Navegación – Mapa del sitio

InicioHors-série6Environnement BOKO HARAM et perfo...

Environnement BOKO HARAM et performance du secteur touristique : rupture ou continuité ?

BOKO HARAM Environment and Performance of the Tourism Sector: Break-Up or Continuity?
Entorno BOKO HARAM y desempeño del sector turístico: ¿ruptura o continuidad?
Rosalie Christiane Nga Nkouma Tsanga

Resúmenes

Esta investigación analiza la relación entre la inseguridad y la actividad turística identificando los criterios y motivaciones para elegir un destino de riesgo y evaluando el efecto de la inseguridad en el desempeño del sector turístico. Para ello, parece relevante un enfoque triangular que combine un estudio cualitativo y una doble encuesta a 100 turistas y 87 personas pertenecientes al sector turístico. Los resultados de nuestro estudio revelan, por un lado, que la percepción de riesgo, la actitud hacia el destino del Extremo Norte, las percepciones hedonistas y el sesgo de optimismo de los turistas son los factores determinantes de la elección de este arriesgado destino. Por otro lado, destacan el impacto significativo y negativo de los ataques de BOKO HARAM sobre el desempeño de las actividades del sector turístico en la región. El desarrollo de una marca turística convincente y la fusión del marketing mix podrían ayudar a las estructuras del sector turístico a recuperar sus objetivos

Inicio de página

Texto completo

Introduction

1Depuis les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis, les quatre coins du monde sont inquiétés par des attaques multiformes des groupes aux dénominations diverses. La montée en puissance de l’organisation BOKO HARAM, créée il y a une quinzaine d’années, ne cesse d’intriguer et de détruire les États africains de la région frontalière du Nigéria, du Niger et du Cameroun. Ce mouvement terroriste est spécialisé dans des attentats-suicides, des enlèvements et des kidnappings des nationaux et des étrangers. La nébuleuse a fait son intrusion au Cameroun en 2014, se manifestant par plus d’un demi-millier d’attaques, près d’une centaine d’attentats – suicides, plusieurs enlèvements, prises d’otages, etc. (Perouse de Montclos, 2015).

2Au-delà des pertes humaines et des dégâts matériels, ce phénomène inquiétant est venu fragiliser plusieurs secteurs d’activités des structures implantées dans la région septentrionale du Cameroun, notamment celui du tourisme. En effet, le contexte d’insécurité a poussé les pouvoirs publics à fermer certains sites touristiques, tel le parc WAZA, l’un des sites les plus emblématiques du Cameroun.

3On constate par ailleurs les inquiétudes et les craintes des touristes, qui sont désormais réticents et conduits à modifier leurs attitudes et leurs comportements, faisant prévaloir le critère de la sécurité comme facteur majeur dans leur décision de choix d’une destination touristique. Cette situation affecte l’image des activités touristiques, voire la demande à leur endroit. Dès lors, on doit s’interroger sur la performance des activités touristiques des destinations à risque.

4La « performance » est un concept ambigu, dont l’évaluation dépend de l’auteur. Selon l’approche de Kaplan et Norton (1996), l’évaluation de la performance peut se faire à partir de 4 dimensions : financière, clientèle, processus internes, et apprentissage organisationnel. Pour Johnson et al. (2010), une entreprise performante est entendue comme celle qui satisfait à des impératifs de compétitivité, de pérennité, de croissance ou de rentabilité.

5Une autre approche évalue la performance à partir de deux dimensions : les indicateurs financiers, et les indicateurs non financiers (Saint-Pierre et al., 2005). Notre recherche s’inspire de cette dernière approche, et se propose d’utiliser deux indicateurs pour évaluer la performance : les variations du portefeuille – clients, et le taux d’accroissement du volume des ventes.

6La relation entre l’insécurité et le tourisme a fait l’objet de plusieurs recherches qui en ont développé de nombreux aspects. Ainsi, certains travaux ont mis en évidence les conséquences des attentats sur les cibles molles que sont les sites touristiques (Franck, 2004), et l’impact de cette nébuleuse sur la perception de l’image du pays par les touristes (Ingram et al., 2013). D’autres études se sont focalisées sur l’influence du terrorisme sur le comportement des touristes, notamment sur l’impact de l’inquiétude sur la décision de choix de la destination touristique (Tocquer et Zins, 1999 ; Sönmez et Graefe, 1998 ; Myron et Pennington, 2004) et sur la perception du risque (Yousfir et Schaaper, 2017). Un autre panel de chercheurs s’est limité à l’étude de l’effet de l’instabilité et de l’insécurité engendrées par le terrorisme sur la demande touristique (Hall et O’Sullivan, 1996 ; Seddighi et al., 2002 ; Fletcher, 2008). Complétant les récents travaux, un dernier groupe a analysé les conditions qui peuvent atténuer les perceptions négatives associées aux menaces des attentats et autres actes de terrorisme, de manière à susciter des attitudes et comportements favorables de la part des touristes (Freidum, 2011 ; Boujbel, 2016).

7Bien que la réflexion sur la relation instabilité/insécurité – activités touristiques ait été largement étudiée, il n’en demeure pas moins vrai qu’elle soit peu discutée en Afrique subsaharienne. L’étude présentée ici vient combler ce vide, en se proposant d’appréhender la relation insécurité-tourisme dans cette région, par l’identification des critères de choix d’une destination touristique, et des motivations en faveur d’une destination risquée, ainsi que l’évaluation de l’effet de l’insécurité sur la performance du secteur touristique.

8Pour cela, une approche axée sur la triangulation des méthodes et des données s’avère pertinente (Jick et Todd, 1979 ; Dezin, 1978). Pour cette raison, nous avons d’abord mené une étude qualitative basée sur des observations des sites et des activités touristiques, ainsi que des entretiens semi-directifs auprès 20 touristes et 13 responsables des structures du secteur touristique implantées dans la région de l’Extrême – Nord Cameroun. Puis, un questionnaire a été proposé à 100 touristes et 87 acteurs du secteur, afin de connaître leurs critères de choix de cette destination, et de mesurer les effets des attaques BH sur les flux de clientèle et le volume d’affaires. Cette recherche débouche sur des constats de nature à influencer favorablement les attitudes et les comportements des touristes potentiels des zones où règne l’insécurité.

1. Terrorisme et tourisme : une liaison parsemée d’épines

9La relation entre l’insécurité et les activités du secteur du tourisme a fait l’objet de plusieurs études qui ont mis en évidence les impacts négatifs de l’instabilité politique et de la fréquence des attentats terroristes sur la demande des activités touristiques. Pour mieux cerner ce lien, il importe d’abord de se pencher sur les facteurs expliquant le choix d’une destination risquée par les touristes.

1.1. Les facteurs prédictifs du choix d’une destination risquée par les touristes

10La revue de la littérature, combinée à l’étude exploratoire menée auprès d’une dizaine de touristiques, a permis de distinguer plusieurs facteurs susceptibles de justifier le choix d’une destination non sécurisée. Il s’agit du souvenir des actes terroristes chez le touriste, de son attitude vis-à-vis de la destination, de sa perception du risque, de ses ressentis hédonistes de la destination, du biais d’optimisme, de la peur suscitée par les informations relatives aux raisons de l’insécurité, et de son profil sociodémographique.

11Le souvenir des actes terroristes, amplifiés par les médias (Volle, 1995), augmente le sentiment de risque des touristes (Tare Sayed, 2010), et influence leur choix d’une destination (Sönmez et Graefe, 1998). Ce point de vue a été partiellement partagé par Myron et Penningon (2004), à la suite des attentats contre le Word Trade Center à New York. Leur étude met en évidence deux groupes de touristes aux avis contradictoires : les femmes estiment que le voyage est une activité risquée, tandis que les hommes trouvent moins de risque dans le voyage. À ceci s’ajoute le souvenir lié au séjour et à l’expérience vécue (Jenkiss, 1999).

12L’attitude des touristes vis-à-vis de la destination est également un élément important de leurs choix. Les études de Boujfel (2016), Tocquer et Zins (1999) montrent que l’attitude envers une destination détermine le comportement du touriste, et ses intentions de choisir cette destination. Cette attitude est elle-même influencée par la perception qu’ils en ont. Ceci a conduit Sönmez et Graefe (1998) à soutenir que l’attitude envers le voyage international, la perception du risque, et le revenu du touriste influencent le choix de la destination.

13Le biais d’optimisme renvoie au fait que certains individus estiment qu’ils auraient moins de probabilité que d’autres d’être victimes d’attentats, et donc qu’ils ne courent aucun danger en se rendant dans une destination à risque. Ceci amène à proposer l’hypothèse suivante :

H1 : les facteurs propres au touriste influencent sa décision de choix d’une destination

14Cette hypothèse donne lieu deux sous-hypothèses, qui sont des éléments composites des caractéristiques idiosyncrasiques des touristes :

H11 : les variables psychosociales du touriste influencent le choix d’une destination

H12 : les caractéristiques sociodémographiques du touriste influencent le choix d’une destination

15

1.2. Les effets de l’insécurité sur la performance touristique

16Plusieurs recherches ont mis en évidence les conséquences économiques de l’instabilité politique sur l’industrie touristique. Ainsi, pour Pizam et Mansfeld (1996), le terrorisme a un effet négatif sur les arrivées des étrangers dans la destination. Les travaux de Sönmez (1998), ceux de Fletcher et Morakabati (2008), ainsi que l’étude empirique réalisée par Deutsch-Burgner et al. (2014), partagent ce point de vue, en plaçant l’accent sur les conséquences négatives des menaces touristiques sur les flux touristiques. Dans le même esprit, Sönmez et Graefe (1998) en soulignent les effets sur la réputation de la destination et leur a continuité des activités commerciales.

17Enfin, Fletcher et Morakabati (2008) mentionnent l’impact négatif des tensions politiques, guerres et autres actes terroristes, sur la demande touristique. De même, les travaux de Hall et Sullivan (1996), ainsi que ceux de Boujfel (2015), Feridum (2011), mettent en évidence l’impact négatif des actes terroristes sur le taux de fréquentation des structures du marché touristique, voire sur la demande des produits touristiques. Ceci conduit à l’hypothèse suivante :

H2 : les attaques de BOKO HARAM affectent négativement la performance des activités du secteur touristique

H21 : les attaques de BH ont un impact négatif sur les flux de clientèle des structures du marché touristique

H21 : les attaques de BH influencent négativement le volume d’affaire des activités du marché touristique

2. Méthodologie

18Cette étude a été réalisée dans la région de l’Extrême-Nord Cameroun, entre février et juillet 2017. Assise sur le principe de la triangulation (Molina-Azorin, 2010), elle combine à la fois les méthodes qualitative et quantitative.

2.1. Processus de l’étude

19L’étude s’est effectuée en deux phases :

  • une phase exploratoire, marquée par des observations des activités touristiques, des analyses documentaires et des entretiens semi-directifs. Ainsi, treize entretiens, d’une trentaine de minutes environ, ont été réalisés auprès des dirigeants et responsables des structures du secteur touristique, afin de connaître les taux d’accroissement de leur portefeuille client et leurs chiffres d’affaires au cours des trois dernières années ; ainsi que les statistiques des mouvements des touristes dans la région. Nous avons également interviewé vingt touristes, afin de détecter les critères de choix d’une destination, et les motivations de celui d’une destination à risque, et collecter ainsi des informations nécessaires à la construction des items du questionnaire. La taille de ces échantillons a été obtenue selon le principe de saturation sémantique ;

  • une phase confirmatoire, au cours de laquelle cent questionnaires ont été proposés à des touristes, afin de connaître les facteurs explicatifs de leurs choix de la destination de l’Extrême – Nord Cameroun. Pour des raisons circonstancielles, il ne nous était pas possible de déterminer la taille de notre échantillon à partir d’une formule statistique classique, bien que nous disposions des données statistiques du ministère du Tourisme. De plus, ces statistiques ne mettent pas en lumière celles concernant les touristes nationaux, surtout présents dans les différents sites identifiés. D’où la contrainte d’utiliser l’échantillonnage accidentel, pertinent pour notre étude, qui consiste à se placer à des lieux où l’on peut rencontrer des touristes afin de les interviewer. Au départ, nous avons utilisé comme base de sondage les fiches police/de renseignements déposées à l’accueil des structures hôtelières, et dûment remplies par les touristes, afin d’identifier ceux-ci (à partir de l’objet du séjour mentionné sur la fiche). Puis, nous avons sélectionné trois types de lieux d’enquête, à savoir : les structures hôtelières, les agences de tourisme, et les sites touristiques. Ceci nous a permis de rencontrer des touristes aux profils variés. Finalement, cent personnes ont répondu entièrement à notre questionnaire.

20Le questionnaire était composé de cinq parties : le niveau d’inquiétude du touriste par rapport aux modes opératoires de BH ; l’attitude envers la destination Extrême-Nord Cameroun ; les raisons de choix de la destination septentrionale du Cameroun ; le sentiment vis-à-vis de l’expérience vécue, les suggestions ; et le profil de l’interviewé.

21Parallèlement, nous avons interrogé 87 personnes physiques et morales du secteur touristique, représentant les secteurs formel et informel, afin de vérifier l’impact des attaques BH sur leurs activités. Le secteur du tourisme au Cameroun fait en effet intervenir des activités formelles et informelles (guides touristiques, structures de loisirs, artisans et vendeurs de produits touristiques non enregistrés à la chambre de commerce et d’industrie/au ministère du Tourisme). Il s’agit ici des personnes qui ont accepté de répondre à notre questionnaire selon la méthode de convenance. Les données statistiques de la délégation du tourisme de la région de l’Extrême-Nord font état d’environ 80 structures hôtelières, 72 agences de voyages, 8 agences de tourisme, 16 guides touristiques assermentés, 24 structures de loisirs, et 200 artisans-commerçants.

2.2. Mesure des construits

22Nous avons utilisé une échelle de Likert à quatre modalités pour mesurer les concepts concernés. Les personnes interrogées ont exprimé leurs opinions sur chacun des items selon quatre options (Crow et al., 2002) : « Totalement d’accord », « D’accord », « Pas d’accord », « Totalement en désaccord », quant à leur attitude envers la destination, leur niveau de satisfaction, leurs perceptions hédonistes de la destination, et la peur suscitée par les informations sur BH. Le biais d’optimisme a été mesuré à l’aide de deux items sur une échelle à cinq modalités (très forte ; forte ; moyenne ; faible ; très faible). Nous avons écarté la réponse « Neutre/sans avis » utilisée dans les échelles conventionnelles, afin d’obtenir aune appréciation explicite du touriste. Le tableau ci-dessous présente la synthèse des construits utilisés dans notre étude, ainsi que de leurs mesures.

Tableau 1. Mesure des construits

Construits

Items/libellés

Auteurs de

référence

Fiabilité estimée

α de Cronbach

Risque perçu à la destination

Risque d’attaque BH

Sonmez (1998)

Yousfi-Bachir et Schaaper (2017)

Croutsche et Roux (2005)

0, 853

Risque financier

Risque sanitaire

Risque d’agressions

Risque de transport

Risque culturel

Risque de catastrophe naturel

Attitude envers la destination

J’aime cette destination/région

Churchill (1979)

Derbaix et al., (1999)

Boujbel (2016)

0,749

Cette destination, je la trouve bien

Je trouve cette destination géniale

Cette destination est vraiment originale

Cette destination me laisse une impression favorable

J’ai envie de revenir ici

Perception hédoniste de la destination

La région de l’Extrême-Nord Cameroun est une destination riche d’un point de vue culturel

Boujbel (2016)

0, 894

C’est une destination riche en expériences émotionnelles

L’extrême-Nord Cameroun comporte des sites intéressants à visiter

Cette destination comporte des infrastructures d’accueil

Biais d’optimisme

Probabilité d’être victime d’une attaque

Weinstein (1980)

Mc Enna (1993)

0,906

Probabilité de s’en sortir sain (e) malgré l’attaque

Peur suscitée par les informations sur BOKO HARAM

Ces informations m’effrayent

Witte (1995)

0,812

Ces informations me rendent nerveux (se)

Ces informations me rendent anxieux (se)

Ces informations me mettent mal à l’aise

Elles me font perdre l’envie d’aller là-bas

Ces informations me rendent tendu (e)

3. Résultats et implications managériales

23Les inquiétudes et les événements provoqués par BH dans la région septentrionale du Cameroun depuis trois ans ont porté un coup à l’évolution des activités du secteur touristique. Les résultats ci-dessous mettent en lumière les effets négatifs de la nébuleuse sur la variation et l’accroissement du volume d’affaires.

3.1. Résultats de l’étude exploratoire réalisée auprès des responsables des structures du secteur touristique

24L’étude a été menée pendant les mois de février et mars 2017, dans treize structures du secteur touristique (5 hôtels, 6 agences de voyages, 2 sites touristiques). En raison du caractère sensible de notre étude, seuls quelques propriétaires de structures et responsables ont accepté de répondre à notre interview. La taille de leurs entreprises varie entre quatre et une vingtaine d’employés. Nous avons retenu deux principaux indicateurs de la performance : la variation du portefeuille client, et celle du volume d’affaires durant les trois années précédentes. Les structures sondées ont ressenti à divers degrés les effets des actes de BH, comme le montre le tableau ci-dessous.

Tableau 2. Effets de BOKO HARAM sur les indicateurs de performance des structures du secteur touristique

Activités de la structure

Variations du portefeuille client

Variation du volume d’affaires

2014/2015

2015/2016

2016/2017

2014/2015

2015/2016

2016/2017

S1. Hôtellerie

-20 %

-16 %

-10 %

-22 %

-18 %

-10 %

S2. Hôtellerie

En baisse

En baisse

En baisse

En baisse

En baisse

En baisse

S3. Hôtellerie

-16 %

-14 %

-10 %

-13 %

-31 %

-18 %

S4. Hôtellerie

-30 %

-20 %

-10 %

-35 %

-20 %

-6 %

S5. Hôtellerie

-5 %

-5 %

+2 %

-2 %

+5 %

Stable

S6.Agence de voyage

-40 %

-30 %

-23 %

-50 %

-45 %

-35 %

S7. Agence de voyage

-23 %

-20 %

-12 %

-21 %

-16 %

-13 %

S8. Agence de voyage

-12 %

-17 %

-23 %

-24 %

-27 %

En baisse

S9. Agence de voyage

-33 %

-29 %

-35 %

-40 %

-40 %

-45 %

S10. Agence de voyage

-7 %

-15 %

-20 %

-5 %

-8 %

-15 %

S11. Agence de voyage

-9 %

-4 %

-2 %

-10 %

-7 %

-3 %

S12.Site touristique

En baisse

En baisse

En baisse

En baisse

En baisse

En baisse

S13.Site touristique

En baisse

En baisse

En baisse

En baisse

En baisse

En baisse

25Les résultats ci-dessus montrent que les attentats BH ont eu un effet négatif sur la performance financière des structures du secteur touristique, surtout sur le taux de fréquentation des sites touristiques et le portefeuille client des agences de voyages. « Le contexte d’insécurité dans lequel les BH nous a plongés a paralysé nos business. Nous sommes vraiment coincés, car non seulement nous ne réalisons plus nos objectifs depuis ce phénomène, mais nous sommes dans l’impossibilité de trouver un preneur. C’est vraiment très compliqué. » (Propriétaire, S2).

26Souvenirs, médiatisations et réseaux sociaux continuent d’alimenter les inquiétudes des touristes qui ont abandonné les sites touristiques : « Il ne nous reste plus qu’à fermer. Les gens ont peur de venir ici, surtout que ce n’est pas suffisamment sécurisé » (Gérant, S12).

3.2. Résultats de l’étude exploratoire réalisée auprès des touristes

27Les résultats de l’étude exploratoire menée auprès des touristes ont permis de collecter deux types d’informations : les critères de choix d’une destination touristique, et les motivations du choix de la région septentrionale comme destination touristique

28L’analyse du discours des interviewés met en lumière trois catégories de critères :

  • les critères liés à la destination (absence de risque d’attaques terroristes, sécurité, absence de vol, conditions d’accès à la zone, image/réputation de la destination, absence d’épidémie)

  • les critères liés au système de servuction de la structure d’accueil (personnel, qualité des prestations, qualité des supports physiques, système d’organisation de la structure)

  • les critères relatifs aux produits touristiques (qualité, prix, disponibilité).

29Les discours des personnes interviewées mettent en évidence plusieurs raisons qui poussent les touristes à venir dans la région septentrionale du Cameroun : le repos, le divertissement, le bien-être, l’évasion, le contact avec la nature, la curiosité, la découverte des spécificités naturelles et culturelles.

30En définitive, deux catégories de motivation poussent les touristes à choisir une destination, bien qu’elle soit risquée : les motivations rationnelles, et les motivations irrationnelles. Les résultats penchent en faveur de la deuxième catégorie : en effet, seuls les aspects inhérents à la recherche du plaisir, au divertissement et au repos ont été évoqués. Ceci corrobore les travaux de Schoemaker (2000), Sellick (2004), Guallino et Salvador (2015) et de Li et Petrick (2008). Pourtant, des études ont pu montrer également la place de l’acquisition de nouvelles connaissances (Sellick, 2004), ou de la recherche de meilleurs soins médicaux (Menvielle, 2012).

31Par ailleurs, nous avons pu observer un faible taux de fréquentation des sites touristiques, et une baisse des activités du secteur touristique, comme l’ont révélé les études de Boujfel (2015), Feridum (2011), et de Fletcher et al. (2008). L’étude quantitative ci-dessous vient confirmer ces conclusions.

3.2. Résultats de l’étude quantitative menée auprès des touristes

32L’objectif est ici de vérifier les hypothèses formulées, afin de mettre en lumière les paramètres sociodémographiques et psychosociaux du choix d’une destination touristique, ainsi que l’impact des attentats sur la performance du marché touristique.

33Au total, 100 touristes aux profils variés ont répondu à notre questionnaire, dont 52 % d’hommes et 48 % de femmes.

3.2.1. Les facteurs déterminant le choix d’un environnement BH comme destination touristique

34Les résultats de l’étude étayent partiellement la première hypothèse (H1). En effet, les résultats révèlent l’effet significatif et positif des variables psychosociales qui affectent les choix des touristes, notamment : leur attitude envers la région de l’Extrême-Nord comme destination touristique, les perceptions hédonistes, et le biais d’optimisme. Il en est de même de leur profil sociodémographique, en l’occurrence l’âge, le niveau de revenus, le lieu de résidence, et l’expérience de la destination sinistrée. Ces résultats soulignent par ailleurs l’influence significative et négative du risque perçu sur le choix de la destination sinistrée.

35On relève, en outre, des résultats peu signifiants quant à la peur suscitée par les informations relatives aux actes terroristes commis par BH, au genre et à la nationalité. Le tableau ci-dessous illustre les détails de ces constats.

Tableau 3. Analyse de la régression

Variable à expliquer

Variables explicatives

A

T

p

Sig

Observations

Décision de choix d’un environnement BOKO HARAM comme destination touristique

Variables psychosociales

Risque perçu

-0,726*

-3,914

0,000

H11a validée

Attitude envers la destination

0,829*

2,690

0,000

H11b validée

Perceptions hédonistes

0,601*

1,872

0,000

H11c validée

Biais d’optimisme

0,644*

3,876

0,001

H11d validée

Peur suscitée par les informations sur BH

-0,233

-0,419

0,383

H11e rejetée

Variables sociodémographiques du touriste

Genre

0,888

0,721

0,243

H12a rejetée

Âge

1,223**

1,906

0,091

H12b validée

Niveau de revenu

0,079**

1,842

0,032

H12c validée

Nationalité

0,098

1,223

0,302

H12d rejetée

Lieu de résidence habituelle

-1,211***

-1,904

0,094

H12e validée

Expérience de la destination

1,341***

1,954

0,082

H12f validée

R : 0,404

R: 0,0178

R ajusté : 0,152

Fisher : 6,612**

*, **, *** : significatif aux seuils de 1 %, 5 % et 10 %

3.2.2. Les effets des actes terroristes de BH sur la performance du marché touristique

36Les résultats confirment la seconde hypothèse, en montrant l’effet significatif et négatif des attaques de BH sur la performance du marché touristique. Ils sont statistiquement significatifs pour les différentes mesures de la performance touristique, les flux de la clientèle, et la satisfaction des patients. Le tableau ci-dessous en présente la synthèse.

Tableau 4. Estimation du modèle

Éléments

Modèle 1 : Flux de clients

Modèle 2 : Volume d’affaires

Bêta

T

Sig

Bêta

t

Sig

constante

0,334

30, 756

0,000

0,462

30,180

0,000

Attaques BOKO HARAM

-0,146

-3,905*

0,001

-0,82*

-1,831

0,000

R

0,217

0,108

R2

0,044

0,012

R2 ajusté

0,048

0,07

Fisher

11,032

3,408

*Corrélation significative au seuil de 1 %

37Au terme de l’analyse des données de l’étude, nous pouvons dire, d’une part, que le choix d’une destination touristique en contexte d’instabilité dépend de deux facteurs idiosyncrétiques : psychosociaux et sociodémographiques. D’autre part, que les attaques perpétrées par le mouvement BH ont une influence négative sur les activités du secteur touristique. Ceci confirme les deux hypothèses posées, bien que la première ne soit que partiellement vérifiée.

38On constate en effet que le choix de la destination Extrême-Nord Cameroun, dans le contexte de la présence de BH, dépend des variables psychosociales du touriste, notamment de sa perception du risque (H11a), de son attitude envers cette destination (H11b), de ses perceptions hédonistes (H11c), et de son biais d’optimisme (H11d). Ceci rejoint les travaux de Yousfi-Bichir et Schaaper (2017), Boujfel (2016), Croutshe et Roux (2005), et Sönmez et Graefe (1998).

39Les résultats obtenus soulignent également l’existence d’un lien entre les caractéristiques sociodémographiques du touriste, et sa décision de choix d’une destination risquée en ce qui concerne l’âge (H12b), le niveau de revenu (H12c), et l’expérience du séjour dans la destination (H12f). Ceci est conforme aux recherches de Sönmez et Graefe (1998) et de Jenkiss (1999). On a également noté l’influence significative et négative du lieu de résidence sur la décision de choix d’une destination touristique (H12e). Ainsi, on peut penser que plus le lieu de résidence du touriste est éloigné, moins il aura tendance à choisir cette destination. On constate, par ailleurs, que le genre n’a aucun impact sur la décision de choix d’une destination touristique (H12a), ce qui n’est pas le cas de l’étude de Myron et Pennington (2014). Il en va de même pour la nationalité du touriste.

40Par ailleurs, les résultats révèlent que les attaques BH ont un impact négatif sur les flux de clientèle (H21). L’étude a ainsi mis en lumière les défections de la clientèle, et la diminution des taux de fréquentation des points de vente/sites. Ces résultats vont dans le même sens que ceux de Boujfel (2015), et de Feridum (2011).

41Enfin, l’étude montre que les attaques de BH ont un impact significatif et négatif sur le volume d’affaires (H21), ce qui corrobore les travaux de Fletcher et Morakabati (2008).

3.3. Implications managériales

42Que peuvent faire les opérateurs du secteur touristique pour atténuer les effets négatifs du terrorisme ? Au regard des enseignements tirés des statistiques sur les variables de notre modèle, nous pouvons affirmer que les conséquences des attaques terroristes résident dans la défection de la clientèle, marquée par une diminution des taux de fréquentation des sites, ainsi que de la demande de produits touristiques et conséquemment du volume d’affaires y afférent. Il importe donc, pour les structures touristiques et organismes de gestion du tourisme, de développer une image-destination forte, et d’améliorer leur plan de marchéage touristique.

3.3.1. Développement d’un branding touristique convaincant

43Pour retrouver la confiance des touristes et assurer la pérennité de la destination Extrême – Nord Cameroun, il importe de maintenir et développer une bonne image de cette destination, par la communication au travers des relations-presse, de façon à obtenir des retombées médiatiques positives. Il convient de développer une image induite (Gunn, 1979) provenant des informations touristiques émises par les destinations et les organismes de tourismes sous forme de publicité et autres actions de communication. L’Extrême-Nord, en général, et ses différentes destinations, doivent construire des marques régionales et les positionner comme gage de confiance, afin de créer des liens « affectifs » avec les touristes : elles doivent construire des relations, des histoires en termes d’expériences hédonistes (Marcotte et al., 2011). Cette communication peut être relayée par les structures nationales et régionales de tutelle du tourisme, afin de promouvoir et de rehausser l’image de la politique territoriale du tourisme.

3.3.2. Refonte du marketing-mix touristique

44Les structures du secteur touristique doivent mettre en place un plan de marchéage efficace (Middleton et Clarke, 2001), destiné à éradiquer la peur ressentie par les touristes et à atténuer les effets néfastes du terrorisme. Pour cela, les politiques de produit doivent mettre en valeur les ressources naturelles et culturelles (appréhendées comme produits touristiques). Ces politiques sectorielles doivent être appuyées par une politique nationale de développement du tourisme, qui se matérialise par la mise en place d’une démarche de produit qui mette en valeur la destination, et qui favorise une meilleure harmonisation avec les différentes composantes de l’opérateur touristique. Pour ce qui est de la politique des prix, une stratégie de démarcation assurant le rapport qualité-prix serait opportune. Les acteurs du système de distribution touristique (tour-opérateurs, grossistes-agences de voyages, détaillants) doivent concevoir des programmes touristiques comportant plusieurs services. En outre, il convient d’impliquer les acteurs informels, en raison compte de leur importance dans le secteur. Parallèlement, il faut intégrer l’e-distribution, non seulement pour promouvoir les destinations à l’échelle internationale, mais aussi pour permettre aux touristes d’accéder aux produits touristiques et de les commander. Enfin, les acteurs du secteur touristique doivent mettre un accent particulier sur les techniques publicitaires et promotionnelles, et sur la commercialisation directe.

Conclusion

45L’objectif de cette étude était d’identifier les facteurs déterminant le choix d’une destination touristique à risque, et d’évaluer l’impact des attaques de BH sur la performance des structures touristiques, afin de proposer des stratégies susceptibles d’atténuer les impacts négatifs du terrorisme. Pour atteindre cet objectif, une approche triangulaire s’est avérée pertinente, permettant de collecter le maximum d’informations, de mieux comprendre le problème posé, et d’améliorer la fiabilité et la validité des résultats. Après des observations faites sur plusieurs sites touristiques de la région de l’Extrême-Nord en période d’attaques de BH, 33 entretiens semi-directifs nt été réalisés auprès des responsables des structures touristiques et des touristes. Puis, 100 questionnaires ont été soumis aux touristes, et 87 aux opérateurs du secteur.

46Les résultats de l’étude exploratoire menée auprès des touristes nous ont permis de collecter deux types d’informations : les critères de choix d’une destination touristique, et les motivations du choix de la région septentrionale comme destination touristique. Les critères de choix sont relatifs aux caractéristiques de la destination (existence des infrastructures de transport, réputation de la destination et risques) et du système de servuction des structures d’accueil (qualité des prestations, des supports physiques, du personnel et du système d’organisation), ainsi qu’aux produits touristiques (qualité, prix, disponibilité). On a pu, en outre, identifier plusieurs raisons qui poussent les touristes à venir dans la région septentrionale du Cameroun : le repos, le divertissement, le bien-être, l’évasion, le contact avec la nature, la curiosité, la découverte des spécificités culturelles.

47Les résultats de l’étude exploratoire menée auprès des responsables de structures touristiques, quant à eux, ont permis de mettre en lumière les variations du portefeuille client et celles du volume d’affaires au cours des trois dernières années.

48Les résultats de l’étude quantitative ont permis de soutenir partiellement la première hypothèse, et entièrement la seconde. Les résultats révèlent en effet que les variables psychosociales (risque perçu, attitude envers la destination, biais d’optimisme et perceptions hédonistes), et les caractéristiques du touriste (âge, niveau de revenu, lieu de résidence et expérience de la destination), sont des éléments explicatifs du choix d’une destination à risque comme l’Extrême-Nord Cameroun, dans l’environnement des activités terroristes de BH. On note également l’impact significatif et négatif des attaques de BH sur les flux de clientèle, et sur le volume d’affaires des activités des structures touristiques.

49Les structures du secteur touristique doivent mettre en place un branding touristique basé sur la construction d’une image-destination et d’une image-produit fortes, de façon à gagner la confiance des touristes, et à se positionner durablement sur le marché. Elles doivent, en outre, repenser le marketing-mix touristique, afin de réduire les inquiétudes des touristes, et d’atténuer les effets néfastes causés par les attaques BH.

50La principale limite de cette étude est relative à la taille de l’échantillon, réduisant ainsi sa validité externe. En raison du caractère délicat de l’objet de la recherche, plusieurs personnes ont refusé de répondre aux questions posées. Ceci affecte la généralisation des résultats, et par conséquent la possibilité de les répliquer ces résultats dans d’autres régions également victimes du terrorisme. Il serait donc souhaitable d’étendre cette étude à d’autres lieux et situations similaires, afin de construire un échantillon plus important et de pouvoir généraliser ces résultats. D’autres travaux pourraient également être réalisés dans le cadre d’une approche comparative, afin de cerner les critères et déterminants motivant les touristes, et ainsi de mieux comprendre la variabilité éléments affectant leurs choix.

Inicio de página

Bibliografía

Boujbel, L. (2016). « Tourisme et terrorisme : miser sur l’image pays », Revue Française du Marketing 256(2/4) : 25 – 40.

Churchill, G.A. (1979). “A paradigm for developing better measures of marketing constructs”, Journal of Marketing Research 14(1) : 64-73.

Feridum, M. (2011). “Impact of Terrorism on Tourism in Turkey: empirical evidence from Turke”, Applied Economics. 43: 3349-3354.

Fletcher, J. et Y. Morakabati (2008). ‘”Tourism Activity, Terrorism and Political Instability within the Commonwealth: the Cases of Fiji and Kenya”, International Journal of Tourism Research, Special Issue: Commonwealth Tourism 10 (6): 537-556.

Frank, M. (2004). « Tourisme et terrorisme ou l’ère du voyage à risque », Teoros 23(1) : 28 – 36.

Gallino, G. et M. Salvador (2015). « Les critères de choix d’une destination par la segmentation des expériences des touristes : une application aux stations de ski », Revue Management & Avenir 15(79) : 75 – 95.

Hall, C. M. et V. O’Sullivan (1996). “Tourism, political stability and violence”, Tourism, Crime and International Security Issues : 105-121.

Henderson, J.E. (2007). Tourism crisis causes, consequences and management. Oxford, Butterworth-Heinemann.

Ingram, H. et al. (2013). “The Impact of Political Instability on Tourism: case of Thailand”, Worldwide Hospitality and Tourism Themes 5(1): 92-103.

Holbrook, M. B. et E.C. Hirshman (1982).The Experiential Aspects of Consumption: Consumer Fantasies, Feelings, and Fun”, Journal of Consumer Research 9(2): 132- 140.

Li, X. et J.F. Petrick (2008). “Tourism marketing in an era of paradigm shift”, Journal of Travel Research 46(3) : 235-244.

Marcotte, P. et al. (2001). « Branding et labels en tourisme : réticences et défis », Revue Management & Avenir 7(47) : 205-222.

Menvielle, L. (2012). « Tourisme médical : quelle place pour les pays en développement ? », Mondes en Développement 1(157) : 81-96.

Middleton, V.T.C et J. Clarke (2001). Marketing in travel and tourism. Oxford, Butterworth-Heinemann.

Molina-Azorin, J. (2010). “The Use and Added Value of Mixed Methods in Management, Research”, Journal of Mixed Methods Research 5(1) : 7-24.

Myron, F. et L. Pelmington-Gray (2004). “Profiling risk perceptions of tourists”, Annals of Tourism research 31 (4) : 1051 -1054.

Pérouse de Montclos, M. A. (2015). « Boko Haram, une exception dans la mouvance djihadiste ? », Politique étrangère 2: 147-158.

Papatheodorou, A. (2001). “Why People Travel to Different Places”, Annals of Tourism Re-search 28(1): 164-179.

Pizam, A. et Y. Mansfeld (2006). Tourism, Security and Safety from Theory to Practice, Oxford, Elsevier.

Seddighi, H. R. et al. (2002). “Political Instability and Tourism”, International Journal of Hospitality & Tourism Administration 3(1): 61-84.

Shoemaker, S. (2000). “Segmenting the mature market: 10 years later”, Journal of Travel Research 39:11-26.

Sönmez, S. et A.R. Graefe (1998). “Influence of Terrorism Risk on Foreign Tourism Deci-sions”, Annals of Tourism Research 25(1): 112-144.

Azim, T. S. A. (2010). “The Relationship Between the Perception of Risk and the Decision Making Process of Travel of French Tourist: The Case of Egypt”, Tourismos: An International Multidisciplinary Journal of Tourism 5(2): 29 – 47.

Tocquer G. et al. (1999). Marketing du tourisme. Montréal. Ed. G. Morin.

Yousfi-Bachir, R. et J.Schaaper, J. (2017). « Les déterminants du risque perçu par le touriste français lors du choix d’une destination touristique : un modèle conceptuel », Question(s) de management,1(16) : 49-59.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Rosalie Christiane Nga Nkouma Tsanga, « Environnement BOKO HARAM et performance du secteur touristique : rupture ou continuité ? », Études caribéennes [En línea], 6 | Décembre 2020, Publicado el 15 diciembre 2020, consultado el 21 abril 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/19552 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.19552

Inicio de página

Autor

Rosalie Christiane Nga Nkouma Tsanga

Ph. D., Faculté de Sciences économiques et de Gestion, Université de Maroua (Cameroun), RIMELab E.A. 7396, rcnkouma2005@yahoo.fr

Inicio de página

Derechos de autor

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Inicio de página
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search