un tel changement peut conduire à des politiques conçues sur de nouvelles bases, à commencer par l’alternance politique loin des ingérences des puissances protectrices, alternance en mesure d’écarter le développement sauvage et l’immobilisme stérile des politiques gouvernementales actuelles ?

33Les actions « révolutionnaires » de 2010-2011, qualifiées improprement de « Printemps arabes », ont démontré que le passage de la dictature à la démocratie ne s’improvise pas et que la révolte impulsive n’est pas synonyme de révolution. À ce propos, l’exemple du Rwanda est édifiant, si l’on arrive à faire fi de la méthode, pour ne garder à l’esprit que le parcours et le résultat  : après un génocide atroce (800 000 victimes environ, en 1994), le changement opéré est pacifique et le développement planifié a embelli l’image du pays en moins de deux décennies ; de plus, la protection de l’environnement est au cœur des préoccupations de ce petit pays (26 338 km2 et 12,6 millions d’habitants), devenu « grand » grâce à une politique sociale et économique inédite.

4.2. La boussole de la démocratie en Afrique a perdu le « Nord »

34Dans les pays qui ont cherché à diversifier leur économie, le tourisme a retrouvé sa place « naturelle » parmi les principales vocations nationales. Par ailleurs, le classement des nations en pays riches et pays pauvres, basé sur des données chiffrées (PIB et IDH), révèle une stratification sociale et économique fâcheuse au niveau continental, et catastrophique au sein des pays très démunis, victimes de conflits à répétition ; et malgré leur précision relative, les calculs de taux et d’indices divers sont parfois incapables de mesurer la gravité de la dégradation des conditions de vie de certains pays africains.

Tableau 2. PNB et IDH des pays classés dans la catégorie faible

Rang

mondial

Pays

IDH

2017

Espérance de vie 2017

Durée attendue de scolarité

Durée moyenne de scolarité

PNB par habitant*

179

Érythrée

0,440

65,5

5,4

4,0

175

180

Mozambique

0,437

58,9

9,7

3,5

1093

181

Libéria

0,435

63,0

10

4,7

667

182

Mali

0,427

58,5

7,7

2,3

1953

183

Burkina Faso

0,423

60,8

8,5

1,5

1660

184

Sierra Leone

0,419

52,2

9,8

3,5

1240

185

Burundi

0,417

57,9

11,7

3,0

702

186

Tchad

0,404

53,2

8,0

2,3

1750

187

Soudan du Sud

0,388

57,3

4,9

4,8

963

188

Rép. Centrafricaine

0,367

52,9

7,2

4,3

663

189

Niger

0,354

60,4

5,4

2,0

906

  • 0 Pour plus d’informations, v. file : http://hdr.undp.org/sites/default/files/2018_human_development_ (...)

Source : Programme de développement des Nations Unies0, 2018. * : en US$

  • 0 La méthode minière consiste à exploiter à fond les filons rentables jusqu’à épuisement avant de dém (...)

35Autre constat, la richesse des rares pays africains considérés comme riches, ou du moins bien « lotis », paraît exagérée en comparaison avec les nations moyennement riches de l’Amérique, de l’Europe et de l’Asie. C’est probablement à ce niveau que l’écotourisme, ou le tourisme soucieux de l’environnement, a encore un rôle à jouer en Afrique, celui d’une économie d’appoint, à condition d’écarter les idées et les actions qui se servent de l’écologie comme écran de fumée pour justifier l’exploitation de ressources parallèles au potentiel touristique, jusque-là épargné par la boulimie des promoteurs en mal de gains faciles (cf. méthode « minière » par opposition à la méthode « fermière »0).

  • 0 Voir J. Ziegler, La Haine de l’Occident. Ed. Albin Michel, Paris 2010

36Quel que soit l’angle de vue choisi par les observateurs pour être à mi-distance des deux positions extrémistes, le malaise demeure. En effet, la succession et la gravité des événements négatifs de la fin du XXe et du début du XXIe siècle (guerre, terrorisme, crise, migration, coups d’État, etc.) ont changé la donne des relations Nord-Sud. Depuis quelques années, la boussole africaine en matière de démocratie « a perdu le Nord », entendons par là, l’Occident, qui a longtemps servi de modèles aux pays en retard. Les interventions militaires des grandes puissances au Proche-Orient, au Maghreb et au Sahel, ont violemment secoué l’image des « pays-références » en matière de développement et de droits de l’Homme ! Cela explique le récent mépris0 que ressentent les Africains à l’égard d’une communauté internationale connue pour son cynisme démagogique et son hypocrisie diplomatique, caractérisés par le principe du « deux poids – deux mesures ». Cette nouvelle vision risque d’apporter de l’eau au moulin des nationalismes en Afrique, et de bouleverser les relations politiques Nord-Sud, avec des conséquences connues d’avance pour le tourisme. Les peuples africains rêvent, sans exception, de changement, mais avec les habituelles nuances dues à la différence des niveaux d’instruction et des modes de vie, à la multitude des cultures (pour ne pas dire des « acculturations »), et à l’inégalité des chances d’accès au savoir, au pouvoir et à la redistribution des richesses.

4.3. Respecter les vocations, c’est réconcilier la durabilité avec la rentabilité

37Qu’en est-il du tourisme en général, et de l’écotourisme en particulier ? La plupart des experts et chercheurs pensent que le tourisme écologique constitue un créneau prometteur, si toutefois son développement arrive à se faire dans les règles de l’art : répondre aux attentes des petites et moyennes entreprises et des porteurs de petits projets conformément aux besoins de la rentabilité et de la durabilité. Or, cette équation pose problème dans une Afrique où les citoyens, lésés par un demi-siècle de marginalisation, rêvent d’un régime qui puisse les aider à s’en sortir, ou mieux, à les indemniser dès le lendemain de son accès au pouvoir.

38Si l’on considère que le tourisme est un moindre mal, comparé aux industries polluantes, la réflexion doit se focaliser sur la politique à privilégier en fonction des vocations régionales. Loin des batailles politico-idéologiques, l’objectif est de trouver la combinaison gagnante qui mène à un développement progressif, qui soit en mesure de lutter contre le plus inhumain des fléaux en Afrique : la misère. À l’évidence, cette calamité, résultat de gouvernances d’un autre âge, est responsable de famines, de malnutritions, d’épidémies et de violences intestines. On peut soupçonner un désir de sauvegarde des coutumes et des us, fièrement défendue par des élites qui ont brillé par leur échec ; le désir de brouiller les pistes pour en faire un amas solidaire qui préconise « que rien ne bouge pour préserver l’essentiel ». Pourtant, le passé récent et le présent de l’Afrique ont démontré que la pauvreté et l’ignorance ont un impact grave, parfois irréversible, sur les milieux socioculturels et les espaces naturels. Par déception, cette situation alarmante incite à croire, dans certaines régions laminées par l’oppression, que rien ne peut changer sans l’intervention ou l’aide internationale. Cette aliénation risque de muer lentement en « acculturation assimilée. »

  • 0 P. Boniface, Les enjeux géopolitiques du tourisme (Enjeux économiques. Anticipation des risques. Dé (...)

39Rappelons encore une fois que le tourisme de masse, malgré son côté « démocratique » dans les pays émetteurs, est d’un apport très modeste en Afrique, pour un impact environnemental douteux. D’un autre côté, ce type de tourisme présente l’avantage insidieux de mettre à la portée d’une grande majorité de voyageurs les destinations et les espaces touristiques de manière relativement égalitaire grâce à la diversification des moyens d’hébergement, au tourisme social et, dernièrement, au transport à bas prix (low-cost). « Le tourisme, par la circulation des hommes et des idées, incarne une ouverture des peuples et un facteur de démocratisation des sociétés0. » Cette remarque émanant d’un grand expert en géopolitique est juste, mais elle n’est pas valable pour toute l’Afrique. Pour mémoire, dès la fin des années 1960, le monde du tourisme est divisé en deux parties distinctes : un monde envahissant et un autre envahi, d’où l’idée du néocolonialisme. Autrement dit, les uns partent et les autres non. L’une des conséquences majeures de ce déséquilibre est culturelle : ceux qui voyagent exportent aisément et fièrement leur mode de vie (relations sociales), et leur façon d’être (comportements spontanés). De l’autre côté du miroir, les pays d’accueil, eux, subissent en silence. Il en est résulté un malentendu sourd à cause de la fierté du touriste, présumé riche, et de la passivité de l’accueillant, considéré comme pauvre.

  • 0 Ibid.

40Finalement, il ne faut pas s’étonner du retour de manivelle : exclus du voyage d’agrément, les Africains cherchent aujourd’hui à rattraper le temps perdu par tous les moyens. Attirés par les mirages d’un Occident aveuglé lui-même par ses « lumières », leur rêve se résume à un but : émigrer. Poussés par la pauvreté, la sécheresse et l’incertitude de l’avenir, ils comptent forcer la main au destin en empruntant les voies dangereuses de la clandestinité, en affrontant désert et mer (Sahel, Sahara, Méditerranée). « Mais le tourisme est aussi géopolitique en tant que facteur de danger, de fragilité. Il a été fortement impacté par le terrorisme0. » Eu égard à ces propos peu rassurants, est-il raisonnable de continuer à vouloir faire du tourisme, connu pour sa sensibilité et sa fragilité, le fer de lance des économies africaines, elles aussi fragiles, et de surcroît aux mains de multinationales ?

41La décennie 2010, et son lot de crises, a démontré avec preuves à l’appui, le danger que représente l’élasticité de la demande touristique pour le tourisme mondial.

5. De l’éloge à l’accusation : cerise sur le gâteau ou rose sur le caveau ?

  • 0 « En 2019, il y a eu plus de 700 actions violentes impliquant des groupes extrémistes au Sahel. », (...)

42Au début du XXIe siècle, la guerre et le terrorisme0 ont suggéré aux pays émetteurs de touristes de classer les pays récepteurs en fonction des risques et dangers qu’ils sont censés représenter pour leurs ressortissants. Cette initiative a donné lieu à la publication de cartes insolites, où les pays incriminés sont coloriés en rouge vif, symbole du danger extrême pour les voyageurs. Ces mappemondes ont fait le tour de la planète, transformant le continent africain en palette multicolore (qui rappelle les feux d’une circulation à sens unique !), allant du rouge vif au rose pâle, avec quelques taches de vert.

5.1. L’art de résister à l’ingérence, au suivisme et à la dépendance

  • 0 A. Césaire, « Ce n’est pas nous qui avons inventé la négritude, elle a été inventée par tous ces éc (...)

43L’Afrique, qui a jusqu’alors fondé son image touristique sur l’hospitalité, l’exotisme, la découverte et l’aventure, s’est trouvée récemment en porte-à-faux ; de la Libye au Maghreb à la Somalie en Afrique australe, en passant par l’Azaouad au Sahel, le citoyen lambda des pays émetteurs voit, lui, du rouge partout sur le continent noir, lieu et fierté de la négritude0. Certains pays comme la Libye, le Mali et la Somalie, englués dans une guerre civile, sont devenus des fiefs de mercenaires et de preneurs d’otages. Aujourd’hui encore, une partie de l’Afrique éprouve beaucoup de mal à retrouver son image d’antan (terre d’accueil et d’hospitalité). Quant à redorer son blason dans le domaine du tourisme, il va falloir attendre encore en espérant que les pays émergents (Rwanda, Botswana, Seychelles, etc.) servent d’exemples aux régions subsahariennes. Et comme le tourisme a longtemps stagné, pour ne pas dire échoué, sa relance sous d’autres formes (écotourisme ou tourisme responsable) soulève de sérieuses craintes à la suite de la paralysie économique causée par la pandémie de 2020. La crainte de s’engager dans une énième tentative de développement touristique « intégré » (cas de la Casamance au Sénégal au début des années 1970) refait surface et fait penser à la somme des réalisations gelées ou peu rentables.

44De plus, la mise en place de nouvelles stations touristiques dans les conditions actuelles ne changerait rien à l’état de la pauvreté et aux mauvaises conditions de vie de la majorité des Africains. Pour certains économistes, le « tourisme moteur de développement », rescapé des différentes crises, est à bout de souffle et se bat pour survivre sous d’autres formes, dont la plus séduisante est l’écotourisme. La crainte est-elle justifiée ? Justifiée ou non, l’important est qu’elle pousse à des réflexions profondes. Faut-il rappeler que la société traditionnelle, malgré son recul dans les milieux urbains, ne vit (ou ne survit) que grâce à la solidarité mécanique de type familial (clans) ou ethnique (tribus), avec une bonne dose de charité ?

  • 0 « Le concept du “bien commun” repose sur la solidarité vitale entre les corps, les membres et les c (...)

45On redoute que l’introduction de nouvelles formes de tourisme, destinées aux régions rurales enclavées, ne réussisse qu’à déstabiliser ces milieux solidaires ou identitaires, mais fragiles, en y introduisant des pratiques marchandes brutales et inadaptées au détriment des biens communs destinés aux dons séculaires et aux entraides coutumières0.

5.2. La solidarité en Afrique : un altruisme séculaire

  • 0 En Afrique, l’espérance de vie n’est que de 62,5 ans en moyenne (pour 72 ans au niveau mondial)

46La constance de la solidarité relève d’une résistante sociale face à la montée de l’égoïsme. C’est un moyen de sécurité dans des sociétés où le seul domaine sécurisé est celui du pouvoir, et où la seule « production » satisfaisante est d’ordre socio-humain : la démographie. Tandis que l’économie africaine évolue très lentement, la population, elle, progresse de façon significative. Estimée à 100 millions d’habitants en 1900, elle a atteint 640 millions en 1990, et a franchi le cap de 1,3 milliard0 en 2019, soit à peine 30 ans plus tard. Concrètement, ce n’est pas avec des recettes touristiques de l’ordre de 38 milliards US$, en 2018, que l’on pourra subvenir aux besoins pressants d’une population de cette importance, dont la part des jeunes de moins de 15 ans représente près de 40 %. Malgré la sélection naturelle, l’âge médian de la population du continent est de 20 ans (49 % des habitants de l’Ouganda et du Niger ont moins de 15 ans).

  • 0 M. Fonton, « L’Afrique subsaharienne sera le berceau du monde », in Le spectacle du monde, n° 2, au (...)

47En 2025, l’Afrique comptera 1,4 milliard d’habitants, dont une bonne moitié aura moins de 25 ans. « La population africaine continuera à la fois de croître et de rajeunir. Elle passera de 1,3 milliard, aujourd’hui, à 2,5 milliards en 2050, dans trente ans 0». D’où l’urgence d’améliorer la situation socioéconomique du continent, et la nécessité de diversifier en les consolidant les sources de revenus et d’emplois, en privilégiant l’éducation. Mais aussi de s’acheminer vers l’autosuffisance alimentaire.

Tableau 3. Les dix pays les plus riches d’Afrique0 selon le PIB et l’IDH, en 2019

Rang

Pays

Population

PIB

IDH

Arrivées*

Recettes**

1

Nigeria

201,0

448,12

0,534

1 555

1 027

2

Afrique du S.

58,6

351,43

0,705

10 472

8 939

3

Égypte

100,4

303,15

0,676

4 372

3 642

4

Algérie

43,1

169,98

0,756

2 451

141

5

Maroc

36,5

118,72

0,651

12 289

7 775

6

Éthiopie

112,1

96,11

0,470

93

435

7

Kenya

52,6

95,51

0,579

281

544

8

Angola

31,8

94,63

0,563

281

544

9

Ghana

30,4

66,98

0,563

972

850

10

Tanzanie

58,0

63,18

0,527

1 275

2 449

Population en millions (2018). * Arrivées : en milliers, ** : Recettes en millions US$

  • 0 M. Hillali : Tourisme et solidarités en Afrique : humaniser la modernisation pour valoriser la trad (...)

48Compte tenu de ces données disparates, la sagesse incite à des réflexions profondes avant d’agir dans le but d’humaniser le développement ciblé. « Il va sans dire que la bonne gouvernance, revendiquée haut et fort pour asseoir les bases d’un développement adéquat, durable et rentable, se situe sans doute quelque part entre le socialisme chimérique du passé et le capitalisme anarchique du présent0. »

49Est-ce pour ces raisons que les pays africains font massivement appel aux sociétés étrangères qui connaissent la réalité de l’économie de marché, mais ignorent celle de l’Afrique profonde pourtant nécessaire à la gestion de certains secteurs clés ? Après tout, le tourisme de luxe ne s’adresse pas aux Africains, excepté une couche sociale assez aisée.

6. Au-delà des certifications, que cache le label ? Une allégeance de « marque »

50Le temps et l’expérience ont fini par révéler un arsenal publicitaire dédié à la rentabilité des produits touristiques, sous la houlette de la mercatique. Apparemment, l’heure n’est plus à la pérennisation du profit, mais au dopage inconsidéré des dividendes. Tous les moyens sont bons pour booster les ventes, à commencer par la multiplication des produits annexes figurant au plus haut de la pyramide de Maslow (cf. Spa, massage, yoga, cure et beauté). Des pratiques que les touristes originaires du Nord peuvent trouver dans leur ville de résidence ou dans la région voisine, évidemment sans l’exotisme et tout ce qui va avec.

51Par ailleurs, le recours à un encadrement étoffé des établissements et produits touristiques assuré par une panoplie de labels et de certifications (cf. système ISO) semble s’inspirer de la politique des régimes forts, malgré la civilité de l’offre, la douceur de l’accueil et la discrétion du contrôle. Et, par-dessus le marché, le coup de main des bénévoles rapporte énormément à la « toile d’araignée » bien tendue autour du monde. La preuve en est que les touristes sont mis à contribution pour inspecter et noter la qualité des produits hôteliers et des services touristiques qui leur sont proposés. Le recours à de tels « jurys » informels et spontanés, pour émettre des sentences évaluatives, est une arme à double tranchant ; elle l’est encore plus quand elle s’exerce dans une grande partie de l’Afrique où elle doit tester le triptyque « tourisme-qualité-environnement ». Pourquoi ?

52D’abord, dans ce type de jugement émis par des touristes de passage, les sentiments refoulés risquent de remonter à la surface lorsque le touriste se croit en pays conquis. Le jugement émis serait probablement influencé par l’expérience et le mode de vie du touriste qui s’improvise juge et partie. Des intentions idéologiques et des réflexes culturels risquent, en des moments de lassitude ou par inadvertance, de fausser l’évaluation souhaitée et de la dévier de son objectif, qui consiste à vérifier la conformité des normes aux prototypes d’origine expérimentés ailleurs, dans les pays développés. De plus, la notion de qualité diffère d’un continent à l’autre, voire d’un pays à l’autre, pour diverses raisons (formation, religion, culture et/ou idéologie). Ces remarques influent sur la connaissance, inévitablement relative, de la satisfaction du touriste.

53Ensuite, cette inspection permanente, qui se fait à l’improviste, a le mérite de maintenir en éveil les acteurs et les professionnels du tourisme, notamment ceux qui ont la mauvaise habitude d’offrir des produits et services douteux ou maquillés pour une question de profit. Il est connu que le recours au raccourci des gains faciles, rendus possibles par l’emploi de la publicité mensongère, arrive à duper le touriste et à doper le profit, mais finit à la longue par discréditer la profession. Et si rien n’est fait pour remédier à ces pratiques, elles pourraient altérer l’image du tourisme d’une station, voire d’une destination.

54De manière indirecte, ces bénévoles du renseignement de type informel, de surcroît autofinancés, ont la liberté de scruter à la loupe la qualité des hôtels et des restaurants qui les accueillent. Ces contrôleurs anonymes, en majorité étrangers à la région ou à la destination, peuvent évaluer (système de notations) un établissement, un produit ou un service, à la lumière d’un constat occasionnel ou d’un contact souvent éphémère (cas d’une nuitée dans un hôtel, ou d’un repas dans un restaurant). Instantanée, l’appréciation se fait grâce à un outil « démocratique », via des centrales de réservation spécialisées mises au point par les grandes firmes, en majorité basées aux États-Unis. Dans ce cas, la notion d’accueil spontané et d’hospitalité traditionnelle est exclue, et peut même représenter aux yeux des concepteurs de ces « modèles d’excellence » une preuve d’absence de professionnalisme ou une entorse à la « qualité technique » jaugée à l’aune des considérations « made in ailleurs », dans les pays développés. Mais il faut prendre garde à l’excès de technicité dans un secteur social qui se veut humain et affable ; l’innovation poussée à l’extrême risque de tuer l’accueil désintéressé qui pousse bon nombre de touristes à choisir la destination Afrique en dépit de toutes les contraintes citées plus haut.

Conclusion

55Le tourisme ne laisse personne indifférent. Devenu, pour certains, un besoin social acquis et une activité économique appréciée, ce « miroir aux alouettes » impressionne les adeptes du développement soutenu et inquiète les défenseurs de l’environnement. Les changements rapides des dernières décennies (intensification du transport aérien, généralisation des low-cost, réservations en ligne, paiements automatiques, visualisation virtuelle des lieux à visiter, etc.) ont réduit les coûts et les distances au profit d’une mobilité planétaire spectaculaire, à la fois véloce et récurrente. Or, ces progrès technologiques sont absents dans une partie de l’Afrique, où de vastes régions ne sont pas encore raccordées à l’électricité ni à l’eau potable, sans parler d’internet devenu indispensable pour le touriste.

  • 0 M. Hillali, « Le tourisme international vu du Sud. Essai sur la problématique du tourisme dans les (...)

56Il est évident qu’en tant que « fils de l’industrialisation et de la démocratie, bon élève de la consommation et de la mondialisation0 », il n’y trouve pas encore les conditions adéquates à son épanouissement. En plus du manque d’infrastructures de base, le chaos politique et économique qui y règne est révélateur d’une négligence « planifiée » par ceux qui font de l’entraide internationale un créneau de charité navrante. Cependant, quelques touristes aventuriers n’hésitent pas à faire des excursions dans les coins reculés où la pauvreté offre des décors inédits ou des scènes choquantes. On comprend que ce secteur sensible, économiquement et psychologiquement, a besoin d’un bon niveau de développement pour pouvoir s’enraciner efficacement.

  • 0 Source : https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/09/28/la-fuite-illicite-de-capitaux-depasse-75 (...)

57Déjà, au cours des années 1980, l’idée du tourisme moteur de développement, qui avait séduit de nombreux pays « libéraux », non producteurs de pétrole, s’était avérée douteuse. Plus tard, les études et les expériences ont démontré que le célèbre effet multiplicateur du tourisme, vanté pour ses prouesses économiques, a été surestimé. À l’inverse, les rentrées lentes et aléatoires de devises sont promptes à prendre le chemin du retour, via des « sorties » diverses et nombreuses. « Cette perte serait d’au moins 76 milliards euros (88,6 milliards US$) par an selon la dernière évaluation retenue dans le rapport 2020 sur le développement économique de l’Afrique, publié lundi 28 septembre par la Conférence des Nations unies sur le développement0 ». On est en droit de se demander comment.

  • 0 F. Asher, La fin des illusions, loc. cit., p. 20

58La réponse est que « dans beaucoup de pays en voie de développement, une partie notable des équipements et des produits de consommation touristique est importée (fournitures hôtelières, matériels de transport, produits alimentaires, etc.)  ; les travaux d’infrastructure considérables que nécessite le tourisme international (grands hôtels, aéroports, routes) sont en grande partie réalisés par des sociétés étrangères, qui assument aussi une part importante des activités touristiques (chaînes hôtelières, compagnies de transport aérien et maritime, tour-opérateurs)0 ». Par la suite, la succession des crises a révélé la grande fragilité des économies alimentées par les recettes basées essentiellement sur l’activité touristique ou, de manière générale, sur les revenus d’un monoproduit à base de matières premières (hydrocarbures, minerais, produits agricoles, tourisme, etc.). Mais, en raison de l’importance des capitaux engagés dans de grandes opérations touristiques, l’endettement et le risque de gel des capitaux investis ont posé de sérieux problèmes.

59Le gotha de la finance internationale a poussé bon nombre d’États à appliquer des programmes d’ajustement structurels (PAS) préconisés par la Banque mondiale. En conséquence, certains pays en développement ont corrigé le tir, en changeant de cap et de politique pour se doter d’une économie diversifiée, sans toutefois délaisser le tourisme (Afrique du Sud, Maroc, Tunisie, Namibie, Ghana, etc.). En ces temps où les modèles à reproduire et les prototypes à imiter étaient plantés sur la rive nord de la Méditerranée, l’environnement ne faisait pas partie des préoccupations des États, encore moins des investisseurs. Bien au contraire, les meilleurs sites et plages ont figuré parmi les produits à consommer.

  • 0 « Les destinations sont toujours nombreuses à travers le monde à s’ouvrir au tourisme et à investir (...)
  • 0 Tourisme international, national, interne, émetteur, récepteur, de masse, culturel, social, balnéai (...)

60Pour amortir la pression exercée par des flux massifs sur les infrastructures et les équipements (autoroutes, aéroports, hébergements, restaurants, plages, etc.), les caciques du marketing ont procédé à la fragmentation des vacances. Pour ce faire, ils ont joué sur la division du temps, du travail et de l’espace en fonction des revenus, des motivations, et/ou des finalités des destinations et des visites touristiques qui s’y pratiquent (culture, nature, balnéaire, sport, affaires, etc.). Déplacement d’agrément à l’origine, le tourisme a connu une prolifération rapide pour des motifs variés ; le passage de la période de décollage à celle de la vitesse de croisière a connu une croissance quantitative marquée par un foisonnement de thèmes. Satisfaite de l’évolution du tourisme, l’OMT, comme à son habitude, est confiante0. Au cours des dernières décennies, le tourisme d’antan a connu des alternatives0 originales (1990-2020), suscitant une typologie multiple et variée.

61Cependant, une bonne nouvelle mérite d’être mentionnée, comme pour atténuer les discours ternes qui semblent critiquer systématiquement l’industrie des voyages : c’est l’importance du tourisme domestique ou national.

  • 0 O. Piot, « Le développement économique en Afrique. Le tourisme, au service d’une activité transform (...)

62« En Afrique aussi, le tourisme est un moteur du développement. Entre 1995 et 2014, le nombre de touristes y a bondi de 25 à 56 millions, soit une augmentation annuelle de 6 %. Fait notable : 40 % de ces visiteurs sont africains (66 % dans les pays situés au sud du Sahara). Telle est l’une des principales conclusions du tout dernier rapport de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (Cnuced) consacrée au développement économique du continent. En choisissant le thème du tourisme (après celui de la dette en 2016), les experts des Nations unies ont passé au crible un secteur qui représente plus de 21 millions d’emplois, 1/14, en Afrique. Ses recettes ont progressé de 9 % par an depuis dix ans, pour atteindre 47 milliards US$ en 2014, ce qui représente 8,5 % du PIB du continent. En conclusion, la Cnuced a invité les États africains à permettre à cette activité d’assurer “une croissance transformatrice et inclusive » pour les populations0. »

63Que conclure ? Qu’il est temps d’instaurer de bonnes gouvernances en Afrique, d’une façon ou d’une autre, en aidant ceux qui en ont réellement besoin et non ceux qui sont prompts à montrer patte blanche ; car, si on ne fait rien, la guerre et le terrorisme risquent de gangréner bon nombre de pays pauvres épargnés jusqu’à présent par ces fléaux. Leurs effets collatéraux s’étendront aux pays du Nord par un effet de boomerang. Pour espérer sortir de l’impasse, l’arrêt des conflits attisés de l’extérieur par des puissances qui ne jurent que par la démocratie et les droits de l’Homme est plus que jamais indispensable et urgent.

64Cette démarche est à même de renforcer la cohésion africaine, et de favoriser l’émergence d’une élite capable d’agir dans l’intérêt du continent. Ce qui revient à considérer à la fois la réalité du continent et celle du monde. Mais, à part les peuples, qui a vraiment intérêt à voir l’Afrique suivre la trajectoire des ‘dragons’ d’Asie ?

Tableau 4. Quelques repères socioéconomiques et touristiques en Afrique

A –Afrique australe : 14 États

Ordre

Pays

Population

(en millions)

-15 ans

PIB

IDH

Rang

Arrivées

Recettes

1

Afrique du Sud

58,6

29,1

358,8

0,705

113

10 472*

8939

2

Angola

31,8

46,8

91,5

0,574

149

621*

544

3

Botswana

2,3

34,1

18,7

0,728

94

1623

574

4

Comores

0,9

39,5

1,2

0,538

156

36

-

5

Eswatini

1,1

38,1

4,7

0,608

138

782

13*

6

Lesotho

2,1

32,7

2,7

0,528

164

-

23*

7

Madagascar

27,0

40,7

12,6

0,521

162

257

671*

8

Malawi

18,6

43,9

7,5

0,425

172

837*

31*

9

Maurice

1,3

17,8

14,4

0,796

66

nc

nc

10

Mozambique

30,4

44,7

15,1

0,446

180

1447

242

11

Namibie

2,5

36,9

14,4

0,645

130

1499

380

12

Seychelles

0,1

23,6

1,6

0,801

62

362

564

13

Zambie

17,9

44,9

23,9

0,591

143

1063

742

14

Zimbabwe

16,0

42,4

12,8

0,563

150

2567

149*

B – Afrique du Nord : 6 États

Pays

Population

(en millions)

-15 ans

PIB

IDH

Rang

Arrivées

Recettes

15

Algérie

43,1

30,1

172,8

0,759

82

2451*

141

16

Égypte

100,4

33,8

302,3

0,623

115

11,34

11,61

17

Libye

6,8

28,3

33,0

0,708

110

-

-

18

Maroc

36,5

27,2

119,0

0,676

121

11 345

775

19

Mauritanie

4,5

40,1

5,7

0,527

161

-

-

20

Tunisie

11,7

24,2

38,7

0,739

91

8299

1713

C – Afrique de l’Ouest : 15 États

Pays

Population

(en million)

-15 ans

PIB

IDH

Rang

Arrivées

Recettes

21

Bénin

11,8

42,4

14,4

0,520

163

261

150*

22

Burkina Fasso

20,3

44,9

14,6

0,434

182

144

117*

23

Cap-Vert

0,5

28,8

2,0

0,651

126

710

486

24

Côte d’Ivoire

30,4

41,9

44,4

0,516

165

1965

396*

25

Gambie

2,3

44,3

1,8

0,466

174

162

103

26

Ghana

30,4

37,6

67,1

0,596

142

912*

850*

27

Guinée

12,8

43,9

13,4

0,466

174

-

16*

28

Guinée-Bissau

1,9

42,3

1,4

0,461

178

-

16*

29

Libéria

4,9

41,1

3,2

0,465

176

-

-

30

Mali

19,7

47,5

17,6

0,427

184

203

206*

31

Niger

23,3

50,0

9,4

0,377

189

-

23

32

Nigeria

201,0

43,9

446,5

0,534

158

-

1962

34

Sénégal

16,3

43,1

23,9

0,514

166

1365*

419*

35

Sierra Leone

7,8

41,1

4,2

0,438

181

57

83*

36

Togo

8,1

41,3

5,5

0,513

167

573

138*

D – Afrique centrale : 8 États

Pays

Population

(en millions)

-15 ans

PIB

IDH

Rang

Arrivées

Recettes

37

Cameroun

25,9

42,6

38,6

0563

150

-

524

38

Rép. Centrafricaine

4,7

44,3

2,3

0,381

188

-

-

39

Rép. du Congo

5,4

41,8

11,6

0,609

138

-

60,5

40

Gabon

2,2

37,0

16,9

0702

115

192*

-

41

Guinée équatoriale

8,1

37,1

12,1

0,588

144

-

-

42

R. D. du Congo

86,8

46,2

49,0

0,459

179

-

60,5

43

S. Tome-et-Principe

0,2

42,5

0,4

0,609

137

-

72

44

Tchad

15,9

47,1

11,0

0,401

187

87

-

E – Afrique de l’Est : 11 États

Pays

Population

(en millions)

-15 ans

PIB

IDH

Rang

Arrivées

Recettes

46

Burundi

11,5

45,5

3,6

0,423

185

299*

3*

47

Djibouti

1,0

29,6

3,2

0,495

171

-

35*

48

Érythrée

3,5

40,2

2,1

0,434

182

-

-

49

Éthiopie

112,1

40,8

91,2

0470

173

533*

435*

50

Kenya

52,6

39,8

98,6

0,579

147

1475

1027

51

Ouganda

44,3

46,9

30,7

0,528

159

1850

1027

52

Rwanda

12,6

40,0

10,2

0,536

157

-

72

53

Somalie

15,4

46,6

5,0

nc

nc

-

-

54

Soudan

42,8

40,5

30,9

0,508

168

813*

1043

55

Soudan du Sud

11,1

41,8

3,7

0,413

186

-

-

Tanzanie

58,0

44,1

62,2

0,528

159

1275*

2449

Source : Atlas des Afriques, Le Monde Afrique 2020 : 10-11 ; et OMT. Population en millions, arrivées en milliers et recettes milliards, * : chiffres de 2017.

Haut de page

Notes

0 Au risque de choquer, il est nécessaire de faire une distinction entre le terrorisme informel (groupes, sectes, individus, etc.) et le terrorisme « officiel » (États, ou coalitions ou groupe d’États…). L’État islamique (EI), plus connu sous l’acronyme de Daech, a commis des horreurs qui rappellent par leur barbarie celles des nazis en Allemagne, ou des Khmers rouges au Cambodge, au milieu du XXe siècle.

0 Les jeunes Africains se plaisent à dire aux touristes pressés : « Vous avez l’heure, nous avons le temps » ; ou encore : « Tous les Blancs ont une montre, mais ils n’ont jamais le temps »

0 Cf. Lucy, découverte en Éthiopie en 1974, et Toumaï, découvert au Tchad en 2001.

0 « L’évolution de l’homme (sur la trace des primates et des premiers hominidés) », in L’encyclopédie des sciences, HS n° 3, s.d., consulté en août 2020.

0 Slogan publicitaire du tourisme en Éthiopie : « Espace ou Terre des origines »

0 « La colonisation est plus que la domination d’un individu par un autre, d’un peuple par un autre, c’est la domination d’une civilisation par une autre, la destruction des valeurs originales par des valeurs étrangères », L. S. Senghor, Liberté, t. 4 ; Socialisme et planification. Le Seuil, Paris 1983

0 J.-P. Garnier, loc. cit., p. 22

0 Pour de plus amples informations, voir les cartes de l’OMT à propos de l’Afrique et du Moyen-Orient : https://www.e-unwto.org/doi/pdf/10.18111/9789284419913

0 E. Lumobozo-Ronco, Exotisme tout confort. LMD, août 1980, p. 22, in Dossier Le tourisme dans le tiers-monde, pp. 17, 18 et 19.

0 F. Ascher, « Dans la logique de l’intégration mondiale », LMD, 08.1980, p. 22

0 M. Berriane, Tourisme national et migrations de loisirs au Maroc. Université. Mohamed V. Publ. Fac. des Lettres et des Sciences humaines, série Thèses et mémoires, 16. Rabat 1991, p. 11

0 Suite au choc pétrolier de 1973, le transport aérien (cf. gros porteurs de type jumbo-jet) a réduit les distances et les coûts (charter et collectivisation des dépenses)

0 « L’impérialisme économique se double, cette fois, d’une pénétration culturelle directe devant laquelle les traditions et les anciennes structures sociales sont rarement en état de résister. Ainsi, sans échapper à la dépendance économique, les pays du tiers-monde qui ont misé sur l’essor du tourisme subissent, plus profondément encore que les autres, des bouleversements d’identité que l’amateur occidental d’exotisme est généralement bien loin de supposer » (M.-F. Lanfant, « Dans la logique de l’intégration mondiale », LMD, 08.1980, p. 17)

0 Le jour du dépassement de la Terre marque la date où l’humanité a consommé toutes les ressources que les écosystèmes peuvent régénérer en un an. Selon le Global Footprint Network, de l’institut de recherches international de Californie (USA), ce jour serait tombé le 22 août 2020, avec un gain de trois semaines (dû aux conséquences de la pandémie de Covid-19) par rapport à l’année précédente, où c’était le 29 juillet 2019. En 1995, ce jour tombait le 21 novembre.

0 A. Bourgeot (in Sahel, terres des conflits) pense que les causes de ces échecs sont dues aux plans d’ajustement structurel, aux crises climatiques, aux coups d’État et au djihad armé.

0 « Ainsi, ce qui apparaît immémorial s’évapore-t-il comme la brume des champs à la chaleur de midi. Même l’écologisme actuel participe d’une autre sensibilité et, disons-le, d’un autre univers. Pourtant, ce monde de taiseux, de laborieux penchés sur la terre, accroché à l’araire, qui vivaient au rythme du soleil et des saisons, fut le fruit, il y a très longtemps [fin du néolithique] d’une immense révolution ’, C. Golliau, ‘À la racine du brocoli bio’, in Le Point, Dossier: L’homme et la nature, les textes fondamentaux, n° 81/2020, p. 3.

0 C. Larrère, Un sanctuaire inviolable in Philosophie du réchauffement climatique, in Philosophie Magazine, HS n° 46/2020, p. 29.

0 C’est le cas des usines de grandes marques délocalisées et implantées dans le Sud, et qui exploitent de manière honteuse hommes, femmes et enfants sans distinction, du moment que la production et la rentabilité restent élevées

0 Dans la plupart des conflits ou hostilités, les frontières créées de toutes pièces, héritées de la colonisation, constituent le mobile des affrontements ouverts ou sourds

0 Pour plus d’informations, v. file : http://hdr.undp.org/sites/default/files/2018_human_development_statistical_update_fr.pdf

0 La méthode minière consiste à exploiter à fond les filons rentables jusqu’à épuisement avant de déménager ; la méthode fermière, elle, s’efforce de faire fructifier les biens et avoirs de la ferme en en prélevant le juste nécessaire en cas de besoin.

0 Voir J. Ziegler, La Haine de l’Occident. Ed. Albin Michel, Paris 2010

0 P. Boniface, Les enjeux géopolitiques du tourisme (Enjeux économiques. Anticipation des risques. Développement durable), colloque organisé par l’IRIS et la ville d’Enghien-les-Bains, 29 sept. 2012

0 Ibid.

0 « En 2019, il y a eu plus de 700 actions violentes impliquant des groupes extrémistes au Sahel. », Le Point 13 août, n° 2305, p. 47

0 A. Césaire, « Ce n’est pas nous qui avons inventé la négritude, elle a été inventée par tous ces écrivains de la Negro Renaissance que nous lisions en France dans les années 1930 ».

0 « Le concept du “bien commun” repose sur la solidarité vitale entre les corps, les membres et les cellules. Ce concept a ainsi une connotation organique. Le bien commun n’exclut pas la compétition et même la lutte pour la vie, bien au contraire. Mais il s’oppose aux philosophies du combat à mort, accepté ou même recherché comme une étape nécessaire au progrès. Il est cohérent avec un combat qui est une lutte de chacun pour une meilleure performance au bénéfice de l’ensemble, et non un duel fratricide qui vise avant tout à l’élimination de l’autre. Lorsque le bien commun est recherché, chacun peut trouver beaucoup plus facilement sa place. L’exclusion est un phénomène directement lié à l’absence de recherche du bien commun », J.-M. Joly et al.Privilégier l’être humain, dans Tourisme, éthique et développement, L’Harmattan, Paris, 2001 : 31.

0 En Afrique, l’espérance de vie n’est que de 62,5 ans en moyenne (pour 72 ans au niveau mondial)

0 M. Fonton, « L’Afrique subsaharienne sera le berceau du monde », in Le spectacle du monde, n° 2, automne 2020: 81-87.

0 V. https://afrique.le360.ma/maroc-algerie-autres-pays/economie/2020/07/12/31127-voici-les-10-pays-les-plus-riches-dafrique-selon-la-banque-mondiale-31127

0 M. Hillali : Tourisme et solidarités en Afrique : humaniser la modernisation pour valoriser la tradition, in Teoros, n° 26/2007, dossier Tourisme et solidarité, pp. 31-37

0 M. Hillali, « Le tourisme international vu du Sud. Essai sur la problématique du tourisme dans les pays en développement », loc. cit.

0 Source : https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/09/28/la-fuite-illicite-de-capitaux-depasse-75-milliards-d-euros-par-an-en-afrique_6053958_3212.html?xtor=EPR-33280896- [afrique]-20 201 003 – [call_titre_1]

0 F. Asher, La fin des illusions, loc. cit., p. 20

0 « Les destinations sont toujours nombreuses à travers le monde à s’ouvrir au tourisme et à investir dans ce secteur qui s’est converti en ressort essentiel du progrès socioéconomique de par ses retombées sous forme de création d’emplois et d’entreprises, de recettes d’exportation et de développement des infrastructures », OMT, Faits saillants, éd. 2017, p. 2

0 Tourisme international, national, interne, émetteur, récepteur, de masse, culturel, social, balnéaire, durable, écologique, vert, blanc, rural, thermal, spirituel, halal, solidaire, éthique, responsable, équitable, d’affaires, etc. (v. J.-M. Breton, Droit et politique du tourisme, préc. ; ibid., « Vous avez dit tourisme(s) alternatif(s) ? », Juristourisme, n° 209/2018, pp. 43-47)

0 O. Piot, « Le développement économique en Afrique. Le tourisme, au service d’une activité transformatrice et inclusive ». LMD, 11.2017, p. 24

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/19393/img-1.png
Fichier image/png, 144k
Titre Figure 2. Valeurs de l’indice de développement humain par groupe de pays, 1990-2017
Crédits Source : Bureau du Rapport sur le développement humain
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/19393/img-2.png
Fichier image/png, 179k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mimoun Hillali, « Du tourisme et de l’environnement en Afrique : mariage de raison ou relation d’intérêt ? », Études caribéennes [En ligne], 6 | Décembre 2020, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 09 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/19393 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.19393

Haut de page

Auteur

Mimoun Hillali

Géographe, Institut Supérieur International de Tourisme (ISIT), Tanger (Maroc)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search