Navigation – Plan du site

AccueilHors-série6Conflictualité homme-éléphant et ...

Conflictualité homme-éléphant et écotourisme au parc national Conkouati-Douli (PNCD), République du Congo

Human-Elephant Conflict in Villages Located within the Ecodevelopment Zone of Conkouati-Douli National Park (PNCD), Rep. Of Congo
Conflicto humano-elefante en aldeas ubicadas dentro de la zona de ecodesarrollo del Parque Nacional Conkouati-Douli (PNCD), Rep. del Congo
Mialoundama Bakouetila Gilles Freddy

Résumés

La présente étude s’est effectuée dans 12 villages du département du Kouilou situés dans le parc national Conkouati Douli. Elle tente de mettre en lumière la conflictualité homme-éléphant, la problématique de la conservation durable des éléphants et la question de l’écotourisme dans l’espace en conflit. La méthodologie a privilégié une enquête qualitative auprès de 150 personnes interrogées à partir d’un guide d’entretien. L’espace en conflit est celui de la zone d’écodéveloppement du PNCD. Les principaux acteurs en conflit sont une partie de la population locale et les gestionnaires du PNCD.
Les dégâts dans les exploitations agricoles causés par les éléphants de forêts sont énormes et cela conduit au braconnage des éléphants d’une part et la perte des vies humaines par les éléphants d’autre part. Les éléphants dévastent plus le manioc, suivi des manguiers pendant la période de fructification ; les autres cultures sont moins dévastées. La présence de l’éléphant est perçue comme un malheur pour la population locale, exposée à une insécurité alimentaire. Les dégâts causés dans les champs par les éléphants ne font pas toujours l’objet d’une compensation financière.
Des alternatives comme la mise en place des clôtures avec des piments autour des champs ou d’autres techniques de refoulement des éléphants devraient être encouragées. Animal emblématique, l’éléphant est l’une des espèces fauniques au centre de l’écotourisme au PNCD. La caisse de développement communautaire, destinée à financer les microprojets des populations locales est alimentée par 30 % des revenus touristiques. La promotion et la bonne gouvernance de l’écotourisme peuvent contribuer au développement local et à atténuer le conflit homme-éléphant.

Haut de page

Entrées d’index

Keywords :

conflict, man, elephant, tourism, PNCD

Index géographique :

République du Congo

Palabras claves :

conflicto, hombre, elefante, turismo, PNCD
Haut de page

Texte intégral

L’auteur tient à remercier les gestionnaires et les populations locales du PNCD, ainsi que les personnes-ressources ayant apporté une contribution à l’intérêt et à la qualité de ce travail, en particulier Samba Nsayi Ephrem Freddie, Kouta Oumba Flavigrâce Mavey, et Ondzoura’s Adhet Brunel Gilfath. Il ne saurait oublier les lecteurs anonymes qui ont permis d’améliorer la version initiale de ce document.

Introduction

  • 1 Il se subdivise en deux sous-espèces : Loxodonta africana cyclotis – éléphant de forêt, et Loxodont (...)
  • 2 Environ 200 kg de nourriture/jour et de 70 à 100 litres d’eau

1La gestion durable de la biodiversité au sein des aires protégées dépend de plusieurs facteurs, dont la gestion des conflits hommes-éléphants. Dans la majorité des aires protégées, plusieurs animaux se trouvent hors des zones protégées où ils rentrent en conflit avec les populations riveraines. Parmi ces animaux emblématiques qui font l’objet des politiques de conservation, figure l’éléphant d’Afrique (Laxodonta africana1), espèce intégralement protégée. Les éléphants partagent une grande partie de leur espace de vie avec les hommes, et ont besoin d’une quantité importante et disponible de nourriture toute l’année2 afin de satisfaire leurs besoins nutritionnels et reproductifs (Ouattara et al., 2010). La protection de l’éléphant permet de protéger de nombreuses espèces végétales et animales qui vivent dans le milieu (Soulemane, 2000). Sa cohabitation avec l’homme provoque une fragmentation des écosystèmes naturels à l’origine du conflit homme-éléphant (Hoaré, 1999) dans de nombreuses aires protégées. La compétition pour les habitats et les ressources naturelles est également une des causes de conflits entre l’homme et l’éléphant (Okello, 2005), avec de nombreuses conséquences socio-économiques.

2En République du Congo, le conflit homme-éléphant se pose avec acuité dans de nombreuses aires protégées. Au parc national d’Odzala Kokoua (PNOK), Boukoulou et al. (2012) montrent que les éléphants causent de nombreux dégâts aux champs paysans. Plusieurs villages sont situés dans la zone d’écodéveloppement du parc national Conkouati Douli (PNCD). Dans la zone intégralement protégée, on trouve de nombreux éléphants, qui constituent une ressource importante non seulement pour l’écologie, mais également pour le développement de l’écotourisme. L’extension du PNCD, occupant de plus en plus les zones de transition (zones tampons), ainsi que le braconnage dans la zone intégralement protégée, accentuent la cohabitation homme-éléphant, à l’origine d’un conflit dont chacun souffre de la présence de l’autre. La connaissance approfondie de cette conflictualité peut permettre de trouver des solutions durables à une meilleure cogestion des ressources naturelles du PNCD. De plus, l’espace en conflit est également un lieu ouvert à l’activité touristique.

3L’objet de l’étude est d’analyser la conflictualité homme-éléphant dans les villages situés dans le PNCD. Il s’agit plus particulièrement de déterminer les parties prenantes impliquées dans le conflit, de décrire l’objet du conflit et la nature des dégâts causés, et d’analyser non seulement les contraintes majeures qui affectent la conservation durable des éléphants dans le PNCD, mais aussi l’écotourisme dans l’espace en conflit.

1. Méthodologie

1.1. La présentation du milieu d’étude

4L’étude a été réalisée dans le parc national Conkouati Douli (PNCD). Celui-ci est situé le long de la côte Atlantique, et couvre une superficie de 504 950 hectares. Il comprend une partie marine, qui représente 24 % de sa superficie totale. Le PNCD est situé dans les sous-préfectures de Madingo-Kayes (14 villages), et de Nzambi (12 villages et 3 quartiers), dans le département du Kouilou au sud de la République du Congo. La population du PNCD est estimée à plus de 5 513 habitants, soit plus de 1 055 ménages (Ministère de l’Économie forestière, 2009). Il y règne un climat équatorial de transit, avec une pluviométrie variant entre 1 200 et 1 700 mm d’eau/an. La végétation présente une grande diversité de formations végétales. On distingue la forêt littorale, et les forêts denses sublittorales qui se présentent sous forme de galeries et d’îlots forestiers. La végétation aquatique des lacs et lagunes du PNCD est composée de mangroves (Rhizophora spp., Vossia spp., Nymphea spp., Crinum natans, etc. (Ministère de l’Économie forestière, 2009). La diversité des écosystèmes du PNCD est à l’origine d’une faune riche et abondante. Parmi les espèces fauniques, on trouve les chimpanzés (Pan troglodytes), les éléphants de forêt (Loxodonta africana cyclotis), les tortues marines (Dermo-chelys coriacea), les gorilles (Gorilla gorilla), ainsi que d’autres espèces (Ministère de l’Économie forestière, 2009 ; Bonassidi, 2000 cité par Parc national Conkouati Douli, 2013).

5La population concernée par l’étude est celle des villages situés dans le PNCD, plus précisément dans la zone d’écodéveloppement, notamment : Mpella, Tandou Ngoma, Sialivakou et Ngoumbi (figure 1).

Figure 1. Localisation des villages du parc national Conkouati Douli

Figure 1. Localisation des villages du parc national Conkouati Douli

1.2. La collecte et l’analyse des données

6La collecte des données secondaires s’est faite à partir de l’analyse documentaire des documents portant sur la faune, la gestion participative des aires protégées, le conflit hommes-animaux, etc. Les différents documents analysés ont été obtenus au sein des centres de documentation (Grande Bibliothèque Universitaire, École Nationale Supérieure d’Agronomie et de Foresterie, ONG WCS, etc.) ; les sites Internet et les bases de données ont été également exploités.

7Le choix de l’échantillon s’est fait de façon raisonnée. Au total, 150 personnes ont été interrogées, sur la base d’un guide d’entretien spécifique aux personnes-ressources (chefs de ménages, femmes et jeunes, membres du comité de gestion, responsables d’ONG, agents du PNCD, etc.). Elles ont été retenues en fonction de leur disponibilité et de leur aptitude à répondre aux questions. Les techniques d’enquêtes utilisées au cours de l’étude sont : les entretiens individuels formels, les focus groups, les observations directes, ainsi que les échanges libres. Les données secondaires et primaires ont fait l’objet d’une analyse de contenu.

2. Résultats

2.1. Les stratégies développées par les parties prenantes dans le conflit homme-éléphant 

8Les parties prenantes impliquées dans la gestion des ressources naturelles du PNCD relèvent de cinq catégories (figure 2) : (i) les gestionnaires du PNCD (le conservateur, le conservateur adjoint, les techniciens forestiers) ; (ii) les ONG (Wildlife Conservation Society/WCS, Nature et Développement/ND, Comité de Gestion des Ressources naturelles/COGEREN, l’Association de la Gestion durable des Ressources naturelles/AGEDUREN) ; (iii) la population locale représentée par les éco gardes et les habitants des villages dont la plupart pratiquent l’agriculture et la pêche; (iv) les autorités locales ou les représentants de la population (comité des villages et des sages sous-préfet, etc.) ; (v) et les entreprises exploitant dans la périphérie du PNCD.

Figure 2. Parties prenantes impliquées dans la gestion du PNCD

Figure 2. Parties prenantes impliquées dans la gestion du PNCD

Avec : *** Forte implication, ** Implication moyenne, * Faible implication

9Trois des parties impliquées dans la gestion du PNCD sont régulièrement concernées par le conflit homme-éléphant. Il s’agit des représentants du Ministère en charge de l’économie forestière, et de l’ONG WCS (gestionnaire du PNCD), ainsi que la population locale dont les cultures sont dévastées par les éléphants. Les autorités locales et administratives peuvent intervenir dans la médiation à l’occasion de la résolution des conflits. Face au conflit homme-éléphant au sein du PNCD, les différentes parties prenantes impliquées dans sa gestion développent deux grandes stratégies qui s’affrontent en permanence : les stratégies en faveur du maintien du PNCD, et les stratégies de rejet.

10Les premières reposent sur la sécurisation de l’accès aux ressources du PNCD, l’attentisme, et la captation des ressources du PNCD. Bien qu’elles prévalent actuellement, le mécontentement des populations locales dû au conflit homme-éléphant développe de plus en plus de stratégies de rejet ou d’opposition au PNCD. L’éléphant est perçu par cette catégorie de la population comme une source de malheurs qu’il faut combattre.

  • 3 Acte n° 114/91/CNS/P/S du 24 juin 1991, portant interdiction de l’abattage des éléphants en Républi (...)

11Les gestionnaires du PNCD agissent en faveur de la sécurisation de l’accès aux ressources du PNCD. Ils appliquent la loi, protègent la biodiversité en général, et plus particulièrement les espèces menacées, grâce à la lutte anti-braconnage conduite par les écogardes. De plus, ils facilitent la connaissance des espèces protégées, et appliquent la réglementation de la chasse dans le parc. L’éléphant est une espèce protégée par loi congolaise3, protection à laquelle les populations locales des villages situés au sein du PNCD ainsi qu’à sa périphérie ont été largement sensibilisées.

12Les résultats ont montré que les populations locales développent, elles, deux types de stratégies : le rejet et l’attentisme. La catégorie de la population qui développe la stratégie de rejet du PNCD est celle qui est victime de dévastation de ses champs par les éléphants, ou qui rencontre régulièrement les éléphants lors des activités de cueillette des PFNL (produits forestiers non ligneux) et de ramassage de bois ; ainsi que celle qui les rencontre près de la rivière et même au sein de certains villages. Ce mécontentement a poussé les habitants du village Mpella à solliciter du gouvernement congolais le déplacement du village hors du PNCD, ceci pour assurer leur survie. De plus, les jeunes désœuvrés des villages du PNCD développent également cette stratégie, estimant que la présence des éléphants dans la zone d’écodéveloppement du parc est un fardeau pour la communauté rurale. En dehors des restrictions de chasse, le non-respect du cahier de charges par les gestionnaires du parc, la dévastation des champs, et la non-compensation des dégâts sont à l’origine de leur mécontentement, ce qui explique la « reconversion » de certains agriculteurs en braconniers.

13Cependant, il existe au sein de la population, une autre catégorie, qui développe plutôt une stratégie attentiste. Les attentes des populations n’étant pas satisfaites par l’administration, une partie de cette population se tourne vers le PNCD, car elle attend des retombées socio-économiques du plan d’aménagement, ainsi que de l’écotourisme dont 30 % des revenus alimentent la Caisse de Développement Communautaire (CDC), chargée de financer les microprojets des populations. Cette catégorie de population tolère la présence de l’éléphant, animal intégralement protégé, qui attire de nombreux touristes. Or, le tourisme est créateur d’emploi (guides touristiques, chauffeurs, pisteurs, etc.), et facilite la commercialisation des produits de l’artisanat.

14Parmi les autorités locales et administratives, l’enquête a mis en exergue deux stratégies : la sécurisation de l’accès aux ressources, et le rejet du PNCD. Les autorités favorables à la première pensent que le PNCD peut créer des emplois directs dans la lutte anti-braconnage (écogardes, chauffeurs), dans le projet tortues marines (auxiliaires du suivi des tortues marines), dans la recherche écologique (aides-forestiers), et dans l’écotourisme (guide, chauffeurs, pisteurs). De plus, le contrôle de la gestion de la Caisse de Développement Communautaire renforce leur crédibilité auprès des populations locales, bénéficiaires des retombés socio-économiques issues du PNCD. Le développement de l’écotourisme de vision repose sur la présence des éléphants dans le parc, qui sont donc perçus comme une véritable opportunité par les populations. Toutefois, d’autres autorités développent une stratégie de rejet du PNCD, car elles pensent que les retombées socio-économiques sont trop faibles au regard des dégâts aux cultures occasionnés par les éléphants, qui sont loin d’être toujours compensés.

15Les membres des ONG locales, enfin, développent aussi bien des stratégies de rejet que des stratégies attentistes, et de sécurisation des ressources.

2.2. La nature du conflit d’usage de l’espace entre les populations locales et les éléphants

16L’espace en conflit entre les populations locales et les éléphants est celui de la zone d’écodéveloppement du PNCD, réservée aux terroirs villageois, et aux activités génératrices de revenus (AGR) des populations locales. Les entretiens avec les chefs de ménages ont montré que les éléphants consomment les mêmes ressources que les populations locales, c’est-à-dire : l’eau, les PFNL, les cultures vivrières et fruitières (figure 3). Le conflit de voisinage entre les hommes et les éléphants dans la zone d’écodéveloppement concerne quelques villages du PNCD, mais est plus marqué dans les villages de Noumbi et Sialivakou.

Figure 3. Ressources naturelles partagées entre les hommes et les éléphants

Figure 3. Ressources naturelles partagées entre les hommes et les éléphants

17La culture du manioc, aliment de base dans le département du Kouilou, occupe la première place parmi les exploitations agricoles. C’est la culture phare qui est la plus dévastée par les éléphants, et qui alimente la conflictualité. La contestation des populations porte aussi sur la présence des éléphants dans la zone d’écodéveloppement en général, et plus particulièrement autour des cours d’eau (fleuve Noumbi, lacs et lagunes), des exploitations agricoles, et de la zone de forêt située dans le terroir villageois et même dans certains villages (planches photographiques 1, 2 et 3). Dans la forêt, les populations locales récoltent des PFNL à des fins alimentaires, et pour des usages de pharmacopées.

18Les causeries libres organisées avec certains chefs de ménages ont permis de confirmer le constat fait par des gestionnaires du PNCD, qui signale des cas d’abattages des éléphants par les braconniers. L’éléphant étant une espèce intégralement protégée, aucun chef de ménage n’a avoué consommer la viande d’éléphant ni vendre de l’ivoire d’éléphant.

Planche 1. Présence d’éléphants dans la zone d’écodéveloppement du parc (PNCD)

Planche 1. Présence d’éléphants dans la zone d’écodéveloppement du parc (PNCD)

Source : l’auteur

Planche photographique 2 : Cultures dévastés par les éléphants dans la zone d’écodéveloppement du parc (PNCD)

Planche photographique 2 : Cultures dévastés par les éléphants dans la zone d’écodéveloppement du parc (PNCD)

Source : l’auteur

Planche photographique 3 : Présence d’éléphants dans les exploitations agricole et les jardins dans la zone d’écodéveloppement du parc (PNCD)

Planche photographique 3 : Présence d’éléphants dans les exploitations agricole et les jardins dans la zone d’écodéveloppement du parc (PNCD)

Source : l’auteur

2.3. La cohabitation difficile homme-éléphant, et les manifestations de la conflictualité

19La cohabitation homme-éléphant porte préjudice à l’économie des ménages vivant dans le PNCD. Cette cohabitation se manifeste par la destruction des cultures par les éléphants, mais aussi par la dégradation de l’habitat des éléphants par les braconniers qui chassent dans la zone intégralement protégée du PNCD. Cette cohabitation difficile est à l’origine de l’insécurité alimentaire de certains ménages, dont l’essentiel des revenus provient de l’agriculture. Une mère de neuf enfants, dans le village de Ngoumbi, en a témoigné :

« La présence des éléphants est à l’origine des dégâts de culture, qui ne sont pas toujours compensés et qui poussent à l’abandon de la pratique de l’agriculture. Certains agriculteurs se reconvertissent en chasseurs, d’autres en pêcheurs. Il devient impossible de subvenir aux besoins de mon ménage à cause de la dévastation de ces champs ».

20Les responsables du PNCD sont impuissants face aux dévastations des champs et des récoltes des populations par les éléphants (tableau 1). Les compensations des dégâts causés sur les cultures ne sont pas toujours effectives, ce qui accentue le mécontentement des populations. La présence des éléphants dans la zone d’écodéveloppement est une source d’inquiétude pour les populations. Un agriculteur a déclaré :

« Les éléphants ont été à l’origine du décès d’une femme enceinte qui allait cueillir le Gnetum africanum dans les forêts pourtant situées dans la zone d’écodéveloppement du PNCD. Notre vie est donc en danger et les autorités administratives devraient voir sérieusement ce problème, sinon nous allons nous défendre en tuant les éléphants afin que nos enfants et femmes vivent en paix ».

Tableau 1. Typologie des causes de conflits homme-éléphant au PNCD

Mobiles de la conflictualité

Appréciation

01

Présence des éléphants dans les lieux d’habitations

Important

02

Présence des éléphants dans la zone d’écodéveloppement du PNCD

Très important

03

Destruction des récoltes et perte financière

Très important

04

Destruction d’autres biens

Inexistant

05

Perte de vie humaine et des blessures

Faible

06

Braconnage dans la zone intégralement protégée du PNCD

Important

21La dévastation des champs, ainsi que l’inquiétude des populations face à la cohabitation homme-éléphant, est à l’origine de l’augmentation du braconnage dans la zone intégralement protégée du PNCD (figure 4), et du développement des stratégies de rejet du PNCD par une partie de la population, mais aussi du conflit entre la population et les gestionnaires du parc. Une catégorie de chefs de ménages terriens regrette le fait d’avoir dû céder ses terres pour la création de ce parc.

22Le conflit homme-éléphant dans le PNCD se manifeste par une opposition avec engagement explicite des protagonistes (gestionnaire du PNCD-population locale), et se traduit par un passage à l’acte sous forme de menace de capture d’éléphants, d’augmentation du braconnage, et de recours aux chefs de villages comme médiateurs entre les populations victimes et les gestionnaires du parc. Ce type de conflit se multiplie, et perdure depuis l’arrivée des éléphants dans la zone d’écodéveloppement du PNCD en 1991.

Figure 4. Arbre à problèmes illustrant l’inquiétude des populations face à leur cohabitation avec les éléphants

Figure 4. Arbre à problèmes illustrant l’inquiétude des populations face à leur cohabitation avec les éléphants

2.4. Le conflit homme-éléphant, contrainte majeure pour la conservation durable des éléphants

23Les responsables du PNCD sont confrontés à de nombreux défis pour assurer la conservation des éléphants. Parmi ces défis, l’enquête a mis en évidence le braconnage pour l’ivoire (photographie 4) et la viande, la dégradation de l’habitat des éléphants, le conflit homme-éléphant, ainsi que les difficultés à développer le tourisme au profit de l’amélioration de la vie des populations locales.

Photographie 4 : Ivoires saisis et armes appartenant à des braconniers

Photographie 4 : Ivoires saisis et armes appartenant à des braconniers

Source : l’auteur

24La dégradation de leur habitat est un handicap important pour la conservation durable des éléphants. Elle est due aussi à l’extraction des matières premières brutes, notamment le bois, le pétrole, les minerais, et à l’agriculture sur brûlis, à l’ouverture des routes par l’exploitation forestière dans les zones jadis inaccessibles, et à l’arrivée massive de populations à la recherche d’emplois auprès des sociétés susmentionnées. Cette dégradation est également le fait du braconnage qui s’exerce dans la zone intégralement protégée, qui affecte gravement protection des éléphants.

25Le conflit homme-éléphant accentue le braconnage dans la zone intégralement protégée, ainsi que le mécontentement de la population locale. Sa résolution est un facteur important de la gestion durable de la biodiversité du parc.

2.5. L’écotourisme, une opportunité pour le développement local et l’atténuation du conflit homme-éléphant

26L’écotourisme est l’un des modes de gestion des ressources naturelles au sein du parc national Conkouati Douli (PNCD). C’est une activité qui consiste à promouvoir le potentiel naturel de l’aire protégée et à générer des gains favorables à son bon fonctionnement. Le tourisme écologique développé au PNCD est un tourisme de vision basé sur l’observation de la biodiversité animale et des paysages attrayants. Le PNCD offre à cet égard un riche potentiel écotouristique, constitué par la diversité floristique et faunique, notamment les mangroves, l’éléphant de forêt (Loxodonta africana cyclotis), les céphalophes (Cephalophus spp.), le chimpanzé (Pan troglodytes), le gorille (Gorilla gorilla), le buffle de forêt (Syncerus caffer nanus), le sitatunga (Tragelaphus spekei), le potamochère (Potamochoerus porcus), ainsi qu’une grande diversité d’oiseaux et de reptiles : tortues marines (3 espèces, dont la tortue luth), baleines, dauphins, etc. La présence des lagunes, lacs et rivières, ainsi que l’océan Atlantique attirent également de nombreux touristes. La proximité de la ville de Pointe-Noire constitue un bassin potentiel de touristes de courte et moyenne durée.

27Depuis le lancement de l’activité d’écotourisme, en 2011, les ressources naturelles du PNCD attirent chaque année plus de 300 touristes. Ceux-ci sont pour la plupart originaires d’Europe et d’Amérique. Ils séjournent dans des cases touristiques appartenant au gestionnaire du parc (1 case de passage située au quartier général du PNCD), à l’AGEDUREN (1 case située à près de 5 km du quartier général et 7 km de la lagune Conkouati), à HELP Congo (Habitat Ecologique et Liberté des Primates) qui, outre ses missions de conservation des chimpanzés, possède une dizaine de cases touristiques au bord de la lagune. On rencontre aussi des sites touristiques et des maisons de villégiature (bungalows) en bord de mer, appartenant à des particuliers.

28Les touristes viennent découvrir et observer les animaux emblématiques (chimpanzés, gorilles, buffles, et surtout éléphants), et jouir de la diversité du paysage. L’activité écotouristique au sein du PNCD génère des revenus, dont 30 % doivent alimenter la Caisse de Développement Communautaire (CDC), créée en 2012, gérée par les gestionnaires du parc. Ces revenus proviennent principalement des droits de visite (entrées touristiques) versés au poste de contrôle de Yanika, ainsi que des frais de séjour dans la case de passage tenue par les gestionnaires du parc. Les revenus touristiques générés par HELP Congo et l’ensemble des particuliers impliqués dans cette activité ne reviennent pas, quant à eux, à la CDC. Le but de celle-ci est de financer les microprojets des populations locales vivant au sein du PNCD, microprojets conçus par chaque communauté rurale et dont la réalisation est coordonnée par le parc (figure 5). Les projets retenus sont financés par la CDC, et mis en œuvre au sein des villages par un comité de gestion composé des représentants des populations locales. Les revenus générés par ces microprojets sont destinés à être réinvestis en partage au profit de la population.

  • 4 Il s’agit en l’occurrence de la CDC, soit l’ensemble des communautés du PNCD. Les microprojets à fi (...)
  • 5 Le montant annuel oscille entre 4 et 8 M FCFA par an. Pour 2020, en raison de la mauvaise gouvernan (...)

29Les principaux microprojets, financés par la CDC, concernent essentiellement la vente de produits alimentaires (huile, riz, farine de manioc), de cartes de recharges téléphoniques, de piles pour les torches d’éclairage, ainsi que la construction de cases touristiques, etc. En raison des problèmes de dévastation des champs, on note l’absence des microprojets dans le domaine agricole dans le district de Nzambi, et dans quelques villages du district de Madingo-Kayes, qui sont situés à l’intérieur du PNCD. Toutefois, dans les villages et quartiers du district de Madingo-Kayes, où la présence des éléphants est rare, des microprojets relatifs au secteur agricole (cultures de manioc, aviculture, production ovine et caprine, etc.) ont été financés par la CDC. Le montant moyen de subvention par village est de 312 000 FCFA (475 €), pour un minimum de 120 000 FCFA (184 €) et un maximum de 480 000 FCFA (735 €). En 2014, la part de la communauté locale4 issue du revenu de l’écotourisme était de 5, 5 M FCFA (8 415 €) ; en 2016, elle était passée à 6 M FCFA (8 800 €)5.

Figure 5. Étapes de réalisation des microprojets financés par la CDC

Figure 5. Étapes de réalisation des microprojets financés par la CDC

30L’appréciation des enquêtés sur la redistribution des revenus issus de l’écotourisme montre que les ¾ des bénéficiaires en sont insatisfaits. Ce taux d’insatisfaction élevé est principalement dû au faible montant alloué aux microprojets, ce qui génère des bénéfices faibles, qui suscitent le mécontentement des villageois. En outre, ces derniers pensent qu’il y a une mauvaise gouvernance de la CDC, et que les fonds alloués ne correspondent pas aux chiffres réels de touristes. Un encadrement des communautés et des organisations paysannes s’avère dès lors nécessaire, afin de les aider non seulement à concevoir des projets bancables, mais aussi à rechercher d’autres financements au profit d’un développement local durable.

31L’écotourisme est une activité d’intégration des populations locales à la conservation des ressources naturelles. Il est créateur d’emplois dans les domaines du tourisme et de l’hôtellerie (pisteurs, guides touristiques, botanistes, cuisiniers, ménagères, etc.), et permet de dynamiser l’économie locale et de valoriser les productions locales. Le développement de l’écotourisme dans le PNCD peut permettre non seulement d’augmenter les revenus de la CDC, mais aussi en améliorer les retombées socio-économiques, tout en atténuant le conflit homme-éléphant. En effet l’éléphant est une espèce emblématique fascinante et rare, qui attire de nombreux touristes. Espèce intégralement protégée par la loi congolaise, il joue un rôle important dans la valorisation des ressources naturelles, en particulier en tant que ressource attractive pour l’écotourisme. Le conflit homme-éléphant affecte alors inévitablement les recettes issues de l’écotourisme. Des actions de sensibilisation et d’éducation environnementale envers la population locale s’avèrent nécessaires afin de développer des comportements écologiques, de responsabiliser les populations dans la conservation de la biodiversité, et de rechercher des solutions participatives en réponse au conflit homme-éléphant.

3. Discussion

32Les résultats de l’étude ont montré que l’espace en conflit entre la population locale et les éléphants, dans les villages du PNCD, est celui de la zone d’écodéveloppement, zone où les ressources naturelles (eau, PFNL, cultures vivrières et fruitières) sont actuellement partagées entre les parties en conflits. Le PNCD comprend trois zones : la zone intégralement protégée (réservée à la conservation de la biodiversité, où les activités des populations sont strictement interdites), la zone d’écodéveloppement (réservée aux activités des populations locales), et la zone tampon (i.e. de transition entre les deux).

33Dans son étude sur l’analyse des conflits dans les espaces ruraux et périurbains, Torre et al. (2015) notent que les conflits sont inscrits dans les territoires, et qu’ils reposent sur une base physique et se déroulent entre voisins, tout en prenant naissance autour des biens matériels et immatériels (eau, sols, paysages, etc.). Dans la zone d’écodéveloppement du PNCD, les éléphants détruisent les cultures et les récoltes, et placent les populations victimes dans une situation d’insécurité alimentaire. De plus, leur présence dans le territoire villageois est une source d’inquiétude pour les populations locales (traumatisées, par ex., par la mort d’une femme tuée par un éléphant). La situation du PNCD est quasi la même dans de nombreuses aires protégées en République du Congo, mais également dans d’autres pays africains. Au Congo, Mbété et al. (2016) signalent l’existence d’un conflit homme-éléphant dans le Sanctuaire de Gorille de Lossi. Il en est de même pour les villages périphériques du parc national d’Odzala Kokoua (Boukoulou et al., 2012). En Côte-d’Ivoire, Atta et al. (2016) notent que l’origine des conflits homme-éléphant est liée au transfert des éléphants dans la zone, et à leurs maraudes dans les cultures en quête de nourriture. Ils relèvent également que la première cause de conflit tient aux dégâts causés aux cultures (84 %), suivie des attaques contre les hommes. Dans leur étude sur les relations homme-faune sauvage au Cameroun, Eyebe et al. (2012) mentionnent que l’endommagement des cultures est l’une des formes les plus fréquentes de conflit, et est particulièrement grave à la périphérie des aires protégées. Partout où coexistent cultures et éléphants dans le même espace, il existe des conflits entre les hommes et les éléphants. Ces derniers, attirés par les cultures, les détruisent en les piétinant lorsqu’ils les traversent, ou en s’en nourrissant (Atta et al., 2016).

34Les résultats de notre étude montrent également que les cultures de manioc (aliment de base) et les arbres fruitiers sont les plus prisés par les éléphants. Celle réalisée dans le parc national d’Azagny, en Côte d’Ivoire, a mis en évidence l’attirance des éléphants pour les feuillages et les fruits (Kouame Djaha et al., 2017). A Miélékouka, dans la périphérie du parc national d’Odzala Kokoua, au Congo, Boukoulou et al. (2012) montrent que les éléphants causent plus des dégâts dans les champs de bananiers, de maniocs, de taros et de cannes à sucre. Le régime alimentaire de l’éléphant de forêt est constitué d’une variété d’aliments dominée par les feuilles (Merz, 1981 ; Short, 1981 ; Mbété et al., 2010). D’après Okoumassou et al. (2004), les éléphants s’adaptent et se nourrissent de ce dont ils disposent en abondance. Les cultures vivrières seraient riches en sels minéraux, qui attirent fortement les éléphants (Rode et al., 2006).

35Le conflit homme-éléphant est déterminé par les contraintes écologiques et sociodémographiques (Balna, 2011). L’étude a révélé que la pratique du braconnage dans la zone intégralement protégée est en partie due la présence des éléphants dans la zone d’écodéveloppement, activité qui entraîne également la dégradation de l’habitat de l’éléphant. Soulemanne (2000) note en ce sens que plusieurs facteurs favorisent le déplacement des éléphants en zones rurales, notamment : le manque d’eau à l’intérieur de la forêt, et l’intensification de la pression anthropique (braconnage, feux de brousse, coupes de bois, etc.).

36Le conflit homme-éléphant est à l’origine du développement des stratégies de rejet du PNCD par les populations locales, mais aussi par certaines autorités locales et administratives. Ces stratégies peuvent constituer un frein à la gestion durable de la biodiversité, et à l’implication des populations locales dans la conservation des éléphants. D’après Balna (2011), ce conflit a des impacts négatifs sur l’agriculture familiale, la conservation de la faune sauvage, la sécurité des individus.

37Les pertes financières liées à la destruction des ressources alimentaires, ainsi que les traumatismes causés, entraînent une attitude hostile des populations locales envers les éléphants, remettant en cause les efforts de conservation de la biodiversité. Malgré la compensation financière de certains dégâts causés par les éléphants, les conflits sociologiques et psychologiques qui en résultent demeurent très vifs.

38Ces conflits opposent un obstacle sérieux à la conservation, car ils obèrent négativement les efforts de conservation (Madden, 2006). Par conséquent, il convient d’envisager des solutions pour les gérer et les atténuer, et lever les menaces qui pèsent sur les éléphants. Dans la périphérie du parc national d’Odzala Kokoua, Boukoulou et al. (2012) suggèrent comme option alternative le recours aux techniques de refoulement (effarouchement, combiné à des feux et à l’épandage du piment) des éléphants, et à la mise en culture de denrées moins appréciées par les éléphants. Jones et Elliott (2006) ont proposé un panel de solutions possibles à ce conflit, s’agissant notamment : d’obstacles artificiels (clôtures électriques, protection des points d’eau, bombes de piment rouge pour dissuader les éléphants), de la création de points d’eau spécifiques, de la protection des champs par les gardes des réserves fauniques, de signaux d’alarme de la présence d’éléphants, de leur transfert, de mesures d’atténuation (assurance/compensation).

39Le tourisme de vision, qui est une opportunité de développement explorée dans plusieurs aires protégées, a un impact socioéconomique et contribue au développement local. Cette analyse rejoint celle de Violier (2008) qui montre que le tourisme, à l’instar de l’écotourisme, recèle une capacité à modifier des lieux, dont l’aménagement peut contribuer au mieux vivre local. Le développement de l’écotourisme et la bonne gouvernance de la CDC sont des facteurs importants de développement. La contribution de l’écotourisme y a également été évoquée dans d’autres aires protégées en Afrique. La réserve forestière de Nyungue, au Rwanda, par ex., rapportait annuellement 15 000 US $ au début des années 1990, ce qui était amplement suffisant pour payer le personnel et subvenir aux dépenses de la réserve (Offutt, 1992). De surcroît, l’écotourisme est perçu comme l’occasion pour les populations locales vivant dans des villages proches des sites touristiques de bénéficier de façon positive du développement touristique et de la conservation des aires protégées (Langoya et Long, 1998). En Ouganda, le développement de l’écotourisme, dans la réserve forestière du Budango, a permis d’équiper en matériels 6 écoles primaires, et d’employer 28 habitants dans la réserve. Les sites touristiques de la réserve donnent aux femmes l’occasion de vendre leurs productions artisanales, pour compléter leurs revenus. L’écotourisme offre aux populations des possibilités de formations sur les activités lucratives, comme l’apiculture et la production agricole (Langoya et Long, 1998). Les actions visant à une meilleure gestion de l’environnement et des ressources naturelles ne peuvent donc être réalisées indépendamment d’une approche en termes de développement local, associant l’ensemble des parties prenantes à la définition de choix sociétaux (Meral et Denis, 2006).

Conclusion

40L’étude sur le conflit homme-éléphant dans les villages du parc national Conkouati – Douli a permis d’en identifier les protagonistes, ainsi que leurs stratégies face à la conservation de la biodiversité du PNCD ; et de décrire l’objet et les manifestations de la conflictualité, ainsi que d’analyser les contraintes majeures qui impactent la conservation des éléphants. Plusieurs acteurs institutionnels sont impliqués dans la gestion de la biodiversité du PNCD, notamment : le Ministère de l’Économie forestière, l’ONG WCS, les associations COGEREN, AGEDUREN et Nature et Développement, les sociétés Sintoukola Potash et Maurel et Prom, les autorités locales et administratives, ainsi que les populations locales. Face aux conflits hommes-éléphants, ces acteurs développent deux grandes stratégies. Les stratégies en faveur du bien-fondé du PNCD dominent chez les acteurs institutionnels et une partie de la population locale, en raison des retombées socio-économiques liées au parc (stratégie de sécurisation de l’accès aux ressources du parc, stratégie attentiste et stratégie de captation de ces ressources). Cependant, les populations locales victimes du conflit homme-éléphant sont mécontentes et développent surtout des stratégies de rejet ou d’opposition.

41L’espace qui fait l’objet de la conflictualité est la zone d’écodéveloppement, où les hommes et les éléphants partagent actuellement les mêmes ressources (eau, PFNL, cultures vivrières et fruitières). Les éléphants causent d’énormes dégâts aux cultures vivrières et fruitières appartenant aux villageois, provoquant le mécontentement de ces derniers. Ces dégâts ont un impact financier manifeste. Ils contribuent à l’insécurité alimentaire des populations victimes, qui se reconvertissent parfois en braconniers. Ce conflit est l’un des obstacles majeurs à la conservation durable des éléphants dans le PNCD. Il affecte également les efforts de conservation déjà entrepris en faveur de ces mammifères, dont la présence et la fréquentation attirent un nombre non négligeable (à l’échelle locale) de touristes.

42Cette offre touristique est de nature à contribuer significativement au développement local, pour autant, toutefois, que son expansion et sa juste gouvernance s’appuient sur la réduction, sinon la résorption, du conflit endémique homme-éléphant, car elles conditionnent la pérennisation d’un tel développement.

Haut de page

Bibliographie

Atta, A.C.J., O. Soulemane, K.A. Yao, K.B. Kasse, K.H. Yao Kokoré – Béibro (2016). « Caractérisation des conflits homme-éléphant dans le département de Sikensi (Sud-Est Côte d’Ivoire) », Agronomie Africaine, 28(3) : 30-41.

Balna, J. (2011). Exploitation des ressources naturelles et conflits dans le terroir de Mindif : de la perception des acteurs vers une gestion durable de l’espace, Thèse de Master professionnel, Sciences sociales pour le Développement, ISS, Université de Maroua, Cameroun, 173 p.

Boukoulou, H., P. Mbété, R.A. Mbété, Ch. Ngokaka, F. Akouango, K.R.E. Babela, J. Vouidibio (2012). « Conflit homme-éléphant : étude de cas dans le village Miélékouka au nord du parc national d’Odzala Kokoua (Congo) », Journal of Applied Biosciences, 50 : 3478-3484.

Eyebe, A.J., G.P. Dkamela, D. Endamana (2012). Tour d’horizon des conflits home-faune sauvage au Cameroun, Document de travail du Poverty and Conservation Learning Group, n°4, 28 p.

Hoare, R.E. (1999). “Determinants of human-elephant conflict in a land-use mosaic”, Journal of Applied Ecology, 36:689-700.

Jones, B.T.B, W.J. Elliott (2006). « Conflit homme – faune sauvage en Namibie : expériences acquises d’un dossier de solutions pratiques », Nature et Faune, 21 (2) : 22-27.

Kouame Djaha, B. Gone Bi Zoro, B. Kpangui Kouassi, B., J.C. Koffi, J. Koffi Kouao, A. Vroh Bi Tra, C.Y. Adou Yao (2017). « Diversité et variabilité du régime alimentaire des éléphants du parc national d’Azagny (Sud-Côte d’Ivoire) », European Scientific Journal, 13 (21) : 98-115.

Langoya, C.D., C. Long (1998). Local communities and ecotourism development in Budongo Forest Reserve, Uganda, Network paper, Rural Development Forestry Network (United Kingdom), 14 p.

Madden, F. (2006). « Conflits entre l’homme et la faune sauvage : un cas de collaboration », Nature et Faune, 21 (2) : 8-9.

Mbété, P., G.F. Mialoundama Bakouetila, F. Ngonouo, F. Louvouezo Ndoudi, H. Boukoulou (2016). “Analysis of the Involvement of Local Communities in the Management of Natural Ressources of the Sanctuary Gorilla Lossi (SGL), District of Mbomo, Cuvette Ouest Departement, Republic of the Congo”, International Journal of Trend in Research and Development, 3(5):230-236.

Mbété, P., C. Ngokaka, F. Akouango, N. Inkamba, K.F. Pandi (2010). “Contribution to the survey of the food of the forest elephant (Loxodonta africana cyclotis) in the peripheral zone of the National Park Ogooué Lékiti”, Pakistan Journal of Nutrition, 9(12):1141-1148.

Méral, Ph., D. Requier-Desjardins (2006). « La gestion durable de l’environnement à Madagascar : enjeux, opportunités et contraintes », Economie rurales, 294-295 : 4-8.

Merz, G. (1981). « Recherche sur la biologie de nutrition et les habitats préférés de l’éléphant de forêt », Mammalia, 45 : 299-312.

Ministère de l’Économie forestière (2009). Plan d’aménagement du parc national Conkouati-Douli. Exercice 2009-2013. Projet d’Appui à la Gestion (PAG). Parc National Conkouati-Douli (PNCD), Ministère de l’Économie forestière, République du Congo, 103 p.

Offutt, M. (1992). Tourism as a conservation strategy in Nyungwe Forest Reserve, Rwanda, UICN, WCMC, Cambridge, USA: 40-44.

Okello, M.M. (2005). “Land use changes and human-wildlife conflicts in the Amboseli area, Kenya”, Human Dimensions of Wildlife, 10:19-28.

Okoumassou, K., S. Durlot, K. Akpamou, H.Segniagbeto (2004). « Impacts humains sur les aires de distributions et couloirs de migration des éléphants au Togo », Pachyderm, 36 : 69-79.

Ouattara, F.A., O. Soulemane, A. Nandjui, E.J. Tondoh (2010). « État des maraudes et des dégâts de cultures liés aux éléphants à l’ouest du secteur de Djouroutou dans le sud-ouest du parc national de Taï (Côte d’Ivoire) », Pachyderm, 47 : 1-9.

Parc National Conkouati Douli (2013). Présentation du parc. Situation géographique, Climat, Hydrographie, Milieu édaphique, Végétation, PAG-PNCD, 4 p.

Rode, K.D., P.I. Chiyo, C.A. Chapman, L.R. McDowell (2006). “Nutritional ecology of elephants in Kibale National Park, Uganda, and its relationship with crop-raiding behavior”, Journal of Tropical Ecology, 22:441-449.

Short, J. (1981). “Diet and feeding behaviour of the forest elephant”, Mammalia, 45:177-185.

Soulemane, O. (2000). Ecologie et comportement de Loxodonta africana cyclotis (Matschie, 1900) Elephantidae dans la forêt classée du Haut-Sassandra en rapport avec l’anthropisation de ce milieu, Thèse de Doctorat de 3e cycle, Université de Cocody-Abidjan (Côte d’Ivoire), 160 p.

Torre, A., R. Melot, L. Bossuet, A. Cadoret, A. Caron, S. Darly, Ph. Jeanneaux, Th. Kirat, H.V. Pham (2015). « Méthodologie d’évaluation et d’analyse des conflits dans les espaces ruraux et périurbains », Courrier de l’Environnement de l’Inra, 65 : 37-47.

Violier, P. (2008). Tourisme et développement local, Paris, Belin, 192 p.

Haut de page

Notes

1 Il se subdivise en deux sous-espèces : Loxodonta africana cyclotis – éléphant de forêt, et Loxodonta africana africana, éléphant de savane.

2 Environ 200 kg de nourriture/jour et de 70 à 100 litres d’eau

3 Acte n° 114/91/CNS/P/S du 24 juin 1991, portant interdiction de l’abattage des éléphants en République du Congo ; Arrêté n° 3282/MEFPE/DGEF/DFF du 18 novembre 1991 portant protection absolue de l’éléphant sur toute l’étendue de la République du Congo.

4 Il s’agit en l’occurrence de la CDC, soit l’ensemble des communautés du PNCD. Les microprojets à financer sont sélectionnés au cours d’une assemblée générale.

5 Le montant annuel oscille entre 4 et 8 M FCFA par an. Pour 2020, en raison de la mauvaise gouvernance, et de la difficulté de tenir l’Assemblée générale, aucun montant n’a été communiqué.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Localisation des villages du parc national Conkouati Douli
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/19502/img-1.png
Fichier image/png, 533k
Titre Figure 2. Parties prenantes impliquées dans la gestion du PNCD
Légende Avec : *** Forte implication, ** Implication moyenne, * Faible implication
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/19502/img-2.png
Fichier image/png, 45k
Titre Figure 3. Ressources naturelles partagées entre les hommes et les éléphants
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/19502/img-3.png
Fichier image/png, 26k
Titre Planche 1. Présence d’éléphants dans la zone d’écodéveloppement du parc (PNCD)
Crédits Source : l’auteur
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/19502/img-4.png
Fichier image/png, 450k
Titre Planche photographique 2 : Cultures dévastés par les éléphants dans la zone d’écodéveloppement du parc (PNCD)
Crédits Source : l’auteur
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/19502/img-5.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Planche photographique 3 : Présence d’éléphants dans les exploitations agricole et les jardins dans la zone d’écodéveloppement du parc (PNCD)
Crédits Source : l’auteur
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/19502/img-6.png
Fichier image/png, 520k
Titre Figure 4. Arbre à problèmes illustrant l’inquiétude des populations face à leur cohabitation avec les éléphants
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/19502/img-7.png
Fichier image/png, 79k
Titre Photographie 4 : Ivoires saisis et armes appartenant à des braconniers
Crédits Source : l’auteur
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/19502/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre Figure 5. Étapes de réalisation des microprojets financés par la CDC
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/19502/img-9.png
Fichier image/png, 34k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mialoundama Bakouetila Gilles Freddy, « Conflictualité homme-éléphant et écotourisme au parc national Conkouati-Douli (PNCD), République du Congo », Études caribéennes [En ligne], 6 | Décembre 2020, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 09 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/19502 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.19502

Haut de page

Auteur

Mialoundama Bakouetila Gilles Freddy

Laboratoire d’Économie et Sociologie Rurales, École Nationale Supérieure d’Agronomie et de Foresterie (ENSAF), Université Marien Ngouabi, Brazzaville (Congo), gmialoundama2016@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search