Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48Chroniques haïtiennesTourisme urbain et patrimoine haï...

Chroniques haïtiennes

Tourisme urbain et patrimoine haïtien : une réflexion sur les pratiques

Urban Tourism and Haitian Heritage: a Reflection on Practices
Weldy Saint-Fleur, Laís Stefany De Carvalho Falca Lima et Davi Schmidt

Résumés

Dans ce travail, nous abordons les pratiques du tourisme patrimonial urbain à Haïti, en nous concentrant sur quatre villes du pays : Cap-Haïtien et Milot, situées dans le département du nord, Jacmel, dans le département du Sud-Est, et Port-Au-Prince, dans le département de l’Ouest. Le choix de ces villes est dû au fait qu’elles sont les régions urbaines concentrant de patrimoines culturels nationaux et mondiaux très importants. Dans cette optique, nous visons à réfléchir sur les pratiques de tourisme urbain de quatre sites du patrimoine culturel, dont trois sont nationaux et un est mondial. Cet article est basé sur une recherche bibliographique et une analyse de rapports et de données statistiques sur le tourisme et le patrimoine urbain à Haïti. Nous pensons que les pratiques du tourisme urbain du territoire sont inadéquates et nous ressentons le besoin d’amorcer un débat pour repenser le tourisme dans les villes d’Haïti.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Haïti
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans presque tous les pays du monde, le tourisme urbain génère des bénéfices économiques importants et pour de nombreuses villes, il devient même une partie indispensable du produit intérieur brut (PIB). Dans le tourisme urbain, les gens sont confrontés à un large éventail d’activités et d’attractions, allant des bâtiments historiques au culturel et à la vie nocturne (Lahav et al., 2013). Selon les auteurs (Lussault et Stock, 2007 ; Bernie-Boissard 2008 ; Coëffé, 2010), le tourisme est fondamentalement, étymologiquement, urbain et est profondément lié à la culture urbaine.

2Le patrimoine dans les centres urbains est désormais considéré comme un médiateur entre le passé et le présent, un point d’ancrage capable de donner un sentiment de continuité par rapport au passé d’une ville et souvent même d’un pays. Le patrimoine a une valeur unique et est extrêmement important pour l’histoire et la culture d’une région. Il peut être matériel (sculptures, peintures, maisons, châteaux, complexes urbains, églises et places) ou immatériel (évènements populaires, cultes, musique et coutumes) (Logan, 2007 ; Sullivan, 2016 ; UNESCO, 2020b). Le tourisme urbain conjugué au patrimoine culturel favorise une croissance de sa pratique, car il contient un univers d’expériences et d’information, mais cela nécessite une planification de ces villes d’accueil.

3À mesure que la valorisation et le développement de ces lieux s’accélèrent et que les offres deviennent intéressantes, le complexe urbain tend à se modifier dans la diversité géographique, spatiale et scalaire de ces pratiques. Avec des consommateurs touristiques de plus en plus exigeants, les tendances du marché influencent également les services et les visites offerts dans les villes. Cela signifie que le tourisme n’est pas à l’abri des changements apportés par la mondialisation, la métropolisation, l’individualisation ou l’hybridation des gouts (Gravari-Barbas et Fagnoni, 2013). Ainsi, cela passe pour un processus de restructuration de la vie quotidienne, au commun, à la contextualisation du séjour, aux interactions sociales, aux expériences authentiques (Holbrook et Hirschman, 1982 ; Pine et Gilmore, 1998 ; Andersson, 2007), comme le démontre l’exemple couchsurfing (Priskin et Sprakel, 2008).

1. Haïti, une trajectoire touristique à déplorer

4La région de l’Amérique latine et des Caraïbes compte 141 sites du patrimoine mondial, dont 19 seulement sont situés sur des îles des Caraïbes (UNESCO, 2020a). Le tourisme urbain dans le monde joue un rôle fondamental et occupe une place stratégique dans les services des villes, dans la production de savoir, dans la culture, dans l’innovation, étant donné que les centres urbains sont multifonctionnels et de nature hétérogène. Selon Providence (2012), les sites historiques du patrimoine haïtien ont déjà attiré une grande majorité des touristes régionaux, nationaux et internationaux au point même qu’Haïti était autrefois une destination touristique populaire qui se classait au dixième rang des seize pays insulaires des Caraïbes les plus visités dans les années 1980 (tableau 1).

Tableau 1 : Flux touristiques de la Caraïbe en 1980.

Pays

Arrivés touristiques

Bahamas

1 181 260

Bermuda

491 640

Jamaïque

395 340

Barbade

369 915

République dominicaine

301 070

Saint-Martin

221 541

Aruba

188 917

Curaçao

178 578

Martinique

158 462

Haïti

134 000

Guadeloupe

115 000

Antigua

100 000

Belize

62 000

Grenade

29 418

Bonaire

22 715

Dominique

14 322

Source : Centre de recherche et développement touristique de la Caraïbe, 1981.

5L’arrivée de ce flux dans les années 1980 était le résultat d’une politique de reconstitution du tissu touristique de l’espace haïtien adopté par Jean Claude Duvalier (1971-1986). Cette politique comportait le développement d’infrastructures touristiques (tels les hôtels La Jacmelienne, Chateaubrilland et autres) et des grands équipements, notamment la construction de la route de Port-au-Prince vers Jacmel en 1976 (Séraphin, 2014). En cette même année (1980), Haïti a connu son taux de croissance du PIB le plus élevé de l’époque (7,3 %), avec un apport notable des recettes touristiques. La croissance a atteint jusqu’à 9,9 % dans les années 1995, puis s’est contractée à 1,5 % en 2006, avec une reprise à 5,5 % en 2011, après le tremblement de terre qui a secoué le pays en 2010 (Knoema, 2017). De 2012 à nos jours, la tendance est inquiétante avec un déclin continu, – 4,11 % en 2020.

6Haïti fait face à une situation d’isolement sur le plan touristique depuis 2004, situation qui s’est accentuée après le tremblement de terre de (2010). Tensions politiques et manifestations violentes marquent le quotidien d’un pays instable, désorganisé, marqué par la pauvreté et l’insécurité1 (Jabouin, 2002 ; Dehoorne et Paul, 2020). En outre, d’autres facteurs tels que les évènements météorologiques, tels des tempêtes et des ouragans (Faye, Gustav, Hanna, Ike et Mathieu) entre 2004 et 2016, ont été défavorables au secteur. L’épidémie le choléra qui s’est développé après le tremblement de terre a terni encore un peu plus l’image du pays (Higate et Henry, 2009 ; Ritchie et al., 2004 ; Hai et Chick, 2011 ; Séraphin, 2018).

7Aujourd’hui, l’insécurité générée par des gangs surmonte la paix et la tranquillité sur tout le pays et le tourisme est dans l’impossibilité de fonctionner sur le sol haïtien, notamment à Port-au-Prince. D’après Silva (2016), la sécurité publique est un facteur pertinent dans le choix d’une destination touristique. Le constat est que l’insécurité dans les centres urbains haïtiens et ses vicissitudes est au cœur de la crise actuelle du tourisme en Haïti. La pandémie de COVID-19 aggrave un peu plus la situation (Yang et al., 2020).

8Haïti comptait sur des perspectives de croissance économique du secteur touristique pour la période (2013-2022), les prévisions étaient calculées à une contribution de 5,8 % par an du PIB total du pays (FPH-HAITI, 2014). Dès 2011, le pays a adopté des stratégies pour améliorer son image et retrouver sa position de destination touristique avec la promotion d’initiatives visant à attirer des visiteurs sous le gouvernement de Joseph Martelly (2011-2016) (Alvarez et Campo, 2011 ; Séraphin, 2018). Des efforts vains au regard des obstacles précités.

9Pourtant, sur le plan des potentialités, les possibilités d’Haïti méritent d’être soulignées. Le pays dispose de grandes beautés naturelles. 75 % du territoire est formé de montagnes et 25 % de plaines. Son patrimoine physique, naturel et historico-culturel comprend 1 500 km de côtes, 790 sites du patrimoine historique, 114 fortifications, 149 monuments historiques, 75 grottes, 111 plages, 86 sites archéologiques, 49 autres paysages naturels, 18 hauts lieux sacrés (lieux de culte sur des hauteurs) et 188 évènements festifs (UNWTO, 2011). Ces caractéristiques historiques et socioculturelles participent à la richesse des ressources qui ont fait d’Haïti une destination reconnue au XXe siècle, avec l’accueil de clientèles internationales argentées (Séraphin, 2018).

10Les villes historiques étudiées : Cap-Haïtien, Jacmel et Port-au-Prince qui sont détentrices du patrimoine national remarquable et Milot d’un patrimoine reconnu mondialement, qui pourraient contribuer à redonner une image touristique attrayante au pays. Pour ce faire, ces centres urbains doivent être réécrits, restructurés et réadaptés judicieusement par de multiples nouvelles pratiques de développement urbain à partir d’une modélisation de la ville qui, comme l’affirment Fagnoni et Buccianti-Barakat (2006), prend en compte les questions sociales, spatiales, économiques, urbaines, culturelles et patrimoniales. Pour ce fait, les villes sont considérées comme des circuits complexes formés sur des piliers spatiaux fonctionnels de l’économie, de la politique, de la géographie et du social (Fagnoni et Buccianti-Barakat, 2006). Cependant, dans le cas des villes d’Haïti, nous devons reconnaitre d’autres problèmes plus élémentaires (sécurité, assainissement, énergie).

11Ainsi, le contexte touristique haïtien nous amène à réfléchir sur les actions stratégiques à envisager pour revitaliser le tourisme urbain et mieux valoriser les sites patrimoniaux du pays. L’objectif de la présente note est d’analyser les mauvaises pratiques du tourisme urbain de quatre sites patrimoniaux haïtiens situés dans quatre villes différentes : Cap-Haïtien, Jacmel, Port-au-Prince et Milot. Ce travail vise également à ouvrir la réflexion sur le tourisme urbain en Haïti qui est crucial pour une revitalisation du pays après la crise sanitaire de 2019.

2. Le contexte de l’étude

12L’évolution des arrivées de touristes internationaux fluctue en fonction de la situation politique du pays, des turbulences sociales et économiques, des catastrophes écologiques (Trevelyan, 2013).

Graphique 1. Flux touristiques d’Haïti de 1950 à 2019.

Graphique 1. Flux touristiques d’Haïti de 1950 à 2019.

Source : Élaborée par auteurs avec les données : CTO, 2015 ; UNWTO, 2016, World Bank, 2020.

13Le flux d’arrivées de touristes a connu une croissance entre 1950 et 1986 puis une diminution de 1987 à 2006 (cf. graphique1). Le pays accueillait 239 200 touristes internationaux en 1987 contre 107 683 en 2006. Le résultat le plus faible, 96 439 touristes, est enregistré en 2004. Sous la dictature Jean-François Duvalier, entre 1957 et 1971, le tourisme international décline face à l’instabilité politique et aux interventions de forces armées étrangères. Plus tard, de 1971 à 1986, sous la dictature de Jean-Claude Duvalier, des investissements sont engagés pour consolider le secteur touristique dans le pays. Cela s’est traduit notamment par la construction de la route reliant Port-au-Prince à Jacmel en 1976, avec la construction de l’hôtel international La Jacmélienne, puis l’ouverture d’un Club Méditerranée, en 1981, sur la côte des Arcadins (Séraphin, 2014).

14Entre 2006 et 2010, le pays fait face à des évènements naturels majeurs qui ont des incidences directes sur l’activité touristique, tels les ouragans de 2008 et le tremblement de terre de 2010, sans oublier les tensions intérieures avec les émeutes de 2004 par exemple. Des sites patrimoniaux urbains majeurs ont été détruits tels que la cathédrale Notre-Dame de l’Assomption de Port-au-Prince (photographie 1) et d’autres endommagés. Les arrivées de touristes en 2009 (387 000 personnes) ont montré qu’Haïti avait quelques ressources intéressantes, mais l’année 2010 voit le volume des visiteurs retomber à 254 000. L’impact du tremblement de terre de 2010 a déstabilisé lourdement le pays. Selon l’étude de Dupont (2009), Haïti comptait 1 758 chambres d’hôtel en 2005 et, avant le tremblement de terre du 12 janvier 2010, environ 2 000 chambres d’hôtel. À la suite du tremblement de terre, il ne restait que 40 % de l’hôtellerie du pays.

15Dans les années qui suivirent le séisme, une croissance continue du nombre de touristes dans le pays s’observe. Entre 2011 et 2016, le gouvernement a mis en œuvre des politiques et des actions pour encourager le tourisme. Le nombre de touristes est passé de 254 000 en 2010 à 348 000 en 2011, mais il diminue légèrement en 2012 (334 000 personnes) et enregistre une reprise en 2013 (419 000 touristes) et se poursuit jusqu’en 2015. Entre 2016 et 2018, le nombre d’arrivées régresse de nouveau, cela s’explique par les instabilités politiques, l’insécurité, la multiplication des cas d’enlèvements, sans oublier l’ouragan de 2016 qui a touché durement le sud du territoire. Et en 2019, le pays en a reçu seulement 938 touristes, c’est le pire flux jamais enregistré en Haïti (World Bank, 2021). La crise politique, les violences multiformes sont la cause première de cette chute.

16Haïti est dans une impasse économique, le tourisme est au plus bas. L’image du pays est des plus mauvaises, mais le pays n’en demeure pas moi porteur de ressources singulières et appréciables autour desquelles il conviendrait de repenser une stratégie touristique, notamment autour des sites patrimoniaux et des évènements festifs, en pleine connaissance du contexte haïtien actuel, en jouant sur les potentialités des différents sites.

Figure 1. Haïti, les villes choisies pour l’étude.

Figure 1. Haïti, les villes choisies pour l’étude.

Source : données cartographiques MINUSTAH, 2017. Réalisateur : auteur, 2020.

17En 2011, l’ISPAN a répertorié 200 sites historiques à hautes valeurs culturelles d’Haïti, sans distinction entre les milieux urbains et ruraux. Les patrimoines urbains sont peu valorisés et la gestion des biens classés est assez mauvaise. Séraphin (2018) souligne les enjeux autour des visiteurs urbains qui se déplacent de plus en plus pour observer ou consommer dans les villes d’importances historiques. Mais les enjeux autour des possibilités du développement du tourisme en milieu urbain sont peu pris en considération.

3. Dynamique des pratiques touristiques en milieu urbain en Haïti

18Pour étudier les sites patrimoniaux urbains à Haïti, il importe de prendre en compte la question de la dynamique du secteur dans les grandes villes du pays. Les touristes sont exigeants et investissent des lieux qui correspondent à leurs intérêts, des lieux qui attirent leur attention par des monuments remarquables, la valeur d’un patrimoine, la richesse d’une culture.

3.1. Les espaces concernés

19Les principaux sites patrimoniaux sélectionnés dans les espaces urbains d’Haïti pour l’étude sont représentés dans une architecture qui est elle-même perçue comme une conception de la nature et de l’histoire locale. Selon l’Organisation des États américains, « les monuments d’intérêt archéologique, historique et artistique constituent également des ressources économiques au même titre que les richesses naturelles du pays. Par conséquent, les mesures conduisant à leur préservation et à leur bon usage ne sont pas seulement liées aux plans de développement, mais en font ou devraient en faire partie » (OEA, 1967, p. 109). Dans le cas d’Haïti et les quatre villes étudiées, les problèmes des sites patrimoniaux sont spécifiques, ils doivent être analysés en dans chaque contexte, prenant en compte les dimensions géographiques, économiques, sociales et politiques de chaque centre urbain. Nous lançons ici le débat sur les pratiques touristiques urbaines de quatre sites du patrimoine culturel d’Haïti qui ouvre la réflexion sur les modalités de valorisation et de réorganisation de ces espaces. Les sites sélectionnés reçoivent des visites non seulement de la communauté locale, mais également du tourisme régional, national et international.

3.2. Le Parc national historique Citadelle, Sans Souci, Ramiers

20Le Parc national historique – Citadelle, Sans Souci, Ramiers (PNH-CSSR), créé en 1968, a été reconnu en 1986 au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Le Parc occupe une superficie de 25 km2 et se compose de trois bâtiments : Citadelle La Ferrière, les ruines du Palais Sans Souci et le Complexe des Ramiers. C’est un symbole universel de liberté, il contient les premières structures construites par les esclaves noirs qui ont conquis leur indépendance en 1804 (UNESCO, 2020a). Il est situé en marge de la ville de Milot. L’existence du Parc en particulier la Citadelle Laferrière (photographie 1c) remonte au début du XIXe siècle, époque où la République proclama son indépendance (UNESCO, 2018).

Photographie 1. Parc national historique – Citadelle La Ferrière, Sans Souci, Ramiers (PNH-CSSR).

Photographie 1. Parc national historique – Citadelle La Ferrière, Sans Souci, Ramiers (PNH-CSSR).

a - La Chapelle Royale de Milot.

b - Le Palais de Sans-Souci.

c - La Citadelle La Ferrière.

Source : ministère du Tourisme, Haïti, 2014 ; ISPAN, 2017. Consulté en ligne 20 novembre 2020.

21À l’origine, la Citadelle La Ferrière a été conçue comme un point d’observation et de défense pour éviter les attaques potentielles des Français. Elle a été construite sur une période de quinze ans, avec l’aide de 20 000 travailleurs. Le splendide paysage naturel des sommets de montagne de Milot couverts d’une végétation luxuriante a conservé ses caractéristiques d’origine. L’ISPAN, organisme spécialisé de l’État d’Haïti créé en 1979, est responsable de son administration depuis 2014 ; l’ISPAN a constitué une structure de gestion intérimaire dont la mission principale est d’élaborer le plan de gestion du Parc national historique – Citadelle, Sans Souci, Ramiers (PNH-CSSR) et la structure définitive de sa gestion.

22Bien que le PNH-CSSR soit reconnu dans le monde entier, le site connait de graves problèmes. Une infiltration importante d’eau de pluie menace la stabilité précaire des ruines, en particulier au niveau des fondations. La déforestation menace également la zone confrontée à la progression de l’agriculture de subsistance, l’absence de gestion centrale et l’urbanisation rapide de la ville de Milot et de Dondon qui bordent ses limites. La sécurité des installations n’est assurée par aucune police régulière.

23Malheureusement, il n’y a pas de données disponibles sur l’attraction touristique et les équipements du site. Les infrastructures et les informations touristiques sont suffisantes pour accueillir les visiteurs et les structures ne sont pas régulièrement entretenues (WMW, 2012). En avril 2020, un incendie a eu lieu dans la Chapelle royale de Milot (photographie 1a), qui est également classée patrimoine mondial à l’intérieur du Parc. Cette catastrophe patrimoniale a suscité l’indignation générale des citoyens haïtiens et des représentants du secteur privé, des institutions socioprofessionnelles et universitaires qui ont publié une lettre ouverte (ONU-Habitat, 2012a). Pour une bonne pratique touristique de la PNH-CSSR au centre urbain de Milot, il est urgent de réaliser un inventaire et d’évaluer le potentiel de ressources non encore reconnues pour le tourisme. Techniquement, l’une des solutions est la création d’un système intégré de gestion du tourisme, pour faciliter la maintenance de l’inventaire touristique et normaliser l’insertion des données sur les sites patrimoniaux, en vue de soutenir les processus opérationnels et décisionnels du secteur.

24Nombreux projets de restructuration visant à valoriser le Parc, ont vu le jour dans la ville de Milot par des institutions locales et internationales, mais la ville n’est pas en capacité d’accueillir une activité touristique significative. Selon Vicent (2016), le tourisme à Milot c’est une opportunité et un danger. Le centre urbain de Milot présente bien des obstacles au tourisme tels le manque d’électricité, l’insécurité et l’absence de signalétique touristique. La déficience des services essentiels est un problème récurrent, chaque année, lors des évènements majeurs tels que la fête de la Citadelle, la fête de Milot, les fêtes de Pâques et lors des vacances.

25En 2017, Historic Haïti a recensé plus de 22 hôtels et 570 chambres aux standards internationaux répartis sur deux départements : le Nord et le Nord’est. Milot (département du Nord) n’a qu’un seul hôtel de 8 chambres (Historic Haïti, 2017). En l’état, l’attraction touristique est fragilisée et les retombées économiques du moment sont loin d’être garanties. L’hébergement est un élément nécessaire au développement du tourisme, la qualité et l’étendue de l’hébergement disponible reflètent et influencent le type de visiteurs d’un lieu. La ville de Milot a besoin d’une planification complète qui intègre le tourisme. L’accessibilité et la circulation sont essentielles, tant à l’échelle de la ville que dans les services de transport entre Milot, Cap-Haïtien et Ouanaminthe. Les problèmes structurels ne peuvent se résoudre sans l’implication des Milotiens et des Milotiennes. Dans un contexte national qui voit la ville de Port-au-Prince plonger de plus en plus profondément dans la violence, avec le trafic de drogue, l’enlèvement, des manifestations, les autres villes du pays, plus tranquilles, sont privilégiées par les visiteurs tant nationaux qu’internationaux.

3.3. La cathédrale Notre-Dame de l’Assomption du Cap-Haïtien

26La cathédrale Notre-Dame de l’Assomption du Cap-Haïtien (photographie 2) est située au centre de la capitale historique d’Haïti (Cap-Haïtien). C’est la deuxième ville du pays, située sur la Côte-Nord. La ville est une ancienne propriété des grands planteurs blancs, des esclaves et des soldats de l’armée de Toussaint Louverture. Elle conserve encore sa structure ancestrale, avec des maisons coloniales, des monuments historiques, dont certains d’entre eux, sont inscrits sur la liste du patrimoine de l’UNESCO. La cathédrale est située sur la Place d’Armes du centre de la ville, c’est un patrimoine historique national d’architecture religieuse. La cathédrale a été construite en 1670, mais elle a été sérieusement endommagée lors d’un tremblement de terre en 1842. Son apparence actuelle est donc principalement due aux changements majeurs qui ont été apportés en 1941 et 1942 (ISPAN, 2017). Une des principales activités touristiques de la cathédrale est la Fête Notre-Dame (le 15 aout), elle est célébrée également dans plusieurs autres villes et localités du pays. Cette fête est l’occasion de festivités qui attirent les résidents et les touristes locaux et internationaux (Clément, 2013).

Photographie 2. Cathédrale Notre-Dame de l’Assomption, Cap-Haïtien

Photographie 2. Cathédrale Notre-Dame de l’Assomption, Cap-Haïtien

Source : ISPAN, 2017.

27Malgré la structure architecturale magistrale de la ville (photographie 3), des problèmes spécifiques limitent le développement touristique patrimonial à Cap-Haïtien. Outre les obstacles liés à la mauvaise construction des logements dans certains quartiers, il existe d’autres indicateurs comme le manque d’infrastructures touristiques et l’insalubrité. Les fatras dans les canaux de drainage ou tout simplement déposés sur les trottoirs engendrent la pollution du milieu naturel et contribuent à augmenter le risque d’inondation dans la ville. Comme le souligne ONU-Habitat, « les indicateurs en matière de services d’assainissement sont très médiocres. Dans les quartiers précaires du Cap-Haïtien, les équipements sont inexistants et les populations font généralement leurs besoins à l’air libre. Dans d’autres cas, ces équipements sont mal construits, sans système de ventilation et d’évacuation des effluents. Par ailleurs, la vétusté et l’insuffisance des infrastructures de drainage rendent difficile l’écoulement des eaux usées et des excrétas. La situation sanitaire très insatisfaisante crée un environnement malsain et insalubre (ONU-HABITAT, 2012b : 8).

28Les trous dans les routes, les détritus dans tous les coins à l’entrée et même au centre de la ville sont des exemples de la façon dont le manque d’entretien et la mauvaise gestion des déchets affectent l’image de l’agglomération de Cap-Haïtien. Ce sont les principales plaintes non seulement des touristes, mais aussi des habitants qui souhaiteraient profiter des sites touristiques de la ville.

Photographie 3. Points touristiques de la ville du Cap-Haïtien, s.d.

Photographie 3. Points touristiques de la ville du Cap-Haïtien, s.d.

Source : Photo de Laurent Quevilly, 2018.

29Comme dans toutes les autres villes du pays, les données ressources touristiques sur Cap-Haïtien sont indisponibles. Ces défaillances sont révélatrices d’un état des lieux critique. Sur le plan des hébergements, la ville recense 28 hôtels de standard international (Historic Haïti, 2017). Ici également, l’insécurité pose de sérieux problèmes, la promiscuité est lourde ans certains quartiers situés à l’entrée de la ville (tels Laforsette, Barrière Bouteille), le chômage y est généralisé et la pauvreté extrême ; et la présence policière très limitée (ONU-Habitat, 2012b). Ces éléments participent à la dévalorisation de l’intérêt patrimonial du centre urbain Cap-Haïtien alors que les sites patrimoniaux pourraient être un des leviers du développement de la ville à travers des politiques de conservation.

30Repenser la ville du Cap-Haïtien pour mieux l’adapter au tourisme, tout en conservant et valorisant les sites patrimoniaux, demande un processus extensif comme dit Greffe (2000). Les plans stratégiques en matière de tourisme en Haïti restent une question complexe. Le secteur n’est pas encore complètement structuré dans les villes du territoire national et cela complique la réalisation de nouveaux programmes.

3.4. Cathédrale Notre-Dame de l’Assomption de Port-au-Prince

31La Cathédrale Notre-Dame de l’Assomption (photographie 4), située dans la capitale Port-au-Prince, fut construite entre 1884 et 1914, et inaugurée le 13 décembre 1928. Elle est devenue la cathédrale de l’Archidiocèse catholique Romain de Port-au-Prince. Le dôme de la tour nord de la construction remplissait la fonction de phare, guidant les bateaux vers le port de la ville. Cependant, la cathédrale a été partiellement détruite lors du tremblement de terre du 12 janvier 2010. Son toit et ses tours latérales se sont effondrés, mais les parties inférieures des murs sont restées debout. Dix ans après sa destruction, la cathédrale Notre-Dame de l’Assomption (photographie 4) est toujours en ruine. Avant le tremblement de terre de 2010, Port-au-Prince était plus ou moins structuré pour recevoir un grand volume de touristes avec une capacité de plus de 392 chambres d’hôtel. Après le séisme, 230 chambres ont été détruites et le centre de la capitale a été sévèrement touché (MT, 2010).

Photographie 4. La cathédrale Notre-Dame de l’Assomption, Port-au-Prince

Photographie 4. La cathédrale Notre-Dame de l’Assomption, Port-au-Prince

Source : Wiener, 2019.

  • 2 Haïti en Marche. (2020). « Kidnappings à la chaine L’Etat en fuite » ; URL : < https://ufdcimages.uflib.ufl.edu/UF/00/09/88/09/00909/02-12-2020.pdf>

32Dans la capitale, plusieurs problèmes de base nuisent au tourisme, entre autres : transport inadéquat, mauvaise gestion d’infrastructures, insalubrité. Une seule visite dans l’agglomération de Port-au-Prince est suffisante pour voir la mauvaise gestion des déchets de toutes sortes dans l’ensemble des quartiers. En effet, la plupart des rues de Port-au-Prince affichent un spectacle contrariant marqué par des tas de détritus et un cadre de vie impropre2. Exentus insiste sur ces problèmes d’hygiène des quartiers précaires de la région de Port-au-Prince avec « les conséquences tant sur la santé des habitants que sur 1' environnement. Ils participent à la pollution du milieu de vie. De ce fait, le cadre de vie se dégrade et contribue à rendre la population plus vulnérable aux risques sanitaires » (Exentus, 2019 : 35).

  • 3 Idem

33L’insécurité publique, depuis trois décennies, devient la plus grande ennemie autant pour les visiteurs locaux que les visiteurs internationaux. La fréquentation des sites patrimoniaux de la ville n’est pas connue. Cependant, en l’état actuel, les voyageurs craignent de se déplacer dans la Port-au-Prince et bien souvent il faut emprunter des routes de certains quartiers dangereux pour arriver sur les lieux patrimoniaux. La sécurité publique dans la ville est devenue une énigme. Ce marché symbolique de l’insécurité évolue sur un agenda quotidien dans une Haïti où les données statistiques sur l’expansion de la criminalité de l’enlèvement ne cessent de croitre (Joseph, 2020 ; Dehoorne et Paul, 2020). Les chiffres de certains rapports traitent systématiquement des cas de violences graves, de séquestrations de toutes classes sociales, tous les jours3. Dans cette conjoncture lamentable, la circulation des personnes à l’intérieur du pays se réduit. L’image du pays se dégrade et se réduit au stéréotype d’un endroit dangereux (PNUD, 2020).

34Des gangs s’installent non seulement aux entrées sud et nord de Port-au-Prince, mais ils s’étendent aussi sur presque tout le pays qui recense plus d’une soixantaine de gangs criminels (Étienne, 2020). La police est souvent impuissante lors des cas d’affrontement, notamment à Port-au-Prince. Ainsi, le Département d’État américain a attiré l’attention de ses citoyens sur le danger d’une visite dans ce pays et place Haïti comme zone rouge à visiter. La France et le Canada ont également lancé le même avertissement à leurs ressortissants.

35La sécurité, les infrastructures, l’assainissement, les itinéraires touristiques alternatifs sont autant de dimensions incontournables pour la ville de Port-au-Prince.

3.5. Le centre historique de la ville de Jacmel

36Le centre historique de la ville de Jacmel (photographie 5) est inscrit sur la liste provisoire du patrimoine mondial. L’inventaire a été réalisé avec le soutien du ministère de la Culture et de la Communication (MCC), de l’Agence espagnole de coopération internationale pour le développement (AECID), de l’UNESCO et du ministère français de la Culture sur une période de deux ans (2013 à 2015).

Photographie 5. Le centre historique de la ville de Jacmel.

Photographie 5. Le centre historique de la ville de Jacmel.

Source : ISPAN, 2017. Consulté en ligne 20 novembre 2020.

37La ville de Jacmel possède un riche patrimoine qui se distingue par une architecture originale. La ville est une référence dans la mise en scène des carnavals, de l’artisanat (ISPAN, 2017). Les ressources locales présentent un potentiel intéressant pour soutenir l’activité touristique locale qui a été promue dès les années 1970. Selon Villedrouin (2014), le centre historique de Jacmel, qui fait partie du plan de développement de la ville, fait actuellement l’objet de plus de 20 millions de dollars d’investissements de la part du gouvernement haïtien devenir l’une des principales destinations touristiques des Caraïbes. À ce stade, aucune donnée n’est disponible sur les flux touristiques dans la ville de Jacmel.

38Jacmel, à la différence des autres villes présentées, est plus ou moins accessible en matière de transport. Les infrastructures routières permettent une bonne circulation des touristes dans le centre urbain de Jacmel. Cependant, la ville est également confrontée à l’érosion des sols et aux inondations. Durant ces vingt dernières années, les gouvernements ont multiplié leur effort pour planifier la ville de Jacmel pour le tourisme, mais il reste beaucoup à réaliser pour atteindre cet objectif. Les services à l’aéroport sont irréguliers (limites des pistes, faible équipement, manque de personnels…). Les insuffisances concernent aussi l’éclairage et le nettoyage publics, les transports publics ou privés, l’accès à l’eau courante (Thermil, 1998).

4. Les questions de l’accessibilité et des déplacements

  • 4 Ambassade d’Haïti à Washington
  • 5 Baker, M. (2020). « Functioning Airports in Haiti » ; URL : <https://traveltips.usatoday.com/functioning-airports-haiti-104968.html/>.

39L’entrée en Haïti est simple pour la plupart des touristes, seuls les ressortissants de neuf pays : République dominicaine, Panama, Colombie, Cuba, Syrie, Libye, l’Iran, Vietnam et du Yémen doivent payer une taxe de 25 dollars américains pour séjourner en Haïti pendant trois mois maximas4. Les principales portes d’entrée en Haïti sont, par voie aérienne, les deux aéroports internationaux (Cap-Haïtien et Port-au-Prince), et par voie terrestre, la frontière avec la République dominicaine. Haïti compte six aéroports principaux, dont deux internationaux (figure 2). L’aéroport international Toussaint Louverture (PAP) situé dans la capitale, Port-au-Prince, est le plus fréquenté du pays. Il propose des vols internationaux directs vers la France, les États-Unis, le Canada, le Panama, les Bahamas et certaines destinations des petites et grandes Antilles. L’aéroport international du Cap-Haïtien (CAP) est le deuxième plus grand aéroport d’Haïti, avec des vols internationaux directs vers les Bahamas, Cuba, la République dominicaine, les îles Turques-et-Caïques et la Floride5. Le plan touristique présenté sur la figure 2 fut élaboré par le gouvernement en 2010 dans la perspective de donner à Haïti une autre image.

Figure 2. Le plan touristique d’Haïti en 2010

Figure 2. Le plan touristique d’Haïti en 2010

Source : République d’Haïti, 2010.

  • 6 Dray, T. (2018). « Different Ways to Travel to Haiti » ; URL : <https://traveltips.usatoday.com/different-ways-travel-haiti-103653.html/>.
  • 7 Caribe Tours. (2020). « Listado de precios por rutas » ; URL : <https://www.caribetours.com.do/viajes/>.

40Malgré la présence de ces aéroports internationaux, de nombreux touristes préfèrent atterrir en République dominicaine où l’infrastructure touristique est plus développée avec davantage de possibilités de vols directs vers ses huit aéroports internationaux avec des tarifs plus économiques6. Au départ de Saint-Domingue, il existe quelques possibilités de transport pour rejoindre Haïti par voie terrestre, comme les bus de la compagnie Caribe Tours qui partent le matin7. Des minibus de 12 à 17 places, communément appelées guaguas, constituent une solution de transport alternative et moins couteuse entre les deux pays.

  • 8 Haïti Libre. (2020). « 17,271 border crossings between Haiti and the DR recorded in 8 days » ; URL (...)
  • 9 Royal Caribbean International. (2020). 8 hours in Labadee ; URL : <https://www.royalcaribbean.com/blog/8-hours-in-labadee/>.

41Il y a environ 50 points de passage de la frontière entre Haïti et la République dominicaine, mais seuls quatre sont officiels (Ouanaminthe, Belladére, Malpasse et Anse à Pitre)8. Il est également possible de visiter Haïti par la mer, mais c’est plus difficile, car il n’existe pas de liaisons régulières transportant des passagers entre le pays et les autres îles des Caraïbes. Les croisières Royal Caribbean et Celebrity Cruises font une seule escale à Labadee, dans le nord, où elles sont amarrées pendant huit heures9. Cependant, comme il s’agit d’une destination privée, exclusive et fermée où les croisiéristes n’ont pas la possibilité de visiter d’autres sites. D’ailleurs, la plupart de ces croisiéristes internationaux ignorent être sur le territoire haïtien lors de cette escale (Bazelais et al., 2021).

  • 10 Ryco, J. M. (2015). « Les tap-tap : analyse de leur fonctionnement, de leur mise en service à aujou (...)

42Il est recommandé aux touristes de planifier leur voyage pour arriver en Haïti pendant la journée, car certaines régions peuvent être dangereuses à la tombée de la nuit. Une fois en Haïti, le touriste peut se déplacer dans le pays de différentes manières : les voitures de location, les chauffeurs privés, les minibus et les tap-taps. La location de voiture peut se faire dans des agences courantes comme Hertz et Avis, mais la mauvaise signalisation peut rendre difficile la circulation sur les routes haïtiennes. Il est donc plus confortable d’engager un chauffeur ; doté de son propre véhicule et connaissant bien les itinéraires touristiques. Plus onéreux, ces moyens de transport privés sont plus confortables et plus sûrs. À l’inverse, les options les plus économiques et les plus populaires sont les minibus et les tap-taps. Pour les voyages sur de longues distances, les minibus sont plus recommandés, car ils sont plus confortables que les tap-taps. Il s’agit d’une sorte de taxi partagé, décoré en couleurs vives et de phrases religieuses. En général, les tap-taps exploitent des lignes préétablies, mais sans horaires fixes. La capacité de ces véhicules est de 14 passagers10. La création de lignes de bus officielles, à l’échelle du pays, reliant les grandes villes seraient bénéfiques dans pour soutenir le tourisme que pour les déplacements de nombre d’Haïtiens.

5. Repenser les villes patrimoniales à Haïti

43Les touristes urbains cherchent des attractions extrêmement diverses dans les villes, de belles vues, de belles routes touristiques, la sécurité, des transports adéquats, une signalisation et des guides touristiques. Les centres urbains du Cap-Haïtien, de Milot, de Port-au-Prince et de Jacmel ont besoin d’une planification stratégique du tourisme pour augmenter les flux de visiteurs au profit de la conservation et de la valorisation des sites patrimoniaux. Cela peut commencer par l’identification des motifs qui amènent les gens à pratiquer le tourisme dans les villes : les facilités d’accès, l’accès sur les sites touristiques, les facilités de se déplacer entre les attractions, la variété d’attractions (plusieurs options dans la ville), les possibilités d’hébergement et de restaurant avec des hôtels, des restaurants et des bars pour tous les gouts et pour tous les budgets, en toute sécurité – le touriste ne doit pas s’inquiéter, se sentier stressé, craindre un évènement inattendu.

44Les monuments et les lieux spéciaux conservent la mémoire du passé et racontent un peu de l’histoire du lieu. Le gouvernement et les autorités des villes sont responsables de la réglementation, de la fourniture des infrastructures adéquates et de la définition des périmètres privilégiés où l’activité peut être organisée de manière responsable dans les centres urbains en Haïti. Pour cela, il faut s’entendre sur une nouvelle politique publique du tourisme. Il s’agit de se donner une direction commune, de construire un consensus sur les stratégies et objectifs de ce développement.

45Établir un plan touristique en Haïti est simple, mais en atteindre les objectifs est plus compliqué. Ce nouveau plan doit construire de manière participative en intégrant la vision des différents acteurs liés au tourisme et en cherchant à établir un ensemble intégré d’actions qui contribuent effectivement au développement et à l’amélioration des produits et services touristiques. Les populations des villes ont leur mot à dire, elles méritent d’être mieux éduquées et informées sur le processus des stratégies et sur l’importance du développement du secteur touristique des villes. On peut justement amplifier les débats dans les écoles et les universités dans la presse et on peut également organiser des congrès, des workshops et financer des travaux scientifiques sur le sujet.

46Il est vrai que les villes haïtiennes ont des problèmes plus profonds (insalubrité et insécurité) que ceux directement liés au tourisme comme dans les cas de Port-au-Prince et de Cap-Haïtien. Autrement dit, après l’achèvement des stratégies, il faut définir les pôles urgents et les problèmes gravent des villes. Le développement du tourisme urbain peut causer des complexités spécifiques, notamment autour de la valorisation des sites patrimoniaux, avec l’expansion des hôtels, la congestion des trafics et l’utilisation exagérée des monuments. De ce fait, le plan stratégique du tourisme urbain peut-être élaboré comme une partie intégrante du plan d’urbanisme global ou comme un plan de revitalisation de certains quartiers urbains. De cette manière, le tourisme s’intègrera dans le tissu urbain, et les problèmes de désaccords liés à l’utilisation des terres pourraient être minimisés (Mansfeld et Pizam, 2006).

Conclusion

47Dans les villes d’Haïti, le tourisme souffre de nombreux problèmes, loin d’être seulement des complexités de structuration. L’insalubrité et l’insécurité sont de grands défis que les décideurs doivent relever pour réinventer le secteur. Il est clair que le développement du tourisme peut être bénéfique pour l’économie des villes. Mais le tourisme urbain à Haïti n’est pas encore là, des changements de base dans l’ordre territorial des villes sont nécessaires avant même de penser à l’intérêt des apports économiques potentiels.

48Le scénario d’évolution du secteur pour Haïti peut être assez incertain dans les prochaines années. Les entreprises opérant dans les villes devraient connaitre une reprise encore très lente si rien n’est fait pour donner aux touristes un sentiment de calme et de tranquillité, prenant en compte les impératifs en matière de sécurité et de santé. Chaque centre urbain doit avoir son propre plan de directeur et se développer conformément aux lignes directrices établies. Ce plan doit comporter les principaux aspects des itinéraires, par ordre d’importance, et privilégier les descriptions des différents parcours (rues, routes, avenues) que les visiteurs peuvent utiliser. La rénovation urbaine est possible, car elle est en constante évolution. Lorsqu’elle est considérée comme un bien culturel, la ville doit être valorisée pour ses fonctions culturelles tout en répondant aux besoins quotidiens du citoyen. Le potentiel du patrimoine haïtien est indéniable, mais sa valorisation effective, dans le contexte haïtien, dépend grandement d’un processus complexe avec ses dimensions stratégique, social, économique et politique.

Haut de page

Bibliographie

ALBA (2020). « Haïti » ; URL: <https://www.populationdata.net/pays/haiti/>.

Alvarez, M. D. & S. Campo (2011). ‘Controllable versus uncontrollable information sources: effects on the image of Turkey’, International Journal of Tourism Research: 310-23.

Andersson, T. (2007). ‘The Tourist in the Experience Economy’, Scandinavian Journal of Hospitality and Tourism: 46-58.

Banque mondiale (2002). Rapport sur le développement dans le monde. Combattre la pauvreté, Washington, Banque mondiale.

Bazelais, D., O. Dehoorne et P. Saffache (2021). « Le tourisme de croisière en Haïti : de la destination escale à la bulle sécurisée », Etudes Caribéennes, 48 ; URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/22153

Bernie-Boissard, C. (2008). Des mots qui font la ville, Paris, La Dispute.

Clément, H. (2013). « Tourisme Haïti – Cap-Haïtien : une encyclopédie historique » ; URL : <https://www.ledevoir.com/vivre/voyage/385633/cap-haitien-une-encyclopedie-historique/>.

Coëffe, V. (2010). « Le tourisme, fabrique d’urbanité », Mondes du tourisme : 7‑69.

Dehoorne, O. et B. Paul (2020). « Fenêtre ouverte sur la recherche haïtienne », Études caribéennes, 45-46 ; URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/19113 

Doura F. (2001). Économie d’Haïti. Dépendance, crises et développement, Tome 2, Montréal, Les Éditions DAMI

Dufour, V. (2011). Haïti : un grand défi pour la coopération internationale et le développement durable, Centre universitaire de formation en environnement, Université de Sherbrooke. Québec, Canada.

Dupont, L. (2009). « Cointégration et causalité entre développement touristique, croissance économique et réduction de la pauvreté : cas de Haïti », Études caribéennes, 13-14 ; http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/3780.

Étienne, W. (2020). Haïti face à la gestion de la pandémie du COVID-19: contraintes, stratégies et conséquences, Mémoire de Master, Liège Université, URL : https://matheo.uliege.be/bitstream/2268.2/10052/4/s196746Etienne2020.pd, 79 p.

Exentus, R. (2019). Représentation des bidonvilles dans les médias haïtiens de 2001-2016: étude de cas de la zone métropolitaine de Port-au-Prince, Dissertation de maitrise en Études urbaines, Montréal, Université du Québec.

Fagnoni, E. et L. Buccianti-Barakat (2006). « Le tourisme-loisirs permet-il une réécriture de la ville ? Beyrouth, une ville symbole d’une époque’, Territory in movement Journal of geography and planning: 42-59.

FPH-Haïti. (2014). « Étude d’Adéquation Formation/Emploi du secteur touristique » ; URL : <http://formation-professionnellehaiti.blogspot.com.br/p/blog-page_29.html>.

Gravari-Barbas M. et E. Fagnoni  (dir.) (2013). Métropolisation et Tourisme. Comment le Tourisme redessine Paris, Paris, Belin, coll. Mappemonde.

Greffe, X. (2000). « Le patrimoine comme ressource de la ville », Les Annales de la recherche urbaine, Centre de Recherche d’Urbanisme : 29-38.

Hai, A. & A.R. Chick (2011). ‘Political stability: country image for tourism industry in Bangladesh’, Proceedings of the International Conference on Social Science, Economics and Art 2011, Putrajaya, ISC: 58–65.

Henry, M. & P. Higate (2009). Insecure Spaces: Peacekeeping, power and performance in Haiti, Kosovo and Liberia, Londres, Zed Books Ltd.

Historic Haiti. (2017). Share our heritage, Cap-Haïtien.

Holbrook, M.B. & E. C. Hirschman (1982). ‘The experiential aspects of consumption: Consumer fantasies, feelings, and fun’, Journal of Consumer Research: 132-140.

Institut de Sauvegarde du Patrimoine national (2017). Inventaire scientifique du centre-ville historique de Jacmel ; URL : <https://ispan.gouv.ht/?p=205/>.

Jabouin, E. (2020). « La crise contemporaine haïtienne : entre manœuvres politiques et corruptions », Études caribéennes, 45-46 ; URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/18916

Joseph, R.T. (2020). « Plus de 170 ministres et autres chiffres effarants de la dernière décennie », AyiboPosthttps://ayibopost.com/plus-de-170-ministres-et-autres-chiffres-effarants-de-la-derniere-decennie/

KNOEMA Haïti. (2017). Haïti – Produit intérieur brut ; URL : <http://pt.knoema.com/search?query=Haiti&pageIndex=&scope=&term=&correct=&source=Header>. 

La formation professionnelle hôtelière (FPH-Haïti). (2014). Étude d’Adéquation Formation/Emploi du secteur touristique ; URL : <http://formation-professionnelle-haiti.blogspot.com/p/blog-page.html>.

Lahav, T.M.Y. & E. Avraham (2013). “Factors inducing national media coverage for tourism in rural versus urban areas: the role of public relations”, Journal of Travel & Tourism Marketing: 291–307.

Laurent, Q. (2018). « Les rues du Cap-Haïtien » ; URL : <https://villeducaphaitien.com/art-et-culture/architecture/40-architecture/69-les-rues-du-cap-haitien>.

Logan, W. S. (2007). ‘Closing Pandora’s Box: Human Rights Conundrums in Cultural Heritage’, In Silverman, H. & Ruggles, D. F. (eds.), Cultural heritage and human rights. New York, Springer.

Lussault, M. (2007). « Le tourisme, un genre commun », dans P. Duhamel et R. Knafou (dir.), Mondes urbains du tourisme, Paris, Belin, coll. « Mappemonde ».

Mansfeld, Y. & A. Pizam (2006). Tourism, Security and Safety, Abongdon, Taylor & Francis.

Ministère du Tourisme Haïti. (2014). Photos ; URL : <https://www.tourisme.gouv.ht/pages/home/index.php/,>.

Montas, R. (1995). « Évolution de l’économie haïtienne 1980-1994 », Port-au-Prince, GHRAP, Mars.

Organisation des états américains (OEA). (1967). “Normes de Quito, In IPHAN”, Cartas Patrimoniais, 3ª Éd. Ver. Rio de Janeiro : IPHAN, 2004 :105-122.

Organisation des nations unies (ONU) Habitat. (2012 b). Haïti : Profil Urbain du Cap-Haïtien, Nairobi, UNON ; URL : <https://unhabitat.org/sites/default/files/2014/09/Haiti-Cap-Haitien.pdf>.

Organisation des nations unies (ONU) Habitat. (2012a). Haïti : Profil Urbain de Milot, Nairobi, UNON ; URL : <https://mirror.unhabitat.org/pmss/ (X (1)S (1vlunwufs024tn33yfujkss2))/getElectronicVersion.aspx?nr=3428&alt=1>.

Pine II, B.J. & H. G. James (1998). “Welcome to the Experience Economy”, Harvard Business Review, juillet-août; URL: <https://hbr.org/1998/07/welcome-to-the-experience-economy>.

PNUD. (2020). Bureau intégré des Nations unies en Haïti, Rapport du Secrétaire général S/2020/123.

Priskin, J. et J. Sprakel (2008). « CouchSurfing’ : à la recherche d’une expérience touristique authentique », Téoros : 68-71.

Providence, C. (2012). Aménagement touristique et développement territorial en Haïti : un essai de modélisation, Maitrise en Économie du Tourisme, Cayenne, Université des Antilles et de la Guyane, 90 p.

République d’Haïti. (2010). Haïti Demain : Objectifs et stratégies territoriales pour la reconstruction, Comité Interministériel d’Aménagement du Territoire (CIAT).

Ritchie, B.W., H. Dorrell, D. Miller & G. A. Miller (2004). ‘Crisis communication and recovery for the tourism industry’, Journal of Travel and Tourism Marketing: 199–216.

Séraphin, H. (2014). Le tourisme : L’ouverture pour le peuple de Toussaint ?, Paris, Publibook : 146.

Séraphin, H. (2018). ‘The past, present and future of Haiti as a post-colonial, post-conflict and post-disaster destination’, Journal of Tourism Futures: 249–264.

Silva, L. B., & Silva, F. C. (2016). Influência da segurança pública na motivação turística em destinos urbanos e de sol e praia: uma abordagem teórica, Fólio-Revista Científica Digital-Jornalismo, Publicidade e Turismo, 17(1), 83-94.

Sullivan, A. M. (2016). ‘Cultural Heritage & new media: a future for the past’. The John Marshall Review of Intellectual Property Law: 603–646.

Thermil, K. (1998). Future Tourism Developments in Haiti: Jacmel, Haiti, a case study, Tucson, The University of Arizona.

United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization (UNESCO). (2006). Guide à l’attention des collectivités locales africaines : Patrimoine culturel et développement local, Grenoble, UNESCO, URL : <https://whc.unesco.org/fr/actualites/287>.

United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization (UNESCO). (2018). Parc national historique – Citadelle, Sans Souci, Ramiers ; URL : <http://whc.unesco.org/fr/decisions/7268>.

United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization (UNESCO). (2020a). Liste du patrimoine mondial ; URL : <https://whc.unesco.org/fr/list/>.

United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization (UNESCO). (2020b). Notre patrimoine mondial ; URL : <https://whc.unesco.org/fr/apropos/>.

Vicent, M. D. (2016). Caractérisation de 15 exploitations agricoles de la commune de Milot, cas de la première section « Perches – de – Bonnet » au cours de l’année 2015, Limbé, Université Chrétienne du Nord d’Haïti.

Villedrouin, S.B. (2014). Tourism Development Projects: Caribbean Coast, Port-au-Prince, Ministry of Tourism.

Wiener, J. (2019). The Other Ruined Cathedral of Notre Dame – in Haïti; URL: <https://www.thenation.com/article/archive/notre-dame-haiti-earthquake-france-fire/>.

World Monuments Watch (WMW). (2012). Palace of Sans Souci; URL: <https://www.wmf.org/project/palace-sans-souci>.

World Tourism Organization (UNWTO). (2016). Faits saillants du tourisme ; URL: <https://mkt.unwto.org>.

Yang, Y., H. Zhang & X. Chen (2020). ‘Coronavirus pandemic and tourism: dynamic stochastic general equilibrium modelling of infectious disease outbreaks’, Annals of Tourism Research: 1–6.

Haut de page

Notes

1 Voir L. Trevelyan (2013), “Haiti tries to boost its tourism industry” ; URL : http://www.bbc.co.uk/news/world-latin-america-23035402/ et C. Girault (2010), « Haïti, deux cents ans de malheur » ; URL : <https://www.nouvelobs.com/opinions/20100119.OBS4076/haiti-deux-cents-ans-de-malheurs.html/>.

2 Haïti en Marche. (2020). « Kidnappings à la chaine L’Etat en fuite » ; URL : < https://ufdcimages.uflib.ufl.edu/UF/00/09/88/09/00909/02-12-2020.pdf>

3 Idem

4 Ambassade d’Haïti à Washington

, D.C. (2020). « Visa Entry Requirements for Haiti » ; URL : < https://www.haiti.org/visa-entry-requirements-for-haiti/>.

5 Baker, M. (2020). « Functioning Airports in Haiti » ; URL : <https://traveltips.usatoday.com/functioning-airports-haiti-104968.html/>.

6 Dray, T. (2018). « Different Ways to Travel to Haiti » ; URL : <https://traveltips.usatoday.com/different-ways-travel-haiti-103653.html/>.

7 Caribe Tours. (2020). « Listado de precios por rutas » ; URL : <https://www.caribetours.com.do/viajes/>.

8 Haïti Libre. (2020). « 17,271 border crossings between Haiti and the DR recorded in 8 days » ; URL : <https://www.haitilibre.com/en/news-30838-haiti-social-17-271-border-crossings-between-haiti-and-the-dr-recorded-in-8-days.html/>.

9 Royal Caribbean International. (2020). 8 hours in Labadee ; URL : <https://www.royalcaribbean.com/blog/8-hours-in-labadee/>.

10 Ryco, J. M. (2015). « Les tap-tap : analyse de leur fonctionnement, de leur mise en service à aujourd’hui, réussite ou échec ? » ; URL : <https://lenouvelliste.com/lenouvelliste/article/149445/Les-tap-tap-analyse-de-leur-fonctionnement-de-leur-mise-en-service-a-aujourdhui-reussite-ou-echec/>.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Flux touristiques d’Haïti de 1950 à 2019.
Crédits Source : Élaborée par auteurs avec les données : CTO, 2015 ; UNWTO, 2016, World Bank, 2020.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/20789/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 1. Haïti, les villes choisies pour l’étude.
Crédits Source : données cartographiques MINUSTAH, 2017. Réalisateur : auteur, 2020.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/20789/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Photographie 1. Parc national historique – Citadelle La Ferrière, Sans Souci, Ramiers (PNH-CSSR).
Légende a - La Chapelle Royale de Milot.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/20789/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende b - Le Palais de Sans-Souci.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/20789/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende c - La Citadelle La Ferrière.
Crédits Source : ministère du Tourisme, Haïti, 2014 ; ISPAN, 2017. Consulté en ligne 20 novembre 2020.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/20789/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Photographie 2. Cathédrale Notre-Dame de l’Assomption, Cap-Haïtien
Crédits Source : ISPAN, 2017.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/20789/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Titre Photographie 3. Points touristiques de la ville du Cap-Haïtien, s.d.
Crédits Source : Photo de Laurent Quevilly, 2018.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/20789/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Photographie 4. La cathédrale Notre-Dame de l’Assomption, Port-au-Prince
Crédits Source : Wiener, 2019.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/20789/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Photographie 5. Le centre historique de la ville de Jacmel.
Crédits Source : ISPAN, 2017. Consulté en ligne 20 novembre 2020.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/20789/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 6,3k
Titre Figure 2. Le plan touristique d’Haïti en 2010
Crédits Source : République d’Haïti, 2010.
URL http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/docannexe/image/20789/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Weldy Saint-Fleur, Laís Stefany De Carvalho Falca Lima et Davi Schmidt, « Tourisme urbain et patrimoine haïtien : une réflexion sur les pratiques », Études caribéennes [En ligne], 48 | Avril 2021, mis en ligne le 30 avril 2021, consulté le 25 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/20789 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.20789

Haut de page

Auteurs

Weldy Saint-Fleur

Doctorante en sciences géographiques, Université Laval Québec Canada ; WSAF1@ulaval.ca

Laís Stefany De Carvalho Falca Lima

Doctorante en ethnologie et patrimoine, Université Laval Québec Canada ; LSDEC@ulaval.ca

Davi Schmidt

Master en agroécologie et développement rural, Universidade Federal de São Carlos ; davi.agroeco@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search