Navigation – Plan du site

AccueilHors-série6L’évolution du système touristiqu...

L’évolution du système touristique en Tunisie. Perspectives de gouvernance en contexte de crise

Evolution of the Tunisian Tourism System. Prospects of its Governance in a Context of Crisis
La evolución del sistema turístico en Túnez. Perspectivas de la gobernanza en un contexto de crisis
Mohamed Hellal

Résumés

L’offre touristique balnéaire en Tunisie, qui a commencé par quelques unités hôtelières ponctuelles, a évolué à travers plusieurs concepts d’aménagement touristique. Depuis l’indépendance du pays en 1956, l’État tunisien a été un acteur primordial de développement touristique. Par ailleurs, depuis les années 1970, il n’a pas cessé de se désengager de l’aménagement touristique pour inciter les promoteurs privés à prendre le relais. Face à la crise et dans un temps où l’État devrait réviser son désengagement en matière d’investissement touristique, notamment suite à la réalisation de la station Yasmine-Hammamet à travers la participation des contribuables, les autorités publiques privatisent totalement l’aménagement touristique en donnant en concession des stations entières aux opérateurs privés. Dans un nouveau contexte de gouvernance, l’État change son positionnement vis-à-vis de l’action touristique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Notamment les assassinats politiques, en 2013, et les attentats de Sousse et de Bardo, en 2015, qui (...)

1Depuis son indépendance, en 1956, l’État tunisien a parié sur le tourisme international de masse qui est devenu un des piliers de son économie nationale (en 2018, le secteur touristique contribuait pour 6 % au PIB, alors qu’en 2010 il en représentait 7 %). La discordance entre la demande et l’offre touristique tunisienne s’explique en partie par l’ouverture de 46 unités hôtelières balnéaires ayant une capacité de 19 000 lits à Yasmine-Hammamet, dans un temps de mutation de la demande nationale. Ceci se conjugue avec les conjonctures sécuritaires et politiques de la Tunisie (les événements d’insécurité qui ont suivi la révolution de 2010-2011)1 pour constituer les principaux facteurs de la crise actuelle du secteur. Dans la tentative de restructurer son offre, l’État tunisien tend à donner en concession des terres aux promoteurs privés nationaux et internationaux pour y investir en des projets plutôt dominés par l’immobilier dans la continuité des anciennes zones touristiques balnéaires ou dans la frange littorale de grandes villes tunisiennes.

2À cet égard, nous nous demandons quel est le processus d’évolution du système touristique, dans le cas tunisien ? Et quelles sont les perspectives de gouvernance de nouveaux projets dans le contexte de crise ? Nous posons l’hypothèse suivante : l’État, en tant qu’acteur, se désengage progressivement de l’aménagement touristique pour se repositionner en tant que régulateur du système d’action, dans le cadre d’une nouvelle gouvernance des espaces touristiques. Pour démontrer cette hypothèse, nous adapterons une analyse systémique.

3Cette approche, qui s’est inspirée des travaux de la sociologie de l’organisation (Crozier et Friedberg, 1977), a été développée par les géographes pour les analyses territoriales (Le Berre, 1992, Prelaz-Droux, 1995, Moine, 2006). Elle a été mobilisée pour l’étude de la construction et de la dynamique des espaces touristiques par Clary (1993). Ce dernier a appréhendé le tourisme en tant que système global intégrant différents espaces et plusieurs fonctions. Cette approche a été développée davantage par l’équipe MIT (sous la direction de Knafou, en 2002), qui a fondé une nouvelle géographie de tourisme traitant le secteur en tant que système qui intègre « l’espace » dans ses dimensions sociales, au moment où le tourisme est perçu comme étant « un fait social global » (Vlès,2001 : 21). Ainsi Brideaux (2009) a utilisé les concepts « système touristique mondial » et « système touristique global » pour mettre en exergue l’évolution des espaces touristiques, notamment les resorts, sous l’effet des changements économiques et climatiques, dans le monde.

4Dans leur approche la plus récente, l’Équipe MIT (2011) et Duhamel (2018) mettent l’accent sur les filiations entre les acteurs, les pratiques et les lieux ; et, étant donné que le tourisme n’a pas cessé de se transformer, par l’effet de la mondialisation, sur le renouvellement des pratiques et la mise en tourisme de nouveaux lieux. Ainsi, les recherches récentes en tourisme offrent un regard fécond sur les processus à l’œuvre à travers l’analyse de ces interactions.

  • 2 Dans nos travaux de recherches, qui portaient notamment sur l’évolution de la politique d’aménageme (...)

5Nous essaierons ci-après d’étudier l’évolution du système touristique dans le cas tunisien (depuis l’indépendance du pays, en 1956, jusqu’à nos jours). À cet effet, nous analyserons les politiques de l’État et les perspectives de la gouvernance de nouveaux projets et lieux touristiques, en rapport avec l’évolution des pratiques touristiques, dans l’actuel contexte de crise, qui est principalement structurelle. Ici, la gouvernance réside dans une sorte de mise en place de nouveaux modes de pilotage ou de régulation plus souple (Leach R. et Percy-Smith J., 2001) d’un système qui intègre plusieurs acteurs et parties prenantes. Pour réaliser cette étude, qui fait la synthèse de nos travaux de recherches passés2, nous nous sommes appuyés aussi sur des documents administratifs et des études fournis par le ministère tunisien du Tourisme qui concernent les 20 dernières années.

1. L’évolution des politiques et des concepts d’aménagement touristique

1.1. Le développement du tourisme de masse par les zones touristiques

  • 3 La Tunisie a déjà hérité près de 700 lits hôteliers de la période coloniale (Vidal et al., 2007)

6Le tourisme tunisien, qui trouve ses origines dans la période coloniale3, a été prioritaire dans les politiques de développement de l’État, depuis son indépendance en 1956, afin de contribuer aux entrées de devises et, par là, à l’équilibre de la balance de payement (Vidal et al., 2007). Depuis la fin des années 1950, l’État tunisien s’est impliqué lui-même, comme entrepreneur et gestionnaire de premiers projets touristiques (Miossec, 1996). La Société Hôtelière du Tourisme Tunisien la (SHTT), créée en 1959, s’est chargée de la réalisation de premiers hôtels d’État, et de la formation de premiers gestionnaires hôteliers qui constitueraient par la suite une classe de promoteurs tunisiens possédant leurs propres hôtels et même leurs chaînes hôtelières. Cette politique de développement touristique international, qui n’a pas été précédée d’une planification spatiale, a été à l’origine de l’éparpillement des établissements hôteliers, notamment sur le littoral (Miossec, 1996). Malgré l’absence d’une conception claire des espaces qui accueillent ces hôtels, l’implantation de ceux-ci révèle une certaine harmonie avec l’environnement naturel et urbanistique. Par l’implication des acteurs locaux, artisans dans la construction, ainsi que des municipalités comme contrôleurs efficaces, et parfois des actionnaires dans des unités hôtelières, les structures de ces premiers hôtels balnéaires ont été plus ou moins intégrées à leurs territoires d’accueil.

7Depuis l’émergence du tourisme international, l’État tunisien a adopté une politique de promotion d’un tourisme de standing, afin « d’imposer une image de marque du produit tunisien » (Miossec, 1996 : 394). La Société Hôtelière et Touristique de Tunisie (SHTT), société étatique, a fonctionné comme un véritable entrepreneur, entre 1962 et 1965, pour édifier une série d’hôtels-Palaces (Sahara Palace, Ulysse Palace, etc.) (Miossec, 1996). À l’époque, les tour-opérateurs ont plutôt exprimé leur préférence pour des hôtels de catégorie inférieure, notamment 3 étoiles, afin de répondre à une importante demande européenne, en termes des forfaits de séjours balnéaires familiaux. Ceci est à l’origine du passage du tourisme de luxe à un tourisme de masse, en Tunisie. Ainsi, les villages de vacances réalisés à l’époque ont été construits dans des sites non aménagés, entraînant une perte d’espace et d’argent pour la réalisation de leurs réseaux d’infrastructures.

  • 4 Tunis-Nord, Tunis-Sud, Hammamet-Nabeul, Sousse-Nord, Djerba, Zarzis, Kerkennah (qui est remplacé pa (...)

8Pour rationaliser l’investissement touristique, en évitant le gaspillage d’espace et d’argent, l’État tunisien a créé l’Office National du Tourisme Tunisien (l’ONTT) en 1971 et l’Agence Foncière Touristique (l’AFT) en 1973, dans la perspective de planifier de nouveaux espaces touristiques via la technique du « zonage ». Dans ce contexte, au début des années 1970, à l’incitation de la Banque Mondiale, l’État tunisien a créé 7 zones touristiques, toutes situées sur le littoral4. À cet effet, il a chargé le bureau d’études italien Italconsult de la programmation et de la planification de ces zones touristiques. Puis, c’est l’AFT qui s’est chargée des négociations avec les tiers pour l’acquisition des terrains nécessaires à la réalisation des zones touristiques et de l’aménagement (à travers des plans d’aménagement de détail), avant de céder les lots aux promoteurs. La demande massive des tour-opérateurs était comblée par la construction des « hôtels bloc », en conséquence les nouvelles zones touristiques sont « frappées de monolithisme hôtelier » (Chapoutot, 2007). Depuis la fin des années 1970, on assiste à l’accroissement du rôle des promoteurs privés dans l’investissement hôtelier. Ainsi, l’implication des partenaires privés a été plus importante à la suite de la privatisation des unités hôtelières de la SHTT et de l’instauration d’une politique incitative appuyée sur un nouveau code d’investissement, à la fin des années 1980.

9Depuis les années 1970, le système d’action touristique a été de plus en plus dominé par les promoteurs privés et leurs semblables, les tour-opérateurs européens, ce qui a eu des implications spatiales.

10Les zones des années 1970 sont constituées par des séries d’hôtels qui se structurent parallèlement à la ligne du rivage. Elles sont aménagées en vue de développer le tourisme de masse, en ouvrant des enclaves touristiques en l’absence d’espaces publics et d’équipements d’animation dans ces zones. Le nouveau concept de « station intégrée » est venu de pallier ces lacunes d’aménagement des espaces touristiques liées à la technique de zonage.

1. 2. Les stations touristiques intégrées pour pallier les défauts de zonage

11Au milieu des années 1970, la volonté de l’État tunisien de diversifier l’offre touristique balnéaire, dominée par l’hôtellerie classique, a coïncidé avec les tentatives des promoteurs du golfe Arabique d’investir leurs rentes pétrolières dans des activités rémunératrices comme l’immobilier et le tourisme. Ce contexte a favorisé la création de la première station intégrée en Tunisie, à El Kantaoui. Le Fonds de développement a pris une participation de 24 % dans le capital de la Société d’Étude et de Développement de Sousse-Nord, qui a aménagé la station intégrée d’El Kantaoui, avant d’en augmenter le capital par l’implication d’autres fonds du golfe Arabique. Malgré la forte présence de financement arabe dans cette société, l’État est resté chef de file pour la planification et le montage du projet. Ainsi, le gouvernorat de Sousse, ainsi que les communes de Hammam-Sousse et Akouda, qui accueillent le projet dans leurs territoires, sont présents dans une société d’économie mixte qui se charge de l’aménagement et de la promotion de cette station afin d’en garantir l’intérêt et le contrôle local (Miossec, 1996). Ce montage, qui fait appel aux acteurs locaux, explique l’intégration efficace de cette station dans son territoire d’accueil : reproduction du style architectural local, symbiose entre le bâti et le paysage et, surtout, maillage réussi entre la station même et les agglomérations qui l’entourent. Selon Miossec, « El Kantaoui a un caractère exemplaire quant au savoir-faire en matière d’intégration ».

12En 2018, la station intégrée d’El Kantaoui compte 13 600 lits touristiques et résidentiels. Elle a été conçue à travers un plan d’aménagement réalisé en plusieurs phases. Elle « a été voulue comme une innovation en matière d’aménagement touristique, tranchant avec « les murs de béton » de la période précédente (Lamine, 1998). Organisée autour d’un port de plaisance, la station se compose d’unités hôtelières, d’appart-hôtels, de restaurants et de commerces, d’un parcours de golf, et d’une zone résidentielle de luxe.

13L’expérience d’El Kantaoui a été suivie d’une autre station « intégrée » : Montazah-Tabarka, décidée en septembre 1981. Cette station de Tabarka n’a pas été créée « ex nihilo », comme dans le cas d’El Kantaoui, puisqu’elle est centrée sur son port de pêche, rénové et reconverti en partie pour la plaisance, ainsi que sur un parcours de golf. Elle s’étend sur 90 ha et compte 5500 lits hôteliers et résidentiels. Les infrastructures et les équipements y ont été réalisés à la charge de l’État tunisien. Les promoteurs du Golfe arabique ont été majoritaires dans le projet. La STUSID (Société Tuniso-Saoudienne d’Investissement et de Développement) a fait réaliser par un groupement de bureaux d’études le plan d’aménagement de la station.

14Miossec (1996) a critiqué la conception de Montazah Tabarka au motif que les nouveaux immeubles réalisés en front de mer n’étaient pas en parfaite cohérence avec la composition urbaine initiale, quant à l’échelle, aux volumes, aux hauteurs, et aux styles. Cet urbanisme étranger a traduit une rupture avec une ville d’origine coloniale, constituée d’un damier de petits îlots de constructions basses aux toits pointus de tuiles rouges. En fait, le manque de vision stratégique explique cette « sous-intégration » de la station dans le tissu urbain préexistant. Les actionnaires privés saoudiens, principaux partenaires de l’État dans ce projet, ont été derrière ces choix urbanistiques. Depuis le projet de station intégrée de Tabarka, on constate donc que l’État a commencé à se désengager en tant qu’acteur stratégique de la planification touristique, et s’est laissé guider par les promoteurs, face à la faible implication des acteurs territoriaux, dans le montage et le contrôle du projet.

15Désormais, les projets sont programmés ou réalisés au coup par coup, sans vision globale des territoires d’accueil. Ce changement dans le mode d’action, avec la montée en puissance des acteurs privés face au recul des pouvoirs publics, a bien évidemment eu des implications urbaines. Bien que les deux premières stations intégrées en Tunisie, El Kantaoui et Montazah Tabarka, aient été aménagées selon le même concept, le désengagement de l’État face aux acteurs privés, dans le second projet a permis une certaine traçabilité spatiale, quant à la composition urbaine du projet par rapport au tissu urbain d’accueil.

16Malgré l’implication croissante des acteurs privés dans l’aménagement touristique, jusqu’au début des années 1980, l’État a continué à se charger de l’aménagement des infrastructures, notamment celles du port de plaisance, qui reste l’équipement central et le plus coûteux en matière d’aménagement d’une station balnéaire intégrée. Toutefois, le projet de la station Yasmine-Hammamet, décidé à la fin des années 1980, a confirmé le désengagement presque total de l’État en matière de développement touristique, et par là le changement du jeu d’acteurs.

2. La station Yasmine-Hammamet : un tournant dans la politique d’aménagement touristique en Tunisie

2.1. La station Yasmine-Hammamet inaugure un nouveau système d’action

17La station Yasmine-Hammamet, décidée en 1989, marque un tournant dans la politique d’aménagement touristique en Tunisie, puisque les promoteurs nationaux (tunisiens) ont assuré sa réalisation et son équipement.

18En 1990, on assiste à la promotion de la Société d’Études et de Développement de Hammamet-Sud (SEDHS). Le capital de cette société est constitué par neuf banques commerciales et l’Agence Foncière Touristique (AFT) avec une participation insignifiante. Il s’agit d’une société presque totalement privée, alors que les acteurs territoriaux ne sont pas impliqués dans le projet, surtout dans la mesure où le site du projet est localisé en dehors du périmètre communal de Hammamet. Les travaux d’aménagement ont débuté le 7 novembre 1991, pour s’achever en fin 2004 ; la station est entrée en exploitation durant l’été de 1996. Elle compte 46 unités d’hébergement touristique. La plupart des hôtels sont de haut standing, 4 et 5 étoiles. L’objectif du projet d’Yasmine-Hammamet a été de créer une cité touristique de 25 000 lits, sur 277 ha (dont 10 215 lits résidentiels), une médina de 800 lits, un parc de loisirs, et une Marina (Hellal, 2016).

  • 5 On a institué une certaine formule d’échanges qui évoluent selon l’emplacement du terrain permettan (...)

19Lors de la réalisation de cette station, l’État tunisien s’est désengagé, même pour financer l’approvisionnement en électricité, en eau, etc. En effet, la SEDHS, qui est une société à capital (d’investissement) privé majoritaire, a été chargée de l’aménagement et de la réalisation des infrastructures aux frais des contribuables. Par conséquent, elle a dégagé des bénéfices des opérations d’échanges avec les propriétaires terriens de la zone du projet5, qui en sont devenus des partenaires.

20Avec le désengagement presque total de l’État, la station a rompu avec les expériences passées, des stations intégrées d’El Kantaoui et de Tabarka. Ce projet s’inscrit dans un nouveau contexte, celui des menaces environnementales dues à la privatisation progressive de l’aménagement touristique, d’une part, et de l’appel à un tourisme durable, d’autre part (Chapoutot, 1999). L’État s’est trouvé contraint de changer sa position dans le système d’acteurs, pour concilier leurs intérêts divergents, afin de réaliser les nouveaux projets d’aménagement touristique, dont celui d’Yasmine-Hammamet.

21Ce dernier, en tant que projet de station intégrée, a inauguré un nouveau mode d’action, dans lequel l’État tunisien s’est progressivement désengagé comme investisseur, pour obéir aux normes de la gouvernance imposée par la Banque Mondiale depuis le milieu des années 1980. Toutefois, face à la montée en force des acteurs privés dans le système d’action, qui aura sans doute des implications spatiales, le rôle de l’État en tant que régulateur et contrôleur a été appelé à se renforcer (Hellal, 2009).

22Face à la réticence de la Banque Mondiale pour financer le développement touristique, l’État tunisien a adopté de nouvelles méthodes de financement des projets (Miossec, 1996). Désormais, les opérateurs privés, qui créent des sociétés d’aménagement afin d’aménager les nouvelles stations, orientent davantage les choix de l’État. Ce dernier avait plus été incité, auparavant, par les experts diligentés par des bailleurs de fonds internationaux, principaux bailleurs pour l’aménagement de premières zones touristiques, dans les années 1970. Dans le nouveau contexte, les ambitions des promoteurs touristiques privés se heurtent aux enjeux portés par les acteurs attachés au principe de développement durable (Chapoutot, 1999). En fait, le contexte des années 1980 et 1990 illustre l’apparition de nouveaux acteurs de l’aménagement touristique, notamment ceux qui soutiennent le principe du développement durable : Ministère chargé de l’environnement, crée en 1989 ; Agence Nationale de Protection de l’Environnement (ANPE), instituée en 1988 ; Agence de Protection et d’Aménagement du littoral (l’APAL), créée en 1995. Ainsi, la réalisation de la station de Yasmine-Hammamet a coïncidé avec les tentatives des autorités de lancer le chantier de la décentralisation en Tunisie, à travers des réglementations attribuant de nouvelles compétences aux conseils régionaux et municipaux. Ceci a favorisé l’ajout des acteurs territoriaux au cortège de nouveaux acteurs d’aménagement touristique. En somme, la multitude d’acteurs a favorisé la métamorphose d’un nouveau système d’aménagement touristique en vue de la réalisation d’un nouveau type de stations intégrées.

23En raison de la multitude des parties prenantes, la coordination entre les acteurs est devenue nécessaire pour réussir l’intégration de la station avec son environnement urbain et naturel. Désormais, l’État n’est plus le seul responsable de l’aménagement du territoire, mais en reste un maillon essentiel pour la gouvernance, et l’arbitrage entre des acteurs qui ont naturellement des intérêts divergents et parfois contradictoires (Hellal, 2016). En se substituant à un gouvernement qui exprime le caractère rigide de l’action publique, la gouvernance retenue traduit plutôt la mise en place d’un nouveau système, dans lequel l’État se repositionne comme acteur de régulation, dans un système plus souple en tant qu’il intègre plusieurs acteurs et parties prenants (Leach et Percy-Smith, 2001).

24Comme nous l’avons déjà expliqué dans un ouvrage portant sur la gouvernance d’Yasmine-Hammamet (Hellal, 2015), ce projet instaure un partenariat inédit dans l’histoire de l’aménagement touristique. Ce partenariat ne mobilise que des acteurs privés, car la SEDHS est une société quasi privée, étant donné que la participation publique y est minime. Dans le cas de Yasmine-Hammamet, la structure du projet révèle la domination claire des acteurs privés si l’on se réfère aux stations intégrées antérieurement réalisées en Tunisie, El Kantaoui et Montazah Tabarka (figure 1).

25Pour l’aménagement et la réalisation de la station Yasmine-Hammamet, le maître d’ouvrage qui est la SEADHS a procédé à la réalisation d’un plan d’aménagement de détail, indépendamment du plan d’aménagement urbain de Hammamet vile, et de celui de la zone touristique d’Hammamet. Il s’agit d’une planification précipitée et improvisée, s’agissant d’aménagement opérationnel concernant un périmètre non urbanisable, alors qu’il n’a été précédé ni par un Schéma Directeur d’Aménagement, ni par un plan de faisabilité.

26Le manque de vision prospective, ainsi que la prééminence des enjeux économiques dans le projet, ont engendré une station sururbanisée. La privatisation excessive de l’espace de la station, et la non-implication des acteurs locaux dans la conception du projet, sont responsables de sa sous-intégration dans le territoire urbain local, au plan urbanistique (densité, volume de construction, cachet architectural, etc.), ainsi que du manque d’équipements d’animation, de convivialité, et de composantes paysagères dans le projet lui-même.

Figure 1. Évolution du système touristique en Tunisie en rapport avec les degrés d’implication des acteurs concernés

Figure 1. Évolution du système touristique en Tunisie en rapport avec les degrés d’implication des acteurs concernés

Source : auteur – statistiques de l’Office National du Tourisme Tunisien

27Le projet de la station intégrée de Yasmine-Hammamet se distingue des autres réalisations antérieures, El Kantaoui et Tabarka, par le désengagement de l’État dans l’aménagement de l’équipement le plus coûteux : le port de plaisance. Les autorités tunisiennes ont choisi de confier ce projet à un promoteur privé, la Société d’Étude et d’Aménagement de Marina Hammamet-Sud (SEAMHS), après la réticence du promoteur italien Marinevest qui était intervenu dans la conception. Les problèmes d’environnement littoral (accumulation d’algues, érosion de la plage) sont dus aux impacts du port de plaisance, dont l’implantation ne répond qu’aux intérêts spéculatifs de son principal maître d’ouvrage. Ce dernier n’a pas hésité à étendre la superficie de son projet, pour avoir une meilleure capacité en anneaux et en lits résidentiels, au détriment du plan d’eau et du DPM (Hellal, 2009). Malgré l’avis négatif de l’ANPE et les recommandations de l’APAL pour minimiser les impacts négatifs de cette structure, les autorités ont maintenu le projet qui a aujourd’hui des impacts négatifs sur l’environnement littoral.

28Finalement, le projet Yasmine-Hammamet s’avère un projet différent des expériences antérieures en matière d’aménagement des stations touristiques intégrées (El Kantaoui et Montazah Tabarka).

2.2.Yasmine-Hammamet : une station intégrée à part ?

29À la fin des années 1980, ce sont les promoteurs privés qui ont orienté l’État pour décider la réalisation de la station Yasmine-Hammamet, au sud de la méga zone touristique Nabeul-Hammamet, saturée à l’époque. Dans un temps où le tourisme balnéaire était rentable, le projet a été conçu très vite, sans la réalisation d’aucune étude prospective ni de faisabilité. Ceci a engendré une station très dense et peu intégrée dans ses environnements urbain et naturel : s’y sont ajoutés les impacts de son port de plaisance, responsable de dégradations de la plage sous l’effet de l’érosion et de l’accumulation d’algues (Hellal, 2009). Le projet est perçu, aujourd’hui, comme étant en rupture totale avec la structure urbaine préexistante d’Hammamet, mondialement réputée pour la symbiose esthétique entre ses bâtis bas et son environnement naturel (plages de sable fin, et jardins d’agrumes). Ainsi, les dégradations susmentionnées de l’environnement montrent que la station ne répond pas aux normes du tourisme durable.

  • 6 Les statistiques de l’Office du tourisme tunisien, entre 1996 et 2008.

30En termes de gouvernance, la privatisation excessive de l’espace, l’éviction des acteurs locaux et des mécanismes de contrôles publics dans la prise de la décision lors de la planification du projet sont responsables du déséquilibre du processus d’action, en faveur des acteurs privés. Ceci explique les carences du projet Yasmine-Hammamet en termes de conception et de réalisation. En fait, la régulation par l’État, qui s’exerçait au profit des opérateurs privés, au détriment des acteurs territoriaux et des partisans d’un développement durable, donne un résultat en discordance avec les enjeux préalablement identifiés. Yasmine-Hammamet, initialement conçue pour le tourisme de luxe, devient le principal site spécialisé de tourisme national, et ne fonctionne que durant les deux mois d’été, en juillet et août6. Pis encore, elle a contribué à la crise de l’offre touristique, en Tunisie, qui semble évoluer à contre-courant de la tendance de la demande, devenue très sensible à la qualité urbaine et environnementale des destinations (Hellal, 2016). Ceci confirme la théorie de l’équipe MIT (2011) et de Duhamel (2018) qui estiment que la démarche touristique n’échappe pas à la confusion lorsqu’elle intègre divers acteurs, espaces et pratiques.

  • 7 Clary a mis l’accent sur le rapport station et ville d’appui.

31Si nous examinons la structure spatiale du projet Yasmine-Hammamet, nous relevons une grande différence avec les deux projets antérieurs de stations intégrées. À titre de comparaison, et en se référant à la typologie retenue par D. Clary (1993) dans le cas français, on considère le rapport entre la station et la ville support. Ici, nous nous sommes retrouvés dans l’embarras pour appliquer cette typologie au cas tunisien. En fait, si Yasmine-Hammamet et El Kantaoui sont des stations dites « intégrées », réalisées ex nihilo, dans des sites vierges, leurs structures internes diffèrent totalement, car elles sont les reflets de deux démarches différentes. Par ailleurs, la station intégrée Montazah Tabarka, qui s’appuie sur l’agglomération urbaine de Tabarka, est plutôt assimilée à El Kantaoui (station sans antécédent), dans sa structure interne et dans la méthodologie de sa réalisation. De ce fait, la typologie de Clary7, qui s’appuie sur des normes exclusivement spatiales pour les stations intégrées en France, n’est pas transposable au cas tunisien. De ce fait, nous sommes contraints d’adopter une nouvelle typologie à l’endroit des stations touristiques intégrées en Tunisie.

32Dans ce cas, nous optons pour une typologie des stations touristiques qui se réfèrent aux méthodes et à la politique adoptée pour les montages institutionnels et financiers en vue de la réalisation de leurs chantiers. Ainsi, nous rangeons El Kantaoui et Tabarka, réalisées à la fin des années 1970 et au début des années 1980, dans la catégorie des stations intégrées de « la première génération », tant que l'Etat a été largement impliqué dans leur aménagement, notamment celui des ports de plaisance, et dans la réalisation des infrastructures. À l’inverse, nous plaçons Yasmine-Hammamet (réalisée durant les années 1990), dans la catégorie des stations intégrées de seconde génération, car sa structure urbaine a été marquée par le désengagement financier de l’État, et par le changement de méthodologie opérationnelle, comparés aux précédents projets de stations intégrées.

33La gouvernance du nouveau système d’action ainsi que la logique qui guide les acteurs privés qui ont la maîtrise du projet face à l’affaiblissement des acteurs locaux et des institutions favorables au principe de développement durable sont dans une large mesure responsable des discordances entre les enjeux initiaux et le projet final. Mais, cette situation peut-elle contribuer au changement des modalités de gouvernance envers les futurs projets d’aménagement touristique en Tunisie ?

3. L’évolution du système touristique en rapport avec les nouvelles tendances d’aménagement dans le contexte de la crise de l’offre

3.1. Crise et essoufflement du modèle de développement touristique

  • 8 ONTT, Tourisme tunisien en chiffres, 1995 et 2005.
  • 9 Le changement de la demande est prouvé par la crise de destinations touristiques de masse, comme ce (...)

34La station Yasmine-Hammamet (19 602 lits touristiques), qui a contribué à l’augmentation de l’offre hôtelière en Tunisie de près du tiers, entre 1995 et 2005 (qui est passée entre-temps de 161 495 à 229 835 lits touristiques8), y a contribué à la crise structurale du tourisme. Elle a probablement concouru à l’essoufflement de l’offre touristique de la destination, surtout à cause du perpétuel changement de la demande européenne et de la très forte concurrence internationale. C’est depuis les années 1990 – la décennie qui voit l’ouverture des premières unités hôtelières à Yasmine-Hammamet – qu’un déséquilibre entre l’offre et la demande touristiques s’est opéré en Tunisie9. C’est dans ce contexte que le tourisme tunisien a commencé à connaître une crise structurelle (Sahli, 2013).

  • 10 Ce contexte est marqué par la crise des destinations de tourisme de masse comme Majorque (Espagne) (...)
  • 11 Selon le ministre de tourisme tunisien : 70 % des choix de destination des vacances et environ 60 % (...)

35Bien qu’il soit conçu comme une station intégrée, le site Yasmine-Hammamet reproduit, en réalité, les « hôtels blocs » des zones touristiques classiques, déjà recommandés par les tour-opérateurs pour répondre à une forte demande européenne, durant les années 1970. En fait, la conception de cette nouvelle station répond aux enjeux de ses promoteurs touristiques, qui s’attachent à un modèle déjà dépassé, le tourisme hôtelier de masse, puisqu’ils sont encore dominés par les TO. Toutefois, depuis les années 199010, la demande touristique internationale s’oriente vers l’e-tourisme et le tourisme responsable11, et tend plutôt à se diversifier pour afficher de nouvelles exigences écologiques et culturelles.

36Dans un contexte de post-consommation, on incline pour des pratiques touristiques, plutôt de nouvelles expériences, dans des lieux de vie quotidienne et de services personnalisés pour lesquels les touristes s’occupent eux-mêmes de la programmation de leurs séjours (Sicart, 2017). L’acteur touriste est de retour pour occuper une place de choix dans l’action touristique afin d’orienter indirectement par ses choix et ses pratiques les politiques de développement touristique (MIT, 2011). La crise structurelle du secteur touristique, en Tunisie, tient, en partie, au changement du modèle touristique responsable de la discordance entre l’offre et la demande.

37La crise du tourisme tunisien s’est intensifiée en raison des conjonctures sécuritaire et politique. La fragilisation de la destination Tunisie a commencé avec les événements du 11 septembre 2001, et l’attentat de Djerba le 11 avril 2002, puisque depuis les TO bradent les lits touristiques, ce qui affecte la qualité de services et partant, la satisfaction et la fidélisation de la clientèle. Ce déséquilibre, en termes de gestion des unités hôtelières, se retrouve dans toutes les zones touristiques de Tunisie.

  • 12 L’ONTT, Tourisme tunisien en chiffres, 2011.

38Depuis la « « révolution tunisienne (17 septembre 2010-14 janvier 2011), nous assistons à une vraie crise du tourisme. Les TO européens, qui boudaient les hôtels tunisiens, ont influencé l’évolution des entrées et des nuitées, condamnées à la baisse. Les entrées des touristes étrangers ont baissé de 6 902 742, en 2010, à 4 785 119, en 201112. Même si on constate une reprise du nombre de touristes au cours des années 2017 et 2018, pour atteindre 6 912 000 touristes non-résidents en 2018, l’apport de ces touristes en termes de dépenses « n’est pas au rendez-vous ». Même si l’on constate une légère reprise en 2018, les recettes touristiques de cette même-année, en euros, restent inférieure à celles de 2011, année de la révolution (Tableau 1).

Tableau 1. Évolution des revenus du secteur touristique

Années

Recettes touristiques en Dinar tunisien

Parité euro/

Dinar Tunisien

Recettes touristiques en

Euro

2006

2 825,2

1,63

1733,2

2007

3 077,3

1,70

1810,2

2008

3 390,2

1,78

1904,6

2009

3 471,9

1,81

1918,2

2010

3 522,5

1,90

1853,9

2011

2 432,6

1,92

1266,9

2012

3 175,3

1,96

1620,1

2013

3 221,4

2,07

1556,23

2014

3 625,6

2,22

1633,15

2015

2 414,7

2,16

1117,9

2016

2 373,4

2,21

1073,9

2017

2 831

2,94

962,6

2018

4141

3,43

1207,2

Source : Auteur, à partir des statistiques de l’Office National du Tourisme tunisien

39Face à la diminution de rentabilité des hôtels, on relève, au cours des dernières années, une baisse du rythme de croissance des lits hôteliers en Tunisie (figure 2). Cependant, nous constatons que la clientèle maghrébine commence à prendre progressivement la place de la clientèle européenne. Dans cette perspective, l’inadaptation de l’offre hôtelière classique, initialement conçue pour les touristes européens à la clientèle maghrébine, motive, actuellement, l’investissement dans l’offre locative et résidentielle.

Figure 2. Évolution des investissements touristiques entre 1995 et 2018, en millions de dinars tunisiens

Figure 2. Évolution des investissements touristiques entre 1995 et 2018, en millions de dinars tunisiens

Source : auteur, à partir des statistiques de l’Office National du Tourisme tunisien.

  • 13 En Tunisie, l’investissement touristique est principalement hôtelier.

40Depuis le début des années 2000, l’investissement hôtelier13, devenu peu rentable, n’attire plus les promoteurs. De ce fait, les investisseurs internationaux, comme ceux du Golfe Arabique, ont tendance à investir en Tunisie dans l’immobilier touristique. L’État tunisien est contraint de s’adapter à cette tendance à travers le changement du processus de conception de projets touristiques et immobiliers. Il tente de se repositionnement dans les nouveaux systèmes d’acteurs qui sont dominés par les acteurs privés internationaux.

41Pour continuer le développement touristique, l’État a été contraint de changer son rôle (en tant qu’investisseur direct, puis partenaire des opérateurs privés), surtout quand il ne dispose pas du financement nécessaire pour conserver son rôle habituel dans le secteur de l’aménagement. D’ailleurs, dans un temps où l’État devrait revoir son désengagement dans l’investissement touristique, à la suite de l’échec de sa gouvernance du projet touristique Yasmine-Hammamet, et face aux grands enjeux économiques portés par de nouveaux projets, les autorités publiques poursuivent leur fuite en avant, en cessant de jouer le partenariat (privé/public) pour concéder davantage de sites aux promoteurs privés. Ceux-ci misent surtout sur des projets immobiliers qui s’appuient sur des ports de plaisance, ou sur des parcours de golf, pour répondre aux nouvelles demandes en matière de tourisme résidentiel, golfique et plaisancier. Les ports de plaisance et les parcours de golf, en tant qu’équipements initialement touristiques, constituent aujourd’hui des décors pour des projets urbains à dominance immobilière et ludique plutôt que touristique.

3.2. Métamorphose du système d’aménagement touristique en Tunisie

42Depuis les années 2000, les autorités tunisiennes ont la perspective de transformer la Tunisie en plateforme internationale de services, via le développement d’autres types de tourisme : urbain, d’affaires et résidentiel. Bien que les nouveaux projets urbains portés par des promoteurs étrangers prennent comme thème les différents types de services : sport, santé, finances, etc., ils se structurent pourtant autour des équipements qui ont traditionnellement un caractère touristique et existent déjà dans les stations balnéaires : les ports de plaisance, et les parcours de golf. En raison du coût de ces projets d’un nouveau type, l’État se désengage totalement de leur financement en les donnant en concession aux promoteurs nationaux, ainsi qu’aux groupes financiers arabes. En même temps, pour réaliser ces grandes opérations urbaines le pouvoir politique central a choisi d’être l’interlocuteur direct de ces promoteurs. Quant à leur localisation, ces projets touristiques et urbains s’accrochent à la métropole de Tunis pour en constituer de nouveaux pôles. Ainsi, les plans d’eau (le lac de Tunis, ou la mer méditerranée) composent les fronts et les décors de ces projets de marketing urbain. Les offres portées par ces opérations urbaines se basent sur l’immobilier commercial, le résidentiel et les services. Elles ambitionnent de moderniser la capitale, Tunis, et participent à l’amélioration de son image pour attirer davantage les investisseurs internationaux.

43Parmi les projets lancés par les investisseurs des pays du Golfe dans le Grand Tunis, c’est celui de « Boukhatir », groupe des Émirats arabes unis, qui œuvre à la réalisation d’une cité sportive qui offrira près de 10 000 logements, sur 125 ha, pour un coût de 5,5 milliards $. Ce projet, situé au nord des projets urbains des berges du lac, est structuré autour d’un parcours de golf et d’une marina (figure 4).

Figure 3. Les sites de 3 projets au grand Tunis : Cité sportive, Cap Gammarth et port financier

Figure 3. Les sites de 3 projets au grand Tunis : Cité sportive, Cap Gammarth et port financier

Source : auteur.

  • 14 Ammar M., 2018.

44Plus au nord de Tunis, sur le site d’El Hisyène, à mi-chemin entre les deux agglomérations de Raoued et Kalaât El Andalous, un promoteur bahreïni est en train d’aménager le Port Financier de Tunis (figure 3). Ce projet, annoncé en 2008, a été confirmé en 2017, lors de la conférence internationale sur l’investissement « Tunisie 2020 », après que les travaux aient été arrêtés à la suite de la révolution tunisienne (2010-2011). Le chantier de ce projet sera réalisé en 4 étapes, pour un coût total qui s’élève à 6,5 milliards de dinars. Il couvrira une superficie de 523 ha14.

45Le Port Financier de Tunis sera une citée intégrée, abritant une université de finances, un mégacomplexe commercial et résidentiel, des hôtels de catégorie 5 étoiles, un port de plaisance de 30 ha pouvant accueillir plus que 850 yachts, et un terrain de golf de 82 ha (18 trous). Ce projet est financé par le groupe GFH, une banque d’investissement de Bahreïn, alors qu’il est piloté par sa filiale Tunis Bay project Company. Ces investisseurs ambitionnent que le projet devienne le premier centre bancaire et financier off-shore intégré non seulement en Tunisie, mais aussi en Afrique du Nord.

46Le Port Financier de Tunis est l’un des grands projets urbains situés au nord de Tunis, qui s’inscrivent dans la politique de renforcement de la métropolisation du Grand Tunis, afin que cette capitale soit plus concurrentielle, dans le contexte de la mondialisation.

47À travers ces projets urbains, la Tunisie tente de devenir une plateforme de commerce et de services, face à l’essoufflement du tourisme de masse. Les autorités tunisiennes ont changé de stratégie au vu contexte international : le secteur de tourisme serait intégré à d’autres secteurs économiques, les services, le résidentiel, etc., et ne serait plus développé dans un cadre purement sectoriel, comme il l’a été auparavant.

48Pour réaliser ce type de mégaprojets urbanistiques et touristiques, le Ministère chargé de la coopération internationale est l’interlocuteur direct de leurs maîtres d’ouvrage, qui sont des grands investisseurs du Golfe Arabique. Ainsi, c’est le ministère chargé de l’aménagement et de l’équipement, qui veille à l’intégration de ces projets à l’échelon régional, par l’élaboration des documents d’urbanisme et d’aménagement, et la réalisation des infrastructures extra-muros. Bien que ces projets ne relèvent pas de la stratégie des institutions chargées de développement touristique, notamment l’ONTT et l’AFT, ils s’inscrivent néanmoins dans les perspectives de l’État de renforcement du secteur à travers des produits nouveaux : tourisme d’affaires, tourisme de santé, tourisme sportif, etc.

  • 15 Dans quelques projets récents de type marina, actuellement, l’offre immobilière destinée à une clie (...)

49Dans le cadre de la stratégie nationale de restructuration des zones touristiques classiques, en référence au Schéma National d’Aménagement du Territoire National de 1997, l’État tunisien ambitionne de réaliser une chaîne de parcours de golf, ainsi que de marinas, qui constituent des équipements structurants des espaces touristiques. Parallèlement, les promoteurs nationaux tentent, également, de réaliser des projets immobiliers autour de ces types d’équipements d’appui. Ils choisissent de greffer leurs projets sur des zones touristiques balnéaires, ou sur des anciens ports convertis en marinas. Face aux complications tenant à la réalisation de nouveau projet de plaisance en Europe – en raison notamment de leurs impacts sur l’environnement littoral –, la perspective d’une chaîne de ports de plaisance en Tunisie semble capable d’attirer le surplus de yachts et de plaisanciers de l’Europe. Les ports de plaisance et les golfs sont aujourd’hui des équipements de haute attractivité pour les plaisanciers et golfeurs européens dont les demandes ne cessent de s’accroître15. Ainsi, le port de plaisance, comme le parcours de golf, bien qu’ils soient des équipements d’animation touristique, constituent conjointement un décor et apportent une valeur ajoutée à l’offre immobilière : appartements, villas et commerces.

50Les deux marinas Cap-Gammarth et Homet Essouk, qui chacune fait partie d’une zone préexistante (la zone Tunis Nord pour la première, et celle de Djerba pour la deuxième), et la marina de Bizerte Cap 3000, sont des exemples éloquents de ce type d’investissement (figure 5).

51Le projet du Cap-Gammarth, situé à 20 km de Tunis (figure 3), a été lancé par le groupe Tunisia Travel Service (TTS). Il s’agit d’un complexe résidentiel d’une centaine d’appartements s’étendant sur 17 ha, implanté autour d’un port de plaisance d’une capacité de 400 anneaux.

52Quant au projet de marina de Houmet Essouk, à Djerba, une « société mixte » a été créée en vue de sa promotion et de sa réalisation : la Société d’Études et de Développement de la Marina Homet-Essouk. Bien que la municipalité de Houmt Souk et l’AFT (Agence Foncière Touristique) en soient des partenaires, les actionnaires majoritaires sont des promoteurs privés tunisiens, qui influencent les choix déterminants en matière d’aménagement. En 2000 a été entamé le chantier de la réalisation du projet de la marina, qui s’intègre au fort historique de « Mustapha Ghazi », et au port de pêche de la localité. La marina, qui s’étend sur 72 ha, se compose d’un programme immobilier (95 % de surface bâtie) totalisant 162 appartements, et de locaux commerciaux (5 % de surface bâtie) qui enserrent un port de plaisance de 200 anneaux (Office du tourisme à Djerba).

53Quant au projet de la marina « Cap 3000 », à Bizerte, il réside en réalité dans la réhabilitation d’un ancien bassin de port destiné à devenir un port de plaisance (Fig. 4). Le projet est donné en concession, pour 50 ans, à une société constituée d’un groupe de promoteurs tunisiens. Il coûte 160,8 millions de dinars. Il s’agit d’un port-marina d’une capacité de 900 anneaux. Il dispose d’un service de maintenance off-shore, intégré à une promenade qui comprend des locaux commerciaux et de loisirs, ainsi qu’une résidence de 8 étages offrant 277 appartements.

54Concernant les parcours de golf dans les projets touristiques intégrés, qui ont déjà participé à l’évolution de plusieurs modèles de resorts dans le monde (Prideaux, 2002), par l’assouplissement de la réglementation, depuis les années 2000, l’État tend à inciter les promoteurs nationaux à y intégrer des projets immobiliers afin de rentabiliser leurs investissements. L’AFT commence à autoriser les investisseurs des parcours de golf à y introduire une composante immobilière, à hauteur de 5 % de la superficie totale du projet. Les autorités facilitent aussi les procédures d’appropriation des étrangers dans ces espaces, délimités par un décret de zone touristique. Les promoteurs de ces projets touristiques et immobiliers, tels que « Bizerte Cap 3 000 », « Cap Gammarth », commercialisent leurs offres dans les salons internationaux de l’immobilier, comme celui de Paris.

Figure 4. Plan général du port réhabilité et transformé, avant la réalisation du projet

Figure 4. Plan général du port réhabilité et transformé, avant la réalisation du projet

www.marinabizerte.com

55Dans un contexte néolibéral, les nouveaux projets d’aménagement (figure 5) qui se structurent autour des marinas et des parcours de golf sont donnés « clés en main » à des promoteurs privés, et ne répondent, en réalité, qu’aux visées lucratives de leurs promoteurs. Ils sont réalisés en dehors de plans d’aménagement urbain de leurs villes support, ce qui risque de reproduire des projets « anonymes » au regard de leurs territoires d’accueil, car ils sont conçus et élaborés par des bureaux d’études étrangers dont les références urbaines et architecturales sont plutôt de type international. Ils risquent donc de ne pas attirer les acheteurs européens, dans la mesure où ceux-ci cherchent plutôt des lieux à forte identité.

Figure 5 : Les sites des stations touristiques en Tunisie

Figure 5 : Les sites des stations touristiques en Tunisie

Source : réalisé auteur.

56Ces projets urbain et touristique s’exposent à s’intégrer difficilement dans le tissu urbain, car les acteurs locaux sont peu impliqués dans le processus d’action. C’est dans cette perspective de recomposition des espaces touristiques, en relation avec les villes d’appui, que les autorités locales tentent d’intégrer ces projets « structurants » dans le cadre des plans d’aménagement urbain des villes pilotes, comme il en va des zones de Gammarth, Hammamet, Monastir, etc. Il s’agit là d’une tentative des acteurs locaux pour rattraper et récupérer de leurs places dans la démarche touristique.

57Finalement, depuis les années 2000, on assiste à l’émergence d’un nouveau modèle opérationnel, en train de se structurer au regard du nouveau contexte de développement touristique, en Tunisie et dans le monde.

4. Perspectives et gouvernance de nouveaux projets touristiques et immobiliers

4.1.Perspectives de développement touristique

58On vient de voir que, dans le cadre de la réalisation de nouvelles stations touristiques par des concessionnaires privés, l’État tunisien tend à se désengager totalement de l’aménagement touristique en faveur de ceux-ci, au profit d’un nouveau type d’intervention en matière d’aménagement touristique en Tunisie. L’approche systémique adaptée à la typologie des espaces touristique, en Tunisie conduit à placer les projets donnés en concession à des sociétés privées (Cap 3000 à Bizerte et Cap Gammarth) dans la catégorie des « stations touristiques de troisième génération ». Dans ce type de projets touristiques et résidentiels, les acteurs territoriaux, les communes et la société civile, sont occultés et rarement impliqués. Outre que ces projets ne sont pas prévus par les documents d’aménagement et d’urbanisme, qui régissent leurs zones d’implantation, leurs réalisations et leurs conceptions sont fortement contestées par la société civile de Bizerte pour le projet « Cap 3000 », et celle de la Marsa pour celui de « Cap-Gammarth, en raison leurs impacts environnementaux. Pourtant l’implication préalable des acteurs locaux pourrait permettre à ces projets de s’intégrer aux territoires d’accueil. Les acteurs territoriaux, dans les pays à vocation touristique, sont en effet enclins à accorder une importance à la dimension touristique de leurs politiques urbaines et patrimoniales.

59L’observation des tendances touristiques mondiales montre l’importance accrue des sites originaux qui sont des lieux de forte identité et de mixité sociale. Depuis le début des années 2000, les médinas impériales au Maroc (Marrakech, Fès, Meknès et Rabat), en raison de leur authenticité et de leur patrimoine, sont devenues des destinations touristiques et résidentielles, qui participent au renouvellement de l’image touristique du pays. Cette tendance a gagné la Tunisie, favorisant l’apparition de résidences pour les étrangers et de maisons d’hôtes dans les cœurs anciens de villes. Bien que la législation tunisienne soit peu favorable à l’acquisition de résidences par des étrangers, en exigeant une autorisation de la part des gouverneurs, les achats dans les petites villes tunisiennes, surtout dans celles qui conservent une certaine originalité et authenticité, se multiplient, comme à Mahdia, à Tozeur, à Riadh (Djerba)…

60En Tunisie, le paradoxe entre l’offre immobilière dans des stations touristiques et les tendances de la demande, résulte du désengagement de l’État de l’investissement touristique, surtout en matière de prospection, de planification et de contrôle. La discordance entre les objectifs de l’État et les pratiques touristiques favorise le développement de ce type de produit résidentiel, qui se pare d’image d’un nouveau type de tourisme : le « tourisme résidentiel » (Hellal, 2016). On est alors conduit à se demander quel est le rôle de l’État dans cette nouvelle approche touristique, qui redonne un rôle central à « l’acteur touriste », notamment dans la prise des décisions relatives aux destinations touristiques.

61Dans le contexte actuel de développement de la demande touristique, le touriste est porté à occuper une place importante en tant qu’acteur de la démarche touristique (MIT, 2003) pour orienter indirectement les modalités d’action en matière de développement touristique. Les autorités tunisiennes sont alors contraintes de se plier aux tendances qu’exprime la demande, et aux attentes de « l’acteur touriste », dans leur politique de développement de nouveaux projets touristiques.

4.2. Vers quelle gouvernance du système touristique en Tunisie ?

62En raison de l’importance grandissante du touriste international, qui en est un acteur du premier ordre – car c’est à lui que revient la décision de voyager et de choisir sa destination –, c’est de lui que dépendent la réussite ou l’échec tel ou tel projet touristique (MIT, 2002). L’État est alors contraint de renforcer son rôle en amont, en tant qu’acteur stratégique appelé à détecter les nouvelles motivations et tendances touristiques. L’exemple de la station Yasmine-Hammamet montre une défaillance de la gouvernance, quant à l’arbitrage assuré par l’ONTT et l’AFT, ainsi qu’en matière de conception des espaces touristiques, contraints de s’adapter à l’évolution de la demande.

63Aujourd’hui, le Ministère chargé du tourisme est dépourvu d’organisme stratégique, qui correspondrait à ce qu’est en France « l’Agence de Développement Touristique », qui intègre tous les acteurs du tourisme, pour étudier l’évolution de la demande touristique, l’effet de la mode, et les nouvelles tendances de la clientèle ciblée, afin d’élaborer des politiques efficaces. La réalisation des projets touristiques lucratifs pour leurs promoteurs, sans être précédée de la moindre étude prospective, peut conduire à des résultats en contradiction avec les enjeux, notamment au regard de l’objectif de tourisme durable.

  • 16 La crise économique et financière de 2008 et celle de 2020 qui est liée au COVID-19.

64Quant aux tendances du marché, la demande touristique apparaît très hiérarchisée et en perpétuel changement : la montée de l’individualisme et la multitude des repères sociaux, notamment Internet et les chaînes de télévision, compliquent davantage la tâche des aménageurs dans la réalisation des projets touristiques. Les crises économiques16 qui se succèdent, la concurrence exacerbée, l’émergence de nouveaux marchés touristiques, comme la Russie, la Chine et l’Inde, et le déclin de certaines autres, font que la conception d’une station touristique mobilise une multitude de spécialistes et d’experts pour pouvoir adapter le produit à la demande. De ce fait, le plan zonal, avec ses paramètres rigides, a été progressivement remplacé par « le projet de station », ouvert aux adaptations et à la concertation. À ce sujet, V. Vlès, (1996 : 33) estime que « la crise de légitimité que semble connaître le système de production de l’aménagement touristique amène les acteurs politiques à une dissociation entre prévision et projet. En effet, contrairement à ce qui s’était passé jusque dans les années 1980, les systèmes de prévision sur les consommations touristiques apparaissent aujourd’hui comme de plus en plus aléatoires (...). C’est sans doute la raison pour laquelle le concept même d’aménagement touristique est entré provisoirement en crise, de planification, de prospective ».

65La privatisation de l’aménagement touristique, en Tunisie, par l’octroi « clés en main » de stations entières à des sociétés privées, pourrait, selon nous, produire les mêmes erreurs qu’à Yasmine-Hammamet. Étant donné que dans cette dernière station seule la marina a fait l’objet d’une concession, sa réalisation s’avère préjudiciable à l’ensemble du projet touristique. Dans ce cas, il semble que l’ancienne formule de « société mixte », incluant des acteurs locaux, est le meilleur garant, dans le contexte tunisien actuel, pour assurer la « bonne gouvernance » de futurs projets touristiques. Prendre le territoire comme base d’aménagement peut faciliter l’adoption d’un système d’action équilibré, surtout si l’on considère que les choix d’aménagement dans les projets touristiques les plus récents sont guidés par les capacités foncières et par les enjeux économiques des promoteurs privés.

66L’essoufflement du modèle d’offre touristique fordiste – se basant sur l’hôtellerie de masse – résulte en partie de la nouvelle tendance d’une demande de plus en plus segmentée. On assiste en effet à la hiérarchisation de la demande des touristes internationaux, originaires de différents pays et porteurs de différentes cultures, qui ne présentent pas nécessairement le même niveau d’exigences. De ce fait, dans les pays touristiques comme la Tunisie, les autorités sont conduites à jouer un rôle déterminant pour adapter les prestations nationales à la nouvelle demande, par l’innovation de l’offre, la régulation du système d’action, la mise en place de normes de qualité et de contrôle des services touristiques, ainsi que de l’environnement humain et naturel. Le cadre institutionnel est alors contraint de s’adapter aux nouvelles donnes. Pour s’ajuster à la demande touristique et résidentielle, il est nécessaire de valoriser les institutions stratégiques, ainsi que les organismes de contrôle et de labellisation.

67Face au désengagement de l’État, ni l’ONTT ni l’AFT ne peuvent combler le défaut de prospective vis-à-vis du développement touristique en Tunisie. Toutefois, face à la crise actuelle du secteur, l’État est appelé en retour à réguler et à contrôler celui-ci, via de nouvelles institutions et un nouveau mode d’action touristique. La nouvelle constitution, adoptée par l’Assemblée constituante, le 26 janvier 2014, a pour sa part consacré le principe de décentralisation des pouvoirs aux niveaux local et régional, ce qui n’est pas sans conséquence sur les politiques de développement touristique. Dans cette perspective, les offices de tourisme sont appelés à devenir des structures décentralisées, œuvrant pour la mise en tourisme et le marketing des régions et des villes touristiques, afin de leur permettre, peut-on le souhaiter, « des destinations touristiques » indépendantes de « la destination mère », la Tunisie, en créant et en valorisant leurs propres images de marque.

Conclusion

68En Tunisie, l’offre touristique balnéaire, qui a débuté par quelques unités hôtelières ponctuelles parallèles à la ligne de rivage, a connu plusieurs concepts et phases d’aménagement (zone, station touristique de 1re génération, station touristique de 2me génération) touristique pour répondre à la demande des tour-opérateurs qui sont les intermédiaires avec la clientèle internationale. L’État tunisien, acteur primordial de la planification via l’élaboration de ces concepts, n’a pas cessé, depuis les années 1980, de se désengager en incitant les promoteurs touristiques à prendre le relais de l’aménagement touristique. Donner en concession des projets touristiques et immobiliers traduit l’entrée en force des investisseurs privés pour aménager les nouveaux types de stations intégrées « de 3e génération », greffées sur les anciennes zones et les centres-villes.

69Ce désengagement financier de l’État aurait dû être compensé par un nouveau rôle des pouvoirs publics, régulateurs du jeu d’acteurs, s’agissant d’une libéralisation quasi totale de l’aménagement touristique. Les acteurs territoriaux qui ont été plus ou moins impliqués, jusqu’au début des années 1980, dans l’aménagement des stations intégrées de premières générations, à travers des sociétés d’économie mixte, ont tendance à se retirer du récent processus d’aménagement touristique. Cette politique a conduit à la réalisation d’opérations urbaines de plus en plus dominées par l’hôtellerie de masse et par l’offre immobilière, pour répondre aux objectifs lucratifs de leurs promoteurs privés. En ce sens, l’exemple de la station Yasmine-Hammamet montre que, si l’État se laisse guider uniquement par les promoteurs privés, sans passer par des études de perspectives, on risque d’aboutir à des résultats en totale contradiction avec les enjeux initiaux. Pour autant, les tendances confirment que le territoire touristique est contraint de répondre en priorité aux besoins d’autres acteurs potentiels, les touristes internationaux en particulier.

70Aujourd’hui, le développement rapide d’une demande touristique exigeante en matière de qualité et d’authenticité suppose le retour de l’État pour répondre à son double rôle d’orientation et de contrôle. En effet, principal acteur de la gestion du territoire, il a la responsabilité d’adapter ce dernier à la demande touristique internationale et à la concurrence mondiale, qui ne cessent pas de mettre en tourisme de nouvelles destinations (Duhamel, 2018).

71Face à la crise de l’offre de tourisme, principalement structurelle, il apparaît que l’État tunisien est contraint de procéder à des réformes normatives et institutionnelles afin de se repositionner dans le système touristique actuel, en raison de son incapacité à instaurer une gouvernance efficace, qui produise des résultats satisfaisants eu égard aux objectifs initialement recherchés. Il serait alors opportun qu’il élabore une stratégie à long terme, appuyée sur l’identification et l’évaluation des nouvelles tendances de la demande touristique, et responsabilise davantage les acteurs territoriaux (locaux et régionaux) dans la défense de leurs intérêts et la participation à la mise en tourisme de nouvelles destinations, outre la seule « destination mère » qu’est la Tunisie.

Haut de page

Bibliographie

Agence Foncière de Tourisme (2017). Fiche signalétique : Cap-Gammarth, http://www. aft.nat.tn/fr/fiche.php?code=1

Ammar, M. (2018). L’aménagement du « Port financier de Tunis » : Enjeux, représentations et stratégies d’acteurs, Mémoire de fin d’études, Master en Aménagement et Urbanisme : ENAU, Université de Carthage (encadré par M. Hellal)

Banque Mondiale (2002). Stratégie de développement touristique en Tunisie, rapport de troisième phase.

Beji Okkez, M-S. et Nabli, Y. (2017). Projet de la marina de Gammarth : l’État au service de la corruption, https://nawaat.org/portail/2017/05/31/projet-de-la-marina-de-gammarth-letat-au-service-de-la-corruption/

Ben Hadj Salem, M., (2019). Marina Bizerte Cap 3000 : Revalorisation ou discrédit, http://www.archi-mag.com/essai_33.php.

Brideaux, B. (2000). Tourisme management, Landen, Elsevier.

Brideaux, B. (2009). Resort destination. Evolution, management and developpement, Landen, Elsevier.

Chapoutot, J.-M. (1999). « La politique touristique de la Tunisie à l’heure de la Mondialisation : reformulation des stratégies et redéfinition du rôle des acteurs de l’aménagement », in P. Signoles et al. (dir), L’urbain dans le monde arabe, politiques, instruments et acteurs, Paris, CNRS.

Clary, D. (1993). Le tourisme dans l’espace français, Paris, Masson.

Crozier, M. et E. Friedberg (1977). L’acteur et le système, Paris, Seuil.

Vidal, R. R. Hichem et K.Dhaou (2007). « Espace privé, espace public et espace vert. Les conditions de la construction d’une urbanité touristique sur le littoral tunisien », dans P. Duhamel et R. Knafou (ed.), Mondes urbains du Tourisme, Belin, Paris, p. 256-269.

Duhamel, Ph. (2018). Géographie du tourisme et des loisirs : Dynamiques, acteurs et territoires : Arman Colin, Paris.

MIT (2011). Tourisme : la révolution durable, Paris, Belin.

MIT (2002), Le tourisme : Acteurs, Lieux et enjeux, Paris, Belin.

Moine, A. (2006). « Le territoire comme un système complexe : un concept opératoire pour l’aménagement et la géographie », L’espace géographique, 36 : 115-132.

Hellal, M. (2016). « Résidences des étrangers dans un territoire touristique : un phénomène flou en Tunisie », Téoros, 36 : 20.

Hellal M. (2015). « La gouvernance et les pratiques d’un projet touristique ; exemple de la station touristique intégrée “Yasmine-Hammamet” en Tunisie », La mise en tourisme des territoires dans le Monde arabe, L’Harmattan, Paris.

Hellal, M. (2009). « La marina de la station touristique intégrée Yasmine-Hammamet (Tunisie) ; enjeux, conception et impacts », L’information Géographique, 37 : 6-23.

Lamine, R. (1998). « Tourisme et urbanité à Souss », in Tourisme et ville : politique de la ville, tourisme et extension urbaine : Villes et tourisme, Montpellier, Société languedocienne de Géographie.

Leach, R. et J. Percy-Smith (2001). Local gouvernance, Landen, Basingstoke Polgrave.

Le Berre, M. (1992). Territoires. Encycopédie de Géographie, Paris, Economica.

Miossec, J.-M. (1996). Le tourisme en Tunisie, un pays en développement dans l’espace touristique international, Tours. Univ. François-Rabelais.

Prelaz-Droux, R. (1995). Système d’information et gestion du territoire : approche systémique et procédure de réalisation, Lausanne. Presses polytechnique et universitaires romandes.

Sahli, M. (2013). Révolutionner le tourisme tunisien, Tunis, Simpact.

Sicart, C. (2017). L’aménagement touristique et ses nouveaux enjeux, Paris, L’Harmattan.

Vlès, V. (1996). Le projet de station touristique, France, Presses universitaires de Bordeaux.

Webmanager (2016). « Port financier de Tunis : Étapes de réalisation et pôle d’activités », http://www.webmanagercenter.com/2016/11/27/399320/.

Haut de page

Notes

1 Notamment les assassinats politiques, en 2013, et les attentats de Sousse et de Bardo, en 2015, qui ont ciblé des touristes

2 Dans nos travaux de recherches, qui portaient notamment sur l’évolution de la politique d’aménagement touristique en Tunisie et qui ont commencé depuis 2003 (l’année d’inscription en Master à l’université de Tours), nous nous sommes appuyés surtout sur l’outil entretien avec les différents acteurs touristiques, dans le cas tunisien.

3 La Tunisie a déjà hérité près de 700 lits hôteliers de la période coloniale (Vidal et al., 2007)

4 Tunis-Nord, Tunis-Sud, Hammamet-Nabeul, Sousse-Nord, Djerba, Zarzis, Kerkennah (qui est remplacé par celle de Monastir).

5 On a institué une certaine formule d’échanges qui évoluent selon l’emplacement du terrain permettant à la société d’aménagement de récupérer une portion contre des lots aménagés délivrés aux propriétaires terriens.

6 Les statistiques de l’Office du tourisme tunisien, entre 1996 et 2008.

7 Clary a mis l’accent sur le rapport station et ville d’appui.

8 ONTT, Tourisme tunisien en chiffres, 1995 et 2005.

9 Le changement de la demande est prouvé par la crise de destinations touristiques de masse, comme celle de Majorque dans les années 1990 et d’Agadir dans les années 2000.

10 Ce contexte est marqué par la crise des destinations de tourisme de masse comme Majorque (Espagne) et Agadir (au Maroc).

11 Selon le ministre de tourisme tunisien : 70 % des choix de destination des vacances et environ 60 % des réservations s’effectuent à travers le net (Rapport annuel de l’ONTT, 2008). Par contre, les hôtels tunisiens sont peu visibles sur le net. Ceci favorise la dominance des TO classiques qui restent le client majoritaire des hôteliers tunisiens qui sont indépendants les uns des autres, en absence d’une tradition nationale d’intégration des hôtels en des chaînes volontaires.

12 L’ONTT, Tourisme tunisien en chiffres, 2011.

13 En Tunisie, l’investissement touristique est principalement hôtelier.

14 Ammar M., 2018.

15 Dans quelques projets récents de type marina, actuellement, l’offre immobilière destinée à une clientèle européenne ne réalise pas un grand succès, à cause des problèmes liés à l’environnement dus à la conception, notamment dans le cas de deux marinas d’Yasmine-Hammamet et Djerba-Houmet Essouk.

16 La crise économique et financière de 2008 et celle de 2020 qui est liée au COVID-19.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Évolution du système touristique en Tunisie en rapport avec les degrés d’implication des acteurs concernés
Crédits Source : auteur – statistiques de l’Office National du Tourisme Tunisien
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/19397/img-1.png
Fichier image/png, 170k
Titre Figure 2. Évolution des investissements touristiques entre 1995 et 2018, en millions de dinars tunisiens
Crédits Source : auteur, à partir des statistiques de l’Office National du Tourisme tunisien.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/19397/img-2.png
Fichier image/png, 39k
Titre Figure 3. Les sites de 3 projets au grand Tunis : Cité sportive, Cap Gammarth et port financier
Crédits Source : auteur.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/19397/img-3.png
Fichier image/png, 274k
Titre Figure 4. Plan général du port réhabilité et transformé, avant la réalisation du projet
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/19397/img-4.png
Fichier image/png, 144k
Titre Figure 5 : Les sites des stations touristiques en Tunisie
Crédits Source : réalisé auteur.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/19397/img-5.png
Fichier image/png, 435k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mohamed Hellal, « L’évolution du système touristique en Tunisie. Perspectives de gouvernance en contexte de crise », Études caribéennes [En ligne], 6 | Décembre 2020, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 09 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/19397 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.19397

Haut de page

Auteur

Mohamed Hellal

Enseignant à l’université de Sousse & Chercheur à l’université de Tunis (Tunisie) / FSHST, Unité de recherche : « Régionalisation, développement régional et urbain » UR- RDRU, Boulevard de 9 avril, Tunis, Tunisie, mohamed.hellal2012@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search