Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47DossierLa croisière à Majorque : rêve éc...

Dossier

La croisière à Majorque : rêve économique et problème social envers la tourismophobie

El crucero en Mallorca: sueño económico y problema social hacia la turismofobia, Balear
The Cruise in Mallorca: Economic Dream and Social Problem towards Turismophobia
Miguel Seguí, G. Pujol et Marc Fuster

Résumés

Le tourisme de croisière a bien évolué au cours des dernières décennies du xxe siècle, entre démocratisation et massification. Cela s’est traduit par une augmentation considérable des navires et des croisiéristes dans les ports visités. Ces visites massives ont généré de nombreux effets positifs, notamment d’un point de vue économique, ce qui a renforcé l’engagement de nombreuses villes méditerranéennes dans leur politique d’attractivité de leurs ports. Mais ces croisières génèrent également des impacts négatifs sur les plans environnemental et social avec la concentration des flux dans certains quartiers des villes visitées. Cette massification est à l’origine de la naissance de mouvements anti-tourisme de croisière dans les grandes villes de la Méditerranée occidentale qui demandent la prise en compte de ces nuisances et ils exigent des réponses. Trouver un juste compromis entre les effets positifs et les impacts négatifs est toujours la meilleure voie pour établir un équilibre entre tous les intérêts et entretenir le désir de découvrir la ville.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Au xxie siècle, la croisière a perdu sa réputation élitiste pour s’imposer comme une activité de loisir de masse. Cette massification s’est accompagnée d’une diversification du produit qui l’a rendu accessible pour une bonne partie de la société. D’après Lagoupil (2013) (cité par Garay, 2015 : 569), « le tourisme de croisière offre des expériences de voyage intéressantes et variées, avec des itinéraires plus courts, spécialisés et adaptés à la disponibilité de temps libre de la société actuelle, avec des prix de forfaits plus accessibles ce que lui permet d’arriver à des segments plus larges de demande ».

2Pour arriver à obtenir cette massification, l’industrie de la croisière a suivi différentes stratégies : la réduction de la durée et du nombre d’escales lors d’un circuit, l’utilisation de bateaux de plus en plus grands, avec un nombre de lits croissant permettant de réduire le prix du séjour en faisant des économies d’échelle, enfin, l’offre « all-inclusive » à bord.

3Cette évolution de l’industrie a nécessité une adaptation des ports de croisière qui doivent être en mesure d’accueillir des paquebots plus volumineux. Garay et Cánoves (2012 : 269) précisent cette situation pour le port de Barcelone : « l’extension et l’amélioration des infrastructures pour les croisières, avec des services logistiques adaptés dans la zone portuaire, a facilité l’arrivée des grandes compagnies maritimes, de plus en plus puissantes dans un contexte de concentration et de globalisation du secteur ». Pour répondre à cette évolution de la croisière, nombre de destinations touristiques littorales ont dû fortement investir pour adapter leurs installations portuaires aux nouveaux besoins de ce produit touristique, dans l’espoir de retombées pour l’économie locale. Leur but était d’attirer des catégories de touristes avec un pouvoir d’achat supérieur à la moyenne, comme semblent l’être les croisiéristes.

4Très longtemps les impacts de la croisière n’ont été considérés que sous l’angle positif et ce n’est que récemment que les analyses commencent à souligner les aspects négatifs. Comme le disent Reyes et Ruiz (2015 : 21) : « c’est clair que les impacts qui se génèrent dans ces zones sont très positifs, car, ils apportent des revenus, ils augmentent les postes de travail et ils encouragent les affaires dans bien de régions et pays du monde, mais, nous devons tenir compte aussi, que le tourisme de croisière est devenu le paradigme de la globalisation économique et qu’il produit des fortes conséquences environnementales... »

5Cette prolifération des croisières et l’agglomération ponctuelle de ses bateaux dans les ports plus importants ont été à l’origine de mouvements d’opposition à la croisière, notamment de la part d’organisations écologistes. Aux Baléares, en 2016, le mouvement écologiste GOB déclara que « les mégapaquebots de croisières sont des peuples flottants sans aucun contrôle social ni politique ». Peu après, Guess (2020 : 15) mit en relation la problématique environnementale provoquée par les croisières avec la croissance continue de ce produit touristique, il affirme qu’« en même temps que l’industrie des croisières est en augmentation, il faut qu’elle soit responsable de ses actions et qu’elle suive le protocole pour diminuer la pollution de l’air et de l’eau provoquée par leurs bateaux ».

6Ces protestations environnementales ont contraint les compagnies maritimes à introduire des améliorations technologiques dans les bateaux et, surtout, l’utilisation de carburants moins polluants pour diminuer l’empreinte écologique et les fumées présentes dans les villes lorsque les paquebots sont à quai.

7Outre l’aspect environnemental, l’angle social doit également être pris en compte : l’augmentation continue du nombre de passagers de croisière dans les grandes villes portuaires, les concentrations à des heures de pointe sur les principaux lieux d’intérêt touristique, sur des sites déjà saturés, provoque pour une minorité un malaise social croissant. Dans le cas de Palma de Majorque, ce refus d’une minorité vers la croisière s’est traduit par l’apparition de groupes de pression sociale et de mouvements de quartier qui ont organisé quelques manifestations au port contre l’arrivée massive des croisiéristes.

8En réaction, les autorités portuaires ont engagé des améliorations dans la gestion des arrivées des bateaux, échelonnant davantage les arrivées pour limiter la saturation. D’autres mesures ont été prises pour diversifier l’offre d’activité dans la ville et organiser davantage d’excursions plus diffuses sur le territoire.

9Comme toujours, toute activité économique provoque des impacts négatifs sur l’environnement et la société, mais, aussi, d’importants bénéfices économiques et sur la création de postes pour la main d’œuvre. Cela nous oblige à analyser les avantages et les inconvénients de cette activité touristique. Buades (2015 : 7) nous indique que « le calcul de l’impact économique sur une destination est très important pour pouvoir évaluer objectivement si le tourisme de croisière rapporte des bénéfices pour la société locale ou non ». C’est cela que nous allons essayer d’analyser dans cet article pour avoir une vision générale des croisières dans la Méditerranée occidentale, à travers le cas de Palma de Majorque. L’objectif est d’analyser les bénéfices des croisières, aussi bien économiques que sur la main d’œuvre, dans un contexte où l’image négative suscite l’opposition d’une population des Baléares face à la croissance continue de ce type de tourisme.

1. La situation actuelle

10Le tourisme de croisière correspond au secteur du tourisme maritime, mais son importance est telle qu’il existe une forte différenciation entre le tourisme de croisière et le tourisme nautique sportif, dans ce concept de tourisme maritime.

11La particularité de la croisière est qu’elle réunit dans un seul produit touristique, le transport et le logement, en plus des activités complémentaires réalisées aussi bien dans le bateau même qu’à partir des ports d’escale. C’est un produit complet.

12Selon Estepa (2013 : 328), un port maritime comprend « l’ensemble d’espaces terrestres, eaux maritimes et installations complémentaires au service des bateaux, en intégrant son activité dans le système général de transport commercial et de passagers ». Dans le cas du tourisme de croisière, deux types de ports se distinguent : les ports de base (début et final de la croisière) et les ports d’escale (arrêt de quelques heures, le point de départ d’excursions). Il faut prendre en compte la durée de l’escale pour pouvoir évaluer l’impact économique et social de ce type de tourisme.

13La quantité de passagers débarqués d’un seul coup par les paquebots de croisières dans des villes très touristifiées déjà, comme Barcelone, Palma ou Valence (en Espagne), peut créer cette sensation de massification critiquée par les mouvements anti-tourisme. Figuerola (2019 : 15) affirme qu’il existe massification « quand la densité dépasse certaines valeurs standard de personnes localisées sur un espace concret ».

14Ce phénomène brouille l’image idyllique sur les croisières, et pour une partie de la population, ces touristes sont alors perçus comme des sources de nuisances, ils deviennent « des ennemis », en oubliant les bénéfices économiques et les emplois générés.

2. Une expansion continue du secteur

15Le tourisme de croisière a connu une massification significative ces dernières décennies avec l’accessibilité de ce produit touristique aux classes moyennes supérieures. Son succès a dépassé les prévisions les plus optimistes et il est devenu un des piliers fondamentaux pour beaucoup de destinations à travers le monde.

16Sur le graphique nº 1, la croissance continue du nombre de croisiéristes depuis 2000 atteste de la vigueur de ce secteur. Le secteur n’a pas souffert de la crise économique qui a marqué la période 2008-2015.

Graphique nº 1. L’évolution du nombre de croisiéristes dans le monde

Graphique nº 1. L’évolution du nombre de croisiéristes dans le monde

Source : Market Watch Cruise

17À l’échelle mondiale, la croissance concerne toutes les zones géographiques (graphique nº 2), cette évolution traduit un processus de démocratisation générale de ce produit. Cependant, son ancrage est d’abord dans la zone nord-américaine dont le poids est bien supérieur à celui de l’Europe et d’autres régions du monde. Cette situation s’explique par la nature même du produit touristique et l’image qui lui est associée.

Graphique nº 2. Croissance du nombre de croisiéristes par zones géographiques

Graphique nº 2. Croissance du nombre de croisiéristes par zones géographiques

Source : Market Watch Cruise

18En Amérique du Nord, la croisière est vue comme le moyen idéal pour se déconnecter, profiter du soleil et des plages, et faire des achats aux différents ports où sont proposées les escales tout au long du circuit. Dans cette région, nous parlons d’espaces ou de zones fermées, avec des plages privées et des complexes de loisirs privés, où les touristes de la croisière peuvent se détendre et faire des achats à prix réduit, car ce sont des zones hors taxes.

19Les croisières en Europe proposent les mêmes équipements et services de loisir à bord que ceux disponibles en Amérique du Nord, mais en Europe, la notoriété des différentes destinations visitées est significative dans l’offre de la croisière. Ce tourisme de croisière comporte une dimension plus culturelle, une offre plus riche pour la croisière avec un autre rapport à l’escale.

20Le tourisme de croisière en Europe se partage entre deux zones : la Baltique et la Norvège, au nord, et la Méditerranée, au sud. Et la Méditerranée peut être divisée en deux secteurs : l’oriental et l’occidental. La zone occidentale est celle qui reçoit les flux de croisière les plus importants avec des circuits organisés à partir des ports des villes de Barcelone, Rome, Palma de Majorque, Naples, ou même Ibiza (patrimoine de l’Humanité), des villes qui, par elles-mêmes, sont déjà un attrait touristique majeur pour les touristes qui veulent visiter des endroits reconnus pour leur beauté architecturale et leur culture (graphique 3).

Graphique 3. L’évolution du nombre de touristes de croisière dans les ports de la Méditerranée occidentale

Graphique 3. L’évolution du nombre de touristes de croisière dans les ports de la Méditerranée occidentale

Source : Cruise Activities in MedCruise Ports

21En Méditerranée occidentale, les fréquentations de Barcelone, Civitavecchia et Palma de Majorque dominent la situation. L’une des explications repose sur la présence de bons aéroports internationaux, avec de fortes liaisons internationales, particulièrement pour Barcelone et un peu moins Rome et Palma de Majorque. Cette logistique aéroportuaire consolide l’intérêt des ports de ces villes en tant que ports de base des différentes compagnies maritimes, lesquelles tirent profit de cette offre aérienne.

3. La croissance de la croisière en Espagne

22En Méditerranée occidentale, l’Espagne se distingue par la présence de quelques ports très importants. D’autres villes transforment leurs ports pour entrer dans la compétition. Leur intérêt est justifié par le développement économique et la création de postes de travail que génère l’arrivée des croisières, mais aussi pour les effets d’entraînement de l’industrie de la croisière sur les entreprises locales et le développement général de la société. Dans les planifications urbaines et touristiques de toutes ces villes portuaires, la croisière est devenue un produit ciblé.

23Le graphique 4 présente le nombre de touristes de croisière qui ont débarqué sur les principaux ports espagnols de 2014 à 2018. Le poids des ports de Barcelone et de Palma de Majorque s’impose. Mais de nouvelles tendances se dessinent avec la croissance soutenue d’autres ports méditerranéens de l’Espagne, comme Valence, Malaga ou Ibiza. Les ports de Ténériffe, bien qu’ils ne se trouvent pas en Méditerranée, ont connu une forte croissance que leur permet de dépasser le million de touristes de croisière arrivés, soulignant l’importance croissante de ce produit dans l’économie touristique des Canaries.

Graphique 4. Les touristes de croisière dans les ports espagnols.

Graphique 4. Les touristes de croisière dans les ports espagnols.

Source : de l’auteur en utilisant des données de la Memòria autoritat portuària (2018) et Cruise Activities in MedCruise Ports.

24Le graphique 5, consacré aux données de la croisière dans le port de Palma de Majorque distingue les croisiéristes entre ceux des escales (transit) et ceux du port de base. L’évolution du nombre de croisiéristes en escale connait une hausse régulière, avec des diminutions ponctuelles, telle en 2012 (sûrement l’apogée de la crise commencée en 2008). Dans le même temps, le volume de touristes de croisière qui embarquent à partir du port de Palma, en tant que port de base, atteste d’une croissance continue, plus stable, moins marquée par les aléas conjoncturels.

25L’attrait du port de Palma comme port de base pour les compagnies de croisière repose sur plusieurs facteurs : la présence de bonnes infrastructures aériennes, ainsi que toute une offre d’hébergement, sans oublier les forts investissements du gouvernement sur le port de Palma. Tous ces facteurs ont facilité leur transformation en port de base adapté, sécurisé et compétitif tout au long de ces vingt dernières années. Sa grande capacité a permis le développement d’un produit touristique complexe, avec de bons résultats, dans un environnement très concurrentiel.

Graphique 5. L’évolution du nombre de touristes de croisière dans le port de Palma de Majorque

Graphique 5. L’évolution du nombre de touristes de croisière dans le port de Palma de Majorque

Source : Memòria autoritat portuaria (2018)

4. Les enjeux économiques du tourisme de croisière à Palma de Majorque.

4.1. L’impact économique direct et indirect

26La croisière a apporté un grand bénéfice économique dans le secteur touristique, aussi bien dans la ville de Palma de Majorque que sur le reste de l’île. Le positionnement du port de Palma en tant que port de base permet également d’accueillir des croisiéristes qui prolongent leurs vacances à Majorque ; leur croisière se termine par un séjour touristique dans l’île.

27La durée moyenne du séjour effectué par les touristes à la suite d’une croisière commencé à partir du port de base à Palma se situe autour des 4,2 jours, avec une dépense moyenne de 155 euros/personne/jour (cf. tableau 1). Ce chiffre est plus élevé que la dépense réalisée par les croisiéristes en escale (des excursionnistes) et par les autres touristes de séjour, leurs dépenses moyennes sont respectivement de 70,90 euros et de 113,70 euros.

28Par contre, si nous rapportons la dépense moyenne réalisée par les touristes de croisière en transit à la durée de leur présence dans l’île (4 à 6 heures), cette dépense est plus élevée en proportion que celle des autres touristes ; d’où l’intérêt d’attirer à ce type de touristes.

Tableau 1. Dépense moyenne par jour des croisiéristes à Majorque (2015)

Dépenses

Touriste de croisière en transit (escale)

70,90 €

Touriste de croisière en port de base (départ, arrivée)

155 €

Moyenne des touristes (Majorque)

113,70 €

Source : À partir de l’étude Impact économique des croisières aux îles Baléares (2017) et de l’Institut d’Estadística de les Illes Balears.

29L’étude de la Chambre de Commerce des îles Baléares, réalisée en 2017, démontre que l’impact économique direct du produit des croisiéristes dans la ville de Palma est de 224 068 351 euros (voir tableau 2).

Tableau 2. L’impact économique direct des croisières à Palma de Majorque

Impact économique

Total

Touristes de croisière en transit

105 427 071 €

Touristes de croisière de base

56 812 838 €

Équipage

26 663 283 €

Compagnies maritimes

23 543 087 €

Investissements

3 682 953 €

Activités de l’aéroport

7 939 118 €

Total

224 068 351 €

Total des paquebots de croisières

568

Impact par croisière

394 487 €

Source : Estudio sobre el impacto económico de los cruceros en las Illes Balears 2017, Chambre de Commerce

30La ventilation des dépenses permet de souligner qu’il ne s’agît pas uniquement des dépenses des touristes des croisières ; il faut également prendre en compte les dépenses des équipages des bateaux. À tout cela, il faut ajouter aussi les investissements de l’État pour l’adaptation du port, les dépenses des compagnies maritimes et l’activité de l’aéroport comme conséquence des flux d’arrivée et de départ des touristes de croisière dans l’île. Ce total donne une idée de l’importance de l’impact économique de la croisière : au final, chaque paquebot de croisière que visite Palma est à l’origine de 394 487 euros.

31L’entrepreneuriat local n’est pas l’unique bénéficiaire ; bien au contraire, d’une façon indirecte, ce mouvement économique a des répercussions sur l’ensemble des résidents dans l’île. L’argent reçu avec le payement des diverses taxes pour l’achat des produits et des services réalisés par tous (touristes, équipage, compagnies maritimes) est de l’ordre de 18 millions d’euros en 2015 (cf. tableau 3). Ces sommes participent aux investissements en biens et services publics au service des citoyens des îles Baléares.

Tableau 3. Taxes collectées grâce à l’activité économique associée à l’arrivée des croisisières à Palma

Taxes/produits

Total

Touristes de croisière en transit

8 737 350 €

Touristes de croisière de base

4 708 408 €

Équipage

2 209 740 €

Compagnies maritimes

1 951 152 €

Investissements

305 228 €

Activité aéroport

657 961 €

Total

18 569 839 €

Total de paquebots de croisières

568

Impact par croisière

32 693 €

Source : Estudio sobre el impacto económico de los cruceros en las Illes Balears 2017, Chambre de Commerce

4.2. Les effets sur l’emploi dans la ville de Palma.

32L’impact des croisières au port de Palma est très positif sur le plan de l’emploi ; en 2017, le nombre d’emplois créés en relation avec la croisière est évalué à 5005 nouveaux postes. Dans le calcul de ces nouveaux emplois, il y a d’une part les indispensables emplois directement en relation avec l’activité de la croisière au niveau du port, et, d’autre part, les emplois nécessaires pour l’accompagnement des touristes de croisière lors de leurs excursions dans la ville de Palma et dans l’ensemble de l’île.

33Les touristes de croisière en transit et ceux du port de base ont une importance majeure sur les emplois créés en ville : plus de 3600 (cf. tableau 4). Mais il faut aussi prendre en compte les services autour du port, et les enjeux des prestations autour des équipages et de leurs achats.

Tableau 4. Nombre d’emplois générés par le tourisme de croisière aux Baléares

Profil des postes de travail

Total

Touristes de croisière en transit

2355

Touristes de croisière en port de base

1269

Équipage

596

Compagnies maritimes

526

Investissements

82

Activité dans l’aéroport

177

Total

5005

Numéro de croisières

568

Impact par croisière

9

Sourece : « Estudio sobre el impacto económico de los cruceros en las Illes Balears 2017 ». Chambre de Commerce.

Conclusion

34Le tourisme de croisière est devenu très attractif pour nombre de destinations qui cherchent à travers de ce positionnement attirer des touristes disposant d’un pouvoir d’achat supérieur à la moyenne. Cet aspect positif intéresse bien des gouvernements qui investissent dans leurs infrastructures portuaires pour répondre aux besoins des compagnies de croisières.

35Toutefois, rappelons que ce produit touristique n’est pas construit de la même façon dans toutes les régions du monde et que son image diffère également. Toutes ces réalités rendent complexe la comparaison des données entre les différents espaces régionaux. Par exemple, le tourisme de croisière en Amérique du Nord est avant tout un tourisme centré sur le soleil, la plage et le shopping, tandis qu’en Europe, il est davantage articulé autour du patrimoine culturel citadin attaché aux ports d’escale. Cette orientation génère des effets complexes et différents, aussi bien sous les angles positifs que négatifs, pour l’économie et les résidents de ces endroits.

36Les apports économiques avérés pour les villes portuaires espagnoles et plus largement de la Méditerranée occidentale suscite un intérêt croissant d’autres zones et ports de la région soucieux de diversifier leur offre touristique et stimuler leur économie, conscients des bénéfices rapportés par cette activité pour les entrepreneurs et l’Administration, entre les taxes perçues et les emplois créés. Les croisières ont beaucoup d’effets positifs sur les ports de destination, spécialement dans les aspects économiques.

37Si l’industrie de la croisière participe à la création d’emplois spécifiques et à l’amélioration de la qualité de vie de la population, elle génère de fortes concentrations de touristes ponctuellement, provoquant une sensation de saturation des lieux qui expliquent l’émergence de mouvements anti-tourisme de croisière. Tout cela nécessite la mise en place d’une politique concertée de gestion du tourisme de croisière, prenant en compte la gestion des flux dans l’espace, leur circulation dans la ville d’escale et également à l’intérieur des terres, et sur le plan environnemental, l’adoption de mesures permettant de répondre aux différentes nuisances environnementales identifiées.

Haut de page

Bibliographie

Association of Mediterranean Cruise Ports. (2018). Cruise Activities in Medcruise Ports: Statistics 2018. Recuperado de https://www.assoporti.it/media/4301/medcruise-statistics-report-2018.pdf

Autoritat Portuària de Balears (2019). Memoria Anual 2018. Recuperado de http://www.portsdebalears.com/sites/default/files/APB_Memoria_Anual_2018_web.pdf

Buades, M. L. (2015). El turismo de cruceros en el Mediterráneo y en las Illes Balears. Un análisis entre el 2000 y el 2012, Scripta Nova: Revista electrónica de geografía y ciencias sociales, 19 (514): 1-28. Recuperado de http://www.ub.es/geocrit/sn/sn-514.pdf

Calle, M. de la. (2019). Turistificación de centros urbanos: clarificando el debate, Boletín de la Asociación de Geógrafos Españoles, 83(2829): 1–40. doi: http://dx.doi.org/10.21138/bage.2829

Cámara de Comercio de Mallorca. (2017). Estudio sobre el impacto económico de los cruceros en las Illes Baleares 2015. Recuperado de http://www.portsdebalears.com/sites/default/files/libros/Memoria_creuers_2018.pdf

Cruise Market Watch. Crecimiento de la industria de Ocean Cruise Line. Recuperado de https://cruisemarketwatch.com/growth/

Cruz, E. (2014): El turismo de cruceros en el mundo: análisis de las tipologías de cruceristas en el puerto de Málaga según la percepción de la imagen, satisfacción y lealtad al destino turístico de la capital (Tesis doctoral), Universidad de Málaga, Málaga

Estepa, M. (2012). El régimen jurídico y el tráfico de los cruceros marítimos, Anuario Jurídico y Económico Escurialense, 45: 133-154.

Estepa, M. (2013). Los puertos del estado y el tráfico de cruceros marítimos, Anuario Jurídico y Económico Escurialense, 46: 325-344.

Europa press (13 de junio de 2016). El GOB denuncia el "impacto social y ambiental" de los megacruceros, La información. Recuperado de https://www.lainformacion.com/espana/gob-denuncia-impacto-ambiental-megacruceros_0_925708235.html

Figuerola, M. (2019) Futuro del turismo, ordenación o masificación, Subdirección General de Conocimiento y Estudios Turísticos, 215: 9-38.

Garay, L. A & Cànoves, G (2012). Turismo de cruceros en Barcelona. De la marginalidad al liderazgo internacional, Boletín de la Asociación de Geógrafos Españoles, 60: 253-271.

Garay, L.A. (2015). Luces y sombras del turismo de cruceros. El caso de Barcelona, Documents d'anàlisi geogràfica, 61(3): 563-580. doi: https://doi.org/10.5565/rev/dag.259

Guess, J. (2020). Análisis retórico de las prácticas sostenibilidad de la industria de cruceros, Senior Honors Theses & Projects, 691. Recuperado de https://commons.emich.edu/honors/691

Institut d’Estadística de les Illes Balears. Gasto y perfil de los turistas (EGATUR). Recuperado de https://ibestat.caib.es/ibestat/estadistiques/economia/turisme/despesa-perfil-turistes-egatur/922f4f96-0580-4c25-9ba6-bf8788247112

Legoupil, T. (2013). Los conflictos que genera el turismo de cruceros en Barcelona y otros puertos mediterráneos, Biblio 3W. Revista Bibliográfica de Geografía y Ciencias Sociales, 18 (1.049). Recuperado de: http://www.ub.es/geocrit/b3w-1049/b3w-1049-13htm.

Marín, P. (2017). Sostenibilidad urbana en la ciudad turística, simbología, simulación y masificación (Tesis doctoral), Universidad de Málaga, Málaga.

Ruiz, E. & Reyes, E. (2015). El mercado de los cruceros en cifras en el siglo XXI, Revista Turydes: Turismo Y Desarrollo Local, 8(19).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique nº 1. L’évolution du nombre de croisiéristes dans le monde
Crédits Source : Market Watch Cruise
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/20684/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Graphique nº 2. Croissance du nombre de croisiéristes par zones géographiques
Crédits Source : Market Watch Cruise
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/20684/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Graphique 3. L’évolution du nombre de touristes de croisière dans les ports de la Méditerranée occidentale
Crédits Source : Cruise Activities in MedCruise Ports
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/20684/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Graphique 4. Les touristes de croisière dans les ports espagnols.
Crédits Source : de l’auteur en utilisant des données de la Memòria autoritat portuària (2018) et Cruise Activities in MedCruise Ports.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/20684/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Graphique 5. L’évolution du nombre de touristes de croisière dans le port de Palma de Majorque
Crédits Source : Memòria autoritat portuaria (2018)
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/20684/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Miguel Seguí, G. Pujol et Marc Fuster, « La croisière à Majorque : rêve économique et problème social envers la tourismophobie », Études caribéennes [En ligne], 47 | Décembre 2020, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/20684 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.20684

Haut de page

Auteurs

Miguel Seguí

Université des îles Baléares, msegui@uib.es

G. Pujol

Université des îles Baléares, bielpujol@hotmail.com

Marc Fuster

Université des îles Baléares, marc.fuster@yahoo.es

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search