Navigation – Plan du site

AccueilHors-série6Exploitation touristique des ress...

Exploitation touristique des ressources naturelles et développement durable. Cas du site touristique des Cascades de Karfiguéla au Burkina Faso

Tourism Exploitation of Natural Resources and Sustainable Development. Case of the Tourist Site of the Cascades De Karfiguéla in Burkina Faso
Explotación turística de recursos naturales y desarrollo sostenible. Caso del sitio turístico de las Cascades de Karfiguéla en Burkina Faso
Babou Eugène Ido

Résumés

La gestion durable des ressources naturelles mises en tourisme constitue un défi majeur pour les gestionnaires des sites touristiques. La survie du secteur touristique dans les zones à fortes potentialités naturelles dépend des actions de valorisation et de préservation de ces ressources.
Cette recherche a pour but de comprendre les enjeux de l’exploitation touristique des ressources naturelles sur le développement durable. Le terme développement durable étant vaste, l’étude a été circonscrite à travers la prise en compte de deux dimensions que sont l’économie et l’environnement. La réflexion a été menée sur la cascade de Karfiguéla, mise en tourisme depuis 1999, à travers la question centrale de recherche suivante : la mise en tourisme des ressources naturelles contribue-t-elle à la fois au développement économique et à la préservation de l’environnement ? À partir de cette question centrale, deux questions spécifiques se posent : quelle est la contribution de la mise en tourisme des cascades au développement économique endogène du village de Karfiguéla ? Quelle est la contribution de l’exploitation touristique des cascades à la préservation de l’environnement du site ?
Pour répondre à ces questions, après une revue de littérature, nous avons mobilisé deux approches théoriques, l’anthropologie du développement et le conservationnisme comme portes d’entrée pour explorer le sujet. En outre, nous avons adopté une démarche méthodologique à la croisée de la sociologie, de l’anthropologie et de la géographie et une approche mixte (quantitative et qualitative) pour la collecte des données.
L’exploitation touristique de la ressource cascade a apporté une valeur ajoutée dans le village de Karfiguéla, mais cela est faible au regard de la notoriété du site et cela en comparaison avec d’autres sites sur le plan national. De plus, la préservation de l’environnement n’a pas suivi cette exploitation touristique. La situation de la dégradation de l’environnement est alarmante puisqu’il y a des actions de dégradations et de pollution d’une part par les touristes et également par les habitants.
La corrélation entre le pilier économique et celui environnemental du développement durable montre qu’il y a un déséquilibre.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le tourisme est devenu de nos jours une industrie d’ampleur internationale. Il est une composante de l’activité humaine dont l’importance est croissante (Badiri, Abassi et al., 2013 : 7). Depuis le milieu du xxe siècle, le tourisme figure parmi les secteurs les plus vigoureux de l’économie mondiale (Cazes, Lanquar et Raynouard, 2001 : 3).

  • 1 Données tirées des Faits saillants OMT du tourisme, édition 2019

2Dans les pays où il est développé, il contribue à l’amélioration des conditions de vie des populations par les emplois créés et les revenus générés. Selon les données statistiques de l’Organisation mondiale du Tourisme (OMT)1, le secteur a généré 1 7000 milliards US $ en termes de recette en 2018, soit une croissance de 4 % par rapport en 2017 (OMT, 2019).

3En Afrique le tourisme est en pleine expansion. En 2018 le secteur a enregistré 67 M de touristes (soit 5 % des arrivées mondiales), et 38 milliards US $ de recettes (OMT, 2019).

4Au Burkina Faso, il a connu aussi une forte croissance, et est l’un des secteurs stratégiques de développement économique (Balbone B., 2012). Il a généré un revenu de 69,4 milliards FCFA en 2017, et le pays a reçu au cours de la même période 540 390 touristes. (Obstour, 2018). Au regard de son apport socio-économique au plan national, le tourisme a été pris en compte dans le Plan national de Développement économique et social (PNDES) qui est la référence en matière de développement. Ainsi, pour soutenir le développement du secteur, le Ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme a découpé le territoire national en 4 zones touristiques (figure 1) : Centre, Sahel, Est, et Ouest.

5Outre, le discours dominant relevant généralement des institutions qui montrent que le tourisme n’est que positif, d’autres chercheurs ont également souligné que le tourisme a des effets négatifs. Ainsi, pour Diombera (2017), Blondy (2016) et Yomb et Tefe Tagne (2016) le tourisme, à travers les aménagements, a des conséquences négatives sur l’environnement, l’économie et le social. En ce qui concerne l’environnement, il impacte négativement le paysage et les écosystèmes. Pour ce qui est de l’économie, il contribue à l’inflation, surtout des produits locaux émanent du territoire. Au plan social, les emplois informels sont occupés par les locaux.

6Sans prendre position sur ces deux discours antinomiques, la présente étude porte sur ce qu’a permis de relever l’étude de terrain. À ce titre, elle s’intéresse à la zone touristique de l’ouest, au Burkina Faso, qui regorge de potentialités naturelles mises en tourisme et exploitées soit par les populations locales, sen cogestion avec l’Office National du Tourisme burkinabé. La réflexion est orientée vers la contribution de l’exploitation touristique au développement durable, notion complexe à connotation économique, sociale, environnementale et politique, qui s’inscrit dans la satisfaction des besoins présents et à venir des populations de la planète, en réduisant les inégalités sociales et en respectant la nature et ses ressources (Veyret, 2018 : 231). Pour Thunis (2010), les trois piliers et les trois dimensions du développement durable sont la croissance économique, la préservation de l’environnement et la justice sociale. Il part de l’idée que la croissance économique peut contribuer à la protection de l’environnement, alors que cette croissance à tout prix peut mener des catastrophes écologiques (Cazes, Lanquar et Raynouard, 2001 : 6).

7En dépit de la diversité et de l’évolution des dimensions du développement durable, notre thématique n’en aborde que deux à savoir l’économie et l’environnement. L’étude est axée sur le site des cascades des Karfiguéla, sur le thème : « Exploitation touristique des ressources naturelles et développement durable : Cas du site touristique des Cascades de Karfiguéla ».

8Aussi, au regard de la notoriété du site, de son importance pour la population locale, des contrastes climatiques au niveau national, de la complexité des relations entre le tourisme et les ressources naturelles, et de la complexité de l’équilibre des trois dimensions (économie, sociale et environnement) du développement durable, plusieurs questions se posent.

9De façon générale, la mise en tourisme des ressources naturelles contribue-t-elle à la fois au développement économique et à la préservation de l’environnement ? Cette question centrale se décline en plusieurs questions spécifiques :

  • Quelle est la contribution de la mise en tourisme des cascades au développement économique endogène du village de Karfiguéla ?

  • Quelle est la contribution de l’exploitation touristique de ces cascades à la préservation de l’environnement du site ?

10Pour y répondre, deux hypothèses ont été émises. La principale soutient que « la mise en tourisme des ressources naturelles contribue à la fois au développement économique et à la préservation de l’environnement ». De cette hypothèse générale découlent les sous-hypothèses suivantes :

  • La mise en tourisme des cascades contribue au développement économique du village de Karfiguéla.

  • L’exploitation touristique des cascades contribue à la préservation de l’environnement du site.

Figure 1. Les zones touristiques du Burkina Faso

Figure 1. Les zones touristiques du Burkina Faso

11Cette carte illustrant les quatre zones touristiques montre que la zone touristique de l’ouest, la plus vaste, est suivie de celles du Sahel, de l’Est et du Centre. Actuellement, au regard de la situation sécuritaire qui prévaut depuis 2015, les zones touristiques du Sahel et de l’Est sont peu fréquentées par les touristes étrangers et nationaux. Le tourisme y est en effet menacé par le terrorisme. Cependant, la baisse de la fréquentation touristique nationale est compensée par les arrivées de touristes locaux, grâce aux actions d’incitation du tourisme interne. À ce titre l’État mise sur le programme « Connais-tu ton beau pays ? », et le secteur privé sur la campagne de réduction de 25 % des prix des prestations au profit des touristes durant les vacances. À titre d’exemple, en 2018 le Burkina a enregistré 395 898 arrivées dues au tourisme domestique, contre 144 492 pour le tourisme étranger.

1. Méthodologie et présentation de la zone d’étude

1.1. Méthodologie

12Pour mener cette recherche, une approche méthodologique à la croisée de l’anthropologie, de la sociologie et de la géographie a été utilisée (Doury, 2016). La démarche choisie est hypothético-déductive, si bien que nous avons mobilisé au plan théorique l’anthropologie du développement de Olivier de Sardan (2001, 2007, 2008). Nous avons fait des va-et-vient entre les démarches déductive et inductive, pour finalement nous rallier à la première.

13La démarche hypothético-déductive est une construction théorique élaborée qui précède toute observation. Le particulier y est déduit du général (Van Campenhoudt et Qivy, 2011 : 20). Cette démarche a consisté à faire une recherche documentaire, à élaborer la question de recherche et les hypothèses, avant les travaux de terrain. Pour ce qui est de ceux-ci, l’approche mixte (qualitative et quantitative) a été utilisée. L’approche qualitative a permis de réaliser douze (12) entretiens auprès des acteurs locaux et institutionnels ; l’approche quantitative a concerné à des enquêtes auprès de 28 ménages de Karfiguéla et de 79 visiteurs du site.

1.2. Présentation de la zone d’étude

14Les Cascades de Karfiguéla se trouvent dans la zone touristique de l’Ouest, dans la commune de Banfora (figure 2). C’est un site hydrique (photographie 1) mis en tourisme par l’Office national du Tourisme depuis 1999, géré par plusieurs acteurs via un protocole d’accord de gestion. C’est l’un des sites le plus visités au Burkina Faso, selon les statistiques de l’administration du tourisme. Il revêt également un caractère sacré pour les habitants, qui viennent y faire des sacrifices de bétails et de volailles pour solliciter la paix, la procréation, la prospérité financière, etc.

Figure 2. Situation géographique du site de Karfiguéla

Figure 2. Situation géographique du site de Karfiguéla

15La carte 2 montre que le site des cascades de Karfiguéla est accessible physiquement à cause de sa proximité avec la commune urbaine de Banfora. Cette proximité permet aux visiteurs de bénéficier des services de la ville tels que la santé, les banques, les hôtels, les restaurants, etc.

Photographie 1. La troisième piscine des Cascades de Karfiguéla

Photographie 1. La troisième piscine des Cascades de Karfiguéla

La photo ci-dessus montre l’une des piscines les plus visitées par les visiteurs, parmi les six autres, selon les guides accompagnateurs.

Source : Babou Eugène IDO, avril 2019

2. Développement durable : un concept à définition multiple et divergente

16Le rapport de Bruntland de 1987 définit le développement durable comme un développement qui répond aux besoins des présents sans compromettre la possibilité pour les générations à venir de satisfaire les leurs (supra).

17Pour Tremblay (2007), l’idée fondatrice du développement durable est l’amélioration de la qualité de vie de la population, ce qui en fait un grand projet de société. La qualité de vie est la capacité des êtres humains à vivre dans un milieu de vie et un environnement sains (dimension environnementale), à avoir un niveau de vie adéquat (dimension économique), et un mode de vie stimulant socialement et permettant de remplir ses rôles sociaux de façon optimale (dimension sociale). En outre, il appréhende conjointement l’homme à travers ces trois dimensions. En ce qui concerne la dimension économique, elle s’appuie sur des principes d’équilibre, visant une gestion des ressources naturelles, humaines et financières qui puisse satisfaire les besoins de la population, sans influencer négativement les générations futures. La dimension environnementale, qui fait l’objet d’une sensibilisation, repose sur des objectifs (élimination des déchets, changement climatique, pollution, etc.) désormais plus familiers aux populations. La dimension sociale, elle, constitue un concept plus abstrait ; elle se situe dans une perspective d’équité, sachant que les ingrédients contribuant à la qualité de vie et à l’épanouissement personnel ne sont pas accessibles à tous et peuvent être perdus en cours de vie.

18Pour Bourdeau, Moreau et Zacci (2018), ces paramètres font de la durabilité la combinaison du vivable, du viable et l’équitable (figure 3). Ils estiment que le développement durable a toujours, et plus que jamais, sa place et sa justification. Or, si l’on examine factuellement la situation présente, les évolutions des dernières décennies et les tendances futures, on constate que le tableau contredit cette approche, car c’est plutôt le développement non durable qui correspond à la réalité. En outre, le développement durable n’a pas permis de remettre les indicateurs environnementaux au vert. Pour abonder dans le même sens critique, Latouche (2003) voit dans le développement durable une antinomie, puisqu’il est formé de deux termes contradictoires. Cette contradiction est inquiétante et désespérante. En outre, si durable signifie préserver l’environnement, ceci est incompatible avec la logique économique. Ce n’est pas l’environnement qu’il s’agit de préserver, mais avant tout le développement (Latouche, 1994 : 79-80).

19Pour Theys (2014), le développement durable est un concept aujourd’hui en crise. Le terme est plein d’ambiguïtés : dans la signification des termes (durabilité ou soutenabilité ?), dans leur assemblage (un oxymore), dans l’origine historique (Rapport Brundtland, ou antérieur ?), dans les définitions (plus d’une centaine), et surtout dans les objectifs politiques ou écologiques, et dans les relations au marché ou au capitalisme mondialisé.

20En dépit de la diversité des définitions et des dimensions du développement durable, notre thématique n’aborde que deux dimensions, celles de l’économie et de l’environnement. Leur équilibre de ces deux dimensions correspond à un développement « viable », selon la définition de Bourdeau et al. (2018), illustré par la figure ci-dessus.

Figure 3. Les dimensions du développement durable

Figure 3. Les dimensions du développement durable

Source : Figure inspirée de celle de Bourdeau, Moreau et Zaccai (2018 : 76)

21Ce schéma montre que l’équitable repose sur l’équilibre entre le social et l’économie, le vivable sur l’équilibre entre le social et l’environnement, et le viable sur l’équilibre entre l’économie et l’environnement. Pour atteindre la durabilité, le développement durable doit être équitable, vivable et viable. Rapportée à notre site d’étude, en termes de développement durable, la mise en tourisme des cascades de Karfiguéla doit susciter un développement équitable, vivable et viable.

22Qu’en est-il en réalité sur le terrain ? Quel est le type de développement qu’apporte la mise en tourisme des cascades de Karfiguéla ?

3. Impact socio-économique du tourisme dans le village de Karfiguéla

3.1. Le tourisme comme domaine porteur d’espoir et de rêve pour les habitants

23Le tourisme est un secteur perçu comme utile pour les habitants. D’une part, il leur apporte un espoir de développement. À cet égard, ceux-ci se fondent sur les différents aménagements effectués sur le site, et sur sa notoriété, comme l’a souligné un acteur coutumier en ces termes : « Le tourisme contribue à la notoriété du site, car chaque jour des centaines de personnes viennent le visiter. Il y a eu l’aménagement des routes damées en terre rouge, qui en permet l’accessibilité ».

24En plus de cette route, trois guérites, trois barrières, une rampe d’accès, une passerelle et des balises ont été implantées sur le site.

25Pour ce qui est de la notoriété, elle crée un sentiment de fierté pour les habitants, qui se préoccupent de la satisfaction des visiteurs. À ce titre, l’enquête auprès des ménages fait ressortir que les habitants mettent l’accent sur l’hospitalité, l’accueil et la bonne communication pour satisfaire les touristes. Sur le site, c’est ce que font également les guides collecteurs et les guides accompagnateurs. En contrepoint, l’enquête auprès des visiteurs montre une satisfaction globale au niveau de l’accueil et du guidage (graphiques 1 et 2). En effet, 86,1 % des visiteurs enquêtés sont satisfaits de l’accueil, et 79,7 % le sont du guidage.

26Cette fierté collective est également soulignée par les travaux de Augier (2013) à travers son étude sur l’Anse-la-Raye, située à Sainte-Lucie, île de l’est des Caraïbes, qui montre que les communautés de cette ville adoptent un comportement hospitalier, ou veillent à la propreté des rues pour satisfaire les touristes.

Graphique 1. État de satisfaction de l’accueil par les visiteurs du site touristique de Karfiguéla

Graphique 1. État de satisfaction de l’accueil par les visiteurs du site touristique de Karfiguéla

Source : Enquête de terrain, avril 2019

27Le schéma ci-dessus montre que les habitants sont accueillants envers les visiteurs. Ces résultats cachent une réalité observée sur le terrain. En effet, les touristes ne visitant pas le village, les habitants qu’ils croisent sont ceux qui partent se baigner ou qui reviennent des champs. D’après les propos recueillis auprès des ménages, ceci relève des valeurs culturelles du Burkina. À cet effet, le rapport de l’étude sur les valeurs culturelles, commandé en 2017 par le Ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme (MCAT), fait ressortir que la valeur culturelle concernée par l’accueil est l’hospitalité, qui recommande d’accueillir l’autre comme son frère. Ceci suppose que chez le Burkinabé l’amour de l’étranger est aussi important que l’amour de son frère. Dans les sociétés burkinabées, les individus respectent l’étranger qui respecte leurs institutions, leurs us et coutumes. L’étranger a accès aux ressources au même titre que les membres de la collectivité. Les récits recueillis dans les différents espaces géographiques du pays montrent que, dans les sociétés burkinabées, l’étranger qui arrive bénéficie d’un gîte et reçoit de l’aide des populations (MCAT, 2017 : 29).

Graphique 2. État de satisfaction du guidage par les visiteurs du site touristique de Karfiguéla

Graphique 2. État de satisfaction du guidage par les visiteurs du site touristique de Karfiguéla

Source : Enquête de terrain, avril 2019

28Le schéma ci-dessus montre que les touristes sont bien accueillis par les guides. Ainsi 94,9 % des visiteurs enquêtés sont prêts à recommander le site à leurs connaissances. Ces résultats sont à mettre en partie au compte des guides accompagnateurs, qui sont rémunérés en fonction de la satisfaction des visiteurs. En effet, ces guides, n’étant pas pris en charge au titre de la répartition des recettes définie par le protocole d’accord, sont obligés de satisfaire les visiteurs afin d’espérer obtenir une rémunération en fin de journée. De plus, le service des guides accompagnateurs n’est pas obligatoire, mais reste très important puisqu’ils jouent également le rôle de maîtres-nageurs, et maîtrisent également les différentes parties dangereuses du site. Cette importance a été exprimée par un guide accompagnateur ressortissant de Karfiguéla : « Il faut qu’en collaboration avec les guides collecteurs nous exigions des visiteurs qu’ils payent les frais de guidage. Il y a des visiteurs qui ne prennent pas de guide accompagnateur, alors qu’il y a des coins dangereux sur le site, où on peut se noyer si on ne les connaît pas ».

29D’autre part, le tourisme permet de nourrir un rêve, surtout au sein de la jeunesse et des différentes familles. Il est perçu comme une activité importante pour les habitants, car il permet aux jeunes du village de partir en Europe, comme le note un guide touristique : « Des jeunes du village se sont mariés à des femmes blanches, et sont aujourd’hui en Europe et aux USA ». De même, un autre guide sur le site affirme : « Le tourisme nous apporte beaucoup de choses dans la famille. Le grand frère est allé en Europe grâce au tourisme. Moi, j’ai essayé, mais ça n’a pas marché. Je n’ai pas eu la chance de tomber sur des opportunités comme lui, ou de croiser des amis qui vont me financer pour un petit projet ».

30L’espoir et le rêve engendrés par le tourisme parmi les habitants augmentent les activités et le retour des jeunes qui sont partis en Occident. Ceux-ci envoient en effet des fonds à leur famille, qui lui permettent d’investir et de faire la différence avec les autres familles du village. Cette différence s’observe au niveau de l’habitat, des moyens de transport, et du train de vie des familles dont les fils sont partis. En plus du soutien, ces jeunes de retour dans le village font des dons pour la communauté, comme le souligne un guide : « Il y a eu un apport d’ordinateurs pour l’école primaire. C’est ce que les enseignants utilisent. Et aussi le don de jeux de maillots et de ballons pour les jeunes du village ». Des touristes font également des dons au village, comme le mentionne une autorité coutumière du village : « Il y a déjà un touriste blanc qui est venu faire des dons et cadeaux pour le village ».

31Le rêve et l’espoir motivent les jeunes ressortissants de Karfiguéla et des villages voisins à s’adonner au métier de guide accompagnateur sur le site, pour autant qu’il maîtrise l’histoire du site, et connaisse les différents endroits où la nage est possible et pas dangereuse.

3.2. Le tourisme, générateur de recettes et créateur d’emplois

32La mise en tourisme des cascades de Karfiguéla génère des recettes à travers les frais d’accès qui sont payés par les visiteurs. Cela a été relevé par plusieurs acteurs au cours des entretiens, comme le note une personne-ressource de Karfiguéla : « Le tourisme génère des recettes pour le village ». Cela a été également appuyé par un habitant proche de la gestion du site et par un responsable institutionnel en ces termes respectifs : « Le tourisme a beaucoup d’importances positives ça ne peut pas finir. Le changement d’approche nous permet d’avoir des recettes et ça aide aussi le village (…) Le tourisme contribue au développement économique du village de Karfiguéla par les recettes générées à travers la vente des tickets d’entrée et l’écoulement d’objets d’art et de produits agricoles (mangues, jus du rônier, etc.) ».

33Selon le protocole d’accord, les recettes sont reparties entre les acteurs directs selon la clé suivante : 20 % à l’ensemble des guides collecteurs ; 30 % à l’ONTB ; 30 % à la commune de Banfora ; 10 % au village de Karfiguéla ; et 10 % aux coutumiers de Fabédougou.

34De façon concrète, le site a généré sur la période de 2005 à 2019 environ 58,45 M de FCFA (89 026 €) de recettes touristiques. Selon le protocole d’accord de répartition, le village en reçoit 10 %. À ce titre, il a perçu 5,85 millions de FCFA (8 903 €). Ces montants varient d’une année à l’autre, puisque tout dépend de la fréquentation du site (graphique 3).

35Ceci est faible au regard de ce que perçoivent les institutions : l’Office du Tourisme Burkinabé et la Mairie de Banfora reçoivent chacun 30 % des recettes, soit 60 % pour les deux (graphique 4).

36La répartition des recettes va à l’encontre de la vision altruiste des référentiels de développement. Et ce en contradiction avec le programme tourisme de la Stratégie nationale de la culture et du tourisme qui « vise à améliorer l’attractivité touristique du Burkina Faso, en vue d’accroître la fréquentation de la destination, les retombées économiques et le bien-être des populations » (MCAT, 2018 : 21). Ceci montre également l’écart qu’il y a entre le discours officiel des professionnels du tourisme, et la réalité sur le terrain.

Graphique 3. Recettes perçues par le village de Karfiguéla de 2005-2019

Graphique 3. Recettes perçues par le village de Karfiguéla de 2005-2019

Source : Auteur à partir de données de ONTB, 2019

37Le graphique 3 montre que les recettes perçues par le village de Karfiguéla évoluent d’une année à l’autre. Au cours des trois dernières années (2017 à 2019), les recettes ont connu une baisse de 74,4 %, consécutive à la crise sécuritaire impactée par le terrorisme, défavorable du tourisme récepteur.

Graphique 4. Recettes perçues des parties prenantes du protocole d’accord

Graphique 4. Recettes perçues des parties prenantes du protocole d’accord

Source : Auteur à partir de données de l’ONTB, 2019

38L’inégale répartition des recettes (graphique 4), dont la majorité est perçue par les institutions, confirme le constat de Pleumùaron (2018), qui soutient que la plus grande partie des profits du tourisme s’envole vers le haut et ne se diffuse pas vers les pauvres. De plus, la modalité de gestion des recettes générées dans ce cas d’études est différente des travaux de Andrianambinina (voir Froger, 2010), sur le parc national de Ranomafana, et sur l’écosystème du village d’Anakao et de Kiqentega (2012), sur le site de la mare aux crocodiles sacrés de Bazoulé, au Burkina Faso. De ces deux études, il ressort que les recettes sont réinvesties au sein de la population locale sous forme de prêts, à des conditions favorables pour dynamiser d’autres activités locales, telles que le commerce, l’artisanat, le maraîchage, etc. Ceci contribue à la diversification des sources de revenus des acteurs locaux, et à l’amélioration de leurs conditions de vie, comme le soutiennent Yomb et Tefe Tagne (2016).

39Ces résultats contredisent ceux de Vermeulen (2003), sur le parc de Nazinga. En effet, il ressort de son étude qu’il existait un mécontentement des populations riveraines du parc, de 1989 à 2000, puisqu’elles étaient exclues des opérations financières. Sur le site, durant la période d’étude, il n’existait pas de protocole d’accord et aucun contrat ne liait le Ranch et les villages.

40En outre, en fonction de la redistribution des recettes, la mairie de la commune de Banfora représente ici les courtiers locaux de développement, définis par Olivier de Sardan et Bierschenk (1993) « comme étant les acteurs sociaux implantés dans une arène locale qui servent d’intermédiaires pour drainer des ressources extérieures relevant de ce qu’on appelle communément l’aide au développement ». Dans cet exemple, la commune a été l’interface entre le village et l’ONTB, de même qu’avec les institutions nationales et internationales. Les ressources correspondaient ici à la subvention budgétaire de l’État à la mairie pour le développement de la commune. Aussi, dans le cadre de la gestion du site, c’est la commune qui préside les rencontres concernant le protocole d’accord.

41Les guides collecteurs sont ceux qu’Olivier de Sardan et Bierschenk qualifient de médiateurs traditionnels, puisqu’ils bénéficient de rentes de positions (à raison de 20 % des recettes). De plus, ces derniers sont chargés de la collecte des recettes sur le site, en fonction du nombre de tickets vendus. Or, en l’absence de tout contrôle, ils sont exposés à la corruption et aux détournements de fonds. Ces médiateurs traditionnels, ne maîtrisant pas les enjeux de la mise en tourisme, se contentent de leur position actuelle et des avantages, sans s’interroger sur la part des recettes qui revient au village (10 %).

42Cette analyse montre que les recettes issues de la mise en tourisme de la Cascade de Karfiguéla enrichissent à hauteur de 80 % les acteurs suivants : l’initiateur du projet (ONTB), les courtiers locaux de développement (Mairie de Banfora) et les médiateurs traditionnels (guides collecteurs).

43Au plan social ont été créés des emplois : quatre guides collecteurs sont employés à titre permanent sur le site, avec des salaires qui varient en fonction des recettes. Ils se partagent 20 % des recettes selon le protocole d’accord de gestion. Les entretiens avec ces derniers montrent que « par mois, un guide peut avoir 120 à 130 000 FCFA (184 à 198 €) ».

44Outre les guides collecteurs, une dizaine de jeunes jouent le rôle de guides accompagnateurs sur le site. Ces derniers sont rémunérés par entente avec le visiteur avant le parcours et la visite. Les frais d’accompagnement varient de 2 à 3 €. En sus, les visiteurs, en fonction de leur satisfaction, donnent des pourboires aux guides collecteurs et accompagnateurs. Cet argent permet à ceux-ci de subvenir à leurs besoins personnels et à ceux de leurs familles. À ce titre un guide collecteur affirme que : « le tourisme nous apporte beaucoup de choses dans la famille ».

45Ce résultat s’inscrit dans la même ligne que ceux de la plupart des travaux susmentionnés, qui montrent que le tourisme crée des emplois pour les communautés locales. Dehoorne et Diagne (2008, 2013) et Diombera (2017, 2018) estiment pour leur part qu’à travers les mises en tourisme ce sont les emplois informels qui sont occupés par les communautés locales.

3.3. Le tourisme, facteur d’investissements et de soutien aux activités socioculturelles

46Les recettes du tourisme permettent d’effectuer des investissements, et de soutenir les activités socioculturelles du village. Ceci a été souligné, au cours des entretiens, par une personne-ressource : « Les recettes que nous percevons ont permis de construire trois classes, de réhabiliter la mosquée. Nos classes sont moins résistantes que ce que le gouvernement a construit. Nous prélevons chaque année pour certains aménagements du CSPS et pour payer des produits. Aussi, chaque année on paye un bœuf pour les rites cultuels au niveau sacré. Cet argent aide à beaucoup d’activités du village ».

47Entre 1999 à 2019, les recettes ont permis de construire et d’équiper, sur financement propre, trois classes (photographie 2) au sein de l’école primaire, pour un coût de 3 206 €. Aussi, 1 451 € ont été utilisés pour soutenir la construction de la mosquée pour les habitants qui en majorité des musulmans. En ce qui concerne les activités culturelles, 382 € sont affectés chaque année aux rituels sur le site. En matière sanitaire, environ 458 € sont utilisés chaque année pour approvisionner le CSPS en médicament.

Photographie 2. Les trois classes construites grâce aux recettes du tourisme

Photographie 2. Les trois classes construites grâce aux recettes du tourisme

La photographie illustre trois classes construites et équipées par les habitants avant que le village ne bénéficie de la construction de classe supplémentaire par le gouvernement et les efforts d’une volontaire américaine.

Source : Babou Eugène IDO, avril 2019

3.4. Le tourisme, facteur de développement d’activités connexes

48Le tourisme permet de développer un petit commerce autour du site. Axé sur la vente des produits locaux, il permet aux habitants d’avoir des revenus afin de subvenir aux besoins de leurs familles. Le commerce constitue une des activités secondaires, et occupe en majorité les femmes du village. Cependant, les hommes s’adonnent aussi au commerce, par le biais de leurs femmes ou de leurs filles. Leur activité commerciale des hommes est surtout basée sur la boisson locale issue de la sève du Rônier, l’extraction de cette boisson étant une activité physique uniquement réservée aux hommes.

49En plus du commerce, un parking auto et moto a été créé. Il occupe 6 personnes, qui assurent la sécurité et de lavage des engins. Le stationnement du parking automobile coûte 300 FCFA (0,50 €)/auto/jour, et celui des motos 150 FCFA (0,22 €)/moto/jour. Également, les jeunes offrent des services de lavages pour 1000 FCFA (1,20 €) pour les automobiles et 250 FCFA (0,38 €) pour les motos.

50En outre, il faut noter que les activités économiques ne sont pas très développées. Sur ce plan, la mise en tourisme bénéficie aussi bien à la commune de Banfora qu’au village de Karfiguéla. Ceci est également attesté par les travaux de Dao (2017), pour qui « la valorisation touristique du site contribue fortement à l’amélioration du chiffre d’affaires des alimentations (super marchés) situées sur l’axe menant vers le village de Karfiguéla, surtout pendant les périodes de fortes affluences ».

4. La relation entre tourisme et environnement sur le site des cascades de Karfiguéla

4.1. L’environnement comme objet d’attractivité

51Le tourisme se développe généralement dans les territoires valorisant la qualité environnementale (Blondy, 2016 : 1). À Karfiguéla, l’environnement est le premier élément attractif du site touristique. Ses attraits figurent parmi les facteurs de motivation des visiteurs ; ils résident dans la nature, l’eau, le climat, la verdure, les chutes, et le relief. Ces facteurs constituent les composants du produit touristique définis par Briassoulis (2002), et cités par Marcotte, Bourdeau et Sarrasin (2017 : 5), comme dépendant des ressources publiques et communes telles que l’eau, le paysage et le climat. L’environnement du site a motivé logiquement sa mise en tourisme, comme le souligne un guide collecteur : « Nous sommes nés pour trouver que les visiteurs viennent voir le site. Ils aiment voir l’eau. Au fil des années il y’avait du monde, et nous nous sommes dit que nous pouvons changer pour avoir des recettes ».

52Par ailleurs l’attractivité de l’environnement de Karfiguéla s’explique par sa position géographique. Elle se trouve dans la zone climatique soudanienne où le microclimat est moins chaud, avec une végétation dense par rapport aux autres régions du Burkina Faso. Ceci est le cas durant la période de février à avril, à l’inverse des températures pouvant atteindre plus ou moins 41 °C dans les autres régions. Durant cette période, on constate un afflux de touristes nationaux et étrangers sur le site touristique de Karfiguéla, désireux de profiter de la fraîcheur et de l’eau des cascades.

53Mais cet engouement n’est pas sans effets sur le site touristique des cascades. Quel est alors l’impact des touristes sur son environnement ?

4.2. Les actions des visiteurs sur l’environnement du site touristique de Karfiguéla

54Les visiteurs du site touristique de Karfiguéla exercent une pression sur le couvert végétal. Le tapis herbacé y est le plus vulnérable, car il n’y a pas de piste de promenade. Les visiteurs sont libres de se promener et de camper comme ils veulent sur et autour du site. Par leur piétinement, ils contribuent en partie à la dégradation du tapis herbacé des cascades.

55En outre, les visiteurs contribuent à la pollution de l’environnement et de l’eau de la cascade. En effet, ils jettent les déchets plastiques, des boîtes de conserve, des bouteilles, etc., bien qu’il existe des poubelles (photographie 3) et des panneaux de sensibilisation (photographie 4) installés par l’Agence de l’Eau des Cascades (AEC). Ces déchets peuvent souiller l’eau par bactéries, ce qui peut également menacer la santé des visiteurs.

56Ces comportements sont comparables à ceux identifiés par Castro Montero (2017 : 85) dans le Parc national Xuan Thuy. Les touristes y jettent les déchets aussi bien dans le fleuve rouge qu’au milieu des paysages. Selon les guides collecteurs et les guides accompagnateurs, ce sont les visiteurs nationaux qui polluent le site, car les visiteurs extérieurs sont sensibles aux déchets. C’est ce que soutient une personne-ressource : « Les visiteurs étrangers sont plus conscients de la préservation de l’environnement que les nationaux. Il y a des Blancs qui descendent avec des sachets que les visiteurs nationaux ont laissés aux alentours de l’eau. Souvent, certains Blancs même se plaignent avec nous que le site est sale ».

57Ces résultats se distinguent de ceux issus des travaux de Aandrianambinina (voir Froger, 2010) conduits à Madagascar dans le Parc national de Ranomafana, et sur l’écosystème du village d’Anakao. Sur ces deux sites, les touristes contribuent plutôt à la perturbation de l’habitat des espèces fauniques. En outre, pour ce qui est de la pollution de l’environnement sur ces deux sites, ce sont les hôtels et les restaurants qui y contribuent par des rejets dans la nature. C’est également ce que soutient par Diombera (2017) qui estime que c’est la concentration des activités économiques due au développement du tourisme qui entraîne la pollution des côtes sénégalaises par les eaux pluviales.

Photographie 3. Poubelles de l’AEC

Photographie 3. Poubelles de l’AEC

Des poubelles ont été installées par l’AEC pour que les visiteurs y jettent les déchets à la fin de la visite. L’ensemble du site est équipé. Cependant, les déchets stockés sont brûlés, ce qui ne pas convient à la structure comme l’affirme un des responsables : « Les déchets sont brûlés, mais ça ne nous convient pas trop. À long terme, il faudra que nous allions au-delà de ça, par exemple faire de la récupération ».

Photographie 4. Panneau de sensibilisation de l’AEC

Photographie 4. Panneau de sensibilisation de l’AEC

Cette photo montre un panneau faisant partie d’un ensemble de panneaux implantés sur le site, afin de sensibiliser les visiteurs à la préservation de son environnement.

Source : Babou Eugène IDO, avril 2019

4.3. Les comportements des populations envers l’environnement du site touristique de Karfiguéla

58Les habitants de Karfiguéla et ceux des villages voisins ont des comportements qui contribuent à la dégradation physique de l’environnement et à la pollution de l’eau. En ce qui concerne la dégradation physique, l’eau des cascades est exploitée pour la confection des briques en terre. Cette terre est extraite sur le site par creusage, ce qui laisse des trous béants contribuant à l’accélération de l’érosion sur le site.

59La pollution provient également des feux de brousse sur le site et ses environs, qui contribuent à la dégradation de son environnement. Ces feux, selon les guides, sont l’œuvre des habitants qui les utilisent avant de labourer la terre. Il s’agit de la pratique des cultures sur brulis, qui consiste à défricher un champ par le feu. Cependant, la non-maîtrise de ces feux entraîne la dégradation de l’environnement. Les traces de feux sur le site sont dues au défaut de contrôle des feux à l’occasion nettoyage de l’espace en vue de réception des groupes.

60En outre, la norme locale interdisant la coupe du bois sur le site n’est pas respectée. Les habitants procèdent à des coupes de bois abusives au nord du site, vers Fabédougou, comme l’a déploré un acteur de sa gestion : « Nous interdisons la coupe abusive du bois. Mais, au-delà du site, du côté de Fabédougou, il y a une coupe du bois ». Ainsi, au nord du site, des tas de bois entassés ont été retrouvés au cours de notre recherche de terrain (photographie 5) ; de même, un habitant d’un village voisin transportant du bois a été rencontré.

Photographie 5. Image de bois coupé et entassé au nord du site

Photographie 5. Image de bois coupé et entassé au nord du site

Source : Babou Eugène IDO, avril 2019

61La photographie 5 montre des tas de bois au pied des collines de Fabédougou, au nord du site des cascades de Karfiguéla. Ce sont des bois frais laissés pour séchage, qui seront ramassés après soit pour usage domestique ou pour commercialisation. Ceci montre, d’une part, que les coupeurs de bois ne bénéficient pas de façon directe des retombées des recettes de la fréquentation du site ; d’autre part, que les actions de sensibilisation sur les coupes de bois sont inefficaces pour faire changer les comportements. Les abus de telles coupes sont confirmés par l’analyse diachronique des images satellitaires, de 1995 et 2018 (photographie 6). Il en ressort que, durant cette période, les arbres ont été coupés au profit des champs. Ceci s’est également traduit par une régression des superficies de savane arborée (graphiques 7 et 8).

Photographie 6. Analyse d’images satellitaires de 1995 et 2018

Photographie 6. Analyse d’images satellitaires de 1995 et 2018

62En 1995, la zone était dominée par la savane arborée ; en 2018, elle l’est par la savane arbustive et les champs. De 1995 à 2018, la savane boisée a disparu au profit de la savane arbustive.

Graphique 6. Occupation du sol en 1995

Graphique 6. Occupation du sol en 1995

Graphique 7. Occupation du sol en 2018

Graphique 7. Occupation du sol en 2018

Source : Image Landsat 1995 et 2018

63Les graphiques 6 et 7 montrent la dynamique d’occupation du sol dans la zone d’étude de 1995 à 2018. Sur celui de 1995, la savane arborée occupait une plage de 60 %, réduite à 3 % en 2018, illustre sa dégradation. De plus, la plage d’occupation des champs est passée de 4 % en 1995, à 18 % en 2018, augmentation qui s’est accompagnée de la destruction des arbres. En ce qui concerne la variation de la superficie, celle des champs est passée de 338 288 ha en 1995, à 1 174,54 ha, soit un accroissement de 247 %. La superficie de la savane arborée est passée de 4 481,90 ha en 1995, à 190,42 ha, soit une régression de 96 %.

64Ceci interpelle les acteurs sur la nécessaire prise en compte de la préservation de l’environnement dans la valorisation et l’exploitation touristique du site.

Conclusion

65L’exploitation touristique des cascades de Karfiguéla a changé les perceptions des habitants envers le site. Cette mise en tourisme a entraîné une requalification de la cascade, qui passe désormais du statut d’objet social et culturel à celui d’objet marchant procurant des recettes. L’exploitation économique du site a suscité de l’espoir et du rêve parmi les acteurs locaux, qui perçoivent l’ouverture au tourisme comme porteuse de développement, et de lutte contre la pauvreté, car les recettes conséquentes leur permettent de faire des investissements au profit du village. Cependant, force est de constater que la majorité (80 %) des recettes générées par le site touristique bénéficie aux acteurs institutionnels et aux guides collecteurs, soit, respectivement, 60 % et 20 % de leur montant, le village devant, lui, se contenter de 10 % de leur produit.

66De plus, les investissements effectués grâce au tourisme, de 1999 à 2019, sont faibles au regard de la notoriété du site. Les acteurs locaux n’ont pu construire qu’un bâtiment de trois classes au sein de l’école primaire. La faible part des recettes affectées au village ne permet que de financer de façon limitée les rites cultuels et de fournir le dispensaire en médicaments. Pour ce qui est de la création d’emplois, le secteur n’a pas pu en créer que 4, à titre permanent, au profit des guides collecteurs qui bénéficient de 20 % des recettes. Les guides accompagnateurs, qui sont les plus nombreux, sont rémunérés, eux, par entente directe avec les visiteurs. Par ailleurs, le potentiel du site est sous-exploité puisqu’il manque d’équipements (hébergement, restaurant, espace de loisirs, etc.) pour satisfaire les visiteurs et pour élargir l’assiette de recettes.

67Selon l’analyse d’Olivier de Sardan (1995), le village de Karfiguéla a bien connu un développement, puisque la gestion du site a suscité des institutions porteuses d’une vision altruiste tournée vers le développement, et mobilisé des acteurs locaux qui y consacrent leur temps. Cependant au vu de notre étude, toutefois, l’apport du tourisme au développement socio-économique local, de 1999 à 2019, est resté faible.

68Quant aux impacts environnementaux, la mise en tourisme du site n’a pas empêché les habitants de poursuivre les coupes abusives du bois, qui ont entraîné la dégradation de la savane arborée au profit de l’extension des champs. Les gestionnaires du site ont plus été préoccupés par la rentabilité économique que par la préservation de l’environnement, les actions de reboisements restant rares. Les visiteurs exercent également une pression entraînant la dégradation du couvert végétal, puisqu’il n’existe pas de piste réservée à la promenade. Ces derniers contribuent également à la pollution du site par l’abandon de déchets polluants sinon toxiques.

69En fin de compte, pour répondre aux questions qui ont motivé notre recherche, force est de constater que l’exploitation touristique ne contribue de façon équilibrée ni au développement économique ni à la préservation de l’environnement. L’objectif économique prend le pas sur les préoccupations environnementales. Les résultats montrent également la difficulté de mise en œuvre d’un développement durable assis sur un équilibre entre ses composantes économiques, sociale et environnementale. L’obtention d’un tel équilibre relève d’un défi qui doit orienter les activités touristiques, dans les différents contextes africains, vers la conception de nouvelles formes et offres de tourisme, plus écologiquement et socialement soutenables.

Haut de page

Bibliographie

Augier, D. (2013). « Tourisme et pauvreté dans les petites îles indépendantes en développement : l’exemple de Sainte-Lucie (Petites Antilles) », Études caribéennes, 24-25. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/6525

Balbonne, B. (2012). Le financement des entreprises touristiques au Burkina Faso : cas des agences de voyages et de tourisme. Mémoire pour l’obtention du diplôme d’Administrateur des Services touristiques. ENAM, 71p.

Badiri K., I. Abassi, A. Laloun (2013). Quelle politique marketing pour le développement et la promotion du tourisme interne au Maroc ?, Mémoire professionnel en vue d’obtention du diplôme du cycle normal option management touristique, Institut supérieur international du tourisme de Tanger, 68 p.

Blondy, C. (2016). « Le tourisme, un facteur de développement durable des territoires insulaires tropicaux ? Tourisme, aménagement, environnement et société locale à Bora Bora (Polynésie française) », Mondes du Tourisme, HS. URL : http://journals.openedition.org/tourisme/1283

Bourdeau, P., R. Moreau et E. Zaccai (2018). Le développement non durable, Éd. Académie royale de Belgique, 126 p.

Castro Montero, N. (2017). Estimation de la valeur économique du parc national Xuan Thuy dans la province de Nam Dinh au Vietnam, Mémoire pour l’obtention du diplôme de Master en bio ingénieur en sciences agronomiques, Université de Liège, Gembloux agro-bio Tech, 95 p.

Cazes, G., Lanquar R., Raynouard Y. (2001). L’aménagement touristique et le développement durable. Paris, PUF, 127 p.

Dao, E. (2017). Contribution de la valorisation des sites touristiques naturels au développement local : Cas des Cascades de Karfiguéla, Mémoire pour l’obtention du diplôme d’Administrateur des Services touristiques, ENAM, 72 p.

Dehoorne, O. (2013). « Tourisme et lutte contre la pauvreté : opportunités et défis », Études caribéennes, 24-25. DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.6601

Dehoorne, O. et A.K. Diagne (2008). « Tourisme, développement et enjeux politiques : l’exemple de la Petite Côte (Sénégal) », Études caribéennes, 9-10. DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.1172

Doury, M. (2004). « La position du chercheur en argumentation », Semen, Revue de sémio-linguistique des textes et discours, 17. URL : http://journals.openedition.org/semen/2345

Diombera, M. (2017). « Le développement touristique et l’occupation des espaces littoraux : quels enjeux pour les territoires de la Petite Côte sénégalaise ? », Études caribéennes, 36. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/10778

Diombera, M. (2018). « La station balnéaire de Saly au Sénégal : développement ou déséquilibre ? », Alternative Sud, 25(3) : 155-163.

Froger, G. (dir.) (2010). Tourisme durable dans les Suds ?, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang S.A. Éditions scientifiques internationales, coll. Écopolis, 316 pages.

Kiendrebeogo, S. (2009). La contribution des sites du patrimoine culturel au développement socio-économique du Burkina Faso : le cas de la mare aux crocodiles sacrés de Bazoulé (Province du Kadiogo, Burkina Faso), Mémoire pour l’obtention du diplôme de Conseiller des Affaires culturelles, ENAM, 58 p.

Kientega, D. (2012). Etat de l’Application de la charte Burkinabé du Tourisme : cas de la mare aux crocodiles sacrés de Bazoulé (Burkina Faso, Province du Kadiogo), Mémoire pour l’obtention du diplôme d’Administrateur des Services touristiques, ENAM, 58 p.

Latouche, S. (1994). « Développement durable, un concept alibi », Revue Tiers Monde, 35(137) : 77‑94. URL : https://doi.org/10.3406/tiers.1994.4851

Latouche, S. (2003). « L’imposture du développement durable ou les habits neufs du développement », Mondes en développement, 121(1) : 23-30. URL : https://doi.org/10.3917/med.121.0023

Ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme (2014). Programme de développement des industries touristiques du Burkina Faso, Ouagadougou, MCAT, 79 p.

Ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme (2017). Rapport d’étude sur l’identification des valeurs culturelles, Ouagadougou, MCAT, 117 p.

Ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme (2008). Politique nationale du Tourisme, Ouagadougou, MCAT, 47 p.

Ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme (2015). Tableau de bord statistique 2014 du tourisme, document élaboré par l’observatoire national du tourisme (Obstour), 46 p.

Ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme (2015). Compendium des statistiques du tourisme 2014, document élaboré par l’observatoire national du tourisme (Obstour), 54 p.

Ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme (2014). Répertoire des sites touristiques du Burkina Faso, document élaboré par la DGVAT, 94 p.

Ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme (2017). Stratégie nationale de la culture et du tourisme 2018-2027, Ouagadougou, MCAT, 159 p.

Marcotte P., Bourdeau L., Sarrasin B. (2017). « Tourisme et développement durable. Un exercice d’adaptation, d’intégration et de conciliation », Téoros, 36(1). URL : http://journals.openedition.org/teoros/2979

Olivier de Sardan, J.-P. (1991). « L’anthropologie du changement social et du développement comme ambition théorique ? », Bulletin de l’APAD, (1). URL : http://journals.openedition.org/apad/296

Olivier de Sardan, J.-P. (1993). « Le développement comme champ politique local », Bulletin de l’APAD, 6. URL : http://journals.openedition.org/apad/2473

Olivier de Sardan, J.-P. (1995). Anthropologie et développement : Essai en socioanthropologie du changement social. URL : http://www.documentation.ird.fr/hor/fdi:010007659

Olivier de Sardan, J.-P. (2001). « Les trois approches en anthropologie du développement », Revue Tiers Monde, 42(168) : 729‑754. URL : https://doi.org/10.3406/tiers.2001.1546

Olivier de Sardan, J.-P. (2007). « De la nouvelle anthropologie du développement à la socioanthropologie des espaces publics africains », Revue Tiers Monde, 191(3) : 543‑552. URL : https://www.cairn.info/revue-tiers-monde-2007-3-page-543.htm

Olivier de Sardan, J.-P. (2008). La rigueur du qualitatif. Les contraintes empiriques de l’interprétation socioanthropologique, Louvain-la-Neuve, Bruylant Academia, 365 p.

Olivier de Sardan, J.-P., et T. Bierschenk (1993). « Les courtiers locaux du développement », Bulletin de l’APAD, 5. URL : http://journals.openedition.org/apad/3233

OMT (2013). Gouvernance et gestion pour un tourisme durable dans les zones côtières d’Afrique, Madrid, OMT, 114 p.

OMT (2016). Vers une mesure de la valeur économique du tourisme d’observation de la faune en Afrique, Madrid, OMT, 52 p.

ONTB (2012). Protocole d’accord de gestion et d’exploitation touristique des chutes de Karfiguéla, 4 p.

ONTB (2014). Recueil statistique de l’Office National du Tourisme Burkinabé, 21 p.

Sarrasin, B., O. Dehoorne et D. Augier (2016). « Tourisme et ressources naturelles, prendre la mesure du défi », Études caribéennes, 33-34. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/9489

Some, I.P. (2015). Contribution de l’écotourisme au développement des collectivités territoriales : cas du projet ST-EP dans la commune rurale de Tambaga. Mémoire pour l’obtention du diplôme d’Administrateur des Services touristiques. ENAM, 69 p.

Somda, T. (2009). Contribution de l’écotourisme à la protection de l’environnement à l’Est du Burkina Faso. Mémoire pour l’obtention du diplôme d’Administrateur des Services touristiques, ENAM, 48 p.

Tapsoba, Y.P. (2006). Vers un tourisme durable au Burkina Faso ? Mémoire de Diplôme d’Études supérieures spécialisées (DESS) ès sciences environnementales, Université de Ouagadougou, Unité de Formation et de Recherche en Sciences de la Vie et la Terre (UFR/SVT), 64 p.

Theys, J. (2002). « L’approche territoriale du “développement durable”, condition d’une prise en compte de sa dimension sociale. Développement durable et territoires », Économie, géographie, politique, droit, sociologie. URL : https://doi.org/10.4000/developpementdurable.1475

Thunis, X. (2010). Comment le développement durable advient aux universités, Namur, Presses universitaires de Namur, 28 p.

Tremblay, S. (2007). Développement durable et communications. Au-delà des mots, pour un véritable engagement, Québec, Presses universitaires du Québec, 269 p.

UICN/PACO (2010). Le tourisme dans les aires protégées d’Afrique de l’Ouest : quelle contribution à la conservation ?, Ouagadougou, UICN/PACO, 110 p.

Van Campenhoudt, L. et R. Quivy (2011). Manuel de recherche en sciences sociales, Paris, Dunod, 262 p.

Vermeulen, C. (2003). « La zone villageoise de chasse de Sia (Ranch de Gibier de Nazinga, BF). Une expérience de gestion communautaire du petit gibier », Parc et réserve, 58(2), 14 p.

Yarga, H. (2015). Gestion des ressources naturelles et promotion du tourisme : Cas du parc W, Mémoire de master recherche de géographie, Université de Ouagadougou, 82 p.

Yaro K. (2013). Les effets induits de l’exploitation minière sur les ressources naturelles, Mémoire de master de recherche de géographie, Université de Ouagadougou, 64 p.

Yomb J. et R. Tefe Tagne (2016). «Tourisme et socioéconomie dans les espaces ruraux au Cameroun : entre survivances culturelles et mutations », Études caribéennes, 33-34. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/8820

Haut de page

Notes

1 Données tirées des Faits saillants OMT du tourisme, édition 2019

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les zones touristiques du Burkina Faso
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/19441/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Figure 2. Situation géographique du site de Karfiguéla
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/19441/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Photographie 1. La troisième piscine des Cascades de Karfiguéla
Légende La photo ci-dessus montre l’une des piscines les plus visitées par les visiteurs, parmi les six autres, selon les guides accompagnateurs.
Crédits Source : Babou Eugène IDO, avril 2019
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/19441/img-3.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 3. Les dimensions du développement durable
Crédits Source : Figure inspirée de celle de Bourdeau, Moreau et Zaccai (2018 : 76)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/19441/img-4.png
Fichier image/png, 80k
Titre Graphique 1. État de satisfaction de l’accueil par les visiteurs du site touristique de Karfiguéla
Crédits Source : Enquête de terrain, avril 2019
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/19441/img-5.png
Fichier image/png, 27k
Titre Graphique 2. État de satisfaction du guidage par les visiteurs du site touristique de Karfiguéla
Crédits Source : Enquête de terrain, avril 2019
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/19441/img-6.png
Fichier image/png, 28k
Titre Graphique 3. Recettes perçues par le village de Karfiguéla de 2005-2019
Crédits Source : Auteur à partir de données de ONTB, 2019
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/19441/img-7.png
Fichier image/png, 35k
Titre Graphique 4. Recettes perçues des parties prenantes du protocole d’accord
Crédits Source : Auteur à partir de données de l’ONTB, 2019
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/19441/img-8.png
Fichier image/png, 28k
Titre Photographie 2. Les trois classes construites grâce aux recettes du tourisme
Légende La photographie illustre trois classes construites et équipées par les habitants avant que le village ne bénéficie de la construction de classe supplémentaire par le gouvernement et les efforts d’une volontaire américaine.
Crédits Source : Babou Eugène IDO, avril 2019
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/19441/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Titre Photographie 3. Poubelles de l’AEC
Légende Des poubelles ont été installées par l’AEC pour que les visiteurs y jettent les déchets à la fin de la visite. L’ensemble du site est équipé. Cependant, les déchets stockés sont brûlés, ce qui ne pas convient à la structure comme l’affirme un des responsables : « Les déchets sont brûlés, mais ça ne nous convient pas trop. À long terme, il faudra que nous allions au-delà de ça, par exemple faire de la récupération ».
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/19441/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Photographie 4. Panneau de sensibilisation de l’AEC
Légende Cette photo montre un panneau faisant partie d’un ensemble de panneaux implantés sur le site, afin de sensibiliser les visiteurs à la préservation de son environnement.
Crédits Source : Babou Eugène IDO, avril 2019
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/19441/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Photographie 5. Image de bois coupé et entassé au nord du site
Crédits Source : Babou Eugène IDO, avril 2019
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/19441/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Titre Photographie 6. Analyse d’images satellitaires de 1995 et 2018
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/19441/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 647k
Titre Graphique 6. Occupation du sol en 1995
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/19441/img-14.png
Fichier image/png, 34k
Titre Graphique 7. Occupation du sol en 2018
Crédits Source : Image Landsat 1995 et 2018
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/19441/img-15.png
Fichier image/png, 38k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Babou Eugène Ido, « Exploitation touristique des ressources naturelles et développement durable. Cas du site touristique des Cascades de Karfiguéla au Burkina Faso », Études caribéennes [En ligne], 6 | Décembre 2020, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 09 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/19441 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.19441

Haut de page

Auteur

Babou Eugène Ido

Géographe, Administrateur des Services touristiques, Spécialiste en Développement, Environnement et Société, UCLouvain-ULiège, baboueugene@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search