Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48Hors-dossierLa Chine dans les Caraïbes : enje...

Hors-dossier

La Chine dans les Caraïbes : enjeux géopolitiques et leviers d’influence

China in the Caribbean: Geopolitical Stakes and Levers of Influence
Fred Constant

Résumés

Le renforcement et la diversification de l’influence chinoise sont aujourd’hui l’une des tendances structurelles de la géopolitique des Caraïbes. Pour en évaluer la portée, cet article se penche sur les enjeux de cette percée spectaculaire de la Chine populaire dans une zone placée sous l’influence séculaire des États-Unis. Il identifie ensuite les leviers de son influence auprès des gouvernements caraïbéens et les ressorts de l’attractivité qu’elle exerce auprès d’eux. Enfin, il examine les conséquences prévisibles de cette présence chinoise pour les pays de la Caraïbe, la puissance américaine et les équilibres géopolitiques de l’ensemble de la zone.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le renforcement et la diversification de la présence chinoise dans les Caraïbes ne semblent pas avoir beaucoup retenu l’attention des spécialistes des relations internationales. C’est pourtant l’une des tendances structurelles qui caractérisent la géopolitique de cette sous-région des Amériques. Longtemps passée inaperçue en raison — peut-être — de la discrétion du processus qui l’a nourrie ces trois dernières décennies, elle appelle aujourd’hui un examen approfondi et une réflexion d’ensemble. Tirant avantage d’un défaut d’attention et d’intérêt de plusieurs administrations américaines, qui a culminé avec celle de Donald Trump (2017-2021) ainsi que d’un désengagement marqué des anciennes puissances coloniales (notamment, le Royaume-Uni et la France), la République populaire de Chine [RPC], sous l’impulsion de Xi Jinping, a considérablement revu ses ambitions et élargi sa palette d’interventions dans cette zone, autrefois limitées à sa volonté d’isoler diplomatiquement Taïwan [République de Chine].

  • 1 Richard L. Bernal, ancien Ambassadeur de la Jamaïque aux États-Unis (1991-2001) et actuel Pro-Vice (...)

2Découlant directement de son nouveau statut de puissance globale (Allison, 2017 ; Cabestan, 2015 ; Donnet, 2020), cette percée spectaculaire de la Chine populaire dans un espace géographique partie intégrante du périmètre de sécurité des États-Unis, s’est déroulée par étapes, sans éclat ni accroc, de manière parfois détournée et souvent dépolitisée, avec une efficacité remarquable dans l’ensemble. En tant que telle, cette émergence chinoise en terre caraïbéenne a donné lieu à quelques études pionnières (Erikson, 2009 ; Dubesset, Quenan et al., 2014 ; Cruse, 2014 ; Bernal, 2011),1 mais elle demeure insuffisamment analysée et documentée, notamment en langue française. Deux facteurs au moins expliquent cette situation : d’une part, beaucoup des travaux disponibles abordent le phénomène globalement, en incluant les Caraïbes dans un ensemble latino-américain indifférencié où il apparaît relativement marginal (Swaine, 2015 ; ECLAC, 2018) ; d’autre part, les rares études qui portent uniquement sur les Caraïbes, privilégient, dans la plupart des cas, un prisme bilatéral aux dépens d’une approche sous-régionale (Dubesset, 2019 ; Quenan, 2019).

  • 2 Il s’agit des pays de la CARICOM (à l’exception de Belize), de la République dominicaine et de Cuba

3Pour éviter ce double écueil, cet article qui se limite aux Caraïbes insulaires et au plateau des Guyanes2, privilégie une approche transversale. Dans ce cadre, il s’ouvre sur une présentation des points d’ancrage de la Chine populaire dans les Caraïbes, y compris dans des pays qui font partie du premier cercle d’allégeance aux États-Unis. Il examine ensuite les enjeux géopolitiques de l’implication croissante de la RPC dans la zone de référence avant d’identifier les leviers d’influence grâce auxquels elle s’y est durablement installée. Dans le même temps, il met à jour les ressorts de l’attractivité de l’offre chinoise auprès des gouvernements caraïbéens. Enfin, il évalue les conséquences prévisibles de cette pénétration chinoise dans le périmètre de sécurité des États-Unis ainsi que son impact dans la guerre d’influence que se livrent les deux plus grandes puissances mondiales, parfois hâtivement qualifiée de « nouvelle guerre froide » (Padgett, 2008 ; Kozloff, 2009 ; MacDonald, 2019).

1. La politique caraïbéenne de la Chine : cartographie de quelques projets emblématiques 

4Au miroir des médias et dans l’opinion publique caraïbéenne, la présence chinoise revêt avant tout aujourd’hui une double dimension sanitaire et économique. Sur le premier point, la pandémie du Covid-19 qui n’épargne pas les pays de la zone, a été l’occasion pour la RPC de déployer un système d’assistance internationale, remarquablement mis en scène grâce à ses points d’appui logistique aux quatre points cardinaux du périmètre caraïbéen. Cette diplomatie du « masque et du vaccin » projetait l’image d’une puissance responsable et solidaire — contrairement aux États-Unis alors empêtrés dans une gestion interne calamiteuse — y compris à l’égard des rares pays — à l’instar d’Haïti — qui continuaient à reconnaître officiellement Taïwan. Sur le deuxième point, la présence chinoise se décline de différentes manières : l’accès à des biens de consommation bon marché, la construction ou la modernisation d’infrastructures aéroportuaires et routières majeures à l’échelle nationale et parfois sous-régionale, des investissements souvent considérables dans le secteur touristique, quelques prises de participation dans le secteur minier et celui des hydrocarbures, mais aussi des placements significatifs dans le offshore Banking. Cette pénétration chinoise est le résultat d’un mélange d’opportunités et d’investissements planifiés, mis en œuvre le plus souvent par des opérateurs chinois d’État ou étroitement contrôlés par l’État, avec parfois le concours d’entreprises caraïbéennes.

1.1. De l’archipel des Bahamas à la Jamaïque

  • 3 Sauf mention contraire, les estimations citées dans ce texte proviennent de la China-Latin America (...)

5Situé au cœur du Commonwealth des Bahamas, à 55 miles à peine du continent états-unien, le port en eau profonde de Grand Bahama, constitue un projet exemplaire sinon illustratif du modus operandi chinois. Le Freeport Container Port a été construit par une société chinoise basée à Hong Kong, sur une période de vingt ans et pour un montant total estimé à 3 milliards de dollars américains3. C’est à ce jour le terminal à conteneur le plus profond des Caraïbes, édifié sur une emprise foncière de 67 hectares, équipé pour traiter simultanément neuf bateaux porte-conteneurs post-Panamax ainsi qu’un bateau super post-Panamax. Édifié à 100 miles du Port de Miami, il gère une part croissante du marché de transbordement de conteneurs pour la côte est des États-Unis et les principales lignes de transport Est/Ouest traversant la zone des Caraïbes à destination de l’Amérique centrale et de l’Amérique du Sud. Cette infrastructure portuaire dispose d’une réserve foncière pour de nouvelles extensions qui pourraient être nécessaires pour absorber le surcoût de trafic maritime lié à l’élargissement du canal de Panama.

6En réponse à une sollicitation des autorités bahaméennes, la RPC a effectué un deuxième investissement colossal dans le premier secteur économique de l’archipel. Estimé à 4,2 milliards de dollars américains, il a été réalisé par Chow Tai Fook Enterprises Limited (CTFEL), un consortium d’opérateurs chinois, basé à Hong Kong. Inauguré en 2019, le Baha Mar Resort and Casino est un complexe touristique, situé sur l’île-capitale de Nassau, composé de trois hôtels internationaux pour un total de 2 300 chambres, une quarantaine de restaurants, le plus grand casino des Caraïbes, un centre de congrès entièrement équipé, un golf de 18 trous et toutes les commodités correspondant aux normes internationales en la matière. Pour s’en tenir à ces deux investissements, on atteint une valeur supérieure à 7 milliards de dollars américains pour un territoire de 1 300 km2 et une population d’à peine 389 000 habitants.

7C’est toutefois la Jamaïque qui était jusque-là un allié exclusif des États-Unis — hormis la période 1972-1980 correspondant aux deux premiers mandats de Michael Manley — qui apparaît aujourd’hui la tête de pont de la RPC dans les Antilles anglophones (Pleasance, 2020). En réalité, les relations bilatérales sino-américaines remontent aux années 70 et avaient été engagées par Michael Manley. Elles n’avaient guère prospéré jusqu’aux années 2 000, mais connaissaient depuis 2012 une progression spectaculaire. La Jamaïque totaliserait aujourd’hui près de dix milliards de dollars américains, d’investissements, de subventions et de prêts bancaires chinois. Aucun autre pays caraïbéen ne l’égalerait. Parmi de nombreux projets soutenus par la Chine populaire (hôpitaux, écoles, ponts, routes secondaires et tertiaires), deux se détachent nettement en raison de leur valeur ajoutée pour le développement du pays. Le premier est la construction d’une autoroute —North/South Highway – qui permet de rallier Kingston à Montego Bay en moins de deux heures. Compte tenu de l’état général du système autoroutier national, cette infrastructure marque un tournant important d’autant plus qu’elle a été précédée par la rénovation de la route desservant l’aéroport international de Kingston. Le deuxième est la modernisation du Port de Kingston par un opérateur —China Harbour Engineering Company – et sur un financement chinois, pour un coût total de 750 millions de dollars américains. Cet équipement spécialisé dans le transbordement vers et en provenance des États-Unis a été achevé en 2016. En contrepartie du financement, l’opérateur chinois obtenait une concession de 50 ans. Il en est de même du terminal situé dans le port franc —Kingston Freeport Terminal Limited – pour lequel les autorités jamaïcaines recherchaient de nouveaux investisseurs. Déjà actionnaire minoritaire, un opérateur chinois —China Merchants Port Holding – en prenait le contrôle en 2020 en contrepartie d’une concession de 30 ans sur toutes les installations. Par ailleurs, la Banque chinoise de Développement — China Development Bank — et la Banque chinoise d’import/export — China Export/Import Bank- prenaient des participations importantes dans le secteur de la bauxite et celui de l’industrie sucrière.

1.2. De la République dominicaine à Cuba 

8Dans les Grandes Antilles hispanophones, la République dominicaine, partenaire de longue date et pays ami des États-Unis, met un terme à ses relations diplomatiques avec Taïwan au profit de la RPC. Cette décision historique du chef de l’État dominicain, annoncée publiquement en 2018, est un succès remarquable pour la diplomatie chinoise qui traite son nouvel allié avec beaucoup d’égards. Un an plus tard, le président Danilo Médina Sanchez prend le chemin de Pékin et en revient avec un portefeuille de 18 accords de coopération, portant sur cinq secteurs économiques (mines, exploration pétrolière, textile, tourisme et réseau électrique), pour un montant total évalué à 3 milliards de dollars américains. Dans des délais très courts, on assiste à une explosion remarquable des échanges commerciaux, qui confère aujourd’hui à la Chine populaire la place de 2e fournisseur de la République dominicaine et celle de 3e marché d’exportation (Quenan, 2019). S’il est encore prématuré pour évaluer l’impact géopolitique de cette conversion dominicaine au modèle de coopération chinois, elle semble néanmoins traduire une volonté d’émancipation par rapport aux États-Unis. Comme on le verra plus loin, à l’instar d’autres pays de la zone, la République dominicaine entend tirer le meilleur parti possible de cette guerre d’influence de basse intensité que se livrent les deux premières puissances mondiales dans l’espace des Caraïbes.

  • 4 Selon la DGT-Trésor, « Le commerce extérieur de Cuba en 2018 », 23 septembre 2019. 0051a501-1b85-4b (...)

9Les relations sino-cubaines connaissent dans le même temps un nouvel essor. Contrairement aux représentations communes, il n’en a pas été toujours ainsi. Épiphénomène des rapports difficiles entretenus par l’URSS avec la RPC, Cuba qui avait maintenu des liens idéologiques très étroits avec la puissance soviétique dont elle dépendait sur le plan économique et financier, était restée à l’écart d’une Chine populaire alors surtout concentrée sur des enjeux de politique intérieure (modernisation économique, maîtrise démographique, sécurité alimentaire). La conjonction de la chute du mur de Berlin, de l’implosion de l’URSS et du renforcement de l’embargo américain, allait provoquer une relance des relations bilatérales au cours de la décennie 90. Le renouvellement des leaders, avec l’arrivée de Raul Castro puis de Miguel Diez-Canel et l’apparition de Hu Jintao puis de Xi Jinping, donnait le signal d’un rapprochement entre les deux partis communistes (Dubesset, 2019). Stimulées par le durcissement de la politique de Trump à l’égard de Cuba, intervenue après une tentative de décrispation du président Obama, les deux parties décident de relancer leurs relations bilatérales dans les domaines politique, économique et financier. En novembre 2018, le président Diaz-Canel se rend à Pékin où il signe de nouveaux accords de coopération qui portent notamment sur le financement et la construction d’infrastructures ainsi que sur les échanges commerciaux. Les premières réalisations significatives sont la modernisation du port de Santiago et l’ouverture d’un nouveau terminal à conteneurs. La Chine populaire se classe aujourd’hui au 2e rang des pays fournisseurs de Cuba4.

1.3. De Trinité-et-Tobago au plateau des Guyanes

10À l’extrémité sud-est de la sous-région, Trinité-et-Tobago entretient depuis quinze ans des relations étroites avec la RPC. Nouées dans les années 1970, elles vont connaître un nouveau regain au tournant du nouveau millénaire, avec la réalisation d’infrastructures majeures sur financement chinois, par un consortium fermement établi dans le pays, le Shanghai Construction Group. Entre 2007 et 2017, cette entreprise d’État chinoise a édifié le Brian Lara Cricket Stadium, la National Academy for the Performing Arts, la Southern Academy for the Performing Arts, le South terminal of the Piarco international airport, un hôpital pédiatrique, Couva Children’s Hospital, un vélodrome aux normes internationales, National Cycling Velodrome, ainsi qu’un échangeur autoroutier, The Curepe Highway Interchange.

11Dans le secteur de l’énergie, un fonds souverain chinois, China Investment Corporation, engageait en 2011, 850 millions de dollars américains dans une joint-venture trinidadienne de production de gaz, la Atlantic LNG Company. Si ce renforcement de la présence chinoise dans cet État bi-insulaire doit beaucoup à l’impulsion du Premier ministre Patrick Manning et du People National Movement, l’alternance au pouvoir ne l’a pas affectée du tout. Ses successeurs, Kamla Persad — Bissessar et Keith Rowley ont poursuivi cette politique de coopération avec la RPC. Dans le secteur des télécommunications, les deux champions chinois, Huawei et ZTE, ont réalisé une percée spectaculaire sur le marché national.

12C’est d’ailleurs à Trinité-et-Tobago que le président Xi Jinping décide de se rendre en juin 2013 lors de sa première visite de chef d’État dans les Caraïbes. À cette occasion, il annonce un renforcement de la coopération avec Trinité-et-Tobago avant de présider une réunion internationale avec neuf chefs de gouvernement de la sous-région. Dans la droite ligne de ce déplacement du premier chinois, les autorités trinidadiennes multiplient les projets bilatéraux, avec notamment la signature d’un accord avec la China Harbour Engineering Corporation pour la construction d’un port en cale-sèche destiné à la maintenance des navires, dans la région de La Brea fortement impactée par la fermeture de la raffinerie nationale Petrotin, la réalisation d’un parc industriel à Pointe Lisa (Phoenix Park Industrial Estate) ou encore la construction par Shanghai Construction Group d’une extension de 454 lits dans l’hôpital général de Port d’Espagne. Par ailleurs, le gouvernement trinidadien fait l’acquisition — sans précédent dans les Caraïbes — d’un patrouilleur de haute mer de fabrication chinoise, dans le cadre d’un accord de coopération en matière de défense. Selon divers recoupements, les financements chinois — toutes catégories confondues — dépasseraient actuellement les 2,5 milliards de dollars américains.

13Pour ce qui est du plateau des Guyanes, l’encours de crédit avec la RPC est plus modeste même s’il est en progression. Dans les deux pays concernés, la présence économique chinoise se concentre dans trois secteurs : les ressources naturelles (notamment le bois) et l’acquisition de terres agricoles (pour la production de riz), l’énergie (des prises de participation dans l’exploration pétrolière et gazière offshore) et le commerce (exportation de textiles, biens de consommation courante, machines).

  • 5 Jared Ward, “China and Guyana: A special relationship years in the making”, Global Americans, 27 fé (...)

14Au Guyana, les relations avec la Chine ont été formellement établies en 1972 alors que le pays est dirigé par Forbes Burnham. Avec la Jamaïque de Michael Manley, l’ancienne colonie britannique est alors l’un des premiers États à bénéficier d’une coopération technique — modeste — avec l’Empire du Milieu. Les années 2 000 vont marquer un tournant, tirant partie d’une politique de coopération et d’influence chinoise plus offensive, promue par Hu Jintao. Le volume des financements augmente tandis que la palette des interventions chinoises s’élargit. Après l’octroi de plusieurs prêts pour la réalisation ou la rénovation d’infrastructures économiques (usine à sucre) ou de communication (modernisation de l’aéroport international Cheddi Jagan, construction du centre de conférences internationales Arthur Chung et de l’autoroute de Demara), la RPC investit dans le secteur minier, la production de bois, le secteur de l’énergie. À travers l’une de ses sociétés d’État, la China National Offshore Oil Corporation, elle accroît ses participations dans l’exploration et l’exploitation pétrolière, après la découverte en 2015 d’un gisement offshore estimé à plus de 5 milliards de barils. Dans le même temps, le géant chinois Huawei obtient le marché de l’extension du numérique et de la connectivité tandis que la China Railway First Group décroche un contrat pour la construction d’une centrale hydroélectrique. Les investissements et prêts concédés directement ou indirectement par la RPC, dépasseraient en 2021 la valeur de 1,5 milliard de dollars américains,5 mais compte tenu du potentiel économique d’un pays en pleine transformation, des marges importantes de progression existent.

15Au Suriname voisin, les relations avec la Chine populaire n’ont été officiellement nouées qu’en 1975 malgré la présence dans ce territoire de la plus importante diaspora chinoise des Caraïbes. En réalité, ces relations bilatérales sont en train de s’étoffer depuis le déplacement à Pékin du président Desi Bouterse en novembre 2019. Jusque-là, le pays ne totalisait que trois prêts de la China Ex-Im Bank, pour un montant total d’un demi-milliard de dollars américains. Le premier octroyé en 2012 concernait le secteur du logement. Les deux autres, mis en place en 2016, portaient respectivement sur la construction de routes et l’extension du réseau numérique. Avec la signature d’un partenariat stratégique de coopération en 2019, la RPC s’engageait à soutenir le développement du Suriname dans de nouveaux secteurs : l’agriculture et les forêts, la pêche, les infrastructures et la communication, mais aussi les énergies renouvelables, le tourisme, la digitalisation de l’économie et l’économie bleue. S’ensuivait un programme d’extension et de modernisation de l’aéroport international Johan Adolf Pengel de Paramaribo, grâce à un prêt de la China Ex-Im Bank de 250 millions de dollars américains. D’autres projets devraient entrer en phase opérationnelle prochainement.

1.4. Des « dominos » de la Caraïbe de l’Est aux paradis fiscaux

  • 6 L’OECO comprend également un septième pays membre fondateur, Montserrat (1981), territoire d’outre- (...)

16À l’instar des plus grands territoires, les six pays membres de l’Organisation de la Caraïbe orientale (O.E.C.O)6 n’échappent pas à l’attention de la diplomatie chinoise. En effet, trois d’entre eux, Saint-Christophe-et-Niévès, Sainte-Lucie et Saint-Vincent-et-les-Grenadines, reconnaissent la République de Chine avec laquelle ils entretiennent des relations diplomatiques. Les trois autres, Antigue-et-Barbude, la Dominique et la Grenade, sont aujourd’hui des partenaires de la Chine populaire avec laquelle ils ont engagé une coopération très active. Leur distribution spatiale les assimile à des « dominos » sur l’échiquier de la concurrence entre les deux Chine. À défaut de les passer tous en revue, on s’arrête sur le Commonwealth de la Dominique et la Grenade. On évoque brièvement ensuite le cas des paradis fiscaux (îles Caïman et îles Vierges britanniques).

17Avec la Dominique, située entre la Martinique et la Guadeloupe, les relations diplomatiques avec la RPC sont récentes. Jusqu’à 2004, le pays entretenait des relations avec Taïwan. C’est l’élection d’un nouveau Premier ministre, Roosevelt Skerrit, qui allait provoquer ce changement diplomatique et permettre le démarrage d’une politique de coopération bilatérale soutenue à l’échelle du pays. À ce jour, elle a donné lieu à la réalisation de trois projets de premier plan. Le premier concerne l’axe principal de communication routière reliant Roseau — la capitale — à l’aéroport Douglas-Charles dans le nord du pays. Compte tenu du relief tourmenté de l’île et de son exposition aux cyclones, cette voie de circulation vitale nécessitait des investissements financiers et techniques très importants, rendus possibles grâce à l’intervention d’un opérateur d’État chinois, Hunan Construction Engineering Group Corporation. Cette entreprise publique réalisait aussi un deuxième projet emblématique, la construction du plus grand hôpital du pays, Dominica-China Friendship Hospital, selon des normes antisismiques et anticycloniques. Inauguré en 2019, cet équipement sanitaire était livré à l’occasion du quinzième anniversaire de l’ouverture des relations diplomatiques entre les deux pays. Enfin, le troisième projet en cours de développement, concerne le secteur du logement où la coopération chinoise s’est engagée à construire des modules d’habitation bioclimatiques répondant aux normes anticycloniques.

  • 7 À ce jour, aucun des autres pays membres du Conseil de sécurité des Nations unies, en particulier l (...)

18Avec la Grenade, les relations diplomatiques avec la RPC ont connu deux phases. La première ne dure que quatre ans : nouées en 1985, elles cessent en 1989 lorsque le Premier ministre Herbert Blaize décide de se rapprocher de la République de Chine. L’élection d’un nouveau Premier ministre en 2005, Keith Mitchell entraîne la réouverture des relations bilatérales avec la RPC. À ce jour, la Grenade bénéficie d’un accord de coopération économique et technique qui a été renouvelé en 2019. Dans ce cadre, la Chine populaire lui a octroyé des financements dans trois secteurs de concentration : les infrastructures, la santé publique et l’agriculture. Parmi les réalisations les plus emblématiques figurent la construction du stade national de cricket, la venue du bateau-hôpital chinois Peace-Ark pour dispenser des soins médicaux à la population et la formation ainsi que l’équipement de techniciens agricoles. Les montants engagés demeurent modestes en apparence : environ deux cent soixante-dix millions de dollars américains. Rapportés cependant à l’échelle de ces microterritoires et à la faiblesse de leurs finances publiques, ces financements apparaissent néanmoins considérables et sans équivalent7. En tout état de cause, ils traduisent la volonté de la RPC de disposer d’un maillage territorial relativement serré, incluant les plus petits territoires qui ne captent guère l’attention des chancelleries occidentales.

19Les paradis fiscaux de la sous-région, en particulier les îles Caïman et les îles Vierges britanniques, présentent aussi un intérêt pour la Chine populaire. La plupart des entreprises chinoises qui y sont enregistrées depuis les années 2000 y effectuent des placements et des mouvements de fonds importants quoiqu’extrêmement difficiles à quantifier avec précision. Selon diverses estimations (Salidjanova, 2011 ; Bernal, 2016), ces deux centres financiers offshore capteraient jusqu’à 15% du stock d’investissements directs chinois dans le monde sans qu’on ne puisse savoir avec certitude leur destination finale. Une part importante de ces flux financiers — 20 à 30% — repartiraient vers d’autres parties du monde, selon la technique bien connue du round tripping.

20En tout état de cause, cette présence diversifiée du géant chinois dans l’ensemble des Caraïbes ne sert plus seulement l’objectif de neutraliser la question de Taïwan. Elle est partie d’une stratégie d’influence mondiale à long terme, correspondant à son nouveau statut de puissance globale.

2. La Chine dans les Caraïbes : quels enjeux géopolitiques ?

  • 8 La Chine est l’un des rares pays à avoir connu une croissance à deux chiffres pendant plus de trent (...)
  • 9 Regional Comprehensive Economic Partnership (RCEP), signé le 15 novembre 2020, liant les dix pays m (...)
  • 10 En négociation depuis dix ans, cet accord commercial UE/Chine, signé le 20 décembre 2020, vise à pr (...)
  • 11 Cet accord commercial, signé in extremis le 11 octobre 2019, après un bras de fer entre les deux gé (...)

21Accompagnant une émergence économique spectaculaire8 et la promotion de la vision d’un monde multipolaire (Gabestan, 2015), la RPC a adopté au tournant du nouveau millénaire, une nouvelle politique étrangère, moins contestataire et idéologique que par le passé — dans la rhétorique tout au moins — et plus prudente et modérée — tout au moins dans la communication. Prônée au départ par le président Hu Jintao, cette politique « d’ascension pacifique » (heping juegi) puis de « développement pacifique » (heping fazhan) n’en a pas moins été le vecteur d’une « diplomatie de grand pays » (daguo), de plus en plus conscient de ses responsabilités mondiales. Dans le même temps, la Chine devenait le banquier (Meyer, 2014) et l’atelier du monde (Bousseau du Rocher et Dubois de Prisque, 2019), mais aussi la première puissance commerciale de la planète, avec la signature d’accords commerciaux majeurs avec l’Asie9, l’Europe10 et les États-Unis11.

  • 12 La RPC est un pays membre de la Banque interaméricaine de développement (BID), de la Banque Caraïbé (...)

22Combinant un multilatéralisme très actif visant à accroître son influence dans les organisations internationales12 et la sécurisation de sa dépendance économique extérieure, la RPC a renforcé sa politique de coopération sur le continent africain, au Moyen-Orient, en Asie et en Amérique latine. Sous l’impulsion du Président Xi Jinping qui a remisé la prudence stratégique de ses prédécesseurs, cet activisme diplomatique tous azimuts franchit une nouvelle étape avec le lancement en 2013 du projet planétaire de « ceinture économique de la route de la soie ». De l’Empire du Milieu (zhong di guo), on passait clairement à l’affirmation de la Chine-monde (zhong guo shi jiè).

23Rapportée au théâtre caraïbéen, cette projection internationale de la RPC répondait à plusieurs enjeux géopolitiques. 

2.1. L’extension de la « nouvelle route de la soie »

  • 13 Par ordre chronologique d’adhésion, Trinité-et-Tobago, Suriname, Guyana, la République dominicaine, (...)

24Les investissements de la Chine populaire dans les Caraïbes, notamment au niveau aéroportuaire, s’inscrivent directement dans le cadre de son projet planétaire de « nouvelles routes de la soie ». Cette vaste entreprise d’interconnexion de routes commerciales repose sur la construction de 1 700 infrastructures de communication, notamment maritimes, ferroviaires, routières, aériennes et numériques. Regroupant en avril 2021 cent quarante pays en Eurasie, Afrique et Amérique latine, cet ouvrage titanesque devrait être achevé pour le centenaire de la RPC en 2049. À ce jour, neuf13 des quinze pays membres de la Communauté des Caraïbes (CARICOM) en sont partie ainsi que la République dominicaine et Cuba soit onze des quinze pays souverains existant dans les Caraïbes.

25Ce maillon caraïbéen de la « nouvelle route de la soie » répond à la nécessité pour le géant asiatique de maîtriser sa route commerciale jusqu’à son plus important marché, celui des États-Unis, indispensable pour soutenir sa croissance économique en assurant l’écoulement de ses produits, mais aussi pour sécuriser ses approvisionnements notamment énergétiques et alimentaires. Située à l’interface des deux Amériques, avec de puissantes connexions avec l’Europe, la zone des Caraïbes lui permet en outre d’accéder à un espace stratégique pour la logistique (transbordement), les échanges commerciaux et la banque offshore. Elle lui offre aussi un accès à des ressources minières (Jamaïque, Guyana), énergétiques (Venezuela, Trinité-et-Tobago, Guyana, Suriname) ou agricoles (Suriname, Guyana).

2.2. La rivalité sino-américaine

  • 14 Parmi d’autres politiciens, le sénateur de l’État de Floride, Marco Rubio, membre influent de la Co (...)
  • 15 Liu Mingfu est un colonel, ancien professeur à l’Académie militaire chinoise, qui a publié en 2010 (...)
  • 16 Paul Wolfowitz, ancien secrétaire-adjoint à la défense (2001-2005), est l’auteur d’un document inte (...)
  • 17 Les administrations de George W. Bush et de Barack Obama se déclaraient concernées, mais pas inquié (...)

26À l’évidence, cette pénétration chinoise dans les Caraïbes nourrit la rivalité sino-américaine pour le leadership mondial (Donnet, 2014). Même si les autorités chinoises se défendent de toutes arrière-pensées géopolitiques, beaucoup y voient, aux États-Unis, les signes avant-coureurs d’une « nouvelle guerre froide »14. Les uns entendent promouvoir officiellement la doctrine de Liu Mingfu15, c’est-à-dire un « modèle alternatif de champion non hégémonique » tandis que les autres restent attachés à la doctrine Wolfowitz16, reposant sur une stratégie visant « à décourager et à prévenir toute défiance au leadership américain ». Les premiers mettent l’accent sur le caractère pacifique et bienveillant de leur implication régionale. Les seconds redoutent sa conversion en un problème de sécurité en cas de conflit militaire avec les États-Unis. En tout état de cause, l’implication chinoise croissante dans la méditerranée caraïbéenne concurrence de fait la puissance états-unienne sur sa « troisième frontière ». À ce stade, elle ne menace pas ouvertement ses intérêts, mais remet néanmoins en cause sa prédominance absolue dans le concert régional des nations caraïbéennes17.

  • 18 Pressentie par les administrations américaines à partir de Ronald Reagan, la doctrine du « pivot as (...)
  • 19 Notamment avec le Japon [Iles Senkaku/Diaoyu], le Vietnam [Iles Paracels], les Philippines [récif d (...)

27En effet, lassés par le défaut d’attention et/ou d’intérêt dont ils pâtissent de la part des États-Unis depuis ces vingt dernières années et soucieux de promouvoir le développement de leurs économies, onze pays caraïbéens se sont laissés séduire par le modèle chinois de coopération bilatérale, beaucoup plus pragmatique et évolutif qu’on le dit généralement, en dépit des critiques dont il fait l’objet sur le continent africain (Chaponnière et Gabas, 2012). Tirant remarquablement avantage de ce contexte favorable, la RPC s’est peu à peu installée à quelques encablures du continent états-unien, en répondant indirectement à ce qu’elle perçoit comme des ingérences de la part des États-Unis en mer de Chine méridionale qu’elle considère comme faisant partie de son périmètre de sécurité nationale. En effet, le basculement stratégique des États-Unis vers l’Asie-Pacifique18 où ils disposent de nombreux alliés — en particulier le Japon et Taïwan — est une source de préoccupations pour la Chine populaire, par ailleurs engagée dans de nombreux contentieux territoriaux avec les pays riverains19.

2.3. La promotion de la « politique d’une seule Chine »

28À plus d’un titre, Taïwan, relique de la guerre froide, est un enjeu majeur pour la RPC qui la considère comme une partie intégrante de son territoire national — sa 23e province — même si elle n’y exerce pas sa souveraineté. Au nom de la « politique d’une seule Chine », elle a déployé un activisme diplomatique, méthodique et efficace, pour réduire le nombre de pays qui reconnaissent officiellement « l’autre Chine ». Sur les dix-sept pays qui continuent à le faire dans le monde, il n’en reste que quatre dans les Caraïbes : Haïti (1956), Saint-Vincent-et-les-Grenadines (1981), Saint-Christophe-et-Niévès (1983) et Sainte-Lucie (1984, 1997, 2007). Ces vingt dernières années, la diplomatie chinoise a remporté plusieurs succès en gagnant de nouveaux soutiens dans les Caraïbes et en Amérique centrale. Par ordre chronologique, il s’agit du Commonwealth des Bahamas (1997), de la Barbade (1997), du Commonwealth de la Dominique (2004), de la Grenade (2005) et plus récemment, du Panama (2017), de la République dominicaine (2018) et du Salvador (2018).

29La question de Taïwan continue de cristalliser de fortes tensions avec les États-Unis. Pour la Chine populaire, la réunification est un enjeu national de premier plan. L’indépendance de la République de Chine serait inacceptable. Pour les États-Unis, la réintégration de Taïwan dans la Chine populaire lui ferait perdre sa crédibilité en Asie. Écartant à ce jour toute option militaire, la RPC continue son pressing diplomatique pour isoler Taïwan, en essayant d’attirer les derniers pays qui la reconnaissent. Sous cet angle aussi, les Caraïbes constituent un théâtre où les deux puissances mondiales se livrent à une guerre d’influence sans miséricorde.

2.4. La diffusion d’un modèle de coopération Sud/Sud

30Le renforcement de la présence chinoise dans les Caraïbes a aussi pour but d’y promouvoir un modèle de coopération Sud/Sud — alternatif à l’approche des États-Unis — censé mieux répondre au défi multiforme du développement des petits pays insulaires. Lors de ses déplacements à l’étranger, notamment en Afrique et en Amérique latine, le président Xi Jinping ne manque pas d’en rappeler les contours : des relations égalitaires d’État à État, marquées par une confiance mutuelle sur le plan politique et des rapports mutuellement bénéfiques sur le plan économique. Ce modèle de coopération prétend servir un développement harmonieux autour d’une prospérité partagée (voir infra).

31La pandémie du covid-19 a fourni à la Chine populaire une opportunité idéale pour le mettre en scène et en faire valoir les mérites à l’échelle planétaire et y compris dans les Caraïbes. Des cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies (CSNU), elle était la seule au lendemain du déclenchement de la pandémie, à leur apporter une assistance matérielle et médicale diligente, en dépit de son éloignement géographique. Sa « diplomatie du masque et des vaccins », relayée par des moyens logistiques remarquables, est venue opportunément faire valoir un modèle de coopération censé incarner deux valeurs centrales : la responsabilité et la solidarité. Indépendamment de leurs alignements idéologiques, les petits États insulaires des Caraïbes, dépassés par l’ampleur de la pandémie et démunis sur le plan sanitaire, ne pouvaient guère rester indifférents à cette offre d’aide d’urgence proposée par la RPC. C’est le cas notamment d’Haïti qui, en dépit de son soutien très ancien à Taïwan, acceptait volontiers l’aide de la Chine populaire. Au printemps 2020, les avions chinois étaient les premiers à se poser sur le tarmac de l’aéroport de Port-au-Prince pour livrer des équipements médicaux d’urgence, mais aussi pour acheminer des experts en matière de crise sanitaire. Pour mémoire, les États-Unis ne sont intervenus que quatre mois plus tard, avec un don d’un million de dollars de l’agence américaine pour le développement international (USAID) à l’ONG Catholic Relief, qui sera suivi d’une aide aux autorités haïtiennes de 13 millions de dollars.

3. La Chine dans les Caraïbes : des leviers d’influence efficaces et diversifiés 

32Pour répondre à ces enjeux géopolitiques, la Chine populaire a déployé, ces deux dernières décennies, un dispositif d’influence qui repose sur des leviers efficaces et diversifiés. Ces derniers combinent une rhétorique politique reposant sur des principes de responsabilité et de solidarité, une diplomatie très active relayée par un réseau d’ambassades plus étendu que celui des États-Unis, une offre de coopération bilatérale d’autant plus attractive que faiblement conditionnelle, la mobilisation des communautés sino-caraïbéennes, implantées parfois depuis très longtemps dans la sous-région.

3.1. Une rhétorique politique reposant sur des principes de responsabilité et solidarité

33À partir des années 2 004, sous l’impulsion du président Hu Jintao, le langage politique des dirigeants chinois à l’adresse de la communauté internationale, fait passer au second plan la rhétorique radicale des décennies précédentes au profit de principes en apparence désidéologisés d’inspiration confucéenne. Ce langage associe deux dimensions complémentaires : d’une part, la promotion d’une culture de l’harmonie et de la coopération sous-tendue par la vision d’un monde multipolaire (duojihua) dans lequel le multilatéralisme occupe une place cardinale ; d’autre part, un modèle de coopération Sud/Sud opposé au modèle occidental d’aide au développement, qui se réclame des deux principes inséparables de responsabilité et de solidarité à l’égard des nations en développement.

  • 20 Littéralement, « gagnant/gagnant » selon l’expression consacrée. À noter cependant que ce principe (...)

34Rapporté au théâtre caraïbéen, ce langage rompt avec la posture anti-américaine antérieure au profit d’une coexistence sans accroc avec les États-Unis, qui n’exclut pas évidemment une concurrence stratégique entre les deux puissances globales. Les dirigeants chinois évitent toutefois toute manœuvre frontale contre leur rival états-unien, en particulier dans les pays qui en sont des alliés historiques tels que la Jamaïque ou encore la République dominicaine. Ils privilégient systématiquement un langage de concorde, jouant de l’alignement naturel de la Chine populaire aux côtés des pays en développement et de son absence de passé et de passif colonial. Sous cet angle, les relations sino-caraïbéennes se réclament d’une triple légitimité : l’héritage commun du combat anticolonialiste, le sacro-saint principe de non-ingérence dans les affaires internes des nations souveraines — à l’exception toutefois de la question de Taïwan (voir infra) — et la recherche d’accords de coopération mutuellement bénéfiques (shuangying)20.

35En matière de coopération, la RPC privilégie des accords, pragmatiques et concrets, basés sur une séparation stricte et assumée des objectifs économiques et des aspects liés à la gouvernance. Ces accords comprennent, généralement, des dispositions commerciales (asymétriques, dans la plupart des cas), financières (investissements directs, prêts et dons) et techniques (formation et équipements). Ils concernent des secteurs réputés prioritaires pour les parties signataires (notamment, les infrastructures de communication, les ressources naturelles, le tourisme, l’agriculture et la santé publique). Certes, ils mobilisent des volumes financiers relativement limités, mais ils constituent indéniablement une aubaine pour les pays de la sous-région, compte tenu de leurs difficultés pour lever des financements internationaux (voir infra).

36Cependant, les officiels chinois restent intransigeants sur la question de Taïwan, qui reste une ligne rouge dont la transgression provoque automatiquement la rupture des relations diplomatiques. Tous les pays qui s’engagent dans une politique de coopération avec la Chine populaire doivent obligatoirement souscrire à la « doctrine d’une seule Chine » et rejeter sans nuance « la thèse des deux États », diffusée en 1999 par le président taïwanais Lee Teng-hui. Parmi d’autres exemples, le communiqué sino-dominicain publié lors de l’ouverture des relations diplomatiques entre les deux parties en 2018, le stipule au début du document :

  • 21 Communiqué conjoint publié par le ministère chinois des Affaires étrangères, le 1er mai 2018, mis e (...)

37« Le Gouvernement de la République dominicaine reconnaît qu’il n’y a qu’une seule Chine dans le monde, que le Gouvernement de la République populaire de Chine est le seul représentant légal de la Chine entière, et que Taïwan est une partie inaliénable du territoire de la Chine. En conséquence, le Gouvernement de la République dominicaine met un terme à ses relations diplomatiques avec Taïwan à partir de ce jour »21.

  • 22 “Chinese Funded Dominica’s Friendship Hospital Opens”, The Observer, 2019, O9, 12. www.thestkittsne (...)

38Cette disposition figure aussi, mécaniquement, dans les échanges d’allocution lors des manifestations officielles. Ainsi à l’occasion de la livraison de l’hôpital de l’amitié à Roseau, l’ambassadeur de la Chine populaire, Lu Kun et le Premier ministre du Commonwealth de la Dominique, Roosevelt Skerrit, s’y sont référés expressément. Le premier a exprimé au second la reconnaissance des autorités chinoises pour l’adhésion sans réserve de son pays au principe d’une seule Chine et au soutien de ce principe dans les enceintes internationales. Le second a fait part au premier de la gratitude de son pays pour l’aide apportée par la Chine populaire et a renouvelé sa souscription au principe d’une seule Chine.22

3.2. Une politique caraïbéenne dynamique, relayée par un réseau diplomatique plus étendu que celui des États-Unis 

39Par comparaison avec celle des autres pays membres du CSNU, la politique de la Chine populaire dans les Caraïbes, à l’aune des deux dernières décennies, apparaît particulièrement dense et dynamique. Si on prend en compte le nombre des visites croisées des chefs d’État et de gouvernement, la fréquence des échanges téléphoniques au plus haut niveau ou des visites ministérielles bilatérales ou la récurrence des rencontres sino-caraïbéennes sous-régionales et régionales ou encore l’assistance apportée dans la gestion de la pandémie du covid-19, la Chine populaire se détache nettement de ses concurrents et, au premier chef, des États-Unis d’Amérique.

  • 23 À l’exception de Cuba toutefois. Par ordre chronologique, Antigue-et-Barbude, les Bahamas, la Barba (...)
  • 24 Communauté des États latino-américains et caraïbes (CELAC). Créé en 2010, cet organisme intergouver (...)
  • 25 Créé en 2005, ce forum est le mécanisme de dialogue économique et commercial du plus haut niveau en (...)

40Xi Jinping effectue sa première visite dans les Caraïbes, en qualité de chef d’État, en juin 2013 soit à peine trois mois après avoir pris ses fonctions. Du reste, ce n’était pas son premier déplacement dans cette partie du monde. Alors vice-président, il s’était déjà rendu en Jamaïque en 2009 et à Cuba en 2011, dans le sillage des visites pionnières du Président Jiang Zemin (2001) et de son successeur Hu Jintao en 2004 et en 2008. En 2013, c’est à Trinité-et-Tobago qu’il décide de rencontrer les leaders de neuf des dix pays caraïbéens23 avec lesquels la Chine populaire entretenait alors des relations diplomatiques. Après les avoir reçus individuellement, il préside une réunion commune pour souligner l’importance de la sous-région aux yeux de la Chine populaire et les bonnes dispositions de celle-ci pour élever le niveau des coopérations bilatérales. Un an plus tard, le président Xi Jinping fait escale à Cuba lors de sa deuxième tournée en Amérique latine et aux Caraïbes. Cette visite de deux jours donne lieu à des entretiens approfondis entre les parties, qui débouchent sur la signature de 39 accords sectoriels de coopération bilatérale. Les relations bilatérales sino-cubaines connaissent un nouveau rebond. Ces déplacements officiels du premier chinois font l’objet de réunions de suivi et de coordination au niveau des ministres des Affaires étrangères. En marge de plusieurs enceintes internationales, ces exercices présidés par la Chine populaire permettent de faire un point sur l’état d’avancement des projets bilatéraux, mais aussi d’échanger sur des sujets internationaux d’intérêt commun. Le forum Chine/CELAC24, l’Assemblée générale des Nations unies (AGNU) ou encore le forum sur la coopération économique et commerciale Chine/Caraïbes25, en constituent des cadres privilégiés.

  • 26 À ce jour, c’est sans doute l’administration Trump qui a manifesté le plus de désinvolture à l’égar (...)
  • 27 Xi Jinping, discours d’ouverture, Sommet Chine/CELAC, ministère chinois des Affaires étrangères, 18 (...)
  • 28 Notamment, lors de la tentative en 2019 du leader de l’opposition vénézuélienne, Juan Guaido, d’obt (...)

41Les leaders des pays des Caraïbes se rendent aussi régulièrement à Pékin. Pour le biennium 2018/19, c’est le cas pour quatre d’entre eux : le Premier ministre de Trinité-et-Tobago, celui de la Jamaïque, le président de Cuba et celui de la République dominicaine. En les accueillant et en les traitant avec les honneurs correspondant à leur rang protocolaire, les Chinois leur donnent, à peu de frais, le sentiment d’être considérés comme des partenaires à part entière ; ce qui tranche nettement avec l’indifférence relative des pays européens (notamment, le Royaume-Uni et la France et à un degré moindre, l’Espagne) ou avec le traitement à géométrie variable des administrations américaines26. De leur côté, les leaders caraïbéens, sans en être dupes, donnent le change aux autorités chinoises, en reprenant à leur compte les principes diplomatiques affichés par celles-ci27, à savoir « une confiance mutuelle en matière politique », « la non-ingérence dans les affaires internes », « des accords économiques et commerciaux mutuellement bénéfiques », « un enrichissement humain réciproque », « une prospérité et une coopération mutuellement profitables » et « une concertation étroite sur les enjeux internationaux ». Sur ce dernier point, le soutien apporté aux positions de la Chine populaire par la plupart d’entre eux, dans certaines enceintes multilatérales, notamment sur des questions régionales, provoque parfois des clivages insurmontables au sein de la CARICOM28.

42Par ailleurs, des contacts téléphoniques directs, au plus haut niveau, permettent aussi de nourrir les échanges bilatéraux. En 2021, le Premier ministre de Trinité-et-Tobago et le président de la République dominicaine se sont entretenus avec leur homologue chinois, respectivement le 16 mars et le 18 avril. Pour l’un, Keith Rowley, il s’agissait de solliciter un renforcement de la coopération bilatérale dans les secteurs de l’économie digitale, des énergies renouvelables et de la connectivité numérique. Pour l’autre, Luis Abinader, le nouveau président dominicain, il s’agissait de remercier son homologue chinois pour la livraison du premier million de doses du vaccin anti-Covid 19, produit par la firme Sinovac Biotech Ltd.

43Malgré son éloignement géographique, la Chine populaire a fait preuve d’une diligence remarquable pour apporter son assistance technique à des pays souvent désemparés par la pandémie du covid-19. Ses avions ont livré, dans des délais très courts, des masques et des doses de vaccin, partout où les autorités locales lui en avaient fait la demande. Mise en scène avec une politique de communication efficace, cette diplomatie « sanitaire » du géant chinois a conforté l’image d’une nation « responsable et solidaire », prompte à soutenir les pays en difficulté contrairement à son rival états-unien — pourtant beaucoup plus proche géographiquement — qui avait fait le choix de privilégier sa population nationale.

44À l’évidence, cette politique caraïbéenne de la Chine populaire bénéficie d’un outil diplomatique bien proportionné par rapport aux enjeux. Ce réseau diplomatique qui se compose de onze ambassades, couvre l’intégralité de l’espace des Caraïbes [Antigue et Barbuda, le Commonwealth des Bahamas, la Barbade, Cuba, la Dominique, la Grenada, la Jamaïque, la République dominicaine et Trinité-et-Tobago] et le plateau des Guyanes [le Guyana et le Suriname]. Ces postes diplomatiques assurent une prospection en amont des demandes exprimées par les autorités locales et la prise en charge en aval du suivi des projets en cours. Dans les pays avec lesquels la RPC n’entretient pas de relations diplomatiques officielles, elle dispose néanmoins d’un bureau de représentation et/ou d’une mission commerciale [Haïti, Saint-Christophe-et-Niévès, Sainte-Lucie, Saint-Vincent-et-les-Grenadines] ; ce qui lui permet d’avoir une couverture optimale de la sous-région.

  • 29 Dans les Grandes Antilles [la Jamaïque, Cuba, Haïti, la République dominicaine], un poste régional (...)

45Pour mémoire, le réseau diplomatique des États-Unis qui connaît une évolution en sens inverse depuis les années 2 000, ne compte actuellement que huit ambassades réparties dans les Grandes Antilles [Cuba, République dominicaine, Haïti, Jamaïque], les Petites Antilles avec un poste régional basé à la Barbade, à Trinité-et-Tobago et dans les Guyanes [Guyana, Suriname]. À titre indicatif, la France en dispose de sept, avec une distribution géographique légèrement différente.29

3.3. Une offre de coopération bilatérale d’autant plus attractive que faiblement conditionnelle

46Le modèle de coopération chinois apparaît particulièrement attractif pour les petits États insulaires en développement (PEID), compte tenu du déclassement relatif de la zone des Caraïbes pour les États-Unis et leurs alliés européens (notamment, la France et le Royaume-Uni) ainsi que de leur désengagement relatif en matière de coopération bilatérale. Pour la première puissance mondiale, l’implosion de l’URSS et la chute du mur de Berlin ont entraîné une perte de la valeur stratégique des Caraïbes, entraînant une révision de leur engagement désormais limité à la lutte contre les trafics illicites, le contrôle des flux migratoires et le renforcement de l’embargo contre Cuba avec la loi Helms-Burton. Pour leur part, le Royaume-Uni et la France qui avaient concédé de longue date le leadership à leur allié états-unien dans cette zone géographique n’y exercent plus qu’une influence indirecte à travers l’Union européenne qui en est l’un des plus importants bailleurs de fonds. Au plan bilatéral, la France et le Royaume-Uni — avant et depuis le Brexit — y conservent toutefois une coopération proportionnelle aux moyens déclinants qu’ils continuent à y investir.

  • 30 Les travaux financés par des prêts chinois sont obligatoirement réalisés par des entreprises chinoi (...)

47Dans le même temps, les pays de la Caraïbe rencontraient des difficultés croissantes pour accéder à l’aide au développement. La majorité d’entre eux étant devenus des pays à revenus intermédiaires (PRI), ils n’avaient plus accès aux subventions (dons) et aux prêts à taux concessionnels, à l’exception notable d’Haïti. En outre, certains d’entre eux ne pouvaient pas prétendre — officiellement, en tous cas — à de nouveaux prêts, à cause d’un taux d’endettement trop élevé rapporté à leur PIB. En conséquence, l’offre de coopération chinoise arrivait à point nommé pour les aider à sortir de l’impasse dans lequel se trouvait le financement de leur développement. Cette offre s’appuyait invariablement sur deux secteurs de concentration : le commerce et l’économie. Selon les pays, le « mix » était différent, mais il comprenait des accords commerciaux, des conventions de financement incluant des investissements directs (IDE) et parfois un document-cadre de coopération technique. Son attractivité reposait sur une conditionnalité politique relative. À l’exception de la question de Taïwan sur laquelle elles étaient intransigeantes, les autorités chinoises ne formulaient aucune exigence proprement politique en échange de l’aide qu’elles apportaient à leurs partenaires. Au nom du principe de non-ingérence dans les affaires internes, elles se gardaient bien de proportionner le niveau de leur coopération à la qualité postulée de la gouvernance d’un pays. En revanche, cette aide au développement servait irrémédiablement la politique étrangère et les intérêts économiques de la puissance chinoise, en lui garantissant le soutien de ses partenaires caraïbéens dans les enceintes multilatérales (notamment, l’ONU, l’OMS, la FAO, etc.) et de nouveaux débouchés pour ses entreprises30.

  • 31 Dans les Caraïbes, la China Bank of Development et la China Eximbank sont les deux pourvoyeurs prin (...)
  • 32 Source : Bureau national des Statistiques de Chine populaire. www.ceic.com/en.

48Sous ces réserves, les autorités chinoises n’imposaient pas de cadre prédéterminé à leurs partenaires. Certes, il y avait des récurrences d’un pays à l’autre, mais l’offre de coopération était relativement flexible. Dans certaines circonstances, elle outrepassait les critères habituels de soutenabilité de la dette ; ce qui, à l’évidence, était particulièrement apprécié par les pays concernés. En tout état de cause, elle leur permettait d’accéder à des aides sans contrepartie (subventions et dons), à des financements très concessionnels31 (prêts à taux bonifié) et à des partenariats public/privé, avec ou sans prise de participation ou avec ou sans cogestion ainsi qu’à des annulations de dette périodiques. Cette offre de financements se déployait notamment dans le domaine des infrastructures (ports et aéroports, zones industrielles franches, réseau routier et autoroutier), des industries minières et sucrières, dans le secteur touristique et celui des énergies, dans le secteur de la santé publique (hôpitaux, équipements sanitaires), mais aussi en matière de sécurité civile et militaire (dons d’équipements, assistance technique, formation du personnel) ou encore du changement climatique (atténuation et adaptation, énergie solaire). Si elle restait nettement en deçà du niveau atteint en Amérique latine, c’est dans les Caraïbes qu’elle était cependant la plus élevée32 per capita.

  • 33 Source : Bureau national des Statistiques de Chine populaire. www.ceic.com/en.

49Sur la période 2002-201933, les échanges commerciaux sino-caraïbéens étaient multipliés par 8 tandis qu’ils baissaient de 25% avec les États-Unis. La crise financière de 2008/09 n’en affectait pas la croissance. La structure de ces échanges commerciaux demeurait foncièrement asymétrique au profit de la Chine populaire. Les pays de la Caraïbe importaient, majoritairement, des biens de consommation courante, des équipements électroniques, des machines, des bateaux, des matériaux de construction et des structures métalliques. La Chine populaire importait, majoritairement, des matières premières, du pétrole et du gaz naturel, du bois et des produits alimentaires. Là encore, il convenait de replacer ces valeurs dans une juste perspective. Les États-Unis restaient le principal partenaire commercial des pays caraïbéens à l’exception notable de Cuba tandis que ces derniers représentaient moins de 1% du commerce chinois dans le monde. La sous-région n’offrait ni les biens prisés par la Chine populaire en volumes suffisants (matières premières et produits à forte valeur ajoutée) ni des marchés assez grands pour les exportations chinoises. Toutefois à l’échelle des pays concernés, cette pénétration commerciale de la Chine populaire, n’en était pas moins spectaculaire au point de susciter, dans les diasporas chinoises des Caraïbes, de nouvelles connexions avec le pays d’origine et l’apparition de réseaux d’affaires transnationaux.

3.4. La mobilisation des communautés sino-caraïbéennes, implantées parfois depuis très longtemps dans la sous-région

50Par communautés sino-caraïbéennes, on entend principalement deux catégories de populations : les citoyens caraïbéens d’origine chinoise et les ressortissants chinois d’apport beaucoup plus récent (Wilson 2003). Les premiers sont des descendants des premiers immigrés chinois, venus travailler dans la sous-région à partir du milieu du XIXe siècle. Les seconds y sont arrivés à la fin des années 90, au fur et à mesure de l’implantation des entreprises chinoises qui les employaient, avant de s’y installer après l’achèvement des chantiers. Les relations entre ces deux composantes de la population sino-caraïbéenne, sont variables d’un pays à l’autre. En règle générale toutefois, les nouveaux venus finissent par s’agréger aux nationaux d’origine chinoise, en rejoignant les communautés sino-caraïbéennes d’affaires de leur pays d’adoption.

  • 34 La minorité ethnique Akha est fortement représentée dans les contingents chinois les plus anciennem (...)

51Ces communautés sont partie intégrante des réseaux d’affaires chinois dans le monde. Elles participent à la croissance du commerce et des investissements avec la Chine populaire. Souvent liés à des appartenances familiales ou régionales ou encore ethniques34, ces réseaux d’affaires prospèrent avec la mondialisation des échanges économiques. Au tournant des années 2 000, les entreprises chinoises en quête d’internationalisation de leurs activités, recherchaient de nouvelles opportunités d’affaires. Pour accéder à de nouveaux marchés, elles s’appuient alors sur les communautés d’affaires chinoises déjà implantées dans les pays ciblés. Dans quelques cas, ce sont ces milieux d’affaires « autochtones » qui démarchent des partenaires chinois pour des investissements croisés. Des réseaux d’affaires transnationaux se sont ainsi constitués sur une base ethnique et culturelle, dans la plupart des pays de la Caraïbe. La Chine populaire va les mobiliser progressivement par l’intermédiaire de ses ambassades. Le coup d’envoi est donné en 2009 lors d’une rencontre programmée à Cuba par le ministère chinois des affaires étrangères, avec les représentants des diasporas d’affaires chinoises d’une vingtaine de pays des Caraïbes (Navejas, 2011). Cette réunion organise leur mise en réseau avec des compagnies internationales de Chine populaire, déjà implantées ou envisageant de le faire dans les pays concernés. La répartition des rôles reproduit la philosophie des bénéfices mutuels (shuangying) : d’un côté, les entrepreneurs caraïbéens d’origine chinoise apportent aux compagnies d’État chinoises leur intelligence du terrain ; de l’autre, les compagnies d’État chinoises leur font bénéficier de leur courant d’affaires et de leurs capacités financières et techniques.

  • 35 Ce pourcentage n’inclut pas les métis — 15% de la population — qui comprennent un pourcentage d’ind (...)

52C’est au Suriname que la diaspora chinoise est la plus importante, représentant plus de 10% de la population35. Eu égard à leurs ramifications politiques (Ellis, 2012), les réseaux d’affaires sino-surinamais y sont très puissants. Ces réseaux ont pris une part importante dans le rapprochement du Suriname et de la Chine populaire, compte tenu des liens de confiance qu’ils ont contribué à tisser au fil du temps. Lorsque le président Bouterse s’est rendu à Pékin en 2019, sa délégation comprenait les plus beaux fleurons de ces milieux d’affaires. Il en était de même lors du déplacement de son homologue trinidadien en Chine. Les sino-trinidadiens constituent aussi une communauté d’affaires très dynamique, avec des connexions anciennes avec Hong Kong. À l’évidence, les réseaux qu’elle a pu constituer avec des milieux d’affaires de la Chine continentale ont facilité l’expansion des relations bilatérales à de nouveaux secteurs. Ce qui définit la puissance de ces réseaux est sans doute le bilinguisme linguistique et culturel de ses composantes caraïbéennes et une connaissance fine de l’offre et de la demande de leurs pays, qui leur permet de nouer des rapports de confiance avec leurs interlocuteurs chinois. En Jamaïque, le même processus a été observé (Bernal, 2016). L’existence d’une diaspora chinoise d’affaires bénéficiant de fortes connections avec Hong Kong, enrichie par des vagues migratoires plus récentes, a non seulement favorisé le renforcement des relations bilatérales, mais a aussi largement contribué au développement du commerce et des investissements avec la RPC. Ces réseaux d’affaires ethniques et familiaux ont joué un rôle cardinal dans la création et la consolidation de communautés d’entrepreneurs chinois dans les plus petits territoires. Ces dernières ont bénéficié de nouveaux apports humains de Chine continentale, généralement employés dans le secteur commercial et le petit entrepreneuriat. Cette main-d’œuvre restée sur place, après le départ des entreprises qui l’avaient introduite dans le pays, a parfois suscité des tensions avec la population locale (voir infra).

  • 36 Trinité-et-Tobago, la Jamaïque, les Bahamas, la Grenade, la Barbade, le Suriname, la République dom (...)

53En tout état de cause, ces réseaux d’affaires constituent un trait d’union entre le pays d’adoption et le continent d’origine. Pour le renforcer et l’élargir à d’autres secteurs, la RPC a mis en place une politique d’influence spécifique (ruan shili) visant à développer la connaissance du mandarin et de la culture chinoise, avec l’arrière-pensée de mieux faire accepter une présence économique croissante et de plus en plus visible. Indépendamment du soutien traditionnel apporté par les postes diplomatiques aux associations culturelles sino-caraïbéennes locales, cette politique de soft power s’est traduite par l’implantation d’instituts Confucius et/ou d’écoles de langue dans une douzaine de pays36, notamment sur les campus principaux de l’Université des Indes occidentales, qui desservent les quinze pays membres de la CARICOM. Sur les dix dernières années, 2 500 bourses ont été accordées à des étudiants pour aller étudier dans des universités chinoises. Trente bourses supplémentaires ont été allouées à des étudiants en postdoctorat. Pour l’heure, cette politique d’influence ne semble pas avoir modifié la place prépondérante des standards culturels nord-américains dans les styles de vie et l’imaginaire caraïbéens. La situation n’est pas figée pour autant. La diffusion spectaculaire de biens de consommation courante made in China, des équipements informatiques et électroniques à la téléphonie mobile et à la 5G, pourrait un jour faire bouger les lignes si la présence de la Chine populaire continuait à être perçue favorablement par la population.

4. La pénétration chinoise dans les Caraïbes : quelles conséquences prévisibles ?

54Quoique menée discrètement, la percée de la Chine populaire dans les Caraïbes, aujourd’hui de plus en plus visible, suscite des appréciations contrastées. Pour les uns, elle serait une préoccupation géopolitique pressante. Pour les autres, elle serait plutôt une opportunité — économique — à saisir. Pour les premiers, elle emporterait les signes avant-coureurs d’une « nouvelle guerre froide ». Pour les seconds, elle offrirait une alternative à l’hyperpuissance américaine et la possibilité de desserrer l’étau de celle-ci sur la sous-région.

55En tout état de cause, la RPC continue de bénéficier d’une image positive auprès des pays de la zone. Tant qu’il en sera ainsi, elle devrait donc pouvoir consolider son influence dans le périmètre de sécurité des États-Unis. Cependant, le président Biden pourrait donner le signal d’un nouvel engagement de son pays sur « sa troisième frontière » tout en poursuivant le basculement stratégique engagé vers l’Asie-Pacifique. Ces deux hypothèses qui ne s’excluent pas mutuellement (Campbell Sullivan, 2019) appellent un examen plus approfondi.

4.1. La consolidation d’une influence chinoise dans le périmètre de sécurité des États-Unis 

56L’implication croissante de la Chine populaire dans les Caraïbes est jusqu’ici perçue positivement par les pays de cette sous-région, avec quelques nuances toutefois pour Saint-Christophe-et-Niévès, Haïti, Sainte-Lucie et Saint-Vincent-et-les-Grenadines, eu égard au soutien qu’ils continuent d’apporter à Taïwan. Pour autant, ces derniers ne rejettent pas l’aide humanitaire et l’assistance médicale du géant asiatique, à l’exemple d’Haïti (crise sanitaire de la pandémie de covid-19) ou encore de Saint-Vincent-et-les-Grenadines (éruption volcanique de la Soufrière du 9 avril 2021). Dans l’ensemble, les leaders caraïbéens perçoivent d’un bon œil la volonté de la RPC de s’engager durablement dans la sous-région. Cette perception repose sur la reconnaissance de son poids géopolitique à l’échelle de la planète et de la possibilité qu’elle leur offre de réduire leur dépendance vis-à-vis de leurs partenaires traditionnels européens et américain. Compte tenu de leurs difficultés à lever de nouveaux financements, l’offre de coopération chinoise leur apparaît une véritable aubaine pour surmonter les contraintes budgétaires et contribuer à la croissance économique. De plus, elle leur semble à la fois beaucoup plus accessible et significative que celle qui leur est proposée par leurs bailleurs de fonds habituels. Sur le plan des procédures, la libération des crédits est plus rapide. Quant aux financements disponibles, ils sont à la hauteur des enjeux. La Chine populaire leur apparaît donc un partenaire précieux : les avantages apparents l’emportent sur les inconvénients plausibles. Elle présente en outre un atout comparatif non négligeable. Première puissance mondiale à avoir jugulé la crise sanitaire du covid-19, elle a réussi à relancer son économie avec vigueur. Elle semble être la seule à pouvoir poursuivre avec le même rythme sa politique d’investissement dans la sous-région. Devant le repli nationaliste des États-Unis, notamment pendant le mandat du président Trump, les dirigeants caraïbéens, qui rencontrent des difficultés structurelles pour financer le développement de leurs pays, savent pouvoir compter sur la Chine populaire. De la République dominicaine à Trinité-et-Tobago, de la Jamaïque à Cuba, c’est le même pragmatisme qui est à l’œuvre, quel que soit son habillage politique. Pour ces raisons, le géant asiatique devrait être en mesure d’y consolider son influence s’il parvenait toutefois à apporter des réponses adaptées aux critiques que sa présence économique suscite néanmoins dans une partie de l’opinion publique caraïbéenne.

  • 37 En Jamaïque, à Trinité-et-Tobago et aux Bahamas notamment, entrepreneurs locaux et syndicats de sal (...)

57Ces griefs concernent principalement le faible impact local des investissements réalisés, les conséquences environnementales de certains d’entre eux et la crainte sourde d’une prise de contrôle partielle des économies locales. En effet, les financements chinois profitent surtout aux entreprises chinoises. Ces dernières privilégient une main-d’œuvre chinoise au détriment des travailleurs locaux, réputés trop éloignés des normes chinoises. À l’évidence, cela génère des frustrations locales et suscite la mobilisation des corps intermédiaires37. De plus, les compagnies chinoises sont périodiquement accusées de dégrader l’environnement lorsqu’elles réalisent des ouvrages importants. En l’absence d’un droit robuste en cette matière dans les Caraïbes, elles ne semblent pas se soucier de préserver les écosystèmes. Ce déficit d’éco-responsabilité entraîne des manifestations des associations locales de sauvegarde du patrimoine naturel (Ward, 2016). Enfin, les prises de participation ou acquisitions par des entités chinoises, dans le domaine foncier, minier ou portuaire, alimentent une peur diffuse de voir passer des pans entiers des économies locales, sous le contrôle de conglomérats étrangers. Cette préoccupation à ce jour infondée est néanmoins une source d’inquiétudes (Bridgal, Cairo et al., 2019). C’est pourquoi les gouvernements caraïbéens commencent à élever leur niveau d’exigence en matière d’emplois locaux et de transfert de technologie, de prévention et protection de l’environnement ou encore de fiscalité. Ce qui est en jeu ici est la pérennité des investissements chinois dans leurs pays respectifs, qui passe par leur acceptabilité sociale. De leur côté, les autorités chinoises semblent prêtes à concéder quelques ajustements contractuels dans le modus operandi de leurs opérateurs, notamment en matière d’emplois locaux et de préservation de l’environnement. De leur diligence à le faire dépend, en partie, la consolidation de leur maillage territorial et la portée de leur influence dans un espace qui était jusque-là soumis à la domination sans partage de leur rival états-unien.

4.2 Un réengagement des États-Unis dans leur arrière-cour caraïbéenne ?

58Le basculement stratégique des États-Unis vers l’Asie-Pacifique s’est traduit par leur désengagement relatif de la zone des Caraïbes. Ce déplacement du centre de gravité de la diplomatie américaine, les plaçait dans une situation paradoxale et inédite : en se projetant de manière significative sur le théâtre asiatique, ils réduisaient sensiblement le « gréement » de leur politique caraïbéenne. Cette tendance qui était apparue avec la fin de la guerre froide s’est renforcée au fil des décennies suivantes où la sous-région ne faisait plus l’objet de la même attention, à l’exception notable de Cuba.

  • 38 Caribbean Basin Economic Recovery Act (CEBERA), 1984.
  • 39 US-Caribbean Basin Trade Partnership Act (CBTPA), 2000.
  • 40 US-Caribbean Basin Trade Partnership Act (CBTPA), 2002.

59Héritée de l’administration Reagan, l’initiative pour le Bassin des Caraïbes (CBI)38, mise en œuvre en 1983, constitue encore le cadre de référence des relations avec les pays de la zone : rechercher leur stabilité politique en développant leurs relations commerciales avec les États-Unis. Renouvelée et étendue en 200039 et à nouveau en 200240, cette initiative qui ne bénéficiait plus des mêmes moyens budgétaires n’a pas eu l’effet escompté sur les économies des pays bénéficiaires. Accaparée par la crise financière mondiale de 2007/08, la première puissance mondiale s’est détournée davantage de ses voisins insulaires, manifestant le déclassement relatif de la sous-région.

60En deux mandats, le président Obama s’y est néanmoins rendu trois fois. La première en avril 2009 où il participe à Trinité-et-Tobago au 5e Sommet des Amériques, rassemblant les pays membres de l’Organisation des États américains (OAS). Sa priorité était alors surtout d’envisager un nouvel avenir commun avec un ensemble latino-américain et caraïbéen indifférencié. La deuxième en avril 2015 où il prend part à Kingston au sommet États-Unis/CARICOM centré sur les questions énergétiques. L’enjeu était d’offrir à ses homologues une alternative au pétrole vénézuélien. La troisième en 2016 le conduit à La Havane pour une visite historique, marquant la normalisation des relations diplomatiques bilatérales. À aucun moment, la Chine populaire n’était alors perçue comme une menace directe sur les intérêts états-uniens dans les Caraïbes (Campbell et Valette, 2014).

61Son successeur, le président Trump qui en avait pourtant fait le principal rival géopolitique de son pays, s’est contenté de deux initiatives de faible portée. La première est l’organisation précipitée d’un mini-sommet, le 22 mars 2019, dans sa résidence privée de Mar-a-Lago. Officiellement, il avait pour but de mettre en garde les dirigeants de cinq pays (les Bahamas, la Jamaïque, la République dominicaine, Haïti, Sainte-Lucie) contre les activités économiques réputées prédatrices de la Chine populaire, en leur faisant miroiter le lancement imminent d’une stratégie américaine vigoureuse pour les Caraïbes. En réalité, les échanges avaient été surtout dominés par la question du Venezuela. Le président des États-Unis voulait les persuader de convaincre leurs homologues de la CARICOM de soutenir Juan Guaido et d’appeler à de nouvelles élections présidentielles dans ce pays.

62Neuf mois plus tard, la seconde initiative prenait la forme d’une rencontre de son secrétaire d’État avec les mêmes leaders ainsi que celui de Saint-Christophe-et-Niévès. Cette réunion organisée en Jamaïque avait pour objectif de leur présenter les priorités des États-Unis pour les Caraïbes, à savoir la lutte contre les trafics illicites (armes, drogues et personnes), les migrations clandestines, les organisations terroristes et criminelles transnationales. Dominée par des enjeux de sécurité régionale, cette visite de Mike Pompeo avait aussi pour objectif de les dissuader d’accepter de nouveaux financements de la RPC, qui constituaient, à ses yeux, une menace pour leur souveraineté. À cette fin, il confirmait un nouvel engagement économique et financier des États-Unis dans la zone, qui n’a pas été suivi d’effets.

  • 41 Il s’agit du projet de lancement d’un US-Caribbean Basin Initiative 2 (CBI2), portée notamment par (...)
  • 42 Discours de politique étrangère, Washington DC : Department of State, 4 février 2021. https://www.w (...)

63L’administration Biden en donnera-t-elle finalement le coup d’envoi ? Reprendra-t-elle à son compte la proposition bipartisane portée par un groupe de membres du Congrès, mais restée lettre morte41 ? Indépendamment de ses priorités à court terme (la lutte contre le covid-19 et la relance de l’économie nationale), le nouveau président américain, qui a clairement désigné la Chine populaire comme le « plus sérieux compétiteur des États-Unis »42, devra prendre une décision le moment venu, en faveur — ou non — d’un réengagement dans les Caraïbes.

  • 43 Cette école de pensée serait néanmoins plus fortement relayée au sein du Department of State, Burea (...)

64Pour l’heure, deux écoles de pensée traversant les clivages partisans semblaient s’opposer au sein et en dehors de son administration. Selon la première, la Chine populaire ne menacerait pas directement les intérêts états-uniens dans cette zone. De plus, elle avait jusqu’ici évité scrupuleusement toute friction avec son rival stratégique. Les objectifs de sa présence seraient surtout d’ordre économique et commercial. Les États-Unis qui demeurent le principal partenaire commercial des pays de la zone — à l’exception évidente de Cuba — pourraient tirer profit, au contraire, des investissements chinois dans les infrastructures de la sous-région. Il n’y avait donc pas d’urgence à mettre en place une nouvelle initiative états-unienne dans les Caraïbes, mais il convenait de continuer à y surveiller les activités chinoises pour prévenir tout développement hostile43.

  • 44 En 2020, le 116e Congrès avait adopté trois législations bipartisanes [S. 4528/HR, S. 4629, H. R. 7 (...)
  • 45 Cette école de pensée serait cependant plus fortement relayée au sein du Pentagone, d’une partie de (...)

65Selon la seconde, les avancées chinoises dans les Caraïbes menaceraient directement la sécurité et les intérêts des États-Unis. En tant que telles, elles ne devaient pas être sous-estimées. La conversion possible de certaines emprises chinoises en bases militaires constituait un risque que personne ne pouvait écarter. La réceptivité des pays de la zone aux investissements du géant asiatique était le résultat mécanique d’un déficit d’attention de la puissance états-unienne. Si celle-ci ne révisait pas sensiblement son offre de coopération avec ses partenaires caraïbéens, la Chine populaire continuerait à étendre son influence dans le périmètre de sécurité de son concurrent géopolitique direct. Cette révision devrait être suffisamment significative pour surclasser l’offre de coopération chinoise. En tous cas, elle devrait outrepasser les amendements jusqu’ici apportés au CBI44. C’est pourquoi la mise en œuvre d’une stratégie plus robuste et suffisamment dotée financièrement était fortement recommandée45 pour réduire sinon contenir l’influence du principal rival stratégique des États-Unis.

Conclusion

  • 46 Le Guyana en a fait les frais en février 2021 lorsque la Chine l’a sommé de renoncer à accueillir à (...)

66C’est un fait majeur, plus guère contesté aujourd’hui, la Chine populaire est une puissance désormais globale, qui convoite ouvertement la première place mondiale. En tant que telle, elle s’est dotée des leviers nécessaires pour exercer une influence durable à l’échelle planétaire. Sa percée spectaculaire dans les Caraïbes où elle ne disposait pourtant d’aucun ancrage préalable, traduit avant tout ce statut de puissance globale, qui requiert une présence dans toutes les zones sensibles du monde. Au fur et à mesure de l’affirmation de celui-ci, la politique caraïbéenne de la RPC a gagné en ambition et en densité, poursuivant simultanément plusieurs objectifs géopolitiques. Tout d’abord, celui qui en est à l’origine, le retour de Taïwan dans son giron et l’unification nationale. Si la Chine populaire privilégie la négociation pour l’atteindre, elle n’hésite pas à afficher toute sa détermination et son intransigeance pour arriver à ses fins46. En dépit de l’apparition d’autres enjeux, Taïwan reste l’une de ses préoccupations majeures.

67Pour gagner la confiance des pays de la zone, la Chine populaire a tiré profit du désengagement relatif des États-Unis et de leurs alliés européens, pour promouvoir une offre de coopération alternative leur permettant d’accéder à des financements indispensables pour moderniser et/ou construire des infrastructures de communication, vitales pour leurs échanges économiques et commerciaux. Situées à l’interface des deux Amériques, bénéficiant de fortes connexions avec le continent européen, ces nouvelles infrastructures étaient opportunément connectées à la « nouvelle route de la soie » visant à sécuriser la dépendance économique extérieure de la RPC. En une quinzaine d’années, le géant asiatique est ainsi parvenu à se doter d’une capacité d’influence indéniable dans les Caraïbes bien relayées par un réseau diplomatique étendu et des communautés d’affaires transnationales. Bénéficiant de surcroît d’une image plutôt positive dans l’ensemble de la sous-région, il en est devenu l’un des principaux bailleurs de fonds.

68Pour ces pays insulaires en développement47, il s’agit évidemment moins de choisir entre l’aide chinoise et le soutien américain que de parvenir à conjuguer l’une avec l’autre, en neutralisant le risque éventuel de passer d’une dépendance à une autre. Dans le même temps, certains de ces pays — en particulier Sainte-Lucie et Saint-Christophe-et-Niévès — n’hésitent pas à agiter le spectre d’un « péril jaune » pour susciter un réengagement des États-Unis. D’autres — notamment la Jamaïque ou la République dominicaine — l’appellent de leurs vœux sans pour autant dénigrer la coopération chinoise et misent sur un regain d’intérêt de la sous-région aux yeux de l’administration Biden. Pour l’heure, celle-ci ne semble pas en percevoir l’urgence. Elle entend surtout rassurer ses partenaires caraïbéens. Lors de sa première réunion48 avec ses quinze homologues des pays de la CARICOM, le nouveau Secrétaire d’État américain, Antony Blinken, s’y est employé en les persuadant du soutien de son pays en matière de lutte contre la pandémie du covid-19, le changement climatique et les catastrophes naturelles. À ce stade, la présence chinoise dans la méditerranée américaine n’est pas perçue comme une menace à court terme. Forts de leur supériorité militaire, économique et culturelle dans leur arrière-cour, les États-Unis s’en accommodent dès lors qu’elle ne remet en cause ni les équilibres politiques ni les alignements idéologiques des pays de la zone. Sous cette réserve, la Chine populaire semble pouvoir continuer à tisser sa toile d’influence dans le jardin de son principal concurrent stratégique.

Haut de page

Bibliographie

Allison, G. T. (2017). Destined for War: Can America and China escape Thucydide’s Trap? New York, Houghton Miffling Harcourt.

Bernal, R. (2011). “The growing economic presence of China in the Caribbean”, Fonds Monétaire international/Université des Indes occidentales, rapport présenté au colloque The Caribbean Challenges after the Global Crisis, Cave Hill, Barbados, 27-28 janvier.

Bernal, R. (2016). Chinese Foreign Direct Investment in the Caribbean. Potential and Prospects, Washington DC, Inter-American Development Bank, Technical Note n°IDB-TN-113.

Bousseau du Rocher, Dubois de Prisque (2019). La Chine est le monde. Essai sur la sino-mondialisation, Paris, Odile Jacob.

Bridgal, C. Cairo, I. Campbell, S. Lewis A. Marks, N. (2019) “China’s Opaque Caribbean Trail: Dreams, Deals and Debt”, Caribbean Investigative Journalism Network. China’s Opaque Caribbean Trail: Dreams, Deals and Debt – Caribbean Investigative Journalism Network (cijn.org)

Campbell, C. Valette, Z. (2014). China’s Expanding and Evolving Engagement with the Caribbean, US-China Economic and Security Review Commission, Washington DC, UCESRC.

Campbell, K. Sullivan, J. (2019). “Competition without Catastrophe. How America can both challenge and coexist with China?” Foreign Affairs, Septembre/octobre, 13, 65-86.

Chaponnière J. P. Gabas J. J. dir. (2012). Le Temps de la Chine en Afrique. Enjeux et réalités au sud du Sahara, Paris, Editions Karthala.

Cruise, R. (2014) « La diffusion de la présence économique chinoise dans la Caraïbe insulaire : modalités et enjeux pratiques et théoriques », Cahiers de Géographie du Québec, 58 (163), avril, 113-130.i

Donnet, P. A. (2020). Le Leadership mondial en question. L’affrontement de la Chine et des États-Unis, Paris, Editions de l’Aube.

Dubesset, E. Quenan, C. Sukup, V. (coord.) (2014). La présence de la Chine dans la Caraïbe, Paris, Agence française de Développement/Institut des Amériques, document de travail 144.

Dubesset, E. (2019) « La Chine dans la politique extérieure de Cuba (1959-2019) », Etudes caribéennes, [En ligne] 42, Avril.

ECLAC (2018). Exploring new forms of cooperation between China and Latin America and the Caribbean, Santiago, UN-ECLAC.

Ellis, R. E. (2020). Chinese Engagement in Latin America and the Caribbean in the Context of Strategic Competition with the United States of America, Washington DC, Rapport présenté devant la US-China Economic and Security Review Commission.

Ellis, R. E. (2012). « Suriname and the Chinese: Timber, Migration, and Less-Told Stories of Globalization”, SAIS Review, 32 (2), p. 85-97.

Erikson, P. D. (2009). US-China Relations in a Global Context: The case of Latin America and the Caribbean, Washington DC, George Washington University.

Gabestan, J. P. (2015) La Politique internationale de la Chine. Entre intégration et volonté de puissance, Paris, Presses de SciencesPo.

Kozloff, N. (2009) “A New Cold War in the Caribbean?” Currents Events in Historical Perspective, Columbus, Ohio. A New Cold War in the Caribbean? | Origins: Current Events in Historical Perspective (osu.edu)

MacDonald, S. B. (2019) « The Return of the Cold War in the Caribbean”, Center for Strategic & International Studies, Miami. The Return of the Cold War in the Caribbean | Center for Strategic and International Studies (csis.org)

Meyer, C. (2014). La Chine, banquier du monde, Paris, Fayard.

Navejas, F. (2011). “China’s relations with Central America and the Caribbean States: reshaping the Region” dans Ahearn, A. et Manriquez, J. L. dir. China Engages Latin America: Tracing the Trajectory. Boulder Co, Lynne Rienner Publishers, p. 237–250.

Padgett, T. (2008) “A New Cold War in the Caribbean?”, Time, Miami, 24 Juillet. A New Cold War in the Caribbean? – TIME

Pleasance, C. (2020) “How China has poured billions into the Caribbean by investing in ports, roads and a five-stars resort in a soft power grab” Mail Online, 23 septembre. How China has poured billions into the Caribbean | Daily Mail Online

Quenan, C. (2019) “La présence croissante de la Chine dans la Caraïbe : le cas de la République dominicaine”, Etudes caribéennes [En ligne], 42, Avril.

Salidjanova, N. (2011). Going out: An Overview of China’s Outward Foreign Direct Investment, US-China Economic and Security Review Commission, Washington DC, 2011.

Sullivan, M. P. (2017). China’s Engagement in Latin America and in the Caribbean, Washington DC, Congressional Information Service, In Focus Report.

Swaine, M. (2014) “Xi Jinping’s Trip to Latin America” China Leadership Monitor, (45) Automne, 2–23.

Ward, J. (2016) “Guyana is Proof of the Pitfalls of the Chinese Aid and Investments in the Caribbean” World Politics Review. Guyana Is Proof of the Pitfalls of Chinese Aid and Investment in the Caribbean (worldpoliticsreview.com)

Wilson, A. dir. (2003). Chinese in the Caribbean, New Jersey, Markus Wiener Publishing Inc.

Haut de page

Notes

1 Richard L. Bernal, ancien Ambassadeur de la Jamaïque aux États-Unis (1991-2001) et actuel Pro-Vice Chancellor de l’Université des Indes occidentales, a été l’un des premiers à documenter la politique caraïbéenne de la Chine, avec quelques chercheurs américains référencés dans la bibliographie. Toutefois, les internationalistes mainstream ne lui ont pas accordé beaucoup d’intérêt à la différence des spécialistes des area studies.

2 Il s’agit des pays de la CARICOM (à l’exception de Belize), de la République dominicaine et de Cuba.

3 Sauf mention contraire, les estimations citées dans ce texte proviennent de la China-Latin America Finance Database, établie par Gallagher, K. P. et Myers, M. Washington DC : Inter-American Dialogue. Quatre pays latino-américains (Venezuela, Brésil, Équateur et Bolivie) totalisent plus de 70% des encours de crédits chinois, estimés à 165 milliards de dollars américains. Le Venezuela, avec 17 prêts pour un montant estimé de 70 milliards de dollars américains, occupe la première place du classement. La Jamaïque, avec 11 prêts pour un montant total estimé à plus de 3 milliards de dollars américains, se classe en tête des Caraïbes. Il faut toutefois ajouter les autres formes de concours chinois : subventions, investissements directs, prises de participation, etc. et ne pas oublier que ces données sont forcément approximatives, eu égard à l’opacité des financements chinois.

4 Selon la DGT-Trésor, « Le commerce extérieur de Cuba en 2018 », 23 septembre 2019. 0051a501-1b85-4bcc-85a7-7c9223208d6a (economie.gouv.fr)

5 Jared Ward, “China and Guyana: A special relationship years in the making”, Global Americans, 27 février 2020. China and Guyana: A special relationship years in the making (theglobalamericans.org)

6 L’OECO comprend également un septième pays membre fondateur, Montserrat (1981), territoire d’outre-mer britannique ainsi que quatre membres associés, les îles Vierges britanniques (1984) et Anguilla (1995), également des territoires d’outre-mer britanniques, la Martinique (2015) et la Guadeloupe (2019).

7 À ce jour, aucun des autres pays membres du Conseil de sécurité des Nations unies, en particulier le Royaume-Uni, la France ou encore les États-Unis, ne surclasse la RPC en matière de coopération avec ces microterritoires de la Caraïbe de l’Est.

8 La Chine est l’un des rares pays à avoir connu une croissance à deux chiffres pendant plus de trente ans, entraînant le doublement de la taille de son économie tous les huit ans. La taille et le poids de celle-ci confèrent à son comportement économique une portée mondiale, bien plus importante que celui d’autres acteurs globaux.

9 Regional Comprehensive Economic Partnership (RCEP), signé le 15 novembre 2020, liant les dix pays membres de l’ASEAN et l’Australie, le Japon, la Corée du Sud, la Nouvelle-Zélande, soit 1/3 de l’économie mondiale et un marché de 2,2 milliards de consommateurs.

10 En négociation depuis dix ans, cet accord commercial UE/Chine, signé le 20 décembre 2020, vise à protéger 200 indications géographiques protégées (IG), chinoises et européennes.

11 Cet accord commercial, signé in extremis le 11 octobre 2019, après un bras de fer entre les deux géants économiques mondiaux, permet à la Chine de préserver à moindre coût son accès au marché de son plus grand client.

12 La RPC est un pays membre de la Banque interaméricaine de développement (BID), de la Banque Caraïbéenne de développement (BCD), mais aussi un membre observateur de l’Organisation des États américains (OEA).

13 Par ordre chronologique d’adhésion, Trinité-et-Tobago, Suriname, Guyana, la République dominicaine, Cuba, la Barbade, la Jamaïque, Grenade-et-les-Grenadines, Antigue-et-Barbude, le Commonwealth des Bahamas, le Commonwealth de la Dominique.

14 Parmi d’autres politiciens, le sénateur de l’État de Floride, Marco Rubio, membre influent de la Commission des Affaires étrangères du Sénat des États-Unis, est sans doute l’un des plus impliqués dans cette croisade contre la pénétration chinoise dans la zone des Caraïbes. Avec Bob Menendez, il est à l’origine d’un projet de législation bipartisane « Advancing Competitiveness, Transparency, and Security in the Americas » (ACTSA), visant à répondre à l’influence « pernicieuse » de la Chine populaire en Amérique latine et dans les Caraïbes, initiée en avril 2021 au Sénat des États-Unis.

15 Liu Mingfu est un colonel, ancien professeur à l’Académie militaire chinoise, qui a publié en 2010 un ouvrage de synthèse sur la place de la Chine dans le monde et la vision chinoise du monde. Voir sa version anglaise, The China Dream : Great Powers Thinking and Strategic Postures in the Post-American Era, CN Times/Bejing Media, 2015.

16 Paul Wolfowitz, ancien secrétaire-adjoint à la défense (2001-2005), est l’auteur d’un document interne définissant l’agenda néoconservateur pour la période post-guerre froide, proclamant les États-Unis comme la seule superpuissance mondiale depuis l’implosion de l’URSS et préconisant des actions y compris préventives pour empêcher l’émergence d’une puissance susceptible de rivaliser avec les États-Unis.

17 Les administrations de George W. Bush et de Barack Obama se déclaraient concernées, mais pas inquiétées par un engagement chinois alors perçu comme limité à des aspects économiques et commerciaux. En revanche pour l’administration de Donald J. Trump, il constituait une menace directe pour les intérêts américains.

18 Pressentie par les administrations américaines à partir de Ronald Reagan, la doctrine du « pivot asiatique » a été officiellement formalisée et mise en œuvre par Barack Obama en 2012. Elle préconise un basculement des États-Unis vers l’Asie où se trouveraient désormais ses enjeux stratégiques, avec notamment l’émergence de son rival chinois.

19 Notamment avec le Japon [Iles Senkaku/Diaoyu], le Vietnam [Iles Paracels], les Philippines [récif de Scarborough], la Malaisie, l’Indonésie et Brunei [Ilots Spratleys].

20 Littéralement, « gagnant/gagnant » selon l’expression consacrée. À noter cependant que ce principe avait été formulé, avec celui de la coexistence pacifique et du respect mutuel de la souveraineté et de l’intégrité territoriale, par Zhou En-Laï en 1953, à la veille de la conférence de Bandoeng de 1955.

21 Communiqué conjoint publié par le ministère chinois des Affaires étrangères, le 1er mai 2018, mis en ligne par l’agence Xinhuanet. China, Dominican Republic establish diplomatic ties - Xinhua | English.news.cn (xinhuanet.com)

22 “Chinese Funded Dominica’s Friendship Hospital Opens”, The Observer, 2019, O9, 12. www.thestkittsnevisobserver.com/chinese-funded-dominica-friendship-hospital-opens/

23 À l’exception de Cuba toutefois. Par ordre chronologique, Antigue-et-Barbude, les Bahamas, la Barbade, la Dominique, la Grenade, le Guyana, la Jamaïque, le Suriname, Trinité-et-Tobago.

24 Communauté des États latino-américains et caraïbes (CELAC). Créé en 2010, cet organisme intergouvernemental régional regroupe 33 États et près de 600 millions d’habitants.

25 Créé en 2005, ce forum est le mécanisme de dialogue économique et commercial du plus haut niveau entre la Chine et les pays des Caraïbes.

26 À ce jour, c’est sans doute l’administration Trump qui a manifesté le plus de désinvolture à l’égard des leaders caraïbéens, notamment lors de cette réunion hâtivement organisée à Mar-a-Lago, en Floride, le 22 mars 2019, dans la résidence privée du président américain.

27 Xi Jinping, discours d’ouverture, Sommet Chine/CELAC, ministère chinois des Affaires étrangères, 18 juillet 2014.

28 Notamment, lors de la tentative en 2019 du leader de l’opposition vénézuélienne, Juan Guaido, d’obtenir une reconnaissance internationale suffisamment importante, pour provoquer le départ du président Nicolas Maduro ou encore lors de la répression sanglante au Nicaragua en 2018, d’un mouvement de contestation du président Daniel Ortega. Dans les deux cas, la division de la CARICOM n’a permis ni de soutenir le premier ni de condamner le second ; les pays bénéficiant de l’aide chinoise s’étant réfugiés derrière le principe de non-ingérence dans les affaires internes d’un État.

29 Dans les Grandes Antilles [la Jamaïque, Cuba, Haïti, la République dominicaine], un poste régional dans la Caraïbe de l’est [basé à Sainte-Lucie], un poste à Trinité-et-Tobago ainsi qu’une ambassade compétente pour le Guyana et le Suriname [basée à Paramaribo].

30 Les travaux financés par des prêts chinois sont obligatoirement réalisés par des entreprises chinoises qui emploient principalement une main-d’œuvre venue de Chine continentale.

31 Dans les Caraïbes, la China Bank of Development et la China Eximbank sont les deux pourvoyeurs principaux de financement.

32 Source : Bureau national des Statistiques de Chine populaire. www.ceic.com/en.

33 Source : Bureau national des Statistiques de Chine populaire. www.ceic.com/en.

34 La minorité ethnique Akha est fortement représentée dans les contingents chinois les plus anciennement installés dans les Caraïbes.

35 Ce pourcentage n’inclut pas les métis — 15% de la population — qui comprennent un pourcentage d’individus issus des relations des Chinois avec les autres groupes ethniques de la population.

36 Trinité-et-Tobago, la Jamaïque, les Bahamas, la Grenade, la Barbade, le Suriname, la République dominicaine, Antigue-et-Barbude, Cuba, la Dominique, le Guyana.

37 En Jamaïque, à Trinité-et-Tobago et aux Bahamas notamment, entrepreneurs locaux et syndicats de salariés du BTP, associations d’architectes et d’ingénieurs manifestent périodiquement leur mécontentement contre leur mise à l’écart de certains marchés et protestent contre la quasi-absence de collaboration avec les maîtres d’œuvre chinois. Parmi d’autres articles de presse, voir Corey Robinson « Mischief! Shaw dismisses concerns over Jamaica-China deals”, The Gleaner, 15 November 2018.

38 Caribbean Basin Economic Recovery Act (CEBERA), 1984.

39 US-Caribbean Basin Trade Partnership Act (CBTPA), 2000.

40 US-Caribbean Basin Trade Partnership Act (CBTPA), 2002.

41 Il s’agit du projet de lancement d’un US-Caribbean Basin Initiative 2 (CBI2), portée notamment par Marco Rubio (républicain, Floride) et Brad Sherman (démocrate, Californie).

42 Discours de politique étrangère, Washington DC : Department of State, 4 février 2021. https://www.whitehouse.gov/briefing-room/speeches-remarks/2021/02/04/.

43 Cette école de pensée serait néanmoins plus fortement relayée au sein du Department of State, Bureau of Western Hemisphere Affairs et d’une partie des membres démocrates du Congrès (notamment Stephanie N. Murphy, Adriano J. Espaillat et al.) et de fondations et cercles de réflexion proches du Parti démocrate, notamment Inter-America Dialogue.

44 En 2020, le 116e Congrès avait adopté trois législations bipartisanes [S. 4528/HR, S. 4629, H. R. 7703] visant à réduire l’influence de la Chine populaire en Amérique latine et aux Caraïbes, dont une [H.R. 7703] a revu à la hausse les crédits affectés au CBI.

45 Cette école de pensée serait cependant plus fortement relayée au sein du Pentagone, d’une partie des membres républicains du Congrès (notamment Marco Rubio et Brad Sherman et al.) et de fondations et cercles de réflexion proches du Parti républicain, notamment Hudson Institute.

46 Le Guyana en a fait les frais en février 2021 lorsque la Chine l’a sommé de renoncer à accueillir à Georgetown un bureau de représentation de Taïwan.

47 À l’exception toutefois de Cuba.

48 Cette réunion virtuelle a eu lieu le 22 avril 2021. Secretary Blinken’s Roundtable with CARICOM Foreign Ministers - United States Department of State

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fred Constant, « La Chine dans les Caraïbes : enjeux géopolitiques et leviers d’influence », Études caribéennes [En ligne], 48 | Avril 2021, mis en ligne le 30 avril 2021, consulté le 25 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/etudescaribeennes/21038 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudescaribeennes.21038

Haut de page

Auteur

Fred Constant

Professeur des Universités, Ancien Ambassadeur, Agrégé de science politique, Laboratoire Caribéen de Sciences sociales (LC2S), UMR CNRS 8053, Université des Antilles, fredconstant@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo Université des Antilles
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search