Navigation – Plan du site

AccueilHors-série6Les impacts du climat sur le tour...

Les impacts du climat sur le tourisme : Le site de Laongo (Burkina Faso)

Climate impacts on tourism: the Laongo site (Burkina Faso)
Impactos climáticos en el turismo: el sitio de Laongo (Burkina Faso)
Eugène Ido Babou

Résumés

Dans le contexte de changement climatique, la variation spatio-temporelle des paramètres climatiques entraîne de sérieux problèmes au développement du secteur touristique. Il s’agit notamment des problèmes de déplacements, de planification des activités, de choix des destinations, d’aménagement des infrastructures touristiques et des sites.
La présente étude a pour objectif d’analyser l’impact des paramètres climatiques sur le secteur du tourisme à Laongo (Burkina Faso). Les résultats de l’étude montrent que le tourisme subit à court et long termes l’impact des paramètres climatiques.
À court terme, ce sont les activités touristiques et la fréquentation du site qui sont affectées. Les températures élevées, la pluviométrie, les vents poussiéreux rendent désagréables les activités touristiques ; les précipitations jouent sur leurs planifications : en cas de pluie, les activités sont annulées, ou reportées selon sa durée. En outre, les températures élevées, et les précipitations ralentissement ou réduisent la fréquentation du site.
À long terme, les paramètres climatiques contribuent à la dégradation physique et à l’altération chimique des œuvres qui y sont exposées en plein air. La détérioration physique est due à la variation des températures (thermoclastie), à l’action des vents par les particules transportées, et à l’action de la pluie (effet splash). L’altération chimique est due à l’action des eaux de pluie, qui agissent soit seule, par le mécanisme de l’hydrolyse, soit en combinaison avec le CO2 et l’air, par les mécanismes de dissolution et d’oxydation.
L’étude a en outre révélé que les paramètres climatiques ne sont pas les seuls responsables de l’altération des œuvres. Les êtres vivants, tels que l’homme et les mousses, sont aussi des vecteurs de dégradation. L’homme agit par le toucher, et les mousses par leur composition chimique et leurs racines.
À partir de ce constat, des stratégies doivent être développées, pour protéger les œuvres de l’attaque des facteurs climatiques, de l’action des êtres vivants, afin de rendre attractive et durable l’organisation des activités touristiques durant les périodes de fortes chaleurs, de pluies, et de vents porteurs de poussières.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le problème de l’influence du climat sur le tourisme se pose avec acuité au le plan mondial. Dans le contexte de changement climatique, la hausse des températures entraîne la fonte des neiges dans les stations de ski, ce qui impacte le tourisme de montagne. Le tourisme dans les régions désertiques est, lui, soumis aussi au changement climatique du fait des fortes fluctuations thermiques qui y sévissent pendant la saison sèche. L’écotourisme, qui est une forme de tourisme liée à la découverte des beautés de la nature, souffre aussi des effets négatifs du climat, car la flore et la faune sont touchées par les changements climatiques. En outre, la planification des activités touristiques est perturbée et les infrastructures touristiques sont affectées par les catastrophes naturelles, telles que les inondations, les séismes, les cyclones, les éruptions volcaniques, les tsunamis, etc. Ces catastrophes perturbent souvent également le trafic aérien. Le développement du tourisme est ainsi confronté aux fluctuations spatiale et temporelle des paramètres climatiques tels que les températures, les précipitations et les vents. En Afrique, en plus de ces effets climatiques, les problèmes d’insécurités, les troubles sociopolitiques, et le faible développement économique, sont un ensemble de facteurs qui affectent le tourisme. Comme dans tous les pays du continent, le tourisme burkinabé est soumis aux aléas des facteurs climatiques.

2Le village de Laongo, dans le département de Ziniaré, n’est pas en reste à cet égard. Il abrite un site touristique où de magnifiques œuvres, qui en font l’attrait, sont sculptées dans le granite, à ciel ouvert, et donc exposées aux effets pervers du climat. Dans ce contexte, plusieurs questions se posent :

  • Comment les facteurs climatiques affectent-ils le tourisme à Laongo ?

  • Quels sont les effets négatifs du climat sur les œuvres sculptées de Laongo ?

3L’objectif global est de déterminer l’impact des paramètres climatiques sur le développement de la filière tourisme à Laongo. De façon spécifique l’étude vise à :

  • Déterminer l’impact des vents, des températures et des précipitations sur les œuvres sculptées sur le granite à Laongo.

  • Déterminer l’influence de ceux-ci sur la planification des activités touristiques et sur la fréquentation du site touristique de Laongo.

1. Méthodologie, situation géographique et historique du site de Laongo

1.1. Méthodologie

1.1.1. Collecte des données

4Pour mener à bien ce travail, dans un premier temps une recherche documentaire a été conduite. Les documents consultés sont ceux qui traitent du thème ou sur la zone d’étude. Cette recherche documentaire a été effectuée dans les bibliothèques de l’ENAM, de l’IRD, de la DGT, de l’ONTB, des départements de géographie et de sociologie de l’Université de Ouagadougou. Les moteurs de recherche Yahoo et Google ont aussi été consultés. Dans un second temps, des données climatiques ont été récoltées à la DNM. Ensuite, les données démographiques ont été recueillies à L’INSD et à la mairie de Ziniaré.

5Enfin, une démarche quantitative et qualitative a été retenue. La démarche quantitative a consisté à récolter les données par une méthode de sondage, en élaborant un questionnaire. L’enquête s’est déroulée en deux étapes : la première étape a été réalisée sur le site de Laon-go, où les visiteurs et les acteurs intervenants directement ont été enquêtés. Au cours de cette première phase, 71 visiteurs de différentes nationalités ont été mobilisés, dont 29 Français, 16 Burkinabés, 9 Italiens, 7 Canadiens, 6 Luxembourgeois, 3 Suisses et 1 Belge. De plus, 5 acteurs permanents intervenant directement l’ont également été. La deuxième étape a été menée à Ouagadougou. Elle a concerné 3 agences de voyages qui organisent des excursions à Laongo. La démarche qualitative a consisté en l’observation des œuvres susmentionnées, pour constater leur état de dégradation dû à l’impact des paramètres climatiques, observation à la suite de laquelle des photographies ont été prises.

1.1.2. Analyse et traitement des données

6Les données collectées sur le terrain ont été traitées avec les logiciels Word, pour la saisie et le traitement de texte, et Excel, pour les graphiques. En outre, le logiciel ARCVIEW3.2a a été utilisé pour la réalisation des cartes.

1.2. Situation géographique de Laongo

7Laongo est un village qui se situe au nord-est de Ouagadougou, dans le département de Ziniare, province d’Oubritenga, région du Plateau Central (figure 1). C’est l’un des 53 villages de ce département. Il abrite en son sein un musée à ciel ouvert (site sur granite de Laongo), qui est accessible par deux voies différentes :

  • Soit par la route nationale n° 4 (RN4) Ouagadougou-Koupela. Après 32 km, on tourne à gauche à partir du village Boudtenga, pour arriver au site au bout de 6 km. Le site est à environ 1 km au nord du village de Laongo.

  • Soit par la route nationale n° 3 (RN3), Ouagadougou-Kaya, jusqu’à Ziniaré (35 km de Ouagadougou). À partir de Ziniaré, on atteint Laongo après 4 km. En 1989, cette route a été baptisée « piste des arts » par les artistes.

Figure 1. Présentation de la zone d’étude : le site de Laongo (Burkina Faso)

Figure 1. Présentation de la zone d’étude : le site de Laongo (Burkina Faso)

1.3. Historique du site de Laongo

  • 1 Cité par E. Kaborle (2006)

8Le site touristique de Laongo se trouve dans la zone touristique du centre. Son histoire remonte à 1987, avec une étude prospective effectuée par des enseignants chercheurs de l’Université de Ouagadougou. L’équipe était composée d’un géologue, d’un archéologue et d’un géographe ; ils avaient pour mission d’étudier la possibilité de sculpter sur le granite de Laongo. Leurs investigations ont montré que le granite pourrait effectivement être sculpté. En outre, des suggestions ont été faites en faveur de sculptures sur du grès, afin d’accroître le nombre de sites sculptés. Il a ensuite fallu attendre 1988, pour que le Comité national des artistes plasticiens du Burkina Faso prenne l’initiative de sculpter ce granite. Le comité, avec à sa tête Siriki Ky, « constatant les immenses potentialités matérielles et techniques du pays en la matière, soumit au Secrétariat d’État à la Culture un dossier relatif à l’organisation d’une manifestation à caractère international sur la sculpture sur granite » (Ministère des Arts et de la Culture, catalogues, 89) »1. Le dossier a été agréé par les autorités et la 1re édition du symposium-atelier, dénommé « sympo-granite 89 », a eu lieu du 13 janvier au 2 mars 1989. Elle a connu la participation de 18 artistes de 13 pays : Belgique, Burkina Faso, Canada, Côte d’Ivoire, France, Grande-Bretagne, Hongrie, Irak, Japon, Mali, Sénégal, Suisse et Togo (Kabore, 2006). Après cette manifestation, est intervenue une diversification des matériaux utilisés et travaillés. Certains artistes ont intégré dans leurs réalisations du bois, du fer, des coquillages, du bronze, etc. contrairement à l’objectif de départ qui était de ne sculpter que du granite, d’où les appellations : « sympo-granite », puis « sculpture sur granite ». La spécificité du site en raison des œuvres exposées dans un espace non bâti lui a valu la dénomination « musée à ciel ouvert », et le qualificatif « unique en Afrique » (Kabore, 2006). La manifestation est biennale, et 10 symposiums ont été organisés depuis 1989. Ce musée à ciel ouvert expose plus de 200 sculptures taillées in situ dans le granite, et disséminées sur deux sites. Le premier, qui est l’objet de cette étude, contient 183 œuvres, qui traitent de plusieurs thèmes : de manière tantôt abstraite, tantôt figurative ; tantôt naturelle, tantôt stylisée ou symbolique » (figures 2 et 3). La gestion technique du site revient au musée national, qui assure le secrétariat exécutif du symposium. Il a pour rôle de protéger, conserver et pérenniser les œuvres sculptées. La gestion financière, quant à elle, appartient à l’Office National du Tourisme Burkinabè.

Figure 2. Œuvre de Joseph Wiss (La banane)

Figure 2. Œuvre de Joseph Wiss (La banane)

C’est une œuvre sculptée en 1989, lors du premier symposium, par le doyen des artistes à l’époque. L’artiste a dédié cette banane au Président du Faso, Blaise COMPAORE, en hommage aux producteurs de fruits et légumes. Il fait ressortir le contraste entre la douceur de la banane et la dureté du roc dont elle est sortie.

Source : Babou Eugène IDO, juillet 2012

Figure 3. Œuvre de Vincent de Paul Zoungrana (Mine antipersonnel)

Figure 3. Œuvre de Vincent de Paul Zoungrana (Mine antipersonnel)

C’est une œuvre sculptée en 2003, par le Burkinabé Vincent de Paul Zoungrana, pour sensibiliser les populations envers les mines antipersonnelles. En outre, l’artiste a rendu hommage aux femmes dans les pays victimes de guerre.

Source : Babou Eugène Ido, juillet 2012

2. Résultats de l’étude

2.1. Impact du climat sur les activités touristiques

9Les activités touristiques concernent les excursions, et les visites conduites sur place par des guides touristiques.

2.1.1. Impact du climat sur les excursions

  • 2 À cause des sites hydriques : cascades, Lac Tingrela, la Guinguette, etc.
  • 3 En raison de l’abondance de la végétation : existence de parcs
  • 4 Baisse non estimée pour raison d’indisponibilité de statistiques

10Le climat influence la planification des excursions touristiques organisées par les agences de voyages. Parmi les paramètres climatiques, c’est la pluviométrie qui a le plus d’influence, car c’est la seule qui conduit les entreprises à annuler, ou à retarder un voyage. La température influence moins la planification des activités touristiques. Néanmoins, cette dernière joue sur le confort de l’activité. Les périodes de chaleur sont connues (mars-avril), période durant laquelle les circuits sont plutôt orientés vers les zones touristiques de l’ouest2 et de l’est3. Ces problèmes de planification entraînent à une perte économique. Concernant les recettes, les entreprises attestent que c’est durant la saison sèche qu’elles enregistrent le chiffre d’affaires le plus important (toutes les agences enquêtées), période d’une relative fraîcheur. À l’inverse, au cours de la saison pluvieuse leur chiffre d’affaires connaît une baisse4.

2.1.2. Impact du climat sur les visites guidées

11Celles-ci ont pour objet de donner vie aux œuvres sur le site lors de la venue de visiteurs. Les visites sont conduites par des guides, qui, après un bref historique du site, effectuent celles-ci via un circuit déterminé par le temps et le nombre de personnes. C’est une activité de plein air, donc influencée par les paramètres climatiques. Selon les guides, la température, la pluviométrie et les vents affectent leur activité.

12La température. La température influence le confort de la visite guidée pendant la période de chaleur. Les mois de mars et d’avril sont cités par les guides comme étant les mois où l’activité est difficile à mener. Ils affirment que, durant cette période, les œuvres sculptées dégagent de la chaleur, rendant difficiles les visites.

13Les précipitations. Au cours de la saison pluvieuse, l’organisation de visites guidées est perturbée par les pluies. Le site de Laongo n’est pas couvert, et il n’existe pas de parapluies pour se protéger. Dans ces conditions, la visite guidée doit être interrompue, pour reprendre lorsque cessent les précipitations.

14Les vents. Le vent perturbe la visite quand il est chargé de poussières. C’est surtout le cas durant la saison sèche, et au moment de l’arrivée de la « pseudo-mousson ». À ces époques, les vents peuvent atteindre jusqu’à près de 3 m/s.

2.1.3. Impact des paramètres climatiques sur la fréquentation du site

15100% des acteurs intervenant directement sur le site attestent que le nombre de visiteurs est élevé pendant la saison sèche, et moins élevé en saison pluvieuse. En saison sèche, le site est moins fréquenté aux mois de mars et avril. La température est le facteur le plus redouté des visiteurs (par 63% de ceux-ci), puis les précipitations (53%), et le vent (37%). En raison du défaut de statistique sur la fréquentation du site touristique de Laongo pendant la période de la recherche, une enquêté a été effectuée auprès des visiteurs pour connaître les informations météorologiques utilisées avant leurs départs en voyage (figure 4), l’impact du climat sur leur choix de vacances (figure 5), les éléments climatiques défavorables aux séjours (figure 6), et leur décision quand le climat n’est pas hostile (figure 7). On s’est basé à cet effet sur une étude déjà effectuée en 2009 par Dubois et Céron et sur la thématique Métérologie, climat et déplacements touristiques : comportements et stratégies des touristes. La transposition du questionnaire de cette étude à l’intention des visiteurs du site de Laongo, a donné les résultats suivants :

Source : Enquête de terrain (juillet 2012)

16Avant leur départ, les visiteurs recherchent des informations météorologiques afin de prendre les précautions nécessaires. 75% des touristes y ont recours, alors que 25% les ignorent. Le paramètre le plus utilisé par les visiteurs réside dans l’idée qu’ils ont du climat de la destination choisie avant leur départ (37% des visiteurs).

Figure 5. Éléments pertinents dans le choix de vacance des touristes

Figure 5. Éléments pertinents dans le choix de vacance des touristes

Source : Enquête de terrain (juillet 2012)

17L’analyse du graphique ci-dessus montre que le climat influence peu le choix de destination des touristes, qui sont plutôt motivés par l’envie de découverte, la beauté des paysages, et le coût financier du séjour.

Figure 6. Éléments climatiques nuisibles au séjour des touristes

Figure 6. Éléments climatiques nuisibles au séjour des touristes

Source : Enquête de terrain (juillet 2012)

18Ce graphique montre que les températures élevées, plus de 35 °C, un temps pluvieux, un vent poussiéreux impactent le séjour des visiteurs. Parmi ces paramètres climatiques, la température est la plus prise au compte, puis la pluie et le vent. Ce sont les températures et les précipitations qui influencent la fréquentation du site dû à la diminution du nombre de visiteurs. Le vent n’influence que leur confort, car la poussière est passagère.

19La canicule peut, elle, entraîner la modification des séjours (figure 7) : 53% des visiteurs affirment qu’ils changeront d’hébergement au profit d’un plus grand confort ; 26% opteront pour une autre destination ; tandis que les 21% décideront de ne rien modifier.

Figure 7 : Décisions des visiteurs en cas de canicule

Figure 7 : Décisions des visiteurs en cas de canicule

Source : Enquête de terrain (juillet 2012)

20En cas de pluie, 84% des visiteurs décideront de modifier leur programme de séjour, tandis que les 16% préféreront s’y adapter (figure 8). Parmi ceux qui modifieront leur séjour, 4% annuleront leur voyage, 59% le retarderont ou le reporteront, et 21% opteront pour une autre destination.

Figure 8. Décisions des visiteurs en cas de pluie

Figure 8. Décisions des visiteurs en cas de pluie

Source : Enquête de terrain (juillet 2012)

21L’analyse des figures 7 et 8 montre donc qu’en cas de canicule, et de précipitations, le site est moins fréquenté.

2.2. Impact du climat sur les œuvres du site de Laongo

22Les œuvres sont taillées dans du granite. Sous l’influence des paramètres climatiques, ces belles sculptures sont exposées à une dégradation physique et chimique. Ce point présente l’état de dégradation des œuvres sous l’action des paramètres climatiques, il fait aussi l’état de l’action des êtres vivants sur ces joyaux.

2.2.1. Influence de la température sur les œuvres

23Selon les données météorologiques de la zone d’étude, les températures varient entre 24,83 °C et 33,34 °C, une amplitude thermique de 8,51 °C. Cette variation thermique contribue à l’altération des œuvres sculptées.

24La thermoclastie. C’est un processus de désagrégation mécanique des roches sous l’effet des variations de température. La fluctuation de la température entraîne une dilatation ou une contraction des roches, qui se fissurent ou éclatent. Cette fissuration est importante dans les roches composées de minéraux différents n’ayant pas le même coefficient de dilatation, comme il en va du granite. 40% des acteurs intervenants directement sur le site font état de cette contribution de la température à la désagrégation des roches, bien qu’ils n’aient pas de notion du processus d’altération des sculptures. Ils affirment qu’en période de chaleur les œuvres d’art dégagent de la chaleur. Ceci est établi par une hausse des températures pouvant atteindre 34,8 °C, Sanou (1984) estime que la période la plus propice à la désagrégation mécanique est la saison sèche et chaude de transition, qui correspond à la première quinzaine de mai. En outre, au cours de cette recherche l’observation directe a permis d’observer des œuvres déjà fissurées et d’autres montrant l’amorce de fissures. Certains figurent sur les photographies ci-dessous (figures 9 et 10). La thermoclastie n’impacte pas seulement les œuvres, elle affecte aussi tout le socle granitique. Elle est de nature physique, car elle ne modifie pas la nature minéralogique de la roche dans laquelle les œuvres ont été sculptées.

Figure 9. Œuvre en début de diaclase

Figure 9. Œuvre en début de diaclase

La photographie ci-dessus est une vue d’un village sculpté par Saïd, en 1991. Cette œuvre est en phase de dégradation du fait de la variation des températures.

Source : Babou Eugène Ido, avril 2012

Figure 10 : Œuvre diaclasée

Figure 10 : Œuvre diaclasée

La vue précédente est une œuvre symbolisant un dinosaure, sculptée par Varga Gesa en 1991. Elle montre une fissure due aux variations des températures.

Source : Babou Eugène Ido, avril 2012

2.2.2. Influence des précipitations sur les œuvres

25À Loango, la saison pluvieuse s’étale de juin à septembre. Les mois de juillet et août sont les plus pluvieux, avec respectivement une pluviométrie moyenne 176,31 et 221,02 mm enregistrés au cours des 30 dernières années. Selon les données de la Direction générale de la Météorologie nationale du Burkina Faso (2011), 724,93 mm d’eau ont été enregistrés annuellement durant cette période. Le nombre de jours de pluie varie entre 50 et 70 (Pana, 2007). Une telle quantité d’eau a une influence sur les œuvres, reconnue par 80% des acteurs intervenants directement sur le site. L’observation directe a révélé que les précipitations participent à l’altération des œuvres selon différents mécanismes tels que l’hydrolyse (la plus importante), la dissolution, l’oxydation, l’effet splash.

2.2.2.1. Hydrolyse

26L’hydrolyse est la décomposition d’une substance sous l’action de l’eau grâce aux ions H3O+ (ion acide) et HO- (ion basique) provenant de sa dissociation. Ce mécanisme est favorisé par l’infiltration de l’eau de pluie à l’intérieur des œuvres fissurées ou diaclassées (figure 11).

Figure 11. Œuvre dégradée par l’effet de l’hydrolyse

Figure 11. Œuvre dégradée par l’effet de l’hydrolyse

La photographie ci-dessus est la représentation d’un buste, taillée par Tanguy Boisson, en 1996. On aperçoit une petite herbe dans la diaclase, qui est un indicateur montrant qu’il y’a eu altération par hydrolyse.

Source : Babou Eugène Ido, juillet 2012

27Le granite étant constitué de minéraux différents, chaque minéral réagit différemment face à l’hydrolyse. Ses principaux minéraux sont les feldspaths, les micas et le quartz.

28Les micas sont des minéraux feuilletés. On a des micas noirs (ou biotite) et des micas blancs (ou muscovite) ; à Laongo, il s’agit de biotite. Ce type de mica est riche en magnésium, en potassium et en fer. À cause de la présence de fer dans sa composition, après hydrolyse les micas se transforment en hydroxyde de fer, en argile et en acide silicique.

29C’est un minéral inaltérable. Ce dernier est plus résistant que les micas et les feldspaths, et se situe en 7e position sur l’échelle de résistance de Mohs. Une fois séparé des autres éléments, il fournit l’essentiel du sable (GEOWIKI, 29/10/2012), phénomène perceptible sur l’ensemble du site (figure 12).

Figure 12. Image du sable aux alentours des œuvres

Figure 12. Image du sable aux alentours des œuvres

Source : Babou Eugène Ido, juillet 2012

2.2.2.2. Oxydation

30L’oxydation est une réaction chimique au cours de laquelle un corps perd des électrons. En présence d’eau et d’air, les œuvres contenant du fer et du bronze s’oxydent, ce qu’établissent 20% des acteurs intervenants sur le site, où des œuvres altérées par la rouille (figure 13). Cette altération résulte d’une oxydation lente due à l’action de l’eau et de l’air. Après oxydation, le fer passe de l’état ferreux à l’état ferrique (d’équation bilan : 4Fe + 3O2  2Fe2O3). Ce mécanisme n’affecte pas seulement les œuvres contenant du fer et du bronze, mais aussi sur celles sculptées dans le granite, dont les grains de quartz s’oxydent. Selon les travaux de Sanou (1984), l’oxydation correspond à la deuxième phase des quatre principaux stades de l’action de l’eau sur le granite.

Figure 13. Œuvre attaquée par l’oxydation

Figure 13. Œuvre attaquée par l’oxydation

Cette œuvre, intitulée l’âne et sculptée en 2001, est de BACHIR Hadji. Sur cette photographie on aperçoit qu’en plus de l’œuvre, les supports que sont la chaîne et le cadre sont aussi attaqués par la rouille.

Source : Badou Eugène Ido, juillet 2012

2.2.2.3. Dissolution

31C’est un mécanisme d’altération où l’eau agit en combinaison avec le dioxyde de carbone (CO2). Présent dans l’atmosphère, celui-ci se dissout dans l’eau de pluie pour former de l’acide carbonique qui, une fois en contact avec les roches, les altère lentement (d’équation bilan : H2O + CO2  HCO3 + H3O+. On peut en déduire que plus le taux de dioxyde de carbone augmente dans l’atmosphère, plus la dissolution des roches s’accélère. Ce mécanisme est d’origine chimique, car elle modifie la nature minéralogique des œuvres. Sur le terrain, l’observation directe montre l’altération d’œuvres par effet de dissolution (figure14).

Figure 14. Œuvre en voie de dégradation due au mécanisme de dissolution

Figure 14. Œuvre en voie de dégradation due au mécanisme de dissolution

L’œuvre ci-dessus a été sculptée par Kabré Claude Marie, en 1996, qui l’a dénommée « La coquette de Laongo ». Cette photographie présente une œuvre attaquée par le mécanisme de dissolution : sur toute sa surface, on aperçoit des grains de quartz oxydé qui attestent de sa dégradation.

Source : Babou Eugène Ido, juillet 2012

2.2.2.4. Effet splash

32L’effet splash est l’action directe des gouttes de pluie sur les œuvres. En effet, une goutte de pluie arrivant directement sur la roche avec une certaine vitesse et une certaine intensité contribue à sa détérioration. Selon Sanou (1984), cette action est plus accentuée sur les zones dépourvues de végétation. L’action de l’effet splash est physique, car elle ne change pas la nature minéralogique de la roche.

2.2.3. Influence du vent sur les œuvres

33Deux types de vents balaient le site de Laongo : l’harmattan et la pseudo-mousson.

34L’harmattan est un vent chaud sec et poussiéreux qui souffle pendant la saison sèche. IL a une influence sur les œuvres, parce qu’il y dépose de la poussière. On retrouve cette poussière également dans les œuvres montrant des creux, des diaclases, et des fissures. Quand la poussière est chargée de grains de sable, elle contribue à fragmenter les œuvres. La pseudo-mousson, quant à elle, est un vent qui souffle pendant la saison pluvieuse. L’incidence des vents sur la dégradation des sculptures n’est toutefois pas facilement perceptible.

35Les paramètres climatiques ne sont pas les seuls responsables de la dégradation des œuvres sculptées. Les êtres vivants contribuent de même à l’altération des œuvres, par l’action de l’homme, et celle de la mousse.

2.3. L’action des êtres vivants

2.3.1. L’homme

36L’homme contribue à abîmer les œuvres par le toucher. Cette action humaine noircit les œuvres et en affecte l’éclat (figures 15 et 16). C’est l’action la plus remarquable à vue reconnue par 80% des acteurs agissant directement sur le site. Sur l’ensemble de celui-ci, toutes les œuvres représentant la nudité féminine sont altérées par cette action.

Figure 15. Œuvre altérée par le toucher

Figure 15. Œuvre altérée par le toucher

Cette œuvre de Paul Marandon, intitulée la DRAPE, a été sculptée en 1989. L’œuvre a presque perdu son aspect séduisant, et a changé de couleur sous l’influence de l’action anthropique.

Source : Babou Eugène Ido, juillet 2012

Figure 16. Œuvre dont la beauté est mise en danger par l’action humaine

Figure 16. Œuvre dont la beauté est mise en danger par l’action humaine

Cette œuvre, nommée « Le Réveil angoissé », sculptée en 1991 par J. L. Bambara, est en voie de changer d’apparence à cause des touchers.

Source : Babou Eugène Ido, juillet 2012

2.3.2. Les mousses

37La mousse est une plante constituée de petites tiges vertes qui poussent dans les surfaces exposées à l’humidité. Sur le site, elle pousse sur les œuvres à faible pente, et surtout sur celles comportant des creux pouvant retenir l’eau (fugures 17 et 18). Durant la saison des pluies, les œuvres affectées prennent une couleur verte foncée. En saison sèche, la partie verte s’assombrit, car la mousse a séché. Sur le côté est de la photographie 16, on aperçoit de la mousse séchée. En outre, sur la photographie17, prise en juillet 2012 (en saison pluvieuse), on aperçoit de la mousse (couleur verdâtre), ainsi que de l’eau de pluie dans la calebasse déposée sur « le moulin », qui détruit la roche par l’action des sels minéraux qu’elle contient en solution.

Figure 17. Photographie illustrant la présence d’eau de pluie dans une œuvre

Figure 17. Photographie illustrant la présence d’eau de pluie dans une œuvre

La photographie ci-dessus est une œuvre sculptée par Vincent de Paul Zungrana, en 2001, qui l’a intitulée le « Moulin ». Sur ce dernier est posée une calebasse où on distingue de l’eau de pluie stagnante, qui facilite la formation de mousse.

Source : Babou Eugène Ido, juillet 2012

Figure 18. Œuvres attaquées par la mousse

Figure 18. Œuvres attaquées par la mousse

Sur cette vue, on aperçoit à l’intérieur de l’œuvre une couleur verdâtre, qui représente la mousse, à laquelle s’ajoute la présence d’eau de pluie stagnante. Ces deux éléments (eau et mousse) contribuent à la dégradation de l’œuvre et menacent sur sa durabilité.

Source : Babou Eugène Ido, juillet 2012

3. Suggestions

3.1. Confort des visiteurs

38Les suggestions pour le bien-être des visiteurs s’articulent autour de trois facteurs : en cas de températures élevées, de pluie, et de vents poussiéreux.

3.1.1. En cas de températures élevées :

39Le paramètre température est l’élément le plus redouté par les visiteurs. Pendant les périodes de fortes chaleurs, quatre actions sont envisageables pour y répondre :

  • Proposition d’un circuit court, pour permettre aux visiteurs de ne pas passer trop de temps sous un soleil brûlant,

  • Offre de rafraîchissement pendant les visites, afin de leur permettre de se désaltérer,

  • Proposition de visite avec pauses, pour qu’ils se reposent afin de pouvoir continuer la visite. Ceci nécessite de prévoir des bancs entre les œuvres, et des aires de repos ; les paillotes déjà existantes peuvent être utilisées à cet effet, à la condition d’être réaménagées.

  • Protection de la tête avec un chapeau, de paille de préférence, afin d’éviter les risques d’insolations quand en période de canicule (Klotchkoff, 2001). Ceci permettrait en outre aux paysans de produire de tels chapeaux, ce qui serait une source de revenus.

3.1.2. En cas de pluie

40La pluie est le deuxième élément le plus craint par les visiteurs. Pendant les périodes de pluies, des parapluies peuvent être mis à leur disposition, afin qu’ils se protègent. Les paillotes peuvent aussi être utilisées comme abris, sous réserve de les aménager, et d’en désherber les alentours afin d’écarter les moustiques et les reptiles.

3.1.3. En cas de vents porteurs de poussières

41À cet égard, la meilleure manière de garantir le confort des visiteurs est d’annuler la visite guidée et de protéger les visiteurs.

3.2. Gestion et amélioration du site

42La gestion et l’amélioration du site nécessitent des aménagements pour que les visiteurs y passent plus de temps, ainsi qu’une signalétique attirante, et l’intervention de guides bien formés et accueillants.

3.2.1. Aménagements d’infrastructures attractives pour les visiteurs

  • 5 Déjà existantes, mais non mises à la disposition des visiteurs.

43Ce besoin est partagé par les guides, les visiteurs et les agences de voyages. Ces aménagements contribueront à augmenter les recettes, car plus le visiteur passe du temps sur place, plus il dépense. Les aménagements qui peuvent être réalisés sur le site de Laon-go résident dans des unités d’hébergements5, un espace pour les enfants, et une aire de pique-nique pour les élèves.

  • Les unités d’hébergements : elles vont inciter les agences de voyages à organiser des séjours sur le site. Ce qui contribuera aussi à explorer les autres sites touristiques de la région.

  • L’espace pour enfants : il intéressera les nationaux, car Laongo n’est pas loin de Ouagadougou et de Ziniaré. Les Burkinabés pourront y passer le week-end avec leur famille. En plus, des rallyes peuvent être organisés pour les enfants, via la recherche et la découverte des sculptures.

  • L’aire de pique-nique : elle incitera les élèves à venir y passer le week-end, comme c’est le cas dans le parc urbain de Ouagadougou.

3.2.2. Couverture des allées menant vers les œuvres

44La couverture de ces allées permettra de protéger les visiteurs en cas de pluies et de rendre la visite agréable pendant les périodes de fortes chaleurs.

    • 6 Piste des arts

    Meilleure signalétique : cette suggestion a été déjà évoquée par Zagre/Kabore lors d’une communication en 2010. Ainsi, la signalétique doit être aussi visible que l’indication6 des deux routes menant au site. Sur le terrain, on a recueilli les propos d’une visiteuse à propos de cette signalétique : « On doit ajouter des indications frappantes près de Ziniaré pour inciter les touristes à se diriger vers Laongo. On peut facilement passer à côté, et c’est bien dommage pour un si très beau site ». Ce constat doit favoriser la synergie du Ministère de la culture et du tourisme, et de celui des infrastructures et du désenclavement, en vue d’améliorer l’accès au site.

  • Formation des guides en langues et en techniques d’accueil : pour une meilleure visite guidée, les guides doivent être en mesure de parler plusieurs langues, et de se montrer accueillants. En ce qui concerne les langues, une formation au moins en anglais est importante, s’agissant d’une langue internationale. L’accent doit également être mis sur l’accueil, car les guides sont au centre de la réussite du tourisme à Laongo. Sans ces derniers, le site n’a pas de vie, ce qui pourrait contribuer à réduire la fréquentation du site. 62% des visiteurs enquêtés affirment avoir eu connaissance de celui-ci par le biais d’un ami (figure 19), ce qui atteste que la promotion du site se fait par la technique du bouche-à-oreille.

Figure19. Sources d’information du site touristique

Figure19. Sources d’information du site touristique

Source : Enquêtes de terrain (juillet 2012)

  • Implantation d’une boutique de vente d’objets d’art : dans cette boutique, des reproductions à échelle réduite des œuvres sculptées sur granite, et en bronze, peuvent être proposées à la vente aux visiteurs. La présence d’une telle boutique permettrait d’augmenter les recettes financières. Elle offrirait aussi aux visiteurs la possibilité d’acquérir des souvenirs du site, ce qui contribuerait à la promotion de la destination Laongo. En sus, pourrait s’y ajouter la vente de brochures didactiques, et de photographies des œuvres, assorties d’informations sur celles-ci, telles que le nom de l’artiste sculpteur, l’année de réalisation de la sculpture, le nom de l’œuvre, et l’explication de sa signification.

Conclusion

45Le tourisme, comme les autres activités économiques (agriculture, élevage, pêche, etc.), subit les effets pervers des paramètres climatiques. Pour cette raison, dans le contexte actuel marqué par les changements climatiques, la variable climat doit être dûment prise en compte dans les politiques et stratégies de développement et de planification du tourisme. En outre, ces politiques et stratégies, qu’elles soient globales, nationales ou locales, doivent mettre l’accent sur les nouvelles formes de tourisme, tout en intégrant les Objectifs de développement durable. (ODD). C’est dans la même perspective que l’Organisation mondiale du Tourisme (OMT) a organisé à Djerba (Tunisie), du 9 au 11 avril 2003, la première conférence internationale sur le changement climatique et le tourisme.

46Ultérieurement, en collaboration avec l’Organisation mondiale de la Météorologie (OMM) et le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) s’est tenue en octobre 2007, à Davos (Suisse), la deuxième conférence, dont le résultat majeur fut le vote de la Déclaration de Davos, qui reconnaît la réalité du changement climatique et sa forte interaction avec le tourisme. Cette conférence a recommandé l’adoption urgente d’une série de politiques visant à encourager un tourisme durable, et des modes de voyages qui prennent en compte la sensibilité au climat. Enfin, la problématique « tourisme et changement climatique » a également été le thème de la Journée mondiale du tourisme, en 2008.

47L’ensemble de ces rencontres a eu pour objet l’élaboration de stratégies d’adaptation du secteur touristique aux changements climatiques.

Haut de page

Bibliographie

Barry, I. (2010). L’action promotionnelle de l’Office National du Tourisme Burkinabé : Diagnostic et proposition, Mémoire pour l’obtention du diplôme d’Administrateur des Services touristiques, École Nationale d’Administration et de Magistrature, 50 p.

Besancenot, J.P. (1990). Climat et tourisme, Paris, Masson, 223 p.

Blazejczyk, K. (2007). Analyse du temps comme une méthode d’évaluation bioclimatique, pour la récréation, 5 p. URL : Http://www.igipz.pan.pl/geoekoklimat/blaz/blaz27.pdf consulté le 31-08-2011.

Blot, A. (1980). Altération climatique des massifs de granite du Sénégal, Paris, ORSTOM, 434 p.

Direction nationale de la Météorologie (2006). Météorologie, tourisme et loisir : quels produits ou données climatiques, 14 p.

Direction nationale de la Météorologie (2006). Météorologie et climatologie : quelle contribution pour la promotion et le développement de l’industrie du tourisme au Burkina Faso ?, 6 p.

Dubois, G. et J.P. Ceron (2003). Rapport sur le Tourisme et changement climatique : Une relation à double sens. Le cas de la France, 17 p. URL : Http://www.tec-conseil.com/IMG/pdf/djerba.pdf

Dubois, G. et J.P. Cero (2006). Adaptation au changement climatique et développement durable du tourisme, Paris, Ministère délégué au Tourisme, 131 p.

Dubois, G., J.P. Ceron et al., (2009). Météorologie, climat et déplacements touristiques : comportements et stratégies des touristes, 101 p. URL : Http://www.credoc.fr/pdf/Rapp/R259.pdf

GIEC (2001). Bilan 2001 des changements climatiques : Conséquences, adaptation et vulnérabilité, 101 p. URL : Http://www.ipcc.ch/pdf/climate-changes-2001/impact-adaptation-vulnerability/impact-spm-ts-fr.pdf

Ido, B.E. (2014). Impact du climat sur le site touristique de Laongo/Burkina Faso. Ed. Univ. Européennes, 101 p.

Ido, B.E. (2015). Tourisme et collectivité territoriale, Éd. Univ. Européennes, 74 p.

Ilboudo, F. (2008). Le guide de tourisme : un auxiliaire important dans le développement du Tourisme burkinabé, Rapport de stage pour l’obtention du Brevet de Technicien supérieur en Tourisme et Hôtellerie, Établissement Supérieur de Tourisme et de l’Hôtellerie, 32 p.

Kadt, E. (1980). Tourisme, passeport pour le développement : regard sur les effets culturels et sociaux du tourisme dans les pays en développement, Paris, Éd. Economica, 345 p.

Kiotchkoff, JC (2001). Le Burkina Faso aujourd’hui, 4e édition, Paris, Éd. Jaguar, 236 p.

Kabore, E. et N.T. Nacoulma (2010). « Le site de sculpture sur granite de Laongo au Burkina Faso : Potentialités culturelles et problématiques de conservation », Jardin de Pierres : 57-63.

Kabore, E. (2006). Gestion du site touristique de sculpture de Laongo et développement local, communication, XIe Colloque de l’AOAA, Ouagadougou du 27 au 30 novembre 2006, 21p.

Kourouma, K.R.D. (2006). Tourisme solidaire pour la promotion d’un développement durable : Cas du Burkina Faso, Rapport de stage pour l’obtention du Brevet de Technicien supérieur (BTS) en Tourisme et Hôtellerie. Établissement Supérieur de Tourisme et de l’Hôtellerie (ESTH), 40 p.

Lougue, O. (2009). Patrimoine culturel et développement local : cas du site de Laongo au Burkina Faso, Mémoire pour l’obtention du diplôme de Conseiller des Affaires culturelles (CAC), 57 p.

Meda, B.M.C. (2008). Contribution du tourisme responsable et solidaire au développement local : cas du village de Doudou dans la commune de Ténado, Province du Sanguié, Mémoire de DESS en SEG, Université de Ouagadougou. 65 p.

Meyer, M. (2010). Une amélioration de la contribution de la pratique touristique dans les PED : Exemple de Madagascar. Mémoire de Master en Management, Reims, Management School, 77 p.

Ministère de la Culture et du Tourisme (2008). Recueil des textes législatifs et réglementaires spécifiques sur le tourisme au Burkina Faso, Burkina Faso, 69 p.

Ministère de la Culture, du Tourisme et de la Communication (2009). Tableau de bord des statistiques du tourisme, Burkina Faso, 30 p.

Ministère de la Culture, du Tourisme et de la Communication (2010). Annuaire statistique, Partie VI : Tourisme, Burkina Faso : 47-56 p.

Ministère de la Culture et du Tourisme (2011). Rapport de la 51e session de la commission régionale pour l’Afrique de l’Organisation mondiale du Tourisme, Burkina Faso : 16 p.

Ministère de l’Économie et des Finances (2011). Stratégie de Croissance Accélérée et de Développement Durable (SCADD) 2011-2015, Burkina Faso, 84 p.

OMT (2003). 1re Conférence internationale sur le changement climatique et le tourisme. Djerba, Tunisie, 9-11 avril 2003, 10 p.

Nguepjouo, M.D.S. (2005). L’insertion du tourisme et les problèmes de son développement dans les marges côtières de la province du Sud Cameroun, Thèse de DEA, Université de Ngaoundré, 89 p.

Ouattara-Tirouda, B.K.A. (2009). L’Offre nationale du Tourisme burkinabé (ONTB) 20 ans après, Mémoire pour l’obtention du diplôme d’Administrateur des Services touristiques, École Nationale d’Administration et de Magistrature, 66 p.

Sanou, D.C. (1981). Étude comparative entre une parcelle pourvue de bourrelets anti-érosifs et des parcelles traditionnelles à Sirgui (KAYA) : Introduction aux problèmes de dynamique érosive. Mémoire de maîtrise en géographie, 102 p.

Sanou, D.C. (1984). Quelques problèmes de dynamique actuelle : L’érosion des sols dans la région de Bobo-Dioulasso (Burkina Faso), Thèse Doctorat de 3e cycle de Géographie physique, 212 p.

Stern, N. (2010). Gérer les changements climatiques : Climat, croissance, développement et équité, Collège de France, Fayard, 47 p.

Haut de page

Notes

1 Cité par E. Kaborle (2006)

2 À cause des sites hydriques : cascades, Lac Tingrela, la Guinguette, etc.

3 En raison de l’abondance de la végétation : existence de parcs

4 Baisse non estimée pour raison d’indisponibilité de statistiques

5 Déjà existantes, mais non mises à la disposition des visiteurs.

6 Piste des arts

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Présentation de la zone d’étude : le site de Laongo (Burkina Faso)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/20391/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Titre Figure 2. Œuvre de Joseph Wiss (La banane)
Légende C’est une œuvre sculptée en 1989, lors du premier symposium, par le doyen des artistes à l’époque. L’artiste a dédié cette banane au Président du Faso, Blaise COMPAORE, en hommage aux producteurs de fruits et légumes. Il fait ressortir le contraste entre la douceur de la banane et la dureté du roc dont elle est sortie.
Crédits Source : Babou Eugène IDO, juillet 2012
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/20391/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Titre Figure 3. Œuvre de Vincent de Paul Zoungrana (Mine antipersonnel)
Légende C’est une œuvre sculptée en 2003, par le Burkinabé Vincent de Paul Zoungrana, pour sensibiliser les populations envers les mines antipersonnelles. En outre, l’artiste a rendu hommage aux femmes dans les pays victimes de guerre.
Crédits Source : Babou Eugène Ido, juillet 2012
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/20391/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Crédits Source : Enquête de terrain (juillet 2012)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/20391/img-4.png
Fichier image/png, 66k
Titre Figure 5. Éléments pertinents dans le choix de vacance des touristes
Crédits Source : Enquête de terrain (juillet 2012)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/20391/img-5.png
Fichier image/png, 45k
Titre Figure 6. Éléments climatiques nuisibles au séjour des touristes
Crédits Source : Enquête de terrain (juillet 2012)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/20391/img-6.png
Fichier image/png, 54k
Titre Figure 7 : Décisions des visiteurs en cas de canicule
Crédits Source : Enquête de terrain (juillet 2012)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/20391/img-7.png
Fichier image/png, 48k
Titre Figure 8. Décisions des visiteurs en cas de pluie
Crédits Source : Enquête de terrain (juillet 2012)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/20391/img-8.png
Fichier image/png, 49k
Titre Figure 9. Œuvre en début de diaclase
Légende La photographie ci-dessus est une vue d’un village sculpté par Saïd, en 1991. Cette œuvre est en phase de dégradation du fait de la variation des températures.
Crédits Source : Babou Eugène Ido, avril 2012
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/20391/img-9.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Figure 10 : Œuvre diaclasée
Légende La vue précédente est une œuvre symbolisant un dinosaure, sculptée par Varga Gesa en 1991. Elle montre une fissure due aux variations des températures.
Crédits Source : Babou Eugène Ido, avril 2012
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/20391/img-10.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Figure 11. Œuvre dégradée par l’effet de l’hydrolyse
Légende La photographie ci-dessus est la représentation d’un buste, taillée par Tanguy Boisson, en 1996. On aperçoit une petite herbe dans la diaclase, qui est un indicateur montrant qu’il y’a eu altération par hydrolyse.
Crédits Source : Babou Eugène Ido, juillet 2012
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/20391/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
Titre Figure 12. Image du sable aux alentours des œuvres
Crédits Source : Babou Eugène Ido, juillet 2012
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/20391/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Titre Figure 13. Œuvre attaquée par l’oxydation
Légende Cette œuvre, intitulée l’âne et sculptée en 2001, est de BACHIR Hadji. Sur cette photographie on aperçoit qu’en plus de l’œuvre, les supports que sont la chaîne et le cadre sont aussi attaqués par la rouille.
Crédits Source : Badou Eugène Ido, juillet 2012
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/20391/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Titre Figure 14. Œuvre en voie de dégradation due au mécanisme de dissolution
Légende L’œuvre ci-dessus a été sculptée par Kabré Claude Marie, en 1996, qui l’a dénommée « La coquette de Laongo ». Cette photographie présente une œuvre attaquée par le mécanisme de dissolution : sur toute sa surface, on aperçoit des grains de quartz oxydé qui attestent de sa dégradation.
Crédits Source : Babou Eugène Ido, juillet 2012
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/20391/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 355k
Titre Figure 15. Œuvre altérée par le toucher
Légende Cette œuvre de Paul Marandon, intitulée la DRAPE, a été sculptée en 1989. L’œuvre a presque perdu son aspect séduisant, et a changé de couleur sous l’influence de l’action anthropique.
Crédits Source : Babou Eugène Ido, juillet 2012
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/20391/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
Titre Figure 16. Œuvre dont la beauté est mise en danger par l’action humaine
Légende Cette œuvre, nommée « Le Réveil angoissé », sculptée en 1991 par J. L. Bambara, est en voie de changer d’apparence à cause des touchers.
Crédits Source : Babou Eugène Ido, juillet 2012
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/20391/img-16.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Figure 17. Photographie illustrant la présence d’eau de pluie dans une œuvre
Légende La photographie ci-dessus est une œuvre sculptée par Vincent de Paul Zungrana, en 2001, qui l’a intitulée le « Moulin ». Sur ce dernier est posée une calebasse où on distingue de l’eau de pluie stagnante, qui facilite la formation de mousse.
Crédits Source : Babou Eugène Ido, juillet 2012
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/20391/img-17.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Figure 18. Œuvres attaquées par la mousse
Légende Sur cette vue, on aperçoit à l’intérieur de l’œuvre une couleur verdâtre, qui représente la mousse, à laquelle s’ajoute la présence d’eau de pluie stagnante. Ces deux éléments (eau et mousse) contribuent à la dégradation de l’œuvre et menacent sur sa durabilité.
Crédits Source : Babou Eugène Ido, juillet 2012
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/20391/img-18.png
Fichier image/png, 997k
Titre Figure19. Sources d’information du site touristique
Crédits Source : Enquêtes de terrain (juillet 2012)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/20391/img-19.png
Fichier image/png, 53k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eugène Ido Babou, « Les impacts du climat sur le tourisme : Le site de Laongo (Burkina Faso) », Études caribéennes [En ligne], 6 | Décembre 2020, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 09 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/20391 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.20391

Haut de page

Auteur

Eugène Ido Babou

Géographe, Administrateur des services touristiques, spécialistes en développement, environnement et société, Université catholique de Louvain - Université de Liège (Belgique), baboueugene@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search